Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kaulonia 1

 | 
Henri Tréziny

Addenda (novembre 1989)

Texte intégral

1Ce manuscrit était achevé pour l’essentiel en Décembre 1987 ; on a tenu compte cependant des résultats de la campagne 1988 sur l’habitat, et on trouvera ci-dessous quelques références à la bibliographie plus récente.

2Dans l’étude du matériel, nous n’avons pu faire état des volumes sur Locri Epizefiri II e III, parus en 1989 à Florence sous la direction de M. Barra Bagnasco. Les parallèles sont évidemment nombreux et instructifs, notamment pour les amphores, la céramique commune et les vases de cuisine. Signalons particulièrement les trépieds à décor de silène (notre n. 352, p. 73, et fig. 53, p. 77 — Locri Epizefiri III, p. 9 et n. 29, pl. II, 2), le thymiatérion en forme de fleur (n. 358, p. 79 et fig. 54, p. 78 — Locri III, p. 38, n. 196 et pl. VIII, 3).

3Nous faisons référence p. 59 à une communication dans un colloque dont les actes sont parus depuis :

4J. Fernandez Jurado et P. Cabrera Bonet, Comercio griego en Huelva a fines del siglo V. a.C., dans Grecs et Ibères au IVe s. av. J.-C. Commerce et iconographie, Actes de la table ronde de Bordeaux (1986), Revue des Etudes Anciennes, 89, 1987, 3-4 (— Publications du Centre Pierre-Paris, 19), p. 149-156 et fig. 1-3.

5Les timbres sur tuiles de Lipari (supra, p. 110 sqq.) ont été republiés par M. Cavalier et A. Brugnone, I bolli delle tegole della necropoli di Lipari, dans Kokalos, 32, 1986, p. 182-281. Il y a peu à dire sur les timbres du Ve s. (supra, p. III, n. 2 à 4 et 14), dont A. Brugnone (p. 267 sqq.) signale l’existence à Kaulonia sans en tirer de conséquence. Le timbre « osque » (supra fig. 69q) que nous lisons VEKY ou mieux VEKL est interprété par A. Brugnone (p. 239, n. 71) comme la transcription grecque du latin Secundus : le premier signe serait alors un sigma lunaire « angulaire », le dernier la transcription par Y du U latin. Les exemples cités présentent parfois un sigma lunaire normal, ou un sigma à quatre branches, mais jamais le sigma angulaire. D’autre part, les transcriptions grecques de Secundus sont toujours Sekoundos ou Sekondos, jamais *Sekyndos. Nous conserverons donc une lecture « osque » du document, même si la date proposée pour la tombe (fin du IIe s.) paraît bien basse.

6Y. Grandjean (Recherches sur l’habitat thasien à l’époque grecque, Études Thasiennes XII, 1988, p. 264-265 et pl. 83) publie sous les numéros de catalogue 172 à 180 des instruments de terre cuite qu’il considère comme des supports culinaires, provenant de l’habitat. Ces vases semi-circulaires, qui devaient être utilisés par paires, permettent sans doute de reconstituer les « vases-supports » de Kaulonia (supra, p. 81 et fig. 55). Le fait que les supports de Kaulonia, comme ceux (inédits) de Mégara Hyblaea, proviennent d’un contexte de fours ne contredit pas l’interprétation d’Y. Grandjean. Les supports servaient sans doute à poser des vases de cuisine sans pied à fond arrondi (chytrai, etc...), mais pouvaient être utilisés également dans les fours pour supporter une pile de vases. La même ambivalence peut-elle rendre compte des « supports-tuyères de four », étudiés également par Grandjean (supra, p. 90, n. 464) ? Cf. également Locri Epizefiri III, p. 27 et pl. VI, 5 et 6.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540