Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Première partie. Les protomés féminines au sanctuaire de la Malophoros

VI. Ateliers

Texte intégral

1Le problème des ateliers auxquels on doit attribuer la création des différents types représentés à Sélinonte n’a pas été, il s’en faut, résolu dans tous les cas. Car l’extrême diversité du matériel rendait souvent cette attribution hasardeuse, voire impossible.

Attribution de groupes entiers ou de plusieurs types d’un groupe à un atelier

2Comme le Catalogue permettra de le constater, seuls quelques groupes présentent une homogénéité telle qu’elle puisse justifier l’attribution de l’ensemble du groupe à un même atelier, voire à un même artisan.

3Ainsi le groupe 3, dont aucun type ne montre une qualité extraordinaire et où le traitement du détail révèle une influence punique, est probablement issu d’un seul et même atelier. Et l’on en dira autant du groupe 5 (notamment des types 5B-5E), dont les visages ont un même profil volontaire, un même modelé nerveux, et dont la coiffure frontale, les yeux et les oreilles sont identiques.

4Les quatre premiers types du groupe 11, 11A-11D, présentent aussi une homogénéité trop évidente pour que l’on hésite à les croire sortis d’un même atelier. Plus précisément, deux paires de types, respectivement 11A-11B et 11C-11D, ont été produites chacune par un même artisan.

5L’homogénéité frappante des types du groupe 12 a déjà été mentionnée à propos des données stylistiques ; et elle sera commentée en détail dans le Catalogue. Ce groupe, indépendant de tous les autres courants stylistiques, est peut-être issu d’un même atelier. La concordance des détails permet, comme on verra, de supposer un même artisan pour les types 12D et 12E, un autre pour 12F-12J et un troisième pour 12K-12N.

6Lorsque l’on ne peut pas supposer pour l’ensemble d’un groupe un atelier ou un artisan commun, on peut parfois le faire au moins pour deux, trois ou quatre types ; c’est le cas pour les types 2E et 2F, 2G-2J et 14E, 4A et 4B, 4D-4F, 7G et 7H, 9D et 9E, 13K et 13L. Les concordances qui sont à la base de ces attributions seront exposées en détail dans le Catalogue.

L’« Atelier X »

7Outre des groupes entiers, ou plusieurs types d’un groupe qui peuvent être attribués à un même atelier, il y a aussi quelques types qui appartiennent, par leur structure de visage, à des courants stylistiques différents, mais qui ont dû néanmoins être fabriqués dans le même atelier. Cet atelier sera désigné comme l’« Atelier X ».

8Sur la base de détails techniques, on peut en effet admettre un seul et même atelier pour les types 2C, 4A, 4B, 7E, 7H, 9A et 9B. Cela signifie qu’un même atelier s’est inspiré de modèles milésiens (2C), chiotes (4A et 4B), atticoioniens (7E et 7H) et attiques (9A et 9B), et qu’il a créé, dans l’esprit de chacun de ces courants stylistiques, une ou plusieurs adaptations.

9La caractéristique des types que nous venons de mentionner est en effet la façon de modeler les oreilles. L’hélix prend naissance exactement à la hauteur du bord inférieur du bandeau de la coiffe ou de la chevelure frontale, se développe en arc vers le haut, descend en ligne relativement droite et reste ouvert vers le bas. À l’exception du lobe, légèrement ébauché, les détails ne sont pas modelés et l’oreille est plate. En vue de face, les oreilles sont légèrement écartées.

10Mais il y a d’autres caractères communs : la ligne du nez qui se prolonge franchement, sans discontinuité, dans les arcades sourcilières ; l’ossature marquée des joues et la bouche souriante, plutôt petite. Bien que la forme des visages se réfère pour l’essentiel à des structures différentes, ces détails font supposer le même atelier de production.

11Les trois types 2C, 4A et 4B sont les seuls, au sanctuaire de la Malophoros, dont la chevelure frontale soit modelée en festons. Les types 7H, 9A et 9B ont une chevelure en forme de gouttières et le type 7E porte une simple coiffe en bandeau, sans représentation plastique des cheveux.

  • 1 Le changement stylistique qui au VIe siècle av. J.-C. reflète le passage d'imitations et d'adaptat (...)

12On notera que le type 7H marque le passage du type grec de l’Est au type attique ; il en est de même pour le type 9B, qui toutefois représente déjà nettement la tradition attique1. La comparaison du type 9B avec le type 4A révèle aussi une certaine similitude dans la structure du visage, qui ne tient pas seulement à la communauté d’atelier mais qui se fonde aussi sur une certaine parenté de style. On constate dans les deux cas une charpente des joues accentuée, un menton arrondi, proéminent et un nez plutôt court mais vigoureux, qui s’élargit nettement au niveau des ailes. Ces éléments, qui révèlent une composante stylistique chiote, se retrouvent dans le type 9B combinés avec d’autres caractères, visibles surtout dans le dessin du profil et tout spécialement dans la région de la bouche et du menton, qui trahissent une influence du style attique. Le nez du type 9B est moins proéminent et l’espace naso-labial est plus court. Les lèvres sont sensiblement plus courtes, mais bien formées ; le menton est moins saillant et d’un modelé plus harmonieux et arrondi.

13Plusieurs indices montrent que l’Atelier X a joué un rôle important à Sélinonte. Le premier est la présence massive du type 2C dans le sanctuaire : on n’en a pas trouvé moins de 511 exemplaires, en six générations différentes. Cette énorme production d’un seul type constitue, dans le matériel de fouille publié jusqu’à présent, un cas unique. Mais un autre indice témoigne du rôle novateur de l’Atelier X : le fait qu’il ne se soit pas limité à une tradition stylistique mais se soit inspiré de différents modèles et ait ainsi participé à un développement formel qui, pendant une longue période, a caractérisé diverses régions de la « mère patrie », notamment la Grèce de l’Est et l’Attique.

Notes

1 Le changement stylistique qui au VIe siècle av. J.-C. reflète le passage d'imitations et d'adaptations ioniennes à des types d'inspiration attique a déjà été mis en lumière, en ce qui concerne Agrigente : MARCONI 1933, p. 55-69.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable