Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les statuettes aux parures du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Martine Dewailly

Chapitre 1. Le sanctuaire et les offrandes votives

Texte intégral

Fig. 1. Plan de Sélinonte

  • 1 Le fossé qui coupe l'isthme isolant l' “Acropole” de Manuzza fait partie du système des fortificati (...)
  • 2 Thc., VI, 4, 2.
  • 3 Diod. Sic., XIII, 59, 4.
  • 4 Van Compernolle 1952, p. 334 et suiv. ; Vallet-Villard 1958, p.16 et suiv.

1Sélinonte comprend trois hauteurs séparées par deux vallées dont les fleuves, le Cotone et le Modione, l’antique Sélinos à qui la ville doit son nom, se jettent dans la mer de Sicile (fig. 1). Au centre, un plateau de calcaire, l’“Acropole”, couronnée par trois grands temples urbains (A, C et D), domine de ses pentes raides le rivage tandis que vers l’intérieur des terres, la colline de Manuzza prolonge en pente douce l’Acropole1. C’est aussi sur l’ensemble Acropole-Manuzza qu’est créé l’habitat de Sélinonte par les Mégariens de Mégara Hyblaea, guidés par Pammylos, un autre Mégarien, mais de Mégara Nisaea2. Le choix d’un oeciste venu - selon la tradition - de Grèce propre, de la métropole attique de Mégara Hyblaea, révèle, en même temps que la persistance des liens qui unissent les Mégariens de Sicile à leur mère-patrie, le souci de transmettre ceux-ci à la nouvelle “sous-colonie”. La fondation prend place, selon Thucydide, cent ans après celle de Mégara Hyblaea, soit en 628 av. J.-C.3. Le problème a été également débattu par les modernes4.

2Face à l’habitat, sur l’autre versant de la vallée du Cotone, la colline orientale recevra un grandiose ensemble de temples extra-urbains (E, F et G).

3Le premier prédécesseur du Temple E, un édifice de culte distyle in antis, semble apparaître peu d’années après la fondation de la colonie. Les temples F et G, par contre, ne sont édifiés qu’à partir du milieu du VIe siècle. La colline des Temples surplombait une baie, aujourd’hui ensablée, qui constituait un des deux ports de la cité.

  • 5 Masseria 1978-79, p. 63 et suiv.

4Un deuxième ensemble de sanctuaires extra-urbains se déploie symétriquement de l’autre côté de la ville, sur la colline de la Gaggera qui domine à l’ouest le fleuve Modione dont l’embouchure devait former l’autre port fluvial de la cité. Le substrat rocheux de cette éminence allongée n’apparaît qu’à la crête ; le flanc Est de la colline est constitué d’une épaisse couche de sable alimentée en permanence par les vents du sud et du sud-est, vents dominants sur cette partie de la côte sicilienne. Autre élément naturel caractéristique de la Gaggera : la source qui alimentait soit les sanctuaires connus jusqu’à présent et situés plus au sud (Meilichios, Malophoros, Triolo Nord), soit le Temple M situé au nord et interprété récemment comme une fontaine monumentale5.

Fig. 2. “Autel primitif” - Fouilles 1926. (Sopr. Antichità Palermo n. 5773).

Historique des fouilles

  • 6 Patricolo 1889, p. 253-257 ; Salinas 1894, p. 202-220; Salinas 1898, p. 258-260 ; Gabrici 1920, p. (...)

5La campagne de fouilles de Fr. S. Cavallari en 1874 qui, en découvrant les Propylées, a suggéré l’existence du sanctuaire, est décrite de manière succincte dans le Bullettino della Commissione alle Antichità di Palermo, n° 7. Les relations conservées des fouilles successives sont celles des campagnes de 1888, 1889 menées par G. Patricolo qui dégagea complètement les Propylées et découvrit plus à l’ouest l’autel monumental et le temple, au sud le téménos d’Hécate et le mur de péribole sud ; celles de 1893, 1894 effectuées par A. Salinas à l’est et au sud du temple, et les neuf années, de 1915 à 1926, où E. Gabrici fut chargé de l’étude du sanctuaire dont il compléta la fouille6. Les Journaux de fouilles de 1903 et 1905, correspondant à deux campagnes menées à l’ouest et au nord du temple, puis dans le téménos de Meilichios, et conduites par A. Salinas, n’ont pu être retrouvés.

LA PHASE INITIALE DE FRÉQUENTATION DU SANCTUAIRE

  • 7 Infra, p.9.

6Comme on le verra7, la construction d’un premier édifice de culte en pierre (qu’on appelle conventionnellement, depuis Gabrici, le “premier mégaron”) consacré à Déméter Malophoros peut être daté de 590-580 av. J.-C. environ. Il est donc l’oeuvre de la deuxième génération des colons sélinontins. Avant même, toutefois, que le sanctuaire ne revête un aspect monumental, un lieu de culte existait (celui de la première génération des colons). Les traces de cette fréquentation primitive du sanctuaire sont situées juste au centre de ce qui sera plus tard le téménos de la Malophoros.

  • 8 Gabrici 1927, col. 144 à 149 ; Journal de fouilles 1926, 25 Juin au 9 Juillet.
  • 9 Terminologie de Gabrici 1927, col.144 à 148.
  • 10 Le cratère à colonnettes est une forme qui apparaît au Corinthien ancien, mais attestée surtout à p (...)

7A cette phase initiale de vie du culte peuvent être rattachés quelques vestiges de structures : avant tout, un autel constitué par un amas de pierres (fig. 2). Il est établi sur le sol vierge et présente encore une élévation d’1 m environ. Sa superficie, plane et allongée (3,5 x 2 m), est orientée est-ouest. Ont été récupérés, entre les pierres qui portaient les marques d’un feu intense et prolongé, quelques fragments de céramique commune, et surtout celui d’une anse de cratère à colonnettes corinthien8. Il y a là un indice que cet autel primitif9 est resté en usage jusqu’aux premières décennies du Corinthien Moyen (env. 600-575 av. J.-C.)10.

  • 11 Le foyer auquel Gabrici avait donné le numéro 4, de forme grossièrement rectangulaire (6 x 3 m), es (...)
  • 12 Gabrici 1927, col. 143-144 et 149 ; Journal de fouilles 1925, 31 Janvier au 20 Février ; 1 au 19 Ju (...)

8A l’est de l’autel, deux foyers (4 et 11) sont formés de pierres étalées qui couvraient, sur une superficie de quelques mètres11, le sol de sable vierge (fig. 3). Pour cette raison, E. Gabrici considérait qu’ils appartenaient, eux aussi, à la même phase initiale d’existence du site12.

  • 13 C'est-à-dire au-dessous du temple de la Malophoros, qui se superpose lui-même à l'ensemble mégaron- (...)
  • 14 Journal de fouilles 1923, 31 Mai.
  • 15 Infra, liste p. 6-7. E. Gabrici qualifie parfois certains vases de “protocorinthiens”. Mais, selon (...)
  • 16 Journal de fouilles 1923, 31 Mai ; Gabrici 1927, col. 126.

9Autour de l’autel, le niveau de fréquentation observé lors de la fouille atteignait une épaisseur d’une vingtaine de centimètres ; composé de sable noirâtre compact, il était mêlé de morceaux de charbon et de tessons de céramique corinthienne, en particulier un petit skyphos entier. Plus à l’ouest13, sur cette strate de brûlé (qui n’est autre, selon Gabrici, que l’accumulation des résidus de feux sacrificiels14), des groupes d’objets étaient irrégulièrement disposés, de la céramique corinthienne fragmentaire et quelques petits vases entiers (skyphoi, cotyles, aryballes globulaires, couvercles de pyxides), un fragment de dolium décoré d’un bandeau de lignes brisées, incisées, de fabrication indigène, ainsi que des éléments de parures, des astragales d’agneaux et des pesons en terre cuite15. Il s’agit là, certainement, d’offrandes votives et de récipients cultuels. Mais il est difficile de préciser davantage et de savoir, par exemple, si ces objets faisaient partie d’un unique dépôt (comme le voulait Gabrici16), ou plutôt de matériel abandonné sur place avant la structuration monumentale du sanctuaire.

Fig. 3. Le “grand autel” : localisation des secteurs des fouilles de Gabrici.

  • 17 Où une couche d'argile se superpose directement au niveau de fréquentation.

10A ce niveau de fréquentation se superpose une couche de remblai de sable clair qui va, comme il est normal, en s’épaississant vers le bas de la pente. Absente à l’ouest (sur l’emplacement du futur temple)17, elle rejoint le niveau supérieur (d’écrêtement) de l’autel primitif et, plus en contrebas encore, au-dessus des foyers 4 et 11, elle atteint 1,2 à 1,4 m, englobant également deux autres foyers, 2 et 3, immédiatement successifs aux foyers 4 et 11. Il faut donc supposer une phase intermédiaire de fréquentation - qui a pu ne durer que peu de temps - entre l’état primitif du sanctuaire et la construction du premier mégaron.

  • 18 Op. cit. supra n.12 ; la fouille du foyer 4 a restitué en particulier un vase plastique en forme de (...)

11Ce remblai (probablement artificiel, mais encore grossi d’apports éoliens), était riche de matériel céramique auquel s’ajoutaient quelques statuettes fragmentaires. La céramique des niveaux de fréquentation et de remblai consiste, dans sa grande majorité, en importations corinthiennes que l’on peut dater entre le Corinthien ancien et le Corinthien moyen18.

  • 19 Dehl-Dewailly 1986 ; en revanche, la couche de dépôts archaïques, fouillée par V. Tusa en 1969-70 ( (...)

12Au nord-ouest du sanctuaire de la Malophoros, un autre lieu de culte est attesté dès la fin du VIIe siècle av. J.-C. par une couche de sable noirâtre contenant un matériel céramique homogène attribuable au Corinthien ancien et, en particulier, un petit ensemble qui inclut trois instruments agricoles19.

Le matériel associé

Zone à l’Ouest de l’autel primitif

13Sondages du 11 au 13 Janvier 1923

- Entre l’angle nord-est du temple et la conduite d’eau :

Fragments de petits vases peints corinthiens, dont quelques-uns protocorinthiens, cassés sous l’action du feu ; os calcinés.

- Entre le mur Est de pierres du téménos primitif et le mur Est du temple (la liste de matériel ne distingue pas le matériel de la couche supérieure de celui provenant des dépôts) :

2 couvercles peints (D : 9,5 et 4 cm), 1 coupe à anses de teinte brune (D : 12 cm), 3 aryballes peints, sphériques, 1 aryballe peint, sphérique, avec des cercles incisés, bruns, 1 coupe fragmentaire décorée comme le vase précédent, 1 petit vase fragmentaire, peint et incisé de figures, 1 aryballe piriforme d’argile commune, 1 petite tasse (0,9 cm) d’argile commune.

2 statuettes assises (H : 12,5 à 15 cm), 2 fragments (moitié supérieure) de statuettes ; 1 protomé féminine (H : 8 cm), 1 protomé fragmentaire, 1 protomé cassée en deux (H : 11 cm).

Quelques pesons pyramidaux.

Une certaine quantité de lampes à mésomphalos.

Divers fragments de fer oxydés, 1 coupe fragmentaire de bronze, 1 anneau, 1 aiguille (L : 7 cm), 1 perle de collier et 1 petit bouton de bronze, 1 fragment de forme ovale de bronze.

14Fouille des 29 Mai et 10-11 Juin 1923

-A l’intérieur du téménos primitif :

Fragments de vases ; pierres carbonisées.

15Fouille du 1 au 10 Juin 1922

A l’intérieur du pronaos du temple :

Cf. infra p. 19-20 : liste de matériel de la deuxième phase du sanctuaire.

16Sondage du 1er Mai 1923

-Tranchée nord-sud à l’intérieur du naos du temple :

Céramique de type protocorinthien tardif, ou Corinthien ancien, comme des petits skyphoi décorés d’animaux courant.

17Sondage du 30 Mai au 3 Juin 1923

Trois tranchées à l’intérieur du mégaron :

• 1ère tranchée

Fragments de vases et quelques petits vases entiers corinthiens sphériques ou piriformes.

• 2ème tranchée

Nombreuses cotyles coniques décorées d’animaux courant, aryballes sphériques et piriformes avec des figures de monstres, petites tasses à rebord d’argile et à parois fines.

Fragments de bronze et perles de colliers.

• 3ème tranchée

Céramique corinthienne (dont quelques petits vases entiers), un fragment d’un grand bassin d’argile rouge à large bandeau décoré de lignes brisées, incisées.

Groupe de perles de collier en cristal de roche, un petit pendentif avec trou de suspension figurant un masque de silène, en pâte de verre.

18Sondage du 4 Juin 1923

A l’intérieur du naos du temple, entre le mur sud du temple et le mur sud et l’angle sud-est du mégaron :

3 couvercles de petits vases corinthiens, 3 aryballes, 2 petites tasses corinthiennes, 3 petits bols à large rebord plat, d’argile commune.

Perles de collier en pâte de verre et en bronze, I anneau et divers fragments de bronze.

Pesons.

Astragales (os).

Couche E, grand autel

19Fouille du 31 Janvier au 20 Février 1925

- Secteur I et foyers n°2, n°3 et n°4 :

Nombreuses cotyles, fragmentaires et entières, de type protocorinthien, nombreux skyphoi à rebord et à parois fines, fragments de skyphoi décorés de filets blanc et rouge-brun, grands skyphoi à files d’animaux, 7 aryballes corinthiens dont 2 avec guerriers, 1 pyxis et des fragments de couvercles corinthiens.

1 canthare à anses hautes, de bucchero.

Nombreuses petites coupes à bord plat et trous de suspension, nombreux petits canthares d’argile commune, fragments de bassins, d’amphore et de plats d’argile commune, un fragment d’hydrie décorée à bandes, 3 aryballes annulaires, un fragment d’alabastron décoré de stries, d’impasto noir.

2 têtes de statuettes “doriques” et la partie inférieure d’une statuette archaïque.

5 pesons coniques.

Un fragment de lampe circulaire avec traces d’utilisation.

Des fragments d’instruments de fer, 1 anneau, 1 tête d’épingle et 1 petite sphère de bronze.

- Secteur II et foyer n°4 :

Fragments de skyphoi à décoration d’animaux, vase plastique en forme de lièvre, fragments de plats corinthiens, une petite amphore corinthienne. Fragments de skyphos à rebord.

Fragment d’une petite olla d’impasto, fragments d’alabastron d’impasto noir.

Fragments d’amphore, 5 petits canthares d’argile commune, 2 petites coupes, 1 cothon, fragments d’un bassin. Fragments de bucchero.

Fragments d’alabastron en pâte de verre.

7 pesons pyramidaux.

Fragments d’une lampe à disque.

1 anneau de bronze.

Fragment de tuile portant cinq lettres grecques.

20Fouille du 1 au 19 Juin 1925

- Secteur III :

Tête d’un clou de bronze, conique et moulurée.

- Secteur IV :

Fragments de vases corinthiens.

Fig. 4. Le “premier mégaron” et le “téménos primitif’

- Secteur V et foyer n°4 :

Nombreux fragments de vases corinthiens et d’argile ordinaire.

Une plaque de plomb semi-elliptique décorée en relief d’animaux, une feuille de plomb fragmentaire, en forme de sphinx, deux pendentifs en forme d’anneau plat, un anneau à chaton en argent.

Une fusaïole discoïdale en os, une dent de loup avec trou de suspension.

Deux fragments d’une table d’offrandes en pierre incisée d’un motif en X.

- Secteur VI et foyer n° 2 : pas de liste de matériel.

- Secteurs VII, VIII, IX, X et XI et foyer n° l1 :

8 aryballes corinthiens, 2 skyphoi de type protocorinthien, 1 grand aryballe de type protocorinthien, 1 pyxis, fragments d’un grand skyphos.

13 coupes avec trous de suspension, 20 petits canthares d’argile commune, fragments de bassin, de couvercle et fond d’amphore d’argile commune.

Fragment d’une hydrie à bandes, 1 œnochoé et des fragments de plats à décoration géométrique.

Fragments d’une statuette et trois têtes de style dédalique, une main ouverte de statuette.

30 pesons pyramidaux.

21Fouille du 10 Juin 1924

Foyer n° 2 :

Nombreux fragments de petits vases corinthiens dont quelques-uns entiers (aryballes, cotyles), nombreux petits vases à animaux courant. Faucon en faïence.

LA DEUXIÈME PHASE DE FRÉQUENTATION DU SANCTUAIRE

  • 20 Gabrici 1927, col. 67 ; mesures extérieures : 5,65 x 8,50 m environ - mesures intérieures : 4,45 x (...)
  • 21 Selon Gabrici 1933, col. 140 sqq ; Id., 1956, col. 240 sqq, pour soutenir la porte, l'architrave et (...)
  • 22 Réduisant ainsi la poussée des masses sableuses qui constituent le versant de la Gaggera. Témoins d (...)

22Les premières décennies du VIe siècle voient l’édification, à mi-pente de la colline de la Gaggera, et à 250 m à peu près au sud-est de la source qui y jaillit, d’un édifice composé d’une pièce rectangulaire allongée20 (fig. 4-5). L’accés se faisait par le petit côté est. Le seuil, large de 2,20 m environ, s’encastrait dans une mortaise en queue d’aronde. Cette façade est construite en grand appareil21, tandis que les longs côtés et le mur postérieur (ouest) ne sont formés que d’éclats de pierre calcaire liés par de la terre et des petits cailloux. L’orientation de l’édifice (Est-Nord-Est/Ouest-Sud-Ouest) est perpendiculaire aux courbes de niveau de la colline22 et le choix de son axe perspectif est évidemment imposé par l’autel préexistant.

  • 23 Journal de fouilles 1925, 9 au 19 Juin ; E. Gabrici les interprète comme cinq vestiges de foyers ca (...)
  • 24 Loc.cit. supra ; E. Gabrici, émerveillé par la quantité insolite de matériel, précise : « tre cofan (...)
  • 25 L'autel n° 1 se situe à l'intérieur du secteur I, au centre du grand autel, et occupe une surface o (...)

23En effet, l’axe de symétrie longitudinal du “premier mégaron” coupe, si on le prolonge idéalement, l’“autel primitif” presque en son centre. Cette constatation incite à réexaminer les amas de pierres n° 6 et 1023 et à les considérer comme une structure unique (et non pas comme différents petits foyers) succédant à l’autel primitif qui disparaît à la fin de la phase de fréquentation initiale du sanctuaire. Cet autel, analogue de par sa position sur l’axe médian du mégaron mais légèrement décalé vers l’est, a restitué lors de la fouille un abondant matériel céramique24. Plus à l’est, deux autres amas de pierres, numérotés par E. Gabrici n° l et n°5, correspondent à des foyers situés, eux, sur l’emplacement des autels précédents n° 4 et n°l1 et de même légérement décalés vers l’est25. Ce groupement de trois autels respecte le système instauré dès la phase initiale du sanctuaire, donc le principe de continuité des rites.

Fig. 5. Le “premier mégaron” - Fouilles 1923. (Sopr. Antichità Palermo n. 5752)

  • 26 Qui concède 1,50 m environ supplémentaire à l'espace séparant la façade est du mégaron de l'aire sa (...)
  • 27 Il suffit d'observer l'absence totale de traces de chaînage des murs sud et de l'angle nord-est du (...)
  • 28 Gabrici 1927, col. 70-71 et fig. 37.
  • 29 Gabrici 1927, col. 71-72 et fig. 40-41.

24Le léger décalage vers l’est de l’autel26 incite à penser que l’ajout d’un vestibule au mégaron était prévu ; la construction de cette structure, désaxée, de plan presque carré, d’une part confère à l’ensemble une étrange dissymétrie, d’autre part intrigue quant à sa finalité. E. Gabrici avait certainement raison d’y voir un enclos et non une pièce couverte27. Restituer une toiture poserait en effet trop de problèmes, entre autres de portée de poutres. On imaginera bien difficilement, par ailleurs, que la façade soigneusement appareillée du “premier mégaron” ait, à un moment donné, disparu derrière une autre façade dont seul un angle semble bâti en blocs28, et soit devenue un simple mur de division interne. On observera d’autre part que l’accès à cet enclos devait se faire dans l’axe de la porte du mégaron. Le mur Est du “téménos primitif” présente en effet, à cet endroit, une mortaise en queue d’aronde qui marque certainement le centre du seuil, quelle qu’ait été la fonction exacte de l’élément qui s’y encastrait (fig. 6). Il en résulte que l’assymétrie voyante du “téménos” a pour fonction d’enclore et donc d’annexer matériellement au mégaron un élément de dimensions assez imposantes pour qu’il ait été nécessaire de l’éloigner de l’axe perspectif qu’on n’entendait pas occulter. En d’autres termes, la partie nord du “téménos primitif” avait été élargie pour abriter quelque chose de particulièrement sacré. Cet élargissement vers le nord, on le retrouve d’ailleurs, répété pratiquement à l’identique, dans le plan du temple qui succède, vers le milieu du siècle, au “premier mégaron”. Au mur nord du “téménos primitif” se superposent en effet ceux d’un petit local (3,90 x 2,75 m) plaqué contre le mur septentrional du pronaos. S’il est impossible de fixer la date de cette construction (postérieure, de toute façon, à l’édification du “second mégaron”), E. Gabrici remarquait du moins que la technique employée était précisément celle de l’enclos le plus ancien29. Il est donc tentant de considérer ces élargissements successifs comme une nouvelle preuve de conservatisme religieux, dicté par le souci de préserver les éléments rituellement importants de l’espace strictement consacré à la divinité.

Fig. 6. Mur est du “téménos primitif” vu du sud. (Sopr. Antichità Palermo n. 5751)

Fig. 7. Le “premier mégaron” et le “téménos primitif” : localisation des secteurs des fouilles de Gabrici

  • 30 Cependant, la superposition des deux plans conserve un espace ouvert, suffisamment grand (1,50 x 2, (...)
  • 31 Journal de fouilles 1923, 1er Juin ; Gabrici 1927, col. 162, fig. 95 et pl. XXIII, 1-1 a : grande l (...)
  • 32 E. Gabrici la trouve en effet aussi bien à l'extérieur du second temple, entre le mur est du pronao (...)

25Il serait évidemment téméraire de s’avancer plus avant pour tenter de comprendre quel objet, monument ou emplacement sacré, pouvait bien être conservé près de l’angle nord de l’édifice templaire30. On observera toutefois que certaines pièces du mobilier de culte parmi les plus précieuses proviennent précisément de cette zone : en particulier la lampe archaïque de marbre trouvée en 1923 dans l’espace délimité plus tard par le petit local au nord du pronaos du temple31. Cette lampe faisait partie d’un ensemble assez dense d’objets conservés dans la partie supérieure d’une couche de sable de remblai, épaisse de 0,80 m en moyenne, qui couvrait toute la superficie du “téménos primitif’32 (fig. 7).

  • 33 Journal de fouilles 1923, 3 Juin.

26Ce matériel abondant n’est pas celui d’un niveau de fréquentation : E. Gabrici notait l’absence de traces de brûlé (de résidus sacrificiels) dans cette couche, à la différence du sol de la phase initiale de vie du sanctuaire dont il considérait la céramique comme antérieure d’un quart de siècle à peu près33. Il s’agit au contraire d’un ensevelissement d’objets (effectué à une ou plusieurs reprises) qu’on sauvegarde dans un terrain consacré à la divinité de manière à ce qu’ils continuent à lui appartenir : c’est donc bien là ce qu’on appelle communément un dépôt votif.

27Le dépôt votif a restitué les classes de matériel suivantes (listes de matériel infra) :

    • 34 Quelques exemplaires de vases corinthiens issus des fouilles de 1923 sont illustrés par Gabrici 192 (...)
    • 35 Journal de fouilles 1923, 29 Mai ; il s'agit vraisemblablement d'une coupe du type de Siane, daté d (...)

    la céramique est en majorité d’importation corinthienne : les cotyles, les aryballes globulaires, les alabastres, les couvercles et les deux pyxides sont attribuables au Corinthien moyen et récent34.
    E. Gabrici cite également une coupe « à deux anses, au pied allongé, de type attique »35 et « un fragment de vase cylindrique, se terminant en pointe » de bucchero (sans doute un kyathos ou un canthare).
    Les formes de vases de céramique commune les mieux représentées sont les petits bols à rebord horizontal, puis les petites coupes à anses, les vases à parfums, les oenochoés, enfin les pyxides.

    • 36 Cet oiseau est décrit comme « une grosse caille » (L : 18 cm) : la forme doit être celle de la colo (...)
    • 37 Journal de fouilles 1922, 1 au 10 Juin ; Ure 1934, p. 75 n° 105, 1 et pl. X : un exemplaire provena (...)
    • 38 Journal de fouilles 1922, 1 au 10 Juin ; Ure 1934, p. 71 et pl. XVII : « late archaic ». Les petite (...)
    • 39 Journal de fouilles 1923, 19 Mai ; E. Gabrici n'illustre pas cette pièce et sa description ne perme (...)
    • 40 Pour le vase plastique à forme d'oiseau : Journal de fouilles 1923, 29 Mai ; cette forme peut être (...)

    le matériel coroplastique comprend quelques figurines d’animaux : un oiseau36, un bélier accroupi37, une tortue38, une tête de lion39, ainsi que deux vases plastiques, l’un en forme d’oiseau, le second en forme de coquillage bivalve muni d’une petite anse décorée d’une protomé de bélier40. Cette dernière forme de vase plastique est très peu connue : un exemplaire analogue, rhodien, est daté par J.Ducat entre la fin du VIIe et le début du VIe siècle av. J.-C.

  • 41 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier ; Ducat 1966, p. 142 sqq et pl. XXI, 3, où ces exemplaires son (...)
  • 42 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier et 29 Mai 1923.

Parmi les petits ex-voto de terre cuite se trouvaient également une grenade41, un bouton de fleur peint et une petite fleur42.

  • 43 Gabrici 1924, p. 11 et pl. IV, fig. 2, 3, 5 et 10 (les mêmes pièces sont illustrées dans sa monogra (...)
  • 44 Gabrici 1927, pl. XXXVII, 2 ; Vallet-Villard 1964a ; Cassimatis 1982, p. 447-464.
  • 45 Gabrici 1927, col. 209 et pl. XXXVII, 7 ; Stillwell 1953, p. 67 et pl. 19 (datation : 625 à 575).

Plusieurs statuettes et des fragments de figurines de style dédalique sont illustrés par E. Gabrici et cités comme provenant des fouilles de 1922 et 1923. L. Faedo a étudié trois de ces cinq pièces et les date au début du VIe siècle av. J.-C.43. Outre celles-ci, E. Gabrici cite une statuette et un fragment de buste issus des fouilles de 1923 : l’attribution au style dédalique alors proposée n’est justifiée ni pour la statuette de facture très grossière44, ni pour le buste d’importation péloponnésienne45.

  • 46 Les statuettes dont E. Gabrici indique la provenance (fouilles de 1923) sont illustrées dans Gabric (...)
  • 47 Journal de fouilles 1923, 6 Juin, n° 131 ; un exemplaire analogue provient du sanctuaire de Bitalem (...)
  • 48 Gabrici 1927, pl. XXXIX et XL ; parmi les statuettes de ce type, conservées dans les réserves du Mu (...)
  • 49 Les statuettes composaient un dépôt scellé par une couche d'argile et daté entre 575 et 550 av. J.- (...)

La grande majorité des statuettes est importée de la Grèce de l’Est. E. Gabrici n’en illustre que quelques exemplaires46 et la seule statuette d’identification sûre, puisqu’elle constitue un modèle unique, est celle de la divinité, assise sur un trône cubique, tenant sur ses genoux un petit lion47 ; quelques exemplaires de types analogues, d’importation, coiffés ou non du polos, sont illustrés par E. Gabrici48. Les fouilles du sanctuaire de Bitalemi à Géla permettent de dater l’importation de ces modèles entre 575 et 550 av. J.-C.49.

  • 50 Higgins 1967, p. 30 sqq et pl. 13-14 ; Gabrici 1927, pl. XXXVIII, 2, 3, 7 et 9 : plusieurs statuett (...)

Les figurines importées comprennent également les statuettes debout, les bras collés le long du corps, ou le bras replié et tenant dans la main un oiseau : ces types, appartenant à Γ « Aphrodite Group » de R.A. Higgins50 sont également datés du second quart du VIe siècle av. J.-C.

  • 51 Journal de fouilles 1923, 11 Juin n° 269 ; GABRICI 1927, pl. XL, 2. Pour la datation ; Higgins 1954 (...)
  • 52 Gabrici 1927, col. 210 et pl. XLI, 6 ; Higgins 1954, p. 314 et pl. 158 : statuette-alabastre de cav (...)
  • 53 Journal de fouilles 1923, 29 Mai et 10-11 Juin, n° 133, 266 et 268 ; Gabrici 1927, pl. XLI, 2. Pour (...)
  • 54 Journal de fouilles 1922, 10 Juin, n° 267 ; pour la datation : Ure 1934, p. 70 n° 112.76 et pl. XVI (...)

Enfin, les autres types de figurines, cités dans les listes de matériel et pour lesquelles E. Gabrici indique une appartenance à la deuxième phase du sanctuaire, sont une statuette portant un petit singe sur l’épaule (H : 9 cm)51, une figurine de cavalier, fragmentaire52, trois petites statuettes du type Bès ou Patakoi53, une statuette assise, aux bras croisés sur le ventre, correspondant au type du satyriskos54.

  • 55 Uhlenbrock 1989, p. 38-40 ; Croissant 1983, p. 6. Pourtant, la superficie de la couche 5 du sanctua (...)
  • 56 Le catalogue des protomés provenant du sanctuaire de la Malophoros est en cours et les journaux de (...)

Puis, figurent les protomés ou les masques de terre cuite représentant le visage de la divinité, qui étaient peut-être suspendus dans le sanctuaire. La datation proposée pour les premières importations de protomés de l’Ionie en Sicile est 550/540 av. J.-C.55 : leur présence, en relativement grand nombre56, dans le dépôt votif du téménos aide à préciser la chronologie du passage à la troisième phase du sanctuaire, marqué par la construction du temple.

    • 57 Leur typologie sera davantage précisée lorsque les innombrables lampes conservées dans les réserves (...)
    • 58 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier, n° 74 ; cette lampe est citée parmi les objets en terre cuite (...)
    • 59 Cf. supra note 18, mais aussi Bailey 1975, p. 294317 et pl. 118125 (du milieu du VIe siècle au prem (...)

    les lampes, nombreuses, sont en majorité du type monolychne, à omphalos central et non vernissées57 ; une seule grande lampe, à quatre becs, fut trouvée en fragments dans le dépôt58.
    Ces lampes sont vraisemblablement du type Howland 12 ou Corinth II, généralement daté de la première moitié du VIe siècle av. J.-C.59.

    • 60 La forme tronco-pyramidale des pesons n'est précisée qu'une seule fois dans les journaux de fouille (...)
    • 61 Cf. supra note 18 ; Di Vita 1956 ; à Athènes, à l'époque archaïque, les pesons sont de forme pyrami (...)
    • 62 Orlandini 1953 : l'auteur attribue aux pesons une valeur essentiellement rituelle et s'oppose à la (...)

    les pesons sont probablement de forme tronco-pyramidale60. Mais, les formes des pesons ne fournissent pas d’indices chronologiques sûrs61. Les journaux de fouilles suggèrent en outre que la majorité des pesons fut trouvée le long des murs du temple, ce qui pourrait indiquer qu’ils y furent déposés (comme les lampes, cf. note 59) lors du comblement des tranchées de fondation du temple de la troisième phase ; leur ensevelissement correspondrait à un acte de consécration, mais cet usage est contesté62.

    • 63 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier ; Gabrici 1927, col. 377 et fig. 177.
    • 64 Journal de fouilles 1923, 2 Juin ; Gabrici 1927, col. 377 et fig. 174. Pour la datation : Lo Porto (...)
    • 65 Journal de fouilles 1922, 1 au 10 Juin ; Gabrici 1927, col. 378 et fig. 178.

    les petits objets : des fragments de coupes, des perles et des anneaux de bronze, des fragments de chaînes de fer, des perles de collier en cristal de roche, des pièces d’ornement en os, des astragales, une fusaïole de pierre noire63, une statuette en pâte de verre figurant un joueur de double flûte64 et un alabastre en albâtre65.

28A l’exception des deux grandes lampes décorées d’une protomé féminine et, peut-être, de quelques statuettes de style dédalique, le matériel du dépôt votif du téménos se présente comme un ensemble assez homogène dont la datation oscille entre la seconde décennie (590/580) et le milieu du VIe siècle (550/540) av. J.-C.

  • 66 Cf. supra, note 19.

29Au nord-ouest du sanctuaire de la Malophoros, les fouilles menées par V. Tusa en 1969 et 1970 ont révélé que le versant de la colline était parsemé de dépôts ensevelis dans le sable, parfois circonscrits de pierres informes et comprenant du matériel céramique et coroplastique mêlé à des morceaux de bois carbonisés ; ce matériel est datable à la première moitié du VF siècle66. V.Tusa a trouvé également des autels rudimentaires, composés de plaques posées sur des pierres, trois aires sacrificielles et un puits de plan carré, cerné par quatre dalles dont celle du côté Est comportait, au centre, une entaille.

  • 67 Gabrici 1927, col. 381 n° 3 et pl. XCVII, 4.
  • 68 Jeffery 1961, p. 270 n° 31 et pl. 52 ; Manni Piraino1970, p. 279.
  • 69 Guarducci 1959-60, p. 274-275.

30Les fouilles précédentes n’avaient pas, ou à peine, atteint dans ce secteur les couches archéologiques appartenant à la première et à la deuxième phase. En effet, l’énorme quantité de sable qui recouvrait cette aire fut dégagée en 1903 et 1905 et, sans doute, une partie du terrain archéologique fut entamé ; malheureusement, il n’a pas été possible de retrouver, dans les Archives du Musée de Palerme, les journaux de fouilles de ces deux campagnes menées par A. Salinas. On ne possède donc pas le contexte archéologique dans lequel fut trouvée la stèle inscrite, offerte par Euménidos à Meilichios67. La datation de cette stèle est controversée : L.H. Jeffery l’attribue à la seconde moitié du VIe siècle av. J.C.68, tandis que M. Guarducci la date de la première moitié69. Si cette dernière date est confirmée, on pourrait attribuer l’aire sacrée à Meilichios dès la deuxième phase du sanctuaire.

31La stèle fut découverte le 23 Mai 1903 dans l’espace compris entre l’angle sud du téménos de la troisième phase et le mur nord de péribole du téménos de la Malophoros. E. Gabrici considère, sans doute avec raison, que la stèle n’est pas in situ : elle aurait glissé avec le sable en aval de la colline dont la pente est, à cet endroit, assez raide. Les fouilles de 1903 n’ont certainement pas atteint les couches archaïques et la stèle devait se dresser à l’origine au sommet, ou presque, du versant, là où affleurent les couches les plus antiques.

Le matériel associé

Fouille du grand autel

32Fouille du 31 Janvier au 20 Février 1925

- Secteur 1 et couche d : skyphoi de type protocorinthien avec traces d’inscriptions à l’extérieur, 5 couvercles, des fragments de plats.

Quelques fragments de céramique commune. Un fragment de plat d’impasto brun.

1 fragment de statuette féminine dédalique, quelques statuettes-alabastres rhodiennes, 3 statuettes assises, 2 petites oies, I oiseau miniature muni d’un trou de suspension (H : 5 cm). Une lampe ordinaire à disque.

Un anneau à chaton d’argent.

- Couche c et foyer n° 1 : fragments de céramique corinthienne et rhodienne.

Statuettes-alabastres rhodiennes.

- Secteur II et couche d : un fragment d’arula en terre cuite décoré en bas-relief d’une Gorgone ailée.

33Fouille du 9 au 19 Juin 1925

- Secteur V et couches c et d : groupe important de petits skyphoi à décoration géométrique.

- Secteurs VII, VIII, IX et couches c et d (9 Juin 1924) :

Nombreux fragments de petits vases et de petites tasses corinthiens, 1 cothon, 1 alabastron, des fragments d’œnochoés, d’un dinos, de grands skyphoi, d’un grand bombylios à décoration d’écailles.

Un fragment comprenant la tête et les épaules d’une statuette féminine de type dédalique.

- Couches c et d ; foyer n° 5 (1925) : grande quantité de fragments de céramique corinthienne, calcinés.

- Secteurs Χ, XI et couches c et d ; foyers n° 6 à 10 :

Partie supérieure d’une trapeza de tuf (H : 0,12 - L : 0,46 - 1 : 0,22 m).

Nombreux fragments de grands skyphoi corinthiens, décorés d’animaux, 3 petits skyphoi à décoration géométrique, 9 petits aryballes, 1 grand aryballe décoré d’animaux, fragments de lécythes de type protocorinthien, fragments d’un lécythe, 4 couvercles et des fragments, nombreux fragments de plats.

Fragments d’un grand cratère rhodien, de 2 œnochoés, d’un plat et de nombreux autres vases à décoration d’animaux.

Nombreux fragments de skyphoi carénés, décorés de filets bruns et blancs, nombreux fragments d’œnochoés à vernis noir.

Fragment d’un vase à anses hautes et verticales d’argile grise, fragment d’une coupe à pied haut d’argile grise.

Nombreux fragments d’un alabastre d’impasto noirâtre.

Lèvre d’un cratère avec décoration imitant les anses d’un vase de bronze.

7 petites coupes munies de trous de suspension de céramique commune, 1 fragment de bec avec filtre, 1 olpé, 2 aryballes en forme d’anneau, 1 fragment d’amphore.

Fragments de statuettes archaïques avec traces de décoration peinte, un grand buste de statuette avec décoration peinte (H : 14 cm).

Un alabastron d’albâtre.

Fragments d’un grand couteau à lame arquée de fer.

Fouille du dépôt votif a l’intérieur du téménos

34Fouille du 13 Janvier 1923

Entre le mur Est de pierres du téménos primitif et le mur Est du temple :

Une grande arula décorée d’une statuette fragmentaire.

9 aryballes de forme sphérique corinthiens, de diverses dimensions, 6 petites tasses à deux anses, 3 petits couvercles, fragments de 3 petits vases.

1 œnochoé miniature (H : 6 cm) de céramique commune, 5 skyphoi, 6 tasses à rebord, sans anse, 1 petite tasse à anse unique, 1 aryballe piriforme, 1 petit vase à deux anses perpendiculaires.

Un oiseau ressemblant à une grosse caille (L : 18 cm), une protomé fragmentaire, une protomé (H : 11 cm), une statuette avec le poing gauche fermé sur le buste (H : 19 cm), un fragment de statuette assise aux cheveux bouclés, retombant sur le buste (H : 13 cm), une petite pomme-grenade avec des traces de couleur rouge, un bouton de fleur peint.

Une grande lampe à quatre becs, fragmentaire.

Une coupe fragmentaire en bronze, 2 petits tubes (L : 5 cm). Quatre grands fragments de fer.

Fragment d’un anneau en os.

Une petite fusaïole de pierre noire polie et décorée de petits points sur une des faces. Une table d’offrandes en pierre (L : 0,48 - 1 : 0,25 - H : 0,23 m).

35Fouille du 1 au 10 Juin 1922

A l’intérieur du pronaos du temple (la liste de matériel comprend également les dépôts votifs de la phase initiale) :

14 aryballes de forme sphérique corinthiens, 21 cotyles de diverses dimensions dont 14 de type protocorinthien et des fragments, 15 couvercles de diverses dimensions dont quelques-uns de forme concave et de type protocorinthien, 5 couvercles munis d’un élément de préhension percé, 1 élément de préhension de couvercle en forme de bouton de fleur, 2 autres de forme conique, 1 skyphos piriforme, 1 petit vase à anses verticales protocorinthien, 1 aryballe en forme de coquillage bivalve muni d’une anse décorée d’une protomé de bélier.

19 petites tasses sans anse de céramique commune, 19 petites tasses à deux anses, 2 aryballes piriformes, 1 fragment de vase cylindrique se terminant en pointe.

1 bélier accroupi, 1 petite tortue et d’autres fragments de petits animaux, 32 fragments de protomés et de têtes de statuettes dont la majorité ont des traces de couleur rouge, 12 têtes de statuettes, 1 fragment comprenant la tête et le buste, 2 fragments de statuettes tenant un oiseau, 1 petite statuette assise, les bras croisés sur le ventre, 7 protomés et 4 fragments de diverses dimensions.

9 perles de bronze, groupe de perles, 1 patère, 1 petit lion (L : 9 cm), 1 tige se terminant en tête d’oie (L : 12 cm), 2 anneaux, 1 plaque pliée en rectangle (L : 1,8 cm), divers fragments. Une grande poignée en fer.

Un petit vase piriforme d’albâtre (H : 8 cm).

8 perles de collier en os, 2 bâtonnets se terminant en pointes (L : 16 et 10 cm), 2 petits cylindres, décorés de stries (H : 4 et 3 cm), 1 petit bouton avec inscription.

36Fouille du 29 Mai 1923 (la liste est datée du 30 Mai au 9 Juin)

A l’intérieur du téménos primitif :

Une grande lampe de marbre, semi-circulaire, décorée sur la face antérieure d’une protomé féminine en bas-relief.

44 aryballes corinthiens de diverses dimensions, 16 lécythes, 21 cotyles de petites dimensions à l’exception d’une plus grande, 6 petits couvercles, 1 petit vase bas à large bouche, 1 petit vase peint de motifs à dents sur les bords inférieur et supérieur, 1 vase plastique en forme d’oiseau, peint.

1 coupe à deux anses, au pied haut, de type attique (manque une anse).

23 petites tasses sans anse de céramique commune, 23 petites tasses à large rebord, sans anse, 53 petites tasses à une et deux anses, 3 petites tasses à anse unique et 5 à deux anses, 1 œnochoé, 1 petit vase piriforme, 2 petites tasses basses, à large rebord rentrant et anse unique, 2 petits vases bas, à fond et bouche larges et contenant encore une substance terreuse, 6 lécythes, 3 petits vases globulaires avec deux anses horizontales sur le ventre, 1 petit vase de forme écrasée, 1 petit vase sans anse, à col et pied étroits et allongés, 1 grand plat à bord travaillé, 2 petits vases globulaires à bouche large et anse unique.

6 protomés, 10 statuettes assises dont cinq portent des traces de couleur rouge, 1 statuette assise tenant un quadrupède sur ses genoux et portant des traces de couleur rouge (H : 23 cm), 1 statuette de taille moyenne, 1 petite statuette masculine, cassée en deux, 5 statuettes debout de type égyptien (dont une H : 22 cm), 2 statuettes debout (une en trois fragments, l’autre dépourvue de base), 1 petite statuette tenant un objet sur le ventre, 1 petite statuette tenant des deux mains son ventre gonflé, 2 fragments comprenant le buste, 1 petite tête de lion, 1 petite fleur.

Lampes et pesons de terre cuite en grande quantité.

Divers fragments d’anneaux de bronze, des perles de collier, 1 pendentif. Fragments d’anneaux et de chaînes de fer.

Une statuette en pâte de verre, 2 perles de collier. Une perle de collier en cristal de roche.

Astragales et autres fragments d’os.

37Fouille du 10 et 11 Juin 1923

A l’intérieur du téménos primitif :

3 aryballes corinthiens, 4 cotyles, I lécythe, 8 petits couvercles, 2 petits vases piriformes à deux anses, avec pied et col étroits et allongés, 1 coupe à pied.

15 tasses à une et deux anses, 3 tasses à deux anses, 2 petits lécythes, 1 petit vase piriforme sans anse, 1 autre identique mais de couleur noire.

Une statuette masculine tenant un objet sur le ventre, 1 statuette assise fragmentaire portant un petit singe sur l’épaule, 2 statuettes assises.

Lampes de terre cuite.

Divers fragments de bronze.

Une perle de collier en cristal de roche.

Un couvercle en os façonné.

Fouille du mégaron

38Fouille du 30 Mai au 3 Juin 1923

Tranchée à l’intérieur du mégaron :

La couche de terre argileuse est compacte et ne contient pas de matériel.

39Fouille du 4 Juin 1923

A l’intérieur du naos du temple, entre le mur sud du temple et le mur sud et angle sud-est du mégaron :

De rares fragments de céramique corinthienne et commune.

Quelques fragments de statuettes de terre cuite.

Quelques lampes et pesons de terre cuite.

40Fouille du 1 au 4 Mai 1923

- Tranchée nord-sud à l’intérieur du naos du temple :

Piédestal décoré en bas-relief de deux figures semi-allongées sur une kliné (les têtes manquent), une plaque de terre cuite fragmentaire décorée d’un quadrige, une tête féminine de terre cuite, archaïque, appartenant à une arula.

- Tranchée nord-sud à l’intérieur du naos du temple :

Base d’un autel hellénistique.

Fragments de céramique corinthienne.

Statuettes en majorité d’époque hellénistique.

Fragments de tuiles, fragments de diverses arulae.

Une table d’offrandes fragmentaire, décorée en bas-relief d’une figure de Gorgone en course vers la droite.

Fouille entre le mur Est du téménos et la canalisation

41Fouille du 25 Juin au 9 Juillet 1926

1 aryballe ovoïde de type protocorinthien, 1 fragment de lèvre d’un plat, 1 fragment de couvercle, fragments de cotyles à décoration géométrique.

1 petit vase à deux anses de céramique commune, 1 bord d’un grand bassin d’impasto.

Une tête de statuette féminine de type dédalique, 1 fragment d’un oiseau.

Un anneau de bronze, 2 petites têtes de clous semi-sphériques, I grande tête de clou, des fragments non identifiables. Deux anneaux reliés par un ressort, en fer.

A mi-hauteur de la couche, le long de la canalisation, divers petits tas de lampes circulaires (50 lampes au total).

42Fouille du 11 et 12 Janvier 1923

Entre l’angle nord-est du téménos et la canalisation :

Fragments de vases peints corinthiens et de vases de céramique commune.

Quelques lampes à mésomphalos.

Fig. 8. Plan du sanctuaire : A : le “premier mégaron”, le “téménos primitif” et le temple de la Malophoros. B : le “grand autel”. C : la canalisation. D : le téménos d’Hécate. E : les propylées. F : le téménos de Zeus Meilichios. G : le “champ de stéles” et l’autel “à trois bétyles”.

LA TROISIÈME PHASE DE FRÉQUENTATION DU SANCTUAIRE

  • 70 Gabrici 1927, col. 21 et suiv.

43Parler de “troisième phase” de fréquentation du site est assez impropre. On assiste, en fait, à la mise en place d’éléments monumentaux qui confèrent peu à peu au sanctuaire sa physionomie définitive : l’autel monumental ; le temple archaïque (que Gabrici appelle le « deuxième mégaron »70) ; la canalisation qui traverse le téménos de part en part ; les murs de péribole ; le téménos d’Hécate ; les propylées (fig. 8).

Le grand autel

44L’autel monumental et le temple sont-ils contemporains ? Gabrici considérait le premier comme nettement postérieur au second : il datait le « deuxième mégaron » du milieu, à peu près, du VIe s., l’autel vers la fin du même siècle. En fait, on va le voir, le terminus post quem fourni par le remplissage de l’autel (décennies centrales du siècle) autorise à remonter la chronologie proposée par Gabrici.

  • 71 Gabrici 1927, col. 53 et suiv. ; col. 137 et suiv. ; col. 153-154, fig. 78-79.

45L’autel monumental, allongé (16,40 x 3,15 m), en grand appareil de blocs calcaires, est implanté sur l’emplacement même de la plupart des foyers sacrificiels antérieurs. Sa fondation sud-ouest retaille même l’un de ces foyers, le n° 5. Son remplissage est constitué : vers le nord, de pierraille et de blocs qui proviennent précisément du bouleversement de ces foyers ; dans la moitié sud, d’un dépôt votif épais d’une cinquantaine de centimètres71 qui repose directement sur le niveau de fréquentation antérieur (fig.9).

  • 72 Les journaux de fouilles citent en réalité deux grands « stamnoi », mais il est vraisemblable qu'il (...)
  • 73 Les skyphoi sont attribuables au Corinthien moyen : deux fragments sont illustrés par Gabrici 1927, (...)
  • 74 Gabrici 1927, col. 318 et pl. LXXXV et LXXXVI, 10 ; PAYNE 1931, p. 339, date cette pyxis au Corinth (...)
  • 75 Gabrici 1927, col. 314 et fig. 133.
  • 76 Les listes de matériel citent 50 statuettes-alabastres et 38 figurines, ce qui suggère qu'il s'agit (...)
  • 77 Higgins 1967, p. 30 sqq et pl. 13-14 : les statuettes de l' “Aphrodite Group” sont datables entre 5 (...)
  • 78 Higgins 1967, p. 30 et pl. 12 : les produits du “Gorgoneion Group” sont datés jusqu'à la moitié du (...)
  • 79 Ducat 1966, p. 110-112 ; contra, Lo Porto 1962, p. 153 et fig. le (complexe n° 1 : une protomé de c (...)
  • 80 Une seule de ces statuettes est citée par Gabrici 1927, p. 243 et pl. XLV, 2.
  • 81 Il s'agit à nouveau fort probablement de statuettes importées appartenant au groupe d'Aphrodite : e (...)
  • 82 Il s'agit sans doute de statuettes analogues aux types illustrés par Gabrici 1927, pl. XXXVIII.
  • 83 Gabrici 1927, col. 370 et fig. 163 ; de type analogue : Himera II, p. 181 et pl. XXVIII, 5 : E. Jol (...)

46La céramique d’importation du dépôt était de provenance corinthienne : à la superficie de la couche, deux grandes pyxides, dépourvues de leurs couvercles, étaient couchées l’une à côté de l’autre72 ; les formes vasculaires les plus représentées étaient les aryballes, les skyphoi de grandes dimensions décorés de files d’animaux et/ou de sphinx, les couvercles et les plats73. Quelques grands vases furent trouvés en morceaux : un cratère et trois pyxides dont l’une était ornée de trois bustes féminins en guise d’anses74. La céramique de facture locale était représentée par un grand fragment d’olla à la décoration incisée et peinte, avec des dauphins figurés75, des olpés, une œnochoé et des fragments d’hydries. Le matériel coroplastique se distinguait par le grand nombre de statuettes-alabastres qui dépassait celui des figurines76 ces vases plastiques en forme de figures féminines, debout ou assises sur un trône cubique, ou de sirènes ou de colombes sont attribuables à l’« Aphrodite Group » de Higgins77. Les vases plastiques représentant la tête d’un guerrier casqué, Héraklès couvert de la léonté, Achéloos, un buste féminin ou des petits animaux sont sans doute des produits rhodiens attribuables au « Gorgoneion group »78. En revanche, le vase plastique figurant une protomé de cheval ne serait pas, selon J. Ducat, un produit rhodien79. Quatre statuettes fragmentaires sont appelées « dédaliques » par Gabrici80 ; la majorité des figurines représente la divinité assise sur un trône cubique, vêtue d’une tunique et d’un himation et parfois coiffée du polos81. Seules quatre statuettes figurent la divinité debout82. Les lampes sont rares (deux lampes circulaires, monolychnes, et deux lampes sur pied, à plusieurs vasques superposées83), les pesons également (4 exemplaires, de forme pyramidale). On notera enfin la présence de quelques petits objets, surtout des éléments de parures : deux anneaux en argent, des perles de collier et un anneau de bronze, une perle en cristal de roche et des petits cylindres en os, incisés.

Fig. 9. Secteur II vu du nord Fouilles 1925. (Sopr. Antichità Palermo n. 1580)

47Cet ensemble d’objets, de datation homogène (la céramique corinthienne et le matériel coroplastique sont datables entre 580 et 550-540 av. J.-C. environ) autorise à assigner au milieu du VIe siècle av. J.-C. à peu près la construction du grand autel.

48Au contraire, une certaine quantité de matériel fragmentaire, retrouvé mêlé à du sable noirâtre et à des os calcinés (couche b) au sommet de l’autel, pourrait représenter un niveau d’usage de celui-ci.

Le matériel associé

Le dépôt votif à l’intérieur du grand autel

49Fouille du 31 Janvier au 20 Février 1925

50Secteur II, couche c :

Deux grands stamnoi dépourvus de couvercles, 1 fragment de pyxis à trois anses décorées de bustes féminins, des fragments de grands skyphoi décorés d’animaux ou de sphinx, des fragments de skyphoi à vernis noir et filets rouges, fragments d’un grand cratère décorés d’animaux, groupe de couvercles, fragments de 2 lécythes de type protocorinthien, 6 aryballes, 1 amphore à vernis noir, 2 pyxides, des fragments de plats.

6 olpés de céramique commune, lœnochoé trilobée, des fragments de bassins, des fragments d’hydries décorés à bandes, un fragment d’une olla à décoration peinte et incisée, figurant des dauphins.

Fragments de 3 statuettes dédaliques, 1 tête avec haut polos de type dédalique, 3 statuettes-alabastres assises sur des chars, 12 statuettes-alabastres debout, 8 statuettes-alabastres assises sur un trône, 1 buste-alabastre, 4 statuettes debout, 20 statuettes assises, coiffées du polos, 14 statuettes assises avec himation, 9 statuettes-alabastres figurant une sirène, 3 statuettes-alabastres figurant une colombe à la queue abaissée.

Vases-plastiques : une tête de cheval, 2 coqs, 2 canards, 4 petites oies, 1 tête d’Héraklès, 2 têtes de guerriers, 2 têtes d’Achéloos fragmentaires.

Fragments de deux candélabres, 2 lampes à disques.

4 pesons.

2 petites perles de bronze, 1 anneau à ruban, fragment d’une poignée se terminant en tête de serpent ; 2 anneaux en argent.

Une grande perle de collier en cristal de roche.

1 cylindre mouluré en os, 1 long tube mouluré.

Fragments d’œuf d’autruche.

Fouille du grand autel, couche Β

51Fouille du 31 Janvier au 20 Février 1925

52- Secteur I :

Nombreux fragments de petits skyphoi de type protocorinthien, groupe de petits vases, 2 petits skyphoi à décoration géométrique, fragments d’un grand skyphos parmi lesquels se trouve un plus petit skyphos, fragments d’un skyphos, fragment d’une amphore, 2 couvercles dont l’un à décoration géométrique, fragments d’un couvercle.

Fragments de 2 lécythes à figures noires, 1 lécythe à vernis noir de céramique attique.

1 petite tasse à deux anses de céramique commune, 1 petite coupe à bord rentrant, 1 tasse à bord rentrant, 1 fragment d’une grande amphore décorée d’une bande rouge.

Une statuette fragmentaire.

2 lampes de terre cuite.

1 peson de forme pyramidale.

53- Secteur II :

Fragments d’une pyxis corinthienne, I alabastron piriforme, fragments de petits skyphoi, fragments de couvercles.

Nombreux fragments de lécythes à figures noires, 2 lécythes à figures noires, 1 askos, fragments d’une kylix à figures noires et de plusieurs autres à vernis noir, fragments du col d’une hydrie, fragments d’un épinétron à figures noires, nombreux fragments de coupes à vernis noir.

Fragments de la lèvre d’un cratère à figures noires de production chalcidienne.

Fragments d’une grande olla de céramique commune, 1 petite cruche, 5 petites coupes.

Une statuette de fabrication locale, 1 protomé.

8 lampes à disque.

1 peson de forme pyramidale.

Une grande patère à mésomphalos de bronze, 2 petites patères à mésomphalos et des fragments d’autres.

Œuf d’autruche en fragments. Os d’animaux.

Le temple et le téménos

  • 84 Cf. supra, p. 14-17.

54La datation du temple archaïque de la Malophoros pose bien d’autres problèmes, dans le détail desquels nous ne pouvons rentrer ici. Si les caractéristiques architecturales de ce monument de dimensions moyennes (9,69 m x 20,20 m), à plan tripartite (pronaos, naos, adyton), sont loin d’être toutes éclaircies, la stratigraphie (niveaux profonds du pronaos84 ) impose un terminus post quem au milieu du VIe siècle environ.

Fig. 10. Fouilles de Patricolo - 1889. Mur du péribole sud. (Sopr. Antichità Palermo n. 5647)

  • 85 Gabrici 1927, col. 62 et suiv. ; Patricolo 1889, p. 254 ; Salinas 1898, p. 258-260 ; Journal de fou (...)
  • 86 Gabrici 1927, col. 73 ; Gabrici 1956, col. 238 à 246 ; Journal de fouilles 1920, 26 Avril et 1924, (...)

55Quant aux murs du péribole (fig. 10), ils sont contemporains (moins probablement postérieurs) de la canalisation qui traverse le sanctuaire, ainsi que Gabrici l’a montré85. Or, celle-ci doit être de peu postérieure à la démolition du « premier mégaron » et à son remplacement par le temple archaïque, puisque les plaques de couverture de la conduite d’eau, au nord et au sud du téménos, proviennent justement pour partie de ce démantèlement86. Cette canalisation passe entre le temple et le grand autel et, parvenue à ce point, s’incurve nettement vers le sud. Ce cheminement sinueux suivait les courbes de niveau et permettait également de subvenir aux besoins en eau du culte, grâce à une petite vasque proche de l’angle sud-est du temple.

Fig. 11. Propylées (Sopr. Antichità Palermo n. 12272).

  • 87 En effet, le mur qui sépare les deux téménos, d'Hécate et de la Malophoros, et le mur sud de péribo (...)
  • 88 Les Propylées furent exhumés plutôt que fouillés en 1874 par F. Cavallari ; Gabrici 1927, col. 8 et (...)
  • 89 Patricolo 1889, p. 253-257.
  • 90 Le 13 Avril 1889 : Patricolo 1889, p. 254.
  • 91 Cavallari 1874, p. 8.
  • 92 Patricolo 1889, p. 254 ; Gabrici 1927, col. 380 et suiv.

56A la même phase constructive que les murs de péribole appartient le téménos dit d’Hécate87, au sud-est des Propylées monumentaux qui, eux, sont postérieurs. Découverts dès 187488, les Propylées, puis le téménos d’Hécate, furent explorés par G. Patricolo en 188989. La fouille de cet enclos permettait d’emblée d’attribuer l’ensemble du sanctuaire à Déméter Malophoros, grâce à la découverte de la dédicace de Theullos à la déesse90. En revanche, on allait préférer attribuer ce téménos secondaire à Hécate, ici attestée par une inscription provenant des Propylées adjacents91. A l’origine, le téménos d’Hécate devait se présenter comme une cour carrée, d’environ 13 m de côté, ceinte d’un mur peu élevé. On y accédait de Test par une porte de 1,50 m de large. Dans l’angle sud-ouest s’élevait un petit naiskos de plan carré, dont il ne reste plus que le pavement et les murs nord et est au niveau des fondations. La base de Theullos provient de ce secteur92. Au sud-est, se dressait un autel rectangulaire (4,35 x 2 m), dont ne subsiste que l’assise de fondation, et une partie de la première assise formée de dalles.

  • 93 Gabrici 1927, col. 87.

57Dans un deuxième temps (« peu avant 409 av. J.-C. »93) sont érigés les Propylées monumentaux qui retaillent les murs nord et ouest du téménos d’Hécate (fig. 11). Ceux-ci prennent la place d’un accès antérieur, sans doute plus étroit. On observera en effet que l’axe passant par les Propylées (et le puits situé devant ceux-ci) coupe, si on le prolonge idéalement, le grand autel approximativement en son milieu (bien qu’il ne présente pas la même orientation). En d’autres termes, le grand autel constitue comme le pivot perspectif de tout le sanctuaire, autour duquel s’articulent les différentes orientations des monuments et ordonne, dès l’entrée, les principaux points de vue.

58Si le téménos de la Malophoros est donc susceptible d’embellissements jusqu’à la veille de la phase punique de Sélinonte, la matérialisation monumentale des limites du domaine consacré intervient dès le milieu du VIe siècle. C’est à partir de ce moment-là que l’aire de dispersion des ex-voto couvre toute la superficie du sanctuaire. Puisque tout ce qui est à l’intérieur des murs de péribole appartient à la divinité, il est licite d’enfouir en n’importe quel point du téménos les offrandes qu’on lui a faites. Inversement, les ex-voto de la deuxième phase de fréquentation du sanctuaire avaient été regroupés et ensevelis dans les quelques structures servant au culte et déjà existantes : le « téménos primitif », puis le grand autel.

  • 94 Patricolo 1889, p. 254.
  • 95 Gabrici 1927, col. 120.
  • 96 Gabrici 1920, p. 71.
  • 97 Gabrici 1927, col. 123.
  • 98 Journal de fouilles 1915, 19 et 22 Avril.
  • 99 Patricolo 1889, p. 254 ; Salinas 1894, p. 207-208.
  • 100 Gabrici 1920, p. 71.

59Les fouilleurs successifs du sanctuaire ont insisté sur l’extraordinaire amas de mobilier votif dont l’accumulation formait comme une « strate géologique »94, « une stratification ininterrompue... partout à l’intérieur du téménos »95. F. Cavallari en 1874, au niveau des Propylées, G. Patricolo en 1888-1889, entre les Propylées et le grand autel, A. Salinas en 1893-1894 et 1898, puis G. Gabrici en 1915, au sud du temple, G. Gabrici encore, en 1915 et 1918, au nord du temple, ont rencontré ces concentrations plus ou moins denses d’exvoto entiers ou fragmentaires, formées sans ordre apparent, et à propos desquelles ont été constatés, tantôt une dispersion très grande des fragments pertinents à un même objet96, tantôt de surprenants regroupements (Gabrici parle de milliers de coquilles d’escargots !), tantôt des empilements (« des centaines de petites tasses ordinaires, disposées l’une dans l’autre »97). Là où la fouille fut menée le plus soigneusement, au nord du temple, E. Gabrici distinguait deux strates d’ex-voto séparées par un mince niveau d’écailles de calcaire98. Quant aux mécanismes de formation de cette véritable couche d’épendage, ils ont été expliqués diversement : G. Patricolo pensait à un « alluvionnement extraordinaire »99, E. Gabrici à un « charruage », à un « nivellement » effectué rituellement, à intervalles périodiques par les prêtres, qui aurait consisté à fracturer et à répandre sur toute la superficie du téménos les ex-voto devenus encombrants100.

60En fait, il semble plus simple de supposer qu’ont été creusées, au fur et à mesure et suivant les besoins, un certain nombre de fosses votives à l’intérieur du péribole (comme celles qui ont été retrouvées in situ) mais qu’une partie de celles-ci ont, à la suite de phénomènes d’érosion ou encore de perturbations anthropiques, laissé échapper leur matériel qui a glissé différentiellement le long de la pente, dans des niveaux de sable mobile.

61L’étude par zone des ex-voto retrouvés n’a donc peut-être qu’une pertinence assez faible. On fera du moins les observations suivantes :

  • l’écrasante majorité du grand nombre des lampes provient de la fouille Patricolo juste derrière les Propylées. Elles étaient associées à de la céramique attique et, parmi les objets de métal, à 64 hameçons de bronze.

  • au sud du temple, E. Gabrici a trouvé, dans sa campagne de 1915, une série assez modeste de produits coroplastiques, mais un nombre significatif de pesons, et une grande quantité d’astragales d’agneaux.

    • 101 Journal de fouilles 1915, 17-19 Avril.
    • 102 Journal de fouilles 1915, 10 Mai ; Journal de fouilles 1918, 2 Mars.

    au nord du temple, toutes les catégories sont représentées en abondance, mais particulièrement les protomés et les statuettes féminines. Les lampes sont irrégulièrement présentes, en grand nombre le long de la canalisation101, et dans d’autres secteurs bien localisés102.

Le matériel associé

Matériel votif dans la partie Est du téménos

62Fouille du 29 Février au 18 Mars 1888

15 Mars 1888 :

Fragment d’une lampe en marbre dont le bec figure une protomé féminine (D : 18 cm).

11 lécythes à figures noires et à vernis noir, attiques.

13 bols, 18 coupes et autres petits vases de céramique commune.

44 protomés, 96 statuettes plus ou moins fragmentaires et 306 têtes isolées.

3 094 lampes circulaires, monolychnes (L : de 9 à 4 cm), 1 lampe à neuf becs (D : 13,5 cm), 1 lampe à cinq becs (D : 15 cm), 1 kernos fragmentaire à dix-huit lampes (L : 15 cm).

Des fragments de lamelles de bronze, des anneaux et un piolet (L : 7 cm).

Deux fragments de flacons en faïence bleue, deux perles de collier de couleur verte.

63Fouille du 20 Mars au 17 Avril 1889

5 lécythes à figures noires, 3 kylikes attiques.

9 bols et 68 petites coupes de céramique commune.

61 protomés, 65 statuettes plus ou moins fragmentaires et 253 têtes isolées.

1 002 lampes circulaires, monolychnes, 1 lampe à six becs, I lampe à neuf becs.

29 pesons.

Une statuette en plomb (H : 10 cm), tenant le bras droit replié sur le buste.

64 hameçons de bronze, 6 anneaux, 1 fibule, 5 clous, 1 croissant de lune, 1 pendentif circulaire, 1 lamelle, 1 pointe de lance, 20 monnaies.

3 perles en pâte de verre.

Matériel votif dans la partie Sud du téménos

64Fouille du 29 Mars au 15 Mai 1915

- Couche 1 (29-30 Mars, 23-24 et 29-30 Avril, 11 au 15 Mai 1915) :

Un lécythe à figures noires attique (H : 15,5 cm), 4 lécythes (dont deux fragmentaires), 4 fragments de lécythes à figures sur fond blanc.

2 bols de céramique peinte (D : 5,5 cm). 10 olpés de céramique comune, 39 petites coupes, 3 aryballes, 2 skyphoi, 5 couvercles, 2 alabastres, 1 petit cothon, 2 fragments de rhytons, 1 petit vase.

32 statuettes plus ou moins fragmentaires dont une statuette à demi-allongée et appuyée sur le coude gauche (H : 6 cm), 71 têtes isolées dont une portant un grand plat, 14 protomés, 1 oiseau fragmentaire (H : 5,5 cm), 1 petite patte de lion, 2 grenades, 1 disque peint et percé au centre (D : 1,9 cm), 8 bras isolés de figurines.

10 lampes circulaires, monolychnes, 1 lampe à cinq becs.

59 pesons.

Un cône percé en plomb.

Une lamelle circulaire (D : 2,9 cm) en bronze, des fragments de lamelles, 5 petites tiges, 3 petites sphères, 7 patères (D : de 3 à 9 cm), 1 fragment de clou.

Une faucille en fer, cassée en deux.

Un disque en pâte de verre, percé au centre, 1 pendentif figurant une protomé d’homme barbu, 1 petit coq.

Une plaque rectangulaire en os, percée aux deux extrémités (6,5 X 2,5 cm). Des astragales d’agneaux.

- Couche 2 (29 Mars et 10 Mai 1915) :

Des fragments de céramique corinthienne.

2 lécythes à vernis noir, attiques, et 1 lécythe fragmentaire.

3 olpés de céramique commune, loenochoé, 1 petite amphore, 1 aryballe (H : 6 cm), 1 petite coupe, 1 petit vase.

1 statuette de divinité assise, I statuette acéphale, 1 fragment de buste, 11 têtes isolées, 1 protomé, 1 perle.

14 lampes circulaires, monolychnes.

24 pesons de diverses dimensions.

Une fibule en bronze, à arc plat (manque l’épingle) (L : 4 cm), 1 anneau à chaton plat (D : 1,8 cm), 1 patère cassée en deux, des fragments de lamelles.

Des astragales d’agneaux.

65Fouille du 18 et 19 Avril 1918

Un aryballe corinthien (H : 5,5 cm).

1 olpé de céramique commune, 1 lécythe, 1 couvercle, 14 petites coupes, 1 rhyton en forme d’oiseau (L : 9 cm).

12 statuettes plus ou moins fragmentaires, 26 têtes isolées, 3 bras isolés, 6 protomés.

11 pesons.

Matériel votif dans la partie Nord du téménos

66Fouille du 30 Mars au 2 Avril et du 17 Avril au 15 Mai 1915

- 30 Mars au 2 Avril 1915 :

Un aryballe décoré à bandes (H : 10 cm), 1 skyphos peint (D : 22 cm), 3 petites coupes peintes.

4 fragments de vases à figures noires (dont un col), attiques, 2 fragments de lécythes, de nombreux autres fragments.

22 petites coupes (D : de 3 à 7,5 cm) de céramique commune, 3 aryballes, 1 olpé, 1 couvercle (D : 7,3 cm).

206 lampes circulaires, monolychnes, de dimensions diverses.

5 statuettes de divinité assise, 1 statuette debout, acéphale, 2 fragments, 1 statuette assise avec collier à pendentifs sur le buste, 12 têtes isolées, 1 protomé (H : 10 cm).

- 17 au 19 Avril 1915 :

4 olpés de céramique commune, 1 aryballe, 2 skyphoi, 12 petites coupes (D : de 2,8 à 4 cm).

15 protomés, 24 statuettes de divinité assise, 2 statuettes assises, acéphales, 1 statuette assise avec collier à pendentifs sur le buste (H : 20 cm), 2 statuettes debout (H : 16,5 et 21 cm), 65 statuettes plus ou moins fragmentaires, 81 têtes isolées, 13 bras isolés, 1 oiseau (L : 7 cm), 1 fragment de corps d’oiseau (L : 8 cm).

389 lampes circulaires, monolychnes, de dimensions diverses.

11 pesons de dimensions diverses.

- 19 Avril au 15 Mai 1915 :

Un fragment comprenant une anse en forme de buste féminin et la lèvre d’une pyxis corinthienne, 2 amphoriskoi (H : 15 cm).

17 lécythes attiques, 4 fragments de lécythes, 14 lécythes à vernis noir, 2 skyphoi (dont un fragmentaire), 1 fragment de vase.

1 olpé et 6 aryballes de céramique peinte.

127 olpés de céramique commune, 5 œnochoés (dont une : H : 18 cm), 518 petites coupes, 11 skyphoi, 20 aryballes, 29 couvercles, 2 cothons (D : 7 et 8,5 cm), 11 vases miniatures, 1 vase ovale (H : 11 cm), 1 vase-plastique figurant une tête de cochon.

1 434 protomés plus ou moins fragmentaires, 1 grande protomé fragmentaire, 1164 statuettes, 182 statuettes acéphales, 488 statuettes fragmentaires, 83 fragments comprenant la tête et le buste de la figurine, 10 fragments de bases de statuettes, 1389 têtes isolées, 216 bras isolés.

1 oiseau acéphale (L : 5 cm), 1 statuette féminine asise sur le dos d’un oiseau (H : 9 cm), 1 silène accroupi, les mains posées à terre (H : 8 cm), 1 petit singe fragmentaire (H : 9 cm), 1 sirène, queue ébréchée (H : 8 cm), 1 petit cochon dont il manque trois pattes (L : 9 cm), 1 oiseau (L : 10 cm), 1 tête de bélier (L : 4,7 cm), 1 statuette de divinité assise (H : 10 cm), 1 fragment de figurine comprenant la partie inférieure du corps et tenant la jambe gauche levée à angle droit (H : 6,5 cm), 1 vase-plastique fragmentaire en forme de dauphin (L : 21 cm), 1 statuette fragmentaire avec collier à pendentifs sur le buste (H : 17,5 cm), 1 disque muni d’une pointe au centre (D : 9 cm), 1 fragment de buste avec des traces de polychromie (H : 9 cm).

Une lampe en pierre, avec bec central et deux prises latérales (D : 11 cm), 6 pieds de lampes, 2 lampes de belle qualité, 3 lampes à trois becs, 1 lampe à deux becs.

48 pesons de terre cuite.

Trois fragments informes en argent.

Des lamelles de bronze, 1 patte de lion (H : 5 cm), 4 anneaux (D : 1,2 ; 1,6 ; 2 ; 2,5 cm), 2 patères (D : 5 et 6 cm), 1 patère fragmentaire, 1 fibule à arc en forme de lame concave (L : 4 cm), 1 perle, 1 monnaie (D : 1,5 cm), 1 statuette tenant les bras le long du corps (pieds manquants), 3 bâtonnets dont deux serpentiformes, 34 fragments parmi lesquels 5 anneaux et 4 hameçons.

25 perles en pâte de verre.

Une fibule en os (L : 7 cm), 2 petites plaques travaillées, 2 bâtonnets.

67Fouille du 28 Janvier au 16 Février et du 1er au 24 Mars 1918

- couche 1 (28 Janvier au 16 Février 1918) :

1 vase (H : 10 cm), 2 amphoriskoi ( ?) (H : 14 et 10 cm) avec traces de décoration peinte.

25 skyphoi (D : de 5,5 à 10 cm), 6 aryballes (H : 4 à 7 cm), 7 olpés (H max : 12,5 cm), 9 vases miniatures à deux anses (D : 4 cm), 5 couvercles (D : de 4 à 10 cm), 2 petits vases (H : 11,9 cm), 3 cothons dont un à trois anses (D : 10 et 11 cm), 1 vase-plastique en forme d’oiseau (manque la queue) (H : 6,5 cm).

16 protomés (H max : 13 cm), 1 protomé de silène avec traces de polychromie sur la barbe (H : 6 cm), 21 statuettes de divinité assise (H max : 19 cm), 6 statuettes de divinité debout (H max : 19,5 cm), 1 statuette acéphale (H : 30 cm), 12 statuettes fragmentaires, 12 têtes isolées, 1 tête portant un grand plat (H : 6 cm), 1 statuette debout, bras droit plié sur le buste et main gauche tenant un plat (ou une couronne ?), 1 statuette debout avec collier à pendentifs sur le buste (H : 12 cm), 1 statuette debout avec le bras gauche à la verticale (H : 23 cm).

110 lampes circulaires, monolychnes.

1 peson (H : 6 cm).

2 patères en bronze (D : 11 et 13 cm), 1 anse à col de cygne (L : 16 cm), 1 couvercle (D : 3 cm), 1 perle.

- couche 2 (1er au 24 Mars 1918) :

16 amphoriskoi plus ou moins fragmentaires (H : 10 cm), de céramique corinthienne, 7 aryballes plus ou moins fragmentaires, 3 aryballes piriformes (H : 4,8 et 5 cm), 1 pyxis avec couvercle (D : 4,4 cm), 1 amphore fragmentaire (H : 20 cm), 4 cothons, 2 petits vases (H : 6,5 et 7,6 cm), 2 couvercles.

2 lécythes fragmentaires, attiques (H : 6 cm).

1 coupe fragmentaire de bucchero (D : 12 cm).

63 skyphoi (D : de 1 1 à 5 cm) de céramique ordinaire, 262 petites coupes (D : de 6,5 à 2,5 cm), 38 olpés plus ou moins fragmentaires (H max : 15 cm), 3 alabastres (H : 16, 15 et 11,5 cm), 40 aryballes (H : 7 à 5 cm), 23 couvercles (D max : 10 cm), 6 cothons (D : de 10 à 4 cm), 5 phiales, 1 phiale à mésomphalos (D : 14 cm), 5 amphores, 2 petites amphores, 1 lécythe fragmentaire (H : 5 cm), 1 œnochoé (H : 12 cm), 3 rhytons en forme d’oiseau (L : 8 et 7,5 cm), 2 vases (H max : 16 cm), 1 petit vase à anse semi-circulaire (D : 2,5 cm), 9 vases miniatures (H : 4 et 3,8 cm), 1 petit vase (H : 8,5 cm).

459 protomés plus ou moins fragmentaires, 306 statuettes plus ou moins fragmentaires, 14 statuettes de divinité assise (H max : 22 cm), 4 statuettes debout (H max : 27 cm), 8 statuettes acéphales, 140 fragments comprenant la tête et la partie supérieure du corps, 165 têtes isolées, I tête à double visage (H : 5,5 cm), 25 bras isolés, 1 main de statuette (L : 7,5 cm), 1 statuette avec traces de polychromie (H : 4 cm), 1 patte de lion (L : 10 cm), 1 fragment de buste avec collier à pendentifs (H : 4 cm), 1 petite statuette cariatide ( ?) (H : 12 cm) fragmentaire, 1 cylindre (L : 4,5 cm), 1 anneau irrégulier (D : 5,5 cm), 1 agneau posé sur une base, avec traces de polychromie (H : 7 - L base : 12 cm), 2 chiens (L : 9,5 et 10 cm), 1 souris (L : 31 cm), 1 sphinx ailé, avec protubérance sur le dos (L : 18 cm), 1 statuette figurant une divinité allongée (H : 5,5 cm), 2 statuettes avec traces de polychromie (H : 10 et 12 cm).

Tableau récapitulatif du matériel votif des fouilles anciennes de la Malophoros de Sélinonte

Tableau récapitulatif du matériel votif des fouilles anciennes de la Malophoros de Sélinonte

1 lampe à mésomphalos et bec trilobé, 2 lampes à bec trilobé, 1 lampe à mésomphalos de type tardif, 1 lampe à trois becs (cassée en deux), 1 lampe à deux becs et décoration en relief sur les côtés (D : 9 cm).

24 pesons (H max : 6,5 cm).

Une cuisse de statuette en marbre (L : 8,5 cm).

Une phiale en bronze (D : 8 cm),l pointe de flêche cassée en deux (L : 30 cm), 2 monnaies très oxydées (D : 1,4 et 2 cm), 1 anse de vase (L : 10 cm), 1 petite anse de vase, 1 anneau (D : 1,9 cm), 1 clou (L : 11 cm).

Un petit ciseau fragmentaire en fer (L : 5 cm).

Fouille du temple

68Sondage du 26 Mars 1915

Fragment de lèvre et d’anse d’un grand aryballe corinthien.

1 lécythe attique, de type tardif, décoré d’une palmette sur le ventre (manquent l’anse et le col) (H : 3,5 cm).

2 têtes isolées de statuettes (H : 10 et 6,5 cm).

2 lampes.

69Sondage du 8 Mars 1920

Un fragment de décoration architectonique en marbre (13 X 13 cm).

8 aryballes de céramique commune, 1 aryballe piriforme, 11 petites coupes, 1 amphore fragmentaire (H : 13 cm), 1 petit vase de forme conique, fragmentaire (H : 4,5 cm).

Un buste de statuette avec traces de polychromie (H : 13 cm).

14 lampes.

50 pesons.

Des fragments de bronze.

70Sondage du 10 Mars 1920

Un fragment de vase attique.

Une statuette fragmentaire (H : 15 cm), 1 tête isolée.

2 lampes.

Un fragment de vase en pâte de verre.

71Fouille du 1er Mai 1923

Tranchée nord-sud à l’intérieur du naos du temple :

Des fragments de tuiles.

Des fragments de céramique archaïque et hellénistique.

72Fouille du 2 au 4 Mai 1923

Tranchée nord-sud à l’intérieur du naos du temple :

La fouille commence avec la couche 2 : la couche 1 fut explorée le 10 Mars 1920.

73Fouille du 30 Mai au 3 Juin 1923

Trois tranchées à l’intérieur du mégaron :

1ère tranchée : couche bouleversée avec du matériel de toutes les époques, des fragments de tuiles et d’arulae.

2ème tranchée : couche bouleversée avec des fragments de tuiles, des vases de tout genre et des statuettes en majorité d’époque hellénistique ; la couche présente des traces d’incendie.

3ème tranchée : pas de matériel dans la couche supérieure (v. le 8 Mars 1920).

74Fouille du 4 Juin 1923

A l’intérieur du naos du temple, entre le mur sud du temple et le mur sud et angle sud-est du mégaron :

Des fragments de tuiles.

Des fragments de petites arulae dont quelques-unes sont décorées en relief.

75Fouille du 29 Mai et du 10-11 Juin 1923

A l’intérieur du téménos primitif : Des fragments de tuiles.

Quelques fragments de vases de type corinthien.

Des petits vases de céramique commune.

Des statuettes de divinité assise.

Des lampes.

Fouille de la canalisation

76Fouille du 25 Juin au 9 Juillet 1926

77couche 1 :

1 aryballe fragmentaire en faïence : sur la face antérieure, buste humain à tête d’animal à cornes.

1 petite figurine de lion en bronze, 1 tête d’épingle.

1 grand anneau de fer, oxydé.

78Fouille du 26 Avril au 16 Mai 1920

Une pyxis ( ?) corinthienne globulaire dont une anse est détachée et le couvercle cassé en deux (D max : 10 cm - H : 8 cm), 2 aryballes (H : 6,5 et 5,5 cm).

Une œnochoé fragmentaire de céramique commune (H : 12,5 cm - D max : 9,5 cm), 1 petite amphore fragmentaire (H : 14 cm - D max : 10 cm), 1 vase globulaire fragmentaire (H : 14 cm - D max : 17 cm).

Une protomé (H : 8 cm).

Une lampe.

Fouille du téménos d’Hécate

79Fouille du 8 au 14 Avril 1889

1 petit lécythe à figures noires, fragmentaire (H : 7 cm), un vase attique à décoration réticulée, fragmentaire, 3 phiales peintes (D : 10,6, 11 et 8,5 cm).

6 petites coupes de céramique commune.

9 protomés, 5 statuettes assises (H : de 19 à 9 cm), 1 statuette debout, bras droit plié sur le buste, fragmentaire (H : 9,8 cm), 12 têtes de diverses dimensions.

Divers fragments de bronze, 4 monnaies de petit module, très oxydées.

80Fouille du 23 Mars 1920

Une patte de lion en terre cuite (10 X 10 cm), 2 têtes isolées, 2 protomés.

10 pesons.

Un fragment de décoration architectonique en pierre (13 X 11,5 cm).

Cinq fragments de marbre.

Fouille du mur de péribole Est

81Fouille du 8 Mars au 1° Avril et du 17 au 29 Mai 1920

Un couvercle de vase corinthien (D : 8 cm).

Un fragment d’un cratère attique (L : 18 cm), un lécythe à vernis noir (manquent le col et l’anse, H : 5 cm).

12 olpés de céramique commune, 11 petites coupes, 1 alabastron (H : 5 cm), 1 couvercle (D : 3,5 cm), 1 petit vase (H : 5,5 cm), 1 fragment d’un grand récipient, 1 fragment de vase (L : 13 cm).

Un fragment de protomé représentant Méduse (H : 15 cm), 1 protomé, 3 statuettes de divinité assise (H : 15 et 13,5 cm), 1 statuette, 2 fragments de buste (H : 13,5 et 7,5 cm), 1 statuette acéphale (H : 11 cm), 1 base (14 cm), 1 tête couronnée et portant des traces de polychromie, 1 main de statuette, 26 têtes isolées.

139 lampes.

17 pesons.

Deux fragments de bronze, 2 monnaies (D : 1,8 et 2 cm).

Deux fragments de marbre.

Fouille du mur de péribole Nord

82Fouille du 12 Avril au 12 Mai 1919

Un lécythe attique à vernis noir (manquent le col et le pied. H : 6 cm).

9 petites coupes de céramique commune, 1 petit vase (H : 6 cm).

1 protomé, 1 statuette acéphale (H : 20 cm), 3 têtes isolées.

13 lampes.

1 monnaie de bronze (D : 1,8 cm), 1 clou.

Le téménos de Zeus Meilichios

  • 103 Gabrici 1927, col. 16 et suiv.
  • 104 Dehl - Dewailly 1986, p. 53 et suiv. (M. Dewailly) ; 59 et suiv. (C. Dehl, M. Dewailly).

83Pour E. Gabrici, le téménos de Déméter Malophoros (et le téménos annexe d’Hécate) dont on vient d’énumérer les structures et le matériel ne constituent, en fait, que la partie centrale d’un sanctuaire plus vaste. Le mur de péribole décrit supra ne serait qu’un mur de péribole interne103. Gabrici restitue en effet une enceinte externe qui aurait embrassé la première dans une sorte de « grand trapèze ». En fait, les fouilles récentes de la Malophoros ont permis d’établir104 :

  1. que le côté sud de ce prétendu trapèze était le mur septentrional de péribole d’un sanctuaire qui côtoie, au sud, celui qui nous occupe ;

  2. que le côté nord de ce « péribole externe » se prolongeait au-delà du point d’intersection avec une hypothétique prolongation du mur de péribole ouest. Il est donc également exclu de penser à une fermeture, vers le haut de la colline, du « trapèze » ;

    • 105 Parisi Presicce 1984, p. 81-89.

    que le système d’évacuation des eaux de pluie, restitué en tête du mur nord105, permettait d’affirmer que l’espace renfermé par ce mur se trouvait au nord de celui-ci.

84Dès lors, l’hypothèse qui se présente spontanément à l’esprit est que ce « côté nord du péribole externe » représente la face sud d’un nouveau téménos, le troisième, encore plus septentrional par rapport à ceux de la Malophoros et du sanctuaire situé au sud de celui-ci.

  • 106 Gabrici 1927, col. 17-18.

85Le mur est du « trapèze », à son tour, ne peut donc plus être considéré comme un mur de péribole. E. Gabrici notait d’ailleurs qu’il avait été presque entièrement détruit106, à la suite sans doute d’une crue du Sélinos, puis reconstruit. Il pourrait donc s’agir d’un mur avancé de protection, chargé d’endiguer les alluvionnements du fleuve au moment des hautes eaux.

  • 107 Journal de fouilles 1922,21 Mai : à l'intérieur du téménos de Zeus Meilichios, présence en profonde (...)

86Il en résulte que la zone où se célèbre le culte de Zeus Meilichios n’est d’aucune manière annexée ou subordonnée au téménos de la Malophoros (comme c’est en revanche le cas pour celui d’Hécate). Elle ne fait pas partie du même ensemble architectural et, en conséquence, constitue un espace cultuel autonome et distinct. Gabrici, à en juger par des indications consignées sur ses journaux de fouilles, mais non reportées dans le volume des Monumenti Antichi, avait d’ailleurs vu les murs de péribole d’un premier téménos de Meilichios, antérieur à celui actuellement visible, et décalé vers l’est par rapport à lui107.

  • 108 Gabrici 1927, col. 382 et suiv. ; Journal de fouilles 1915, 23 Mars au 11 Avril : la stèle n° 293 ( (...)
  • 109 Journal de fouilles 1919, 18 Novembre au 18 Décembre : les stèles n° 19, 20 et 21 (Gabrici 1927, co (...)
  • 110 Journal de fouilles 1920, 15 Mars au 28 Mai : le 19 Mars, E. Gabrici met en évidence l'assise supér (...)

87L’édification du mur de péribole du sanctuaire voisin peut être datée de la fin du VIe siècle. Le téménos de Meilichios est déplacé vers l’ouest et, afin de le protéger contre les infiltrations d’eau, il est surélevé de près de 2 m par un remblai de terre noire. Temple et portique sont construits vers le début du Ve siècle. Au sud et à l’ouest du téménos de Zeus Meilichios, le terrain n’est pas délimité (fig. 12). On se trouve dans une zone libre, de passage, probablement vers les nécropoles de Manicalunga - Timpone Nero et Pipio. Le niveau de fréquentation noirâtre reposant sur un sol de la fin du VIe - début du Ve siècles av. J.-C., contenait les résidus de centaines de foyers, des os d’animaux et des fragments de céramique calcinés, ainsi qu’une série de defixiones108. Un grand nombre de stèles y étaient fichées, dont la base était parfois entourée d’objets109. Ce champ de stèles était dominé par l’autel dit « à trois bétyles »110 que les fouilles de V. Tusa, en 1969, ont complètement dégagé et qui s’est avéré être posé, lui aussi, sur le sol de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C.

Fig. 12. Champ de stèles à l’ouest du téménos de Meilichios - Vue de l’ouest - Fouilles 1920. (Sopr. Antichità Palermo n. 5764).

Le matériel associé

L’aire ouverte au Sud et à l’Ouest du téménos de Zeus Meilichios

88Secteur Sud

89Fouille du 23 Mars au 11 Avril 1915

- Couche 1 (31 Mars au 2 Avril et 6 Avril 1915) :

Un fragment de lécythe peint (H : 11 cm), 1 coupe à bande peinte.

Deux olpés (H : 8 et 13 cm) de céramique commune, 9 petites coupes (D de 7,5 à 2,7 cm), 2 aryballes (H : 7,5 et 4 cm), 2 bols (D : 6,9 et 3,5 cm), 1 petit vase (H : 4,4 cm).

4 protomés (H : 9,6 - 7,6 et 5,6 cm), 1 statuette assise (H : 11 cm), 1 statuette assise, acéphale, tenant une patère sur ses genoux (H : 10 cm), 1 statuette debout, bras droit plié sur le buste (H : 11 cm), 1 fragment de torse (H : 11 cm), 12 têtes isolées (H : de 8 à 3,8 cm), 1 tête de cheval, fragmentaire (L : 8 cm), 1 sirène acéphale (H : 8 cm).

52 lampes de diverses dimensions, 1 fragment d’une grande lampe (L : 14,5 cm).

10 pesons.

Une monnaie de bronze (D : 1,6 cm).

- Couche 2 (23 au 30 Mars 1915) (parmi les objets, des fragments de lamelles de bronze et des os calcinés d’animaux) :

Un lécythe à vernis noir (H : 6,5 cm).

2 coupes, à bande peinte (D : 4 et 8 cm).

2 olpés de céramique commune (H : 8,5 cm), 1 œnochoé (H : 5 cm), I coupe (D : 8 cm), 1 couvercle (D : 7,5 cm), 2 bols (D : 6 et 5 cm), 1 bol miniature (H : 2,7 cm).

4 protomés (H : 10 ; 7,5 ; 6,8 et 5 cm), 3 statuettes assises (H : 12 ; 7,5 et 7 cm), 1 statuette de silène assis sur un mouton et jouant de la double flûte, 26 fragments de statuettes comprenant la tête et le buste (H : de 11 à 3,5 cm), 2 fragments de buste (H : 14 cm), 1 avant-bras (L : 5 cm), 1 patte de palmipède (L : 7 cm), 18 têtes isolées (H : de 7 à 3 cm).

76 lampes de diverses dimensions.

5 pesons.

3 monnaies de bronze (D : 1,6 et 1,3 cm), 1 anneau (D : 1,5 cm), 1 ardillon ( ?) tordu.

- Couche 3 (25 Mars et du 7 au 10 Avril 1915) :

Le 8 Avril, découverte d’une stèle inscrite (Journal de fouilles : n° 293 ; mesures de l’inscription : L : 70-1 : 1,28 cm) et d’une lamelle de plomb circulaire, recourbée, avec inscription (D : 4 cm).

Une anse de vase corinthien, décorée d’une protomé humaine, 1 fragment de vase décoré à bandes (L : 8 cm).

Un pied de vase attique à vernis noir (D : 6,5 cm).

6 olpés, plus ou moins fragmentaires, de céramique commune (H : de 10 à 8 cm), 10 coupes (D : de 7 à 3 cm), 1 bol (D : 7,8 cm).

6 protomés (H : de 8 à 5 cm), 2 statuettes assises (H : 21 cm), 2 fragments de statuettes comprenant la tête et le buste (H : 13 et 6,7 cm), 5 fragments de bustes dont l’un porte un collier à pendentifs (H : de 26 à 6 cm), 10 têtes isolées (H : de 7 à 3 cm), 1 disque percé au centre (D : 6 cm), 1 fragment de disque décoré d’une fleur de lotus, 1 fragment de dossier d’un trône décoré d’une palmette en relief.

41 lampes de diverses dimensions.

5 pesons.

Un bracelet (en trois fragments) de bronze, un ardillon de fibule (L : 4 cm).

Une hache de fer (L : 19 cm).

90Secteur Ouest

91Fouille du 17 Mars au 7 Juin 1919

- Couche 1(17 Mars au 12 Mai, du 19 au 21 Mai, le 24 Mai) :

Le 28 Mars, découverte d’un fragment architectonique décoré en relief et surmonté d’une corniche (18 X 13 cm - traces de couleur brune), d’un fragment de pierre grossièrement sculpté et orné d’une tête en relief (17,5 X 13,5 cm), d’une tête de pierre (manque le cou ; H : 8-1 : 7,5 cm).

Le 19 Mai, découverte d’une stèle inscrite.

1 lécythe attique à vernis noir (H : 6 cm), 1 coupe à vernis noir (D : 8,5 cm).

56 olpés de céramique commune (H : de 10 à 8 cm), 57 petites coupes, 1 cothon ( ? - D : 3 cm).

3 protomés (H : 10 et 8,5 cm), 4 statuettes assises dont une portant un collier à pendentifs (H : 21,5 et 19 cm), 2 statuettes debout (H : 39,5 et 23,5 cm), 1 statuette (H : 20 cm), 2 fragments de bustes, 14 têtes isolées.

42 lampes.

4 pesons.

1 monnaie de Syracuse en argent (D : 1,4 cm).

Une lamelle de plomb inscrite, cassée en trois morceaux.

Une patère de bronze (D : 6,5 cm), 1 épingle (L : 7 cm), 2 monnaies (D : 1,5 et 1,8 cm), 2 clous (L : 7,5 cm).

Une lame en fer (L : 34 cm), 1 hache (L : 25 cm), 1 bêche (L : 32 cm).

- Couche 2 (13 au 19 Mai, 22 et 23 Mai, 2 Juin) :

Une hydrie à décoration peinte (H : 35 - D max : 35 cm), près de la stèle n°18.

1 coupe de céramique commune.

1 protomé, 5 têtes isolées.

7 lampes.

1 peson.

1 monnaie de bronze (D : 2 cm).

92Fouille du 18 Novembre au 18 Décembre 1919

- Couche 1 (18 au 30 Novembre, 4 et 12, 16 au 18 Décembre) : Une coupe attique à vernis noir (D : 13 cm).

8 olpés de céramique commune, 52 petites coupes.

5 protomés, 1 statuette assise (H : 13,5 cm), 6 statuettes (H : 26, 18 et 16,5 cm), 1 vase-plastique en forme de sirène, 1 fragment de buste, 10 têtes isolées.

68 lampes.

2 pesons.

1 anneau de bronze, 1 clou, des fragments.

1 clou en fer, 1 hache (L : 9 cm).

- Couche 2 (8 au 15 Décembre) :

Les 8 et 9 Décembre, découverte des stèles n°19, 20 et 21.

2 olpés de céramique commune, dont l’une renfermait une coupe fragmentaire “de type protocorinthien” et 1 clou, 1 coupe.

1 statuette, 2 fragments de bustes, 2 têtes isolées.

4 lampes.

3 fragments de lamelles de plomb dont deux avec inscriptions.

Une épée en fer (L : 38 cm).

93Fouille du 15 Mars au 28 Mai 1920

- Couche 1 :

Un fragment appartenant à une grande coupe à figures noires (L max : 9,5 cm), 1 petit vase.

3 olpés, 35 coupes, 5 couvercles.

1 protomé, 5 statuettes dont l’une tient une colombe, 2 fragments, 10 têtes isolées.

179 lampes.

10 pesons.

6 monnaies de petit module en bronze, des fragments.

3 fragments de lamelles de plomb.

1 petite tête de statuette en pierre (H : 6,5 cm).

1 colonne de petit temple dorique en terre cuite.

Fouille du téménos de Zeus Meilichios

94Fouille du 27 Mai au 12 Juin 1920

Couche 1 (de terre noirâtre) :

Deux fragments de drapé en marbre.

Deux fragments de modèles réduits de temples avec décoration architectonique en pierre, 1 cippe rectangulaire (H : 40 cm), 1 cippe cylindrique sur une base carrée (H : 22,5 cm), 2 cippes à large base et sommet arrondi (H : 34 cm), 3 cippes surmontés d’une tête d’homme barbu (H : 35 et 40 cm), 24 cippes surmontés d’une tête masculine et d’une tête féminine (H : de 45 à 17 cm), 1 cippe (19 x 14 cm) surmonté de quatre têtes (deux masculines, deux féminines).

1 aryballe de céramique corinthienne (H : 6,5 cm).

53 olpés de céramique commune, 27 coupes, 3 aryballes.

1 protomé, 1 tête d’homme barbu avec traces de polychromie (sur sa nuque, une main - H : 5 cm), 4 statuettes (H : 11,5, 14, 19 et 7 cm), 2 fragments de bustes, 9 têtes isolées.

79 lampes.

6 pesons.

9 fragments de bronze.

Des fragments de fer.

2 lamelles de plomb, dont l’une est inscrite.

Un fragment de fronton d’un modèle réduit de temple (L : 10 cm).

95Fouille du 21 au 31 Mai 1922

Couche 1 (Sondage I, à proximité du temple) :

78 petits vases à puiser, de céramique commune, 6 petites coupes et bols.

Un fragment d’une protomé de dimensions moyennes, 1 fragment de protomé (Méduse ?).

De nombreuses lampes à mésomphalos, d’autres plus petites et un pied de candélabre à lampes multiples.

Une lamelle enroulée, de plomb, très petite.

Un fragment de pierre représentant un chien agressé par un fauve, deux têtes masculines (de type archaïque).

Une stèle pyramidale inscrite portant le nom d’AINEAS.

Notes

1 Le fossé qui coupe l'isthme isolant l' “Acropole” de Manuzza fait partie du système des fortifications puniques, système créé à une époque où l'habitat n'occupait plus que la hauteur la plus proche du rivage.

2 Thc., VI, 4, 2.

3 Diod. Sic., XIII, 59, 4.

4 Van Compernolle 1952, p. 334 et suiv. ; Vallet-Villard 1958, p.16 et suiv.

5 Masseria 1978-79, p. 63 et suiv.

6 Patricolo 1889, p. 253-257 ; Salinas 1894, p. 202-220; Salinas 1898, p. 258-260 ; Gabrici 1920, p. 67-91 et Gabrici 1927.

7 Infra, p.9.

8 Gabrici 1927, col. 144 à 149 ; Journal de fouilles 1926, 25 Juin au 9 Juillet.

9 Terminologie de Gabrici 1927, col.144 à 148.

10 Le cratère à colonnettes est une forme qui apparaît au Corinthien ancien, mais attestée surtout à partir du Corinthien moyen : cf. Amyx 1988, p. 504. Toutefois, Payne 1931, p.300 et suiv., date cette forme au Corinthien ancien.

11 Le foyer auquel Gabrici avait donné le numéro 4, de forme grossièrement rectangulaire (6 x 3 m), est orienté nord-sud. Le foyer 11, plus petit, est composé de pierres qui s'étendent en direction nord-sud sur une longueur de 2,35 m. Le grand autel postérieur a été implanté à leur emplacement, en sorte qu'ils ont été retrouvés, lors de la fouille, au-dessous de lui, respectivement de son secteur sud et à l'extérieur de son mur ouest (foyer 4) et de son secteur nord et à l'extérieur de son mur ouest (foyer 11).

12 Gabrici 1927, col. 143-144 et 149 ; Journal de fouilles 1925, 31 Janvier au 20 Février ; 1 au 19 Juin ; 1924, 10 Juin.

13 C'est-à-dire au-dessous du temple de la Malophoros, qui se superpose lui-même à l'ensemble mégaron-téménos. Les niveaux profonds sous l'édifice de culte ont été fouillés par E. Gabrici du 1er au 4 Mai et du 29 Mai au 11 Juin 1923 (Journal de fouilles 1923, Mai et Juin) après avoir été explorés en Janvier de la même année à l'est du temple (Journal de fouilles 1923, 1113 Janvier) et en Juin de l'année précédente dans la moitié sud du pronaos du temple (Journal de fouilles 1922, 1er au 10 Juin).

14 Journal de fouilles 1923, 31 Mai.

15 Infra, liste p. 6-7. E. Gabrici qualifie parfois certains vases de “protocorinthiens”. Mais, selon les listes de matériel, il apparaît que les vases ainsi désignés par lui sont tout simplement des vases à décor linéaire ; de fait, l'étude du matériel corinthien conservé au Musée de Palerme a permis de constater l'absence ou la quasi absence de céramique protocorinthienne : Dehl-Von Kaenel (sous presse). Les cotyles décorées “d'animaux courant” (seconde moitié du VIIe s. - début du VIe s.) font partie, selon E. Gabrici, du groupe des vases protocorinthiens. Une cotyle à chiens courant est illustrée par Gabrici 1927, pl. LXXXVII, 9 ; cf. également CVA Berlin, 6, pl.33, 4-7. Le fragment de dolium est illustré par Gabrici 1927, col. 344 et pl.LXXVIII, 10, et daté entre le VIIIe et le VIe siècles : cf. Tusa S. 1982.

16 Journal de fouilles 1923, 31 Mai ; Gabrici 1927, col. 126.

17 Où une couche d'argile se superpose directement au niveau de fréquentation.

18 Op. cit. supra n.12 ; la fouille du foyer 4 a restitué en particulier un vase plastique en forme de lièvre, d'importation corinthienne (Gabrici 1927, col. 222 et pl. XLII, 5 ; Payne 1931, p. 177 et fig. 80 b ; pour la datation : Ducat 1963, p. 455 ; Lo porto 1978, p. 135, pl. LXVIII et fig. 19 ; Lo porto 1962, p. 153 et fig la daté entre 580 et 560 av. J.-C.), une lampe de terre cuite fragmentaire décrite comme une « lampe à disque » (sans doute une lampe monolychne, circulaire, à mésomphalos, qui pourrait correspondre à la forme Howland type 12 ou Corinth type II : Howland 1958, p. 25-27, pl. 31 n°71 et 77 daté de 575-550 ; Broneer 1930, p. 138 et pl. I avec datation de la 1ère moitié du VIe siècle av. J.-C.), 7 pesons pyramidaux (sur la difficulté de dater les pesons selon leur forme : Davidson 1952, p. 146162 et pl. 74-77 ; Davidson-Burr Thompson 1943, p. 65-66 ; Di Vita 1956, p. 39-44. A Himère, les pesons les plus anciens sont datés à partir du milieu du VI° siècle : Himera 1, p. 310 ; Himera II, p. 213214 et p. 461-462, pl. XXXIV, 14, LXIX, 17, XCII, 3-4, C, 13 et CXVI), une fusaïole en os, un anneau à chaton en argent, deux pendentifs en plomb (Gabrici 1927, col. 368 et fig. 161 et 162 : plaque décorée en relief d'un taureau et d'un lion affrontés ; feuille fragmentaire en forme de sphinx ailé à tête féminine), une dent de loup, des fragments d'une table d'offrande en pierre et un fragment de tuile portant cinq lettres grecques (Gabrici 1927, col. 399 n° 26). La fouille du foyer 11 a restitué 30 pesons pyramidaux et 3 têtes appartenant à des statuettes de « style dédalique » (l'épithète « style dédadédalique » utilisée par Gabrici n'apporte que peu d'informations sur le type et la datation des statuettes : Gabrici 1927, col. 205 à 209 et pl. XXXVII et XLIII où sont ainsi désignées des statuettes corinthiennes, des statuettes de production locale ainsi que des types à plus juste titre de style dédalique ; dans son ouvrage Daedalica Selinuntia, publié en 1924, E. Gabrici ne cite évidemment aucune statuette provenant des fouilles de 1925 et, si l'on procède par élimination, les statuettes, illustrées dans sa monographie publiée en 1927 à la pl. XLIII, 1-2 et 7, pourraient être celles provenant de la fouille du foyer 11. Il s'agit de trois fragments comprenant la tête et, pour deux d'entre elles, la partie supérieure du buste (H : 10, 9 et 7,5 cm) ; ces trois statuettes sont d'importation péloponnésienne et sont généralement datées des premières décennies du VIe siècle : Jenkins 1931-32, p. 40 et pl. 16, 1 et 3 (vers 575) ; Rizza 1960, p. 253-254 et pl. 20 ; Payne 1940, p. 211 sqq et pl. 93. La fouille du foyer 2 a restitué, parmi une grande quantité de céramique corinthienne, un petit pendentif de faïence figurant un faucon (Gabrici 1927, col. 376-377 et fig. 172 ; cette amulette est citée par Sfasmeni Gasparro 1973, p. 198, et datée entre le VIIe et le VIe siècles av. J.-C.). Le remblai qui recouvrait les foyers 2 et 3 contenait un matériel céramique importé, homogène et datable entre la fin du VIIe siècle et la première moitié du VIe siècle av. J.-C., en particulier un canthare de bucchero (Rasmussen 1979, p. 104-106 et p. 153, 156 : les canthares provenant de tombes sélinontines sont de type 3 et datables entre le dernier quart du VIIe et la première moitié du VIe siècle av. J.-C.), 5 pesons coniques (forme attestée à Corinthe dès le Protocorinthien : Davidson-Burr Thompson 1943, p. 76 et note 5 ; à Himère, cette forme est considérée de datation plus récente que celle pyramidale : Himera II, p. 462), des fragments de statuettes “doriques” (cf. supra), un fragment de lampe et des fragments d'instruments de fer.

19 Dehl-Dewailly 1986 ; en revanche, la couche de dépôts archaïques, fouillée par V. Tusa en 1969-70 (Tusa 1977 et Tusa 1984b p. 11-15) a restitué de la céramique corinthienne assignable au Corinthien moyen et récent. En conséquence, elle doit être rattachée à la phase suivante du culte à laquelle appartient également une stèle inscrite, offerte par Euménidos à Meilichios : infra, p.17-18.

20 Gabrici 1927, col. 67 ; mesures extérieures : 5,65 x 8,50 m environ - mesures intérieures : 4,45 x 7,30 m.

21 Selon Gabrici 1933, col. 140 sqq ; Id., 1956, col. 240 sqq, pour soutenir la porte, l'architrave et le fronton. E. Gabrici reconstitue le mode de couverture du mégaron grâce à la découverte de plaques travaillées et stuquées au-dessus de la canalisation postérieure : Journal de fouilles 1924, 10-11 Juin ; Gabrici 1927, col. 64-66 et 73 ; Gabrici 1956, col. 243244. Les dix plaques qui recouvraient le segment de la canalisation compris entre les deux murs de péribole sud appartiennent au geison de deux édifices différents (huit d'entre elles peuvent être attribuées au couronnement du mégaron).

22 Réduisant ainsi la poussée des masses sableuses qui constituent le versant de la Gaggera. Témoins de cette poussée continue, les renforcements successifs du mur de péribole ouest postérieur ; Gabrici 1927, col. 67, a noté les différences de largeur des murs et des blocs d'angle sud-est et nord-est destinées à offrir une plus grande résistance à la poussée est/nord-est de la colline de sable, mais il n'en déduit aucune conséquence sur le choix de l'orientation du mégaron.

23 Journal de fouilles 1925, 9 au 19 Juin ; E. Gabrici les interprète comme cinq vestiges de foyers car les pierres étaient étalées et dispersées, mêlées à du sable noirci, des morceaux de bois brûlé et des os d'animaux.

24 Loc.cit. supra ; E. Gabrici, émerveillé par la quantité insolite de matériel, précise : « tre cofani per uno, si raccoglie nei roghi 6 e 7, un cofano nei roghi 8 e 9 ed un piccolo deposito nel rogo 10 ». Le matériel recueilli comprend de grands skyphoi et un grand aryballe décorés d'animaux, des fragments d'alabastres (cité par E. Gabrici comme « des lécythes de type protocorinthien » et qui sont vraisemblablement des alabastres à décoration géométrique) et des petits skyphoi à décoration géométrique, de nombreux fragments de plats et de couvercles ; l'ensemble est datable au Corinthien moyen et récent I : Gabrici 1927, col. 311 et pl. LXXXVI. 11 et pour la datation, Lo Porto 1962, Tombe 12, n°7, p. 158-159 et fig. 1 lb. La céramique de la Grèce de l'Est est représentée par des fragments d'un dinos, de deux oenochoés, de plats et d'autres vases à la forme non identifiée, par des coupes ioniennes (décrites par E. Gabrici comme « des skyphoi carénés, décorés de filets bruns et blancs » : Gabrici 1927, col. 312 et fig. 132 ; Vallet-Villard 1964b, p.87-88) et par des fragments d'oenochoés à vernis noir. La céramique laconienne, reconnaissable à son argile de couleur grise, comprend en particulier des fragments d'une kylix qui peut être datée du second quart du VIe siècle av. J.-C. (Gabrici 1927, col. 309-310 et fig. 128 ; une kylix de forme et décoration identiques est illustrée par Stibbe 1972, p. 97 n°124 et pl. 42, 1 à 4 : la kylix est attribuée au groupe Β du Peintre des Boréades et datée entre 575 et 565 av. J.-C.). Le matériel coroplastique se limite à quelques fragments de grande qualité : deux fragments d'une statuette d'importation corinthienne, dont le vêtement a conservé sa décoration peinte (Gabrici 1927, p. 238 et fig. 121 ; Payne 1931, p. 340). datée du second quart du VIe siècle av. J.C. et un buste de statuette de grande dimension, également peint (Gabrici 1927, col. 256 et pl. LII, 2).

25 L'autel n° 1 se situe à l'intérieur du secteur I, au centre du grand autel, et occupe une surface oblongue (3,50 m en direction N/S, 1,20 m en direction E/O) ; il se compose de pierres calcaires, noircies par le feu, atteignant une hauteur de 0,40 m. Le matériel (Loc.cit. supra) est très fragmentaire et comprend de nombreux fragments de céramique corinthienne mêlés à de la céramique “rhodienne” (Gabrici 1927, col. 308-309 et pl. LXXXI à LXXXIV ; ces types de céramique sont maintenant attribués à différents centres de production de la Grèce de l'est, dont Samos, Milet et Rhodes : Blinkenberg 1931, p. 280 et pl.45-46 ; Cook 1966, p. 118 sqq ; Céramiques de la Grèce de l'Est 1978, p. 99-103. Les fragments provenant du sanctuaire de la Malophoros sont attribuables au “Late Wild Goat Style” et datés entre 600 et 570) et des fragments de statuettes-alabastres “rhodiennes” (Higgins 1967, p. 30 sqq et pl. 13-14 : ces types sont attribuables à l' “Aphrodite Group” dont les produits sont diffusés à partir de 575 environ).
L'autel n°5 est constitué de pierres atteignant dans l'ensemble une hauteur de 0,30 m et présentant d'évidentes traces de feu, des morceaux de bois brûlé et des os d'animaux ; l'amas de pierres s'étend sur 2,25 m de long en direction nord-sud. La fouille de ce foyer n'a fourni que des fragments de céramique corinthienne calcinés.

26 Qui concède 1,50 m environ supplémentaire à l'espace séparant la façade est du mégaron de l'aire sacrificielle.

27 Il suffit d'observer l'absence totale de traces de chaînage des murs sud et de l'angle nord-est du mégaron avec la structure (fig. 4 et 5) alors que la façade est du mégaron et ses longs côtés sont solidement ancrés.

28 Gabrici 1927, col. 70-71 et fig. 37.

29 Gabrici 1927, col. 71-72 et fig. 40-41.

30 Cependant, la superposition des deux plans conserve un espace ouvert, suffisamment grand (1,50 x 2,70 m) pour y perpétuer, par exemple, un jardinet d'arbres fruitiers consacrés à la déesse.

31 Journal de fouilles 1923, 1er Juin ; Gabrici 1927, col. 162, fig. 95 et pl. XXIII, 1-1 a : grande lampe semi-circulaire de marbre ornée d'une protomé féminine (1. 21,7 cm). Pour la datation entre la fin du VIIe et le début du VIe siècle av. J.-C. : Gabrici 1924, p. 9 et pl. II, 1-la ; Vallet-Villard 1964a, p. 30-31 ; Tusa 1984a, p. 133 n.

32 E. Gabrici la trouve en effet aussi bien à l'extérieur du second temple, entre le mur est du pronaos et le mur est du “téménos primitif” (fouille du 13 Janvier 1923), que dans l'espace où le pronaos se superpose au “téménos primitif” (fouille du 1er au 10 Juin 1922, du 29 Mai 1923, des 10-11 Juin 1923) et même, semble-t-il, dans son sondage du 4 Juin 1923 dans l'angle sud-est du naos du temple.

33 Journal de fouilles 1923, 3 Juin.

34 Quelques exemplaires de vases corinthiens issus des fouilles de 1923 sont illustrés par Gabrici 1927, pl. LXXXVII, 1-2-4-6-7-8-11 ; nous avons pu relever, dans la liste du matériel : 65 aryballes globulaires, 18 alabastres, 53 cotyles (skyphoi), 42 couvercles, 2 pyxides et 1 amphoriskos, plus les fragments.

35 Journal de fouilles 1923, 29 Mai ; il s'agit vraisemblablement d'une coupe du type de Siane, daté du second quart du VIe siècle av. J.-C., ou de l'atelier des petits maîtres, du milieu du VIe siècle av. J.-C. environ.

36 Cet oiseau est décrit comme « une grosse caille » (L : 18 cm) : la forme doit être celle de la colombe.

37 Journal de fouilles 1922, 1 au 10 Juin ; Ure 1934, p. 75 n° 105, 1 et pl. X : un exemplaire provenant d'une tombe datée au milieu du VIe siècle av. J.-C. ; Thera II, p. 28 ; Clara Rhodos HI, Ialysos, tombe 200, p. 36 n°16 et fig. 20 ; Ducat 1966, p. 100 et pl. XIII, 7 et 8, propose une datation vers 560 500 av. J.-C.

38 Journal de fouilles 1922, 1 au 10 Juin ; Ure 1934, p. 71 et pl. XVII : « late archaic ». Les petites tortues de terre cuite figurent fréquemment dans les sépultures d'enfant : Clara Rhodos III, p. 124 et 134 ; Clara Rhodos IV, p. 159, 210 et 140 ; Thera II, p. 76-77 et 125.

39 Journal de fouilles 1923, 19 Mai ; E. Gabrici n'illustre pas cette pièce et sa description ne permet pas de savoir s'il s'agit d'un vase plastique similaire à celui de Tarente (Lo Porto 1962, fig. 19 a), daté vers 560-550 av. J.-C., ou s'il s'agit d'une figurine semblable à celles de Camiros (Clara Rhodos IV, p. 140 et 210, sép. LIV) datées au VIe siècle.

40 Pour le vase plastique à forme d'oiseau : Journal de fouilles 1923, 29 Mai ; cette forme peut être attribuée au Corinthien moyen et récent. Pour le vase coquillage : Journal de fouilles 1922, 1 au 10 Juin ; Gabrici 1927, col. 343 et pl. LXXVIII, 9 ; pour sa datation : Ducat 1966, p. 140.

41 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier ; Ducat 1966, p. 142 sqq et pl. XXI, 3, où ces exemplaires sont datés entre 590 et 570 av. J.-C. ; Ure 1934, p. 72 n° 18.264 et pl. XVII, datée « late archaic ».

42 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier et 29 Mai 1923.

43 Gabrici 1924, p. 11 et pl. IV, fig. 2, 3, 5 et 10 (les mêmes pièces sont illustrées dans sa monographie, pl. XXXVII, 1, 4, 8 et 3), puis pl. IV fig.6 ; les cinq statuettes proviennent des fouilles de 1922. Les fouilles de 1923 ont restitué deux statuettes illustrées dans Gabrici 1924, pl. IV fig. 7 (= Gabrici 1927, pl. XXXVII, 6) et fig. 9 ; celles-ci peuvent donc appartenir au dépôt du téménos ou bien au niveau de fréquentation exploré dans les tranchées à l'intérieur du mégaron. Faedo 1970, p. 28-34 et pl. I à III, a étudié les trois statuettes illustrées par Gabrici 1924, pl. IV fig. 2, 5 et 9.

44 Gabrici 1927, pl. XXXVII, 2 ; Vallet-Villard 1964a ; Cassimatis 1982, p. 447-464.

45 Gabrici 1927, col. 209 et pl. XXXVII, 7 ; Stillwell 1953, p. 67 et pl. 19 (datation : 625 à 575).

46 Les statuettes dont E. Gabrici indique la provenance (fouilles de 1923) sont illustrées dans Gabrici 1927, col. 210 sqq et pl. XXXVIII, 7-9, pl. XXXIX, 8, pl. XL, 2-8 et pl. XLI, 6 ; col. 213 et fig. 110 ; col. 243 et pl. XLV, 1-la, pl. LI.

47 Journal de fouilles 1923, 6 Juin, n° 131 ; un exemplaire analogue provient du sanctuaire de Bitalemi à Géla : Orlandini 1966, p. 25 et pl. XIX, 1.

48 Gabrici 1927, pl. XXXIX et XL ; parmi les statuettes de ce type, conservées dans les réserves du Musée de Palerme, nous avons relevé trois statuettes portant au revers les dates du 6 et 11 Juin 1923, ce qui indique leur provenance de la fouille du dépôt (n° inv. SM Pal Τ 2805 : Gabrici 1927, pl. XL, 8 ; SM Pal Τ 2814 et Τ 2816). Douze autres statuettes analogues sont citées dans le Journal de fouilles de Janvier 1923 (n° 14 et 15) et du 29 Mai au 10 Juin 1923 (n° 32, 127, 128, 130, 191, 235, 236, 256, 265, 281).

49 Les statuettes composaient un dépôt scellé par une couche d'argile et daté entre 575 et 550 av. J.-C. : Orlandini 1966, p. 24 sqq et pl. IX, 2. L'étude du matériel provenant du sanctuaire de Déméter à Catane a confirmé cette datation : Rizza 1960, p.256-257 et fig. 21.

50 Higgins 1967, p. 30 sqq et pl. 13-14 ; Gabrici 1927, pl. XXXVIII, 2, 3, 7 et 9 : plusieurs statuettes debout, les bras le long du corps, sont citées dans le Journal de fouilles du 29 Mai et 10-11 Juin 1923 (n° 125, 132, 255, 257, 260). Faedo 1970, p. 38-39, reconnaît une forte analogie entre la statuette illustrée par Gabrici 1927, pl. XXXVIII, 9, et le modèle des statues d'Omithe et de Philippe de la base de Génélaos (datées par Boardman 1978, vers 560-550 av. J.-C.). Deux statuettes tenant un oiseau sont inventoriées le 10 Juin 1922 (n° 250 et 251) ; pour leur datation : Lo Porto 1962, p. 159 n° 8 et fig. 13 (vers 560-550 av. J.-C.). Enfin, E. Gabrici cite une statuette debout découverte le 29 Mai 1923 (Gabrici 1927, col. 243 et pl. XLV, 1-la) ainsi qu'une figurine provenant des couches du mégaron (Gabrici 1927, col. 300 et pl. LI) : il s'agit toujours de produits d'importation ; l'iconographie du visage de la seconde rappelle celle de la Koré de Lyon, datée par Boardman 1978, vers 540 av. J.-C.

51 Journal de fouilles 1923, 11 Juin n° 269 ; GABRICI 1927, pl. XL, 2. Pour la datation ; Higgins 1954, p. 57 et note 1 (jusqu'à la fin du VIe siècle).

52 Gabrici 1927, col. 210 et pl. XLI, 6 ; Higgins 1954, p. 314 et pl. 158 : statuette-alabastre de cavalier datée au milieu du VIe siècle av. J.-C. environ ; cette figurine rappelle le cavalier Rampin de datation analogue.

53 Journal de fouilles 1923, 29 Mai et 10-11 Juin, n° 133, 266 et 268 ; Gabrici 1927, pl. XLI, 2. Pour la datation : Higgins 1967, p. 30 sqq, « Aphrodite Group » ; Lo Porto 1962, tombe 10, p. 166 et fig. 21-24 (vers 550-540 av. J.-C.).

54 Journal de fouilles 1922, 10 Juin, n° 267 ; pour la datation : Ure 1934, p. 70 n° 112.76 et pl. XVII (« late archaic ») ; Orlandini 1966, pl. XX, 2 (début couche 5 : vers 575-550 av. J.-C.).

55 Uhlenbrock 1989, p. 38-40 ; Croissant 1983, p. 6. Pourtant, la superficie de la couche 5 du sanctuaire de Bitalemi à Géla a restitué des protomés : on se souvient que P. Orlandini date cette couche entre 575 et 550 av. J.-C.

56 Le catalogue des protomés provenant du sanctuaire de la Malophoros est en cours et les journaux de fouilles ne donnent que des indications de mesures : le 13 Janvier 1923, H des protomés : 11,8 cm, le 10 Juin 1922, des protomés de diverses dimensions, les fragments trouvés en Juin 1922 sont décrits comme présentant en majorité des traces de couleur rouge. La présence de ces protomés dans le dépôt votif du téménos n'est certainement pas casuelle : leur nombre s'élève en effet à 22 pièces sans compter les fragments (le dépôt a restitué 53 statuettes plus des fragments).

57 Leur typologie sera davantage précisée lorsque les innombrables lampes conservées dans les réserves du Musée de Palerme seront cataloguées.

58 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier, n° 74 ; cette lampe est citée parmi les objets en terre cuite, toutefois, il pourrait s'agir de la lampe en pierre illustrée par GABRICI 1927, col. 164 et pl. XXIII, 2 (indiquée comme provenant des fouilles de 1923) ; la lampe est ornée d'une protomé féminine et datée de la fin du VIIe siècle av. J.-C. par Tusa 1984a, p. 133-134 n° 44.

59 Cf. supra note 18, mais aussi Bailey 1975, p. 294317 et pl. 118125 (du milieu du VIe siècle au premier quart du Ve siècle av. J.-C.). La description de la fouille du téménos donne une indication supplémentaire : « alors que, près du mur du temple de troisième phase, là où la couche est interrompue, le dépôt est moins riche en objets et abonde en lampes à mésomphalos » ; il peut donc s'agir d'un dépôt votif de fondation du temple et, en conséquence, les lampes seraient de datation légèrement plus récente, c'est-à-dire en accord avec celle proposée par D.M. Bailey.

60 La forme tronco-pyramidale des pesons n'est précisée qu'une seule fois dans les journaux de fouilles.

61 Cf. supra note 18 ; Di Vita 1956 ; à Athènes, à l'époque archaïque, les pesons sont de forme pyramidale, puis conique, tandis que, à Corinthe, la forme conique est attestée dès le VIIe siècle av. J.-C.

62 Orlandini 1953 : l'auteur attribue aux pesons une valeur essentiellement rituelle et s'oppose à la thèse de Orsi 1906, p. 678, qui les interprète comme des objets à double fonction, d'usage commun et votif, et à celle de Pace 193549, pour qui les pesons sont des oscilla. Di Vita 1956, refuse la thèse de P. Orlandini et considère les pesons comme des objets d'usage artisanal.

63 Journal de fouilles 1923, 13 Janvier ; Gabrici 1927, col. 377 et fig. 177.

64 Journal de fouilles 1923, 2 Juin ; Gabrici 1927, col. 377 et fig. 174. Pour la datation : Lo Porto 1962, tombe 85, p. 202 et fig. 180-182 (vers 575-550 av. J.-C.).

65 Journal de fouilles 1922, 1 au 10 Juin ; Gabrici 1927, col. 378 et fig. 178.

66 Cf. supra, note 19.

67 Gabrici 1927, col. 381 n° 3 et pl. XCVII, 4.

68 Jeffery 1961, p. 270 n° 31 et pl. 52 ; Manni Piraino1970, p. 279.

69 Guarducci 1959-60, p. 274-275.

70 Gabrici 1927, col. 21 et suiv.

71 Gabrici 1927, col. 53 et suiv. ; col. 137 et suiv. ; col. 153-154, fig. 78-79.

72 Les journaux de fouilles citent en réalité deux grands « stamnoi », mais il est vraisemblable qu'il s'agit plutôt de pyxides à parois convexes et anses verticales : Payne 1931, p.307 (datation : vers 580/570 av. J.-C.).

73 Les skyphoi sont attribuables au Corinthien moyen : deux fragments sont illustrés par Gabrici 1927, col. 317 et 319, pl. LXXXIV, 4 et LXXXVI, 6. Pour la datation : PAYNE 1931, p. 309 et pl.33, 1 (vers 580/570 av. J.C.) ; Lo Porto 1959-60, p. 143 et fig. 120 (complexe n° 67).

74 Gabrici 1927, col. 318 et pl. LXXXV et LXXXVI, 10 ; PAYNE 1931, p. 339, date cette pyxis au Corinthien moyen tardif (vers 575 av. J.-C.).

75 Gabrici 1927, col. 314 et fig. 133.

76 Les listes de matériel citent 50 statuettes-alabastres et 38 figurines, ce qui suggère qu'il s'agit encore de produits importés.

77 Higgins 1967, p. 30 sqq et pl. 13-14 : les statuettes de l' “Aphrodite Group” sont datables entre 575 et 500 av. J.-C. L'étude et le catalogue des terres cuites du sanctuaire de la Malophoros sont en cours de publication et permettront d'affiner la chronologie des pièces par le biais de confrontations avec des figurines analogues provenant de contextes bien datés, comme par exemple la nécropole de Tarente : Lo Porto 1960, p. 174 et fig. 151 (complexe 78 : statuette-alabastre, vers 575 av. J.-C.) ; Lo Porto 1962, p. 156 et fig. 6 a (complexe n° 3 : sirène, vers 580-560 av. J.-C.), p. 158-159 et fig. 13 (complexe n° 7 : statuette-alabastre, vers 550 av. J.-C.), p. 162 et fig. 17 (complexe n° 8 : statuette-alabastre, vers 550 av. J.-C.). L'étude stylistique des statuettes peut également apporter quelques indications de chronologie : Faed 1970, p. 34 à 42.

78 Higgins 1967, p. 30 et pl. 12 : les produits du “Gorgoneion Group” sont datés jusqu'à la moitié du VIe siècle av. J.-C. environ. Des types analogues provenant de complexes funéraires de la nécropole de Tarente confirment une datation entre 580 et 550 av. J.-C. : Lo Porto 1959-60, p. 103 et fig. 79c-81 (complexe n° 50 : Acheloos), p. 127 et fig. 100-101 (complexe n° 61 : Acheloos et un guerrier casqué), p. 131 et fig. 103 (complexe n° 63 : canard), p. 202 et fig. 180 (complexe n° 85 : un buste féminin associé à une statuette-alabastre assise) ; Lo Porto 1978, p. 134 et pl. LXIV-LXV, fig. 7-8.

79 Ducat 1966, p. 110-112 ; contra, Lo Porto 1962, p. 153 et fig. le (complexe n° 1 : une protomé de cheval attribuée aux ateliers rhodiens et datée vers 570 av. J.-C.).

80 Une seule de ces statuettes est citée par Gabrici 1927, p. 243 et pl. XLV, 2.

81 Il s'agit à nouveau fort probablement de statuettes importées appartenant au groupe d'Aphrodite : en effet, le contexte général de ce dépôt accrédite l'hypothèse d'une présence massive de produits coroplastiques importés ; au sanctuaire de Bitalemi à Géla, la stratigraphie du dépôt votif a permis de fixer au milieu du VIe siècle av. J.C. environ les débuts de la production coroplastique locale : Orlandini 1966, p. 21 (couche 4b) et p. 24 (couche 5 : produits importés). Parmi les statuettes de ce type, conservées dans les réserves du Musée de Palerme, une figurine assise porte au revers la date du 13/2/1925 : elle provient donc de ce dépôt et nous la tenons, de par sa qualité et son argile, pour un produit d'importation.

82 Il s'agit sans doute de statuettes analogues aux types illustrés par Gabrici 1927, pl. XXXVIII.

83 Gabrici 1927, col. 370 et fig. 163 ; de type analogue : Himera II, p. 181 et pl. XXVIII, 5 : E. Joly associe ce type à la forme Corinth type II (Broneer 1930) datée à partir de 575 av. J.-C.

84 Cf. supra, p. 14-17.

85 Gabrici 1927, col. 62 et suiv. ; Patricolo 1889, p. 254 ; Salinas 1898, p. 258-260 ; Journal de fouilles 1926, 25 Juin au 9 Juillet.

86 Gabrici 1927, col. 73 ; Gabrici 1956, col. 238 à 246 ; Journal de fouilles 1920, 26 Avril et 1924, 10-11 Juin.

87 En effet, le mur qui sépare les deux téménos, d'Hécate et de la Malophoros, et le mur sud de péribole sont concontemporains : Gabrici 1927, col. 73.

88 Les Propylées furent exhumés plutôt que fouillés en 1874 par F. Cavallari ; Gabrici 1927, col. 8 et suiv.

89 Patricolo 1889, p. 253-257.

90 Le 13 Avril 1889 : Patricolo 1889, p. 254.

91 Cavallari 1874, p. 8.

92 Patricolo 1889, p. 254 ; Gabrici 1927, col. 380 et suiv.

93 Gabrici 1927, col. 87.

94 Patricolo 1889, p. 254.

95 Gabrici 1927, col. 120.

96 Gabrici 1920, p. 71.

97 Gabrici 1927, col. 123.

98 Journal de fouilles 1915, 19 et 22 Avril.

99 Patricolo 1889, p. 254 ; Salinas 1894, p. 207-208.

100 Gabrici 1920, p. 71.

101 Journal de fouilles 1915, 17-19 Avril.

102 Journal de fouilles 1915, 10 Mai ; Journal de fouilles 1918, 2 Mars.

103 Gabrici 1927, col. 16 et suiv.

104 Dehl - Dewailly 1986, p. 53 et suiv. (M. Dewailly) ; 59 et suiv. (C. Dehl, M. Dewailly).

105 Parisi Presicce 1984, p. 81-89.

106 Gabrici 1927, col. 17-18.

107 Journal de fouilles 1922,21 Mai : à l'intérieur du téménos de Zeus Meilichios, présence en profondeur d'un mur est-ouest parallèle au mur nord, qui continue au-delà de l'intersection avec le mur est. Au même niveau, un mur en grand appareil part du mur est et se dirige vers l'est pendant une dizaine de mètres, avant de tourner à angle droit vers le sud.

108 Gabrici 1927, col. 382 et suiv. ; Journal de fouilles 1915, 23 Mars au 11 Avril : la stèle n° 293 (Gabrici 1927, col. 382 n°4 et pl. XCVII, 1), la defixio n° 314 (D : 4 cm) prononcée contre Selinuntios, ses amis et deux femmes, Timaso e Tyrrhana (Gabrici 1927, col. 385-386 n° 12 et fig. 180) et datée par Jeffery 1961, p. 271 n° 38 a, à partir de 500 av. J.-C. Journal de fouille 1919 17 Mars au 7 Juin : la stèle offerte à Meilichios de la part de Kleulidas (Gabrici 1927, col 382 n° 5 et pl. XCVII, 2), la devotio inscrite sur une lamelle de plomb d'une liste de défunts (Gabrici 1927, col. 396 n° 18 et fig. 186).

109 Journal de fouilles 1919, 18 Novembre au 18 Décembre : les stèles n° 19, 20 et 21 (Gabrici 1927, col. 157158 et fig. 94). Autour de la stèle n° 19, furent déposés un poignard et une hache en fer, deux petites olpés, cinq coupes, une lampe et une monnaie de bronze ; la stèle n° 20 est entourée de quelques fragments de terre cuite et d'os d'animaux et, autour de la stèle n° 21, fut trouvé un groupe de petits vases noircis par le feu, deux cothons et une olpé ; une defîxio en deux fragments (Gabrici 1927, col. 388 n° 13 et fig. 181).

110 Journal de fouilles 1920, 15 Mars au 28 Mai : le 19 Mars, E. Gabrici met en évidence l'assise supérieure de l'autel, sur laquelle reposent trois plaques posées de champ. Cf. Tusa 1984b, p. 11-15.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de Sélinonte
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 2. “Autel primitif” - Fouilles 1926. (Sopr. Antichità Palermo n. 5773).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3. Le “grand autel” : localisation des secteurs des fouilles de Gabrici.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 4. Le “premier mégaron” et le “téménos primitif’
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 5. Le “premier mégaron” - Fouilles 1923. (Sopr. Antichità Palermo n. 5752)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 6. Mur est du “téménos primitif” vu du sud. (Sopr. Antichità Palermo n. 5751)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 7. Le “premier mégaron” et le “téménos primitif” : localisation des secteurs des fouilles de Gabrici
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 8. Plan du sanctuaire : A : le “premier mégaron”, le “téménos primitif” et le temple de la Malophoros. B : le “grand autel”. C : la canalisation. D : le téménos d’Hécate. E : les propylées. F : le téménos de Zeus Meilichios. G : le “champ de stéles” et l’autel “à trois bétyles”.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 9. Secteur II vu du nord Fouilles 1925. (Sopr. Antichità Palermo n. 1580)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 10. Fouilles de Patricolo - 1889. Mur du péribole sud. (Sopr. Antichità Palermo n. 5647)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 11. Propylées (Sopr. Antichità Palermo n. 12272).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau récapitulatif du matériel votif des fouilles anciennes de la Malophoros de Sélinonte
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 12. Champ de stèles à l’ouest du téménos de Meilichios - Vue de l’ouest - Fouilles 1920. (Sopr. Antichità Palermo n. 5764).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1691/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable