Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

La nécropole d’Akraiphia1

Anghéliki Κ. Andreioménou

Texte intégral

  • 1 Ce texte se présente comme une réponse au questionnaire du programme DANIMS (Annali della Scuola No (...)

1Commune d’Akraiphia, nome de Béotie, IXe Ephorie des Antiquités Préhistoriques et Classiques, Thèbes de Béotie.

  • 1 La carte est publiée dans Andreioménou 1980, pl. B. Des plans de certaines parties de la nécropole, (...)

2Carte de l’Etat Major.1

I. Remarques d’ordre général sur la nécropole et données topographiques

3a. La nécropole s’étend de part et d’autre de la Route Nationale Athènes-Lamia, au km 100. Les tombes sont situées dans des champs contigus appartenant à des particuliers, et bon nombre d’entre elles ont été fouillées par la IXe Ephorie (Thèbes) dans les années 1974-1977 et 1981-1989. Depuis 1989, c’est la Société Archéologique d’Athènes qui poursuit les fouilles, toujours sous la direction de l’auteur.

  • 2 Pour les fouilles jusqu’en 1977, voir Andreioménou 1980, 5 sqq. et aussi Andreioménou 1973-74, 425  (...)

4b. Jusqu’à présent, les tombes suivantes ont été mises au jour2 :

  1. Λ (ιάνοιξις = ouverture) Δ (ιώρυγος = canal du Céphise Béotien), t. 1-171 (1974). Rive sud du canal central du Céphise béotien.

  2. ΚΗΦ (ισσος) t. I-CXXV (1975). A l’ouest de l’ensemble précédent, toujours sur la rive sud du Canal.

  3. Γκράβα, t. 1-10. Côté droit de la Route Nationale Athènes - Lamia, près de l’ancienne sablière.

  4. ΨYΧ, t. 1 1-38 (1974). Immédiatement à l’est de l’ensemble précédent.

  5. MAK, t. 39-52 (1974). Au sud-est de l’ensemble précédent.

  6. MAK, t. 53-86 (1975). A l’intérieur du même champ.

  7. MAK, t. I-LXXIII (1976). A l’intérieur du même champ.

  8. MAK, t. 74-98 (1977). A l’intérieur du même champ.

  9. MAKP, t. 99-123 (1977). A l’intérieur du même champ.

  10. ΜΩΡ, t. 139 (1975). Au nord-ouest des tombes Γκράβα 1-10.

  11. ΠΑΠ, t. 124-216 (1977). En face et au sud-ouest du champ ΜΑΚ(ρή), à gauche de la Route Nationale.

  12. ΜΠΕΘ, t. 217-238 (1977). Contigu au précédent, au nord de celui-ci.

    • 3 Sur les fouilles de 1981 voir Andreioménou 1981a, 187 sqq., pl. 116-117.

    ΨYΧ, t. 1-102 (1981)3. Au sud-est des précédents.

  13. Γ. Κάλλια, t. 1-12 (1981). Au sud-est du champ ΜΩΡ, du coté droit de la Route Nationale.

  14. Ἀθ. Κόλλια, t. 1-12 (1981). Au sudest du champ précédent.

  15. Δημ. Κόλλια, t. 1-9 (1981). A l’intérieur du même champ.

  16. Λ. Χαλβατζ, t. 1-8 (1981). Contigü au précédent, vers l’ouest.

  17. Tranchée de l’OTE (P et T), t. 1-10 (1983) (Andreioménou 1983, 129, pl. 63 a). A gauche et parallèlement à la Route Nationale, au sud-est du champ ΠAΠ/1977.

  18. Δημ. Μάρα, t. 1-22 (1984). Entre la tranchée de VOTE (P et T) et le champ ΠΑΠ/1977.

  19. Ξατζῆ, t. 1-35 (1984). Au sud du champ ΠAΠ/1977.

  20. ΠΑΠ, t. 1-17 (1984). Au nord-ouest de ΠΑΠ/1977.

    • 4 Pour les parties de la nécropole fouillées en 1984 et 1985, voir Andreioménou 1985, 140 sqq., pl. 4 (...)

    ΠΑΠ, t. 18-130 (1985)4. A l’intérieur du même champ.

  21. Χρήστου ΠΑΠ, tranchée I, t. 1-35, tranchée II, t. 16, tranchée III, t. 1-8 (1986). Contigu au précédent.

  22. Μάρα, t. 1-29 (1987).

  23. ΓΗΠ(εδον) = stade, t. 1-59 (1987). A l’intérieur et à l’extérieur du stade actuel, à l’est du champ ΜΩΡ/1975.

  24. ΓΗΠ, t. 60-103 (1988) Ibid.

    • 5 Sur les tombes ΓHΠ/104-167, voir Ἔργον 1989, 44 sqq. et aussi Andreioménou 1989b, 125-145.

    ΓΗΠ, t. 104-404 (1989)5. Au sud-est du stade jusqu’aux limites de la vieille sablière et des tombes Γυράβα 1-10.

  25. Γ. Ντάμκα, t. 1-50 (1990) et t. 51-56 (1991). A l’ouest de ΠΑΠ/1977.

    • 6 Sur ces tombes, voir Ἔργον 1990, 49 sqq. ; Andreioménou 1990, 113-141, fig. 1 et 10.
    • 7 Sur ces tombes, voir Ἔργον 1991, 37 sqq. ; Andreioménou 1991a, fig. 1, 38 ; Ἔργον 1992, 53 sqq.

    Iω. Κλλια, t. 1-71 (1990)6. Au nordest du précédent, t. 72-244 (1991) et t. 245-500 (1992). A l’intérieur du même champ7.

5c. La nécropole est très bien conservée Plus de 80 % des tombes ont été trouvées inviolées.

6d. Environs 50 % de la surface a été explœxplorée : 2100 tombes ont été fouillées à ce jour.

7e. Les trouvailles sont conservées dans les réserves du Musée de Thèbes.

  • 8 Le bâtiment le mieux conservé est un sanctuaire d’époque hellénistique (longueur conservée 16,50 m  (...)

8f. La nécropole s’étend au pied de l’acropole antique (fig. 1), au sud de celle-ci, et à environ 1500 m au sud des constructions monumentales de la ville antique d’Akraiphia, qui ont été mises au jour dans le village moderne d’Akraiphnion8.

Fig. 1 - Vue de la région de l’acropole.

  • 9 Le sol recouvrait l’une des quatre pièces d’une ferme de l’époque romaine, large de 11 m et d’une l (...)

9g. La nécropole est située sur les rives du lac Copaïs (à son extrémité sud-est, près du barrage d’Epaminondas). Une route ancienne, encore en usage aujourd’hui, traverse la partie nord-ouest de la nécropole (zones ΓΗΠ et ΜΩΡ) ; elle est orientée nord/ouest - sud/est (zone entre ΠΑΠ/1977 et la tranchée de l’OTE = P et T). Dans la partie sud-est de la nécropole se trouve une ferme construite à l’époque romaine (fig. 2)9, alors que le cimetière n’était plus utilisé, et cela depuis des siècles.

Fig. 2 - Sol de dalles de terre cuite.

10h. Sous la terre arable, importants dépôts de gravier provenant du lac Copaïs et, dans les couches plus profondes, dépôts de limon brun jaunâtre.

11i. Orientation de la nécropole : nord/ouest - sud/est.

12j. Longueur présumée de la nécropole 800-1000 m, largeur 400-500 m.

  • 10 Voir A.K. Andreioménou, La nécropole classique de Tanagra, in : La Béotie antique (Lyon Saint-Etien (...)
  • 11 Voir Ἔργον 1989, 48, fig. 51 ; Andreioménou 1990, n. 42, fig. 11.
  • 12 Voir Andreioménou 1980, 122 sqq., tombes 12, 13, 16 et 17, pl. H2, I.4, 6.6, 7.1-3, 10.2-8, 11.1-2.

13k. Au contraire de la nécropole de Tanagra où, de part et d’autre des routes antiques, nous avons des périboles familiaux monumentaux du IVe s. av. J.-C. enfermant des tombes à ciste en tuf à enduit peint10, la nécropole d’Akraiphia en est dépourvue. Dans le secteur ΓΗΠ, il y a deux groupes spéciaux de tombes : le premier est constitué de petites tombes à ciste du Géométrique moyen avec, comme mobilier funéraire en dehors des vases, des bijoux de bronze (Andreioménou 1988b, 172 sqq., fig. 6-10 a-b). Le deuxième groupe est composé de quelques tombes à fosse archaïques à degrés et plaques de couverture, qui abritaient un defunt accompagné par une coupe et une épée11. Un groupe semblable a été découvert dans le champ de Kollias en 1990. Il s’agit naturellement de tombes de guerriers. Dans le champ MAK 1976, nous avons un troisième grou pe spécial de tombes : deux tombes à fosse à degrés et plaques de couverture (t. V et VIII) avec, dans la paroi de leur longue tranchée, une niche renfermant un nouveau-né dans un vase (t. VI et IX)12 : il s’agit bien sûr d’une mère avec son enfant, morte pendant l’accouchement. Situation comparable dans le champ Ντάμκα : dans une tranchée rectangulaire commune, une tombe à fosse avec bûcher in situ (t. 56) et, au-dessus d’elle, les petites tombes (t. 54 et 55) de deux nouveau-nés.

  • 13 Il s’agit de quelques tombes à fosses rectangulaires à revêtement de pierres sèches et de certaines (...)

14l. La nécropole s’est étendue, au fil du temps, du nord-ouest vers le sud-est. Les tombes les plus anciennes - du Géométrique moyen13 - se trouvent au pied sud de l’acropole. Une tombe à ciste isolée du Protogéométrique récent (Andreioménou 1989a, 256, fig. 19-22), découverte à l’extrémité sud du cimetière, doit peut-être être mise en relation avec un autre groupe d’habitations. Peut-être l’habitat était-il réparti en villages séparés.

15m. La densité des tombes diffère d’un endroit à l’autre et d’une époque à l’autre. Mais dans l’ensemble, elle est assez grande.

16n. — — —

17o. — — —

II. Rites funéraires. Typologie et aménagement des tombes

a. Crémation

  1. Structure des tombes. Au Ve siècle seulement et d’un seul type : tombe à fosse peu pro fonde à degrés, sans plaques de couverture.

  2. Crémation à l’extérieur de la tombe (secondaire) : aucune.

  3. Crémation à l’intérieur de la tombe (primaire) : toutes les crémations sont de ce type (in situ).

  4. Puisque le défunt a été entièrement brûlé, très peu d’ossements sont conservés.

  • 14 Inv. 4377, 4378 : de la tombe ΚΗΦ/CVIII (1975).
  • 15 Inv. 7937 : de la tombe ΚΗΦ/XXVI (1975). Cf. Andreioménou 1991b, fig. 10-11. Pour d’autres trouvail (...)
  • 16 Ces objets proviennent de la tombe MAK/XXV (1976), qui contenait de nombreux canthares à vernis noi (...)

18Autres données : les clous et les lames de fer (fig. 3)14 souvent retrouvés montrent que le défunt avait été placé dans un cercueil. Dans ces tombes, on trouve souvent des centaines de perles en terre cuite (fig. 4)15 et — plus rarement — des plaquettes de terre cuite représentant une rosace, une palmette, une fleur ou une femme dansant (fig. 5)16, et qui étaient appliquées sur des objets périssables. Il y avait aussi des figues brûlées et, parfois, des amandes.

Fig. 3 - Lames de fer de cercueil. (Échelle : 1/3).

Fig. 4 - Perles en terre cuite. (Échelle : 1/3).

Fig. 5 - Plaquettes en terre cuite. (Échelle : 1/1).

b. Inhumation

191. Un ou deux cas douteux d’inhumation double.

202. Structure des tombes individuelles.

A. Géométrique moyen

21a) Petites tombes à ciste faites de plaques à demi travaillées.

22b) Tombes à fosse avec revêtement construit (voir n. 11).

B. Géométrique récent et VIIe s. av. J.-C.

23a) Tombes à fosse simple.

  • 17 Voir Ἔργον 1989, 47, fig. 47 ; Ἔργον 1990, 52 sqq., fig. 73 et 79 ; Ἔργον 1991, 39, fig. 62.

24b) Sépultures dans un ou deux vases funéraires unis par la lèvre17.

C. VIe s. av. J.-C.

  1. Quelques tombes à fosse simples, remplacées par le type le plus répandu au VIe s., celui des

    • 18 Voir Ἔργον 1989, 48, fig. 51 ; Andreioménou 1990, n. 42, fig. 11 ; Ἔργον 1990, 53, fig. 75 ; Andrei (...)

    tombes à fosse à degré avec plaques de couverture18.

    • 19 Voir Ἔργον 1989, 46, fig. 46 ; Andreioménou 1991a.

    Sépultures dans un vase19. Depuis le milieu du siècle, les sépultures d’enfants en vases sont remplacées par :

    • 20 Voir Andreioménou 1981a, 188, pl. 116g ; Andreioménou 1991a.

    de petites larnakès (= sarcophages) de terre cuite20 et par

    • 21 Voir Andreioménou 1976, 1 19, pl. 90; Ἔργον 1991. 38 sqq., fig. 61 ; Ἔργον 1992, 53 sqq., fig. 63 (...)

    de petites tombes à couverture de tuiles21.

D. Ve s. av. J.-C.

  1. Tombes à couverture de tuiles, pour les adultes et les enfants (Andreioménou 1991a).

  2. Tombes à ciste en tuf pour les adultes.

  3. Sarcophages monolithes pour les adultes (rares à Akraiphia, assez petites larnakès de terre cuite pour les bébés (voir n. 13) fréquents à Tanagra).

E. IVe et IIIe s. av. J.-C.

  1. Tombes à couverture de tuiles.

    • 22 Andreioménou 1974, fig. 8 ; Andreioménou 1990, n. 83, pl. 96a.

    Tombes à ciste en tuf22.

  2. Tombes à fosse simple.

253. — — —

  • 23 Voir Ἔργον 1991, 43, fig. 74 ; Andreioménou 1991a, n. 34.
  • 24 Voir Ἔργον 1991, 43, fig. 75 ; Andreioménou 1991a, n. 237-244.

264. La même construction des tombes vaut pour les hommes et pour les femmes. Les tombes d’enfant sont : a) à couverture de tuiles, mais toujours avec une tuile dans le fond ; b) sépultures dans des vases et c) très rarement, de petites tombes à fosse simples ou à degré avec une ou deux plaques de couverture ; d) plus particulièrement pour les nouveaux-nés, nous avons aussi le type de larnax (= sarcophage) de terre cuite. Les tombes 99 et 102 du champ Κλλια 1991 constituent des exceptions : la première, d’époque archaïque, associe le type à fosse à degré avec plaques de couverture et le type à couverture de tuiles, ici à trois rangs de tuiles superposées ; le matériel funéraire y était abondant23. Peut-être le petit enfant enterré là, pour des raisons inconnues de nous, faisait-il peur. La tombe 102, du début du Ve s., avait été construite avec des plaques verticales à demi travaillées, comme les tombes à ciste du Géométrique moyen, et le mobilier funéraire était abondant24.

  • 25 Andreioménou 1991b, n. 18, fig. 14 sqq. ; Ἔργον 1991, 38, fig. 60 ; Ἔργον 1992, 54, fig. 64-65.

275. Les défunts étaient vêtus, comme le prouvent les nombreux bijoux de bronze25 et les rares bijoux en argent, les fibules et les épingles, ainsi que les colliers de perles en pâte de verre. Le prouvent aussi beaucoup de rosaces en bronze dont un fragment adhérait à un petit morceau de tissu.

286. — — —

  • 26 Il s’agit de la tombe ΓΉΠ/61 (1988), du milieu du Ve siècle.

297. Place du défunt dans la tombe : l’état de conservation du squelette dépend de la nature du terrain et du type de tombe. Donc, dans de nombreuses tombes à fosse, très peu de restes de squelettes sont-ils conservés. Dans les tombes à ciste du Géométrique moyen, le défunt était en position contractée ; il en était de même pour beaucoup d’adultes enterrés dans des vases (à toutes les époques). Dans les tombes à fosse, dans les tombes à ciste en tuf (fig. 6)26 et dans les tombes à couverture de tuiles, le défunt était étendu sur le dos. Quant à l’orientation du défunt, elle était variable.

Fig. 6 - Tombe à ciste en tuf (Ve s. av. J.-C.).

308. — — —

319. Autres données : aux extrémités nord-est et nord-ouest du cimetière, on a mis au jour une rangée d’étroites fosses parallèles, sans contenu particulier. De la même manière, sur le côté ouest de la tranchée I du champ ‘Iω Κόλλια, une rigole peu profonde suit toute la largeur de la tranchée.

c. Organisation du cimetière

321. Au nord-ouest de la nécropole, on a trouvé une pierre cubique portant le mot ΗΟΡΟΣ.

332. — — —

343. Sèma : les stèles funéraires en pierre sont rares et ont été déplacées lors des labourages. On a découvert récemment une stèle funéraire à anthémion intacte, d’une qualité extraordinaire.

35Elle date des débuts du style sévère. Un jeune homme debout, vers la gauche, tient dans sa main gauche un coq et respire le parfum d’une fleur de lotus. La stèle porte une inscription de cinq vers en alphabet béotien qui cite les noms du défunt et du dédicant ; le monument funéraire lui-même “prend la parole” : μνεμ’ εἴμι ἐπ’ ὀδοῖ : καλόν.

36Sous cette inscription le nom du sculpteur, inconnu jusqu’à présent, est accompagné du verbe ἐποίεσεν (Ἔργον 1992, 58 sqq., fig. 79).

374. Orientation des tombes : à toutes les époques l’orientation a été variable.

385. Superposition des tombes : souvent, des tombes à couverture de tuiles du Ve ou du IVe s. ont en partie détruit des tombes à fosse peu profondes à degrés, avec bûcher in situ, du Ve s., ou bien elles ont entamé la partie supérieure de la tranchée des tombes à fosse profonde du VIe s., sans arriver au niveau des plaques de couverture et sans perturber l’intérieur de la tombe ni le matériel funéraire qui pouvait se trouver à l’extérieur.

  • 27 Voir Andreioménou 1990, 115 sqq., n. 9-15 ; Ἔργον 1990, 50, fig. 68 ; Andreioménou 1991a, 2-4 ; Ἔργ (...)

396. Deuxième usage des tombes : quelques cas douteux, où dans la même tombe à couverture de tuiles, deux squelettes se trouvent l’un au-dessus de l’autre. Deux autres cas douteux constituent les tombes ΚΟΛ/52 et ΚΟΛ/7527.

407. — — —

418. — — —

III. Matériel en relation avec les tombes

a. Objets à l’extérieur de la tombe

421. Nous n’avons aucun vestige de sacrifice après la mort.

432. — — —

443. Les types de tombes suivants portaient souvent des trouvailles à l’extérieur, surtout des vases et parfois des bronzes ou des figurines :

  1. les tombes à fosse à degrés avec plaques de couverture ;

  2. les sépultures dans des vases ;

  3. les tombes à couverture de tuiles ;

  4. les larnakès (sarcophages) de bébés.

b. Mobilier funéraire à l’intérieur des tombes à crémation

  • 28 Inv. 18262, 18263 ; de la tombe Κόλλια/40 (1990), du troisième quart du siècle. Voir infra, n. 69. (...)
  • 29 Inv. 8240, H. : 16 cm. Ce vase provient de la tombe ΠΑΠ/162 (1977), qui, outre deux figurines de fe (...)

45Surtout des vases à vernis noir (canthares, skyphoi, gobelets), coupes à palmettes béotiennes (fig. 7)28, vases à figures rouges (fig. 8)29, figurines (Cf. Andreioménou 1975, 128, pl. 75 γ et n. 71), strigiles en fer et en bronze (Andreioménou 1991b, fig. 13 et 16), plaquettes en terre cuite (voir n. 16, fig. 5), etc. La plupart ont été ramassés brisés à l’intérieur de la tombe, mais de nombreux vases intacts sont conservés sur les degrés.

Fig. 7 - Coupes à palmettes béotiennes. (Échelle : 1).

Fig. 8 - Skyphos à figures rouges (milieu du Ve s. av. J.-C.). (Échelle : 1/3).

c. Mobilier funéraire à l’intérieur des tombes à inhumation

    • 30 De la tombe ΓΗΠ/80 (198 8). Il s’agit d’une tombe à fosse à degré avec plaques de couverture, qui c (...)

    Disposition des trouvailles : les fibules et les épingles de bronze et de fer près des épau les. Les petits tubes à spirale et les serre-cheveux à hauteur du bassin et, parfois, à hauteur des épaules. Les anneaux aux doigts (Andreioménou 1985, pl. 48 δ) et les bracelets près du poignet. Près de la cuisse droite, le couteau de fer. Le gobelet près du bras, et, parfois, dans la main gauche (fig. 9)30. Les autres vases et les figurines, en des endroits divers de la tombe, indistinctement.

  1. — — —

Fig. 9 - Gobelet archaïque dans la main gauche du défunt.

d. Tombes sans mobilier funéraire

46Elles sont presque totalement absentes. Les violeurs de tombes eux-mêmes ont laissé des vestiges du mobilier funéraire.

IV. Nature du matériel

a. Céramique. Types. Évolution

1. Céramique attique et atticisante

A. Époque géométrique.

  • 31 Voir Andreioménou 1977b, 286, fig. 19-21 ; Andreioménou 1981b, 255, fig. 12 ; Andreioménou 1989b, n (...)
  • 32 Voir Andreioménou 1981b, 257, fig. 14 ; Andreioménou 1989b, n. 15-16, fig. 4-5 ; Andreioménou 1991c (...)
  • 33 Voir Andreioménou 1991 c, 461, fig. 22. Voir aussi : Ἔργον 1990, 51, fig. 69α ; Andreioménou 1990, (...)

47Œnochoés à embouchure trilobée et skyphoi du Géométrique Ancien II31. Amphores (Andreioménou 1988b, 179, fig. 4), skyphoi, gobelets, pyxides, cratères, canthares, etc. du Géométrique moyen I-II32. Pyxides, lécythes, cruches à long col, canthares, skyphoi, gobelets, etc., du Géométrique récent33.

B. VIIe s.

48De très rares échantillons.

C. VIe s.

  • 34 Voir Andreioménou 1974, 333 sqq., fig. 14 et 16 ; Andreioménou 1977b, 277 sqq., passim ; Andreiomén (...)
  • 35 Inv. 7292. Hauteur totale : 0,19 m ; diam. lèvre : 0,27 m. De la riche tombe ΠΑΠ/201 (1977) (voir i (...)

49Vases à figures noires34 allant du Peintre du Polos (lékanès, amphorisques, etc.) jusqu’aux skyphoi du Groupe CHC et du Groupe de Krokotos. Les exaleiptrons, les skyphoi et les lécythes dominent, les autres formes sont plus rares : par exemple, une grande lékanide du cercle de Lydos35, quelques coupes de Droop, etc. Vases à figures rourouges : grandes coupes de la fin du siècle, dont deux portent la signature du même artisan (Andreioménou 1985, 151, n. 20), et une troisième la signature d’un autre. Lécythes à vernis noir du Groupe de Déjanire (Andreioménou 1973-74, 425, pl. 279 στ’) et grandes coupes à vernis noir de la fin du siècle.

D. Ve s.

  • 36 Voir Andreioménou 1976, pl. 90 δ-ε ; Andreioménou 1985, 149, pl. 46 δ<α> ; Andreioménou 1991a, pass (...)
  • 37 La tombe ΠΑΠ/6 (1986) du sondage I contenait deux vases attiques d’excellente facture, décorés de s (...)
  • 38 Voir Andreioménou 1985, 149 sqq., pl. 48a ; Andreioménou 1991a, n. 242-244 ; Andreioménou 1991c, 45 (...)

50Vases à figures noires36, surtout des coupesskyphoi, des lécythes, des coupes et des skyphoi du cercle du Peintre de Haimon, des pyxides, des coupes à omphalos37, etc. Vases à vernis noir comme lécythes, des coupes, des skyphoi, des assiettes, des amphorisques, des canthares, des psykters etc., simples ou avec décor estampé (Andreioménou 1985, 151, pl. 48 γ). Vases à figures rouges38 : lécythes, skyphoi, coupes, cratères, amphorisques, assiettes, etc.

Ε. IVe s.

  • 39 Voir Andreioménou 1975, pl. 75ε ; Andreioménou 1985, 149 sqq., n. 8 et 22, pl. 47δ et 48β.
  • 40 Inv. 210. Haut. 0,215 m, diam. panse 0,14 m ; diam. lèvre 0,09 m. Ce vase provient de la tombe Aat  (...)

51Vases à vernis noir : skyphoi, assiettes, amphorisques etc., simples ou à décor estampé. Vases à figures rouges39 : lécythes, amphorisques, assiettes, etc. Céramique du style « West Slope » : œnochoés (fig. 10)40, cratères, petits skyphoi et canthares, assiettes, etc.

Fig. 10 - Œnochoé du style “West Slope”. (Échelle : 1/3).

2. Céramique corinthienne

A. Époque géométrique

  • 41 Voir Andreioménou 1988b, 171-172, fig. 3 et 7 ; Andreioménou 1989a, 262-263, fig. 24-25 ; Andreiomé (...)

52Céramique faite à la main, du Géométrique moyen (amphores, œnochoés, aryballes, œnochoés et pyxides miniatures, etc.)41. Céramique peinte du Géométrique récent (skyphoi, cotyles, cratères, gobelets, etc.).

Β. VIIe s.

  • 42 Voir Andreioménou 1974, 329, fig. 5 ; Ἔργον 1989, 45 sqq., fig. 47 ; Andreioménou 1989b, 134 sqq., (...)

53Aryballes piriformes, alabastres, cotyles, pyxides, etc.42.

C. VIe s.

  • 43 Voir Andreioménou 1974, 275 sqq., fig. 3 et 16 ; Andreioménou 1977b, 332 sqq., fig. 10-12 ; Andreio (...)

54Aryballes globulaires et à base plane, alabastres, cotyles, œnochoés, pyxides, amphorisques, exaleiptrons, etc.43.

D. Ve s.

55Dans la première moitié du siècle, petits vases corinthiens (voir n. 103). Au deuxième quart, deux grands stamnoi-pyxides à décor de palmettes et d’animaux en silhouette (Andreioménou 1991c, 451 sqq., n. 5, fig. 4).

3. Céramique béotienne

A. Époque du Géométrique moyen

  • 44 Voir Andreioménou 1977b, 282 sqq., n. 41, fig. 21 ; Andreioménou 1988b, 177, fig. 1 ; Andreioménou (...)
  • 45 Tous portent des lignes horizontales et un décor de crénaux (“battlement”). Voir Andreioménou 1981b (...)

56Skyphoi de mauvaise facture, imitant des œuvres attiques du Géométrique moyen44. Canthares atticisants, l’un avec animaux et satyres ithyphalliques sur les anses (Andreioménou 1991c, 455 sqq., n. 24, fig. 8). Trois vases du Peintre d’Akraiphia45, gobelets à vernis noir et quelques autres vases.

B. VIIe s.

  • 46 Voir Andreioménou 1989b, 135, n. 27, fig. 12 ; Ἔργον 1990, 51, fig. 69 ss ; Andreioménou 1991a, n.  (...)

57Gobelets à vernis noir, canthares, grandes amphores, etc.46.

C. VIe s.

  • 47 Voir Andreioménou 1980, où sont analysés tous les types de cette catégorie de vases. Voir aussi And (...)
  • 48 Voir Andreioménou 1974, 330 sqq., fig. 15 ; Andreioménou 1973-74, pl. 278γ ; Andreioménou 1985, pl. (...)
  • 49 Voir Andreioménou 1974, 331 sqq., fig. 9 ; Andreioménou 1977b, 278, fig. 7 et 14-15 ; Andreioménou (...)
  • 50 Voir Andreioménou 1985, 150 sqq., fig. 1ε. Pour un phormiskos du premier quart du Ve s., voir Andre (...)

58Vases de l’atelier des Coupes à oiseaux (coupes, œnochoés, amphorisques, coupes à omphalos, skyphoi, etc.)47. Vases à figures noires béotiens (lékanès, cotyles, petites cotyles, cantharisques, skyphoi, lécythes, etc.)48. Vases béotiens à vernis noir (surtout des canthares et des skyphoi, mais aussi des gobelets, des cotyles, des œnochoés, des coupes à omphalos, etc.49, dont quelques uns portent une décoration en rehauts blancs (Andreioménou 1991a, n. 138). Vases miniatures, et parfois de dimension normale, recouverts d’un engobe blanc à décor rouge, noir et jaune50.

D. Ve s.

  • 51 Voir Andreioménou 1985, 150 sqq., fig. 1γ et pl. 47β. Voir aussi Andreioménou 1989b, 145, n. 64, fi (...)
  • 52 Voir Andreioménou 1988a, 9 sqq., fig. 7, pl. 1, 2-5.
  • 53 Voir Andreioménou 1988a, 14, pl. 2, 4 et 6. Et aussi Andreioménou 1975, pl. 75δ ; Andreioménou 1976 (...)
  • 54 Voir Andreioménou 1990, 141, n. 99, pl. 97ε’.
  • 55 Voir infra, n. 108.
  • 56 Voir Andreioménou 1988a, 12 sqq., fig. 8 ; Andreioménou 1990, 140 sqq.. n. 98, pl. 97η.

59Canthares et cantharisques à vernis noir, tous avec une décoration en rehauts blancs51. Vases béotiens à vernis noir (canthares, skyphoi, gobelets, œnochoés, etc.)52 et coupes à palmettes53, pyxides à palmettes54 et autres vases du même atelier. Assiettes à figures rouges55 ou sans vernis à décor de palmettes estampées56. Vases miniatures, recouverts d’un engobe blanc à décor rouge, noir et jaune (style polychrome).

4. Céramique eubéenne

A. Époque géométrique

  • 57 Voir Andreioménou 1988b, 170 sqq., n. 12, 2728, fig. 2 et 9 ; Andreioménou 1989a, 262, n. 71, fig.  (...)

60Vases du style eubéen Sub-Protogéométrique III (amphores, gobelets, cantharisques, etc.)57.

B. VIIe s.

  • 58 Voir Andreioménou 1974, 327 sqq., n. 3, fig. 6γ ; Andreioménou 1991a, n. 8.

61Coupes, petits skyphoi, gobelets, etc.58.

C. VIe s.

  • 59 Voir Andreioménou 1974, 333, fig. 13 (dolphin Group).

62Quelques lécythes à figures noires59 et peut-être quelques vases non reconnaissables.

5. Céramique laconienne

VIe s.

  • 60 Cf. M. Pipili, Laconian Iconography of the Sixth Century B.C., Oxford, 1987, 1, fig. 1 ; 6, fig. 8, (...)

63Quatre coupes, dont deux portent des représentations mythologiques, et un canthare avec des grands coqs60.

b. Vases en matériaux divers

1. Bronze

64De rares exemples : embouchure d’aryballes, une coupe à omphalos, deux anses d’un kados à palmettes appliquées (Andreioménou 1991b, n. 19, fig. 17), un trépied à pieds de lion (Andreioménou 1989b, 144, n. 63, fig. 24).

2. Albâtre

65De rares alabastres ou pyxides.

3. Pâte de verre

  • 61 Inν. 13312. De la tombe Χατζή/34 (1984). Hauteur conservée : 0,08 m.

66Quelques « phéniciennes » du Ve s. (fig. 11)61.

Fig. 11 - Alabastre en pâte de verre. (Éch. : 1/1).

c. Forme des vases par rapport :

1. A l’âge

  • 62 Voir Andreioménou 1977b, 276 sqq., n. 12, fig. 4-5. Pour un phormiskos, voir Andreioménou 1991a, n. (...)

67Dans les tombes de jeunes enfants, vases miniature de formes variées62. De même, des biberons, des cruches.

2. Au sexe

  • 63 Andreioménou 1977b, 276 sqq., n. 24, fig. 14. Voir aussi Andreioménou 1974, 331, fig. 9.

68Les canthares, principalement ceux qui portent des graffiti63, proviennent des tombes d’hommes.

3. A la position sociale du mort

  • 64 Sur ce sujet, voir Andreioménou 1988a, 8 sqq., fig. 1-6, n. 9, pl. 1, 1-4.

69Seul le gobelet se trouve dans toutes les tombes64.

d. Matériau et décoration du vase par rapport à la position sociale du mort

e. Lampes

70En argile, principalement dans les tombes des IVe et IIIe s. av. J.-C. Quelques unes aussi dans les tombes du Ve s.

f. Petite plastique

A. En bronze

  • 65 Le cheval provient de la tombe Κόλλια 74 (1991). Voir Andreioménou 1991a, n. 14. L’autre est un cer (...)

71Deux petits animaux, des époques très archaïques65.

B. En argile

1. Anthropomorphe

  • 66 Voir Andreioménou 1977b, 281, fig. 12 ; Andreioménou 1980, pl. 5, 3 ; Andreioménou 1991b, n. 12-13, (...)
  • 67 Inv. 4239. Haut. 0,184 m. De la tombe à tuiles MAK/XLIX (1976), de 500 av. J.-C. La tombe contenait (...)
  • 68 Inv. 3783. Haut. 0,16 m. De la tombe ΜΩΡΙΑ (1975), qui contenait une autre tanagra (inv. 3810. Enfa (...)

72Très nombreuses figurines, du VIe s. Figurines béotiennes plates, debout et assises66, des hommes couchés, des divinités trônantes (fig. 12)67, divers métiers et d’autres. Nombreuses figurines aussi du Ve s. Divinités trônantes et debout, jeunes hommes nus debout (Voir Andreioménou 1975, 128, pl. 75 γ) et jeunes filles sur un piédestal élevé, enfants accroupis, jeunes bergers, et d’autres. Un très petit nombre de tanagras (fig. 13)68.

Fig. 12 - Divinité trônante. (Échelle : 1/2).

Fig. 13 - Tanagra. (Échelle : 1/2).

2. Animaux

  • 69 Voir Andreioménou 1985, 151, n. 27-28, pl. 48ε ; Andreioménou 1991a, n. 115.

73Plusieurs animaux du VIe s. : des oiseaux sur un anneau (Andreioménou 1991b, n. 13, fig. 7), lions, chiens, cerfs, petits veaux69.

  • 70 Voir Andreioménou 1974, 331 sqq., fig. 20 ; Andreioménou 1989b, 137, n. 38, pl. 99β.
  • 71 Voir Andreioménou 1989b, 145, n. 65, pl. 102ε ; Andreioménou 1990, 137, n. 87, pl. 97a. Pour un sin (...)

74Nombreux petits chevaux et cavaliers, quelques chars70. Au Ve s. : des coqs71, des colombes, des porcelets, des tortues, des singes, etc.

3. Fruits, sphères, boucliers, tabourets

75Au VIe s., un petit nombre de boucliers et un siège. Au Ve s. un petit nombre aussi de fruits, tabourets, sphères.

4. Jouets

  • 72 Ἔργον 1991, 44, fig. 76. Pour des yoyos, voir C. Weiss et A. Buhl, Votivgaben aus Ton : Jojo oder F (...)

76De minuscules figurines en nombre très réduit servaient peut-être de jouets. des phormiskoi. Un ou deux hochets, quelques yoyos, une toupie (στρόβιλος) à décoration de palmettes72.

g. Astragales

77Plusieurs tombes d’enfants contenaient des astragales naturels (des osselets).

h. Scarabées

78Nous n’avons à ce jour trouvé aucun scarabée.

i. Objets utilisés par les femmes

  • 73 Voir Andreioménou 1991c, 458 sqq., n. 40, fig. 14 ; Ἔργον 1990, 51, fig. 70.
  • 74 Andreioménou 1985, 151, fig. 2 ; Andreioménou 1991b, n. 20, fig. 18.
  • 75 Andreioménou 1991b, fig. 14 ; Ἔργον 1992, 57, fig. 77.

79Certains couteaux73 proviennent peut-être des tombes de femmes, comme, par exemple, le petit couteau de la tombe ΓΗП/31, du Géométrique moyen, et d’autres, de la période archaïque. Nous avons quelques miroirs en bronze de l’époque archaïque74, et d’autres, à boîte ou à manche d’époque classique75. Bien que l’on n’ait pas trouvé de pesons de métier à tisser, quelques tombes contenaient des pesons de fuseau, en stéatite à l’époque archaïque, en terre cuite décorée à l’époque classique. Dans quelques tombes du Ve s., on a trouvé des aiguilles en bronze, ainsi que deux petites pyxides en os contenant des fards.

j. Accessoires féminins

80Comme nous l’avons signalé plus haut, il est difficile de distinguer les tombes de femmes de celles d’hommes. Par conséquent, les bijoux leur sont communs, et les objets suivants peuvent donc aussi bien appartenir à des hommes.

Aa. Géométrique moyen.

  • 76 Andreioménou 1991b, n. 34-35, fig. 24-25.
  • 77 Voir Andreioménou 1991c, 460, n. 34.
  • 78 Voir Andreioménou 1991b, n. 29.
  • 79 Andreioménou 1991b, n. 23, fig. 20 ; Andreioménou 1989b, 133, fig. 10.
  • 80 Andreioménou 1989b, 132, n. 18, fig. 7. Voir aussi Andreioménou 1991b, n. 25-26, fig. 21-22 ; Andre (...)
  • 81 Voir Ἔργον 1989, 44, fig. 44. Et aussi Andreioménou 1989b, 132, n. 17, fig. 6, pl. 97β.
  • 82 Voir Andreioménou 1991b, n. 28, fig. 23 ; Andreioménou 1991c, 461 sqq., n. 51, fig. 21.
  • 83 Voir Andreioménou 1991c, 460.

81Fibules du type attico-béotien76. Grandes fibules en croissant77. Épingles78. Bagues, spiroïdales79 et en forme de bandes, avec un décor en trémolo80 et au repoussé. Bracelets en forme de bande, avec une riche décoration81 et d’autres plus simples82. Amulettes en stéatite83.

Ab. Géométrique récent.

82Fibule du type attico-béotien, bouclier miniature ; tous les deux en bronze.

B. VIIe s.

  • 84 Voir Andreioménou 1991b, n. 39, fig. 26 ; Andreioménou 1989b, 134, n. 25, pl. 97γ ; Andreioménou 19 (...)
  • 85 Voir Andreioménou 1991b, n. 42, fig. 28, de la tombe ΓΗΠ/75 ; Ἔργον 1991, 37 sqq., fig. 53, 57-59.
  • 86 Andreioménou 1991b, n. 41, fig. 27 et n. 43, fig. 29.
  • 87 Cet objet est très proche du pendentif du deuxième quart du VIe siècle, publié dans Andreioménou 19 (...)

83Fibules84, surtout miniatures, bagues85, bracelets86, un pendentif en bronze87, etc.

C. VIe s.

  • 88 Andreioménou 1991b, n. 87-90, fig. 59-61 et n. 94-97, fig. 65-68.
  • 89 Andreioménou 1991b, n. 81 et 86, fig. 52 et 57 ; Ἔργον 1991, 38, fig. 60.
  • 90 Andreioménou 1991b, n. 55, fig. 34 ; Andreioménou 1980, 119, nr. 4, pl. 6, 2a.
  • 91 Andreioménou 1991b, n. 60, fig. 38 ; Ἔργον 1989, 46, fig. 48.
  • 92 Andreioménou 1991b, n. 54, fig. 33 et n. 68-70, fig. 43-44 ; Ἔργον 1990, 56, fig. 80 ; Andreioménou (...)
  • 93 Andreioménou 1991b, n. 14, fig. 8 et Andreioménou 1980, 117, n. 393-394, pl. 4, 8 ; 149, n. 433, pl (...)
  • 94 Voir Andreioménou 1991b, n. 58-59, fig. 36-37. Pour deux anneaux en argent, voir ibid., n. 52, fig. (...)

84Les tombes archaïques ont donné de très nombreuses fibules en bronze, les unes portant une décoration gravée selon la technique du trémolo88, les autres des représentations au repoussé89. Certaines étaient très petites, sans décoration. De nombreuses tombes contenaient de très nombreux petits tubes spiraloïdes (Andreioménou 1991b, n. 48-50, fig. 30-31). En revanche, les épingles étaient en très petit nombre, la plupart avec une tête en cristal de roche, stéatite et ivoire, et rarement en bronze. Les bagues aussi étaient très nombreuses, tantôt en spirale90, tantôt en forme de bande avec une décoration en tremolo, se terminant en deux volutes (Andreioménou 1991b, n. 56, fig. 35). Peu de pendentifs mais de nombreux bracelets, placés par couples dans les tombes ; les uns étaient faits d’anneaux torsadés91, d’autres en spirale, d’autres se terminaient en tête de serpent (Andreioménou 1991b, n. 62-63, fig. 39-40). De nombreuses rosaces92. De nombreux colliers avec des perles en pâte de verre93, tantôt fines et monochromes, tantôt polychromes, en forme d’yeux. Très peu de tombes nous ont livré des bijoux en argent : parmi elles, la tombe MAKI 41 (1974), avec quatre bagues en argent94 et la tombe Κόλλια 81 (1991) avec une boucle d’oreille et une très belle parure, peut-être aussi une boucle d’oreille avec décoration en filigrane. Une autre tombe, celle-ci d’enfant, nous a donné deux petits bracelets en argent, se terminant en tête de serpents.

k. Objets en métal, utilisés par les hommes

1. Armes offensives

  • 95 Voir Andreioménou 1989b, 141, n. 52, fig. 20 ; Ἔργον 1992, 56, fig. 73.

85Une série d’épées95 provient de tombes à fosse, pourvues de dalles de recouvrement, datant du VIe s. Très peu de pointes de flèches en silex.

2. Armes défensives

86Un bouclier du début du VIe s. avec une belle boucle et des représentations sur la bride. La matrice des représentations est semblable à celle de la bride de quatre boucliers d’Olympie (Andreioménou 1991b, n. 75, fig. 49).

3. Objets en relation avec la chasse

87Aucun.

4. Objets en relation avec la pêche

88On a trouvé un ou deux hameçons et une très grande aiguille aplatie en bronze, pour la réparation des filets de pêche.

5. Objets d’équipement pour des chevaux, des chariots, etc.

89Aucun.

6. Outils

90Petits couteaux en fer. Voir plus haut IV.i et n. 73.

7. Accessoires d’athlètes

91Certaines tombes des Ve et IVe s. contenaient des strigiles en bronze et en fer, dont un portait même le nom de l’atelier.

8. Divers

92Une grande clef, en fer, provenant de la tombe Μάρα 23 (1987).

l. Accessoires pour hommes, de parure ou de prestige

  • 96 Voir Ἔργον 1989, 45, fig. 45 ; Andreioménou 1989b, 127, n. 8-13, fig. 3.

93Grandes fibules pesantes en fer du type attico-béotien provenant de la tombe du Géométrique moyen Γκράβα/2 (Andreioménou 1991c, 454, n. 11). Deux fibules en bronze avec, respectivement, deux et quatre spirales96, constituent à ce jour un unicum. Elles proviennent de la tombe ΓΗΠ/132, où ont été également trouvées deux grandes épingles (Cf. V.R. Desborough, Late burials from Mycenae, ABSA, 68, 1973, 91, pl. 28-29). Bagues en fer spiraloïdes. Les autres bijoux sont semblables à ceux des femmes. Voir plus haut IV.j.Aa.

m. Mobilier

  • 97 Voir Andreioménou 1989b, 142, fig. 21 α-β, pl. 102δ.

941. Revêtement de bronze pour des coffrets qui étaient en matière périssable (bois ou cuir), datant de 580-570 av. J.-C. (Andreioménou 1991b, n. 74, fig. 48). Semblables revêtement des coffrets de 500 av. J.-C.97. Petites clavettes, peut-être de coffrets de bois ou de cuir.

952. Plaquettes d’argile découpées ayant servi à la décoration des coffrets ou peut-être du cercueil (Voir Andreioménou 1989a, 256, fig. 19-22 et supra, fig. 5).

963. Lames de fer du cercueil et clous (Voir supra, fig. 3, n. 14). Grandes clavettes.

n. Instruments du banquet

97Une paire de flûtes ; deux puisoirs (fig. 14).

Fig. 14 - Puisette à extrémité en tête de canard. (Échelle : 1/2).

o. Petits objets

  • 98 Voir Andreioménou 1991a, 28, n. 199-200 et fig. 34, n. 226. Pour des grandes clavettes voir Andreio (...)

98Petits vases (voir IV.c.1). Petites fibules en bronze. Petits amulettes de bronze. Deux hochets en bronze98.

p. Monnaies

99Très peu nombreuses, en bronze, principalement dans des tombes du début de l’époque hellénistique.

q. Matériaux périssables

100Sur les épées, traces de bois et de cuir. Morceau d’un tissu sur lequel était fixée une rosace de bronze. Traces d’un tissu : sur un miroir à boîte (voir n. 75), sur un bracelet de la fin du VIIe s., sur un pendentif du deuxième quart du VIe s. (Voir n. 87).

r. Aliments

101Figues, amandes dans les bûchers.

s. Autres catégories d’objets

102Petite pyxide en os avec du fard. Une perle également en os d’une technique admirable. (Voir plus haut, n. 93).

t. Remarques relatives à la quantité d’éléments d’offrande

103Phénomènes de redondance, d’absence :

1. Géométrique moyen

104La céramique de style eubéen (Voir supra, n. 57) est assez bien représentée au sub-protogéométrique, mais elle disparaît à la période suivante. Abondante céramique attique et atticisante, qui continue au Géométrique récent (Voir supra, notes 31-33). Nombreux vases faits à la main (Voir supra, n. 41), notamment des aryballes, de toutes petites œnochoés et trois grands vases avec un décor linéaire gravé. Nombreux bijoux de bronze, notamment des bagues en forme de bande, des fibules et des bracelets (Voir supra, notes 76-82). Peu de bijoux en fer.

2. VIIe s.

105Petits vases béotiens et aryballes corinthiens piriformes ainsi que des alabastres, une grande amphore béotienne. Nombreux bijoux de bronze, notamment des fibules, des bracelets et des bagues.

3. VIe s.

  • 99 Voir supra, n. 44-45. Pour les coupes à figures rouges, voir n. 46.
  • 100 Voir supra, n. 62. Pour les vases à vernis noir, voir les notes 64-65. Pour les vases du style poly (...)

106Dans la première moitié du siècle, les tombes étaient remplies de vases corinthiens (Andreioménou 1982a, 282 sqq.) et, en nombre bien moindre, de vases béotiens (premier stade des coupes à oiseaux, gobelets à vernis noir, très peu de skyphoi). Sont représentés aussi en petit nombre les vases attiques à figures noires, principalement du Peintre du Polos. Désormais sont également importés les lécythes à vernis noir du type de Déjanire, qui continuent dans la seconde moitié du siècle. Dans la seconde moitié du siècle les vases béotiens à vernis noir sont prédominants (principalement des canthares mais aussi des gobelets, des skyphoi, des cotyles, etc.). Les vases corinthiens décroissent avec le temps et se limitent principalement aux exaleiptrons, aux aryballes sphériques à rosaces et aux cotylisques. Désormais on importe en plus grand nombre les vases attiques à figures noires99 et quelques grandes coupes à figures rouges. Assez nombreux vases béotiens : à figures noires (voir supra, n. 48), de l’atelier des coupes à oiseaux100, du style polychrome, etc. Les bijoux en bronze continuent les types du VIIe s., mais connaissent cependant un accroissement dans le deuxième quart du VIe s. ; à ce moment apparaissent les premières figurines d’argile, lesquelles continuent, abondantes, pendant tout le siècle. Les types principaux sont les figurines béotiennes plates, debout et assises, les petits chevaux, les cavaliers, les oiseaux. Dans la seconde moitié du siècle nous avons aussi de nombreuses perles de colliers en pâte de verre, monochromes ou en forme d’yeux. De même, dans les tombes d’hommes, des épées.

4. Ve s.

  • 101 Voir Andreioménou 1988a, 8 sqq., fig. 1-6, pl. 1, 1-5.
  • 102 Inv. 11076. Haut. 0,09 m, diam. lèvre 0,23 m, diam. base 0,077 m. De la tombe Δημ. Κόλλια/7 (1981). (...)
  • 103 Voir Andreioménou 1985, pl. 46a ; Andreioménou 1991b, fig. 62, n. 91 ; Ἔργον 1991, 44, fig. 77. Voi (...)
  • 104 Pour les divinités trônantes, voir Andreioménou 1991b, n. 93, fig. 64. Pour les coqs, voir supra, n (...)

107Il faut insister sur le fait qu’il n’existe pas de tombe du VIe s. et du Ve s. - et probablement des périodes précédentes - qui n’ait eu au moins un gobelet. Au début du Ve s. le gobelet à vernis noir change de forme et prend graduellement une gorge haute. Avec cette forme et différentes variations, il continue jusqu’au IVe s., accompagné le plus souvent par une œnochoé à vernis noir101. Dans la première moitié du Ve s. on trouve de nombreux cantharisques à vernis noir et un petit nombre de canthares, tous avec une décoration en rehauts blancs (voir supra, n. 51). Abondance de canthares à pied haut, qui continuent dans la seconde moitié du siècle. Skyphoi, cotyles, coupes et lécythes à vernis noir, de grande et de petite taille. Très nombreux vases attiques à figures noires, principalement des coupes-skyphoi, des coupes (fig. 15)102, des lécythes, des skyphoi, etc. L’atelier corinthien, dans la première moitié du siècle, est représenté par d’innombrables cotylisques et, en moindre mesure, par d’autres catégories de petits vases, comme les aryballisques grossiers, les pyxides103, les exaleiptrons miniatures, les phiales à omphalos, les petits œnochoés à embouchure trilobée, etc ; deux stamnos-pyxides exceptionnels de 460 av. J.-C. C’est dans la seconde moitié du siècle que prédominent les coupes béotiennes à palmettes (Voir supra, n. 53) et les canthares à vernis noir à pied haut, de même que les petits vases attiques à vernis noir à décor estampé. Certaines tombes contenaient des assiettes (pinakions) sans vernis à décor estampé, certainement d’atelier béotien (Voir supra, n. 56). En très petit nombre étaient les vases à figures rouges (Voir supra, n. 38) et les grands vases à vernis noir avec un rameau de lierre en rehauts blancs. Nombreuses figurines aussi du Ve s.104 ; dans la première moitié, divinités trônant, animaux, oiseaux ; dans la deuxième moitié, le type du jeune homme nu debout et de la jeune fille drapée. Strigiles de bronze et de fer, perles de colliers en argile, plaquettes d’argile découpées avec décor en relief, etc.

Fig. 15 - Coupe avec représentation d’un char attelé de deux chevaux ailés. (Échelle : 1/3).

5. IVe s.

108Les tombes ont désormais peu d’offrandes. D’habitude le couple œnochoé-gobelet, mais parfois aussi quelques vases à vernis noir et à figures rouges. Dans le dernier quart du siècle et au IIIe s. nous avons de la céramique West Slope. Les tanagras sont très rares.

u. Remarques relatives à la qualité des offrandes

109A. Métal : Les trouvailles en bronze constituent un exemple unique qui atteste de la gran de tradition locale dans le domaine de l’art du métal (Andreioménou 1991b, n. 106-108). Il s’agit manifestement de produits d’ateliers locaux, lesquels produisent sans discontinuer à partir du troisième quart du IXe s. jusqu’à la fin de l’époque archaïque des œuvres d’excellente qualité, principalement en bronze, mais parfois aussi en fer. Les rares bijoux en argent du VIe s. sont des produits de haute conception et exécution artistique.

1. La période géométrique105

  • 105 Pour les bijoux de l’époque géométrique, voir supra, n. 94-100 et 119-120.

110Deux fibules en bronze de type à croissant avec des représentations incisées. Une fibule de type atticobéotien, avec quatre poissons incisés. Deux fibules avec respectivement deux et quatre spirales disposées parallèlement et une rondelle qui tourne encore. Deux grandes fibules en fer. Deux paires d’épingles. Bracelets spiraloïdes en forme de bande avec des représentations incisées. Bagues en forme de bande, incisées en trémolo. Une fibule en bronze, œuvre du Graveur du Cygne (« Swan Engraver ») (Andreioménou 1991b, n. 36). Petit couteau en fer. Nous mentionnons ici également trois amulettes triangulaires en stéatite avec des incisions.

2. VIIe s.106

  • 106 Pour les bronzes du VIIe siècle, voir supra, n. 83 et 102-105.

111Deux paires de bracelets de bronze en spirale, un pendentif massif, un admirable petit cheval, des bagues, des fibules en bronze et en fer, etc.

3. VIe s.

  • 107 Pour les bijoux en bronze du VIe siècle, voir supra, n. 106-113.

112Bronzes107. Bouclier (Andreioménou 1991b, n. 75, fig. 49), revêtement de trois coffrets (voir Andreioménou 1991b, n. 74, fig. 48 et supra, n. 97), pendentifs massifs, rosaces, nombreuses paires de bracelets, bagues diverses, un petit cerf. Argent (voir supra, n. 94). Bracelets d’enfants et deux pendants d’oreilles, d’une technique excellente, de 570-560 av. J.-C. Quatre anneaux massifs à décor en relief de 500 av. J.-C.

4. Ve s.

  • 108 Inv. 14000. Hauteur totale 0,21 m. De la tombe Χατζή/29 (1984) de 440 av. J.-C. De la même tombe pr (...)

113Beaux miroirs, puisoirs se terminant en tête de canard (fig. 14)108, strigiles, etc.

114B. Coroplastique : Un autre exemple admi rable est consitué par les productions de la coroplastique locale (Voir supra, n. 66-71). Les figurines archaïques dépassent le millier et elles ont souvent conservé une admirable polychromie.

115Céramique : En ce qui concerne les vases, au-delà des exemples intéressants du Géométrique moyen, attique (voir supra, n. 31-33), eubéen sub-protogéométrique (voir supra, n. 57) et béotien (voir supra, n. 44-45) et des importations corinthiennes du VIIIe s. (voir supra, n. 41) et du VIIe s. (voir supra, n. 42), il faut souligner que le VIe s. nous a donné de nombreux vases de première qualité :

1161. VIe s.

  • 109 Inv. 16212 (haut. 0,132 m ; diam. lèvre 0,182 m), 16230 (haut. 0,118 m, diam. lèvre 0,167 m). Deux (...)
  • 110 Inv. 1630. Haut. 0,092 m ; diam. lèvre 0,25 m. De la tombe ΨΥΧ/11 (1974). Le contenu de la tombe (v (...)
  • 111 Voir Andreioménou 1980, 158, n. 13, n. 438, pl. 11, 8.

117Béotien (voir supra, n. 47-50) : Coupes à oiseaux, œnochoé du même atelier avec un serpent sur la lèvre. Skyphoi à décor végétal (fig. 16)109. Une série de belles lékanès à figures noires (fig. 17)110. Une paire de cotyles à figures noires du même peintre111. Un beau canthare à vernis noir avec un graffito de sept mots, parmi lesquels le nom d’un potier inconnu jusqu’à maintenant et le mot ἐποίεσεν.

Fig. 16 - Skyphoi béotiens à décor végétal. (Échelle : 1/3).

Fig. 17 - Lékanè béotienne à figures noires. (Échelle : 1/3).

  • 112 Sur la céramique corinthienne du VIe siècle en général à Akraiphia, voir supra, n. 56.
  • 113 Inv. 7489. Haut. 0,145 m ; diam. base 0,116 m. De la tombe ΠΑΠ/201 (1977), d’où provient également (...)

118Corinthien112 : Alabastres, aryballes, cotyles, œnochoés, pyxides, etc. avec des représentations d’animaux (fig. 18)113. Nombreux aryballes avec des représentations d’hoplites, très peu avec des représentations mythologiques.

Fig. 18 - Stamnos-pyxis du Corinthien Récent I. (Échelle : 1/3).

  • 114 Sur la céramique attique du VIe siècle, en général à Akraiphia, voir supra, n. 44-47.
  • 115 Inv. 10910. Haut. 0,192 m ; diam. panse 0,124 m, de la riche tombe Mάρα/2 (1984), d’où provient éga (...)
  • 116 Voir Andreioménou 1977b, 276 sqq., n. 17, fig. 10.
  • 117 Voir Andreioménou 1991c, 451, n. 3, fig. 2 (du Peintre de Thésée).
  • 118 Voir Andreioménou 1980, 184, nr. 8, n. 476, pl. 14, 6 <γ> ; Andreioménou 1991a, n. 141-146 ; Ἔργον (...)

119Attique114 : Quelques vases du Peintre du Polos. Des lékanès avec des files d’animaux. Une lékanide du Cercle de Lydos. Très peu de lécythes à figures noires du deuxième quart (fig. 19)115 et beaucoup du troisième. Des skyphoi avec des gorgonéions116 ou des scènes champêtres117. Des skyphoi du Peintre de la Chamelle118 et d’autres du Groupe du Krokotos. Quelques très beaux skyphoi se datant vers 530 av. J.-C. Nombreux skyphoi de l’énorme groupe CHC. Admirables coupes à figures rouges de la fin du VIe s.

Fig. 19 - Lécythe à figures noires (deuxième quart du VIe s.). (Échelle : 1/3).

120Eubéen : Lécythes du troisième quart du VIe s.

121Laconien : Quatre coupes, dont deux portent des représentations mythologiques importantes et un canthare avec des coqs (voir supra, n. 60).

1222. Le Ve s. aussi nous a donné un bon nombre de vases de première qualité : des coupes à figures rouges de 490 av. J.-C., des canthares à vernis noir avec des représentations en rehauts blancs, un psykter à vernis noir avec un décor estampé. Parmi les innombrables coupes-skyphoi attiques à figures noires, beaucoup sont d’excellente qualité. Un gobelet à fond blanc porte une représentation d’hoplites se battant en duel. Les coupes béotiennes à anthémions, d’excellente qualité, portent parfois des figures dessinées en silhouette. Au deuxième quart peut-être se datent deux grands stamnos-pyxides corinthiens avec un décor de palmettes et des animaux en dessin en silhouette (Andreioménou 1991c, 451, n. 5, fig. 4.).

v. Caractéristiques des objets

1. Objets qui conservent des traces d’emploi

123Les vases avec des graffiti.

124Petite pyxide corinthiene avec des restes de fard.

125Petite pyxide en os avec des restes de fard.

126Bijoux en bronze avec des réparations (voir immédiatement ci-dessous).

2. Objets qui conservent des restes de réparation antique

127Grands vases funéraires, réparés au moyen de coulées de plomb.

128Fibule en bronze du Géométrique moyen 1.

  • 119 Voir Andreioménou 1990, 120, n. 25, fig. 8.

129Fibules en bronze du VIIe s.119 et du VIe s. av. J.-C.

3. — — —

w. Autres données (qui concernent les offrandes)

  • 120 Pour la première fibule, qui date du troisième quart du VIIe s., voir Andreioménou 1991a, n. 26. Po (...)

130Deux fibules en bronze ont été respectivement importées de Thessalie et d’Illyrie120.

V. Documents ostéologiques humains. Données anthropologiques

VI. Données de paléobotanique

131Figues et amandes brûlées.

