Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Avant-propos

Texte intégral

1Le matériel qui fait l’objet de ce travail - les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte - a été trouvé au cours des campagnes de fouilles effectuées entre 1874 et 1926. Je voudrais commencer par rappeler brièvement les circonstances qui m’ont amenée à en entreprendre l’étude.

2Au cours de l’année 1984/1985 la possibilité fut offerte aux étudiants de la faculté d’archéologie classique de l’Université de Zurich de collaborer à la préparation du catalogue d’une collection privée de Palerme, la collection Collisani, composée d’objets provenant de Sicile et d’Italie méridionale. Je fus chargée de cataloguer une partie des statuettes féminines de la période classique et hellénistique, et c’est ainsi que je me découvris pour la plastique en terre cuite un intérêt particulier.

3Le Dr. Michel Sguaitamatti, conservateur de la collection archéologique de l’Université de Zurich, me demanda, après l’achèvement de ce premier travail, si je voulais cataloguer les protomés du sanctuaire de la Malophoros, et en faire le sujet de mon mémoire de Licence à l’Université de Zurich. J’acceptai avec plaisir, bien que personne à Zurich ne connût ni le nombre exact des protomés conservées au Musée Archéologique Régional de Palerme, ni par conséquent le temps qui serait nécessaire pour cataloguer et étudier ce matériel.

4Considérées dans leur ensemble, les offrandes livrées par les fouilles du sanctuaire de la Malophoros étaient de toute façon très nombreuses. Car les objets consacrés à la déesse ne comprennent pas seulement des protomés mais aussi des statuettes, des lampes, des petits objets et, bien sûr, de la céramique. Jusqu’en 1981 la plus grande partie de ce matériel se trouvait dans les soussols du musée de Palerme. A l’initiative de Vincenzo Tusa, alors Surintendant des Antiquités à Palerme, avait été constituée la Missione Malophoros, grâce à laquelle la fouille du sanctuaire et de ses environs avait pu reprendre, et qui rendait désormais possible l’accès au matériel découvert dans les fouilles des années 1874 à 1926. Or le Dr. Michel Sguaitamatti avait été, dans ce cadre, chargé de la publication des protomés du sanctuaire. Se rendant compte qu’il ne pourrait accomplir cette tâche dans des délais assez brefs, en raison d’autres projets, il m’offrit la possibilité de réaliser la présente recherche, et je lui en garde encore aujourd’hui une très profonde reconnaissance.

5Sans trop me soucier ni de l’ampleur du matériel, que je ne pouvais évaluer, ni de la durée de la recherche que j’allais entreprendre, je partis en 1985 à Palerme. Sebastiano Tusa, fils du Surintendant Vincenzo Tusa et membre de la Missione Malophoros me guida dans les magasins du musée, où il me présenta le matériel du sanctuaire de la Malophoros, et spécialement les protomés.

6C’est ainsi que je suis restée trois mois au musée de Palerme pour classer et ranger le matériel, établir une typologie, faire des photographies, analyser les sortes d’argile, etc. Les séjours à l’étranger sont toujours l’occasion de découvertes, et je pus constater par exemple que le perfectionnisme suisse concernant les moyens et les conditions de travail était parfois déplacé. Mais par leur gentillesse et leur serviabilité, le Surintendant des Antiquités à Palerme, Vincenzo Tusa, et tous les employés du musée surent aplanir toutes les difficultés, et me permirent tout de même de travailler efficacement, de sorte que ce séjour à Palerme fut pour moi une expérience très positive. Mes chaleureux remerciements s’adressent à Vincenzo Tusa, qui m’a facilité l’accès au Musée Archéologique Régional, ainsi qu’à Sebastiano Tusa, qui m’y a montré le matériel.

7J’avais d’abord limité ma recherche aux protomés avec polos ou diadème, ce qui représentait environ 60 % de l’ensemble des types et variantes, et c’est cette étude que je présentai en 1987 comme mémoire de Licence à l’Université de Zurich. Pour ma thèse je décidai de compléter le catalogue en y ajoutant les types avec voile ainsi que les types sans couvre-chef ou dont le couvre-chef n’était pas identifiable. Je passai donc en 1988 un autre mois à Palerme à enregistrer et étudier cette partie du matériel. Je tiens à exprimer ma reconnaissance à Carmela Angela Di Stefano, successeur de Vincenzo Tusa à la Surintendance des Antiquités de Palerme, pour m’avoir permis d’effectuer ce travail complémentaire au musée.

8On a vu que la découverte des protomés de Sélinonte s’était étendue sur une longue période, de 1874 à 1926. Leur interprétation scientifique dura moins longtemps, mais elle exigea tout de même un nombre d’années considérable. La première raison en fut évidemment la quantité du matériel à étudier, qui rendait la tâche particulièrement difficile. Mais ensuite intervint un événement qu’en dépit de ma forte attirance pour les terres cuites on me pardonnera d’avoir jugé plus important : la naissance de notre fille en 1990, qui entraîna naturellement un ralentissement relatif dans mon travail archéologique.

9Enfin la mort prématurée, tout à fait inattendue, du Dr. Michel Sguaitamatti, en 1991, constitua une difficulté majeure. Car Michel Sguaitamatti, qui avait fait sa thèse sur L’offrante de porcelet dans la coroplathie géléenne, n’avait cessé de m’assister de ses conseils dans la préparation de mon étude. C’est son décès qui me conduisit à quitter l’Université de Zurich pour m’inscrire à l’Université de Paris I. Sur la recommandation du Professeur Pierre Ducrey, directeur de l’Institut d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne, j’étais heureusement entrée en contact dès 1989 avec le Professeur Francis Croissant. Après un premier exposé en 1988 au cours du col loque du Deutscher Archäologenverband à Mönchengladbach sur Art et Culture de la Grande Grèce, j’avais eu ainsi l’occasion de présenter les protomés de Sélinonte à Paris en avril 1991 dans le cadre du séminaire Archéologie du monde grec archaïque. L’été suivant, après la soudaine disparition de Michel Sguaitamatti, le Professeur Croissant rendit possible mon inscription à l’Université de Paris I : en m’apportant l’assistance d’un spécialiste, il m’aida à résoudre les nombreux problèmes stylistiques que posait ma documentation, et à mener à bien la recherche dont je présente aujourd’hui les résultats. Je voudrais lui en exprimer ici ma très chaleureuse gratitude.

10En 1992, je fus invitée par l’Institut archéologique de l’Université de Cologne à présenter les protomés de Sélinonte au cours du colloque Kleinkunst als Spiegel der Gesellschaft. En janvier 1995 la possibilité me fut donnée encore une fois de présenter l’état de ma recherche à Paris, dans le cadre du séminaire Archéologie du monde grec archaïque. Enfin ce travail fut achevé sous la forme d’une thèse de Doctorat, soutenue à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne le 2 avril 1999, devant un jury composé des Professeurs Francis Croissant, Pierre Ducrey, Michel Gras, Arthur Muller et Claude Rolley, et dont le présent ouvrage constitue une version légèrement remaniée. Dès l’année sui vante, M. Michel Bats, Directeur du Centre Jean Bérard de Naples, avait accueilli favorablement l’idée d’une publication dans la collection des Cahiers du Centre Jean Bérard, et son successeur, M. Jean-Pierre Brun, veut bien aujourd’hui réaliser ce projet. Qu’ils trouvent tous deux ici l’expression de ma vive reconnaissance.

11Au moment de livrer ce travail au public, je souhaiterais aussi remercier toutes les personnes qui m’ont aidée ou encouragée durant ces années de recherche.

12Pour les informations qu’ils m’ont fournies et pour les discussions que j’ai pu avoir avec eux, je remercie particulièrement Christiane Dehl-von Kaenel, Heide Froning, Filippo Giudice, Anne Kustermann Graf, Daniele Leibundgut Wieland, Dieter Mertens, Thomas Mumenthaler, Margot Schmidt et Irma Wehgartner. Je songe aussi avec reconnaissance à l’aide que m’apporta, quelques mois avant son décès, Bruno Sguaitamatti pour la mise au point du texte français. Et je tiens à remercier l’entreprise Zürcher Ziegeleien et la fondation Peter Schmidheiny pour leur généreuse contribution financière à mon étude.

13Enfin ma gratitude s’adresse tout spécialement à mon mari Christoph et à ma fille Tamara, qui m’ont soutenue avec patience et compréhension pendant toute la durée de ce travail.

14Zurich, avril 2003

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540