Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Première partie. Les protomés féminines au sanctuaire de la Malophoros

V. Analyse stylistique

Texte intégral

Aspects généraux

1Les protomés du sanctuaire de la Malophoros se signalent non seulement, nous l’avons vu, par la quantité des exemplaires mais aussi par une très grande variété de types : les 2430 exemplaires ont pu être classés en 141 types et 25 variantes. Or, si de nombreux modèles ont exercé leur influence sur la production de Sélinonte, seuls quelques types peuvent être considérés comme l’imitation d’un modèle précis. Et l’ensemble se caractérise en fait par un éclectisme systématique : des éléments formels isolés ont été empruntés par les artisans, puis modifiés et intégrés, avec des éléments originaux, au répertoire formel local.

2Le matériel de Sélinonte apparaît donc comme le résultat d’influences stylistiques diverses, que notre étude a cherché d’abord à mettre en évidence, à identifier et, dans la mesure du possible, à localiser. On a tenté aussi, naturellement, d’insérer les types de protomés dans un développement général, mais sans se dissimuler les limites de l’entreprise. Car il n’y a pas ici de développement stylistique autonome ; il y a différents styles qui se superposent et se combinent, et dont la progression n’est pas linéaire.

  • 1 Cf. GIULIANI 1979, pl. 1, pl. 4, pl. 5, fig. 1, pl. 6-8, pl. 10, pl. 12, fig. 1, pl. 13, fig. 1, p (...)
  • 2 GABRICI 1927, p. 238-240, fig. 122.
  • 3 GABRICI 1927, p. 238-239, fig. 121.

3Avant d’entrer dans le détail des diverses influences stylistiques et des modèles attestés à Sélinonte, il convient de souligner encore quelques particularités du site. La tradition sélinontine du travail de la pierre est exceptionnelle en Sicile : on sait que Sélinonte est la seule colonie de Sicile qui possède des métopes sculptées sur ses temples et cela du début de l’Archaïsme jusqu’à l’époque classique1. Parallèlement à cette tradition ou précisément à cause d’elle, et conjointement, la coroplathie a occupé une place très importante à Sélinonte. La quantité considérable et la qualité souvent excellente des statuettes et des protomés trouvées dans le sanctuaire de la Malophoros suffisent à le montrer. Mais on peut y signaler aussi des objets exceptionnels, comme un fragment de statue2, de grandeur naturelle, ainsi que des fragments de statuette, peints selon la même technique et avec les mêmes motifs que la céramique à figures noires3.

  • 4 M. RIOTTO, Il santuario della Malophoros a Selinunte : spunti per una discussione storico-religios (...)

4La position géographique de la ville, sa richesse et l’attrait certainement considérable exercé en Occident par le sanctuaire de la Malophoros expliquent en grande partie la quantité et la diversité stylistique des protomés sélinontines. La situation de Sélinonte aux confins occidentaux de la Sicile grecque a favorisé les occasions de contact avec la région punique, en particulier avec Motyé. Riotto remarque justement que le sanctuaire était situé presque à l’extrémité ouest de la cité grecque la plus occidentale de la Sicile, et de ce fait constituait un sorte de poste-frontière entre le monde hellénique et le monde non grec4. Tout cela a contribué à créer un milieu cosmopolite où différents modèles stylistiques ont pu se diffuser, et faire l’objet de réélaborations ultérieures. C’est en considérant tous ces facteurs que peut être expliqué le large éventail stylistique présenté par la coroplathie sélinontine, phénomène unique en Sicile et même dans le Sud de l’Italie.

Les modèles

  • 5 BARRA BAGNASCO 1986, p. 147-150.
  • 6 UHLENBROCK 1988, p. 38.

5On ne trouve pas parmi les protomés sélinontines une seule pièce importée. Ce n’est pas une particularité de Sélinonte, car à Locres non plus il n’y a pas eu d’importation5. À Géla, c’est seulement dans la couche la plus ancienne que l’on a trouvé des pièces importées de Milet. Dans les couches suivantes, il n’y a plus que de la production locale6.

6Cette très large prépondérance de la production locale réflète évidemment la volonté de la part des artisans d’affirmer leur autonomie. Ainsi peut-on s’expliquer que les modèles extérieurs n’aient pas été à proprement parler imités, mais plutôt réélaborés, adaptés et transformés en quelque chose de nouveau, au terme d’un processus de création éclectique.

