Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les statuettes aux parures du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Martine Dewailly

Chapitre 2. Catalogue : les statuettes aux parures

Texte intégral

INTRODUCTION

Définition du groupe étudié

1Les fouilles du sanctuaire ont restitué une énorme quantité de mobilier archéologique, des ex-voto et des objets de culte qui, pour la plupart, proviennent des dépôts votifs constitués pendant la troisième phase, du milieu du VIe siècle environ à la fin du Ve siècle av. J.-C. Mais ce matériel, issu des campagnes menées par G. Patricolo en 1888 et 1889, par A. Salinas en 1893, 1898, 1902, 1903 et 1905, puis par E.Gabrici en 1915 et 1918, n’a pour ainsi dire aucun contexte stratigraphique.

2Cette masse de matériel, en majorité céramique et coroplastique, est conservée au Musée Archéologique de Palerme. Son étude est en cours depuis quelques années. Dans le cadre du présent travail a été pris en considération un groupe homogène, iconographiquement bien reconnaissable, et quantitativement significatif de statuettes. Il s’agit d’une figure féminine assise ou debout, caractérisée :

    • 1 Sur l’ependytes, la signification de ce terme et son emploi dans le vocabulaire archéologique, infr (...)

    par le port de l’ependytes (ἐπενδύτης, surplis de forme rectangulaire, ni plissé, ni drapé, porté au-dessus du chiton)1 ;

  1. par le port d’agrafes de formes diverses, qui maintiennent l’ependytes aux épaules et, dans la plupart des cas, des parures pectorales ;

  2. par le port de colliers sur le buste, en général à plusieurs rangs, chargés de lourds pendentifs.

  • 2 On notera l’importance quantitative de têtes isolées par rapport à celle des statuettes acéphales e (...)
  • 3 Croissant 1983, p. 6 et suiv. ; Uhlenbrock 1989, p. 192-0.

3Le nombre des exemplaires s’élève à 1275 : 210 entiers, 66 acéphales, 638 têtes isolées2,265 fragments qui comprennent la tête et le buste, 96 fragments divers. Seules 24 de ces figurines sont exposées dans les vitrines du Musée Archéologique de Palerme. Tous les autres groupes de statuettes provenant de la Malophoros sont numériquement moins bien représentés, à l’exception d’un ensemble de types de dérivation ionienne, qui figurent la divinité assise sur un trône cubique, coiffée du polos et/ou d’un voile. Ce groupe compte 1850 pièces environ (infra, p. 150152). Toutefois, il ne s’agit pas là, en l’occurrence, d’une production originale, encore que ses prototypes micrasiatiques aient parfois subi des modifications, à force d’être reproduits par les ateliers locaux. Quant aux protomés féminines qu’ont livrées en grand nombre (entre trois et quatre mille) les fouilles du sanctuaire, elles s’inspirent, elles aussi, de modèles importés de la Grèce de l’Est vers le milieu du VIe siècle av. J.-C.3.

Données techniques

4Le groupe des statuettes aux parures est subdivisé, dans le catalogue, en deux ensembles, A et B, et en vingt-neuf types.

  • 4 Cette division et cette numérotation ne suivent aucunement l’ordre chronologique. Seuls cinq types (...)

5L’ensemble A comprend les statuettes debout, réparties en onze types, A I - A XI, soit 519 unités. L’ensemble Β comprend les statuettes assises, réparties en dix-huit types, Β XII - Β XXIX, soit 756 unités4.

  • 5 Les procédés de fabrication des statuettes de terre cuite antiques ont été souvent décrits : on se (...)
  • 6 Le procédé du moulage à bon-creux consiste à obtenir directement, à partir du modèle original, un m (...)

6On appelle type une ou plusieurs séries de statuettes qui dérivent d’un même archétype5. On sera donc fondé à parler de type chaque fois qu’un modèle a nécessité la création d’un archétype, c’est-à-dire d’une statuette façonnée à la main, à partir de laquelle des moules à bon-creux6 sont fabriqués. Les modifications de détail réalisées sur l’archétype, sur un moule ou sur un moulage, mais qui n’affectent pas la structure générale de la figurine, sont considérées comme des variantes, ou plus exactement comme des interventions qui occasionnent la création d’archétypes secondaires, puis de moules parallèles.

  • 7 La technique de façonnage des épreuves en terre la plus souvent utilisée dans l’Antiquité est celle (...)
  • 8 Les types A II, A III et A IV se composent de séries de figurines dont la face postérieure est form (...)
  • 9 Par exemple, l’archétype secondaire A VI 3 porte un collier à deux rangs au lieu de trois ; la form (...)
  • 10 Le réparage, ou travail de finition, consiste à retoucher, au moyen d’une spatule ou d’un couteau, (...)
  • 11 Les statuettes aux parures ne possèdent pas toujours un évent sur la face postérieure : trois d’ent (...)

7Les statuettes aux parures sont, dans leur très grande majorité, creuses7, réalisées à partir de deux moules, l’un pour la face antérieure, l’autre pour la face postérieure8. Des moules parallèles (pour la face antérieure) ont été assez fréquemment créés, pour ajouter ou supprimer un rang du collier, et/ou modifier un ou plusieurs pendentifs9. Une fois démoulées, les deux faces sont soudées avec de la barbotine et l’épreuve est « réparée »10. Avant cuisson, l’épreuve creuse doit être percée d’un évent, orifice circulaire ou de forme oblongue, destiné à permettre à l’air de s’échapper pendant la cuisson11. Les statuettes étaient enfin peintes de couleurs vives, appliquées sur une couche d’argile fine qui tenait lieu de support. Une seule de nos statuettes (Β XIX, SM Pal Τ 2311) a conservé des traces de polychromie (l’ependytes bleu, était décoré d’une bande unie, rouge, à la hauteur du rang supérieur du collier, et de pois alternés bleus et rouges sur le bord inférieur ; le trône était peint en rouge sombre). La couleur de l’argile sélinontine après cuisson est beige jaune ou orangé clair. La pâte, bien dépurée, ne contient pratiquement pas de particules étrangères ou de mica. La superficie est, en général, très poudreuse.

8La division du groupe des statuettes aux parures en types est effectuée à partir de critères purement iconographiques. La subdivision de chacun de ces types en séries est effectuée à partir de critères d’ordre différent, au nombre de quatre : les mesures, la technique de fabrication, la présence de défauts et/ou de variantes, la qualité. Ces quatre paramètres épuisent tout le champ des variables possibles.

Les mesures

  • 12 Ce que souligne Nicholls 1952, p. 224, n. 47. La hauteur du visage est mesurée entre le centre du f (...)
  • 13 Mesure prise sur les bords de l’ependytes (côtés droit et gauche). Cette mesure est utile pour les (...)

9Les statuettes sont, en majorité, fragmentaires ; il s’est donc avéré nécessaire de prendre, pour chaque pièce, quatre mesures internes. La première mesure, la hauteur du visage, est certainement la plus significative12, compte tenu du grand nombre de têtes isolées. Trois autres mesures internes se révèlent indispensables pour classer les statuettes fragmentaires et/ou acéphales : la largeur des épaules ; la largeur de l’ependytes, mesurée en un point constant, à la flexion des genoux — cette mesure peut être prise, aussi bien sur les statuettes assises que sur les statuettes debout, parce que ces dernières ont toujours les genoux légèrement fléchis — ; la hauteur du collier13.

10L’unique mesure externe indiquée est la hauteur totale des statuettes intactes.

La technique de fabrication

11La face postérieure des statuettes des types A II, A III et A VI montre que deux techniques de fabrication peuvent être employées ; ceci a induit à classer les statuettes appartenant à ces types en deux séries parallèles.

La présence de défauts et/ou de variantes (archétypes secondaires)

12Les défauts que les statuettes présentent parfois peuvent se produire, soit lors de la fabrication du moule lorsque l’argile est encore de la consistance du cuir, soit lors de la cuisson du moule ou de l’épreuve. Il a été possible, d’après ce critère, de distinguer une série de statuettes de type A IV : le moule comportait deux défauts qui correspondaient sans doute à une fêlure lors de sa cuisson ; les statuettes de type Β XVII se divisent également en deux séries qui se distinguent par une différence d’écartement entre quelques pendentifs.

13Les exemples de classification de figurines à l’intérieur d’un même type selon les modifications apportées à un (ou plusieurs) élément(s) sont les plus nombreux : comme on l’a dit plus haut, ces variantes correspondent à la création d’archétypes secondaires et de moules parallèles.

14Ces modifications concernent le plus souvent la forme des pendentifs, leur nombre, ou le nombre des rangs du collier (ainsi pour les types A IV, Β XII, Β XV, Β XVII, Β XIX et Β XXII).

La qualité

  • 14 L’estompage des reliefs, parfois appelé l’usure, consiste en un colmatage des reliefs en creux, dû (...)

15Les épreuves tirées de différents moules à bon-creux peuvent présenter une qualité de facture plus ou moins bonne, indépendamment du phénomène de l’estompage des reliefs14. Ainsi, un maximum de trois niveaux de qualité a pu être distingué sur des statuettes appartenant à une même génération : c’est le cas pour les types A II, Β XV et Β XXI. Ces niveaux de qualité dépendent du travail de finition, d’incision des détails, exécuté lors de la confection des moules.

16L’observation de ces niveaux a, pour quelques types, permis d’opérer une classification supplémentaire à l’intérieur des générations.

  • 15 Les ouvrages de base, traitant du phénomène de réduction lors du séchage et de la cuisson des statu (...)

17Le premier des critères qu’on vient d’énumérer, les mesures, permet de classer les statuettes en générations, en évitant d’appliquer arbitrairement les pourcentages de réduction de passage de génération généralement admis15 ; cette classification en une ou plusieurs générations aboutit à la formation d’une série. A cette classification s’ajoute celle qui répartit les figurines selon le ou les moules dont elles dérivent, c’est-à-dire selon un moule que l’on distingue des autres soit par la présence d’un défaut, soit par son niveau de qualité supérieur ou inférieur, soit par un ajout ou une modification d’un ou plusieurs éléments. Ainsi, un type peut comprendre plusieurs séries parallèles mais non identiques, si le nombre de générations par série diffère ou si, par exemple, une modification de moule s’opère au niveau d’une deuxième ou d’une troisième génération et, en conséquence, double ou triple la série.

La classification en générations

18Celle-ci, fondée en grande partie sur la mesure de la hauteur du visage, a permis de déceler un phénomène secondaire, celui de la réduction différentielle, ou de la présence d’écarts de mesures minimes, entre des statuettes à l’intérieur d’une même génération. Cette réduction est différentielle, car elle dépend vraisemblablement d’écarts de mesures existant entre les moules dont dérivent les statuettes. En effet, des statuettes appartenant à une même génération peuvent dériver de plusieurs moules identiques, mais qui ont réduit plus ou moins lors de leur séchage ou de leur cuisson.

19E. Jastrow, dont l’étude se fonde sur l’observation de 6 à 700 pièces, a remarqué ce même phénomène de réduction plus ou moins constante dans une série ; l’auteur l’explique par l’interaction de divers facteurs : la composition chimique et minéralogique de l’argile, sa qualité d’épuration et son degré d’humidité, le temps de séchage des statuettes (qui est l’agent de réduction le plus important), et enfin la température du four et le temps de cuisson.

20La réduction différentielle se traduit donc par une diminution de la hauteur du visage qui, en général, est de l’ordre de 0,05 à 0,1 centimètre entre une statuette et une autre de même génération ; la réduction maximale, c’est-à-dire l’écart entre la plus grande et la plus petite hauteur de visage à l’intérieur d’une génération, est de 0,6 centimètre. Ce phénomène ne se vérifie, pour le matériel étudié ici, que dans le cas des statuettes de type A II, de deuxième génération et qualité b et c (hauteur des visages : de 4,8 à 4,2 cm), ainsi que pour des têtes isolées de type Β XV, de première génération et de qualité b (hauteur des visages : de 4,7 à 4,1 cm). Ainsi, le groupe des statuettes aux parures, pris dans son ensemble, présente des réductions différentielles qui oscillent entre 3,7 et 12,5 % (ce dernier pourcentage est celui des statuettes de type A II et Β XV citées précédemment) ; un calcul de la moyenne donne une réduction de 7,9 %.

21Le phénomène de réduction différentielle permet donc de déceler dans certains cas l’existence de plusieurs moules, identiques et de qualité analogue, dont dériveraient des séries parallèles, à l’intérieur d’une même génération. Cela, en particulier, lorsque le pourcentage tend à augmenter si le nombre des statuettes est important. Ainsi, il est vraisemblable que, par exemple, les statuettes de série 1 et 2, de deuxième génération, du type A II, dérivent de plusieurs moules (et forment ainsi des séries supplémentaires) qui auraient eu, dès leur fabrication, des écarts minimes des mesures entre eux. Cela expliquerait l’écart, important au total, des hauteurs des visages des figurines, qui vont de 4,8 à 4,2 cm.

22La constatation de ce phénomène de réduction, intrinsèque aux séries ou aux générations, a imposé une méthode de classification qui se fonde, pour les passages de génération, sur la présence d’écarts entre deux hauteurs de visage supérieurs à ceux occasionnés par la réduction différentielle. Ainsi, pour les hauteurs des visages, l’écart des mesures qui assure un passage de génération doit être de 0,2/0,3 cm au minimum. Cet écart correspond donc à un “vide” dans l’échelle des mesures d’une série, puisque, comme on vient de le voir, l’écart entre les mesures, qui correspond à la réduction différentielle, est constant et ne dépasse pas 0,05 ou 0,1 cm.

  • 16 Cf. Jastrow 1941, p. 3 et note 1 :1’auteur indique, pour les reliefs des arulae un pourcentage de r (...)

23L’application de cette méthode a permis de constater que, pour l’ensemble des types, les pourcentages de réduction, lors du passage d’une génération à l’autre, peuvent varier entre 14,2 et 20,8 %16. Le calcul de ce pourcentage a été fait en prenant les mesures maximales de chaque génération ; les quelques études publiées jusqu’à présent qui traitent de la classification des terres cuites par générations, n’indiquent pas avec précision l’éventail des mesures observé, ni le choix des mesures prises pour calculer le pourcentage de réduction des passages de génération.

24Examinons à titre d’exemple les statuettes A II 1 b 1 et A II 1 b 2, c’est-à-dire les figurines de type A II, de série 1, moule de qualité b, de générations 1 et 2. Les hauteurs des visages de première génération oscillent entre 5,4 et 5,1 cm et plus précisément sont de 5,4, 5,35, 5,3, 5,25, 5,2, 5,15, 5,1 cm ; celles de deuxième génération vont de 4,8 à 4,2 cm et sont de 4,8, 4,7, 4,6, 4,5, 4,4, 4,35, 4,3 et 4,2 cm. Le seul écart important des mesures est donc entre 5,1 et 4,8 cm et correspond au passage à la deuxième génération.

25Quatre des types étudiés ici présentent des pourcentages de réduction discordants : le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération des figurines de type A II est inférieur au pourcentage de réduction minimal puisqu’il oscille, selon les séries, entre 8,5 et 12,7 % ; comme on le verra, ce fait s’explique probablement par l’absence d’exemplaires de première génération, de dimensions supérieures, à Sélinonte, mais qui sont en revanche attestés à Agrigente.

26Les types Β XVII et Β XXVI présentent également un pourcentage de réduction faible (12,3 et 12,9 %), ce qui suggère, comme pour le type A II, l’existence d’exemplaires de dimensions supérieures sur d’autres sites (Géla, pour le type Β XXVI).

27Au contraire, le type A III comprend deux séries de statuettes de première génération aux dimensions nettement supérieures à celles de deuxième génération : en effet, cinq têtes isolées ont une hauteur de visage variant entre 7,6 et 6,8 cm, tandis que celle des statuettes de deuxième génération est de 4,8 à 4,55 cm, ce qui constitue un écart trop important. Mais, comme on le verra, la coiffure des statuettes de deuxième génération diffère de celle des têtes isolées de première génération. Il faudrait donc à nouveau supposer l’existence de statuettes de première génération, de mesures intermédiaires, dérivées d’un archétype secondaire. Mais, cette restitution est problématique car le type A III n’est attesté sur aucun autre site.

Critères de rédaction des notices du catalogue

28L’étude de chaque type comprend sept paragraphes. Le nombre d’illustrations varie selon les particularités que chaque type présente. Se trouvent illustrées en effet, outre la face antérieure de la figurine, la technique de fabrication des types (vue du profil quand sont employées deux techniques différentes), ainsi que les éventuelles générations, toutes les particularités présentées par chaque type : modifications effectuées sur l’archétype primaire, différences du niveau de qualité des moules. L’étude de chaque type comprendra donc les points suivants :

291 - Etat de conservation, on indiquera le nombre de statuettes conservées et on décrira les fragments.

302 - Description : l’image reproduite par l’archétype primaire et, lorsque le cas se présente, l’image modifiée (archétype secondaire), sont décrites du général au particulier.

313 - Technique : la technique de fabrication des figurines est brièvement décrite à moins que celle-ci ne présente des particularités.

324 - Argile : la qualité et la texture de l’argile sont décrites. La définition de la couleur de l’argile est donnée en référence aux teintes Munsell (Soil Color Charts, Baltimore, 1975) : l’éventail des teintes est large, mais celles-ci peuvent être regroupées le plus souvent en trois à quatre couleurs.

335 - Classification : les résultats de la classification, fondée sur les critères précédemment décrits, sont expliqués, puis présentés sous la forme d’“arbres généalogiques”. Cette classification aboutit à l’élaboration d’un code qui définit l’appartenance de chaque statuette au classement général ; ce code se compose de sigles qui se présentent ainsi :

34A ou B : statuette debout ou assise.

35I à XXIX : le type auquel appartient la statuette.

361 ou 2 : la distinction des moules selon une technique de fabrication particulière ou bien selon la présence ou non d’un défaut de fabrication.

37a ou b ou c : la distinction des moules selon leur niveau de qualité à l’intérieur d’une même génération.

381 ou 2 ou 3 : la génération.

39a ou b ou c : les moules parallèles ou moules fabriqués à partir d’un archétype secondaire.

40Pour les statuettes de type Β XV, on a ajouté le chiffre 1 ou 2 ou 3 précédé d’un tiret, qui indique la variante opérée sur la forme du trône après démoulage de la figurine.

41Afin de clarifier la lecture du code lorsque l’un des critères de la classification n’a pas été utilisé et que, en conséquence, des chiffres ou des lettres identiques se trouvent juxtaposés, on a choisi de séparer les sigles par un point. Ainsi, on aura par exemple une statuette codée A III 1 a 2 b et une autre codée Β XVII 1.1. De fait, pour les statuettes de type Β XVII, le niveau de qualité est uniforme, ce qui ne permet pas de distinguer l’existence de plusieurs moules de même génération.

42Les arbres généalogiques comprennent, immédiatement au-dessous de chaque ramification, les numéros progressifs des statuettes qui rentrent dans cette subdivision et, entre parenthèses, la ou les mesures en centimètres de la hauteur interne des visages.

436 - Diffusion : sont ici signalés les termes de comparaisons, c’est-à-dire la description et la provenance de statuettes identiques et/ou analogues, afin de déterminer éventuellement le lieu de l’atelier créateur de l’archétype.

447 - Datation : les statuettes aux parures du sanctuaire de la Malophoros sont dépourvues de contexte stratigraphique — on connaît seulement leur provenance des dépôts votifs datables à partir de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. — ; en conséquence, la datation des statuettes ne peut être estimée que par comparaison avec des figurines identiques et/ou analogues, provenant d’autres sites qui, pour la plupart, sont connus également par d’anciennes fouilles et n’offrent pas de contexte archéologique précis. En outre, la datation des objets ne correspond pas forcément à celle de la création de l’archétype ; la durée de la production d’un type est, quant à elle, inconnue.

45En annexe au chapitre 2, on trouvera les tableaux de concordance entre le code de classification et le numéro d’inventaire des statuettes ; ce dernier est précédé soit du sigle N.I. ou Numéro d’Inventaire du Musée Archéologique de Palerme, soit du sigle SM Pal Τ élaboré par la Mission Malophoros pour le catalogue du matériel coroplastique inédit, non inventorié et conservé dans les réserves du Musée de Palerme.

GROUPE A : LES STATUETTES DEBOUT TYPES I À XI

TYPE I

État de conservation

46L’unique statuette conservée est fragmentaire. On possède une partie du buste et du bras gauche de la figurine : SM Pal Τ 2621 (H : 17,6 cm ; 1 : 13 cm ; H des parures : 7 cm) (fig. 13).

Description

47Le fragment conservé montre la figurine debout, très droite, les bras serrés le long du corps. Son vêtement comprend un chiton à plis fins et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes oblongues ; les agrafes soutiennent le premier rang des parures. La caractéristique de ce type est la parfaite horizontalité des rangs des parures : les rangs supérieur et inférieur portent huit pendentifs ovoïdes, le rang médian a sept pendentifs circulaires.

  • 17 SM Pal Τ 2505 (Β XII 1 b) ; cette restitution est fondée uniquement sur l’analogie du style et des (...)

48On proposera de restituer à la figurine (planche hors texte 1) une tête de type Β XII17 et une hauteur totale d’environ 50 cm.

Technique

49Seule la face antérieure est conservée, mais la paroi interne et le côté du bras gauche suggèrent que la face postérieure était fabriquée à l’aide d’un second moule ; la ligne de collage a été réparée et lissée à la spatule.

Argile

50L’argile est bien épurée, assez compacte, mais poudreuse en surface ; sa couleur est orangé clair (7.5 YR 7/8).

Diffusion

51L’association du modèle debout et des parures à trois rangs horizontaux est rare et ne se trouve que sur des statuettes de dimensions nettement inférieures.

  • 18 Musée de Caltanissetta, n° inv. 2565. Orlandini 1962, pl. XXXI, 4 et p. 107 : le sanctuaire est dat (...)
  • 19 Musée de Caltanissetta, fouilles de 1962. H. restituée : env. 20 cm.
  • 20 Cf. Orlandini 1956b, p. 369 et fig. 13 (H : 20 cm.). Musée de Géla, vitrine 11, sép. 4 (n° inv. 878 (...)

52En effet, seule une statuette de grandes dimensions, provenant de Capodarso18, reproduit un modèle debout, aux parures à triple rang, mais ceux-ci sont incurvés et portent des pendentifs différents (cinq pendentifs circulaires sur le rang supérieur, six ovoïdes de part et d’autre d’un croissant de lune sur le rang médian, neuf ovoïdes sur le rang inférieur) ; en outre, la figurine porte des agrafes de forme circulaire. La fouille de l’aire de la cité de Capodarso a restitué une statuette fragmentaire, debout, avec des parures à deux rangs horizontaux qui soutiennent cinq pendentifs ovoïdes et quatre sphériques19.Ce dernier modèle de parure, mais avec inversion des rangs, orne le buste d’une statuette aux genoux à peine fléchis, provenant d’une tombe de la nécropole ΙΝΑ-Casa à Géla20.

Fig. 13. Type A 1 (SM Pal T2621).

  • 21 Giudice 1979, p. 314 sqq., n°4 et pl. V (statuette acéphale ; H. conservée : 11 cm).

53Une statuette de Camarina21 reproduit un archétype identique à celui du type A1 de Sélinonte, mais la figurine est de dimensions réduites et les pendentifs sont moins nombreux (6/5/6) ; un tel écart des dimensions rend peu probable un lien direct entre ces deux statuettes.

Datation

54Le fragment de type A I est dépourvu de contexte archéologique et ne pourrait être daté que par analogie avec d’autres pièces identiques qui, comme on l’a vu, manquent. Les rapprochements proposés intéressent des statuettes datables à partir de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. Aussi pourrait-on suggérer, pour le type A I, une datation vers la fin du VIe siècle av. J.-C., par analogie avec le modèle debout de type A II.

TYPE II

État de conservation

55Le nombre des statuettes et fragments conservés s’élève à 247 unités : le type A II comprend à lui seul presque la moitié des statuettes du groupe A. Deux statuettes sont entières (SM Pal Τ 2601, H : 33 cm, fig. 15 ; N.I. : 1 cm, H : 33,1 cm) ; 28 statuettes sont fragmentaires et comprennent la tête et la moitié supérieure du corps, 6 fragments représentent diverses parties du corps. Enfin, 211 fragments ne comprennent que la tête de la figurine et, parfois, l’amorce des épaules.

Fig. 14. Type A II 1 b 1 (SM Pal T2623).

Description

56La figurine est debout, pieds nus posés sur une plinthe rectangulaire, les genoux à peine fléchis et les bras serrés le long du corps. Son habillement se compose d’un chiton à plis fins, avec des manches cousues aux trois quarts, et de l’épendytes fixé aux épaules par deux grandes agrafes oblongues, incisées de deux palmettes opposées. Les agrafes retiennent également le collier à double rang : le rang supérieur porte neuf pendentifs ovoïdes ; le rang inférieur est composé d’un pendentif central, un croissant de lune aux pointes tournées vers le bas, encadré par deux séries de trois pendentifs circulaires. La tête est coiffée d’un polos gansé ; le visage est rond, les traits réguliers. Les cheveux sont incisés en fines languettes verticales et disposés en arc de cercle sur le front ; le reste de la chevelure, longue et ondulée, retombe de part et d’autre du cou. La figurine est parée de bijoux : des boucles d’oreilles, formées d’un pendentif ovoïde suspendu à un croissant de lune, un fin torque autour du cou et un bracelet ou triple anneau à chaque poignet.

Technique

57La figurine est fabriquée à l’aide de deux moules : l’un constitue la face antérieure de la statuette et reproduit l’image de la figurine, le second forme la face postérieure à l’aide d’une plaque d’argile, lissée ensuite à la spatule. La ligne de collage est également réparée à l’aide d’une spatule.

58Deux moules différents ont été utilisés pour la face postérieure, comme on peut s’en rendre compte en observant le profil des statuettes (fig. 16) ; le premier forme une simple plaque d’argile qui, appliquée contre la face antérieure de la figurine, donne à la statuette une singulière étroitesse : cet écrasement de la figurine est surtout visible sur le polos qui, en conséquence, est de section elliptique. Le second est nettement plus arqué et complète davantage le volume de la figurine ; de même, cette variation est plus sensible à la hauteur de la nuque et du polos, qui est cette fois cylindrique. Dans ces deux cas, le moule de la face antérieure reste inchangé : cette variation, correspondant à l’utilisation de diverses matrices pour la face postérieure, permet de distinguer déjà deux séries de statuettes de type A II. L’emploi de ces deux techniques pourrait correspondre à la marque de fabrique de deux ateliers concurrents puisqu’on le trouve pour chaque génération.

Fig. 15. Type A II 2b2 (SM Pal T2601).

59La deuxième série de statuettes présente un meilleur travail de finition et le nombre de figurines produites est plus important (tableau ci-dessous) : 103 statuettes pour la première série, 138 statuettes pour la deuxième.

60On remarquera en outre que la qualité de la matrice de troisième génération est, pour la deuxième série, nettement inférieure.

Argile

61L’argile est bien épurée et de texture fine, mais peu compacte et la surface des statuettes est poudreuse ; la superficie a viré au grisâtre et s’écaille facilement.

62On a pu relever quatre couleurs d’argile, dont les nuances correspondent à treize teintes Munsell :

  1. beige jaune à beige clair (10 YR 8/8, 8/6,8/4, 8/3, 8/2 et 7/6, 7/4) : 133 statuettes (53,84 %).

  2. orangé clair à grisâtre (7.5 YR 8/6 et 7/6,7/4) : 80 statuettes (32,38 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8) : 8 statuettes (3,23 %).

  4. jaune pâle, verdâtre (2.5 Y 8/4, 8/2) : 26 statuettes (10,52 %).

Classification

63Les statuettes de type A II se divisent donc en deux séries selon le moulage de la face postérieure.

64La majorité des pièces n’a conservé que la tête de la figurine : leur classification est, en conséquence, essentiellement basée sur la hauteur interne des visages.

65Ainsi, on peut distinguer trois générations (cf. le tableau ci-dessous et fig. 16, 17, 18 et planche hors texte I). Les hauteurs internes des visages varient à l’intérieur de chaque génération : cette variation est due à la réduction différentielle dont on a parlé plus haut et qui suggère l’utilisation de plusieurs moules, en particulier pour la fabrication des statuettes de deuxième génération. En effet, la réduction différentielle maximale est nettement plus élevée dans la seconde génération de statuettes :

66A II 1 b 1 : 5,4 à 5,1 cm : 5,5 %

67A II 2 b 1 : 5,45 à 5,2 cm : 4,5 %

68A II 1 b 2 ou c 2 et A II 2 c 2 : 4,8 à 4,2 cm : 12,5 %

69A II 1 a 3 : 3,9 à 3,7 cm : 5,1 %

70A II2 c 3 : 4,3 à 8 cm : 5 %

Tableau généalogique du Type A II

Tableau généalogique du Type A II

Fig. 16. Type A II 1 b 1 (SM PalT2672). Type A II 2 a 1 (SM Pal T2626).

Fig. 17. Type A II 1 a 2 (SM Pal Τ19424), Type A II 2a2 (SM Pal Τ19413).

  • 22 Cette variation s’explique par les différences de hauteurs maximales des visages entre les séries a (...)

71De même, le pourcentage de réduction entre les générations varie notablement : pour chacune des deux séries, le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération est très faible (de 8,5 à 12,7 %)22, tandis que celui entre la deuxième et la troisième génération est normal (de 16,6 à 21,8 %). La majorité des statuettes de deuxième génération a une hauteur de visage égale à 4,5 cm et, si Ton considère cette mesure moyenne pour calculer le pourcentage de réduction de passage à la deuxième génération, on obtiendra une réduction plus vraisemblable (5,4 à 4,5 cm : 16,6 %).

Fig. 18. Type A 11 1 a 3 (SM Pal T2686), Type A II 2 a 3 (SM Pal T2683).

Tableau des pourcentages de réduction du Type A II

Tableau des pourcentages de réduction du Type A II

72D’autre part, les statuettes de chaque série présentent de nettes différences de qualité dans l’impression des traits du visage et dans le travail d’incision, en particulier des cheveux sur le front. Trois niveaux de qualités peuvent être distingués (fig. 19) : ces niveaux de qualité existent pour chaque génération, à des hauteurs internes de visages identiques ; la différence de qualité ne traduit pas un passage d’une génération à l’autre, mais correspond à l’utilisation de trois moules dérivés d’un même archétype.

Fig. 19. Type A II 1 a 2 (SM Pal Τ19424), Type A II l b 2 (SM Pal Τ19412), Type A II 1 c 2 (SM Pal T19433).

73Dans le tableau page 51, les moules sont désignés par les lettres a, b et c : ainsi, les six moules A II1 a 1, a 2, a 3 et A II2 a 1, a 2, a 3 ont produit des visages aux traits bien marqués et aux incisions profondes. Les moules b montrent un léger estampage des reliefs et les visages sont moins fins. Enfin les statuettes tirées des moules c ont un visage flou et les reliefs et incisions ont presque disparu.

74La classification des statuettes de type A II permet une série de constatations :

  • la majorité des statuettes dérive des moules de deuxième génération (A II1 a,b,c 2 et AII2 a,b,c 2) : 83 statuettes pour la série 1, 119 pour la série 2. Les dimensions de ce modèle, dont la hauteur est d’environ 33 cm, sont donc celles qui ont connu le plus de succés ;

  • les statuettes sont principalement tirées des moules A II 1 b/c et A II 2 b/c : les statuettes de qualité supérieure sont donc moins nombreuses ;

  • au niveau de la troisième génération, un moule supplémentaire a été créé pour chacune des deux séries (A II1 a 3 a et A II2 a 3 a) : seules six statuettes de qualité supérieure sont conservées. Le visage est plus étroit et de forme triangulaire ;

  • le faible pourcentage du passage de génération entre les statuettes de première et de deuxième génération laisse à penser que des exemplaires de première génération, de dimensions supérieures à ceux provenant de Sélinonte, doivent être recherchés sur un autre site, et comme nous le verrons, probablement à Agrigente.

Diffusion

  • 23 Musée d’Agrigente, Salle V, n° inv. 293 à 297 et je n’ai malheureusement pu obtenir l’autorisation (...)

75Seule Agrigente a produit des statuettes identiques, tirées d’un moule façonné sur l’archétype A II : il s’agit de six statuettes provenant probablement du sanctuaire des divinités chthoniennes23 ; une des têtes isolées m’a semblé être de première génération, les cinq autres pièces sont de deuxième génération.

  • 24 Musée d’Agrigente : Sanctuaire des divinités chthoniennes, n° inv. S.320. Aire au sud du Temple de (...)
  • 25 Musée de Syracuse, n° inv. inconnu (non publiée).
  • 26 Musée de Syracuse, n° inv. inconnu (non publiée).
  • 27 Voza 1973, p. 124, n° 392 et pl. XLI.

76D’Agrigente également, proviennent plusieurs variantes du type A II, de grandes et petites dimensions, qui présentent des modifications du collier : absence du pendentif en croissant de lune et port de pendentifs circulaires sur le rang supérieur24. Ce modèle de collier est porté aussi par des statuettes de Géla (sanctuaire de Bitalemi)25, de Palma di Montechiaro26 et du sanctuaire de Déméter et Koré à Eloro27.

  • 28 Besques 1954, n° inv. Β 548, pl. LI (H : 34 cm ; datation : fin du VIe siècle av. J.-C.)
  • 29 Kekulé 1884, p. 18 et fig. 23.

77Un troisième modèle de collier est porté par une statuette agrigentine, mais sans indication de provenance : les rangs du collier sont inversés et le fil inférieur ne porte que cinq pendentifs ovoïdes ; en outre, les agrafes sont rectangulaires28. Une statuette illustrée par R. Kekulé29 et provenant également d’Agrigente semble être une réplique de la statuette du Louvre, d’une génération postérieure (ses dimensions sont plus réduites).

Datation

78De nombreuses statuettes, et surtout des têtes isolées, de type A II, portent sur leur revers la référence S. XXIII et quelques unes un chiffre et l’année 1893 ; le signe S. XXIII correspond à la campagne de fouilles de 1898. Pendant ces deux années, A. Salinas était chargé de la fouille du sanctuaire et, comme on l’a déjà noté dans la première partie de cette étude, il n’a fourni que très peu d’indications topographiques et stratigraphiques. En effet, les seules données que l’on peut extraire de la lecture des journaux de fouilles sont des indications vagues de secteurs : en 1893 et 1898, A.Salinas explore le terrain exproprié en 1890 qui comprend la moitié Ouest du temple et la superficie du téménos correspondant. Ces statuettes proviennent donc des dépôts votifs de la période de fréquentation du temple : celle-ci couvre à peu près la seconde moitié du VIe siècle jusqu’à 409 av. J.-C.

  • 30 Ferruzza 1986, p. 32 à 36, fig. Dehl-Dewailly 1986, note 35 (Dewailly). Les dimensions du fragment (...)

79Un fragment de statuette de type A II provient de la fouille du sanctuaire situé au sud de celui de la Malophoros, à Sélinonte30, et plus précisément de la couche III ou niveau de fréquentation à l’extérieur du temple ; ce niveau de fréquentation est datable des VIe et Ve siècles av. J.-C. et serait donc contemporain de celui du temple de la Malophoros.

  • 31 Marconi 1933, p. 56 à 58 ; Griffo 1955.

80Une datation au dernier tiers du VIe siècle av. J.-C. serait donc confortée par les répliques provenant du sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente et datées par leur style de la fin du VIe ou du début du Ve siècle av. J.-C.31

TYPE III

État de conservation

81Les statuettes et fragments de type A III comptent 80 unités. Un exemplaire entier est exposé au Musée de Palerme (N.I. 266 ; H : 33 cm ; fig. 20). 15 statuettes sont fragmentaires et ont conservé une plus ou moins grande partie du corps ; une statuette est acéphale. 45 têtes sont isolées et 18 fragments représentent diverses parties du corps.

Fig. 20. Type A III 2 a 2 b (N.I. 266)

Description

82La figurine est debout, parfaitement droite, pieds nus posés sur une plinthe rectangulaire ; les deux bras sont tenus à l’horizontale et les avant-bras, levés au ciel, sont modelés séparément et emboîtés ensuite grâce à un tenon engagé dans la mortaise ménagée à l’intérieur du coude.

83L’habillement se compose d’un chiton aux plis fins et de l’ependytes fixé aux épaules par deux petites agrafes circulaires. Les agrafes portent le collier à double rang : le fil supérieur a neuf pendentifs ovoïdes ; le fil inférieur porte un pendentif central, en forme de croissant de lune aux pointes tournées vers le bas, encadré par deux séries de trois pendentifs circulaires. La statuette est tête nue : le visage ovale, aux yeux légèrement bridés, esquisse un léger sourire ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et incisés de languettes verticales, tandis qu’ils retombent, longs et ondulés, de chaque côté du cou.

84La figurine est parée de bijoux : un ampyx qui couronne la tête, des boucles d’oreilles formées d’un croissant de lune et d’un pendentif ovoïde, un fin torque autour du cou.

Technique

85La technique de fabrication des statuettes de type A III est identique à celle utilisée par les figurines de type A II. On note ici aussi l’emploi de deux moules différents pour la face postérieure : la différence entre ces deux moules réside en l’absence ou non de calotte crânienne (fig. 21). La première série de têtes a le sommet du crâne aplati, voire oblique, et la face postérieure est fortement travaillée à la spatule, tandis que la deuxième série de têtes a un bombement naturel, bien visible sur la face antérieure.

86Comme pour les statuettes de type A II, le nombre de figurines de deuxième série est plus important : 14 statuettes pour la première série, 47 statuettes pour la deuxième.

Argile

87La texture de l’argile est analogue à celle des statuettes de type A II : fine, peu compacte et poudreuse en surface ; toutefois, on a pu relever, parmi les figurines de la deuxième série, sept statuettes dont l’argile est moins bien épurée, c’est-à-dire plus granuleuse. La superficie de ces statuettes est criblée de fossettes dues à l’éclatement de bulles apparues lors de la cuisson.

Fig. 21. Type A III 1 a 2 b (SM Pal T2704),Type A 111 2 a 2 b (SM Pal T2722).

88L’argile présente quatre couleurs différentes qui correspondent à onze teintes Munsell :

  1. beige jaune à beige clair (10 YR 8/8, 8/6, 8/4, 8/2 et 7/6, 7/3) : 54 statuettes (67,5 %).

  2. orangé clair à grisâtre (7.5 YR 8/6 et 7/6) : 20 statuettes (25 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8) : 5 statuettes (6,25 %).

  4. jaune pâle, verdâtre (2.5 Y 8/4) : 1 statuette (1,25 %).

89Parmi les sept statuettes mentionnées ci-dessus, quatre ont une argile beige (10 YR 8/6, 8/4, 8/3) et trois sont de couleur orangé clair (7.5 YR 8/6).

Classification

90Comme pour le type A II, les statuettes de type A III se divisent en deux séries selon le moulage de la face postérieure.

91Cinq têtes isolées, de dimensions nettement supérieures, ont été inclues dans le type A III (fig. 22), mais leurs cheveux sont coiffés différemment : sur le front, les cheveux sont disposés en V et modelés en séries parallèles de doubles languettes verticales. Mais, l’une de ces têtes (N.I.367, fig. 23) comprend l’amorce de l’épaule droite qui témoigne son appartenance à l’’archétype A III, aux bras levés ; d’autre part, aucun autre archétype de figurines provenant du sanctuaire de la Malophoros ne présente ce modèle de tête.

  • 32 On considérera donc que ces cinq têtes dérivent d’un archétype primaire a : la série 1 comprend deu (...)
  • 33 La seconde génération de statuettes dérive de moules sur lesquels la disposition et le mode d’incis (...)

92Ainsi, ces cinq têtes isolées, dont deux sont de série 1 et trois sont de série 2, forment une première génération dont les hauteurs des visages mesurent 7,6 et 6,8 cm32. Les 75 autres figurines ont une hauteur de visage qui oscille entre 4,8 et 4,55 cm et forment une seconde génération dérivée d’un archétype secondaire33 (planche hors texte I). L’écart entre ces deux générations est important : le pourcentage de réduction du passage de génération serait de 29,4 % pour la série 1 et de 36,8 % pour la série 2 ; et, comme la filiation n’est pas directe, puisqu’il y a création d’un archétype secondaire, il est vraisemblable que la modification de la coiffure a été opérée sur une épreuve de surmoulage ou sur un surmoule exécuté à partir d’une épreuve de première génération.

Fig. 22. Type A III 1 a 1 a (N.I. 385).

Fig. 23. Type A III 2 a 1 a (N.1. 367, SM Pal T2779).

Fig. 24. Type A III 2 a 2 b (SM Pal T2745), Type A III 2 b 2 b 2 b 2 b (SM Pal T2743).

93Les cinq têtes isolées, de première génération, montrent une bonne qualité de facture ; mais, les statuettes de deuxième génération présentent deux niveaux de qualité différents pour des mesures identiques : cette distinction se note particulièrement sur le travail d’incision des détails (fig. 24). Ces figurines se répartissent donc, pour chaque série, en deux groupes selon la qualité, a ou b. La réduction différentielle, à l’intérieur de la deuxième génération, est de 5,2 %.

Tableau généalogique du Type A III

Tableau généalogique du Type A III

Diffusion

  • 34 Musée de Géla, tête n° inv. 10658 (provenance : Acropole) ; Musée d’Agrigente, plusieurs protomés p (...)

94Aucune statuette de ce type ne se retrouve sur d’autres sites ; en revanche, on observera que le style du visage est analogue à celui de nombreuses statuettes et protomés provenant de Géla, Agrigente, Camarina, Eloro, Sabucina et de Sélinonte et Mozia, mais ces représentations sont coiffées différemment34 : sur le front, les cheveux sont coiffés en deux bandeaux séparés par une raie et incisés en séries d’arcs de cercle parallèles. Ainsi, ce second modèle, sans doute d’origine géloo-agrigentine, a été, contrairement au modèle sélinontin, largement diffusé en Sicile ; de fait, il est également présent à Sélinonte.

95Mais alors que le modèle sélinontin avec polos (A II) est attesté à Agrigente, celui de type A III, couronné d’un ampyx et associé à la représentation de la figure debout, les bras levés au ciel, n’apparaît pas hors de Sélinonte.

  • 35 Gabrici 1927, col. 278 et pl. LXIII, 2 : on notera que cette statuette est de grandes dimensions (H (...)
  • 36 Manganaro 1977, p. 148149.
  • 37 Il s’agit de la base inscrite sur laquelle G. Manganaro lit, associé au nom d’Hécate, celui de la d (...)

96Cette image de la divinité est rare : le sanctuaire de la Malophoros a restitué une unique statuette au geste identique35. G. Manganaro36 a proposé de reconnaître dans celle-ci l’image d’Angelos/Artémis dont le nom serait attesté par une inscription provenant du sanctuaire37 et le culte présent à Mégara Nisaea.

  • 38 Neumann 1965,p. 90-92 ; également, Bielefeld 1954-55, p. 387.

97Le mouvement des bras, levés vers le ciel, est interprété par G. Neumann38 comme le geste de l’épiphanie ; ce geste caractériserait la divinité féminine, Grande Mère ou Potnia Théron, protectrice de la Nature et fécondatrice.

  • 39 Cf. Orsi 1909, p. 464-465 et figs. 31 à 33.
  • 40 Gabrici 1927, pl. LXXVIII, 6 : un fragment de pinax représentant le rapt de Koré ; on peut y voir l (...)
  • 41 Spigo 1982 ; l’auteur a soutenu, lors du Congrès sur la Grande-Grèce de Tarente en 1986, la thèse q (...)

98D’autre part, nous voudrions faire remarquer la similitude entre cette position et celle de Koré, enlevée sur le char d’Hadès, telle qu’elle est représentée sur quelques pinakes de Locres39 ; comme le prouvent des fragments de pinakes trouvés au sanctuaire de la Malophoros40, et surtout le grand nombre de pinakes récemment découvert à Francavilla di Sicilia41, ces images étaient bien connues en Sicile.

Datation

99Les statuettes et protomés géloo-agrigentines, dont le visage est analogue, sont datées vers la fin du VIe siècle av. J.-C. ; on peut considérer que l’archétype A III, sélinontin, doit être grosso modo contemporain.

TYPE IV

État de conservation

100Le nombre des statuettes et des fragments conservés de type A IV s’élève à 142 unités, dont 18 exemplaires entiers (H : de 24,7 à 23 cm) ; quatre statuettes sont acéphales. 120 figurines sont fragmentaires : 17 comprennent la tête et la moitié supérieure du corps, 24 comprennent la tête et une partie du buste, 14 fragments conservent la moitié supérieure du corps et 65 têtes sont isolées.

Description

  • 42 On a choisi deux statuettes fragmentaires (une statuette acéphale et une tête isolée) dont la factu (...)

101La figurine est debout (fig. 25-26)42 ; les genoux à peine fléchis, pieds nus posés sur une plinthe rectangulaire ; les bras sont collés le long du corps. Son vêtement se compose d’un chiton finement plissé et de l’ependytes maintenu aux épaules par deux grandes agrafes elliptiques, incisées de deux palmettes opposées. Aux agrafes est suspendu un collier à triple rang de sept pendentifs ovoïdes.

Fig. 25. Type A IV l/2a2 (SM Pal Τ1848).

Fig.26. Type A IV la2(SM Pal T1723-1841-1778).

Fig. 27. Type A IV 2 b 2 (SM Pal T1713).

102La statuette porte un polos cylindrique, décoré en relief de perles insérées dans des rectangles ; le visage est ovale, le nez accusé et l’expression de la bouche est souriante. Les cheveux sont disposés sur le front en arc de cercle régulier formé d’une série de boucles à chevrons ; le reste de la chevelure retombe sur les épaules.

103Les poignets sont ornés d’un bracelet à triple tour ; les boucles d’oreilles sont en forme de perle.

Technique

104La statuette est obtenue à l’aide de deux moules ; celui de la face antérieure reproduit l’image de la figurine, celui de la face postérieure est formé d’une simple plaque d’argile lissée à la spatule ; la ligne de collage est également réparée à l’aide d’une spatule (fig. 27).

Argile

105La majorité des statuettes de type A IV est de facture médiocre et l’argile, bien épurée, est peu compacte et poudreuse en surface. Seules quelques statuettes fragmentaires ont une argile de meilleure qualité et gagnent en compacité.

106L’argile peut prendre quatre couleurs différentes, correspondant à treize teintes Munsell :

  1. beige jaune à beige clair (10 YR 8/6, 8/4, 8/3, 8/2 et 7/6, 7/4, 7/3) : 77 statuettes (54,6 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 8/6 et 7/6, 7/4) : 43 statuettes (30,4 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8) : 11 statuettes (7,8 %).

  4. jaune pâle, verdâtre (2.5 Y 8/4, 8/2) : 10 statuettes (7 %).

Classification

107La classification des statuettes de type A IV est effectuée selon trois critères :

    • 43 Les 53 pièces comprennent les 18 statuettes entières, les 4 statuettes acéphales, les 17 fragments (...)

    La présence ou non d’un défaut du moule : ce défaut, deux sillons verticaux et une ligne boursouflée en diagonale, se situe juste au-dessus de la flexion des genoux et se retrouve, identique, sur de nombreuses pièces (fig. 27). Il s’agit donc d’un moule défectueux. Seuls les fragments suffisamment grands comprenant au moins la moitié supérieure ou la moitié inférieure de la figurine peuvent révéler la présence ou l’absence de ce défaut. Il est présent sur 53 figurines43 qui peuvent être classées selon ce critère. Il est absent en revanche sur une statuette acéphale (fig. 26) et un fragment comprenant la tête et la moitié supérieure du corps de la figurine.

  1. Le critère de qualité : les deux statuettes sans défaut, cinq statuettes avec défaut (dont 4 fragmentaires), un fragment de tête et de buste et trois têtes isolées présentent une qualité de facture nettement supérieure à celle de la majorité des statuettes (fig. 26 et 28) ; le bas niveau de la qualité se note surtout sur le visage, presque déformé, et les traits (yeux, bouche) complètement estompés, ainsi que, de toute évidence, sur le travail d’incision des détails (plis du chiton, incision des agrafes, décor du polos) (fig. 27).

    • 44 Les variations des hauteurs de visage sont de l’ordre de 0,5 mm (= 3,3/3,25/3,2/3,15/3,1/3,05/3/2,9 (...)

    La mesure de la hauteur interne du visage : la majorité des statuettes fragmentaires comprend la tête et le buste ou la moitié supérieure du corps de la figurine, ce qui oblige à faire reposer la classification essentiellement sur la hauteur du visage. Celle-ci oscille entre 3,3 et 2,95 cm : l’ensemble des statuettes de type A IV appartient donc à une unique génération (planche hors texte I)44. La réduction différentielle, à l’intérieur de cette unique génération, est de 10,6 % au maximum.

Fig. 28. Type A IV 2 a 2 (N.I. 3).

108La classification des statuettes, synthétisée dans le tableau ci-après, rend compte de l’existence de deux moules (A IV1 et A IV 2), sans et avec défaut, dont dérivent deux séries de statuettes, et de la différence de qualité due également à deux moules (A IV 1/2 a et A IV 1/2 b) ; les séries classées ici 1/2 (de qualité a et b) correspondent aux fragments dont on ne peut dire s’ils appartenaient à une figurine présentant ou non un défaut. Les statuettes provenant du sanctuaire de la Malophoros font très vraisemblablement partie d’une seconde génération à partir de l’archétype, et cela est indiqué par le chiffre final 2 (exemple A IV 1 a 2).

Tableau généalogique du Type A IV

Tableau généalogique du Type A IV
  • 45 H du fragment : 15,4 cm ; largeur des épaules : 6,6 cm ; la largeur des épaules des statuettes de d (...)

109Enfin, le type A IV comprend un archétype secondaire dont dérive une statuette fragmentaire (SM Pal Τ 1777.1846) comprenant le buste et la moitié inférieure droite du corps de la figurine (fig. 29 et planche hors texte I). Cet archétype reproduit exactement, à l’exception du collier, le modèle du type A IV : le collier n’a que deux rangs de sept et six pendentifs ovoïdes. L’unique exemplaire provenant du sanctuaire de la Malophoros ne présente pas de défaut de moule, qui est également de bonne qualité. Ses dimensions sont inférieures à celles des séries étudiées précédemment45. La statuette appartient donc à une génération postérieure (A IV1 a 3 a). Son argile, bien épurée, est de couleur rose (5 YR 8/4).

Diffusion

  • 46 N° inv. S. 328 ; provenance probable : Sanctuaire des divinités chthoniennes.

110Une tête isolée, de dimensions nettement supérieures, est conservée au Musée d’Agrigente46 : ses dimensions et la bonne qualité du moule, dont elle dérive, suggèrent que cette tête appartient à une série de type A IV de première génération.

  • 47 H conservée : 22,5 cm ; la mauvaise qualité de la photo ne permet pas de distinguer la présence ou (...)
  • 48 Cf. Marconi 1930, p. 411-412 et fig. 2.

111Une statuette parfaitement identique à celles de la série A IV 1/2 b 247 provient d’une tombe d’enfant de la nécropole de Monte Saraceno48. La présence de cet exemplaire sur un site sicule de l’aire géloo-agrigentine constitue une donnée supplémentaire en faveur de l’origine agrigentine de l’archétype.

Fig. 29. Type A IV 3 a 3 (SM Pal Τ1777-1846).

112Agrigente a également produit plusieurs statuettes dérivées d’archétypes secondaires de type A IV :

    • 49 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 20487 et S. 883.

    deux statuettes, provenant du sanctuaire des divinités chthoniennes, portent un polos non décoré49 ;

    • 50 Cf. Marconi Bovio 1930, p. 80-81 et fig. 12-13.

    deux statuettes fragmentaires, provenant du sanctuaire de Villa Aurea, également dédié aux divinités chthoniennes50 : la première porte un polos non décoré et des agrafes de forme rectangulaire, sans décoration incisée ; les cheveux, sur le front, sont incisés en languettes verticales. Le second fragment comprend la moitié supérieure du corps (la tête manque) : le collier, à triple rang, porte neuf pendentifs ovoïdes sur chaque rang et les agrafes ne semblent pas incisées ;

    • 51 Cf. Langlotz 1968, fig. 20 (à gauche).

    une statuette de grandes dimensions, provenant de la nécropole de Montelusa, porte un chiton aux manches à large plissé vertical et un collier à triple rang de huit et neuf pendentifs ovoïdes51 ;

    • 52 Cf. Besques 1954, Β 546 et pl. LI (H 32,7 cm ; datation : fin du VIe siècle av. J.C.).

    une statuette, conservée au Musée du Louvre52 et provenant d’Agrigente, porte un polos non décoré et un collier à quatre rangs dont trois ont 9, 11 et 12 pendentifs ovoïdes ; le rang inférieur a 12 petits pendentifs circulaires ;

    • 53 Cf. Kekulé 1884, p. 18 et fig. 24.

    une statuette, illustrée par R. Kekulé53, a les cheveux sur le front incisés en languettes verticales et le troisième rang de son collier porte cinq pendentifs circulaires.

  • 54 Cf. Rizzo 1897, p. 300 : matrice C, découverte en 1893 aux pieds des murs de la cité, au sud du Tem (...)
  • 55 N°inv.9386et9387 :lesdeux statuettes sontfragmentaires et acéphales.

113Un moule, découvert à proximité du sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente54, reproduit le modèle de la statuette0A IV 1 a 3 a ; ce moule est de dimensions supérieures à la statuette du sanctuaire de la Malophoros. En outre, deux statuettes analogues proviennent du sanctuaire de S. Βiagio à Agrigente55.

  • 56 Cf. Orsi 1905, p. 440 et fig. 23 (la statuette est associée à des vases attiques à figures noires e (...)

114Une statuette de type A IV provient de la nécropole de S. Luigi à Caltagirone56, mais la tête dérive de l’archétype A II.

  • 57 Cf. Orlandini 1968, p. 25 et fig. 3 : l’auteur écrit que ce type domine parmi les centaines de figu (...)

115A Géla, un ensemble de statuettes dérivées d’un archétype secondaire du type A IV provient des sacella situés au nord du sanctuaire d’Athéna sur l’Acropole : ces statuettes, exposées au Musée de Géla, portent des agrafes circulaires et les cheveux sur le front sont incisés en languettes verticales57.

116L’archétype du type A IV a donc vraisemblablement été créé à Agrigente ; néanmoins l’argile des statuettes de la Malophoros fait penser à une fabrication locale. Il faudrait donc considérer que la statuette de Monte Saraceno, dérivée du moule AIV 1/2 b 2, provient également de Sélinonte ; les statuettes agrigentines sont en effet de qualité supérieure. En conséquence, on pourrait également considérer les deux statuettes A IV 1 a 2 comme des produits d’importation ; il faudrait supposer l’existence à Sélinonte d’une statuette de première génération, importée, à partir de laquelle aurait été fabriqué le moule A IV 2.

Datation

117Les diverses statuettes agrigentines, dérivées d’archétypes secondaires, ainsi que les séries de Géla, sont généralement datées de la fin du VIe siècle av. J.-C.

  • 58 Cf. Giudice 1979, p. 314-315 : l’auteur cite la référence du vase dans Beazley 1956, p. 513 n° 22.

118A la statuette de la tombe de Monte Saraceno, est associé un lécythe à figures noires attique, daté par F. Giudice du début du Ve siècle av. J.-C.58.

119Les statuettes de la Malophoros devraient donc être de datation analogue : un grand nombre d’entre elles portent sur leur revers les indications de fouilles S. XXIII ou un chiffre et l’année 1893 ; ces figurines proviennent donc des dépôts votifs découverts au sud et à l’ouest du temple de la Malophoros et fouillés par A. Salinas en 1893 et 1898. Leur provenance indique une datation entre le dernier tiers du VIe siècle et la fin du Ve siècle av. J.-C.

TYPE V

État de conservation

120Les statuettes de type A V sont au nombre de 28 : 23 ont conservé leur hauteur totale qui oscille entre 13,3/12,7 cm et 11,5/10,8 cm (fig. 30 et 31 et planche hors texte I) ; une statuette est acéphale. Trois fragments comprennent la tête et le buste de la figurine ; une tête est isolée.

Fig. 30. Type A V 1.1 (SM Pal T920).

Fig. 31. Type A V 1.2 (SM Pal T911).

Description

121La figurine est debout, pieds nus posés sur une plinthe rectangulaire, les bras serrés le long du corps, les genoux à peine fléchis.

122Son vêtement se compose d’un chiton à plis fins et de l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires ; les agrafes portent le collier à rang unique, orné de trois pendentifs (un pendentif en forme de croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par deux pendentifs circulaires).

123Le visage est large, le menton carré et le cou épais ; les cheveux sont séparés par une raie au milieu du front et retombent librement sur les épaules.

Technique

124La majorité des statuettes est fabriquée à l’aide de deux moules ; la face antérieure et la face postérieure sont assemblées grâce à un ruban d’argile, lissé ensuite à la spatule (fig. 32).

125Quatre des statuettes de plus petites dimensions ont été fabriquées avec un seul moule, celui de la face antérieure ; l’épreuve, qui est donc creuse, a été comblée avec de l’argile, ensuite lissée ; ainsi, ces statuettes se présentent davantage comme des plaquettes (fig. 32).

Argile

126L’argile utilisée pour les statuettes de type A V est bien épurée et assez compacte, mais la superficie des figurines est légèrement poudreuse et a viré au grisâtre.

127L’argile présente quatre couleurs différentes ou sept teintes Munsell :

  1. beige à beige clair (10 YR 8/6,8/4,8/3,8/2) : 18 statuettes (64,28 %).

  2. orangé (7.5 YR 8/6) : 7 statuettes (25 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8) : 2 statuettes (7,14 %).

  4. jaune-vert (2.5 Y 8/4) : 1 statuette (3,57 %).

Classification

128Les mesures de la hauteur interne des visages et de la largeur de l’ependytes, cette dernière prise à la hauteur des mains, montrent que cette série de type A V comprend deux générations (planche hors texte I). Le pourcentage de réduction entre ces deux générations est de 16,2 % ; la réduction différentielle est, pour la première génération, de 6,9 %, et, pour la deuxième génération, de 5,5 %.

129Toutes les statuettes sont de qualité uniforme et moyenne. Pour les statuettes de deuxième génération, on distinguera deux séries, selon l’utilisation ou non du moule de la face postérieure. Ainsi, la série 1 comprend les figurines fabriquées à l’aide de deux moules et la série 2, celles qui ne possèdent que la face antérieure moulée.

Fig. 32. Type A V 1.2 (SM Pal T903), Type A V 2.2 (SM Pal T911).

Tableau généalogique du Type A V

Tableau généalogique du Type A V

Diffusion

  • 59 Musée d’Agrigente, n° inv. S.92.
  • 60 Cf. Castellana 1983, p. 141 et fig. 49.

130Aucune statuette de type A V n’a été retrouvée sur d’autres sites. Une figurine, provenant du sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente, dérive d’un archétype secondaire : la statuette est de dimensions supérieures, porte un polos, mais ses bras ne sont pas représentés59. Une statuette, plus petite, identique à celle d’Agrigente mais sans polos, provient de Palma di Montechiaro60.

Datation

131Deux statuettes A V 1.1 portent sur leur revers l’indication des fouilles S. XXIII et proviennent donc des dépôts votifs du temple de la Malophoros datables entre le dernier tiers du VIe siècle et la fin du Ve siècle av. J.-C.

132D’autre part, la caractéristique de cette série de type A V est la petite taille des figurines : le goût pour les ex-voto de petites dimensions est relativement récent et une datation au Ve siècle av. J.-C. est vraisemblable.

TYPE VI

Etat de conservation

133Le nombre des figurines et fragments conservés de type A VI s’élève à 12 unités, dont 7 sont entières (H : de 13,9 à 12 cm et 9,5 cm) (fig. 33 et 34 et planche hors texte I) ; une statuette est acéphale. Quatre fragments comprennent la tête et le buste ou la moitié supérieure du corps de la figurine.

Description

134La figurine est debout, pieds nus posés sur une plinthe rectangulaire, les bras serrés le long du corps, les genoux à peine fléchis.

Fig. 33. Type A VI 1.1 (SM Pal T910).

Fig. 34. Type A VI 2.2 (SM Pal T904).

135Son habillement comprend un chiton à plis fins et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires ; le collier, à rang simple, est orné d’un pendentif central en forme de croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par deux pendentifs circulaires et deux pendentifs ovoïdes.

136Le visage est ovale, le nez très marqué, le cou épais ; les cheveux longs sont séparés par une raie au milieu du front et retombent librement sur les épaules.

Technique

137Deux techniques ont été utilisées pour la fabrication des statuettes de type A VI : les 4 statuettes de première génération ont été produites à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure), dont la ligne de collage a été lissée à la spatule ; les statuettes de deuxième génération se répartissent en deux séries, dont l’une est en forme de plaquette : on n’a employé qu’un seul moule pour la face antérieure, la face postérieure a été comblée à l’aide d’une masse d’argile (fig. 35).

Fig. 35. Type A VI 2.2 (SM Pal T904), Type A VI 1.1 (SM Pal T910).

Argile

138L’argile est bien épurée, poudreuse en surface, et relativement compacte. Les figurines présentent trois couleurs différentes ou six teintes Munsell :

  1. beige à beige clair (10 YR 8/6, 8/4, 8/3) : 8 statuettes (66,6 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 8/6 et 7/6) : 3 statuettes (25 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8) : 1 statuette (8,4 %).

Classification

139Les mesures de la hauteur interne du visage et de la largeur de l’ependytes (celle-ci prise à la hauteur des mains des figurines) varient entre 2,2 et 1,5 cm et entre 3,9 et 2,65 cm ; ces mesures présentent un seul écart important, entre 2 et 1,8 cm pour les visages, et entre 3,6 et 3,35 cm pour les largeurs de l’ependytes (fig. 33-34 et planche hors texte I).

140La statuette, dont le visage est haut de 1,8 cm, a été fabriquée à l’aide de deux moules ; les six autres statuettes de deuxième génération sont à plaquette. On admettra donc l’existence de deux séries de figurines au niveau de la deuxième génération.

141Le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération est, pour la série 1, de 18,1 %, et pour la série 2, de 22,7 % ; ce dernier écart, très important, laisse à penser qu’il manque pour la série 2 des exemplaires de dimensions supérieures. La réduction différentielle est, pour la première génération, de 9 %, et pour la série 2 de deuxième génération, de 11,7 %.

Tableau généalogique du Type A VI

Tableau généalogique du Type A VI

142Toutes les statuettes de type A VI présentent une qualité de facture médiocre : il n’existe donc qu’un moule de la face antérieure pour les statuettes de première comme pour celles de deuxième génération.

Diffusion

  • 61 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 2598 : vitrine “Aire au sud du Temple de Zeus” (pour la localisation (...)

143Aucune statuette de ce type n’est présente sur d’autres sites. Une statuette provenant d’Agrigente, et plus exactement de la citerne située au sud de l’Olympieion (près de la Porte IV), dérive d’un archétype secondaire : la statuette, fragmentaire, porte un collier analogue, mais ses bras ne sont pas représentés et la figurine est coiffée d’un polos61.

  • 62 Libertini 1930, p. 219 n°949 (H : 13,4 cm) et n° 950 (H : 15,9 cm) ; ces deux statuettes ne sont ma (...)

144Deux statuettes, conservées au Musée Biscari à Catane et mentionnées par F. Giudice62, proviennent de Camarina : elles dérivent sans doute d’un archétype secondaire ; on notera toutefois que l’une d’elles est de dimensions légèrement supérieures aux statuettes de type A VI de Sélinonte.

145Les statuettes de type A V et A VI, dont le style et les techniques de fabrication sont similaires, sont vraisemblablement des modèles créés à Sélinonte.

Datation

146Une statuette de deuxième génération (SM Pal Τ 904) porte au revers la date 1893 qui indique sa provenance des dépôts votifs du temple de la Malophoros. Comme on l’a écrit précédemment pour le type A V, ce modèle d’ex-voto peut être daté de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

  • 63 Giudice 1979, p. 314 et 319. Un exposé des vissicitudes de Camarina, appuyé sur des données archéol (...)

147F. Giudice date les statuettes de Camarina entre 491 et 484 av. J.-C., c’est-à-dire entre la reconstruction de la cité par Hippocrate de Géla et sa destruction opérée par Gélon ; en effet, F. Giudice attribue en général les statuettes d’“Athéna Lindia”, trouvées à Camarina, à la première période géloenne ; il remarque en outre qu’une césure des activités artisanales se produit entre 484 et 461 av. J.-C., à la suite du transfert de la population de Camarina à Syracuse63.

TYPE VII

État de conservation

148Seules trois statuettes entières de type A VII sont conservées (H : de 15 à 13,8 cm) (fig. 36 et planche hors texte I).

Fig. 36. Type A VII 2 (SM Pal T935).

Description

149La figurine est debout, pieds nus posés sur une plinthe rectangulaire ; ses bras ne sont pas représentés.

150Son vêtement comprend un chiton (ou une tunique) lisse et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires ; les agrafes portent un collier à rang unique, orné de trois pendentifs circulaires.

151Le visage est ovale et large, le nez proéminent ; les cheveux longs sont séparés par une raie au milieu du front et retombent sur les épaules. La tête semble parée d’un ampyx.

Technique

152Les trois statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure), dont la ligne de collage a été lissée à la spatule.

Argile

153L’argile est bien épurée et assez compacte ; la superficie est poudreuse. Deux statuettes ont une argile de couleur beige jaune (10 YR 8/6), la troisième est de couleur orangé clair (7.5 YR 8/6).

Classification

154Les trois statuettes ont été tirées d’un unique moule, de qualité très moyenne ; elles appartiennent à une même génération.

155Les mesures de la hauteur interne du visage oscillent entre 2,1 et 2 cm : la réduction différentielle est donc de 4,7 %.

156La présence à Agrigente de statuettes dérivées d’un archétype analogue et de dimensions supérieures incite à considérer que la série sélinontine appartient à une deuxième génération.

Tableau généalogique du Type A VII

Tableau généalogique du Type A VII

Diffusion

  • 64 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1153, 1192, 1148, 1164, 9206, 9205 ; provenance précise : dépôt votif (...)

157Le parallèle le plus étroit est fourni par un groupe de six statuettes provenant d’Agrigente64, qui présentent un corps tout semblable à celui des figurines de type A VII ; cinq d’entre elles, toutefois, portent le polos et leur coiffure diffère : les cheveux sont incisés en languettes verticales. L’une des statuettes avec polos, de dimensions supérieures, appartient à une première génération.

158Aussi est-il probable que les statuettes sélinontines de type A VII, de fabrication locale, dérivent d’un moule fabriqué à partir d’un exemplaire agrigentin, de dimensions supérieures.

  • 65 Cf. Orlandini 1956a, p. 254 et fig. 2 (rangée supérieure, première statuette à partir de la gauche) (...)
  • 66 Cf. Marconi 1928, p. 504 et fig. 1.

159Du sanctuaire de Via Fiume à Géla, provient une statuette acéphale dérivée d’un archétype secondaire puisque son collier comprend un deuxième rang de six pendentifs ovoïdes65 ; une statuette analogue à celle de Géla provient du site sicule de Monte Saraceno66.

Datation

160Les statuettes agrigentines sont datées par la fouille du dépôt votif du dernier quart du VIe siècle av. J.-C. ; pour les statuettes de type A VII, une datation vers la fin du VIe siècle ou le début du Ve siècle av. J.-C. est donc admissible.

Appendice aux types VI et VII

  • 67 H du fragment : 7,7 cm ; largeur des épaules : 5,6 cm ; H du visage : 2,6 cm ; la hauteur des visag (...)

161Une statuette isolée, dont seuls la tête et le tiers du buste sont conservés (SM Pal Τ 8747), reproduit un modèle de corps de type A VI et une tête de type A VII67. Ce fragment pourrait également appartenir à une statuette assise (B).

162La texture de l’argile et sa couleur (10 YR 8/4) sont l’indice d’une fabrication locale.

163Le fragment porte au revers le sigle S. XXIII et, en conséquence, provient de la fouille des dépôts votifs au sud et à l’ouest du temple de la Malophoros.

TYPE VIII

État de conservation

164Un seul exemplaire de statuette de type A VIII est conservé (fig. 37 et planche hors texte I) : SM Pal Τ 942 ; H : 19,7 cm ; largeur des épaules : 7,2 cm ; H interne du visage : 3,4 cm.

Description

165La statuette est debout, pieds chaussés ( ?) posés sur une plinthe rectangulaire, les genoux fléchis ; ses bras ne sont pas représentés.

Fig. 37. Type A VIII (SM Pal T942).

166Son vêtement se compose d’un chiton, ou d’une tunique lisse, et de l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires. Les agrafes portent un collier à rang simple, orné d’un pendentif central, en forme de protomé de taureau, encadré par deux pendentifs circulaires.

167Le visage est rond, les traits archaïsants ; la bouche exprime un léger sourire. Les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et incisés en fines ondulations parallèles ; le reste de la chevelure retombe librement sur les épaules.

168La figurine est coiffée d’un ampyx et porte à la base du cou un collier à cinq petits pendentifs circulaires.

Technique

169La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure), dont la ligne de collage a été lissée à la spatule.

Argile

170L’argile est bien épurée et compacte ; sa couleur est orangé clair, tendant vers le grisâtre (7.5 YR 7/6).

Diffusion

  • 68 Musée d’Agrigente, n° inv. 1166 : seules la tête et une partie du buste sont conservées.
  • 69 Musée d’Agrigente, n° inv. 1151 ; et de dimensions inférieures, n° inv. 1150, 1147, 1165, 9091.

171Une statuette dérivée du même archétype provient du sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente68 ; plusieurs autres statuettes de même provenance dérivent d’un archétype secondaire et ne portent pas de collier autour du cou69.

Datation

  • 70 Marconi 1933, pl. VII, 8-9 et 10 ; Griffo 1955, p. 109 et fig.18.

172Le style archaïsant du visage et la forme du pendentif central rapprochent ce type d’une série de statuettes agrigentines, du sanctuaire des divinités chthoniennes70, datées du dernier quart du VIe siècle av. J.-C.

TYPE IX

État de conservation

173Seules deux statuettes fragmentaires sont conservées : la statuette SM Pal Τ 8744 (fig. 38 et planche hors texte I) est presque entière (H : 16,3 cm), le fragment SM Pal Τ 294 comprend la tête et l’amorce du buste de la figurine.

Description

174La figurine est debout, très droite, les bras serrés le long du corps.

175Son vêtement, une tunique, est moulant et s’ajuste au modelé des jambes : ce type ne porte pas d’ependytes. Deux agrafes circulaires fixées aux épaules portent un collier à rang unique, orné de cinq pendentifs ovoïdes.

176Le visage est large, ovale, et le nez proéminent ; les cheveux sont séparés par une raie au milieu du front et retombent librement sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos, gansé d’un cordonnet.

Technique

177La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure), dont la ligne de collage a été lissée à la spatule.

Argile

178L’argile est bien épurée, assez compacte ; la statuette SM Pal Τ 8744 a une argile de couleur jaune-vert (2.5 Y 8/4), le fragment SM Pal Τ 294 est orangé, tendant vers le grisâtre (7.5 YR 7/4).

Fig. 38. Type A IX 1 (SM Pal T8744).

Classification

179Les deux statuettes ont été tirées d’un même moule de qualité très moyenne ; les mesures de la hauteur interne des visages (2,5 et 2,4 cm) indiquent qu’elles appartiennent à une même génération (A IX 1).

Diffusion

180Aucune statuette identique ou même analogue n’a été retrouvée sur d’autres sites.

Datation

181Ce modèle se distingue par l’absence de l’ependyte s et le modelé apparent du corps de la figurine : ces deux éléments suggèrent une datation tardive, vers le milieu du Ve siècle av. J.-C.

TYPE X

État de conservation

182Seule, une statuette fragmentaire est conservée : SM Pal Τ 1558 (fig. 39 et planche hors texte I) ; le fragment comprend la tête, les épaules et une partie du buste et du bras droit (H du fragment : 11,5 cm ; largeur des épaules : 6,1 cm ; H du visage : 2,8 cm).

Description

183La figurine est debout, les bras serrés le long du corps.

184Deux agrafes circulaires portent un collier à triple rang : le rang supérieur a un pendentif central en forme de croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par deux pendentifs circulaires ; le rang médian est orné de pendentifs ovoïdes (sans doute cinq) et le rang inférieur semble porter de grands pendentifs circulaires.

Fig. 39. Type A X (SM Pal Τ1558).

185Le visage est ovale, le nez proéminent ; l’expression est souriante. Les cheveux sont coiffés en arc de cercle sur le front et incisés en languettes verticales ; le reste de la chevelure longue retombe sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos cylindrique et porte un collier autour du cou, muni, au centre, d’un petit pendentif.

Technique

186La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure) et la ligne de collage est lissée à la spatule.

Argile

187L’argile est bien épurée, compacte et de couleur beige jaune (10 YR 7/6).

Diffusion

  • 71 Musée d’Agrigente, n° inv. 9086 et 9087 ; le rang médian a trois pendentifs circulaires, le rang in (...)

188Deux statuettes de dimensions supérieures, provenant du sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente71, dérivent d’un archétype secondaire : leurs agrafes sont modelées d’une double palmette et les deux rangs inférieurs de leur collier sont différents.

Datation

189Les exemplaires agrigentins et le style du visage de la statuette sélinontine suggèrent une datation vers la fin du VIe siècle av. J.-C.

TYPE XI

État de conservation

190Une seule statuette, fragmentaire, est conservée : SM Pal Τ 19560 (fig. 40 et planche hors texte I) ; le fragment comprend la tête, l’épaule gauche et l’amorce du buste de la figurine (H du fragment : 14 cm ; H restituée de la figurine : 30 cm environ ; H du visage : 4 cm. Agrafe H : 4,9 cm ; 1 : 2,1 cm). Une agrafe isolée, dérivée d’un même archétype, pourrait être restituée à une statuette analogue : l’agrafe est de dimensions supérieures (H : 5,4 cm ; 1 : 2,8 cm).

Fig. 40. Type A XI (SM Pal Τ19560).

Description

191La figurine est debout, probablement les genoux à peine fléchis ; elle est dépourvue de bras.

192L’élément le plus original de ce type est le port d’agrafes de grandes dimensions qui dépassent la hauteur des épaules de la figurine : les agrafes sont modelées en forme de deux palmettes opposées et sont incisées. Le collier à double rang est suspendu aux agrafes : le rang supérieur porte un pendentif central en forme de croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par quatre pendentifs circulaires ; le rang inférieur est orné de pendentifs ovoïdes (sans doute sept).

193Le visage est allongé, le menton carré ; les traits sont fins et la bouche esquisse un sourire. Les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et incisés en languettes verticales : le reste de la chevelure retombe sur les épaules.

194La figurine est coiffée d’un polos gansé et porte un collier autour du cou, muni, au centre, d’un pendentif en forme de petit vase ovoïde, ainsi que des boucles d’oreilles à pendentif ovoïde.

Technique

195La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure) et la ligne de collage est lissée à la spatule.

Argile

196L’argile est bien épurée et très compacte ; celle de la statuette est de couleur orangé clair, tendant vers le grisâtre (7.5 YR 7/6) ; celle du fragment d’agrafe est de couleur beige jaune (10 YR 8/6).

Diffusion

197Ce modèle de statuette, sans bras et portant cette forme d’agrafes, se trouve uniquement à Agrigente ; les exemplaires agrigentins, toutefois, ne portent pas de collier autour du cou ; les formes des pendentifs du collier qu’ils portent sur le buste sont différentes :

    • 72 Kekulé 1884, p. 17 et fig. 22 ; Blinkenberg 1917, p. 27 et fig. 3.

    une statuette, dont l’exacte provenance dans Agrigente est inconnue, est illustrée par un dessin de R.Kekulé72 : le rang supérieur du collier s’orne d’un gorgonéion encadré par deux pendentifs circulaires ; le rang inférieur porte cinq pendentifs ovoïdes ;

    • 73 Musée d’Agrigente, n° inv. S.884 et AG 1146.

    deux statuettes, l’une provenant probablement du sanctuaire des divinités chthoniennes, l’autre du dépôt localisé au pied du mur d’enceinte sud du sanctuaire73, portent un collier à double rang, dont chacun est orné de quatre pendentifs circulaires ;

    • 74 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1163.
    • 75 Kekulé 1884, p. 18 et fig. 25 ; Musée d’Agrigente, n° inv. 20189.

    trois statuettes, aux bras représentés serrés le long du corps, ont été inclues ici, en raison des modèles d’agrafes qu’elles portent : une statuette provient du dépôt au sud du sanctuaire des divinités chthoniennes74 et porte un collier à double rang de quatre et cinq pendentifs ovoïdes. Deux autres statuettes agrigentines, mais sans indication de provenance précise75, portent un collier dont le rang supérieur comporte quatre ou cinq pendentifs ovoïdes, et le rang inférieur cinq pendentifs circulaires.

198Ces statuettes, de dimensions plus ou moins analogues, ont en commun le modèle des agrafes, mais portent, chacune, un collier différent. L’archétype primaire semble être d’origine agrigentine ; toutefois, l’absence de statuette de type A XI à Agrigente et la présence du fragment d’agrafe, de dimensions supérieures, à Sélinonte, suggèrent que le type A XI a pu être créé à Sélinonte, d’après un modèle agrigentin.

  • 76 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1145. La statuette est illustrée par Langlotz 1968, p. 264 et fig. 20 (...)

199Ce modèle pourrait être la statuette debout présente en de nombreux exemplaires dans le dépôt votif situé au sud du sanctuaire des divinités chthoniennes76.

Datation

200Les statuettes d’Agrigente sont datées du dernier quart du VIe siècle av. J.-C., mais le type A XI de Sélinonte est sans doute un peu plus récent.

201L’analogie stylistique entre la figurine au gorgonéion d’Agrigente et la statuette A XI de Sélinonte revêt une importance toute particulière. En effet, comme on le verra plus loin, la statuette agrigentine tient une place centrale dans la démonstration de C. Blinkenberg qui y reconnaît l’image de la statue de culte d’Athéna Lindia au sanctuaire de Lindos.

GROUPE B : LES STATUETTES ASSISES TYPES XII À XXIX

TYPE XII

État de conservation

202Le type Β XII comprend 21 statuettes, dont une seule, de troisième génération, est presque entière (fig. 45) ; 4 figurines ont conservé la moitié supérieure du corps ; 4 autres comprennent la tête et les épaules ou une partie du buste, un fragment représente la moitié droite du buste et du cou de la figurine. 11 têtes sont isolées.

Description

  • 77 On a restitué la position des bras et la moitié inférieure du corps de la figurine d’après celles d (...)

203Trois statuettes fragmentaires (planche hors texte II) dérivent de l’archétype Β XII. Chacune d’entre elles cependant se distingue des autres dans le détail (N.I. 378, fig. 41 ; SM Pal Τ 2508, fig. 42 ; SM Pal Τ 2506, fig. 43)77. La figurine est assise sur un trône à dossier haut, pieds chaussés posés sur une plinthe rectangulaire ; les bras reposent sur les genoux, la main gauche ouverte, le poing droit serré.

  • 78 Fig. 43 : on notera le bord incisé, les traces de deux diamètres et le centre pointé ; cela suggère (...)

204L’habillement se compose d’un chiton à plis fins et de l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes oblongues et incisées d’une double palmette (N.I. 378 et SM Pal Τ 2508), ou circulaires au profil convexe78 (SM Pal Τ 2506). Les agrafes soutiennent un collier à triple rang : les rangs supérieur et inférieur portent huit pendentifs ovoïdes, le rang médian a un pendentif central en forme de croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par deux séries de trois pendentifs circulaires.

Fig. 41. Type Β XII 1 a (N.I. 378).

205Le visage est ovale, les traits sont fins et la bouche esquisse un léger sourire ; les cheveux, longs et incisés de fines ondulations parallèles, sont séparés par une raie au milieu du front et retombent librement sur les épaules.

206La statuette N.I.378 porte un ampyx, tandis que les statuettes SM Pal Τ 2508 et 2506 sont coiffées d’un polos gansé.

207Les figurines portent un fin torque autour du cou et des boucles d’oreilles composées d’un anneau et d’un pendentif ovoïde.

Fig. 42. Type Β XII 1 b (SM Pal T2508).

Technique

208Les figurines sont fabriquées à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure), dont la ligne de collage a été lissée à la spatule ; seule, la tête isolée SM Pal Τ 2505, qui, en outre, est la plus grande (H : 14,3 cm ; H du visage : 6,4 cm), présente une face postérieure constituée d’une plaque d’argile non lissée, appliquée par pression des pouces sur les bords de la face antérieure.

Argile

209L’argile est bien épurée et assez compacte ; le fragment de buste SM Pal Τ 2506 est celui dont l’argile présente la plus grande compacité, à cause sans doute d’une meilleure cuisson. La surface a viré au grisâtre et s’écaille facilement.

210L’argile présente trois couleurs différentes, correspondant à huit teintes Munsell :

  1. beige jaune à beige clair (10 YR 8/6, 8/4, 8/3 et 7/6, 7/3) : 15 statuettes (71,4 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 8/6 et 7/4) : 3 statuettes (14,2 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8) : 3 statuettes (14,2 %).

Classification

211On distinguera trois moules (a, b, c) pour la première génération :

  • moule a : statuette N.I. 378 (fig. 41). Les agrafes sont légèrement inclinées vers l’extérieur et la tête est couronnée d’un ampyx. La hauteur interne du visage est de 6,4 cm.

  • moule b : statuette SM Pal Τ 2508 (fig. 42). Les agrafes sont placées à la verticale. Les dimensions du fragment permettent de lui associer une tête isolée, coiffée d’un polos, dont la hauteur de visage est identique à celle du moule a (SM Pal Τ 2505 : H du visage : 6,4 cm). On placera donc ici quatre têtes isolées, dont celle que l’on vient de citer, identiques, et dont la hauteur de visage oscille entre 6,4 et 5,9 cm.

  • moule c : statuette SM Pal Τ 2506 (fig. 43). Les agrafes sont circulaires. La tête, dont la hauteur de visage est de 5,9 cm, est identique à celles qui ont été attribuées au moule b : on devra donc considérer que ces têtes isolées peuvent appartenir également à des statuettes dérivées du moule c.

Fig. 43. Type Β XII 1 c (SM Pal T2506).

212L’attribution des quatre têtes isolées, de grandes dimensions, aux moules b et c est incertaine, car ce modèle de visage est vraisemblablement aussi celui de la statuette de type A 1.

213La statuette fragmentaire SM Pal Τ 2507 est l’exemplaire le mieux conservé des figurines de deuxième génération dérivées du moule b ; la hauteur de visage est de 5,5 cm (fig. 44). On associera à ce fragment 7 têtes isolées et un fragment comprenant la tête et les épaules (SM Pal Τ 2512) ; la hauteur interne des visages oscille entre 5,6 et 5,1 cm (Β XII 2 b). Cependant, on notera que le pourcentage de réduction entre ces deux générations est faible : 6,4 à 5,5 cm : 14 %.

Fig. 44. Type Β XII 2 b (SM Pal T2507).

214Enfin, 4 statuettes et un fragment comprenant la tête et l’épaule gauche de la figurine (fig. 45) forment une troisième génération dérivée du moule c (Β XII3 c) ; la hauteur interne des visages est de 4,55 cm. Toutefois, les 4 statuettes possèdent une tête dérivée d’un moule parallèle : on notera en effet l’absence du torque autour du cou et du polos. Cette série se subdivisera donc en Β XII3 c a et 3 c b ; le pourcentage de réduction entre ces deux générations est élevé : 22,8 %.

Fig. 45. Type Β XII 3 c b (SM Pal T2504).

Tableau généalogique du Type Β XII

Tableau généalogique du Type Β XII

215Les statuettes de première génération présentent une qualité de facture uniformément bonne qui s’est dégradée au niveau de la troisième génération.

Diffusion

  • 79 Allegro 1972, p. 33 sqq. et pl. XXIII, 1 (n° inv. H.71.728 ; H : 25,7 cm).

216Aucune statuette de première génération n’est présente sur d’autres sites ; en revanche, une statuette acéphale provenant du sanctuaire du quartier Est à Himère79 est identique aux exemplaires Β XII 3 c b de Sélinonte. Les statuettes aux parures sont rares à Himère et celle-ci est sans aucun doute importée de Sélinonte.

Datation

  • 80 Cavallari 1874, p. 6 et pl. IV,1 ; également, Kekulé 1884, p. 12 et fig. 14.

217La statuette SM Pal Τ 2508 (Β XII 1 b) fut trouvée par F. Cavallari en 1874 lors de la fouille des Propylées80 ; en outre, 3 statuettes Β XII 3 c b portent au revers le sigle S. XXIII et proviennent en conséquence des dépôts votifs situés au sud et à l’ouest du temple de la Malophoros.

  • 81 SM 83 Τ 93 (H : 4,2 cm ; 1 :3,1 cm), cf. Ferruzza 1986, p. 32 à 36.
  • 82 Cette statuette provient d’un petit dépôt votif constitué vers 480-470 av. J.-C. et qui a fourni un (...)

218En 1983, la fouille de l’édifice sacré du sanctuaire adjacent à celui de la Malophoros a fourni un fragment de buste d’une statuette de première génération81 au niveau du sol de fréquentation à l’extérieur du temple, le long du mur sud ; ce niveau est datable à partir de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. La statuette d’Himère est datée au début du Ve siècle av. J.-C.82.

219On proposera donc de dater le type Β XII entre la fin du VIe et le début du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XIII

État de conservation

220Seul un fragment comprenant le cou et l’amorce du buste de la figurine est conservé (SM Pal Τ 2519 : H : 10 cm ; l : 11,8 cm ; fig. 46 et planche hors texte II). Ce fragment appartient à une statuette de dimensions supérieures à celles des exemplaires de première génération de type Β XII.

Fig. 46. Type Β XIII (SM Pal T2519).

Description

221Le fragment conservé permet de reconstituer une statuette assise sur un trône à dossier haut ; la figurine porte un chiton au plissé modelé et, sans doute, un ependytes fixé aux épaules par deux agrafes oblongues, incisées d’une double palmette. Seul le premier rang du collier est conservé et on peut lui restituer sept pendentifs ovoïdes : le collier était vraisemblablement à triple rang.

Technique

222Seule la face antérieure du fragment est conservée ; la face postérieure était probablement moulée.

Argile

223L’argile est bien épurée, très compacte et a presque la consistance de la pierre ; sa couleur est beige grisâtre (10 YR 7/4).

Diffusion

224Aucune statuette de ce type et de ces dimensions n’a été trouvée sur d’autres sites ; les ex-voto de grande taille, en effet, n’ont sans doute pas été produits en grand nombre.

Datation

225Le type Β XIII doit vraisemblablement être contemporain du type Β XII et peut être daté entre la fin du VIe siècle et la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XIV

État de conservation

  • 83 Ce fragment n’est pas exposé au Musée de Palerme et n’a pas non plus été retrouvé dans les réserves (...)

226Le type Β XIV est représenté par un fragment comprenant la tête et l’amorce du buste d’une figurine (N.I. 290 : H interne du visage : 6,3 cm ; fig. 47 et planche hors texte II) ; on a associé à ce type un fragment comprenant une partie du côté gauche d’un buste illustré par F. Cavallari et R. Kekulé83.

Description

227La figurine porte un chiton à plis fins et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes oblongues incisées d’une double palmette ; les agrafes soutiennent un collier à triple rang : le rang supérieur est orné de pendentifs circulaires, les rangs médian et inférieur portent des pendentifs ovoïdes.

Fig. 47. Type Β XIV (N.I. 290)

228Le visage est ovale et plein ; les traits sont fins et la bouche esquisse un sourire. Les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et incisés en séries de bouclettes parallèles ; le reste de la chevelure longue et ondulée retombe sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos gansé et porte un fin torque autour du cou.

Technique

229La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure), dont la ligne de collage a été lissée à la spatule.

Argile

230L’argile est bien épurée et compacte ; elle est de couleur beige jaune (10 YR 8/4).

Diffusion et datation

  • 84 Higgins 1954, n° inv. 1109 (B 396) et pl. 152 ; provenance : Géla, fouilles G. Dennis, 1863.Blinken (...)

231L’association de la figurine N.I. 290 et du fragment de buste a été suggérée par l’analogie qu’ils présentent avec une statuette fragmentaire provenant de Géla84 ; en effet, ces trois figurines portent le même modèle d’agrafes et un collier dont le premier rang a des pendentifs circulaires. La statuette de Géla est datée d’après son style par R.A. Higgins de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XV

État de conservation

232Le nombre des statuettes et fragments conservés de type Β XV s’élève à 397 unités : 68 statuettes ont conservé leur hauteur totale qui oscille entre 28,5 et 15,6 cm, 10 sont acéphales, 51 figurines sont fragmen-taires et 8 fragments consistent en diverses parties du corps. 242 têtes isolées ont été conservées (planche hors texte III).

Fig. 48. Type Β XV a 2 d-1 (SM Pal Τ1319).

Fig. 49. Type Β XV b 1 c-2 (SM Pal Τ1254).

Description

233L’archétype Β XV présente trois variantes qui intéressent la moitié supérieure de la figurine ; ces variantes ont été exécutées par le coroplathe alors que la pâte était encore molle, avant la cuisson. Ainsi, les statuettes peuvent avoir un trône au dossier droit (variante 1 : fig. 48), ou avoir conservé une bande d’argile de part et d’autre du buste et de la tête (variante 2 : fig. 49), ou encore être dépourvues de ces deux éléments (variante 3 : fig.50). Les statuettes, après le démoulage, sont donc entourées, sur leur moitié supérieure, d’une large bande d’argile : la statuette SM Pal Τ 1253 présente une solution intermédiaire entre les variantes 1 et 2 (fig. 51) et correspond sans doute à l’aspect de l’épreuve avant l’exécution de ce travail de finition.

234La figurine est assise sur un trône garni de coussins, aux montants profilés. Les bras de la figurine sont posés sur ses genoux ; ses pieds, nus, reposent sur une plinthe carrée, de hauteur variable.

235Son habillement comprend un chiton à plis fins et aux manches cousues aux trois quarts, et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes oblongues, incisées de deux palmettes opposées. Les agrafes portent un collier à triple rang : les deux rangs supérieurs ont 7 pendentifs ovoïdes, le rang inférieur en porte 8.

236Le visage est ovale, les traits réguliers, et l’expression est sereine ; les cheveux, incisés en fines languettes verticales, sont disposés en V sur le front et retombent librement sur les épaules.

237La figurine est coiffée d’un polos et porte à chaque poignet un bracelet à triple tour.

Technique

238La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules : celui de la face antérieure reproduit la figurine et le trône, celui de la face postérieure forme une plaque semi-cylindrique, qui assure la stabilité de la figurine (fig. 52). La ligne de collage a été réparée à la spatule.

Fig. 50. Type Β XV a 2 d-3 (SM Pal Τ1313).

Fig. 51. Type Β XV b 2 g-1 (SM Pal Τ1253).

Fig. 52. Type Β XV b 1 c-2 (SM Pal Τ1254).

Fig. 53. Type Β XV a 1-1.3 (SM Pal T1488), Type Β XV b 1-1.3 (SM Pal Τ1517).

Argile

239L’argile est bien épurée, assez compacte mais poudreuse en surface. Les statuettes présentent quatre couleurs d’argile qui correspondent à quatorze teintes Munsell :

  1. beige jaune (10 YR 8/6 à 8/2,7/6 à 7/3) : 209 statuettes (55,14 %).

  2. orangé clair ou grisâtre (7.5 YR 8/6, 8/4 ou 7/6, 7/4) : 120 statuettes (31,66 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8) : 12 statuettes (3,16 %).

  4. jaune verdâtre (2.5 Y 8/4,8/2) : 38 statuettes (10,02 %).

Fig. 54. Type Β XV a 2-1 (SM Pal Τ1244), Type Β XV b 2-1 (SM Pal Τ1298).

Fig. 55. Type Β XV c 3 c-2 (SM Pal T1265).

Classification

240Les trois variantes décrites plus haut ne correspondent pas à des moules différents, mais résultent d’un travail de réparage exécuté après démoulage des figurines.

241Les statuettes présentent toutefois trois niveaux de qualité, qui correspondent à trois moules ; en effet, des statuettes de dimensions identiques dérivent de moules de bonne, moyenne et mauvaise qualités (moules a, b et c : fig. 53 et 54 (a-b), fig. 55 (c)).

242En outre, les statuettes ont été tirées sur trois générations, ce qu’indiquent la mesure de la hauteur du visage et celle de la largeur de l’ependytes (prise au niveau de la flexion des genoux) ; comme la majorité des pièces consiste en têtes isolées, la première mesure est la plus importante. Les générations sont indiquées par des chiffres arabes (fig. 53 : génération 1 ; fig. 54 : génération 2 ; fig. 55 : génération 3).

243Enfin, chaque niveau de qualité possède plusieurs moules, désignés par les lettres a à g : du moule a, dont n’existent qu’une seule génération, la première, et deux qualités, a et b, ont été tirées quatre statuettes dont la tête diffère ; le visage est plus rond et les cheveux, sur le front, sont incisés en mèches larges, verticales. Les moules b, c et d (fig. 56 : b, fig. 57 : c, fig. 58 : d) se distinguent par la différence de hauteur de la plinthe sur laquelle la figurine pose les pieds (b : H de la plinthe : 1,8 à 1,3 cm ; c : H : 1 à 0,7 cm ; d : H : 4 à 2,5 cm), le moule e est celui d’une statuette sans polos ; un seul exemplaire, de génération 2, est conservé (N.I. 152, fig. 59). Le moule f, comme le moule a, a produit deux statuettes au visage plus rond, mais dont les cheveux, sur le front, sont modelés en forme de larges mèches verticales : ces deux exemplaires sont de qualité b et de génération 2. En g, nous avons groupé deux statuettes et un fragment de corps, de qualité b et de génération 2, qui présentent deux variations de l’archétype par ajouts d’éléments décoratifs : la statuette SM Pal Τ 1253 (fig. 51) et le fragment SM Pal Τ 1589 présentent un motif en relief sur la face antérieure de la plinthe ; ce motif, peu lisible, comprend un objet au centre d’où pointent deux baguettes ( ?), flanqué de deux têtes d’ovins ( ?). La statuette N.I. 2 est décorée de plusieurs gorgoneia ajoutés sur le collier, sur les montants et sur le dossier du trône (fig. 60).

Fig. 56. Type Β XV b 1 b-2 (SM Pal Τ1263).

Fig. 57. Type Β XV b 2 c-2 (SM Pal Τ1264).

Fig. 58. Type Β XV b 2 d-3 (SM Pal Τ1252).

Fig. 59. Type Β XV a 2 c-3 (N.I. 152).

244Les statuettes sont donc classées par niveau de qualité, par génération et par moule. Le chiffre final, précédé d’un tiret, indique la variante exécutée après démoulage par le coroplathe.

245Trois tableaux présentent la classification selon le niveau de qualité des exemplaires ; le quatrième tableau regroupe ces trois niveaux. Les ensembles de statuettes précédés d’un point d’interrogation correspondent aux pièces pour lesquelles on ne connaît pas la hauteur de la plinthe, mais qui peuvent être classées selon la hauteur du visage et selon la variante. On notera que la troisième génération n’existe que pour des statuettes tirées du moule c et de qualité c (fig. 55).

246Le pourcentage de réduction de passage de génération est en moyenne, entre les générations 1 et 2, de 16,6 à 14,2 % ; entre les générations 2 et 3, de 17,6 à 17,1 %. La réduction différentielle varie selon les moules : première génération de 6,3 à 12,7 %, deuxième génération de 7,5 à 11,1 %, troisième génération 10,3 %.

Fig. 60. Type Β XV h 2 g-1 (N.I. 2).

Tableau généalogique du Type Β XV a

Tableau généalogique du Type Β XV a

247La lecture de ces tableaux suggère quelques observations :

  • Parmi les statuettes de qualité a, on peut noter que les 14 têtes isolées (H du visage : 4,7-4,4 cm), qui peuvent appartenir à des figurines de variante 1 ou 3, et les statuettes de génération 2, tirées du moule d (variantes 1 et 3), sont de qualité supérieure : les têtes isolées pourraient vraisemblablement avoir à 1 et du moule d, pour lequel aucune statuette de génération 1 n’est conservée. Le pourcentage de réduction de passage de génération serait de 14,8 %.

  • L’ensemble des statuettes tirées du moule d a été réparé par le coroplathe en variante 1 ou 3 ; aucune statuette de variante 2 ne possède une plinthe haute. De même, les statuettes de variante 1 ont toutes une plinthe haute (moule d) ; aucune statuette de variante 1 n’a été fabriquée à partir d’épreuves tirées des moules b et c.

  • Quantitativement, le coroplathe a privilégié la variante 2 : sur 379 statuettes, 199 sont de variante 2. Mais, la plupart de ces figurines sont de qualité b et c.

  • Les statuettes de variante 3 sont celles qui présentent le plus de variété puisqu’elles ont été fabriquées à partir d’épreuves tirées des moules a, b, c, d et e.

Tableau généalogique du Type Β XV b

Tableau généalogique du Type Β XV b

Diffusion

  • 85 Musée d’Agrigente, n° inv. S.898, S.899 (variante 1 S.893 à 897, S.281 (variante 2), S.288 (variant (...)
  • 86 Meurer 1914, p. 212 et pl. 9,1 (n° inv. 16954), variante 3.

248Seul le sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente a livré des statuettes identiques85 : plusieurs figurines sont, semble-t-il, de dimensions supérieures ; elles formeraient donc une série précédant la génération 1 de Sélinonte. Une statuette, également d’Agrigente, est exposée au Musée de Syracuse86.

249Le sanctuaire d’Athéna sur l’acropole de Géla a fourni un grand nombre de figurines tirées de trois archétypes analogues, mais non identiques à l’archétype Β XV :

    • 87 Orlandini 1968, p. 25 et fig. 3.
    • 88 Higgins 1954, p. 304 n° 1111 et pl. 152.

    un premier groupe provient des sacella du sanctuaire87 : la figurine est assise sur un trône cubique, à peine visible, et porte des agrafes circulaires. Une statuette identique est conservée au British Museum88. Ce type a été également produit en position debout.

    • 89 De Miro 1976-77, p. 435 et pl. XXXVIII, 2.
    • 90 Musée de Géla: Gibil-Gabib, vitrine 22 (n° inv. 9200).
    • 91 Adamesteanu 1958a, p. 398 et fig. 7 (sépulture 11).
    • 92 Musée de Géla, n° inv. 8478 et une statuette M.Av.Ed.XII Vano Nord.

    le deuxième groupe est représenté par les statuettes qui proviennent de la fouille de la pièce Nord de l’édifice XII89 : sur ces statuettes, publiées par E. De Miro, un lophos est ajouté au sommet du polos ; des épreuves non modifiées proviennent de la fouille de l’habitat90 et de la nécropole de Gibil-Gabib91 . Ce groupe possède également un archétype secondaire92 qui se distingue par la présence d’un pendentif en forme de croissant de lune au centre du rang inférieur du collier.

    • 93 Musée de Géla, n° inv. 8474, 11040 et M.Av.Ed.XII Vano Nord.
    • 94 Libertini 1930, n° 918, pl. CII et p. 216 n° 913 à 929. Giudice 1979, p. 314 n° 3, 12, et 3, 14, pl (...)
    • 95 Musée de Géla, vitrine 7. Orlandini 1956, p. 254 et fig. 2 (collier modifié).

    le troisième groupe s’éloigne davantage de l’archétype Β XV : les manches du chiton ont un large plissé en sens vertical et le collier à triple rang porte neuf pendentifs ovoïdes, neuf circulaires et onze ovoïdes ; des statuettes proviennent également des fouilles de l’acropole93 . Une statuette identique est conservée au Musée Biscari à Catane et un fragment provient du dépôt votif de Perséphone à Camarina94 ; une statuette fragmentaire, dont la tête a été tirée d’un moule différent, provient du sanctuaire de Via Fiume à Géla95.

Tableau généalogique récapitulatif du Type Β XV

Tableau généalogique récapitulatif du Type Β XV
  • 96 Orlandini 1968, p. 26 et fig. 4. Musée de Géla, n° inv. 13862.

250Dans ce troisième groupe, une statuette, illustrée par P. Orlandini96, porte un gorgoneion modelé séparément et ajouté au-dessus du collier à triple rang de pendentifs.

  • 97 Allegro 1972, p. 33 et pl. XXIII, 2 (n° inv. H.65.754).
  • 98 Bell 1981, p. 125 n° 15 et pl. 6; M. Bell cite à la page 13, n. 41, des exemplaires provenant de El (...)
  • 99 Castellana 1983, p. 126 et fig. 13.
  • 100 Pelagatti 1970,p. 16 et fig. 15.;Pelagatti 1973,p. 150 n° 444.
  • 101 Spigo 1980-81, p. 791-792.
  • 102 Mes remerciements vont au Professeur G. Rizza pour m’avoir signalé la présence de ces statuettes en (...)

251Des statuettes analogues à ces types géloens ont été trouvées surplusieurs sites : dans le sanctuaire du quartier Nord à Himère97, à Morgantina98, à Palma di Montechiaro99, dans la nécropole de Passo Marinaro à Camarina100, dans la nécropole Piscitello à Leontinoi101, à Piazza San Francesco à Catane102.

  • 103 Van Buren 1966, p. 357-359 et pl. 86-87. Orlandini 1963.
  • 104 Il s’agit d’une statuette (négatif n° MH 893), non publiée; une statuette datable au VIe siècle av. (...)

252Le sanctuaire de Eloro103 et le site de Mégara Hyblaea104 ont livré des statuettes dérivées d’un archétype analogue au type Β XV et différent des types géloens.

253En résumé, ce modèle figuratif de la divinité assise aux parures est celui qui a été produit en plus grande quantité et qui a été le plus diffusé ; ainsi, le type Β XV représente à Sélinonte presque le quart des statuettes aux parures. On peut en outre distinguer nettement les archétypes d’après leur localisation: Agrigente/Sélinonte, Géla et, semble-t-il, Syracuse.

Datation

254Plusieurs statuettes de type Β XV portent sur leur revers l’indication de fouilles 1893 ou S. XXIII (= 1898) ; comme on l’a dit plus haut, ces deux campagnes de fouilles ont intéressé les dépôts votifs situés au sud et à l’ouest du temple de la Malophoros.

  • 105 Les deux fragments (SM 83 Τ 18 et 52) ne comprennent qu’une partie du buste : Ferruzza 1986, Area T (...)
  • 106 Orlandini 1968, p. 24.

255En 1983, la fouille de l’édifice sacré, appartenant à un sanctuaire adjacent à celui de la Malophoros, a fourni deux fragments de statuettes de type Β XV105 dans un contexte archéologique datable de la première moitié du Ve siècle av. J.-C. Les exemplaires d’Agrigente peuvent être datés à partir de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. ; le premier groupe géloen est sans doute contemporain puisque P. Orlandini date les sacella archaïques peu après la moitié du VIe siècle av. J.-C.106. Le second groupe est, dans sa version modifiée en Athéna, datable à la fin du Ve siècle av. J.-C. ; l’exemplaire provenant de Gibil-Gabib est daté du second quart du Ve siècle av. J.-C. Le troisième groupe géloen — en particulier l’exemplaire de Camarina — est daté entre 491 et 484 av. J.-C. ; la statuette au gorgoneion est assignable au second quart du Ve siècle av. J.-C. Les statuettes de Géla peuvent donc être datées entre le troisième quart du VIe siècle et la fin du Ve siècle av. J.-C. On notera que les figurines modifiées et portant les attributs d’Athéna sont datables au Ve siècle av. J.-C. On proposera donc pour les statuettes de Sélinonte une datation à partir du dernier quart du VIe siècle av. J.-C. Les exemplaires de Sélinonte dérivent vraisemblablement d’un archétype agrigentin et seraient donc un peu plus récents.

Fig. 61. Type Β XVI 2 b (Ν. 1. 7).

TYPE XVI

État de conservation

256Seuls une statuette fragmentaire, un fragment de buste et une tête isolée sont conservés (planche hors texte III ; N.I. 7 : H : 29 cm ; H interne du visage : 4,7 cm, fig. 61 ; SM Pal Τ 8748 : H : 9,3 cm ; 1 : 5,5 cm, fig. 62 ; SM Pal Τ 1772 : H : 10,2 cm ; H interne du visage : 4,6 cm, fig. 63).

Description

257L’archétype Β XVI est représenté par le fragment de buste et la tête isolée ; la statuette fragmentaire dérive d’un archétype secondaire (b). Cinq éléments ont été modifiés pour créer l’archétype secondaire : le trône est dépourvu de dossier, les agrafes sont rectangulaires et placées à l’horizontale sur les épaules, le polos n’est pas bordé d’un galon de perles, les cheveux de la figurine sont coiffés en deux masses souples, incisées en fines languettes verticales, les trois rangs du collier portent chacun six pendentifs ovoïdes.

258L’archétype Β XVI a est une figurine assise sur un trône au siège profilé et au dossier droit surmonté d’une barre transversale ; ses pieds nus sont posés sur une plinthe rectangulaire ; ses mains sont appuyées sur ses genoux.

259Son habillement comprend un chiton aux manches longues, à large plissé, et l’ependytes fixé aux épaules par deux grandes agrafes oblongues, placées verticalement ; les agrafes soutiennent un collier à triple rang de sept pendentifs ovoïdes, séparés par des perles sur le rang supérieur et médian ; le rang inférieur porte seulement huit pendentifs.

260Le visage est ovale, les traits réguliers ; les cheveux sont incisés en larges languettes verticales disposées en arc de cercle sur le front ; ils retombent en ondulant sur les épaules.

261La figurine est coiffée d’un polos décoré en relief de perles insérées dans des rectangles ; il est également bordé d’un galon de perles. La statuette porte encore des boucles d’oreilles à pendentif, un collier orné d’une perle autour du cou et un bracelet serpentiforme à chaque poignet.

Fig. 62. Type Β XVI 2 a (SM Pal T8748).

Fig. 63. Type Β XVI 2 a (SM Pal T1772).

Technique

262La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules : celui de la face antérieure reproduit l’image de la figurine et le trône, celui de la face postérieure forme une plaque presque semi-cylindrique qui assure la stabilité de la statuette. La ligne de collage des deux faces a été lissée à la spatule.

Argile

263L’argile est bien épurée et assez compacte ; la statuette et le fragment de buste ont une argile de couleur beige jaune (10 YR 8/4), tandis que celle de la tête isolée est de couleur orangé clair, tendant vers le grisâtre (7.5 YR 7/6).

Classification

264Les trois pièces conservées sont de dimensions analogues ; la présence, à Agrigente, de statuettes dérivées de l’archétype Β XVI et de dimensions supérieures suggère que les figurines sélinontines sont de seconde génération.

Tableau généalogique du Type Β XVI

Tableau généalogique du Type Β XVI

Diffusion

  • 107 Blinkenberg 1917, p. 29 et fig. 6. Kekulé 1884, pl. II, 1 (H : 27 cm).
  • 108 Musée d’Agrigente, n° inv. S. 325/326/327/334/105 ; deux autres) ?) têtes sont illustrées par Marco (...)

265La plupart des statuettes de type Β XVI proviennent d’Agrigente : l’une d’elles est illustrée par Chr. Blinkenberg et par R. Kekulé107 ; cinq têtes isolées, appartenant à différentes générations, sont exposées au Musée d’Agrigente et proviennent du sanctuaire des divinités chthoniennes108.

  • 109 Besques 1954, I, n° inv. Β 549 : H : 23,5 cm. Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1142/1143/1144/9092 (fr (...)
  • 110 Musée d’Agrigente, n° inv. S.901 : de dimensions supérieures.
  • 111 Musée d’Agrigente, n° inv. S.900.
  • 112 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 9389.
  • 113 Marconi Bovio 1930, p. 80-81 et fig. 14. Musée d’Agrigente, n° inv. S.22.
  • 114 Fiorentini 1969, p. 63-80 et pl. XXII, 4-8.
  • 115 De Miro 1965, p. 48 et fig. 32.
  • 116 Musée de Géla, vitrine 23, n° inv. 9214. Musée d’Agrigente, salle 17, n° inv. 2640 (de dimensions r (...)
  • 117 Orlandini 1966, pl. XI, 3 : Musée de Géla, vitrine 5.
  • 118 Orlandini 1956a, p. 258 (non illustrée).
  • 119 Orsi 1897, p. 229 et fig. 18.
  • 120 Mozia VII, p. 114-115 et pl. LXXXVIII, 2.

266D’autres statuettes agrigentines, dérivées de l’archétype Β XVI a, ont un trône dépourvu de dossier109 ou un trône cubique110 ou encore une tête dérivée d’un moule différent111. Une tête isolée provient du sanctuaire de San Biagio112, une autre du sanctuaire de Villa Aurea113. Un fragment de buste provient du sanctuaire extra-urbain de Sant’Anna114, et une statuette acéphale de Héraklea Minoa115. Le dépôt votif du sanctuaire de Vassallaggi a fourni des statuettes dont le trône est dépourvu de dossier116. Une statuette analogue provient du sanctuaire de Bitalemi à Géla117 et une tête isolée du sanctuaire de Via Fiume118. Une tête isolée provient du dépôt votif du sanctuaire de Grammichele119, une autre du dépôt situé à l’ouest du Tophet de Mozia120.

  • 121 Blinkenberg 1917, p. 28 et fig. 5 (la statuette est conservée à l’Ashmolean Museum à Oxford) ; H : (...)
  • 122 Négatif MH 1747, conservé dans les Archives de l’École Française de Rome.
  • 123 De Miro 1985, p. 97-111 et pl. XLIV, 2 (statuette acéphale, datée du début du Ve siècle av. J.-C.)  (...)

267Une statuette de Géla121 reproduit l’archétype Β XVI b : on notera ses dimensions inférieures à celles de la statuette de Sélinonte. Une tête isolée, provenant de Mégara Hyblaea122, dérive également de cet archétype. Enfin, le sanctuaire de Casalicchio, près de Licata, a fourni une statuette acéphale dérivée de l’archétype Β XVI b123.

268L’archétype Β XVI a peut vraisemblablement être attribué à un atelier de coroplathes agrigentins, tandis que l’archétype Β XVI b pourrait être une création sélinontine.

Datation

269P. Marconi date les exemplaires qu’il illustre entre 540 et 500 av. J.-C. ; cette datation doit être légèrement rectifiée et placée au dernier quart du VIe siècle av. J.-C.

TYPE XVII

État de conservation

270Le nombre de statuettes et fragments conservés de type B XVII s’élève à 128 unités (fig. 6465 et planche hors texte III) : 10 figurines ont conservé leur hauteur totale qui est de 29 à 26,5 cm et de 24,5 à 23,3 cm ; 7 statuettes sont acéphales et 47 têtes sont isolées. 18 fragments comprennent la tête et à peu près le tiers supérieur du buste, 46 fragments ne conservent qu’une partie du buste de la figurine.

Fig. 64. Type Β XVII 1 a.l (SM Pal T2010).

Fig. 65. Type Β XVII 2.1 (SM Pal T2014)

Description

271La figurine est assise sur un trône au dossier droit, surmonté d’une barre transversale ; les montants du siège sont profilés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; les pieds chaussés reposent sur une petite plinthe carrée.

272L’habillement comprend une tunique lisse et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes en forme de deux palmettes opposées, incisées ; les agrafes portent le premier rang du collier orné de trois grands pendentifs sphériques encadré par deux petits croissants de lune, pointes tournées vers le bas. Le rang inférieur se termine aux bords de l’ependytes et porte trois grands pendentifs : au centre, un croissant de lune, pointes tournées vers le bas, et, de part et d’autre, un pendentif sphérique.

273Le visage est ovale, les traits fins, et l’expression est souriante ; les cheveux, incisés en fines ondulations parallèles, sont séparés par une raie au milieu du front et retombent librement sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos gansé d’un ruban.

Technique

274La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules : la face antérieure représente le corps de la figurine et le trône ; celui de la face postérieure (fig. 66) forme une plaque presque semi-cylindrique qui assure la stabilité de la statuette. La ligne de collage a été réparée à la spatule.

Argile

275L’argile est bien épurée, assez compacte, mais poudreuse en surface ; elle a viré au grisâtre et s’écaille facilement. Les statuettes présentent quatre couleurs d’argile, qui correspondent à dix teintes Munsell :

  1. beige jaune (10 YR 8/8,8/6,8/4,8/3,8/2) : 81 statuettes (63,2 %).

  2. orangé clair ou grisâtre (7.5 YR 8/6 ou 7/6) : 33 statuettes (25,7 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8, 7/6) : 13 statuettes (10,4 %).

  4. jaune verdâtre (5 Y 8/2) : 1 statuette (0,8 %).

Fig. 66. Type Β XVII 1.2 (SM Pal T2022).

Classification

276124 statuettes dérivent de l’archétype Β XVII, 4 figurines dérivent d’un archétype secondaire.

277L’examen de la face antérieure des figurines permet de distinguer, dans le groupe des 124 statuettes, deux moules : 93 figurines ont été tirées du moule 1, 31 du moule 2 ; en effet, le moule 1 présente, par rapport au moule 2, moins d’espacement entre le premier et le second pendentif sphérique à partir de la droite de la figurine, sur le rang supérieur du collier et, en revanche, une plus nette séparation entre l’agrafe gauche et le pendentif en forme de croissant de lune (fig. 64 et 65). En outre, c’est sur un trône dont les montants inférieurs ont été retaillés que sont assises 3 statuettes du moule 1 dont les pieds reposent sur une plinthe plus haute : même si ces deux modifications ne nécessitent pas forcément la création d’un autre moule, on distinguera ces trois statuettes (moule 1 a).

278A cette distinction entre les moules 1 et 2 correspond une différence du volume de la masse des cheveux qui retombe sur le côté droit du cou de la figurine : celui-ci est plus arqué pour les têtes tirées du moule 1 (fig. 67). Ce détail permet d’intégrer dans la classification les têtes isolées et les fragments de buste qui n’ont pas conservé le rang supérieur du collier.

  • 124 Les mesures des hauteurs des visages présentent un unique écart entre 3,4 et 3,2 cm : on a donc con (...)

279En outre, les mesures de la hauteur interne du visage, de la largeur interne des épaules (la mesure a été prise à mi-hauteur des agrafes) et de la largeur de l’ependytes (au niveau de la flexion des genoux) ont permis de distinguer l’existence d’une seconde génération uniquement pour les statuettes tirées du moule 1 (1.2)124.

Fig. 67. Type Β XVII 2.1 (SM Pal T2138), Type Β XVII 1.1 (SM Pal T2061).

Tableau généalogique du Type Β XVII

Tableau généalogique du Type Β XVII

280Le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération est de 12,3 % : il est donc probable qu’il manque des statuettes de première génération de dimensions supérieures.

281Enfin, toutes les statuettes présentent un niveau de qualité de facture uniforme et très moyen. La réduction différentielle est pour la première génération de 6,8 %, pour la deuxième génération de 6,6 %.

  • 125 Aucune des quatre statuettes ne possède encore sa tête : leur attribution à la deuxième génération (...)

282Quatre statuettes dérivent d’un archétype secondaire (fig. 68) : la figurine est assise sur un trône dépourvu de dossier, ne porte pas d’agrafes et les pendentifs du collier sont différents. Le rang supérieur porte au centre un pendentif sphérique encadré par deux pendentifs de forme oblongue et deux petits pendentifs sphériques ; le rang inférieur se compose d’un croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par deux pendentifs sphériques. Une des statuettes possède une agrafe en forme de pastille, modelée séparément. Les 4 statuettes appartiennent à la seconde génération125 (Β XVII2 a).

Diffusion

  • 126 Mozia VIII : fouilles de 1971, p. 68 et pl. XLVIII, 2 (n° inv. MT 71/136/19).

283Une seule statuette, dérivée de l’archétype Β XVII, a été retrouvée hors de Sélinonte : la figurine provient des tranchées de fondation du sacellum A à Mozia ; ces tranchées furent comblées après la destruction du sacellum126.

  • 127 Meurer 1914, p. 211 et pl. 8, 2 (n° inv. 20175).

284Une statuette, conservée au Musée de Syracuse mais provenant d’Agrigente127, dérive d’un archétype secondaire : les agrafes sont modelées en forme de rosettes, le rang supérieur du collier est identique à celui des statuettes Β XVII 1 et 2, mais le rang inférieur reproduit le modèle des figurines Β XVII 2 a.

Fig. 68. Type Β XVII 2 a (SM Pal T2152).

Datation

285Trois statuettes portent sur leur revers le sigle S.XXIII : elles proviennent donc de la campagne de fouilles de 1898, c’est-à-dire de l’exploration des dépôts votifs au sud et à l’ouest du Temple de la Malophoros.

286La statuette de Mozia est datée entre la fin du VIe siècle et le milieu du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XVIII

État de conservation

287Le type Β XVIII n’est représenté que par 5 statuettes, dont une seule est entière (H : 27 cm - N.I. 6 : fig. 69 et planche hors texte III) ; 3 figurines ont conservé la tête et les épaules, une autre comprend la tête, les épaules et la moitié supérieure droite du corps.

Description

288La figurine est assise sur un trône au dossier droit, surmonté d’une barre transversale, et dont le siège, large, a des montants profilés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds, chaussés, reposent sur une plinthe haute, rectangulaire.

289Son habillement se compose d’une tunique et de l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes en forme de deux palmettes opposées ; les agrafes portent un collier à double rang de sept et huit pendentifs ovoïdes.

290Le visage est rond, les traits réguliers et l’expression plutôt sévère ; les cheveux sont disposés sur le front en deux masses séparées par une raie et incisées de fines ondulations parallèles. Le reste de la chevelure retombe sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos gansé d’un ruban.

Technique

291Les statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure) ; le moule de la face postérieure assure la stabilité de la figurine.

Argile

292L’argile est bien épurée et compacte ; les cinq statuettes ont une argile de couleur beige jaune (10 YR 8/4, 8/3).

Fig. 69. Type Β XVIII (N.I. 6)

Classification

293Les cinq statuettes ont des mesures analogues : la hauteur interne des visages est de 3,4 cm ; cette série appartient donc à une unique génération. Leur facture est de qualité moyenne et uniforme.

Diffusion

294Aucune statuette de type Β XVIII n’a été retrouvée sur d’autres sites.

Datation

295Ce modèle de représentation de la divinité, caractérisé par sa position assise sur un trône à dossier et par l’absence de bras, présente une apparence archaïsante qui, en réalité, trahit une datation relativement récente à l’intérieur du groupe des statuettes aux parures. Le type Β XVIII doit être attribué à la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XIX

Etat de conservation

  • 128 Une série de 110 statuettes, conservées dans les réserves du Musée de Palerme, dérive d’un archétyp (...)

296Le type Β XIX comprend 47 statuettes128 : 16 figurines ont conservé leur hauteur totale, qui oscille entre 19,7 et 13,3 cm (fig. 70, 71 et 72 et planche hors texte IV) ; 8 statuettes sont acéphales, 21 sont fragmentaires et comprennent au moins la moitié supérieure du corps, 2 têtes sont isolées.

Fig. 70. Type Β XIX al (N.I. 13).

Fig. 71. Type Β XIX bl (SM Pal T2312).

Description

297La figurine est assise sur un trône au dossier droit, surmonté d’une barre transversale ; les montants du siège sont profilés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds chaussés reposent sur une basse plinthe rectangulaire.

298L’habillement comprend une tunique et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires ; les agrafes portent le rang supérieur du collier, orné d’un pendentif central en forme de protomé de lion encadré par deux petits pendentifs sphériques. Le rang inférieur se termine aux bords de l’ependytes et porte un pendentif en forme de croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par deux grands pendentifs de forme oblongue.

Fig. 72. Type Β XIX 1 a (N.I. 8).

299Le visage est ovale, les traits réguliers et l’expression est sereine ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et incisés en fines languettes verticales. Le reste de la chevelure retombe sur les épaules.

300La figurine est coiffée d’un polos, légèrement évasé vers le haut et gansé d’un cordonnet.

Technique

301Les statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure) : la face antérieure reproduit l’image de la figurine et le trône ; la face postérieure, presque semi-cylindrique, procure à l’ensemble sa stabilité. La ligne de collage a été réparée à la spatule (fig. 73).

Argile

302L’argile est bien épurée et assez compacte ; la surface a viré au grisâtre et s’écaille facilement.

303Une statuette (SM Pal Τ 2311) a conservé une partie de la décoration peinte et de la couche d’engobe blanchâtre : l’ependytes est peint en bleu, avec une bande rouge au niveau du rang supérieur du collier et un motif à pois bleus et rouges alternés sur le bord inférieur ; le trône est brun-rouge.

304Les statuettes présentent quatre couleurs d’argile qui correspondent à dix teintes Munsell :

  1. beige jaune (10 YR 8/6, 8/4, 8/3) : 22 statuettes (46,8 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 8/6, 8/4 et 7/6) : 9 statuettes (19,1 %).

  3. rouge orangé (5 YR 8/4 et 7/8, 7/6) : 15 statuettes (31,9 %).

  4. jaune-vert (5 Y 8/3) : 1 statuette (2,1 %).

Classification

305Les mesures de la hauteur des visages et de la largeur de l’ependytes permettent de distinguer trois générations : le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération est de 15,3 %, celui entre la deuxième et la troisième est de 22,7 %. Ce dernier est très élevé et il est probable qu’il manque ici des exemplaires de troisième génération de dimensions supérieures : il existe en effet des statuettes de type Β XIX, sans parures, de quatrième génération (qui correspondent à celles de troisième génération avec parures) de dimensions légèrement supérieures (H interne du visage : 1,8 cm).

Fig. 73. Type Β XIX a 1 (SM Pal T2328).

30620 statuettes appartiennent à la première génération : 11 dérivent d’un moule de bonne qualité (a) (fig. 70), 7 d’un moule de qualité moyenne (b) (fig. 71) ; le travail d’incision des détails a été, dans ce dernier cas, moins soigné.

Fig. 74. Type Β XIX b 2 a (SM Pal T2335).

3072 statuettes dérivent d’un archétype secondaire (1 a). Les modifications portées sur l’archétype secondaire (fig. 72) intéressent : les agrafes, dont le profil devient convexe ; le rang inférieur du collier, qui n’est plus incurvé mais horizontal ; les pendentifs du rang supérieur (les pendentifs sphériques sont remplacés par deux petits croissants de lune ; le rang inférieur porte également une protomé de lion encadrée par deux pendentifs de forme oblongue et deux petits pendentifs ovoïdes.

30820 statuettes appartiennent à la deuxième génération : toutes dérivent d’un moule de première génération de qualité moyenne. Mais on peut distinguer trois moules : le premier reproduit le modèle des figurines de première génération (b 2 a) (fig. 74), le second présente un trône dont les montants sont obliques (b 2 b) (fig. 75) ; le troisième est muni d’une plinthe nettement plus élevée (plus haute de 2 cm) (b 2 c) (fig. 76), ce qui donne à la figurine une hauteur totale analogue à celle des statuettes de première génération.

Fig. 75. Type Β XIX b 2 b (SM Pal T2323).

Fig. 76. Type Β XIX b 2 c (SM Pal T2325).

Fig. 77. Type Β XIX b 3 b (SM Pal T2342).

309Parmi les exemplaires de deuxième génération, 9 fragments ne peuvent être classés selon les critères définis ci-dessus, puisqu’ils ne comprennent que la tête et une partie du buste.

3107 statuettes appartiennent à la troisième génération et dérivent des exemplaires de deuxième génération b 2 b (= b 3 b) (fig. 77), mais leur qualité est inférieure. La réduction différentielle est de 7,6 % pour la première génération, de 10 % pour la deuxième génération et de 5,8 % pour la troisième génération.

Tableau généalogique du Type Β XIX

Tableau généalogique du Type Β XIX

Diffusion

  • 129 Mozia VIII, fouilles de 1971 : le Tophet, p. 68 et pl. XLVIII, 1 (n° inv. MT 71/47/1) ; Filippo Bon (...)

311Une statuette et un fragment de type Β XIX ont été trouvés à Mozia, dans les tranchées de fondation du sacellum A129 : il s’agit certainement d’une statuette importée de Sélinonte.

312Comme on l’a déjà signalé à propos des statuettes Β XVIII, cette image de la divinité assise, sans bras, est très diffusée dans l’aire géloo-agrigentine, mais il semble que chaque site ou atelier en ait créé divers modèles qui diffèrent par la forme et le nombre des pendentifs ou des rangs des parures, ainsi que par la forme du trône et la représentation du visage et de la coiffure.

  • 130 Sanctuaire des divinités chthoniennes : Griffo 1955, p. 109 n° 1453 et fig. 18 ; une statuette iden (...)

313Ce qui caractérise les statuettes Β XIX est le pendentif en forme de protomé de lion : ce détail ne se trouve sur aucune statuette provenant d’autres sites. Les coroplathes agrigentins ont également utilisé la protomé comme forme de pendentif mais elles représentent une face de taureau ou de silène130.

Datation

314La statuette SM Pal Τ 2311, remarquable par les traces de couleur qu’elle conserve, porte au revers la date du 4 Avril 1919 ; la fouille se poursuivait alors entre le mur ouest du téménos de Zeus Meilichios et le mur nord de péribole du téménos de la Malophoros : le niveau atteint se trouve légèrement au-dessus du ressaut de fondation du mur nord ; ainsi se trouve indiquée une datation à partir de la fin du VIe siècle av. J.-C. Une autre statuette porte au revers l’année 1893 et provient donc des dépôts votifs au sud et à l’ouest du temple.

Fig. 78. Type Β XX 1 (SM Pal T2334).

315La statuette de Mozia et celles de Sélinonte peuvent être datées entre la fin du VIe et la première moitié du Ve siècle av. J.-C. Les statuettes d’Agrigente sont datées du dernier tiers du VIe siècle av. J.-C.

TYPE XX

État de conservation

316Le type Β XX comprend 14 statuettes : 4 figurines sont entières (H : 21 ou 18,5 cm), 7 statuettes sont acéphales, 3 ont conservé la moitié supérieure du corps (fig. 78-79 et planche hors texte IV).

Fig. 79. Type Β XX 2 (SM Pal T2306).

Description

317La figurine est assise sur un trône au dossier droit, surmonté d’une barre transversale, et dont les montants sont obliques ; les bras ne sont pas représentés et les pieds, chaussés, reposent sur une plinthe rectangulaire.

318L’habillement comprend une tunique et l’ependytes fixé aux épaules par deux grandes agrafes circulaires ; les agrafes portent un collier à double rang. Le rang supérieur a un pendentif central, circulaire, encadré par deux pendentifs ovoïdes ; le rang inférieur porte un pendentif de forme oblongue et, de part et d’autre de celui-ci, un croissant de lune, pointes tournées vers le bas, ainsi qu’un petit pendentif de forme oblongue.

319Le visage est ovale et long, les traits assez grossiers ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et incisés en languettes verticales. Le reste de la chevelure retombe sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos.

Technique

320Les statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure). Cette série est de qualité médiocre : le plan du siège, sur lequel s’assied la figurine, est oblique et les deux côtés sont de hauteur inégale.

Argile

321L’argile est bien épurée et assez compacte, mais la superficie est poudreuse. Quatre couleurs d’argile peuvent être distinguées et correspondent à cinq teintes Munsell :

  1. beige jaune (10 YR 8/6, 8/4) : 10 statuettes (71,4 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 8/6) : 2 statuettes (14,2 %).

  3. rouge orangé (5 YR7/6) : 1 statuette (7,1 %).

  4. jaune-vert (2.5 Y 8/4) : 1 statuette (7,1 %).

Classification

322La mesure de la hauteur interne des visages et de la largeur interne de l’ependytes, prise au niveau de la flexion des genoux (cette dernière mesure permet d’intégrer les statuettes acéphales), montre que les statuettes de type Β XX appartiennent à deux générations.

323Le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération est de 14,7 %.

324On ne peut se prononcer sur l’existence ou non de plusieurs moules de la face antérieure : les statuettes ne présentent ni défauts, ni différences de qualité entre elles. La réduction différentielle est de 8,8 % (première génération) et de 3,4 % (deuxième génération).

Tableau généalogique du Type Β XX

Tableau généalogique du Type Β XX

Diffusion

325Aucune statuette de type Β XX n’aété retrouvée sur d’autres sites. La qualité médiocre des statuettes et l’analogie du modèle avec le type Β XIX suggèrent que l’archétype Β XX a été créé à Sélinonte.

  • 131 De Miro A. 1985, pl. XLIII, 2 (datée de la fin du VIe siècle av. J.-C.)

326Comme on l’a déjà dit à propos des types Β XVIII et B XIX, ce type de représentation est répandu dans l’aire géloo-agrigentine ; ainsi, le sanctuaire de Casalicchio, près de Licata, a fourni une statuette dérivée d’un archétype analogue131, sur lequel le rang inférieur du collier porte cinq pendentifs de forme ovoïde.

Fig. 80. Type Β XXI a 1 (SM Pal Τ1031).

Datation

327Le type Β XX pourrait être daté entre la fin du VIe siècle et les débuts du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XXI

État de conservation

328Le type Β XXI est représenté par 110 figurines : 36 statuettes ont conservé leur hauteur totale (H : 20,3 à 18,7 cm), 17 sont acéphales, 46 fragments comprennent, en moyenne, le tiers supérieur du corps de la figurine et 11 têtes sont isolées (fig-80, 81, 82 et planche hors texte IV).

Description

329La figurine est assise sur un trône au dossier droit, surmonté d’une barre transversale ; les côtés du siège sont obliques et garnis d’un coussin, les montants sont profilés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds, chaussés, reposent sur une plinthe rectangulaire.

330L’habillement comprend une tunique et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires ; les agrafes portent le collier à double rang, orné de cinq et sept pendentifs ovoïdes.

331Le visage est large, ovale, le nez est fort et l’expression est sévère ; les cheveux sont bouclés, disposés en arc de cercle sur le front, et retombent, légèrement ondulés, sur les épaules.

Technique

332Les statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules : celui de la face antérieure reproduit l’image de la figurine et le trône, celui de la face postérieure forme une plaque semi-cylindrique qui assure la stabilité de la statuette (fig. 82) ; la ligne de collage est réparée à la spatule.

Fig. 81. Type Β XXI b 1 (SM Pal Τ1044).

Fig. 82. Type Β XXI c 1 (SM Pal Τ1110).

Argile

333L’argile est bien épurée, assez compacte, mais poudreuse en surface ; la surface a viré au grisâtre et s’écaille facilement. Les statuettes présentent trois couleurs d’argile qui correspondent à douze teintes Munsell :

  1. beige jaune (10 YR 8/6,8/4, 8/3,8/2 et 7/6) : 63 statuettes (57,2 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 8/6, 8/4 et 7/6,7/4) : 26 statuettes (23,6 %).

  3. rouge orangé (5 YR 8/4 et 7/8, 7/6) : 21 statuettes (19 %).

Fig. 83. Type Β XXI c 1 a (SM Pal T1104).

Classification

334Les mesures de la hauteur interne des visages et de la largeur des épaules, qui sont les deux mesures constamment conservées, permettent d’attribuer les 110 statuettes de type Β XXI à une unique génération.

335Une statuette (SM Pal Τ 1104, fig. 83) dérive d’un archétype secondaire, dépourvu de trône (Β XXI c 1 a) ; la figurine est de qualité médiocre.

336Les 109 statuettes présentent trois niveaux différents de qualité, indépendants des variations des mesures et perceptibles dans l’exécution des boucles des cheveux sur le front et du volume des pendentifs du collier :

  • 21 statuettes dérivent du moulage Β XXI a (fig. 80) : les boucles des cheveux, les yeux de la figurine et les pendentifs du collier sont clairement discernables.

  • 12 statuettes dérivent du moulage Β XXI b (fig. 81) : les volumes des détails apparaissent flous et aplatis.

  • 76 statuettes dérivent du moulage Β XXI c (fig. 82) : le visage de la figurine ne présente presque plus de relief et les pendentifs du collier sont plats.

337On notera, sur le tableau ci-dessous, que ce sont des exemplaires de niveaux de qualité b et c qui présentent les hauteurs maximales de visage : ce fait suggère que la différence de qualité est indépendante de la réduction des figurines lors du séchage ou de la cuisson. La réduction différentielle varie notablement selon les séries : a : 12,5 % ; b : 6 % ; c : 10,7 %.

Tableau généalogique du Type Β XXI

Tableau généalogique du Type Β XXI

338La statuette Β XXI c 1 a est de qualité médiocre et pourrait également dériver du moule Β XXI c 1 : il est possible que le trône ait été sectionné avant le séchage de la statuette.

339On observera que la majorité des statuettes dérivent du moule Β XXI c 1, c’est-à-dire du moule de qualité médiocre.

Diffusion

  • 132 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 9090.
  • 133 Musée d’Agrigente n° inv. S.95 et AG 9076.

340Une statuette de type analogue (mais le modèle de la tête est différent) provient du sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente132 : la figurine est de dimensions supérieures à celles du type Β XXI. Deux autres statuettes, de même provenance, sont de dimensions inférieures et dérivent d’un moule dont le trône est dépourvu de dossier133.

341Les statuettes de type Β XXI ont été produites à Sélinonte, mais il n’est pas improbable que le modèle dérive d’un archétype agrigentin.

Datation

342Le type Β XXI peut être daté de la première moitié du Ve siècle av. J.-C. Quelques statuettes portent sur la face postérieure les indications S. XXIII ou 1893 : ces exemplaires proviennent donc des dépôts votifs au sud et à l’ouest du temple de la Malophoros.

TYPE XXII

État de conservation

343Seules 14 statuettes de type Β XXII sont conservées : 5 figurines sont presque entières (H : 17,7 à 16,9 cm), 5 sont acéphales, 2 fragments comprennent la tête et la moitié supérieure du corps, 2 têtes sont isolées.

Description

344Le type Β XXII comprend deux archétypes qui reproduisent deux modèles de trône, d’agrafes et de collier (fig. 84-85 et planche hors texte IV).

345La figurine est assise sur un trône dépourvu de dossier, dont le siège a les montants profilés ; l’archétype secondaire présente un siège dont le plan est incisé de deux coussins carrés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; les pieds, chaussés, reposent sur une plinthe rectangulaire.

346L’habillement se compose d’une tunique et de l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires : celles de l’archétype primaire sont incisées d’un cercle concentrique. Les agrafes portent un collier à double rang de cinq volumineux pendentifs ovoïdes ; l’archétype secondaire a un pendentif supplémentaire sur chaque rang.

Fig. 84. Type Β XXII 1 a (N.l. 5).

Fig. 85. Type Β XXII 1 b (SM Pal Τ1000).

347L’archétype des têtes est unique : le visage est rond, le menton carré et le nez fort ; l’expression est plutôt sévère. Les cheveux, légèrement ondulés, sont séparés par une raie au milieu du front, et retombent sur les épaules.

Technique

348Les statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure) : la technique est analogue à celle utilisée pour les figurines de types Β XV à XXI.

Argile

349L’argile est bien épurée et assez compacte ; les statuettes présentent quatre couleurs d’argile, correspondant à huit teintes Munsell :

  1. beige jaune (10 YR 8/8, 8/6, 8/4, 8/3) : 7 statuettes (50 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 7/6) : 3 statuettes (21,4 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/8, 7/6) : 2 statuettes (14,2 %).

  4. rouge (2.5 YR 6/8) : 2 statuettes (14,2 %).

350Cette dernière couleur est rare : les deux statuettes dérivent de l’archétype secondaire.

Classification

351Les mesures de la hauteur des visages et de la largeur des épaules montrent que les 14 statuettes dérivées des archétypes Β XXII a et b appartiennent à une unique génération.

352Seules les 2 têtes isolées ne peuvent être attribuées à l’un ou l’autre des archétypes. La qualité de facture est uniformément bonne.

Tableau généalogique du Type Β XXII

Tableau généalogique du Type Β XXII

Diffusion

  • 134 Marconi 1933, p. 56-58 et fig. 35 (à droite).

353Une statuette dérivée du type Β XXII est illustrée par P. Marconi134 et provient du sanctuaire des divinités chthoniennes à Agrigente : le dessin ne permet pas de discerner si la figurine dérive de l’archétype a ou b. Bien que les dimensions de cet exemplaire ne soient pas indiquées, il faut admettre l’éventuelle existence d’une première génération de statuettes à Agrigente dont dériveraient les deux séries sélinontines.

Datation

354La statuette d’Agrigente est attribuée à la période archaïque : une datation à la fin du VIe siècle ou au début du Ve siècle av. J.-C. est vraisemblable.

Fig. 86. Type Β XXII 2 a a (SM Pal T249).

TYPE Β XXII 2 a a

État de conservation

355Cette série parallèle comprend 20 statuettes : 7 sont entières (H : 15,9 à 15,4 cm), 2 sont acéphales et 11 fragments ont conservé au moins la moitié supérieure du corps de la figurine (fig. 86 et planche hors texte IV).

Argile

356Quatre couleurs correspondent à cinq teintes Munsell :

  1. beige jaune (10 YR 8/4, 8/2) : 12 statuettes (60 %).

  2. orangé clair (7.5 YR 8/6) : 1 statuette (5 %).

  3. rouge orangé (5 YR 7/6) : 2 statuettes (10 %).

  4. rouge (2.5 YR 6/8) : 5 statuettes (25 %).

Classification

357Les 20 statuettes forment une seconde génération du type Β XXII a : le corps des figurines dérive de cet archétype, mais le collier ne compte plus qu’un seul rang de cinq pendentifs ovoïdes ; la tête dérive d’un archétype secondaire. Le visage est ovale, le nez fort ; les cheveux sont séparés par une raie au milieu du front et retombent librement sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos gansé d’un ruban.

358Les mesures de la largeur des épaules et de la hauteur du buste indiquent l’appartenance de ces exemplaires à une seconde génération ; le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération est de 17,2 - 17,1 %. La hauteur interne des visages des statuettes oscille entre 2,1 et 1,9 cm. La réduction différentielle est de 9,5 %.

Datation

359Une statuette porte au revers le sigle XV qui correspond à la campagne de fouilles de 1889, menée par G. Patricolo : le secteur exploré est le mur de péribole Est et Sud du sanctuaire.

TYPE XXIII

État de conservation

360Une seule statuette est conservée : N.I. 16 (H : 16,7 cm ; H interne du visage : 2,2 cm) (fig. 87 et planche hors texte IV).

Fig. 87. Type Β XXIII (N.I. 16).

Description

361La figurine est assise sur un trône dépourvu de dossier, dont le siège a des côtés obliques et des montants profilés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds, chaussés, reposent sur une plinthe rectangulaire.

362L’habillement comprend une tunique et l’ependytes, relativement court, fixé aux épaules par deux agrafes circulaires ; les agrafes portent un collier à rang simple, orné de cinq pendentifs ovoïdes.

363Le visage est ovale, les traits assez grossiers, et l’expression est sévère. Les cheveux sont séparés par une raie au milieu du front et retombent sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos gansé d’un ruban.

Technique

364La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (cf. types précédents).

Argile

365L’argile est épurée et assez compacte ; l’argile de la statuette est de couleur rouge orangé (5 YR 7/8).

Diffusion

366Aucune statuette de ce type n’a été retrouvée sur d’autres sites.

Datation

367L’archétype Β XXIII peut être daté de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XXIV

État de conservation

368Seule une statuette fragmentaire est conservée : le fragment SM Pal Τ 255 comprend la tête et la moitié supérieure du corps (H du fragment : 16 cm ; H restituée : 20 cm env. ; H interne du visage : 2,9 cm) (fig. 88 et planche hors texte IV).

Description

369La figurine est assise sur un trône à dossier droit ; les bras de la figurine ne sont pas représentés.

370La tunique, l’ependytes et les agrafes circulaires sont à peine visibles, ce qui dénote la qualité médiocre du moule de la face antérieure. Le collier, à rang simple, compte six pendentifs ovoïdes.

371Le visage est ovale, les traits grossiers et l’expression sévère. Les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et retombent sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos gansé d’un ruban.

Fig. 88. Type Β XXIV (SM Pal T255).

Technique

372La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (cf. types précédents).

Argile

373L’argile est bien épurée, assez compacte, de couleur rouge orangé (7.5 YR 7/6).

Diffusion

374Aucune statuette de ce type n’a été retrouvée sur d’autres sites.

Datation

375L’archétype Β XXIV laisse percevoir un certain déclin de l’image de la statuette aux parures ; il devrait donc être daté de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XXV

État de conservation

376Seule une statuette est conservée ; SM Pal Τ 8745 (H : 13,7 cm ; H interne du visage : 2,1 cm) (fig. 89 et planche hors texte IV).

Description

377La figurine est assise sur un trône sans dossier, pourvu de côtés obliques et de montants profilés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds chaussés reposent sur une plinthe rectangulaire.

378Le vêtement semble ne comprendre que la tunique : l’ependytes n’est pas visible ; deux grandes agrafes circulaires portent le collier à rang simple, orné de cinq volumineux pendentifs sphériques.

379Le visage est ovale, assez allongé, le nez fort ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et retombent sur les épaules. La figurine semble porter un ampyx.

Technique

380La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (cf. types précédents).

Argile

381L’argile est bien épurée, très compacte, de couleur orangé clair (7.5 YR 7/6).

Diffusion

382Aucune statuette de ce type n’a été retrouvée sur d’autres sites.

Datation

383La qualité de l’image et de facture de l’archétype Β XXV suggère une datation à la fin du VIe siècle ou au début du Ve siècle av. J.-C.

Fig. 89. Type Β XXV (SM Pal T8745).

TYPE XXVI

État de conservation

384Le type Β XXVI est représenté par 6 statuettes (fig. 90-91 et planche hors texte IV). 3 figurines ont conservé leur hauteur totale (H : 24,5 ; 19,2 et 16,5 cm) ; 2 exemplaires sont acéphales ; un fragment comprend la moitié supérieure du corps.

Fig. 90. Type Β XXVI 1 (N.I. 9)

Fig. 91. Type Β XXVI 2 (SM Pal T290).

Description

385La figurine est assise sur un trône dépourvu de dossier, étroit, avec des montants rectilignes. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds chaussés reposent sur une plinthe rectangulaire. L’habillement comprend une tunique et l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires ; les agrafes portent un collier à rang simple et orné de trois pendentifs : un pendentif central, en forme de losange, encadré par deux pendentifs sphériques.

Fig. 92. Type Β XXVI 2 (SM Pal T292).

386Le visage est ovale, le nez fort, l’expression sévère ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et retombent sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos.

Technique

387Les statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules : celui de la face antérieure reproduit l’image de la figurine et du trône, celui de la face postérieure forme une plaque lissée à la spatule (fig. 92). La ligne de collage a été réparée à la spatule.

Argile

388L’argile est bien épurée, compacte, de couleur beige jaune (10 YR 8/6, 8/4).

Classification

389La première génération est représentée par une statuette (H : 24,5 cm ; H interne du visage : 3,1 cm) ; la deuxième génération par 3 statuettes dérivées d’un moule de facture nettement plus grossière. Les côtés du trône sont supprimés et la forme générale des figurines est lourde ; les pendentifs du collier sont moins bien modelés (fig. 91).

Fig. 93. Type Β XXVI 3 (SM Pal T287).

390La hauteur des visages des statuettes de deuxième génération est de 2,7 et 2,6 cm ; le pourcentage de réduction entre la première et la deuxième génération est de 12,9 %.

391Les deux dernières statuettes forment une troisième génération, également de qualité médiocre (fig. 93). La hauteur interne des visages est de 2,1 cm ; le pourcentage de réduction entre la deuxième et la troisième génération est de 19,2 %. La réduction différentielle, pour la deuxième génération, est de 3,7 %.

Tableau généalogique du Type Β XXVI

Tableau généalogique du Type Β XXVI

Diffusion

  • 135 Musée de Géla, Collection Navarra, vitrine B, n° 54.
  • 136 Orsi 1897, p. 240 et fig. 32.
  • 137 Orlandini 1966, p. 16-32 et pl. XI, 4.
  • 138 Kekulé 1884, p. 17 et fig. 21 (N.I. 6618 ; H : 24,3 cm).

392Deux statuettes dérivent de l’archétype Β XXVI 1 : l’une provient de Géla135, la seconde du sanctuaire de Grammichele136. Le sanctuaire de Bitalemi, à Géla, a également fourni une statuette dérivée d’un archétype secondaire, aux agrafes en forme de 8137 ; cet exemplaire semble être en outre de dimensions supérieures. Une statuette, provenant d’Agrigente et illustrée par R. Kekulé138, dérive d’un archétype secondaire puisque le trône est pourvu d’un dossier ; la statuette semble être de première génération.

  • 139 Une statuette Β XXVI 3 (H : 16 cm), conservée dans une Collection privée à La Haye, est illustrée p (...)

393Enfin, deux statuettes, provenant de Géla mais exposées au Musée de Palerme (N.I. 969 et 976), dérivent de l’archétype Β XXVI et appartiennent à une troisième génération (Β XXVI 3)139. Il semble donc que l’archétype Β XXVI soit originaire de Géla ou de l’aire géloo-agrigentine.

Datation

394Seule la statuette provenant du sanctuaire de Bitalemi à Géla possède un contexte stratigraphique précis : la figurine a été trouvée dans la couche 4 que P. Orlandini date à partir de 540 environ jusqu’aux débuts du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XXVII

État de conservation

395Seules 2 statuettes de type Β XXVII sont conservées : une statuette entière (N.I. 70 - H : 13,8 cm ; H interne du visage : 1,8 cm) (fig. 94 et planche hors texte IV) et une statuette acéphale (SM Pal Τ 207 - H conservée : 11,9 cm). Les deux statuettes sont de dimensions analogues.

Description

396La figurine est assise sur un trône au dossier surmonté d’une barre transversale ; les montants du siège sont profilés. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds chaussés reposent sur une plinthe rectangulaire.

Fig. 94. Type Β XXVII (N.I. 70).

397L’habillement comprend une tunique et l’ependytes fixé aux épaules par deux grandes agrafes circulaires. Le fil du collier n’est pas visible et la figurine porte, au centre du buste, un pendentif en forme de petit vase globulaire.

398Le visage est ovale, les traits fins ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et retombent sur les épaules.

399La figurine est coiffée d’un polos gansé d’un ruban.

Technique

400Les statuettes sont fabriquées à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure).

Argile

401L’argile est bien épurée et compacte. Sa couleur est, pour l’une des statuettes, rouge orangé (5 YR 7/ 6) et, pour l’autre, beige jaune (10 YR 8/6).

Diffusion

  • 140 Langlotz 1968, fig. 19.

402Aucune statuette de ce type n’a été retrouvée sur d’autres sites. Mais une statuette d’Agrigente, de dimensions nettement supérieures (H : 21,1 cm), reproduit, à l’exception de la tête, un archétype analogue bien que dépourvu du petit pendentif central ; en outre, le trône est garni de coussins140.

Datation

403Les statuettes de Sélinonte pourraient être datées du début du Ve siècle av. J.-C. La figurine d’Agrigente est datée vers la fin du VIe siècle av. J.-C.

TYPE XXVIII

État de conservation

404Le type Β XXVIII est représenté par un seul fragment qui comprend la tête et la moitié supérieure du buste (SM Pal Τ 19851 : H conservée : 7,7 cm ; largeur des épaules : 5,7 cm ; H interne du visage : 2,5 cm) (fig. 95 et planche hors texte IV).

Description

405La statuette est de facture médiocre et les bords de l’ependytes ne sont pas distincts. Deux agrafes circulaires portent un collier à rang simple, orné d’un pendentif central en forme de croissant de lune, pointes tournées vers le bas, encadré par quatre pendentifs ovoïdes.

Fig. 95. Type Β XXV111 (SM Pal Τ19851).

406Le visage est ovale, les traits forts ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et retombent sur les épaules. La figurine semble porter un ampyx.

Technique

407La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure).

Argile

408L’argile est bien épurée, assez compacte, de couleur beige jaune (10 YR 8/4).

Diffusion et datation

409Aucune statuette de ce type n’a été trouvée sur d’autres sites ; le fait que cette pièce soit unique et de facture médiocre incite à la considérer comme un produit tardif, datable du premier quart du Ve siècle av. J.-C.

TYPE XXIX

État de conservation

410Une statuette de type Β XXIX est conservée : SM Pal Τ 835 (H : 14,7 cm ; largeur des épaules : 5,3 cm ; H interne du visage : 1,8 cm) (fig. 96 et planche hors texte IV).

Description

411La figurine est assise, mais le trône n’est pas représenté : cette attitude est généralement décrite comme la position semi-assise. Les bras de la figurine ne sont pas représentés ; ses pieds chaussés reposent sur une plinthe rectangulaire.

412L’habillement se compose d’une tunique et de l’ependytes fixé aux épaules par deux agrafes circulaires; les agrafes portent un collier à rang simple, orné de cinq ( ?) pendentifs ovoïdes ( ?).

413Le visage est ovale, assez allongé, les traits grossiers ; les cheveux sont disposés en arc de cercle sur le front et retombent sur les épaules. La figurine est coiffée d’un polos gansé d’un ruban.

Fig. 96. Type Β XXIX (SM Pal T835).

Technique

414La statuette est fabriquée à l’aide de deux moules (face antérieure/face postérieure), selon la technique utilisée pour le type Β XXI c 1 a.

Argile

415L’argile est bien épurée, assez compacte, mais poudreuse en surface, de couleur jaune-vert (2.5 Y 8/4).

Diffusion et datation

416Aucune statuette analogue n’a été retrouvée sur d’autres sites ; les petites dimensions et la qualité médiocre de ce produit suggèrent une datation au début du Ve siècle av. J.-C.

Conclusions généalogiques

417Le groupe des statuettes aux parures — numériquement important, de fabrication locale, enfin iconographiquement et chronologiquement homogène — constitue un échantillonnage représentatif de la production coroplastique d’une cité.

418Le tableau présenté ci-dessous résume les résultats, en matière de production, de cette étude typologique.

Tableau généalogique récapitulatif des statuettes aux parures

Types

A

I

II

III

IV

V

VI

VII

VIII

IX

X

XI

N° de générations

1

3

2

2

2

2

1

1

1

1

1

N° de moules par générations

1

2°+

2°+

2°+

1

1

1

1

1

1

1

2°x+

2++

1°+

1

1

2°+

H. max. cm

50

40

60

24,7

13,5

13,9

15

19,7

17 ?

20 ?

30 ?

N° de statuettes par génération

1

27

5

141

20

4

3

1

2

1

2

205

75

1

8

8

15

Types

B

XII

XIII

XIV

XV

XVI

XVII

XVIII

XIX

XX

N° de générations

2

1

1

3

1

2

1

3

2

N° de moules par générations

3*

1

1

4*+

2*

2-

1

2*+

1

3*

6*+

2*

3*

1

1*+

H. max. cm

50 ?

50 ?

50 ?

28,5

29

29

27

19,7

21

N° de statuettes par génération

7

1

2

116

3

96

5

20

8

14

249

32

20

6

14

7

Types

B

XXI

XXII

XIII

XXIV

XXV

XXVI

XXVII

XXVIII

XXIX

N° de générations

1

2

1

1

1

3

1

1

1

N° de moules par générations

2*+

2*

1

1

1

1

1

1

1

1*

H. max. cm

20

17,7

16,7

20 ?

13,7

24,5

13,8

16,5 ?

14,7 ?

N° de statuettes par génération

110

14

1

1

1

1

2

1

1

20

3

2

Distinction des moules par les symboles suivants :

x probables moules parallèles, identiques ;
° un moule avec changement de technique
- un moule comportant un défaut
* un/des moules ayant un/des éléments modifiés
+ un/des moules de diverses qualités

Nombre de générations

419Peu de types présentent une succession de plusieurs générations ; on rappellera à ce propos que celles-ci n’impliquent pas automatiquement d’écarts chronologiques entre les groupes de statuettes qui en sont les représentants. La fabrication d’un moule, de deuxième ou de troisième génération (à partir d’une figurine de première ou de deuxième génération respectivement), répond peut-être à une demande supplémentaire de statuettes de dimensions diverses. On n’exclura pas non plus la possibilité que le coroplathe ait dû se procurer de nouveaux moules, lorsque ceux qu’il possédait étaient devenus inutilisables.

420Les types AII, Β XV, Β XIX et Β XXVI ont été produits sur trois générations :

  • le type A II est, dans le groupe des statuettes debout, celui dont les pièces ont été conservées en plus grand nombre ; ce modèle était probablement très populaire. On notera que la plupart des figurines (205 sur 247 au total) sont de deuxième génération : ces statuettes mesurent environ 33 cm, ce qui est déjà une dimension importante. Le modèle semble être agrigentin.

  • le type Β XV est numériquement le plus important du groupe des statuettes aux parures ; de nouveau, les statuettes de deuxième génération sont les plus nombreuses (249 sur 379 au total) et mesurent entre 22 et 25 cm selon la hauteur de la plinthe. L’archétype du type Β XV semble provenir également d’Agrigente.

  • le type Β XIX n’est représenté que par un nombre relativement faible de statuettes (47 au total), mais nous avons vu que 110 autres figurines sont dérivées d’un archétype identique bien que dépourvu de parures. Les statuettes mesurent entre 16 et 19 cm. Ce modèle est une création sélinontine et se caractérise par une forme de pendentif originale, la protomé de lion.

  • le type Β XXVI ne comprend que 6 statuettes, mesurent entre 16,5 et 24,5 cm. L’archétype est d’origine géloenne ; ce petit nombre de figurines constitue probablement un lot importé de l’aire géloo-agrigentine.

  • 141 Nous ne tiendrons pas compte ici du type A IV qui comprend une unique statuette de deuxième générat (...)

421Sept types ont été répétés sur deux générations : ce sont les types A III, A V, A VI, Β XII, Β XVII, Β XX et Β XXII141.

  • le type A III est représenté par un nombre assez important de statuettes, dont la plupart appartiennent à la deuxième génération (75 sur 80 au total) et mesurent environ 33 cm. L’archétype est une création sélinontine.

  • les types A V et A VI sont des produits tardifs du groupe des statuettes aux parures ; les figurines sont de petites dimensions (de 13 à 10 cm environ) et répondent à une demande locale.

  • le type Β XII est peu représenté : il s’agit d’un modèle rare de par ses grandes dimensions (environ 50 cm) et précieux, à en juger d’après la qualité du travail d’incision. La plupart des figurines sont de deuxième génération et dénotent une qualité nettement inférieure. Nous tendrions à considérer les quelques exemplaires de première génération comme des produits extraordinaires, c’est-à-dire fabriqués sur une demande particulière. Ce modèle est une création sélinontine.

  • le type Β XVII reproduit l’un des modèles les plus populaires qui aient été créés à Sélinonte ; les statuettes de première génération sont les plus nombreuses (96 sur 128 au total) et mesurent entre 29 et 26,5 cm.

  • le type Β XX est moins populaire que le type Β XIX dont il semble s’inspirer ; les figurines sont de taille moyenne (de 21 à 18,5 cm). L’archétype est une création sélinontine.

  • le type Β XXII reproduit l’un des modèles les plus simples et tardifs du groupe des statuettes aux parures ; les figurines mesurent entre 18 et 15 cm. L’archétype pourrait être d’origine agrigentine.

422Des types produits sur une unique génération, seuls les types A IV et Β XXI comptent un nombre relativement important de pièces (141 et 110 statuettes).

423Ces premiers résultats laissent supposer que les coroplathes et leur clientèle n’ont porté finalement qu’assez peu d’intérêt à la fabrication et à l’achat de statuettes qui reproduisent une image uniforme de la divinité. Seuls les types A II et Β XV semblent avoir été extrêmement populaires. Ces deux modèles présentent d’autres analogies : l’image de la divinité qu’ils représentent est similaire (versions debout et assise), leur datation est homogène, au dernier tiers du VIe siècle av. J.-C. environ, et ces deux archétypes semblent provenir d’Agrigente.

424Les Sélinontins paraissent avoir montré un goût particulier pour les statuettes de dimensions relativement grandes (en moyenne 30 cm).

Nombre de moules par générations

425Le coroplathe façonnait à partir d’un archétype un certain nombre de moules qui reproduisaient la face antérieure et la face postérieure de la figurine. A l’exception d’un changement volontaire de technique, ces moules parallèles étaient parfaitement identiques ; toutefois les deux opérations qui suivaient le façonnage du moule proprement dit - réincision des détails et cuisson - rendaient parfois ces moules analogues mais non identiques. Ainsi, comme on l’a dit plus haut (p. 44-46), des statuettes d’une même génération peuvent être dérivées de moules présentant des écarts minimes de mesures entre eux, ou de qualité différente, ou encore façonnés à partir d’un archétype secondaire.

  • 142 Nicholls 1952, p. 219 à 224.

426Cet ensemble de moules, reproduisant un même type de figurines, constitue les moules parallèles dont dérivent les séries de statuettes142. Le nombre et la diversité de ces moules parallèles peuvent varier d’une génération à l’autre.

427L’étude typologique des statuettes aux parures offre plusieurs exemples d’emploi de moules parallèles :

  • les statuettes de type A II, en particulier celles de deuxième génération, dérivent de moules parallèles identiques : leurs caractéristiques techniques permettent de distinguer deux séries ; le critère de qualité, quant à lui, amène à en discerner trois. De plus, à technique et qualité égales, on doit postuler l’existence de deux moules, de manière à rendre compte, comme on l’a dit plus haut (p. 45-46 et 53), du pourcentage élevé de réduction différentielle ; il faut donc admettre que, pour fabriquer les statuettes de type A II, de deuxième génération, le coroplathe possédait au minimum 12 moules.

  • le type A IV offre l’exemple de moules parallèles qui sont de qualité différente ou qui comportent un défaut de cuisson.

  • le type Β XII comprend trois moules de première génération, dont deux sont reproduits sur une deuxième génération, laquelle possède en outre un troisième moule façonné à partir d’un archétype secondaire : dans celui-ci, seule la tête de la figurine est modifiée.

  • le type Β XV comporte, en particulier pour la deuxième génération, un minimum de 10 moules entre ceux dérivés d’archétypes secondaires et ceux correspondant aux trois niveaux de qualité observés.

  • les types Β XVI et XXII possèdent, pour les statuettes de première génération, un moule dérivé d’un archétype secondaire ; la deuxième génération du type Β XXII dérive d’un deuxième archétype secondaire.

  • le type Β XVII comprend, pour la première génération, deux moules formant deux séries dont une seule a donné lieu à une deuxième génération de statuettes ; des figurines dérivées d’un moule façonné sur un archétype secondaire forment une série parallèle de deuxième génération.

  • le type Β XIX comprend, pour la première génération, au moins deux moules de qualités différentes et un moule dérivé d’un archétype secondaire ; les statuettes de deuxième génération ont été fabriquées avec un surmoule façonné à partir d’une épreuve de première génération de qualité inférieure.

  • le type XXI comporte des moules de différentes qualités et un moule dérivé d’un archétype secondaire.

428En résumé, le groupe des statuettes aux parures montre que les coroplathes sélinontins façonnaient assez volontiers des moules à partir d’archétypes secondaires, créant ainsi un choix d’images plus large. Toutefois, l’une des caractéristiques de la coroplastie sélinontine est son manque de qualité : on a pu voir que même les moules de qualité supérieure sont, à Sélinonte, peu soignés. Enfin, le nombre de moules fabriqués par type et par génération n’est relativement pas très élevé ; il faut évidemment tenir compte du fait que de nombreux autres types de statuettes étaient fabriqués en même temps. Ainsi, la coroplastie sélinontine présente une grande variété de produits, de qualité moyenne, et fabriqués pour la plupart en petites quantités.

Diffusion de la coroplastie sélinontine en Sicile

429L’étude de la diffusion de chaque type en Sicile a montré l’importance de la production coroplastique agrigentine ; si, en effet, toutes les statuettes aux parures sont de fabrication locale, de nombreux types, huit précisément, dérivent probablement d’archétypes agrigentins. En revanche, seuls deux types reproduisent un archétype géloen.

430Rares sont les statuettes sélinontines trouvées hors de Sélinonte. On a signalé la localisation de ces quelques exemplaires : Mozia, Himère, et peut-être Mégara Hyblaea (type Β XVI).

431Il semble donc que la production coroplastique sélinontine ait essentiellement couvert le marché local.

432Comme on le signalait au début de cette étude, l’image de la divinité portant une parure chargée de lourds pendentifs apparaît avec les débuts de la production coroplastique locale de masse, c’est-à-dire à partir de 540-530 av. J.-C. environ.

  • 143 143 V. infra, p. 154-155. la discussion à propos du/des gorgoneia portés par deux statuettes de Gél (...)

433Les représentations plus récentes sont personnalisées par l’ajout d’attributs qui individualisent la divinité : il en est ainsi pour les représentations d’Athéna à Géla et Himère, ou de Déméter à Tharros143.

434L’image de la divinité aux parures est donc limitée dans le temps ; elle l’est également dans l’espace (fig. 97).

Fig. 97. Carte de diffusion des statuettes aux parures

435On fera remarquer que ce modèle a rarement été trouvé sur les sites de la côte Est de la Sicile : très peu de statuettes proviennent de Syracuse, Mégara Hyblaea et Catane (et l’on n’en connaît pas àNaxos). Quelques pièces isolées se trouvent à Léontinoi, Randazzo, Akrai et Eloro.

436On peut donc dire que cette image de la divinité est limitée à Sélinonte, Agrigente et Géla, et évidemment à leur aire de diffusion respective.

437L’aire de diffusion de Géla est la mieux connue car elle a fait l’objet de fouilles récentes ; aussi bien, Géla peut passer pour le berceau de cette image de la divinité féminine. En fait, l’étude typologique qui vient d’être menée amène à remettre en question cette vision des choses.

438En outre, la liste qui suit la carte de diffusion montre que les statuettes aux parures proviennent pour la plupart de sanctuaires dédiés à Déméter et Koré, ou de nécropoles.

439Reste maintenant à tenter de comprendre cette image, c’est-à-dire son origine, sa formation et sa signification.

Diffusion des statuettes aux parures : liste des sites (d’Ouest en Est)

440MOZIA

  • Dépôt le long du côté Ouest du Tophet : Mozia VII, p. 114-115, pl. LXXXVIII, 2 et 3.

  • Dépôt à l’intérieur de la tranchée de fondation du sacellum A : Mozia VIII, p. 68, pl. XLVIII, 1 et 2.

441SÉLINONTE

  • Sanctuaire de la Malophoros : Kekulé 1884, p. 11-12 ; Cavallari 1874, p. 6, pl. IV ; Gabrici 1927.

  • Edifice sacré au Sud du sanctuaire de la Malophoros : Ferruzza 1986.

442HIMÈRE

  • Sanctuaire du quartier Est et du quartier Nord : Allegro 1972, p. 33 ss., pl. XX,7, XXIII, 1 et 2, XXIV,2.

  • Sanctuaire d’Athéna : Himera II, p. 341, pl. LIV, 2.

443HERAKLEA MINOA

  • Provenance ? : DE MIRO 1965, p. 48 et fig. 32.

444AGRIGENTE

  • Provenance ? : Kekulé 1884, p. 16-17

  • Montelusa : Langlotz 1968, p. 263-264, pl. 20.

  • Nécropole Contrada di Mosè : De Miro 1980-81, II, pl. XLIII, fig. 4.

  • Sacellum de Villa Aurea : Marconi Bovio 1930, p. 80 et Marconi 1929.

  • Poggetto San Nicola : Marconi 1926, p. 95.

  • Bothroi à proximité du Temple dit des Dioscures : Langlotz 1968, fig. 20.

  • Sanctuaire des divinités chthoniennes : Musée d’Agrigente ; Marconi 1933.

  • Sanctuaire de San Biagio : Musée d’Agrigente.

  • Sanctuaire rupestre : Musée d’Agrigente.

  • Sanctuaire de la Porte V : Musée d’Agrigente.

  • Dépôt votif au pied des murs de fortifications au sud-ouest du sanctuaire des divinités chthoniennes : Griffo 1955, p. 109 et fig. 1.

  • Atelier de coroplastie : Rizzo 1897, p. 305.

  • Sanctuaire extra-urbain de Sant’Anna : Fiorentini 1969, p. 63 et pl. XXXII, 4-8.

  • Nécropole “Sottogas” à l’extérieur de la Porte IX : Musée d’Agrigente.

  • Provenance ? : Musée de Syracuse.

445VASSALLAGGI

  • Dépôt votif à l’intérieur d’une grotte : Musée de Géla.

  • Provenance ? : Musée d’Agrigente.

446PALMA DI MONTECHIARO

  • Dépôt votif sur l’Acropole de Castellazzo : Castellana 1983, p. 119, fig. 13 et 49.

  • Provenance ? : Musée de Syracuse.

447LICATA

  • Monte San Angelo : Musée d’Agrigente.

  • Sanctuaire localité Casahcchio : De Miro A. 1985.

448MONTE SARACENO

  • Dépôt dans une fosse à proximité d’un sanctuaire ( ?) : Marconi 1928, p. 499-510, fig. 1 et 2.

449GIBIL GABIB

  • Nécropole : Adamesteanu 1958a, p. 398, Sép.11, fig.7.

  • Habitat ( ?) : Musée de Géla.

450SABUCINA

  • Sacellum hors des murs (Vano XII) : Musée de Caltanissetta ; Orlandini 1962, p. 69-122, pl. XXVI, 4.

  • Habitat : Musée de Caltanissetta.

451CAPODARSO

  • Habitat : Musée de Caltanissetta ; Orlandini 1962, pl. XXXI,4.

452BUTERA

  • Dépôt votif du sanctuaire de Fontana Calda : Adamesteanu 1958b, p. 590 sqq., fig. 245.

453GÉLA

  • Provenance ? : Kekulé 1884, p. 22.

  • Tombe Terranova-1864 : G. D’ondes Reggio 1864, p. 25.

  • Sanctuaire d’Athéna sur l’Acropole : Orlandini 1961a, p. 140, fig. XIV,5 ; Orlandini 1968, p. 25-26, fig. 3 et 4 ; DE MIRO 1976-77, p. 435, pl. XXXVIII, 2.

  • Nécropole ΙΝΑ-Casa : Orlandini 1956b, p. 369, fig. 13.

  • Sacellum localité Carrubazza : Adamesteanu 1956b, fig. 2 a-b.

  • Sanctuaire de Via Fiume, 24 : Orlandini 1956a, p. 252-258, fig. 2.

  • Sanctuaire de Bitalemi : Orlandini 1966-67, p. 8-36, pl. 3 et 4 ; Musée de Syracuse.

  • Provenance ? : Musée de Géla (Coll. Navarra).

454MONTE BUBBONIA

  • Anaktoron ( ?) : Musée de Géla ; Pancucci 1972-73, p. 35.

455MORGANTINA

  • Provenance ? : Bell 1981, p. 125 n° 15, pl. 6 (statuette conservée au Musée de Palerme).

456CALTAGIRONE

  • Nécropole de San Luigi : Orsi 1905, p. 440, fig. 23.

  • Provenance ? : Musée de Syracuse ; Meurer 1914, p. 212, pl. 9,3.

457GRAMMICHELE

  • Sanctuaire à Poggio d’Aqua : ORSI 1897, p. 201 sqq., fig. 18, 31 et 32 ; Barnabei 1897.

458CAMARINA

  • Provenance ? : Libertini 1930, p. 216 à 219, 226, pl. CII et CVII.

  • Provenance ? : Kekulé 1884, p. 25.

  • Dépôt votif du sanctuaire de Déméter : Giudice 1979, p. 313-314, pl. III à V.

  • Nécropole de Passo Marinaro : Pelagatti 1970, p. 16 et fig. 15.

459AKRAI

  • Provenance ? : Musée de Palerme.

460HELOROS

  • Bothroi 35 et 55 : Voza 1973, p. 117-126, n° 391 et 392, pl. XLI.

  • Sanctuaire : Van Buren 1966, p. 357-359, pl. 86 et 87.

461SYRACUSE

  • Nécropole de Casalicchio : Musée de Syracuse.

  • Provenance ? : Musée de Syracuse.

462MEGARA HYBLAEA

  • Provenance ? : Fouilles P. Orsi, négatifs conservés dans les Archives de l’École Française de Rome.

463LEONTINOI

  • Nécropole de Piscitello : Orsi 1900, p. 82 ; Spigo 1980-81, p. 791-792.

464CATANE

  • Sanctuaire de Déméter, dépôt votif de Piazza San Francesco : Archives de l’Institut Archéologique de Catane.

465RANDAZZO

  • San Anastasia : Rizzo 1900, p. 243-249.

Annexes

ANNEXE

Tableaux de concordance : classification et numéros d’inventaire

Type II

A II 1 a 1 : SM Pal Τ 2621/2666/2667/2670

A II1 b 1 : SM Pal Τ 2623/2656/2665/2668/2672/2674/2678

A II 1 c 1 : SM Pal Τ 2673/2680/2681

A II 2 a 1 : N.I.287/SM Pal Τ 2626/2669

A II 2 b 1 : SM Pal Τ 2645/2671/2675/2676/2682

A II 2 c 1 : SM Pal Τ 2677/2679

Fragments de corps : SM Pal Τ 2653/2654a/2661

A II 1 a 2 : SM Pal Τ 2640/2648/2662/2696/19414/19417/19424/19441/19445/19475/19482/19490/19522

A II 1 b 2 : N.I.l/SM Pal Τ 1562/2602/2613/2616b/2635/2650/2658/2680/2694/19404/19406/19409/19410/19412/19427/19430/19456/19478/19486/19491/19536/19537

A II 1 c 2 : SM Pal Τ 2611/2614/2619/2624/2628/2634/2637/2641/2643/2651/2660/2664/2697/19403/19407/19418/19420/19423/19428/19429/19431/19433/19435/19436/19438/19447/19449/19451/19458/19463/19472/19476/19480/19485/19493/19498/19507/19517/19518/19521/19523/19524/19525/19529/19530/19533/19535

A II 2 A 2 : SM Pal Τ 2603/2604/2606/2607/2622/2631/2633/2642/2647/2695/2700/19405/19413/19425/19434/19452/19460/19462/19465/19477/19481/19484/19487/19496/19511/19514/19516/19520/19528/19532

A II 2 b 2 : SM Pal Τ 1571/2601/2608/2616a/2617/2618/2620/2627/2629/2632/2636/2644/2646/2693/2698/2699/19400/19401/19408/19415/19416/19422/19439/19440/19443/19446/19450/19453/19454/19455/19464/19468/19470/19473/19479/19483/19489/19492/19494/19495/19499/19504/19505/19506/19509/19510/19513/19515/19527

A II 2 c 2 : SM Pal Τ 2605/2615/2638/2639/2649/2652/2657/2659/2663/2692/19402/1941 1/19419/19421/19426/19432/19437/19442/19444/19448/19457/19459/19461/19466/19467/19469/19471/19474/19488/19497/19500/19503/19508/19512/19519/19526/19531/19534

Fragments de corps : SM Pal Τ 1838.1856.17211/2630/2654b

A II 1 a 3 : SM Pal Τ 2686/2687

A II 1 b 3 : SM Pal Τ 2684

A II 1 c 3 : SM Pal Τ 2690

A II1 a 3 a : SM Pal Τ 19540/19541

A II 2 a 3 : SM Pal Τ 2683

A II 2 b 3 : SM Pal Τ 2688

A II 2 c 3 : SM Pal Τ 2685/2689/2691

A II 2 a 3 a : SM Pal Τ 19538/19539/19542/19543

Type III

A III 1 a 1 a : N.I.385/SM Pal Τ 2780

A III 1 a 2 b : SM Pal Τ 2704/2706/2715.2721/2732/2733/2735/2738

A III 1 b 2 b : SM Pal Τ 2730/2731/2734/2736/2737

A III 2 a 1 a : N.I.367/SM Pal Τ 2779/2781

A III 2 a 2 b : N.I.266/SM Pal Τ 2722/2723/2729/2739/2740/2742/2744/2745/2747/2748/2750/2751/2757/2758/2759/2760/2761/2766/2767/2768/2769/2771/2775/2777/2778

A III 2 b 2 b : SM Pal Τ 2741/2743/2746/2749/2752/2753/2754/2755/2756/2762/2763/2764/2765/2770/2772/2773/2774/2776

A III a 2 : SM Pal Τ 2701/2702/2703/2707/2716/2719/2724/2727/2728

A III b 2 : SM Pal Τ 2705.2709/2708.2718/2710/2711/2712/2713/2714/2717/2725/2726

Type IV

A IV 1 a 2 : SM Pal Τ 1723.1841.1778 (acéphale)/1763 (fragmentaire)

A IV 1/2 a 2 : SM Pal Τ 1727 (fragmentaire)/1719/1848/1857 (têtes isolées)

A IV 1/2 b 2 : SM Pal Τ 1559/1704/1706/1722/1725/1741/1742/1745/1748/1751/1753/1754/1760/1767/1790/1791/1803/1804/1805/1811/1812/1821/1831 (fragmentaires) SM Pal Τ 1707/1708/1709/1717/1728/1734/1738/1739/1740/1743/1744/1746/1747/1750/1752/1755/1756/1757/1758/1759/1762/1765/1768/1769/1770/1771/1773/1774/1775/1776/1787/1788/1789/1792/1793/1794/1795/1796/1797/1798/1813/1814/1815/1816/1818/1819/1822/1823/1824/1825/1827/1830/1833/1836/1837/1844/1847/1849/1850/1851/1858/1864 (têtes isolées)

A IV 2 a 2 : N.I.3 SM Pal Τ 1782.1835/1715/1716/1726 (fragmentaires)

A IV 2 b 2 : SM Pal Τ 1700/1701/1703.1820/1710/1712/1713/1718.1736.1861/1720/1721/1729.1780/1735.1845/1761/1784/1785/1800/1829/18631702/1705.1749/1732.1832/1733.1828/1764/1766/1779/1781/1786/1799/1801/1810 (fragmentaires) 1730.1842/1737/1802/1806.1808/1 807.1853/1825/1826/1839/1840/1843/1852/1854.1860/1859/1863 (fragments de corps)

A IV 1 a 3 a : SM Pal Τ 1777.1846

Type V

A V 1.1 : N.I.71/SM Pal Τ 900/901/902/908/909.923/912/913/918/920/921/922/924/925/926/928/931/932/939/940

A V 1.2 : SM Pal Τ 911/936/938/941

A V 2.2 : SM Pal Τ 903/914/927/937

Type VI

A VI 1.1 : SM Pal Τ 907/910/930/934

A VI 1.2 : SM Pal Τ 933

A VI 2.2 : SM Pal Τ 904/905/906/915/917/919/929

Type VII

A VII 2 : N.I.12/SM Pal Τ 916/935

Type XII

Β XII 1 a : N.I.378

Β XII 1 b : SM Pal Τ 2505/2508/2513/2515/2518

Β XII 1 c : SM Pal Τ 2506

Β XII 2 b : SM Pal Τ 2507/2509/2510/2511/2512/2514/2516/2517/2609

Β XII 3 c a : SM Pal Τ 2625

Β XII 3 c b : SM Pal Τ 2501/2502/2503/2504

Type XV

Β XV a 1 a - 3 : SM Pal Τ 1472/1556

Β XV a 1 b - 2 : SM Pal Τ 1229

Β XV a 1 c - 2 : SM Pal Τ 1311

B XV a 1-2 : SM Pal T 1211/1216/1217/1218/1226/1233/1251/1262/1292/1309/1312/1315/1349/1363/1369/1377/1392/1398/1400/1412/1429/1433/1440/1458/1468/1470/1563

Β XV a 1 c - 3 : N.I.153/180/SM Pal Τ 1201/1341.1342.1801

Β XV a 1 - 3 : SM Pal Τ 1549

Β XV a 1 - 1.3 : SM Pal Τ 1474/1477/1478/1480/1483/1485/1486/1488/1500/1504/1505/1506/1509/1536

Β XV a 2 b - 2 : SM Pal Τ 1213/1231/1238/1257/1267/1272

Β XV a 2 - 2 : SM Pal Τ 1261/1287/1394/1445

Β XV a 2 e - 3 : N.I.152

Β XV a 2 d - 3 : SM Pal Τ 1234/1270/1307/1313

BXV a 2d - l : SM Pal T 1237/1319

Β XV a 2 - 3 : SM Pal Τ 1209/1245/1336

Β XV a 2 - 1 : SM Pal Τ 1220/1244/1250

Β XV a 2 - 1.2 (Fragment de corps) : SM Pal Τ 1340

Β XV a 2 - 1.3 : SM Pal Τ 1337/1339/1350/1357/1370/1372/1487/1518/1537/1567

Β XV b 1 a - 3 : SM Pal Τ 1515/1561

Β XV b 1 b - 2 : SM Pal Τ 1236/1260.1454/1263

Β XV b 1 c - 2 : SM Pal Τ 1210/1215/1222/1232/1235/1254/1285

B XV b 1 - 2 : SM Pal Τ 1227/1354/1358/1374/1390/1393/1399/1403/1405/1406/1413/1414/1416/1417/1432/1436/1443/1452/1568/1585

Β XV b 1 - 1.3 : SM Pal Τ 1351/1447/1479/1481/1482/1484/1491/1502/1511/1516/1517/1519/1529

Β XV b 2 c - 2 : SM Pal Τ 1214/1219/1221/1223/1224/1225.1304/1264/1268/1284/1286/1288/1306/1308/1314/1317

Β ΧV b 2 - 2 : SM Pal Τ1247/1269/1289/1316/1366/1395/1415/1422/1428/1430/1434/1437/1451/1455/1457/1463

Β XV b 2 f - 2 : SM Pal T 1469/1471

Β XV b 2 c - 3 : SM Pal Τ 1200/1204/1207

Β XV b 2 d - 3 : SM Pal Τ 1230/1252/1310

Β XV b 2 d - 1 : SM Pal Τ 1266/1296/1473

Β XV b 2 g - 1 : N.I.2/SM Pal Τ 1253/1589

Β XV b 2 - 3 : SM Pal Τ 1208/1241/1534/1535

Β XV b 2 - 1 : SM Pal Τ 1259/1298/1320

Β XV b 2 - 1.2 (Fragments de corps) : SM Pal Τ 1343/1345/1570

Β XV b 2 - 1.3 : SM Pal Τ 1322/1323/1324/1325/1327/1328/1329/1334/1335/1338/1351/1356/1361/1371/1435/1492/1496/1498/1503/1513/1521/1523/1525/1526/1528/1532/1538/1540/1545/1546/1547/1548/1550/1576/1578/1583

Β XV c 1 - 2 : SM Pal Τ 1360/1365/1367/1376/1380/1381/1382/1383/1391/1404/1410/1431/1453/1462/1464

ΒXV c 1 - 3 : SM Pal T 1508.1555

Β XV c 1 - 1.3 : SM Pal Τ 1353/1489/1490/1514/1577

Β XV c 2 b - 2 : SM Pal Τ 1258/1274

Β XV c 2 c - 2 : SM Pal Τ 1212/1239/1256/1291/1318

Β XV c 2 - 2 : S M Pal Τ 1228/1242/1246/1248/1271/1275/1276/1277/1278/1279/1280/1281/1282/1283/1290/1293/1294/1300/1301/1303/1359/1362/1364/1368/1373/1378/1384/1385/1386/1387/1389/1396/1397/1401/1402/1407/1408/1409/1411/1418/1419/1420/1421/1423/1424/1425/1426/1427/1439/1441/1442/1444/1446/1449/1450/1456/1459/1460/1461/1465/1466/1467/1569/1584/1586/1587/1588

Β XV c 2 b - 3 : SM Pal Τ 1203/1206/1243/1273.1544

Β XV c 2 d - 3 : SM Pal Τ 1202

Β XV c 2 - 3 : SM Pal Τ 1205/1255/1527/1564

Β XV c 2 - 1 : SM Pal Τ 1297

Β XVc 2 -1.2 (Fragments de corps) : S M Pal Τ 1344/1346/1347/1348

Β XV c 2 - 1.3 : SM Pal Τ 1326/1352/1355/1375/1448/1475/1476/1493/1494/1495/1497/1499/1512/1520/1522/1524/1530/1533/1537/1539/1541/1542/1543/1551/1553/1560/1565/1573/1574/1575/1579/1580/1581/1582

Β XV c 3 c - 2 : SM Pal Τ 1265/1295/1330

Β XV c 3 c - 3 : SM Pal Τ 1299

Β XV c 3 - 2 : SM Pal Τ 1240/1331/1332/1333/1590

Β XV c 3 - 3 : SM Pal Τ 1557/1572/1591/1592/1593

Type XVII

Β XVII 1.1 : SM Pal Τ 2000/2001/2002/2003/2004/2008/2012/2013/2015/2019/2030/2039/2040/2041/2046/2047.2084.2090.2120/2049.2059/2052.2067/2053.2065.2083.2105.2126.2137/2054/2057.2075.2147/2058/2061/2064.2092.2144/2068.2074/2076/2080.2087/2081/2085a/2085b/2091/2093/2097/2101/2102/2104/2106/2107/2108/2109/2113/2118/2119/2121/2122/2124/2127/2129/2130/2131/2132/2134/2136/2139/2140/2141/2142/2143/2145/2146/2149/N.1.10

Β XVII 1a.1 : SMPal Τ 2010/2011.2125/2031

Β XVII 2.1 : SM Pal Τ 2005/2006/2007/2014/2016.2063.2099/2026/2029.2048.2056.2094/2032.2112/2045.2116/2055/2066/2069/2071.2117/2072/2073/2078/2079/2082.2095/2088/2096/2100/2103.2114/2110/2111/2115/2128/2133/2135/2138/2148/2153

Β XVII 1.2 : SM Pal Τ 2009//2017/2018/2020/2021/2022/2023/2024/2025/2027/2028/2033/2034/2035/2036/2037/2038/2042/2043/2044/2050/2051/2060/2062/2070.2086/2077/2089/2123

Β XVII 2 a : SM Pal Τ 2098/2150/2151.2154/2152

Type XVIII

Numéros d’inventaire : N.I.6 SM Pal Τ 1100.8752/8749/8750/875

Type XIX

Β XIX a 1 : N.I. 13/SM Pal Τ 2301/2303/2310.2350/2311/2328/2330/2339/2341/2349/2359

Β XIX b 1 : SM Pal Τ 2302/2309/2312/2321/2322/2327/2345.2347

Β XIX 1 a : N.I.8/SM Pal Τ 2363 Β XIX b 2 a : SM Pal Τ 2304/2326/2335

Β XIX b 2 b : SM Pal Τ 2315/2317/2323/2329/2340/2343

Β XIX b 2 c : SM Pal Τ 2324/2325 et 9 fragments : SM Pal Τ 2333/2344/2346/2356/2357/2360/2361/2364/2365

Β XIX b 3 b : SM Pal Τ 2308/2316/2318/2319/2320/2342/2362

Type XX

Β XX 1 : SM Pal Τ 2307/2313.2354/2314/2331/2334/2337/2348/2358

Β XX 2 : N.I.50/SM Pal Τ 2305/2306/2332/2336/2353

Type XXI

Β XXI a 1 : SM Pal Τ 1016/1029/1031/1036/1046/1049/1050/1051/1052/1053/1054/1059/1070/1076/1085/1094/1107/1115/1116/1117/1118

Β XXI b 1 : SM Pal Τ 1027/1035/1037/1044/1056/1058/1068/1082/1083/1088/1103/1113

Β XXI c 1 : SM Pal Τ 1004/1005/1006/1007/1008/1009/1010/1011/1012/1013/1014/1015/1017/1018/1019/1020/1021/1022/1023.1105/1024/1025/1026/1028/1030/1032/1033/1034/1038/1039/1040/1041/1042/1043/1045/1047/1048/1055.1098/1057/1060/1061/1067/1069/1071/1072/1073/1074/1075/1077/1078/1079/1080/1081/1084/1087/1089/1090/1091/1092/1093/1096/1097/1099/1101/1108/1109/1110/1112/1114/1119/1120/1121/1122/1123/1124/1125 Ν.1.17

Β XXI c 1 a : SM Pal Τ 1104

Type XXII

Β XXII 1 a : N.I.5 SM Pal Τ 1063/1102/1111

Β XXII 1 b : SM Pal Τ 1000/1001/1002/1003/1062/1064/1065/1106

Deux têtes isolées : SM Pal Τ 1000a/1000b

Β XXII 2 a a : SM Pal Τ 179/241/242/243/244/245/246/247/248/249/250/251/252/253/254/256/257/289/8741/8743

Type XXVI

Β XXVI 1 : N.I.9

Β XXVI 2 : SM Pal Τ 290/292/8746

Β XXVI 3 : SM Pal Τ 287/291

Les barres obliques séparent des individus, désignés soit par un seul numéro soit par plusieurs numéros interponctués (recollage de fragments).

Notes

1 Sur l’ependytes, la signification de ce terme et son emploi dans le vocabulaire archéologique, infra, p. 156.

2 On notera l’importance quantitative de têtes isolées par rapport à celle des statuettes acéphales et des fragments de corps. L’explication réside sans doute dans le fait que les corps des figurines, creux et donc peu compacts, ont moins bien résisté que les têtes — qui sont pleines — au piétinement constant des aires de dépôts, protégés seulement par une mince couche de sable. Par voie de conséquence, les corps étaient probablement réduits à l’état de fragments au moment de la fouille et, pour cette raison, n’ont pas été conservés. Le comptage a été effectué en prenant en considération tous les fragments et en vérifiant, à chaque fois, les collages possibles.

3 Croissant 1983, p. 6 et suiv. ; Uhlenbrock 1989, p. 192-0.

4 Cette division et cette numérotation ne suivent aucunement l’ordre chronologique. Seuls cinq types sont illustrés par E. Gabrici, dans sa monographie sur le sanctuaire : ce sont les types A III, Β XV, Β XVII, Β XIX et Β XXII (Gabrici 1927, respectivement pl. LVI, 2 ; LXIX, 4,7 et 9 ; pl. LXII, 8 ; pl. LVII, 5 ; pl. LXXVI, 7).

5 Les procédés de fabrication des statuettes de terre cuite antiques ont été souvent décrits : on se référera en particulier à Jastrow 1941 ; Neutsch 1952 ; Nicholls 1952, p. 217-226, pour la méthode de classification ; Di Vita 1954 ; Bonghi Jovino 1965, p. 16-21 pour la méthode de classification ; Sguaitamatti 1984, p. 6-7 ; Santuari d’Etruria, p. 46-47. La terminologie employée ici est empruntée à Βaudry-Bozo 1978, p. 105-147 et p. 558-568.

6 Le procédé du moulage à bon-creux consiste à obtenir directement, à partir du modèle original, un moule réutilisable dans lequel on peut façonner un nombre plus ou moins important d’épreuves. De ces épreuves peuvent être ensuite, éventuellement, tirés des surmoules.

7 La technique de façonnage des épreuves en terre la plus souvent utilisée dans l’Antiquité est celle du façonnage à la croûte : le coroplathe prenait une masse d’argile réduite à l’état de galette, d’épaisseur et de densité égales, et l’enfonçait par une pression régulière des doigts dans le moule, obtenant ainsi un moulage creux.

8 Les types A II, A III et A IV se composent de séries de figurines dont la face postérieure est formée d’une simple plaque d’argile lissée à la spatule et appliquée contre la face antérieure. En revanche, les types A V et A VI comprennent une série de statuettes, de deuxième génération, façonnées en plaquettes : l’épreuve de la face antérieure a été remplie par une masse d’argile qui a ensuite été lissée.

9 Par exemple, l’archétype secondaire A VI 3 porte un collier à deux rangs au lieu de trois ; la forme des agrafes diffère pour Β XII c. Les statuettes de type Β XV dérivent des moules a, b, c, qui reproduisent des plinthes de diverses hauteurs, tandis que le moule e reproduit une figurine dépourvue de polos. Le type Β XVI comprend un archétype secondaire sur lequel plusieurs éléments ont été modifiés. Les statuettes Β XIX c portent des pendentifs de formes diverses. Le type Β XXII comprend également un archétype secondaire dans lequel le trône, les agrafes et le nombre des pendentifs diffèrent.

10 Le réparage, ou travail de finition, consiste à retoucher, au moyen d’une spatule ou d’un couteau, les épreuves. Le coroplathe élimine l’excédent de barbotine, le long de la ligne de collage des deux faces. Cette opération est réalisée avant cuisson.

11 Les statuettes aux parures ne possèdent pas toujours un évent sur la face postérieure : trois d’entre elles présentent un orifice circulaire pratiqué au sommet du polos. Ces statuettes sont de type A II (SM Pal Τ 2601 et 2675) et A III (SM Pal Τ 2732), donc en position debout ; le type A II porte un polos et le type A III est caractérisé par la position des bras levés, à la verticale, de part et d’autre de la tête. Or, cet orifice est analogue à celui qui est pratiqué au sommet de la tête des statuettes debout, qui portent une coupelle qu’elles tiennent d’un bras levé. Ce groupe est particulièrement bien représenté dans le sanctuaire d’où proviennent aussi de nombreuses coupelles isolées. Celles-ci étaient fixées, avec de la barbotine, sur le sommet de la tête ou bien étaient munies, à leur base, d’un appendice conique et fin qui s’enfilait dans l’orifice percé au sommet de la tête ou du polos. Cette analogie suggère que les trois statuettes aux parures portaient, elles aussi, une coupelle.

12 Ce que souligne Nicholls 1952, p. 224, n. 47. La hauteur du visage est mesurée entre le centre du front, à la racine des cheveux, et le point de jonction central du cou et de la mâchoire.

13 Mesure prise sur les bords de l’ependytes (côtés droit et gauche). Cette mesure est utile pour les fragments qui comprennent la partie supérieure du buste avec un collier à plusieurs rangs.

14 L’estompage des reliefs, parfois appelé l’usure, consiste en un colmatage des reliefs en creux, dû à l’usage prolongé du moule, et non pas à l’abrasion des reliefs. En effet, un moule, même s’il est lavé après chaque usage à l’eau claire, conserve d’infimes particules d’argile qui se déposent dans les dépressions ou les incisions et qui peu à peu estompent les reliefs. Une véritable abrasion aboutirait à l’élargissement des reliefs en creux alors que le phénomène observé est une diminution des reliefs au positif.

15 Les ouvrages de base, traitant du phénomène de réduction lors du séchage et de la cuisson des statuettes, sont : Jastrow 1941 ; Nicholls 1952 ; Sguaitamatti 1984, p. 9-11 ; Di Vita 1954.

16 Cf. Jastrow 1941, p. 3 et note 1 :1’auteur indique, pour les reliefs des arulae un pourcentage de réduction variable entre 18 et 20 %. Nicholls 1952 (p. 220 et note 23) a obtenu avec des statuettes attiques un pourcentage de 14,3 %. Di Vita 1954 (p. 83 et note 1), utilisant les matrices de Scornavacche et de Sélinonte, aboutit à un pourcentage de 19-20 %. Sguaitamatti 1984 (p. 10) a constaté pour les figurines de Géla un pourcentage de 12 à 15 %.

17 SM Pal Τ 2505 (Β XII 1 b) ; cette restitution est fondée uniquement sur l’analogie du style et des dimensions entre le type A 1 et le type Β XII 1 b.

18 Musée de Caltanissetta, n° inv. 2565. Orlandini 1962, pl. XXXI, 4 et p. 107 : le sanctuaire est daté à partir de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C.

19 Musée de Caltanissetta, fouilles de 1962. H. restituée : env. 20 cm.

20 Cf. Orlandini 1956b, p. 369 et fig. 13 (H : 20 cm.). Musée de Géla, vitrine 11, sép. 4 (n° inv. 8781). La sépulture est datée à la période archaïque.

21 Giudice 1979, p. 314 sqq., n°4 et pl. V (statuette acéphale ; H. conservée : 11 cm).

22 Cette variation s’explique par les différences de hauteurs maximales des visages entre les séries a 1/a 2, b 1/b 2, c 1/c 2.

23 Musée d’Agrigente, Salle V, n° inv. 293 à 297 et je n’ai malheureusement pu obtenir l’autorisation de mesurer ces pièces ; il est par ailleurs probable qu’un nombre supérieur de statuettes de ce type est conservé dans les réserves.

24 Musée d’Agrigente : Sanctuaire des divinités chthoniennes, n° inv. S.320. Aire au sud du Temple de Zeus, n° inv. AG 2150, AG 8591 (l’aire au sud de l’Olympieion correspond vraisemblablement à la fouille du dépôt publiée dans Marconi 1932, p. 414 sqq.). Sanctuaire rupestre près de S.Biagio ; n° inv. AG 9385.

25 Musée de Syracuse, n° inv. inconnu (non publiée).

26 Musée de Syracuse, n° inv. inconnu (non publiée).

27 Voza 1973, p. 124, n° 392 et pl. XLI.

28 Besques 1954, n° inv. Β 548, pl. LI (H : 34 cm ; datation : fin du VIe siècle av. J.-C.)

29 Kekulé 1884, p. 18 et fig. 23.

30 Ferruzza 1986, p. 32 à 36, fig. Dehl-Dewailly 1986, note 35 (Dewailly). Les dimensions du fragment SM 83 T 77 qui comprend l’épaule gauche et une partie du buste de la figurine permettent de le classer parmi les statuettes de première génération (H : 6,7 ; I : 5,7 cm. Argile 10 YR 8/4).

31 Marconi 1933, p. 56 à 58 ; Griffo 1955.

32 On considérera donc que ces cinq têtes dérivent d’un archétype primaire a : la série 1 comprend deux têtes dont la hauteur interne est de 6,8 cm ; la série 2 comprend deux têtes de dimensions supérieures (H du visage : 7,6 cm) et une tête de dimensions identiques à celles de série 1.

33 La seconde génération de statuettes dérive de moules sur lesquels la disposition et le mode d’incision des cheveux sur le front de la figurine ont été modifiés : cela aboutit à la formation d’un archétype secondaire b.

34 Musée de Géla, tête n° inv. 10658 (provenance : Acropole) ; Musée d’Agrigente, plusieurs protomés provenant du sanctuaire des divinités chthoniennes ; Camarina, cf. Kekulé 1884, p. 25 et pl. V et VI, 7. Libertini 1930, p. 226 et pl. CVII, n° 1016. GIUDICE 1979, n° 11,1 et pl. V. Eloro : cf. Voza 1973, p. 124 n° 390 et pl. XI ; Sabucina : Musée de Caltanissetta, fouilles de 1972 ; Sélinonte : Gabrici 1927, col. 278 et pl. LXIV, 2 et 3, pl. LXVII, 1 ; Mozia : Mozia VIII, p. 45 et pl. XXVIII, lb.

35 Gabrici 1927, col. 278 et pl. LXIII, 2 : on notera que cette statuette est de grandes dimensions (H : 41 cm).

36 Manganaro 1977, p. 148149.

37 Il s’agit de la base inscrite sur laquelle G. Manganaro lit, associé au nom d’Hécate, celui de la déesse Angelos (cf. l’illustration de cette inscription dans Gabrici 1927, col. 379-380, n° 1). Toutefois, cette lecture est contestée par Guarducci 1966, p. 188.

38 Neumann 1965,p. 90-92 ; également, Bielefeld 1954-55, p. 387.

39 Cf. Orsi 1909, p. 464-465 et figs. 31 à 33.

40 Gabrici 1927, pl. LXXVIII, 6 : un fragment de pinax représentant le rapt de Koré ; on peut y voir l’un des bras levés de Koré et son chiton à plis fins.

41 Spigo 1982 ; l’auteur a soutenu, lors du Congrès sur la Grande-Grèce de Tarente en 1986, la thèse que les pinakes sont de fabrication sicilienne.

42 On a choisi deux statuettes fragmentaires (une statuette acéphale et une tête isolée) dont la facture est de qualité particulièrement bonne.

43 Les 53 pièces comprennent les 18 statuettes entières, les 4 statuettes acéphales, les 17 fragments de la moitié supérieure du corps et les 14 fragments de la moitié inférieure du corps.

44 Les variations des hauteurs de visage sont de l’ordre de 0,5 mm (= 3,3/3,25/3,2/3,15/3,1/3,05/3/2,95) ; une seconde mesure, la largeur interne de l’ependytes, prise à la hauteur des pouces des mains de la figurine, confirme l’existence d’une unique génération (mesure prise pour les statuettes acéphales et les fragments de corps) : cette largeur oscille entre 4,35 et 4,15 cm. Cette unique génération des statuettes de type A IV est en réalité une seconde génération dérivée d’un archétype agrigentin (cf. infra) : en effet, une tête isolée, conservée au Musée d’Agrigente, et une matrice provenant d’Agrigente attestent l’existence de statuettes de ce type de plus grandes dimensions.

45 H du fragment : 15,4 cm ; largeur des épaules : 6,6 cm ; la largeur des épaules des statuettes de deuxième génération oscille entre 7,6 et 7,1 cm.

46 N° inv. S. 328 ; provenance probable : Sanctuaire des divinités chthoniennes.

47 H conservée : 22,5 cm ; la mauvaise qualité de la photo ne permet pas de distinguer la présence ou non du défaut de moulage.

48 Cf. Marconi 1930, p. 411-412 et fig. 2.

49 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 20487 et S. 883.

50 Cf. Marconi Bovio 1930, p. 80-81 et fig. 12-13.

51 Cf. Langlotz 1968, fig. 20 (à gauche).

52 Cf. Besques 1954, Β 546 et pl. LI (H 32,7 cm ; datation : fin du VIe siècle av. J.C.).

53 Cf. Kekulé 1884, p. 18 et fig. 24.

54 Cf. Rizzo 1897, p. 300 : matrice C, découverte en 1893 aux pieds des murs de la cité, au sud du Temple dit de Castor et Pollux ; ce site se trouve à proximité du sanctuaire des divinités chthoniennes. D’autres matrices y furent découvertes en 192627, cf. Marconi Bovio 1930, p. 73 sqq.

55 N°inv.9386et9387 :lesdeux statuettes sontfragmentaires et acéphales.

56 Cf. Orsi 1905, p. 440 et fig. 23 (la statuette est associée à des vases attiques à figures noires et à figures rouges).

57 Cf. Orlandini 1968, p. 25 et fig. 3 : l’auteur écrit que ce type domine parmi les centaines de figurines découvertes ; les statuettes publiées sont assises. Trois statuettes debout, de type identique, sont exposées au Musée de Géla (n° inv. 11042, 8472, 11071).

58 Cf. Giudice 1979, p. 314-315 : l’auteur cite la référence du vase dans Beazley 1956, p. 513 n° 22.

59 Musée d’Agrigente, n° inv. S.92.

60 Cf. Castellana 1983, p. 141 et fig. 49.

61 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 2598 : vitrine “Aire au sud du Temple de Zeus” (pour la localisation de cette aire, cf. Marconi 1932, p. 414-417).

62 Libertini 1930, p. 219 n°949 (H : 13,4 cm) et n° 950 (H : 15,9 cm) ; ces deux statuettes ne sont malheureusement pas illustrées et leur description est très succincte. Cf. Giudice 1979, p. 314 et note 71.

63 Giudice 1979, p. 314 et 319. Un exposé des vissicitudes de Camarina, appuyé sur des données archéologiques, est fourni par Lentini 1983, p. 5-31.

64 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1153, 1192, 1148, 1164, 9206, 9205 ; provenance précise : dépôt votif au pied du mur d’enceinte, au sud du sanctuaire parallèle des divinités chthoniennes (pour la localisation et la datation : Griffo 1955, p. 109). La statuette AG 1192, de première génération, porte un collier à quatre pendentifs circulaires ; les pièces AG 1148,1164, 9206 et 9205 appartiennent à la même génération (deuxième) que les statuettes de type A VII et leur collier a trois pendentifs circulaires ; la statuette AG 1153 (deuxième génération) ne porte pas de polos. Une statuette analogue, mais assise, provient de la nécropole de Contrada Mosè à Agrigente, cf. De Miro 1980-81, pl. XVIII, fig. 4.

65 Cf. Orlandini 1956a, p. 254 et fig. 2 (rangée supérieure, première statuette à partir de la gauche) : la statuette est de plus petites dimensions (H : 11,5 cm).

66 Cf. Marconi 1928, p. 504 et fig. 1.

67 H du fragment : 7,7 cm ; largeur des épaules : 5,6 cm ; H du visage : 2,6 cm ; la hauteur des visages de type A VII est de 2,1 à 2 cm : la tête de cette statuette pourrait donc dériver d’un moule de première génération de type A VII. Le pourcentage de réduction entre ces deux générations serait alors de 19,2 %.

68 Musée d’Agrigente, n° inv. 1166 : seules la tête et une partie du buste sont conservées.

69 Musée d’Agrigente, n° inv. 1151 ; et de dimensions inférieures, n° inv. 1150, 1147, 1165, 9091.

70 Marconi 1933, pl. VII, 8-9 et 10 ; Griffo 1955, p. 109 et fig.18.

71 Musée d’Agrigente, n° inv. 9086 et 9087 ; le rang médian a trois pendentifs circulaires, le rang inférieur porte quatre pendentifs ovoïdes.

72 Kekulé 1884, p. 17 et fig. 22 ; Blinkenberg 1917, p. 27 et fig. 3.

73 Musée d’Agrigente, n° inv. S.884 et AG 1146.

74 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1163.

75 Kekulé 1884, p. 18 et fig. 25 ; Musée d’Agrigente, n° inv. 20189.

76 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1145. La statuette est illustrée par Langlotz 1968, p. 264 et fig. 20. Ce type agrigentin existe également en position assise : Griffo 1955, p. 109 et fig. 18 ; Musée d’Agrigente, n° inv. S.311 et AG 1141.

77 On a restitué la position des bras et la moitié inférieure du corps de la figurine d’après celles des statuettes de deuxième génération (planche hors texte II).

78 Fig. 43 : on notera le bord incisé, les traces de deux diamètres et le centre pointé ; cela suggère que ces agrafes étaient ornées d’une bossette métallique.

79 Allegro 1972, p. 33 sqq. et pl. XXIII, 1 (n° inv. H.71.728 ; H : 25,7 cm).

80 Cavallari 1874, p. 6 et pl. IV,1 ; également, Kekulé 1884, p. 12 et fig. 14.

81 SM 83 Τ 93 (H : 4,2 cm ; 1 :3,1 cm), cf. Ferruzza 1986, p. 32 à 36.

82 Cette statuette provient d’un petit dépôt votif constitué vers 480-470 av. J.-C. et qui a fourni un matériel homogène daté entre le milieu du VIe siècle et les premières décennies du Ve siècle av. J.-C. : cf. Allegro 1976, p. 471-575 et en particulier p. 481482 (“ambiente” 39).

83 Ce fragment n’est pas exposé au Musée de Palerme et n’a pas non plus été retrouvé dans les réserves, cf. Cavallari 1874, p. 6 et pl. IV,2 ; Kekulé 1884, p. 12 et fig. 15 (H : 12 cm).

84 Higgins 1954, n° inv. 1109 (B 396) et pl. 152 ; provenance : Géla, fouilles G. Dennis, 1863.Blinkenberg 1917, p. 31 et fig. 7.

85 Musée d’Agrigente, n° inv. S.898, S.899 (variante 1 S.893 à 897, S.281 (variante 2), S.288 (variante 3).

86 Meurer 1914, p. 212 et pl. 9,1 (n° inv. 16954), variante 3.

87 Orlandini 1968, p. 25 et fig. 3.

88 Higgins 1954, p. 304 n° 1111 et pl. 152.

89 De Miro 1976-77, p. 435 et pl. XXXVIII, 2.

90 Musée de Géla: Gibil-Gabib, vitrine 22 (n° inv. 9200).

91 Adamesteanu 1958a, p. 398 et fig. 7 (sépulture 11).

92 Musée de Géla, n° inv. 8478 et une statuette M.Av.Ed.XII Vano Nord.

93 Musée de Géla, n° inv. 8474, 11040 et M.Av.Ed.XII Vano Nord.

94 Libertini 1930, n° 918, pl. CII et p. 216 n° 913 à 929. Giudice 1979, p. 314 n° 3, 12, et 3, 14, pl. IV.

95 Musée de Géla, vitrine 7. Orlandini 1956, p. 254 et fig. 2 (collier modifié).

96 Orlandini 1968, p. 26 et fig. 4. Musée de Géla, n° inv. 13862.

97 Allegro 1972, p. 33 et pl. XXIII, 2 (n° inv. H.65.754).

98 Bell 1981, p. 125 n° 15 et pl. 6; M. Bell cite à la page 13, n. 41, des exemplaires provenant de Eloro, Syracuse et Mégara Hyblaea.

99 Castellana 1983, p. 126 et fig. 13.

100 Pelagatti 1970,p. 16 et fig. 15.;Pelagatti 1973,p. 150 n° 444.

101 Spigo 1980-81, p. 791-792.

102 Mes remerciements vont au Professeur G. Rizza pour m’avoir signalé la présence de ces statuettes en petit nombre, parmi le matériel provenant du dépôt votif de Déméter à Piazza San Francesco: cf. Rizza 1960.

103 Van Buren 1966, p. 357-359 et pl. 86-87. Orlandini 1963.

104 Il s’agit d’une statuette (négatif n° MH 893), non publiée; une statuette datable au VIe siècle av. J.-C. reproduit un modèle analogue (négatif n° MH 974). Ces négatifs sont conservés dans les Archives de l’École Française de Rome.

105 Les deux fragments (SM 83 Τ 18 et 52) ne comprennent qu’une partie du buste : Ferruzza 1986, Area Triolo Nord, p. 32-36.

106 Orlandini 1968, p. 24.

107 Blinkenberg 1917, p. 29 et fig. 6. Kekulé 1884, pl. II, 1 (H : 27 cm).

108 Musée d’Agrigente, n° inv. S. 325/326/327/334/105 ; deux autres) ?) têtes sont illustrées par Marconi 1933, p. 61 et pl. X, 1-2.

109 Besques 1954, I, n° inv. Β 549 : H : 23,5 cm. Musée d’Agrigente, n° inv. AG 1142/1143/1144/9092 (fragmentaire)/20396.

110 Musée d’Agrigente, n° inv. S.901 : de dimensions supérieures.

111 Musée d’Agrigente, n° inv. S.900.

112 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 9389.

113 Marconi Bovio 1930, p. 80-81 et fig. 14. Musée d’Agrigente, n° inv. S.22.

114 Fiorentini 1969, p. 63-80 et pl. XXII, 4-8.

115 De Miro 1965, p. 48 et fig. 32.

116 Musée de Géla, vitrine 23, n° inv. 9214. Musée d’Agrigente, salle 17, n° inv. 2640 (de dimensions réduites).

117 Orlandini 1966, pl. XI, 3 : Musée de Géla, vitrine 5.

118 Orlandini 1956a, p. 258 (non illustrée).

119 Orsi 1897, p. 229 et fig. 18.

120 Mozia VII, p. 114-115 et pl. LXXXVIII, 2.

121 Blinkenberg 1917, p. 28 et fig. 5 (la statuette est conservée à l’Ashmolean Museum à Oxford) ; H : 20,6 cm.

122 Négatif MH 1747, conservé dans les Archives de l’École Française de Rome.

123 De Miro 1985, p. 97-111 et pl. XLIV, 2 (statuette acéphale, datée du début du Ve siècle av. J.-C.) ; un fragment de buste, acéphale, reproduit un archétype secondaire dont le collier ne comporte que deux rangs de pendentifs (pl. XLIII, 4).

124 Les mesures des hauteurs des visages présentent un unique écart entre 3,4 et 3,2 cm : on a donc considéré le passage à la seconde génération à partir de 3,2 cm.

125 Aucune des quatre statuettes ne possède encore sa tête : leur attribution à la deuxième génération est donc basée sur les deux autres mesures.

126 Mozia VIII : fouilles de 1971, p. 68 et pl. XLVIII, 2 (n° inv. MT 71/136/19).

127 Meurer 1914, p. 211 et pl. 8, 2 (n° inv. 20175).

128 Une série de 110 statuettes, conservées dans les réserves du Musée de Palerme, dérive d’un archétype secondaire : le modèle est identique mais les figurines ne portent pas de parures ; cette série comprend quatre générations, dont la seconde correspond à la première génération du type avec parures.

129 Mozia VIII, fouilles de 1971 : le Tophet, p. 68 et pl. XLVIII, 1 (n° inv. MT 71/47/1) ; Filippo Bondi 1985, pl. VII, c.

130 Sanctuaire des divinités chthoniennes : Griffo 1955, p. 109 n° 1453 et fig. 18 ; une statuette identique, mais debout, est illustrée par Langlotz 1968, p.264 et fig.20. Musée d’Agrigente, n° inv. S.311, AG 1141 et AG 1145 (debout). Nécropole de la Contrada Mosè : De Miro 1980-81, pl. XLIII, fig. 4.

131 De Miro A. 1985, pl. XLIII, 2 (datée de la fin du VIe siècle av. J.-C.)

132 Musée d’Agrigente, n° inv. AG 9090.

133 Musée d’Agrigente n° inv. S.95 et AG 9076.

134 Marconi 1933, p. 56-58 et fig. 35 (à droite).

135 Musée de Géla, Collection Navarra, vitrine B, n° 54.

136 Orsi 1897, p. 240 et fig. 32.

137 Orlandini 1966, p. 16-32 et pl. XI, 4.

138 Kekulé 1884, p. 17 et fig. 21 (N.I. 6618 ; H : 24,3 cm).

139 Une statuette Β XXVI 3 (H : 16 cm), conservée dans une Collection privée à La Haye, est illustrée par Schneider-Herrmann 1968, pl. 30, 2 ; sa provenance n’est pas indiquée.

140 Langlotz 1968, fig. 19.

141 Nous ne tiendrons pas compte ici du type A IV qui comprend une unique statuette de deuxième génération, dérivée d’un archétype secondaire.

142 Nicholls 1952, p. 219 à 224.

143 143 V. infra, p. 154-155. la discussion à propos du/des gorgoneia portés par deux statuettes de Géla et d’Himère. Une statuette, conservée au British Museum (Walters 1903, p. 1389, pl. XI, n° inv. Β 404) et provenant de Tharros, reproduit, à la fin du Ve siècle av. J.-C., un modèle analogue au type Β XVI mais la figurine tient un porcelet dans la main droite.

Table des illustrations

Légende Fig. 13. Type A 1 (SM Pal T2621).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 14. Type A II 1 b 1 (SM Pal T2623).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 15. Type A II 2b2 (SM Pal T2601).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Tableau généalogique du Type A II
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 16. Type A II 1 b 1 (SM PalT2672). Type A II 2 a 1 (SM Pal T2626).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 17. Type A II 1 a 2 (SM Pal Τ19424), Type A II 2a2 (SM Pal Τ19413).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 18. Type A 11 1 a 3 (SM Pal T2686), Type A II 2 a 3 (SM Pal T2683).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau des pourcentages de réduction du Type A II
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 19. Type A II 1 a 2 (SM Pal Τ19424), Type A II l b 2 (SM Pal Τ19412), Type A II 1 c 2 (SM Pal T19433).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 20. Type A III 2 a 2 b (N.I. 266)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Légende Fig. 21. Type A III 1 a 2 b (SM Pal T2704),Type A 111 2 a 2 b (SM Pal T2722).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 22. Type A III 1 a 1 a (N.I. 385).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 23. Type A III 2 a 1 a (N.1. 367, SM Pal T2779).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 24. Type A III 2 a 2 b (SM Pal T2745), Type A III 2 b 2 b 2 b 2 b (SM Pal T2743).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau généalogique du Type A III
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 25. Type A IV l/2a2 (SM Pal Τ1848).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig.26. Type A IV la2(SM Pal T1723-1841-1778).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 27. Type A IV 2 b 2 (SM Pal T1713).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 28. Type A IV 2 a 2 (N.I. 3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau généalogique du Type A IV
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 29. Type A IV 3 a 3 (SM Pal Τ1777-1846).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 30. Type A V 1.1 (SM Pal T920).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 31. Type A V 1.2 (SM Pal T911).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 32. Type A V 1.2 (SM Pal T903), Type A V 2.2 (SM Pal T911).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau généalogique du Type A V
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 33. Type A VI 1.1 (SM Pal T910).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 34. Type A VI 2.2 (SM Pal T904).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 35. Type A VI 2.2 (SM Pal T904), Type A VI 1.1 (SM Pal T910).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau généalogique du Type A VI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 36. Type A VII 2 (SM Pal T935).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau généalogique du Type A VII
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 37. Type A VIII (SM Pal T942).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 38. Type A IX 1 (SM Pal T8744).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 39. Type A X (SM Pal Τ1558).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 40. Type A XI (SM Pal Τ19560).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 41. Type Β XII 1 a (N.I. 378).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 42. Type Β XII 1 b (SM Pal T2508).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 43. Type Β XII 1 c (SM Pal T2506).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 44. Type Β XII 2 b (SM Pal T2507).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 45. Type Β XII 3 c b (SM Pal T2504).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau généalogique du Type Β XII
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 46. Type Β XIII (SM Pal T2519).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 47. Type Β XIV (N.I. 290)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 48. Type Β XV a 2 d-1 (SM Pal Τ1319).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 49. Type Β XV b 1 c-2 (SM Pal Τ1254).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 50. Type Β XV a 2 d-3 (SM Pal Τ1313).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 51. Type Β XV b 2 g-1 (SM Pal Τ1253).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 52. Type Β XV b 1 c-2 (SM Pal Τ1254).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 53. Type Β XV a 1-1.3 (SM Pal T1488), Type Β XV b 1-1.3 (SM Pal Τ1517).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 54. Type Β XV a 2-1 (SM Pal Τ1244), Type Β XV b 2-1 (SM Pal Τ1298).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 55. Type Β XV c 3 c-2 (SM Pal T1265).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 56. Type Β XV b 1 b-2 (SM Pal Τ1263).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 57. Type Β XV b 2 c-2 (SM Pal Τ1264).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 58. Type Β XV b 2 d-3 (SM Pal Τ1252).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 59. Type Β XV a 2 c-3 (N.I. 152).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 60. Type Β XV h 2 g-1 (N.I. 2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Tableau généalogique du Type Β XV a
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau généalogique du Type Β XV b
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau généalogique récapitulatif du Type Β XV
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 61. Type Β XVI 2 b (Ν. 1. 7).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 62. Type Β XVI 2 a (SM Pal T8748).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 63. Type Β XVI 2 a (SM Pal T1772).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau généalogique du Type Β XVI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 64. Type Β XVII 1 a.l (SM Pal T2010).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 65. Type Β XVII 2.1 (SM Pal T2014)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 66. Type Β XVII 1.2 (SM Pal T2022).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 67. Type Β XVII 2.1 (SM Pal T2138), Type Β XVII 1.1 (SM Pal T2061).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau généalogique du Type Β XVII
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 68. Type Β XVII 2 a (SM Pal T2152).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 69. Type Β XVIII (N.I. 6)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Fig. 70. Type Β XIX al (N.I. 13).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 71. Type Β XIX bl (SM Pal T2312).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 72. Type Β XIX 1 a (N.I. 8).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 73. Type Β XIX a 1 (SM Pal T2328).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 74. Type Β XIX b 2 a (SM Pal T2335).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 75. Type Β XIX b 2 b (SM Pal T2323).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 76. Type Β XIX b 2 c (SM Pal T2325).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 77. Type Β XIX b 3 b (SM Pal T2342).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau généalogique du Type Β XIX
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 78. Type Β XX 1 (SM Pal T2334).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 79. Type Β XX 2 (SM Pal T2306).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau généalogique du Type Β XX
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 80. Type Β XXI a 1 (SM Pal Τ1031).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 81. Type Β XXI b 1 (SM Pal Τ1044).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 82. Type Β XXI c 1 (SM Pal Τ1110).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 83. Type Β XXI c 1 a (SM Pal T1104).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Tableau généalogique du Type Β XXI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 84. Type Β XXII 1 a (N.l. 5).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 85. Type Β XXII 1 b (SM Pal Τ1000).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau généalogique du Type Β XXII
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 86. Type Β XXII 2 a a (SM Pal T249).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 87. Type Β XXIII (N.I. 16).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 88. Type Β XXIV (SM Pal T255).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 89. Type Β XXV (SM Pal T8745).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 90. Type Β XXVI 1 (N.I. 9)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 91. Type Β XXVI 2 (SM Pal T290).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 92. Type Β XXVI 2 (SM Pal T292).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 93. Type Β XXVI 3 (SM Pal T287).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau généalogique du Type Β XXVI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 94. Type Β XXVII (N.I. 70).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 95. Type Β XXV111 (SM Pal Τ19851).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 96. Type Β XXIX (SM Pal T835).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 97. Carte de diffusion des statuettes aux parures
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1692/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540