Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

Les nécropoles de Sélinonte

(Programme de recherche et de publication de l’Institut d’Archéologie de l’Université de Zurich)

Hans Peter Isler

Texte intégral

1Une convention signée 1985 entre la Surintendance archéologique de Palerme et l’Institut d’Archéologie de l’Université de Zurich engage ce dernier à s’occuper d’une partie significative des matériaux archéologiques provenant des fouilles de la nécropole de Sélinonte. Mon intention est de présenter ici très brièvement notre projet et de communiquer quelques observations préliminaires.

  • 1 Une bibliographie est donnée dans Kustermann-Graf 1991, VII b.

2Nous nous occupons donc des fouilles “anciennes”, qui n’ont pas été entreprises par nous-mêmes. A l’exception de quelques tombes, ces fouilles sont restées inédites1. Outre l’étude des offrandes funéraires, nous avons entrepris un examen systématique de la documentation disponible. Les restes d’ossements n’ayant malheureusement pas été conservés, des études anthropologiques ne sont pas possibles, ce qui signifie évidemment qu’une partie importante des données est aujourd’hui perdue.

3D’abord quelques observations générales au sujet des nécropoles de Sélinonte (Cf. Tusa 1971). Il s’agit en effet de quatre nécropoles différentes (fig. 1, d’après Adriani et alii, Odeon, 1972 plan 17) :

4Buffa (au nord de la colline orientale, à l’est de la Manuzza). Cette nécropole a été fouillée à partir de 1960.

5Galera-Bagliazzo (au nord de la colline de Manuzza) où se trouvaient des quartiers d’habitation. Bagliazzo est la partie Sud, Galera la partie Nord de cette zone. Cette nécropole a été fouillée en 1866.

6Manicalunga (avec, entre autres, les secteurs Gaggera, Pipio et Timpone Nero). La Manicalunga a été découverte en 1872 et partiellement fouillée, mais la fouille la plus intense date des années 1959-1970.

7Il existe enfin une petite nécropole sur le versant sud de la Manuzza qui contenait des tombes du VIIe siècle. C’est la seule nécropole publiée (Cf. Rallo 1982) jusqu’à présent.

Fig. 1 - Plan de situation des nécropoles de Sélinonte.

  • 2 Cité par Pelagatti 1980, 369 avec note 79. Dans la Princeton Encyclopedia of Classical Sites (1979) (...)
  • 3 On n’entrera pas ici dans la problématique de la date de fondation.

8Sur un total de plus de 100 000 tombes près de 5 000 tombes ont été fouillées. Le reste a été en grande partie saccagé par des fouilleurs clandestins (environ 80 000-100 000 tombes entre 1950 et 1963 d’après l’estimation de Vincenzo Tusa)2. On sait que le marché des antiquités était, dans les années cinquante, en bonne partie alimenté par les trouvailles de Sélinonte. A quelques exceptions près, toutes les tombes datent de la période de vie de la ville grecque de Sélinonte, c’est à dire entre la fondation, datée en 651 ou en 628 av. J.-C.3, et la destruction de la ville par les Carthaginois en 409 av. J.-C. Même si nous ne connaissons probablement que 5 % des tombes, il s’agit là d’une proportion significative si l’on fait une comparaison avec d’autres nécropoles antiques.

9Des 5 000 tombes mentionnées, 900 à peu près sont aujourd’hui conservées à la Fondation Mormino de Palerme qui avait en grande partie financé et contribué ainsi d’une manière décisive à la conservation de ce patrimoine important. La publication était dans les mains de Sandro Stucchi de Rome, et je ne sais pas qui s’en occupe maintenant. Les vases de la Fondation Mormino, publiés par Juliette de La Genière dans un volume du CVA (CVA Palermo) ne font bien sûr pas partie des 900 tombes mentionnées.

10Les 1268 tombes de Buffa qui se composent de 514 incinérations et de 754 inhumations, dont 207 incinérations et 172 inhumations sans offrandes funéraires, ont été étudiées par Mme Emma Meola il y a déjà longtemps, mais son étude n’a malheureusement pas été publiée jusqu’à présent.

11Il nous reste donc à étudier à peu près 3 000 tombes, conservées au Musée Régional Archéologique de Palerme, auxquelles s’ajoutent de nombreux objets sporadiques, en bonne partie provenant des fouilles du XIXe siècle ; c’est ce qui est en cours d’étude dans le cadre du projet de l’Institut d’Archéologie de l’Université de Zurich.

12Deux études sur des secteurs autonomes de la nécropole de Manicalunga ont été jusqu’à présent terminées. Une relation préliminaire très brève en a déjà été publiée (Leibundgut-Wieland 1990).

13Il s’agit en effet d’un groupe de 221 tombes de la Gaggera, étudiées par Anne Kustermann Graf (Cf. Kustermann Graf 1991), dont le manuscrit complet attend l’imprimeur. Les tombes, appartenant probablement à une seule famille, s’étendent sur une surface de terrain plutôt vaste. Un premier groupe de 60 tombes date de la première moitié du VIe siècle, le reste est du Ve siècle.

14Le deuxième groupe de tombes, étudié par Danielle Leibundgut-Wieland, appartient à la Manicalunga-Timpone Nero. Il s’agit de 563 tombes et de matériaux sporadiques assez nombreux (520 objets). La nécropole a été fréquentée du dernier quart du VIe jusqu’à la fin du Ve siècle. Il s’agit donc de deux secteurs bien définis de la même grande nécropole, Manicalunga, ce qui permet de faire des comparaisons intéressantes, puisqu’on observe des différences très significatives auxquelles je ne peux ici que faire allusion.

  • 4 Les rapports numériques entre inhumations et incinérations proposés par Pelagatti 1980 restent à vé (...)

15Parlons d’abord des traits communs des deux secteurs de la nécropole de Manicalunga étudiés jusqu’à présent. L’orientation libre des tombes ne semble indiquer aucune préférence. On peut aussi noter la présence de types de tombes divers au même moment et l’utilisation parallèle des rites d’incinération et d’inhumation4. Le nombre des tombes sans offrandes funéraires est important, environ 10 % à la Gaggera, assez élevé aussi au Timpone Nero. Il ne s’agit pas, bien entendu, de tombes violées, mais plutôt de tombes des membres plus humbles de la famille, voire d’esclaves.

16Mais venons, pour terminer, aux différences entre les deux secteurs de la nécropole : à la Gaggera les types de tombes complexes et les rites représentatifs (incinérations, dont un haut pourcentage dans la tombe) sont nombreux, tandis qu’au Timpone Nero il s’agit surtout de simples dépositions dans la terre. Le nombre d’offrandes, quasi exclusivement en céramique, qui accompagnait le mort, n’est en général pas élevé, de 1 à 4 objets au Timpone Nero, de 1 à 3 objets à la Gaggera. Mais à la Gaggera nous trouvons surtout de la céramique d’importation, corinthienne, attique, laconienne, tandis qu’au Timpone Nero c’est la céramique locale non décorée qui domine.

17La déduction provisoire qu’on peut en tirer c’est que nous nous trouvons en présence de groupes sociaux différents ; d’une famille de rang plus noble dans le cas de la Gaggera, d’un groupe d’extraction sociale plus simple dans le cas du Timpone Nero. La même situation se reflète probablement dans la localisation topographique des deux secteurs de la nécropole. La Gaggera se trouve en effet tout près de la ville, aux alentours du fameux sanctuaire de la Malophoros, tandis que le Timpone Nero est éloigné de plus de 3 kilomètres de l’habitat. Ce sont là, bien sûr, des observations tout à fait préliminaires, à vérifier par l’étude des 2 000 tombes qui nous restent à examiner.

Bibliographie

Références bibliographiques

CVA Palermo : LA GENIÈRE (J. de), CVA Italia 50 : Palermo. Collezione Mormino, Banco di Sicilia. Roma, 1971.

Kustermann-Graf 1991 : KUSTERMANN-GRAF (Α.), Necropoli di Selinunte (necropoli Manicalunga, gruppo di tombe Gaggera). In : DANIMS. ASAR, XXI, 1, 101-123.

Leibundgut-Wieland 1990 : LEIBUNDGUT-WIELAND (D.), KUSTERMANNGRAF (Α.), Zwei Gräbergruppen aus der Manicalunga in Selinunt : Gemeinsamkeiten und Unterschiede. In : Kunst und Kultur in der Magna Graecia : ihr Verhältnis zum griechischen Muterland und zum italischen Umfeld (E. Schwinzer, St. Steingraber dir.). Symposion des Deutschen Archaologen-Verbandes, Städtisches Museum Schloss Rheydt (Mönchengladbach, 1988). Tübingen, 1990, 71-77.

Pelagatti 1980 : PELAGATTI (P.), VALLET (G.), Le necropoli. In : La Sicilia antica (a c. di E. Gabba e G. Vallet), I, 2. Napoli, 1980, 355-396.

Rallo 1982 : RALLO (Α.), Selinunte. Le ceramiche del VII sec. a.C. della necropoli meridionale di Manuzza dopo gli scavi 1978. ASAA, XLIV, 203-218.

Tusa 1971 : TUSA (V.), Le necropoli di Selinunte. In : A. Adriani et alii, Odeon e altri monumenti archeologici. Palermo, 1971, 175-178.

Notes

1 Une bibliographie est donnée dans Kustermann-Graf 1991, VII b.

2 Cité par Pelagatti 1980, 369 avec note 79. Dans la Princeton Encyclopedia of Classical Sites (1979), 825, s.v. Selinus, V. Tusa parle de « several tens of thousands of graves ».

3 On n’entrera pas ici dans la problématique de la date de fondation.

4 Les rapports numériques entre inhumations et incinérations proposés par Pelagatti 1980 restent à vérifier.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Plan de situation des nécropoles de Sélinonte.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 575k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable