Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Première partie. Les protomés féminines au sanctuaire de la Malophoros

IV. Morphologie

Texte intégral

1Les protomés de Sélinonte se répartissent, du point de vue morphologique, en trois catégories principales, que nous désignerons par les lettres a, b et c.

2La catégorie a présente le schéma habituel en Grèce de l’Est, avec le voile ramené sur la tête. La catégorie b porte sur la tête un polos ouvert en haut, remplacé parfois par un diadème. La catégorie c, qui n’est que très rarement représentée, montre la tête de la protomé libre, sans voile ni polos ou diadème.

Schéma des différentes catégories

3Mais ces trois critères de différenciation fondamentaux ne suffisent pas à rendre compte de la diversité morphologique des protomés sélinontines, et il faut une subdivision supplémentaire.

Schéma des différentes catégories et formes

4La catégorie a, au voile ramené sur la tête, apparaît sous trois formes fondamentales (formes 1-3). On distingue les protomés à bords latéraux droits, sans élargissement vers le bas (forme 1), d’autres qui montrent un élargissement plus ou moins marqué vers le bas (forme 2), et les protomés en forme de buste (forme 3). La catégorie b, au polos ouvert, se limite aux deux dernières formes (formes 2-3), avec un élargissement vers le bas (forme 2) et en buste (forme 3).

5Seule la catégorie c, où la tête est libre, ne présente qu’une seule forme (forme 3), la protomé en forme de buste.

6Le schéma montre que la catégorie a, la catégorie la plus conventionnelle des protomés, présente trois formes différentes. La catégorie b est assez populaire en Sicile, mais la forme avec les bords latéraux droits n’est pas présente dans la combinaison avec polos ou diadème à Sélinonte. La catégorie c est exceptionnelle parmi les protomés : elle est due à l’utilisation des moules de statuettes.

  • 1 UHLENBROCK 1988, p.35-36.

7Les protomés de Géla ont pu être réparties entre les deux catégories a et b ; la catégorie c n’y est pas attestée. Les protomés qui portent le voile ont été désignées comme « cuff protome », celles qui sont Coiffées du polos comme « sheat protome »1. Mais à la différence de ce qui se passe à Géla, on ne trouve dans la catégorie b de Sélinonte aucun exemplaire dont les côtés tombent droit, sans évasement vers le bas. Tous les exemplaires de la catégorie b des protomés sélinontines montrent un élargissement plus ou moins marqué vers le bas (b2) ou la forme en buste (b3). On remarque aussi que l’évasement est moins prononcé dans la catégorie a (forme a2), et qu’il est souvent combiné avec le voile serré à la hauteur des oreilles.

8La répartition des 141 types et des 25 variantes entre les différentes formes et la fréquence de celles-ci peuvent être synthétisées dans le diagramme et le tableau suivants :

Diagramme 3 : Répartition des types et variantes dans les différentes formes

a1 8 types
5 %
a2 31 types, 2 variantes 20 % b2 24 types, 16 variantes 24 %
a3 4 types 2 % b3 10 types, 3 variantes 8 % c3 5 types 3 %
forme inconnue : 59 types, 4 variantes 38 %

9La première constatation qu’imposent le diagramme et le tableau de répartition des types et variantes est que l’élargissement vers le bas (forme 2) représente la forme typique de Sélinonte, que ce soit dans la catégorie a ou b. Mais on notera aussi que schéma grec de l’Est, qui correspond à la forme a1 n’est représenté que par huit types, soit une fréquence de 5 %. Ces types appartiennent en outre à des groupes pour lesquels les artisans se sont aussi inspirés de modèles ioniens quant à la structure du visage.

10La forme 2, celle dont la partie inférieure s’élargit vers le bas, est la plus fréquente à Sélinonte ; cela concerne aussi bien la catégorie a (20 %) que la catégorie b (24 %). Il est intéressant de relever que la forme a, n’est présente que parmi les types et variantes des huit premiers groupes, c’est-à-dire ceux pour lesquels, généralement, les artisans se sont inspirés de modèles grecs de l’Est. C’est aussi le cas, du moins à l’origine, des deux types 13K et 13L.

  • 2 Voir ci-après, p 84.

11Les protomés en forme de buste a3, b3 et c3 ne représentent respectivement que 2 %, 8 % et 3 % de l’ensemble des types et variantes. Cela n’est pas surprenant en soi car ces formes ne furent guère utilisées qu’à la fin du VIe siècle et au début du Ve siècle av. J.-C. C’est le moment où les protomés commencent à passer de mode et où les bustes les remplacent. Les deux types 1A et 1B représentent une exception : ils appartiennent à la catégorie c3, mais sont fabriqués plus tôt que les autres exemplaires de la catégorie c32.

1238 % des types et des variantes de protomés ne nous sont connus que par un exemplaire fragmentaire ; de ce fait, nous en ignorons la forme précise.

Répartition des types et variantes dans les différentes formes

forme a1 : 1E, 1H, 1J, 1K, 2A, 2B, 5A, 6A.
forme a2 : 1C, 1D, 1F, 1G, 2C, 2E, 2F, 3Aa, 3B, 3F, 4C,
4D, 4Db, 5B, 5C, 5E, 6B, 6C, 6D, 7A, 7B, 7C, 7D, 7E,
7F, 8A, 8B, 8C, 8D, 8K, 8L, 13K, 13L.
forme a3 : 7H, 12J, 13E, 14Q.
forme b2 : 2D, 2J, 3Ab, 3Ac, 3Ba, 3G, 3Ga, 4Da, 9C,
9Ca, 9D, 9E, 9F, 10A, 10Aa, 10Ab, 10Ac, 10Ad, 10D,
11A, 11C, 11F, 12A, 12Aa, 12Ba, 12C, 12Ca, 12G, 12K,
13G, 13N, 13Na, 14B, 14D, 14E, 14Ea, 14Eb, 14G,
140, 15A.
forme b3 : 2H, 4E, 4Ea, 9B, 10B, 11D, 11E, 12Ab,
12Ac, 13F, 14F, 14L, 14N.
forme c3 : 1A, 1B, 13D, 13H, 13P.

Couvre-chef

  • 3 Pour une subdivision détaillée, cf. M. DEWAILLY, La divinità femminile con polos a Selinunte, Sic. (...)

13Pour la désignation du couvre-chef on emploiera ici les termes génériques de voile, de polos, de bandeau de la coiffe et de diadème. On a renoncé à une subdivision plus précise à l’intérieur de ces formes3, car la tête des protomés n’étant pas traitée en ronde bosse, les distinctions que l’on pourrait établir seraient souvent arbitraires.

Voile et bandeau de la coiffe

14Une grande partie des protomés sélinontines ont le crâne couvert du voile, et la surface de ce voile est lisse. Dans un seul cas, celui du type 5E, les plis horizontaux en ont été rendus plastiquement. Dans un seul cas, celui du type 5E, le voile autour de la tête montre des plis horizontaux, rendus en relief.

15Souvent un diadème est posé sur le voile. La chevelure frontale ressort parfois en dessous de celui-ci, ou bien se trouve complètement cachée. Cela donne l’impression qu’il y a un bandeau de la coiffe (ou une coiffe). Si la protomé porte un polos, le voile retombe sur le polos, ou ressort au-dessous.

Fréquence et répartition du voile et du bandeau de la coiffe

  • 4 Types avec voile : 1D, 1E, 1F, 1G, 1H, 1 J, IK, 2A, 2B, 2C, 2E, 2F,3F, 4A, 4B, 4C, 4D, 4Db, 5A, 5B (...)
  • 5 Types avec bandeau de la coiffe sans chevelure frontale : 1D, 1E, 1G, 1H, 1J,2A, 2D, 2E, 2F, 4C, 6 (...)

Voile couvrant la tête : 54 types, 1 variante4.
Coiffe sans chevelure frontale : 21 types5.

16Le voile couvrant le crâne est présent surtout, particulièrement, comme on l’a vu, sous la forme a1, dans les groupes 1-8, dont les types sont pour l’essentiel dérivés de modèles grecs de l’Est. Et d’ailleurs la coiffe dissimulant la chevelure frontale est une autre caractéristique des protomés de Grèce orientale. Or on ne la retrouve que parmi nos types des groupes 1-8.

Polos et diadème

17Sous la désignation de parure de tête on entendra aussi bien polos que diadème. On parle de diadème lorsque cette parure est basse et que les extrémités latérales supérieures en sont arrondies. Si ces mêmes extrémités sont anguleuses, on utilise la dénomination de polos, quelle que soit la hauteur et la forme qui en résulte. L’« anneau », de largeur variable, qui vient s’ajouter au voile ou au polos sera aussi désigné comme diadème. Il y a souvent un doute, en pratique, pour savoir s’il s’agit d’un ornement indépendant, ou du bord inférieur d’un polos.

18La hauteur du polos varie sensiblement non seulement d’un type à l’autre mais aussi souvent à l’intérieur d’un même type. Nous avons renoncé à une subdivision, fondée sur la hauteur, en « polos » et « couronne », qui aurait été arbitraire. Le terme de polos sera également utilisé quand, en raison de la faible hauteur, on pourrait utiliser une autre dénomination ; les critères de distinction seraient trop vagues et le choix serait artificiel.

19L’éventail des hauteurs de polos s’étend des grands formats, tels que 9D, 11C et 12K aux très petits, comme ceux des types 2D et 11E. Et leurs formes de polos présentent aussi une grande variété. Les tendances principales sont les suivantes :

Grand polos, pratiquement vertical : ex. 14D.
Polos en forme de calathos : ex. 9E et 12K3.1.
Polos placé en retrait : ex. 11A, 11B et 13M.
Polos incliné en avant : ex. 7F.
Polos à forte saillie : ex. 13C.

20L’exemplaire 10A 1.1 présente une particularité : c’est le seul qui ait le bord latéral du polos légèrement déplacé vers l’intérieur.

21La partie inférieure du polos est fréquemment soulignée par un bord plus ou moins large, p.ex. sur 1Ka, 12C, 12D, 14N. Sur le type 9F, le bord inférieur du polos recoupe la chevelure frontale et s’en détache plastiquement. Quant au bord supérieur, il n’est que rarement accentué, comme par exemple sur 9F1.1.

22Un seul exemplaire, 9G1.1, est orné d’un disque en relief plastique. Celui-ci n’est pas placé exactement au milieu de la vue frontale sur le bord inférieur du polos, qui est souligné par un double rebord finement modelé en relief.

23Le diadème du type 9D est façonné avec un art particulier : il est modelé en bandeau de perles. Le diadème du type 13Q a été orné de cinq disques en relief plastique ; le type 13J, seul représentant du IVe siècle av. J.-C., est pourvu d’un diadème avec trois appliques en relief plastique qui veulent représenter, probablement, des rosettes.

24La coiffe du type 2D est également remarquable : elle est non seulement en forme de triangle au-dessus du milieu du front, mais aussi décorée de deux lignes incisées.

  • 6 Ci-dessus, p 53.

25Quant aux ornements peints sur le polos et le diadème, ils ont été mentionnés plus haut6.

Fréquence et répartition du polos et du diadème

  • 7 Pour Géla, cf. UHLENBROCK 1988, p. 36.

26Les protomés de Sicile portent très souvent le polos7, et c’est notamment le cas à Sélinonte, où il représente le couvre-chef le plus répandu.

Diagramme 4 : Répartition des couvre-chefs

  • 8 Types avec polos : lKa, 2D, 2G, 2H, 2J, 3Ab, 3Ac, 3Ba, 3C, 3D, 3E, 3G, 3H,4Da, 4E, 4Ea, 4F, 7F, 8H (...)
  • 9 Types avec diadème : 1C, 3A, 3Aa, 3B, 10Ac, 12Ac, 13D, 13J, 13P, 13Q, 14A, 14C, 14Ea, 14J( ?), 14Q
  • 10 Types sans couvre-chef : 1A, 1B, 12H, 13H, 14H.
  • 11 Types dont le couvre-chef est inconnu : 8P, 12Db, 12N, 16D.

Voile 54 types, 1 variante 33 %
Polos 68 types, 18 variantes8 52 %
Diadème 11 types, 4 variantes9 9 %
Sans 5 types10 3 %
couvre-chef
Couvre-chef 3 types, 1 variante11 3 %
inconnu

27Il est rare que les protomés y soient parées, à la place d’un voile ou d’un polos, d’un simple diadème. A Sélinonte cinq types seulement sont modelés sans couvre-chef ni parure de tête.

Stylisation de la coiffure frontale

28Le matériel sélinontin présente une grande variété quant au modelé des coiffures frontales. Aujourd’hui il n’est guère possible d’établir si ces différentes coiffures reposent sur des traits régionaux ou si elles correspondent simplement aux modes successives. Il est frappant de constater que dans la coroplathie sélinontine, qui se caractérise aussi par une riche variété de styles, fondée sur un large éclectisme, la stylisation de la coiffure frontale varie justement comme sur aucun autre site colonial de la Grèce d’Occident. Les diverses composantes stylistiques que les protomés sélinontines permettent d’observer peuvent être en partie rapportées à telle ou telle région géographique. La question de savoir si c’est aussi le cas pour la coiffure reste ouverte.

Aperçu des différentes stylisations de la coiffure frontale

29Il faut souligner que ce ne sont pas seulement les stylisations qui diffèrent mais aussi la longueur et la largeur des divers arrangements de la coiffure qui varient. De plus les coiffures frontales, suivant les types, peuvent être partagées par le milieu ou peuvent former un angle. La mise en évidence du milieu du front, sur quelques types, est obtenue par deux godrons ou gouttières plus courts.

Himation latéral et chevelure latérale

30Le bord latéral des protomés est formé soit par l’himation, soit par la chevelure, dans quelques cas seulement par les deux à la fois. L’himation a, en général, un modelé plat. De nombreux exemplaires étaient probablement structurés par la polychromie, comme on le voit encore sur l’exemplaire 1Ε1.1, dont le drapé rendu par la peinture a été conservé.

  • 12 Des bordures en relief se rencontrent aussi à Géla : cf. UHLENBROCK 1988, pl. 9, fig. 26c, 33a, 35 (...)

31Les plissés en zigzag des deux types 1F et 9D ont été façonnés en relief. Le type 1F, en outre, présente une bordure plastique à l’intérieur du voile. Comme second exemple de bordure en relief, on doit mentionner le type 1D12.

  • 13 Plis verticaux sur une protomé à Géla : UHLENBROCK 1988, pl. 40a.

32Un seul type, 5E, présente un rendu plastique des plis verticaux et horizontaux au niveau de la tête. Sur six autres types, les types 5C( ?), 7E, 9E, 9F, 11F( ?) et 14Q, les plis verticaux du voile ont été modelés en relief. Pour les deux types 5C et 11F on ne peut établir avec certitude si les saillies plastiques verticales doivent être considérées comme des plis du voile ou comme des tresses lisses13.

33Lorsque la bordure latérale de la protomé n’est pas constituée par un himation, elle est généralement structurée par une chevelure latérale. Celle-ci est formée d’une ou plusieurs tresses, modelées en forme de perles, à nervures transversales ou complètement dépourvues de structure. Les tresses sont rigoureusement droites ou bien, notamment sur les protomés en for-me de buste, épousent la forme du corps. Dans quelques cas seulement la coiffure latérale affecte la structure d’une masse de cheveux ondulés.

Structures latérales : tableau synoptique.

  1. Modelé latéral inconnu 28 types, 1 variantes14 17 %
  2. Himation plat 66 types, 13 variantes15 48 %
  3. Himation avec bordure plastique 2 types16 1 %
  4. Himation structuré 9 types17 5 %
  5. 1 tresse 1 type, 1 variante18 1 %
  6. 2 tresses 10 types, 1 variante19 7 %
  7. 3 tresses 16 types, 7 variantes20 14 %
  8. Chevelure latérale ou plus de 3 tresses 6 types, 1 variante21 4 %
  9. Cheveux tombant derrière les épaules 4 types22 3 %

Diagramme 5 : Répartition des structures latérales

Boucles d’oreilles et collier

  • 23 Cf. BOARDMAN 1981, fig. 158 (Koré Acr. 674) et fig. 159 (Koré Acr. 684).

34La plupart des protomés sélinontines sont pourvues de boucles d’oreilles. Il s’agit, en général, d’un disque plat, en relief, qui était intégré au moule. Cette sorte de parure d’oreilles était aussi largement répandue en Ionie et dans toute la Grèce. Dans ce cas également la polychromie apportait une certaine variété dans l’uniformité de ces disques, comme on peut le constater, aujourd’hui encore, sur différentes korés en marbre23. Mais aucune des protomés de Sélinonte n’a conservé de traces de polychromie sur les boucles d’oreilles. Un seul type, 1C, présente un disque à décor plastique en forme de rosette.

  • 24 La perforation du lobe de l’oreille a été aussi observée sur un type de Locres : BARRA BAGNASCO 19 (...)

35Le disque en relief de deux types, 1H et 1J, présente en son milieu une légère concavité. Sur divers types le disque a été perforé, manifestement pour y incruster comme ornement supplémentaire une pierre ou un verre coloré. Sur un seul exemplaire 12C3.3, la perforation n’est pas circulaire mais en forme de losange ; il s’agit là d’une particularité unique aussi bien pour Sélinonte que pour tout autre site grec. La parure d’oreilles du type 12K varie selon les exemplaires ; certains ont le disque perforé, d’autres présentent un trait incisé et dans ceux de la troisième génération, c’est directement le lobe de l’oreille qui est perforé de façon à pouvoir y loger une pierre ou une boucle d’oreille métallique24.

  • 25 Cf. CROISSANT 1983, pl. 30.

36Pour les deux types 12E et 14G, et peut-être aussi pour 12D.1, l’artisan ne s’est pas limité au disque, comme parure d’oreilles, mais y a ajouté, après moulage et à la main, un anneau pourvu d’un prolongement vers le bas. Sur deux types, 4Ea et 5A, ce genre de parure d’oreilles de facture plus soignée, mais sans disque, a été façonné directement dans le moule. La signification de cette forme n’est pas claire. Le prolongement vertical peut être interprété comme un bouton de fleur. La statue de Phrasikleia montre une parure d’oreilles presque identique, dont la forme est très proche d’un bouton de fleur25. Deux exemplaires du type 5A présentent, en outre, au milieu du front un bouton de fleur peint ; il est fort possible qu’un rappel de cette forme se retrouve dans la parure d’oreilles.

  • 26 Cf. UHLENBROCK 1988, p. 37, pl. 1, fig. a-b : genre semblable à 5A. pl. 47, pl. 48, fig. b, pl. 49 (...)
  • 27 DEWAILLY 1992, p. 72-73, fig. 37.
  • 28 MARCONI 1933, p. 57, fig. 34.
  • 29 UHLENBROCK 1988, pl. 47.

37Une autre interprétation considère l’anneau et le prolongement vers le bas comme un bucrane26. Trois types avec ce genre de parure d’oreilles ont aussi été trouvés à Géla ; Uhlenbrock les a interprétés comme étant des bucranes. On peut voir un argument en faveur de cette interprétation dans l’existence à Sélinonte de statuettes assises pourvues de colliers à pendentifs en forme de têtes de taureaux27. De telles statuettes assises sont également connues à Agrigente28. À Géla on a même trouvé une protomé qui non seulement avait cette parure d’oreilles mais en outre un collier à deux rangées, dont l’une était composée de têtes de taureaux29. Manifestement le taureau était d’une certaine manière en relation avec le culte de Déméter. Il faut par ailleurs noter que dans les colliers il s’agit toujours de têtes de taureaux, non de bucranes ; l’interprétation de nos boucles d’oreilles comme étant des bucranes n’est donc pas assurée.

  • 30 Cf. BOARDMAN 1981, fig. 108 : la koré de Berlin porte une parure d’oreille également tripartite, m (...)
  • 31 CROISSANT 1983, pl. 30.
  • 32 UHLENBROCK 1988, pl. 47, pl. 48, fig. c.

38Une autre particularité est attestée par le type 13M. Il présente non seulement une surprenante parure d’oreilles en trois parties, ce qui la distingue de toutes les autres boucles d’oreilles, mais il est aussi décoré d’un collier avec breloque en relief. La boucle d’oreille se compose d’un disque rond et perforé, d’une partie centrale ovale et d’un petit disque rond30. Le collier est représenté par deux fines raies incisées ; la breloque tripartite se compose d’un petit élément rectangulaire, d’un disque rond placé en dessous et probablement encore d’un disque plus petit. Pour cet ornement de cou, on peut aussi établir une comparaison avec la statue de Phrasikleia, qui porte un collier avec plusieurs breloques en relief en forme de petits aryballes, très semblables à la breloque sélinontine31. La protomé de Géla qui possède un collier à double rangée présente elle aussi une rangée composée d’aryballes ; un autre fragment de Géla présente un seul aryballe comme breloque32. Mais celle-ci pourrait être également comprise comme une capsule de pavot ou une grenade.

  • 33 Exemples de breloques peintes de forme semblable : O. RUBENSOHN, Das Delion von Paros (1962), p. 1 (...)

39Bien que ce type 13M de Sélinonte soit le seul à présenter au cou un ornement plastique, il faut une fois encore rappeler que probablement une grande partie des protomés avaient un collier peint33.

Tableau des boucles d’oreilles et des breloques

  • 34 Disque plat : 1F, 1K, lKa, 2A, 2B, 2D, 2E, 2G, 2H,2J, 3A, 3Aa, 3E, 3G, 3Ga, 3H, 4E, 4F, 6A, 6C, 6D (...)

Note34

Indications vestimentaires

  • 35 Pour les statues en marbre cf. p.ex. : BOARDMAN 1981, fig. 153, koré d’Athènes Acr. 670 ; fig. 159 (...)

40Sur de nombreux types le décolleté est modelé en relief, selon une forme toute droite ou légèrement concave. Sur un seul type de protomé sélinontine, 13H, les ourlets du chiton remontant sur les épaules et les boutons ont été façonnés en relief ; cela constitue une particularité, à vrai dire bien connue pour les statues en marbre, mais pas autrement attestée par les protomés35.

41Le type 1A, façonné à l’aide d’un moule de statuette, présente des plis obliques sur la poitrine. Sur le type 7H, non seulement la partie horizontale du vêtement, mais aussi le bord intérieur de l’himation, qui tombe sur les épaules et passe sous les tresses, sont façonnés en relief.

42Le type 14Q, modelé en forme de buste, provient probablement d’une statuette et remonte au Ve siècle av. J.-C. ; il présente des plis de péplos et d’himation en relief.

Notes

1 UHLENBROCK 1988, p.35-36.

2 Voir ci-après, p 84.

3 Pour une subdivision détaillée, cf. M. DEWAILLY, La divinità femminile con polos a Selinunte, Sic.Arch. 52-53, 1983, p. 6-7.

4 Types avec voile : 1D, 1E, 1F, 1G, 1H, 1 J, IK, 2A, 2B, 2C, 2E, 2F,3F, 4A, 4B, 4C, 4D, 4Db, 5A, 5B, 5C, 5D, 5E, 6A, 6B, 6C, 6D, 7A, 7B, 7C, 7D, 7E, 7G, 7H, 8A, 8B, 8C, 8D, 8E, 8F, 8G, 8J, 8K, 8L, 8M, 8N, 80, 12G, 12J, 13E, 13K, 13L, 14R, 15C, 15D.

5 Types avec bandeau de la coiffe sans chevelure frontale : 1D, 1E, 1G, 1H, 1J,2A, 2D, 2E, 2F, 4C, 6A, 6B, 6C, 6D, 8B, 8C, 8D, 8F, 8H, 8N, 80.

6 Ci-dessus, p 53.

7 Pour Géla, cf. UHLENBROCK 1988, p. 36.

8 Types avec polos : lKa, 2D, 2G, 2H, 2J, 3Ab, 3Ac, 3Ba, 3C, 3D, 3E, 3G, 3H,4Da, 4E, 4Ea, 4F, 7F, 8H, 9A, 9B, 9C, 9Ca, 9D, 9E, 9F, 9G, 10A, 10Aa, 10Ab, 10Ad, 10B, 10C, 10D, 11 A, 11B, 11C, 1 1 D, 11E, 11F, 12A, 12Aa, 12Ab, 12B, 12Ba, 12C, l2Ca. I2D, 12Da, 12E, 12F, 12Ga, 12K, 12L, 12M, 120, 13A, 13B, 13C, 13F, 13G, 13M, 13N, 13Na, 130, 14B, 14D, 14E, 14Eb, 14F, 14G, 14K, 14L, 14M, 14N, 140, 14P, 15A, 15B, 15E, 15F, 16A, 16B, 16D, 16E, 16F.

9 Types avec diadème : 1C, 3A, 3Aa, 3B, 10Ac, 12Ac, 13D, 13J, 13P, 13Q, 14A, 14C, 14Ea, 14J( ?), 14Q.

10 Types sans couvre-chef : 1A, 1B, 12H, 13H, 14H.

11 Types dont le couvre-chef est inconnu : 8P, 12Db, 12N, 16D.

12 Des bordures en relief se rencontrent aussi à Géla : cf. UHLENBROCK 1988, pl. 9, fig. 26c, 33a, 35a et c, 40c, 43a et b, 44a et b, 46a.

13 Plis verticaux sur une protomé à Géla : UHLENBROCK 1988, pl. 40a.

14 Le modelé latéral des types suivants n’est pas connu ailleurs : 2G, 3D, 3H, 4B, 7G, 8E, 8F, 8G, 8H, 8J, 8N, 80, 16B, 16C, 16D, 16E, 16F.

15 Types avec himation plat : 1E, 1G, 1H, 1J, 1K,2A, 2B, 2C, 2D, 2E, 2F, 2J,3A, 3Aa, 3Ab, 3Ac, 3B, 3Ba, 3C, 3F,4A, 4C, 4D, 4Da, 4Db, 5A, 5B, 6A, 6B, 6C, 6D, 7A, 7B, 7C, 7D, 7F, 8B, 8C, 8D, 8K, 8L, 8M, 8P, 9C, 9Ca, 10Ac, 11E, 12C, 12Ca, 12D, 12Da, 12E, 12F, 12G, 12Ga, 12J ?, 12K, 13B, 13C, 13E, 13F, 13G, 13K, 13L, 13N, 13Na, 13Q, 14C, 14D, 14E, 14Ea, 14K, 14M, 140, 14P, 14R,15B, 15C, 16A.

16 Types avec himation orné d’une bordure en relief :1D, 1F.

17 Types avec himation structuré : 1F, 5C ?, 5E, 7E, 9D, 9E, 9F, 11F ?, 14Q.

18 Types avec une tresse : 3G, 10Ab.

19 Types avec deux tresses : 1B, 1C, 3Ga, 5D, 8A, 9D, 10A, 13M, 14F, 14J ?, 15A.

20 Types avec trois tresses : 2H, 3E, 7H, 9A, 9B, 10Aa, 10Ad, 10B, 10C, 10D, 11A, 11C, 11 D, 12A, 12Aa, 12Ab, 12Ac, 12B, 12Ba, 14A, 14B, 14Eb, 14G.

21 Types avec chevelure latérale ou plus de trois tresses : 4E, 4Ea, 4F, 13A, 130, 14L, 14N.

22 Types avec cheveux tombant derrière les épaules : 1A, 13D, 13H, 13P.

23 Cf. BOARDMAN 1981, fig. 158 (Koré Acr. 674) et fig. 159 (Koré Acr. 684).

24 La perforation du lobe de l’oreille a été aussi observée sur un type de Locres : BARRA BAGNASCO 1986, p. 126, et n. 77.

25 Cf. CROISSANT 1983, pl. 30.

26 Cf. UHLENBROCK 1988, p. 37, pl. 1, fig. a-b : genre semblable à 5A. pl. 47, pl. 48, fig. b, pl. 49, fig. d.

27 DEWAILLY 1992, p. 72-73, fig. 37.

28 MARCONI 1933, p. 57, fig. 34.

29 UHLENBROCK 1988, pl. 47.

30 Cf. BOARDMAN 1981, fig. 108 : la koré de Berlin porte une parure d’oreille également tripartite, mais de forme assez différente.

31 CROISSANT 1983, pl. 30.

32 UHLENBROCK 1988, pl. 47, pl. 48, fig. c.

33 Exemples de breloques peintes de forme semblable : O. RUBENSOHN, Das Delion von Paros (1962), p. 146, pl. 26, T40. MOLLARD-BESQUES 1954, pl. 27, fig. B220.

34 Disque plat : 1F, 1K, lKa, 2A, 2B, 2D, 2E, 2G, 2H,2J, 3A, 3Aa, 3E, 3G, 3Ga, 3H, 4E, 4F, 6A, 6C, 6D, 8H, 9C, 9E, 9F, 11A, 11C, 11E, 12A, 12Aa, 12Ab, 12Ac, 12B, 12Ba, 12C, 12Ca, 12Da, 12G, 12J, 13A, 13F, 13G, 13H, 13K, 13Q, 14D, 14E, 14Ea, 14Eb, 14F, 14J, 14K, 16B, 16D.

35 Pour les statues en marbre cf. p.ex. : BOARDMAN 1981, fig. 153, koré d’Athènes Acr. 670 ; fig. 159, koré d’Athènes Acr. 684 ; cette dernière avait des boutons placés dans les trous.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Diagramme 3 : Répartition des types et variantes dans les différentes formes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Diagramme 4 : Répartition des couvre-chefs
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Diagramme 5 : Répartition des structures latérales
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Note34
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1797/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540