7Les composantes stylistiques que l’on peut observer sur les protomés de Sélinonte recoupent en grande partie la provenance géographique de la céramique. Ainsi les artisans se sont-ils inspirés surtout de modèles venus de la Grèce de l’Est, de Corinthe et de l’Attique. Des modèles puniques, et plus rarement grecs de l’Ouest, ont également exercé leur influence.

8Ces différentes composantes seront analysées plus loin dans le détail : on parlera ainsi d’influences grecque de l’Est, corinthienne, attique, punique, ainsi que d’influences venues de Sicile et d’Italie du Sud. Mais ces influences ne sont pas quantifiables de façon absolue, car elles varient considérablement d’un type à l’autre, comme le montrera la description détaillée de chaque type dans le Catalogue. Même si l’une de ces influences stylistiques est dominante dans un groupe, d’autres influences ou modèles ainsi que des particularités locales peuvent également y être présentes. Il faut donc relativiser la valeur de ces désignations géographiques : elles se réfèrent à la composante qui dans le type en question est la plus évidente. Celle-ci est toutefois rarement isolée, car le matériel sélinontin se caractérise, nous l’avons vu, par un éclectisme prononcé.

Modèles ioniens

9Les modèles de Grèce orientale sont largement répandus parmi les protomés de Sélinonte et en général de Grèce d’Occident. Leur influence est notamment manifeste sur les types de nos groupes 1-8. Ces huit groupes comprennent 65 types et 9 variantes, soit 44 % de l’ensemble des types et variantes. Mais comme ils totalisent 1712 exemplaires, cela signifie que 70 % des protomés provenant du sanctuaire de la Malophoros sont plus ou moins marquées par l’influence de modèles grecs orientaux. Et encore ne tienton pas compte ici de certains types des groupes 13 et 14, sans doute également inspirés à l’origine par des modèles grecs orientaux.

  • 7 CROISSANT 1983.
  • 8 CROISSANT 1983, p. 191 et 219.

10En suivant la typologie proposée par Croissant7, on peut distinguer parmi ces types inspirés de modèles grecs de l’Est les influences stylistiques de Samos, Milet et Chios, ainsi qu’une parenté avec certains types du groupe E, qu’il attribue à Phocée, et du groupe J, qu’il renonce à localiser précisément8. Pour le reste des huit groupes, bien qu’aucun modèle stylistique n’ait pu être déterminé avec précision, la morphologie et la structure des visages révèlent une influence grecque de l’Est. Mais à côté de celle-ci apparaissent aussi parfois d’autres influences, ce qui ne surprend pas outre mesure, compte tenu de l’éclectisme des artisans sélinontins. Le groupe 3 révèle, par exemple, dans le traitement du détail une influence punique ; et le groupe 7 marque la transition entre des structures de visages purement ioniennes et des créations inspirées de modèles attiques.

11Les groupes 1 et 2, dont les types se rattachent respectivement aux styles de Samos et de Milet, et qui comptent à eux deux 1247 exemplaires, représentent 52 % des protomés trouvées dans le sanctuaire de la Malophoros. Mais ces 1247 exemplaires peuvent être répartis en 19 types et 1 variante, ce qui ne correspond qu’à 12 % des types et variantes. Et le type 2C, présent avec 511 exemplaires, constitue une grande part de cet ensemble.

12Dans ces deux groupes se trouvent aussi les seuls types — au nombre de quatre — qui soient des imitations précises de modèles. Il s’agit, en l’occurrence, de trois imitations de modèles samiens, 1Α, 1B et 1C, et d’une imitation d’un modèle milésien, 2A. Tous les autres types des groupes 1-8 sont soit des adaptations soit des transformations de modèles originaires de Grèce de l’Est.

Modèles corinthiens et attiques

13L’influence stylistique de Corinthe sur les protomés sélinontines est très faible. En fait, seuls quatre types et quatre variantes (5 %), qui constituent notre groupe 10, rappellent par la structure du visage les modèles corinthiens. Cet ensemble compte 48 exemplaires (2 %).

14Les modèles attiques sont attestés par sept types et une variante (5 %), que nous avons réunis dans le groupe 9, et qui représentent 120 exemplaires (5 %). Les trois types 9A, 9B et 9C sont particulièrement intéressants car ils présentent une combinaison d’éléments grecs de l’Est et attiques. Ces exemples montrent clairement que les diverses traditions stylistiques s’enchevêtrent et donnent naissance à des formes évolutives, qui ne sont pas refermées sur elles-mêmes.

  • 9 Cf. Chr. DEHL-VON KAENEL, Keramik als Handelsware : zum Vertrieb korinthischer Keramik in das Malo (...)
  • 10 Cf. D. LEIBUNDGUT WIELAND, Selinunt. Nekropole Manicalunga - Gräber im Gebiet Timpone Nero (1994), (...)

15On peut se demander pour quelle raison l’influence de Corinthe et de l’Attique sur la production des protomés a été sensiblement plus faible que celle de la Grèce de l’Est. Pour la céramique, on assiste en tout cas au phénomène exactement inverse : dans le sanctuaire de la Malophoros9, comme dans les tombes environnantes10, les importations corinthiennes et attiques sont nombreuses, alors que la part de la Grèce de l’Est reste faible.

16Il serait intéressant de savoir quel a été l’impact des diverses influences stylistiques sur les types de statuettes sélinontines, mais celles-ci n’ont malheureusement toujours pas fait l’objet d’une publication systématique. Il est probable en tout cas que ces influences stylistiques corinthienne et attique y ont été bien plus marquées que sur les protomés. Les plus anciennes métopes sélinontines montrent une influence du style corinthien, de même que la statuette dont dérive un des types de notre groupe 10, le type 10B.

Modèles puniques

  • 11 Les types 1B, 9D et 12G sont attestés à Motyé. Cf. Mozia vol. 1 (1964), A. CIASCA, Le terrecotte, (...)
  • 12 D. LEIBUNDGUT WIELAND, Beobachtungen und Gedanken zu Grabbeigaben. Importierte und lokale Keramik (...)

17Il est intéressant de constater aussi que diverses protomés révèlent par la structure du visage comme par certains détails iconographiques une forte composante punique ; mais cela n’est pas surprenant si l’on considère la position géographique de Sélinonte. Cité la plus occidentale de la Sicile, celle-ci entretenait en effet des relations privilégiées avec la culture punique qui domine à cette époque la pointe occidentale de l’île. Dans le tophet de Motyé ont d’ailleurs été trouvés trois types de protomés, représentés en plusieurs exemplaires à Sélinonte, d’où manifestement ils ont été exportés à Motyé11. Un autre indice des relations entre les deux populations nous est fourni par les nécropoles qui entourent Sélinonte : on y a trouvé sept amphores puniques utilisées comme urnes12.

18Outre divers détails du répertoire punique, observés dans le groupe 3, et dont il a déjà été question, on constate que certaines structures de visages sont d’inspiration nettement punique : nous les avons réunies dans le groupe 11, qui comprend 6 types (4 %) et un total de 68 exemplaires (3 %).

Modèles empruntés à d’autres cités coloniales de Sicile et d’Italie méridionale

  • 13 Contrairement à ce que laisse entendre l’auteur dans sa note 43, nous ne saurions donc nous associ (...)

19Quant à l’influence des modèles de protomés créés dans d’autres colonies grecques de Sicile ou d’Italie méridionale sur la production des protomés sélinontines, elle apparaît à l’époque archaïque comme très secondaire13. Les cités coloniales se trouvaient en effet toutes dans une situation semblable : elles n’avaient pas de tradition propre et devaient s’inspirer de modèles extérieurs tout en s’efforçant de développer un style indépendant. Et c’est sans doute la première raison de la forte tendance à l’éclectisme que l’on on constate dans la coroplathie de toutes ces colonies grecques d’Occident.

  • 14 CROISSANT 1983, p. 474.

20Un autre facteur qui a poussé les colonies occidentales à définir des choix stylistiques originaux a déjà été relevé par Croissant, à propos de la « mère patrie » grecque : « Dans une société politiquement morcelée comme la Grèce du VIe siècle, il est normal qu’aux rivalités économiques se soit superposée une compétition artistique… »14. Cette affirmation vaut sans doute également pour l’Occident grec et peut expliquer les oppositions stylistiques marquées que l’on observe entre les différentes cités.

21En dépit de ces réserves, on trouve parmi les types sélinontins quelques créations inspirées de modèles grecs occidentaux. Un de ces types, 13A, importé d’Agrigente à Sélinonte, y a servi de modèle pour une reproduction, 13B, et une transformation, 13C. Le type 13F, quant à lui, prend comme base des modèles de Géla, probablement le type 13E, qui en est directement importé. L’artisan qui a créé les deux types 13K et 13L a été influencé par des modèles de Locres, alors que les artisans des types 13M, 13N, 13Na et 13Ô, s’inspirent de modèles métapontins.

  • 15 Un type sélinontin, 9C, a été exporté à Géla.

22Il apparaît donc que durant l’époque archaïque seuls deux types ont été importés à Sélinonte, l’un d’Agrigente (13A, un exemplaire), l’autre de Géla (13E, deux exemplaires)15 tandis que sept types et une variante, 13B, 13C, 13F, 13K, 13L, 13M, 13N, 13Na, 13Ô, étaient créés, plus ou moins directement, à partir de modèles grecs occidentaux.

23A ces types archaïques, il conviendrait d’ajouter un certain nombre de protomés du Ve siècle av. J.-C. et même une du IVe siècle av. J.-C., qui révèlent également une influence grecque occidentale. Il s’agit des six types 13D, 13G, 13H, 13J, 13P et 13Q, dont l’ensemble représente 21 exemplaires. Mais il faut noter que toutes ces protomés dérivent de statuettes. Elles devraient donc être analysées avec les statuettes sélinontines provenant du sanctuaire de la Malophoros. Une analyse séparée, qui les isole de leur contexte stylistique, ne permet en tout cas aucune conclusion sûre.

24Il en va de même pour différents types du groupe 14, qui dérivent également de statuettes. Mais il faut ajouter que certains de ces types, même archaïques, n’ont pas pu faire l’objet d’une attribution stylistique nette, soit parce qu’ils n’étaient conservés qu’à l’état de fragments, soit parce qu’on ne pouvait exclure leur dérivation par rapport à des modèles grecs occidentaux, que l’état lacunaire des publications de protomés nous empêche toutefois d’identifier.

  • 16 Cf. D. LEIBUNDGUT WIELAND, Beobachtungen und Gedanken zu Grabbeigaben. Importierte und lokale Kera (...)

25Quoi qu’il en soit, ce que l’on peut retenir c’est qu’au VIe siècle l’influence des autres cités grecques d’Occident est marginale à Sélinonte, sans doute parce que chaque colonie cherche à se distinguer en établissant son propre style. Mais au cours des Ve et IVe siècles, les influences réciproques entre les cités grecques occidentales s’accroissent, car elles s’affirment comme indépendantes vis-à-vis de la « mère patrie » par l’expression culturelle, accèdent à une culture régionale propre, et à ce moment intensifient leurs échanges. Cette hypothèse trouve d’ailleurs une confirmation dans la céramique découverte à Sélinonte : ce n’est pas avant le milieu du Ve siècle que l’on peut y constater des importations ou même des imitations d’autres productions grecques d’Occident16.

Géographie des courants d’importation et d’exportation entre Sélinonte et les autres cités occidentales

26• Importations, imitations ou adaptations de modèles occidentaux à Sélinonte :

27Agrigente : 13A, 13B, 13C, 13D

28Géla : 13E, 13F, 13G

29Camarina : 13H

30Syracuse : 13J

31Locres : 13K, 13L

32Métaponte : 13M, 13N, 13Na, 130

33Medma : 13P, 13Q

34+ Exportations de types sélinontins vers les cités d’Occident :

35Géla : 9C

36Catane : 1H

37Motyé : 1B, 9D, 12G

38Carthage : 9C

Le style sélinontin

  • 17 Voir ci-après p 192-193.

39Le groupe 12, qui comprend 14 types et 8 variantes, est représenté par 188 exemplaires actuellement conservés. Il est caractérisé par une grande homogénéité stylistique et par une structure du visage qui ne trouve de parallèles ni en Grèce, ni en milieu punique, ni dans les autres colonies grecques d’Occident. Les formes dures et à peine modelées révèlent en outre une parenté certaine avec les métopes du temple C à Sélinonte17.

40Vers la fin du VIe siècle av. J.-C. s’est donc manifestement affirmée, malgré l’orientation très éclectique des artisans et l’extraordinaire variété des types, une tradition stylistique que l’on peut considérer comme typique de Sélinonte. Et ce style se retrouve d’ailleurs dans de nombreuses statuettes du sanctuaire de la Malophoros.

Importance de chaque groupe selon le nombre d’exemplaires

Diagramme 6 : Les groupes selon la quantité des exemplaires

41Le diagramme 6 montre l’importance relative des différents groupes selon la quantité des exemplaires. Il en ressort que plus de 50 % des exemplaires trouvés au sanctuaire de la Malophoros sont attribués aux groupes 1 et 2, dont les artisans se sont inspirés de modèles samiens et milésiens. Et le pourcentage des treize autres groupes varie entre 8 % et 1 %.

Importance de chaque groupe selon le nombre de types et de variantes

Diagramme 7 : Les groupes selon le nombre des types et variantes

42Le diagramme 7 montre l’importance relative des différents groupes selon le nombre des types et variantes. La comparaison avec le diagramme précédent montre une répartition tout à fait différente. Si on ne prend pas en considération les deux groupes 13 et 14, qui ne donnent pas de résultats stylistiques, il est évident qu’avec 13 % le groupe 12, qui est caractérisé par un style original sélinontin, domine largement. Le pourcentage des autres groupes varie en effet entre 9 % et 2 %.

Notes

1 Cf. GIULIANI 1979, pl. 1, pl. 4, pl. 5, fig. 1, pl. 6-8, pl. 10, pl. 12, fig. 1, pl. 13, fig. 1, pl. 14-21, pl. 23, fig. 2.

2 GABRICI 1927, p. 238-240, fig. 122.

3 GABRICI 1927, p. 238-239, fig. 121.

4 M. RIOTTO, Il santuario della Malophoros a Selinunte : spunti per una discussione storico-religiosa, Sic. Arch. 59, 1985, p. 26.

5 BARRA BAGNASCO 1986, p. 147-150.

6 UHLENBROCK 1988, p. 38.

7 CROISSANT 1983.

8 CROISSANT 1983, p. 191 et 219.

9 Cf. Chr. DEHL-VON KAENEL, Keramik als Handelsware : zum Vertrieb korinthischer Keramik in das Malophoros-Heiligtum in Selinunt, Münstersche Beitrage zur Antiken Handelsgeschichte, Bd 13 (1994), p. 58.

10 Cf. D. LEIBUNDGUT WIELAND, Selinunt. Nekropole Manicalunga - Gräber im Gebiet Timpone Nero (1994), p. 46. D. LEI BUNDGUT WIELAND, Beobachtungen und Gedanken zu Grabbeigaben. Importierte und lokale Keramik aus der Nekropole Manicalunga von Selinunt, Antike Kunst 1997, p. 10-11.

11 Les types 1B, 9D et 12G sont attestés à Motyé. Cf. Mozia vol. 1 (1964), A. CIASCA, Le terrecotte, pl. 53 et pl. 63, fig. 1. Mozia vol. 8 (1973), V. TUSA, Lo scavo del 1971 : Il luogo di arsione, pl. 28, fig. 1B.

12 D. LEIBUNDGUT WIELAND, Beobachtungen und Gedanken zu Grabbeigaben. Importierte und lokale Keramik aus der Nekropole Manicalunga von Selinunt, Antike Kunst 1997, p. 11.

13 Contrairement à ce que laisse entendre l’auteur dans sa note 43, nous ne saurions donc nous associer à l’opinion exprimée par UHLENBROCK 1988, p. 25 : « In actual fact, the sixth century coroplastic repertoire of Selinus is an amalgam of debased East Sicilian, Agrigentine, and Geloan types ».

14 CROISSANT 1983, p. 474.

15 Un type sélinontin, 9C, a été exporté à Géla.

16 Cf. D. LEIBUNDGUT WIELAND, Beobachtungen und Gedanken zu Grabbeigaben. Importierte und lokale Keramik aus der Nekropole Manicalunga von Selinunt, Antike Kunst 1997, p. 11.

17 Voir ci-après p 192-193.

Table des illustrations

Légende Géographie des courants d’importation et d’exportation entre Sélinonte et les autres cités occidentales
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Diagramme 6 : Les groupes selon la quantité des exemplaires
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Diagramme 7 : Les groupes selon le nombre des types et variantes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540