Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

Un rituel funéraire homérique à Istros

Petre Alexandrescu

Texte intégral

  • 1 Alexandrescu 1959, 289-299 ; Alexandrescu 1961, 261-264 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 143-164, et au (...)
  • 2 Cette conclusion a été acceptée par l’historiographie roumaine et étrangère, dernièrement reprise a (...)

1Au centre même de la nécropole d’Istros, publiée dans le 2e volume de la série Histria (Bucarest, 1966), j’ai découvert en 1957 et 1958 un groupe de quatre tombes tumulaires d’époque archaïque (seconde moitié du VIe s.), qui donnait l’impression d’avoir joué le rôle de noyau originaire et formateur de toute la nécropole1 (Fig. 1-2). Ces quelques tombes, les plus anciennes trouvées jusqu’à ce jour - mais certainement pas de toute la nécropole -, ont attiré tout de suite l’attention des archéologues et des historiens par certains traits particuliers du rituel funéraire. Je les ai alors attribuées à l’aristocratie thrace, résidant aux alentours de la ville grecque, et considérées comme des témoignages des rapports étroits entre celle-ci et le monde grec2.

2Je voudrais ici reprendre cette question, après plus de trente années de réflexion et après de notables modifications du dossier.

  • 3 Le lotissement funéraire de la nécropole d’Istros a été d’abord’reconnu par Dinu Adamesteanu sur la (...)

3Il s’agit donc des tumulus n° XII, XVII, XIX, et XX (Fig. 3-11), dont les trois derniers sont étroitement proches les uns des autres et font probablement partie d’une même parcelle funéraire3.

4Le rituel de ces incinérations comportait, comme toujours, deux étapes fondamentales, se succédant immédiatement l’une à l’autre. La première était centrée sur l’incinération du cadavre, la seconde sur l’ensevelissement des restes incinérés.

Fig. 1 - La nécropole tumulaire d’Istros (d’après Histria II, 138, fig. 11).

  • 4 Les surfaces des tumulus XVII, XIX et XX étaient surélevées par une couche de terre de 0,30-0,50 m (...)
  • 5 La position des fragments de bois carbonisé (environ 0,15 m d’épaisseur) n’ayant pas beaucoup chang (...)
  • 6 Alexandrescu 1966, 154, pl. 85 (XIX/13).
  • 7 Alexandrescu 1966, 154, pl. 85 (XIX/12).
  • 8 Alexandrescu 1966, 154, pl. 85 (XIX/11).
  • 9 Alexandrescu 1961, 2634 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 151 ; Alexandrescu 1966, 153, pl. 70 (XIX/1) ; (...)
  • 10 Alexandrescu 1966, 153, pl. 70 (XIX/2) ; Alexandrescu 1978a, n° 394, pl. 43.
  • 11 Alexandrescu 1966, 153, pl. 70 (XIX/3-4) ; Alexandrescu 1978a, n° 613-4, fig. 16.
  • 12 Alexandrescu 1966, 153, pl. 85 (XIX/5) ; Alexandrescu 1978a, n° 805, fig. 35.
  • 13 Alexandrescu 1966, 154 (XIX/9).
  • 14 Alexandrescu 1966, 154 (XIX/10).
  • 15 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/1).
  • 16 Alexandrescu 1966, 145 (XX/1).

5Ainsi le rituel débutait-il, d’après nos observations sur le terrain, par la construction du bûcher, sur une surface plus élevée et nettement délimitée par rapport au sol environnant4. Il était installé au centre - c’était donc un “bûcher de surface” - et avait une forme rectangulaire, presque carrée (3 x 2,60 m), selon les observations faites sur le tumulus XIX5. Le bûcher avait une structure à quatre rangées de poutres de bois, disposées en réseau orthogonal (0,30 m d’intervalle). Le cadavre a été déposé au centre et orienté N-S, les objets personnels rangés tout autour, passés par le feu : un couteau en fer6, un manche de miroir en bronze de style animalier scythe7, un polissoir en pierre8. Des vases avaient été jetés et cassés sur le bûcher, avant ou pendant la combustion. Les fragments incomplets portent les traces d’une cuisson secondaire. Ce sont des vases à verser et à boire (une oenochoé de Fikellura9, une coupe attique à bande10) ou d’autres formes, comme une lékanis à couvercle à vernis noir (attique ?)11, un pinax de l’Ionie du Nord12, une écuelle13 et des fragments d’amphore14. Parmi les restes du bûcher du tumulus XVII, et de la même étape du rituel, on a recueilli les fragments d’un vase à parfum (un lydion)15 ; dans les restes du bûcher du tumulus XX, les fragments d’une coupe à bande attique16.

Fig. 2 - Transcription des photos aériennes (Alexandrescu 1959). 1, routes antiques ; 2, routes modernes ; 3, limites de la zone inondable ; 4, tumulus ; 5, vallum et fossé, limite de la nécropole ; 6, tumulus fouillés (les nos selon Histria II, 133 suiv.) ; 7, les tumulus datés des VIe-Ve s. av. J.-C. ; limite probable de la baie antique qui abritait le port. Le lotissement funéraire se voit surtout sur la péninsule septentrionale de la nécropole (d’après Alexandrescu 1978b, 335, fig. 3).

Fig. 3 - Le tumulus XII. Relevé et coupes stratigraphiques (d’après Alexandrescu/Eftimie 1959, 134, fig. 12).

Fig. 4 Vue du tumulus XII pendant les fouilles. Au premier plan : la tombe collective 1 ; au centre : la surface de combustion (d’après Histria II, 157, fig. 20).

  • 17 Alexandrescu 1959, 293, fig. 14,1 ; Alexandrescu 1966, 159 (XII/6).
  • 18 Alexandrescu 1959, 290, fig. 13,2 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 154, fig. 13 ; Alexandrescu 1966, 15 (...)
  • 19 Alexandrescu 1966, 158 (XII/4).

6Enfin, parmi les restes du bûcher de la tombe XII, il y avait quelques objets personnels, dont un poignard’en fer de type μάχαιρα17, et des vases atteints par la combustion ; parmi eux, des récipients à parfums, dont un lécythe attique à figures noires de la classe d’Athènes 581, proche du Groupe de Léagros18, et un alabastron en albâtre19.

7Après l’extinction du feu, la surface de combustion qui en résultait, endurcie et rougie, avait pris une forme presque circulaire (diam. : environ 4 m pour XX, 5,80 m pour XIX, et 6 m pour XII et XVII). Elle a été traitée de deux façons différentes. Tantôt elle a été complètement dégagée des restes incinérés et soigneusement nettoyée (XVII), tantôt elle n’a été que partiellement dégagée, de manière à éviter la zone où avait été déposé le cadavre (XIX). Dans les deux cas, les restes de la combustion ont été laissés à l’emplacement de l’incinération, transformé ensuite par la seconde étape du rituel en tombe proprement dite.

8Les restes incinérés une fois recueillis sur toute la surface de combustion ont été amassés au centre de cette zone et entassés dans une fosse de forme ronde, préparée déjà avant l’installation du bûcher.

Fig. 5 Morceaux de terre glaise portant les empreintes des poutres, du tumulus XII, d’après Histria II, 157, fig. 21).

  • 20 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/4).
  • 21 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/3).
  • 22 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/6).
  • 23 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/7).
  • 24 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/5).
  • 25 Alexandrescu 1966, 153 (XIX/7).
  • 26 Alexandrescu 1966, 153 (XIX/9).
  • 27 Alexandrescu 1959, 292, fig. 13,3 ; Alexandrescu 1966, 158 (XII/2) ; Alexandrescu 1978a, n° 317, pl (...)
  • 28 Alexandrescu 1959, 292, fig. 13,4-5 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 155, fig. 14 ; Alexandrescu 1966, (...)

9Quant au tumulus XIX, une partie seulement de sa surface de combustion a été dégagée des zones incinérées - disons, non essentielles - de manière à faire ressortir l’endroit où se trouvaient les restes du cadavre. Cette seconde étape du rituel funéraire était accompagnée, elle aussi, d’offrandes. Ainsi, sur la tombe du tumulus XII, on avait jeté et cassé des vases à boire et à verser (une oenochoé grecque orientale d’usage courant20, une coupe à bande attique21, un skyphos corinthien tardif22), des vases à parfums (un alabastron en albâtre23), un simple pot fait à la main, de facture locale24, et des fragments d’amphores25. Toutes ces pièces étaient dispersées sur la surface déjà nettoyée, mais aussi sur les restes incinérés rassemblés dans la fosse centrale. Ils se groupaient en une sorte de faisceau, orienté ENE-OSO. Pour le tumulus XIX, les fragments d’un pot de cuisine se trouvaient vers la limite Est du bûcher, sur une partie déjà nettoyée de la zone de combustion26, tandis que des parties d’une pyxide corinthienne tardive gisaient au beau milieu des restes incinérés. Quant au tumulus XII, on y a recueilli deux vases à boire, une hydrie-kalpis attique à figures noires fragmentaire27 et les tessons d’une coupe attique à bande, du groupe de Rhodes 12 26428, la première jetée par dessus les restes incinérés du bûcher, l’autre dispersée en dehors de la zone de combustion, du côté nord, à proximité d’une tombe collective dont il sera question plus loin. Il est à remarquer que cette seconde série de vases ne portait pas de traces de cuisson secondaire et avait été cassée sur certaines parties de la zone de combustion, déjà nettoyée auparavant.

  • 29 Alexandrescu 1959, 293, fig. 13,6 ; Alexandrescu/Eftiraie 1959, 155 ; Alexandrescu 1966, 159 (XII/1 (...)

10Notre bref exposé serait incomplet, sans la mention des restes d’une amphore de Chios, cassée, mais presque complète29, qui se trouvait au sud et très proche de la surface de combustion.

Fig. 6 - La tombe collective 2 du tumulus XII (d’après Alexandrescu/Eftimie 1959, 156, fig. 15).

  • 30 Vases à boire (cratère à colonnettes attique, du cercle de Lydos : Alexandrescu 1966, 145 (XX/2) ; (...)

11L’élément le plus spectaculaire de ce rituel funéraire est représenté, sans doute, par les restes de sacrifices humains et animaux (équidés), dont les squelettes avaient été découverts, soit à la périphérie de la surface funéraire, soit au fond des fossés qui entouraient cette surface. On a trouvé des restes d’offrandes à proximité des squelettes. Ainsi, dans le fossé qui entourait la surface funéraire du tumulus XX on a trouvé les restes d’un squelette de cheval (pattes et mâchoire), dispersés en trois endroits différents. Tout autour se trouvaient les fragments provenant de huit vases céramiques30.

  • 31 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/8).
  • 32 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/9) ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 149, fig. 5-6 ; Alexandrescu 1978a, n° (...)
  • 33 Alexandrescu 1966, 150 pl.85 (XVII/11) ; Alexandrescu 1978a, n° 649.
  • 34 Alexandrescu 1966, 150 (XVII/16).
  • 35 Alexandrescu 1966, 149, pl. 85 (XVII/10) ; Alexandrescu 1978a, n° 701, fig. 25.
  • 36 Alexandrescu 1966, 150, pl. 69 (XVII/13).
  • 37 Alexandrescu 1966, 150, pl. 69 et 85 (XVII/12) ; Alexandrescu 1978a, n° 819, pl. 71.
  • 38 Alexandrescu 1966, 150, pl. 85 (XVII/14 et 15).
  • 39 Alexandrescu 1966, 150, pl. 85 (XVII/17).

12Sous le tumulus XVII se trouvaient trois squelettes humains, rangés en demi-cercle, sur la moitié occidentale de la surface funéraire. Le n° 1, vers la limite ΟΝΟ de la surface funéraire, couché sur sa droite, le crâne violemment tendu en avant et dirigé vers le centre de cette surface, là où avait dû être probablement installé le bûcher, les bras fortement repliés sur le dos (probablement ligotés), les genoux rapprochés et les jambes brutalement repliées vers le dos (probablement aussi ligotées). Le squelette n° 2 se trouvait à la limite SSO de la surface funéraire. Le cadavre avait été déposé accroupi, tourné vers le sol, les bras et les jambes repliés sur le tronc ; à côté se trouvaient les restes de vases à boire (coupe à lèvre attique31, amphore ou oenochoé de Fikellura32, oenochoé d’usage courant33), de vases à parfums (alabastron en albâtre34), de vases utilisés peut-être pour des victuailles (lékanè d’usage courant35, petit cratère36, un pot de cuisine37), et des amphores38. Le squelette n° 3 gisait au fond du fossé périphérique, du côté SSE de la surface funéraire, en position comparable à celle du n° 1. Sous le même tumulus avaient été découverts les squelettes de quatre chevaux, rangés en demi-cercle, dans la moitié orientale du fossé périphérique. Trois d’entre eux (n° 1-3) avaient été déposés en entier, tandis que le squelette d’un quatrième, dans un mauvais état de conservation, semble avoir appartenu à un animal dépecé. Près du squelette n° 1 se trouvait un pot fait à la main, de facture locale39.

Fig. 7 - Le tumulus XVII. En haut à droite : le relevé général ; en haut à gauche : le relevé de la surface de combustion, avec la fosse centrale de la tombe ; en bas : la coupe stratigraphique C-B (d’après Histria II, 143, fig. 14).

Fig. 8 - Les squelettes humains nos 1 et 2 du tumulus XVII (d’après Alexandrescu/Eftimie 1959, 147, fig. 6).

  • 40 Selon l’expertise du dr. D. Nicolaescu-Plopsor 1966, 371, le premier appartenait à un homme de 50-6 (...)
  • 41 Alexandrescu 1966, 154, pl. 70 (XIX/14) ; Alexandrescu 1978a, n° 321, pl. 35, le groupe du Vatican (...)

13La situation de l’ensemble funéraire du tumulus XIX était un peu différente. Tous les restes de sacrifices avaient été déposés dans la partie septentrionale du fossé périphérique, et recouverts de la couche de gravier qui remplissait le fossé tout entier. Il y avait deux squelettes humains et les restes de deux pattes de cheval. Les deux squelettes humains ont été découverts l’un sur l’autre, en position des plus désordonnées. Celui du dessus avait la tête tournée vers le sol, le bras gauche parallèle au tronc et le droit replié ; l’autre était sur le ventre, avait le bassin violemment retourné vers la droite, les pieds repliés40. Près des squelettes, était déposée une oenochoé attique miniature à figures noires41.

Fig. 9 - Le tumulus XIX. En haut : le relevé général ; en bas : les squelettes humains n° 1 et 2 (d’après Histria II, 151, fig. 17).

  • 42 La position stratigraphique a été examinée grâce au profil B-D, orienté NO-SE, qui traversait aussi (...)
  • 43 A l’exception de quatre boucles d’oreille en bronze (trois en simple fil de métal, complètement dég (...)
  • 44 Nicolaescu-Plopsor 1966, 382 : « Le mauvais état de conservation des os n’a pas permis l’analyse co (...)
  • 45 Il s’agit des squelettes M 6 et M 21. Du premier seulement d’après les caractères métriques et morp (...)
  • 46 Selon les observations du Dr. Nicolaescu-Plopsor (1966, 372), les cadavres ont dû être tout simplem (...)
  • 47 A. Bolomey (1966), n’a pu récupérer que 28 fragments de membres et 4 crânes, provenant uniquement d (...)

14L’ensemble le plus impressionnant est apparu sous le tumulus XII. Au sud et presque en marge de la surface funéraire, à plusieurs mètres de distance de la surface de combustion, se trouvaient deux tombes collectives, abritées dans deux fosses de faible profondeur42. Elles comprenaient des squelettes humains en position désordonnée, mêlés à des parties démembrées de chevaux et d’ânes, sans aucun objet personnel43 et sans aucune pièce de harnais - la tombe n° 1, 26 squelettes humains, 28 pattes entières ou fragmentaires, 4 crânes, 3 torax d’équidées ; la tombe n° 2, 9 squelettes humains, 22 pattes entières ou fragmentaires, 7 crânes et 3 torax d’équidés. En tout, dans les deux tombes : 35 squelettes humains et au moins 12 squelettes d’équidés (d’après le nombre des crânes). L’expertise anatomique44 du Dr. D. Nicolaescu-Plopsor a fourni une distribution par sexe : 24 hommes, 2 femmes (?)45, 9 indéterminables ; par âge : 3 enfants (entre 10-14 ans), 1 adolescent, 6 adultes (20-30 ans), 23 en pleine maturité (dont 14 entre 30-40 ans et 8 entre 40-50 ans) et 2 plus âgés (50-60 ans)46. L’expertise du Dr. Alexandra Bolomey47 sur le matériel ostéologique des équidés a distingué au moins 4 chevaux (Equus caballas) et 5 ânes (Equus asinus).

Fig. 10 - La surface de combustion du tumulus XIX, avec les restes funéraires (d’après Histria II, 152, fig. 18).

Fig. 11 - Le tumulus XX. En haut : le relevé général ; en bas : la coupe stratigraphique C-D (d’après Histria II, 145, fig. 14).

  • 48 Alexandrescu 1959, 292, fig. 13,4-5 ; Alexandrescu Eftimie 1959, 159, fig. 14 ; Alexandrescu 1966, (...)

15Les chevaux, utilisés surtout à la traction, « appartenaient certainement aux groupes des races orientales et leur provenance asiatique ne saurait être écartée » (Bolomey 1966, 390). Quant aux ânes, inconnus d’après les témoignages antiques dans les steppes scythiques, ils pourraient avoir une origine anatolienne. De nombreux fragments d’une coupe attique à bande, de la classe d’Athènes 581, proche du groupe de Léagros48, étaient dispersés sur la partie septentrionale de la surface funéraire, le pied et une partie de la vasque se trouvant dans la tombe n° 2.

16Afin de clore cet exposé, je voudrais ajouter que ce rituel à incinération sur un grand bûcher de surface, transformé, à la suite de pratiques rituelles, en tombe, soit sur l’endroit même de la combustion, soit tout près, et recouvert du même tertre, s’est poursuivi à travers toute l’histoire de la nécropole histrienne, jusqu’au IIe s. ap. J.-C., en dépit des variations imposées par certaines idées religieuses ou coutumes funéraires. L’ampleur et la hauteur de ces tumulus, qui abritaient ces ensevelissements a gagné en importance, jusqu’à atteindre 7-8 m de hauteur. Le seul élément qui semble avoir disparu de ce rituel funèbre est la pratique des sacrifices sanglants, qui n’ont plus été signalés depuis le tumulus XII, c’est-à-dire depuis les premières années du Ve s. av. J.-C. (Alexandrescu 1965).

17L’incinération sur un grand bûcher à la surface du sol, sur l’endroit même de la tombe, n’a pas été enregistrée fréquemment dans les nécropoles des villes grecques.

  • 49 Homère, Iliade, T. 3, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, 1957 (CUF).

18Rappelons cependant une célèbre attestation littéraire, consignée dans les poèmes homériques : les funérailles de Patrocle, décrites avec une surprenante précision dans l’Iliade, XXIII, 105-25749 : « A peine a-t-il ouï ces mots qu’Agamennon, protecteur de son peuple, sans retard disperse les hommes à travers les bonnes nefs. Les intimes, seuls, restent là ; ils entassent et bâtissent un bûcher qui mesure cent pieds dans un sens et dans l’autre. Au sommet du bûcher ils déposent le mort, le cœur désolé. Maints gros moutons, maints bœufs cornus à démarche torse sont, par eux, devant le bûcher, dépouillés et parés. A tous le magnanime Achille prend de leur graisse, pour en couvrir le mort de la tête aux pieds ; puis, tout autour, il entasse les corps dépouillés. Il place là aussi des jarres, toutes pleines de miel et d’huile, qu’il appuie au lit funèbre. Avec de grands gémissements, prestement, sur le bûcher, il jette quatre cavales altières. Sire Patrocle avait neuf chiens familiers : il coupe la gorge à deux et les jette sur le bûcher. Il fait de même pour douze nobles fils de Troyens magnanimes, qu’il massacre avec le bronze ; son cœur ne songe qu’à des œuvres de mort ! Il déchaîne enfin l’élan implacable du feu, pour que tout fasse sa pâture (161-177)... Toute la nuit, ensemble, de leur bruyante haleine, ils fouettent le feu du bûcher, et, toute la nuit, le rapide Achille, puisant le vin dans un cratère avec une coupe à deux anses, le répand sur le sol, en inonde la terre, et va invoquant l’âme du malheureux Patrocle (217-221) ».

19Lorsque le feu s’éteint et l’incinération consommée, Achille adresse cette invocation : « Atride, et vous, héros du camp panacéen, avec le vin aux sombres feux, commencez donc par éteindre le bûcher, entièrement, partout où à régné la fougue de la flamme. Recueillons ensuite les os de Patrocle, fils de Ménoetios. Distinguons-les soigneusement ; ils se laissent aisément reconnaître : ils sont au milieu du bûcher, tandis que les autres ont brûlé à part, à l’extrême bord, hommes et chevaux ensemble » (236-242). Ses compagnons obéissent à ses ordres : « Avec le vin aux sombres feux ils commencent par éteindre le bûcher, partout où à été la flamme, où s’est déposée une cendre épaisse. En pleurant, ils recueillent les os blancs de leur bon compagnon avec double couche de graisse dans une urne d’or ; ils la déposent ensuite dans la tente, couverte d’un souple tissu. Ils dessinent alors le cercle d’un tombeau et en jettent les bases tout autour du bûcher. Rapidement ils y répandent de la terre, et, quand’la terre répandue a formé un tombeau, ils s’éloignent » (250-257).

20Regroupons ici quelques éléments chronologiques et topographiques du texte homérique qui intéressent notre exposé :

21I. La construction d’un grand bûcher de surface, dont la partie supérieure aménagée en podium, permet d’y monter “les pièces” du rituel funéraire, qui allaient être incinérées (v. 164) ;

22II La disposition “des pièces” dans cet espace :

  1. au centre, le cadavre de Patrocle, sur le lit funéraire, est nettement séparé des autres offrandes humaines ou animales, de manière à rendre possible, après l’incinération, la reconnaissance et le recueillement de ses os (v. 165 et 241) ;

    • 50 La discussion chez Andronikos 1968, 25.

    des jarres à huile (ou graisse50), et à miel (v. 171-172) sont appuyées au lit funéraire ;

  2. à la périphérie (ἐσχατιῇ) gisent les cadavres des douze Troyens et des quatre chevaux immolés, dont les restes incinérés ont été retrouvés, mêlés les uns aux autres (ἐπιμξ ἵπποι τε κα ἄνδρες) (v. 175-176 et 242) ;

  3. dans un endroit non précisé, probablement toujours vers la périphérie, mais ne voisinant pas avec les autres offrandes, deux des chiens du défunt (v. 173174) ;

  4. la position des cadavres des moutons et des bœufs, dont la graisse fut tirée pour en recouvrir le cadavre de Patrocle n’est pas préprécisée ; ils ont été déposés « tout autour » (v. 169).

23III. L’incinération : le feu est attisé avec du vin (en fait, une libation) (v. 219-220).

24IV. Le bûcher est éteint toujours avec du vin (v. 236-239, 249-251).

25V. Les os incinérés sont soigneusement identifiés, séparés et recueillis dans une urne-phiale, qu’on va envelopper de graisse et recouvrir d’un fin tissu (v. 253-254).

26VI. Déposition provisoire de la phiale-urne dans une tente (ἐν κλισίῃσι) (v. 254).

27VII. Érection du tumulus :

  1. les limites de la surface funéraire sont fixées par une ligne circulaire autour de la surface de combustion (v. 255) ;

  2. les fondements (probablement en pierre : Andronikos 1968, 32), autour de cette limite, sont bâtis (v. 255) ;

  3. une première couche, plus petite, du remblai tumulaire, recouvrant toute la surface funéraire, est déposée (v. 256) ;

  4. une seconde couche, plus large et plus haute, qui va donner sa forme finale au tumulus, sera érigée à un moment ultérieur du rituel (v. 252-253).

28Cette description, dont l’exactitude et la fraîcheur seront toujours un sujet d’étonnement, présente des similitudes frappantes avec les découvertes d’Istros aussi bien pour le type et l’ensemble du rituel funéraire, que pour certains détails. Ainsi l’incinération sur un grand bûcher de surface, érigé sur l’endroit même de l’ensevelissement, comporte des sacrifices humains et animaux (en l’espèce, équidées) ; toute la surface funéraire est recouverte d’un tumulus. En outre on remarque la distribution topographique des éléments funéraires (le cadavre du défunt au centre et les cadavres des immolés à la périphérie, relégués même hors du bûcher, soit en marge de la surface funéraire - disposés en cercle, comme au tumulus XVII -, soit même au fond du fossé périphérique) ; on remarque aussi la disposition des cadavres (hommes et équidés) mêlés les uns aux autres et les personnes ligotées et immolées.

  • 51 Coldstream 1977, 349-352, mais avec les remarques critiques de Hughes 1991, 65-70 : « It is true th (...)

29Bien que rares, les comparaisons pour certains éléments de cet ensemble funéraire ne manquent pas. Aucune n’est plus révélatrice que celle de Chypre, où les funérailles homériques trouvent un écho dans des tombes particulièrement riches. Celles-ci ont été résumées par J.N. Coldstream : des amphores ont souvent été découvertes dans les dromoi des tombes de Salamine (cf. Il., XXIII, 170) ; les os de boeuf dans le dromos de la tombe 2, et des os de moutons dans celui d’une tombe de Palaiopaphos (cf. Il., XXIII, 166) ; les tombes de cheval (ou d’âne) sont assez communes à Salamine (cf. Il., XXIII, 171). La tombe 1 de Salamine contenait une incinération, et sur les restes du bûcher il y avait “six unburnt and unbroken pots (jugs, oinochoai, bowls) which evidently had been used for putting out the flame” ; un grand tumulus a été érigé sur la tombe 3 de Salamine (cf. 23, 255-7) ; enfin on a trouvé un squelette probablement ligoté dans le drotnos de la tombe 2 de Salamine51.

30Je rappellerai aussi les résultats des fouilles d’Erétrie et l’ensemble de la Porte Ouest (vers 715-690 av. J.-C.), formé de 5 tombes en urne autour d’une sixième, la plus riche (quatre épées et quatre javelots en fer, un scarabée égyptien, un squelette complet et une dent de cheval). Les traces d’un culte depuis le VIIe s. au cimetière de la Porte Ouest semblent indiquer un statut héroïque accordé à ces morts, considérés comme gardiens de leur cité (Bérard 1970, 1332).

31A l’autre extrémité du monde grec, à Pithecuses, les colons eubéens pratiquaient l’incinération, en éteignant les bûchers avec du vin. Ils élevaient des tumulus, plutôt de pierres. Les seuls vases ne comportant pas de trace de cuisson secondaire sont les oenochoés, placées sur les restes incinérés (Buchner 1966).

32Remarquable est donc la diffusion de ces éléments du rituel funéraire, concernant, à des moments différents les Grecs de Chypre, les Ioniens d’Eubée et de Pithecussai et aussi les habitants de l’Attique. J.N. Coldstream pense à un éventuel rapport avec le monde mycénien, car « the Dorians, meanwhile continued stolidly with their customs unchanged ».

33Je ne saurais entrer maintenant dans le débat actuel, qui fait dépendre la formation de ce rituel aristocratique de la circulation, sous forme orale, des poèmes homériques et sutout de l’Iliade. « The circulation of epic not only prompted the worship of heroes ; in several places there were frequent attempts to emulate the magnificence of heroic funerals ». Et Coldstream propose la conclusion : « It is hard to escape the conclusion that these new features in the burial customs of our period were directly ispired by the circulation of epic poetry » (Coldstream 1977, 349-352). Je voudrais, quant à moi, marquer une certaine distance par rapport à ce propos, en rappelant les recherches faites en Europe Centrale.

  • 52 Poulík 1962. Le tumulus d’Ockov avait 6 m de hauteur. A la base il y avait une surface d’incinérati (...)

34En effet, une série d’études ont été consacrées au rapport entre les civilisations continentales du groupe des Champs d’Urnes et le monde méditerranéen, à l’époque des migrations égéennes. Au plan des pratiques funéraires, certains éléments de l’Europe Centrale viennent d’être identifiés dans les nécropoles proto-géométriques et géométriques du Céramique d’Athènes. C’est dans ce contexte que s’inscrivent les concordances surprenantes entre le rituel homérique et les pratiques funéraires attestées dans les tombes princières de la fin de l’Age du Bronze récent et du commencement de l’Age du Fer. Le parallélisme a été déjà souligné par Jan Poulík, à partir de la découverte des tumulus d’Ockov et de Caka en Slovaquie occidentale. Les tumulus abritaient de riches sépultures princières, placées à l’endroit même de la crémation, sur un grand bûcher de surface52. Ces tombes apparaissent dans la région comprise entre les Alpes orientales et les Carpathes septentrionales à la fin du XIIIe s. et au siècle suivant.

35Même si l’archéologie ne peut encore expliquer les modalités des rapports entre des régions si éloignées, et même si le mécanisme et les voies de transmission ne sont pas encore précisés, on ne peut exclure l’hypothèse qu’une influence continentale se soit exercée sur le rituel homérique.

36Revenant encore, et pour terminer, aux découvertes d’Istros, il ne me semble plus nécessaire de recourir à une motivation extrahellénique pour en rendre compte.

  • 53 Karageorghis 1970 ; un bon résumé des recherches sur la nécropole royale, Karageorghis 1969.

37Le conservatisme serait un trait spécifique de ce rituel d’apparence barbare ; certains traits en seront répétés à Chypre jusqu’à la fin de l’époque classique53.

  • 54 Plut., QuaestGr, 32, p. 298 c. Sur cette question, voir les belles pages de Mazzarino 1947, 231.

38Le fait même, que ce groupe de tombes se trouve à Istros au centre de la nécropole serait un argument en faveur de son appartenance aux génè de l’aristocratie de la cité, dont les ancêtres, en rapport avec les célèbres ἀειναῦται de l’aristocratie métropolitaine de Milet, avaient été en tête du vaste mouvement colonisateur54. Peut-être en rappelant la constitution oligarchique et aristocratique d’Istros, dont témoigne un passage de la politique d’Aristote (V, 6, 1305 b 1-12) (Alexandrescu 1990, 70-75), constitution qui a gouverné la ville depuis les premiers siècles de son histoire, et probablement jusqu’au début du IVe s. av. J.-C., pourrait-on comprendre pourquoi un tel rituel, fortement imprégné par la mentalité, par les idées religieuses et par les pratiques rituelles de la Grèce de l’Est, s’était maintenu dans la colonie milésienne jusqu’à la fin du VIe siècle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alexandrescu 1959 : ALEXANDRESCU (P.). In : Materiale si cercetari arheologice, VI, 1959, 265-306.

Alexandrescu 1961 : ALEXANDRESCU (P.). In : Materiale si cercetari arheologice, VII, 1961, 227-271.

Alexandrescu 1965 : ALEXANDRESCU (P.), Types de tombes de la nécropole tumulaire d’Histria. Dacia, IX, 1965, 163-183.

Alexandrescu 1966 : ALEXANDRESCU (P.), Necropola tumulara. Sapaturi 1955-1961. In : Histria II. Bucarest, 1966, 133-294.

Alexandrescu 1978a : ALEXANDRESCU (P.), La céramique d’époque archaïque et classique (VIIe -IVe s.). Bucarest, 1978 (Histria IV).

Alexandrescu 1978b : ALEXANDRESCU (P.), Notes de topographie histrienne. Dacia, XXII, 1978, 340-342.

Alexandrescu 1990 : ALEXANDRESCU (P.), Aristoteles über die Verfassungsgeschich te Histrias. In : Histria. Eine Griechenstadt an de rumänischen Schwarzmeerküste. Konstanz, 1990 (Konstanzer althistorische Vorträge und Forschungen, Heft 25), 70-75.

Alexandrescu/Eftimie 1959 : ALEXANDRESCU (P.), EFTIMIE (V.), Tombes thraces d’époque archaïque dans la nécropole tumulaire d’Histria. Dacia, III, 1959, 143-164.

Andronikos 1968 : ANDRONIKOS (M.), Totenkult. Göttingen, 1968 (Archaeologia Homerica. Die Denkmäler und das frühgriechische Epos, Bd. III, Lief. W).

Beazley 1971 : BEAZLEY (J.D.), Paralipomena. Oxford, 1971.

Bérard 1970 : BÉRARD (Cl.), L’hérôon à la porte de l’ouest. Berne, 1970 (Eretria. Fouilles et recherches, III).

Bolomey 1965-1966 : BOLOMEY (Α.), Equideele din tumulul XII din necropola de la Histria. In : Histria II. Bucarest, 1965-1966, 387-396.

Buchner 1966 : BUCHNER (G.), Pithekoussai, oldest Greek colony in the West. Expedition, VIII, 4, 1966, 4-12.

Coldstream 1977 : COLDSTREAM (J.N.), Geometric Greece. Londres, 1977.

Hughes 1991 : HUGHES (D.D.), Human Sacrifices in Ancient Greece. Londres-New York, 1991.

Karageorghis 1969 : KARAGEORGHIS (V.), Salamis : recent discoveries in Cyprus (New Aspects of Archaeology). New York, 1969.

Karageorghis 1970 : KARAGEORGHIS (V.), Excavations in the necropolis of Salamis. Nicosie, 1970 (Salamis, II, 4).

Mazzarino 1947 : MAZZARINO (S.), Fra oriente e occidente. Florence, 1947.

Nicolaescu-Plopsor 1959 : NICOLAESCU-PLOPSOR (D.), Données anthropologiques préliminaires sur les squelettes humains des tombes thraces d’Histria. Dacia, III, 1959, 165-178.

Nicolaescu-Plopsor 1966 : NICOLAESCU-PLOPSOR (D.), Studiu antropologic al osemintelor umane descoperite la Histria in necropola tumulara. In : Histria II. Bucarest, 1966,355-381.

Poulík 1962 : POULÍK (J.). In : Slovenská Archeológia, 10, 1962, 3-97.

Riscutia/Nicolaescu-Plopsor : RISCUTIA (C.), NICOLAESCU-PLOPSOR (D.), Tipuri de oameni din tumulii XII si XIX de la Histria necropola tumulara. Studiu pe baza reconstituirilor grafice dupa metoda lui M.M. Gherasimov. In : Histria II. Bucarest, 1966, 383-385.

Tocik/Poulík 1962 : TOCIK (Α.), POULÍK (J.). In : Slovenská Archeológia, 10, 1962,59-107.

Wolska 1980-1981 : WOLSKA (W.), Suivant les traces de l’expédition de Darius contre les Scythes. Acta Praehistorica et Archaeologica, 11-12, 1980-1981, 99-115.

Notes

1 Alexandrescu 1959, 289-299 ; Alexandrescu 1961, 261-264 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 143-164, et aussi : Nicolaescu-Plopsor 1959 et 1966 : Riscutia/Nicolaescu-Plopsor, 1966 ; Bolomey 1966. Un résumé de ces publications a été rédigé, malheuresement avec beaucoup d’inexactitudes, par Wolska 1980-1981.

2 Cette conclusion a été acceptée par l’historiographie roumaine et étrangère, dernièrement reprise aussi par moi-même, lors du colloque de Constance (Alexandrescu 1990). J’ai conçu cette nouvelle approche de la question lors du colloque sur “L’Anthropologie de la mort. Questions archéologiques”, organisé à l’Institut d’Archéologie de Bucarest, en mai 1988.

3 Le lotissement funéraire de la nécropole d’Istros a été d’abord’reconnu par Dinu Adamesteanu sur la photo aérienne publiée à la fin du volume Histria II. J’ai ensuite pour suivi la recherche dans Alexandrescu 1978b.

4 Les surfaces des tumulus XVII, XIX et XX étaient surélevées par une couche de terre de 0,30-0,50 m d’épaisseur, qui constituait une sorte de podium par rapport au sol environnant. Les tumulus étaient entourés aussi d’un fossé périphérique, continu ou par segments, de largeur et de profondeur variables (tumulus XVII : 0,90-1,70 m de largeur et 0,50 m de profondeur ; tumulus XIX 0,70-1,20 m de largeur, 0,50 m de profondeur ; tumulus XX 0,70-1,20 m de largeur, 0,30-0,40 m de profondeur), recouvert de gravier (tumulus XIX).

5 La position des fragments de bois carbonisé (environ 0,15 m d’épaisseur) n’ayant pas beaucoup changé après l’incinération, on pouvait en déduire la structure du bûcher. Il semble en effet que les quatre rangées de bois aient été maintenues dans la position initiale à l’aide de morceaux de terre glaise, fixés aux articulations. Quelques pièces ayant eu probablement cette fonction, et qui gardent en négatif la forme des poutres s’entrecroisant, ont été retrouvées parmi les restes du bûcher du tumulus XII, cf. Alexandrescu 1966, 157, fig. 21.

6 Alexandrescu 1966, 154, pl. 85 (XIX/13).

7 Alexandrescu 1966, 154, pl. 85 (XIX/12).

8 Alexandrescu 1966, 154, pl. 85 (XIX/11).

9 Alexandrescu 1961, 2634 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 151 ; Alexandrescu 1966, 153, pl. 70 (XIX/1) ; Alexandrescu 1978a, n° 189, pl. 17 : groupe U, milieu VIe s.

10 Alexandrescu 1966, 153, pl. 70 (XIX/2) ; Alexandrescu 1978a, n° 394, pl. 43.

11 Alexandrescu 1966, 153, pl. 70 (XIX/3-4) ; Alexandrescu 1978a, n° 613-4, fig. 16.

12 Alexandrescu 1966, 153, pl. 85 (XIX/5) ; Alexandrescu 1978a, n° 805, fig. 35.

13 Alexandrescu 1966, 154 (XIX/9).

14 Alexandrescu 1966, 154 (XIX/10).

15 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/1).

16 Alexandrescu 1966, 145 (XX/1).

17 Alexandrescu 1959, 293, fig. 14,1 ; Alexandrescu 1966, 159 (XII/6).

18 Alexandrescu 1959, 290, fig. 13,2 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 154, fig. 13 ; Alexandrescu 1966, 158, pl. 71 (XII/1) ; Alexandrescu 1978a, n° 325, pl. 36.

19 Alexandrescu 1966, 158 (XII/4).

20 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/4).

21 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/3).

22 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/6).

23 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/7).

24 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/5).

25 Alexandrescu 1966, 153 (XIX/7).

26 Alexandrescu 1966, 153 (XIX/9).

27 Alexandrescu 1959, 292, fig. 13,3 ; Alexandrescu 1966, 158 (XII/2) ; Alexandrescu 1978a, n° 317, pl. 35, vers 510490 av. J.-C.

28 Alexandrescu 1959, 292, fig. 13,4-5 ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 155, fig. 14 ; Alexandrescu 1966, 159, pl. 72 (XII/6) ; Beazley 1971, 79.

29 Alexandrescu 1959, 293, fig. 13,6 ; Alexandrescu/Eftiraie 1959, 155 ; Alexandrescu 1966, 159 (XII/11).

30 Vases à boire (cratère à colonnettes attique, du cercle de Lydos : Alexandrescu 1966, 145 (XX/2) ; coupe à bande attique, ibid., 146, pl. 69 (XX/3) ; oenochoé d’usage courant, ibid., 146 (XX/5) ; assiette grecque-orientale, ibid., 146 (XX/4) ; pot fait à la main de facture locale, ibid., 146 (XX/9).

31 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/8).

32 Alexandrescu 1966, 149 (XVII/9) ; Alexandrescu/Eftimie 1959, 149, fig. 5-6 ; Alexandrescu 1978a, n° 158.

33 Alexandrescu 1966, 150 pl.85 (XVII/11) ; Alexandrescu 1978a, n° 649.

34 Alexandrescu 1966, 150 (XVII/16).

35 Alexandrescu 1966, 149, pl. 85 (XVII/10) ; Alexandrescu 1978a, n° 701, fig. 25.

36 Alexandrescu 1966, 150, pl. 69 (XVII/13).

37 Alexandrescu 1966, 150, pl. 69 et 85 (XVII/12) ; Alexandrescu 1978a, n° 819, pl. 71.

38 Alexandrescu 1966, 150, pl. 85 (XVII/14 et 15).

39 Alexandrescu 1966, 150, pl. 85 (XVII/17).

40 Selon l’expertise du dr. D. Nicolaescu-Plopsor 1966, 371, le premier appartenait à un homme de 50-60 ans, le second à un homme de 30-40 ans. Les os étaient en mauvais état de conservation.

41 Alexandrescu 1966, 154, pl. 70 (XIX/14) ; Alexandrescu 1978a, n° 321, pl. 35, le groupe du Vatican G 52.

42 La position stratigraphique a été examinée grâce au profil B-D, orienté NO-SE, qui traversait aussi bien la surface de combustion une la tombe n°1. Nous avons constaté que le remblai du tumulus recouvrait cette tombe, sans avoir été perforé par une fosse plus récente.

43 A l’exception de quatre boucles d’oreille en bronze (trois en simple fil de métal, complètement dégradées, la quatrième avec une petite protubérence, Alexandrescu 1959, 297, fig. 16) ; elles avaient été portées par deux hommes (squelettes M 23 et M 26) et par un adolescent, de sexe indéterminé (M 20).

44 Nicolaescu-Plopsor 1966, 382 : « Le mauvais état de conservation des os n’a pas permis l’analyse complète de tout le matériel ostéologique. Ainsi seulement 31 crânes des 35 individus ont pu être récupérés. Les os longs avaient pour la plupart les épiphyses pulvérisées. Un seul fémur a pu être récupéré entièrement. Les os de la ceinture scapulaire, du bassin, de la colonne vertébrale et les côtes, très fragmentaires et endommagés, n’ont pas pu être reconstitués en vue de la recherche. Les petits os, carpes, métacarpes, tarses, métatarses, phalanges, étaient parfois corrodés, et n’ont pu être toujours restitués aux squelettes auxquels ils avaient appartenu ».

45 Il s’agit des squelettes M 6 et M 21. Du premier seulement d’après les caractères métriques et morphologiques de l’humérus droit, des fémurs et du tibia de droite ; du second, d’après certains éléments craniens et d’après les os longs des pieds aux reliefs d’insertion musculaire faiblement marqués : Nicolaescu-Plopsor 1966, 364 et 366.

46 Selon les observations du Dr. Nicolaescu-Plopsor (1966, 372), les cadavres ont dû être tout simplement jetés les uns sur les autres. Les positions anormales, parfois violemment tordues (comme aussi pour les squelettes humains du tumulus XIX) lui ont suggéré l’hypothèse selon laquelle ils ont été déposés dans les tombes en état de laxité ligamentaire, qui survient 3-5 jours après le décès.

47 A. Bolomey (1966), n’a pu récupérer que 28 fragments de membres et 4 crânes, provenant uniquement de la tombe n° 1.

48 Alexandrescu 1959, 292, fig. 13,4-5 ; Alexandrescu Eftimie 1959, 159, fig. 14 ; Alexandrescu 1966, 159, pl. 72 ; Beazley 1971, 79 ; Alexandrescu 1978a, n° 404, pl. 45 (XII/10).

49 Homère, Iliade, T. 3, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, 1957 (CUF).

50 La discussion chez Andronikos 1968, 25.

51 Coldstream 1977, 349-352, mais avec les remarques critiques de Hughes 1991, 65-70 : « It is true that every element of the funeral has found some parallel in an archaeological find. But as no one burial containing all of elements or on anywhere near the scale of Patroclus’ funeral has been discovered, it is likely that the Homeric description is a composit of various practices ‘remembered’ or known from various places and times, whether from the late Bronze Age or a period closer to the poet’s own day ».

52 Poulík 1962. Le tumulus d’Ockov avait 6 m de hauteur. A la base il y avait une surface d’incinération de 10 m de diamètre, recouverte d’une couche de cendre, charbons, os calcinés, d’une masse de céramique et d’objets en bronze passés par le feu. Après l’incinération, on avait pratiqué, au centre de la surface de combustion, une fosse de 5,50 m comme chambre funéraire, renforcée avec du bois, et où se trouvaient de la cendre et quelques restes du bûcher. Les os calcinés avaient été déposés dans une petite fosse centrale, creusée dans cette chambre ; à l’intérieur d’une urne, avec des restes de parure en or, des armes de bronze, des vases et d’autres objets ayant passé par le feu. Après avoir recouvert la chambre d’un toit en bois à double pente, on avait déposé sur le dessus les offrandes : des centaines de vases en terrecuite et en bronze, dont quelques uns renfermaient des os brûlés. J. Poulìk les attribue à des sacrifices humains. Le tumulus élevé au-dessus, surmonté d’une énorme pierre tombale, était en loess alternant avec des rangées de pierres. Pour le tumulus de Caka, voir Tocik/Poulík 1962.

53 Karageorghis 1970 ; un bon résumé des recherches sur la nécropole royale, Karageorghis 1969.

54 Plut., QuaestGr, 32, p. 298 c. Sur cette question, voir les belles pages de Mazzarino 1947, 231.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - La nécropole tumulaire d’Istros (d’après Histria II, 138, fig. 11).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 2 - Transcription des photos aériennes (Alexandrescu 1959). 1, routes antiques ; 2, routes modernes ; 3, limites de la zone inondable ; 4, tumulus ; 5, vallum et fossé, limite de la nécropole ; 6, tumulus fouillés (les nos selon Histria II, 133 suiv.) ; 7, les tumulus datés des VIe-Ve s. av. J.-C. ; limite probable de la baie antique qui abritait le port. Le lotissement funéraire se voit surtout sur la péninsule septentrionale de la nécropole (d’après Alexandrescu 1978b, 335, fig. 3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 3 - Le tumulus XII. Relevé et coupes stratigraphiques (d’après Alexandrescu/Eftimie 1959, 134, fig. 12).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 4 Vue du tumulus XII pendant les fouilles. Au premier plan : la tombe collective 1 ; au centre : la surface de combustion (d’après Histria II, 157, fig. 20).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5 Morceaux de terre glaise portant les empreintes des poutres, du tumulus XII, d’après Histria II, 157, fig. 21).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 6 - La tombe collective 2 du tumulus XII (d’après Alexandrescu/Eftimie 1959, 156, fig. 15).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7 - Le tumulus XVII. En haut à droite : le relevé général ; en haut à gauche : le relevé de la surface de combustion, avec la fosse centrale de la tombe ; en bas : la coupe stratigraphique C-B (d’après Histria II, 143, fig. 14).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 8 - Les squelettes humains nos 1 et 2 du tumulus XVII (d’après Alexandrescu/Eftimie 1959, 147, fig. 6).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 9 - Le tumulus XIX. En haut : le relevé général ; en bas : les squelettes humains n° 1 et 2 (d’après Histria II, 151, fig. 17).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 10 - La surface de combustion du tumulus XIX, avec les restes funéraires (d’après Histria II, 152, fig. 18).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 11 - Le tumulus XX. En haut : le relevé général ; en bas : la coupe stratigraphique C-D (d’après Histria II, 145, fig. 14).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1705/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540