Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Première partie. Les protomés féminines au sanctuaire de la Malophoros

I. Les protomés dans le sanctuaire

Texte intégral

Le sanctuaire

  • 1 Sur la situation géographique de Sélinonte, voir DEWAILLY 1992, p. 1-2 et fig. 1. M. RIOTTO, Per u (...)
  • 2 DEWAILLY 1992, fig. 11.
  • 3 GABRICI 1927, p. 216-281. Pour le détail des différentes campagnes de fouilles, cf. GABRICI 1927, (...)

1Le sanctuaire de la Malophoros est situé hors de la cité antique de Sélinonte, sur la rive occidentale du fleuve Modione, dans la Gaggera1. Francesco Saverio Cavallari découvrit par hasard, en 1874, le propylée du sanctuaire, quand il voulut entreprendre des recherches sur l’extension de la nécropole, à l’Ouest de Sélinonte2. Mais ce n’est qu’en 1888 que les fouilles purent être reprises, lorsque des problèmes de propriété relatifs au site antique furent réglés et que celui-ci fut transféré à l’Etat. C’est au cours des années 1888, 1889 et 1890, durant lesquelles les campagnes de fouilles furent dirigées par G. Patricolo, que l’on mit au jour le mégaron consacré à la Malophoros. Après quelques difficultés financières, les fouilles furent reprises en 1893 sous la direction de A. Salinas, puis poursuivies en 1898, 1902, 1903 et 1905. Ettore Gabrici assura la direction des sept campagnes de fouilles qui eurent lieu de 1915 à 1926. Il fut le premier, en 1927, à en publier au moins partiellement les résultats3.

  • 4 Cf. DEWAILLY 1992, p. 2, fig. 2.
  • 5 Cf. DEWAILLY 1992, fig. 4-7.
  • 6 Cf. DEWAILLY 1992, p. 22, fig. 8.
  • 7 Sur les problèmes liés à la fondation et à la chronologie des différentes phases de l’histoire du (...)

2C’est peu après la fondation de la cité de Sélinonte, datée selon Thucydide de 628, selon Diodore de 650 av. J.-C., que fut aménagé un lieu de culte à la Malophoros. Le sanctuaire ne consista, d’abord, qu’en un autel primitif4, ensuite remplacé par un mégaron, qui connut deux états successifs. Le premier est daté des années 590-580 av. J.-C5 ; le second, dont il subsiste encore des restes6 daterait du milieu du VIe siècle av. J.-C7.

  • 8 Pour le dénombrement des offrandes, cf. DEWAILLY 1992, p. 6-9, 14-21, 25-26, 30-36, 38-40.

3Sur l’acropole et sur la colline orientale de la cité de Sélinonte on compte au total sept temples à péristyle, appartenant aux époques archaïque et classique. Ces constructions monumentales attestent que Sélinonte a été une cité prospère. Il est donc frappant de constater que le sanctuaire de la Malophoros n’a pas de temple monumental, mais une construction du type mégaron, c’est-à-dire un petit temple d’architecture modeste. Il fut toutefois très fréquenté, comme le montre le nombre considérable des offrandes8.

  • 9 Cf. Chr. DEHL-VON KAENEL, Keramik als Handelsware : zum Vertrieb korinthischer Keramik in das Malo (...)

4La grande quantité de matériel livré par les fouilles du sanctuaire de la Malophoros et des nombreuses sépultures environnantes confirme de toute façon l’importance et la richesse de la cité. Le sanctuaire, la qualité très inégale des offrandes le montre, a été fréquenté par toutes les couches de la population. Parmi les objets en céramique consacrés à la déesse, la majorité sont des pièces coûteuses, importées de Corinthe, d’Ionie, de Laconie, d’Argos, de Mégare, d’Attique et d’Etrurie9. Les objets en terre cuite, par contre, sont en grande partie de production locale ; on y trouve aussi bien des pièces uniques, soigneusement façonnées, que de la production de masse, bon marché, abordable même pour les dédicants de condition modeste.

  • 10 Cf. E. GABBA et G. VALLET (éd.), La Sicilia antica, vol. 1,2 (1980), p. 369.
  • 11 La proportion des terres cuites parmi les offrandes des tombes du Timpone Nero est de 2,6 % : D. L (...)
  • 12 A. KUSTERMANN GRAF, Selinunt. Manicalunga - Nekropole. Die Gräber im Gebiet Gaggera (1996), p. 30.

5Tout le territoire entourant le sanctuaire est occupé par des tombes : à ce jour, on en connaît 5.000, mais V. Tusa mentionne un total approximatif de 80 à 100 000 sépultures, vidées par des fouilleurs clandestins entre 1950 et 196310. Sélinonte était donc une cité à la fois riche et très peuplée. Mais ces tombes, contrairement au sanctuaire, n’ont guère livré de terres cuites11. La qualité inégale des offrandes céramiques montre qu’ici aussi toutes les couches de la population étaient représentées ; on y trouve en effet aussi bien des pièces importées que des pièces en simple céramique locale12. Cette constatation recoupe donc celles que l’on a pu faire au sanctuaire de la Malophoros.

6Le sanctuaire a été fréquenté jusqu’à la conquête punique de 409 av. J.-C. Et le culte a survécu même après cette date, car la cité s’est repeuplée. Ce n’est qu’en 250 av. J.-C. que le sanctuaire fut définitivement abandonné, lorsque les Carthaginois déplacèrent la population de Sélinonte à Lilybée (Marsala).

Le nom de la divinité

  • 13 Texte, bibliographie et commentaire : DEWAILLY 1992, p. 143-144 et notes 4-6.
  • 14 Cf. DEWAILLY 1992, p. 144 et notes 7-8.
  • 15 Cf. DEWAILLY 1992, p. 144 et note 6.

7L’identification du sanctuaire comme un lieu de culte consacré à la Malophoros repose sur plusieurs témoignages. A côté du téménos d’Hécate qui, à l’Est, jouxte le sanctuaire de la Malophoros a été retrouvée une base inscrite, portant la dédicace d’un certain Theullos, fils de Pyrrhias, à la Malophoros13. Malgré la proximité du sanctuaire d’Hécate, il s’agit là certainement de la divinité du sanctuaire principal. On ne s’expliquerait pas autrement la mention du nom « Malophoros », dans une inscription trouvée sur le temple G de l’Acropole, parmi les douze divinités vénérées à Sélinonte14. Une autre dédicace à la Malophoros se trouve d’ailleurs sur un fragment d’olpè à vernis noir15.

  • 16 Pour une information complète sur ce sujet cf. DEWAILLY 1992, p. 144-146 et notes 9-33. Cf. aussi (...)

8L’identification de la déesse Malophoros avec Déméter Malophoros repose, entre autres, sur l’affirmation de Pausanias selon laquelle une Déméter Malophoros était vénérée à Mégara Niséa. Or Mégara Niséa a été la métropole de la colonie sicilienne de Mégara Hyblaea, dont Sélinonte fut à son tour la colonie16.

Les protomés

9Le sanctuaire de la Malophoros a livré un nombre surprenant de protomés en terre cuite : à l’intérieur de l’enceinte, au cours des campagnes qui se sont succédé de 1874 à 1926, on n’en a pas trouvé moins de 2430. Elles sont aujourd’hui conservées au Musée Archéologique Régional de Palerme. Une centaine d’exemplaires sont exposés au premier étage, dans la galerie, avec d’autres pièces provenant du même sanctuaire ; le reste se trouve dans les réserves.

10La totalité de ce matériel avait une destination votive, et il date en majeure partie de la période archaïque. Quelques exemplaires toutefois appartiennent au Ve siècle av. J.-C., et un seul doit être situé au IVe siècle av. J.-C. Les divers types se différencient nettement entre eux, tant du point de vue de la qualité et de la quantité que du style. Les exemplaires uniques présentent, en général, un niveau artisanal remarquable, tandis que la production de série témoigne par ailleurs de l’existence d’une forte demande en matière de protomés : ainsi s’explique que l’on ait trouvé 511 exemplaires créés, en six formats différents, à partir d’un seul et même type.

  • 17 Voir CROISSANT 1983, p.8-12.

11Le matériel en terre cuite de Sélinonte revêt une importance très particulière du point de vue stylistique. Cette catégorie d’objets a toujours été, et reste encore trop souvent considérée comme relevant d’un genre artistique inférieur, cantonné dans une production de série, sans véritable importance. Pourtant, par leur quantité même, ils peuvent fournir sur l’iconographie et le développement stylistique des formes plastiques bien plus d’informations que les sculptures de pierre relativement rares qui nous sont parvenues17. Cette constatation vaut naturellement pour l’ensemble du monde grec, mais tout spécialement pour sa partie occidentale, où la terre cuite a largement remplacé la pierre, même pour la plastique de grand format. Dans la mesure où Sélinonte est une des rares cités coloniales où se soit affirmée une tradition dans le domaine de la sculpture proprement dite, il est d’autant plus significatif que la petite plastique de terre cuite y ait occupé parallèlement une place importante.

Notes

1 Sur la situation géographique de Sélinonte, voir DEWAILLY 1992, p. 1-2 et fig. 1. M. RIOTTO, Per un ampliamente della problematica sulla coroplastica selinuntina, Sic.Arch. 54-55(1984), p. 26, précise que le sanctuaire de la Malophoros se trouvait dans la partie la plus occidentale de la cité, qui était elle-même la plus occidentale des cités grecques. De ce fait il peut être considéré comme situé aux confins des mondes grec et non-grec. La question reste ouverte de savoir si le sanctuaire a joué, à ce titre, un rôle particulier. Les protomés attestent en tout cas avec évidence que les artisans ont été influencés, du point de vue stylis-tique, par les deux milieux ; cette double dépendance est même souvent visible sur un seul et même type de protomé.

2 DEWAILLY 1992, fig. 11.

3 GABRICI 1927, p. 216-281. Pour le détail des différentes campagnes de fouilles, cf. GABRICI 1927, p. 8-13, en particulier note 2, p. 127-161. Pour l’historique des fouilles, cf. V. TUSA, Sulla missione Malophoros, Sic.Arch. 54-55 (1984), p. 6-7, et DEWAILLY 1992, p. 2-3 et note 6.

4 Cf. DEWAILLY 1992, p. 2, fig. 2.

5 Cf. DEWAILLY 1992, fig. 4-7.

6 Cf. DEWAILLY 1992, p. 22, fig. 8.

7 Sur les problèmes liés à la fondation et à la chronologie des différentes phases de l’histoire du sanctuaire, je renvoie à l’exposé très complet de DEWAILLY 1992, p. 3-40.

8 Pour le dénombrement des offrandes, cf. DEWAILLY 1992, p. 6-9, 14-21, 25-26, 30-36, 38-40.

9 Cf. Chr. DEHL-VON KAENEL, Keramik als Handelsware : zum Vertrieb korinthischer Keramik in das Malophoros-Heiligtum in Selinunt, Münstersche Beiträge zur Antiken Handelsgeschichte, Bd 13 (1994), p. 50.

10 Cf. E. GABBA et G. VALLET (éd.), La Sicilia antica, vol. 1,2 (1980), p. 369.

11 La proportion des terres cuites parmi les offrandes des tombes du Timpone Nero est de 2,6 % : D. LEIBUNDGUT WIELAND, Selinunt. Nekropole Manicalunga - Gräber im Gebiet Timpone Nero (1994), p. 45.

12 A. KUSTERMANN GRAF, Selinunt. Manicalunga - Nekropole. Die Gräber im Gebiet Gaggera (1996), p. 30.

13 Texte, bibliographie et commentaire : DEWAILLY 1992, p. 143-144 et notes 4-6.

14 Cf. DEWAILLY 1992, p. 144 et notes 7-8.

15 Cf. DEWAILLY 1992, p. 144 et note 6.

16 Pour une information complète sur ce sujet cf. DEWAILLY 1992, p. 144-146 et notes 9-33. Cf. aussi M. Th. LE DINAHET, Sanctuaires chtoniens de Sicile de l’époque archaïque, dans Temples et sanctuaires, séminaire de recherche 1981-1983 sous la direction de G. ROUX (1984), p. 141-142.

17 Voir CROISSANT 1983, p.8-12.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable