Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le lébès à anses dressées italiote à travers la collection du Louvre

 | 
Hélène Cassimatis

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette étude la conclusion portera sur les deux aspects essentiels : la forme et Γ iconographie.

2En ce qui concerne la première, la recherche de son origine n’a pas complètement abouti. En revanche diverses filiations possibles sont apparues qui ancrent la forme au VIe s. avec ensuite plusieurs ramifications. Une dérivation directe à partir du lébès gamikos attique ne me paraît pas soutenable ; il semblerait plutôt que l’attique et l’italiote dérivent d’un modèle commun interprété par chacun à sa manière en conservant les éléments morphologiques fondamentaux, avec peut-être deux courants en Italie : l’un plus proche de l’attique, l’autre plus proche du corinthien.

  • 1 L. Bernabò Brea, M. Cavalier, Meligunis Lipàra II, La necropoli greca e romana nella contrada Dian (...)

3Un autre élément fondamental commun aux deux productions est la destination rituelle du récipient. L’existence en Italie méridionale et en Sicile de deux sortes de lébétès de forme identique, l’un à vernis noir ou sans vernis1 l’autre décoré, met en évidence cette fonction que les couvercles des exemplaires peints accentuent fortement.

4L’analyse de l’iconographie quant à elle pose, on l’a vu, des problèmes redoutables.

  • 2 Celles du catalogue de Genève (Aellen 1986) méritent d’être citées en exemple. Mais voir les référ (...)

5Plusieurs études se sont attachées à son interprétation, remarquables et souvent éclairantes à beaucoup d’égards2. Notre propos ici se voulait un peu différent : non pas tant dans le but à atteindre que dans la manière d’y parvenir.

6C’est pourquoi nous avons estimé préférable de laisser tout d’abord aux descriptions et au discours interprétatif leurs approches traditionnelles avant d’entamer une autre approche : celle-ci devrait être expliquée avant d’être appliquée.

  • 3 La même méthode appliquée à d’autres formes de vases et à des imageries différentes donne des résu (...)

7Dans l’analyse traditionnelle, on commence en général par la fin : l’interprétation. On dira donc “scène de gynécée“, “Éros”, “scène amoureuse”, “toilette de la mariée”, etc. : on crée ainsi des séries avec des libellés qui ne sont pas nécessairement pertinents. On est certes fatalement amené à instituer des séries (que nous nommons “thèmes”) pour classer les représentations, mais elles devraient être le moins contraignantes possible. Nous avons donc voulu inverser le processus en banalisant les situations représentées et en énumérant les signes avec leurs relations3.

8La masse des images est énorme ; il en paraît constamment de nouvelles et beaucoup sont encore mal connues ou inconnues. Fort heureusement le nombre des nouveaux lébétès n’augmente pas au rythme des pélikés ou des cratères. Les thèmes iconographiques restent assez constants. On se rend compte cependant, après une certaine familiarité avec les imageries, que thèmes et sujets ne se constituent pas en domaines, réservés à certains modèles de vases. On peut même dire que rares sont ceux qui ne se trou vent pas sur plusieurs types de récipients ou qui sont absents de certains : le cas des représentations explicitement funéraires (telles que les scènes autour de stèles ou de naiskoi) absentes des lébétès est un exemple éclairant.

9La situation exige de parvenir à maîtriser les données autant que faire se peut. Les nombreuses tentatives (celle-ci, qui n’en est qu’une parmi d’autres, a pour ambition et prétention de commencer par simplifier avant de compliquer) n’ont pas réussi à le faire jusqu’à présent. Il faudra bien pourtant aboutir un jour à des sortes de grilles des schémas iconographiques. Non pas seulement pour arriver à une meilleure répartition des sujets mais à une meilleure compréhension des séries et des scènes.

  • 4 Parmi les ouvrages actuels ceux de J. de Romilly et de J.-P. Vernant qui ont abordé les Grecs non (...)

10Malgré un travail considérable sur l’iconographie de l’art grec, nous nous trouvons encore à ce jour très loin d’avoir compris son langage. Nous l’abordons probablement à partir d’un faux a priori : nous croyons, parce que ses images sont proches des nôtres, qu’il utilise aussi un idiome identique. Or les signaux qu’il émet sont différents. Ce qui atteint nos yeux et notre oreille mentale provient d’une autre pensée. Une pensée, une façon de vivre, une philosophie existentielle en somme, que des générations de savants ont essayé de percer et de comprendre4 mais elles sont si extérieures à nous que leur exégèse a encore de beaux jours devant elle. En ce qui concerne Γ iconographie précisément nous restons encore à la surface de la réalité.

  • 5 Cf. Schmidt 1975.

11On a invoqué pour l’Italie, d’une manière générale, la forte influence de courants tels que le pythagorisme et l’orphisme5. Il y en eut d’autres vraisemblablement qui restent à découvrir et à évaluer, provenant des cultures locales. La culture étrusque et sa fascination pour la mort (ou l’importance qu’elle lui a accordée) a pu également jouer en profondeur et agir sur les comportements. Il me semble que ces trois courants indigène, étrusque, grec, sont responsables à des degrés divers, et selon les régions, de la formation de ce quatrième groupe dit de Grande Grèce. On ne s’explique pas son iconographie sans tenir compte de ces composantes et de ces arrières-plans, dont des arrières-plans historiques habituellement laissés de côté. L’apparition du lébès à anses dressées ou celle de certaines scènes (je pense aux représentations de naiskoi en Apulie vers la fin du premier quart du IVe s.) peut fort bien refléter une réalité historique et des besoins en accord avec elle.

12Les images des vases font partie d’un réseau complexe, d’autant plus que les multiples allusions à des rites symbolisés par la phiale nous obligent à considérer les champs iconiques comme des espaces ritualisés. On remarquera d’ailleurs que la phiale sert surtout à présenter des offrandes, rarement à effectuer des libations. On la garnit de fruits, de gâteaux, d’œufs ( ?) pas toujours reconnaissables et réduits le plus souvent à des objets ronds ou oblongs, pour nous anonymes. On peut se demander si ces denrées sont effectivement spéciales et propres à certains rituels ou si ces boules blanches sont l’abréviation générique d’objets sphériques, gros et petits ; on les reçoit dans la main, on les prend sur les phiales et autres présentoirs, jamais personne n’en mange, mais dans l’iconographie classique tout est suggéré. Il en est de même des offrandes présentées sur des corbeilles : certaines sont identifiables comme des grenades, des œufs, d’autres seraient des gâteaux ronds ou de forme pyramidale (ces derniers ne sont pas des phalloi mais de la famille de la “pyramis” des lexicographes) qui voisinent quelquefois avec des aryballes. D’autre part, les autels et piliers sur lesquels figurent également ces offrandes donnent de la solennité à des ambiances qui auraient paru banalement quotidiennes sans eux.

  • 6 Théocrite, Idylle, 2 : Simaïtha pour faire revenir son amant agite elle-même le iynx. Cf. G.W. Nel (...)

13La présence du génie masculin, ou de femmes tenant le iynx (qui ne caractérise pas nécessairement Aphrodite elle-même mais signale plutôt quelqu’un de son entourage ou de son obédience, ou indique le contexte) ne suffit pas à donner à ces images un autre statut que celui d’aimables tableautins6. Mais s’ils sont aimables ils ne sont pas anodins.

14Bien que toutes les scènes, à peu de chose près, renvoient à des rituels, ces derniers ne sont pas tous de même ordre ni au même niveau, les scènes non plus. Celles où se manifeste la présence de la phiale, de la corbeille avec des offrandes, de l’autel ou du pilier, sont à situer sur un autre plan que celles où ces éléments manquent. C’est ce que mettent en avant les grilles des schémas et leur analyse syntaxique. Les diverses séries d’images connotent des situations et des moments, ou des événements différents. Nous ignorons lesquels et n’en connaissons que leur sténographie ; seuls nous parviennent des signes allusifs.

15Le langage pictural des vases italiotes est à l’évidence tout différent du même langage attique. Sa différence tient non seulement aux courants hétérogènes qui l’ont engendré, mais également à son atomisation. Dans un répertoire de signes identique pour tous, dans un corpus de schémas utilisés d’un bout à l’autre de ce monde italiote, chaque groupe producteur pratique sa propre sélection : il élimine ce dont il n’a pas besoin et crée les combinaisons qui lui sont nécessaires.

16Un coup d’œil rapide sur les listes présentées ici suffit à prouver combien, par exemple, le rôle du génie masculin ailé est important pour le peintre apulien et paestan, alors que les autres productions en font moins souvent leur personnage principal ; que les lébétès paestans font davantage appel au satyre et au chapelet de boules, plus rares, voire absents ailleurs.

  • 7 Cassimatis 1987, 75-84.

17A quoi servaient les lébétès à anses dressées peints italiotes (et par extension les autres récipients de Grande Grèce) ? Dès les premiers exemplaires on se rend compte que leur iconographie n’a rien de commun avec celle des lébétès gamikoi attiques de même époque. On remarque aussi que le lébès italiote n’a pas d’imagerie propre. Le thème par excellence qui aurait pu lui convenir, celui des amants enlacés sur un lit ou sur une chaise, ou s’attirant l’un vers l’autre, ne lui est pas spécifique : ces images décorent également pélikés, lécythes, cratères à volutes7. De sorte que les représentations à contenu érotique évident, dont certaines pourraient faire allusion au mariage, ne sont pas réservées au vase qu’on a jusqu’à présent voué aux noces en le qualifiant de “gamikos”. La diversité de son iconographie indique un autre rôle que celui-là. D’autre part les références au monde funéraire ne sont pas rares.

18Cette série d’observations paraît justifier l’élimination du qualificatif “gamikos”. Est-ce à dire que le vase avait une fonction funéraire ? Il en avait une selon toute probabilité mais qui n’était pas la seule. En sa qualité de vase rituel il participait aux cérémonies importantes qui rythmaient les changements majeurs de l’existence humaine. Ses liens avec la sexualité sont indéniables, comme le sont ceux avec la mort.

  • 8 J.P. Vernant, Inde, Mésopotamie, Grèce : trois idéologies de la mort. In : L’individu, la mort, l’ (...)

19Le cas du lébès lucanien illustré de la stèle de Sophôn est exemplaire à cet égard. Ce récipient, surtout son image, est une commande spéciale pour un individu particulier à l’occasion de son changement d’état et de statut lors de son passage de vie à trépas. Cette transformation confère à tout être une nouvelle réalité physique et un nouveau statut, celui de mort8 son appartenance sociale dans le monde des vivants est précisée, c’est un guerrier et il le restera dans l’au-delà. Nous ne savons pas si Sophôn reçut en son temps un autre lébès lors d’un autre passage moins dramatique. Celui-ci en tout cas le concerne en tant qu’adulte confirmé et a été utilisé pour son transfert dans un ailleurs radicalement différent. Mais si on retient l’hypothèse selon laquelle le lébès constituait le cadeau-souvenir donné à l’âge charnière, lorsque le jeune quitte l’enfance et va entamer sa vie d’adulte, alors “Sophôn” n’aura peut-être pas eu le temps d’accomplir la tâche à laquelle la société le destinait.

20Les liens du lébès à anses dressées avec l’Hadès sont attestés par la présence sur ses parois de Sirènes et de Sphinx dont la série témoigne de vases prêts à servir aux funérailles.

21Un autre objet, le miroir, attire l’attention par sa fréquence dans les contextes les plus divers : ce n’est pas un accessoire féminin comme le veut l’opinion courante. L’étude que j’ai entreprise à son propos permettra, je l’espère, d’élucider quelques difficultés et de résoudre des problèmes.

22Le lébès à anses dressées est un vase rituel : sa forme, ses anses, son couvercle, jusqu’au décor plastique de son épaule le prouvent.

  • 9 G. Schneider-Herrmann, Spuren eine Eros-Kultes in der italischen Vasenmalerei. BABesch, 45, 1970, (...)
  • 10 L’article Eros dans LIMC III avait soulevé la question à la lumière des nombreuses représentations (...)

23Cela expliquerait la présence si fréquente dans son iconographie des instruments du culte comme la phiale, les corbeilles avec des offrandes, celle du satyre et du génie masculin, personnages participant des mondes divins et humains dont ils transgressent et abolissent les frontières, tout comme ils passent d’un domaine à un autre. L’un n’est pas uniquement dionysiaque, ni le second uniquement érotique : si on s’en tient à ces distinctions et si on veut les enfermer dans des domaines bien circonscrits (que nous ne connaissons d’ailleurs pas), on se heurte à des impossibilités de lecture. Leur rôle nous échappe encore, celui du satyre (dans l’iconographie paestane en particulier) autant que celui du génie. Ils sont tous deux des messagers et je ne crois pas à un culte d’Éros comme cela a été proposé9. Eros symbolise Aphrodite, personnifie son pouvoir, mais aussi un concept que nous nommons amour, sans savoir si la notion que nous en avons correspond à celle de l’époque. D’autre part, nous avons pris l’habitude de nommer spontanément Eros tous les génies ailés qui apparaissent dans ces imageries : c’est une extrapolation à partir de quelques scènes (et de l’iconographie attique) et la question demande à être cernée d’un peu plus près10.

  • 11 Sur un vase de Ruvo 1535 (Trendall-Cambitoglou 1978, 399, n° 25), le jeune homme assis est accosté (...)

24Comment se fait-il alors que l’imagerie se préoccupe tant du jeune homme, non pas dans des circonstances pouvant suggérer le mariage, mais pour lui-même, en dehors de tout contexte apparent d’accordailles ? Les exemplaires du Louvre l’ont montré et une grande partie des vases connus ont pour sujet central un homme très jeune entouré de femmes qui s’occupent de lui et lui présentent des objets, en l’interpelant11. La fréquence de ces représentations est grande : elles témoignent du rôle de la femme, non comme l’objet des soins prodigués, mais comme l’objet les prodiguant. On s’attendrait à ce que les récipients soient répartis entre les tombes féminines et masculines selon leurs scènes, puisque leur fonction rituelle ne fait pas de doute, à supposer que celles-ci contiennent véritablement un “message”. Actuellement un tel présupposé, pour avoir de la valeur, devra attendre que soit mieux connue l’iconographie des vases en général, que les sujets soient mieux cernés. Car trop peu de représentations sont spécifiques d’une forme, dans la céramique italiote en tout cas. D’autre part, le lébès italiote, lui-même, ne figure pas dans les représentations comme c’est le cas pour le vase attique. Nous ne possédons pas d’image du contexte de son utilisation.

  • 12 G. Van Hoorn, Choes and Anthesteria. Leiden, 1951 ; M. Robertson, A History of Greek Art. Cambridg (...)

25L’analyse des images montre que les deux sexes étaient concernés. Elle conduit à voir dans ces récipients la marque d’un passage d’âge et d’état. Tout comme aux Anthéstéries attiques on offrait aux petits enfants des choes qui pouvaient devenir des offrandes funéraires12 on offrait un lébès historié aux jeunes filles et aux jeunes garçons probablement à leur puberté — vers seize ans ? — qui est également l’âge des amours possibles et où le mariage peut être envisagé. Les garçons sont en effet très jeunes, ont les cheveux courts ceints d’un bandeau, quelquefois d’une couronne et ont rarement une arme. Leur accoutrement ne peut pas servir de critère distinctif : ils sont nus, une draperie sur le bras ou alors drapés dans un grand manteau. C’est le contexte, leur environnement, les objets qu’ils tiennent et la variété des couronnes qu’ils portent, qui donnent des renseignements. Les femmes très jeunes sont rares et uniquement dans les scènes où elles sont le sujet principal comme ailleurs le garçon ; la plupart sont sorties de l’adolescence depuis longtemps, ce sont des femmes et non des adolescentes. Elles conduisent en général les rites, qui s’adressent peu à elles personnellement. En outre elles sont toujours vêtues quand elles tiennent la phiale, sauf dans les imageries siciliennes, qui, nous l’avons dit, sont à classer à part.

  • 13 Taras. VII, 1,2, 1987, 120, pl. XXXIV,2 ou encore CVA Capoue, pl. 3 (1976) 4 et 7 et pl. 6(1979), (...)

26Ce récipient accompagnait les jeunes gens le long de leur existence dans leur nouvel état, qu’ils fussent époux, épouse (ainsi s’expliquerait sa présence parmi les offrandes du sanctuaire d’Héra à Paestum, ainsi que la présence d’Éros ou d’Aphrodite et du iynx), ou cadavre : vase personnel, il les suivait dans la mort. On comprend alors les sirènes et les sphinx qui les décorent parfois, et de nombreux autres signes comme les stèles ou autels, les jeunes gens emmitouflés dans leurs vêtements comme des apparitions, voyageurs venus d’ailleurs, les satyres officiants d’un rituel particulier. Ce qui en revanche demeure inexpliqué, c’est la fréquence de ces vases dans les sépultures féminines de préférence aux masculines dans certaines régions en tout cas ; on devrait probablement nuancer cette affirmation, de nombreux contextes restant inconnus et la plupart des vases ne peuvent être traités que comme des unités isolées. Enfin, il se pourrait que dans certains groupes le jeune homme soit accompagné par ce qui marque son appartenance au monde des andres plutôt qu’à celui des paides, un monde extérieur valorisant. Mais on ne les prive cependant pas de lébès comme en témoigne la présence de ce type de vase, non historié, dans leurs sépultures : par ex. celui de la T. 8 de Toritto13. On peut encore s’interroger sur le fait même de l’adoption et de l’utilisation du lébès à anses dressées : sa forme et son iconographie spécifiques au monde “grec” occidental l’apparentent à celui de la Grèce et dans le même temps le différencient de façon très nette. L’époque de sa production (sinon de son insertion) indique, si les calculs sont corrects, un courant artistique nouveau mais également une demande prête à le recevoir. Cette demande paraît avoir été limitée au début. Le besoin l’était-il aussi ? Autrement dit existait-il déjà sur place les conditions nécessaires à l’utilisation d’un tel récipient ou bien celui-ci arriva-t-il avec ceux qui l’utilisaient et leurs coutumes ? Il semble plus raisonnable de penser que le besoin existait d’un vase propre à certaines cérémonies pouvant servir à exprimer certaines étapes cruciales, puisque les différences qui le caractérisent sont perceptibles dès les premiers exemplaires. Il faudrait tenter de déterminer quel autre récipient il a pu remplacer et les contextes sociaux dans lesquels on le trouvait, puisqu’il n’a pas pris la place du lébès attique, rare en Italie, ni du point de vue formel, ni du point de vue iconographique. L’usage de ce lébès n’était pas une pratique universelle et devait se limiter à quelques groupes (assez nombreux tout de même) où on l’offrait traditionnellement à chacun des enfants d’une famille.

27Les images fournissaient à chaque expression cultuelle les motifs importants et significatifs, sans changer la fonction du lébès. Ses représentations concernent les deux pôles essentiels de l’existence, la sexualité et la mort : on aura eu le temps de connaître l’une mais on est à la merci de l’autre. Les ateliers proposent ce qui convient aux individus et aux familles qui pratiquent des cultes où de tels changements sont marqués, le récipient restant comme la trace matérielle, le témoin de ces transformations.

Notes

1 L. Bernabò Brea, M. Cavalier, Meligunis Lipàra II, La necropoli greca e romana nella contrada Diana. Palerme, 1965, pl. e,2 et LXXVII, 9 ; CVA Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, III. pl.3(147) 34 et 35 en pâte épaisse mais de même forme ; CVA Stuttgart, 1, pl. 65,11 ; CVA Copenhague, Musée National, 7, pl. 279(282)5 et 6 ; Musée National, 5, pl. 229,6. On trouve dans l’Etrurie des VIIe et VIe s. des vases en bucchero qui ne sont pas très éloignés du lébès par la forme générale : CVA Londres, British Museum, 7, pl. 23(455)12,13,15 ; CVA Coll. Costantini, Fiesole. On datera du VIe s. également certains vases “peucétiens” trouvés à Gioia del Colle : CVA Londres, British Museum, 7, pl. 4(459)5 et plus particulièrement 6 ; B. M. Scarfì, Gioia del Colle, (Bari). L’abitato peucetico di Monte Sannace. NSc, XVI, 1962, 1-288 pour la datation. Par ailleurs, la présence de lébétès non décorés dans des tombes féminines et masculines lucaniennes est désignée par M. Gualtieri, Two Lucanian burials from Roccagloriosa. In : Crossroads, 301-332 : l’auteur suggère la possibilité que ces vases aient été des récipients rituels pour des produits locaux, car ils se trouvent dans des tombes avec du “beau” matériel. D’autre part, plusieurs tombes masculines de Métaponte et des environs ont également livré des vases semblables exposés au musée. Enfin un article récent sur les composantes ethniques des colonies traite des mariages et de la présence de femmes indigènes et grecques : A.J. Graham, Religion, Women and Greek colonization. In : Centro Ricerche e Documentazione sull’Antichità classica, Atti XI, n.s.l, 198081. Rome, 1984, 293314. Cette étude pose à nouveau le problème des divers apports et on peut s’interroger sur celui des “aristocraties” indigènes où certains traits peuvent être dus à la présence de femmes d’origine grecque.

2 Celles du catalogue de Genève (Aellen 1986) méritent d’être citées en exemple. Mais voir les références bibliographiques données dans la partie iconographie.

3 La même méthode appliquée à d’autres formes de vases et à des imageries différentes donne des résultats assez satisfaisants.

4 Parmi les ouvrages actuels ceux de J. de Romilly et de J.-P. Vernant qui ont abordé les Grecs non seulement avec l’esprit mais aussi avec le cœur, peuvent se recommander de cet effort réussi.

5 Cf. Schmidt 1975.

6 Théocrite, Idylle, 2 : Simaïtha pour faire revenir son amant agite elle-même le iynx. Cf. G.W. Nelson, A Greek votive iynx-wheel in Boston. AJA, 44, 1940, 443-450.

7 Cassimatis 1987, 75-84.

8 J.P. Vernant, Inde, Mésopotamie, Grèce : trois idéologies de la mort. In : L’individu, la mort, l’amour. Soi-même et l’autre en Grèce ancienne. Paris, 1989, 113.

9 G. Schneider-Herrmann, Spuren eine Eros-Kultes in der italischen Vasenmalerei. BABesch, 45, 1970, 86-117.

10 L’article Eros dans LIMC III avait soulevé la question à la lumière des nombreuses représentations du catalogue mais sans pouvoir y répondre puisque ce n’est pas la vocation d’un lexique. Les représentations renvoient à des cultes de divinités aux particularités nombreuses et contradictoires. Aphrodite et Eros ne symbolisent pas uniquement l’amour. Eros, dieu primordial devenu l’enfant d’Aphrodite, assume des aspects enfantins et d’autres beaucoup plus inquiétants aussi bien en Grèce propre qu’en Grande Grèce. L’habitude qui a été prise de nommer ainsi tout génie ailé fait courir le risque de fausser le sens. En admettant qu’il s’agit de lui dans tous les cas, les situations sont d’une telle diversité que sa présence ne peut avoir la même signification à chaque fois : Eros avec un iynx, avec Aphrodite, ne peut signifier la même chose qu’“Éros” près d’une stèle ou d’un autel, sur un vase de Canosa ou ailleurs dans une tombe de Myrina.
Les études effectuées sur ce dieu ont tout au plus réussi à faire ressortir la richesse et la complexité de sa personnalité mais non à préciser la nature de ses multiples interventions.
Aphrodite elle-même, aux apparitions rares et le plus souvent représentée par des substituts (hétaïres, prêtresses, Peitho, entremetteuses etc..,), ne se borne pas à diriger le monde des amours. Sa personnalité a des côtés sombres qu’on a tendance à négliger. Dans un important article C. De Simone (Su TABARAS (femm.-A) e la diffusione di culti misteriosofici nella Messapia. Studi Etruschi, L, serie III, 1982 [1984], 177-197), que je remercie vivement, fournit des arguments épigraphiques importants sur les liens entre Déméter et Aphrodite dont il discute les associations ainsi que celles avec Perséphone (Locres étant un cas exemplaire). Ces liens, peu perceptibles de manière explicite dans l’imagerie, ne semblent pas moins réels et doivent inciter à la prudence. Le rôle particulier d’Aphrodite dans le domaine funéraire doit être redevable davantage aux sensibilités locales et aux cultes indigènes qu’aux propriétés de l’Aphrodite grecque traditionnelle. Rappelons qu’à Tarente Aphrodite avait l’épiclèse “basilis”.

11 Sur un vase de Ruvo 1535 (Trendall-Cambitoglou 1978, 399, n° 25), le jeune homme assis est accosté par deux femmes, l’une tenant une colombe, l’autre un éventail main posée sur l’épaule du garçon, tandis qu’Éros assis dans les airs tend une couronne.

12 G. Van Hoorn, Choes and Anthesteria. Leiden, 1951 ; M. Robertson, A History of Greek Art. Cambridge, 1975,371.

13 Taras. VII, 1,2, 1987, 120, pl. XXXIV,2 ou encore CVA Capoue, pl. 3 (1976) 4 et 7 et pl. 6(1979), ce dernier avec un goulot à filtre rappelant celui de Copenhague, CVA Copenhague, 7, pl. 295,3 de Cumes et aussi des lébétès apuliens comme celui de Genève, CVA Genève, 1, pl. 35 n° 27.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540