VII. Données chronologiques

a. Chronologie relative

132La datation des tombes repose sur celle des offrandes qu’elles contenaient et principalement des vases.

b. Chronologie absolue

  • 121 Pour une analyse de la méthode de datation de certains groupes de tombes du VIe siècle, qui contena (...)

133Dès le début du Géométrique moyen, les tombes contenaient des vases du style sub-protogéométrique et des vases attiques ou atticisants. Ces vases bien datés ont permis de dater aussi la majeure partie des bronzes et des autres bijoux, ainsi que les vases de l’atelier local. C’est ce qui a été fait également avec les vases connus du Géométrique moyen II et du Géométrique récent. Les vases protocorinthiens et les innombrables vases du Corinthien ancien ont permis de dater exactement les tombes et les bijoux de bronze et de fer qui ont été trouvés avec eux. Par ailleurs, les vases corinthiens, tout aussi innombrables, de la première moitié du VIe s. et les vases attiques depuis le deuxième quart jusqu’à la fin du siècle121 ont permis de dater exactement les vases des ateliers béotiens, les nombreuses figurines béotiennes, les bijoux, principalement en bronze, mais aussi en fer, en argent et en pâte de verre, les épées en fer et les autres objets en bronze, en os, etc. C’est ce qui a été fait aussi avec les tombes du Ve s. et du IVe s. Nous voyons donc que les offrandes des deux mille cent tombes de la nécropole d’Akraiphia constituent un système à l’aide duquel sont datés en même temps les tombes et chaque objet séparément.

VII. Documentation

a. Histoire de la recherche archéologique

  • 122 I. Threpsiades, Arch Eph., 1971, Chron., 37.

134C’est à la construction du Canal central du Céphise béotien que nous devons le repérage, déjà à la fin du siècle dernier, de la nécropole (RE, 23, 2. 1526, 25). Aucune fouille systématique cependant n’avait jamais été entreprise, même pour la découverte d’une de ses sections. Ce ne fut pas non plus le cas en 1956, lorsque, à l’occasion de travaux d’ouverture de tranchées par l’Organisation du Copaïs, furent découvertes par hasard, au lieu-dit « Grava », six tombes122. A l’occasion de l’élargissement de ce canal central, conduit par le Ministère des Travaux Publics, ont été mises au jour, en février 1974, les trois premières tombes de la nécropole. L’Ephorie des Antiquités Préhistoriques et Classiques de Thèbes a entrepris l’exploration systématique du secteur et jusqu’à ce jour elle a dégagé environs deux mille cent tombes contenant de riches offrandes.

Bibliographie

b. Bibliographie (par ordre alphabétique et chronologique)

Andreioménou 1973-74 : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Ἀρχαιότητες Βοιωτίας. AD, 29, 1973-1974, Chron., 425-430.

Andreioménou 1974 : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Νεκροταφεῖα παρὰ τὸ ἀρχαῖον Ἀκραίφνιον. Arch An Ath, 7, 1974, 325-338.

Andreioménou 1975 : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), In : AD, 30, 1975, Chron., 128.

Andreioménou 1976 : ANDREIOMÉNOU (A.K.), In : AD, 31, 1976, Chron., 119.

Andreioménou 1977a : ANDREIOMÉNOU (A.K.), In : AD, 32, 1977, Chron., 95-97.

Andreioménou 1977b : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Τό νεκροταφεῖο τς ἀρχαίας Ἀκραιφίας. Arch An Ath, 10, 1977, 273-286.

Andreioménou 1980 : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Τό κεραμεικόν Ἐργαστήριον τς Ἀκραιφίας. Ἀθναι, 1980 (Diss.).

Andreioménou 1981a : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), In : AD, 36, 1981, Chron., 187-188.

Andreioménou 1981b : ANDREIOMÉNOU (A.K.),νασκαφὲς στὴ Βοιωτία. Ann Sc Atene, 59, 1981, 251-262.

Andreioménou 1982a : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Συχνότης Κορινθιακῆς Κεραμεικς εἰς Βοιωτίαν καί Εὔβοιαν. In : Πρακτ. Β Διεθνος Συνεδρίου Πελοποννησιακν Σπουδν, τόμος Β’.θήνα, 1982, 282-286.

Andreioménou 1982b : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), In : AD, 37, 1982, Chron., 164.

Andreioménou 1983 : ANDREIOMÉNOU (A.K.), In : AD, 38, 1983, Chron., 129.

Andreioménou 1985 : ANDREIOMÉNOU (A.K.), In : AD, 40, 1985, Chron., 149-152.

Andreioménou 1986a : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Τό ἀρχαϊκό νεκροταφεο τς Ἀκραιφίας, μία νέα πηγή Κορινθιακς Κεραμεικῆς. In : Πρακτ. Β Τοπικοῦ Συνεδρίου Κορινθιακῶνρευνῶν (Λουτράκι, 1984). Ἀθήνα, 1986, 93-96.

Andreioménou 1986b : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Ritrovamenti protogeometrici e geometrici in Beozia. Magna Graecia, XXI, 11-12, 1986.

Andreioménou 1988a : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Βοιωτικά ἀγγεῖα τοῦ 5ου αἰ π.Χ. ἀπό τό νεκροταφεῖο τῆς Ἀκραιφίας. In : Πρακτικά ΞΙΙ Διεθνοῦς Συνεδρίου Κλασσικῆςρχαιολογίας (Ἀθήνα, 1983). Ἀθήνα, 1988, 7-14.

Andreioménou 1988b : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Μέση Γεωμετρική Περίοδος τῆς Ἀκραιφίας. In : Διεθνές Συνέδριο Βοιωτικῶν Μελετῶν (Θήβα, 1986). Ἐπετηρίςταιρείας Βοιωτικῶν Μελετῶν, Τόμος Α’, τεῦχος α’. Ἀθήνα, 1988, 169-182.

Andreioménou 1989a : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Böotien in der Zeit von 1050-800 v. Chr. In : BOIOTIKA, Vortrage vom 5. Internationaleen Bootien-Kolloquium zu Ehren von Professor Dr. Siegfried Lauffer (München, 1986). München, 1989, 253-263.

Andreioménou 1989b : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Τό νεκροταφεῖο τῆς Ἀκραιφίας. Prakt Arch Et, 1989, 125-145.

Andreioménou 1990 : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Τό νεκροταφεῖο τῆς Ἀκραιφίας. Prakt Arch Et, 1990, 113-141.

Andreioménou 1991a : ANDREIOMÉNOU (A.K.), In : Prakt Arch Et, 1991, sous presse.

Andreioménou 1991b : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Παρατηρήσεις ἐπί τν χαλκν κοσμημάτων το νεκροταφείου τς Ἀκραιφίας (820-480 π. Χ.). In : Proceedings of the 7th International Congress on Ancient Boeotia (Bradford, 1989). sous presse.

Andreioménou 1991c : ANDREIOMÉNOU (Α.Κ.), Παρατηρήσεις στή Μέση Γεωμετρική Περίοδο τς Ἀκραιφίας. In : La Transizione dal Miceneo all’Alto Arcaismo. Dal palazzo alla città. Atti del Convegno Internazionale (Roma, 14-19 marzio 1988). Roma, 1991, 451-464.

Andreioménou 1992a : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Τό νεκροτοιφεῖο τῆς Ἀκραιφίας. Prakt. Arch. Et., 1992 (sous presse).

Andreioménou 1992b : ANDREIOMÉNOU (A.K.), Akraiphia. In : Enciclopedia del l’Arte Antica, Suppl. 1. Roma, 1992, sous presse.

Ἔργον 1989 : Τό Ἔργον τς ἈρχαιολογικῆςΕταιρείας, 1989, 44-48.

Ἔργον 1990 : Τό Ἔργον τς ἈρχαιολογικῆςΕταιρείας, 1990, 49-57.

Ἔργον 1991 : Τό Ἔργον τς ἈρχαιολογικῆςΕταιρείας, 1991, 36-45.

Ἔργον 1992 : Τό Ἔργον τς ἈρχαιολογικῆςΕταιρείας, 1992, 53-59

Notes

1 La carte est publiée dans Andreioménou 1980, pl. B. Des plans de certaines parties de la nécropole, fouillées jusqu’en 1977, y ont été publiées :

les tombes ΔΔ/1-177 (1974) à la planche X ;

les tombes MAK/I-LXXIII (1976) à la planche Δ ;

les tombes MAKPI99-123 (1977) à la planche E ;

les tombes ΜΩΡ1-39 (1975) à la planche ΣΤ ;

les tombes ΠAΠ/124-216 et ΜΠΕΘ/217-238 (1977) à la planche Z ; les tombes ΨΥΧ/1 1-38 à la planche I.

2 Pour les fouilles jusqu’en 1977, voir Andreioménou 1980, 5 sqq. et aussi Andreioménou 1973-74, 425 sqq., pl. 279-280 : Andreioménou 1975, 128, pl. 75 ; Andreioménou 1976, 119, pl. 90 ; Andreioménou 1977a, 95 sqq. ; Andreioménou 1974, 325 sqq. : Andreioménou 1977b, 273 sqq.

3 Sur les fouilles de 1981 voir Andreioménou 1981a, 187 sqq., pl. 116-117.

4 Pour les parties de la nécropole fouillées en 1984 et 1985, voir Andreioménou 1985, 140 sqq., pl. 45-48.

5 Sur les tombes ΓHΠ/104-167, voir Ἔργον 1989, 44 sqq. et aussi Andreioménou 1989b, 125-145.

6 Sur ces tombes, voir Ἔργον 1990, 49 sqq. ; Andreioménou 1990, 113-141, fig. 1 et 10.

7 Sur ces tombes, voir Ἔργον 1991, 37 sqq. ; Andreioménou 1991a, fig. 1, 38 ; Ἔργον 1992, 53 sqq.

8 Le bâtiment le mieux conservé est un sanctuaire d’époque hellénistique (longueur conservée 16,50 m ; largeur 5,60 m), découvert au nord, près de la petite église byzantine de Saint-Georges. On a trouvé deux colonnettes portant des noms de héros-guérisseurs.

9 Le sol recouvrait l’une des quatre pièces d’une ferme de l’époque romaine, large de 11 m et d’une longueur conservée de 11,60 m. Les murs étaient faits de petites et grosses pierres noyées dans un enduit hydraulique. La citerne souterraine, que l’on voit à droite, était recouverte du même enduit.

10 Voir A.K. Andreioménou, La nécropole classique de Tanagra, in : La Béotie antique (Lyon Saint-Etienne, 16-20 mai 1983), Paris, 1985, 113 sqq., fig. 1, pl. 4.

11 Voir Ἔργον 1989, 48, fig. 51 ; Andreioménou 1990, n. 42, fig. 11.

12 Voir Andreioménou 1980, 122 sqq., tombes 12, 13, 16 et 17, pl. H2, I.4, 6.6, 7.1-3, 10.2-8, 11.1-2.

13 Il s’agit de quelques tombes à fosses rectangulaires à revêtement de pierres sèches et de certaines petites tombes à ciste : voir Andreioménou 1988b, 170, n. 6-8 ; et aussi la tombe ΓΗΠ/132, qui est figurée dans Ἔργον 1989, 44. Cf. supra, n. 12.

14 Inv. 4377, 4378 : de la tombe ΚΗΦ/CVIII (1975).

15 Inv. 7937 : de la tombe ΚΗΦ/XXVI (1975). Cf. Andreioménou 1991b, fig. 10-11. Pour d’autres trouvailles, voir Andreioménou 1991a, n. 186-194, fig. 25-26. Cf aussi ibid., n. 177.

16 Ces objets proviennent de la tombe MAK/XXV (1976), qui contenait de nombreux canthares à vernis noir à haut pied, caractéristiques du troisième quart du Ve siècle. Pour des plaquettes comparables, voir Andreioménou 1991b, n. 18, fig. 12.

17 Voir Ἔργον 1989, 47, fig. 47 ; Ἔργον 1990, 52 sqq., fig. 73 et 79 ; Ἔργον 1991, 39, fig. 62.

18 Voir Ἔργον 1989, 48, fig. 51 ; Andreioménou 1990, n. 42, fig. 11 ; Ἔργον 1990, 53, fig. 75 ; Andreioménou 1974, 325 sqq., fig. 1-4, 7 ; Andreioménou 1977 b, 273, fig. 1 ; Andreioménou 1981a, pl. 116 a-b.

19 Voir Ἔργον 1989, 46, fig. 46 ; Andreioménou 1991a.

20 Voir Andreioménou 1981a, 188, pl. 116g ; Andreioménou 1991a.

21 Voir Andreioménou 1976, 1 19, pl. 90; Ἔργον 1991. 38 sqq., fig. 61 ; Ἔργον 1992, 53 sqq., fig. 63 ; Andreioménou 1991a n. 98 sqq.

22 Andreioménou 1974, fig. 8 ; Andreioménou 1990, n. 83, pl. 96a.

23 Voir Ἔργον 1991, 43, fig. 74 ; Andreioménou 1991a, n. 34.

24 Voir Ἔργον 1991, 43, fig. 75 ; Andreioménou 1991a, n. 237-244.

25 Andreioménou 1991b, n. 18, fig. 14 sqq. ; Ἔργον 1991, 38, fig. 60 ; Ἔργον 1992, 54, fig. 64-65.

26 Il s’agit de la tombe ΓΉΠ/61 (1988), du milieu du Ve siècle.

27 Voir Andreioménou 1990, 115 sqq., n. 9-15 ; Ἔργον 1990, 50, fig. 68 ; Andreioménou 1991a, 2-4 ; Ἔργον 1991, 37, fig. 52.

28 Inv. 18262, 18263 ; de la tombe Κόλλια/40 (1990), du troisième quart du siècle. Voir infra, n. 69. Pour des vases à vernis noir, voir infra n. 68.

29 Inv. 8240, H. : 16 cm. Ce vase provient de la tombe ΠΑΠ/162 (1977), qui, outre deux figurines de femmes debout, contenait également vingt deux vases, dont neuf sont des skyphoi-kylikes à figures noires, deux autres skyphoi à figures rouges et une pyxide décorée de belles palmettes. Datation : vers 460-450 av. J.-C.

30 De la tombe ΓΗΠ/80 (198 8). Il s’agit d’une tombe à fosse à degré avec plaques de couverture, qui contenait seulement un gobelet archaïque et une épée en fer.

31 Voir Andreioménou 1977b, 286, fig. 19-21 ; Andreioménou 1981b, 255, fig. 12 ; Andreioménou 1989b, n. 12, fig. 3.

32 Voir Andreioménou 1981b, 257, fig. 14 ; Andreioménou 1989b, n. 15-16, fig. 4-5 ; Andreioménou 1991c, 455 sqq., fig. 6-8, 15, 17 a, γ, 19.

33 Voir Andreioménou 1991 c, 461, fig. 22. Voir aussi : Ἔργον 1990, 51, fig. 69α ; Andreioménou 1990, 113, n. 3, pl. 89a.

34 Voir Andreioménou 1974, 333 sqq., fig. 14 et 16 ; Andreioménou 1977b, 277 sqq., passim ; Andreioménou 1973-74, 425 sqq., pl. 278 α-β, 280 β-γ, Andreioménou 1975, 128, pl. 75a ; Andreioménou 1981a, pl. 116d et 117α ; Andreioménou 1985, 149, n. 19, pl. 46 δ<α> et 47ε ; Andreioménou 1981b, 260, fig. 21-23 ; Andreioménou 1980, pl. 7, 3 ; 10, 5 ; 12, 3 ; 14, 6 ; 15, 3 ; Andreioménou 1991b, fig. 1, 3, 55 ; Andreioménou 1990, 133, n. 70, pl. 93ab ; Ἔργον 1991, 40 sqq., fig. 66-77 ; Andreioménou 1991a, passim ; Andreioménou 1991c, 452, fig. 12. Voir aussi infra, n. 164-166.

35 Inv. 7292. Hauteur totale : 0,19 m ; diam. lèvre : 0,27 m. De la riche tombe ΠΑΠ/201 (1977) (voir infra, n. 162). Sur le couvercle, une zone avec des sirènes alternant avec des lions et des panthères. Cf. A. Lioutas, Attische schwartzfigurige Lekanai unci Lekanides, Würzburg, 1987, 36, pl. 20.

36 Voir Andreioménou 1976, pl. 90 δ-ε ; Andreioménou 1985, 149, pl. 46 δ<α> ; Andreioménou 1991a, passim ; Andreioménou 1991b, fig. 56.

37 La tombe ΠΑΠ/6 (1986) du sondage I contenait deux vases attiques d’excellente facture, décorés de spiraspirales : une pyxide (inv. 14270) et une phiale à omphalos (inv. 14271).

38 Voir Andreioménou 1985, 149 sqq., pl. 48a ; Andreioménou 1991a, n. 242-244 ; Andreioménou 1991c, 451 sqq., n. 4, fig. 3 ; voir infra n. 150.

39 Voir Andreioménou 1975, pl. 75ε ; Andreioménou 1985, 149 sqq., n. 8 et 22, pl. 47δ et 48β.

40 Inv. 210. Haut. 0,215 m, diam. panse 0,14 m ; diam. lèvre 0,09 m. Ce vase provient de la tombe Aat 1, qui en contenait deux autres, ainsi qu’une figurine féminine et deux strigiles en fer. Pour une image du vase sous un autre angle, cf. Andreioménou 1973-74, 425, pl. 279δ. Voir Andreioménou 1989b, 145, n. 68-69, pl. 105ab ; Ἔργον 1992, 57, fig. 78.

41 Voir Andreioménou 1988b, 171-172, fig. 3 et 7 ; Andreioménou 1989a, 262-263, fig. 24-25 ; Andreioménou 1991c, 456 sqq., n. 28-29, fig. 11.

42 Voir Andreioménou 1974, 329, fig. 5 ; Ἔργον 1989, 45 sqq., fig. 47 ; Andreioménou 1989b, 134 sqq., n. 41, fig. 14-15, 18, pl. 97ε, 98αβ, 100αβ ; Andreioménou 1991a, n. 5, 7, 10, 17, 19, 30-32, fig. 2-4.

43 Voir Andreioménou 1974, 275 sqq., fig. 3 et 16 ; Andreioménou 1977b, 332 sqq., fig. 10-12 ; Andreioménou 1973-74, 279 ε, ζ, et 280α ; Andreioménou 1981 a, 187 sqq., pl. 116ε ; Andreioménou 1985, 149 sqq., plan 1a ; Andreioménou 1980, passim ; Andreioménou 1982a, 283 sqq., pl. MH’, fig. 4-6 ; Andreioménou 1986, 93 sqq. ; Ἔργον 1989, 46 sqq., fig. 46 et 49-50 ; Ἔργον 1990, 52 sqq., fig. 74-79 ; Andreioménou 1989b, 138 sqq., n. 42-44, pl. 100γ, 102a, 103β ; Andreioménou 1990, 123 et 128 sqq., n. 32-34, 51, 55, fig. 13-15, pl. 89, 91 ; Ἔργον 1991, 40 sqq., fig. 64-65 ; Ἔργον 1992, 53 sqq., fig. 63, 68, 74.

44 Voir Andreioménou 1977b, 282 sqq., n. 41, fig. 21 ; Andreioménou 1988b, 177, fig. 1 ; Andreioménou 1991c, 455, fig. 5.

45 Tous portent des lignes horizontales et un décor de crénaux (“battlement”). Voir Andreioménou 1981b, 256, fig. 13 ; Andreioménou 1988b, 179, fig. 5 ; Andreioménou 1991c, 455 sqq., n. 23, fig. 9 ; Α.Κ. Andreioménou, Ritrovamenti protogeometrici e geometrici in Beozia, Magna Graecia, XXI, 11-12, 1986, 21 sqq., fig. 4.

46 Voir Andreioménou 1989b, 135, n. 27, fig. 12 ; Ἔργον 1990, 51, fig. 69 ss ; Andreioménou 1991a, n. 11.

47 Voir Andreioménou 1980, où sont analysés tous les types de cette catégorie de vases. Voir aussi Andreioménou 1985, 149, pl. 46 b ; Andreioménou 1991b, fig. 4 et 46 ; Ἔργον 1992, 55, fig. 70-71.

48 Voir Andreioménou 1974, 330 sqq., fig. 15 ; Andreioménou 1973-74, pl. 278γ ; Andreioménou 1985, pl. 46 γ-δ ; Andreioménou 1990, pl. 91 ; Andreioménou 1991a, passim.

49 Voir Andreioménou 1974, 331 sqq., fig. 9 ; Andreioménou 1977b, 278, fig. 7 et 14-15 ; Andreioménou 1973-74, pl. 280 γ-δ ; Andreioménou 1988a, 7 sqq., fig. 1-6, pl. 1, 1.

50 Voir Andreioménou 1985, 150 sqq., fig. 1ε. Pour un phormiskos du premier quart du Ve s., voir Andreioménou 1991a, n. 187, fig. 26.

51 Voir Andreioménou 1985, 150 sqq., fig. 1γ et pl. 47β. Voir aussi Andreioménou 1989b, 145, n. 64, fig. 25.

52 Voir Andreioménou 1988a, 9 sqq., fig. 7, pl. 1, 2-5.

53 Voir Andreioménou 1988a, 14, pl. 2, 4 et 6. Et aussi Andreioménou 1975, pl. 75δ ; Andreioménou 1976, pl. 90γ’ ; Andreioménou 1981a, pl. 117b ; Andreioménou 1985, pl. 47γ. Cf. infra, fig. 7, n. 33.

54 Voir Andreioménou 1990, 141, n. 99, pl. 97ε’.

55 Voir infra, n. 108.

56 Voir Andreioménou 1988a, 12 sqq., fig. 8 ; Andreioménou 1990, 140 sqq.. n. 98, pl. 97η.

57 Voir Andreioménou 1988b, 170 sqq., n. 12, 2728, fig. 2 et 9 ; Andreioménou 1989a, 262, n. 71, fig. 23. Et aussi Andreioménou 1991c, 458 sqq., n. 41, 44, fig. 13α, 16α-β, 17β.

58 Voir Andreioménou 1974, 327 sqq., n. 3, fig. 6γ ; Andreioménou 1991a, n. 8.

59 Voir Andreioménou 1974, 333, fig. 13 (dolphin Group).

60 Cf. M. Pipili, Laconian Iconography of the Sixth Century B.C., Oxford, 1987, 1, fig. 1 ; 6, fig. 8, tous les deux du Peintre de la Chasse (Hunt Painter), de 560-550 av. J.C.

61 Inν. 13312. De la tombe Χατζή/34 (1984). Hauteur conservée : 0,08 m.

62 Voir Andreioménou 1977b, 276 sqq., n. 12, fig. 4-5. Pour un phormiskos, voir Andreioménou 1991a, n. 187, fig. 26.

63 Andreioménou 1977b, 276 sqq., n. 24, fig. 14. Voir aussi Andreioménou 1974, 331, fig. 9.

64 Sur ce sujet, voir Andreioménou 1988a, 8 sqq., fig. 1-6, n. 9, pl. 1, 1-4.

65 Le cheval provient de la tombe Κόλλια 74 (1991). Voir Andreioménou 1991a, n. 14. L’autre est un cerf.

66 Voir Andreioménou 1977b, 281, fig. 12 ; Andreioménou 1980, pl. 5, 3 ; Andreioménou 1991b, n. 12-13, fig. 5-6 et n. 92, fig. 63 ; Andreioménou 1989b, 143, fig. 23, pl. 102β ; Andreioménou 1991a, n. 68, 72, 84, 131, 212, 22-3, 230, 232, fig. 22, 29, 32-33, 35-36.

67 Inv. 4239. Haut. 0,184 m. De la tombe à tuiles MAK/XLIX (1976), de 500 av. J.-C. La tombe contenait quinze vases, douze figurines et une rosace de bronze. Pour la figurine de la divinité trônante, cf. Andreioménou 1991b, n. 93.

68 Inv. 3783. Haut. 0,16 m. De la tombe ΜΩΡΙΑ (1975), qui contenait une autre tanagra (inv. 3810. Enfant coiffé d’un chapeau et assis sur un rocher ; cf. R.A. Higgins, Greek Terracottas, London, 1967, 103, pl. 45 Β), un gobelet à col haut, deux unguentaria et une lampe.

69 Voir Andreioménou 1985, 151, n. 27-28, pl. 48ε ; Andreioménou 1991a, n. 115.

70 Voir Andreioménou 1974, 331 sqq., fig. 20 ; Andreioménou 1989b, 137, n. 38, pl. 99β.

71 Voir Andreioménou 1989b, 145, n. 65, pl. 102ε ; Andreioménou 1990, 137, n. 87, pl. 97a. Pour un singe, voir Ἔργον 1992, 57, fig. 75.

72 Ἔργον 1991, 44, fig. 76. Pour des yoyos, voir C. Weiss et A. Buhl, Votivgaben aus Ton : Jojo oder Fadenspule, AA, 1990, 494-505, fig. 22-23, 26.

73 Voir Andreioménou 1991c, 458 sqq., n. 40, fig. 14 ; Ἔργον 1990, 51, fig. 70.

74 Andreioménou 1985, 151, fig. 2 ; Andreioménou 1991b, n. 20, fig. 18.

75 Andreioménou 1991b, fig. 14 ; Ἔργον 1992, 57, fig. 77.

76 Andreioménou 1991b, n. 34-35, fig. 24-25.

77 Voir Andreioménou 1991c, 460, n. 34.

78 Voir Andreioménou 1991b, n. 29.

79 Andreioménou 1991b, n. 23, fig. 20 ; Andreioménou 1989b, 133, fig. 10.

80 Andreioménou 1989b, 132, n. 18, fig. 7. Voir aussi Andreioménou 1991b, n. 25-26, fig. 21-22 ; Andreioménou 1991c, 456 sqq., n. 30, fig. 12.

81 Voir Ἔργον 1989, 44, fig. 44. Et aussi Andreioménou 1989b, 132, n. 17, fig. 6, pl. 97β.

82 Voir Andreioménou 1991b, n. 28, fig. 23 ; Andreioménou 1991c, 461 sqq., n. 51, fig. 21.

83 Voir Andreioménou 1991c, 460.

84 Voir Andreioménou 1991b, n. 39, fig. 26 ; Andreioménou 1989b, 134, n. 25, pl. 97γ ; Andreioménou 1990, 118 sqq., n. 23-25, fig. 7-8. Pour deux fibules en fer, cf. Andreioménou 1990, 118, n. 22, fig. 6. Voir aussi Ἔργον 1991, 37 sqq., fig. 54-56.

85 Voir Andreioménou 1991b, n. 42, fig. 28, de la tombe ΓΗΠ/75 ; Ἔργον 1991, 37 sqq., fig. 53, 57-59.

86 Andreioménou 1991b, n. 41, fig. 27 et n. 43, fig. 29.

87 Cet objet est très proche du pendentif du deuxième quart du VIe siècle, publié dans Andreioménou 1991b, n. 67, fig. 42 ; voir aussi Ἔργον 1992, 54, fig. 65.

88 Andreioménou 1991b, n. 87-90, fig. 59-61 et n. 94-97, fig. 65-68.

89 Andreioménou 1991b, n. 81 et 86, fig. 52 et 57 ; Ἔργον 1991, 38, fig. 60.

90 Andreioménou 1991b, n. 55, fig. 34 ; Andreioménou 1980, 119, nr. 4, pl. 6, 2a.

91 Andreioménou 1991b, n. 60, fig. 38 ; Ἔργον 1989, 46, fig. 48.

92 Andreioménou 1991b, n. 54, fig. 33 et n. 68-70, fig. 43-44 ; Ἔργον 1990, 56, fig. 80 ; Andreioménou 1989b, 135, n. 31, fig. 13. Pour un bandeau funéraire avec des rosaces, voir Andreioménou 1991b, n. 71, fig. 45.

93 Andreioménou 1991b, n. 14, fig. 8 et Andreioménou 1980, 117, n. 393-394, pl. 4, 8 ; 149, n. 433, pl. 10, 8. Voir aussi Andreioménou 1990, 118, n. 21, pl. 91ε et 136, n. 80, pl. 94ε. Pour une grande perle en os, voir Andreioménou 1991a, n. 40, fig. 5.

94 Voir Andreioménou 1991b, n. 58-59, fig. 36-37. Pour deux anneaux en argent, voir ibid., n. 52, fig. 32. Sur la tombe Κόλλια/81 (1991), voir Andreioménou 1991a, n. 78-80.

95 Voir Andreioménou 1989b, 141, n. 52, fig. 20 ; Ἔργον 1992, 56, fig. 73.

96 Voir Ἔργον 1989, 45, fig. 45 ; Andreioménou 1989b, 127, n. 8-13, fig. 3.

97 Voir Andreioménou 1989b, 142, fig. 21 α-β, pl. 102δ.

98 Voir Andreioménou 1991a, 28, n. 199-200 et fig. 34, n. 226. Pour des grandes clavettes voir Andreioménou 1991b, fig. 15.

99 Voir supra, n. 44-45. Pour les coupes à figures rouges, voir n. 46.

100 Voir supra, n. 62. Pour les vases à vernis noir, voir les notes 64-65. Pour les vases du style polychrome, voir n. 66.

101 Voir Andreioménou 1988a, 8 sqq., fig. 1-6, pl. 1, 1-5.

102 Inv. 11076. Haut. 0,09 m, diam. lèvre 0,23 m, diam. base 0,077 m. De la tombe Δημ. Κόλλια/7 (1981). Coupe du type C, du Groupe d’Aimon. Le Peintre béotien des trois Sirènes (voir K. Kilinski, Boeotian Black Figure Vase Painting of the Archaic Period, II, Mainz, 1990, 32 sqq., pl. 35, 1-2) a imité des coupes attiques, comme celui-ci. Voir supra, n. 48.

103 Voir Andreioménou 1985, pl. 46a ; Andreioménou 1991b, fig. 62, n. 91 ; Ἔργον 1991, 44, fig. 77. Voir supra, n. 58.

104 Pour les divinités trônantes, voir Andreioménou 1991b, n. 93, fig. 64. Pour les coqs, voir supra, n. 91. Pour les jeunes hommes nus, voir supra, n. 86. Pour les jeunes filles drapées, cf. R.A. Higgins, Greek Terracottas, London, 1967, pl. 30 F, 33 C-D.

105 Pour les bijoux de l’époque géométrique, voir supra, n. 94-100 et 119-120.

106 Pour les bronzes du VIIe siècle, voir supra, n. 83 et 102-105.

107 Pour les bijoux en bronze du VIe siècle, voir supra, n. 106-113.

108 Inv. 14000. Hauteur totale 0,21 m. De la tombe Χατζή/29 (1984) de 440 av. J.-C. De la même tombe proviennent également une très belle assiette à poisson (cf. Andreioménou 1985, pl. 48β), ainsi qu’une assiette à figures rouges, représentant Athéna, Poseidon et entre eux l’olivier, et d’autres objets comme il est mentionné ibid., 151, n. 22. Ces objets sont attribués par erreur à la tombe Χατζή/6 au lieu de la Χατζή/29, d’où ils proviennent.

109 Inv. 16212 (haut. 0,132 m ; diam. lèvre 0,182 m), 16230 (haut. 0,118 m, diam. lèvre 0,167 m). Deux skyphoi de la très riche tombe ΓΗΠ/200 (1989). Cf. Andreioménou 1980, pl. 12, 2. Voir aussi ibid., pl. 10, 7 ; 11, 7 et Anreiomenou 1985, pl. 46δ.

110 Inv. 1630. Haut. 0,092 m ; diam. lèvre 0,25 m. De la tombe ΨΥΧ/11 (1974). Le contenu de la tombe (voir Andreioménou 1980, 174 sqq., n. 466-472, pl. 14, 1-5) indique une date vers 540-530 av. J.-C. Sur le médaillon, à l’intérieur de la lekanè, un athlète marchant vers la gauche. Près du Peintre de la Protome (voir K. Kilinski, Boeotian Black Figure Vase Painting of the Archaic Period, II, Mainz, 1990, 28). La tombe ΨΥΧ/11 contenait quatre autres lekanès, dont l’une porte à l’intérieur un centaure magnifique, lançant une pierre et une deuxième lékanè porte un buste féminin. Voir Ἔργον 1991, 42, fig. 73. Aussi Andreioménou 1991a, n. 139-140.

111 Voir Andreioménou 1980, 158, n. 13, n. 438, pl. 11, 8.

112 Sur la céramique corinthienne du VIe siècle en général à Akraiphia, voir supra, n. 56.

113 Inv. 7489. Haut. 0,145 m ; diam. base 0,116 m. De la tombe ΠΑΠ/201 (1977), d’où provient également la grande lekanis déjà mentionnée (voir supra, n. 45). Sur d’autres vases décorés d’une zone de grands animaux et d’oiseaux aquatiques, voir Andreioménou 1980, pl. 4, 6-13, 7 (passim).

114 Sur la céramique attique du VIe siècle, en général à Akraiphia, voir supra, n. 44-47.

115 Inv. 10910. Haut. 0,192 m ; diam. panse 0,124 m, de la riche tombe Mάρα/2 (1984), d’où provient également la coupe de Siana, publiée dans Andreioménou 1985, 149, n. 19, pl. 47ε. Les lécythes globulaires, qui ont leurs origines dans les aryballes corinthiens, sont rares. Voir C.H.E. Haspels, Attic Black-Figured Lekythoi, Paris, 1936, 3 sqq., n. 2, pl. 1, 3.

116 Voir Andreioménou 1977b, 276 sqq., n. 17, fig. 10.

117 Voir Andreioménou 1991c, 451, n. 3, fig. 2 (du Peintre de Thésée).

118 Voir Andreioménou 1980, 184, nr. 8, n. 476, pl. 14, 6 <γ> ; Andreioménou 1991a, n. 141-146 ; Ἔργον 1991, 42, fig. 70-71.

119 Voir Andreioménou 1990, 120, n. 25, fig. 8.

120 Pour la première fibule, qui date du troisième quart du VIIe s., voir Andreioménou 1991a, n. 26. Pour la deuxième, datant de la première moitié du IIe s., voir ibid. n. 27. Cf. Cl. Rolley, in : Cl. Vatin, Ph. Bruneau et alii, Tombes hellénistiques, objets de métal, monnaies. Athènes, 1976 (Médéon de Phocide, V), 120 sqq., fig. 208 Β 45.

121 Pour une analyse de la méthode de datation de certains groupes de tombes du VIe siècle, qui contenaient des coupes à oiseaux, voir Andreioménou 1980, 93 sqq.

122 I. Threpsiades, Arch Eph., 1971, Chron., 37.

Notes de fin

1 Ce texte se présente comme une réponse au questionnaire du programme DANIMS (Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, s. III, XIV, 2, 1984, 349-354)

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Vue de la région de l’acropole.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 2 - Sol de dalles de terre cuite.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3 - Lames de fer de cercueil. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4 - Perles en terre cuite. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5 - Plaquettes en terre cuite. (Échelle : 1/1).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 6 - Tombe à ciste en tuf (Ve s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 7 - Coupes à palmettes béotiennes. (Échelle : 1).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 8 - Skyphos à figures rouges (milieu du Ve s. av. J.-C.). (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 9 - Gobelet archaïque dans la main gauche du défunt.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 10 - Œnochoé du style “West Slope”. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 11 - Alabastre en pâte de verre. (Éch. : 1/1).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 12 - Divinité trônante. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 13 - Tanagra. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 14 - Puisette à extrémité en tête de canard. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 15 - Coupe avec représentation d’un char attelé de deux chevaux ailés. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 16 - Skyphoi béotiens à décor végétal. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 17 - Lékanè béotienne à figures noires. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 18 - Stamnos-pyxis du Corinthien Récent I. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 19 - Lécythe à figures noires (deuxième quart du VIe s.). (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1710/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540