Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kaulonia 1

 | 
Henri Tréziny

6. Fortifications et urbanisme

Texte intégral

Fig. 81. Schéma du réseau des rues d’époque hellénistique, avec emplacement des portes, d’après Iannelli-Rizzi 1986, pl. I, éch. 1 :5000 ; B, C : platéiai nord-sud ; 8, 9, 15, 16 : sténopoi est-ouest.

6.1. LE PLAN D’URBANISME (fig. 81)

  • 1 Iannelli-rizzi 1986, où l'on trouvera une bibliographie que nous ne reprenons pas ici ; H. Tréziny (...)

1Les découvertes récentes sur l’urbanisme de Kaulonia ont été présentées ailleurs1 ; on se bornera ici à les résumer succinctement.

  • 2 On a dans un premier temps numéroté les rues larges nord-sud (ou platéiai) et les rues étroites (o (...)

2Même si nous ne disposons pas encore de données archéologiques précises qui permettent de dater le plan régulier de la ville hellénistique, il est assurément postérieur à 389. Une grande rue appelée Β (= pI)2, large de 14 m environ, traverse toute la ville du nord au sud ; elle représente le tronçon urbain de la route côtière Crotone-Locres. Une autre rue nord-sud, C (= pII), a été repérée plus à l’ouest ; large de 6,90 m environ, elle vient buter au nord sur la colline du phare. L’étude des photographies aériennes permet d’envisager l’existence de deux autres rues nord-sud, non encore repérées au sol : une rue A longeant l’enceinte, et une rue D contournant la colline du phare par l’ouest.

3Trois rues est-ouest ont été fouillées. Au sud du phare, bordant la Casa del Drago, deux rues larges de 4 m à 4,20 m sont espacées de 35 m. Cet espacement minimum donne le nombre maximum possible des rues est-ouest et permet dès à présent de les numéroter 15 (= sIII) et 16 (= sII). La rue 8 (= sI) a été fouillée par Orsi au sud du site. La longueur des îlots atteint 105 m entre les rues Β et C, sans doute 52,50 m entre Β et A.

4Ce plan semble parfaitement régulier en l’état actuel de l’exploration, et couvre toute la zone archéologique. Il suppose une maille d’îlots de 35 m x 105 m (100’ x 300’) et un entraxe normal des rues est-ouest de 39,20 m environ (112’). Mais il est probable que certaines rues est-ouest étaient plus larges, ce qui devrait entraîner quelques irrégularités que l’on ne peut apprécier pour l’instant.

  • 3 Schmiedt-Chevallier 1959, p, 19-20.

5L’examen des photographies aériennes et des cadastres modernes avait conduit G. Schmiedt et R. Chevallier3 à postuler, au moins dans la partie sud du site, des îlots à peu près carrés de 55 à 56 m de côté à l’axe des rues. Faute de fouilles étendues dans ce secteur, on ne sait pas s’il s’agit d’un système différent (cela paraît peu probable) ou d’une mauvaise interprétation des données visibles. On observera en effet que la largeur d’un îlot (35 m) augmentée d’une rue (4 m) et d’un demi-îlot (17,50 m) donnent 56,50 m : il se pourrait alors que les traces visibles correspondent parfois non pas à des rues mais à des axes médians d’îlots servant de murs de terrassement et laissant ainsi leur trace dans le plan cadastral.

6Il apparaît de toute manière que le rythme des tours sur le front nord (entraxe de 140 c ou 210’, courtines de 120 c ou 180’) n’entretient pas de rapport direct avec celui du plan d’urbanisme, et que toute coïncidence entre l’emplacement d’une tour et l’axe d’une rue (comme c’est peut-être le cas pour la tour D et la rue D) relèverait d’un pur hasard.

7Il est raisonnable de penser que les principales portes de la muraille sont également dans l’axe des rues principales. On attend donc deux grandes portes au nord et au sud, dans l’axe de la rue Β. Elles ne pourront sans doute jamais être fouillées puisque la porte sud est actuellement sous l’habitat moderne. Quant à la porte nord, les fouilles commencées en 1986 dans l’angle nord-est de l’habitat suggèrent que l’échancrure visible au sud du point F (fig. 1,16 et fig. 81) a été causée par les crues du fleuve Assi : la muraille a donc été complètement démantelée, et la porte aura subi le même sort. Il se peut aussi que la « Porte d’Aulon » se trouve au débouché d’un axe est-ouest plus important, entrevu par G. Schmiedt et R. Chevallier sur les photographies aériennes, et qui aboutirait au sanctuaire en bordure de mer.

