Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

Anciennes nécropoles de la Chalcidique

Julie Vokotopoulou

Texte intégral

  • 1 Bibliographie fondamentale sur la topographie de l’ancienne Chalcidique: Zahrnt 1971; Müller 1987; (...)

1Le trident de la Chalcidique1, sur le littoral Nord de l’Egée, riche en métaux, céréales et bois, avait attiré l’attention des Grecs du Sud dès l’époque mycénienne. Les nouvelles données des fouilles ont enrichi les témoignages selon lesquels le nucléus de certaines colonies, peut-être sous la forme d’un emporion, remonte à la première colonisation du XIIIe ou XIIe siècle avant notre ère. Des traditions littéraires justifient cette vue, comme par exemple celle qui raconte comment Scioné fut fondée par les Achéens, après la prise de Troie (Thuc., IV, 120, 1).

  • 2 D’après une autre théorie le nom est dû au Χαλκιδικόν γένος, une tribu grecque différente des Chalc (...)

2Les colons de la seconde grande vague de colonisation du VIIIe et du VIIe siècle étaient venus de l’Eubée et d’Andros, l’île des Cyclades la plus proche de l’Eubée. Chalcis colonisa la péninsule centrale de Sithonia et les plaines adjacentes de la partie Sud de la Mésogée; c’est à ces colonies qu’est dû le nom de Chalcidique, d’après la théorie prévalente2. Erétrie colonisa la péninsule occidentale, nommée Palléné ou Kassandreia, ce dernier nom à l’époque hellénistique.

3Les Andriens s’installèrent sur la côte Nord-Est et sur l’isthme de la péninsule orientale, nommée Akté. L’intérieur de la Chalcidique fut occupé dès le commencement du VIIe siècle par les Bottiaioi, une tribu grecque que les Macédoniens avaient obligée à quitter le pays qu’ils occupaient entre les fleuves Axios et Haliacmon, dans la plaine centrale de la Macédoine (fig. 1).

4Les villes de la Chalcidique ont connu un grand épanouissement économique pendant l’époque archaïque et au Ve siècle. Leurs monnaies d’argent circulaient partout dans le monde méditerranéen.

Fig. 1 - Carte des villes et des sites antiques de Chalcidique.

5Sur la scène politique ces cités gagnent en importance pendant les guerres médiques; obligées de se soumettre aux Perses, elles leur fournissaient des bateaux et des munitions. Hérodote énumère les villes que la flotte perse aborda en se dirigeant vers Thermé, au sein du golfe Thermaïque, et cette description a été précieuse pour l’identification des sites archéologiques. Lors de leur retraite en 479, les Perses devastèrent Olynthe, la capitale des Bottiaioi, et l’offrirent aux habitants de Toroné; depuis lors Olynthe fut une cité chalcidienne.

  • 3 Zahrnt 1971, 57-91; Gude 1933; Hammond 1979, 296 sqq.

6Dans la seconde moitié du Ve siècle, pendant la guerre du Péloponnèse, les colonies de la Chalcidique se sont souvent trouvées sous la menace des Spartiates et des Athéniens. Elles appartenaient déjà pour la plupart à la Confédération Athénienne. Olynthe, devenue le siège de la Ligue des Chalcidiens, joua un rôle hégémonique dans les affaires de la Chalcidique, surtout dans la première moitié du IVe siècle, et jusqu’à sa destruction par Philippe en 3483. Cette date marqua la fin de la liberté et de la floraison économique du reste des cités de la Chalcidique; Toroné et Akanthos seront presque les seules à survivre.

7De nouvelles villes fondées par les rois de la Macédoine, comme Kassandreia à l’isthme de Palléné, Ouranopolis à l’isthme d’Akté, Stratonikeia plus au Nord-Est, ont concentré le pouvoir politique, et cela jusque pendant l’époque romaine.

  • 4 Des rapports préliminaires ont été publiés par le professeur A. Cambitoglou dans les PAE des années (...)
  • 5 Voir les rapports des fouilles par J. Vokotopoulou, AEMTH, 1, 1987, 280-282; 2, 1988, 331-337; 3, 1 (...)

8C’est seulement dans la dernière décennie que des fouilles systématiques se sont ajoutées à des fouilles d’urgence dans la Chalcidique. Les informations archéologiques que nous en retirons sont très abondantes. Olynthe demeure cependant jusqu’à présent la ville la mieux connue par les fouilles américaines d’avant la seconde guerre mondiale (Robinson 1929-1952). Les fouilles australiennes à Toroné4 et celles du Service Archéologique grec à Mendé5 sont encore au stade de sondages, très fructueux d’ailleurs.

9Les fouilles de sauvetage nous portent directement vers les cimetières des anciennes villes. Ce n’est pas une coïncidence; la plupart des colonies du littoral avaient la coutume d’enterrer leurs morts au bord de la mer, dans le sable; or, le meilleur endroit pour les constructions touristiques modernes c’est, bien sûr, le bord de la mer. Cette identité de choix mena à la découverte des nécropoles d’Akanthos, de Nikétè, de Mendè et de Polychrono. D’autre part, l’expansion de certaines agglomérations de l’intérieur mena à la localisation des cimetières de Aghia Paraskevi et récemment de Thermi, dans la plaine d’Anthémous, qui borde au Nord-Ouest le cœur de la Chalcidique.

10Je vais vous présenter brièvement les nécropoles de Aghia Paraskevi et d’Akanthos, puisque ce sont des fouilles dirigées par mes collègues et non publiées encore.

11La plaine d’Anthémous, au Sud-Est de Thessalonique, était occupée par un grand nombre de sites antiques. Le cimetière archaïque de Aghia Paraskevi (Sismanidis 1987) couvre une étendue de 4000 m2 au pied de la colline occupée par l’habitat anonyme auquel il appartient (fig. 2). Les 500 tombes sont alignées le long d’une petite rivière, ou plutôt un torrent, à distances régulières et en rangs parallèles qui suivent la courbe dessinée par le lit du torrent. Il n’y a aucun cas de superposition et la régularité de l’arrangement montre que la position de chaque tombe était visible; cependant, on n’a pas trouvé de stèles funéraires; nous supposons qu’un humble tumulus formait le sèma de la sépulture.

Fig. 2 - Vue partielle de la nécropole d’Aghia Paraskevi.

  • 6 Un rapport sur les fouilles menées par Kalliopi Lazaridis sera publié dans AEMTH, 5, 1991.

1295% des tombes étaient des cistes, ou des simples sarcophages en pierre (fig. 3), les autres étaient de simples fosses, tandis que deux jarres contenaient des enfants. Presque les deux tiers des sépultures ont été trouvées intactes; pour les autres, certaines avaient été détruites par le torrent, plusieurs pillées dès l’antiquité; les voleurs préféraient les tombes des femmes et enlevaient les bijoux en or et en argent (fig. 3); leur travail fini, ils réparaient la partie de la ciste détruite en y ajustant des pierres ou des tuiles. Les tombes étaient individuelles; les morts de sexe masculin étaient orientés vers l’Est et les femmes vers l’Ouest. La même différence dans l’orientation a été observée dans les nécropoles archaïques de Sindos (Despoinis 1983), près de Thessalonique, et de Thermé6, à peu de distance de Aghia Paraskevi.

Fig. 3 - Aghia Paraskevi. Tombe de femme.

13Les squelettes, en très mauvais état, n’ont pas encore été étudiés. D’après les offrandes et l’orientation, sur 339 défunts, 169 étaient des hommes et 170 des femmes; parmi eux on compte 73 enfants de moins de 12 ans. On remarque que les sépultures des nourrissons manquent, comme à Sindos, ou à Vitsa, en Epire.

14L’inventaire du mobilier funéraire est très riche. Les offrandes déposées à l’intérieur des tombes datent de la période 570-500 avant notre ère. Aux hommes et aux garçons, on offrait une paire de lances de fer, une épée, des couteaux, plus rarement des casques de bronze (fig. 4). Les femmes et les jeunes filles étaient parées de bijoux en or ou en argent, de perles en ambre et en verre. Des bandes d’or en losange couvraient la bouche du mort (fig. 5) et un grand nombre de lamelles très fines en or ornaient les vêtements et les objets de fer ou de bronze. Les mêmes coutumes ont été constatées ces dernières années dans les cimetières archaïques de la Macédoine occidentale (Verghina, Aiané), à Sindos et à Thermé.

Fig. 4 - Aghia Paraskevi. Tombe de guerrier.

Fig. 5 - Aghia Paraskevi. Losange en or (Éch. 1/1).

15Un nombre important de vases d’argile était déposé dans toutes les tombes (près d’un millier a été recueilli). Outre les vases locaux en bucchero gris, on compte de belles importations de l’Attique, de Corinthe et de Chios (fig. 6).

Fig. 6 - Aghia Paraskevi. Calice de Chios. (Éch. 1/2).

16Des nécropoles avec tombes à ciste de la région de Thessalonique, passons maintenant aux colonies de la Chalcidique, dont les cimetières enfouis dans le sable marin offrent une image tout à fait différente.

17Akanthos est située à 2 km au NO du canal que Xerxès fit creuser à travers l’isthme d’Akté. Colonie des Andriens, fondée au VIIe siècle, membre de la Confédération athénienne au Ve, ensuite amie des Spartiates, elle a été une des rares villes de la Chalcidique qui ait survécu jusqu’à nos jours aux changements politiques et aux catastrophes naturelles.

  • 7 Des rapports sur les fouilles d’Akanthos ont été publiés par Giouris 1971; par A. Rhomiopoulou, dan (...)

18La petite ville de Ierissos est en partie bâtie sur le cimetière d’Akanthos7. En 1992, nous avons fêté le XXe anniversaire des fouilles de ce vaste cimetière. Son étendue dépasse 60 hectares et nous en avons fouillé environ un quart, qui a donné plus de 7000 enterrements (fig. 7).

Fig. 7 - Ierissos-Akanthos. Vue partielle de la nécropole.

19Enfouies dans le sable, en deux ou trois couches superposées, alignées le long de la mer, les tombes d’Akanthos présentent une assez grande variété de types.

20Les enchytrismoi (in chytra) (fig. 8), inhumations des adultes dans de grandes jarres domestiques et des enfants et nouveaux-nés dans des vases souvent de petites dimensions (amphores, hydries), sont le type prédominant. Pour la couche supérieure de l’époque romaine et hellénistique, la plupart des morts étaient déposés dans de simple fosses, dont la forme ne peut pas être définie à cause du sable.

Fig. 8 - Ierissos-Akanthos. Enchytrismoi.

21A l’époque classique on rencontre assez souvent l’incinération incomplète (Parlama 1978), une combination d’incinération et d’inhumation (fig. 9). Le mort était brûlé sur un bûcher posé sur la fosse de la tombe ou à côté; on prenait soin d’éteindre à temps le feu, de façon à ce que le squelette conserve sa forme à l’intérieur de la tombe; la majorité des incinérations sont des tombes d’adultes; les fosses à incinération avaient les parois couvertes de briques crues. L’usage dominant était cependant l’inhumation: on déposait le mort dans des fosses simples, ou bien enduites d’argile, surtout dans des tombes à tuiles. La nécropole comptait aussi un nombre considérable de sarcophages d’argile. Les enfants étaient déposés dans des vases. On a souvent remarqué sur le squelette des bébés une ou deux petites pierres plates.

Fig. 9 - lerissos-Akanthos. Squelette présentant des traces d’incinération.

22A l’époque archaïque l’inhumation est beaucoup plus fréquente que l’incinération. Les adultes étaient enterrés dans des fosses ou des sarcophages ioniens dont plusieurs sont clazoméniens. Les enchytrismoi étaient réservés aux enfants.

23La densité des sépultures est grande, surtout pour les strates romaine et classique: ainsi on a pu fouiller 350 à 500 tombes dans une étendue de 150 m2.

24Plusieurs de mes collègues ont travaillé aux fouilles d’Akanthos et nous attendons prochainement les premières publications, qui seront d’un grand intérêt pour l’étude de la société de cette ville pendant huit siècles. On aura en particulier des informations importantes sur l’esclavage (Savopoulou 1987) et le code pénal: on a trouvé des squelettes enchaînés, d’autres portant de lourds anneaux de fer aux chevilles (fig. 10).

Fig. 10 lerissos-Akanthos. Squelette d’esclave.

25Ce qui frappe c’est le grand nombre d’enfants et nourrissons. Il n’y a pas de statistiques, mais la mortalité infantile était très forte. Les tombes d’enfants sont mêlées aux tombes des adultes. Les enfants étaient comblés d’offrandes: des simples jouets, des astragales, des statuettes d’animaux et de personnages, des bijoux précieux; des vases attiques de premier ordre ont été trouvés dans quelques tombes.

26Un contraste remarquable entre la nécropole de Aghia Paraskevi et celles de la Macédoine centrale est l’absence d’armes et de parures de guerrier dans les tombes d’hommes. Il s’agit là en effet d’une société de commerçants qui entretiennent de bons contacts avec les côtes de l’Asie Mineure et le Sud.

27Les fouilles récentes à Polychrono et Mendè ont mis au jour une partie des cimetières des deux colonies érétriennes.

  • 8 Vokotopoulou 1990b; Εad., ΑΕΜΤΗ, 1, 1987, 282-282-284; 2, 1988, 317-322.

28Polychrono8 est situé sur la côte Est de Palléné. L’ancienne ville occupe une colline oblongue, non loin de la mer. Des travaux publics ont tranché des maisons des VIe et Ve siècles bâties sur le versant Sud-Ouest de la colline; au pied de ce même versant s’étend le cimetière principal de la cité (fig. 11). Un petit groupe de tombes a été trouvé au bord de la mer; là il y avait des sépultures superposées, une pratique que l’on ne rencontre pas au grand cimetière.

Fig. 11 - Cimetière de Polychrono. Tombes à tuiles et enchytrismoi.

29La nécropole s’étend sur une légère pente. Entre les tombes se trouvaient des blocs de pierre dont certains semblent avoir été arrangés pour encadrer des sépultures ou pour retenir le sol; en tout cas il n’y avait pas de constructions régulières, de périboles par exemple. Les tombes voisines présentent souvent une orientation commune.

30Les tombes datent du VIe au IVe siècle. La grande majorité sont des sépultures d’enfants. Sur un nombre total de 49 tombes fouillées jusqu’à présent, 30 appartiennent à cette catégorie, soit les 3/5. On compte plusieurs cas où deux nourrissons sont enterrés ensemble dans la même jarre.

31La famille du défunt brûlait des offrandes près de la tombe. Ainsi avons-nous fouillé quatre bûchers à couches de charbon superposées, dont l’épaisseur totale peut atteindre 1,50 m et le diamètre 3 m (fig. 12). La terre carbonisée contenait des quantités de tessons de vases brûlés et des os d’animaux très fragmentaires. De temps en temps on avait nettoyé l’emplacement du feu en retirant les vases des libations précédentes; des accumulations de vases des VIe et Ve siècles ont été ainsi découvertes entre deux feux. Les vases funéraires étaient déposés horizontalement sur le sol; l’ouverture était soigneusement fermée avec une dalle ou un amas de petites pierres. Les offrandes qui accompagnaient l’enfant mort n’étaient pas nombreuses à l’intérieur du vase; au contraire elles abondaient à l’extérieur, surtout parmi les pierres de l’embouchure. Les vases de petites dimensions, les terres-cuites, surtout des animaux, les astragales en grande quantité sont les ktérismata les plus communs de la nécropole.

Fig. 12 - Polychrono. Zone d’offrandes et de vases rejetés.

32La tombe 14 par exemple, du deuxième quart du Ve siècle, dans une belle amphore peinte (fig. 13), dont l’inspiration vient de l’Éolide, contenait un bébé accompagné d’une cotyle corinthienne et d’astragales. Devant l’embouchure de l’amphore, on a recueilli trente-cinq vases et treize terres cuites. Les amphores pithoïdes des sépultures enfantines portent une gracieuse décoration où les motifs végétaux et géométriques sont associés.

Fig. 13 - Polychrono. Vase funéraire de la tombe 14.

33Dans le cas d’une autre tombe infantile, la n° 41 (fig. 14), deux jumeaux avaient été enterrés dans une petite fosse à moitié creusée dans le roc. Vingt-deux vases, dont vingt aryballes corinthiens forment le groupe le plus ancien de la nécropole, datant du second quart du VIe siècle (fig. 15).

Fig. 14 - Polychrono. Tombe 41.

Fig. 15 - Polychrono. Aryballes de la tombe 41. (Éch. 1/2).

34Nous n’avons pas encore atteint les limites de ce cimetière bien endommagé par les fouilles clandestines, et la petite étendue fouillée jusqu’à présent ne permet pas d’en tirer des données définitives.

  • 9 Voir supra n. 5,

35Les fouilles de Mendè9, la riche colonie d’Erétrie, ont commencé en 1986. On ne connaît rien de l’histoire de la ville avant le Ve siècle; on n’a aucune information, pas même mythologique, sur la date de la colonisation. D’après certains historiens, ce manque d’information est un indice que la colonie serait antérieure au VIIIe siècle. Les sondages sur l’acropole de Mendè leur ont donné raison: des tessons mycéniens et des imitations locales remontent au XIIIe siècle, à la fin de l’époque mycénienne; des fragments protogéométriques sont semblables à ceux de Lefkandi. Une grande section stratigraphique que nous avons effectuée au bord de la mer a donné des couches successives d’un épaisseur de 5,50 m, datant du IXe au IVe siècle. Les couches géométriques et archaïques sont importantes et riches en céramique.

36Les monnaies superbes de Mendé (Noe 1926), répandues dans toute la Méditerranée et le Proche Orient prouvent sa richesse au VIe et au Ve siècle; la production du vin a été à la base de son économie. Elle a été l’un des plus riches membres de la Confédération athénienne, mais la conquête de la Chalcidique par Philippe en 348 et sa destruction par les troupes macédoniennes ont arrêté brutalement son essor.

37La nécropole de l’époque archaïque s’étendait au bord de la mer, sous le sable (Vokotopoulou 1990c) (fig. 16). Nous n’avons pu fouiller que sa partie Sud, le reste se trouvant sous le jardin d’un hôtel bâti dans les années soixante. Sur une longueur de 100 m et une largeur de 8 m, à une profondeur de 0,20 m, 241 sépultures ont été fouillées, datant de la fin du VIIIe et surtout du VIIe siècle.

Fig. 16 - Mendé. Nécropole archaïque du littoral.

38Parmi les tombes, 177 étaient des enchytrismoi, 59 étaient de simples fosses creusées dans le sable et seulement 3 appartenaient à la catégorie des tombes à ciste.

39Les morts étaient dans la proportion de 97,6% des nourrissons et des petits enfants (fig. 17); 2,4% étaient des adultes, enterrés là à une époque postérieure, au VIe siècle. Ces chiffres indiquent que, durant le haut archaïsme du VIIe siècle, cette partie du cimetière de Mendè était réservée exclusivement aux morts de l’âge le plus tendre. La coutume d’enterrer séparément les petits enfants est connue en d’autres régions de la Grèce (Kurtz/Boardman 1979, 55, 71).

Fig. 17 - Mendè. Tombe en chytra d’un bébé.

40Comme à Aghia Paraskevi et à Ierissos, une barrière naturelle, la mer, a imposé, ou plutôt suggéré, une orientation des vases funéraires parallèle au front de mer, l’embouchure qui correspond à la tête du squelette étant dirigée vers l’Est. Dans certains cas quelques tombes, alignées l’une à côté de l’autre, forment un groupe plus dense. On n’a pas pu constater l’existence d’un quelconque sèma, si ce n’est l’accumulation de sable au-dessus du vase funéraire.

41L’embouchure de chaque vase était soigneusement fermée avec une dalle de pierre ou une tuile, parfois ajustée avec de l’argile. Dans quatre cas, à quelques centimètres au dessus du vase funéraire, on a remarqué une couche noire provenant des libations offertes sur le petit tumulus de sable qui devait couvrir la tombe.

  • 10 Kourouniotis 1903, Ικ. ε., fig. 10; Boardman 1952, 14, fig. 16.

42Les vases funéraires de Mendè présentent un grand intérêt par leur forme et leur décoration. Il y a des petits vases tournés à la main, des amphores de type cycladique ou eubéen, montés sur un pied conique, troué, et qui portent une simple décoration géométrique gravée (fig. 18): des vases semblables ont été trouvés à Érétrie10 et aux Cyclades.

Fig. 18 - Polychrono. Amphore-cratère à décoration gravée. (Échelle: 1/5).

43La majorité des vases, surtout les amphores et les petits pithoi, sont couverts d’une décoration peinte en rouge ou en brun. L’usage d’ensevelir les petits enfants dans des vases peints vient probablement d’Érétrie. Certains pithoi portent une décoration purement géométrique directement associée à la tradition de la Macédoine Centrale (fig. 19); des vases semblables ont été trouvés dans les habitats proches du fleuve Axios, dans la plaine centrale de la Macédoine et même à Verghina.

Fig. 19 - Polychrono. Jarre à décor géométrique macédonien. (Échelle: 1/10).

44L’organisation de la décoration peinte sur les amphores et les jarres rapproche ces œuvres gracieuses de la production et de l’esprit des Cyclades et de Corinthe plus qu’à ceux de la métropole de Mendè, Erétrie. Une forte influence de l’Eolide est facilement lisible sur les amphores pithoïdes et les stamnoi du VIIe siècle, autant pour la forme du vase que pour la composition du décor (Walter-Karydi 1970, pl. 5, fig. 3-4) (fig. 20).

Fig. 20 - Polychrono. Amphore pithoïde à décor éolien. (Échelle: 1/10).

45A l’intérieur de ces amphores richement décorées on ne déposait qu’un petit vase, ou, dans la plupart des cas - 80% -, rien.

46Seuls 6 parmi les 48 vases peints contenaient un objet. Il apparaît ainsi que le grand vase peint était considéré déjà comme une offrande précieuse. Il est très rare que l’on dépose plus d’un aryballe, comme c’est le cas de la tombe à fosse 198. Malheureusement nous ne savons pas si les tombes des adultes au VIIe siècle étaient plus riches en offrandes. Les tombes du VIe siècle, peu nombreuses, sont beaucoup plus riches, comme par exemple celle qui contenait six bustes en terre cuite, une statuette de type rhodien et un lécythe attique à figures noires.

47Ce groupe de tombes, homogène du point de vue de l’âge des morts et de la datation, est important pour les informations qu’il peut nous fournir pour le VIIe siècle à Mendè; informations qui complètent l’image d’une ville à ruelles étroites et maisons bien bâties, que les fouilles effectuées à 100 mètres de la nécropole nous ont permis d’établir.

Bibliographie

Références bibliographiques

Boardman 1952: BOARDMAN (J.), Pottery from Eretria. ABSA, XLVII, 1952, 1-48.

Despoini 1983: DESPOINI (Κ.), Σίνδος. Κατάλογος της έκθεσης, 1983.

Gude 1933: GUDE (M.), A History of Olynthus with a prosopographia and testimonia. Baltimore, 1933.

Hammond 1979: HAMMOND (N.G.L.), GRIFFITH (G.T.), A History of Macedonia. II, 550-336 B.C. Oxford, 1979.

Kourouniotis 1903: KOUROUNIOTIS (Κ.),γγεῖα Ἐρετρίας. AE, 1903, 2-38.

Kurtz/Boardman 1979: KURTZ (D.), BOARDMAN (J.), Greek Burial Customs. Oxford, 1979.

Müller 1987: MÜLLER (D.), Topographischer Bildkommentar zu den Historien Herodots. Griechenland im Umfang des heutigen griechischen Staatsgebiets. Tübingen, 1987.

Noe 1926: NOE (S.P.), The Mende (Kaliandra) Hoard. New York, 1926 (Num. notes and monogr. Americ. num. soc., 27).

Parlama 1978: PARLAMA (L.), Καύσεις στο κλασικό νεκροταφείο της Ακάνθου. AAA, XI, 1978, 5-31.

Robinson 1929-1952: Excavations at Olynthus (D.M. Robinson dir.), I-XIV. Baltimore, 1929-1952.

Savopoulou 1987: SAVOPOULOU (Th.), Σκλάβοι στο νεκροταφείο της Ιερισσού. In: Χρονικά της Χαλκιδικής. Παράρτημα, I, 1987, 97-100.

Sismanidis 1987: SISMANIDIS (Κ.), Τα αρχαϊκά νεκροταφεία της Αγίας Παρασκευής Θεσσαλονίκης. In: ΑΜΗΤΟΣ, dédié au professeur Manolis Andronikos. Thessaloniki, 1987, 787-816.

Struck 1907: STRUCK (Α.), Makedonische Fahrten, I. Chalkidike. Vienne-Leipzig, 1907 (Zur Kunde der Balkanhalbinsel, IV).

Trakosopoulou 1987: TRAKOSOPOULOU (Ε.), Οι ανασκαφές στην αρχαία Ακανθο. In: Χρονικά της Χαλκιδικής. Παράρτημα, Ι, 1987, 83-95.

Vokotopoulou 1990a: VOKOTOPOULOU (J.), Νέα τοπογραφικά στοιχεία γιά την χώρα των Χαλκιδέων. In: Μνήμη Δημητρίου Λαζαρίδη. Cité et territoire en Macédoine et Thrace antiques. Actes du coll. d’archéol. (Kavala, 1986). Thessalonique, 1990 (Recherches franco-hell., I), 109-133.

Vokotopoulou 1990b: VOKOTOPOULOU (J.), Polychrono. A new archaeological site in Chalkidike. In: Ευμουσία. Studies in honour of Alexander Cambitoglou, Sydney 1990, 79-86.

Vokotopoulou 1990c: VOKOTOPOULOU (J.), MOSCHONESIOTI (S.), To παράλιο νεκροταφείο της Μένδης. AEMTH, 4, 1990, 411-415.

Walter-Karydi 1970: WALTER-KARYDI (H.), Aeolische Kunst. AK, 7, 1970, 3-18.

Youri 1971: YOURI (Ε.), Νεκροταφείον Ιερισσού. ADelt, 26, 1971, 393-395.

Zahrnt 1971: ZAHRNT (M.), Olynth und die Chalkidier. Untersuchungen zur Staatenbildung auf der Chalkidischen Halbinsel im 5 und 4 Jahr. v. Chr. München, 1971 (Vestigia, XIV).

Notes

1 Bibliographie fondamentale sur la topographie de l’ancienne Chalcidique: Zahrnt 1971; Müller 1987; Struck 1907.

2 D’après une autre théorie le nom est dû au Χαλκιδικόν γένος, une tribu grecque différente des Chalcidiens de l’Eubée. Sur le débat scientifique, cf. Zahrnt 1971, 12 sqq., ainsi que Vokotopoulou 1990a, 125.

3 Zahrnt 1971, 57-91; Gude 1933; Hammond 1979, 296 sqq.

4 Des rapports préliminaires ont été publiés par le professeur A. Cambitoglou dans les PAE des années 1975, 1977, 1978, 1981, 1982, 1984, 1986, et dans MeditArch, 1, 1988 et 3, 1990.

5 Voir les rapports des fouilles par J. Vokotopoulou, AEMTH, 1, 1987, 280-282; 2, 1988, 331-337; 3, 1989, 409-417; 4, 1990, 399-401.

6 Un rapport sur les fouilles menées par Kalliopi Lazaridis sera publié dans AEMTH, 5, 1991.

7 Des rapports sur les fouilles d’Akanthos ont été publiés par Giouris 1971; par A. Rhomiopoulou, dans les volumes ADelt, 28, 1973 - 37, 1982; ensuite par E. Trakosopoulou. Un résumé des fouilles menées jusqu’en 1986 a été publié par Trakosopoulou 1987.

8 Vokotopoulou 1990b; Εad., ΑΕΜΤΗ, 1, 1987, 282-282-284; 2, 1988, 317-322.

9 Voir supra n. 5,

10 Kourouniotis 1903, Ικ. ε., fig. 10; Boardman 1952, 14, fig. 16.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Carte des villes et des sites antiques de Chalcidique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2 - Vue partielle de la nécropole d’Aghia Paraskevi.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 3 - Aghia Paraskevi. Tombe de femme.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Fig. 4 - Aghia Paraskevi. Tombe de guerrier.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Fig. 5 - Aghia Paraskevi. Losange en or (Éch. 1/1).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 6 - Aghia Paraskevi. Calice de Chios. (Éch. 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 7 - Ierissos-Akanthos. Vue partielle de la nécropole.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Fig. 8 - Ierissos-Akanthos. Enchytrismoi.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Fig. 9 - lerissos-Akanthos. Squelette présentant des traces d’incinération.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 10 lerissos-Akanthos. Squelette d’esclave.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 11 - Cimetière de Polychrono. Tombes à tuiles et enchytrismoi.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 12 - Polychrono. Zone d’offrandes et de vases rejetés.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 13 - Polychrono. Vase funéraire de la tombe 14.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 14 - Polychrono. Tombe 41.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 15 - Polychrono. Aryballes de la tombe 41. (Éch. 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 16 - Mendé. Nécropole archaïque du littoral.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Fig. 17 - Mendè. Tombe en chytra d’un bébé.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 18 - Polychrono. Amphore-cratère à décoration gravée. (Échelle: 1/5).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 19 - Polychrono. Jarre à décor géométrique macédonien. (Échelle: 1/10).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 20 - Polychrono. Amphore pithoïde à décor éolien. (Échelle: 1/10).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1708/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540