Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kaulonia 1

 | 
Henri Tréziny

1. Introduction

Texte intégral

Fig. 1. Plan général de Kaulonia (d’après ORSI 1914, pl. I) : 1 à 5, fouilles P. Orsi (1912-1923) ; 6 à 9, trouvailles diverses (1950-1969) ; 10-11, fouilles E. Tomasello (1970-1971) ; 12 à 16, fouilles récentes et en cours (1978-1986).

1.1. LES FOUILLES DE KAULONIAi (Fig. 1)

  • i On emploiera systématiquement la graphie Kaulonia (en abrégé KL) pour désigner le site antique sur (...)
  • 1 L’identification du site a donné lieu à de nombreuses polémiques : cf. P. Orsi, NSA, 1891, p. 61 sq (...)
  • 2 Orsi 1914, col. 706-778 (fortification) ; 778-827 (habitat) ; 828-906 (temple) ; 906-941 (nécropole (...)
  • 3 P. Orsi, Caulonia. II Memoria, dans MonAL 29, 1923, col. 409-490.
  • 4 Säflund 1935 (fortifications) ; Id., dans OpArch 2 = AIRRS in 4°, 5, 1939 [1941], p. 80-82 (temple (...)
  • 5 A. De Franciscis, NSA, 1957, p. 184-185 (arulœ, loc. Castellone, fig. 1,6 ?) ; ibid., p. 186-187 (s (...)

1C’est à Paolo Orsi que l’on doit la découverte du site de Kaulonia autour de la colline du phare de Punta Stilo, à proximité de l’habitat moderne de Monasterace Marina1. Entre 1912 et 1915, Orsi dégagea une bonne partie de la fortification, quelques îlots d’habitation hellénistiques (fig. 1,1), le temple du Ve siècle (fig. 1,2), la nécropole du Vallone Bernardo, au sud-ouest de la ville (fig. 1,3)2. En 1923, il publie les terres scuites architecturales de la colline de la Passoliera (fig. 1,4), ainsi que quelques notices sur des trouvailles fortuites dans l’habitat et la nécropole nord-ouest (fig. 1,5)3. Par la suite, Kaulonia fera l’objet de nombreuses discussions ou mises au point4, mais il faut attendre la fin des années cinquante pour trouver quelques notices archéologiques sur des trouvailles sporadiques5.

  • 6 D. Adamesteanu, Le fotografie aeree e le vie della Magna Grecia, dans Vie di Magna Grecia, Tarente (...)

2En 1959 paraît l’important article de G. Schmiedt et R. Chevallier, Caulonia e Metaponto, où les données des fouilles de P. Orsi sont réexaminées à partir des photographies aériennes. Ce travail qui fut pour Métaponte le point de départ des recherches de D. Adamesteanu, a été peu utilisé pour Kaulonia. En 1962, dans les Actes du Deuxième Congrès de Tarente, D. Adamesteanu publie une autre photographie aérienne de Kaulonia, assortie d’hypothèses sur la voirie côtière6.

  • 7 Le relevé au 1/50 de la Casa del Drago a été réalisé en 1984 pour le compte de la Surintendance par (...)
  • 8 Un plan des sondages Chiartano est publié par Tomasello 1972, p. 562, fig. 1.
  • 9 Tomasello 1972, p. 561-591 (campagne 1970) et 591-637 (campagne 1971).
  • 10 Ibid., p 637-643.

3Des fouilles importantes des années soixante, on n’a malheureusement aucune publication, même sommaire : au sud-est de la colline du phare, habitat hellénistique de la « Casa del Drago » (fig. 1,8), décoré de mosaïques dont le plus beau panneau est actuellement au Musée National de Reggio7 ; au sud du temple, sondages Chiartano (fig. 1,9), très mal documentés8. En 1970 et 1971, une fouille d’urgence au sud du temple (fig. 1,10), mettant au jour une porte dans la muraille et des structures diverses, a été aussitôt publiée9 ; et des sondages pratiqués au sud de la colline du phare (fig. 1,11) ont découvert un nouvel îlot d’habitation qui a fait l’objet d’une présentation rapide10. D’autres fouilles d’urgence, encore inédites, ont eu lieu depuis dans l’habitat : propriété Gazzera (fig. 1,12), propriété Guarnaccia (fig. 1,13).

Fig. 2. Vue aérienne de Kaulonia.

1.2. LA FORTIFICATION

4Lorsqu’Orsi publia en 1915 les fortifications de Kaulonia, il disposait d’une documentation réduite : on ne connaissait en Occident que les fortifications (depuis toujours visibles) de Syracuse et de Paestum, ou des murailles récemment fouillées (Sélinonte), parfois par Orsi lui-même (Mégara Hyblaea, Reggio, Locres). Ces fortifications, comme leurs homologues de Grèce propre, étaient fort mal datées (elles le sont encore souvent...). Observant qu’un secteur de la muraille était recouvert par un habitat d’époque hellénistique, Orsi eut donc tendance à dater trop haut l’ensemble de la fortification, qu’il situait à l’époque archaïque. Or les murs de Kaulonia, par l’ampleur et le nombre des tours, l’emploi du mortier de chaux et quantité de détails techniques revêtaient une grande importance pour l’histoire des fortifications grecques.

  • 11 G. Lugli, La Tecnica Edilizia Romana, Rome, 1957, p. 290.
  • 12 M. E. Blake, Ancient Construction in Italy from the Prehistoric period to Augustus, Washington, 194 (...)
  • 13 Schmiedt-Chevallier 1959, p. 22, considèrent comme acceptables les commentaires de Lugli, mais nuan (...)
  • 14 Winter 1971, p. 95 et n. 69 ; p. 148 n. 75.
  • 15 Lawrence 1978, p. 209, 341, 365, 458.

5L’article de G. Säflund sur Hipponion était une mise au point nécessaire, qui amenait l’auteur à proposer pour Kaulonia une date à l’époque hellénistique. Son argumentation a été dans l’ensemble acceptée depuis, notamment par Lugli11, qui aurait même volontiers abaissé encore la datation, par M. E. Blake12, G. Schmiedt et R. Chevallier13, Winter14, Lawrence15.

  • 16 Tomasello 1972, p. 631.

6En 1972, E. Tomasello, à la suite de la fouille d’un mur appartenant probablement à l’enceinte (et sur lequel on reviendra dans le ch. 5), contesta les conclusions de Säflund et de Lugli « almeno per il tratto di fortificazione da noi scavato »16.

7La restriction s’imposait : la fortification fouillée par Orsi n’est pas unitaire. Les principaux secteurs publiés, au nord et à l’ouest du site, sont indubitablement de facture hellénistique ; mais d’autres tronçons en bordure de mer, très proches techniquement de celui qu’a étudié E. Tomasello, ont un aspect très différent et pourraient être plus anciens.

1.3. LES SONDAGES 1982-1985

  • 17 P. Orsi, NSA, 1891, p. 69 ; Tarente 1981, p. 231 ; Tarente 1982, p. 557 ; Tarente 1983, p. 572.
  • 18 Contrada leritano (commune de Camini) : Tarente 1971, p. 457-461 ; Iannelli 1985, p. 48-50. Torre C (...)

8À partir de 1981, la Surintendance de Calabre a repris des programmes de recherche dans la région de Kaulonia, sur une villa romaine au sud de la ville17, dans le territoire18 et dans l’habitat lui-même : sondages dans l’habitat hellénistique de la Piazzetta (fig. 1,14) en 1983 ; extension des fouilles de E. Tomasello au sud et au sud-est du phare en 1984 et 1985 (fig. 1,11 et 8).

Fig. 3. Le rempart nord, vu en direction de l’est.

9En 1982, considérant que la fortification publiée par Orsi, probablement hellénistique, avait dû succéder à une (ou plusieurs) phase(s) antérieure(s), nous avons proposé à la Surintendance de pratiquer quelques sondages sur la fortification nord, peu étudiée par Orsi. Diverses anomalies attiraient l’attention. Au nord de la grande porte fortifiée fouillée par Orsi se trouve un grand bastion d’angle, que nous appellerons désormais A, percé de deux poternes et soutenu par une terrasse curviligne. Un tel dispositif donnait l’impression d’une superposition de monuments pouvant appartenir à des phases différentes. Or l’examen des photographies aériennes et du plan de R. Carta montrait l’existence sur tout le front nord d’une succession régulière de saillies curvilignes analogues à celles du « bastion » A (fig. 1, Β, C, D, F). L’espacement moyen entre Β et C, C et D est de 75 m environ ; entre D et F, 150 m, d’où la restitution d’une saillie intermédiaire (E).

  • 19 Une présentation rapide des premiers sondages a été faite par H. Tréziny, Tarente 1983, p. 177-182 (...)

10Pour des raisons pratiques, on a choisi d’intervenir sur le point D (on dira plus avant la tour D), où l’on peut remarquer sur le plan un léger infléchissement de la fortification nord. Quatre campagnes de fouilles ont eu lieu entre les mois d’octobre 1982 et juin 1985, sous la responsabilité de H. Tréziny, et avec la collaboration à partir de 1983 de Chr. Van Der Mersch19.

1.4. PRÉSENTATION

11Ce fascicule concerne les sondages sur la tour D et ses abords immédiats, à l’exclusion des recherches menées dans l’habitat par M. T. Iannelli, qui feront l’objet d’une autre publication.

12La publication de la fouille proprement dite occupe les chapitres 2 à 4 (structures, stratigraphies, matériels), tandis que les chapitres 5 et 6 proposent des réflexions plus générales sur la fortification et l’urbanisme de Kaulonia.

13C’est pour nous un grand plaisir de remercier le Surintendant, Dott.ssa Elena Lattanzi, qui a immédiatement accepté ce projet de travail sur les fortifications de Kaulonia, et nous a donné les moyens de le réaliser. Par ses conseils, et par ses visites sur le chantier, elle a bien voulu témoigner de l’intérêt qu’elle portait à la recherche.

14La Dott.ssa M.T. Iannelli, responsable du site de Kaulonia, a bien voulu nous associer à ses travaux : ce texte lui doit beaucoup, et les recher ches qu’elle a menées contemporainement sur le plan d’urbanisme ont fortement contribué à notre réflexion commune. Qu’elle trouve ici l’expression de notre amicale gratitude.

15La fouille, entièrement financée par la Surintendance, s’est faite avec les ouvriers de l’entreprise Leotta de Monasterace et grâce à l’appui constant du contremaître Bova, que nous remercions. Nous avons aussi bénéficié sur le terrain de la collaboration des gardiens de la Surintendance, ainsi que des employés de la coopérative « Kaulon », qui ont travaillé avec nous depuis 1984, et des dessinateurs de la Surintendance (R. Niccolò, G. Pileggi, N. Romeo), dont l’appui a été souvent précieux.

Fig. 4. Tour D. Schéma de répartition des élévations et des coupes stratigraphiques, éch. 1 : 200.

16Plusieurs organismes français ont également contribué au financement et au bon déroulement des travaux : le C.N.R.S. (Direction des Relations et de la Coopération Internationale), l’École Française de Rome (G. Vallet, puis Ch. Pietri, Directeurs, M. Gras, puis M. Lenoir, Directeurs des Études), le Centre Camille-Jullian, et bien entendu le Centre Jean Bérard (G. Vallet, M. Cébeillac-Gervasoni, O. de Cazanove) qui accueille en outre cette publication dans ses Cahiers. Que tous soient ici chaleureusement remerciés.

17On a implanté sur le site un carroyage général délimitant des carrés de 5 m de côté. Chaque objet est désigné de la façon suivante : KL 83 (année de fouille) QV643 (n° du sondage) 3 (unité stratigraphique) 1 (n° individuel du fragment inventorié), ou, en abrégé 643.3.1. Dans la pratique, les fragments publiés seront désignés par un numéro de catalogue, dont la correspondance avec les numéros d’inventaire est donnée en annexe.

18Le chapitre sur les amphores (4.9.) a été rédigé par Chr. Van der Mersch, celui sur la faune (4.12.) par Ph. Columeau, avec une note de J. Desse et N. Desse-Berset, que nous remercions de leur collaboration.

19Les plans et relevés sont de J. Rougetet, les dessins de céramique de M. Pierobon, les photographies de G. Imparato (Centre Jean Bérard).

Notes

1 L’identification du site a donné lieu à de nombreuses polémiques : cf. P. Orsi, NSA, 1891, p. 61 sqq ; Orsi 1914, col. 703-705. Bibliographie complète dans Iannelli 1985, p. 28-29.

2 Orsi 1914, col. 706-778 (fortification) ; 778-827 (habitat) ; 828-906 (temple) ; 906-941 (nécropole).

3 P. Orsi, Caulonia. II Memoria, dans MonAL 29, 1923, col. 409-490.

4 Säflund 1935 (fortifications) ; Id., dans OpArch 2 = AIRRS in 4°, 5, 1939 [1941], p. 80-82 (temple du Ve s.) et infra, notes 11 à 15.

5 A. De Franciscis, NSA, 1957, p. 184-185 (arulœ, loc. Castellone, fig. 1,6 ?) ; ibid., p. 186-187 (sima archaïque, loc. Garretto, fig. 1,7) ; Id., NSA, 1960, p. 416-418 (tuiles timbrées, Piazzetta, fig. 1,14).

6 D. Adamesteanu, Le fotografie aeree e le vie della Magna Grecia, dans Vie di Magna Grecia, Tarente 1962 [1963], p. 54-55 et fig. 8.

7 Le relevé au 1/50 de la Casa del Drago a été réalisé en 1984 pour le compte de la Surintendance par J. Rougetet (Centre Jean Bérard) ; infra, fig. 73.

8 Un plan des sondages Chiartano est publié par Tomasello 1972, p. 562, fig. 1.

9 Tomasello 1972, p. 561-591 (campagne 1970) et 591-637 (campagne 1971).

10 Ibid., p 637-643.

11 G. Lugli, La Tecnica Edilizia Romana, Rome, 1957, p. 290.

12 M. E. Blake, Ancient Construction in Italy from the Prehistoric period to Augustus, Washington, 1947, p. 90-91.

13 Schmiedt-Chevallier 1959, p. 22, considèrent comme acceptables les commentaires de Lugli, mais nuancent fortement leurs conclusions.

14 Winter 1971, p. 95 et n. 69 ; p. 148 n. 75.

15 Lawrence 1978, p. 209, 341, 365, 458.

16 Tomasello 1972, p. 631.

17 P. Orsi, NSA, 1891, p. 69 ; Tarente 1981, p. 231 ; Tarente 1982, p. 557 ; Tarente 1983, p. 572.

18 Contrada leritano (commune de Camini) : Tarente 1971, p. 457-461 ; Iannelli 1985, p. 48-50. Torre Camillari (Caulonia Marina) : Iannelli 1985, p. 51.

19 Une présentation rapide des premiers sondages a été faite par H. Tréziny, Tarente 1983, p. 177-182 et par Iannelli 1985, p. 32-39 ; voir aussi la chronique des fouilles de l’École Française de Rome, dans MEFRA 96, 1984, p. 550-551 ; 97, 1985, p. 572 ; 98, 1986, p. 419 ; 99. 1987, p. 525, et H. Tréziny, Kaulonia (Calabre) : urbanisme et fortifications à la lumière des fouilles récentes, dans RA, 1988, p. 205-212.

Notes de fin

i On emploiera systématiquement la graphie Kaulonia (en abrégé KL) pour désigner le site antique sur la commune de Monasterace Marina, afin d’éviter les confusions avec les localités modernes de Caulonia (anciennement Castelvetere) et Caulonia Marina, situées une vingtaine de kilomètres plus au sud, et qui font également l’objet de recherches archéologiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général de Kaulonia (d’après ORSI 1914, pl. I) : 1 à 5, fouilles P. Orsi (1912-1923) ; 6 à 9, trouvailles diverses (1950-1969) ; 10-11, fouilles E. Tomasello (1970-1971) ; 12 à 16, fouilles récentes et en cours (1978-1986).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 2. Vue aérienne de Kaulonia.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende Fig. 3. Le rempart nord, vu en direction de l’est.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1638/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 4. Tour D. Schéma de répartition des élévations et des coupes stratigraphiques, éch. 1 : 200.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1638/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable