Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kaulonia 1

 | 
Henri Tréziny

3. Les stratigraphies

Texte intégral

1On décrira les stratigraphies sondage par sondage, en regroupant les unités stratigraphiques en niveaux homogènes : on appellera I la couche superficielle, postérieure à l’abandon de la ville à la fin du IIIe siècle av. J.-C. ; II les niveaux hellénistiques (IVe-IIIe s.) ; III les niveaux d’époque classique (Ve-IVe s.) ; IV les niveaux archaïques (VIIe-VIe s.).

3.1. L’INTÉRIEUR DE LA TOUR D (sondage QV 643 ; fig. 16)

2— couche I. Sous la couche d’humus superficielle et le niveau homogène de galets de rivière qui tapisse la pente (Ia), on rencontre plusieurs couches de terre brune assez compacte ; le profil en dôme des couches Ic et Id est caractéristique de niveaux de remplissage systématique, dont on peut presque identifier les pelletées. Matériel de la couche I :

  • céramiques archaïques : coupe à filets (fig. 28, n° 18), coupes B2 et divers fragments à bandes.
  • céramiques classiques : lèvres de coupe de type Bloesch C (lèvre concave), fig. 36, n° 112 ; pyxide, fig. 46, n° 287 ; fond à décor imprimé, fig. 37, n° 142 ; amphores corinthiennes Β.
  • céramiques hellénistiques : coupelle concave-convexe, fig. 39, n° 180 ; bol à décor de type Gnathia, fig. 40, n° 199 ; lampe, fig. 49, n° 348 ; fragment de paroi de vase cottelé à vernis noir ; lèvre de patère de forme Lamboglia 36 ; brique timbrée, fig. 69, r.

3L’élément le plus récent de la couche I est la monnaie romaine n° 470, datable vers 217-215 (fig. 70).

4— couche II. Antérieur au remplissage Ic-d, le niveau IIa, à peu près horizontal, est marqué par des lentilles de cendre peu épaisses et discontinues ; il surmonte une alternance de couches de terre brune et de lits de tuiles (IIb).

5Matériel de la couche IIa-b :

  • céramiques archaïques et classiques : coupes ioniennes de type B2, skyphoi à décor subgéométrique ; lékanai et petites tasses à bandes ; fragment d’arula archaïque, fig. 51, n° 354 ; coupes attiques du Ve s. ; fragment de cratère à figures rouges (fig. 35, n° 104) dont un autre fragment vient du sondage 609, vingt mètres plus au sud.
  • céramiques hellénistiques : coupelle concave-convexe, fig. 39, n° 182 ; skyphoi à vernis noir IVe-IIIe s. ; pointe d’amphore, fig. 67, n° 521 (IIIe s.).

6Signalons également dans la couche IIb deux fragments d’ossements humains (p. 118) dont la signification en ce lieu est obscure. Les fouilles récentes dans l’habitat (lieu-dit San Marco) au nord-est de la ville antique ont montré qu’il existait intra muros des nécropoles tardives (IIIe-IVe s. de notre ère), mais elles sont accompagnées d’un matériel céramique (sigillée claire D) et numismatique caractéristique, totalement absent pour l’instant dans le secteur de la tour D. Orsi 1914 (col. 941) signale également dans le secteur de la Casa Quaranta la présence de tombes intra muros qu’il date à l’époque hellénistique ; le seul fragment qui pourrait évoquer un contexte funéraire est un pied de lécythe d’époque classique (inv. 643 56.370, non reproduit).

7L’ensemble de couvre-joints IIc n’est pas l’écroulement d’une toiture (il n’y a pas de tegulœ) mais une structure en place, en forme de grille. On compte trois rangées de couvre-joints dans le sens est-ouest, auxquelles on peut en ajouter deux dans la partie nord, très érodée. Dans le sens nord-sud, il y a sans doute place pour cinq rangées, dont deux longent les murs M2 et M4 (fig. 17). Cette structure, qui devait utiliser 40 imbrices, semble limitée au compartiment nord-est de la tour, entre les murs M2, M3 et M4. Sa cote moyenne actuelle est de 8,24 m ; le plancher de la tour devait se trouver à la cote 9,60 m ca, ce qui ne laisse de toute façon pas la place pour se tenir debout. On pourra imaginer que les tuiles (peut-être posées sur une armature de bois) servaient de support pour des marchandises stockées dans le sous-sol de la tour.

Fig. 16-17. Sondage QV 642-643, coupe stratigraphique sud-nord à l’intérieur de la tour et plan de la structure IIc, éch. 1 : 50.

8— couche III. La couche IIe/III, fouillée dans la moitié sud du sondage (la « grille » IIc étant laissée en place), est visiblement antérieure à IIc. Elle est constituée d’un tas de pierres de dimensions variées, mêlées et surmontées de fragments de tegulœ. Ces pierres ne constituent ni un mur ni un dallage, et ne semblent pas provenir non plus de l’élévation du mur hellénistique. La matériel, peu abondant, provenant de ces niveaux, est essentiellement d’époque classique : coupelle à vernis noir, fig. 39, n° 166 ; lèvre de cruche du type fig. 47, n° 310-312 ; fragment de tegula à couverte rouge. Le fragment le plus récent pourrait être la lèvre d’amphore, fig. 67, n° 515 (début du IVe siècle ?).

9On supposera que ces pierres proviennent des niveaux d’effondrement III de la phase classique de la muraille (murs M8-10), affouillés par les fondations de la muraille hellénistique (IIe). Une anomalie stratigraphique mérite d’être notée : la couche Ile/III vient s’appuyer contre le parement ouest du mur M2, dont elle recouvre entièrement la tranchée de fondation ; par contre, elle s’arrête à 20/40 cm au nord du mur M6, comme si elle avait été entaillée par la tranchée de fondation IId de ce mur. Sauf accident localisé, il s’agit peut-être d’une indication sur le mode de construction de la muraille hellénistique ; les fondations de la tour, beaucoup plus profondes, ont pu être mises en place avant celles de la courtine elle-même, si bien que les matériaux provenant de la tranchée de fondation de la courtine sont venus s’appuyer contre le mur de la tour. En tout état de cause, le sommet de IIe/III constitue le premier niveau archéologique qui puisse être contemporain de l’utilisation de la tour D.

10— couche IV. La couche d’argile verdâtre IVa2, épaisse d’1 à 2 cm seulement, scelle une série de niveaux archaïques ; vers le nord, elle s’enfonce sous les tuiles IIc ; vers l’est, elle est entaillée par la tranchée de fondation du mur M2. Au sud, la situation est plus complexe : la couche IVa2 se relève légèrement, puis disparaît; elle est surmontée d’un niveau de terre argileuse brune IVal, qui se prolonge entre la fondation de M6 et le sommet de M9. Il s’agit probablement de la coulée de l’élévation en briques crues de M9.

11Les niveaux inférieurs (IVc) font alterner des couches de sable jaune quasi-stérile et des lentilles de terre brune. Contre M9, un certain nombre d’anomalies révèlent divers moments de creusement et de remplissage de la tranchée de fondation (IVb). Dans tous ces niveaux, le matériel céramique est extrêmement rare et se réduit à des fragments informes qui pourraient être archaïques; les niveaux IVd sont stériles.

3.2. SONDAGES À L’EXTÉRIEUR DE LA TOUR (QV 672-673-704 ; fig. 18 et 19)

12— couche I. La couche I, épaisse de 70 cm environ, recouvre un niveau de tuiles IIa, de densité variable, qui s’appuie sur les fondations des murs hellénistiques et passe au-dessous du niveau d’écoulement de l’égout El. Le matériel des couches I et IIa est extrêmement mélangé. On y trouve un fragment d’anse de cruche à pâte sans doute corinthienne et décor subgéométrique du début du VIIe s. (672.1.2), divers fragments archaïques (céramiques à bandes, coupes ioniennes), des céramiques d’époque classique et hellénistique, jusqu’aux patères de forme Lamboglia 36.

Fig. 18-19. Sondage QV 672-673, coupes stratigraphiques nord-sud et est-ouest, éch. 1 :50.

13— couche IIb. La couche IIb est également appuyée contre M1, sans tranchée de fondation visible ; contre M2 par contre, elle devient progressivement plus dure et plus sombre, et correspond sans doute au départ de la tranchée de fondation de M2. Le matériel de cette couche n’est pas très différent de celui de la couche précédente, mais le matériel le plus récent (skyphoi à lèvre extroverse, petit vase cottelé à vernis noir) date peut-être encore du IVe s.

14— couche IIc (fig. 19). La couche IIc est la tranchée de fondation du mur M2. Etroite et peu profonde au sud, elle s’élargit et s’approfondit vers le nord en même temps que la fondation elle-même. Le bord de la tranchée était souligné par des tuiles en position oblique, et son fond était rempli de tegulœ et de pierres. Notons dans le remplissage une plaque de schiste noir, du type de celles qui sont utilisées dans les parements de la tour.

15Le matériel comprenait des vases de cuisine (fig. 56-57, type 1.1 et 1.2), des fragments de coupes attiques de type C et de coupes « de Castulo » (fig. 37, n° 134), d’amphores chiotes du Ve s., amphores à lèvre en bourrelet, corinthiennes A, lékanai à bandes, skyphoi à vernis noir du Ve s. Signalons également un fragment de tuile avec timbre circulaire (fig. 69 d), et un fragment d’imbrex semi-circulaire.

16Tout ce matériel est archaïque ou classique, les éléments les plus récents pouvant se dater à l’extrême rigueur au début du IVe s. (« Castulo cup »). Le fragment fig. 36, n° 106 à lèvre extroverse, est douteux ; il pourrait appartenir à des classes de skyphoi du IVe siècle, plutôt après 350 (Morel 1981 F4341, 4373, etc.), mais le diamètre apparent du vase (21 cm ca) et la minceur de la paroi en feront plus volontiers la partie supérieure d’une coupe dérivée des « cup skyphoi » attiques de la fin de l’archaïsme (Agora XII. n° 563, 569). Aucun des fragments considérés n’est donc nécessairement postérieur au début du IVe s.

17La tranchée de fondation de M2 a également été explorée dans l’angle nord-est de la tour (sondage QV 704). Elle a fourni un matériel peu abondant, mais cohérent avec les données précédentes : fond de coupe, pâte brune, vernis de rouge à brun rouge très écaillé peut-être brûlé, décor de spirales et de palmettes (fig. 37, n° 153) ; coupelle à vernis noir à courbure continue (fig. 39, n° 169) ; anse ronde verticale à vernis noir, probablement skyphos de type B. Ce matériel est également datable dans la deuxième moitié du Ve s. ou au début du IVe s.

18— couche III. Entaillée à l’ouest par la tranchée de fondation du mur est de la tour M2, la couche III semble passer sous les fondations de la courtine Ml. Elle est très sableuse et, par endroit, riche en gravillons et en tessons. C’est une couche archéologique extrêmement importante, que l’on retrouvera intra muros dans le sondage QV 641. Elle est cependant difficile à restituer en plan à cause de l’étroitesse du sondage et des caractéristiques de la zone puisque, comme on le voit sur les coupes (fig. 18 et 19), plusieurs couches et lentilles de sable se succèdent, avec des épaisseurs et des extensions variables. Le matériel est extrêmement abondant et relativement homogène. Les fragments vraiment archaïques sont peu nombreux : fragments de skyphos de type corinthien récent (fig. 32, n° 73) ; lèvres d’amphore à bourrelet et corinthienne A (fig. 64, n° 482) ; fragments de coupes B2 et d’hydries à bandes.

19Le matériel le plus abondant est du Ve s., depuis les coupes attiques de type C jusqu’aux formes « délicates » de la deuxième moitié du siècle (fig. 37, n° 145 et 149), en passant par les « Castulo cup » (fig. 37, n° 139) ; on notera également la présence de cruches à lèvre plate (fig. 47, n° 310) et de vases de cuisine d’époque classique (chytrai, fig. 56, type 1 ; lopades à encastrement, fig. 59, n° 420). On peut donc dater la constitution de la couche III de la fin du Ve s. ou des premières années du IVe s.

Fig. 20-21. Sondage QV 640-641, coupes stratigraphiques nord-sud (paroi est) et sud-nord (paroi ouest), éch. 1 : 50.

20— couche IVa. Au-dessous des niveaux sableux du Ve s. apparaît, notamment dans l’angle sud-ouest (contre Ml/2) une couche de terre brune, dont on a dit plus haut qu’elle devait correspondre à ce qui subsistait de l’élévation en briques crues de M9/11.

21Le matériel de cette couche est peu abondant, mais se date assez bien dans la première moitié du Ve s. : fragment de lampe à vernis noir à bord relevé (fig. 49, n° 346, deuxième quart du Ve s.) ; petite coupe archaïque (fig. 30, n° 36) ; tête de statuette (fig. 50, n° 349, troisième quart du VIe s.).

22— couche I Vb. La couche IVb correspond à la hauteur des fondations de M11. Aucune tranchée de fondation n’est visible. Le matériel est nettement archaïque, plutôt assez ancien (VIIe et première moitié du VIe s.) : pied d’amphore attique SOS (fig. 64, n° 485) ; anse à décor subgéométrique (fig. 47, n° 322), fragment de col d’amphore corinthienne A archaïque ; lèvre d’amphore à petit bourrelet ; fragment de skyphos de type corinthien à triglyphes (fig. 32, n° 66).

23Les couches sableuses IVc et IVd sont stériles.

3.3. LES SONDAGES ADOSSÉS À LA MURAILLE (QV 640-641-671, fig. 20 à 23)

24— couche I. La couche la. noirâtre et relativement meuble, a été remuée par les travaux agricoles ; la couche Ib est plus brune et plus dure. Une fosse noire creusée dans la partie sud de QV 640 correspond sans doute à l’extrémité d’une tranchée pour la plantation de vignes entre les rangées d’oliviers, à la fin du siècle dernier. Le matériel de la couche I, très érodé en Ia, mieux conservé en Ib, est relativement ancien. La céramique archaïque est très présente (coupes ioniennes, amphores à lèvre en bourrelet) ainsi que le matériel des Ve et IVe siècles. Par contre, le matériel du IIIe s. est très rare ; signalons une lèvre d’amphore corinthienne A tardive (fig. 68, n° 526).

25— couche II. La couche IIa est un épais niveau de tegulœ et de couvre-joints polygonaux (fig. 22). Contrairement à d’autres sondages (fouilles San Marco 1986 dans l’habitat) où les tuiles sont presque entières, ou du moins aisées à reconstituer, elles sont ici extrêmement fragmentées. Cela signifie peut-être qu’elles se trouvaient à une grande hauteur, et de fait elles ne peuvent guère provenir que de la toiture de la tour. Plusieurs fragments de tegulœ portaient le timbre osque CE (infra, p. 114-115 et fig. 69). La couche IIa est nettement appuyée sur le ressaut de fondation du mur M6. Elle est en légère pente dans le sens ouest-est, mais surtout en pente assez forte du nord (cote 9,30 m) vers le sud (8,00 m), soit une pente moyenne de 20 % qui, on y reviendra plus loin, fait difficulté. Sous les tuiles se trouve une couche IIb de terre, mêlée de pierres dans la partie sud.

26Matériel de la couche IIb : deux fragments de lèvre de patère de forme Lamboglia 36 ; plusieurs fragments de céramique de cuisine de type hellénistique (fig. 61, type 440) ; fragments d’amphore gréco-italique et d’amphore punique de type Mafia Cl (fig. 68, n° 524) ; une monnaie de bronze des Brettii (fig. 70, n° 533) datable vers la fin du IIIe s.

27La couche IIb, qui représente sans doute l’effondrement de la toiture de la tour D, date donc du IIIe s., et probablement de la fin du siècle si l’on accepte la chronologie basse pour les monnaies des Brettii (infra, p. 117).

Fig. 22-23. Sondage QV 641, niveau d’effondrement des tuiles hellénistiques, vu du sud-ouest, et coupe stratigraphique ouest-est au-dessous des murs Ml et M6, éch. 1 : 50.

28— couche III. Elle est marquée d’abord par un niveau ténu de petits graviers (IIIa), qui a pu constituer un plan de marche, puis par un niveau de tuiles IIIb, nettement moins épais et moins étendu que IIa, et surtout, contre le mur M6, une épaisse couche de sable et de gravillons IIIc, correspondant parfaitement par sa position et par sa texture à la couche III du sondage QV 672, (p. 31).

29Matériel de la couche III : lèvre de coupe-skyphos à lèvre concave, fig. 36, n° 109 et 110 ; fond analogue au n° 132, fig. 36 ; fond de coupe à vernis noir à décor imprimé, fig. 37, n° 140 ; idem, à pied mouluré, fig. 37, n° 148 ; coupelle à vernis noir, fig. 39, n° 165 ; fragment de coupelle du type fig. 39, n°173 ; lékanai à bandes, pyxides globulaires à bandes ; fragments de pieds et de lèvres d’amphores chiotes, amphores à lèvre en quart de cercle.

30La couche IIId, creusée dans la couche IVa, est la tranchée de fondation de M8 ; elle a donné peu de tessons, dont le fond de coupe-skyphos n° 132 (fig. 36), datable entre 480 et 450 environ.

31— couche IV. La couche IV est un ensemble complexe, divisé en trois strates principales. La couche IVa, entaillée au nord par la tranchée de fondation de M8, est un épais niveau d’argile grise surmonté d’une couche de sable et de quelques tuiles. On appelle IVb une série de niveaux de sable et d’argile mêlés de petits galets et de quelques fragments de tuiles. Ces niveaux sont imbriqués les uns dans les autres mais dessinent en plan des alignements est-ouest ; il semble que l’on soit en présence d’ornières, remplies de sable et parfois de pierres. Ces niveaux sont en pente légère du sud vers le nord et s’enfoncent sous la fondation du mur M8 ; vers le sud, ils affleurent au niveau d’arasement du mur M12.

32La couche IVc est essentiellement sableuse, mais, comme les précédentes, très peu homogène : on y trouve en alternance des niveaux de sable, de gravillons, de terre plus argileuse. Le caractère ondoyant et lenticulaire de cette stratigraphie ne permet pas de la suivre en plan. On notera cependant, au centre de la figure 13, un amas de sable jaune surmontant un autre niveau de sable jaune d’or assez vif ; ces niveaux semblent être en pente forte vers le nord. Cette stratigraphie s’interrompt au sud au niveau du mur M12 ; au-delà de M12, on passe directement de la couche hellénistique II à la couche IVc.

33La figure 16 montre la paroi nord du sondage et la stratigraphie au-dessous des fondations de M8. On observe l’égout E2, entre M8 et M10, la tranchée de fondation IIId creusée dans l’argile grise IVa, puis les couches IVb et c (plus sableuse), mais aussi, creusée dans la couche IVc, une petite tranchée E3, qui a pu servir à l’évacuation des eaux.

34Le matériel de la couche IVa est peu abondant : signalons surtout le fragment de coupe attique des Petits Maîtres (fig. 35, n° 97) et le petit skyphos hémisphérique à vernis noir, fig. 38, n° 161. La couche IVb a donné également peu de matériel, de faciès peu caractéristique. Par contre, le matériel de la couche IVc est très abondant : coupes subgéométriques à filets, fig. 28, n° 2, 5, 6, 9, 10, 17 ; skyphoi à décor subgéométrique, fig. 30, n° 67, 68, 71 ; skyphos à vernis noir, fig. 38, n° 155 ; coupes de type B2, fig. 29, n° 27, fig. 30, n° 43 et 53 ; fragment de pithos ( ?) à décor imprimé, fig. 50, n° 350 ; petites amphores, fig. 47, n° 307, 316, 317 ; lèvre d’amphore ou d’hydrie, fig. 47, n° 304 ; plat de cuisine, fig. 56, n° 376 ; cruche, fig. 48, n° 331 ; lèvre d’amphore en bourrelet («ionio-massaliète») ; plat à rebord, fig. 41, n° 216.

35À l’exception de quelques fragments plus anciens qui pourraient remonter au VIIe s., ce matériel couvre essentiellement la deuxième moitié du VIe s. et le premier quart du Ve s. C’est à cette dernière période (premier quart du Ve s.) que l’on fera remonter les traces d’ornières IVb.

Fig. 24-25. Sondage QV 609, coupe stratigraphique sud-nord (paroi ouest) et ouest-est (paroi nord), éch. 1 :50, et plan de la partie nord, éch. 1 :40.

3.4. LES SONDAGES INTRA MUROS (QV 608-609)

36Ces sondages avaient pour but d’étudier les rapports entre la fortification et l’habitat intra muros en prolongeant vers le sud la tranchée QV 643-642-641-640 ; seule la présence d’un olivier a conduit à adopter un tracé « en baïonnette ». Les terrains non archéologiques, dont on avait pu apprécier l’épaisseur dans le sondage QV 640, ont été décapés à la pelle mécanique jusqu’à la cote 9 m ca. La couche la a été remuée par les travaux agricoles ; Ib est un terrain en place, contenant quelques tessons mais non stratifié. La couche Ic est un niveau d’argile verdâtre, très fine et absolument stérile, qui prend en séchant la couleur et la consistance du plâtre gris.

37— couche II. La couche II est d’épaisseur très variable : 50 cm environ au nord, 1 m dans la partie sud du sondage. Elle se compose d’abord d’un niveau de galets de rivière IIa, de densité inégale, ténu vers l’ouest et le sud, très épais contre la berme est (fig. 24), mêlé de fragments de tegulœ et de couvre-joints polygonaux ou semi-circulaires ; noter un fragment de faîtière. Le niveau IIa disparaît totalement vers le nord et semble résulter de l’écroulement d’une structure qui se serait trouvée dans la berme est, sous l’olivier ; il pourrait s’agir d’un mur de l’habitat hellénistique. Le matériel de ce niveau (US 609 1 à 4) est très mélangé. Signalons le pied de coupe (« delicate class »), fig. 37, n° 151 ; la lampe, fig. 49, n° 342 ; le plat à rebord, fig. 41, n° 207 ; le plat de cuisine, fig. 61, n° 444 ; le mortier, fig. 43, n° 250 ; la lèvre de cruche, fig. 47, n° 309.

38Les niveaux suivants IIb et IIc, séparés par un mince niveau de tegulœ, sont en pente légère du nord vers le sud. Ils sont formés d’une terre argileuse assez dure, contenant quelques pierres (US 609, 5 à 10). Ces couches se datent aux IVe-IIIe s. par des fragments de patères de forme Lamboglia 36 (fig. 40, n° 187), des skyphoi à vernis noir (fig. 40, n° 190. 194), des plats de cuisine tardifs (fig. 58, n° 407 ; fig. 59, n° 430 ; fig. 61, n° 443), le fragment de trépied ( ?) à décor de silène (n° 352, fig. 53 et fig. 54). Mais le matériel est abondant pour toutes les périodes. Signalons des fragments d’amphore attique SOS ou à la brosse (fig. 57, n° 387) ; des coupes à filets (fig. 28, n° 7 et 19) ; des fragments d’épaule d’une oenochoè corinthienne récente (fig. 32, n° 84) ; de skyphoi subgéométrique (fig. 32, n° 72) et corinthien récent (fig. 32, n° 77) ; un pied et divers fragments de coupe ionienne (fig. 30, n° 46) ; au Ve s., le fragment de cratère à figures rouges, fig. 35, n° 104 ; les skyphoi à vernis noir, fig. 40, n° 195 et 197 ; le skyphos à lèvre concave, fig. 35, n° 108 ; les coupelles à vernis noir, fig. 39, n° 171 et 174 ; le skyphos du type B, fig. 38, n° 163. On notera aussi la présence de nombreuses formes de plats de cuisine (fig. 57, n° 396 ; fig. 58, n° 399 ; fig. 59, n° 428 ; fig. 60, n° 433, 436, 438 ; fig. 61, n° 447 ; fig. 62, n° 450 et 452), de mortiers (fig. 43, n° 246), de plats à rebord (fig. 41, n° 218, 219 et 221), de lékanès (fig. 45, n° 276 et 283). Remarquable est aussi dans ces niveaux la présence de pains d’argile rouges d’un côté, verts de l’autre, associés à des fragments de tuiles tordues, des déchets de cuisson divers, à deux petits vases que l’on peut interpréter comme des isolateurs de four. De ces niveaux proviennent également quelques fragments de grands vases enrobés dans une argile semi-cuite, dont on retrouvera des éléments dans les couches suivantes.

39— couche III. Les niveaux d’époque classique sont à peu près absents du sondage. On trouve seulement dans la partie nord-est, à la cote 7,90 m environ, un niveau de galets avec des fragments de pithos en pâte rouge et quelques tessons de la première moitié du Ve s. À la même période se rattache sans doute une grande fosse pleine de tuiles et de pierres, qui est certainement la tranchée de récupération des matériaux d’un mur que l’on appellera M13. La matériel de cette tranchée, peu abondant, est surtout archaïque : pied de grand vase à arêtes rayonnantes (VIIe s. ?), fig. 32, n° 74 ; coupe à bandes, fig. 31, n° 65 ; coupes ioniennes, fig. 29, n° 23 et 31, fig. 30, n° 34, 39. 40 ; mais le fragment de cratère à figures rouges, fig. 35, n°101 et l’antéfixe à tête de Gorgone, fig. 52, n° 351, permettent de dater cette couche vers 450 ou plus tard. Immédiatement au-dessous de cette couche III commencent les niveaux archaïques.

Fig. 26. Plan général des sondages et de la fouille d’urgence, éch. 1 : 400.

40— couche IV. Dans toute la moitié sud du sondage, on passe sans transition des niveaux hellénistiques à la couche IV, datable autour du milieu du VIe s. On appellera IVa la partie supérieure de cette couche très sableuse, jusqu’à la cote 7,30 m ca. Elle contient essentiellement des fragments de coupes subgéométriques à filets (fig. 28, n° 8 et 12), de skyphoi à décor subgéométrique (fig. 32, n° 69 et 70) ou à arêtes rayonnantes (fig. 32, n° 74), de coupes ioniennes de type B2 (fig. 29, n° 22, 24. 28, 29, 33 ; fig. 30, n° 49) et peut-être B1 (non illustré, inv. 609.13.8) ; l’anse d’amphorette, fig. 47, n°321, la lèvre d’amphorette, fig. 47, n° 319, le fragment de lampe, fig. 49, n° 341, les lékanès, fig. 45, n° 264 et 265, s’accordent bien à ce contexte ; les tessons de la fin du VIe s. semblent absents.

41La couche IVa est séparée d’un autre niveau sableux I Vd, de consistance à peu près identique, par un niveau de petits gravillons IVc. La couche IVd contient quelques fragments céramiques de faciès ancien : coupes subgéométriques à filets, fig. 28, n° 11, 15, 20 ; coupes à bandes, fig. 31, n° 63 et 64 ; skyphos à arêtes rayonnantes, fig. 33, n° 83 ; chytra, fig. 56, n° 375. Rien dans ce matériel n’est forcément postérieur au début du VIe s. La fouille, menée jusqu’à la cote 6,90 m, n’a pas rencontré de niveau vraiment stérile.

42La structure M13 se présente comme le remplissage d’une fosse aux parois quasi verticales. La partie inférieure, plus large, contient exclusivement des pierres, séparées du sable par une couche plus brune (IVb). Il faut sans doute y voir la tranchée de fondation de M13, creusée à partir d’un niveau supérieur au sol IVc. La tranchée de récupération, large de 50 cm environ, doit correspondre à peu près à la largeur de l’élévation du mur. En plan, M13 semble faire retour vers le nord, et paraît, autant qu’on puisse en juger sur des vestiges aussi réduits, parallèle au mur M12 et à l’enceinte archaïque (fig. 26). Il est difficile de dater précisément M13, quoique son niveau de fondation impose de le situer à l’époque archaïque. Les fondations de M13 sont en pierres non appareillées, mais l’élévation devait être en blocs assez importants pour que l’on ait jugé intéressant de les récupérer. On a retrouvé dans la partie sud du sondage le niveau de fréquentation IVc, ainsi que la couche sableuse IVd, dans laquelle était creusée une petite fosse de 10 cm de diamètre, haute de 15 cm environ, remplie d’une terre sableuse brune ; il s’agit très probablement d’un trou de poteau se référant à une structure antérieure à M13, mais la faible extension de la fouille ne permet pas d’en dire davantage.

3.5. LA FOUILLE D’URGENCE

43La commune de Monasterace a entrepris en juin 1985 de changer une canalisation d’eau mise en place dans les années 1950, et qui traversait toute la partie nord du site. L’utilisation dans un premier temps de moyens mécaniques lourds a entraîné quelques destructions et permis de mettre au jour des segments de murs antiques. Au nord de la muraille, la tranchée n’a permis de déceler aucune trace de fossé ou de proteichisma. Les observations faites intra muros se limitent à une tranchée d’une trentaine de mètres environ, dans laquelle on a procédé au nettoyage des structures visibles en paroi et à quelques élargissements mineurs pour mieux apprécier la direction des vestiges. Aucune observation stratigraphique digne de ce nom n’a pu être faite. On décrira les structures mises au jour du nord au sud.

44M14 : mur orienté ONO-ESE, conservé sur 1 m de long dans le carré QV 548 ; largeur : 48 cm ; cote de fondation : 9 m ; arasement : 9,19 m.

45M15 : élément de mur orienté NNE-SSO, très mal conservé ; apparemment lié à M14.

46M16A : prolongation de M15 vers le sud, mieux conservé ; largeur : 34 cm.

47M16B : prolongation de M16A vers le sud (carré QV 516) ; fondé à la cote 8,90 m ca, conservé sur 80 cm de haut environ, en cinq assises de petits moellons ; les deux assises supérieures ont basculé vers l’ouest. Au sud, le mur s’arrête en coup de sabre, sur un piédroit de porte ou un retour à angle droit vers l’ouest.

48M17A : parement ouest d’un autre mur parallèle à M16, formé de blocs plus gros en arénaire très friable. Largeur : 40 cm environ (carré QV 485).

49M17B-18 : prolongation de M17A vers le sud et retour à angle droit vers l’est. Après 2,10 m, M18 s’arrête, probablement sur un piédroit de porte. Cote de la fondation : 9,10-9,20 m ; arasement : 9,45 m ; largeur : 42 cm.

50M19 : mur ONO-ESE, à peu près parallèle à M14 ; M19 est clairement superposé à M18 ; fondation : 9,45 m ; arasement : 9,84 m ; largeur : 50 cm.

51Les murs M15-1617-18 forment évidemment un ensemble cohérent, fondé à la cote 8,90 m ca, arasé vers 9,45 m ; M19, par sa position stratigraphique et son orientation différente, appartient à une phase distincte ; quant à M14, orienté comme M19 mais apparemment lié à M1516. il suggère que des structures ont pu être en usage dans les deux phases. Notons que M14 et M19, larges tous deux d’une cinquantaine de cm (une coudée ?), ont une orientation de 12 à 16 degrés vers le nord-est; or les axes de l’habitat hellénistique, dont les recherches de Schmiedt et Chevallier, mais aussi les fouilles récentes, ont montré qu’il s’étendait au nord du phare, sont orientés à 15 degrés vers le nord-est. Il est donc probable que M19, et peut être M14, appartiennent au réseau des murs hellénistiques. Au même ensemble pourrait appartenir le mur écroulé dont on a envisagé l’existence dans le sondage QV 609 (supra, p. 37, couche IIa).

52Les autres murs sont plus étroits et orientés à 25-30 degrés vers le nord-est. Une telle orientation, différente de celle de l’habitat archaïque et classique au sud du phare, se retrouve dans l’égout E2 de la muraille classique sous la tour D, mais aussi dans les murs d’habitation pré-hellénistiques du quartier nord-est (fouilles S. Marco, commencées en 1986). Malgré le caractère lacunaire des données, il ne semble donc pas trop hasardeux d’envisager, à l’arrière de la tour D, deux phases de l’habitat antique, orientées différemment. L’espacement entre les murs M16 et M17 (2,50 m environ) pourrait correspondre à une rue, orientée dans la direction de l’égout E2.

3.6. LES STRATIGRAPHIES. CONCLUSIONS

3.6.1. Les niveaux archaïques (couche IV)

53Relativement bien conservés, les niveaux archaïques sont d’interprétation difficile. Dans aucun sondage intra muros on n’a rencontré de niveau vraiment stérile, sans trace d’occupation humaine : la fouille a atteint la cote 6,90 m en QV 609, 7,30 m, avec un petit sondage jusqu’à 6,90 m, en QV 640-641. Il est donc impossible de restituer le mouvement du terrain avant la construction des premières fortifications. On peut dire cependant que ce terrain est avant tout sableux, avec quelques galets de petites dimensions, et présente dans les parties basses des alternances de couches sableuses de couleurs et de textures différentes, sans doute liées aux crues du fleuve Assi.

54Le premier niveau identifié d’occupation archaïque est sans doute le sol IVc du sondage QV 609 (cote 7,30 m), datable vers le premier quart du VIe s. Le dernier niveau serait la couche IVb en QV 641, peut-être un sol de rue, datable vers la fin de la période archaïque ou au début de la période classique.

55Le mur M12 est une structure en galets de rivière, parfois de grandes dimensions, mais il est très mal conservé ; il est fondé à la cote 7,50 m environ, incliné (ou basculé ?) vers le nord, et appuyé sur des niveaux sableux. La fonction de ce mur a donné lieu successivement à trois hypothèses qu’il vaut la peine d’énumérer à présent.

  1. M12 est un mur d’habitat archaïque qui doit s’interpréter avec M13 (QV 609) ; on aurait alors la limite nord de l’habitat archaïque, 7,50 m environ au sud du parement interne de la muraille (dont on estime la largeur à 3 m). Mais M12 est fondé 40 cm plus haut que M13, ce qui paraît d’autant plus excessif pour un même bâtiment que le terrain doit être plutôt en pente vers le nord.
  2. M12 est le parement interne d’un grand terrassement appuyé sur M9/11 et supportant le sol de rue IVb ; on aurait ainsi une énorme construction de 11,50 m environ, jouant sans doute à la fois un rôle de fortification et de digue contre les crues du fleuve. De telles dimensions et une telle fonction ne doivent pas nous surprendre à l’époque archaïque1, mais on s’étonnera qu’une telle construction ait un parement externe en briques crues, sur un socle en pierre relativement bas.
  3. M12 est le parement interne d’un agger de sable dont le parement externe est enfoui sous les constructions hellénistiques, en arrière de M9/11. Cet agger aurait alors toutes chances d’être antérieur à M9/11, et pourrait se dater vers le début du VIe s.

56De ces trois hypothèses, la troisième, qui nous semble mieux rendre compte des données stratigraphiques, aura notre préférence, mais il est impossible, en l’état actuel des connaissances, de trancher en toute rigueur.

57Quoiqu’il en soit de la fonction de M12, le mur M9/11 est sûrement archaïque, mais on n’a aucune raison de le dater avant le milieu du VIe s. Sa destruction, peut-être progressive, se situe dans la première moitié du Ve et se marque par les coulées d’argile brune ou grise des sondages QV 642, 672 et 641 (couche IVa).

3.6.2. Les niveaux classiques (couche III)

58Le matériel du Ve s. est extrêmement abondant dans le secteur de la tour D, particulièrement à l’entrée et à la sortie de l’égout E2, mais aussi dans tous les niveaux archéologiques d’époque hellénistique. L’écoulement des eaux dans l’égout E2 semble s’être fait à la cote 8,30 m ca, ce qui suppose un sol vers 8,40 m en QV 640-641, vers 8,50 m au moins en QV 609, dans des niveaux remaniés à l’époque hellénistique. Ce sol peut correspondre également au niveau d’occupation des murs M16 à M18 de la fouille d’urgence (fondations vers 8,90-9,20 m).

Fig. 27. Coupe stratigraphique schématique de la tour D.

3.6.3. Les niveaux hellénistiques (couche II)

59On a vu que la fortification hellénistique est traversée par un égout E1 dont la cote de départ est 8,93 m. Or le plan de marche d’époque hellénistique, recouvert d’un épais niveau de tuiles et daté clairement au IIIe s., descend de la cote 8,90-9,00 m contre le rempart à la cote 8,00 m au sud du sondage QV 640, et même à la cote 7,80 m dans le sondage QV 609. Il va de soi que l’eau ne pouvait plus s’écouler par l’égout... L’explication la plus simple consiste à faire de l’égout El une réfection tardive, en liaison avec un sol situé à la cote 9,00 m que l’on n’aurait pas vu à la fouille. Mais rien dans la structure de El ne permet de penser à une réfection. Et on se rappellera que les niveaux classiques (couche III), très épais contre la muraille, à l’entrée de l’égout E2, disparaissent vers le sud, où l’on passe sans transition du IIIe au milieu du VIe s. La même situation se reproduit dans le sondage QV 609. On notera enfin que le niveau de fondation des murs probablement hellénistiques de la fouille d’urgence (M19) se situe à 9,45 m, ce qui suppose un sol d’habitat un peu plus haut, 1,50 m au-dessus du bas des couches du IIIe s. en QV 609. Cette différence de niveau excède nettement la pente naturelle du terrain sur une quarantaine de mètres.

60Il faut donc se résoudre à envisager un vaste remaniement du terrain dans le courant du IIIe s., un recreusement des niveaux du Ve et du IVe siècles, pour constituer une grande fosse orientée à peu près nord-sud, pour des raisons qui nous échappent, mais que l’on peut conjecturer. L’importance de l’évacuation des eaux pluviales est attestée par l’existence d’un petit fossé E3 dans les niveaux archaïques, d’un grand égout E2 dans la phase du Ve s. et d’un égout plus modeste El dans la phase hellénistique. N’a-t-on pas jugé nécessaire au IIIe s. de procéder à des aménagements plus importants, dont l’extension réelle ne peut être appréciée par de simples sondages ? Cela rendrait compte entre autres choses de la surprenante inversion stratigraphique du sondage QV 609, dans lequel le matériel du Ve s., absent de la couche III, se trouve en abondance dans la couche II, où le matériel hellénistique est rare.

Notes

1 La « muraille-digue » de Mégara Hyblaea mesure jusqu’à 11 m d’épaisseur, s’il faut en croire F. S. Cavallari, dans MonAL 1, 1889, col. 733-736.

Table des illustrations

Légende Fig. 16-17. Sondage QV 642-643, coupe stratigraphique sud-nord à l’intérieur de la tour et plan de la structure IIc, éch. 1 : 50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 18-19. Sondage QV 672-673, coupes stratigraphiques nord-sud et est-ouest, éch. 1 :50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 20-21. Sondage QV 640-641, coupes stratigraphiques nord-sud (paroi est) et sud-nord (paroi ouest), éch. 1 : 50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 22-23. Sondage QV 641, niveau d’effondrement des tuiles hellénistiques, vu du sud-ouest, et coupe stratigraphique ouest-est au-dessous des murs Ml et M6, éch. 1 : 50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Légende Fig. 24-25. Sondage QV 609, coupe stratigraphique sud-nord (paroi ouest) et ouest-est (paroi nord), éch. 1 :50, et plan de la partie nord, éch. 1 :40.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 26. Plan général des sondages et de la fouille d’urgence, éch. 1 : 400.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 27. Coupe stratigraphique schématique de la tour D.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1640/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable