Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Première partie. Les protomés féminines au sanctuaire de la Malophoros

VII. Chronologie

Texte intégral

Absence de données stratigraphiques

  • 1 GABRICI 1927, p. 120-161, p. 297-304.

1Les fouilles du sanctuaire de la Malophoros, au cours desquelles ont été découvertes les protomés qui font l’objet de cette étude, s’étendent sur une période de 52 ans. La direction des travaux a changé plusieurs fois, une énorme quantité de matériel archéologique a été mise au jour, et les méthodes de fouille de ce temps-là étaient fort différentes de celles que l’on pratique aujourd’hui. Il s’ensuit que pour la plupart des protomés, les données stratigraphiques ne sont que très générales. Gabrici est le seul qui ait entrepris des recherches stratigraphiques, au sens moderne du mot. Dans l’enceinte du premier téménos, du premier mégaron et au-dessous du grand autel, il a distingué quatre strates différentes qui, chronologiquement, vont de la fondation du sanctuaire à la destruction de Sélinonte par les Carthaginois, en 409 av. J.-C.1

  • 2 DEWAILLY 1992, p. 6, p. 14, p. 20, p. 30-33, p. 36, p. 38-40.

2Dewailly, qui a revu les journaux de fouille de ses différentes campagnes, a recensé les strates où ont été trouvées des protomés2. Les journaux, toutefois, ne contenaient que le nombre des protomés trouvées, avec dans quelques cas l’indication de la hauteur des objets. À partir de telles données il n’était donc pas question d’identifier les différents types, ni par conséquent de les répartir entre les strates.

3Puisqu’elle ne peut pas s’appuyer sur des données stratigraphiques, la chronologie, aussi bien relative qu’absolue, des protomés du sanctuaire de la Malophoros doit donc avoir recours à des critères « stylistiques ». Or une chronologie de ce genre est toujours entachée d’une certaine imprécision. Il faut donc la considérer avec toute la prudence requise, plutôt comme une simple indication que comme une véritable donnée.

Situation chronologique générale

  • 3 Ci-dessus, p 57-58.

4Du point de vue stylistique, il apparaît que la plupart des archétypes de protomés datent de l’époque archaïque, plus précisément des années 540 - 480 av. J.-C. Et la majeure partie de ces types archaïques correspond morphologiquement aux deux formes a2 (20 %) et b2 (24 %) qui sont généralement répandues en Grèce d’Occident. La forme ionienne traditionnelle a1 n’est représentée que par huit types (5 %). Et, comme on l’a vu plus haut3, la combinaison de la forme ionienne traditionnelle avec le polos apprécié en Sicile n’existe pas.

5Au début du Ve siècle av. J.-C. apparaissent les protomés en forme de buste. On constate alors que parfois la partie antérieure d’un moule de buste en ronde bosse a été utilisée pour la production de protomés-bustes. À Sélinonte ont été trouvés quelques types fabriqués aussi bien sous forme de bustes que sous forme de protomés-bustes. Au cours du Ve siècle, alors que les protomés sont passées de mode, et deviennent rares, on utilisera pour en fabriquer la partie supérieure des moules de statuettes. Il faut noter que dans le sanctuaire de la Malophoros a été trouvée une protomé qui, stylistiquement, appartient même au IVe siècle av. J.-C.

6En l’absence de références stratigraphiques, il n’est évidemment guère possible de déterminer pendant quelle période chronologique un type de protomé a été fabriqué, surmoulé et vendu, parce que les moules pouvaient être utilisés longtemps après leur fabrication, et aussi que la possibilité des surmoulages pouvait prolonger la durée d’un type. Un exemplaire du type 1B, que son style invite à dater des environs de 540 av. J.-C., a été trouvé au tophet de Motyé dans une couche datant du Ve siècle. On peut se demander, dans ces conditions, si le type était encore fabriqué au Ve siècle, ou s’il avait été acquis par le défunt de son vivant, longtemps avant d’être placé dans la tombe.

7Les indices chronologiques fournis par chaque type seront exposés en détail dans le Catalogue. On se bornera donc ici à en donner un aperçu global, sauf pour les groupes 8, 14, 15 et 16, où la difficulté d’un classement même stylistique des types et l’état défectueux des exemplaires rendraient arbitraire tout essai de chronologie. Et il faut bien de toute façon se rendre compte que les indications chronologiques, suggérées par les comparaison stylistiques, ne sont valables que pour la datation de l’archétype.

Données chronologiques pour les groupes 1-7

8On a vu que les structures de visage des types des groupes 1-7 révèlent, de façon plus ou moins manifeste, une composante grecque de l’Est. Les plus anciens types de ces groupes constituent d’ailleurs une directe imitation de modèles ioniens. Mais ce phénomène reste étroitement limité : nous n’avons à Sélinonte que quatre cas d’imitation. Et il apparaît que les artisans ont voulu très tôt se dégager des modèles et créer leurs propres types. La grande majorité des protomés sont plus ou moins inspirées de modèles, mais des innovations qui leur sont propres sont dues à l’invention éclectique des artisans, et ces créations ne sont plus directement comparables à un modèle.

  • 4 UHLENBROCK 1988, p. 38-40.
  • 5 Voir également ci-après, p 84.

9Les quatre types 1Α, 1B, 1G et 2A peuvent néanmoins servir de repères chronologiques. Les trois premiers types sont des imitations de modèles samiens, le type 2A d’un modèle milésien. Contrairement à ce qui se passe à Géla, il n’y a pas à Sélinonte de protomés importées de Grèce. A Géla les importations se trouvent dans la couche la plus ancienne, antérieure à 540 av. J.-C.4. Et les couches suivantes n’ont livré que des protomés de production locale, qui n’étaient pas de véritables imitations mais des transformations et adaptations. On peut admettre que les quatre imitations sélinontines (1A, 1B, 1G et 2A) ne sont qu’à peine postérieures aux importations ioniennes de Géla, c’est-à-dire que, comme on le verra dans le Catalogue, elles peuvent être situées vers 540 av. J.-C5.

  • 6 Cf. UHLENBROCK 1988, p. 83, et ci-dessus n. 3
  • 7 Cf. ORLANDINI 1963, p. 10. UHLENBROCK 1988, p. 39.
  • 8 ORLANDINI 1963, p. 10.
  • 9 Voir ci-après, p 104.

10Un autre repère chronologique est fourni par le type 2C. Ce type représente l’adaptation sélinontine d’un modèle de Milet. Ce dernier a été exporté à Géla, et là aussi il a fait l’objet d’une adaptation locale qui, toutefois, se différencie de celle de Sélinonte. Le modèle de Milet a été importé à Géla et se trouvait dans la couche 5 de Bitalemi, antérieure à 5406. L’adaptation réalisée à Géla a été trouvée à Predio Sola dans la couche II, qui est antérieure à 500-490 av. J.-C.7. Orlandini situe cette adaptation aux environs de 525 av. J.-C.8 datation qui devrait convenir aussi pour notre type 2C9.

11Il est donc possible d’établir une chronologie relative, voire absolue, des groupes influencés par les styles ioniens de l’Est, à l’aide des repères fournis par ces imitations et par les adaptations locales successives, qui progressivement s’écartent de leurs modèles.

Tableau chronologique des groupes 1-7

vers 540 av. J.-C. 1A, 1B, 1G, 2A (imitations)
540-530 av. J.-C. 1C, 1D, 1E, 1H, 1J, 2B
530-520 av. J.-C. 1F, 2C, 2D, 4A, 4B, 4C, 5A, 6A
520-500 av. J.-C. 1K, 2E, 2F, 2G, 2H, 2J,
groupe 3, 4D, 4E, 4F, 5B-5E 6B-6D, groupe 7

Données chronologiques pour les groupes 9-12

12Le groupe 9 révèle, du point de vue stylistique, des influences venues de l’Attique, le groupe 10 se réfère à Corinthe et le groupe 11 au milieu punique ; quant au groupe 12, il présente, on l’a vu, un style proprement sélinontin.

  • 10 MARCONI 1933, p. 55-69. Cf. aussi dans le Catalogue l'introduction du groupe 9. Ch. DEHL-VON KAENE (...)

13Les types les plus anciens appartiennent sans doute au groupe 10, qui se rattache à des modèles corinthiens. Il est intéressent de souligner que les deux premiers types du groupe, 10A et 10B, sont inspirés de modèles statuaires. Il est probable que ces deux protomés sont même antérieures aux quatre imitations de types ioniens de l’Est10.

14Le groupe 9, dont les types sont marqués par une influence attique, ne commence que dans le dernier quart du VIe siècle av. J.-C. Comme on l’a déjà observé pour d’autres cités siciliennes, l’influence attique remplace ici aussi l’influence ionienne de l’Est. Quant aux groupes 11 et 12, ils appartiennent déjà à la fin du VIe siècle ou au début du Ve. La création éclectique des artisans du groupe 11 n’est en effet guère vraisemblable avant la fin du VIe siècle, et le développement du style original que reflète le groupe 12 doit aussi avoir eu lieu à cette époque.

Tableau chronologique des groupes 9-12

550-540 av. J.-C. 10A, 10B
540-530 av. J.-C.
530-510 av. J.-C. 9A, 9B, 9C, 9D, 9E, 9F, 9G, 10C ?, 10D ?
510-480 av. J.-C. groupe 11, groupe 12

Données chronologiques pour le groupe 13

15Dans le groupe 13 sont réunis les types importés d’autres colonies grecques d’Occident ou inspirés de modèles venus de celles-ci. À part le type 13M, ce n’est qu’à partir du dernier quart du VIe siècle que des types grecs occidentaux ont été importés ou ont exercé une influence stylistique sur les protomés sélinontines.

Tableau chronologique du groupe 13

540-530 av. J.-C. 13M
530-510 av. J.-C. 13A, 13E, 13N, 13O 13B, 13C, 13F, 13K, 13L
510-480 av. J.-C. 13D, 13G
480-450 av. J.C. 13P. 130, 13H
IVe siècle av. J.-C. 13J

Conclusions

16Les modèles de Grèce de l’Est sont largement attestés. La période chronologique de développement de ces archétypes qui comportent une composante de Grèce de l’Est s’étend en gros de 540 à 500 av. J.-C. Deux types de la phase la plus ancienne, entre 550 et 540 av. J.-C., trahissent l’influence de modèles corinthiens, ainsi que deux autres types datés dans les années 530-510 av. J.-C. De cette dernière période datent aussi les types manifestant une influence attique. Quant à la présence de modèles puniques, elle est attestée dans les années 510 - 480 av. J. C., au moment où apparaît et se développe le style sélinontin.

17Les types du groupe 12, montrant un style propre, que l’on peut désigner comme « sélinontin», se situent chronologiquement à la fin du VIe et au début du Ve siècle av. J.-C. C’est au même moment que la stabilisation des traditions locales semble avoir favorisé les échanges culturels entre les cités coloniales.

Notes

1 GABRICI 1927, p. 120-161, p. 297-304.

2 DEWAILLY 1992, p. 6, p. 14, p. 20, p. 30-33, p. 36, p. 38-40.

3 Ci-dessus, p 57-58.

4 UHLENBROCK 1988, p. 38-40.

5 Voir également ci-après, p 84.

6 Cf. UHLENBROCK 1988, p. 83, et ci-dessus n. 3

7 Cf. ORLANDINI 1963, p. 10. UHLENBROCK 1988, p. 39.

8 ORLANDINI 1963, p. 10.

9 Voir ci-après, p 104.

10 MARCONI 1933, p. 55-69. Cf. aussi dans le Catalogue l'introduction du groupe 9. Ch. DEHL-VON KAENEL, Die archaische Keramik aus dem Malophorosheiligtum in Selinunt (1995), p. 419 : c'est aussi la céramique attique qui remplace dans la deuxième moitié du VIe siècle av. J.-C. les importations corinthiennes et ioniennes. Cf. aussi p.422 : après 550 av. J.-C. l'importance de la céramique diminue dans le sanctuaire de la Malophoros. Statuettes et protomés sont maintenant les principales offrandes.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540