Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

Les nécropoles à incinération du premier Âge du Fer en Languedoc occidental

Les exemples d’Agde et Pézenas

Georges Marchand et Martine Schwaller

Texte intégral

1Depuis quelques années, les recherches effectuées sur les nécropoles protohistoriques du Languedoc ont permis, outre le fait d’avoir maintenant à notre disposition une abondante documentation, d’affiner nos connaissances et notre perception du mode de fonctionnement de ces sociétés, des rapports sociaux qu’elles entretiennent et de leurs échanges et contacts avec le monde méditerranéen. Ainsi, dans le cadre de cette journée d’études, il nous a semblé souhaitable de présenter, certes de façon synthétique, voire succincte, les principaux acquis de l’étude de deux nécropoles publiées récemment ou en cours d’exploitation. Celles-ci appartiennent à un secteur géographique limité, le Languedoc occidental - caractérisé par de grandes nécropoles à incinération (fig. 1) - que les chercheurs s’accordent à distinguer globalement d’un Languedoc oriental - zone de plaines comprise - où domine un faciès tumulaire regroupant inhumations et incinérations.

Fig. 1 - Carte de répartition des nécropoles à incinération de l’Âge du Fer en Languedoc occidental.

2Parmi ces nécropoles, les plus connues sont celles de Mailhac dont la nécropole du Moulin datée du Bronze final et les nécropoles du Grand Bassin servent toujours à définir les différentes caractéristiques des autres cimetières du Languedoc occidental. Depuis, d’autres nécropoles sur lesquelles A. Nickels a plus particulièrement travaillé et qui ont fait, l’objet soit d’une publication exhaustive comme celle du Peyrou à Agde, soit de travaux préliminaires comme celle de Saint-Julien à Pézenas, sont venues étoffer la documentation. Il est donc logique que notre propos reprenne ici les principaux résultats de l’étude de ces deux derniers sites.

1. La nécropole du Peyrou à Agde

3Les recherches archéologiques récentes effectuées dans la vieille ville et, appuyées par les sources antiques, ont permis d’établir qu’Agde, Agathe, comptoir phocéen fréquenté dès le VIe s. av. J.-C., devient colonie massaliote dès la fin du Ve s.

4Découverte en 1977, au lieu dit le Peyrou, dans le cadre d’un programme de lotissement, la nécropole du Peyrou a fait l’objet d’une fouille la même année et l’année suivante. Elle a été exhaustivement publiée en 1989 (Nickels 1989).

5La zone explorée couvre environ 3000 m2 et regroupe 171 tombes de l’Age du Fer auxquelles il faut ajouter environ 30 groupes fragmentaires qui correspondent à autant de sépultures détruites. Il semble bien que les limites de la nécropole n’ont pas été atteintes. Le ou les ustrina n’ont pas été découverts et aucune tombe vraiment exceptionnelle par la qualité et la quantité du mobilier n’a été mise au jour.

1.1. Les tombes

6On distingue deux types : les tombes avec vases d’accompagnement et les tombes à simple ossuaire.

1.1.1. Les tombes avec vases d’accompagnement

7Ces 82 tombes possèdent des enclos, souvent très détruits, de forme quadrangulaire qui s’organisent suivant deux orientations différentes et non contemporaines. L’espace interne des enclos est occupé par de petits blocs qui, effondrés dans le loculus, forment la couverture à proprement parler (fig. 2). La position de ces blocs implique nécessairement l’existence d’une armature putrescible vraisemblablement en bois, qui délimite un espace funéraire vide, à l’origine, de tout sédiment. Ces fosses quadrangulaires ont des dimensions qui se regroupent autour de véritables paliers de 0,50, 0,75 ou 1 m de côté. Leur profondeur est faible, n’excédant pas 0,40 m.

Fig. 2 - Nécropole du Peyrou à Agde : tombe 103. La couverture de blocs, profondément effondrée dans le loculus, permet d’en définir son contour subrectangulaire.

8Le mobilier de ces tombes avec vases d’accompagnement comprend, dans tous les cas, un vase cinéraire (seules quatre tombes contiennent deux vases cinéraires), généralement une coupe hémisphérique surmontée d’un couvercle et placée soit au centre de la tombe, soit à l’ouest. Dans ce vase, les objets personnels du défunt sont déposés sur les ossements. Le nombre des vases d’accompagnement varie entre 2 et 20 (fig. 3). En général, un seul vase décoré, principalement d’excisions, est placé à proximité du vase cinéraire ou parfois à l’intérieur même de celui-ci. On observe très régulièrement la présence de deux urnes contenant des coupelles près du vase cinéraire. On note également la présence d’un gobelet placé dans le vase cinéraire ou juste à côté. Lorsque la tombe contient une fusaïole, celle-ci est généralement disposée au fond de la fosse, rarement dans le vase cinéraire. Une offrande alimentaire, posée sur le fond de la fosse, est présente dans près de 90 % des tombes. Dans la plupart des cas, il s’agit d’ovi-capridés.

Fig. 3 - Nécropole du Peyrou à Agde : tombe 99. L’ossuaire et les vases d’accompagnement sont écrasés par la couverture en partie effondrée dans le loculus ; à gauche, les restes de l’offrande alimentaire.

9Parmi ces tombes avec vases d’accompagnement, des sépultures renfermant deux sujets ont été identifiées. Dans quatre cas, elles contiennent deux ossuaires et la répartition des objets métalliques montre clairement qu’il s’agit de deux sujets. Cependant, l’étude des objets métalliques et l’analyse anthropologique ont montré que de nombreuses tombes à un seul ossuaire contiennent deux sujets. Parallèlement, l’étude de la répartition de la céramique a permis de mettre en évidence la présence de nombreuses tombes doubles, ce qui n’était pas visible au moment de la fouille.

1.1.2. Les tombes à simple ossuaire

10Leur fosse se réduit à la dimension du vase ; le dépôt se limite au vase cinéraire recouvert parfois d’un vase-couvercle et l’aménagement de surface parait extrêmement sommaire, comportant tout au plus un gros bloc disposé au-dessus de la tombe. Tout semble donc opposer ces tombes aux précédentes, notamment l’absence de fusaïole et d’offrande alimentaire.

1.2. Le mobilier

1.2.1. La céramique

11La céramique dite indigène est modelée. Elle comprend 1061 vases qui ont permis d’établir une véritable typologie grâce à un répertoire de formes très varié. On y distingue des urnes bitronconiques à carène, des urnes à col haut et fond haut, des urnes ovoïdes à col haut, des gobelets tronconiques, des coupes et coupelles, des urnes subcylindriques et enfin des vases décorés d’excisions, de formes diverses.

12La céramique importée est réduite à quatre vases disposés dans quatre tombes différentes (Nickels 1981). Il s’agit de deux skyphoi subgéométriques, d’une coupe protocorinthienne et d’une oenochoè subgéométrique. Ces vases constituent, pour l’instant, les plus anciennes importations de vases grecs en Gaule méridionale. Leur datation, homogène, est du troisième quart du VIIe s. Ils permettent de dater les différentes phases de la nécropole.

1.2.2. Les objets métalliques

13Le mobilier métallique comporte environ 500 pièces, toujours disposées dans le vase cinéraire. Les types sont nombreux : fibules serpentiformes, à faux ressort, à arc simple, épingles serpentiformes, bracelets en bronze à décor géométrique et en fer en forme de tonnelet, anneaux et boutons coniques en bronze, couteaux en fer, mais seulement deux armes dont une en bronze et quelques agrafes de ceinture ajourées également en bronze.

14La sériation de ces objets et l’étude de leurs associations a permis de distinguer les tombes d’hommes des sépultures de femmes, distinction difficile, voire impossible à établir à partir des ossements incinérés. Quelques observations fondamentales se dégagent de ce travail de répartition. En effet, certains objets ne sont pas des discriminants sexuels ; il s’agit principalement des fibules. D’autres objets ne sont que très rarement associés, par exemple couteaux et boutons coniques ou couteaux et fusaïoles. Enfin, quelques uns sont régulièrement associés : boutons coniques, fusaïoles, anneaux en bronze, coquillages.

15Cette étude permet donc de mettre en évidence quatre grands groupes de tombes sans regroupement géographique : le groupe des tombes d’hommes, le groupe des tombes de femmes, le groupe des tombes doubles et le groupe des tombes sans objets métalliques sur lequel il est impossible de se prononcer. Ces distinctions nous permettent, d’une part, d’observer que le nombre de tombes d’hommes et de femmes est identique et, d’autre part, d’évaluer l’ensemble des sujets à environ 230, ce qui correspond vraisemblablement à une population vivante de 200 à 250 individus sur environ 40 ans, compte tenu de l’absence de sépultures de nouveau-nés et de la durée reconnue de l’utilisation de la nécropole.

1.3. Conclusions

16Nous présentons ici les conclusions essentielles les plus novatrices de cette étude.

17L’examen rapide du plan schématique de cette nécropole révèle l’existence d’un certain nombre d’alignements, correspondant à une organisation qu’André Nickels a tenté de restituer à partir du relevé précis de l’ensemble des fosses et de tous les blocs épars. Il en ressort l’existence de dimensions constantes en ce qui concerne les longueurs et les largeurs des enclos, l’espacement des tombes et la position des tombes à simple ossuaire, toujours situées à l’extérieur des enclos.

18On obtient ainsi l’image d’un aménagement structuré où rien n’est laissé au hasard, où l’on voit apparaître de véritables quartiers desservis par des axes de circulation, où aucun développement anarchique ne peut exister.

19Chronologiquement, la confrontation des cartes de répartition du mobilier montre que le développement topographique se fait d’ouest en est, les tombes les plus récentes se trouvant au nord-est.

20La fréquentation de cette nécropole couvre les débuts du second quart du VIIe s. pour s’estomper, en ce qui concerne la partie reconnue, dans le dernier quart de ce même siècle. L’étude de la nécropole d’Agde permet également d’aborder avec circonspection le problème de la hiérarchisation sociale. En effet, deux groupes ont été nettement mis en évidence : les tombes avec vases d’accompagnement et les tombes à simple ossuaire. La nature de leurs liens nous échappe encore. S’agit-il de facteurs ethniques ou bien socio-économiques ? Il ne faudrait pas, par exemple, confondre tombes riches et tombes de riches.

21La carte de répartition des sépultures du premier Age du Fer languedocien (fig. 1), montre que la nécropole du Peyrou s’insère dans un tissu relativement serré de cimetières - une quinzaine - du même type. On peut y rattacher la phase ancienne de Pézenas, qui constitue le second exemple que nous avons souhaité aborder.

2. La nécropole de Pézenas

22En 1963, un labour profond au lieudit Saint-Julien, au pied de l’oppidum de Saint-Siméon à Pézenas, révélait une très importante nécropole protohistorique. Deux cent dix tombes, réparties sur un espace de 2000 m2 ont fait l’objet de plusieurs interventions de sauvetage dirigées par l’abbé J. Giry et l’ERA 290 du CNRS entre 1963 et 1970. Quelques publications partielles ont été consacrées à ce site. Nous nous appuyons, dans ce bilan, sur une première synthèse donnée en 1990 par A. Nickels (Nickels 1990), et sur la publication exhaustive de cet ensemble majeur qu’il avait lancée en 1989 et qui verra son terme à très brève échéance.

23Dans cette nécropole, quatre zones, topographiquement homogènes, mises en évidence par les associations du mobilier présent dans les sépultures, couvrent une période allant de la fin du VIIe jusqu’aux débuts du Ve s.

2.1. La zone 1

24Elle rassemble les tombes les plus anciennes datées entre 610 et 590 av. J.-C. Les sépultures comportent un nombre élevé de vases (entre 4 et 10) dont les formes diffèrent nettement de celles décrites dans la nécropole d’Agde.

25Le mobilier céramique, en grande partie non tourné, comprend : des cratères, des urnes à pied haut, des gobelets tronconiques, des vases excisés. Les vases importés sont peu nombreux. Sur treize vases au total, on compte quatre récipients en bucchero nero et neuf vases à pâte claire dont l’origine est vraisemblablement la Grèce de l’Est. Il est à noter l’absence totale d’amphores étrusques et de coupes ioniennes.

26Le mobilier métallique est relativement abondant, avec apparition en nombre des armes : plastrons, armures formées de plaques de bronze, rares épées, nombreuses pointes de lances souvent très longues et talons allant par paires.

27Les dépôts alimentaires carnés ne sont pas brûlés.

2.2. La zone 2

28Elle est datée des horizons 590-570 et caractérisée par plusieurs phénomènes.

29On observe d’abord la forte diminution du mobilier céramique qui n’est plus représenté, généralement, que par deux vases : l’ossuaire et un vase à boire. La majeure partie de la céramique demeure non tournée, mais les cratères à pied haut sont désormais rares. Les gobelets carénés sont, en revanche, bien présents. Dans la céramique tournée, apparaît un nouveau type de céramique grise monochrome reprenant des formes indigènes et correspondant techniquement à des productions d’ateliers grecs locaux. Les amphores étrusques et les coupes ioniennes, présentes en habitat, n’entrent pas encore dans les tombes. En revanche, certaines catégories de céramiques importées deviennent plus courantes : canthares en bucchero nero, stamnoi, oenochoès, coupes (fig. 4).

Fig. 4 : Nécropole de Saint-Julien à Pézenas. Stamnos muni de son couvercle. (Échelle : 1/3).

30Le mobilier métallique est abondant. Les armes sont toujours constituées de lances très longues. Il faut noter la présence d’un poignard à antennes. Les agrafes de ceintures en bronze à un crochet apparaissent massivement, ainsi que de grands couteaux témoignant d’une parenté évidente avec le Nord de l’Espagne.

31Enfin, les offrandes alimentaires non brûlées disparaissent des tombes ; elles seront également absentes dans la phase suivante.

2.3. La zone 3

32Très vaste topographiquement, cette zone est datée entre 570 et 520. Elle comprend de nombreuses tombes bouleversées par la charrue. Celles-ci, lorsqu’elles sont intactes, ne possèdent que peu de mobilier céramique. La céramique non tournée représente désormais moins de 20 % du total des vases avec une forte proportion de gobelets carénés. Parmi les vases tournés, la céramique grise monochrome forme l’essentiel des vases fins, mais les coupes ioniennes sont également présentes. Les amphores étrusques, de forme effilée, font leur apparition pour être détournées de leur fonction première ; elles servent alors d’ossuaires.

33Le mobilier métallique reste relativement abondant ; les pointes de lance ont tendance à se raccourcir, les premières fibules à arbalète apparaissent et les agrafes de ceintures en bronze et à deux crochets prédominent.

2.4. La zone 4

34Comme dans le secteur précédent, les tombes sont très détruites. Néanmoins, cette zone peut être datée des années 520-480. Malgré l’arasement des sépultures, on peut observer que désormais elles ne possèdent plus de vase servant d’ossuaire. Le loculus traditionnel fait place à une grande fosse où s’entassent apparemment les fragments de vases brisés, d’objets métalliques fondus, d’esquilles d’os humains incinérés. On assiste à l’apparition de céramiques attiques : skyphoi, coupes à yeux et coupes à vernis noir de type C. La céramique grise est abondante, les céramiques à pâte claires sont représentées par des oenochoès et des coupes d’imitation B2. Les amphores sont en majorité de type grec ou massaliète.

35Le mobilier métallique est devenu très rare, se limitant à des pointes de lances, et des fibules à arbalète.

2.5. Conclusions

36Deux phénomènes importants marquent le développement de cette nécropole.

37En premier lieu, l’apparition massive des armes : en effet, dès les environs de 600, un homme sur deux se fait incinérer avec les attributs du guerrier alors qu’au VIIe s. le cas est rarissime. Cette mutation, à la fois rapide et profonde paraît lourde de sens. Par leur conception, certaines armes sont vraisemblablement d’origine grecque ou étrusque et tout porte à croire qu’elles ont été fournies par les nouveaux arrivants. D’autres, notamment les cnémides, inspirées de modèles grecs, pourraient constituer le témoignage d’un artisanat local au sens large. Mais, dans tous les cas, il ne s’agit pas d’éléments disparates mais bien de panoplies complètes qui semblent être le témoignage d’importants changements de comportement liés à un climat d’insécurité dont l’origine probable est à chercher, comme l’a dit A. Nickels, à l’intérieur du monde indigène.

38Le deuxième point concerne la modification des pratiques funéraires. La tendance générale se caractérise par la raréfaction progressive, tout au long du VIe s., du mobilier funéraire et l’abandon total d’offrandes alimentaires non brûlées dès 590 av. J.-C.

39L’étude des nécropoles d’Agde et de Pézenas permet de suivre l’évolution des pratiques funéraires pendant l’ensemble du premier Age du Fer entre la seconde moitié du VIIe s. et le début du Ve s. av. J.-C. La quatrième phase de la nécropole de Saint-Julien inaugure un nouveau mode de sépultures plus difficile à aborder, illustré par d’autres cimetières du Languedoc occidental au premier rang desquels vient la phase récente de Couffoulens dans l’Aude. Notre propos n’est pas d’analyser l’évolution de ces pratiques à partir du début du Ve s. mais, partant toujours des exemples d’Agde et de Pézenas, de constater la permanence des lieux de sépultures. C’est ainsi que la nécropole du Peyrou à Agde a encore servi de lieu d’ensevelissement entre le IVe et le IIe s. av. J.-C., puis encore plus tard à l’époque flavienne (Olive 1980). De la même manière, l’étude des documents matériels issus de la nécropole de Pézenas atteste la présence d’un ensemble important de tombes du deuxième Age du Fer. Pour l’une et l’autre des nécropoles, ces phases, encore inédites, apporteront des éléments de comparaison fondamentaux pour la seule nécropole véritablement connue pour le dernier Age du Fer, celle d’Ensérune.

Bibliographie

Références bibliographiques

Cette bibliographie ne fait état que des articles essentiels consacrés à ces deux sites, excluant les études ponctuelles de mobilier.

Dedet 1974 : DEDET (B.), La céramique non tournée de la nécropole de Saint-Julien à Pézenas (Hérault) dans son contexte languedocien au VIe s. av. J.-C. Thèse de IIIe cycle, Université de Montpellier, 1974.

Giry 1965 : GIRY (J.), La nécropole préromaine de Saint-Julien (commune de Pézenas, Hérault). RELig, XXXI, 1965, 117-235.

Llinas 1971 : LLINAS (Chr.) et ROBERT (Α.), La nécropole de Saint-Julien à Pézenas (Hérault), fouilles de 1969 et 1970. RANarb, 3, 1971, 1-33.

Nickels 1981 : NICKELS (Α.), PELLECUER (Chr.), RAYNAUD (CL), ROUX (J.-Cl.) et ADGE (M.), La nécropole du premier Age du Fer d’Agde : les tombes à importations grecques. MEFRA, 1981, 1, 89-125.

Nickels 1983 : NICKELS (Α.), Les Grecs en Gaule : l’exemple du Languedoc. In : Modes de contact et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du colloque de Cortone (1981). Pise-Rome, 1983, 409-425.

Nickels 1989 : NICKELS (Α.), MARCHAND (G.) et SCHWALLER (M.), Agde, la nécropole du premier Age du Fer. Paris, 1989 (Suppl. à la RANarb, 19).

Nickels 1990 : NICKELS (Α.), Essai sur le développement topographique de la nécropole protohistorique de Pézenas (Hérault). Gallia, 47, 1990, 1-27.

Olive 1980 : OLIVE (Chr.), RAYNAUD (CL) et SCHWALLER (M.), Cinq tombes du Ier siècle de notre ère à Agde (Hérault). Archéologie en Languedoc, 1980, 3, 135-150.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Carte de répartition des nécropoles à incinération de l’Âge du Fer en Languedoc occidental.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 2 - Nécropole du Peyrou à Agde : tombe 103. La couverture de blocs, profondément effondrée dans le loculus, permet d’en définir son contour subrectangulaire.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 3 - Nécropole du Peyrou à Agde : tombe 99. L’ossuaire et les vases d’accompagnement sont écrasés par la couverture en partie effondrée dans le loculus ; à gauche, les restes de l’offrande alimentaire.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4 : Nécropole de Saint-Julien à Pézenas. Stamnos muni de son couvercle. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1722/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540