Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Première partie. Les protomés féminines au sanctuaire de la Malophoros

II. Méthodologie

Texte intégral

Principe de classification

1Les 2430 protomés provenant du sanctuaire de la Malophoros ont pu être classées en 141 types, répartis en 16 groupes distincts. Dans de nombreux cas, les types ont été ultérieurement subdivisés en variantes, de sorte qu’aux 141 types viennent s’ajouter encore 25 variantes. Il a été possible aussi de classer types et variantes par générations : c’est le cas pour 51 types et 10 variantes. Seul un petit nombre d’exemplaires a été inventorié par le Musée de Palerme. Il n’y a donc le plus souvent aucun numéro qui permette d’identifier les exemplaires représentés, et il a fallu adopter un système propre de désignation, qui vaut pour la totalité du matériel : dans le cas où existe un numéro d’inventaire, il sera placé au-dessous de cette désignation, et accompagné de la mention « NI » (Nuovo Inventario), signifiant qu’il se réfère au nouvel inventaire du Musée Archéologique Régional de Palerme.

2La désignation adoptée indique, dans l’ordre, pour chaque exemplaire : l’appartenance au groupe, en chiffres arabes ; puis la mention du type, en majuscules latines, affectée le cas échéant d’une minuscule désignant la variante ; ensuite la génération, en chiffres arabes ; enfin, séparé par un point, le numéro de l’exemplaire.

31A1.1 = groupe 1, type A, génération 1, exemplaire 1

45Cb2.3 = groupe 5, type C, variante b, génération 2, exemplaire 3

Les groupes

5Nos 141 types ont été répartis en 16 groupes, en fonction de critères qui ne sont pas tous de même nature, et sur lesquels il convient d’abord de s’expliquer.

6Bien que dans leur grande majorité les protomés du sanctuaire de la Malophoros proviennent d’un seul et même lieu de production, on constate d’emblée une grande variété dans la structure des visages. C’est donc cette structure, à partir de laquelle peuvent être mises en lumière les caractéristiques du style, qui a été choisie comme premier critère de constitution des groupes. Un tel mode de classement avait en effet l’intérêt de faire apparaître dans sa diversité l’activité des artisans sélinontins, de montrer l’étendue de leur culture stylistique, et d’illustrer leurs expériences en matière d’imitation, d’adaptation éclectique et de transformation des modèles extérieurs, jusqu’à la constitution d’un style propre.

  • 1 BARRA BAGNASCO 1986, p. 20-21.

7Mais une répartition ainsi fondée sur la structure des visages n’allait pas sans quelques risques. Car cette structure n’est pas un critère formel aussi directement lisible que, par exemple, la disposition de la coiffure sur laquelle, dans le catalogue des protomés de Locres, est fondée l’appartenance à tel ou tel groupe1 : le recours à un tel critère donne en effet au lecteur, après coup, un moyen d’attribution simple, et quasi immédiat. En revanche l’utilisation de la structure du visage requiert une analyse préalable, et un minutieux travail de comparaison avec d’autres créations plastiques, dont les résultats peuvent seuls fonder ensuite l’hypothèse d’une communauté de structure, et donc d’une référence commune à des modèles déterminés. Or il est évident que dans ces conditions tout danger de subjectivité ne peut pas être entièrement écarté, ni lors de l’attribution par l’auteur, ni lors de l’essai éventuel d’une redistribution par le lecteur.

8Il reste que le classement par la structure des visages présentait l’avantage considérable de mettre d’emblée en évidence l’un des caractères fondamentaux de notre matériel, à savoir sa dépendance plus ou moins directe par rapport à des modèles extérieurs, et de permettre par contre-coup une juste évaluation de son originalité dans le cadre global de la plastique archaïque. On verra en effet que, pour évoquer, souvent dès le premier coup d’oeil, des documents samiens, chiotes, corinthiens ou puniques, nos protomés n’en offrent pas moins des traits communs qui suffisent à les différencier globalement de toutes les autres productions. Mais sauf exception ces traits sont justement trop généralement attestés pour fonder un classement interne, et autoriser la distribution des types entre des ateliers distincts : quand nous avons cru pouvoir le faire, c’est en fonction de critères techniques, et le cas de ce que nous appellerons plus loin l’« atelier X » montre clairement que les groupements de ce genre ne coïncident pas forcément avec ceux que suggèrent les références stylistiques. En fait seul le groupe 12 nous met en présence d’une production dont l’homogénéité est à la fois technique et stylistique : ce n’est sans doute pas un hasard si c’est aussi le seul qui affirme clairement une structure sélinontine originale.

9Les groupes 1 à 8 sont caractérisés par des structures de visages dont la comparaison systématique des exemplaires présentés dans notre catalogue avec les protomés ou avec d’autres documents de la plastique montre, d’une manière générale, que l’origine des modèles doit être située en Ionie de l’Est. Pour les groupes 1, 2 et 4 cette origine paraît même précisément déterminable : les modèles du groupe 1 proviendraient des ateliers samiens, ceux du groupe 2 des ateliers milésiens et ceux du groupe 4 des ateliers chiotes. L’origine des modèles du groupe 3 serait également milésienne, mais les types de ce groupe montrent en outre des traits puniques. Et c’est sans doute ce mélange qui leur donne un caractère fortement « local ».

  • 2 Cf. CROISSANT 1983 (Groupe E).

10Les types du groupe 5 présentent des profils très semblables à ceux des protomés que l’on a proposé de reconnaître comme phocéennes2. Mais il est par ailleurs évident que les ateliers de Phocée se sont inspirés de modèles égyptiens. Aussi peut-on se demander, pour les types du groupe 5, si les modèles proviennent bien des ateliers phocéens ou s’il s’agit de créations sélinontines inspirées directement des mêmes modèles égyptiens. Enfin les groupes 6, 7 et 8, par la structure des visages et la morphologie, renvoient évidemment au domaine ionien, mais sans que les modèles puissent en être localisés avec précision.

11Les modèles des groupes 9, 10 et 11 sont en revanche assez aisés à déterminer : le groupe 9 paraît emprunter aux ateliers corinthiens, le groupe 10 aux ateliers attiques, le groupe 11 aux ateliers puniques.

12Le groupe 12 enfin constitue un cas singulier : les créateurs de ces types ne se sont pas inspirés de modèles extérieurs mais ils ont inventé un style propre, que l’on peut dire sélinontin.

13Quant aux quatre derniers groupes, 13, 14, 15, et 16 ils sont d’une nature différente, et répondent à des critères autres que stylistiques.

14Dans le groupe 13 sont réunis les exemplaires importés d’autres cités de Sicile ou de Grande-Grèce ou bien ceux que l’on peut comprendre comme l’adaptation, faite à Sélinonte, de types occidentaux.

15Dans le groupe 14 se trouvent rassemblés par commodité tous les types isolés, c’est-à-dire ceux que l’on ne peut clairement rattacher à aucun des groupes précédents, et dont les références stylistiques demeurent extrêmement vagues. Cette carence tient sans doute, en partie, au caractère encore lacunaire de la publication des protomés occidentales. Mais certains de ces types seraient à rapprocher de bustes ou de statuettes provenant du sanctuaire de la Malophoros. Le problème de leur appartenance stylistique ne pourrait donc être posé efficacement que dans le contexte général de la production locale de petite plastique destinée au sanctuaire de la Malophoros.

16Les groupes 15 et 16 enfin ne sont rien de plus que la réunion des exemplaires si fragmentaires ou issus de moules si fortement encrassés que le classement stylistique en serait tout à fait aléatoire.

Types et archétypes

17Sous le nom de type on désignera ici l’image idéale reconstituée à partir de tous les exemplaires qui paraissent reproduire un seul et même « archétype », entendu comme une création originale.

  • 3 Pour une normalisation de ce vocabulaire, voir en dernier lieu A. MULLER (éd.), Le moulage en terr (...)
  • 4 Sauf peut-être UHLENBROCK 1988, p. 32 et 102, pl. 54. Mais s’agit-il effectivement d’une « patrix  (...)

18Les mots d’« archétype », de « prototype » et de « patrice » sont concurremment employés dans les publications3, et ils sont en effet synonymes. Cette notion, que pour plus de clarté nous désignerons ici exclusivement par le terme d’archétype, recouvre pratiquement la traduction dans l’argile du type conçu par l’artisan. Celui-ci modelait d’abord une tête compacte, en ronde bosse probablement, à l’aide de laquelle il fabriquait la « matrice » — nous dirons ici le moule—de la première génération. Il est vraisemblable que cette tête compacte, pour des raisons techniques, était simplement séchée à l’air et non cuite au four. Cela expliquerait l’absence de tout archétype même fragmentaire non seulement dans le matériel de Sélinonte mais aussi sur la plupart des sites où l’on a trouvé de la plastique de terre cuite4.

19Le concept de type se situe à un autre niveau : il procède d’une reconstitution a posteriori, et ne peut être utilisé que dans le cas où les visages de tous les exemplaires, aussi bien par la forme générale que par le détail des traits (yeux, nez, bouche, menton), offrent une correspondance précise et complète. Mais on notera que les moules encrassés causent souvent des altérations sensibles. Le menton, par exemple, peut devenir fuyant, les joues s’aplatir, le nez s’amincir. D’autres détails peuvent disparaître sur des exemplaires fabriqués avec de tels moules, comme le bourrelet plastique des paupières, la concavité des « gouttières », la structure des ondulations ou des tresses, etc. De telles modifications doivent être examinées très attentivement et, dans le cas où il ne s’agirait pas de défauts dus à l’état du moule, l’existence d’une variante, voire d’un autre type, doit être envisagée. Mais il ne faut pas se dissimuler que l’attribution de certains exemplaires ne peut être proposée qu’avec une marge d’incertitude, car à la différence des statuettes les protomés sont limitées à la représentation du visage. Les types de petites dimensions surtout, représentés par plusieurs générations et de nombreux exemplaires, étaient particulièrement difficiles à identifier et à insérer dans une typologie.

  • 5 Au sens où l’entend CROISSANT 1983, p.16.

20Le cas le plus simple est celui où non seulement la structure du visage, mais les détails morphologiques5 comme la disposition de la coiffure, les oreilles, la parure, la chevelure latérale ou l’himation, le polos ou le diadème, etc., se retrouvent sur une série d’exemplaires. Ils peuvent être alors sans hésitation classés sous un même type, et seule l’existence de plusieurs générations de moules introduit ici une possibilité de variation. Mais il est fréquent que l’instabilité des éléments morphologiques en crée une autre, et ouvre la voie à ce que nous appelons des « variantes » du type.

Les variantes

21On peut parler de variante dès lors qu’un ou plusieurs exemplaires, tout en conservant la structure de visage qui a servi de référence pour définir le type — notamment le système de mise en place des traits et la ligne du profil — associent cette structure à des éléments nouveaux, généralement d’ordre morphologique, et qui n’introduisent en tout cas que des modifications de détail : outre la forme même et le système de fixation de la protomé, la chevelure, le diadème, la coiffe, les pans latéraux de l’himation peuvent être affectés, ainsi que le détail des yeux et des oreilles, et éventuellement la parure. Mais il importe toujours, bien entendu, quand il ne s’agit pas de modifications morphologiques caractérisées, de s’assurer que ces changements résultent d’un choix délibéré de l’artisan, et ne peuvent pas être simplement dus à une cause accidentelle comme l’encrassement du moule.

Les générations

  • 6 SGUAITAMATTI 1984, p. 9, note 26.
  • 7 Cf. R.V. NICHOLLS, Type, Group and Series : a Reconsideration of some Coroplastic Fundamentals, BS (...)

22Lorsque un moule est fabriqué à partir d’une protomé déjà existante (par surmoulage), le tirage effectué à partir de ce moule produit une série nouvelle, de dimensions réduites, de ce type ou de cette variante6. Dans ce cas types et variantes, en fonction de leur taille, peuvent être répartis en générations successives ; on admet que la première de ces générations est représentée par l’exemplaire le plus grand qui ait été trouvé7.

23Pour la détermination de la hauteur, on mesure celle du visage, c’est-à-dire la distance entre la naissance des cheveux et celle du cou. Contrairement à la hauteur totale de la protomé, cette mesure fournit une indication fiable pour la détermination des diverses générations. La hauteur totale des protomés varie souvent pour un même type et une même génération. Pour les dernières générations, parfois fort réduites, le polos et la partie inférieure ont été souvent allongés pour compenser ainsi la perte de hauteur résultant du surmoulage.

24Souvent plusieurs exemplaires existent d’une même génération. Chacun de ces exemplaires est alors identifié de façon univoque, par un numéro précédé du numéro de la génération, et séparé de celui-ci par un point.

Abréviations et conventions

25hv hauteur du visage (distance entre naissance des cheveux celle du cou)

26h hauteur totale

27hc hauteur conservée

28lh largeur en haut

29lhc largeur conservée en haut

30lb largeur en bas

31lbc largeur conservée en bas

32arg. argile

33dr. droit, droite

34g. gauche

35Sauf indication contraire, toutes les mesures sont exprimées en centimètres. Droite et gauche s’entendent du point de vue du personnage représenté.

Notes

1 BARRA BAGNASCO 1986, p. 20-21.

2 Cf. CROISSANT 1983 (Groupe E).

3 Pour une normalisation de ce vocabulaire, voir en dernier lieu A. MULLER (éd.), Le moulage en terre cuite dans l’Antiquité, Lille 1997, p. 450-451.

4 Sauf peut-être UHLENBROCK 1988, p. 32 et 102, pl. 54. Mais s’agit-il effectivement d’une « patrix » façonnée à la main ou simplement d’un exemplaire retouché ? L’exemplaire produit à partir du moule tiré de celle-ci devrait présenter un coefficient de réduction d’environ 15 %. Or si l’on compare les hauteurs des deux protomés des pl. 54 et 55, on doit convenir qu’une telle différence est improbable. Une comparaison détaillée des dimensions permettrait seule, dans ce cas, de poser clairement le problème.

5 Au sens où l’entend CROISSANT 1983, p.16.

6 SGUAITAMATTI 1984, p. 9, note 26.

7 Cf. R.V. NICHOLLS, Type, Group and Series : a Reconsideration of some Coroplastic Fundamentals, BSA 47, 1952, p. 220.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540