8On sait encore trop peu de l’urbanisme et des fortifications pré-dionysiens pour en comprendre l’articulation. Il est certain que le plan d’urbanisme était différent, sans doute hétérogène et divisé en plusieurs quartiers (trois ?), ayant chacun son orientation. Ainsi, les axes de circulation intra-urbains n’étaient sans doute pas les mêmes qu’à l’époque hellénistique, mais cela ne veut pas dire obligatoirement que l’emplacement des portes a changé, puisque les grands axes extra-urbains (route de Crotone au nord, de Locres au sud, de l’intérieur au nord-ouest) devaient être à peu près fixes. Nous avons ainsi suggéré plus haut que la porte nord-ouest pouvait être le remaniement à époque hellénistique d’une porte plus ancienne dont ne subsisterait que la tour I.

6.2. L’EXTENSION DE LA VILLE

9Rappelons qu’Orsi distinguait trois neapolis : settentrionale, occidentale (en fait nord-ouest) et meridionale. La neapolis settentrionale n’existe guère, sauf à entendre par là l’extension au VIe s. de l’habitat primitif qui se cantonnait peut-être à la colline du phare et à la région Castellone, au sud du phare. La première enceinte connue, datable au VIe s., entourait déjà le quartier au nord du phare, remontait sans doute vers le colle A ; elle devait logiquement englober la Piazzetta d’où elle redescendait vers le front de mer, comprenant ou non la neapolis meridionale.

10Le mur du Ve s. ne fait sans doute que moderniser celui du VIe s., et rien ne permet de penser qu’il ne suivait pas le même tracé. Si l’égout E2, au-dessous de la tour D, se trouve bien, comme nous l’avons suggéré (p. 40), dans l’axe d’une petite rue de la ville classique, on aurait là une illustration des rapports qui peuvent s’instaurer à cette époque entre système défensif et plan d’urbanisme.

11Lors de la reconstruction de la ville et de l’enceinte au IVe s., le tracé primitif de la muraille s’impose encore : le mur nord assurément, celui qui monte vers le colle A sans doute, le mur de front de mer peut-être reprennent le tracé ancien, réutilisant la ligne de défense naturelle. Mais il n’en va pas de même dans tous les secteurs de la ville.

12La muraille nord-ouest délimite une neapolis occidentale qui n’existait probablement pas dans la ville classique, et dont nous ignorons si elle correspond à un nouveau quartier d’habitation, à un enclos pour les troupeaux, à un simple glacis défensif. L’ancien tracé de l’enceinte n’est pas abandonné pour autant : la fortification primitive, on l’a vu, est réutilisée, doublée, la porte nord-ouest réaménagée par la construction de la tour II et de l’avant-cour. Mais on ignore comment la muraille externe venait se raccorder vers l’est au mur principal. On peut imaginer théoriquement quatre dispositifs :

  1. le mur nord-ouest va jusqu’au fleuve, sans se raccorder au mur principal. Il aurait alors pour but de protéger l’accès au fleuve, selon un principe qui n’a guère d’équivalents dans le monde grec (mur du Phalère ?), mais qui permettrait à Kaulonia de pallier l’absence de sources et de puits intra muros.
  2. le mur longe le fleuve jusqu’à la mer, servant de digue et doublant l’enceinte principale. On voit mal l’intérêt d’un tel dispositif, fragile et extrêmement coûteux.
  3. il revient vers le sud-est en se refermant sur l’enceinte principale au sud de la porte, et contraignant la route à se décaler vers le nord, en suivant le pied de la nouvelle muraille sur près de 300 m ; cette solution, intéressante sur le plan défensif, a l’inconvénient d’obliger la route à se rapprocher du fleuve, c’est-à-dire sans doute de la rendre impraticable une partie de l’année.
  4. le mur se referme sur l’enceinte principale au nord de la porte, entre les tours I et A, dans un secteur qui n’a sans doute pas été exploré par Orsi. Cette solution, qui paraît la plus probable, attend une confirmation archéologique.
  • 4 Orsi 1914, col. 732, 735-740.

13La neapolis meridionale fait davantage difficulté, et on ne peut, faute de sondages récents dans cette région, que rappeler l’état de la question. Deux murs, construits dans l’appareil habituel de la fortification hellénistique, descendent de la Piazzetta vers la mer, l’un à l’extérieur, longeant le torrent Bernardo, l’autre à l’intérieur, arasé lors de la construction d’un îlot hellénistique4 . Les observations d’Orsi, complétées par la fouille de maisons dans la propriété Guarnaccia (fig. 1, 13), confirment que la ville hellénistique du IIIe s. s’étendait bien dans la neapolis meridionale. Mais en allait-il de même au IVe s. ? au Ve s. ?

14Techniquement, il est improbable que le mur intérieur qui utilise massivement la tuile, date du Ve s., même s’il est possible qu’il reprenne un tracé plus ancien auquel pourrait appartenir l’égout fouillé par Orsi. On admettra donc que ce mur représente la limite sud d’une première ville hellénistique, agrandie dans un second temps jusqu’au torrent Bernardo.

6.3. CONCLUSION

15On appréciera la complexité des problèmes, et l’ampleur du chemin qui reste à parcourir avant de pouvoir dater précisément les diverses phases de la fortification. Aussi bien notre ambition, dans ce premier fascicule de la publication des fouilles récentes de Kaulonia, n’était pas de donner des réponses définitives, mais de présenter un état de la question. Nous savons à présent que la cité de Kaulonia était dotée de fortifications dès l’époque archaïque, que cette première enceinte, sans doute remaniée au cours du Ve s., n’a pas résisté aux assauts de Denys en 389. La prise de la ville est un épisode important, qui a dû entraîner un certain hiatus dans l’existence de la cité, sans interrompre obligatoirement toute occupation humaine.

  • 5 Orsi 1914, col. 826 ; Tomasello 1972, p. 643 ; voir déjà à ce propos l'observation de G. FOTI, Tur (...)
  • 6 Pausanias VI, 3, 1.

16La ville a dû être refondée vers le milieu ou dans la deuxième moitié du IVe s., et c’est sans doute de cette époque que datent le plan d’urbanisme et la plus grande partie de l’enceinte, tour D comprise. La nouvelle Kaulonia n’est pas une humble bourgade, comme on l’a parfois écrit à la suite d’Orsi5, mais une ville prospère, que de nouveaux épisodes militaires, comme sa « destruction» par les Campaniens de Reggio vers 2756, ne semblent pas affecter outre mesure. On peut être tenté d’attribuer à cette période certaines des réfections de l’enceinte, ainsi que des contacts plus étroits avec les populations osques (tuiles et briques timbrées, monnaies des Brettii). Mais l’existence de grandes maisons à mosaïques comme la Casa del Drago, vers le milieu du siècle, montre que la ville conserve sa prospérité jusqu’à la tourmente de la deuxième guerre punique.

Notes

1 Iannelli-rizzi 1986, où l'on trouvera une bibliographie que nous ne reprenons pas ici ; H. Tréziny, RA, 1988, p. 205-212.

2 On a dans un premier temps numéroté les rues larges nord-sud (ou platéiai) et les rues étroites (ou sténopoi) dans l'ordre de leur découverte (Iannelli-Rizzi 1986, pl. I). Ayant à présent une vision plus claire du plan d'urbanisme, on préférera numéroter chaque rue est-ouest du sud au nord, en supposant un espacement constant de 35 m. Les rues nord-sud seront désignées par des lettres, A étant réservé pour une rue supposée en bordure de l'enceinte de front de mer. Chaque îlot sera alors désigné par la lettre de la rue nord-sud immédiatement à l'est et le numéro de la rue est-ouest immédiatement au nord. On rappellera entre parenthèses les anciennes dénominations.

3 Schmiedt-Chevallier 1959, p, 19-20.

4 Orsi 1914, col. 732, 735-740.

5 Orsi 1914, col. 826 ; Tomasello 1972, p. 643 ; voir déjà à ce propos l'observation de G. FOTI, Turente 1977, p. 461.

6 Pausanias VI, 3, 1.

Table des illustrations

Légende Fig. 81. Schéma du réseau des rues d’époque hellénistique, avec emplacement des portes, d’après Iannelli-Rizzi 1986, pl. I, éch. 1 :5000 ; B, C : platéiai nord-sud ; 8, 9, 15, 16 : sténopoi est-ouest.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable