Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Première partie. Les protomés féminines au sanctuaire de la Malophoros

III. Technique

Texte intégral

Technique de moulage

1La plupart des protomés étudiées ici ont été produites à l’aide d’un moule. On constate cependant que sur quelques exemplaires certains détails ont été retouchés après moulage avec un ébauchoir. De telles corrections sont signalées, pour chaque exemplaire concerné, dans le catalogue des types. Seules trois protomés ont été façonnées à la main : il s’agit de 8C.1, 15E.1 et 15F.1.

2La technique du moulage suffit naturellement à expliquer la multiplication d’exemplaires semblables, mais celle-ci atteint parfois un degré inhabituel, notamment avec les 511 exemplaires du type 2C. Et ceux-ci peuvent être répartis en six générations différentes, dont la quatrième, avec 157 exemplaires, est la plus nombreuse. Toutefois de nombreux types ne sont représentés que par un seul exemplaire. Cela ne prouve pas, naturellement, que la production de ces types ait été effectivement limitée à un seul exemplaire, mais il y a là de toute façon une disparité qu’il faudra tenter d’expliquer.

  • 1 La même constatation a été faite à Locres, où l’on n’a encore trouvé à ce jour aucun moule : cf. B (...)
  • 2 Cf. M. H. FOURMONT, Les ateliers de Sélinonte (Sicile), BCH Suppl XXIII, 1992, p. 57-68.

3Bien que la totalité du matériel publié ici provienne du sanctuaire de la Malophoros, il n’est pas vraiment surprenant que l’on n’ait trouvé dans le sanctuaire même, ni les moules utilisés pour la fabrication ni les ateliers de production. Mais on peut en revanche s’étonner que d’une façon générale, dans les fouilles de Sélinonte ou de ses environs, aucun four archaïque de cuisson n’ait pu être à ce jour localisé, alors que les terres cuites sont si nombreuses sur le site1. Des fours de potiers du Ve siècle av. J.-C. sont situés en milieu urbain et sur l’acropole, mais aucun bassin de décantation n’a été trouvé2.

  • 3 Pour des exemples évidents de moules encrassés, voir nos types 15A et 15B. Sur ce problème voir au (...)

4Les moules qui servirent à la fabrication des protomés de Sélinonte étaient sans doute rarement et mal nettoyés ; aussi les visages des exemplaires qui en résultent ont-ils subi peu à peu de graves déformations. Lors du moulage, l’argile est restée dans les creux, ce qui a progressivement causé une diminution sensible du relief des visages. Les joues se sont aplaties, le nez et le menton sont devenus pointus, le diadème s’est rétréci, et certains détails tels, par exemple, que le contour des paupières ou la structure des cheveux ont parfois totalement disparu3. Il est vrai que ce défaut de relief et cette absence de détails pouvaient être compensés au moyen de la peinture.

  • 4 Une recherche précise des différents moules se rapportant à un type donné n’est possible que dans (...)

5Mais certains moules présentaient aussi des imperfections ou des irrégularités. Ces défauts facilitent aujourd’hui l’attribution des différents exemplaires à un moule4 ou à un archétype communs. Le type 10A en fournit une claire illustration : tous les exemplaires présentent un léger décalage vers la gauche des deux festons mitoyens de la chevelure frontale. Cette anomalie permet de conclure que tous les exemplaires, y compris les variantes, doivent être rapportés à un seul et même archétype.

6Il en va de même pour le type 9E : sur tous les exemplaires de la première génération on constate que l’œil droit est sensiblement plus grand que l’œil gauche. Le fait que le polos soit légèrement différent, par la forme et la hauteur, sur 9E1.1 et 9E1.3 nous conduit à penser que les deux exemplaires ne sont pas issus du même moule, mais qu’ils ont un archétype commun, puisque les yeux sont de forme identique.

7La constatation que souvent plusieurs moules ont été utilisés, non seulement pour un seul et même type, mais aussi pour une même génération (moules parallèles), pose un problème délicat. La difficulté est mineure lorsque ces moules semblent avoir été presque identiques : on peut admettre en effet que l’artisan ait fabriqué plusieurs moules à partir de l’archétype. Mais si des différences apparaissent, soit dans l’exécution des détails, soit dans la hauteur du visage à l’intérieur d’une génération, on doit se poser la question de savoir comment ces différences se sont introduites. Il serait en tout cas hasardeux de les attribuer à l’imprécision des surmoulages ; car s’il n’y avait effectivement qu’un seul et unique archétype, tous les moules auraient dû avoir la même forme, même en supposant d’éventuelles différences dans la qualité de l’argile et des variations possibles dans le procédé de cuisson. On peut toutefois justifier de faibles déformations par la mollesse du matériau. C’est la raison pour laquelle souvent des exemplaires du même type diffèrent légèrement dans les détails les plus subtils du visage. Dans ces cas-là il est certainement illusoire de distinguer des types différents ou des variantes ; car il ne faut pas oublier que la masse travaillée par nos artisans restait fort malléable tant qu’elle n’avait pas été solidifiée par la cuisson.

  • 5 Cf. aussi à ce propos les types 1H et 12A.

8Cette réserve faite, on peut tout de même, dans certains cas, s’interroger sur l’origine des variations qui affectent le visage. La première génération du type 1B en fournit un exemple. Il y a eu là certainement deux moules exactement semblables par la hauteur et le détail des traits ; malgré cela, on peut reconnaître deux séries qui se distinguent entre elles par des nuances dans l’expression du visage. Et l’on est alors forcé de se demander si l’un des moules n’a pas été légèrement, mais délibérément modifié, ou bien s’il n’y a pas eu deux archétypes presque identiques5.

9Il n’est toutefois pas possible d’établir dans chaque cas avec certitude si l’ensemble de telles différences peut être attribué à un même type ou bien s’il conviendrait de les répartir entre plusieurs. Le matériel de cette étude présente de toute façon une grande variété typologique. Aussi n’a-t-on pas jugé utile, lorsqu’il s’agissait de faibles modifications, d’augmenter encore le nombre des types, et a-t-on préféré donner ici une signification extensive à la notion d’« archétype » : celui-ci constitue en effet essentiellement la traduction dans l’argile par l’artisan d’une image idéale, mais cette traduction peut comporter diverses modifications, c’est-à-dire être matérialisée par plusieurs archétypes semblables, parce qu’ils sont issus de la même idée, tout en présentant de petites différences dans les dimensions et le modelé.

  • 6 Concernant les problèmes de surmoulage, cf. MULLER 1996, p. 42-47.

10Comme il a été dit plus haut, on a renoncé au dénombrement des moules parallèles à cause de problèmes techniques. La connaissance du nombre des moules parallèles serait intéressante, surtout celle des surmoulages internes ou même externes6 pour les types fabriqués en plusieurs générations et en un grand nombre d’exemplaires. Malheureusement ce sont ces types dont la plupart des exemplaires ont été produits avec des moules encrassés, de sorte qu’il n’était guère possible, ou alors avec un fort coefficient d’incertitude, d’établir une différenciation. Les mêmes raisons qui ont compliqué l’établissement d’une typologie, l’encrassement des moules et l’absence de détails significatifs, ont rendu pratiquement impossible l’analyse des moules parallèles.

Générations et réductions

  • 7 Cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 20-24.

11Plusieurs recherches, fondées sur les principes définis par Nicholls, ont déjà été faites sur le coefficient de réduction entre générations de terres cuites. Jastrow indique un retrait d’environ 18 %, Bonghi Jovino de 17 %, Beskow de 10-21 % et Barra Bagnasco7 de 12-12-17%. Dans le cas des protomés de Sélinonte, le retrait varie entre 9 % et 23 %. Ces chiffres ne doivent être considérés que comme des valeurs indicatives, car les divisions en générations ne sont pas toujours nettes lorsqu’elles sont définies en mesurant la hauteur du visage ; en pareil cas, seules les deux plus grandes valeurs de la hauteur du visage d’une génération sont prises en considération dans le calcul. Ces facteurs expliquent et relativisent les valeurs extrêmes. En fait la plupart des retraits oscillent ici entre 12 et 17 %, et s’accordent donc avec les résultats des autres études.

  • 8 Cf. SGUAITAMATTI 1984, p. 9 n 26, sur le problème de la formation de générations différentes pour (...)

12Sur les 141 types et les 25 variantes recensés, 51 types et 10 variantes (37 %) ont pu être répartis entre différentes générations8.

Les différentes générations

Diagramme 1 : Répartition des protomés entre les différentes générations

  • 9 Une seule génération est représentée pour les types : 1D, 1F, 1J, lKa, 2A, 2G, 3A, 3Aa, 3C, 3D, 3E (...)
  • 10 Types attestés par un seul exemplaire : 3Ga, 3H, 4F, 5D, 8A, 8C, 8E, 8F 8H, 8J, 8K, 8L, 8M, 8N, 80 (...)

13Dans le sanctuaire, 90 types et 15 variantes (63 %) n’étaient représentés que par une seule génération9. Il faut toutefois noter que 49 types et 6 variantes (33 %) ne sont attestés que par un seul et unique exemplaire 10. L’existence d’un unique exemplaire ne prouve évidemment pas que le type ou la variante n’a été produite qu’une seule fois ; mais c’est quand même l’indice d’une production étroitement limitée. Les exemplaires uniques peuvent se classer en trois groupes :

  • Grands exemplaires soigneusement travaillés ;
  • Exemplaires de qualité très médiocre ;
  • Exemplaires appartenant aux groupes 13 et 14, les deux groupes comportant des importations ou imitations des autres sites occidentaux ou des types fabriqués à l’aide d’un moule de statuette.
  • 11 MULLER 1996, p. 511-512.

14Pour les exemplaires de grandes dimensions et de haute qualité on peut imaginer une commande faite par une personne ou une famille importante, voire une commande publique. L’occurrence des types uniques et de qualité d’une part et des fabrications en masse et de qualité mineure d’autre part pourrait conforter la thèse selon laquelle la profession comprenait deux catégories distinctes, les sculpteurs, créateurs de prototypes, et les mouleurs11.

  • 12 Types représentés par deux générations : 1Α, 1E, 1K, 2B, 2F, 2H, 2J, 3Ab, 3B, 3Ba, 4A, 4D, 4Da, 4E (...)
  • 13 Trois générations : types 1C, 1G, 2D, 2E, 3Ac, 4Db, 9B, 11D, 12K, 13H, 13Na.
  • 14 Quatre générations : types 1B, 9C, 12A, 12C, 13K. Le type 1Β présente en outre une génération inte (...)
  • 15 Types 1H et 2C. Le type 1H présente en outre une génération intermédiaire.
  • 16 B. SCHMALTZ, Terrakotten aus dem Kabirenheiligtum bei Theben (1975), p. 3 : attestation d’une succ (...)
  • 17 DEWAILLY 1992, p. 131.

15Deux générations ont pu être identifiées pour 36 types et 7 variantes12, trois générations pour 8 types et 3 variantes13. Une subdivision en quatre générations a été opérée dans quatre cas14. Et alors qu’aucun type ne permettait d’observer cinq générations, deux types comportaient six générations successives15. L’existence de six générations est un fait rare16. L’existence de trois générations représentait le maximum observé parmi les 1275 statuettes aux parures du sanctuaire de la Malophoros, qui ont été classées en 29 types17.

  • 18 Cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 22.

16La différence de hauteur entre deux générations, conditionnée par des facteurs techniques, a été calculée à l’aide de la hauteur du visage18. La plus grande hauteur de visage de la première génération a été comparée à la plus grande hauteur de visage de la deuxième génération. Les données en pourcentage qui en résultent ne doivent donc pas être considérées comme des valeurs absolues. A l’intérieur d’une génération la hauteur des visages varie plus ou moins sensiblement, car elle dépend :

  1. de la qualité du moule ou des moules utilisés en parallèle,
  2. des propriétés de l’argile qui, suivant sa composition et en fonction de la température de cuisson, peut perdre des quantités d’eau variables et conditionner ainsi la réduction. Néanmoins, il existe dans la plupart des cas, entre les hauteurs des visages de deux générations, un secteur de mesures qu’on ne rencontre sur aucun exemplaire. Ce secteur marque le passage d’une génération à la suivante.
  • 19 Cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 106-107, sur l’incidence des différentes qualités d’argile et des proc (...)

17Ce passage d’une génération à l’autre n’est pas facile à discerner pour tous les types. En particulier, dans le cas où un type est représenté par de nombreux exemplaires, le passage peut être progressif, c’est-à-dire ne pas présenter de réelle discontinuité dans les paramètres comparés. Comme c’était déjà le cas pour les faibles variations de détail entre des moules différents mais parallèles, on peut s’interroger sur la raison de telles variations dans la hauteur du visage. Elles peuvent être dues à des moules différents, fabriqués parallèlement à partir d’exemplaires de qualité plastique inégale. Mais on sera aussi tenté de les expliquer, comme nous l’avons vu plus haut, par des archétypes distincts représentant le même type, avec une légère variation dans la hauteur19.

18Dans les cas de passage progressif, le principe des générations n’est pas strictement applicable, car il y a des exemplaires dont on ne peut affirmer qu’ils appartiennent à une génération ou à une autre. Mais on a tout de même jugé utile de le maintenir, en procédant au partage des générations par une coupure, située au milieu de ce passage progressif, et qui est évidemment conventionnelle. Cela signifie que des exemplaires qui d’après leur hauteur se situent entre la première et deuxième génération, ont été attribués à l’une des deux. Dans ce cas le coefficient de réduction, et aussi le nombre de pièces attribuables à une génération, n’ont qu’une valeur relative. Pour deux types qui étaient abondamment représentés, 1Β et 1H, on a admis l’existence d’une génération intermédiaire entre les deux générations « principales ». Ainsi le type 1B présente, entre la deuxième et la troisième génération de nombreux exemplaires qui ne sont pas sûrement attribuables à une génération précise ; et l’on observe la même situation entre les troisième et quatrième générations de 1H. Normalement ce phénomène se limite à quelques exemplaires isolés ; mais dans ces deux cas ils étaient si nombreux que l’on a dû recourir à cette notion de « génération intermédiaire ».

19On retiendra que dans son ensemble la production sélinontine est susceptible d’une classification fondée sur le principe de Nicholls, mais que cette classification est parfois rendue difficile, en fonction sans doute, nous l’avons vu, de la qualité de l’argile, de la température de cuisson, et en raison de l’existence, supposée plus haut, de moules « parallèles ».

Les résultats en chiffres

Exemplaires 2430
Groupes 16
Types 141
Variantes 25
Types représentés par une seule génération 90
Types présentant plus d’une génération 51
Variantes représentées par une seule génération 15
Variantes présentant plus d’une génération 10
Types et variantes représentés par une seule génération 105 63 %
Types et variantes présentant plus d’une génération 61 37 %

Argile

20Parmi les 2430 protomés provenant du sanctuaire de la Malophoros, huit sortes d’argile différentes ont pu être identifiées (n° 1-8), dont trois (n° 5, 7 et 8) ont été subdivisées ultérieurement en a et b. Et l’on se demandera peut-être si cette subdivision était indispensable, car la composition des deux argiles est pour l’essentiel assez semblable, et ne diffère que sur des détails. Mais elle se justifie, selon nous, tant que l’analyse reste macroscopique, car seule une analyse chimique donnerait une réponse sûre.

21L’utilisation de deux sortes d’argile différentes pour un seul et même exemplaire a également été constatée. Dans ce cas on parlera d’une « argile mixte ».

22Chaque sorte d’argile est désignée par un numéro, qui suffira, dans le catalogue, à indiquer l’argile de chaque exemplaire, permettant ainsi d’identifier immédiatement les argiles employées et d’apprécier la fréquence relative de chacune par rapport à l’ensemble du matériel de Sélinonte.

  • 20 Munsell Book of Color 1976.
  • 21 Cf. SGUAITAMATTI 1984, p. 5. On y trouve la même observation sur le matériel de Géla.

23Quant à la couleur, on se référera ici au numéro correspondant du Munsell Book of Color20. Par « couleur de l’argile » on entendra la couleur de la surface des exemplaires, non celle du noyau de l’argile, car cette couleur-là n’est pas visible sur les protomés entières. On constate que sur les exemplaires brisés, le noyau a en général une couleur gris foncé, alors que la couche externe est rouge, orange ou beige21. Au demeurant les critères de classement des argiles sont d’abord la composition et les propriétés intrinsèques. La couleur a une importance secondaire car elle dépend largement du procédé et de la température de cuisson ; et elle est de ce fait extrêmement variable. Il ne faut donc pas s’étonner que pour les mêmes sortes d’argile on ait relevé plusieurs tonalités du Munsell Book of Color.

  • 22 Je tiens à remercier ici Th. Mumenthaler, minéralogiste des Tuileries Zurichoises, à Zurich, qui a (...)
  • 23 Cf. M. FOURMONT, BCH Suppl. ΧΧIΠ, 1992, p. 57-68.

24La composition des différentes sortes d’argile, nous l’avons dit, n’a pu être déterminée que macroscopiquement. Et il est bien entendu que seule une analyse chimique et minéralogique aurait pu fournir des données plus précises sur la composition des mélanges de départ et sur les températures de cuisson. Il reste que l’observation macroscopique nous livre des points de repère quant à la nature des argiles sélinontines22. Il est fort probable qu’une analyse chimique réduirait les nombreuses sortes d’argile aux six catégories fondamentales décrites par M. Fourmont23.

25La matière première que nous appelons « argile » contient trois groupes de composants :

  • Les minéraux argileux proprement dits sont des particules extrêmements fines, pouvant fixer de l’eau à leur surface, ce qui leur confère de la plasticité. Un mélange contenant beaucoup de minéraux argileux est qualifié de « gras ».
  • Les minéraux amaigrissants, tels que quartz, feldspath, mica et carbonates de calcium et de magnésium, sont susceptibles de diminuer les retraits au séchage et à la cuisson, qui sont dûs aux minéraux argileux.
  • Le troisième groupe est constitué de minéraux accessoires, comme par exemple les hydroxydes de fer. Ils sont présents en petites quantités, et peuvent avoir une influence déterminante sur la couleur de l’argile cuite.

26La structure des minéraux argileux n’est pas décelable à l’œil nu comme celle des minéraux amaigrissants. Les différentes sortes d’argile attestées par les protomés de Sélinonte présentent toutefois des particules isolées, fines ou grossières, qui sont identifiables :

  • Particules noires, brunes ou brun-rouge. Il s’agit probablement de fragments de roches éruptives, telles que basalte ou cendres volcaniques. La couleur de ces particules est influencée par la teneur en oxyde de fer (hématite) et le degré de calcination.
  • Particules blanches. Il s’agit de quartz, de feldspath ou de calcaire. En cas de cuisson supérieure à 850°C, au-dessus de cette limite le calcaire se décompose et réagit avec les silicates, en particulier avec les minéraux argileux.
  • Du mica se rencontre également dans le matériel argileux de Sélinonte.

27La couleur de l’argile cuite dépend non seulement des minéraux d’accompagnement mais aussi des minéraux actifs amaigrissants, tels que les carbonates de calcium et de magnésium. Ces derniers donnent une couleur claire, si l’argile est cuite au-dessus de 900°C. Si l’argile ne contient pas de calcaire, la cuisson au-dessus de 900°C se traduit généralement par une couleur rouge brique. Une argile de ton beige, que l’on rencontre également à Sélinonte, contient soit très peu de fer soit une quantité importante de carbonates.

28Parmi les protomés de Sélinonte on a pu distinguer (en comprenant les sous-groupes) 11 sortes d’argile. Mais cela ne signifie pas qu’il y avait 11 carrières d’argile différentes. La description individuelle des argiles que l’on trouvera ci-après montre qu’en partie leur composition est très proche, et qu’elles peuvent être pour l’essentiel réparties en deux groupes. Les protomés du premier groupe présentent une terre rougeâtre avec des particules blanches (argiles n° 1,2, 3, 4, 5a, 5b). Les argiles n° 1, 2, 3 contiennent en outre des particules foncées. Dans l’autre groupe, la couleur fondamentale est beige, et l’argile cuite contient des particules foncées et du mica (argiles n° 6, 7a, 7b, 8a, 8b). Les n° 8a et 8b sont les deux sortes les plus fréquentes; elles constituent 47 % de la production totale. Elles présentent parfois aussi quelques particules blanches.

29L’analyse chimique des différents groupements donnerait des informations certainement plus précises. Il est probable que les terres rougeâtres 1, 2, 3 et 4 ne contiennent que peu ou pas de calcaire (faible pourcentage de CaO et MgO à l’analyse chimique). En revanche les terres rose saumon 5a et 5b, ainsi que les terres beiges 6, 7a, 7b, 8a et 8b, contiennent du calcaire, et ont été certainement cuites à plus de 900°C.

Description des différentes sortes d’argile

30N°1 Rouge orangé (5YR 7/10). Pâte fine, dure et compacte, avec de nombreuses particules blanches. Cuisson à température élevée, permettant souvent des parois minces. 62 exemplaires.

31N°2 Orangé (5YR 7/10 ou 5YR 7/12). Pâte fine, tendre et farineuse, avec des particules blanches. Surface finement poreuse. 92 exemplaires.

32N°3 Orangé clair (5YR 8/8 ou 7,5YR 8/6). Pâte fine, moyennement tendre, faiblement poreuse, avec peu de particules, blanches ou brunes. 268 exemplaires.

33N°4 Jaune orangé ou jaune ocre (7,5YR 8/8 ou 10YR 8/8). Pâte fine, moyennement tendre, légèrement poreuse avec quelques particules blanches et un peu de mica. 278 exemplaires.

34N°5a Rouge saumon (2,5YR 8/8 ou 5YR 8/8). Pâte fine, plutôt dure (mais plus tendre que 5b), très bien nettoyée, semée de très rares particules blanches. Les pièces fabriquées avec cette argile présentent souvent une couverte épaisse, beige clair. 80 exemplaires.

35N°5b Rose saumon (5YR 8/6). Pâte fine, dure, très bien nettoyée, comportant de très rares particules brunes. Les exemplaires fabriqués avec cette argile ont souvent une couverte externe épaisse, de couleur blanchâtre. 50 exemplaires.

36N°6 Beige clair ou beige olive (2,5Y 8,5/4 ou 7,5Y 9/2 ou 10YR 9/4). Pâte fine, poreuse, tendre, cuite à température élevée, bien nettoyée. Peu de particules brunâtres. Le plus souvent façonné à parois minces et souvent recouverte de concrétions gris foncé. 236 exemplaires.

37N°7 a Jaune-vert olive (5Y 8,5/6 ou 2,5Y 8,5/6). Pâte poreuse, très tendre, farineuse, avec du mica et des particules rouge-brunâtre et brunes. 92 exemplaires.

38N°7 b Brun-beige ou beige vert olive (2,5Y 8/4 ou 5Y 8,5/4). Pâte fine, poreuse, tendre mais souvent cuite à haute température, avec du mica et des particules assez grandes, de couleur rouge-brunâtre. 111 exemplaires.

39N°8a Jaune-brunâtre ou jaune-ocre (10YR 8/6 ou 10YR 8/8). Pâte fine, poreuse, tendre, avec des particules brunâtres et peu de mica ; présente aussi quelques particules blanches. 546 exemplaires.

40N°8b Jaune orangé (10YR 8/4 ou 10YR 9/4). Pâte fine, poreuse, tendre, en partie farineuse, avec de fines particules brunâtres. Présente parfois quelques particules blanches. 602 exemplaires.

41Argile mixte 13 exemplaires présentent l’association de deux sortes d’argile différentes. On a pu constater les mélanges suivants : 1+7b, 1+8a, 1+8b, 2+7a, 3+7a, 3+7b, 5b+6 (6 comme couverte extérieure), 6+8b (6 comme couverte extérieure). Le mélange 3+6 est attesté par deux exemplaires, le mélange 2+7b par trois exemplaires.

Fréquence des différentes sortes d’argile

Diagramme 2 : fréquence des différentes sortes d’argile

42Les argiles mentionnées n’ont pas toutes été utilisées avec la même fréquence. 8a et 8b ont été de loin les plus utilisées ; ensemble, elles sont attestées par 47 % des protomés. Il s’agit donc certainement d’argiles locales. Mais on peut supposer qu’il en va de même pour les autres sortes. Toutes sont en effet largement réparties sur la totalité des types et des variantes. Certains de nos types, comme 1B, 1C, 1H, 2C, entre autres, présentent même toutes les sortes d’argile. Et le mélange de plusieurs argiles dans un même exemplaire parle aussi en faveur de matériaux locaux. Toutes les sortes, à l’exception de 4 et 5a, se trouvent au moins une fois présentes sous forme de mélange (argile mixte) dans un même exemplaire.

43Mais si l’on admet que parmi les protomés du sanctuaire de la Malophoros on ne trouve que des matériaux locaux, il s’ensuit évidemment qu’aucun de ces objets ne peut être considéré comme importé de Grèce ou d’Asie Mineure. Nous verrons d’ailleurs que cette conclusion est confirmée par l’analyse du style.

  • 24 Géla : SGUAITAMATTI 1984, p. 5. UHLENBROCK 1988, p. 30-31. Locres : BARRA BAGNASCO 1986, p. 106.

44L’existence d’importations, toutefois, ne peut pas être exclue lorsqu’il s’agit de types qui, d’après leur style, proviennent presque sûrement d’autres cités coloniales d’Occident. Car il n’est pas certain que les argiles des différents sites de Sicile et même d’Italie du Sud puissent être réellement distinguées par le seul examen macroscopique. Si l’on compare les descriptions d’objets en terre cuite de Géla ou de Locres avec celles que nous avons pu faire des protomés de Sélinonte, on constate une large concordance24. Il est toutefois probable que des différences de composition existent ; mais seules des analyses chimiques seraient susceptibles de les mettre en lumière.

Concrétions, engobe et polychromie

  • 25 Cf. SGUAITAMATTI 1984, p. 7-8, pour de plus amples détails sur l’engobe.
  • 26 Cette couverte blanche, recouvrant les protomés comme base pour la peinture, n’a pas été analysée (...)

45Les protomés sont en général, avant la « mise en couleurs », revêtues, au moins à la partie antérieure25 d’une fine couche d’enduit blanc que nous appellerons ici engobe26. Sur de nombreuses protomés sélinontines, on observe des restes de ce revêtement. Les concrétions qui se sont formées à la surface, par suite de leur séjour prolongé dans la terre, y sont en général tellement amalgamées à l’engobe que lorsque l’on détache cette couche de concrétions l’engobe part avec elle. Par conséquent un nettoyage trop poussé des protomés signifierait la disparition de l’engobe.

46La face postérieure ne présente que rarement des traces d’engobe. Dans deux cas seulement, on y trouve un épais revêtement, réalisé avec de l’argile 6.

47L’engobe servait, nous l’avons dit, de support pour la mise en couleurs des protomés.

  • 27 Sur les protomés de Locres, également, on a surtout trouvé des traces de couleur rouge : cf. BARRA (...)
  • 28 GABRICI 1927, p. 218-219.

48Celle-ci se faisait après la cuisson et n’était donc pas particulièrement résistante aux agents atmosphériques. Très peu d’exemplaires en ont conservé les restes ; le plus souvent ce sont des traces de couleur rouge27. On les trouve sur l’himation, le voile, le diadème, le polos, le bandeau de la coiffe, la chevelure frontale, le vêtement, les tresses, les lèvres. Deux exemplaires du type 5A présentent la particularité d’avoir un bouton rouge peint au milieu du front. L’exemplaire 5A1.3 a non seulement le bouton rouge, mais également les sépales vertes du calice. C’est d’ailleurs le seul exemple d’une trace de couleur verte. Dans un autre cas, sur l’exemplaire 5B1.2, on a relevé des restes de couleur turquoise, et sur un autre exemplaire, 1J1.1, des traces de peinture noire. Les pupilles brunes et le contour brun des yeux de l’exemplaire 1Ε1.1, mentionnés par Gabrici, ne se sont malheureusement pas conservés28.

49Des restes de couleur ont été relevés sur les exemplaires suivants :

  • 29 Voir note précédente.

1B1.2

Toute la partie inférieure est rouge.

1C3.1 (NI 11245)

Restes de coloration rouge sur le voile, les tresses et les carrés du diadème.

1Ε1.1 (NI 325) Fig. p. 54

Contour des carrés rouges sur le diadème, plis verticaux rouges sur l’himation et la chevelure frontale rouge en forme de gouttières, lèvres rouges. Des traces de couleur brune, aujourd’hui disparues avaient été relevées par Gabrici sur les pupilles et le contour des yeux29.

1E2.1

Contour des carrés rouges sur le diadème.

1G2.1

Couleur rouge sur l’himation et le diadème.

1H3.2 (NI 11240)

Couleur rouge sur l’himation, le diadème le bandeau de la coiffe et les lèvres.

1J1.1

Restes de couleur noire sur le diadème et le voile.

2J1.1 (NI 10216)

Restes de couleur rouge sur le polos

5A1.2 (NI 11255)

Himation rouge, bouton de fleur rouge au milieu du front et diadème avec motif rouge.

5A1.3 Fig. p. 54

Himation rouge, bouton rouge avec sépales verts au milieu du front.

5B1.1 (NI 8639)

Himation rouge

5B1.1

Restes de couleur rouge sur l’himation, la chevelure frontale et les lèvres. Motif rouge et traces de couleur turquoise sur le diadème.

5C1.1

Reste de couleur rouge sur l’himation.

5C2.1 (NI 744)

Restes de couleur rouge sur l’himation et le voile.

11C1.1 (NI 751)

Restes de couleur rouge sur le diadème.

12Ca1.1 (NI 333)

Restes de couleur rouge sur l’himation et le diadème.

12E1.1 (NI 731)

Restes de couleur rouge sur le polos.

12M1.1

Restes de couleur rouge sur le polos.

13M2.1

Restes de couleur rouge sur le diadème.

50On n’a pas pu déceler d’autres restes de couleur sur les protomés sélinontines. Il est possible que le rouge ait été une couleur de prédilection, mais c’est peut-être surtout celle qui a le mieux résisté.

51Bien que les restes de couleur qui nous ont été conservés soient pauvres, la polychromie a dû jouer un rôle complémentaire important. On ne peut guère expliquer autrement l’existence de nombreux exemplaires issus de moules complètement encrassés, dont les visages ne présentent plus aucune structure plastique, comme par exemple 8L1.1, 10D1.1 ou 14M1.1, et d’une manière générale les types 15A-15F. Cette absence de forme et de qualité plastique pouvait être, d’une certaine façon, compensée par la couleur.

  • 30 CROISSANT 1983, p. 17-19, estime toutefois que la polychromie ne devait pas, en règle générale, af (...)

52La polychromie a de toute façon joué un rôle important dans la représentation des détails. C’est le cas de la coloration des boutons sur le front, des plis verticaux, des décorations de diadèmes, de la chevelure frontale, des pupilles et du contour des yeux, des lèvres rouges. Mais il faut imaginer d’autres décorations peintes, telles que boucles d’oreilles, colliers et bordures de voile. Même s’il s’agissait en l’occurrence de motifs stéréotypés, ils contribuaient certainement à donner aux protomés un éclat supplémentaire30. La structure de la surface de l’engobe ou de la couche de concrétions donne des indications sur la forme primitive des restes de polychromie. Des recherches sous rayons infrarouges ou lumière frisante pourraient faire apparaître les motifs de la polychromie perdue. Malheureusement ces équipements techniques n’étaient pas à notre disposition.

Trous de suspension

53Sur de nombreuses protomés on a pratiqué, avant la cuisson, dans le polos, le diadème ou la calotte crânienne, un trou qui vraisemblablement servait à la suspension de l’objet, au moyen d’une cordelette ou d’un lacet de cuir. L’inclinaison de nombreuses protomés prouve que celles-ci étaient placées à une certaine hauteur, au-dessus du spectateur.

  • 31 Les protomés du sanctuaire de la Manella à Locres sont aussi, en partie, dépourvues de trous : cf. (...)
  • 32 D. LEIBUNDGUT WIELAND, Selinunt. Nekropole Manicalunga - Gräber im Gebiet Timpone Nero (1994), p. (...)

54La moitié environ des protomés sélinontines sont pourvues d’un trou de ce genre. Les autres n’étaient apparemment pas destinées à être suspendues, mais à être posées, par exemple appuyées contre un mur. L’absence de trous n’est pas une spécificité des exemplaires de Sélinonte, car elle se retrouve sur d’autres sites31. En tout cas les protomés sans trou de suspension ne sauraient être interprétées comme des objets à destination funéraire, car on n’en trouve que très rarement dans les tombes sélinontines32. Par ailleurs la présence ou l’absence de trous de suspension n’est pas limitée à certains types : dans la plupart des cas, les deux systèmes sont présents sur les exemplaires d’un même type.

  • 33 Cf. aussi à ce propos CROISSANT 1983, p. 19, ainsi que l’énumération des lieux où des protomés ave (...)
  • 34 Cf. les exposés sur ce sujet de BARRA BAGNASCO 1986, p. 143-144 et note 94.

55Quelques exemplaires présentent plusieurs trous de suspension, placés sur les côtés33. Il s’agit, dans tous les cas, d’exemplaires plutôt grands et lourds. Barra Bagnasco a envisagé l’éventualité de leur utilisation comme « hermès rudimentaires » ou comme statues improvisées, réalisés simplement en attachant la protomé sur un poteau ou sur une pièce de bois34. De toute façon il est peu probable que les trous latéraux aient eu d’autres fonctions que la fixation des protomés.

56Les protomés suivantes comportent des trous latéraux :

579D fragment 1

589D fragment 2

  • 35 Exemplaire très lourd qui présente, sur le côté postérieur, un épaississement de l’argile. Ce renf (...)

5911A1.1 (NI 740)35

601 1A1.2

6111B1.1 (NI 738)

6212E1.1 (NI 731)

6312L1.2

6412K3.2 (NI 286)

6514B1.1 (NI 307)

6616C1.1

67Un seul exemplaire, 13P1.1, montre deux trous, l’un à côté de l’autre, dans la calotte crânienne.

Notes

1 La même constatation a été faite à Locres, où l’on n’a encore trouvé à ce jour aucun moule : cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 107 et n. 17, avec l’inventaire des moules trouvés en Sicile.

2 Cf. M. H. FOURMONT, Les ateliers de Sélinonte (Sicile), BCH Suppl XXIII, 1992, p. 57-68.

3 Pour des exemples évidents de moules encrassés, voir nos types 15A et 15B. Sur ce problème voir aussi les observations de SGUAITAMATTI 1984, p. 7, où il parle de « matrices aux formes usées ». Par la suite, il a bien voulu me préciser oralement qu’il ne s’agissait pas d’un phénomène d’usure, mais plutôt d’un encrassement du moule, dû à des restes d’argile.

4 Une recherche précise des différents moules se rapportant à un type donné n’est possible que dans le cas d’exemplaires bien conservés et fabriqués à l’aide de moules propres : c’est pourquoi l’on a renoncé dans la présente étude à énumérer les moules utilisés pour chaque type.

5 Cf. aussi à ce propos les types 1H et 12A.

6 Concernant les problèmes de surmoulage, cf. MULLER 1996, p. 42-47.

7 Cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 20-24.

8 Cf. SGUAITAMATTI 1984, p. 9 n 26, sur le problème de la formation de générations différentes pour cause de surmoulage.

9 Une seule génération est représentée pour les types : 1D, 1F, 1J, lKa, 2A, 2G, 3A, 3Aa, 3C, 3D, 3E, 3F, 3G, 3Ga, 3H, 4B, 4C, 4Ea, 4F, 5A, 5D, 6B, 6D, 7A, 7F, 7G, 8A, 8C, 8E, 8F, 8G, 8H, 8J, 8K, 8L, 8M, 8N, 80, 8P, 9Ca, 9D, 9G, l0Ab, l0Ac, l0Ad, 10B, 10C, 11B, 11C, 11E, 11F, 12Aa, 12Ab, 12D, 12Da, 122Db, 12E, 12F, 12G, 12Ga, 12H, 12J, 12L, 12M, 12N, 120, 13A, 13C, 13D, 13E, 13G, 13J, 13L, 13N, 130, 13P, 13Q, 14A, 14B, 14C, 14D, 14Ea, 14Eb, 14F, 14G, 14H, 14J, 14K, 14M, 14N, 140, 14Q, 14R, 15A, 15B, 15C, 15D, 15E, 15F, 16A, 16B, 16C, 16D, 16E, 16F.

10 Types attestés par un seul exemplaire : 3Ga, 3H, 4F, 5D, 8A, 8C, 8E, 8F 8H, 8J, 8K, 8L, 8M, 8N, 80, 8P, 9Ca, 9G, 10Ac, 10B, 10C, 11C, 11E, 11F, 12D, 12Da, 12Db, 12E, 12Ga, 12M, 12N, 120, 13A, 13C, 13J, 13L, 13P, 14A, 14B, 14C, 14G, 14H, 14J, 14K, 14M, 140, 14R, 15A, 15B, 15E, 15F, 16A, 16D, 16E, 16F.

11 MULLER 1996, p. 511-512.

12 Types représentés par deux générations : 1Α, 1E, 1K, 2B, 2F, 2H, 2J, 3Ab, 3B, 3Ba, 4A, 4D, 4Da, 4E, 5B, 5C, 5E, 6A, 6C, 7B, 7C, 7D, 7E, 7H, 8B, 8D, 9A, 9E, 9F, 10A, 10Aa, 10D, 11A, 12Ac, 12B, 12Ba, 12Ca, 13B, 13F, 13M, 14E, 14L, 14P.

13 Trois générations : types 1C, 1G, 2D, 2E, 3Ac, 4Db, 9B, 11D, 12K, 13H, 13Na.

14 Quatre générations : types 1B, 9C, 12A, 12C, 13K. Le type 1Β présente en outre une génération intermédiaire.

15 Types 1H et 2C. Le type 1H présente en outre une génération intermédiaire.

16 B. SCHMALTZ, Terrakotten aus dem Kabirenheiligtum bei Theben (1975), p. 3 : attestation d’une succession de cinq générations parmi les statuettes du IVe siècle av. J.-C. M. JEANLIN, Les figurines en terre cuite gallo-romaines (1993), p. 100, mentionne un cas où l’on a dénombré jusqu’à six générations.

17 DEWAILLY 1992, p. 131.

18 Cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 22.

19 Cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 106-107, sur l’incidence des différentes qualités d’argile et des procédés de cuisson sur les coefficients de réduction.

20 Munsell Book of Color 1976.

21 Cf. SGUAITAMATTI 1984, p. 5. On y trouve la même observation sur le matériel de Géla.

22 Je tiens à remercier ici Th. Mumenthaler, minéralogiste des Tuileries Zurichoises, à Zurich, qui a bien voulu me communiquer les informations scientifiques indispensables.

23 Cf. M. FOURMONT, BCH Suppl. ΧΧIΠ, 1992, p. 57-68.

24 Géla : SGUAITAMATTI 1984, p. 5. UHLENBROCK 1988, p. 30-31. Locres : BARRA BAGNASCO 1986, p. 106.

25 Cf. SGUAITAMATTI 1984, p. 7-8, pour de plus amples détails sur l’engobe.

26 Cette couverte blanche, recouvrant les protomés comme base pour la peinture, n’a pas été analysée chimiquement. La désignation « engobe » est parfois utilisée mais sans que l’on sache s’il s’agissait d’argile délayée ou de lait de chaux ou de kaolin.

27 Sur les protomés de Locres, également, on a surtout trouvé des traces de couleur rouge : cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 113.

28 GABRICI 1927, p. 218-219.

29 Voir note précédente.

30 CROISSANT 1983, p. 17-19, estime toutefois que la polychromie ne devait pas, en règle générale, affecter la structure plastique de manière significative.

31 Les protomés du sanctuaire de la Manella à Locres sont aussi, en partie, dépourvues de trous : cf. BARRA BAGNASCO 1986, p. 142-143.

32 D. LEIBUNDGUT WIELAND, Selinunt. Nekropole Manicalunga - Gräber im Gebiet Timpone Nero (1994), p. 45 : quatre protomés seulement ont été trouvées dans cette nécropole.

33 Cf. aussi à ce propos CROISSANT 1983, p. 19, ainsi que l’énumération des lieux où des protomés avec trous latéraux ont été découverts, par BARRA BAGNASCO 1986, p. 143, notes 90-93. Des exemplaires avec trous latéraux se trouvent aussi dans le rapport concernant les Phéniciens : I Fenici, p. 355, p. 368.

34 Cf. les exposés sur ce sujet de BARRA BAGNASCO 1986, p. 143-144 et note 94.

35 Exemplaire très lourd qui présente, sur le côté postérieur, un épaississement de l’argile. Ce renflement dépend probablement aussi du système de mise en place : voir notre exemplaire 11A1.1.

Table des illustrations

Légende Diagramme 1 : Répartition des protomés entre les différentes générations
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Diagramme 2 : fréquence des différentes sortes d’argile
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende 1E1.1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende 5A1.3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540