Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

L’exemple de Francavilla Marittima : la nécropole de Macchiabate, secteur de La Temparella

Juliette de La Genière

Texte intégral

  • 1 Notre lecture des tombes connues de la Temparella avait été présentée en 1985 à P. Zancani, laquell (...)

1Nous devons à Paola Zancani1 tout ce que nous savons sur le site de Francavilla Marittima dont elle a été la première à comprendre l’importance et auquel elle a dédié plus d’une décennie de recherches sur le terrain, suivies de publications systématiques. Ses yeux la trahissaient dans les dernières années et elle n’a pu mener à bien son projet de relire l’ensemble de ses publications consacrées à la nécropole et d’en réaliser ensuite une synthèse.

2Mon projet n’est pas aussi vaste ; je me limiterai à présenter ici quelques réflexions suggérées par une lecture attentive de cette exceptionelle documentation : celle-ci donne à la fois des renseignements précis sur une population de l’Italie du sud à l’Age du fer, et en même temps une approche nouvelle des réalités coloniales en Sybaritide.

3Regardons la zone de Macchiabate : elle est séparée de l’habitat qui occupe les flancs de la colline de la Motta par un étroit vallon appelé Dardania ; les fouilles régulières ont livré jusqu’à présent près de cent cinquante tombes réparties en plusieurs zones sur une vaste étendue en légère pente vers le fleuve Raganello. Les sépultures connues ne sont évidemment qu’une faible proportion de l’ensemble. Cependant, si limité qu’en soit le nombre, ces tombes présentent une très grande richesse d’informations, et tout particulièrement celles du secteur “La Temparella” qui regroupe un nombre important de défunts (93 dans la seule moitié NE explorée jusqu’à présent) (fig. 1).

Plan exécuté par M. Pierobon d’après celui de AMSMG, XV-XVII, 1974-76

4Ces sépultures appartiennent à deux phases bien distinctes : l’Age du fer et l’ère coloniale.

  • 2 Le mot “génération” n’indique pas nécessairement une classe d’âge, mais correspond plutôt à la tran (...)

5Les plus anciennes dépositions sont celles d’individus inhumés, dont les jambes sont fortement contractées ; ils sont abrités sous un petit tumulus ovale de pierres soigneusement disposées en voûte (tombe T. 53, puis T. 40, T. 57, T. 1). A la même génération2 avec un faible décalage, les tumulus T. 41, T. 60, T. 63, T. 85, T. 86 se répartissent autour des précédents.

6Le mobilier comporte essentiellement un grand contenant biconique accompagné d’un vase à puiser (T. 1, T. 63, T. 85) ; les femmes sont enterrées avec leur parure traditionnelle et les fibules fixant leur vêtement ; parmi les tombes d’hommes, certaines ont livré, outre des fibules, des instruments ou des pointes de lance. Plusieurs tombes, qui présentent des liens étroits avec les plus anciennes, doivent pourtant appartenir à une génération successive ou à des individus qui ont vécu plus longtemps. On remarque parfois une moindre contraction des jambes (T. 70). Les différences sont particulièrement évidentes dans la composition du mobilier funéraire. Les vases biconiques ont des proportions plus élancées, des types de fibules nouveaux apparaissent, notamment la fibule à arc mince et pied long ; ces objets sont parfois accompagnés par des vases de bronze, des vases grecs, des scarabées ou des sceaux orientaux. La tombe T. 8 est à cet égard l’une des plus caractéristiques. Proche des tombes T. 4, T. 40 et T. 53, entre lesquelles son tumulus occupe un large espace, elle renferme une série d’objets importés : amphore à vin, pyxis corinthienne et cotylè du Géométrique récent, coupe de bronze, pendentifs de verre, scarabées.

7Le tumulus abrite normalement un seul défunt, usage qui connaît toutefois quelques exceptions (T. 4 avec un homme et une femme, T. 76 avec deux femmes), notamment pour les sépultures d’enfants. Celles-ci sont nombreuses, insérées parmi les tombes d’adultes, et sont normalement couvertes d’un tumulus de petite taille ; on reconnaît les petites filles à leurs bijoux, qui sont, depuis un âge très tendre, tout à fait comparables à ceux des femmes (T. 2, fillette de 6/7 ans avec fibules à quatre spirales, bracelets...). Quelques enfants partagent le tumulus des parents, soit qu’ils aient enterrés avec eux (tombes T. 61, T. 62), soit que l’on ait creusé pour eux dans la couverture de la tombe d’adulte un espace pour le petit corps (tombe T. 7 insérée dans la voûte de la tombe T. 8).

8Un grand nombre de “vases-bombardes” ont été découverts au cours de la fouille ; ce sont des grands récipients de cuisine, ou pithoi, d’argile grossière, de forme grosso modo cylindrique, s’élargissant vers la moitié supérieure.

9Certains d’entre eux, comme l’a montré P. Zancani, ont une double fonction : indicateurs de tombe, ou sèmata, ils peuvent recevoir des libations et des sacrifices, comme l’indique la présence, dans l’un d’entre eux, d’un vase-verseur (T. 61), dans un autre de petits os d’animaux (oiseaux ? U. 13) ; on remarque la fréquence de ces “pithoi-bombardes” au dessus des tumulus contenant plusieurs dépositions (V. 5, T. 84, T. 61) ; la double déposition féminine T. 76 était surmontée de trois “pithoibombardes”. Lorsque l’on a pu préciser la position du vase par rapport au défunt on a constaté qu’il se dressait au-dessus de la tête (T. 61 A, V. 5). Cet usage est attesté dans la nécropole contemporaine de Bisignano au-dessus de la vallée du Crathis et, plus tard, on le retrouve dans la nécropole des Murge où un cratère attique à figures rouges s’élève parfois sur la couverture des tombes.

10A Francavilla Marittima cependant beaucoup de “pithoi-bombardes” avaient une autre fonction : c’étaient des sépultures de nouveaux-nés ou de nourrissons. On peut proposer cette lecture pour toute une série de ces vases posés directement sur le sol, et non sur les pierres des tumuli (T. 16 bis, T. 17 bis, T. 18 bis,...) ; une dizaine d’entre eux peuvent être reconnus dans le seul secteur de “La Temparella”.

11La régularité des typologies, la proximité des tombes, et en même temps le respect des tumulus anciens par les plus récents sont autant de témoignages de l’homogénéité du groupe réuni sur “La Temparella”, dont nous ne connaissons que la moitié ; s’il est exact, comme le suggère l’analyse du matériel archéologique, que nous sommes en présence de tombes de deux générations, il faut attribuer à chacune une douzaine d’adultes, une dizaine d’enfants ou adolescents, cinq à six nourrissons, et l’on doit doubler ce chiffre pour connaître, très approximativement bien sûr, la somme globale des sépultures qui étaient réunies sur “La Temparella”. Des liens de parenté étroits entre plusieurs défunts sont suggérés par des détails topographiques comme les tumuli d’enfants T. 19 et T. 21 près des tombes d’adultes T. 20, T. 22 (les parents ?), les enfants T. 83, T. 84 près de l’homme et de la femme T. 85 et T. 86. Le tableau qui se dessine ainsi est celui d’un groupe humain homogène, réuni par des liens probablement de famille, qui présente les deux sexes et tous les âges, du plus jeune au plus ancien ; l’ensemble de “La Temparella”, qui évoque la disposition des tumulus de la fin de l’Age du Bronze comme ceux de Vergina, correspond vraisemblablement à un élément de la structure de la population de Francavilla Marittima, à ce que, dans un contexte hellénique, on pourrait appeler un genos, ou ici une famille élargie et complète ; c’est pourquoi si nous disposions d’un inventaire exhaustif des autres groupes de tombes de Macchiabate, nous serions autorisés à projeter les chiffres des défunts sur la population pour apprécier l’importance du centre habité.

12Le caractère pacifique de cette population est illustré par la rareté des armes : on n’a dénombré que quatre adultes porteurs de lance ou d’épée et l’on peut opposer ce chiffre à ceux de Sala Consilina, reflet à cette époque de la culture villanovienne, où plus d’un homme sur deux était armé, où des casques de terre cuite coiffent les urnes funéraires. Remarquons aussi qu’il ne paraît pas y avoir de cavaliers parmi les habitants de Francavilla Marittima, aucune tombe n’ayant livré d’objets évoquant la possession d’un cheval.

13Ce ne sont donc pas des féroces Tyrrhéniens, ni des Polyphème cannibales qui entretinrent des échanges avec les navigateurs suivant la côte ionienne d’Italie, et cela tout particulièrement après la fondation de Pithecuses : ainsi parviennent à Francavilla Marittima les scarabées, les sceaux porte-bonheur, comme celui du Lyre-player group de la tombe de fillette T. 69, les phiales de bronze (T. 70), les amphores à vin et le vase à boire de la tombe T. 8.

14L’arrivée de ces nouveaux objets amorce une transformation des mobiliers funéraires, affaiblissant ainsi la rigide tradition qui prévalait jusqu’alors. Ces échanges étaient certainement intenses puisque l’on en trouve le témoignage symétrique à Ischia. En effet, dans la tombe d’un enfant de trois ans de Pithécuses un askos de Francavilla Marittima, en tous points analogue aux nombreux exemplaires trouvés dans les tombes d’enfants de Macchia bate, voisine avec un scarabée au nom du pharaon Bocchoris.

15Ce mobilier funéraire d’Ischia, datable après 718-713, dates probables du court règne de Bocchoris, est un important repère chronologique, non seulement pour Pithécuses, mais plus encore pour éclairer la discussion toujours ouverte de la date de fondation de Sybaris; pour cette dernière, il représente, en effet, un terminus post quem. Outre l’askos et le scarabée de Bocchoris. La tombe d’Ischia contenait une abondante série de vases, parmi lesquels on remarque un aryballe pansu protocorinthien et une coupe de Thapsos. Or, si les coupes de Thapsos sont nombreuses dans les strates profondes de Sybaris, elles sont inconnues de la nécropole de Macchiabate ; apparemment cette forme s’est donc diffusée sur la façade ionienne lorsque la nécropole de Francavilla Marittima avait cessé de se développer. Deux tombes seulement pourraient être rapportées à la fin du VIIIe s. (T. 79/80), et pour ces défunts on a pratiqué un rituel différent, celui de la crémation, jusqu’alors absent de la nécropole ; on en retrouvera deux ou trois cas au VIIe siècle (ainsi T. 91).

16Comment expliquer cette brutale interruption ? Il est acquis maintenant que l’arrivée des colons achéens fondateurs de Sybaris a eu des effets traumatiques sur les habitats voisins, dont le plus proche est la Motta de Francavilla Marittima : ces centres indigènes, disposés en couronne sur les collines dominant la vaste plaine du Crathis, se vident alors de leurs habitants, leur artisanat s’efface, leurs échanges s’interrompent. La date de cet événement considérable peut être serrée de près à la lumière des données de Macchiabate et de Pithécuses ; il se situe nécéssairement après la naissance de l’enfant d’Ischia gisant dans la tombe dite de Bocchoris puisque l’on fabriquait encore à cette date des askoi à Francavilla Marittima ; la date est donc postérieure à 718-713 ; elle n’est cependant pas très éloignée dans le temps, puisque les strates profondes de Sybaris livrent en abondance des coupes de Thapsos alors que celles-ci sont absentes de la nécropole de Macchiabate. Ces observations orientent vers une date nettement postérieure à celle que dicte le Pseudo-Scymnos (720), sans que, pour autant, la chronologie d’Eusèbe (709/708) puisse être précisément confirmée.

17Tout change au lendemain de la fondation de Sybaris.

18La cité achéenne développe une agriculture extensive dans les vastes plaines du Crathis, du Sybaris (le Coscile) et de l’Esaro. Elle fonde, dès ses débuts, des sanctuaires sur plusieurs collines qui avaient auparavant porté un habitat de l’Age du fer. Le sommet de la Motta à Francavilla Marittima, qui avait été déjà un lieu de culte à l’Age du fer, est occupé désormais par une divinité grecque, bientôt identifiée à Athéna. Le sanctuaire est particulièrement fréquenté au VIIe siècle.

19L’habitat, en revanche, n’a pas laissé de traces attribuables à cette période. Toutefois une ou deux tombes, peut-être datables dans les premières décennies du VIIe siècle, prouvent que les anciens habitants n’avaient pas complètement déserté leur établissement primitif.

20Ce n’est que vers le milieu du VIIe siècle et peu après que sont déposés sur “La Temparella” d’abord les défunts des tombes T. 59, T. 73, T. 72, suivis peu après par T. 25, T. 89 ; moins d’une douzaine de tombes représentent l’ensemble du VIIe siècle là où soixante cinq dépositions avaient correspondu à deux générations du VIIIe siècle ; la chute est évidente. Pour les deux générations successives (fin du VIIe-premier tiers du VIe s.) on observe une légère augmentation du nombre des sépultures, qui s’élève à une vingtaine, parmi lesquelles on compte six tombes d’enfants. Peu de tombes enfin peuvent être sûrement rapportées à la deuxième moitié du VIe siècle et les années qui précèdent la chute de Sybaris ne sont guère représentées actuellement.

21Les habitants du site à l’époque coloniale sont-ils les descendants des occupants de l’Age du Fer ? Plusieurs particularités de leurs tombes permettent de l’affirmer.

22En effet, si la grande majorité des inhumés sont désormais simplement couverts de quelques pierres, la fillette enterrée en T. 72 était abritée par un tumulus ; et si la plupart des corps sont maintenant étendus, le rituel antique de la contraction des jambes a été observé pour la femme occupant la tombe T. 73. Parfois la superposition exacte d’un défunt allongé à un autre contracté traduit une volonté précise de proximité qui a pu être observée dans la zone de l’Uliveto (tombe U. 1 au-dessus de U. 2 dont elle conserve l’orientation).

23Le plus souvent cependant le choix d’un emplacement pour les tombes des VIIe et VIe siècles semble avoir été dicté par un souci de mettre les défunts à l’abri de l’humidité ; on a recherché la partie la plus élevée de “La Temparella” et, au-dessus des tumulus anciens, on a placé les unes au-dessus des autres les tombes des VIe et VIIe siècles si bien que les dernières d’entre elles couvrent parfois trois strates de sépultures.

24Parfois ces réutilisations du même espace et des pierres des tumulus précédents réservent de fâcheuses surprises : ainsi lorsqu’a été creusée au VIe siècle la tombe T. 23 on a mis au jour un squelette de l’Age du fer (T. 23 A) ; avant de le recouvrir à nouveau, on lui a offert un skyphos et un amphoriskos corinthiens.

25La force des liens familiaux est illustrée, comme à l’Age du fer, par la réouverture de certaines tombes pour réunir dans la mort les membres de la cellule familiale étroite : ainsi le groupe T. 26-29 illustre la triste succession des enterrements d’un enfant (objets A. 1-5), puis de la mère, couverte de coupes ioniennes (objets C. 1-42, B. l-3, B. 6), d’un autre enfant ensuite (Β. 11, 12 ; C. 43 = D. l-3) ; le dernier venu serait le père dont le mobilier (B. 4, 5 ; B. 7, B. 10) est légèrement postérieur au milieu du VIe siècle ; il aurait ainsi survécu une vingtaine d’années au premier enfant.

26Quelle pouvait être, par rapport aux Sybaritains voisins, la condition des habitants qui continuèrent, au-delà de tous les changements, à vivre aux flancs de la Motta ? On ne doit pas imaginer pour eux un statut servile puisque deux tombes de la période coloniale (T. 25, T. 46) ont livré des pointes de lance. Au reste la même observation a pu être faite à Amendolara où les hommes étaient parfois enterrés avec des pointes de lance au VIIe siècle. Et si l’on observe dans l’arrière-pays de Crotone la nécropole des Murge, on constate qu’il y avait là de nombreux porteurs de lances en pleine ère coloniale.

27Si peu abondants que soient les documents du VIIe siècle à Francavilla Marittima, ils illustrent une vie matérielle profondement transformée par la présence grecque. Certes il faudra attendre le VIe siècle pour voir se construire en contrebas du sanctuaire des habitations calquées sur celles de Sybaris ; mais, dès l’arrivée des colons et l’installation du sanctuaire grec sur la Motta, on voit que les vêtements traditionnels sont abandonnés ; parures et fibules disparaissent des tombes de femmes. La vaisselle d’impasto fait place à une céramique, souvent très abondante, et presqu’exclusivement grecque, qu’il s’agisse de vases de Corinthe, de Grèce de l’Est, de Laconie ou d’imitations coloniales ; les formes destinées aux tombes ne sont plus les mêmes.

28Ces changements matériels reflètent-ils une transformation de la conception de la mort et de l’au-delà au moment où la population locale est insérée dans le monde colonial ? Le renoncement à la position fœtale pour les inhumés, les cas de crémation qui ont été relevés trahissent un abandon rapide des croyances qui justifiaient les usages de l’Age du fer, l’idée peut-être d’une possible renaissance. Désorientés par la rupture d’un équilibre ancien, les habitants de la Motta participent désormais de plusieurs cultures : commes les Grecs ils donnent à leur morts des vases à parfum, comme nombre de peuples non-grecs d’Italie ils aspirent à un au-delà égayé par le vin qu’ils ont découvert tardivement.

  • 3 Alors que ces lignes étaient déjà imprimées, le magnifique volume de G. Buchner et D. Ridgway (Pith (...)

29En réalité on peut dater de l’époque des trafics antérieurs à la fondation de Sybaris les signes annonciateurs de cette rupture de la tradition : dans le mobilier de la tombe T. 8 (730/720 av. J. C.) en effet on ne trouve pas le grand contenant biconique d’impasto ni son compagnon habituel, le vase à puiser qui, depuis des générations, servent l’austère exigence de désaltérer les défunts ; à leur place interviennent l’amphore à vin et le skyphos grecs. Plus tard, cette aspiration à consommer le vin au-delà de la mort sera largement illustrée par le service à boire de quarante-deux coupes ioniennes dans la tombe T. 29. Si le mobilier est grec, l’idée qui préside à sa réunion ne l’est point3.

Bibliographie

Références bibliographiques

1964
G. FOTI, La documentazione archeologica in Calabria. In : Metropoli e colonie di Magna Grecia. Atti del III Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1963). Napoli, 1964, 176-181.

1965
G. FOTI, La documentazione archeologica in Calabria. In : Santuari di Magna Grecia. Atti del IV Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1964). Napoli, 1965, 145-151, 147.
P. ZANCANI MONTUORO, Un peso di bronzo e l’argento di Sibari. AIIN, XX-XIV, 1965-1967, 21-30, tav. XVIII.

1966
S. FERRI, Intervento. In : Filosofía e scienze in Magna Grecia. Atti del V Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1965). Napoli, 1966, 271-276.
G. FOTI, L’attività archeologica in Calabria.
In : Filosofía e scienze in Magna Grecia. Atti del V Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1965). Napoli, 1966, 223-229, 227-229.
G. FOTI, P. ZANCANI MONTUORO, Scavi a Francavilla Marittima. ASMG, N.S., VI-VII, 1966, 7-13.
B. GENTILI, Intervento.
In : Filosofía e scienze in Magna Grecia. Atti del V Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1965). Napoli, 1966, 277-279.
G. PUGLIESE CARRATELLI, La dedica di Kleombrotos.
ASMG, N.S. VI-VII, 1966, 209-214.
M.W. STOOP, G. PUGLIESE CARRATELLI, Tabella con iscrizione arcaica.
ASMG, N.S. VI-VII, 1966, 14-21.

1967
P. ZANCANI MONTUORO, Intervento.
In : Letteratura e arte figurata nella Magna Grecia. Atti del VI Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1966). Napoli, 1967, 311-312.

1968
J. de LA GENIÈRE, Intervento. In : La città e il suo territorio. Atti del VII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1967). Napoli, 1968, 318-321.
P. ZANCANI MONTUORO, Intervento. In : La città e il suo territorio. Atti del VII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1967). Napoli, 1968, 170-178.

1969
P. ZANCANI MONTUORO, Intervento. In : La Magna Grecia e Roma nell’età arcaica. Atti dell’VIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1968). Napoli, 1969, 218-226.

1970
E. LISSI CARONNA, Labirinti ? ASMG, N.S. XI-XII, 1970-1971, 93-98, tavv. XL-XLI.
M. MAASKANT-KLEIBRINK, Abitato suite pendici della Motta. ASMG, N.S. XI-XII, 1970-1971, 75-80, tavv. XXIX-XXXII.
M.W. STOOP, Santuario di Atena sul timpone della Motta. ASMG, N.S. XI-XII, 1970-1971, 37-66, tavv. XV-XXVI.
P. ZANCANI MONTUORO, Necropoli di Macchiabate. ASMG, N.S. XI-XII, 1970-1971, 9-36, tavv. I-XIV.
P. ZANCANI MONTUORO, Statuetta dedalica. ASMG, N.S. XI-XII, 1970-1971, 67-74, tavv. XXVII-XXVIII.
P. ZANCANI MONTUORO, Intervento. In : La Magna Grecia nel mondo ellenistico. Atti del IX Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1969). Napoli, 1970, 171-173.

1974
M. MAASKANT-KLEIBRINK, Abitato sull’altipiano meridionale della Motta. ASMG, N.S. XV-XVII, 1974-1976, 169-174, tavv. LXXIII-LXXXIII.
M.W. STOOP, Acropoli sulla Motta. ASMG, N.S. XV-XVII, 1974-1976, 107-167, tavv. XLIII-LXXII.
P. ZANCANI MONTUORO, Francavilla Marittima, necropoli. ASMG, N.S. XV-XVII, 1974-1976, 9-106.

1975
P. ZANCANI MONTUORO, I labirinti di francavilla e il culto di Atena. RAAN, N.S., L, 1975, 3-18, tavv. I-IX.

1977
P. ZANCANI MONTUORO, Necropoli di Macchiabate. ASMG, N.S. XVIII-XX, 1977-1979, 7-91, tavv. I-LII.
F. LO SCHIAVO, Fibule di bronzo di Francavilla Marittima. ASMG, N.S. XVIII-XX, 1977-1979, 92-109.

1980
F. LO SCHIAVO, Le fibule di bronzo. ASMG, N.S. XXI-XXIII, 1980-1982, 130-139.
D. MERTENS, H. SCHLAEGER, Die Bauten auf der Motta. ASMG, N.S. XXI-XXIII, 1980-1982, 143-171, tavv. LXXXVII-XCV.
P. ZANCANI MONTUORO, Giocattoli o amuleti dell’VIII sec. a.C. In : Forschungen und Funde. Festschrift Bernhard Neutsch (éd. F. von Krinzinger). Innsbruck, 1980, 489-494, tavv. 93-94.
P. ZANCANI MONTUORO, Necropoli di Macchiabate, zona Τ (Temparella). ASMG, N.S. XXI-XXIII, 1980-1982, 7-129, 140, tavv. I-LXXXVI.

1982
P. ZANCANI MONTUORO, Sibari sul Teutranto. PP, XXXVII, 1982, 102-108.

1983
E. LATTANZI, L. VAGNETTI, Documenti micenei della Motta. ASMG, N.S. XXIV-XXV, 1983-1984, 157-160, tav. LXXIVa.
F. LO SCHIAVO, Le fibule di bronzo. ASMG, N.S. XXIV-XXV, 1983-1984, 111-156.
P. ZANCANI MONTUORO, Necropoli di Macchiabate, zona Τ (Temparella, continuazione). ASMG, N.S. XXIV-XXV, 1983-1984, 7-109, tavv. I-LXXIV.

1992
J. de LA GENIÈRE, Greci e indigeni in Calabria. ASMG, s. III, I, 1992, 111-120, tavv. XII, 2-XV.

Annexes

FRANCAVILLA MARITTIMA : Notes complémentaires sur les tombes de Macchiabate, secteur de La Temparella (AMSMG, N.S. XXI-XXIII, 1980-82, 7-129 ; XXIV-XXV, 1983-84, 7-109).

T. 1. Femme ; 1ère génération. VIIIe siècle.

T. 2. Fillette de 6/7 ans ; 1ère génération, VIIIe s.

T. 3. Adolescente ; 1ère génération, VIIIe s.

T. 4. Deux défunts : un homme et une femme ? 1ère génération, VIIIe s.

T. 5 Phase coloniale ; 580/570 av. J.-C.

T. 6. Détruite.

T. 7. Enfant ; 2e génération, VIIIe s.

T. 8. Femme ; 2e génération, 730/715.

T. 9. Phase coloniale ; 2e quart du VIe s.

T. 10. Phase coloniale ; 2e quart du VIe s.

T. 11. Enfant ; phase coloniale ; 1ère moitié du VIe s.

T. 12. Détruite.

T. 13. Phase coloniale. Date imprécise.

T. 14. Enfant ; 2e génération, dernier tiers du VIIIe s.

T. 15. Homme ? 2e génération, VIIIe s.

T. 16.

Objets n. 1 à 20 : mobilier d’une femme jeune de la 2e génération, VIIIe s.

Objets n. 23 et 24, pithos et couvercle, d’une tombe de nouveau-né ou nourrisson, VIIIe s.

Objets n. 21 et 22, appartiennent à la phase d’habitat précédent ?

Objet n. 25, appartiendrait à la nécropole (?).

T. 17. Enfant, 1ère génération, VIIIe s., n. 18.

Objet n. 11 : pithos, d’une tombe de nouveau-né ou nourrisson, VIIIe s.

Objet n. 9 : pithos, d’une tombe de nouveau-né ou nourrisson avec couvercle (n. 10), VIIIe s.

T. 18. Enfant. VIIIe s. (objets n. 1 et 2).

T. 18 bis. Objets n. 3 et 4 : pithos et coupelle couvercle, d’une tombe de nourrisson.

Objet n.5 : pithos, d’une tombe de nourrisson.

T. 19. Enfant de 7 ans (petite fille ?) ; 1ère génération. VIIIe s.

T. 20. Adulte ? 1ère génération, VIIIe s.

T. 21. Enfant, 1ère génération, VIIIe s.

T. 22. Femme. 2e génération, VIIIe s.

T. 23. Deux défunts :

A : Homme (22 ans ?) ; 2e génération, VIIIe s. Lors de l’enterrement de Β on a découvert son squelette et l’on a alors déposé auprès de lui, les objets n. 1 et n. 2 qui appartiennent au 1er tiers du VIe s.

B : Femme (20 ans ?) ; phase coloniale ; 1er tiers du VIe s.

T. 24. Adulte ; femme ? Phase coloniale ; 2e tiers du VIe s. (Le n. 3, scodella, appartient probablement à une tombe de l’Age du fer détruite).

T. 25. Adulte masculin (pointe de lance), 25/30 ans. Phase coloniale, milieu du VIIe s. ?

T. 26-29. On peut y reconnaître quatre dépositions successives, toutes de phase colocoloniale :

- A. 1-5, mobilier d’une tombe d’enfant. 580-570.

- Β. 11 (= D. 1), B. 12 (= D. 3), C. 43, mobilier d’une tombe d’enfant, 570-550.

- Β. 1, B. 2, B. 3, B. 6, C. 1-42, mobilier d’adulte (femme ?), 560-550.

- B. 4, B. 5, B. 7-10 serait le mobilier du deuxième adulte, sûrement masculin, 550-540.

T. 27. Femme ; 1ère génération, VIIIe s.

T.28. Adulte. Phase coloniale ; début du 2e quart du VIe s.

T.28 bis. Les objets n. 7 et n. 8, de l’Age du fer, pourraient appartenir à la tombe T. 41 qui se trouve sous la tombe T. 28 et pour laquelle on a remarqué l’absence exceptionnelle de mobilier céramique.

T. 30. Adulte. Phase coloniale ; milieu du VIe s.

T. 31. Enfant ? Phase coloniale ; 1er tiers du VIe s.

T. 32. Phase coloniale ; 1ère moitié VIe s.

T. 33. Adolescente ? Inhumation dans un cercueil rectangulaire. Phase coloniale ; 2e quart du VIe s.

T. 34. Phase coloniale ; 1er tiers du VIe s.

T. 35. Phase coloniale ; 1er tiers du VIe s.

T. 36. Enfant de 4 à 5 ans ; 2e génération, VIIIe s.

T. 37-38. Détruites.

T. 39. Femme. Entre 1ère et 2e génération ; 2e tiers du VIIIe s. Peut-être apparentée aux occupants des tombes T. 40 et T. 41.

T. 40. Adulte masculin (instruments de fer) ; position très contractée. Début de la lère génération ; 1ère moitié du VIIIe s.

T. 41. Adulte masculin (armes et instruments). 1ère génération ; VIIIe s. Deux vases de l’Age du fer (vase biconique et vase à puiser) trouvés dans la tombe 28 bis (P. Zancani 1980, Tav. LIII, 2, 3) pourraient lui appartenir.

T. 42. Crémation primaire. Phase coloniale ; 1er tiers du VIe s.

T. 43. Adulte. Phase coloniale. 2e quart du VIe s.

T. 44. Enfant. Phase coloniale ; fin VIIe s.

T. 45. Adolescente ? Phase coloniale ; 1er quart du VIe s.

T. 46. Pointe de lance et cendres (crémation primaire ?). Phase coloniale ; VIIe-VIe s.

T. 47. Adulte masculin. Phase coloniale ; fin VIIe s.

T. 48. Adulte. Phase coloniale ; fin VIIe-début VIe s. Très probablement la fibule ne lui appartient pas.

T. 49. Enfant de 4 à 5 ans. Phase coloniale ; fin VIIe s. Peut-être la fibule n. 9 de la tombe T. 48 lui appartient-elle, à moins qu’elle ne se rapporte à la T. 50.

T. 50. Enfant de 2 à 3 ans. Phase coloniale. Fin VIIe s.

T. 51. Adolescent(e ?) de 10 à 12 ans. Phase coloniale. Fin VIIe s.

T. 52. Trouvés dans une “area tormentata e caotica” (P. Zancani 1980, 126), les deux vases réunis sous ce numéro paraissent appartenir à deux périodes différentes ; n. 1, vase biconique de tradition locale, datable dans la 1ère moitié du VIIe s. ; n. 2, de forme corinthienne, serait sensiblement plus récent.

T. 53. Adulte ; position très contractée. 1ère génération ; 1ère moitié du VIIIe s. Pas de mobilier funéraire.

T. 54. Adulte. Phase coloniale ; dernier quart du VIIe s.

T. 55. Enfant ? Phase coloniale ; 2e quart - milieu du VIe s.

T. 55 bis. Nouveau-né ou nourrisson enterré dans un pithos (n. 11) fermé par le fragment n. 12, VIIIe s.

T. 56. Adulte. Phase coloniale ; fin VIIe - début VIe s. ? Cette tombe a partiellement détruit la T. 57.

T. 57. Femme ; corps fortement contracté. Parmi les plus anciennes tombes de la première génération. 1ère moitié du VIIIe s.

T. 58 (area) :

Pithos n. 1 : tombe de nouveau-né ou de nourrisson, VIIIe s.

Pithos n. 2 : idem.

Pithos n. 3 : idem.

T. 59. Adulte ; femme ? Phase coloniale ; milieu du VIIe s. Les vases n. 15 et 16, antérieurs à la phase coloniale, auraient-ils appartenu à la tombe de l’Age du fer détruite dont P. Zancani a récupéré plusieurs fragments (AMSMG, N.S. XV-XVII, 1974-76, 10 n. 2) ?

T. 60. Femme. Mobilier particulièrement riche en bronzes ; entre 1ère et 2e génération ; 2e quart, milieu du VIIIe s.

T.61 et 62.

Adulte masculin. 2e génération ; VIIIe s.

Adulte ; femme. 2e génération, VIIIe s.

Enfant. 2e génération, VIIIe s.

Noter la présence d’un “pithos-bombarde” placé comme sèma sur la tombe.

T. 63. Femme. 1ère génération ; 1ère moitié du VIIIe s. Jambes fortement contractées.

T. 64. Adulte ; femme ? Phase coloniale ; 1er quart du VIe s.

T. 65. Enfant. 1ère génération ; VIIIe s.

T. 66. Enfant (petite fille). 1ère génération ; VIIIe s.

T. 67. Adulte ; femme. 2e génération ; milieu-3e quart du VIIIe s.

T. 68. Enfant. VIIIe s.

T. 69. Enfant (petite fille). 2e génération ; entre 730 et 710 (datation suggérée par la présence d’un sceau du “groupe du joueur de lyre”. En relation avec le tumulus T. 70.

T. 70. Adulte masculin ; 2e génération ; milieu, 2e moitié du VIIIe s. “Pithos-bombarde” placé comme sèma au-dessus de la tombe.

T. 71. Enfant. Phase coloniale. Début du VIe s. ?

T. 72. Enfant (petite fille). Phase coloniale ; milieu-2e tiers du VIIe s.

T. 73. Adulte : femme ; phase coloniale ; 2e quart, milieu du VIIe s.

T. 74. Adulte ; phase coloniale ; fin du 1er tiers du VIe s.

T. 75. Enfant. VIIIe s.

T. 76. Deux femmes ; deuxième génération. VIIIe s. Au-dessus du tumulus, trois “pithoi-bombardes”. Sèmata ?

T. 77. Enfant. VIIIe s.

T. 78. Enfant ; petite fille probablement. VIIIe s.

T. 79. Homme. Début des temps coloniaux ? Fin VIIIe s. - début VIIe s.

T. 80. Indéterminé. Fin VIIIe s. - début VIIe s.

T. 80 bis. Nouveau-né en “pithos-bombarde”. VIIIe s.

T. 81. Jeune fille ? VIIIe s.

T. 82. Femme. VIIIe s. Première génération ?

T. 83. Enfant. VIIIe s. Le disque percé de trois trous (terre cuite) pourrait être un jouet comparable au rhombos de Paros (supra p. 139 et fig. 26).

T. 84. Enfant. Deuxième génération, VIIIe s.

T. 84 bis. “Pithos-bombarde” : tombe de nouveau-né. VIIIe s.

T. 85. Homme ; VIIIe s. Première génération.

T. 86. Femme. VIIIe s. Première génération.

T. 87. Homme, VIIIe s. Deuxième génération.

T. 88. Femme, VIIIe s. Deuxième génération.

T. 89. Enfant. Phase coloniale. VIIe s.

T. 90. Enfant. VIIIe s.

T. 91. Crémation probablement. VIIe s. ?

T. 92. Enfant. VIIIe s.

T. 93. Enfant. VIIIe s. Deuxième génération.

Notes

1 Notre lecture des tombes connues de la Temparella avait été présentée en 1985 à P. Zancani, laquelle, après examen, en avait accepté les conclusions. Elle avait souhaité alors que soit achevée la fouille de la Temparella pour que la réflexion soit fondée sur une base de documentation élargie. Sa mort, en 1987, à arrêté le projet.
Les notes publiées ici doivent, en conséquence, être considérées comme un essai provisoire en attendant que puisse être entreprise l’exploration de la moitié SO de la Temparella.
Qu’elles soient en même temps un hommage à celle qui a inspiré ce travail.

2 Le mot “génération” n’indique pas nécessairement une classe d’âge, mais correspond plutôt à la tranche chronologique au cours de laquelle le défunt a été enterré.

3 Alors que ces lignes étaient déjà imprimées, le magnifique volume de G. Buchner et D. Ridgway (Pithecoussai, I, 1993) a paru. On peut y lire que la tombe 325 (p. 378 et tav. 4, 122, 123 ; XLVII a, b, c ; CLVII) n’est pas celle d’un seul individu. C’est en réalité une double sépulture avec double mobilier funéraire, celui d’une enfant de 2 ans et demi et celui d’un garçon de 10 ans. Si le scarabée de Bocchoris se rapporte apparemment à l’enfant de 2 ans et demi, l’askos calabrais en revanche, par sa position dans la tombe, devrait appartenir à celui de 10 ans. Si cette observation est exacte, 6 à 7 ans ont pu s’écouler entre le moment où l’askos a été donné à un enfant et le scarabée à l’autre. Dans cette perspective, et contrairement à ce que j’ai écrit plus haut, le célèbre scarabée ne pourrait éclairer le débat sur la date de fondation de Sybaris.

Table des illustrations

Légende Plan exécuté par M. Pierobon d’après celui de AMSMG, XV-XVII, 1974-76
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540