Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kaulonia 1

 | 
Henri Tréziny

2. Les structures

Texte intégral

Fig. 5. Plan de la tour D, éch. 1 : 100.

  • 1 Orsi 1914, pl. II.

1Une fois dégagée la végétation de ronces et de vigne sauvage, le point du talus choisi pour l’implantation des sondages se présentait comme une terrasse débordant en arc de cercle le rebord du plateau. Sous une faible couche d’humus apparaissait une couche compacte de galets de rivière recouvrant toute la pente et se terminant en arc de cercle, à la façon d’un mur. Le parallèle avec les dessins publiés par Orsi pour le bastion A1 était frappant. À la fouille cependant, il apparut vite que cette « structure » n’était qu’un éboulis, et non pas, comme le croyait Orsi, une « scarpata ». Il se peut que cet éboulis ne provienne pas directement de l’effondrement des structures antiques, mais plutôt du lent travail d’épierrage des champs en amont ; cependant, tout le matériel trouvé dans ces niveaux superficiels est antique.

2Les structures antiques retrouvées dans les sondages 1982-1985 se répartissent en trois niveaux archéologiques principaux. Le premier niveau, évidemment le mieux conservé, correspond à la fortification publiée par Orsi. Il se compose ici d’une courtine (murs M1 et M6, d’est en ouest) et d’une tour rectangulaire D (M2, 3 et 4). Les murs M5 et M7, restitués, n’ont pas été fouillés : la partie ouest de la tour avait en effet été traversée dans les années cinquante par la tranchée de pose d’une canalisation d’eau potable. Sans préjuger de leur date exacte, qui sera discutée plus loin, nous appellerons ces structures « hellénistiques ».

3Au-dessous du parement interne de la muraille hellénistique se trouve une phase plus ancienne, dite « classique », composée des murs M8 et M10. Plus bas encore, sous le parement externe de la fortification hellénistique, apparaît une phase « archaïque » (murs M9 et M11), à laquelle appartient aussi plus à l’intérieur le mur M12, qui entretient avec la fortification des liens complexes.

2.1. LES STRUCTURES HELLÉNISTIQUES

4La courtine M1, large de 3,10 m contre la tour D, a une structure extrêmement originale (fig. 7 et fig. 8). La fondation (cote moyenne 7,84/7,90 m) est entièrement en galets de rivière, sans mortier et sans emploi de tuiles ou autres calages. Au-dessus de ces assises et en retrait de 15 à 20 cm, commence l’élévation proprement dite, formée contre la tour de blocs de moyenne dimension, grossièrement taillés, séparés par des calages : éclats de pierre et plaques de schiste gris-vert à noir. Une dalle plus importante, débordant de 40 cm, constitue le débouché d’un égout. Le même appareil se retrouve à l’est de l’égout sur une cinquantaine de centimètres seulement. Plus à l’est, la fondation est surmontée d’une assise de réglage en blocs bien taillés sur leur parement externe, et surtout sur leur lit d’attente qui forme un plan parfaitement horizontal (cote 8,78 m) et supporte une élévation en tuiles plates. Malheureusement, la présence d’un olivier sur le mur n’a pas permis de vérifier si cette structure s’étendait à toute la largeur de la courtine.

Fig. 6. Elévation est du mur M2, éch. 1 : 50.

Fig. 7. Elévation nord des murs M1 et M6, éch. 1 : 50.

Fig. 8. Sondage QV 672 : niveaux hellénistiques et murs M1 et M2 vus du nord.

Fig. 9. Elévation sud du mur M2, éch. 1 : 50.

  • 2 J.-P. Morel, Fouilles à Cozzo Presepe, près de Métaponte, dans MEFR 82, 1970, p. 77-79 ; pour la c (...)

5Des murs en tuiles se trouvent à Kaulonia dans des structures d’habitat, sans doute du IIIe s., de la Casa del Drago. On connaît aussi, au début du IIIe s., les courtines en couvre-joints semi-circulaires de Cozzo Presepe2. Par contre Orsi n’a rien signalé de tel dans les fortifications de Kaulonia, et il s’agit probablement d’un cas exceptionnel, d’une réfection ponctuelle, bouchage d’une brèche plutôt que d’une porte. La partie ouest de la courtine et l’égout sont liés à la tour D et à la phase principale de la muraille.

6Quoique partiellement fouillée, la tour D est un monument imposant, large de 10,40 m à l’élévation (restituée par symétrie), en saillie de 11 m par rapport à la courtine. C’est, avec les tours III et VII d’Orsi, l’une des plus grandes de Kaulonia (voir infra, p. 137-141 et fig. 75). Au sud, la tour est liée à la courtine, qui devient un massif de 5,10 m d’épaisseur (sur la question du mur de gorge, cf. infra, p. 143). La fondation du mur 1VI2 (fig. 6 et 7) est d’abord au niveau de celle de la courtine (cote 7,90 m), puis elle plonge en légère oblique jusqu’à la cote 6,50 m, et continue à s’abaisser doucement jusqu’à l’angle nord-est (cote 5,80 m). Simultanément, elle s’élargit du côté externe en trois ressauts de fondation successifs de 14 cm environ de large et de hauteur variable. La largeur du mur est passe donc de 2,20 m en élévation à 2,60 m en fondations. Le mur frontal M3, moins bien conservé, est construit de la même façon, sa largeur variant de 3 m en fondation à (sans doute) 2,60 m en élévation. Le contrefort M4 n’a pas été fouillé en profondeur mais devait être fondé lui aussi assez bas.

  • 3 Orsi 1914, col. 775-776.
  • 4 Pour une autre interprétation, cf. infra, p. 150, p. 151 et note 38.

7La construction utilise des galets de rivière et quelques blocs de pierre de dimensions variées, grossièrement taillés, sans aucun liant autre que de la terre (« tajo »), mais très régulièrement encadrés en parement de plaques de schiste selon la technique « en nids d’abeille » déjà décrite par P. Orsi3. On notera l’absence quasi-totale de tuiles en parement, sauf dans les parties basses de la fondation et sur le parement interne de M6. On s’explique mal une différence de traitement dont la finalité n’est peut-être pas esthétique : on retrouve les plaques de schiste à l’intérieur de la tour, dans des secteurs qui n’étaient certainement pas visibles, et le parement externe était luimême recouvert d’un enduit blanc très dur, déjà noté par Orsi, et qui devait cacher le détail de l’appareil (fig. 8)4.

8Dans la structure des murs, la tuile est par contre omniprésente. L’étude de la porte d’entrée à la tour montre bien le système utilisé : de véritables lits de tuiles plates fragmentaires séparent les assises de galets, d’autres fragments de tuiles calant les pierres verticalement. Le sol de la porte était sans doute constitué d’un lit de tuiles, peut-être recouvert de briques.

  • 5 Les fouilles de l’automne 1988 ont en effet démontré que les niveaux de destruction du début du IV(...)

9Une courtine large de 3 m, haute de 4 m environ, mettant en œuvre un lit de tuiles tous les 30 cm, utiliserait 40 m2 de teguloe au mètre linéaire, soit 16 000 m2 de teguloe (environ 40 000 tuiles) pour le secteur de 400 m entre la porte nord-ouest et la mer. Cela représente dans l’urbanisme de l’époque hellénistique la couverture d’environ 100 maisons, ou 10 îlots d’habitation, ou encore tout le quartier situé au nord du phare, entre la mer et la Casa Quaranta. Au-delà de l’approximation évidente des chiffres, on comprend que la fortification a réutilisé d’énormes quantités de tuiles brisées, ce qui n’a pu se faire que dans des conditions historiques déterminées5.

Fig. 10. Angle nord de la tour IV, d’après ORSI 1914, fig. 14.

Fig. 11. Angle nord-est de la tour D.

  • 6 Blake, Ancient Constructions in Italy, op. cit., p. 90, considère ces blocs des remplois ou « a pu (...)

10L’angle nord-est de la tour D est formé de blocs en grand appareil, plutôt soignés (fig. 11). Quatre assises sont conservées ; le premier niveau de la fondation devait en compter cinq. D’après la parallèle de la tour IV, le grand appareil devait être utilisé en angle dans le reste de la fondation et au moins la partie basse de l’élévation. L’origine des blocs n’est évidemment pas locale ; aucun n’est manifestement un bloc de remploi. Pourtant, la variété des traitements surprend : un bloc en boutisse a un bossage très prononcé ; un autre est piqueté au centre, avec ciselure lisse. Dans la tour IV d’Orsi (fig. 10), certains joints sont entourés d’une ciselure assez large, donnant l’effet d’un bossage plat6.

11Le mur contrefort M4 est une particularité que l’on retrouve dans la tour III d’Orsi, à proximité du cimetière. Selon Orsi, il servait à « sorreggere il ballatoio in legname, per la difesa del piano superiore », interprétation qui laisse entendre que le plancher ne couvrait que la moitié antérieure de la tour. Malheureusement, M4 n’est conservé que jusqu’à la cote de 9,40 m, tandis que le plan de marche dans le couloir d’accès à la tour est à la cote 9,60 m.

12Un détail, nulle part mentionné dans la publication d’Orsi, mérite qu’on s’y arrête. Dans le mur est de la tour (M2) sont creusées deux ouvertures, larges chacune d’une trentaine de centimètres, qui traversent le mur de part en part. Le fond de ces ouvertures est à la cote 9,60 m, leur hauteur conservée 10 cm, leur espacement 1 m. Si l’on excepte deux briques fragmentaires à l’extrémité ouest, les matériaux sont les mêmes que pour le reste de la construction ; aucun enduit n’est visible, aucune pente n’est perceptible. Il y avait probablement d’autres ouvertures analogues plus au nord, mais elles ne sont pas conservées.

13Parmi les diverses hypothèses possibles, on peut écarter celle d’évacuations d’eau, dont on ne verrait guère l’utilité en cet endroit, ou celle de meurtrières, faute d’embrasure suffisante. En principe, des encastrements de poutres pour supporter le plancher de la tour ne devraient pas traverser le mur de part en part. C’est pourtant faute de mieux l’interprétation que nous adopterons, en rappelant que l’extrémité des poutres était peut-être recouverte et protégée par l’enduit blanc ; par ailleurs, les poutres pouvaient également jouer un rôle de chaînage (mais ce serait le seul exemple à Kaulonia). Si l’on admet cette interprétation, le plancher de la tour devait se trouver 30 cm environ au-dessus du niveau de marche dans l’entrée, surmontant un « rez-de-chaussée » dont nous verrons plus loin en étudiant la stratigraphie qu’il ne devait être qu’un vide sanitaire ou, au mieux, un magasin entièrement fermé.

14La fonction du contrefort M4 n’est donc pas de soutenir le plancher mais de le renforcer dans la partie antérieure, en même temps bien sûr que de contrebuter le front de la tour. Cela est probablement l’indice de l’utilisation de machines de guerre défensives trop lourdes pour un plancher normal.

15La fouille n’a donné que peu d’indices sur l’élévation de la tour D. On y reviendra plus loin, dans les chapitres synthétiques sur la fortification hellénistique (5.2.3.).

Fig 12-13. Sondage QV 641, vu du sud-ouest et élévation sud des murs M6, M8 e M1, éch. 1 : 50.

16L’égout El, qui traverse la courtine Ml, n’a été fouillé qu’à ses deux extrémités ; on ignore donc s’il disposait d’un système de grille pour empêcher le passage de l’ennemi, mais cela paraît peu probable en raison de son étroitesse. L’écoulement se faisait normalement du sud vers le nord, avec une pente de 5 % environ. La cote de départ (8,94 m) suppose un sol intra muros à la cote 9 m, ce qui peut faire difficulté, comme on le verra plus loin.

2.2. LES STRUCTURES D’ÉPOQUE CLASSIQUE

17Le parement interne des murs Ml et M6 s’appuie sur une fondation débordante qui représente un vestige d’une construction plus ancienne (fig. 12 et 13).

  • 7 MEFRA 97, 1985-1, p. 572.

18Le mur M8 a l’apparence d’un pilier construit en blocs grossièrement taillés, de dimensions variées, n’utilisant ni les tuiles, ni les galets de rivière. Vers l’ouest, au-dessous de l’entrée de la tour, il s’arrête en coup de sabre : là, les constructeurs de la tour D ont dû fonder le mur M6 nettement plus bas. À l’est, M8 se coude vers le nord-est, formant un angle obtus bien appareillé. M10 est parallèle à la branche oblique de M8, mais il est beaucoup moins bien conservé ; son extrémité sud se réduit à un bloc de fondation. Il s’enfonce sous M1 au niveau de l’égout hellénistique El. Entre M8 et M10, la fondation en galets de Ml est simplement posée sur un épais remplissage de sable et de graviers, ce qui a interdit de fouiller plus avant le passage, que l’on appellera E2. Large de 90 cm, E2 a été interprété d’abord comme une poterne7 ; pour des raisons que l’on exposera dans les chapitres suivants, on tendra plutôt à y voir un égout de grandes dimensions. Le fond du passage est marqué par une dalle de pierre à la cote 8,30 m, soit 0,64 m au-dessous de l’égout hellénistique El. On relèvera également l’existence, à l’intérieur du passage et plaquées contre M8, de deux teguloe fragmentaires en position verticale (vestiges d’une couverture ?).

19Le parement extérieur des murs M8 et M10 est noyé sous la masse des constructions hellénistiques, si bien que l’on a du mal à imaginer comment fonctionnait le système. Mais l’appartenance de M8/10 aux fortifications de Kaulonia ne fait aucun doute en raison à la fois de la situation géographique du monument et des analogies techniques avec les murs publiés par P. Orsi et E. Tomasello au sud du temple (infra, 5.2.).

2.3. LES STRUCTURES ARCHAÏQUES (fig. 7, 14 et 15)

20À l’intérieur de la tour D, à l’aplomb du parement externe de M6, est apparu à la cote 7,50 m un nouveau mur appelé M9, formé de dalles plates sur une fondation débordante de galets de rivière. La hauteur totale de ce socle, qui se termine par un niveau parfaitement horizontal, est de 70 cm seulement. Le sommet de M9 est séparé du bas de M6 par une épaisseur de 30 à 40 cm d’argile brune (fig. 15). À l’extérieur de la tour D, à l’est de M2, le décalage entre Ml et M6 a permis de fouiller M11, prolongement est de M9. Moins bien préservé, le mur conserve la même structure, et surtout, dans l’angle sud-ouest (contre Ml/2), un tas de terre argileuse brune. Quoique l’on n’ait retrouvé dans l’argile aucune trace de joints, il est très probable que cette argile brune est ce qui reste d’une élévation de briques crues dont M9/11 est le lithologèma.

Fig. 14. Sondage QV 672, superposition des murs Ml et M11 vus du nord.

21La cote de ce mur (6,80-7,50 m) par rapport à celle de M8/10 (9,30-8,00 m), outre la différence d’appareil, permet d’affirmer qu’ils n’appartiennent pas à la même phase de construction, et que M9/11 est antérieur à M8/10. Malheureusement, la surimposition de la muraille hellénistique a supprimé tout lien stratigraphique entre les deux structures.

22On remarquera, sans proposer d’interprétation satisfaisante, que le mur hellénistique M6 aligne son parement externe sur celui de M9, et son parement interne sur M8 ; et que le décrochement dans les fondations de M2 semble « respecter » M9. Pourtant, les fondations de M6 s’arrêtent à 40 cm des assises de pierre de M9, qui auraient permis de mieux asseoir le mur hellénistique. Tout se passe en fait comme si la construction hellénistique avait suivi l’alignement du mur archaïque, sans que celui-ci soit visible dans le secteur considéré.

23Le mur M12, très mal conservé, est formé d’une ou deux assises de galets de rivière, en pente forte vers le nord ; par sa position stratigraphique, il est sûrement archaïque, mais sa fonction et sa date exactes n’apparaissent pas clairement (v. infra, p. 41).

Fig. 15. Sondage QV 642, superposition des murs M6 et M9 vus du nord.

Notes

1 Orsi 1914, pl. II.

2 J.-P. Morel, Fouilles à Cozzo Presepe, près de Métaponte, dans MEFR 82, 1970, p. 77-79 ; pour la chronologie de Cozzo Presepe, voir aussi E. McNamara et al. dans Metaponlo 2, NSA, 1977 Suppl. [1983], p. 383-389.

3 Orsi 1914, col. 775-776.

4 Pour une autre interprétation, cf. infra, p. 150, p. 151 et note 38.

5 Les fouilles de l’automne 1988 ont en effet démontré que les niveaux de destruction du début du IVe s. avaient été dans certains secteurs entièrement décapés à l’époque hellénistique.

6 Blake, Ancient Constructions in Italy, op. cit., p. 90, considère ces blocs des remplois ou « a purchase of a miscellaneous assortment from some distant quarry ».

7 MEFRA 97, 1985-1, p. 572.

Table des illustrations

Légende Fig. 5. Plan de la tour D, éch. 1 : 100.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 6. Elévation est du mur M2, éch. 1 : 50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 7. Elévation nord des murs M1 et M6, éch. 1 : 50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 8. Sondage QV 672 : niveaux hellénistiques et murs M1 et M2 vus du nord.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Fig. 9. Elévation sud du mur M2, éch. 1 : 50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 10. Angle nord de la tour IV, d’après ORSI 1914, fig. 14.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 11. Angle nord-est de la tour D.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig 12-13. Sondage QV 641, vu du sud-ouest et élévation sud des murs M6, M8 e M1, éch. 1 : 50.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 955k
Légende Fig. 14. Sondage QV 672, superposition des murs Ml et M11 vus du nord.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 917k
Légende Fig. 15. Sondage QV 642, superposition des murs M6 et M9 vus du nord.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1639/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 725k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable