Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le lébès à anses dressées italiote à travers la collection du Louvre

 | 
Hélène Cassimatis

Chapitre 1. Problèmes de terminologie, de morphologie et de typologie

Texte intégral

PROBLÈMES DE TERMINOLOGIE

Terminologie archéologique

  • 1 Panofka, Recherches sur les véritables noms des vases grecs et sur leurs différents usages, 1829 ; (...)
  • 2 A.N. Malagardis, Les skyphoi attiques à figure noire. Typologie, recherches, thèse, Paris, 1986.

1La nomenclature de la céramique antique de culture “grecque” utilise les mêmes termes pour désigner des formes analogues trouvées en Grèce et dans les territoires où cette culture a essaimé. Ces termes conviennent pour la majorité des séries (à l’exception de quelques récipients indigènes), dans la mesure où l’on retrouve des formes semblables, ce qui se produit lorsque l’influence de la céramique grecque a été forte et les contacts avec les populations locales fructueux. Cela ne veut pas dire que ces appellations correspondent à la réalité antique : elles appartiennent au langage archéologique, alors que nous ne possédons qu’une connaissance limitée des noms qui seraient adéquats. Certes, les termes antiques ne manquent pas : il a été possible d’en rassembler un grand nombre grâce aux textes et aux inscriptions1 mais nous ne savons pas la plupart du temps à quelle forme ils s’appliquent. Les anciens eux-mêmes utilisaient un mot identique pour désigner des formes différentes ou des mots différents pour une même forme ; quelques rares inscriptions sont loin d’apporter une aide suffisante. L’unanimité peut se faire pour quelques noms : amphore, hydrie, œnochoé, et maintenant le skyphos attique à figure noire grâce à une étude et une typologie récentes2 mais, pour la majorité des autres, règnent imprécision et incertitude.

  • 3 Skinkel-Taupin 1984, passim et 43 pour des remarques fort pertinentes.

2Le lébès se prête aisément à de telles confusions. Il est désespérant de voir la variété de noms qui le désignent. Ce problème a d’ailleurs été récemment traité dans un article bien documenté où l’on trouvera une liste des dénominations dont il pâtit encore3.

3J’ai souvent été obligée de recourir aux illustrations, quand elles existent, pour identifier les objets cités dans les publications, pour savoir ce qu’étaient le lébès, la pyxis, le stamnos décrits (pour ne citer que les publications actuelles et les termes les plus courants). Il arrive qu’une forme identique soit appelée lébès dans un paragraphe, stamnos dans un autre chez le même auteur. La situation étant ce qu’elle est, il est urgent que les différents spécialistes de la céramique (et pas uniquement ceux des vases attiques) s’entendent enfin sur des dénominations. A moins que les conventions traditionnelles ne soient à ce point sécurisantes qu’il devienne difficile de les changer. Et puisque l’informatisation se fait de plus en plus quotidienne et universelle, on risque de fixer dans des programmes énormes et lourds des informations qui pourraient devenir cause d’erreurs et de pertes de temps inutiles.

Les sources littéraires

  • 4 Ginouvès 1962.

4Les sources littéraires ayant été rappelées par différents auteurs4 il n’est pas indispensable de les citer toutes à nouveau. Je me bornerai à reprendre celles qui me paraissent utiles dans le cas présent.

5Athénée mentionne le lébès dans trois passages des Deipnosophistes. Ce sont jusqu’à présent les seuls textes à notre disposition qui donnent quelque définition de l’emploi de cet objet et de ses différentes utilisations, mais non de sa forme. La discussion de dîneurs dans le premier passage (II, 37f-38ab) nous apprend que lébès et trépied étaient des mots interchangeables et désignaient deux sortes de lébétès-trépieds. L’un servait au bain et allait sur le feu. Ici Athénée cite Eschyle « τòν μὲν τρíπους ἐδέξατ’ οίκεîος λέβης/αἰεὶ φυλάσσων τὴν ὑπέρ πυρòς στάσιν » (« Son propre lébès à trois pieds le reçut, qui gardait toujours sa place sur le feu » ; Frg. 1 Nauck). Il s’agit d’une sorte de chaudron domestique que l’on gardait sur le feu posé sur un trépied comme dans nos campagnes, il y a peu, la marmite au bout de sa crémaillère, ou sur des trépieds en fer. L’autre lébès-trépied était le cratère « Ό δ’ ἕτερος κρατὴρ » : dont on nous dit qu’il servait à mélanger le vin et qu’il était aussi « le trépied de vérité » : la vérité mantique d’Apollon ainsi que celle de Dionysos prononcée sous l’empire du vin au festival du dieu où il était donné comme prix aux concours dionysiaques.

6En quelle matière ces objets étaient-ils faits ?

7Athénée continue en citant Sémos de Délos : « trépied en bronze, pas le Pythien mais plutôt celui que maintenant on nomme lébès. Certains d’entre eux n’étaient pas faits pour aller sur le feu et c’est dans ceux-ci qu’on mélangeait le vin ; d’autres étaient λοετροχόοι (pour verser l’eau du bain) ; on y chauffait de l’eau, et ils allaient sur le feu ». Nos sources ne nous expliquent pas la différence entre les lébétès qui pouvaient supporter la chaleur et ceux qui ne le pouvaient pas. La distinction faite par Sémos de Délos n’implique pas nécessairement une différence de matière ; il semble au contraire que tous ces objets étaient en bronze. Il n’est pas question de récipients en terre cuite, qui devaient exister bien évidemment : nos dîneurs ne s’intéressent pas aux activités ménagères mais à celles, plus nobles, qui concernent les rites d’Apollon ou de Dionysos, le mélange et la consommation du vin qui débutaient par un acte rituel, même entre convives assemblés pour s’amuser. Quant au chaudron posé sur le feu, il n’est mentionné que pour l’eau du bain qui entrait, lui aussi, dans un système de rites où rien n’était laissé à l’improvisation. Il est symptomatique d’ailleurs que cette eau soit celle du bain alors que, dans une maisonnée, l’eau chaude est nécessaire en de multiples occasions. On comprend alors pourquoi il n’est question que de lébétès en bronze, matière réservée à des utilisations nobles ou de prestige. On aurait aimé que ces discoureurs donnent leur avis sur ces mêmes récipients en terre, décorés par exemple ! On ne sait pas non plus comment se faisait la distinction visuelle entre cratère et lébès et entre les différents lébétès : qu’est-ce qui déterminait que l’un supportait la flamme et l’autre non ? Étaient-ils identiques au départ, et l’usage seul les départageait-il ? Thucydide (IV, 100, 4) mentionne le cas du lébès-chaudron en métal rempli de charbons ardents, de soufre et de goudron et qui devient une machine de guerre.

8Dans un autre passage d’Athénée (XI, 465), on peut mieux cerner une des fonctions de l’ustensile : il s’agit d’expliquer l’origine du mot “kélébé” qui viendrait de χέειν, verser, et de λοιβή, la libation ; l’action de verser, λείβειν, aurait ultérieurement donné naissance au récipient appelé lébès.

9D’après ce qui précède, et quelle qu’ait été la matière dans laquelle ils étaient fabriqués, les lébétès en métal étaient souvent utilisés à des fins rituelles. Sans doute étaient-ils employés également à des fins plus ordinaires ; il est toutefois intéressant de relever que ce qui nous préoccupe actuellement, la forme et son nom, préoccupaient déjà les utilisateurs anciens eux-mêmes, et qu’ils étaient assez peu sûrs des mots qu’ils utilisaient. Il semble d’autre part que le récipient devait être normalement posé sur un support : ceux qu’on a retrouvés présentent, de fait, un fond arrondi, et bien souvent on en découvre qui sont totalement dépourvus de support.

  • 5 Liddel-Scott-Jones s.v. tripous IV.

10D’autres textes mentionnent le lébès à diverses occasions5

11L’Odyssée (I, 137 ; III, 440) en parle comme d’un récipient, en argent ou décoré de fleurs, pour l’eau lustrale, mais ailleurs (XIX, 386) c’est le bassin pour laver les pieds, donc probablement celui dans lequel on chauffait l’eau du bain.

  • 6 Maas 1978 : on peut noter que les anses en anneau sont dressées qu’elles soient mobiles ou non. Cf. (...)

12Dans l’Iliade (XXIII, 259), Achille fait apporter des lébétès et des trépieds (les deux sont mentionnés séparément) pour les prix qu’il accordera aux vainqueurs des jeux funéraires de Patrocle. Il s’agit d’objets en bronze que l’on décernait comme prix. On notera qu’ici lébès et trépied forment deux entités séparées (conformément à ce que rapporte Athénée : par conséquent, il ne s’agit pas de la catégorie dans laquelle le récipient et son support sont d’une seule pièce)6

  • 7 A. de Ridder, dans DA s.v. lébès, 1 001, III.

13Un autre vers du même passage de l’Iliade (XXIII, 267) mentionne un lébès ἄπυρον. A. de Ridder7 considère que le mot ἄπυρον désigne ici le récipient qui ne va pas sur la flamme ; or, la suite de la phrase « λέβητα καλόν...λευκον ἔτ’αυτως » semble indiquer que le vase est neuf, qu’il n’est pas encore noirci par la suie, ce qui, pour une récompense, paraît indispensable. Deux autres vers de l’Iliade (IX, 122-123), que rapporte Athénée, mentionnent sept trépieds apyres, ἀπύρους, et vingt lébétès tout luisants qui semblent correspondre au “blanc” du vers 267. Notons la mention des deux parties séparément.

  • 8 CVA Vienne, Université, Collection Matsch, n° 946, pl. 26 (220) ; voir un type semblable provenant (...)
  • 9 Maas 1978 ; B. d’Agostino, Tombe principesche dell’orientalizzante antico di Pontecagnano. Rome, 19 (...)

14Ces emplois du lébès ne sont pas les seuls. Le vase peut, en effet, servir aux funérailles : chez Sophocle (El., 1401) et chez Eschyle (Ag., 444 ; Choeph., 686), il devient urne cinéraire. Il ne s’agit pas là d’une invention poétique : en témoigne une représentation peinte sur un grand support attique en terre cuite du musée de Vienne8 Ce support est un objet tronconique creux, fermé sur trois côtés, ouvert sur le quatrième, en terre épaisse ; sur les parois pleines est peint un récipient ventru, posé sur un haut piédestal évasé ; c’est une sorte de grand chaudron (un lébès ?), à l’ouverture généreuse, pourvu d’un couvercle et d’anses mobiles. Sur la panse du lébès, un homme nu entouré par quatre personnages, une femme et un homme à gauche, deux femmes à droite, est assis près d’une stèle. Sur le piédestal, on reconnaît (les images sont assez effacées) une femme vêtue et un homme nu debout. La femme pose une main sur l’épaule de l’homme qui la tient ( ?) légèrement (sans l’enlacer) à la taille. De part et d’autre de ce lébès-tripous, dans le champ, une femme ailée vole ; l’une tient une bandelette, l’autre pose une main sur le lébès (son autre main devait tenir un objet disparu) : ces figures rappellent les Nikés peintes sur les lébétès attiques tardifs et les lékanés siceliotes du IVe siècle. Or cet objet est daté du dernier quart du IVe siècle. Il a dû probablement servir de séma funéraire, et revêtir peut-être une fonction rituelle : le fait qu’il est creux et ouvert d’un côté pourrait le suggérer. Cet exemple illustre le rôle que jouait un certain type de lébès : le grand bol en bronze à l’ouverture large, que l’on a trouvé dans plusieurs tombes en divers lieux. Ainsi à Pontecagnano, où ce genre de récipient servait d’urne cinéraire, comme chez Eschyle, et pouvait être décoré de têtes de lions, de griffons, de sirènes ou n’avoir, au contraire, aucun décor9

15Enfin une autre fonction inattendue du lébès est attestée chez Hérodote, Callimaque et Strabon. Le premier (VI, 58) rapporte que les femmes Spartiates tapaient sur des lébétès pour annoncer la mort du roi : il s’agissait donc de récipients en métal, soit de ceux que les Lacédémoniennes utilisaient quotidiennement dans leur cuisine, soit d’objets spéciaux. Chez Callimaque (Délos, 286), il s’agit du lébès de Dodone : c’est le Δωδωναȋον Χαλκεȋον, une sorte de gong qui, à partir d’une certaine époque, était en métal comme le dit Strabon (VII, fg. 3).

16Que conclure de tout cela ? Que le lébès, récipient pouvant servir à plusieurs usages, est volontiers associé aux rites. Toutefois, dans tous les cas recensés jusqu’ici, il semble s’agir du type large et ouvert qui permet, soit de bien mélanger et de puiser, soit de faire bouillir de l’eau. Il peut, d’autre part, en recevant les cendres du défunt et son trousseau, faire rituellement fonction d’urne cinéraire ; mais, parce qu’il figure dans le mobilier funéraire parmi d’autres objets, il rappelle aussi les rites pour lesquels on l’utilise dans le monde des vivants.

  • 10 IG, IIIII 2, 2, 1 : 1469b,89 “nymphikos”·, 1471b,44 “nymphikos” ; 1463b,34 “nymphikoi” ; 1424a, 147(...)
  • 11 Ginouvès 1962, 277, note 10 ; Kretschmer 1909, 82-82-86 : le vase est à Wurtzbourg.

17Quel rapport entre ce modèle et les lébétès gamikoi attiques ou les lébétès à anses dressées italiotes ? L’un est un vase ouvert, les autres sont des récipients fermés. La relation s’établit par l’intermédiaire d’inscriptions où l’on relève la présence, parmi des offrandes faites dans les sanctuaires, de lébétès gamikoi ou nymphikoi, vases spécialement réservés aux noces10 Nul dessin ne les accompagne, et l’on ignore donc tout de leur apparence. C’est sur la foi de ces inscriptions qu’on a baptisé ainsi des récipients attiques dont les images peintes paraissent représenter des activités en rapport avec le mariage, et même des moments de ce dernier : cortèges nuptiaux, scènes de toilette, transport d’objets ; mais sont-ce les lébétès des inscriptions ? Une inscription sur un vase béotien fait une claire allusion au mariage11 le mot gamei ne laisse aucun doute là-dessus : ce vase est très proche de certains lébétès nuptiaux attiques tardifs, à haut pied, mais il n’a pas d’anses. Si la lecture de l’inscription est correcte, on peut admettre que ce récipient particulier allait être rituellement utilisé au moment des noces. Mais peut-on extrapoler à partir d’un exemple, considérer que nous avons là le lébès gamikos, et que toutes les formes semblables sont des vases nuptiaux ? N’aurait-on pas pu inscrire de tels vœux sur un autre récipient ?

18En résumé, on peut dire que le lébès — le nom et l’objet — n’était pas un vase quelconque pour les Anciens. Il semble que sa forme n’était pas fixée de manière stricte mais que son aspect général était cependant celui d’un bol profond et large avec des anses peut-être mobiles (si on en juge par les récipients retrouvés et le séma de Vienne) ; mais il existe aussi des exemplaires aux anneaux fixes et redressés à la verticale. Le récipient reposait sur un trépied avec lequel il pouvait ne former qu’une seule pièce. Ses usages étaient variés, mais on l’utilisait volontiers dans des rituels et comme urne funéraire. Aucun texte ne décrit sa forme : les inscriptions elles-mêmes, si elles font allusion au mariage, n’apportent aucune précision et ne font qu’augmenter la confusion.

19Le vase attique que les archéologues appellent lébès gamikos possède deux caractères qui pourraient justifier son nom. Le premier est son iconographie codifiée : certaines scènes, malgré des incertitudes et des doutes, semblent connoter les noces ; plusieurs autres demandent un examen approfondi car il n’est pas du tout certain qu’elles représentent les epaulia ou la toilette de la mariée. Elles obéissent cependant toutes à un choix particulier, constant dans ses thèmes et ses sujets. L’autre argument est justement fourni par les inscriptions : celles qui révèlent l’existence de lébétès nuptiaux, et celle qui figure sur un vase unique et désigne celui-ci comme un objet de mariage, de ce mariage-là en tout cas. Aucune indication sûre ne confirme que le vase attique que nous appelons lébès et les lébétès gamikoi originaux présentent une forme identique. Les récipients représentés sur les images peintes ressemblent souvent, avec leur corps pansu, leur ouverture large et leur haut socle, à ceux qu’évoquaient les dîneurs d’Athénée.

20Le lébès italiote, quant à lui, n’a que des liens formels avec le lébès attique du type 2 (cf. infra), son iconographie n’est régie par aucun code thématique strict, mais son utilisation comme récipient rituel est clairement mise en évidence par sa morphologie et certains détails qui la particularisent.

  • 12 Skinkel-Taupin 1984.

21Dans son étude, Cl. Skinkel-Taupin12 propose l’appellation “pyxis à anses dressées”, précisée le cas échéant par “lébès gamikos” pour le vase attique. Je ne pense pas que ce soit souhaitable (je reviendrai plus loin sur les questions formelles). En Grèce comme en Italie méridionale, il s’agit d’un vase rituel et le terme “pyxis” ne dénote pas cet arrière-plan cultuel à forte charge émotive et religieuse. D’autre part la mention, dans des listes d’offrandes, d’un lébès nuptial, indique bien la faveur dont ce vase bénéficiait et les valeurs qu’il symbolisait.

22C’est arbitrairement que nous nous sommes emparés du terme ancien pour isoler une forme qui nous paraît correspondre au récipient antique, mais qui nous paraît seulement, puisque nous n’avons guère la possibilité de vérifier la pertinence de cette adéquation.

23Les iconographies des deux séries, attique et italiote, ne se ressemblent pas et suggèrent que le vase avait des utilisations différentes en Grèce et en Italie. Toutefois, les formes comportent plusieurs éléments communs (cf. infra) qui autorisent à conserver un même terme générique pour les deux séries. Il est donc préférable de maintenir la dénomination “lébès” et d’éviter ainsi d’introduire une nouvelle ambiguïté en utilisant un terme qui n’est pas, selon toute probabilité, celui qui convient.

  • 13 La lecture des catalogues montre que l’on n’a pas accordé suffisamment d’attention à l’importance d (...)

24En revanche, puisqu’on ne peut établir de relation entre ce vase et le mariage en Italie méridionale (l’étude iconographique qui va suivre mettra cela en évidence), il me paraît nécessaire de supprimer le mot gamikos”. J’utiliserai donc l’appellation “lébès à anses dressées” qui décrit sans introduire d’interprétation13

LA FORME14

Définition formelle du lébès italiote

25Récipient fermé à panse globulaire ou ovoïde, épaule rabattue, embouchure étroite, col droit et court, anses horizontales partant de l’épaule et redressées à la verticale, pied-coupelle à tige courte.

26Cette définition succincte sera développée ci-dessous dans ses différentes parties ; mais on peut d’ores et déjà observer que, malgré son allure générale caractéristique, le lébès se reconnaît plus sûrement à certains éléments : le couvercle (surtout s’il est d’un type élaboré) et plus particulièrement les anses et l’embouchure.

27Les anses ont leurs points d’ancrage toujours sur l’épaule et se dressent ensuite à la verticale ; l’épaule s’aplatit en créant une embouchure resserrée bordée d’un col bas droit. La panse se referme de la sorte sur elle-même, non pas en s’incurvant mais en se rabattant. Le col ne s’évase pas et n’a pas de lèvre ; il se termine par un bord arrondi ou anguleux et n’est parfois qu’un petit bourrelet autour de l’ouverture. Ces éléments sont importants pour l’identification du récipient.

28Cette morphologie remarquablement stable n’est pas apparue soudainement : elle a son (ou ses) origine(s) dans une catégorie de récipients plus anciens dont on essaiera de retrouver la trace parmi les modèles possibles. Auparavant toutefois, on décrira les caractéristiques morphologiques générales de la classe étudiée, puis l’on dressera une typologie plus précise par centres de fabrication.

29Le lébès italiote n’est ni un vase à boire ni un vase à verser : la conformation de l’épaule y fait obstacle. Étant donné que le haut du bol ne se rétrécit pas graduellement mais se rabat assez subitement, cet aplat éloigne des lèvres d’un buveur éventuel l’embouchure qui se resserre en une ouverture plutôt étroite (dans un grand nombre de spécimens elle est à peu près de même diamètre que le fond étroit) ; le col trop bas ne suffit pas à compenser l’éloignement. Ces mêmes raisons rendent l’acte de verser difficile : le liquide, parce qu’il n’est ni canalisé par la cheminée du col, ni guidé par une lèvre, se répand plutôt qu’il ne coule. C’est pourquoi les amphores et les hydries (comme les œnochoés) possèdent un haut col protecteur, qui permet de diriger et de doser l’écoulement et à l’occasion de boire aussi. La meilleure comparaison qu’on puisse faire avec un récipient actuel serait celle avec une théière : supprimons le bec verseur et essayons de verser sans son aide, le résultat sera convaincant.

30Il ne s’agit pas non plus d’un récipient dans lequel puiser : dans la majorité des cas, l’ouverture n’est pas assez grande pour introduire la main (dans le lébès gamikos attique de type 1, la chose est plus difficile encore, sinon impossible), et seule une cuillère peut aller chercher à l’intérieur ce qui s’y trouve.

  • 15 Payne 1931,232, 233.
  • 16 Payne 1931, 331-333 ; Rutherfurd-Roberts 1978 ; Β. Bohen, Kerameikos. XIII : Die geometrischen Pyxi (...)

31Cette forme a été — et est encore — dénommée pyxis lorsqu’elle n’a pas de décor figuré. Dans la typologie élaborée par Payne15 qui a regroupé un très grand nombre des formes alors connues, et par la suite, on trouve ce type classé dans la catégorie des pyxides. Ce terme générique prête à confusion car, employé sans précision, il recouvre plusieurs formes sans que l’on sache, sauf à voir l’image, quelle sorte de vase il désigne. Peut-être faudrait-il réserver ce nom à la boîte cylindrique aux parois droites, ou légèrement concaves ou convexes selon les modèles, à l’épaule courte ou inexistante et à l’ouverture généreuse, presque aussi large que la panse : elle laisse voir et prendre ce qui s’y trouve, comme dans une bonbonnière, une boîte à poudre ou à bijoux16

32Les différences morphologiques sont l’indice de différences de fonctions. La forme du lébès est faite pour contenir et protéger un liquide, ou une matière que l’on doit prendre avec un instrument. Ces caractéristiques, qui ne sont pas sans intention, sont celles de tous les lébétès, attiques gamikoi et italiotes à anses dressées.

La panse

33On distinguera trois types de profils. Chacun d’entre eux connaît des variantes selon que le diamètre maximum de la panse se situe plutôt vers le haut ou plutôt vers le bas. Mais, après avoir soumis la typologie à ce genre de variables, je me suis aperçue du danger qu’il y avait à vouloir introduire, dans une étude qui n’est pas uniquement celle de la forme, trop de subtilités qui briseraient l’unité d’un groupe en le fractionnant à l’excès. Il m’est apparu plus sage de me limiter à trois catégories principales.

34TYPE A/G (Globulaire). La forme procède de la sphère, avec la largeur répartie de façon à peu près régulière, marquant un léger élargissement sous l’épaule et un rétrécissement vers le fond : la courbe refermée détermine un globe, plus ou moins gonflé. On rencontre ce type essentiellement dans les groupes apuliens et lucaniens, bien que les autres fabrications ne l’ignorent pas non plus, le paestan en particulier.

35TYPE B/O (Ovoïde). Plus ovale, la panse s’étire vers le haut avec un rétrécissement plus prononcé et plus graduel vers le fond. La courbe refermée crée un ovale. C’est une forme que l’on trouve dans tous les centres de productions.

36TYPE C/EA (Ellipsoïde allongé). Dans ce cas, les parois sont beaucoup plus droites, la courbe peu marquée suggère une ellipse. Ce type de panse semble très apprécié dans les ateliers campaniens.

37Les lébétès du Louvre peuvent se répartir de la manière suivante :

Lucanien

Κ 515 - A/G (fig. 9-10)

Κ 576-A/G (fig. 11-12)

Κ 577 - B/O (fig. 13-14)

Κ 574-A/G (fig. 15-17)

Apulien

Κ 196 - A/G (fig. 18-19)

Κ 199-A/G (fig. 20-21)

Κ 198-Β/Ο (fig. 22-23)

Campanien

Κ 387 - C/EA (fig. 24-26)

Κ 391 - B/O (fig. 27-29)

Κ 392 - B/O (fig. 30-31)

Κ 393 - C/EA (fig. 32-33

ED 678 - B/O (fig. 34-35)

Κ 575 - A/G (fig. 36-37)

Κ 390 - C/EA (fig. 38-39)

Κ 388 - B/O (fig. 40-44

Paestan

Κ 642 - B/O (fig. 45-46).

Le pied

  • 17 Les dénominations, y compris pour le pied, ne font pas l’unanimité ; et F. Villard, que je remercie (...)

38On peut distinguer dix sortes de pieds parmi les plus courants : ce sont en réalité des variantes d’un type unique qui se présente comme une coupelle ronde renversée pourvue d’une tige de hauteur variable mais n’atteignant jamais le monumental. Le bord, de section arrondie ou droite, est souvent souligné, au-dessus, par une moulure, parfois répétée deux ou trois fois sur la tranche. La tige17 qui relie la coupelle au fond du vase peut être élancée, trapue, voire à peine indiquée ; elle s’évase vers le bas et comporte occasionnellement un anneau mouluré, ou un faible tare à son point de jonction avec la panse. Quelquefois un ressaut entre la tige et la coupelle forme une sorte de degré.

  • 18 J.-P. Morel, Céramique campanienne : les formes. Rome, 1981 (BEFAR, 244) accorde une grande importa (...)

39On ne peut pas classer les pieds selon les panses ou inversement : c’est plutôt affaire d’atelier (et encore) si telle panse s’accommode avec tel pied. Il arrive également que le pied ait été recollé ou fortement restauré. De toute façon, pour établir une typologie fiable, il faudrait examiner de près de nombreux exemplaires ; les illustrations, privilégiant en général l’image, ne montrent pas le bas et le haut des vases18

Les anses et le décor plastique

  • 19 Les spécialistes en mycologie que j’ai consultés au Museum d’Histoire Naturelle de Paris m’ont conf (...)

40Placées toujours sur l’épaule, horizontalement, les anses s’élèvent ensuite plus ou moins haut, déterminant ainsi un arc en plein cintre ou un arc outrepassé, Elles ne sont pas à proprement parler fonctionnelles : dans certains cas, on peut saisir le vase par ses anses, par exemple lorsqu’elles sont larges, ou que les récipients sont de petit format ; mais l’exercice devient périlleux avec les grands récipients et ceux à anses fines. Ces anses sont en anneau simple, à section arrondie, ou aplaties en ruban, généralement surmontées d’un appendice : cône, champignon, ergot (les noms signalent la forme et l’aspect) posés en apex sur l’anneau. Le choix de ces motifs plastiques ne me semble pas fortuit : leur signification doit préciser et renforcer le symbolisme du vase, mais n’a aucune incidence sur le décor puisqu’on les trouve sur des vases non décorés. Le cône est lisse ou cerclé d’anneaux moulurés ; le champignon est comme une ombellifère avec pied et ombelle. Celle-ci, annelée ou lisse, a souvent un petit bouton sur le chapeau. Nous avons vraisemblablement là des imitations d’éléments naturels qu’on hésite à identifier ; car, s’ils reflètent la réalité, ils n’en sont pas la copie conforme19 La valeur qui leur était attachée nous échappe.

  • 20 D’autres motifs peuvent être utilisés ; ainsi, un lébès d’Astéas (Paestum, 48431) provenant de l’Hé (...)

41Le décor plastique n’est pas limité aux anses : il envahit également l’épaule20 Anses et épaule portent d’ordinaire le même motif, mais les potiers les varient en posant très souvent des cônes, par exemple, sur les anses et des champignons sur l’épaule (deux de chaque côté), ou le contraire ; ou encore, des ergots sur les anses et, sur l’épaule, des cônes d’un côté, des champignons de l’autre, etc. En revanche, les anses sont toujours agrémentées toutes deux d’un motif identique. Les ergots ne sont pas une invention des potiers italiotes : on les trouve déjà sur des vases béotiens.

42Un autre motif plastique qui semble très apprécié des ateliers paestans (mais pas exclusivement : voir infra, l’apulien et le campanien) est la tête féminine. Ces têtes figurent toujours sur l’épaule : quatre têtes sont réparties de chaque côté des anses ou bien l’on n’en trouve que deux, qui sont alors placées d’un seul côté ; dans ce cas, la deuxième paire est remplacée par l’un des autres motifs déjà énumérés. Les visages sont peints sans grand soin ; ils ont parfois un aspect rébarbatif, comme endeuillé, lorsque la couleur foncée a coulé de la chevelure sur une partie des traits. Des exemples de têtes semblables, également placées sur l’épaule de récipients globulaires comparables, se trouvent sur des vases corinthiens du VIe s. (cf. infra).

43La comparaison est instructive, car les ressemblances sont si fortes entre ces deux catégories de vases, comme nous le verrons, que l’écart chronologique, maintes fois invoqué pour refuser d’envisager des similitudes, ne peut servir d’argument : un motif utilisé au VIe s. l’est de nouveau deux siècles plus tard, employé de la même façon mais dans un lieu et un milieu différents. Il ne s’agit pas là d’un emploi isolé, qui serait dû au hasard, mais bien d’un transfert d’éléments décoratifs, sûrement signifiants.

Le couvercle

44C’est l’élément le plus variable : on est rarement sûr que le couvercle qui, actuellement, est posé sur un vase, lui appartienne. Dans les collections, couvercles et récipients diffèrent en qualité, aspect général, facture, argile. Les modèles simples, fabriqués en série, conviennent à tous les vases. Une deuxième catégorie de couvercles, plus complexe, servait à clore les récipients au décor recherché, vraisemblablement des pièces luxueuses et des commandes spéciales.

  • 21 A. Kossatz-Deissmann, Apulischer Kernos. AA, 2, 1988, 229-239, fig. 9 et 15 : dépourvus d’anses ave (...)

45Les couvercles ont bénéficié en effet d’une attention particulière de la part des potiers, dont on dirait qu’ils stimulent l’imagination. La gamme des solutions adoptées va de la simple petite coupe assez plate au rebord droit, avec juste un bouton de préhension, jusqu’au modèle plus compliqué qui combine des oiseaux et divers vases miniatures. Ces couvercles peuvent être surmontés d’une ou de deux petites lékanés superposées, ou d’une lékané et d’un lébès, ou de plusieurs lébétès groupés. Ces variations ne sont pas dues à la seule imagination du potier ou à des traditions d’atelier : on peut penser qu’elles obéissent dans leur ensemble à un code, rituel et social. Un décor compliqué augmentait le prix du vase. Par ailleurs, si l’objet posé sur celui-ci ne se contente pas de couvrir ou de protéger, ou d’attirer les regards, mais devient à son tour réceptacle, ce n’est plus un simple couvercle. Non seulement il devient fragile à manipuler et non-fonctionnel, mais il peut également être utilisé seul sans le vase qu’il est censé recouvrir : une lékané ou un lébès posés l’un sur l’autre, aussi petits soient-ils, ne facilitent ni le transport ni l’ouverture du récipient. Ces objets ont manifestement une signification symbolique et pouvaient servir eux-mêmes de contenants : ils font fonction de kernoi. Un exemplaire apulien au Musée de Naples (Stg. 596) est fait d’un socle portant quatre lébétès miniatures réunis autour d’une colonne surmontée d’un autre lébès. Il ne s’agit pas là d’un couvercle mais d’une pièce autonome : les vases ne communiquent ni entre eux ni avec la colonne centrale fermée en bas. L’objet n’est pas unique, d’autres ont été retrouvés21

46La complexité et le soin apporté au décor des couvercles, leur fonctionnalité ambiguë, comme celle des anses, prouvent que les lébétès à anses dressées n’étaient pas utilitaires.

TYPOLOGIE PAR CENTRES DE FABRICATION

47L’étude par grands centres de fabrication repose sur la réalité archéologique. Mais il ne s’agit pas d’introduire des barrières étanches entre ceux-ci : nous savons que les influences réciproques étaient fortes. Il s’agit de faire ressortir les différences évidentes comme les similitudes, puisque les productions lucanienne, apulienne, campanienne, paestane, puis sicilienne sont souvent très proches. Pour chaque grande production nous suivrons l’ordre chronologique établi par Trendall (cf. Avertissement).

Le lébès lucanien

  • 22 Du groupe des peintres de Pisticci et d’Amykos : LCS, 29, n° 103, pl. 7,6 de forme ovoïde pleine.
  • 23 Je remercie le professeur Trendall de me l’avoir signalé : Métaponte SP 83-8 de Porticello, tombe 9 (...)

48Le premier exemple catalogué dans LCS appartient au P. du Cyclope22 Il faut maintenant ajouter un autre vase du P. de Pisticci lui-même, que me signale A.D. Trendall23 Ils datent des tout premiers temps, vers 440/430, de la production italiote de vases à figures rouges. Malgré cela, le nombre des lébétès lucaniens est restreint : une cinquantaine environ, pour le moment, sans préjuger de ce que l’avenir réserve, avec les nouvelles découvertes et les inédits. Cette situation s’oppose nettement à celle de Paestum où les lébétès sont abondants.

  • 24 LCS, pl. 33,4 et 8 ; pl. 36,3 ; pl. 68,4 ; CVA Copenhague, Musée National, 6, pl. 239 (242) 3 ; CVA (...)
  • 25 LCS, pl. 31, 3-4 ; pl. 66,5 ; CVA Bologna, Museo Civico, 3, pl. 3 (696)7.
  • 26 On pourrait introduire des subdivisions pour classer toutes les panses selon le point de largeur ma (...)

49La panse varie entre la forme globulaire24 et ovoïde plus ou moins élancée ou trapue25 (souvent les deux sont fort proches selon que le potier a tiré sa forme vers le haut ou l’a au contraire tassée)26

  • 27 LCS, pl. 7,6 ; 30,4 ; 33,4,8-9 ; 76,3.

50Le pied a généralement une tige courte comme celle du Κ 574 et des exemples illustrés par Trendall27 ou un peu plus haute, comme le Κ 576 ; celle du Κ 515 a un anneau ou tore sur sa partie supérieure (comparer avec LCS, pl. 68,6), et la coupelle est moulurée sur la tranche. Le pied du Κ 577 comporte un degré sur la coupelle et une tige en deux parties avec un rétrécissement au-dessus d’un ressaut..

  • 28 LCS, pl. 33,9 ; 30,4 ; 33,8.
  • 29 LCS, pl. 66,5 ; 68,6.
  • 30 LCS, pl. 33,4.
  • 31 LCS, 124, n° 637 ; CVA Copenhague, Musée National, 6, pl. 239,3 ; voir également ce qui a été dit p (...)

51Le couvercle reste sobre avec un bouton, un cône comme le Κ 576, un champignon28 un petit vase29 ou une sorte de petit balustre renflé30 Il a parfois des allures de véritable kernos (avec un groupement de petits vases, des lébétès en général, autour d’une colonne centrale), comme celui qu’on peut voir sur le lébès de Copenhague attribué au P. des Choéphores, avec un oiseau sur le sommet de la colonne. Ce vase, placé assez tôt dans la carrière du peintre qui paraît débuter vers 360, indique une date assez ancienne pour ce genre de couvercles, étant entendu que nous n’avons sans doute pas les couvercles les plus anciens31

  • 32 LCS, pl. 7,6 ; 30,4 ; 31, 3-4 ; 33,4,8-9 ; CVA Japon, Collections japonaises, 1, pl. 49,4-6.
  • 33 LCS, pl. 68,6 ; 76,3.
  • 34 LCS, pl. 66,5.

52Le décor plastique ne consiste souvent qu’en ergots sur les anses et l’épaule : Κ 576, Κ 577, Κ 5 7432 ou seulement sur les anses33 les autres motifs ne sont pas ignorés pour autant : Κ 515 porte des cônes moulurés34

Le lébès apulien

  • 35 RVAp, I, chapitre 4, 69, n° 38 ; APS, n VIII, pl. 14, n° 65-66 : Cork L 188b.

53Dans la production apulienne, le lébès semble faire son apparition un peu plus tard, d’après les catalogues d’attribution aux peintres. Le premier vase de ce type serait du P. de Schiller de 390/380 env. (proche du P. de Tarporley)35 Mais il a été fabriqué par la suite en plus grand nombre que dans la production lucanienne, puisqu’on relève plus de 150 exemplaires auxquels s’ajoutent bien entendu les inédits possibles et les trouvailles futures.

  • 36 LCS, n° 321-322, 356.

54Cependant, l’hypothèse de l’apparition tardive de cette forme dans la production apulienne pourrait être à reconsidérer : en effet la date assignée par Trendall et Cambitoglou au P. de Schiller paraît confirmer les remarques de LCS, 62 à propos de l’Intermediate Group lucanien : « it is significant that many vases of the Intermediate Group actually come from Taranto and it is not unlikely that some of them were in fact made there by Early Lucanian artists, possibly in competition with Apulian » et ce jusque vers 380-370 à peu près, « after which Lucanian vases are no longer found in Apulia ». Effectivement, à l’exception du vase du P. de Schiller qui provient d’une collection privée, les exemplaires qu’on trouve ensuite sur la liste de l’Intermediate Group ont été trouvés à Tarente36

55Cela est évidemment peu pour la période qui débute avec le P. de Pisticci. Est-ce à dire dans ce cas que le lébès, qui était promis à un bel avenir, a été introduit en Apulie par les ateliers lucaniens ?

56Il serait imprudent de tirer des conclusions définitives de ces observations. On ne peut éviter, malgré tout, de noter que le besoin en lébétès reste très limité pendant longtemps. Autrement dit. si ce type de récipient était indispensable au rituel du mariage, il aurait dû apparaître en grandes quantités (comme par ex. les cratères pour d’autres usages). Son utilisation semble être entrée peu à peu dans les habitudes, soit en remplacement, soit en complément d’un autre récipient, soit pour commémorer un rite devenu plus populaire.

  • 37 Lébès de Tarente 52558, de Berlin F 3197 et 3196 du Intermediate Group : LCS, pl. 30,4 et 33,8-9 du (...)

57La panse de l’apulien suit d’assez près celle du lucanien. Des trois exemplaires du catalogue, le Κ 199 se présente comme une balle coupée aux deux extrémités et posée sur un support ; c’est une forme qu’on retrouve plus élancée avec le Κ 196 tandis que le Κ 198 est plus ovale. Cette conformation pansue, pleine et ronde, bien assise est également celle de certains exemplaires lucaniens37.

  • 38 RVAp, I, pl. 68,2-3 ; CVA Copenhague, Musée National, 6, pl. 257 (260), Chr. VIII 377 (Birket Smith (...)

58Plus proche du Κ 196 est un lébès de Bâle, globulaire et élancé comme lui, et un autre de Copenhague38

  • 39 Parmi les premiers exemples on citera celui de Madrid 11446 (L355) : APS, pl. XL,203 du P. du Jugem (...)

59Au fur et à mesure qu’on avance dans le temps la forme ovoïde devient plus fréquente39

  • 40 À moulures : Aellen 1986, 94-95.

60Les pieds ont une coupelle large et une tige souvent trapue à moulure ou à tore. Les formes globulaires présentent fréquemment une courte tige étroite, qui les fait paraître encore plus trapues et qui donne une impression de déséquilibre. Quelquefois la tige est plus longue, comme celle d’un exemplaire de Copenhague (n. 4223) sous une panse ovoïde40

  • 41 Comme celui de Cork déjà cité ou un autre d’Edimbourg 1881-44-23 : RVAp, II, pl. 233,1-2 ou encore (...)
  • 42 K. Schauenburg. Die Göttin mit dem Vogelszepter. MDAI(R), 82, 1972, pl. 58 ; RVAp, II, pl. 240,9 ; (...)

61Le couvercle peut avoir, comme celui du Κ 196, un petit lébès en guise de bouton41 Le bouton simple en balustre est fréquent, ou bien en cône, décoré, ou encore de forme allongée, à chapeau plat sans décor42

  • 43 RVAp, II, pl. 187,2 : un exemplaire avec des champignons sur l’épaule et les anses.
  • 44 Le lébès de Copenhague cité (4223) (cf. Aellen 1986, 9495), possède deux têtes d’un côté de l’épaul (...)

62Le décor plastique n’innove guère, avec peut-être une prédilection pour les ergots et les cônes43 Il arrive que des têtes de femmes remplacent les autres motifs, comme dans le paestan44

Le lébès campanien

  • 45 LCS, 214, n° 77.
  • 46 Je remercie vivement le professeur Trendall qui m’a fait parvenir une liste des lébétès récemment a (...)

63Les premiers lébétès campaniens remonteraient à la période 380-360 avec le P. de Sikon, de provenance liparote45 La production devient ensuite régulière à partir de 350 et on dénombre près de 175 vases connus sans compter les inédits : la liste s’est élargie avec les nouvelles attributions faites par A.D. Trendall46

64La panse des lébétès campaniens n’ignore ni la forme globulaire ni la forme ovoïde ; mais on constate des variantes formelles plus grandes et une prédilection pour une ligne plus redressée, moins pleine, qui confère au vase un aspect allongé.

  • 47 LCS, pl. 102,4, Wurtzbourg 879 ; pl. 108,4, Vienne 1959 ; pl. 119, 1-2, Leningrad 1693 ; p. 430, n (...)
  • 48 LCS, pl. 108,5-6, Graz 8641.

65Les premiers exemplaires restent très proches de ceux des autres centres, mais on note déjà une tendance à préférer des corps moins pansus, même lorsqu’ils sont globulaires et qu’ils rappellent les formes lucaniennes47 Ce goût pour les lignes droites est sensible également dans la forme ovoïde48 (cf. aussi fig. 1).

66Déjà le P. de Parrish peint vers 350-340 une forme qui hésite entre la sphère et l’ellipse : c’est le Κ 387 dont les parois peu gonflées tirent résolument le vase vers le haut avec une déperdition régulière de largeur de l’épaule au fond. On peut en dire autant du Κ 393, plus franchement ovoïde, mais avec encore un amincissement progressif plus sensible que pour les Κ 391 et Κ 392.

Fig. 1. Bologne, Pell. 486

67Il en est de même du ED 678 plutôt trapu. Le Κ 388 serait ovoïde n’était sa ligne assez droite qui se voit mieux sur le dessin que sur la photo. Le seul exemplaire de la série qui fasse partie de la catégorie franchement ellipsoïde allongée est le Κ 390.

  • 49 On trouve ce type dans plusieurs collections : CVA Bologna, 3, pl. 6(603)22-23 : LCS, 471, n ° 183  (...)
  • 50 LCS, 436, n° 570 du Groupe des Danaïdes : CVA British Museum, 2, pl. 11(91)16 = F 208 et même pl. n (...)

68Cette forme assez particulière, bien individualisée, semble attribuable à un atelier spécifique : celui du Peintre CA de Cumae A”, dont l’iconographie est d’ailleurs différente et répétitive49 D’autres exemplaires sont plus nettement ovoïdes50

  • 51 LCS, pl. 110,2.
  • 52 LCS, pl. 209,2 et la pl. 11(91) du CVA British Museum, 2, qui fournit un bon échantillonnage.
  • 53 TRENDALL 1953-1955,I, pl. XVII, f-h.

69Le pied a généralement une coupelle assez large, avec une tige plutôt courte, qui peut être assez étroite, mettant ainsi en évidence le volume du corps51 ou plus large et tassée, et parfois presque inexistante52 lisse ou cerclée, au contraire, de moulures53

  • 54 LCS, pl. 102,4.
  • 55 LCS, pl. 119, 1-2.
  • 56 CVA British Museum, 2, pl. 12(92)11, F 345 = LCS, 269, n° 273 ; LCS, pl. 209,2, F 350.
  • 57 LCS, pl. 171,3-4 ; CVA British Museum, 2, pl. 11(91)12, F 202 : LCS, 368, n° 43.

70Le couvercle, souvent sobre avec seulement un bouton de préhension (cône, balustre [Louvre ED 678], bouton sur tige, bouteille), comporte parfois aussi un décor plus complexe. L’un des plus courants est la petite lékané montée sur une tige simple (Κ 387)54 Il peut s’agir également d’un bouton à l’aspect compliqué qui s’apparente au champignon55 La lékané à son tour possède un bouton en forme de bouteille56 ou s’enrichit d’un petit lébès ou d’une autre lékané57

71L’atelier du P. CA utilise en général des couvercles sobres avec un simple bouton allongé.

  • 58 CVA British Museum, 2, pl. 11(91)12 a-b, F 202 et 13a, F 203 : l’atelier du Peintre de Capoue sembl (...)

72Le décor plastique est fait des mêmes éléments énumérés précédemment, y compris les têtes de femme placées sur l’épaule58

Fig. 2. Naples, inv. 132444

  • 59 LCS, pl. 220,1-2, Francfort, Museum fur Vor-und Frühgeschichte n H5 ; pl. 220,5-6, Naples, Musée Na (...)
  • 60 Le vase de Francfort H5 dont le couvercle est surmonté d’une bouteille posée sur un bouton plat.
  • 61 Naples 132444 ; cf. également un vase semblable sans décor : CVA Capua, pl. 3(1979)6 avec d’autres (...)

73Le campanien possède enfin une forme qui lui est particulière. C’est un vase globulaire ventru, à anses dressées épaisses, pourvu sur un côté de la panse d’un goulot à la lèvre large et plate. On a essayé de mieux intégrer ce goulot à l’ensemble et de ne pas en faire un appendice inesthétique, en peignant sa lèvre de languettes, oves etc., qui ont pour but de le fondre dans le décor général (voir p. ex. un lébès de Naples, inv. 132444 : fig. 2). Il existe des spécimens sans décor aucun : le vase est alors uniformément noir ou bien on y voit alterner des bandes foncées et claires. Cette dernière catégorie semble plus répandue que la première, plutôt rare et spécifique de la production campanienne59 Ergots et champignons décorent également l’épaule et les anses. Le fond du vase peut être presque plat et sans pied, avec un simple socle mince sous une panse globulaire60 ou se contenter de la ligne habituelle avec un rétrécissement et un pied à coupelle et tige61

74L’adjonction d’un bec verseur prouve la difficulté d’utilisation du lébès traditionnel comme vase à verser. On a voulu rendre ce récipient utilitaire, intention dont témoignent aussi les anses larges et solides, qui permettent de soulever le vase lorsqu’il est plein.

75Ce type pose le problème de sa fonction (et de celle du lébès sans goulot), si bien entendu il s’agit d’un lébès, ce qui paraît vraisemblable, si l’on en juge par sa conformité aux caractères morphologiques généraux de la classe.

Le lébès paestan

76Le lébès paestan présente lui aussi, du point de vue formel, des variantes intéressantes : on trouve, outre les trois types habituels de panse, une forme hybride différente des autres.

  • 62 Trendall 1936, fig. 6 ; RVPaestum, pl. 16,e.

77Les exemplaires de cette série sont essentiellement ovoïdes, déjà chez les précurseurs comme le peintre du Louvre Κ 236 et le peintre de l’Oreste de Genève par lesquels semble commencer la production62

  • 63 RVPaestum, pl. 41,a-b ; pl. 42,b-c ; pl. 136, c-f par ex.
  • 64 Par exemple RVPaestum, pl. 152, c-d, Santa Agata 200 ; pl. 171, c-d, Sant’Antonio, ou des lébétès d (...)

78La forme globulaire débute probablement avec Astéas mais elle ne sera jamais majoritaire, du moins pour les modèles traditionnels63 et on trouve quelques ellipsoïdes allongés64 Les formes hybrides pourraient constituer une classe D (subdivisée en G et Ο selon que les spécimens sont globulaires ou ovoïdes), distincte de la morphologie courante. Leur panse sphérique est plus ou moins tassée, avec une épaule en biais et non plus rabattue (mais c’est une tendance générale dans le paestan), une embouchure resserrée bordée par un col assez important, largement évasé, ce qui le différencie nettement des autres types. Les anses en ruban sont courtes avec ou sans décor plastique. Ce décor se trouve sur l’épaule où il reprend les motifs courants auxquels s’ajoutent des têtes de femmes placées par paires d’un côté, ou par quatre, au détriment des autres ornements.

  • 65 RVPaestum, pl. 80,c et p. 131, n’204.

79Un exemplaire à Leyde (K 1959/2 :1) serait d’Astéas65 ce qui, s’il appartient au début de la série, situerait les premiers exemplaires vers le milieu du IVe s. La panse globulaire, très comprimée, s’incurve pour former l’épaule qui se relève et donne naissance au col très évasé à sa partie supérieure et bordé d’une lèvre. Le couvercle (aujourd’hui perdu) était surmonté d’un petit lébès. Les anses, très courtes et larges, sont placées au départ de l’épaule et s’arrêtent sous la lèvre. Sur l’épaule deux têtes de femmes d’un côté font pendant à deux cônes de l’autre. Il n’y a pas de décor plastique sur les anses.

  • 66 RVPaestum, pl. 184, c.

80Un exemplaire semblable se trouve à Genève : il est pourvu d’un col encore plus important s’évasant de même. Le couvercle a disparu et les anses sont également dépourvues de décor66

  • 67 RVPaestum, pl. 205.

81Un autre exemplaire, à Paestum (24602), est plus élancé, à tendance ovoïde pansue : l’épaule en pente (accentuée par de longues languettes) enserre une embouchure à col bien évasé et sans doute plus bas. Le pied, de bonnes proportions, a des moulures, de la coupelle jusqu’à sa jonction avec le fond. Le décor plastique se répartit entre têtes de femmes et cônes moulurés sur l’épaule, champignons sur les anses. Le couvercle reprend la forme du pied, avec une tige plus fine supportant une petite lékané surmontée à son tour d’un lébès ordinaire miniature67

82Ces vases si différents viennent rompre une chaîne morphologique qui paraissait fixe et immuable, à l’exception de variantes de détail. Ils doivent leur caractère hybride aux emprunts dont ils sont les produits.

  • 68 RVPaestum, pl. 77,c-d, Madrid 11441, lébès ovoïde particulièrement intéressant car des quatre têtes (...)

83J’ai déjà fait allusion aux têtes de femmes qui décorent le pourtour des récipients : ce motif paraît avoir été une spécialité paestane (que les autres centres ne dédaignent pas occasionnellement) et on en connaît de nombreux exemples sur des formes plus traditionnelles. Ces têtes, avec souvent un voile sur les cheveux, ou un bonnet, se dressent sur l’épaule à partir du cou ou comme des têtes seules émergeant de calices de fleurs68

  • 69 Payne 1931, fig. 669, 880-894, 1304-1317, 1501-1501-1503; CVA Bruxelles, Musée du Cinquantenaire, 1 (...)

84Comme nous l’avons déjà signalé, ces masques féminins rappellent une production beaucoup plus ancienne, dont il a déjà été question, qui faisait grand usage de ceux-ci en les plaçant sur l’épaule de pyxides, soit comme décor soit en guise d’anses. La production dont il s’agit n’est autre que le corinthien ; on remarque ces masques dès le protocorinthien69

85C’est également dans le corinthien qu’on rencontre la panse globulaire profonde à l’épaule en biais. Le col, en revanche, est droit et se distingue par une large lèvre débordante qui l’enserre étroitement. Ce type de col évasé rappelle d’autres productions dont il sera question plus loin.

86Le pied du lébès paestan ne se distingue pas des autres pieds sauf par sa tige qui est parfois plus longue.

  • 70 Lébès : RVPaestum, pl. 77, c-d, Madrid 11441 ; pl. 78,de, Melbourne coll. Geddes P2 :l ; pl. 79,a-c (...)

87Le couvercle en revanche propose plusieurs variantes et certaines, enrichies d’éléments superposés, transforment l’ensemble en pièce montée et donnent au vase un caractère d’objet précieux. Cet échafaudage savant offre aux potiers l’occasion d’exercer leur talent et il coiffe tous les modèles. Habituellement, un petit lébès constitue le bouton de préhension ; il est souvent précédé par une lékané, ou bien est surmonté par un autre petit vase70

88Chacun de ces vases miniatures est utilisable : ce sont de véritables récipients et non de simples imitations formelles.

  • 71 RVPaestum, pl. 136, c-h divers exemplaires et pl. 213, ac.

89Il existe aussi des couvercles sans prétention avec un bouton allongé, ou en cône, ou en forme de petit vase71

  • 72 RVPaestum, pl. 152,c-d, 245, n° 975 ; p. 200 Trendall note que les vases tardifs de l’atelier d’Ast (...)

90Un couvercle un peu particulier coiffe le lébès de Santa Agata 200 (il pourrait ne pas lui appartenir) : au lieu de la coupelle plate habituelle, c’est un petit bol renversé, pourvu d’un bouton conique, qui scelle l’ouverture72

Le lébès sicilien

  • 73 LCS, 586, n° 12, pl. 227,5-6.
  • 74 RVSIS, 233 et 29 et suiv.
  • 75 RVSIS. 30.

91Les premiers lébétès catalogués par Trendall sont du P. de Lentini (dans le troisième quart duIVe s.)73 un peu avant le renouveau des fabrications siciliennes à l’époque de Timoléon. La production est en réalité bien plus ancienne puisque l’auteur la situe dans le dernier quart du Ve s. et la met en relation avec l’expédition athénienne en Sicile de 415 av. J.-C.74 il envisage la possibilité d’une émigration d’artisans attiques sur l’île. Le premier peintre important semble être le Chequer P., en activité autour de 400. Son émule et continuateur, le P. de Dircé, aurait eu une grande influence, non seulement sur les productions siciliennes suivantes, mais également sur celles de Campanie et de Paestum qui seraient redevables de leurs céramiques peintes à la Sicile. La production véritablement locale ne commencerait qu’à partir du deuxième quart du IVe S.75

  • 76 LCS, 213, n° 72 : une telle précision est importante et fort rare comme le note Trendall.
  • 77 LCS, 214, n° 77.

92Si nous suivons ce schéma, nous rencontrons un premier lébès qui pourrait être sicilien chez le P. de Sikon (du nom qu’il a inscrit au-dessus d’un de ses personnages) catalogué parmi les campaniens76 à propos duquel Trendall remarque : « the shape is unique in this group of vases »77 Il provient de Lipari. Le lieu de trouvaille en lui-même revêt une certaine importance puisqu’il prouverait l’existence à date haute d’une production où le lébès à anses dressées n’était pas inconnu. On trouve déjà représentés sur ce vase les personnages qui deviendront habituels : Éros et Aphrodite, Éros et une femme. D’autres vases du même type devaient sûrement exister, sans doute les retrouvera-t-on un jour, ce qui nous permettrait d’avoir un meilleur aperçu de l’évolution de la forme et de son imagerie.

93A la suite de ces quelques exemplaires vient le P. de Lipari qui se situe dans la pleine floraison de l’art des vases peints siciliens.

  • 78 LCS, pl. 227,5-6 et 228,1-2 : Syracuse 33797 et 47099.
  • 79 LCS, pl. 243,4-5, Syracuse 33433 ; pl. 253,5-7, Glasgow 03.70 ew ; pl. 254,3 et 8, Cefalù 9 et Lipa (...)

94La forme siciliote débute par une panse très ovoïde, assez étirée, et fortement rétrécie vers le pied78 cet aspect en œuf sera conservé jusqu’au bout avec deux variantes pour une même tendance, le redressement graduel du profil : la ligne devient plus droite à partir de 320 env. puis finit par atteindre l’ellipse et la forme ellipsoïde allongée dans les dernières années du siècle79 elle rappelle alors le type campanien antérieur de plusieurs années. Il semble que seules ces deux productions aient utilisé ce profil de façon systématique.

  • 80 LCS, pl. 254,8 ; pl. 255,9a.

95Le pied à coupelle et tige courte procure une bonne assise aux exemplaires ovoïdes mais l’allongement progressif de la tige qui s’amincit également donne au vase un aspect fragile, moins stable et esthétiquement peu satisfaisant80

  • 81 Cavalier 1976, pl. XII.

96Les couvercles restent sobres avec un bouton de préhension court ou allongé, à dessus plat81

  • 82 LCS, n° 455, pl. 254,8.
  • 83 LCS, n° 453, pl. 253,57 ; Cavalier. 1976, pl. XI de la tombe 309.
  • 84 LCS, n° 454, pl. 254,3.

97Le décor plastique combine les éléments habituels : cônes, ergots, champignons, sur l’épaule et le sommet des anses. Il s’enrichit par l’adjonction d’oiseaux ou de feuilles. Les anses du lébès 745B de Lipari82 par exemple, sont coiffées chacune d’un petit oiseau prêt à s’envoler, tandis que la base de celles du lébès de Glasgow 03.70 ew est enfermée dans des feuilles83 ce même type de feuilles figure sur l’épaule près des anses du lébès de Cefalù 9884

98On notera également que sur certains exemplaires l’épaule ne se rabat pas en s’aplatissant, mais en se relevant légèrement en biais.

  • 85 B. Heldring, Sicilian Plastic Vases. Utrecht, 1981, pl. 37, n° 45 : une “pyxis” (lebès) trouvée ave (...)

99Le nombre de ces récipients (une vingtaine sont publiés) est peu élevé actuellement. Cette situation due au hasard des trouvailles, ne correspond probablement pas à la réalité85

ANTÉCÉDENTS POSSIBLES ; FORMES APPARENTÉES

Le lébès attique

100Il ne s’agit pas d’étudier ici le lébès gamikos attique. Les remarques qu’on fera à son propos se limiteront à des généralités destinées à le situer par rapport au lébès italiote.

Fig. 3. Léningrad, Ermitage, inv. 15592

  • 86 ARV2, XLIX et 1277 : P. de Marlay de 430 env. Pour le lébès attique l’étude de Brueckner 1907 reste (...)
  • 87 CVA Copenhague, Musée National, 8, pl. 343(346) ; CVA Madrid, Musée Archéologique, pl. 9(92) ; CVA (...)

101On connaît deux types de ce lébès. Le premier, en usage dès le VIe s., a une panse essentiellement sphérique, posée sur un haut pied tronconique, une sorte de piédestal qui met le vase en valeur, (mais on trouve également des pieds à coupelle avec une tige très haute) ; son embouchure resserrée est protégée par un col élevé, évasé (mais pas toujours ; parfois, le vase rappelle un dinos), muni d’un couvercle à bouton. De l’épaule partent des anses généralement doubles, incurvées en anneau. Le second type86 est un modèle beaucoup moins prétentieux : le pied haut disparaît, remplacé par un pied ordinaire à tige plus ou moins élevée ; le col s’abaisse mais reste encore important ; les anses se simplifient tout en conservant leur élévation caractéristique, parfois encore plus accentuée. On ne remarque pas de décor plastique, ni sur l’épaule (à quelques exceptions près, mentionnées plus loin), ni sur les anses87.

102Le lébès gamikos attique du type 2 est celui dont on rapproche immédiatement le lébès à anses dressées italiote. Cette nouvelle version attique semble faire son apparition après le milieu du Ve s. ; elle sera de plus en plus utilisée à partir de la fin du siècle et au IVe.

  • 88 N° π 1906.175 (inv. 15592) ; Schefold 1934, pl. 33,286 ; n° δ 4549 (inv. 10514) : ibid., fig. 56,28 (...)
  • 89 CVA Copenhague, Musée National, 8, pl. 345(348) 1a-b ; CVA Hannovre, Musée Kestner, 1, pl. 41(1673) (...)

103La panse n’est plus aussi résolument globulaire et les formes ovoïdes trapues ou allongées ne sont pas rares. On trouve ces dernières dans la production dite “de Kertch” dont le musée de l’Ermitage possède plusieurs exemplaires88 (fig. 3 et 4). Le couvercle reste sobre avec des boutons de préhension variés, simples ou en forme d’alabastre, de champignon, de petit vase etc.89

  • 90 L. Burn, The Meidias Painter. Oxford, 1987, 81 (elle ne trouve rien lié de façon spécifique au mari (...)
  • 91 L’Agora d’Athènes a livré dans les fouilles récentes quelques lébétès sans pied fragmentaires : j’e (...)

104Ces vases rituels ont très peu voyagé hors de Grèce, et on en connaît seulement un très petit nombre en Italie. L’atelier de Meidias, ou de ses proches90 semble avoir préféré la deuxième version qu’il a peut-être contribué à mettre à la mode puisque son usage augmente à partir de la fin du Ve s., sans pour autant détrôner complètement le type précédent. Les exemplaires en sont très nombreux et l’Agora d’Athènes en a restitué plusieurs, en majorité très fragmentaires, dont je dois la connaissance à la générosité de M.B. Moore91.

  • 92 Cf. supra, 21.
  • 93 Brueckner 1907, auquel on ajoutera L. Deubner, Epaulia. JdI, 15, 1900, 144-155. Une contribution ré (...)

105Ce qui a valu au vase attique son qualificatif de gamikos” c’est son imagerie d’une part et certaines inscriptions où l’on apprend que des lébétès nymphikoi” et gamikoi” étaient offerts dans des sanctuaires, comme nous l’avons vu cidessus92 L’imagerie renvoie en effet aux cortèges et aux processions du mariage, en char (c’est l’image privilégiée au VIe s. dans la figure noire) ou à pied ; ou bien, elle propose des scènes de toilette qu’on interprète comme celle de la mariée avant les noces, ou encore des scènes de transport d’objets divers (coffrets, corbeilles, vases, boîtes, linges etc.), que Ton comprend comme le transport du trousseau ou les cadeaux des epaulia93.

Fig. 4. Léningrad, Ermitage, inv. δ 4549

  • 94 Kretschmer 1909.

106Quant aux inscriptions, si elles nous font connaître l’existence de récipients spécifiques pour le mariage, elles ne s’accompagnent d’aucun dessin susceptible de nous en montrer la forme. L’exemplaire béotien de Wurtzbourg, avec l’inscription se référant au mariage94 n’est pas comparable aux lébétès attiques du type 2 et encore moins aux italiotes. Il est dépourvu d’anses, ce qui serait une caractéristique du béotien et qui le met un peu à part. Son décor figuré comprend des femmes et probablement Éros et, sur son couvercle, figurent quatre têtes d’hommes barbus et imberbes. Trouvé dans le Cabirion, il aurait été offert à un homme.

107C’est en rapprochant imageries et inscriptions qu’on a supposé que cette forme de vase était celle du mariage. En réalité nous ne le savons pas, bien que les présomptions soient fortes en ce sens. D’autant que l’interprétation de l’iconographie subira sans doute quelques changements, plus spécialement celle des scènes de toilette, lorsque paraîtra l’étude en cours sur le lébès attique.

  • 95 Richter-Milne 1935, 10 (lébétès ou dinoi ?) : on n’a pas accordé jusqu’à présent d’attention a ce d (...)

108Une dernière observation sur le contenu du récipient : quel était-il en effet ? Des hypothèses variées ont été avancées (y compris celle d’un “petit déjeuner” apporté aux mariés !). La plus vraisemblable serait celle d’un liquide parfumé avec lequel on aurait aspergé les nouveaux époux, au moyen peut-être de rameaux : cela expliquerait la présence des tiges végétales qui émergent des deux lébétès placés devant une porte close, et qui sont représentés sur une pyxis du British Museum (Ε 774) : de l’eau lustrale donc plutôt que de l’eau pour le bain95

  • 96 Boardman 1958-1959, 154 et suiv. pour un des premiers exemples connus du lébès gamikos attique du t (...)

109La présence d’un liquide paraît probable, étant donné la forme fermée de la panse, à l’ouverture bien protégée. On a avancé la possibilité de chauffer le contenu (comme pour une tisanière ?) à cause du haut pied creux du premier modèle et de la représentation, dans une scène figurée, d’un lébès entouré d’un linge96 (il s’agit d’une large bandelette ou de l’une de ces écharpes comme on en voit dans les scènes de ce type plutôt que d’un linge protecteur). Il me paraît improbable que l’on ait pu placer une source de chaleur en contact direct avec le vase : faible, elle n’aurait pas été suffisante (un récipient en terre cuite demande un temps d’exposition assez long pour que son contenu se réchauffe) ; une flamme ou des braises vives, par contre, auraient fait éclater le vase et son décor : les récipients en terre servant dans les cuisines ont souvent des parois épaisses, ils sont faits avec une argile traitée autrement et ils ont subi une cuisson différente qui permet de les exposer de nouveau à l’action de la chaleur. Les lébétès dont il est question ici sont des vases aux parois fines, ce qui les rend impropres à affronter un feu quel qu’il soit. En revanche ils peuvent contenir un liquide chaud utilisé en aspersions, pour une toilette rituelle sommaire (n’oublions pas qu’un grand nombre de ces vases est de petite taille) ou pour vider leur contenu dans un autre récipient.

110Une autre raison qui rend caduque l’hypothèse d’un réchauffement par contact direct est l’apparition du type 2 qui coexiste avec le premier : chaque type aurait-il eu un rôle spécifique et différent ? C’est peu probable, leurs imageries semblables et leur contemporanéité témoignent de leur utilisation simultanée. La “simplification” de la forme indique-t-elle un changement dans le rituel ? Cela ne paraît pas avoir été le cas : de fait, si son haut socle le fragilisait et son haut col rendait malaisé tout accès à l’intérieur de la panse (puisqu’on ne peut y introduire la main sans quelques difficultés), ce lébès attique, en changeant de forme, ne change pas d’imagerie. Le type 2, bien que plus commode à utiliser, ne peut servir lui non plus de “pyxis” ordinaire.

  • 97 Ce que m’a confirmé J. Boardmam que je remercie.

111Jusqu’à présent la version récente du lébès gamikos attique n’a pas suscité d’intérêt chez les céramologues97 Or, il s’agit d’une transformation morphologique assez radicale du vase et on aimerait savoir ce qui l’a inspirée et pourquoi. S’agit-il de raisons économiques, qui pourraient justifier qu’on ait donné la préférence à des récipients plus solides (sans pour autant qu’ils éliminent les autres), à mesure que les événements à Athènes changeaient les situations, les goûts et les marchés ? De tels changements s’accompagnent selon tout probabilité de mutations sociales.

  • 98 Voir en dernier lieu B. R. Macdonald, The emigration of potters from Athens in the late fifth centu (...)

112Qu’en est-il des rapports entre le lébès attique et le lébès italiote qu’on appelle également gamikos”, comme si l’on voulait définir de la sorte sa fonction ? Il est incontestable que le récipient de Grande Grèce et de Sicile partage avec le type 2 attique plusieurs traits communs (il n’en a aucun avec le type 1). Ces affinités sont uniquement morphologiques. Les imageries, elles, sont dissemblables (cf. infra, chapitre 3). Le répertoire figuré du lébès attique ne comprend que des scènes en relation avec le mariage et la toilette féminine, ou avec des activités festives conduites par des femmes ; celui du lébès à anses dressées italiote admet les thèmes les plus variés, sans allusions directes au mariage (si tant est qu’on sache les reconnaître), avec des références fréquentes à la sexualité, mais aussi à des sujets qui paraissent fort éloignés de celle-ci. Le vase italiote, comme son parent attique est un ustensile rituel, ce que montrent son allure générale et ses couvercles complexes, qui le mettent nettement à part. Il n’est donc pas du tout certain qu’il doive son origine au type 2 athénien, d’autant plus que ce dernier n’a pas encore livré les clefs de sa propre provenance98

Le lébès corinthien

  • 99 J.B. Salmon, Wealthy Corinth. A history of the city to 338 B.C. Oxford, 1984 ; Ridgway 1984 avec le (...)

113Tous les auteurs s’accordent pour reconnaître l’importance de la céramique corinthienne dans le commerce de la Grèce vers l’Occident. Les découvertes archéologiques corroborent cette impression en mettant au jour les mêmes objets, conjointement dans leurs lieux de destination et dans les ateliers de Corinthe99.

  • 100 Payne 1931 ; Ch. Dehl, Die korintische Keramik des 8 und frühen 7 Jhrs. v. Chr. in Italie. AM, Supp (...)
  • 101 Amyx 1989, vol. 2, chapitre 8 donne une vue générale de cette influence mais elle reste, bien enten (...)

114Les nombreux vases, entiers ou en fragments, récupérés dans les fouilles montrent la réalité de cette diffusion et, par conséquent, l’influence de cette céramique. L’un des premiers à avoir étudié la céramique corinthienne de façon systématique a été H.G. Payne ; les classifications qu’il a établies servent encore aujourd’hui. Nous devons à D.A. Amyx le dernier travail en date avec d’utiles mises au point, un grand nombre de renseignements et une vaste bibliographie100 Une connaissance plus précise de l’impact corinthien sur la céramique d’Italie serait fort utile à l’heure où les voies du commerce antique et ses réseaux font l’objet de nombreuses recherches et études101.

  • 102 Payne 1931, 306 ; Amyx 1989, 451-453, pl. 93 place le premier exemple connu de ce type vers la fin (...)
  • 103 Payne 1931, pl. 35,1-2, 67 ; 322, fig. 163 est un exemple à deux têtes, du CR.
  • 104 Payne 1931, pl. 35,6.
  • 105 Voir un bel exemple à l’Université de Washington publié par G. Mylonas, Greek vases in the Collecti (...)
  • 106 Payne 1931, 332, fig. 174 bis du CR. Si la troisième tête posée sur le bouton du couvercle n’est pa (...)

115Toutefois, l’inventaire des objets-témoins de ces échanges ne peut être profitable que si l’on se met d’accord sur ses termes, c’est-à-dire sur les noms à attribuer aux formes. Le grand travail de Payne reste toujours la référence pour la nomenclature des récipients (qu’on a appliquée à d’autres productions, sans grande cohérence dans bien des cas). Cependant le catalogue de Payne demeure un guide précieux grâce à ses classifications claires et à de nombreux croquis. Les formes qui nous intéressent plus spécialement sont justement quelques-unes des “pyxides” du Corinthien Moyen qui proviennent, pour la plupart, de formes antérieures. Ainsi, les « pyxides with handles in the form of female heads or busts » sont une « direct continuation of Early Corinthian »102 et se prolongent au Corinthien Récent. Ce sont des vases globulaires à panse tassée, épaule relevée en biais, ou rabattue presque à plat, pied à coupelle large et évasée103 Parfois le fond du vase se prolonge en se rétrécissant104 Le col est droit, couronné par une lèvre large et haute qui déborde, coiffé d’un couvercle plat à bouton plat. Sur l’épaule, des têtes féminines, généralement au nombre de trois, servent d’anses et de décor ; elles dépassent souvent la hauteur du col. L’embouchure, très resserrée, est bien protégée par le col, la lèvre, le couvercle105 Quelquefois, les têtes sont remplacées par de véritables bustes106 Ce type de récipient si particulier, « apparently confined to Corinth », paraît bien être l’ancêtre des lébétès paestans, qui présentent une forme et un décor plastique semblables. L’application sur l’épaule de têtes de femmes, “fonctionnelle” dans le corinthien, est devenue purement décorative dans l’italiote, puisque la présence d’anses ôte toute utilité aux têtes qui ne conservent vraisemblablement qu’un caractère symbolique. Si le modèle a été remis à la mode par les potiers, la signification du décor n’est peut-être plus celle de l’époque archaïque. Le goût des artistes italiotes pour les têtes essentiellement féminines qu’ils peignent sur leurs vases pour signifier sans doute une anodos, peut expliquer l’idée de réactiver un type ancien, l’anodos leur paraissant ainsi encore plus efficace. Ces récipients corinthiens dont on ignore la destination pourraient avoir eu quelque rapport avec les rites funéraires.

  • 107 Payne 1931, 307 et note 1 avec une erreur de référence à la pl. de Rumpf : 168 et non 68.
  • 108 Amyx 1989, 449.

116Mais le lébès italiote a des affinités avec d’autres modèles corinthiens. Dans sa nomenclature, Payne signale deux autres formes du début du VIe s., qu’il appelle « pyxides with convex sides and cylindrical handles » et « stemmed pyxides with hanhandles »107 Pour la première, il note qu’elle pourrait dériver du Géométrique : « this shape seems to have disappeared since the Geometric period (cf. Johansen 1923, pl. 3,1). It was copied by Chalcidians (Rumpf 1927, pl. 1,68) and by Boeotians, but is unknown in Athens till the 5th c. ». Amyx108 préfère l’appellation « convex-sided with upright handles » et remarque que la forme apparaît soudainement au Corinthien Moyen. Elle est peut-être directement issue du Géométrique, et continue à être en usage au Corinthien Récent. Au CR II la forme évolue : l’épaule s’aplatit, les anses s’élèvent davantage à partir de l’épaule. Il s’agit de vases globulaires à pied évasé sans tige.

  • 109 Amyx 1989, 450 et 426, n 5, 553 et 601 ; Lo Porto 1959-1960, 213, 216 et suiv., fig. 188d et 192.

117Nous illustrons ici (fig. 5) un exemplaire du musée de Tarente (n. 20769) du CR I, trouvé dans une tombe avec des vases attiques dont une coupe de Siana109 C’est un récipient globulaire à col droit court encerclant une embouchure étroite et à anses doubles avec un cône au milieu ; il est décoré d’une frise de cavaliers qui en fait le tour et d’inscriptions incohérentes. Ce modèle, pourvu de telles anses, est rare. On connaît un précédent au Corinthien Moyen, peint par le P. de Geladakis (Amyx 1989, 450).

  • 110 Payne 1931, 307, fig. 143.
  • 111 Un exemple du deuxième type corinthien, PAYNE 1931, pl. 29,6 rappelle fortement l’un des nombreux l (...)
  • 112 Lo Porto 1981, pl. 23,4 (fin VF-début Ve) : l’auteur note que ces vases miniatures sont souvent off (...)

118Le second type retenu par Payne, « stemmed pyxidal with handles »110 lui paraît dériver du précédent, et serait « apparently peculiar to Corinth » ; la forme de la panse est effectivement la même, mais repose cette fois sur un pied à cou pelle à bord profilé pourvu d’une tige ; l’embouchure, plus étroite, dégage davantage les anses. Les deux types possèdent des anses dressées qui s’élèvent d’une épaule légèrement en biais. Celle-ci est constituée par la ligne incurvée de la panse lorsqu’elle commence à se refermer. Le premier type a une embouchure assez large, semble-t-il, avec des anses en anneau courtes, celles du second paraissent plus hautes. Ce deuxième type a beaucoup d’affinités avec notre lébès italiote111 Un vase miniature trouvé à Métaponte, dans le dépôt de Casa Ricotta, est très proche de ce type 2112

Fig. 5. Tarente, inv. 20769

119Les listes qu’Amyx joint à la fin de son ouvrage donnent un bon aperçu de la diffusion des céramiques corinthiennes en Occident ; on peut relever en particulier en quelles quantités ce type de vase a été retrouvé sur les divers sites. Même si l’on ne retient que les objets qui proviennent de fouilles récentes ou de contextes connus (les collections, quelque bien fournies qu’elles soient, ne présentent sur ce point qu’un intérêt limité), les « convex pyxides with upright handles » sont nombreuses.

120Dans cette quête des ancêtres vraisemblables du lébès italiote, on ne peut prendre en considération toutes les formes qui s’en rapprochent peu ou prou : il en existe finalement un assez grand nombre, jusque dans le répertoire crétois archaïque. On ne retiendra que celles susceptibles d’avoir influencé, à des titres divers, un répertoire formel existant ou d’avoir imposé une forme nouvelle imitée par la suite. Nous avons vu que les productions corinthiennes et attiques font partie de celles-là.

Le lébès eubéen

  • 113 Ridoway 1984 a fait une mise au point très claire de l’état de la question pour la haute époque à P (...)
  • 114 J. Boardman, Early Eubean Pottery. BSA, 52,1957, 1-29.

121On continuera par la céramique eubéenne113 L’un des premiers à avoir examiné de près cette production en Eubée même a été J. Boardman114

  • 115 Boardman 1952, 12-48, pl. 4-11.

122Le lébès existe en deux versions avec anses doubles (pourvues d’un ergot ou d’un poucier) et sans anses. Mais elles sont toutes deux beaucoup plus apparentées au type 1 attique, avec leur haut pied tronconique, qu’à la version plus récente. Cette forme dériverait, d’après l’auteur, de l’amphore funéraire eubéenne à col très haut, qui aurait évolué sous l’influence du lébès gamikos attique du VIe s.115

123On peut s’étonner du choix d’un type de récipient en relation étroite avec le rite funéraire pour en faire un vase réservé au mariage. Était-ce par commodité, par manque d’imagination ? Parce qu’il existait des liens réels entre les deux états ? Ces amphores funéraires, aux anses plus décoratives qu’utilitaires, servaient aux ensevelissements d’enfants et leur décor où entrent sphinx et pleureuses dénote bien le contexte. Des trois amphores citées par Boardman, deux, la “Wedding amphora” et la “Peleus amphora ” contenaient un squelette d’enfant ; or elles sont décorées de représentations nuptiales ou apparentées.

  • 116 Boardman 1952, 30.
  • 117 Boardman 1952,31.

124Boardman n’esquive pas la question : « a vase-shape... popular all over Greece in the 7th c. in connection with burial practices, survives still in Eretria in the middle of the 6th c. when it shows characteristics peculiar to an Attic vaseshape especially associated with marriage whose history can be traced back some little way independently of the Eretrian series »116 Les récipients sur lesquels figurent des processions se rapporteraient à un autre rite ; s’agit-il pour autant de celui du mariage ? L’auteur émet d’ailleurs des doutes sur la validité du nom actuel du lébès gamikos donné par référence aux lébétès en bronze et sur la foi d’inscriptions (cf. supra) : « I think the use of the name on the strength of these inscriptions is not justified »117.

  • 118 Boardman 1952, 32.

125Toujours selon Boardman118 les peintres, qui se souciaient peu de l’utilisation funéraire du récipient, auraient tout bonnement suivi la tradition iconographique attique. C’est une proposition, me semble-t-il, insoutenable, car comment croire que dans ces milieux, où la plupart des objets et des images possédaient un contenu symbolique important, on aurait accepté de faire figurer des scènes nuptiales sur des récipients aux connotations funéraires bien connues si les deux événements étaient, au niveau rituel, tout à fait étrangers l’un à l’autre ?

  • 119 Boardman 1952, 32. Cf. également Albore-Livadie 1975. Les contacts avec l’Eubée semblent avoir été (...)

126Mais l’auteur nuance son propos : « as treasured family possessions they (les vases attiques) are naturally also found in the tomb probably of the bride... The late fragments from the Kerameikos cemetery with mourning women depicted... perhaps made for the funeral of an unmarried girl »119.

127Toutes ces observations jettent quelques lueurs sur des domaines dont, il faut bien l’avouer, nous savons pour l’instant fort peu de choses.

128Ce rapide tour d’horizon fait apparaître que l’Eubée n’eut pas de part directe dans l’élaboration de la forme italiote. En revanche, l’utilisation funéraire du récipient peut avoir laissé des traces (on l’a vu pour le haut archaïsme et ce fut le cas aussi en Étrurie, pour un type semblable d’amphore) puisque son imagerie au VIe s. conjugue les joies des noces et les pleurs des funérailles.

Le lébès béotien

  • 120 CVA Bruxelles, 3, pl. 5 (114) 6 ; A.D. Ure, Some provincial Workshops. BSA, 41, 1940-1945, 22, note (...)
  • 121 Je remercie vivement Rina Margos du Musée du Cinquantenaire de m’avoir obligeamment fourni la photo (...)
  • 122 Correspondant au type 2 de Beazley.
  • 123 Skinkel-Taupin 1984,44 et suiv. et notes 11-12,21, 23, 26 pour des références à Coldstream en parti (...)
  • 124 Sparkes 1967.
  • 125 Sparkes 1967, 116 ; P. Pelagatti, Nuovi vasi di fabbriche della Beozia. ArchClass., 14, 1962, 30.

129Le lébès A 78 de Bruxelles, datant de 430 environ, que nous publions (fig. 6), offre un parallèle troublant avec le type italiote120. Sa panse globulaire à l’épaule légèrement en biais rappelle le lébès corinthien et son émule paestan. Les anses s’élancent à partir du haut de la panse et les ergots s’affichent comme des tétons sous l’épaule vers l’extérieur. Le couvercle recouvre le col au lieu de s’emboîter, et un petit lébès globulaire sans anses, à col évasé, lui sert de bouton. Le pied est à coupelle avec une tige courte à tore sous la panse. Le diamètre de l’embouchure ne doit pas excéder 5 cm pour une hauteur sans anses de 20 cm121. C’est le “stamnos-pyxis” de Ure122 qui cite également des “lebes” ; l’auteur reconnaît que cette appellation ne convient pas vraiment et propose « pyxis in the shape of an Attic lebes gamikos type 2 », plus correcte à son avis. Par ailleurs, remarque-t-telle, « in Boeotia there is nothing in the decor of the vases themselves... nor elsewhere as far as I know, to suggest such a connection (avec le mariage) and the shape is so common that the vases must have been intended for daily use ». Claire Skinkel-Taupin rappelle opportunément qu’une forme similaire existait au Géométrique123 (cf. aussi Payne 1931). Nous avons vu que, dans le Corinthien, elle réapparaît au VIe s. : une remise en vogue qui va durer longtemps. Les liens du vase béotien avec le Corinthien (et avec l’Attique) sont réaffirmés par Sparkes124 qui constate également la rareté de sa diffusion hors de ses limites territoriales, sauf en Eubée et en Italie méridionale où il aurait été introduit isolément dans les bagages de quelques particuliers et non par voie commerciale125.

Fig. 6. Bruxelles, inv. A 78

  • 126 Sparkes 1967, 119-120.
  • 127 Sparkes 1967, pl. XIIb.
  • 128 Sparkes 1967, pl. XXIa ; CVA France, Musée du Louvre, 17, pl. 36-37 (1159-1160) : A. Waiblinger. De (...)
  • 129 Sparkes 1967, pl. XXIb ; CVA Heidelberg, Université, I, pl. 28(462)3-4
  • 130 CVA France, Musée du Louvre, 17, pl. 39(1162) inclus dans le béotien avec un point d’interrogation (...)

130L’influence corinthienne, très forte au VIIe s., apparaît surtout dans ces formes largement diffusées comme les alabastres et les aryballes qui ne devaient sûrement pas être les seules. Avec Corinthe et en même temps, nous trouvons Athènes dans une association si étroite qu’elle laisse perplexe sur les itinéraires des idées, des formes, des artisans, comme sur les demandes et pressions exercées par chaque marché en particulier. En effet, Sparkes attire l’attention sur un groupe de vases, le Horse Bird Group, dont le peintre paraît être le même qu’un peintre attique126 et l’auteur de conclure « so here we have an émigré Athenian in Boeotia producing work which is influenced directly from Corinth, and indirectly through the medium of Attica... In the early 6th c. there are other groups and painters in Athens whose work is heavily in debt to Corinthian models ». Un “stamnos” géométrique au Musée National d’Athènes (inv. 11795) préfigure la forme plus structurée des époques postérieures127 On retrouve déjà l’élément caractéristique constitué par les anses dressées appliquées sur le haut de la panse, là où sera l’épaule des modèles plus profilés comme ceux du Ve s. : Louvre CA4502=CA 791128 (fig. 7) et Heidelberg 181129 On peut à leur propos parler de lébès puisque leur forme rejoint le type 2 attique dont il diffère cependant par son imagerie sans relation avec le mariage. La panse fortement ovoïde de l’un, plus droite de l’autre, se referme à l’épaule vers une embouchure bordée d’un col bas ; près des anses dressées surgissent des ergots-tétons agressivement placés juste sous l’épaule. Ce décor d’ergots est parfois remplacé par des têtes comme sur un autre exemplaire du Louvre (CA 2550 ; fig. 8) de forme identique à celle du CA 4502 = CA 791130 A la place des bustes détachés des vases corinthiens ou paestans, ce sont ici des têtes moulées de femmes et de satyres qui ont été appliquées sur la partie supérieure de la panse. Ne pourrait-on supposer avec vraisemblance que ces têtes et leur disposition même reprennent au IVe s. un motif de tradition corinthienne beaucoup plus ancienne ? Il me paraît impensable qu’un tel décor ait été sans signification jadis et plus tard. Malgré des différences de sensibilités, l’effet qu’un tel vase provoque en nous actuellement ne doit pas être très éloigné de celui qu’il provoquait à son époque. D’autant plus que ces visages tristes ou grimaçants n’ont rien de bien engageant. Enfin, comme sur la plupart des exemplaires corinthiens et paestans, les têtes féminines sont voilées.

Fig. 7. Paris, Louvre, inv. CA 4502 = CA 791

Fig. 8. Paris, Louvre, inv. CA 2550

Le lébès indigène

  • 131 De Juliis 1977, 23 s. Les liens avec la Daunie et son influence avaient été rappelés lors du 11e Co (...)

131Il n’est peut-être pas inutile de regarder également du côté de la céramique indigène. La Daunie pourrait avoir eu quelque influence sur les autres productions. Sa céramique connut une grande diffusion dans toute l’Italie du Sud (jusqu’à Pithécusses) et fut imitée en plusieurs endroits. On peut en suivre l’évolution du IXe jusqu’à la fin du IVe s.131

  • 132 De Juliis 1977, pl. 1.
  • 133 De Juliis 1977, pl. II et n 19-20.
  • 134 De Juliis 1977, pl. VI.
  • 135 De Juliis 1977, pl. VI,4 et 12 ; le 13 a encore un col évasé.
  • 136 De Juliis 1977, pl. I, 8 et pl. VI.
  • 137 De Juliis 1977, pl. 1213 : la panse du 12 est très proche du campanien.

132Les panses profondes, à parois résolument convexes, globulaires et ovoïdes, existent dès les débuts132 de la production. À partir du SG Daunien II (VIe-Ve) les anses se redressent et le fond, jusque là sans pied véritable, en acquiert un, court et tronconique133 Ce qui distingue ces vases du lebès et des autres formes apparentées, c’est leur col évasé entourant une embouchure plutôt généreuse, qui les classe dans la catégorie des récipients verseurs. Le type se retrouve dans la céramique postérieure de Canosa dont le sphageion” reprend la plupart des caractéristiques. Soudainement ( ?), au SG Daunien III (à l’orée du IVe, puis pendant tout le siècle) une série nouvelle dérivée de l’Apulie ( ?) s’impose avec des variantes intéressantes134 Les corps conservent leur forme pansue globulaire ou ovale avec souvent une épaule plus marquée ; les anses s’élèvent résolument, droites ou légèrement obliques, et le col se redresse en encerclant une ouverture plus étroite. On trouve même des cols à peine indiqués, lèvre-bourrelet plutôt que col135. Le sommet des anses est pourvu d’un ergot-poucier déjà utilisé au SG Daunien I136. On remarque enfin un goulot-filtre sur le haut de la panse de quelques exemplaires, à rapprocher des goulots sur certains lébétès campaniens, ce qui confirme leur fonction de vases-verseurs137.

  • 138 F.G. Lo Porto, Satyrion (Taranto). Scavi e ricerche nel luogo del più antico insediamento laconico (...)
  • 139 A.M. Bietti-Sestieri, Central and Southern Italy in the Late Bronze Age. In : Crossroads 1984, I, 7 (...)

133De Juliis met l’accent sur le caractère indigène de cette céramique, sans exclure des influences venues de Thessalie et de Macédoine (en particulier du “matt-painted geometric ware”) avec par endroits des réminiscences mycéniennes, et, par la suite, des apports de SatyrionTarente138. A.M. Bietti-Sestieri, en se référant à l’étude de De Juliis remarque : « it apparently represents a substitute for the imported Aegean pottery of the preceding periods as a prestige item, and was thought to originate as a local imitation of it ; according to the most recent views, it might depend on Macedonian, Epirote or Albanian models. However, whatever its ultimate origin, it is so widely diffused... that it can be safely attributed to a number of different local productions »139.

  • 140 C.M. Stibbe, Lo stamnos laconico. BdA, 27, 1984, 1-12 avec bibliographie antérieure et figures.

134Ces formes présentent, à partir du VIe s., de fortes ressemblances avec des “stamnoi” laconiens dont on a reconnu tardivement l’existence et l’individualité. Un certain nombre d’exemplaires de grande taille ont été repérés à Lipari et à Gela (mais ailleurs aussi)140. Leur aire de diffusion paraît limitée (dans l’état actuel de nos connaissances) à la zone occidentale de la Méditerranée où ils servaient de contenants funéraires. Leur aspect général n’est pas sans rappeler quelques exemplaires ovoïdes dauniens du VIe s. et des époques suivantes. Et on trouve sur leurs anses ergots et champignons.

135Les types indigènes ont-ils des liens formels avec le lébès italiote ? La réponse paraît devoir être négative si l’on considère l’aspect général du récipient, et en particulier la conformation de l’embouchure et de l’épaule. Certes, quelques-uns de ces vases comportent très tôt des éléments de ressemblance : les anses par exemple avec leurs pouciers, le profil de la panse, et le goulot. Je me demande d’ailleurs si ce dernier ne serait pas à l’origine du vase campanien à goulot, qu’on ne rencontre que dans une petite série campanienne tardive ; or il semble que les productions dauniennes aient été très en vogue en Campanie dès le VIIIe s. Cela expliquerait l’adoption par des potiers campaniens d’un appendice permettant d’utiliser, pour verser commodément, un vase non équipé pour ce faire. Je pencherai pour une influence est-ouest plutôt que le contraire (si, bien entendu, le type daunien est antérieur), malgré l’introduction en Daunie de formes de Grande Grèce.

OBSERVATIONS SUR LA FORME

  • 141 A. Evans, The Palace of Minos, II. Londres, II, 1928, fig. 398. 634.
  • 142 G. Siebert, Des vases apuliens à figures rouges aux céramiques à décor polychrome et plastique. Kte (...)

136Le lébès à anses dressées italiote est redevable à de nombreux ancêtres des traits qui l’ont façonné et ont déterminé son usage. À l’origine on trouverait un récipient de ménage, large et profond dont les anses en anneau sont mobiles ou fixes. Ce récipient, de préférence en bronze pour qu’il soit plus solide, convient à de nombreux emplois ; il peut contenir des substances variées, liquides et solides, mais il n’est pas facile à dé placer une fois plein, à cause de son ouverture trop large et de son volume lorsqu’il est de grande taille. Le type est très ancien puisqu’on le trouve déjà à Knossos, à l’époque minoenne141. Le fond arrondi du bol nécessite un support, haut ou bas. C’est ainsi qu’on le munit d’un petit socle, d’un trépied, ou d’un pied tronconique dont la base évasée assure une bonne assise. Ce modèle a eu une très longue existence au cours de laquelle il a évolué, comme le montre un vase en terre cuite beaucoup plus tardif de Canosa : au corps globulaire et profond ont été ajoutées des anses dressées (placées verticalement sur l’épaule et non horizontalement comme d’habitude142) tandis que l’ouverture, plus étroite, s’apparente davantage à celle du vase italiote. Le lébès à anses dressées suit dans sa ligne générale cette forme première : comme elle, il est fait pour contenir, mais pas pour transporter, verser ou boire ; ses anses sont relevées et son pied à coupelle et tige n’est pas sans rappeler le socle tronconique. A côté de ce lébès “originel”, on peut placer la “pyxis” corinthienne. Les caractéristiques communes aux deux productions (corinthienne et italiote), malgré l’écart chronologique, sont troublantes. Il ne paraît pas possible que de telles ressemblances soient le fruit du hasard. Malheureusement nous ne pouvons pas actuellement retracer la filiation qui semble pourtant réelle, surtout pour le vase paestan.

137Cette filiation n’est cependant pas la seule, puisque toutes les productions italiotes n’adhèrent pas strictement au même modèle, même si les ateliers se repassent des éléments ou des motifs. Le second lébès attique a, peut-être lui aussi, laissé sa trace : les panses sphériques de sa première période ont pu influencer le lucanien et l’apulien, tandis que le sicilien a davantage d’affinités avec la forme de la fin du Ve s., plus ovoïde, aux lignes plus droites. Un même courant serait-il à l’origine de ce type 2 et du lébès italiote et aurait-il transité par l’Attique ? Certains éléments comme les têtes et bustes féminins posés sur l’épaule sont inconnus de l’attique. Si ces deux productions remontaient à une tradition identique, il serait étonnant que l’une d’entre elles n’ait retenu qu’une partie du modèle.

  • 143 De Juliis-Loiacono 1985, pl. 324 - IIIe s. av. J.-C.

138Le premier lébès attique n’intervient pas dans la formation de la série italiote. On est d’autant plus surpris de le découvrir parmi les formes de Canosa connues pour leur destination funéraire. Un vase de Tarente (IG 22796) combine le pied à tige longue et fine et la panse ovoïde de certains exemplaires de Kertch, au col cheminée, à lèvre large et débordante, des vases du VIe et de la première moitié du Ve s. ; les anses démesurément hautes sont coiffées de petits personnages nus ailés qu’on appelle communément “Erotes” ; le reste du décor, plastique et appliqué, suit la tradition canosienne143.

  • 144 Ibid., pl. 318 : “stamnos”.

139Un autre lébès du style de Gnathia à vernis noir, également de Tarente (IG 101660)144 est beaucoup plus trapu, avec un pied à tige très courte ; son col, version basse du col cheminée, présente lui aussi la lèvre caractéristique large et débordante. Cette lèvre est d’ailleurs une réminiscence de celle de la “pyxis” corinthienne aux bustes féminins. Ce lébès a des anses en ruban mouluré, surmontées de champignons, motif repris sur l’épaule, selon la tradition italiote, avec en outre des feuilles verticales placées à la base des anses, comme nous l’avons vu sur des exemplaires siciliens.

140Si l’on passe aux autres productions, eubéennes et particulièrement béotiennes, on s’aperçoit que, là aussi, une combinaison d’influences est en jeu : celle du corinthien, à laquelle se joint à un moment donné celle de l’attique pour créer, à partir d’une forme locale à usage funéraire, un vase qui est devenu pour la postérité le lébès gamikos. Le courant corinthien semble avoir été puissant et durable : on le détecte à Athènes comme en Grande Grèce et en Sicile, soit qu’il n’ait jamais cessé d’agir, soit qu’il ait été réactivé dans la deuxième moitié du Ve par quelque potier. Le lébès italiote a pu avoir été influencé de façon plus directe et n’est pas nécessairement redevable à Athènes de tous les détails de sa forme.

141La fabrication de ce type de récipient débute tôt en Italie méridionale, puisque le premier exemple connu peut être daté dans le troisième quart du Ve s. en Lucanie. Il se situe donc peu après l’émergence du second type attique. On pourrait alors supposer que son introduction dans ce qui sera la série lucanienne et apulienne est due à un potier attique. Mais, dès le début, le lébès italiote se différencie de l’attique par des traits propres comme son col bas, sans lèvre, et ses éléments plastiques ajoutés aux anses et à l’épaule, ainsi que par ses anses fines et hautes. Si le modèle de ce type de vase avait été athénien, on se serait attendu à trouver des répliques exactes du lébès gamikos, tout au moins dans les premiers exemplaires italiotes. Ce n’est pas le cas et le problème se complique avec l’iconographie dont les thèmes ne suivent pas ceux du répertoire athénien.

142Toutes ces données paraissent conduire à la conclusion suivante : la céramique corinthienne a sûrement joué un rôle important dans l’élaboration et la mise au point du lébès à anses dressées. Son influence s’est probablement exercée directement grâce à des survivances ou à des redécouvertes de modèles anciens. Une autre région doit également être prise en considération : la Béotie. Là se sont combinés plusieurs des courants qui ont agi sur le vase attique et sur le vase italiote. Ce dernier a suivi sa voie propre tant formelle que fonctionnelle. Sa relation avec le monde funéraire relève peut-être de l’héritage béotien. Il resterait à déterminer (si cela est envisageable) le cheminement de l’influence béotienne et comment elle s’est propagée : mais ceci relèverait d’une recherche qui dépasse le cadre de cette étude.

143Enfin, nous ne pouvons pas ignorer les formes locales : celles de la production daunienne nous le rappellent opportunément. Malgré des différences manifestes, leurs panses globulaires ont pu être à l’origine de la préférence plus marquée par le lucanien et l’apulien pour un type de corps sphérique.

144Ces rapprochements, s’il n’éclaircissent pas tout à fait le problème de l’origine du lébès italiote à anses dressées, délimitent certains apports et montrent combien cette forme (qu’on appelle stamnos, cratère, dinos, schulterhenkel amphora, ou lébès gamikos, lébès, voire lékané et pyxis) n’est pas isolée. Au cours d’une longue existence, elle a connu de nombreuses variantes et a été souvent, semble-t-il, mise en relation avec le monde de la mort.

145La destination du récipient n’était pas pour un usage quotidien et domestique. Les couvercles qui, très tôt. ne sont pas seulement des moyens de protection mais deviennent de véritables kernoi donnent aux vases peints un caractère rituel accentué par l’imagerie. Il serait utile d’effectuer une recherche complémentaire sur des formes identiques (souvent dépourvues de couvercle) de facture plus fruste et sans décor figuré, ou entièrement recouvertes de vernis noir. On les trouve fréquemment dans les tombes masculines.

Notes

1 Panofka, Recherches sur les véritables noms des vases grecs et sur leurs différents usages, 1829 ; Wolters, JdI, 1899, 129 ; D.A. Amyx, The Attic stelai : vases and other containers. Hesperia, 27, 1958, 163-307 (199-200 pour le lélébès); B.A. Sparkes, The Greek kitchen. JHS, 82, 1962, 121-121-137; ID., Illustrating Aristophanes. JHS, 95, 1975, 122-134 ; M.L. Lazzarini, I nomi dei vasi greci nelle iscrizioni dei va si stessi. ArchClass., XXV-XXVI, 1973-1974, 341-375 ; Skinkel-Taupin 1984, 39-51.

2 A.N. Malagardis, Les skyphoi attiques à figure noire. Typologie, recherches, thèse, Paris, 1986.

3 Skinkel-Taupin 1984, passim et 43 pour des remarques fort pertinentes.

4 Ginouvès 1962.

5 Liddel-Scott-Jones s.v. tripous IV.

6 Maas 1978 : on peut noter que les anses en anneau sont dressées qu’elles soient mobiles ou non. Cf. aussi Magna Grecia, Il Mediterraneo, le metropoleis e la fondazione delle colonie. Milan, 1985, figg. 366-367 et 432.

7 A. de Ridder, dans DA s.v. lébès, 1 001, III.

8 CVA Vienne, Université, Collection Matsch, n° 946, pl. 26 (220) ; voir un type semblable provenant de la nécropole de Salamine de Chypre η 203 à anses mobiles et pied tronconique : V. Karageorghis, Salamis. IV : Excavations in the Necropolis of Salamis, III, 1973, 108109, fig. 25. On notera également les inhumations dans des “chaudrons” découvertes à Cumes dans des tombes fin VIIIe-début VIIe : Albore-Livadie 1975, 53.

9 Maas 1978 ; B. d’Agostino, Tombe principesche dell’orientalizzante antico di Pontecagnano. Rome, 1977 (Mon Ant.Lincei, serie misc. II, 1), 23 ; Karageorghis, O.C. à la n. 8, p. 97, tombe 79, n 202, fig. 18.

10 IG, IIIII 2, 2, 1 : 1469b,89 “nymphikos”·, 1471b,44 “nymphikos” ; 1463b,34 “nymphikoi” ; 1424a, 147 “gamikoi” et 144 “kana nymphika" des corbeilles probablement et à 1485b,54 “hypobathra nymphikatermes” génériques dont la fonction ou le rôle étaient précisés par des détails particuliers qui les caractérisaient comme “nymphika”. On notera la fréquence du terme “nymphikos/a” qui renvoie principalement à la mariée. Tous ces mots ne nous expliquent pas à quoi ressemblaient ces lébétès sauf à nous indiquer la nécessité de récipients spéciaux pour les noces. Notons également que ces combinaisons de termes ne se trouvent pas chez les lexicographes. L’étude ancienne mais toujours excellente reste celle de Brueckner 1907,79-122 ; Boardman 1958-1959, 151-181 plus particulièrement 154-164 ; cet auteur se demande si on a raison de reporter au vase le nom mentionné par les inscriptions. Cf. également pour le même doute : D.C. Kurtz-J. Boardman, Greek burial customs. Londres, 1971, 151.

11 Ginouvès 1962, 277, note 10 ; Kretschmer 1909, 82-82-86 : le vase est à Wurtzbourg.

12 Skinkel-Taupin 1984.

13 La lecture des catalogues montre que l’on n’a pas accordé suffisamment d’attention à l’importance de la forme. Un récipient est créé dans un certain but et répond à un besoin : transporter (des liquides ou des denrées solides), mélanger, boire, etc. ; on peut le détourner par la suite de sa fonction première et lui attribuer un autre usage. Un skyphos avait sûrement une autre utilisation qu’une coupe ; pourtant tous deux servaient de vases à boire. Et les anciens utilisateurs eux-mêmes, on le sait, n’étaient pas d’accord sur les noms qu’il fallait donner aux récipients. Cependant malgré ces incertitudes je me demande si la réalité n’était pas un peu moins floue. On ne voit pas comment quelqu’un allant acheter un récipient ou envoyant un autre à sa place, aurait demandé une lékané s’il désirait un lébès, un skyphos s’il voulait une kylix etc. Je suppose que les différences étaient aussi régionales : on n’employait pas les mêmes mots pour désigner des objets semblables à Sparte et à Athènes ou à Corinthe.

14 L.D. Caskey, Geometry of Greek vases. 1922 ; Richter-Milne 1935 ; Boardman 1958-1959 ; Noble 1965 ; A. O. Shepard, Ceramics for the Archaeologist. 1963, en particulier les remarques p. 224-225. On pourra consulter également la petite publication trilingue, actes d’un colloque qui s’est tenu à Bonn en 1984 : Propositions pour une description systématique des céramiques (Führer des Rheinischen Landesmuseum Bonn, herausgegeben im Auftrag des Landschaftsverbandes Rheinland, 124), 1986. Enfin en dernier lieu : M.G. Kanowski, Containers of Classical Greece. St. Lucia, Univ. of Queensland Pr., 1984, le plus récent concernant toutes les formes des récipients grecs avec références bibliographiques et sources littéraires. Je n’ai malheureusement pas pu consulter Trendall 1985.

15 Payne 1931,232, 233.

16 Payne 1931, 331-333 ; Rutherfurd-Roberts 1978 ; Β. Bohen, Kerameikos. XIII : Die geometrischen Pyxiden. Berlin, 1988 : à la pyxis globulaire à fond large et plat, et ouverture généreuse l’auteur ajoute la “stamnos-pyxis” (13 et suiv. et fig. 2-3) sans pied ou à haut socle tronconique et anses dressées.

17 Les dénominations, y compris pour le pied, ne font pas l’unanimité ; et F. Villard, que je remercie vivement des remarques qu’il a bien voulu me faire, me fait observer que “tige” peut prêter à confusion. C’est encore un cas où les termes employés devraient être revus.

18 J.-P. Morel, Céramique campanienne : les formes. Rome, 1981 (BEFAR, 244) accorde une grande importance au pied des récipients qu’il étudie. Ses observations devront être reprises lors d’une recherche globale sur la forme.

19 Les spécialistes en mycologie que j’ai consultés au Museum d’Histoire Naturelle de Paris m’ont confirmé que ces éléments ressemblent fortement à des espèces naturelles mais ils m’ont avoué leur embarras à les reconnaître dans leurs imitations plastiques. Cela peut paraître vain d’essayer de retrouver le reflet d’une quelconque réalité dans ces excroissances. Je suis persuadée du contraire car je crois qu’elles ne sont pas des appendices inutiles dépourvus de signification,

20 D’autres motifs peuvent être utilisés ; ainsi, un lébès d’Astéas (Paestum, 48431) provenant de l’Héraion, comporte deux petits lébétès sur l’épaule : RVPaestum, 113, n° 148.

21 A. Kossatz-Deissmann, Apulischer Kernos. AA, 2, 1988, 229-239, fig. 9 et 15 : dépourvus d’anses avec une poignée centrale. Un exemple très suggestif se trouve sur le vase de Bruxelles A 3914 publié par Skinkel-Taupin 1984, fig. 1. Un autre exemple figure sur le vase lucanien de Tarente IG 8156 (3576) : LCS, 141, n 786. Voir également un exemplaire probablement campanien du IVe s. à Fiesole : CVA Fiesole, Collection Costantini, II, pl. 36 (2596), 2 et 4 avec trois lébétès miniatures à vernis noir groupés sur une base commune annulaire, les “cruets” de LCS, 570.

22 Du groupe des peintres de Pisticci et d’Amykos : LCS, 29, n° 103, pl. 7,6 de forme ovoïde pleine.

23 Je remercie le professeur Trendall de me l’avoir signalé : Métaponte SP 83-8 de Porticello, tombe 98.

24 LCS, pl. 33,4 et 8 ; pl. 36,3 ; pl. 68,4 ; CVA Copenhague, Musée National, 6, pl. 239 (242) 3 ; CVA Bologna, Museo Civico, 3, pl. 3 (696)8-9 ; LCS, 125, n° 647, Naples 686, P. des Choéphores.

25 LCS, pl. 31, 3-4 ; pl. 66,5 ; CVA Bologna, Museo Civico, 3, pl. 3 (696)7.

26 On pourrait introduire des subdivisions pour classer toutes les panses selon le point de largeur maximale et celui de rétrécissement final situé vers le fond, avec des variantes tenant compte de la distance de l’un à l’autre. Mais comme je l’ai dit auparavant, après avoir procédé à ces calculs et à ces estimations avec les vases du Louvre, je me suis aperçue que mes résultats étaient faussés par le nombre restreint d’individus dans la collection : ils n’auraient même pas une valeur de test. D’autre part la collection du Louvre est déséquilibrée à cause de la sur-représentation du campanien et de l’unique exemplaire paestan. Et bien évidemment on ne peut raisonner uniquement d’après des photos pour les autres vases.

27 LCS, pl. 7,6 ; 30,4 ; 33,4,8-9 ; 76,3.

28 LCS, pl. 33,9 ; 30,4 ; 33,8.

29 LCS, pl. 66,5 ; 68,6.

30 LCS, pl. 33,4.

31 LCS, 124, n° 637 ; CVA Copenhague, Musée National, 6, pl. 239,3 ; voir également ce qui a été dit précédemment.

32 LCS, pl. 7,6 ; 30,4 ; 31, 3-4 ; 33,4,8-9 ; CVA Japon, Collections japonaises, 1, pl. 49,4-6.

33 LCS, pl. 68,6 ; 76,3.

34 LCS, pl. 66,5.

35 RVAp, I, chapitre 4, 69, n° 38 ; APS, n VIII, pl. 14, n° 65-66 : Cork L 188b.

36 LCS, n° 321-322, 356.

37 Lébès de Tarente 52558, de Berlin F 3197 et 3196 du Intermediate Group : LCS, pl. 30,4 et 33,8-9 du premier quart du IVe celui du British Museum F 342 du P. de Primato : LCS, pl. 76,3 qu’on placera vers le milieu du siècle.

38 RVAp, I, pl. 68,2-3 ; CVA Copenhague, Musée National, 6, pl. 257 (260), Chr. VIII 377 (Birket Smith 156)

39 Parmi les premiers exemples on citera celui de Madrid 11446 (L355) : APS, pl. XL,203 du P. du Jugement (deuxième quart du IVe) dont le couvercle est orné d’un petit lébès globulaire.

40 À moulures : Aellen 1986, 94-95.

41 Comme celui de Cork déjà cité ou un autre d’Edimbourg 1881-44-23 : RVAp, II, pl. 233,1-2 ou encore celui de Copenhague Chr. VIII 377 (BS 156).

42 K. Schauenburg. Die Göttin mit dem Vogelszepter. MDAI(R), 82, 1972, pl. 58 ; RVAp, II, pl. 240,9 ; RVAp, I, pl. 68,2-3.

43 RVAp, II, pl. 187,2 : un exemplaire avec des champignons sur l’épaule et les anses.

44 Le lébès de Copenhague cité (4223) (cf. Aellen 1986, 9495), possède deux têtes d’un côté de l’épaule et deux cônes moulurés de l’autre, les anses étant en ruban à nervures.

45 LCS, 214, n° 77.

46 Je remercie vivement le professeur Trendall qui m’a fait parvenir une liste des lébétès récemment attribués pour les quatre productions italiotes, les apuliens devant faire partie du Supplément II non encore paru.

47 LCS, pl. 102,4, Wurtzbourg 879 ; pl. 108,4, Vienne 1959 ; pl. 119, 1-2, Leningrad 1693 ; p. 430, n 496 : CVA British Museum, 2, pl. 11(91)18 = F 207.

48 LCS, pl. 108,5-6, Graz 8641.

49 On trouve ce type dans plusieurs collections : CVA Bologna, 3, pl. 6(603)22-23 : LCS, 471, n ° 183 ; au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale à Paris : LCS, 468, n° 139 ; 471, n° 178, 180, 182.

50 LCS, 436, n° 570 du Groupe des Danaïdes : CVA British Museum, 2, pl. 11(91)16 = F 208 et même pl. n 8, F 204 : LCS, 344, n° 850.

51 LCS, pl. 110,2.

52 LCS, pl. 209,2 et la pl. 11(91) du CVA British Museum, 2, qui fournit un bon échantillonnage.

53 TRENDALL 1953-1955,I, pl. XVII, f-h.

54 LCS, pl. 102,4.

55 LCS, pl. 119, 1-2.

56 CVA British Museum, 2, pl. 12(92)11, F 345 = LCS, 269, n° 273 ; LCS, pl. 209,2, F 350.

57 LCS, pl. 171,3-4 ; CVA British Museum, 2, pl. 11(91)12, F 202 : LCS, 368, n° 43.

58 CVA British Museum, 2, pl. 11(91)12 a-b, F 202 et 13a, F 203 : l’atelier du Peintre de Capoue semble avoir eu une prédilection pour ce motif.

59 LCS, pl. 220,1-2, Francfort, Museum fur Vor-und Frühgeschichte n H5 ; pl. 220,5-6, Naples, Musée National 132444, et on en connaît d’autres. À Naples encore, un lébès d’une collection privée pourvu de deux goulots : LCS Suppl., III, pl. XXX, 3-4.

60 Le vase de Francfort H5 dont le couvercle est surmonté d’une bouteille posée sur un bouton plat.

61 Naples 132444 ; cf. également un vase semblable sans décor : CVA Capua, pl. 3(1979)6 avec d’autres exemplaires. On note avec intérêt la présence d’un goulot semblable sur une amphore chalcidienne de la seconde moitié du VIe s. : Rumpf 1927, pl. CXX dit “psykter” à cause de sa paroi double.

62 Trendall 1936, fig. 6 ; RVPaestum, pl. 16,e.

63 RVPaestum, pl. 41,a-b ; pl. 42,b-c ; pl. 136, c-f par ex.

64 Par exemple RVPaestum, pl. 152, c-d, Santa Agata 200 ; pl. 171, c-d, Sant’Antonio, ou des lébétès de couvercles.

65 RVPaestum, pl. 80,c et p. 131, n’204.

66 RVPaestum, pl. 184, c.

67 RVPaestum, pl. 205.

68 RVPaestum, pl. 77,c-d, Madrid 11441, lébès ovoïde particulièrement intéressant car des quatre têtes qui décorent l’épaule, deux portent un bonnet “phrygien” (“Amazons” dit Trendall) et les deux autres émergent de corolles de fleurs. Le lébès de Paestum 4831, pl. 171,a et celui de Paestum 24853, pl. 208,c-d ont des têtes aux cheveux nus ; tandis que celles de Paestum 26630 portent un grand voile et que les deux de ce lui d’Ascona, pl. 198,c-d portent un bonnet ; celles de Paestum 21560, pl. 148,c-d ont le visage tout noir.

69 Payne 1931, fig. 669, 880-894, 1304-1317, 1501-1501-1503; CVA Bruxelles, Musée du Cinquantenaire, 1, pl. 3(8)2 ; CVA Oxford, 2, pl. V(388)10 et 12.

70 Lébès : RVPaestum, pl. 77, c-d, Madrid 11441 ; pl. 78,de, Melbourne coll. Geddes P2 :l ; pl. 79,a-c trois exemexemples; pl. 152,a-b, vente Bâle — Lékané et lébès : RVPaestum, pl. 205 et 207,b, Paestum 24602 et 24658 — Lékané/lébès/lécythe : RVPaestum, pl. 148, c-d, Paestum 21560 – Lébès et bouteille : RVPaestum, pl. 120,a, Paestum 26630 ; pl. 187,c, Paestum 20341.

71 RVPaestum, pl. 136, c-h divers exemplaires et pl. 213, ac.

72 RVPaestum, pl. 152,c-d, 245, n° 975 ; p. 200 Trendall note que les vases tardifs de l’atelier d’Astéas-Python sont dépourvus des têtes plastiques.

73 LCS, 586, n° 12, pl. 227,5-6.

74 RVSIS, 233 et 29 et suiv.

75 RVSIS. 30.

76 LCS, 213, n° 72 : une telle précision est importante et fort rare comme le note Trendall.

77 LCS, 214, n° 77.

78 LCS, pl. 227,5-6 et 228,1-2 : Syracuse 33797 et 47099.

79 LCS, pl. 243,4-5, Syracuse 33433 ; pl. 253,5-7, Glasgow 03.70 ew ; pl. 254,3 et 8, Cefalù 9 et Lipari 745B ; pl. 255, 9a, Lipari 335A.

80 LCS, pl. 254,8 ; pl. 255,9a.

81 Cavalier 1976, pl. XII.

82 LCS, n° 455, pl. 254,8.

83 LCS, n° 453, pl. 253,57 ; Cavalier. 1976, pl. XI de la tombe 309.

84 LCS, n° 454, pl. 254,3.

85 B. Heldring, Sicilian Plastic Vases. Utrecht, 1981, pl. 37, n° 45 : une “pyxis” (lebès) trouvée avec des lécythes attiques du Ve s. ; le plus récent daté de 430 env.

86 ARV2, XLIX et 1277 : P. de Marlay de 430 env. Pour le lébès attique l’étude de Brueckner 1907 reste toujours d’actualité.

87 CVA Copenhague, Musée National, 8, pl. 343(346) ; CVA Madrid, Musée Archéologique, pl. 9(92) ; CVA Bâle, Antikenmuseum, 2, pl. 55(311) ; Robinson 1936, 507-519 ; Richter-Milne 1935, 9, fig. 72-75 ; Noble 1965, 27,

88 N° π 1906.175 (inv. 15592) ; Schefold 1934, pl. 33,286 ; n° δ 4549 (inv. 10514) : ibid., fig. 56,287 et sur l’épaule on notera les ergots caractéristiques comme sur celui de Berlin, fig. 66,276 dont en outre le bouton du couvercle en cône, sur balustre renflé posé sur pied à deux moulures, est assez particulier. Avec un autre exemplaire de Berlin, inv. 4982.39 (ibid., pl. 15,227) on retrouve la panse globulaire à pied large et bas. Un autre lébès, ovoïde, du IVe s. a été récemment mis au jour dans une tombe d’une nécropole attique où il avait servi d’urne cinéraire : Archaeological Reports for 1987-1988, 11, fig. 3.

89 CVA Copenhague, Musée National, 8, pl. 345(348) 1a-b ; CVA Hannovre, Musée Kestner, 1, pl. 41(1673) 1-2.

90 L. Burn, The Meidias Painter. Oxford, 1987, 81 (elle ne trouve rien lié de façon spécifique au mariage) et fig. 48. Dans la monographie Roberts 1978, la planche en frontispice est très instructive : sur un récipient d’Athènes (inv. 1190) du IVe s., une femme est assise, entourée d’une profusion de vases dont deux lébétès à pied haut tronconique et un troisième à pied à haute tige : ces pieds formaient une seule pièce avec le bol, comme celui entre les mains de l’une des femmes présentes qui le tient par son socle.

91 L’Agora d’Athènes a livré dans les fouilles récentes quelques lébétès sans pied fragmentaires : j’exprime ici toute ma reconnaissance à Mary B. Moore qui a eu la bonté et la générosité de me les faire connaître en même temps que du matériel de comparaison. Voici à titre d’information quelques exemples parmi ceux déjà publiés : — a) muni d’un haut pied : Robinson 1936, 509-516, fig. 1 ; S. R. Roberts, Evidence for a pattern in Attic pottery production ca. 430-350 B.C. AJA, 77, 1973, p. 435-437, pl. 85-86 ; CVA Madrid, Musée Archéologique, 2, pl. 9(92) ; CVA Copenhague, Musée National, 8, pl. 343(346) 3a-b, avec un pied balustre — b) muni d’un pied bas : CVA Japon, Collections japonaises, I, Bridgestone Museum, pl. 27 ; CVA Stuttgart, I, pl. 32 ; CVA Hannover, Kestner Museum, 1, pl. 41(1673) ; CVA University of California, 1, pl. LI (232) ; CVA Copenhague, Musée National, 8, pl. 345(348) 1a-b avec une panse plus droite.

92 Cf. supra, 21.

93 Brueckner 1907, auquel on ajoutera L. Deubner, Epaulia. JdI, 15, 1900, 144-155. Une contribution récente traite de la musique dans le mariage : A. Kauffmann-Samaras, Ε mousiké sto gamo tes archaias Helladas. Archaiologia (Athènes), 14, 1985, 16-28. Ead, Mère et enfant sur les lébétès nuptiaux à f.r. du VIe s. av. J.-C. In : “Ancient Greek and related Pottery”. Proceedings of the 3rd Symposium, Copenhagen, 1987, 286-297. L’étude que prépare cet auteur sur le lébès gamikos attique fournira sûrement des changements dans notre compréhension des scènes. Un article intéressant a tout récemment apporté d’autres éléments de discussion : J. Reilly, Many brides : “mistress and maid” on Athenian lekythoi. Hesperia, 58, 4, 1989, 411-444.

94 Kretschmer 1909.

95 Richter-Milne 1935, 10 (lébétès ou dinoi ?) : on n’a pas accordé jusqu’à présent d’attention a ce détail simplement signalé par les différents auteurs. Il semble d’autre part que les scènes peintes sur la panse représentent des femmes en train de filer. Un autre exemple de lébétès contenant des branches se trouve sur l’épinétron d’Érétrie (n 1629) au Musée National d’Athènes : Arias-Hirmer 1962, pl. 2 ; A. Lezzihafter, Der Eretria-Malher : Werke und Waggefährten. Mainz, 1988, pl. 164 et 168-169. La décoration, soit-disant immuable, de scènes nuptiales ou en relation avec les noces se voit remise en question par un vase du musée national d’Athènes où l’on voit desjeunesfemmes danser : Metzger 1942-1943, pl. XIII et METZGER 1988.

96 Boardman 1958-1959, 154 et suiv. pour un des premiers exemples connus du lébès gamikos attique du type 1 : atelier de Sophilos ; 161-162 sur ces problèmes et pour le vase entouré d’une bandelette.

97 Ce que m’a confirmé J. Boardmam que je remercie.

98 Voir en dernier lieu B. R. Macdonald, The emigration of potters from Athens in the late fifth century B.C.and its effect on the attic pottery industry. AJA, 85,1981,159-168.

99 J.B. Salmon, Wealthy Corinth. A history of the city to 338 B.C. Oxford, 1984 ; Ridgway 1984 avec les premiers témoignages en Occident ; G. Vallet-F. Villard, Megara Hyblaea, 2, La céramique archaïque, 1964, avaient auparavant dressé la liste de leurs propres trouvailles. Des “stamnoi” ont été répertoriés trouvés dans des tombes et des sarcophages de Megara Hyblaea : MonAnt, 1, 1890, 821, n° XXVIII ; 851, n’CXIV ; 870, n° CLXXVII où il voisine avec un lécythe à FN ; celui du n° CCIX avait des excroissances sur l’épaule.

100 Payne 1931 ; Ch. Dehl, Die korintische Keramik des 8 und frühen 7 Jhrs. v. Chr. in Italie. AM, Suppl. 11, 1984 ; Amyx 1989, réunissant un grand nombre de renseignements, une vaste bibliographie, un appareil critique et des listes de vases par lieu de trouvaille ou de conservation. Pour les récipients corinthiens trouvés à Tarente, on consultera Lo Porto 1959-1960. Voir aussi Lo Porto 1981, 292 et suiv. sur les fouilles de Métaponte, dépôt de Casa Ricotta, où ont été trouvés des vases du CM et du CR dont quelques “pyxides” : l’auteur a recours aux désignations de Payne puisque ce sont les termes habituels.

101 Amyx 1989, vol. 2, chapitre 8 donne une vue générale de cette influence mais elle reste, bien entendu, limitée, la recherche concernant trop de fabrications et de centres divers.

102 Payne 1931, 306 ; Amyx 1989, 451-453, pl. 93 place le premier exemple connu de ce type vers la fin du CA.

103 Payne 1931, pl. 35,1-2, 67 ; 322, fig. 163 est un exemple à deux têtes, du CR.

104 Payne 1931, pl. 35,6.

105 Voir un bel exemple à l’Université de Washington publié par G. Mylonas, Greek vases in the Collection of Washington University in St. Louis. AJA, 44, 1940, 187, figg. 1-4.

106 Payne 1931, 332, fig. 174 bis du CR. Si la troisième tête posée sur le bouton du couvercle n’est pas un ajout postérieur, elle en dit long sur les possibilités de renouveau d’un type si ancien.

107 Payne 1931, 307 et note 1 avec une erreur de référence à la pl. de Rumpf : 168 et non 68.

108 Amyx 1989, 449.

109 Amyx 1989, 450 et 426, n 5, 553 et 601 ; Lo Porto 1959-1960, 213, 216 et suiv., fig. 188d et 192.

110 Payne 1931, 307, fig. 143.

111 Un exemple du deuxième type corinthien, PAYNE 1931, pl. 29,6 rappelle fortement l’un des nombreux lébétès italiotes ; un autre, Amyx 1989, pl. 89,1 a, a des pouciers sur les anses, tandis que pour celui de pl. 90,1d on dirait des ergots. Une variante du CR (Payne 1931, 323, fig. 164) présente un corps profond et très pansu, bien assis, avec une embouchure très étroite et de petites anses en anneau très courtes. Elle est toutefois assez différente des précédentes. Voir également un exemplaire à Montpellier : A.F. Laurens, Société archéologique de Montpellier, Catalogue des collections, 1974, “stamnos-pyxis ”, n° 49, inv. 403(SA 227) du CR. L’auteur remarque combien il est difficile de définir ce type ; « son profil tient tout à la fois de la pyxide traditionnelle, du stamnos et du lébès gamikos » et note que cette forme a été exportée durant les Ve et IVe s. Dans ce même catalogue on trouve, p. 69-70, n° 21 (inv. 119-SA 220), une “pyxis” du type 2 chez Payne datée du CM.

112 Lo Porto 1981, pl. 23,4 (fin VF-début Ve) : l’auteur note que ces vases miniatures sont souvent offerts dans les sanctuaires. Voir quelques “stamnoi” du corinthien récent à Tarente : De Juliis-Loiacono 1985, pl. 211 et 218 ; CVA Tarente, 2, pl. 1(864)3 et 2(865) 1 et 4.

113 Ridoway 1984 a fait une mise au point très claire de l’état de la question pour la haute époque à Pithécusses où sont attestés les enchytrismoi d’enfants comme à Érétrie.

114 J. Boardman, Early Eubean Pottery. BSA, 52,1957, 1-29.

115 Boardman 1952, 12-48, pl. 4-11.

116 Boardman 1952, 30.

117 Boardman 1952,31.

118 Boardman 1952, 32.

119 Boardman 1952, 32. Cf. également Albore-Livadie 1975. Les contacts avec l’Eubée semblent avoir été importants pour l’Étrurie : cf. La Ceramica degli Etruschi. La pittura vascolare. Novara, 1987, 11 et suiv. et bien entendu avec Corinthe (ibid., 23).

120 CVA Bruxelles, 3, pl. 5 (114) 6 ; A.D. Ure, Some provincial Workshops. BSA, 41, 1940-1945, 22, note 3, pl. 7,4 ; Sparkes 1967, 125, n° 64.

121 Je remercie vivement Rina Margos du Musée du Cinquantenaire de m’avoir obligeamment fourni la photographie et les renseignements sur l’objet.

122 Correspondant au type 2 de Beazley.

123 Skinkel-Taupin 1984,44 et suiv. et notes 11-12,21, 23, 26 pour des références à Coldstream en particulier.

124 Sparkes 1967.

125 Sparkes 1967, 116 ; P. Pelagatti, Nuovi vasi di fabbriche della Beozia. ArchClass., 14, 1962, 30.

126 Sparkes 1967, 119-120.

127 Sparkes 1967, pl. XIIb.

128 Sparkes 1967, pl. XXIa ; CVA France, Musée du Louvre, 17, pl. 36-37 (1159-1160) : A. Waiblinger. Dernier quart du Ve s.

129 Sparkes 1967, pl. XXIb ; CVA Heidelberg, Université, I, pl. 28(462)3-4

130 CVA France, Musée du Louvre, 17, pl. 39(1162) inclus dans le béotien avec un point d’interrogation par l’auteur. Première moitié du IVe s.

131 De Juliis 1977, 23 s. Les liens avec la Daunie et son influence avaient été rappelés lors du 11e Congrès de Tarente par G. Tocco (Melfi-Pisciolo. In : Atti XI Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Tarante, 1971. Naples, 1972,461) qui notait la présence de cette culture dans l’Apulie de la deuxième moitié du Ve s., ainsi que par J. de La Genière, (Aspetti e problemi dell’archeologia nel mondo indigeno, ibid., 225-272).

132 De Juliis 1977, pl. 1.

133 De Juliis 1977, pl. II et n 19-20.

134 De Juliis 1977, pl. VI.

135 De Juliis 1977, pl. VI,4 et 12 ; le 13 a encore un col évasé.

136 De Juliis 1977, pl. I, 8 et pl. VI.

137 De Juliis 1977, pl. 1213 : la panse du 12 est très proche du campanien.

138 F.G. Lo Porto, Satyrion (Taranto). Scavi e ricerche nel luogo del più antico insediamento laconico in Puglia. NSc, 18,1964, 177-279 ; Id., Metaponto, Tombe a tumulo scoperte nel suo entroterra. NSc, 23, 1969, 121-170.

139 A.M. Bietti-Sestieri, Central and Southern Italy in the Late Bronze Age. In : Crossroads 1984, I, 75-77.

140 C.M. Stibbe, Lo stamnos laconico. BdA, 27, 1984, 1-12 avec bibliographie antérieure et figures.

141 A. Evans, The Palace of Minos, II. Londres, II, 1928, fig. 398. 634.

142 G. Siebert, Des vases apuliens à figures rouges aux céramiques à décor polychrome et plastique. Ktema, 10, 1985, 19-26, fig. 14 et n. 38.

143 De Juliis-Loiacono 1985, pl. 324 - IIIe s. av. J.-C.

144 Ibid., pl. 318 : “stamnos”.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bologne, Pell. 486
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 2. Naples, inv. 132444
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 3. Léningrad, Ermitage, inv. 15592
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 4. Léningrad, Ermitage, inv. δ 4549
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 5. Tarente, inv. 20769
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 6. Bruxelles, inv. A 78
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 7. Paris, Louvre, inv. CA 4502 = CA 791
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8. Paris, Louvre, inv. CA 2550
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1669/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable