Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kaulonia 1

 | 
Henri Tréziny

4. Le matériel

Texte intégral

Fig. 28. Coupes subgéométriques, coupes à filets, éch. 1 : 2.

1Le matériel céramique provenant des remblais de la tour D n’est ni le mieux conservé, ni le mieux stratifié de Kaulonia. Il nous a semblé cependant que les publications précédentes ne donnaient pas une idée suffisamment précise du faciès céramique de la cité achéenne et qu’une présentation de ce matériel par séries typologiques serait utile. Cette publication n’est pas exhaustive ; en l’absence de situations stratigraphiques nettes qui permettraient de proposer des chronologies, on se bornera à une présentation rapide des diverses catégories, en insistant sur les quelques cas pour lesquels on peut apporter des informations nouvelles (coupes ioniennes, céramique de cuisine, timbres sur tuile, amphores). Les fragments sont désignés par le numéro de catalogue qu’ils portent sur les planches d’illustration ; la correspondance avec les numéros d’inventaire est donnée en annexe.

4.1. CÉRAMIQUES ARCHAÏQUES DE TYPE CORINTHIEN OU IONIEN

4.1.1. Coupes subgéométriques à filets (fig. 28)

2Il n’y a pas dans les fouilles de la tour D de fragments qui se rattachent aux séries géométriques. Le fragment n° 1, donné comme exemple, provient du secteur de la Casa del Drago, au sud-est du phare ; il s’agit d’une coupe corinthienne se rattachant au style de Thapsos, et que l’on peut dater vers la fin du VIIIe s., mais ce fragment est pour l’instant isolé. Le fragment n° 2 reprend par son décor la tradition décorative du style de Thapsos, mais le profil, dépourvu de tout gonfle ment de la lèvre, trahit une date tardive (cf. C. Sabbione, Le aree di colonizzazione di Crotone e Locri Epizefiri nell’VIII e VII sec. a.C., dans ASAA, 60, 1982, p. 269 n° 44 et fig. 11, de Crotone ; premier quart du VIIe s. ?).

3Les autres vases de la figure 28 appartiennent aux séries subgéométriques du VIIe s. L’argile est généralement fine, de couleur beige variant du paille au grisâtre. Le vernis, le plus souvent mal conservé, est brun mat, sauf dans quelques cas (n° 12) où il prend une couleur rouge. Autant que l’on puisse en juger sur des fragments, la principale forme représentée est la forme profonde du protocorinthien subgéométrique (T. J. Dunbabin, Perachora 2, p. 75-76), mais la plupart de nos fragments viennent sans doute de productions coloniales.

4Les fragments 2 à 12 proviennent des sondages intra muros (QV 609, US 16 à 28 ; 640, US 15 à 20 ; 671. US 18) et notamment des niveaux les plus profonds (couche IVc). Aucun n’a été découvert dans les sondages pratiqués à l’extérieur de la muraille archaïque (QV 642-643 et 672).

5Les fragments 13 à 20 proviennent de « coupes à filets », qui ne se distinguent pas toujours nettement des précédentes sur de petits fragments. La forme générale est plus proche de celle des coupes « ioniennes » que de celle des coupes de tradition protocorinthienne ; ce matériel est abondant à Sybaris (NSA, 1970, Suppl. 3, p. 157-160 et 265270), à Crotone (Sabbione, art. cit., p. 268-269) et se trouve dans les niveaux les plus anciens de Poseidonia vers 600 (E. Greco, La ceramica arcaica di Poseidonia, dans Il commercio greco nel Tirreno..., Salerne, 1981, p. 57-66).

Fig. 29. Coupes “ioniennes” de type B2 à engobe rouge, éch. 1 : 2.

4.1.2. Coupes « ioniennes » (fig. 29 à 31, 33)

6Un seul fragment non illustré (inv. 609.13.8), se rattache sans doute au type B1 de G. Vallet et Fr. Villard (MEFR 67, 1955, p. 23) : paroi fine, beau vernis noir, deux lignes en rehaut pourpre. Tous les autres appartiennent au type B2. On distinguera par la technique deux séries principales.

7a) argile beige, assez claire. Les parties réservées sont couvertes d’un engobe rouge, qui donne à la céramique un aspect rouge et noir. Le vernis est d’excellente qualité, généralement noir, quelquefois rouge (n° 32 et 33). La paroi est mince, l’épaule bombée, l’articulation de la lèvre très marquée. La décoration est traditionnelle, avec une ligne réservée à l’intérieur de la lèvre. Le n° 28 présente exceptionnellement une ligne réservée à l’intérieur, à la hauteur des anses ; le n° 22 a une lèvre plus courte et une paroi un peu plus épaisse ; le n° 27 a une argile brun clair et un vernis brun rouge mat. Le dessous du pied est également recouvert d’engobe rouge.

8Les fragments 36, 39, 45, 51 à 53 ont une argile analogue, apparemment dépourvue d’engobe, mais cela est sans doute dû à un mauvais état de conservation. Le fragment n° 36 a un vernis rouge et rappelle par son profil la coupe de Vélia, Céramiques de Grèce de l’Est, pl. 150.

9b) argile rose-orangé, sans engobe (n° 34 et 35, 40 à 43). Certains fragments évoquent les productions éléates (argile orangée), d’autres pourraient être attiques (pâte rosée). Le fragment 39 a une pâte nettement rouge, un très beau vernis noir, une lèvre très droite. Le fragment 49 enfin a une argile ivoire très fine, une couverte brun rouge à l’extérieur de la lèvre ; la vasque est réservée à l’intérieur, sauf une bande brune au haut de la lèvre.

10La littérature sur les coupes « ioniennes » est extrêmement abondante, et on se bornera à renvoyer aux bibliographies données dans Céramiques de Grèce de l’Est. On sait aujourd’hui qu’une grande partie des coupes de type B2 n’était pas importée mais fabriquée localement dans des centres variés ; en fait, il n’est pas improbable que chaque centre grec de quelque importance ait eu son céramique et que l’on y ait fabriqué la plupart des produits de consommation courante, particulièrement les coupes « ioniennes ». Malheureusement, on ne dispose pas encore d’une étude d’ensemble de ces productions régionales.

11La production à pâte beige et engobe rouge, qui veut peut-être imiter des productions attiques, est bien attestée à Sybaris où elle constitue le groupe I défini par A. Bedini (NSA, 1970, Suppl. 3, p. 261-265), mais l’engobe rouge apparaît dans les cinq catégories définies. De même, une « ingubbiatura color rosa carico, oppure rossiccia ο aranciata » apparaît sur la plupart des fragments de Locres (G. Bacci, dans Locri I, p. 78). La même technique s’observe sur des fragments de Crotone, mais rien de tel n’est signalé à Siris (B. Hansel, NSA, 1973, p. 446-449) ou à Métaponte (F. D’Andria, NSA, 1975, Suppl., p. 372 et renseignements A. De Siena), où l’argile est plutôt chamois et où une fabrique locale est certaine.

12À Tarente, les coupes B2 ont en général une argile rosée ou orangée, considérée parfois comme attique (P. Pelagatti, ASAA, 1955/1956, p. 1617 ; F. G. Lo Porto, BA, 1961, p. 272, 280). On sait qu’en Campanie les coupes produites dans la région de Vélia ont une pâte orangée sans engobe ; en Sicile la plupart des coupes B2 de Mégara Hyblæa, considérées comme importées par G. Vallet et Fr. Villard (Megara Hyblœa 2. La céramique archaïque, 1964), ont une pâte beige sans engobe ; à Himère, plusieurs techniques sont attestées (Himera 2, I, p. 268 sqq.).

13On proposera donc de considérer les coupes à engobe rouge comme des productions régionales calabraises, à attribuer à un (ou plusieurs) centre(s) de la côte ionienne, entre Locres et Sybaris, et dont la diffusion a dû rester locale.

Fig. 30. Coupes “ioniennes” de type B2 sans engobe, éch. 1 : 2.

Fig. 31. Coupes à décor de bandes, éch. 1 : 2.

Fig. 32. Céramiques de type corinthien récent, éch. 1 : 2.

Fig. 33. Céramiques archaïques diverses, éch. approx. 1 : 1.

Fig. 34. Tasses à décor de bandes, éch. 1 : 2.

14Les coupes B2 dans leur majorité, et les coupes à engobe rouge dans leur quasi-totalité, proviennent du sondage QV 609 (US 12 à 18) ; cette particularité tient sans doute à la fragilité de l’engobe, qui aura mieux résisté dans le milieu sableux et humide du sondage QV 609. Les fragments recueillis appartiennent à des niveaux archaïques, couvrant sans doute l’essentiel du VIe s. Mais on notera aussi l’absence dans les US 12 à 18 du sondage QV 609 de céramiques attiques à vernis noir du dernier quart du VIe s. Contrairement à ce que l’on a pu observer ailleurs (W. Johannowsky, Céramiques de Grèce de l’Est, p. 139), il semblerait donc que l’utilisation des coupes B2, même de fabrication coloniale, ne se prolonge guère au-delà de 520 environ.

4.1.3. Coupes à décor de bandes (fig. 31)

15On a regroupé sous cette appellation des coupes archaïques du VIe s. dont le profil et le décor s’apparentent parfois à ceux des coupes ioniennes, avec de nombreuses variantes. Le fragment 64 a une pâte jaune très claire, un vernis brun noir mat, et pourrait être corinthien ; les autres fragments ont des argiles très variables, de jaune à rouge et à gris.

4.1.4. Skyphoi corinthiens et de tradition corinthienne (fig. 32 et 33)

16On notera l’absence totale de skyphoi protocorinthiens subgéométriques du VIIe s. Les quelques fragments catalogués sont des fonds de skyphoi du Corinthien Récent, à pâte fine grisâtre, variant du gris jaune au gris vert, avec des arêtes rayonnantes (n° 74 et n° 83) ou de petites baguettes à la base (77 et 78) ; le petit fragment de vasque 75 a une ligne de rehaut pourpre à l’intérieur.

17Cependant, la majorité des fragments est constituée de grands skyphoi (diamètre maximum de 18 à 20 cm) en argile grisâtre, un peu granuleuse ; la paroi est plutôt épaisse, le décor de lignes horizontales ou verticales évoque une tradition subgéométrique ancienne. Le vernis utilisé est mat, brun à brun noir, et s’efface facilement ; on observe souvent des bandes de peinture rouge.

18Ces vases ne sont pas nécessairement plus anciens que les coupes « ioniennes » avec lesquelles ils se retrouvent en contexte et doivent dater du Corinthien Récent. Mais les skyphoi corinthiens contemporains ont des décors différents et sont en général nettement plus petits, sans parler des vases miniatures (cf. Boardman-Hayes, Tocra 1, pl. 26-27 ; pour la forme, cf. Perachora 2, pl. 101, n° 2513 à 2515, à décors figurés). On y verra donc volontiers des fabrications coloniales, déjà connues à Kaulonia dans les fouilles anciennes (Orsi 1914, fig. 177, 178, provenant de la nécropole ; Tomasello 1972, p. 571 fig. 14a, p. 607 et fig. 93g).

19On a regroupé également sur la fig. 32 le fragment n° 76, qui semble appartenir à un pied de grand vase (cratère ?), et le col d’oenochoé n° 84, à décor subgéométrique, apparenté à celui des skyphoi décrits plus haut, mais probablement d’importation. Un autre fragment d’épaule d’oenochoé (fig. 33, n° 85), avec des languettes incisées et une ligne en rehaut rouge pourrait être plus ancien (Corinthien Moyen ?).

4.1.5. Tasses à bandes (fig. 34)

20Ces petites tasses apodes sont probablement pourvues d’une seule anse horizontale. Certains exemplaires sont vernis à l’intérieur et décorés de bandes à l’extérieur, sur un engobe rouge, selon la technique décrite pour les coupes ioniennes (n° 86, 92, 93). D’autres sont décorés de bandes à l’intérieur également (87, 88, 91). Ce type de vase existe sans doute dès le dernier quart du VIe s. et se prolonge au Ve s., peut-être jusqu’au début du IVe s. Les parallèles sont nombreux dans toute l’Italie Méridionale (Oppido Lucano, NSA 1980, t. 26, 35, 41 etc. ; G. Bailo Modesti, Cairano nell’età arcaica. Naples, 1980, p. 81-83, type 98 ; Tolve, fig. 36, n° 70325 ; Ε. GrecoD. Theodorescu, Poseidonia-Pœstum III, Rome, 1987, fig. 88, n° 689) ; des vases analogues se trouvent à Athènes, mais ils sont pourvus d’un petit pied annulaire (Agora XII, fig. 8 ; Hesperia, 1986, p. 51, fig. 34).

Fig. 35. Céramiques figurées, éch. approx. 1 : 1.

21Les fragments de Kaulonia proviennent surtout des sondages 672 (US 17 et 20) et 671 (US 2 et 3), dans des contextes du Ve s.

4.2. CÉRAMIQUES ATTIQUES OU IMITATIONS

4.2.1. Céramiques figurées (fig. 35)

2297. Fragment de vasque d’une coupe attique des Petits Maîtres (trois fragments jointifs) ; satyre dansant et oiseau ; rehauts rouges ; v. 530/520.

2398. Fragment d’épaule de vase fermé à vernis noir attique ; décor de languettes.

2499. Fragment de vasque de coupe avec décor à figures noires tardives ; début du Ve s. ?

25100. Idem.

26101. Fragment de vasque de cratère attique à figures rouges ; scène de banquet ; bras gauche d’un personnage appuyé sur un coussin à décor de damier (milieu du Ve s. ?).

27102. Fragment de paroi de cratère à figures rouges ; bas de vêtement à plis amples et cheville ; deuxième moitié du Ve s.

28103. Fragment de paroi de cratère à figures rouges ; colonne et chapiteau fragmentaires.

29104. Deux fragments non jointifs de paroi de cratère à figures rouges, provenant l’un du remplissage de la tour (inv. 643.46.281), l’autre des niveaux de remblaiement du sondage QV 609 (inv. 609.9.4) ; patte arrière de cheval et roue de char. La représentation est étagée sur trois plans : 1) patte de cheval ; 2) roue ; 3) barre oblique. En principe, les pattes arrière du cheval devraient se trouver en avant de la roue du char, à moins que la roue représentée ne soit la roue gauche du char : il faut alors imaginer une représentation en perspective dans laquelle la roue droite du char serait décalée vers notre gauche ; en ce cas, la barre oblique de l’arrière-plan peut difficilement appartenir au char et doit se référer à un autre acteur de la scène. Des scènes de ce type sont fréquentes dans la céramique attique de la deuxième moitié du Ve s. (J. D. Beazley, Attic Red-Figured Vases, p. 1157, n° 25, P. du Dinos ; p. 1312, n° 5, P. de Meidias, vers 410) ou du début du IVe s. (ibid., p. 1344, n° 1, P. de Suessula) ainsi que dans les productions lucaniennes contemporaines (A. D. Trendall, Red-Figured Vases from Lucania, Campania and Sicily, Oxford, 1967, pl. 25 à 27).

30105. Bas de vasque à décor ondé. Ce type de décor est particulièrement fréquent dans la céramique lucanienne à partir de l’extrême fin du Ve s. et durant tout le IVe s. (par exemple Trendall, op. cit., pl. 57, premier quart IVe s.).

31La fouille a donné également plusieurs fragments de lèvres de cratères en cloche avec décor de feuilles de laurier.

4.2.2. Coupes et skyphoi à vernis noir

32On a regroupé sur la fig. 36 des fragments de lèvres et de pieds appartenant à des coupes et à des skyphoi à vernis noir entre la fin du VIe s. et le début du IVe s. Il s’agit pour l’essentiel de coupes de type Bloesch C à lèvre concave avec pied haut (cf. Agora XII, n° 398-413), sans pied (« stemless », (« stemless », Agora XII, n° 454), ou avec pied annulaire (« cup-skyphoi », Agora XII, n° 572 sq.) ; pour les formes de la fin de l’archaïsme, cf. également S.R. Roberts, Hesperia, 55, 1986, p. 1 sqq.

Fig. 36. Coupes et coupes-skyphoi à vernis noir, Ve s., éch. 1 : 2.

Fig. 37. Coupes à vernis noir, Ve-IVe s., éch. 1 : 2.

Fig. 38. Skyphoi à vernis noir, éch. 1 : 2.

33Le n° 106 est sans doute un « cup-skyphos » à courbure continue, forme ancienne (Agora XII, n° 563, v. 550) qui se prolonge au Ve s. (Agora XII, n° 494 et 495, v. 420). La plupart de ces fragments ont une argile rosée ou orangée, un vernis noir de bonne qualité ; les parties réservées sont recouvertes le plus souvent d’un engobe rouge. Certains vases (n° 126) ont une argile brun clair, qui les rapproche des coupes ioniennes à engobe rouge.

34Les coupes attiques à ressaut (fig. 37, n° 133 à 139) dérivent des coupes de type C (cf. Hesperia, 1986, p. 11, n° 10, v. 490) et se développent dans le deuxième quart du Ve s. Le type est décrit dans Agora XII (« stemless inset lip », n° 471 ; voir aussi Morel 1981, F 4271 al, Meligunìs-Lipára, 2, pl. b.8). On admet généralement que la forme se prolonge jusque dans le premier quart du IVe s. (Fr. Villard, Lybica A.E., 7, 1959, p. 7-13 ; contra, Morel 1981, p. 301, n. 346). La chronologie de ces coupes est actuellement débattue en Espagne (« Castulo cups », cf. B.B. Shefton, dans H.G. Niemeyer (éd.), Phönizier im West = Madrider Beiträge, 8, 1982, p. 403-404 ; P. Cabrera Bonet et J. Fernandez Jurado, dans Grecs et Ibères au IVe s., colloque de Bordeaux, décembre 1986, Actes sous presse dans REA). Les pieds n° 127 et 128 (fig. 36) pourraient se rapporter à cette forme.

35Les fragments 140 à 153 (fig. 37) appartiennent également à des coupes-skyphoi attiques de la deuxième moitié du Ve s. ou du début du IVe s. (Agora XII, « delicate class ») ou à leurs imitations. On proposera de dater le n° 140 vers le troisième quart du Ve s. (cf. Agora XII, n° 545, 865, 873 à 875). Le fragment n° 153, peut-être attique, est original par son décor de spirales (cf. Agora XII, n° 543, 786) : il date sans doute également de la fin du Ve s. ou, au plus tard, de la première moitié du IVe s.

36Les fragments de skyphoi à vernis noir sont très nombreux : la figure 38 ne reproduit que les exemplaires les mieux conservés.

  1. forme « corinthienne » (n° 154-156) ; skyphoi assez hauts, vasque bombée, pied aplati, pâte généralement orangée, attique, beau vernis noir. Le bas de la vasque est réservé et recouvert d’un engobe rouge, comme le dessous du pied. La vasque est parfois décorée de filets en rehaut rouges ou blancs ; le fragment 155, mal conservé, a une argile grisâtre, des rehauts blancs à l’extérieur et à l’intérieur de la vasque (corinthien ?). Ces vases se trouvent dans tous les niveaux archéologiques depuis la fin du VIe s. La forme se poursuit durant tout le Ve et même le IVe s. (Agora XII, pl. 15, n° 311 à 327). Le seul exemplaire à profil complet (n° 154), relativement haut et étroit, n’est sans doute pas antérieur au milieu du Ve s. Aucun fragment ne semble très tardif.

  2. forme « attique A » (n° 157-158) ; pied en bourrelet, paroi souvent plus épaisse, forme plus ouverte (cf. Agora XII, n° 342, milieu du Ve s.). Le bas de la vasque est le plus souvent verni, parfois réservé avec engobe rouge comme sur la forme précédente.

  3. forme « attique B » : quelques fragments d’anses verticales pourraient se rapporter à cette forme (le n° 163, illustré fig. 38, a une anse bifide).

  4. forme hémisphérique à pied annulaire (n° 159-162). L’argile varie du beige au gris. Le vernis est généralement médiocre ; production sans doute coloniale, contexte du Ve s. (cf. Bailo Modesti, Cairano..., op. cit. p. 84-85, type 100 ; Meligunìs-Lipára, 2, pl. b, 11).

Fig. 39. Coupelles à vernis noir, éch. 1 : 2.

Fig. 40. Céramiques hellénistiques, éch. 1 : 2.

Fig. 41. Plats profonds à marli, éch. 1 : 3.

4.2.3. Coupelles à vernis noir (fig. 39)

37Les coupelles à pied haut et lèvre en bourrelet externe de la fin de l’archaïsme (Agora XII. n° 958-963), fréquentes en Occident, sont absentes de notre échantillon. Le vase le plus ancien est probablement le n° 164, datable au début du Ve s. (cf. Mimera 2, fig. 21, 2) ; on datera dans le second quart du Ve s. le n° 165 (cf. Agora XII, n° 849-850), dans le troisième quart du Ve s. le n° 166 (cf. Agora XII, n° 813), dans la deuxième moitié ou le dernier quart du siècle les coupelles 169 (cf. AIONArchStAnt, 1981, fig. 28, 7), 174 (Agora XII, n° 852) et 175 (Agora XII, n° 956). Les fragments 179-182 appartiennent à ces coupelles de forme « concave-convexe », très fréquentes dans les productions italiotes de la deuxième moitié du IVe s. (Morel 1981, espèces 2420 et 2430). Par la forme et par la technique, les coupelles 183 à 185 appartiennent sans doute au IIIe s.

4.3. CÉRAMIQUES HELLÉNISTIQUES À VERNIS NOIR (fig. 40)

38Les patères de forme Lamboglia 36 (Morel 1981 genre 1300) constituent l’un des témoins les plus sûrs des niveaux hellénistiques du IIIe s., mais ne sont pas très nombreuses. La forme apparaît au début du IIIe s. par évolution des patères profondes à rebord court de la fin du IVe (cf. A. Greco Pontrandolfo, AIONArchStAnt, 2, 1980, p. 109), peu représentées ici. Les fragments illustrés (n° 186 et 187) sont déjà bien évolués et se datent sans doute du milieu ou de la deuxième moitié du IIIe s. Le fragment n° 188 appartient à une forme plus profonde, sorte de grande coupelle.

39Plus nombreux sont les fragments de skyphoi à lèvre légèrement évasée, anses légèrement obliques (n° 195-197) ; le pied est parfois anguleux (n° 198). L’utilisation de rehauts de couleur ou de décors incisés est extrêmement rare (n° 191. 199). Le petit vase n° 199, recouvert d’un vernis rouge, est décoré de feuilles de laurier en rehaut blanc ; le pied n° 200 appartient peut-être au même vase, ou à un vase analogue.

4.4. PLATS, MORTIERS, LÉKANAI

40Les plats profonds à marli horizontal (fig. 41) sont extrêmement nombreux dans les niveaux d’époque classique et hellénistique. Réalisés dans une argile bien épurée, de couleur beige à orangé, ils sont toujours achromes. Leur diamètre moyen sans la lèvre est de 30 à 40 cm. Les fragments n° 203, 205, 206, 207 ont en commun des anses verticales et un rebord assez court ; ils dérivent peut-être de prototypes de la fin de l’archaïsme caractérisés par un rebord court strié (L. Kahil, Etudes Thasiennes, 7, p. 32, n. 32 et pl. 10), que l’on retrouve sur notre n° 204 ; ils proviennent de contextes du Ve s. Les exemplaires à rebord plus allongé devaient avoir en général des anses appliquées (n° 219, 220). On les date le plus souvent au IVe s. (par exemple à Sybaris, NSA, 1970, Suppl. 3, p. 329, n° 516 ; NSA, 1972, Suppl., p. 205, n° 42).

41Les grands plats ou mortiers à rebord en amande (fig. 42) proviennent généralement de niveaux archaïques (225 et 227) ou du Ve s. (226). Les mortiers à bord épais, pâte beige, souvent dotés d’une anse plastique (fig. 43, 246 à 252) viennent exclusivement des niveaux du IVe et du IIIe s., comme les formes à bord tombant et bec verseur (fig. 44, 256-259). Le fragment n° 260 a une paroi très épaisse, mais son profil rappelle les plats à marli anciens (fig. 41, 204-205) et on le datera sans doute encore au Ve s.

42Les assiettes profondes à rebord (lékanai) sont nombreuses dans tous les niveaux archéologiques. Les plus anciennes sont décorées de petits traits sur le rebord, dans la tradition subgéométrique (fig. 45, 264, 265, 281) ; le décor le plus fréquent est constitué de lignes ondulées sur le rebord ou sur la vasque (266, 269. 275, 276, 278) ou, pour les exemplaires du Ve s., de simples bandes (279, 280). Les formes à encastrement (283) sont peu fréquentes.

Fig. 42. Plats et mortiers achromes, éch. 1 : 3.

Fig. 43. Plats et mortiers achromes, éch. 1 :3.

Fig. 44. Plats et mortiers achromes, éch. 1 : 3.

Fig. 45. Lékanai à bandes, éch. 1 : 3.

Fig. 46. Formes diverses, éch. 1 : 2.

4.5. FORMES DIVERSES

4.5.1. Pyxides (fig. 46)

43On appelle ainsi les vases à encastrement pour le couvercle ; certains, de grandes dimensions (284, 285), sont proches des lékanai (on les appelle lékanides dans Agora XII) ; d’autres, les pyxides proprement dites, sont de dimensions réduites (286 à 289). Ces vases sont vernis, la lèvre décorée souvent d’un décor en damier (attique, Ve s.). Quelques fragments (295 à 297) proviennent de pyxides globulaires à anses verticales. de tradition corinthienne, mais de fabrication sans doute coloniale (VIe ou Ve s.). Quelques fragments de couvercle appartiennent sans doute à des pyxides (290-294).

4.5.2. Cratères, dinoi (fig. 46)

44Peu de fragments se rattachent à de grands vases archaïques du type des cratères. Le fragment de pied n° 301 provient sans doute d’un cratère laconien à vernis noir (deuxième moitié du VIe s.), et le fr. n° 300 d’un pied haut de cratère. Le rebord n° 298, très articulé, est formé d’un ressaut verni, d’une partie verticale décorée de sigmas horizontaux, d’une lèvre plate décorée de petits traits, dans la tradition subgéométrique ; pâte beige grisâtre ; production coloniale, VIIe s. ? Colonial aussi est sans doute le dinos n° 299, à pâte brune, surface jaune, traces d’un engobe rougeâtre, décor de lignes.

4.5.3. Amphores ou hydries décorées de bandes

45Divers types de lèvres sont rassemblées sur la fig. 47. Les exemples anciens (VIe -Ve s.) ont une lèvre épaisse, décorée d’une bande vernie ; la panse devait être ornée de bandes ; les anses sont décorées de bandes longitudinales (320), croisées (322) ou tressées (321). Dans les niveaux plus récents (Ve-IVe s.), on trouve des vases de petit module, pourvus d’une ou de deux anses, à lèvre plate vernie (310-313). Les « bouteilles » (fig. 48, 328-330) ont également un décor de bandes ou un décor trempé ; elles proviennent toutes de niveaux archaïques.

46Les petites amphores achromes à lèvre tourmentée (fig. 47, 314-319) sont pour l’essentiel archaïques. Les vases à une ou deux anses illustrés fig. 48 se divisent en deux catégories : les exemplaires à lèvre convexe (323-324) et sans doute pied annulaire (325) sont proches des chytrai en pâte réfractaire (infra, fig. 56), dont ils se distinguent par l’argile (beige et fine) et par la forme des anses ; les formes à lèvre concave (331-333), sans pied, sont probablement un peu plus récentes (Ve s.).

4.5.4. Pesons (fig. 49)

47Les pesons sont peu nombreux, de forme pyramidale à section carrée (336 à 338) ou rectangulaire (339). Le peson 339. marqué d’une svastika, vient de niveaux archaïques, 337 et 338, marqués d’un cercle (couronne ?), de niveaux classiques, 336 et 335 (circulaire), de niveaux mélangés, sans doute hellénistiques.

Fig. 47. Lèvres d’amphores et d’hydries, éch. 1 : 3.

Fig. 48. Cruches et pots, éch. 1 : 3.

Fig. 49. Pesons et lampes, éch. 1 : 2.

4.5.5. Lampes (fig. 49)

48Le petit fragment n° 341 semble appartenir à une lampe carénée avec rebord horizontal saillant vers l’extérieur (Agora IV, n° 71-72) ; ce type, qui peut remonter au VIIe s., a souvent une tubulure centrale très haute. Le n° 340, décoré de lignes vernies sur le rebord, se date vers la fin du VIe ou le début du Ve s. (Agora IV, n° 81, 135). La lampe n° 346 (et le fragment n° 347, s’il s’agit bien d’une lampe) se rattache au type 20 de Howland (Agora IV, n° 154-155), et peut se dater assez précisément dans le deuxième quart du Ve s. (absent à Mégara Hyblaea, il disparaît, selon Howland, p. 43, vers 450). Les autres fragments appartiennent plus généralement à des lampes du Ve ou du début du IVe s. (Howland, types 21 et 22).

49La lampe n° 348, la seule qui soit à peu près conservée, se date probablement vers la fin du IIIe s. Elle correspond au type 34 de Howland (vers 225-175), mais se trouve en Italie du Sud à date nettement plus ancienne (à Cozzo Presepe, MEFRA, 1970, p. 111-112 et NSA, 1977, Suppl., p. 362-363 ; Tolve, fig. 13. n° 67527 et 69927).

4.6. COROPLASTIQUE (fig. 50 à 54)

50349. Tête de statuette archaïque ; argile beige, surface extrêmement corrodée, nez et menton mutilés, ainsi que la partie droite du visage (fig. 50). Hauteur 7,2 cm. cf. Tarente 1983, pl. XL, 2 et suivantes ; travail de type achéen, plutôt que locrien, datable vers 540/530 ; trouvé dans un contexte archaïque.

51350. Petit fragment de pithos (Orsi, 1914 col. 893, fig. 131) ou d’arula (Tarente 1983, pl. XXXVIII), pâte beige assez fine avec dégraissant blanc (fig. 50). Cheval vers la droite ; on distingue nettement le départ de la queue, l’arrière-train et les pattes arrière, le corps, la patte avant gauche ( ?), le départ de la patte droite. Le bord des pattes est marqué de plusieurs traits ce qui indique sans doute l’existence de deux (ou plusieurs) chevaux. On note un trait oblique au-dessus de la croupe, et on pourrait songer à un cavalier posant sa main en arrière sur la croupe du cheval, et dont on verrait les pieds plus en avant : mais on ne voit aucune trace de la jambe droite, et la barre horizontale visible sous le ventre de l’animal doit être le timon d’un attelage ; cf. la frise de Métaponte, Tarente 1973, pl. XXVIII, 2, début du VIe s.

52351. Fragment d’antéfixe à tête de Gorgone (fig. 52), même argile que les tuiles. La partie inférieure du visage (lèvre inférieure, menton) manque. Traces de peinture rouge autour de la lèvre supérieure et sur les boucles des cheveux ; iris des yeux en marron-noir. Sur ces antéfixes en général, cf. Darsow, Sizilische Dachterrakotten, 1938 ; C. Laviosa, dans Arch. Class., 6, 1954, p. 217-250 ; Floren, Studien zur Typologie des Gorgoneion, 1977, aborde indirectement la question. Aucun parallèle n’est bien satisfaisant. On connaît déjà à Kaulonia de nombreuses antéfixes archaïques (Orsi 1914, col. 795, 896 ; Tomasello 1972, p. 580, 597, 622), mais notre exemplaire est nettement plus récent : par la forme générale du visage, le rendu des boucles de cheveux, la forme des yeux, on ne peut guère dater le fragment 351 avant le milieu du Ve s. Le contexte (sondage QV 609, couche III) pourrait convenir à cette datation.

53352. Fragment de trépied ( ?) avec silène (fig. 53 et fig. 54). Le silène est assis sur un socle cylindrique, cuisses écartées, mains posées sur le ventre ; la barbe couvre la poitrine, la tête manque. Notre exemplaire est très mal conservé, mais n’est pas isolé : Orsi 1914 (col. 796) parle de « sostegni trapezii... decorati nel prospetto di una figura silenica nuda, di pieno prospetto colle mani sul ventre », qu’il n’illustre pas ; un autre est illustré par Tomasello 1972, p. 641, fig. 151 ; deux autres, inédits, se trouvent dans la collection Cimino (Monasterace) ; un autre enfin a été trouvé par Orsi dans un puits d’Ortygie à Syracuse (NSA, 1891, p. 384). Des figurines analogues, portant en plus une tortue sous le sexe du silène, ont été publiées par Orsi 1914 (col. 905, fig. 149) et Tomasello 1972 (p. 641 et fig. 155). Pour E. Tomasello, il pourrait s’agir de têtes de chenets, datables vers la fin du IVe ou au IIIe s.

Fig. 50. Catalogue n° 349 et 350, éch. approx. 1 : 1.

Fig. 51. Catalogue n° 353 et 354, éch. approx. 1 : 1.

Fig. 52. Catalogue n° 351, éch. approx. 1 : 1.

Fig. 53. Catalogue n° 352, 355 à 357, éch. approx. 1 : 1.

Fig. 54. Catalogue n° 353, 358, 352, éch. approx. 1 : 2.

54353. Petite arula (11 X 9 X 5,5 cm) (fig. 51 et fig. 54). Sur les grandes faces, fauve (lion ?) et lévrier ; sur les petites faces, sanglier et animal accroupi, peut-être un daim. Les aruloe décorées d’animaux (chien et sanglier, lion et cerf) sont fréquentes à Kaulonia (Orsi 1914, col. 789 et 790 ; NSA, 1891, p. 64) de type archaïque mais indatables.

55354. Fragment de grande arula ajourée avec lions affrontés ( ?) ou figure mythologique à deux corps (sphynx ?) comme sur l’exemplaire du Musée de Reggio, publié par Orsi 1914 (col. 765, fig. 40) (fig. 51). Archaïque.

56355. 356 (fig. 53) : fragments de statuettes hellénistiques. Sur le fragment 355, un personnage féminin porte dans sa main droite un bâton, probablement une torche (Korè ?).

57357. Petit fragment, peut-être d’arula, portant un décor floral, le pied et la cheville d’un personnage qui a sans doute un genou en terre ; traces d’enduit blanc (fig. 53).

58358. Deux fragments de thymiatérion à la fleur (fig. 54). Un vase identique, presque complet, a été trouvé par Orsi dans le secteur du temple (Orsi 1914, col. 896, fig. 134), un autre au nord du phare (col. 797), un autre dans le sanctuaire de Capo Colonna à Crotone (NSA, 1911, Suppl., p. 88) ; sur le type en général, cf. M. W. Stoop, Floral figurines from South Italy, Assen, 1970.

4.7. ÉLÉMENTS DE FOURS

591) Fragments de paroi. Du sondage QV 609, US 9 (niveau remanié, hellénistique), provient un pain d’argile verdâtre d’un côté, brun-rouge de l’autre. Il s’agit certainement d’un fragment de paroi de four en argile crue.

602) Isolateurs. Deux petits vases achromes en pâte fine de couleur beige (366) ou orangée (367), ouverts en calice d’un côté, sectionnés comme avec une corde dans l’argile molle de l’autre côté, sont peut-être des isolateurs de four ; on en rapprochera un petit vase publié par Orsi 1914 (col. 764 et fig. 42). Le petit vase 365 est tout aussi énigmatique ; il rappelle un vase analogue trouvé par J.-P. Morel à Assoro (MEFR, 1963, p. 279, fig. 17), également interprété comme isolateur.

613) Matrices. Aucune matrice n’a été trouvée dans la fouille de la tour D, mais P. Orsi signale de nombreux fragments de toutes époques trouvés au nord du phare (Orsi 1914, col. 798-798-799); un atelier de coroplaste d’époque hellénistique a par ailleurs été repéré au sud du phare (fouilles Iannelli 1984).

624) Déchets de cuisson. Du sondage QV 609 également proviennent plusieurs fragments déformés de tegulœ, de couleur verdâtre (US 7), ainsi qu’un bord déformé de vase de cuisine (infra, fig. 58, type 2.2., inv. 609.9.13).

Fig. 55. Vases provenant d’un four ( ?), éch. 1 : 3 (n° 359 à 364) et 1 : 2 (n° 365 à 367).

635) Un certain nombre de fragments de grands vases achromes ont été trouvés dans les niveaux archaïques du sondage QV 609 (US 12, 13, 16, 20 et 21), enrobés dans une argile semi-crue rougeâtre (fig. 55, n° 360 à 364). On trouve des fragments de lèvres, appartenant à des vases très fermés (360) ou relativement ouverts (361-364), ainsi que de nombreux fragments de parois présentant des ouvertures grossièrement rectangulaires et de dimensions variées (peut-être 3 x 5 cm). Aucun fragment de bas de vasque ou de fond n’a été répertorié. On a donc proposé sur le dessin de la fig. 55 de restituer un vase ouvert des deux côtés, à la vasque percée de fenêtres. Des vases-supports de forme comparable proviennent de décharges de fours dans les secteurs méridionaux de Mégara Hyblaea (fouilles récentes), et pourraient jouer un rôle dans la cuisson.

64Ces éléments disparates et parfois hypothétiques suggèrent que le quartier au nord du phare a pu, dès l’époque archaïque, contenir des installations artisanales.

4.8. CÉRAMIQUES DE CUISINE

65On regroupera sous cette appellation les vases ou objets caractérisés par une pâte granuleuse, réfractaire, de couleur variant du rouge orangé au brun noir, souvent noircis par le contact du feu ou des braises. Les vases sont parfois tournés, le plus souvent martelés (Agora XII, p. 34-36). Ces séries sont assez mal connues parce qu’en général peu publiées ; aussi a-t-il paru important de leur consacrer un développement malgré le caractère très fragmentaire de la documentation. Nous avons très peu de formes complètes ; la typologie proposée part donc essentiellement des fragments de bord, dont l’attribution à telle ou telle forme n’est pas toujours assurée.

66Suivant la terminologie récemment proposée par M. Bats (Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 - v. 50 av. J.-C.). Modèles Culturels et catégories céramiques, Revue Archéologique de Narbonnaise, Supplément 18, Editions du CNRS. Paris, 1988, p. 45 sqq.), nous distinguerons les catégories suivantes :

  1. les pots ou chytrai sont des vases relativement hauts et fermés, servant à faire bouillir ; la hauteur est en principe supérieure au demi-diamètre maximum, l’embouchure plus étroite que le diamètre maximum.

  2. les marmites ou caccabai sont des vases relativement hauts mais plus larges et plus ouverts que les chytrai.

  3. les friteuses ou lopades sont des vases ouverts, relativement bas, pouvant servir à la friture.

  4. les poêles ou tagena sont plates, généralement très larges, et servent exclusivement à la friture.

67Sauf indication contraire, tous ces vases avaient un fond plat ou légèrement arrondi, sans pied.

4.8.1. Les pots ou chytrai (« pentole profonde », Locri Epizefiri, p. 36 ; « cooking pots », NSA, 1977, Suppl., p. 374)

684.8.1.1. Dans la chytra proprement dite, la lèvre se retourne vers l’extérieur ; le couvercle, s’il y en a un, est simplement posé sur l’embouchure ; on ne note aucun accident dans la paroi ; il y a une ou deux anses verticales. Le diamètre de l’embouchure varie de 7 à 17 cm. Ces vases se trouvent à Kaulonia dans tous les niveaux de fouille, mais particulièrement dans les niveaux les plus anciens ; 13 exemplaires au moins proviennent des niveaux 672, 15 à 31 (VIe-Ve s). C’est la céramique de cuisine normalement utilisée à Mégara Hyblaea avant 483 (cf. Policoro, NSA, 1973, tr. IV, tr. I, c. 1 et 2, VIIe-VIe s. ; Sybaris, NSA, 1970, Suppl. 3, p. 163, n° 303 bis, VIe s. ; p. 20, inv. 10939, VIIe s. ; Cozzo Presepe, NSA, 1977, Suppl., p. 374 ; Locri Epizefiri, pl. IX, 2).

Fig. 56. Pots ou chytrai, type 1.1., éch. 1 : 2.

Fig. 57. Pots ou chytrai, types 1.2.1. (384 à 387), 1.2.2. (388 à 393), 1.2.3. (395 à 397), éch. 1 : 2.

Fig. 58. Marmites ou caccabai types 2.1. (398 à 405), 2.2 (406 à 416), éch. 1 : 2.

694.8.1.2. La forme peut être dotée d’un léger ressaut pour encastrement du couvercle, ce qui assure une meilleure fermeture du vase (1.2.1.) ; une telle évolution est ancienne, puisqu’on la trouve déjà à Mégara. Le rebord tend ensuite à s’aplatir, incliné vers l’intérieur ou horizontal (1.2.2.) ; à Kaulonia, cette forme n’apparaît que dans les niveaux hellénistiques (cf. Sybaris, NSA, 1970, Suppl. 3, p. 189, fig. 205, IIIe s. ; Policoro, NSA, 1973, p. 439, n° 14 ; Acquappesa, NSA, 1978, p. 474, n° 97 ; Crotone S. Lucia, inédit, IVe s).

70On rattachera également aux chytrai des vases à lèvre presque verticale et ressaut pour encastrement du couvercle (1.2.3.), même si, sur de petits fragments de bord, des confusions sont possibles avec d’autres formes {infra, type 3.2.). En fait, la présence d’un départ de la paroi vers l’extérieur est très nette sur l’exemplaire n° 395. La forme, peu fréquente à Kaulonia, est hellénistique (cf. Héloros, MAL, 45, 1961, col. 217 et fig. 55 ; Gravina di Puglia, PBSR, 1977, p. 131, n° 314 ; Sybaris, NSA, 1970, Suppl. 3, p. 520, fig. 576, n° 337 ; Locri Epizefiri, pl. IX, 3).

71Les vases de forme 1.2. sont rattachés à Cozzo Presepe à notre type 2, sous le nom de « lidded pots with vertical ribbon handles » ou « with knob rim and arched handles pressed to neck » (NSA, 1977, Suppl., p. 375).

4.8.2. Les marmites ou caccabai (Locri : «pentole profonde » ; Cozzo Presepe, « lidded pots »)

72Ces vases sont relativement hauts et peu évasés, le rebord est aplati au-dessus de l’encastrement pour le couvercle. La forme est intermédiaire entre les pots et les friteuses. La distinction entre les formes 1.2.2 et 2 n’est pas toujours claire sur de simples fragments de lèvre.

73Dans le type 2.2 la lèvre s’allonge considérablement, jusqu’à devenir pendante. Cette forme est absente des dépôts de Cozzo Presepe, avant 270, et de Crotone Santa Lucia ou d’Acquappesa (fin IVe -début IIIe s.) ; elle apparaît par contre dans des contextes du IIe s. à Reggio et à Akrai. On proposera donc de dater les exemplaires les plus évolués de Kaulonia dans la deuxième moitié du IIIe s. (cf. Locri Epizefiri, pl. IX, 4&5 (1.3.1) ; Akrai, NSA, 1970, p. 489, fig. 75 ; Reggio, NSA, 1968, p. 239, n° 85-87 ; Sybaris, NSA, 1974, Suppl., fig. 136, inv. 3759).

4.8.3. Les friteuses ou lopades (Locri Epizefiri : « casseruole » ; Cozzo Presepe : « casseroles » ; GraGravina : « shallow casseroles »)

74Le type 3.1 à courbure continue, peu fréquent, se trouve dans des niveaux anciens (672.29 : VIe-Ve s.) ; il existe à Mégara Hyblaea dans les niveaux archaïques.

75Les formes carénées (3.2) sont certainement plus récentes. La forme 3.2.1, assez basse, semble se trouver à Kaulonia dans des niveaux du début du IVe s. ou du Ve s (US 641.23 et 671.3). La forme 3.2.2 a une paroi concave nettement plus haute ; on la trouve au IVe s. à Acquappesa et Cozzo Presepe. La forme 3.2.3 très basse et très fortement carénée, est en fait intermédiaire entre les friteuses et les poêles. Hellénistique, elle n’apparaît qu’à un seul exemplaire (cf. Acquappesa, NSA, 1978, p. 471 ; Cozzo Presepe, NSA, 1977, Suppl., fig. 147, n° 467-468 ; Policoro, NSA, 1973, p. 451, fig. 31 ; Akrai, NSA, 1970, p. 489, fig. 76a [3.2.1], Sybaris, NSA, 1970, Suppl. 3, p. 207, inv. 11870 ; Tolve, p. 31, n° 69748 [3.2.2], Locri Epizefiri, pl. IX, 12 et 10 [3.2.1] ; pl. IX, 1 [3.2.3]).

Fig. 59. Friteuses ou lopades, types 3.1. (417-418), 3.2.1. (419 à 425), 3.2.2. (426 à 429), 3.2.3. (430), éch. 1 : 2.

Fig. 60. Céramiques de cuisine, formes ouvertes, types 3.3. à 3.6., éch. 1 : 2.

Fig. 61. Céramiques de cuisine, poêles ou tagena, type 4., et formes diverses, éch. 1 : 2.

Fig. 62. Céramiques de cuisine, formes diverses, éch. 1 : 2.

76On a regroupé sur la fig. 60 diverses formes ouvertes (4.8.3.3 à 4.8.3.6), casseroles ou écuelles, réalisées dans le même type d’argile réfractaire. Le fragment 436 est en pâte réfractaire rouge mais recouvert à l’intérieur d’une peinture noire. Aucun de ces fragments n’est nécessairement antérieur à l’époque hellénistique.

4.8.4. Les poêles ou tagena

77On appelle poêles les vases plats servant exclusivement à la friture, qu’ils aient des anses appliquées (Locri Epizefiri : « pentole larghe e basse ») ou un long manche (Locri Epizefiri·. « padelle »). La forme, qui semble à Kaulonia avoir plutôt des anses appliquées, a toujours un encastrement pour le couvercle et est typiquement hellénistique (cf. Locri Epizefiri, pl. IX, 16 et 17 ; Sybaris, NSA, 1974, p. 517, fig. 481, n° 253).

78Ces céramiques sont généralement considérées comme des productions locales. Dans son étude récente sur la céramique d’Olbia de Provence, M. Bats a suggéré que de tels vases n’étaient pas produits dans la région de Marseille, mais importés — selon les périodes — d’Athènes, d’Italie du sud ou de Sicile, du monde punique. A Athènes même, tous les vases de cuisine ne sont probablement pas locaux, mais il est difficile de parler à ce propos de commerce (Agora XII, p. 40 sqq.). À Kaulonia, et plus généralement en Calabre, aucune recherche spécifique sur les argiles n’a été faite à ce jour, mais la présence dans le sondage QV 609, au milieu de divers déchets de cuisson et fragments de four, d’un tesson déformé du type 1.3 (609.9.13) montre qu’au moins à l’époque hellénistique ce type de vase était produit sur place.

4.8.5. Formes diverses

79Dans la même argile sont réalisés quelques vases dotés d’un pied annulaire, et qui ne devaient pas aller directement au feu (448, 449). Parmi les nombreux fragments de couvercles on notera les fragments 450 et 451 dont la forme contournée est difficile à interpréter : on pense à ces couvercles creux à réserve d’eau, utilisés dans la vaisselle de fonte pour la cuisson à l’étouffée ; mais, faute d’exemple dans la littérature archéologique, on y verra peut-être des bords de grands plats.

80Les fragments de plats sont très petits : certains peuvent être plutôt des braséros.

81On a enfin regroupé (fig. 62) plusieurs fragments d’interprétation douteuse, réalisés dans une argile comparable, quoiqu’un peu plus fine. Le fragment 464 pourrait être l’extrémité d’un support de vase, souvent interprété à tort comme un élément de soufflet (cf. Y. Grandjean, BCH, 109, 1985, p. 265-279, et S. P. Morris, Hesperia, 54, 1985, p. 393-409) ; ce type d’objet est attesté en Grande-Grèce dès le VIIe s. (Incoronata de Métaponte, P. Orlandini, Tarente 1986, sous presse).

4.9. LE MATÉRIEL AMPHORIQUE (Chr. Van der Mersch)

  • 1 Ce rapport préliminaire s’inscrit dans le contexte d’une étude plus vaste portant sur les amphores (...)

82Dans le cadre de l’étude pluridisciplinaire de la cité grecque de Kaulonia (Monasterace Marina), un travail systématique portant sur les amphores de transport retrouvées dans les zones d’habitat a été entamé en 1983. Il est encore en cours actuellement et ce rapport préliminaire se limite au matériel provenant des fouilles 1982-85 du secteur nord de la muraille (tour D et découvertes sporadiques dans cette zone)1.

83Des fragments d’amphores se retrouvent dans tous les niveaux archéologiques du VIIe au IIIe s. av. J.-C. Les provenances géographiques des pièces sont diversifiées, puisque des lieux de production aussi éloignés que la mer Noire, la Campanie et la zone punique se trouvent représentés.

84Il est à noter que le matériel amphorique provenant de la tour D est fragmentaire (aucun conteneur intact, ou quasiment complet, n’a été retrouvé jusqu’ici), mais que les tessons identifiables sont relativement nombreux. L’accent a été mis sur l’exploitation des contextes stratigraphiques qui apportent un certain nombre de points d’accrochage sur le plan chronologique.

  • 2 Le logiciel utilisé est DBASE III sous PC/DOS. Un exemplaire du fichier est conservé dans les Archi (...)

85De manière à pouvoir non seulement étudier ce matériel spécifique dans son ensemble, mais également de manière à utiliser au maximum les données offertes par les différents contextes de fouilles de l’habitat et à pouvoir étudier la répartition géographique du matériel à l’intérieur du site lui-même, la création d’une base de données informatisée a été décidée2.

86Cette base de données, qui inclut notamment le matériel de la tour D, offre à l’évidence d’énormes avantages en ce qui concerne la manipulation de la documentation D même si le volume de celle-ci reste encore pour le moment raisonnable D et son traitement « horizontal » à travers tout le site. Elle permet par ailleurs une mise à jour quasiment immédiate des nouvelles découvertes, ce qui revêt un certain intérêt dans la mesure où plusieurs campagnes de fouilles se déroulent annuellement sur ce site, et où l’objet principal de cette recherche est l’économie de Kaulonia, et donc l’acquisition d’un certain nombre de données statistiques.

Le matériel amphorique des fouilles 1982-1985 de la Tour nord :

Nombre

Pourcentage

Fragments identifiés

169

75,4 %

Fragments non identifiés et incertains

55

24,6 %

Total des enregistrements

224

100 %

87Le matériel de la tour D se répartit en quatre groupes chronologiques. Le premier va de la fondation de la cité au début du Ve s. environ, c’est-à-dire qu’il couvre grosso modo l’époque archaïque. Le second correspond à la phase d’occupation qui se trouve interrompue d’une manière ou d’une autre lors de la destruction de la cité par Denys l’Ancien en 389. Le troisième prend en compte le matériel du IVe s. Le quatrième et dernier groupe comprend le matériel de l’époque hellénistique. Ces groupes correspondent en fait aux grandes divisions stratigraphiques et aux grandes étapes de l’urbanisme que l’on retrouve dans pratiquement tous les secteurs fouillés de l’habitat.

Fig. 63. Amphores archaïques (corinthiennes A et B, chiotes. à lèvre en bourrelet), éch. 1 : 2.

88Chaque type attesté dans les fouilles de la tour est illustré par les fragments qui sont les plus significatifs, à savoir ceux dont le profil est le mieux conservé, ou encore ceux qui proviennent de contextes stratigraphiques sûrs. Les points suivants sont signalés brièvement :

  • les données essentielles concernant le type en question ;

  • sa fréquence dans les fouilles de la tour en particulier ;

  • les limites chronologiques fournies par la stratigraphie ;

  • les remarques propres au matériel de cette fouille.

89Deux remarques ont leur importance. Tout d’abord, le but de cette note n’est nullement de présenter de manière exhaustive le matériel amphorique de la tour D, mais plutôt de voir, en profitant de la parution rapide de ce volume, quelles sont les grandes familles rencontrées jusqu’ici dans ce contexte particulier du site, quelque peu en marge de l’habitat proprement dit. En deuxième lieu, aucune conclusion ne sera tirée pour le moment de ce matériel, dans la mesure où il ne constitue qu’un échantillonnage trop restreint du matériel amphorique de Kaulonia dans son ensemble, pour lequel les grandes lignes sur le plan de l’histoire économique seront dégagées à une autre occasion.

4.9.1. Les amphores archaïques (VIIe-début du Ve s.)

4.9.1.1. Type corinthien A (fig. 63, n° 468 à 471)

90Ce type est l’un des mieux représentés à Kaulonia à l’époque archaïque. Plus d’une trentaine de fragments pouvant être attribués à autant d’amphores différentes proviennent de divers secteurs de l’habitat. Dans le secteur de la tour D, seize occurrences sont à signaler.

91L’argile est caractéristique des productions les plus anciennes du type : beige ou noirâtre au cœur, orange à rouge en surface, avec des inclusions brunes ou marron de dimensions considérables. L’épaisseur de la paroi a visiblement empêché dans la plupart des cas une cuisson uniforme (Koehler 1979, p. 17).

92En l’absence d’exemplaire bien conservé, et en raison des problèmes typo-chronologiques que posent ces amphores aux VIIe et VIe s. (Koehler 1979, p. 9-10, 14), il est difficile d’avancer des fourchettes chronologiques plus précises que celles fournies par la stratigraphie. La plupart des fragments semblent dater du VIe s. (pour les caractéristiques morphologiques de ces périodes, cf. Koehler 1979, p. 11 sqq. et pl. 13-14).

93A côté des fragments de bords et de pieds, un certain nombre de morceaux de panse possèdent une argile d’une épaisseur et d’une texture qui permettent de les ranger sans conteste parmi les productions archaïques.

94Les amphores corinthiennes A, destinées selon toute vraisemblance au transport de l’huile (Koehler 1979, p. 5-6), sont très fréquentes sur les rives du Bruttium au VIe s. et il en a été signalé notamment à Locres, Crotone et Métauros.

4.9.1.2. Type corinthien Β (fig. 63, n° 472)

  • 3 Mais il est à noter que l’identification des bords « en bourrelet » peut à certaines occasions prêt (...)

95Les fragments qui peuvent être attribués de manière sûre à des amphores archaïques corinthiennes de variante Β sont pour l’instant peu nombreux (moins de cinq occurrences)3. La production de cette variante débute à Corinthe vers le milieu du VIe s.

96D’une manière générale, ce type d’amphore vinaire semble peu attesté jusqu’ici en Calabre à l’époque archaïque (Koehler 1979).

4.9.1.3. Chio (fig. 63, n° 473)

97Un petit nombre de bords de la tour D attestent la présence d’amphores égéennes du VIe s. et du début Ve s. L’attribution à Chio est évidente, sur la base des profils caractéristiques ainsi que de l’argile. Celle-ci oscille dans tous les cas entre le rouge brique soutenu et le rouge brunâtre, avec quelquefois des dégraissants se manifestant sous forme de petites pierres ou de petits points blancs (calcaire) (J.K. Anderson, ABSA, 1954, p. 168 170).

98Aucun des fragments de la tour ne semble remonter au VIIe s., époque à laquelle la production de l’île se caractérise par l’engobe crème assez épais et le décor de bandes ou de 8 couchés appliqués sur l’extérieur de la panse (Anderson, art. cit., p. 169 ; P. Dupont, PP, 204, 1982, p. 195-196). Les contextes stratigraphiques et le profil des fragments (bien que de dimensions assez réduites) permettent de les situer globale ment dans la seconde moitié du VIe on le premier tiers du Ve s.

99En effet, ils appartiennent clairement pour la plupart à des amphores à col légèrement regonflé, des variantes appelées Cl et C2 par U. Knigge dans la publication de la nécropole du céramique athénien (V. Grace, Amphoras and the ancient wine trade, Ath. Agora Picture Book 6, 1979, fig. 44 : AP 2422, Ρ 24873 ; U. Knigge, Der Südhügel, Kerameikos, IX, 1976, p. 23-24). Vers 460, le col des amphores de Chio se renfle de plus en plus fortement et amène le « narrow banded bulbous type », qui comporte une sorte de bandeau immédiatement en-dessous de la lèvre. Ce type est produit jusque vers 430, date à laquelle le bandeau disparaît et l’allure du récipient change radicalement (Grace, op. cit., fig. 441 : Ρ 2197, Ρ 2371 ; H. Mattingly, Coins and amphoras. Chios, Samos and Thasos in the fifth century B.C., dans JHS, 101, 1981, p. 78-80). Le profil de la lèvre évolue de manière caractéristique et permet de distinguer les amphores dont le col est légèrement gonflé (produites jusqu’en 460 environ) de celles qui ont un col en bandeau (postérieures à 460). Les plus anciennes possèdent en effet une lèvre courte, de section arrondie, tandis que les plus récentes ont une lèvre de plus en plus haute, au profil nettement plus anguleux (C. K. Williams, Hesperia, 47, 1978, p. 18 et fig. 5 ; Knigge, op. cit., p. 24).

100La présence d’amphores chiotes de la seconde moitié du VIe ou du premier tiers du Ve s. ne manque pas d’intérêt, dans la mesure où il s’agit d’un matériel qui n’a été signalé qu’en de rares occasions dans les colonies grecques du Bruttium : quelques tessons à Sybaris, Medma (fragments inédits provenant de l’habitat) et Métauros (un exemplaire intact, dans la nécropole) (C. Sabbione, L’area locrese, dans Il commercio greco nel Tirreno in età arcaica, Salerno, 1979 [1981], p. 18).

4.9.1.4. Amphores archaïques à lèvre en bourrelet (fig. 63, n° 474-479 ; fig. 64, n° 480, 481).

101Les fragments les plus nombreux dans les couches archaïques (plus de vingt-cinq) sont des lèvres en bourrelet, plus ou moins épaisses, qui présentent de nombreuses variantes dans le profil et dans la pâte. C’est un type de lèvre caractéristique des amphores qui sont généralement appelées « ioniennes » ou « ionio-massaliotes » lorsque la pâte est jaunâtre et plus ou moins micacée, « pseudo-ioniennes » lorsqu’elle est plus grossière, de couleur différente et ne contient pas (ou peu) de mica.

102Il n’a pas encore été démontré qu’une partie de ces amphores, dont un certain nombre d’exemplaires ont été signalés dans le bassin oriental, ait réellement été fabriquée en Ionie. Le type n’est pas repris, par exemple, dans les formes qu’a étudiées P. Dupont (art. cit., p. 193). L’hypothèse d’une origine « phocéenne » en général se fonde sur deux constatations : la présence d’amphores de ce type à Marseille et à Vélia, et le fait que ce soit précisément cette forme qui serve de point de départ aux productions massaliètes. Il n’est toutefois pas exclu, si l’on en juge par la fréquence de ce type sur des sites de Grande-Grèce et de Sicile, que des amphores de cette forme aient également été fabriquées dans des colonies de ces secteurs (cf. également 4.9.1.5.).

103En ce qui concerne les fragments de la tour D, deux remarques peuvent être faites :

  1. aucun ne possède une argile à proprement parler caractéristique de la Grèce de l’Est : si du mica se remarque sur un petit nombre de fragments, sa présence n’est pas plus affirmée que celle d’autres types de dégraissants.

  2. par ailleurs, il n’en est pas un seul dont le profil, et surtout la pâte, indiquent de manière certaine une provenance marseillaise. Ceci n’a en fait rien de surprenant, dans la mesure où les amphores réellement massaliètes sont en règle générale extrêmement rares en Grande Grèce.

104L’appellation générique « amphore pseudo-ionienne» est conservée ici pour désigner le groupe, et ce sans préjuger de son, ou vraisemblablement de ses origines géographiques effectives. Une étude approfondie de ces productions est en cours, notamment par les soins de Mme P. Pelagatti, et l’on doit se contenter de reprendre les points généralement admis jusqu’ici : la parenté formelle avec les amphores corinthiennes B, qui apparaissent cependant plus tardivement (Koehler 1979, p. 43-44 et note 2 : Koehler 1981, p. 452-453), leur fréquence sur les sites magno-grecs et siciliotes, les lieux de production vraisemblablement multiples (N. Di Sandro, Le anfore « massaliote » in Campania, dans AΙΟNArchStAnt, 3, 1981, p. 51).

105Il est impossible d’approfondir les questions de typologie et de chronologie sans recourir à une importante bibliographie, d’autant que ces questions semblent revêtir des aspects différents suivant les sites envisagés. Un classement sommaire, comme celui que propose P. G. Guzzo pour le matériel de Scalea (NSA, 1981, p. 404), est utilisé pour les fragments de l’habitat. Trois groupes principaux peuvent être distingués sur base du profil de la lèvre, mais il ne semble pas y avoir de lien évident entre un profil particulier et un type d’argile (Di Sandro, loc.cit.).

106Les amphores « pseudo-ioniennes » se rencontrent sur divers sites du Bruttium. Il s’agit d’un conteneur caractéristique de l’horizon céramique de la seconde moitié du VIe et du premier quart du Ve s. Un certain nombre de points d’accrochage chronologiques sont fournis par les fouilles de Siris (Hansel, NSA, 1973, p. 400-492 ; D. Adamesteanu-H. Dilthey, MEFRA, 1978, p. 522 et fig. 21), Sybaris (NSA, 1970, Suppl. 3, p. 94, n. 56 et fig. 67.86).

4.9.1.5. Amphores italiotes ( ?) à lèvre en bourrelet (fig. 64, n° 482-484)

107À côté des fragments d’amphores « pseudo-ioniennes » dont la pâte est en général de couleur jaune ou brun clair, il existe un petit groupe d’allure assez semblable, mais dont l’argile est nettement différente : rougeâtre ou orangée, généralement vive, assez compacte et bien épurée, les inclusions qui apparaissent étant des petits points de calcaire blanc.

108Un certain nombre d’exemplaires présentant cette argile caractéristique ont été signalés en Sicile et en Grande Grèce (Sybaris, NSA, 1970, Suppl., p. 356, n. 599 et fig. 364) et nous en connaissons dans le Bruttium, à Hipponion (fr. lèvre, inédit) et Crotone. Il semble nécessaire de les considérer à part, dans la mesure où l’argile employée est assez proche de celle que l’on trouve dans certaines productions d’Italie du sud aux Ve et IVe s. et où il n’est pas impossible qu’il s’agisse en fait de conteneurs à proprement parler magno-grecs.

Fig. 64. Amphores archaïques (à lèvre en bourrelet, attiques, "pseudo-chiotes"), éch. 1 : 2.

109À Kaulonia, une demi-douzaine environ de bords peuvent, sur base de leur argile facilement reconnaissable, être placés dans ce groupe.

4.9.1.6. Amphores SOS et apparentées (fig. 64, n° 485-486)

110Quelques fragments de lèvres, de parois, ainsi qu’un pied peuvent être attribués à des amphores de la classe SOS. Le pied 485 se date vraisemblablement, en raison de sa forme, dans la seconde moitié du VIIe s. L’appartenance à la classe SOS des fragments 486 et 671.4.12 (non illustré) est probable. Le tesson 672.23.2, peut-être attique, semble plutôt s’apparenter à la série A 1501 (première moitié du VIe s.).

  • 4 Un seul fragment de col présente un engobe clair, mais apposé sur la face interne.

111La question de l’origine géographique de ces fragments ne peut être abordée ici ; simplement, les remarques formulées par A. Johnston quant à l’existence d’une production locale du type SOS sur le littoral ionien, à Siris et à Sybaris notamment, restent d’actualité (A. Johnston, ABSA, 73, 1978, p. 127,4). De manière générale, les amphores SOS sont jusqu’ici assez mal représentées dans les colonies voisines de Kaulonia (E. Lattanzi, Tarente 1981 [1982], p. 226 ; C. Sabbione, ASAA, 59, 1983, p. 265).

4.9.1.7. Amphores « à la brosse » (fig. 64, n° 487)

112Le décor caractéristique des productions attiques « à la brosse » se retrouve sur deux fragments de petite taille. Leur argile est fine, dure, de couleur rouge pâle à chamois.

113Le fragment de paroi 487, qui porte un graffite, pourrait appartenir soit à une amphore SOS soit à une version « à la brosse ». Mais il est toutefois à noter que les graffites sont rares sur cette dernière version.

4.9.1.8. Type « locrien » ou « pseudo-chiote » (fig. 64, n° 488 à 490)

114Il s’agit d’amphores aisément reconnaissables par leur lèvre en bourrelet (dont le profil s’apparente en fait fortement à celui des « pseudo-ioniennes », voire à celui des corinthiennes B) qui surmonte un col regonflé et limité à la partie inférieure par un sillon. L’argile de ce groupe, à l’époque archaïque, se situe dans la gamme des tons jaune clair, beige ou chamois ; les inclusions sont généralement petites et de couleur foncée.

115L’origine géographique de ce groupe, qui se voit appelé conventionnellement tantôt « tipo Locri » à la suite de A. J. Parker (Kokalos, 22-23, 1976-1977, t. II, 1, p. 630), tantôt « pseudo-chiote » (P. Pelagatti), est incertaine. Toujours est-il qu’il convient de le séparer clairement des production de l’île de Chio, dont il ne partage ni l’allure générale, ni les caractéristiques de fabrication, ni l’argile, ni l’évolution morphologique. En fait, la distribution des amphores « pseudo-chiotes concerne essentiellement à l’époque archaïque la Sicile (grecque et punique), la Campanie et la Calabre. Très peu de fragments de ce type ont été signalés en Grèce continentale. Pour cette raison, on estime généralement qu’il s’agit de productions originaires des colonies grecques de l’ouest.

116Une dizaine d’occurrences de ce type sont à signaler jusqu’à présent dans les fouilles de la tour D.

117Le type a été signalé sur des sites voisins : à Crotone (amphore entière dans le musée ; divers fragments inédits provenant de l’habitat), Locres (Locri Epizefiri, p. 39 et fig. 11,8) et Hipponion (col provenant de la nécropole de l’INAM, non publié).

Fig. 65. Amphores classiques, (corinthiennes A et Β, italiotes), éch. 1 : 2.

4.9.1.9. Fragments non identifiés

118Il est un certain nombre de fragments retrouvés en contexte des VIe-Ve s. pour lesquels il ne nous est pas possible de présenter d’attribution immédiate. Quelques-uns semblent réalisés dans une argile rappelant les productions gréco-orientales (640.76.516), ce qui ne serait pas impossible dans la mesure où une amphore de Samos au moins est signalée par P. Orsi dans la nécropole de Vallone Bernardo (Orsi 1914, col. 917-918 et fig. 158).

119La présence d’au moins un conteneur d’origine punique pourrait être déduite du fragment d’anse 641.82.525 (amphore à sac ?) ; le fragment de lèvre n° 491 a un profil archaïque.

4.9.2. Les amphores classiques, jusque vers 389

4.9.2.1. Type corinthien A (fig. 65, n° 492-493)

120Au Ve s., ce type est représenté à Kaulonia essentiellement par des lèvres aplaties qui se terminent de manière tronquée et contre lesquelles viennent s’appuyer, de manière caractéristique, les anses. Il s’agit là du profil qui, selon C. Koehler, devient standard après le début du second quart du Ve s. (KOEHLER 1979, p. 16 : « overhanging rim with sloping upper surface »). Ce type est l’un des plus fréquents dans la tour D à cette époque, avec une dizaine d’occurrences.

121Ces amphores présentent une lèvre dont la hauteur augmente progressivement dans la seconde moitié du Ve s. mais ce critère ne permet pas une datation réellement précise, le profil plus ou moins complet étant en fait nécessaire. Il faut se contenter pour cette raison de situer les fragments de la tour D dans une fourchette assez large (c. 470/460-début IVe s.), qui est en fait celle de la stratigraphie.

122L’argile employée se distingue assez nettement de celle des pièces archaïques. Elle est beige ou jaunâtre, assez compacte, mais toujours tempérée par les nodules sombres bien caractéristiques (Koehler 1979, p. 17). Un fragment (640.75.516) possède une argile différente : orange pâle/rose, avec une ligne grise au milieu, probablement indice d’une cuisson mal contrôlée.

123Les amphores corinthiennes A sont bien représentées vers le milieu et tout au long de la deuxième moitié du Ve s. sur le littoral ionien. Le groupe le plus important signalé jusqu’ici en dehors de Corinthe se trouve en effet à Métaponte (une douzaine de pièces environ : NSA, 1966, p. 210 et fig. 61.2 : Koehler 1979, p. 454, note 5). Bien qu’aucun exemplaire ne soit signalé pour la Calabre dans la thèse de C. Koehler, un certain nombre de conteneurs de ce type ont été retrouvés, notamment à Héraclée de Lucanie (deux pièces intactes, musée de Policoro), Crotone (plusieurs fragments inédits provenant de l’habitat), Locres (Locri Epizefiri, p. 39 et fig. 11.15) et Medma (quelques bords provenant des fouilles de l’habitat, non publiés).

124C. Koehler fait remarquer que les amphores destinées à l’exportation étaient essentiellement celles de la variante A’(ou ovoïdes) (Koehler 1979, p. 731). Il est toutefois difficile de savoir, en raison des petites dimensions des fragments de Kaulonia, si c’est bien de cette variante-là qu’il s’agit.

4.9.2.2. Type corinthien Β (fig. 65, n° 494 à 501)

125Ce type connaît une évolution morphologique assez nette dans les années 480-470. Le changement se marque dans le profil de la lèvre dont la paroi extérieure est à présent convexe et affiche un rebord supérieur nettement incliné vers l’intérieur du col. Le raccord lèvre-col est également bien caractéristique, puisque s’effectuant au moyen d’un ou de plusieurs ressauts délimités par des sillons (Koehler 1979).

Fig. 66. Amphores classiques (chiotes, puniques), éch. 1 : 2.

126Par rapport à l’époque archaïque, le type est à présent mieux représenté dans le contexte de la tour D (neuf fragments sûrs, quatre probables). Leur argile est en général de couleur chamois ou jaunâtre, dans tous les cas très claire.

127L’importation d’amphores de ce type est bien attestée dans le Bruttium pour la période c. 450-400 et un certain nombre d’exemplaires ont été retrouvés sur les sites grecs ou italiques voisins de Kaulonia.

4.9.2.3. Amphores italiotes de la deuxième moitié du Ve s. (fig. 65, n° 502-504)

128Il s’agit d’amphores imitant très clairement les corinthiennes B : allure générale semblable, même genre de bord, de corps et de pied. Elles s’en distinguent toutefois aisément par les caractéristiques suivantes :

  1. la couleur de la pâte : brunâtre, assez grossière, ou — et c’est le plus souvent le cas — rouge orangé, avec dans les deux cas d’éventuel les inclusions blanchâtres ;

  2. la texture de l’argile : moins fine, moins pulvérulente, plus dure ;

  3. l’exécution du bord plus simple que celui des productions corinthiennes : pas de ressaut, seul un simple sillon le sépare du col ;

  4. le travail généralement assez approximatif, les raccords mal exécutés, l’épaisseur considérable de la paroi ;

  5. la cuisson peu homogène, en « sandwich » très souvent.

129Il s’agit d’un type d’amphore qui est bien représenté notamment dans le secteur de Sybaris/Thourioi et tout porte à croire qu’il s’agit d’une production coloniale s’inspirant notamment des amphores importées de Corinthe. Trois exemplaires entiers provenant de la zone de Thourioi permettent de cerner le type : la forme reprend dans les grandes lignes celle de la corinthienne Β, mais l’argile rouge vif ou orange soutenu avec des points blancs, ainsi que l’exécution plutôt sommaire indiquent qu’il s’agit en réalité d’autre chose. Deux d’entre eux ont été trouvés à Francavilla Marittima, sur l’Acropole et sont bien datés par le contexte vers 450-425 (M. W. Stoop, Acropoli sulla Motta..., dans AMSMG, 15-17, 1977, p. 166-167 et pl. 77). M. W. Stoop précise que l’argile est rose (mais elle apparaît en fait rouge à l’examen des pièces au musée de Sybaris) et qu’elle ressemble à celle employée pour certaines hydries de Francavilla Marittima (qui sont considérées comme de production locale) et à celle de certaines amphores « romaines » de Sybaris (Stoop, art. cit., p. 166, note 1). Une troisième amphore entière provient de Sybaris (Parco del Cavallo) et présente une argile strictement identique (NSA, 1970, Suppl. 3, p. 393, n. 97 et fig. 423, 586).

130Ce type est bien attesté dans le matériel de la tour D.

131Sur les sites voisins de Kaulonia, des frag ments semblables existent à Crotone (quelques bords provenant de l’habitat, non publiés) et à Medma (fragments de bords également, non publiés).

4.9.2.4. Amphores de Chio (fig. 66, n° 505-508)

132Au moins deux pieds d’amphores de Chio retrouvés dans la tour nord peuvent être datés du Ve s., en raison de leur profil caractéristique. En effet, l’introduction du type à col en bandeau vers 450 (H. Mattingly, JHS, 101, 1981, p. 78-80) amène un changement dans l’allure du pied : jusqu’alors situé dans le prolongement de la panse, il est à partir de ce moment modelé pour former un anneau bien distinct. Pour des pieds similaires datés c. 450425, cf. Grace, op. cit., pl. 44 (P2371) ; Knigge, op. cit., p. 24 et pl. 65,8.

133Les exemplaires de Kaulonia sont d’autant plus intéressants que le type est encore peu documenté pour cette période en Grande Grèce.

4.9.2.5. Amphores de type « locrien » ou « pseudo-chiote »

134Pour la définition du type, cf. 4.9.1.3. Dans la deuxième moitié du Ve s., la hauteur de la lèvre augmente et son profil s’affine. Le col prend une allure différente, mais conserve le renflement qui identifie le type. Les anses deviennent très hautes et flexueuses.

135Les amphores de la fin du Ve s. possèdent une argile soit de couleur sable/crème, comme celle des exemplaires archaïques, soit orange pâle, dans laquelle des inclusions brun foncé se retrouvent également. Au IVe s., cette dernière argile est l’unique qui paraisse employée.

136Quelques occurrences de ce type se manifestent dans le matériel de la tour D (fragments de lèvres et de cols de ce type pouvant être datés du Ve s.).

137Les amphores de ce type sont relativement bien représentées à l’époque classique dans le Bruttium, comme l’indiquent entre autres les trouvailles de Francavilla Marittima (Stoop, art. cit., p. 164-165 et pl. 76,2,4), de Crotone (fragments de cols provenant de l’habitat ; inédits) et de Porticello (C. J. Eiseman, Amphoras from the Porticello shipwreck (Calabria), dans IJNA, 2, 1973, p. 19-20 et fig. 8, 21.2319).

4.9.2.6. Amphores puniques (fig. 66, n° 509-510)

138Deux bords d’amphores puniques à sac, reconnaissables par leur profil ainsi que leur argile très rouge, se dégagent de l’ensemble des conteneurs d’origine grecque. Ils sont dignes d’intérêt, dans la mesure où les conteneurs puniques connus jusqu’à présent en Calabre pour l’époque classique sont peu nombreux et proviennent généralement du secteur du détroit de Messine.

4.9.2.7. Origine indéterminée (fig. 66, n° 511-513)

139Un certain nombre de fragments retrouvés dans des couches présentant un matériel de chronologie classique prédominante restent d’identification douteuse.

140Le fragment n° 511 est probablement de provenance gréco-orientale.

4.9.3. Le matériel du IVe s

4.9.3.1. Type corinthien A (fig. 67, n° 514)

141Dans les productions du IVe s. également C. Koehler distingue una variante sphérique (appelée A) d’une variante ovoïde, nettement plus haute (A’). Une nette évolution se marque entre autre dans le profil de la lèvre, dont la hauteur tend à devenir importante et qui possède à présent un profil triangulaire incliné vers le bas. Les anses, de section arrondie, viennent se coller contre la paroi inférieure de la lèvre (Koehler 1979, p. 15-16).

142Les fragments de cette époque sont rares jusqu’à présent à Kaulonia, que ce soit sur la muraille nord, ou dans l’habitat en général. Leur argile est de teinte beige-noisette, et comporte peu d’inclusions.

143Les exportations depuis Corinthe d’amphores de type A sont assez limitées au IVe s. et concernent quasi-exclusivement la variante A— (Koehler 1979, p. 14). En fait le trafic de ces conteneurs vers la Sicile et la Grande Grèce semble avoir néanmoins revêtu une certaine importance, vraisemblablement en raison des liens politico-économiques assez étroits qui règnent dans la seconde moitié du siècle surtout entre Corinthe et l’empire syracusain, et du commerce sur cet axe dont les poleis grecques du littoral ionien ont clairement bénéficié.

144Des fragments d’amphores de ce type ont été retrouvés entre autre à Héraclée de Lucanie (NSA, 1973, p. 451 et fig. 31.12), Sybaris (NSA, 1970, Suppl. 3, p. 351. n. 548 et fig. 307, 316, 368 ; NSA, 1974, Suppl., p. 527, n. 328 et fig. 475, 483), Crotone (quelques fragments de lèvres principalement proviennent de l’habitat ; inédits), Medma (une amphore entière de la nécropole fouillée par P. Orsi ; plusieurs fragments de lèvre proviennent de l’habitat) et S. Maria del Cedro, fraz. Marcellina (NSA, 1978, p. 449 et fig. 31,5).

4.9.3.2. Type corinthien Β (fig. 67, n° 515)

145Dans les premières années du IVe s., les principales caractéristiques sont les suivantes : une lèvre de profil triangulaire, se soulevant au point d’attache des anses qui se pressent contre elle (et amènent une embouchure de forme pratiquement carrée), un allongement général de la forme (col, anses, panse) et la disparition du pied qui se trouve réduit à une petite excroissance terminant la panse fuselée (Koehler 1979, p. 36 et pl. 40).

146Quelques rares fragments de bords provenant de la tour D possèdent un profil triangulaire ainsi qu’une argile beige ou jaunâtre très fine qui incitent à les classer dans les importations corinthiennes.

147C. Koehler a montré que la production et l’exportation de ces amphores à vin de Corinthe connaissent une augmentation au IVe s. Et il s’agit effectivement d’un conteneur fréquent en Sicile et dans les Pouilles, surtout dans la seconde moitié du siècle (Koehler 1979, p. 39). Toutefois, sur base de la documentation disponible, le type semble assez rare dans le Bruttium : à côté des fragments peu nombreux de Kaulonia, nous n’en connaissons que quelques autres qui ont été retrouvés dans l’habitat de Crotone (matériel inédit).

4.9.3.3. Amphores grecques de l’Ouest (fig. 67, n° 516)

148Il s’agit de conteneurs trapus présentant une lèvre en quart de cercle ou en soucoupe (H. Blanck, Der Schiffslund von der Secca di Capistello hei Lipari, dans MDAI(R), 85, 1979, p. 91-111 ; van der Mersch 1986). L’appellation « labbro a quarto di cerchio » est due à N. Lamboglia, pour qui ce profil de lèvre est caractéristique des couches du IVe s. dans les sites grecs de Sicile (La nave romana di Albenga, dans RELig, 18, 1952, p. 162 sqq.). Il s’agit d’amphores qui sont généralement considérées comme marquant la transition entre les amphores grecques classiques et les amphores « gréco-italiques » (infra, 4.9.4.3). Elles sont très fréquentes sur les sites de Grande Grèce et de Sicile, mais n’ont pas encore fait l’objet d’une étude spécifique (van der Mersch 1986). Il s’agit vraisemblablement dans la très grande majorité des cas, de productions grecques de l’ouest ; une production sur des sites du Bruttium est attestée entre autre par le monnayage d’Hipponion (van der Mersch 1985), et les rebuts de cuisson du Céramique de Locres.

149Leurs principales caractéristiques morphologiques sont une lèvre assez haute (env. 3 cm) dont le profil forme grosso modo un quart de cercle, un col cylindrique, des anses droites, de section ovale (portant généralement l’empreinte d’un pouce à la base), un épaulement important, un corps pansu et caréné terminé par un petit pied tronconique assez court. Vers la fin du IVe s. et le début du IIIe s., les amphores possèdent une lèvre en soucoupe (« mushroom lip ») (Blank, art. cit.).

150Les fragments de la tour D possèdent en général une argile dans les tons orange rouge, ou brun. Il arrive fréquemment que la cuisson soit assez mal réussie, avec comme conséquence une argile « sandwich » comportant une zone grise ou noirâtre au cœur. Le pied 640.88.556 ainsi que plusieurs fragments provenant de la Piazzetta sont par ailleurs clairement des ratés de cuisson. Il est à noter que ce type de pâte se retrouve dans bon nombre de fragments de bassins, de pithoi et de tuiles de l’habitat et de la Piazzetta.

Fig. 67. Amphores du IVe s. (corinthiennes, grecques occidentales) et hellénistiques (gréco-italiques), éch. 1 : 2.

151Il s’agit du type de conteneur le plus fréquent tout au long du IVe s. sur les sites du Bruttium, qu’ils soient grecs ou gréco-italiques : Crotone (nombreux cols et fragments divers provenant de l’habitat et de la nécropole Carrara ; inédits), Cariati (MEFRA, 92, 1980, p. 839, note 29), Locres (Locri Epizefiri, p. 39 et pl. 11, 16), Reggio (col provenant de la Contrada Lazzaretto, 1972, n° inv. 516/R ; inédit), Medma (nombreux fragments de lèvres provenant de l’habitat ; inédits), Hipponion (fragments de lèvres provenant de l’habitat ; inédits). À Kaulonia, plusieurs fragments provenant du rempart nord et de l’habitat en général appartiennent clairement à des modules de plus petite taille. Au moins un exemplaire complet de ce module réduit est connu à Héraclée (musée de Policoro, n° inv. 32384 ; inédit).

4.9.3.4. Grèce de l’Est (fig. 67, n° 517)

152Quelques fragments semblent à rattacher aux productions de la Grèce de l’Est, sur base de l’argile et surtout des profils. Leur identification exacte est malaisée.

4.9.3.5. Productions non identifiées (fig. 67, n° 518-520)

153Un certain nombre de fragments provenant de couches du IVe restent d’identification difficile.

4.9.4. Le matériel hellénistique

4.9.4.1. Amphores « gréco-italiques » (fig. 67, n° 521-523)

154Il s’agit d’un type d’amphore à présent bien documenté, qui est produit au IIIe et au IIe s., dans diverses zones de la Méditerranée occidentale. Son évolution morphologique, longue de plus d’un siècle, débouche sur l’amphore Dressel 1 (N. Lamboglia, Sulla cronologia delle anfore romane..., dans RELig, 21, 1955, p. 254-265 ; A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine, 1986, p. 42 sqq.). Les principales caractéristiques du type ont été définies par F. Benoit à partir des trouvailles de la côte française (Typologie et épigraphie amphorique. Les marques de Sestius, dans RELig, 23, 1957, p. 251 sqq.) : il s’agit principalement de la lèvre triangulaire inclinée vers le bas, devenant de plus en plus haute, du col tronconique puis tubulaire. d’une forme générale devenant de plus en plus haute et allongée.

155Au IIIe s., il est nécessaire de distinguer les formes « anciennes », qui se développent tout au long des deuxième et troisième quarts du siècle (E. L. Will, Greco-italic amphoras, dans Hesperia, 51, 1982, p. 341-344, forme a), que l’on trouve par exemple sur l’épave de Terrassini (E. Giustolisi, Le navi romane di Terrassini e l’avventura di Amilcare sul monte Eirkte, Palerme, 1975, p. 30-35), des formes plus récentes, postérieures à la seconde guerre punique pour la plupart (« gréco-italique récente », Will forme c-d). La hauteur de ces dernières atteint 75 à 80 cm, avec une lèvre qui est intégrée dans le sommet du col. Ce deuxième type est bien connu par les fouilles de l’épave du Grand-Congloué, de Cosa et de l’épave du Lazaret (D. Manacorda, dans Società romana e produzione schiavistica, 2, Bari, 1981, p. 22-24). Les dimensions des cols et des pieds permettent de distinguer un module entier d’une hauteur de 65-70 cm environ et un module réduit haut de 45 cm environ (ex. : 643.52.363).

Fig. 68. Amphores hellénistiques, (puniques, corinthiennes, de Grèce de l’Est), éch. 1 : 2.

156Une bonne partie de la production des amphores « gréco-italiques » italiennes est traditionnellement localisée en Campanie et plus précisément dans le golfe de Naples. Mais il n’en est pas moins certain que la forme « gréco-italique » est également adoptée à ce moment dans divers secteurs de la Grande-Grèce et de la Sicile (van der Mersch, 1986 ; Tchernia, op. cit., p. 47-53). Plusieurs familles d’argiles se distinguent sur les fragments de la tour D, dont certaines trouvent des parallèles étroits avec des objets dont la production locale ne fait aucun doute (pithoi, matrices).

157Les fouilles de la tour D, ainsi que diverses autres zones de l’habitat (Piazzetta, Casa del Drago) fournissent des contextes chronologiques intéressants. Plusieurs fragments ont en effet été retrouvés dans des couches des IVe et IIIe s. (éboulis à mettre en rapport vraisemblablement avec les événements de la seconde guerre punique). De Kaulonia provient également un fragment portant la marque de Trebios Loisios (infra, fig. 69,i ; cf. Orsi 1914, col. 892 et D. Manacorda, Recherches sur les amphores grecques, dans BCH, Suppl. 13, 1986, p. 582-583).

158Les amphores « gréco-italiques » constituent certainement au IIIe s. le conteneur le plus fréquent dans le Bruttium. Une production locale semble certaine dans plusieurs zones et illustre clairement la communauté de formes qui règne dans une certaine mesure à ce moment.

4.9.4.2. Amphores puniques (fig. 68, n° 524)

159Cinq fragments d’amphores puniques d’époque hellénistique ont été retrouvés jusqu’ici dans la tour. Ils appartiennent tous à des amphores de type Mafia Cl (J. M. Mafia, dans Cronica del VI Congreso Arqueologico del Sudeste, Alcoy, Carthagène, 1950, p. 296 et fig. 3 ; J. H. Van der Werff, Amphores de tradition punique à Uzita, dans Babesch, 52-53, 1977-1978, p. 180 sqq. et fig. 4.3). Le profil de la lèvre de ces conteneurs est caractéristique : verticale, arrondie, haute de 2,5 à 3 cm, elle dessine une embouchure de 14 à 18 cm de diamètre. Le col est très court et fortement évasé.

160L’argile est bien reconnaissable, même pour des fragments de panse : orange rouge à rouge brique avec parfois des zones plus foncées et de minuscules inclusions calcaires. Elle correspond en fait à la pâte C reconnue par J. H. Van der Werff à Uzita (Van der Werff, art. cit., p. 173). Des traces d’engobe crème ont été conservées en diverses occasions.

161L’origine des amphores Maña Cl reste discutée, bien que l’on envisage le plus fréquemment la Tripolitaine (région de Tripoli-Sabratha) et/ou la Byzacène (Sullecthum) (Van der Werff, art. cit., p. 173, 180-181). Ceci n’exclut toutefois pas qu’une production de conteneurs de ce type ait également eu cours en Sicile occidentale (A. M. Bisi, dans Libya Antiqua, 6-7, 1969-1970, p. 219-220). Leur contenu n’est pas établi avec certitude : l’huile d’olive, les céréales ? (J.-P. Thuillier, dans Byrsa, 1, 1979, p. 172-173 ; Van der Werff, art. cit., p. 182).

162Les fragments retrouvés dans la tour D peuvent être datés du IIIe s. en raison du profil de la lèvre, mais surtout vu les contextes de découverte.

163Le petit groupe de Kaulonia constitue pour le moment la plus importante concentration d’amphores de ce type signalée non seulement dans le Bruttium, mais dans l’Italie du sud en général. Une récente carte de distribution - péchant par excès de prudence - n’en signale en fait aucun exemplaire en Italie du sud (Van der Werff, art. cit., p. 197 et fig. 13) alors que le type semble avoir pas mal voyagé en dehors des zones de production, puisqu’on le rencontre par exemple à Athènes et dans l’Egée. Les seules trouvailles signalées en Calabre et en Lucanie sont celles de Laos (NSA, 1978, p. 458, note 51 et fig. 44), Serra di Vaglio (MEFRA, 94, 1982, p. 75) et Métaponte (J. Brehob, A note on the Amphoroe, dans The territory of Metaponto, 1981-1982, Austin, 1983, n° inv. PZ. 18.400 Ρ).

4.9.4.3. Type corinthien A (fig. 68, n° 525)

164Dans les dernières années du IVe et le début du IIIe s., la forme de l’amphore corinthienne A se transforme de manière sensible. Le corps devient nettement ovoïde, la lèvre augmente graduellement de hauteur, le pied conique devient plus important (Koehler 1979, p. 21). Quelques fragments de la tour D sont caractéristiques des productions de la première moitié du IIIe s. : lèvres verticales hautes de plus de 3 cm montrant un profil articulé, c’est-à-dire possédant une cassure dans la courbure (Koehler 1979 pl. 18). Un profil qui apparaît déjà, par exemple, sur les amphores de l’épave de Stentinello, qui est datée vers 300-275 (G. Kapitän, Il relitto corinzio di Stentinello nella baia di S. Panagia (Siracusa), dans Sicilia Archeologica, 9, 1976, p. 90 et fig. 45). Le profil n° 525 est quasiment identique aux pièces de l’épave de Savelletri, vers 275-250 (G. Kapitàn, A corinthian shipwreck at Savelletri, dans IJNA, 2, 1973, p. 186). L’argile des fragments de Kaulonia est jaunâtre rose, avec des inclusions blanches et foncées. L’autre type d’argile (de couleur orange) mentionné par C. Koehler (Koehler 1981) n’apparaît pas.

165Les exportations d’amphores corinthiennes A diminuent au IIIe s., avant de connaître une chute brutale vers 250 (Koehler 1979, p. 74). Toutefois un certain nombre de pièces continuent d’arriver en Italie du sud (dans les Pouilles principalement) et les quelques occurrences de Kaulonia sont là pour indiquer que l’huile corinthienne est encore distribuée dans le Bruttium à ce moment. Un fragment d’Acquappesa est à situer dans la première moitié du IIIe s. (NSA, 1978, p. 458, note 52 et fig. 44). Mais les quantités semblent effectivement en forte récession par rapport au siècle précédent, si l’on en juge d’après le nombre très limité de fragments signalés jusqu’à présent.

4.9.4.4. Type corinthien Β (fig. 68, n° 526)

166Ce type devient apparemment très rare dans le Bruttium au IIIe s. : nous n’en connaissons que quelques fragments à Crotone (fouille de l’habitat; inédits). Pour le moment, deux fragments de la tour D seulement semblent pouvoir être attribués à des amphores de ce type, et ce bien qu’ils possèdent en fait une argile assez spéciale, assez grossière et de couleur orange. Mais C. Koehler fait précisément remarquer qu’à côté de l’argile pâle, fine et caractéristique du type Β aux époques précédentes, il existe au IIIe s. une autre variante dont les caractéristiques sont celles observées ici (Koehler 1982, p. 288, note 12).

167Le pied 642.21.130 (non illustré) appartient à une amphore du type appelé « knobfooted » par C. Koehler (Koehler 1979, pl. 41).

4.9.4.5. Thasos ( ?)

168Un pied de profil très évasé (671.2.20) comportant une dépression à la base, possède une argile rouge très sombre, tirant sur l’ocre, qui est caractéristique des productions de l’île de Thasos (A. et A.-M. Bon, Les timbres amphoriques de Thasos, Études Thasiennes, 4, 1957, p. 14 sqq.). Le caractère fragmentaire de ces deux pièces ne permet toutefois pas de préciser s’il s’agit de pièces du IVe ou du IIIe s.

169Peu d’amphores thasiennes ont été signalées jusqu’à présent en Calabre, mais la présence d’une anse timbrée de la fin du IVe s. dans l’habitat bruttien de Tiriolo (Catanzaro) montre qu’il ne s’agit toutefois pas d’un matériel exceptionnel (Klearchos, 19, 1977, p. 140).

4.9.4.6. Mendè ( ?)

170Un pied appartient peut-être à une amphore de Mendè (640.5.5), un type peu courant jusqu’à présent en Calabre, à l’exception des exemplaires retrouvés sur l’épave de Porticello (C.J. Eiseman, IJNA, 2, 1973, p. 13-23).

4.9.4.7. Amphores hellénistiques d’origine gréco-orientale ( ?)

171Quelques tessons retrouvés dans des couches hellénistiques présentent une argile beige clair qu’il est tentant d’identifier comme rhodienne. E. Tomasello a en fait signalé quelques fragments timbrés de conteneurs rhodiens dans les fouilles de l’habitat (Tomasello 1972, p. 635, fig, 150).

4.9.4.8. Amphores hellénistiques d’origine apulienne ( ?)

172Plusieurs fragments de lèvres et plusieurs cols complets retrouvés dans l’habitat possèdent une argile dont les caractéristiques semblent à rapprocher de celles des productions apuliennes de l’époque républicaine, sans qu’il soit cependant possible à première vue de les rattacher à un type connu. Ils proviennent tous de couches du IVe et surtout apparemment du IIIe s. dans des contextes où la céramique à vernis noir est représentée notamment par des patères Lamboglia 36 et des coupelles Lamboglia 27. Un fragment au moins de la tour semble faire partie de cette famille.

4.9.4.9. Provenance indéterminée (fig. 68, n° 528-532)

4.10. BRIQUES ET TUILES

4.10.1. Les briques

  • 5 Fouilles San Marco 1986 ; l’élévation n’est pas conservée, mais la présence d’une couche épaisse de (...)

173La brique crue devait être d’un emploi courant à Kaulonia dès l’époque archaïque, et sans doute encore à l’époque hellénistique. On en a trouvé des traces dans l’élévation de l’enceinte archaïque (cf. supra, p. 23) et récemment dans l’habitat hellénistique5 ; malheureusement, aucune brique n’a pu être isolée pour l’instant, et on ne peut donner aucune mesure.

174La brique cuite semble avoir été utilisée systématiquement dans la fortification, mais aussi dans l’habitat hellénistique, dans ce dernier cas peut-être en remploi. Les briques cuites ont été récupérées dès l’Antiquité, et la fouille de la tour D n’en a donné qu’une seule, provenant du remplissage tardif (couche I, supra, p. 27) :

KL 82 QV 643.16.105 : dimensions 35/38 X 52 x 10 cm ; argile orangée ; timbre CE en cartouche rectangulaire. Un fragment de brique analogue portant le même timbre provient de la Piazzetta (Iannelli 1985, p. 40). Sur le timbre CE, v. infra, p. 114. Autres briques mesurées sur la Piazzetta : 33 x 32 ; 33 x 32 ; 48 x 32 ; 50 x 33 ; 31 x 16,8 ; 34 x ? ; 33 x 16,5 ; dimensions données par Orsi 1914, col. 747 : 50 x 32 ; 50 x 16,5 ; briques à canal central mesurées dans le secteur de la Casa del Drago : longueur 44, largeur 42 ; 41 ; 41 ; 40,5 ; 40 ; 40 ; 39,5 ; 38,5.

4.10.2. Les tuiles

175La fouille de la tour D a donné de nombreuses tuiles fragmentaires. Deux ensembles sont remarquables : le niveau de destruction du IIIe s. au sud de la tour (supra, p. 33, couche IIa), formé de tegulœ et de couvre-joints polygonaux ; à l’intérieur de la tour la « grille » formée de couvre-joints semi-circulaires (supra, p. 28).

L’argile la plus couramment utilisée est rouge, variant de l’orangé au brun, avec des inclusions blanches, brunes et noires ; c’est une pâte apparemment locale, que l’on retrouve dans des pithoi et des briques. Certains fragments de tuiles plates, provenant parfois de niveaux archaïques (niveaux 672.9, 16 et 31), ont une argile plus claire, de jaune à beige.

  • 6 Martin 1964, p. 68-72 ; à Mégara Hyblaea, les couvre-joints semi-circulaires sont la règle à l’époq (...)

176La distinction entre couvre-joints polygonaux et semi-circulaires ne semble pas avoir de signification chronologique. Les couvre-joints polygonaux, de règle dans les niveaux hellénistiques, se trouvent aussi au Ve et même au VIe s. (niveaux 672.20 et 609.16), tandis que les couvre-joints semi-circulaires fréquents à l’époque archaïque (niveaux 609.16 et 17, 672.23) constituent la « grille » de la tour (IVe ou IIIe s.)6.

  • 7 Martin 1964, p. 74 et fig. 26.
  • 8 Martin 1964, p. 78 et fig. 36 ; Orsi 1914, col. 764 et fig. 43.

177Les tegulœ ont généralement des rebords arrondis ou carrés ; une seule, provenant d’un niveau archaïque (609.23) a un profil franchement triangulaire. Deux fragments (672.9.14 et 672.28.4) ont un rebord également sur le petit côté : il s’agit de tuiles de rive7 ; un autre (672.8.1) montre le départ d’un opaion8.

178Un couvre-joint semi-circulaire (641.58.383) et plusieurs fragments de tegulœ (643.73.507, 641.31.1) sont recouverts d’une peinture de brun à rouge. Ils proviennent surtout de niveaux archaïques ou classiques, et sans doute, comme le fragment d’antéfixe (n° 351), d’un édifice public.

179Les tuiles étant en général fragmentaires, il est difficile de donner leurs dimensions ; les couvre-joints semi-circulaires font environ 90 cm de long, de même que la plupart des tegulœ mesurées dans les sondages au sud du phare, ou, en 1986, dans la fouille San Marco ; les deux tegulœ dont on a pu mesurer la largeur faisaient respectivement 26,5 cm (672.28.1) et 56 cm (643.2) ; la largeur la plus fréquente ailleurs (San Marco, Zaffino) est 58 cm.

4.10.3. Les timbres sur tuile et sur brique

180À une exception près (timbre n° 5), tous les timbres de Kaulonia ont été trouvés sur des tuiles. Certains ont été publiés déjà par P. Orsi ou par A. De Franciscis : on les trouvera réunis sur la fig. 69 et dans le tableau ci-après.

1811. Πυρ, sur tegula, en cartouche rectangulaire (SP 107), fig. 69,b. Trouvaille sporadique faite sur la fouille après de grosses pluies dans l’hiver 1983-1984. D’après les indications de l’inventeur, le fragment viendrait de la muraille elle-même. Un timbre analogue, avec en plus un dauphin, provient de la Piazzetta et d’une tombe de Lipari (fig. 69,1) ; le timbre πυ, rétrograde, en cartouche circulaire (fig. 69, g et n), a été trouvé par Orsi au sud du phare, par A. De Franciscis sur la Piazzetta, et se retrouve dans la tombe 432 de Lipari, où l’on a également un timbre au dauphin seul déjà publié par Orsi à Kaulonia (fig. 69, k et p).

Légende

Cartouche

Format (mm)

Lieu de trouvaille

Publication

Nomb

1 ΠΥΡ

– rect.

21 x 11

Tour D n° 1

1

– rect.

30 x 20

Piazzetta ?

NSA, 1960, 416

1

2 ΠΥΡ + dauphin

– rect.

22 x 16

Piazzetta ?

NSA. 1960. 417, fig. 1b

1

3 ΠΥ

– circ.

20

Piazzetta ?

NSA, 1960, 417, fig. le

4

rétrog.

– circ.

?

au sud du phare

NSA, 1891, 67

1

4 dauphin seul

– circ.

21

Porta Marina

MAL, 1914. 763, fig. 38

1

5 ΠΟ[-+ dauphin

– rect.

20 x 33

au nord du phare

MAL. 1914, 783
NSA, 1960, fig. la

1

6 ZT

– rect.

21 x 18

Tour D n° 2

1

– rect.

?

au nord du phare

MAL, 1914. 783

1

7 KE

– rect.

22 x 16

Temple

MAL, 1914, fig. 129

1

8 Έ

– carré

19 x 19

Piazzetta ?

NSA, 1960, 417, fig. Id

1

9 ΑΓΑ

– rect.

30 x 20

Piazzetta ?

NSA, I960, 416

10 Ν

– circ.

18

au nord du phare

MAL, 1914, 783

1

11 IT

– circ.

20

au nord du phare

MAL. 1914, 783

1

12 épi

– circ.

?

Piazzetta ?

NSA, 1960, 416

1

13 tête  ?

– circ.

29

Tour D, n° 4

2

14 « hache »

– circ.

21

Tour D, n° 3

1

15 ΓΝΑΘΙΣ ou ΓΝΑΘΙΟΣ

Fontanelli

NSA, 1891, 69

16 CE

– rect.

47 x 28

Tour D, n° 5

5

17 idem s/brique

– rect.

120 x 65

Tour D. Piazzetta

2

Fig. 69. Timbres sur brique et sur tuiles, éch. 1 :1 (Kaulonia, Lipari) et 1 :2 (timbres osques).

182La tombe de Lipari étant datée au Ve s., on acceptera cette datation pour les timbres parallèles de Kaulonia. Il n’y a donc rien d’impossible à ce que le fragment n° 1 ait été en effet remployé dans la fortification hellénistique.

  • 9 A. De franciscis, NSA, 1960, p. 416 ; la pyrgopoiia est mentionnée dans les tablettes de Locres ; c (...)
  • 10 Πυρρίας à Sélinonte, M. T. Manni Piraino, Iscrizioni greche lapidarie del Museo di Palermo. Palerme (...)

183Selon A. De Franciscis, le timbre py- ou pyr devrait se lire pyrgopoiia, et désignerait un lot de tuiles destinées à la fortification9 . Mais comme on trouve ce timbre dans des secteurs variés de l’habitat, parfois éloignés de la muraille, et jusque dans la nécropole de Lipari, on préfèrera rechercher une autre solution, sans doute le nom d’une officine. Les noms d’homme commençant par Pyr- ne sont pas rares : e.g. Pyrrhôn, Pyrrhias etc.10.

  • 11 Στράτων sur amphore IG, XIV, 2393, 448a (Agrigente) et b (Tarente) ; sur tuile IG, XIV, 1793 (Rome, (...)
  • 12 Prénoms Στενις, Lejeune 1976a, n° 59 (Messine) ; Στατις, ibid., n° 54 (Lucanie) ; gentilices Σταττι (...)

1842. ZT, sur tegula, en cartouche rectangulaire (672.28, fig. 69,a). Ce timbre a déjà été trouvé par Orsi au sud du phare. La forme du sigma inviterait à lire Τσ- ce qui n’offre guère de sens ; on lira donc plutôt Στ- ; sans doute initiale d’un nom grec comme Straton ou Stésichoros11 . On pourrait aussi admettre ici un nom osque comme le prénom Stenis, ou Statis, le gentilice Stattis ou Staiis12, mais il semble que l’on ait rarement abrégé ainsi un gentilice osque en Calabre (cf. infra) ; par ailleurs, le contexte de la trouvaille semble plutôt antérieur à l’époque hellénistique.

1853. Timbre circulaire, sur une tegula de petit module, largeur 26,5 cm (672.28.1, fig. 55, c et o) ; même contexte que le précédent ; parallèle à Lipari, t. 383. On décrira faute de mieux ce timbre comme un fer de hache, comparaison suggérée davantage par le timbre de Lipari, de forme un peu différente Le motif est encadré par deux lettres : on lit peut-être A et Θ à Kaulonia, ( ?) et Φ ( ?) à Lipari ; est-ce la combinaison d’un timbre symbolique et d’un timbre alphabétique ? faut-il lire Ath- et -]ph- ? En tout cas, la tombe de Lipari permet de dater également ce timbre au Ve s.

1864. Timbre circulaire, sur deux fragments de tegulœ (672.16 et 609.7.24, fig. 69,d). Le décor est extrêmement érodé, mais pourrait être une tête de profil, tournée vers la gauche (type monétaire ?). Des timbres de ce type sont présents à Crotone. Le premier fragment provient de la tranchée de fondation du mur M2 : il faut donc sans doute, comme les précédents, le rattacher à la phase classique.

  • 13 Ke|- début d’un gentilice à Atena Lucana : Lejeune 1976, n° 53.
  • 14 Le timbre n°5 a été lu PO par Orsi 1914, col. 783, ΠΟΛ par A. De Franciscis, NSA, 1960, p. 416 ; ma (...)

187Parmi les autres timbres figurant dans le tableau, on notera le timbre circulaire à l’épi, probablement comme 4 type monétaire (Métaponte); Ti- rétrograde (plutôt que It-) est sans doute le début d’un nom grec (Timo- ?) ; Ke(fig. 69,j) peut être le début d’un nom grec (Kephalos ?), mais aussi osque13 ; Aga-, Le (ptinès ?), N, Pol-(emarchos ?) ne font pas difficulté, non plus que Gnathis, qui est beaucoup plus tardif14.

  • 15 Outre les sites déjà mentionnés, voici quelques listes de timbres publiés : Métaponte, NSA, 1975, S (...)

188L’abondance et la variété des timbres trouvés à Kaulonia surprennent dans le panorama des timbres sur tuiles de Grande-Grèce, mais cela tient sans doute à la rareté des publications15. La présence à Lipari de nombreux timbres qui ne sont attestés à ce jour qu’à Kaulonia est sans doute un effet du hasard : on sait que Lipari manque d’argile et importe matière première ou produits finis du continent ; Kaulonia est trop loin de Lipari pour que l’on puisse songer à un trafic régulier, et on envisagera plutôt un frêt de retour, isolé dans le temps. Il se peut donc que les timbres de Kaulonia attestés à Lipari soient tous strictement contemporains ; faut-il les attribuer à une même phase de construction, par exemple à celle de l’enceinte du Ve s. ? On a rappelé sur la fig. 69,i le timbre amphorique Tr. Loisio, du IIIe s. (cf. p. 107).

  • 16 A. De Franciscis, O. Parlangèli, Gli Italici nel Bruzio, 1960, p. 29, n° 14 ; E. Lattanzi, Tarente (...)
  • 17 Lejeune 1971, p. 58 ; Lejeune 1976b, p. 320.
  • 18 D. Adamesteanu, Tarente 1973, p. 449, pl 91 ; Id., SE, 42, 1974, p. 516 ; E. Lattanzi, dans Il Muse (...)
  • 19 De Franciscis-Parlangèli, op. cit., p. 24, n° 5.
  • 20 Meligunìs-Lipára, 2, pl. m.
  • 21 Pour une discussion d’ensemble, Lejeune 1976, passim.

1895. CE, sur tegula, en cartouche rectangulaire, cinq exemplaires (640.6.10 et 11, 671.2.37, 640.83.303, Sp. 546), et un exemplaire analogue sur brique (643.16.105). Le timbre est nouveau à Kaulonia. Il est connu à Castiglione di Paludi16. D’autres timbres peuvent s’y rattacher : CE K[à Rossano di Vaglio17, CE KAP à Civita di Tricarico18, CEPEKO à Hipponion19, CEKV à Lipari20 ; ces timbres, regroupés sur la fig. 69,q à u, ont été généralement interprétés comme des marques de fabrique, Ve- étant le début d’un proenomen osque (Rossano, Tricarico) ou d’un gentilice (Paludi, Hipponion)21.

  • 22 Lejeune 1976, p. 63, § 64.
  • 23 Lejeune 1976, p. 41, S 37.
  • 24 Lejeune 1976, p. 60. S 61.
  • 25 Par exemple Vestirikiis, Vesulliais, Venileis, Velti neis (Lejeune 1976, n° 28, 36, 280, 281) ; sur(...)

190La difficulté est triple : 1) interprétation d’un même sigle tantôt comme prénom, tantôt comme nom ; 2) ampleur de la zone de diffusion ; 3) abréviation du gentilice. De ces trois objections la dernière est sans doute la plus importante. Il est en effet conforme à l’usage osque d’abréger les anthroponymes, notamment dans les marques de potier : mais on conserve alors - séparées par une interponction la première - ou les premières - lettre(s) du prénom, du gentilice et (parfois) du patronymique22. En Calabre, il semble que l’on utilise plutôt le gentilice seul23, mais alors celui-ci n’est pas abrévié, ou seulement abrégé, pour reprendre la distinction proposée par M. Lejeune24. Par exemple, le gentilice Kotteieis (génitif) sur une tuile d’Hipponion peut être abrégé Kottei- ou Kotti-, mais jamais *Ko-, Ve- serait une exception, d’autant plus étrange que les gentilices commençant par Ve sont assez nombreux en osque25.

  • 26 A. La Regina. Appunti su entità etniche e strutture istituzionali net Sannio antico, dans AIONArchS (...)
  • 27 E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekten, 1, 1953, n° 192 ; Lejeune 1970, p. 280, n° 2 ; M. Cri (...)

191Une direction de recherche différente est proposée par A. La Regina dans un article récent sur les institutions du Samnium antique26. Réexaminant une inscription bien connue de Milan27, l’auteur y voit la mention d’une vereia kam(p)sana Metapontina, « structure militaire publique ou privée », placée sous le commandement d’un meddix, originaire de Lucanie (Kampsa ?) - ou de Campanie ?-, à la solde de Métaponte. Le texte est d’interprétation discutée, mais la lecture vereia (au lieu de verenis, vetenis) est très possible. Pour La Regina, le timbre vereko d’Hipponion ne serait pas un gentilice (Vereko-nis ?), mais un adjectif dérivé de vereia, comme toutiks de touta. On ne suivra peut-être pas l’auteur dans la suite de sa démonstration, mais on retiendra le lien ve-, vereko-, vereia.

192On se demandera si Vereko ne serait pas alors un équivalent du latin publicum et du grec δημόσιον, et l’abréviation Ve- le correspondant exact du grec ΔΗ, si fréquent sur les tuiles de Vélia. Bien entendu, vereia n’est pas un équivalent de touta, mais on peut imaginer que l’installation dans les villes grecques de la côte de colonies militaires des Brettii favorise un glissement de sens de vereia qui finit par désigner la communauté citadine.

  • 28 L’initiale Ku est étrangère à l’osque ; Kuiirinis, attesté à Pompéi, est un emprunt au latin (Lejeu (...)

193Si l’on accepte cette hypothèse, les timbres rétrogrades Ve.Kar de Tricarico et Ve.K[ar ? de Rossano di Vaglio pourraient s’interpréter également comme des timbres « politiques », dans lesquels le mot Ve(reia ?) serait suivi du nom de la vereia. Quant au timbre Veku de Lipari, on le lira plus volontiers rétrograde sous la forme Vekl, ou plutôt, en restituant une interponction, Ve.Kl, ce qui le rapproche du précédent28.

  • 29 Ve comme prénom, Kar comme gentilice ne sont pas attestés dans l’Anthroponymie Osque de M. Lejeune  (...)

194Seule la découverte d’autres timbres permettra de trancher entre l’interprétation classique, sans doute la plus simple, et l’interprétation comme timbre politique, plus séduisante, mais aussi plus complexe et peut-être moins probable29.

195Notons enfin que ces timbre CE et dérivés se distinguent des timbres grecs d’époque classique étudiés précédemment non seulement par le texte et le graphisme mais aussi simplement par la dimension du cartouche. Tous les timbres de la première partie du tableau ont des dimensions comprises entre 11 et 30 mm, pour l’essentiel entre 18 et 22 mm, soit environ 1 dactyle pour un pied moyen de 32 cm (11 mm = 1/2 d., 30 mm 1,5 d.) ; les timbres osques, même sur tuile, sont beaucoup plus grands ; raison de plus pour rattacher à la série grecque les timbres St et Ke-.

Fig. 70. Monnaies romaine (535) et des Brettii (533-534).

4.11 LES MONNAIES (fig. 70)

533

196Dr./Tête d’Athéna avec casque corinthien à g·

197Rv./Chouette à dr.

198AE- Sixième (ou huitième ?) - Brettii

199Poids : 1,25 g ; Ø 12,5 mm

200P. Garrucci, Le monete dell’Italia antica, Rome, 1885, p. 184, n° 29 ; BMC Italy, p. 333, n° 115 ; J. Babelon, Catalogue de la Collection de Luynes, I, Paris, 1924, n° 675-676 ; F. Scheu, Bronze Coins of the Bruttians, dans NC, 1961, p. 52 et 62 ; H. Pfeiler, Die Münzprägung der Brettier, dans JNG, 14, 1964, p. 22 et 32.

201Ces pièces aux types Athéna/chouette sont classées par Scheu dans son groupe à l’épi de blé (p. 52), et ce bien qu’elles n’aient jamais au droit un épi comme symbole ; Pfeiler les classe dans son Nikegruppe (p. 32). Scheu les considère comme sixièmes de l’unité légère utilisée par les Brettii, qui est d’environ 8 g ; Pfeiler pour sa part y voit plutôt des huitièmes de la même unité. Il s’agit de pièces pesant environ 1,3-1,4 g (cf. par ex. SNG Copenhagen, 1695, 1,23 g).

202Scheu situe l’apparition de l’étalon léger (8 g) vers la fin de la première guerre punique, alors que Pfeiler le place vers 213-207. P. Marchetti (Histoire économique et monétaire de la seconde guerre punique, dans Mémoires de la Classe des Beaux-Arts de l’Académie Royale de Belgique, XIV, 4, 1978) le situe pour sa part en 211-209 ; même date pour T. Hackens dans SNG Evelpidis, 327-328.

203P. Marchetti a avancé de bonnes raisons métrologiques pour dater l’apparition de l’étalon léger après 212, et cette date est confirmée par la métrologie d’autres monnayages de bronze contemporains de Lucanie, par exemple ceux de Métaponte et de Tarente. Le trésor de San Vincenzo La Costa est un des éléments principaux amenant à dater cet étalon de la seconde guerre punique, et après 212 précisément (cf. I. Novaco Lofaro, dans AIIN, 21-22, 1974-1975, p. 86-94) ; on remarquera cependant qu’il n’y a pas, dans ce trésor, de pièces aux types Athéna/chouette, mais uniquement des doubles des unités et des demis. Toutefois une date après 212 est très plausible - et généralement acceptée dans les catalogues - pour cet étalon léger et il semble bien qu’on puisse lui raccrocher les dénominations de 1,3-1,4 g.

534

204Dr :/Tête de déesse marine, à g. ( ?)

205Rv :/Crabe ; légende

206AE- Quart - Brettii

207Poids : 1,80 g ; Ø 15 mm

208F. Scheu, NC, 1961, p. 52. Le poids moyen est 2,20 g. Notre exemplaire est très mal conservé ; même chronologie que le précédent.

535

209Dr./Proue de navire à dr. ; au-dessus ROMA ; en-dessous deux globules

210Rv./Mercure à dr. avec pétase ; au-dessus deux globules

211AE- Sextans - Rome

212Poids : 25,8 g ; Ø 30 mm

213SNG Tübingen, 1, 313 ; SNG Dree/Klagenfurt, I, 33 ; M. H. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974, 38,5.

214217-215 ( ?).

4.12 LA FAUNE (Ph. Columeau)

215L’étude de la faune des fouilles de Kaulonia porte sur un ensemble de 703 esquilles déterminées, ayant appartenu à 338 individus au moins.

216Les espèces déterminées sont domestiques et sauvages :

217Animaux domestiques :

Chien (Canis familiaris L.)
Porc (Sus domesticus L.)
Mouton (Ovis aries L.)
Chèvre (Capra hircus L.)
Cheval (Equus caballus L.)
Âne (Equus asinus L.)
Bœuf (Bos taurus L.)

218Animaux sauvages :

Cerf (Cervus elaphus L.)
Sanglier (Sus scrofa L.)
Tortue (Testudo (Hermanii ?))
Thon (Thunnus thynnus L.) [v. infra, p. 000]
Des oiseaux
Des coquillages marins (Mytillus sp. et Tapes sp.)

219Deux restes humains se trouvaient parmi les débris animaux. Chez les animaux sauvages, il est possible que deux restes osseux aient appartenu à un mouflon (Ovis musimon) : un fragment de condyle gauche et un fragment de radius droit, malheureusement trop fragmentés pour être mesurables. Leur robustesse les distingue nettement des autres esquilles d’ovinés.

220Le bœuf est un animal de petite taille, probablement du type Bas taurus brachycephalus. Un seul bœuf de grande taille a pu être retrouvé dans ce lot de faune, à l’aide d’un talus. Parmi les oiseaux, la présence de la perdrix (Cacabis rufa) est très probable. Chez les reptiles, la tortue est une tortue terrestre, probablement une tortue d’Hermann.

221Deux restes d’O/C de la période « classique » ont appartenu à des chèvres (Capra hircus L.). Il s’agit de deux métapodes, un métacarpien et un métatarsien. Deux chevilles osseuses de chèvre ont été retrouvées pour la période « archaïque ». Pour le reste, sur 329 os d’ovicaprinés non différenciés, 23 ont pu être attribués à des Ovis, ce qui laisse supposer que le troupeau de moutons était plus important que celui des chèvres, toutes périodes confondues.

LES MENSURATIONS

222Quelques fragments ont pu être mesurés pour le bœuf, le mouton, la chèvre et le porc. Malgré leur très petit nombre, il est intéressant de les présenter ici :

LE BŒUF

223Cheville osseuse, DAP à la base : 55,5

224Mandibule, condyle DT : 39,2

Humérus

DT

HMT

Egt

83,5

46

34

62

43

31

Talus HD 87,8 HP 88

Phal III LD 51/70,2

DT 52,3 Bd 57

MBS 21/23,4

Gli 88 Glm 80

DLS 62/70,5

Métacarpien, distal Diaphyse :

Bd 50.6

Dd 29,6

Poulie :

56

29,2

Métatarsien, distal poulie :

Bd 44,5

Dd —

41

40

57,4

31,8

45,7

Phalange I

LT

Glpe

SD

DD

64

61

22,7

17

62

56,7

23

16,5

55

55

23

20

56,5

54,7

23

18,5

55,5

52

21

16,4

62,2

Bp

Dp

Bd

Dd

28,3

33,3

27

21,5

28

31

27

21

28

30,3

25

24

28

29,3

34

24

LE MOUTON

Humerus

Dt

Hmt

Egt

31

18,5

15,2

31

19

14,6

26,7

Tibia

Bd

Dd

27

26,5

26

26,7

21

21

18,5

20,4

Métacarpien

Diaphyse

Poulie

Bd

Dd

Bd

Dd

30,5

17

31,5

16

Phalange I

LT

Glpe

SD

DD

43

40

12,5

10

Bp

Dp

Bd

Dd

16

16,5

15,4

13,3

LA CHÈVRE

Métacarpien

Métatarsien

Diaphyse

Poulie

Diaphyse

Poulie

Bd

Dd

Bd

Dd

Bd

Dd

Bd

Dd

27,2

18,8

26

12,5

23

15,7

23

12,4

LE PORC

Les dents

DMD

DVL

Inf.

M2

17,5

14,5

M3

31

33,4

16

30

13,4

Tibia

Phalange II

Bd

Dd

LT : 33,7

28,5

23,5

225La présentation des résultats de l’étude de la faune est chronologique. Elle ne tient pas compte de l’emplacement des vestiges, la fouille ayant rencontré pour l’essentiel des remblais contenant un matériel céramique mélangé.

226Trois ensembles chronologiques, qui se chevauchent en partie, ont pu être distingués, en tenant compte des proportions de chaque matériel dans chaque couche, et non du matériel le plus récent ; ainsi, un niveau daté du IIIe s. par le matériel le plus récent (ou par sa position stratigraphique) a pu être considéré comme archaïque par le facies général du matériel :

  1. Niveaux archaïques, datés sans ambiguïté du VIe s. ou du début du Ve s. av. J.-C.

  2. Niveaux classiques, datables de la fin du VIe s. à 380 av. J.-C.

  3. Niveaux hellénistiques, contenant des couches hétérogènes datables auxVe-IVe s., IVe-IIIe s., et des niveaux très mélangés VIe-IIIe s. Le matériel osseux de ces niveaux doit être majoritairement postérieur à 389.

I - Niveaux archaïques

OSSEMENTS

Âge

A

J

TJ

Ind

T

%

Espèces

O/C

72

22

9

4

107

52,7

Porc

10

15

5

2

32

15,7

Bœuf

45

5

4

54

26,6

Chien

1

2

3

1,4

Cerf

3

2

5

2,4

Sanglier

1

1

0,4

Thon

1

1

0,4

TOTAL

203

INDIVIDUS

Âge

A

J

TJ

Ind

T

%

Espèces

O/C

31

11

7

1

50

47,6

Porc

8

9

4

2

23

21,9

Bœuf

18

4

3

25

23,8

Chien

1

2

3

2,8

Cerf

1

1

2

1,9

Sanglier

1

1

0,9

Thon

1

1

0,9

TOTAL

105

P. VIANDE

Âge

T

%

Espèces

O/C

710,5

11,6

Porc

856

14

Bœuf

4220

69,3

Chien

25

0,4

Cerf

150

2,4

Sanglier

70

1,1

Thon

70

1,1

TOTAL

6081,5

II - Niveaux classiques

OSSEMENTS

Âge

A

J

TJ

Ind

T

%

Espèces

O/C

98

16

2

5

121

45,8

Porc

20

11

1

32

12,1

Bœuf

88

4

1

4

97

36,7

Ane

1

1

0,4

Chien

6

6

2,2

Ovine

2

2

0,7

Tortue

1

1

0,4

Oiseau

2

2

0,7

Mytillus

1

1

0,4

Tapes

1

1

0,4

TOTAL

264

INDIVIDUS

Âge

A

J

TJ

Ind

T

%

Espèces

O/C

29

11

4

1

45

39,8

Porc

14

8

1

23

20,3

Bœuf

30

4

1

3

38

33,6

Ane

1

1

0,8

Chien

2

2

1,2

Ovine

1

1

0,8

Tortue

1

1

0,8

Oiseau

2

2

0,8

Mytillus

Tapes

TOTAL

113

P. VIANDE

Âge

T

%

Espèces

O/C

657

8

Porc

973

11,9

Bœuf

6432

78,6

Ane

75

0,9

Chien

20

0,2

Ovine

20

0,2

Tortue

Oiseau

Mytillus

Tapes

TOTAL

8177

III - Niveaux hellénistiques

OSSEMENTS

Âge

A

J

TJ

Ind

T

%

Espèces

O/C

92

10

3

2

165

44,4

Porc

22

17

4

43

18

Bœuf

45

10

8

63

27

Chien

8

2

10

4,3

Oiseau

1

2

3

1,3

Ane

1

1

2

0,8

Cheval

6

6

2,6

Cerf

1

1

0,4

Tortue

1

1

0,4

Homme

2

2

2,8

TOTAL

296

INDIVIDUS

Âge

A

J

TJ

Ind

T

%

Espèces

O/C

35

8

3

46

37,3

Porc

13

9

2

24

19,5

Bœuf

24

8

3

35

28,4

Chien

5

1

6

4,8

Oiseau

1

6

4,8

Ane

1

1

2

1,6

Cheval

1

1

0,8

Cerf

1

1

0,8

Tortue

1

1

0,8

Homme

1

1

0,8

TOTAL

123

P. VIANDE

Âge

T

%

Espèces

O/C

702,5

8,9

Porc

972

12,3

Bœuf

5740

72,28

Chien

55

0,7

Oiseau

Ane

15

1,9

Cheval

180

2,3

Cerf

75

1

Tortue

Homme

TOTAL

7874,5

227Le chevauchement des périodes, d’un ensemble chronologique à un autre, atténue vraisemblablement les différences. La quantité de faune déterminée et d’individus retrouvés est à peu près la même pour les trois tableaux, ce qui les rend plus aisément comparables.

228Les espèces ne sont pas présentes de façon identique dans les trois tableaux. La chasse et la pêche (au thon) bien que très faibles, fournissent à l’époque archaïque plus de 4 % environ de la viande consommable, ce qui n’est pas négligeable, par rapport aux deux tableaux suivants, où elles n’apportent plus que 0,2 % et 1 % de la viande, ce qui les renvoie au rang des activités économiques marginales. La chasse est essentiellement consacrée à la prise de gros gibiers, cerfs, sangliers (peut-être un peu plus nombreux que ce qui apparaît sur les tableaux) et, vraisemblablement, le mouflon. Le lapin de Garenne, le lièvre, le renard sont absents de l’échantillon examiné.

229Alors que les ovicapridés, le porc, le bœuf et le chien sont présents tout au long de la chronologie, les restes d’équidés, absents des niveaux archaïques, apparaissent avec l’âne au cours de la période classique, mais très discrètement, pour représenter dans les niveaux hellénistiques 4,2 % de la viande (et 3,4 % des restes) c’est-à-dire autant que la chasse au cours de la période archaïque. L’absence de restes d’équidés dans la faune des niveaux archaïques ne signifie pas que cette espèce ne figurait pas dans l’environnement animal de cette époque, mais plutôt que la consommation de viande d’âne et de cheval est, peut-être, devenue une habitude au cours de périodes plus récentes.

  • 30 Ph. Columeau, La chasse et l’élevage en Gaule Méridionale, d’après les vestiges osseux. Thèse de Do (...)

230L’essentiel des restes de faune est centré autour de trois espèces, les O/C, le porc et le bœuf comptant pour plus de 94 % des vestiges animaux au cours des deux premières périodes, et près de 90 % au cours de la période « hellénistique ». Dans les trois cas, ils représentent plus de 94 % de la viande consommable. Ce sont les Ovicapridés qui ont laissé le plus de vestiges osseux, suivis par le bœuf et enfin par les porcs. Pour le calcul en fonction du poids de viande, le poids respectif moyen de chaque espèce30 inverse ces données en portant le bœuf à la première place - il fournit, à lui tout seul, plus des deux tiers (période archaïque) ou les trois quarts de la viande. Le reste est partagé entre les O/C et le porc, mais de façon inégale ; le porc vient toujours avant les ovicapridés, avec environ trois points de plus que les ovicapridés, tout au long de la chronologie.

231Les choses changent peu d’un tableau à l’autre, la stabilité semble bien être la règle la mieux observée. Quelques nuances permettent d’observer, encore bien timidement, une certaine évolution dans le mode de ravitaillement en viande ; au cours de la période archaïque le bœuf a un taux moins élevé que par la suite, laissant, malgré la relative importance de la chasse, un peu plus de place à la consommation de viande provenant de bétail de taille moyenne, mouton chèvre et porc. La quasi disparition de la grande chasse au cours de la période classique ne permet pas à l’élevage des porcs et des moutons de s’accroître, mais laisse, au contraire, la consommation de la viande de bœuf augmenter considérablement, de plus de 9 %. Cette poussée de la consommation de viande de bœuf ne se retrouve pas au cours de la période hellénistique, mais le retrait de près de 6 % que la viande de bœuf accuse n’est que très médiocrement repris par l’élevage des ovicapridés et des porcs (pour 1,1 % seulement). Il n’y a pas retour à la situation antérieure, mais plutôt une tendance à la diversification de l’approvisionnement en viande de gros bétail avec l’apparition de la viande des équidés.

232Ces remarques doivent être considérées avec des réserves, car peu de gisements permettent, actuellement, de comparer l’approvisionnement en viande au cours de ces trois grandes périodes en Italie méridionale, pour un nombre d’individus relativement élevé. Peu de travaux sur la faune archéologique du sud de l’Italie sont actuellement disponibles, mais il est intéressant de comparer les résultats obtenus ici avec ceux des deux autres gisements relativement proches, Locres et Monte Irsi.

  • 31 Fr. D’Errico et A. M. Moigne, La faune classiquehellénistique de Locres, dans MEFRA, 97, 1985, 2, p (...)

233À Locres (Calabre), la faune des niveaux classiques/hellénistiques mélangés regroupe seulement 38 individus, répartis sur neuf espèces31. Le traitement des données de la détermination de la faune selon des critères comparables à ceux employés à Kaulonia donne les résultats suivants :

Espèces

NR

%NR

O/C

96

30,6

Porc

71

22,6

Bœuf

123

39,3

Ane

6

1,9

Chien

14

4,4

Sanglier

1

0,3

Lièvre

1

0,3

TOTAL

313

Espèces

NM1

%NMI

O/C

14

36,8

Porc

8

21

Bœuf

7

18,4

Ane

2

5,2

Chien

4

10,5

Cerf

1

2,6

Sanglier

1

2,6

Lièvre

1

2,6

TOTAL

38

Espèces

PV

%PV(A)

%PV(B)

O/C

154

7,5

8.1

Porc

228

14,1

15.3

Bœuf

1260

62

66,9

Ane

140

6,8

7,4

Chien

40

1,9

2,1

Cerf

75

3,6

Sanglier

70

3,4

Lièvre

4

0,2

TOTAL

1971

234Le calcul du poids de viande est effectué en deux temps. En (A) toutes les espèces sont prises en considération, y compris le cerf, le sanglier et le lièvre, considérés comme périphériques par les auteurs. En (B) le calcul en fonction du poids de viande n’est fondé que sur les espèces domestiques, mieux représentées.

235Malgré la faiblesse de l’échantillon étudié, il est frappant de constater la grande analogie de la faune de Locres avec celle de Kaulonia présentée ici : en pourcentage poids/viande, les bœufs sont les plus importants, atteignant même les deux tiers du ravitaillement en viande selon le calcul (B). Ils sont suivis par les porcs et les ovicapridés dans des proportions qui rappellent beaucoup celles de Kaulonia. Cependant, les restes de bœufs sont à Locres plus nombreux que ceux de moutons et de chèvres, ce qui, avec la plus grande proportion de chèvres que de moutons, éloigne la faune de Locres de celle de Kaulonia.

  • 32 G Barker, dans Monte Irsi, BAR, Suppl. 20, 1977, p. 263-273.

236À Monte Irsi (Lucanie interne), pour un lot de faune à peu près équivalent à celui de Locres, la chronologie est beaucoup plus longue (du VIIIe avant J.-C. au règne d’Auguste) ; comme à Kaulonia, trois grandes périodes ont pu être distinguées32 :

Espèces

% NR (total 304 restes identifiés)

Périodes

O/C

Porc

Cheval

Bœuf

Cerf

Age du fer
(B I-IV)

57

16

25

0,7

Hellénistique 1
(B V-VI)

47

23

2,5

27

0,9

Hellénistique 2
(A I-IV)

27

36

2,1

30

237Les restes de moutons et de chèvres sont, au début, les plus nombreux mais diminuent progressivement, pour atteindre au cours de la période Hell 2 un taux beaucoup plus bas que celui observé à Kaulonia, qui reste, au contraire, à peu près constant. Remarquons, cependant, qu’il se rapproche beaucoup de celui de Locres. Pendant que le pourcentage de restes d’ovicapridés diminue de moitié, celui des restes de porc double et celui des bœufs augmente légèrement. À l’inverse de ce qui est observé à Locres et à Kaulonia, la proportion d’ossements de porcs est plus forte au cours de la période Hell 2 que celle des bœufs. Mais cela n’est pas le cas de la période Hell 1 qui, pour les pourcentages de restes entre ces trois espèces, est celle qui se rapproche le plus de ce qui est apparu à Locres et à Kaulonia.

238La quantité de fragments déterminés pour Monte Irsi est trop faible pour pouvoir donner des résultats aisément manipulables sur trois périodes. Mais, malgré ces réserves, il est intéressant de remarquer certaines identités qui approchent les lots de faune de ces trois sites. Ainsi, à Monte Irsi comme à Kaulonia, le cheval n’apparaît que tardivement, et dans des proportions qui rappellent celles de Kaulonia pour l’ensemble chronologique 3. Enfin, la chasse, présente là aussi, n’est plus du tout une activité économique. Il semble difficile d’aller plus avant dans les conclusions à l’aide d’un échantillon aussi réduit.

239L’étude de la faune de Kaulonia indique surtout une grande stabilité dans le ravitaillement en viande sur ce site pendant quatre siècles. À l’intérieur de cette stabilité, une évolution semble perceptible, qui se retrouve, mais pour de petits lots de faune, sur d’autres sites d’Italie méridionale.

240Les difficultés de datation rendent les conclusions moins nettes que le laisserait voir la simple lecture des tableaux de résultats. Remarquons également que les quelques mesures qui ont pu être prises sur des restes de bœufs et d’ovis, indiquent une homogénéité des troupeaux.

241La validité de ces remarques est atténuée par la nature même des lieux fouillés - des remblais pour la plupart - par la petite quantité de faune disponible et, enfin, par le chevauchement des découpages chronologiques. D’autres recherches, dans des niveaux mieux stratifiés, conduites avec grand soin (tamisage, récolte systématique de tous les débris osseux), doivent être entreprises, qui permettront de préciser ce qui a été seulement entr’aperçu ici, et qui constitue une étape incontournable dans l’approche de la vie quotidienne des populations étudiées, mais aussi dans une étude plus globale de leur économie et de leurs échanges.

242ADDENDUM

243Analyse d’une vertèbre fragmentaire

244par

245J. DESSE et N. DESSE-BERSET

246(Laboratoire d’Archéozoologie, CRA/CNRS, Valbonne)

247- KL 85 QV 609. 20.24

248Provenance : KAULONIA (Calabre)

249Période : seconde moitié VIe siècle

250- Vertèbre caudale de thon (Thunnus thynnus LINNE 1758, le thon rouge).

251Mesures :

252Hauteur max. du corps vertébral : 29,0

253Diamètre transverse du corps : 37,2

254Diamètre antéro-post. du corps : 36,0

255Pièce vertébrale se rapportant à un individu d’une dizaine d’années, de taille moyenne, probablement capturé à la fin du printemps ou en été.

256Les poissons de cette espèce sont très communs en Méditerranée, tout particulièrement dans la zone tyrrhénienne où ils font l’objet d’une pêche saisonnière intensive, attestée pendant la protohistoire. On les capture traditionnellement à l’aide de madragues ou, en pleine mer, à la traîne, à la palangre ou, enfin, à la senne tournante.

257Oppien, dans les Halieutiques (chant III), en évoque la pêche de la façon suivante : « la disposition des filets ressemble à celle d’une ville, on y voit des vestibules, des portes, et comme des rues à l’intérieur », description saisissante des grandes madragues dont le littoral méditerranéen devait être parsemé.

4.13 CONCLUSION

258Le matériel trouvé dans le secteur de la tour D provient essentiellement d’un habitat. Le matériel votif est peu nombreux (quelques fragments d’arula et de statuettes) et doit se référer à des cultes domestiques plutôt qu’à des sanctuaires. La présence de monuments n’est suggérée que par l’antéfixe n° 351 et par quelques fragments de tuiles peintes. Il est par contre certain qu’il existait dans le quartier au nord du phare au moins une officine de céramique dès l’époque archaïque, et encore au IIIe s. La présence dans le remplissage de la tour de deux fragments d’ossements humains doit être fortuite, et rien dans le matériel n’autorise à supposer l’existence d’une nécropole intra muros, même tardive (supra, p. 27).

259Chronologiquement, le matériel de la tour D atteste une occupation dense du secteur entre le deuxième quart du VIe s. et la fin du IIIe s. La céramique du VIIIe s. est absente, celle du VIIe s. rarissime, ce qui suggère que le quartier au nord du phare n’est guère occupé avant le début du VIe s. Parmi les tessons du IIIe s., il en est sans doute qui pourraient se dater après 200 comme les marmites de type 2.2. (supra, fig. 58), les patères de forme Lamboglia 36 (fig. 40), les amphores gréco-italiques (supra, p. 105). Mais dans l’ensemble, et si l’on prend en considération aussi le matériel inédit provenant de sondages antérieurs, il semble bien que l’occupation du site ne se prolonge pas au-delà de la fin du IIIe s.

260On a proposé de dater au début du IVe s. les niveaux d’abandon de la muraille classique, et de les mettre en relation avec la date de 389 fournie par les textes. La ville a sans doute été abandonnée, puis reconstruite, probablement après le milieu du IVe s. On devrait ainsi observer dans l’occupation du site un hiatus d’une quarantaine d’années. Mais, outre qu’une ville détruite politiquement peut rester un lieu habité (fermes, réoccupation sporadique ou partielle), la nature du matériel céramique ne permet guère pour l’instant d’apprécier un tel hiatus. On notera la quantité relativement faible du matériel hellénistique par rapport aux témoins des périodes antérieures, mais cela peut être dû en grande partie aux hasards de la fouille et n’autorise aucune conclusion.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

G. Desse et J. Desse, L’identification des vertèbres de poissons : application au matériel issu de sites archéologiques et paléontologiques, dans Archives des Sciences de Genève, 36 (2), 1983, p. 291-296.

Notes

1 Ce rapport préliminaire s’inscrit dans le contexte d’une étude plus vaste portant sur les amphores de transport produites ou commercées en Italie du sud aux Ve, IVe et IIIe s. Ce sujet doit faire l’objet d’une thèse de doctorat à l’Université de Louvain-la-Neuve. La recherche entreprise à Kaulonia est menée en collaboration étroite avec la Surintendance Archéologique de Calabre à qui il m’est un plaisir d’adresser ici mes remerciements les plus vifs en la personne de Mme E. Lattanzi, Surintendante, et de Mme Iannelli, Directrice des fouilles de Kaulonia.

2 Le logiciel utilisé est DBASE III sous PC/DOS. Un exemplaire du fichier est conservé dans les Archives de la Surintendance Archéologique de Calabre.

3 Mais il est à noter que l’identification des bords « en bourrelet » peut à certaines occasions prêter à confusion, et il n’est pas impossible que leur nombre soit légèrement supérieur.

4 Un seul fragment de col présente un engobe clair, mais apposé sur la face interne.

5 Fouilles San Marco 1986 ; l’élévation n’est pas conservée, mais la présence d’une couche épaisse de terre brune, l’horizontalité du niveau d’arasement des murs, l’absence de strate d’écroulement des murs au-dessus des tuiles de couverture plaident en faveur d’une élévation en terre, plus probablement en briques crues.

6 Martin 1964, p. 68-72 ; à Mégara Hyblaea, les couvre-joints semi-circulaires sont la règle à l’époque archaïque, la forme polygonale apparaissant à l’époque hellénistique ; à Crotone en revanche, le couvre-joint polygonal apparaît au moins dès le Ve s.

7 Martin 1964, p. 74 et fig. 26.

8 Martin 1964, p. 78 et fig. 36 ; Orsi 1914, col. 764 et fig. 43.

9 A. De franciscis, NSA, 1960, p. 416 ; la pyrgopoiia est mentionnée dans les tablettes de Locres ; cf. A. De Franciscis Stato e società in Locri Epizefiri, Naples, 1972.

10 Πυρρίας à Sélinonte, M. T. Manni Piraino, Iscrizioni greche lapidarie del Museo di Palermo. Palerme, 1973, n° 56 ; Πύρρων est plus fréquent ; Le Tavole di Locri. Atti del Colloquio di Napoli, 1977, D. Musti éd., 1979, p. 273 (Locres, Tarente, Héraclée) ; également à Akrai (Koka los, XII. 1966, p. 190-199) et à Sélinonte (BCH, 96, 1972, p 375 sqq.).

11 Στράτων sur amphore IG, XIV, 2393, 448a (Agrigente) et b (Tarente) ; sur tuile IG, XIV, 1793 (Rome, impérial) ; sur balle de fronde 2207,12 (Troina) ; inscription de Taormine : 421 Ia70, 35, 45. Στησίχορος : IG, XIV, 1213 et 2414, 53.

12 Prénoms Στενις, Lejeune 1976a, n° 59 (Messine) ; Στατις, ibid., n° 54 (Lucanie) ; gentilices Σταττις, ibid., p. 196 (Messine) et Staíís, ibid., p. 151-152.

13 Ke|- début d’un gentilice à Atena Lucana : Lejeune 1976, n° 53.

14 Le timbre n°5 a été lu PO par Orsi 1914, col. 783, ΠΟΛ par A. De Franciscis, NSA, 1960, p. 416 ; mais le lambda n’est pas sûr. Le timbre Γνάθις est attesté dans toute la Calabre ; le nom se retrouve dans les tablettes de Locres.

15 Outre les sites déjà mentionnés, voici quelques listes de timbres publiés : Métaponte, NSA, 1975, Suppl., p. 59, 226 ; MAL, 48, 1973, p. 224 ; NSA, 1966, p. 152. n. 11 ; Monte Sannace : NSA, 1962, p. 107, 34, 15 ; Palmi et Tresilico : NSA, I960, p. 418 ; Tusa (Halaesa) : NSA, 1959, p. 316, 334 ; NSA, 1961, p. 227, 293 ; Géla : NSA, 1960, p. 165.

16 A. De Franciscis, O. Parlangèli, Gli Italici nel Bruzio, 1960, p. 29, n° 14 ; E. Lattanzi, Tarente 1983, p. 580.

17 Lejeune 1971, p. 58 ; Lejeune 1976b, p. 320.

18 D. Adamesteanu, Tarente 1973, p. 449, pl 91 ; Id., SE, 42, 1974, p. 516 ; E. Lattanzi, dans Il Museo Nazionale Ridola di Matera, 1976, p. 149 ; M. Lejeune, MAL, 1975, p. 320 ; SE, 49, 1981, p. 341.

19 De Franciscis-Parlangèli, op. cit., p. 24, n° 5.

20 Meligunìs-Lipára, 2, pl. m.

21 Pour une discussion d’ensemble, Lejeune 1976, passim.

22 Lejeune 1976, p. 63, § 64.

23 Lejeune 1976, p. 41, S 37.

24 Lejeune 1976, p. 60. S 61.

25 Par exemple Vestirikiis, Vesulliais, Venileis, Velti neis (Lejeune 1976, n° 28, 36, 280, 281) ; sur *Vetenis, voir infra.

26 A. La Regina. Appunti su entità etniche e strutture istituzionali net Sannio antico, dans AIONArchStAnt, 3, 1981, p. 129.

27 E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekten, 1, 1953, n° 192 ; Lejeune 1970, p. 280, n° 2 ; M. Cristofani, dans Popoli e civiltà dell’Italia antica, t. 7, 1978, p. 89 ; A. Prosdocimi, ibid., t. 6, 1978, p. 1056 sqq. ; P. Poccetti, Nuovi documenti italici, Pise, 1979, n° 151 ; SE. 49, 1981. p. 347, n° 13 ; illustrations dans Lejeune 1970, pl. III et IV.

28 L’initiale Ku est étrangère à l’osque ; Kuiirinis, attesté à Pompéi, est un emprunt au latin (Lejeune 1976, n° 201 ; SE, 49, 1981, p. 326, n° 4) ; noter cependant Tr.Kurel à Monte Vairano (SE, 49, 1981, p. 414). L’initiale Kl est par contre très fréquente (Klovatis = Claudius). La plupart de ces timbres sont de toute manière rétrogrades : outre Ve.Kar, Kottieis et Ortieis d’Hipponion.

29 Ve comme prénom, Kar comme gentilice ne sont pas attestés dans l’Anthroponymie Osque de M. Lejeune ; mais un Velieis Duiieiis (gén.) se trouve sur une inscription de Bénévent (SE, 49, 1981, p. 294), et Kar serait un gentilice à Boiano (Poccetti, op. cit., n° 42). M. Michel Lejeune a bien voulu relire ces quelques pages ; je le remercie de ses observations.

30 Ph. Columeau, La chasse et l’élevage en Gaule Méridionale, d’après les vestiges osseux. Thèse de Doctorat ès Lettres et Sciences Humaines, Aix-en-Provence, 1985, 2 vol. dact.

31 Fr. D’Errico et A. M. Moigne, La faune classiquehellénistique de Locres, dans MEFRA, 97, 1985, 2, p. 719-750.

32 G Barker, dans Monte Irsi, BAR, Suppl. 20, 1977, p. 263-273.

Table des illustrations

Légende Fig. 28. Coupes subgéométriques, coupes à filets, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 29. Coupes “ioniennes” de type B2 à engobe rouge, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 30. Coupes “ioniennes” de type B2 sans engobe, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 31. Coupes à décor de bandes, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 32. Céramiques de type corinthien récent, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 33. Céramiques archaïques diverses, éch. approx. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 34. Tasses à décor de bandes, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 35. Céramiques figurées, éch. approx. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 36. Coupes et coupes-skyphoi à vernis noir, Ve s., éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 37. Coupes à vernis noir, Ve-IVe s., éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 38. Skyphoi à vernis noir, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 39. Coupelles à vernis noir, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 40. Céramiques hellénistiques, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 41. Plats profonds à marli, éch. 1 : 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 42. Plats et mortiers achromes, éch. 1 : 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 43. Plats et mortiers achromes, éch. 1 :3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 44. Plats et mortiers achromes, éch. 1 : 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 45. Lékanai à bandes, éch. 1 : 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 46. Formes diverses, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 47. Lèvres d’amphores et d’hydries, éch. 1 : 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 48. Cruches et pots, éch. 1 : 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 49. Pesons et lampes, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 50. Catalogue n° 349 et 350, éch. approx. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 51. Catalogue n° 353 et 354, éch. approx. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 52. Catalogue n° 351, éch. approx. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Fig. 53. Catalogue n° 352, 355 à 357, éch. approx. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 54. Catalogue n° 353, 358, 352, éch. approx. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 55. Vases provenant d’un four ( ?), éch. 1 : 3 (n° 359 à 364) et 1 : 2 (n° 365 à 367).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 56. Pots ou chytrai, type 1.1., éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 57. Pots ou chytrai, types 1.2.1. (384 à 387), 1.2.2. (388 à 393), 1.2.3. (395 à 397), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 58. Marmites ou caccabai types 2.1. (398 à 405), 2.2 (406 à 416), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 59. Friteuses ou lopades, types 3.1. (417-418), 3.2.1. (419 à 425), 3.2.2. (426 à 429), 3.2.3. (430), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 60. Céramiques de cuisine, formes ouvertes, types 3.3. à 3.6., éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 61. Céramiques de cuisine, poêles ou tagena, type 4., et formes diverses, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 62. Céramiques de cuisine, formes diverses, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 63. Amphores archaïques (corinthiennes A et B, chiotes. à lèvre en bourrelet), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 64. Amphores archaïques (à lèvre en bourrelet, attiques, "pseudo-chiotes"), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 65. Amphores classiques, (corinthiennes A et Β, italiotes), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 66. Amphores classiques (chiotes, puniques), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 67. Amphores du IVe s. (corinthiennes, grecques occidentales) et hellénistiques (gréco-italiques), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 68. Amphores hellénistiques, (puniques, corinthiennes, de Grèce de l’Est), éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 69. Timbres sur brique et sur tuiles, éch. 1 :1 (Kaulonia, Lipari) et 1 :2 (timbres osques).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 70. Monnaies romaine (535) et des Brettii (533-534).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1641/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable