Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

Présentation

Juliette de La Genière

Texte intégral

1Le Centre de Recherches Archéologiques de l’Université et l’Association PRAC ont le plaisir d’accueillir et de souhaiter la bienvenue à ceux de nos collègues qui ont pu venir. Il y a ceux qui présentent une relation, il y a ceux qui écouteront, mais qui, je l’espère, interviendront au niveau de la discussion, et ce vœu s’applique aux étudiants comme aux autres participants.

2Notre satisfaction ne peut faire oublier quelques ombres, et ce sont les absences, pour des raisons de santé ou à cause d’engagements antérieurs, des Professeurs Andronikos, Nenci, D’Agostino, Vallet ; de notre collègue Despinis.

3Le colloque d’aujourd’hui n’est pas une réunion isolée : ce n’est qu’un anneau d’une chaîne, qui est relié en particulier à la table ronde organisée en 1984 à la Scuola Normale Superiore de Pise sur le programme DANIMS.

4Ce programme, qui se présente sous la forme d’un questionnaire, veut être à la fois un aide-mémoire pour les archéologues qui explorent des nécropoles, et cela parfois dans de difficiles condition d’urgence, et en même temps un instrument qui permette de regrouper et de classer la documentation trop dispersée dans de nombreuses revues et publications difficiles à atteindre.

5Jusqu’à présent le programme DANIMS a donné lieu à des articles concernant exclusivement l’Italie méridionale et la Sicile (Hipponion, Métaponte, Palerme...) publiés aux Annali della Scuola Normale Superiore de Pise. Notre journée est l’occasion de soumettre le questionnaire DANIMS à la critique des collègues de Grèce, de Mer Noire, d’Italie du nord, de France méridionale ; ses lacunes, en effet, attendent d’être comblées ; bien entendu il n’est en aucune façon un cadre obligatoire.

6Le titre donné à cette réunion, Nécropoles et sociétés antiques, pose une toute première question : ce sujet existe-t-il réellement ? Les nécropoles représententelles la société à laquelle les défunts ont appartenu ? On se rappelle les conclusions de Ian Morris pour Athènes lorsqu’il démontre que les tombes connues pour le Ve siècle ne représentent que 1,7 % du chiffre vraisemblable de la population et qu’elles ne permettent en conséquence aucune projection sur la société des vivants. Si ces conclusions sont exactes et si elles devaient être étendues à des sociétés autres que celle d’Athènes, nous pourrions terminer ici nos travaux.

7Cependant les réponses déjà données au questionnaire DANIMS, les publications nombreuses - et beaucoup d’entre elles sont l’oeuvre de collègues présents aujourd’hui - qui concernent des sites grecs et non grecs du pourtour méditerranéen, mes expériences personnelles à Amendolara, à Francavilla Marittima, aux Murge di Strongoli, en Sicile méridionale, cette somme de réflexions orientent vers des conclusions sensiblement différentes de celles de Ian Morris pour Athènes. Bien sûr, nul d’entre nous n’a la naïveté de croire que la nécropole est le miroir fidèle d’un groupe humain, mais elle représente une des approches, et non des moindres, je crois, pour l’étude des sociétés antiques.

8Au-delà de la question de la représentativité, liée aux problèmes démographiques, bien des interrogations sont posées, comme le rapport entre la durée de la mémoire familiale et le groupement de tombes (S.C. Humphreys), les liens, ou l’absence de liens, entre la richesse des tombes et la prospérité des vivants, l’identité des populations, et l’on pourrait énumérer ainsi un grand nombre de chapitres de cette vaste enquête qui sera certainement éclairée par les exposés qui vont suivre.

Auteur

Université de Lille - III

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540