Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crépuscule des marges

 | 
Pascal Ruby

Chapitre III. Questions d’époque : la première occupation de Sala Consilina

Texte intégral

« Comme toute recherche, l’étude de la chronologie n’est pas linéaire, ne progresse pas toujours dans la même direction. Il faut sans cesse revenir en arrière et essayer de nouvelles voies.
Il est positif ici de tourner en rond. »
C.-A. Möberg, Introduction à l’archéologie, Paris 1976, 142.

  • 1 Gallay 1986a, 207 sq.
  • 2 Le terme de “topo-sériation” désigne de son côté une technique particulière mise au point par F. D (...)

1La typologie proposée dans la partie précédente a une finalité : elle est destinée à permettre de formuler des constats de ressemblance et de dissemblance entre le site de Sala Consilina et d’autres sites. Mais ces constats doivent, pour être utiles, apparaître ordonnés et le premier ordre qu’il faut rechercher est celui du temps1. C’est à ce problème que sera consacrée cette partie. Cela débute par l’organisation des tombes en une succession censée reproduire la chronologie relative du cimetière : on passerait progressivement – et logiquement – des tombes les plus anciennes aux tombes les plus récentes. En archéologie, cette opération porte un nom – la sériation – et elle est connue depuis la fin du siècle dernier, grâce aux travaux de F. Petrie. Elle peut être complétée par la lecture de la stratigraphie horizontale de la nécropole, exercice auquel on donne le nom de “topochronologie”2. Il ne suffit cependant pas de “sérier” des tombes pour proposer une chronologie : il faut ensuite chercher à proposer des ancrages qui dépassent le cadre du site étudié et tiennent compte des remarques faites sur d’autres nécropoles. Sans ces ancrages extérieurs, on pourrait aisément envisager la sériation par une extrémité de la succession ou par l’autre sans avoir la possibilité de déterminer celle qui représente le moment le plus ancien du cimetière. Une fois fixé ce cadre chronologique, on pourra poser le problème du contexte culturel des populations de Sala Consilina.

1. Sériation et topochronologie

1.1. La sériation : rappels méthodologiques

  • 3 La Genière et Fernandez de la Vega ; La Genière 1968, 94-95, n. 1.

2La sériation, on vient de le rappeler, n’est pas une opération nouvelle pour l’archéologue. Depuis une vingtaine d’années, l’irruption de l’écran cathodique – et avant lui, de la carte perforée – dans l’univers du chercheur en archéologie s’est traduite par le recours toujours plus massif au “calcul” apparemment bien adapté à ce type de problème. On peut rappeler par exemple la collaboration née entre J. de La Genière et W. Fernandez de la Vega autour du problème de la classification des tombes du Second Age du fer de Sala Consilina3. Le développement de l’outil informatique n’a cependant rien changé à la valeur heuristique de la sériation. Il n’a fait, le plus souvent, qu’automatiser un certain nombre de manipulations ou en éviter d’autres au moyen d’algorithmes plus ou moins puissants. Mais il a sans doute aussi contribué à la formalisation de ces problèmes.

  • 4 Sur ces questions et sur les problèmes de sériation en général, voir Djindjian 1985a, 1985b, 1991, (...)
  • 5 Brun 1986, 55-56.

3La première question à poser est celle-ci : cherche-t-on à mettre en évidence une “sériation” des tombes qui traduirait une succession progressive, ou une “partition”, qui signifierait que les phases ainsi soulignées se succèdent sans aucune continuité entre elles4 ? La classification obtenue dans les années soixante sur les mobiliers de Sala Consilina tient par exemple davantage de la partition que de la sériation. Cette question relève de la compétence et de l’arbitraire de l’archéologue : l’élément sur lequel le chercheur peut agir est le type produit par la typologie qu’il a proposée. On imagine aisément que, si nécessaire, le ou les types peuvent être définis différemment et scindés par exemple en deux afin d’obtenir des durées de vie respectives plus courtes et la succession d’un modèle ou de l’autre. On verra plus loin, sur une matrice de sériation proposée par K. Kilian, que la seule façon d’exposer les résultats – en l’occurrence la succession des tombes – est révélatrice de ce que le chercheur souhaite obtenir et qu’une simple réorganisation, sans intervention sur la définition des types, permet d’aboutir parfois à des résultats très différents : on connaît par ailleurs le cas de la nécropole de Kelheim dont la sériation sert à H. Müller-Karpe à mettre en évidence les phases B1, B2 et B3 du Hallstatt, et dont la réorganisation proposée par P. Brun fait disparaître la phase B25.

  • 6 Gardin 1979, 133 sq.

4La seconde question ainsi posée est celle de la pertinence typologique. Les travaux de J.-C. Gardin ont montré qu’il ne pouvait y avoir de validation interne à la typologie : l’exercice de la sériation constitue par contre la validation externe que l’on est en droit d’attendre6.

  • 7 Voir les remarques formulées par d’Agostino à propos de la sériation proposée sur des tombes de Da (...)
  • 8 Demoule, à paraître.

5Une dernière question à envisager est celle du “sens” des résultats obtenus. La sériation ne consiste pas seulement à proposer un ordonnancement qui se traduise par une diagonale la plus “lisse” possible. Que l’on aboutisse à une sériation vraie ou à une classification, on sera tenté de proposer des “découpages”. Ces découpages ne sont pas non plus innocents : rien n’autorise en effet à croire a priori qu’ils ont une signification chronologique. Des exemples pris dans la protohistoire italienne nous incitent à une grande vigilance : des “phases” ou “sous-phases” peuvent en réalité dissimuler des partitions sexuelles7. A l’opposé, il est nécessaire d’admettre une fois pour toutes que la succession des tombes proposée dans une sériation est une succession logique et point archéologique·, à l’intérieur d’un groupe interprété comme une phase ou une sous-phase – selon la finesse du découpage–, le fait qu’une tombe soit placée “avant” ou “après” une autre est largement arbitraire ; cela peut tenir compte des données extrinsèques, e.g. de ce que l’on connaît par ailleurs de la succession d’objets de bronze, mais peut également revêtir une signification autre que chronologique, par exemple sociale8.

6Ces questions et ces remarques exprimées, on peut passer à la sériation des tombes qui constituent notre corpus.

1.2. Sériation des tombes de la nécropole du nord-ouest

  • 9 Ruby 1990. Sur l’algorithme, voir aussi Fernandez de La Vega 1977, et Djindjian 1985a et 1991, 176 (...)

7La sériation initiale a été effectuée sur Macintosh selon deux méthodes. La première est celle des barycentres, autrement appelée “des moyennes réciproques”9. Cette méthode consiste à ordonner successivement les lignes et les colonnes d’une matrice en fonction de leur barycentre ou centre de gravité. La manipulation itérative de la matrice selon cette technique aboutit à la concentration des centres de gravité autour de la diagonale de la matrice ; lorsque le classement des lignes et des colonnes reste stable, la matrice est “sériée”, la diagonale “chargée”.

  • 10 Ruby 1993a, et la bibliographie précédente.
  • 11 Pour tous ces aspects, il est recommandé de se reporter à l’exposé original de la méthode dans Ihm (...)

8La seconde méthode utilise l’algorithme de P. Ihm10. La procédure adoptée par P. Ihm consiste à envisager les coefficients ligne et colonne comme les coordonnées vectorielles d’individus dont on connaît les masses (0 et 1 dans un tableau en présence/absence). On peut donc calculer un coefficient de corrélation entre les deux séries de valeurs que représentent les coordonnées (abscisses et ordonnées). L’algorithme retenu vise à maximiser ce coefficient de corrélation. Par rapport à la méthode précédente, on peut préciser que les coordonnées et les coefficients ligne et colonne sont ici pondérés par un coefficient particulier. Par ailleurs, les coordonnées (ou les coefficients pondérés) sont calculées les unes en fonction des autres : la coordonnée xi d’une ligne sera égale à la somme des masses de chaque case (de la ligne) multipliées chacune par le coefficient pondéré de la colonne, le tout divisé par la somme des masses de chaque case de la ligne. Le calcul de la coordonnée d’une colonne suit le même principe. Parce que les xi sont calculés à partir des et que, inversement, les yk sont calculés à partir des xi, on aboutit à une circularité des calculs qui permet une itération du calcul des coordonnées jusqu’au moment où les valeurs de ces coordonnées se stabilisent : on peut alors procéder à l’ordonnancement des lignes et des colonnes en fonction des coordonnées finales pour obtenir un tableau sérié : un scalogramme. Le coefficient de corrélation entre les deux séries de coordonnées atteint un maximum11.

  • 12 Les analyses des correspondances basées pourtant sur des algorithmes qui permettent une pondératio (...)
  • 13 Parce qu’on ne peut pas utiliser des individus supplémentaires comme dans les analyses factorielle (...)

9L’inconvénient majeur de ces algorithmes est qu’ils tirent les objets les plus représentés au centre du tableau12. De plus, les exigences des archéologues ont évolué : la diagonale des matrices doit à présent être “lissée”, résultat que ne donne aucune technique basée sur le calcul. Aussi, ces deux algorithmes ont des qualités et des défauts communs mais ils diffèrent cependant sur plusieurs points. La méthode des barycentres est en particulier très sensible à l’ordre de départ. Un même tableau différemment ordonnancé donnera vraisemblablement plusieurs résultats différents, parfois très différents. Le même problème existe, mais de façon moindre, avec l’algorithme de P. Ihm : avec cette méthode, les résultats sont beaucoup plus stables et, si l’on peut assister à certaines permutations de blocs entiers, ou seulement à l’intérieur de blocs, les grandes partitions restent sensiblement les mêmes13. Cette stabilité plus grande s’accompagne d’une très faible dispersion autour de la diagonale : c’est l’effet recherché par la maximisation du coefficient de corrélation. Les deux procédures, de même que l’analyse factorielle des correspondances, ne donnent pas le sens de lecture de la sériation; les individus et caractères les plus récents peuvent être positionnés dans la partie supérieure gauche du tableau. C’est à l’archéologue de décider dans quel sens il doit lire le scalogramme.

10La comparaison des résultats des deux méthodes a fait préférer la sériation obtenue par la seconde méthode : la très faible dispersion autour de la diagonale en a permis un lissage rapide. La sériation des tombes du corpus étudié n’a, dans un premier temps, porté que sur quatre-vingt-onze d’entre elles : il a été en effet nécessaire d’exclure les sépultures annoncées comme vides par le fouilleur ou celles dont le relevé n’indiquait aucun mobilier (tombe 036P), même si l’inventaire tient compte aujourd’hui d’un remplissage comportant plusieurs objets ; de la même façon, la plupart des objets représentés une seule fois ont été exclus de la matrice d’associations, même si certains ont toutefois été conservés lorsqu’ils pouvaient servir de points d’ancrage chronologique avec d’autres contextes archéologiques; ont été par contre conservées les tombes détruites en partie, afin de préserver un corpus qui puisse avoir quelque pertinence et un effectif de tombes aux proportions respectables. Dans la sériation définitive, certains de ces mobiliers et objets ont été réintroduits par commodité (pl. 100). Les types attestés dans des groupes très distants sont regroupés à une extrémité du tableau. Aucune partition préalable entre tombes féminines et tombes masculines n’a été opérée : on verra plus loin que ce genre de partition est trop arbitraire pour n’être point risquée.

1.2.1. Les groupes

11Trois grands groupes apparaissent, même si plusieurs objets provoquent un “bruit” dans ce classement. Ce problème n’est pas surprenant et peut avoir plusieurs raisons. Il peut d’abord être dû aux définitions typologiques : ainsi, on a vu plus haut que les deux catégories de vases cinéraires n’étaient pas subdivisées en sous-types ; dans ce cas, on peut s’attendre à une pérennité des types. On reviendra cas par cas sur cet aspect. La seconde raison est la matière de l’objet : les types d’objets de bronze ont une durée de vie plus importante que ceux en céramique, en particulier lorsqu’il s’agit d’objets dont la fonctionnalité prime sur les aspects stylistiques (pointe de lance, anneaux, boutons).

12Les fibules du premier groupe sont peu nombreuses. On y trouve les types de fibules à pied à disque comme celles à arc serpentant et disque en spirale Kl111, à arc uniformément épaissi K3211, à arc serpentant, et ardillon mobile K211, mais aussi celles à pied moyen en bronze comme en fer K212, les fibules siciliennes dans les quatre variantes de petites tailles Kl113, les fibules à arc simple à section rectangulaire grandes et petites K312 et le type à arc écussonné K331. Les spirales larges (les “bracelets”) sont du type à une extrémité ondulée et l’autre torsadée. Les rasoirs peuvent être trapézoïdaux R1 ou rectangulaires à lame étroite R2. Ce groupe couvre donc un arc de temps assez large mais il est caractérisé par des objets métalliques plutôt anciens.

13Le second groupe est caractérisé par les fibules à arc uniformément épaissi et pied symétrique, de toutes tailles K3212, celles à arc épaissi au centre et surbaissé K322, les fibules à arc serpentant écussonné Kl12 et différentes variantes de la petite fibule a sanguisuga à décor dorsal et pied symétrique K341a et K341c. Parmi les types représentés par un seul exemplaire, on notera une fibule ancienne, à arc serpentant en “D” K22, ainsi que d’autres plus récentes, comme les probables fibules à pont en fer K23, la grande “sicilienne” Kl 113e, et la fibule à arc tors K313. Les spirales larges sont du type à tige ronde S111 et du type à tige double aux deux extrémités ondulées S123. Ces objets de bronze sont globalement plus récents que ceux du groupe précédent.

14Enfin, le troisième groupe est caractérisé par les fibules à arc revêtu K41 et K42, plusieurs variantes de fibules a sanguisuga, à pied symétrique, de grande ou petite taille K341b et K341d, à pied allongé K342 et à arc rhomboïdal K35. Ces fibules sont parmi les plus récentes du VIIIe siècle.

  • 14 Cette question sera réexaminée plus loin pour le troisième groupe.

15En fonction de ces remarques, on proposera que les trois groupes isolés ont une signification chronologique, d’autant plus que l’on peut repousser l’hypothèse d’une partition sexuelle : les fusaïoles (qui demeurent le meilleur indice), sont également réparties dans les trois groupes14.

16On ne possède aucune information sur des cas de recoupements de tombes ou de superposition. L’exemple des tombes 035P et 035B est, à cet égard, significatif : le relevé montre une tombe à crémation (035B) creusée au milieu de la fosse d’une tombe à inhumation (035P). Au contraire, l’examen du mobilier tend plutôt à souligner l’antériorité de la première sur la seconde. Cette situation d’une inhumation creusée au contact d’une crémation est d’ailleurs une situation qui se répète trop souvent pour qu’elle soit due au hasard. Dans la “Prop. Ventre”, la tombe 258P se superpose en partie à une autre : cette dernière est vide et il est possible qu’on l’ait vidée au moment du creusement de la tombe suivante. Quoi qu’il en soit, on ne pourra s’appuyer sur des données de stratigraphie verticale pour valider l’identification des trois groupes en trois phases.

1.2.2. Nouveaux éléments de topochronologie

17Sur les relevés en notre possession, la représentation de l’appartenance des tombes aux trois groupes que l’on vient de mettre en évidence apporte, malgré les lacunes de la documentation, confirmation de leur signification chronologique. Les tombes du secteur “Bivio”, bien que réparties sur une zone très large, n’appartiennent qu’aux deux premiers groupes (figure 3.01). Deux secteurs comptent des sépultures appartenant à ces trois groupes : il s’agit de la “Prop. Ventre” dans laquelle l’organisation n’est pas perceptible tant le nombre de sépultures est petit (figure 3.02). Mais c’est surtout dans la “Prop. Masino” que la lecture de la topochronologie est la plus significative. Les trois groupes y sont également représentés : les tombes du premier groupe sont toutefois rares et situées dans la partie occidentale de la parcelle ; les sépultures du deuxième groupe occupent plutôt la partie orientale et centrale, tandis que les tombes du troisième se concentrent surtout dans l’angle nord-occidental de la parcelle ; il en existe quelques autres plus au sud, davantage mêlées aux tombes du groupe précédent mais selon une organisation qui ne paraît pas aléatoire (figure 3.03). En l’absence du relevé de la zone “Casa Canonica”, on a proposé une planimétrie théorique qui n’a pour but que de montrer la distribution des tombes en fonction de la chronologie. La figure 3.04 montre que la plupart des tombes de ce secteur appartiennent au premier groupe. Ce secteur est situé à l’extrémité sud-est de l’espace funéraire tel qu’on peut aujourd’hui le déterminer. A l’échelle de la nécropole du nord-ouest dans son ensemble, on peut considérer qu’il existe un déplacement des tombes dans une direction nord-occidentale. C’est cette organisation chronologique des tombes qui a servi de base à la proposition des hypothèses de localisation des habitats exposées au chapitre précédent. Il reste que dans la partie plus centrale de cette nécropole, un zonage précis en fonction de la chronologie n’est pas apparent si ce n’est l’exclusion des tombes les plus récentes : hors la “Prop. Masino”, on ne trouve qu’une seule tombe du troisième groupe. La raison de ces difficultés de lecture ne réside sans doute pas seulement dans l’aspect lacunaire de la documentation relative à cette partie.

Fig. 3.01 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Bivio”. Le secteur est représenté par tronçons de tranchée.

Fig. 3.02 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Prop. Ventre”.

18Retenons pour le moment que les groupes isolés peuvent être considérés comme les phases 1, 2 et 3. Ce découpage en trois phases doit être explicité : il faut envisager à présent les partitions successives afin de pouvoir situer nos trois phases par rapport au découpage chronologique habituellement adopté pour les nécropoles protohistoriques italiennes.

1.2.3. Groupes et sous-groupes

19La matrice d’associations le montre clairement : la première phase manque de types bien représentés. Les compositions des mobiliers s’étirent sur la diagonale sans que les cooccurrences soient particulièrement significatives. La raison est à chercher dans la composition du corpus qui n’est pas construit à partir d’un échantillonnage contrôlé mais purement aléatoire. Le fait que les tombes plus anciennes soient davantage concentrées dans la partie méridionale de la nécropole et que, précisément, ce secteur ait fourni, dans le corpus présent, les tombes les plus incomplètes, explique sans doute cette situation. Au contraire, les cooccurrences sont beaucoup plus nombreuses dans la partie de la nécropole – certes plus récente – la mieux documentée.

20Quoi qu’il en soit, le découpage en trois phases ne repose pas sur des ruptures complètes apparentes dans l’histoire du cimetière. Au contraire, il faut mettre l’accent sur la continuité générale qu’illustre la matrice d’associations. Cette continuité est beaucoup plus sensible entre les deux dernières phases qu’entre la première et la seconde : ces différences s’expliquent sans doute en partie par la qualité même de la documentation relative aux différentes zones, donc aux différentes périodes. Avant d’envisager d’éventuelles sous-phases à l’intérieur de chaque phase, il serait nécessaire de poser la question des rapports entre les phases 2 et 3 : s’agit-il de deux phases différentes ou de deux sous-phases d’une même phase ? La réponse complète ne peut être donnée à ce moment de la recherche : elle le sera plus loin (§ 3.3.). Il est possible toutefois d’esquisser un début d’explication.

Fig. 3.03 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Prop. Masino”

Fig. 3.04 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Casa Canonica”. L'organisation des tombes est totalement théorique en l'absence de relevé des tombes.

  • 15 La Genière 1968, 32 ; Kilian 1970, 29 ; voir infra.

21Les travaux précédents ont considéré le moment correspondant à notre phase 3 comme une sous-phase de la phase II : pour J. de La Genière, il s’agit d’une phase IIB, pour K. Kilian, d’une phase IIC15. On verra plus loin quelles peuvent être les raisons d’insister sur des différences importantes entre les deux moments, différences qu’une appellation en termes de sous-phase risque d’estomper. Les changements décisifs dont on n’a ici qu’un assez faible écho réclament qu’on envisage ces deux moments comme deux phases distinctes. On peut considérer que les continuités apparentes entre les phases 2 et 3 sont d’autant plus perceptibles que nous n’avons que le début de la dernière phase. Si cette première occupation de Sala Consilina ne s’était pas interrompue peu après le début de cette phase, on aurait obtenu une coupure beaucoup plus nette entre les deux groupes de tombes. Il n’est qu’à se référer au début de la phase 2, dont les tombes montrent de nombreux objets en commun avec la phase précédente : quelle partition aurait-on proposée si le corpus n’avait pas compris les tombes qu’on a classées à la suite ? Il faut imaginer que les tombes de la phase 3 sont, de la même façon, encore très liées à la phase précédente par des formes typologiques pas nécessairement décisives ; par contre, les formes nouvelles sont importantes en quantité et en qualité, et les changements suffisamment décisifs pour justifier ce découpage en deux phases distinctes.

1.2.4. Les types qui perdurent

22On peut distinguer parmi les objets représentés dans les trois phases deux grandes catégories :

  • des “petits objets” dont la fonctionnalité interdit une durée de vie trop brève et ne laisse pas place à des variations stylistiques trop importantes ; les fusaïoles biconiques Ν1 pour lesquelles on notera un progressif remplacement par le type à profil dissymétrique N2 ; les anneaux moyens ou grands P431 et P422 ; les saltaleone S3 ;
  • des vases dont la morphologie simple – peut-être aussi la fonctionnalité – explique leur pérennité; il n’est pas surprenant de trouver dans ce cas différentes variantes des écuelles à anse horizontale H11113, H11115, H11116 et H11118, et les coupes à anses H3102 dont la forme est simple et le type abondant ; les cruches biconiques à anse à la lèvre B122522 sont des vases sans particularité morphologique, stylistique ni décorative, ce qui explique leur présence constante dans les deux premiers groupes.

23D’autres objets à la pérennité notable ont été conservés dans la matrice car ils n’en perturbaient pas l’organisation. Ils seront étudiés avec la composition de chaque phase. Auparavant, il faut chercher à valider le découpage proposé ici par des moyens externes : on envisagera donc cette vérification sur une partie du corpus étudié par K. Kilian.

1.3. Les données anciennes sur S. Antonio

24On a déjà insisté sur un piège que pouvaient receler les sériations, en particulier celui qui consiste à créer des partitions interprétées comme chronologiques mais qui sont en fait sexuelles. Le danger inverse existe aussi. Le travail de K. Kilian sur la nécropole du nord-ouest en est une claire illustration.

25Dans son article publié en 1962, K. Kilian publie deux matrices, la première des tombes à armes – les tombes d’hommes – la seconde des tombes sans armes – les tombes de femmes. Le corpus étudié est constitué des tombes fouillées entre 1957 et 1959 dans les secteurs S. Antonio et S. Nicola. Le nombre total de mobiliers pris en considération dans ces matrices est de 206 tombes soit, à quatre tombes près, l’ensemble des mobiliers alors connus pour cette nécropole. Les tombes sont réparties comme suit : 159 tombes dans la matrice des sépultures sans armes et 47 dans la matrice des tombes à armes.

  • 16 La reconnaissance était facilitée par la documentation constituée par les photos et les descriptio (...)

26La brièveté de l’article ne permit pas à son auteur de publier la description des mobiliers ni le détail de la typologie. Pour pallier cette lacune, la matrice ne porte pas de sigles typologiques mais des petites représentations des objets, ce qui en facilite considérablement la reconnaissance même si des doutes subsistent parfois quant à l’identification précise des types16.

1.3.1. Les tombes à armes ou tombes « masculines »

  • 17 Pl. 98 et 99 pour la correspondance avec les types de K. Kilian.

27On s’est dans un premier temps tourné vers la matrice des tombes à armes, la plus petite donc la plus facile à manipuler. Tous les objets qui ne sont présents qu’une fois ont été exclus car ils sont inutiles dans l’opération de sériation. La matrice obtenue est plus lisible car plus réduite. Sur les 106 types représentés sur la matrice originale, seuls 66 sont ainsi conservés17.

  • 18 Qu’il me soit permis de remercier C. Chataîgnier a qui je dois, en plus du passage et du traitemen (...)

28La réorganisation de la matrice a été effectuée d’après les résultats d’une analyse factorielle des correspondances et d’une classification ascendante hiérarchique18 d’une part, et une réorganisation basée sur la méthode des “moyennes réciproques” d’autre part. Il suffisait de pratiquer un certain nombre de manipulations pour obtenir une matrice sériée dont la diagonale était lissée.

  • 19 Il y a une logique précise derrière cette constatation : le classement intuitif des tombes en deux (...)

29A première vue, les résultats obtenus ne diffèrent pas de ceux proposés par K. Kilian19. Deux grandes phases sont en effet aisément déterminables qui correspondent assez précisément à celles reconnues précédemment : quelques tombes ont changé d’attribution de phase, mais il s’agit de tombes de transition (comme SA009) situées à la charnière des deux phases. Un certain nombre de constatations s’imposent néanmoins.

30Le découpage en sous-phases de la première phase tel qu’on le propose sur la matrice réorganisée est purement indicatif : il est plausible en fonction de ce qu’on connaît des mobiliers et des résultats de notre sériation, mais devrait être confirmé par un examen du matériel.

31La phase suivante se révèle plus intéressante : en effet, comme on le verra plus loin, deux sous-phases peuvent être distinguées dans la phase 2 telle qu’elle a été définie sur notre corpus. La seconde sous-phase se caractérise en particulier par deux types de tasses à anse en ruban en une partie (F121 et F122), tandis que les tasses de la première sous-phase sont héritées de la phase précédente, avec une tendance à la panse carénée et un décor très typique de fines incisions organisées en registres (F2312 et F241). Dans le corpus pris en compte par K. Kilian, les tasses de la première catégorie ne sont représentées que par un exemplaire, celui de la tombe SA125. Cette tombe renferme également un très long talon de hampe, sans doute interprété comme celui d’une hampe de lance car aucune autre “arme” n’est présente ; on peut proposer, au regard des petits bronzes qui accompagne le mobilier céramique (anneaux, spirales du type S2 et fibule à arc uniformément épaissi) que la tombe n’est pas celle d’un homme mais celle d’une femme. Si cette attribution se révélait juste, il faudrait reconnaître que les tombes à armes présentées dans cette matrice ne sont pas postérieures à un moment datable de la première sous-phase de la seconde phase, c’est-à-dire à une sous-phase IIA. Dans cette hypothèse, quelques tombes poseraient des problèmes de classement : comment pourrait-on expliquer que des tombes soient néanmoins datées de la phase IIC de K. Kilian ou de notre phase 3, ce qui créerait ainsi un hiatus entre ces dernières et les tombes datées de IIA ? La réponse est simple.

32La tombe SA011 est en fait constituée de deux sépultures différentes, comme J. de La Genière et K. Kilian l’ont déjà reconnu : une première pourrait être datée du milieu ou de la fin de la première phase par la présence d’un rasoir à lame large trapézoïdale et d’une fibule à arc serpentant et pied à disque plein ; une seconde serait composée de la tasse à anse scudata et de la jarre ovale, mobilier caractéristique des tombes de notre phase 3 ou de la phase IIC de K. Kilian. Il reste un certain nombre d’objets qui diffèrent selon qu’on considère la composition proposée dans la matrice ou celle proposée sur la photo que nous a communiquée J. de La Genière. Quoi qu’il en soit, la tombe la plus récente, dont l’attribution à la phase 3 ne pose pas problème, ne possède aucune arme puisque les seuls indices masculins sont des éléments appartenant à la tombe la plus ancienne.

  • 20 Sur cet aspect, voir le développement au § 3.3.

33La tombe SA040 contient elle aussi une tasse à anse scudata et une jarre ovale. Toutefois, plusieurs éléments font penser qu’il s’agit à nouveau de deux sépultures : le mobilier céramique comprend une tasse (type F241) caractéristique des mobiliers du début de la seconde phase, comme la jarre globulaire qui l’accompagne ; la cruche biconique ne présente aucun des aspects qu’on trouve sur les cruches de la phase 320 ; la fibule “sicilienne” à arc à section ronde est un type ancien, ce qui n’exclut pas sa présence dans un mobilier plus récent. Il n’existe aucune certitude, seulement de fortes présomptions, que la tombe soit constituée de deux mobiliers distincts : auquel cas, seule la plus ancienne serait une tombe d’homme.

34Il en est sans doute de même pour les deux autres tombes qui posent problème : le mélange est évident pour la tombe SA118 puisque, à côté d’une pointe de lance, elle contient une fusaïole, des fibules à arc uniformément épaissi et une autre a sanguisuga, ainsi qu’une paire de bracelets en spirales aux deux extrémités ondulées, objets qu’on attend davantage dans une tombe féminine. Enfin la tombe SA105 montre un mobilier composé d’objets clairement datés de notre phase 3 (IIC de K. Kilian) : tasse à anse scudata, jarre ovale, cruche à panse globulaire ; une autre tasse décorée d’incisions en registres doit être plus ancienne ; mais surtout, la présence de la fusaïole à côté d’un talon de hampe permet de penser que le talon n’est pas celui d’une lance. La tombe SA105 devrait donc être une tombe de femme.

35Si ces constatations sont exactes, elles amènent à en formuler une autre : il n’existe pas de tombe à armes datée d’un moment postérieur au début de la phase 2, soit, comme on le verra plus loin, à un moment parallèle à la phase IIA des nécropoles villanoviennes. Les tombes qui sont classées à la suite dans la matrice publiée par K. Kilian sont soit des tombes de femme soit des tombes plus anciennes mélangées à d’autres plus récentes, ces dernières étant également des tombes de femme. Une question s’impose : que sont devenues les tombes masculines de la fin de la seconde phase et de la troisième phase puisque tout le corpus disponible au moment de la recherche a été étudié par K. Kilian ? Une réponse vient naturellement : les tombes masculines sont classées dans l’autre matrice, celle des tombes féminines. C’est le problème qu’il convient d’envisager à présent.

1.3.2. Les tombes sans armes ou tombes “féminines”

36La matrice des tombes sans armes est un imposant tableau de 157 lignes (les tombes) sur 133 colonnes (les types). Avant d’entreprendre la réorganisation de la matrice, on a de nouveau eu recours à une série d’analyses factorielles des correspondances et de classification ascendante hiérarchique.

  • 21 Kilian 1970, taf. 257, II, 1a.
  • 22 Ce terme signifie que ces individus, en l’occurrence des types, ne sont pas pris en compte au mome (...)
  • 23 Voir la table des correspondances entre l’ordre des objets dans la matrice de K. Kilian et cette n (...)

37La première analyse des correspondances n’a abouti à aucun résultat probant : trois tombes au mobilier particulier (des types représentés par un seul objet tel ce vase cinéraire de la tombe SN020)21 créent des oppositions qui n’ont pas de pertinence archéologique. La seconde analyse a porté sur un corpus réduit, où ces objets inhabituels ont été placés en “individus supplémentaires”22. Les représentations obtenues sont beaucoup plus significatives, tant sur les axes 1 et 2 que sur les axes 1 et 3. Deux autres analyses ont été effectuées, à l’occasion desquelles des tombes puis d’autres objets ont été placés en “individus supplémentaires”. Au total, à la quatrième analyse, les tombes SA019, SA021, SA033, SA053, SA120, SA128, SN020 étaient exclues : elles contiennent soit un unique vase cinéraire, parfois de forme originale, soit un mobilier à la composition bizarre. De même, sept types ont été placés en “individus supplémentaires” : 9P, 41P, 46P, 50P, 18F, 19C et 21C23.

38Le plan factoriel constitué par les axes 1 et 2 (pl. 94) montre une répartition des types et des tombes très originale : la forme du nuage de points est un triangle dont la hauteur principale est constituée par l’axe 1 (axe des abscisses). On sait, à l’usage, que cet axe 1 exprime en général le temps. De fait, les tombes qu’on peut supposer les plus anciennes sont situées dans les valeurs positives des abscisses (groupe A) ; au contraire, le nuage des tombes les plus récentes est étiré verticalement du côté des valeurs négatives. Les tombes les plus récentes sont – pour une raison et sur des critères à déterminer – assez hétérogènes. Deux groupes peuvent être reconnus (B et C). Le tableau des contributions au facteur permet de déterminer quelles sont les tombes responsables de cette situation : les contributions quatre fois supérieures à la moyenne indiquent d’un côté les tombes SA076 et SN040, de l’autre les tombes SA007, SA056, SA068, SA119, SA122 et SN010. Le même graphique représentant cette fois les types précise cette lecture (pl. 95) : sur l’axe 1, on trouve d’un côté les objets les plus anciens, par exemple les fibules à pied à disque en spirale, les objets plus récents de l’autre, comme les tasses à anse scudata (17T) et les fibules à arc revêtu (22F). Sur l’axe 2 par contre, il est clair que les objets les plus récents se répartissent en deux groupes qui forment les deux autres pointes du triangle : du côté des valeurs positives de l’axe des ordonnées sont groupées des fibules (types 20F à 25F) – fibule à arc uniformément épaissi, fibule à arc revêtu, fibule a sanguisuga – tandis que dans les valeurs négatives les fibules sont presque totalement absentes et les types représentés, surtout des tasses et d’autres formes céramiques. Si l’on retourne aux tombes, on peut proposer que le groupe Β et le groupe C sont respectivement caractérisés par l’absence et la présence de fibules. Il serait tentant de penser qu’on vient ainsi de retrouver les tombes masculines de la fin de la phase II (notre phase 2) et de la phase IIC (notre phase 3) ; pour cela, il serait nécessaire de s’assurer dans un premier temps que ces deux groupes, au-delà d’une différence de composition de mobilier, ne sont pas chronologiquement distincts et, dans un second temps, que les deux groupes s’identifient bien à des groupes sexuels. Or, les choses ne sont pas si simples.

  • 24 Djindjian 1985a, 2021 ; 1991, 182, fig. 9.7.
  • 25 Volle 1985, 157.

39Le plan factoriel des axes 1 et 3 permet de vérifier que les deux groupes sont bien contemporains. Le nuage de points a pris une forme caractéristique de parabole (pl. 96 et 97). Cette parabole est la manifestation d’un “effet Guttman” qui traduit, en termes de modèle sériel, une évolution linéaire24 : pour les statisticiens, c’est l’équivalent d’un tableau à “diagonale chargée”25, ce que les archéologues ont coutume d’appeler une “matrice diagonalisée”. En clair, la parabole montre une succession des tombes et des types dans le temps. De fait, le groupe A occupe une extrémité, à droite sur l’axe des abscisses, de la parabole, tandis que les tombes des groupes Β et C se trouvent mêlées dans la seconde moitié de la parabole : la signification de cette disposition est que les deux groupes Β et C sont bien contemporains. La classification ascendante hiérarchique permet de mieux cerner les tombes les plus typiques de ces deux groupes. On peut donc classer dans le groupe Β les tombes SA023, SA034, SA058, SA076 et SN040, SN043, SN079 ; dans le groupe C les tombes SA007, SA012, SA027, SA056, SA068, SA077, SA103, SA109, SA119 et SN010, SN025, SN076.

40De ces constatations découlent deux remarques :

  • la partition que les groupes Β et C expriment est due à un phénomène autre que chronologique ;
  • ces deux groupes se caractérisent respectivement par la présence et l’absence de fibules, ce qui peut manifester des différences sexuelles, d’âge, de richesse... ;

41Au total, se pourrait-il que les tombes du groupe Β soient les tombes masculines de la fin de la phase 2 et de la phase 3 ? Cela n’est malheureusement pas le cas. Si l’on se reporte à la matrice proposée par K. Kilian, les deux groupes correspondent à des sous-phases distinguées par l’archéologue. Dans sa phase II, toutes les tombes qui contiennent des fibules appartiennent aux sous-phases IIB et IIC. Presque sans exception, les tombes de notre groupe C se recrutent dans ces deux sous-phases, tandis que les tombes sans fibule appartiennent à la phase IIA. La situation est claire pour les huit tombes mises en valeur par l’analyse des correspondances. Pour les groupes complétés à partir de la classification ascendante hiérarchique, certaines tombes proviennent de l’autre sous-phase. Il s’agit, pour le groupe B, de la tombe SA023, datée IIC par K. Kilian alors que la seule chose qui la distingue des mobiliers de sa phase IIA est la présence d’un type de cruche original (54P) dont c’est le seul exemplaire pour toute la nécropole : la sépulture ne fait pas partie des tombes à fibules et sa présence dans notre groupe Β est totalement justifiée. Pour le groupe C, deux mobiliers, tous deux datés IIA par K. Kilian, sont concernés : le premier est la tombe SA012, dont le rattachement au groupe C est dû à la présence d’un probable bracelet à spirale (5B) ; le second est la tombe SA027 dont la présence dans le groupe C s’explique par un type de coupe (9C) dont la plupart des exemplaires appartiennent aux mobiliers significatifs du groupe.

  • 26 Kilian 1962a, 91.
  • 27 Il semble d’ailleurs que, dans ses travaux ultérieurs, l’archéologue allemand ne retienne plus ce (...)

42Ainsi, une conclusion s’impose. Bien que les deux groupes Β et C aient une signification chronologique dans le travail de K. Kilian, cela ne correspond pas à la réalité. En fait, c’est la définition même des sous-phases de l’archéologue allemand qui est en cause. On peut être grossièrement d’accord avec la sous-phase IIC, pour l’essentiel définie par la présence de tasses à anse scudata (types 17T et 18T). Par contre, la sous-phase IIB est basée sur un seul type de tasse (16T) illustrée dans l’article en question à la figure 4, n° 1026 : il s’agit des tasses portant une décoration de fines incisions organisées en registres, qui ont été regroupées dans notre corpus sous les types F2312 et F2411 et qui sont datées du début de la phase 227. De ce fait, la sous-phase IIA de Kilian est une phase fourre-tout où tous les mobiliers qui n’entraient pas dans les sous-phases IIB et IIC ont été regroupés. A quelques exceptions près cependant : il est ainsi curieux de trouver les deux mobiliers SN010 et SA068 de part et d’autre de la séparation entre les sous-phases IIA et IIB alors qu’elles ont trois objets en commun, dont une fibule, ce qui explique leur présence dans notre groupe C. Nos groupes Β et C n’ont donc pas de signification chronologique. Pour autant, il n’est pas possible de les identifier à des groupes sexuels. Les tombes masculines de la fin de la phase II demeurent introuvables. Nous verrons au chapitre suivant que cette difficulté à reconnaître le genre des défunts est une constante à Sala Consilina à partir du début de la phase 2.

1.3.3. Conclusions

43La prise en compte des données anciennes sur la nécropole du nord-ouest a permis d’obtenir trois types de résultats :

  • un résultat chronologique d’abord ; le découpage en trois grandes phases que l’on a proposé se trouve confirmé par celui qu’on peut effectuer sur les mobiliers provenant des fouilles des années cinquante; il correspond dans ses grandes lignes au découpage proposé par K. Kilian et J. de La Genière, même si les aménagements internes sont très critiquables ;
  • un résultat dans le domaine de l’idéologie funéraire ensuite ; il est apparu que les tombes ne contiennent plus d’armes à partir de la seconde sous-phase de la deuxième phase ; à la même époque, disparaissent de nombreux marqueurs sexuels ; nous aurons l’occasion de revenir sur ces résultats ;
  • deux résultats méthodologiques enfin ; d’une part, la partition a priori des mobiliers en tombes masculines et tombes féminines, lorsqu’elle est fondée sur la composition de ces mobiliers ou la présence d’une catégorie d’objets particuliers, expose l’archéologue à ne pas percevoir les changements intervenant dans la sphère de l’idéologie funéraire28 ; c’est la raison pour laquelle notre sériation porte sur des tombes masculines et des tombes féminines mêlées ; d’autre part, l’efficacité de l’analyse des correspondances a été montrée ; aucune autre méthode n’offre en effet la possibilité de reconnaître des partitions et les moyens de les interpréter immédiatement.

44Une fois ces constatations énoncées à propos des sériations proposées par le passé, il est possible de retourner à la sériation que nous avons proposée afin de préciser les découpages ultérieurs qu’il est possible d’effectuer.

2. Les débuts de la première occupation de Sala Consilina

45Nous avons déjà insisté sur l’hétérogénéité patente de la documentation à notre disposition. Dans la mise en évidence de sous-phases, cela doit se manifester par l’adoption de procédures différentes adaptables à chaque phase. On envisagera successivement les différentes phases.

2.1. La phase 1

46Il est difficile de proposer des découpages ultérieurs à l’intérieur de la première phase en se basant uniquement sur la matrice. Cette phase regroupe en effet les tombes dont les mobiliers sont les plus incomplets, ce qui interdit une lecture fine de la chronologie et de la succession des types. Cependant, comme on l’a précisé plus haut, la première phase est constituée de mobiliers dont les objets de bronze indiquent un arc de temps large, et ce que l’on sait des autres mobiliers de Sala Consilina à travers les publications précédentes incite à effectuer des regroupements de tombes qui aient une signification chronologique : on présentera donc ces mobiliers en fonction de trois moments : initial, central, final. Par ailleurs, la chronologie de ces objets (essentiellement les fibules) est, à l’échelle de la péninsule italienne, assez clairement établie. En s’appuyant sur ces objets typiques, on pourra avancer un certain nombre de propositions préliminaires quant à la contemporanéité avec des horizons reconnus par ailleurs : ces corrélations chronologiques seront néanmoins détaillées dans la partie suivante.

2.1.1. Moments initial et central de la première phase

47Dans les moments initial et central de la première phase, on ne peut regrouper qu’un peu moins d’une douzaine de tombes. Les fibules sont rares : on trouve en particulier deux variantes de la fibule “sicilienne”, à arc à section ronde sans décor ou à décor couvrant et à section polygonale, ce qui mettrait ce groupe de tombes en parallèle avec l’horizon IB habituellement reconnu dans les mobiliers villanoviens, c’est-à-dire la seconde moitié du IXe siècle. Les deux types de fibules à arc simple et section rectangulaire (K312a et b) confirmeraient une datation contemporaine de la phase IB de Pontecagnano. A en juger cependant par la présence de la fibule à arc serpentant à coude et pied à disque a fettuccia (type Kl 111), dont la datation remonte au plus tard à la première moitié du IXe siècle, la tombe 257P pourrait être contemporaine d’un horizon IA : elle contient toutefois un vase globulaire à une anse proche de certains exemplaires de Pontecagnano qui ne sont point antérieurs au début de la phase IB. La tombe 178B, bien qu’extrapolée à partir d’objets provenant du remplissage d’une tombe plus récente, pourrait elle aussi être contemporaine d’un horizon IA si l’on pouvait confirmer que la fibule est bien de la variante à pied à disque à spirale : l’urne et le fond du vase conservés portent un décor de triangles pendants remplis d’incisions au peigne souligné par une ligne brisée incisée au peigne, décoration qui se trouve sur les exemplaires les plus anciens connus par ailleurs à Sala Consilina. Pour finir avec les bronzes significatifs, on notera que le rasoir trapézoïdal de la tombe 025P est d’un type daté de la première moitié du IXe siècle, voire un peu au-delà du milieu du siècle.

48Les cruches sont pour la plupart du type à anse à l’épaule (B220, B221, B231). Les deux premières sont proches des types 8B1-8B2 et 8B1a de Pontecagnano, caractéristiques de la phase IB, voire déjà de la phase IA pour le type 8B1a. Certaines ont également une anse à la lèvre comme ces exemplaires à panse globulaire B111 ou à profil continu B1211. Les tasses peuvent être plutôt “moyennes”, à anse en une ou deux parties, comme le type F232 à fond concave que nous avons rapproché de la tasse moyenne à fond ombiliqué de Pontecagnano. D’autres sont “plates” (type F112, proche de la forme 12C1 de Pontecagnano – tasse plate à fond ombiliqué – dont l’apparition marque le passage à la phase IB). Les tasses indiquent donc un moment contemporain de la phase IB de Pontecagnano. On peut noter l’apparition d’une forme assez rare à Sala Consilina, celle du seau (type B3). Enfin, un couvercle d’urne est un casque à cimier haut (G31).

49Au total, ces moments initial et central de la première phase semblent globalement contemporains d’un horizon IB défini par ailleurs, même si certaines tombes pourraient encore être mises en parallèle avec la fin de l’horizon précédent IA : nous y reviendrons à la fin de cette partie.

2.1.2. Moment final de la première phase

50Le moment final de cette phase est caractérisé par l’apparition des fibules à pied allongé sur des exemplaires à arc serpentant trapézoïdal et ardillon mobile en bronze et en fer (K2121 et K2122), ainsi que de la fibule à arc écussonné (K331). La variante K1113d de la fibule “sicilienne”, pour laquelle on retient habituellement une datation à la fin du IXe siècle et au début du VIIIe, est attestée à cette époque. On notera que les rasoirs à lame rectangulaire étroite sont groupés dans ce moment terminal (R2).

51Dans le domaine de la céramique, la forme nouvelle la plus significative est le petit vase biconique qui reprend la forme des vases cinéraires à deux anses horizontales, dans ses variantes décorées et non décorées (B50 et B51). Apparaissent également les coupes à pied tronconique creux, grandes ou moyennes, avec ou sans anse (G20, H311, H312 et H313). Les tasses demeurent proches des types précédemment attestés, c’est-à-dire assez profonds, et perdurent les cruches, à anse à la lèvre ou au col. A côté de tasses encore moyennes déjà presque globulaires comme le type F111, plusieurs types (F21, F221, F2310 et F2311) proches de la tasse plate à pied de Pontecagnano sont également représentés. Il faut enfin noter l’arrivée des vases a tenda. Une première amphore est attestée (A21). Annonçant la forme la plus caractéristique de la phase suivante, les premières jarres, de petite taille et parfois pourvues d’un col verseur, font leur apparition (types D10 et D11). Deux types de cruches semblent apparaître un peu plus tardivement dans ce corpus que dans d’autres contextes : il s’agit des types B230 et B24 qui ont été respectivement rapprochés des types 8A2 et 8A1 de Pontecagnano où ils disparaissent au début de la phase IB.

  • 29 Toms 1986 ; Close-Brooks 1967, 329 ; voir les commentaires de d’Agostino 1989a, 68-69 et dans Pont (...)

52Les fibules indiquent que le moment final de cette première phase pourrait déjà être daté de la fin du IXe au début du VIIIe siècle. Il faut envisager qu’il se place en parallèle avec la fin de la phase IC et le début de la phase IIA de Veio dans le schéma chronologique de J. Toms, ou à cheval sur la fin de la phase IB et une partie de la phase IIA dans le découpage de J. Close-Brooks qui fixe les termes de sa phase IIA entre 800 et 76029, et au total avec le moment final de la phase IB définie à Pontecagnano. Le fait que le premier vase a tenda soit daté de ce moment n’est pas en contradiction avec les résultats des travaux précédents.

53Les moments respectivement qualifiés d’initial et central d’une part, final d’autre part, correspondent d’assez près aux sous-phases ΙΑ-IB et IC définies par K. Kilian. La médiocre qualité de la documentation ainsi que le petit nombre de mobiliers concernés gomment la netteté des coupures entre ce que nous avons appelé jusqu’ici des “moments” : au vu de la corrélation qu’il est possible de proposer avec les mobiliers publiés par ailleurs, on pourra, en fonction de contingences externes, préférer le découpage entre une sous-phase ΙΑ-IB et une autre IC.

2.2. La phase 2

54Avec le début de la phase 2, plusieurs formes nouvelles apparaissent. Toutefois, plusieurs tombes restent encore liées aux traditions de la phase précédente, ce qui se traduit, sur la matrice, par une certaine pérennité de quelques types. La distinction des deux sous-phases de la phase 2 repose sur la constatation qu’il existe un moment de transition entre les deux principales phases : la première sous-phase correspond à cette transition.

2.2.1. Première sous-phase

55La principale nouveauté dans le répertoire des formes céramiques est la jarre, globulaire ou ovale, fabriquée dans un impasto rouge assez épais (D21, D31) exceptionnellement en impasto noir (D32). Quelques exemplaires étaient déjà apparus à la fin de la phase précédente. La forme paraît se spécialiser autour d’une fonction particulière, sans doute la collection de l’eau si l’on en juge d’après son association presque systématique à la tasse. Si c’est le cas, la jarre vient d’une certaine façon remplacer l’amphore : la tombe 004P montre, dans une sépulture ancienne, l’exemple d’un tel vase qui contenait une tasse. Ces tasses s’inscrivent d’ailleurs dans la tradition de la première phase : elles s’ornent cependant d’un décor de fines incisions organisées en registres sur une forme héritée de la tasse plate à pied de la phase précédente (F2312), et leur panse devient parfois carénée (F2410 et F2411). Les cruches restent identiques à celles de la phase précédente; elles peuvent toutefois être montées sur des pieds tronconiques creux (B1122). Apparaissent les premières formes globulaires, en particulier dans les amphores (B41 et B42). Les casques qui servent de couvercle aux vases cinéraires sont à présent du type à cimier collé sur la calotte (G32). On notera enfin que la première cruche a tenda est datée de ce moment.

  • 30 Voir supra la discussion du type.

56Les fibules ne permettent pas de proposer un encadrement chronologique très précis. La fibule “à pont” (type K23), serait caractéristique de cette phase : il ne faut toutefois pas dissimuler que l’attribution à ce type des fragments qu’on possède est très incertaine. La datation du type à la phase II de Pontecagnano permettrait d’envisager cette sous-phase comme parallèle à un horizon IIA dans les chronologies des nécropoles villanoviennes. Les fibules à arc uniformément épaissi à pied symétrique ou bref dans ses deux variantes (K3212), ainsi que celles à épaississement central, apparaissent tardivement dans ce corpus alors qu’on en connaît de rares exemplaires plus anciens30. Les autres fibules offrent une image plus contrastée. Deux types plus anciens sont en effet encore représentés : la fibule en “D” à pied à disque plein (type K22) est en général datée de la seconde moitié du IXe siècle.

2.2.2. Deuxième sous-phase

  • 31 Voir Toms 1986, et supra.

57La tendance, amorcée à la sous-phase précédente, de l’apparition de formes globulaires se précise dans cette seconde sous-phase : c’est le cas de la cruche à fond ombiliqué Β12122 ; la forme caractéristique de cette sous-phase est la tasse plutôt globulaire à anse en ruban en une partie (F122 et F121). Les jarres prennent des proportions plus importantes (Cl et C21 et C22) tandis qu’est attesté un type (D22) dont l’apparition dans le Vallo di Diano est tardive par rapport au site de l’Agro Picentino. Les cruches montrent certaines influences morphologiques des cruches a tenda, en particulier l’anse en arceau à peine surmontante (B1221 et B12240). L’anse est systématiquement fixée à la lèvre. Le décor modelé de côtes ondulées est fréquent sur les cruches (B12242). Apparaît enfin le type de cruche à bas de panse convexe continu (B 12251). Les grandes écuelles deviennent plus nombreuses (G120, G122, et G1121) et quelques exemplaires a tenda sont attestés (G123). Le pied des écuelles devient plus haut (H 114). Très curieusement, une forme très simple comme la coupe, sans anse ni pied H300, n’est pas représentée avant cette sous-phase. De cette période, datent aussi les deux vases décorés de lamelles métalliques qui trouvent de nombreux points de comparaison avec des mobiliers de Veio datés des phases IIB et IIC31. Enfin, la mode d’une anse bifide est sensible dans plusieurs catégories formelles, en particulier sur les cruches (B1223) et certaines amphores (A22).

  • 32 Peroni 1979a.
  • 33 Kilian 1970, 147-148.

58Dans la catégorie des fibules, on assiste à l’introduction de deux variantes de fibules a sanguisuga (K341a et c). La datation de ces types est importante pour un encadrement chronologique de cette sous-phase : la variante de la fibule a sanguisuga à décor dorsal et pied symétrique est datée de la fin de l’horizon Tarquinia IIA – soit la première moitié du VIIIe siècle – mais elle perdure au début de l’horizon IIB – seconde moitié du VIIIe siècle – avant que ne s’impose la fibule à pied allongé32. La fibule à arc tors K313 présente une datation originale par rapport à celle habituellement admise pour le type : elle n’est toutefois pas en contradiction avec les conclusions chronologiques de K. Kilian qui souligne que les exemplaires de Sala Consilina sont tous datés de la seconde phase33. La fibule à arc serpentant écussonné en fer (Kl12) ne nous apporte aucun point d’ancrage chronologique car le type n’est qu’exceptionnellement connu en dehors du Vallo di Diano. Plus intéressant d’un point de vue chronologique, le seul exemplaire du type Kl3 est daté de cette sous-phase alors qu’il est attesté dès la sous-phase IIA à Pontecagnano. Enfin, la grande fibule “sicilienne” K1113e retenue comme la plus récente des variantes de ce type est représentée dans la tombe 21 0P.

59Ces éléments permettent de proposer un parallèle assez étroit entre cette seconde sous-phase et l’horizon IIB reconnu dans les nécropoles italiennes : il s’agirait donc de la seconde moitié du VIIIe siècle, sans que le terme en soit encore précisé. La suite du développement permettra de mieux cerner l’articulation entre cette sous-phase et la phase suivante et de proposer des critères de datation plus fins.

2.3. Encadrement chrono-culturel des deux premières phases

2.3.1. Corrélations avec les autres séries chronologiques

  • 34 Pontecagnano II. 1, 110.

60La recherche des corrélations avec d’autres séries chronologiques est un exercice sans conteste utile : il n’est pas dépourvu d’un certain risque. Le principal danger est celui de la circularité du raisonnement. Comme le soulignaient les éditeurs de la nécropole de Pontecagnano, les sériations dont on dispose pour les autres nécropoles du Premier Age du fer d’Italie sont extrêmement rares : les auteurs mentionnaient aux premières places Veio et l« importante caposaldo [...] costituito dai volumi dedicati dal Kilian alla necropoli di Sala Consilina »34. Mettre en évidence des corrélations avec la sériation proposée pour la nécropole de Pontecagnano peut nous amener indirectement à la contradiction d’utiliser certains résultats des travaux sur Sala Consilina que nous pourrions avoir critiqués auparavant.

  • 35 Voir par exemple les horizons définis par R. Peroni (1979a et 1989b).
  • 36 Ce ne sont pas non plus des termes interchangeables : lorsque certains auteurs désignent les horiz (...)
  • 37 De ce point de vue, la manière de R. Peroni de distribuer quelques mobiliers, pris dans chaque néc (...)
  • 38 Pontecagnano II. 1, 110.
  • 39 Ibidem, 92, n. 206.
  • 40 La fibule de la tombe A256 et celle de la tombe M3 portent un décor couvrant ; le doute est permis (...)

61Dans une telle entreprise, une autre difficulté est constituée par la prise en compte différente des phases définies sur une nécropole, des étapes reconnues sur plusieurs nécropoles et des horizons déterminés à partir d’associations récurrentes de types essentiellement métalliques35. Il importe d’avoir présent à l’esprit, d’une part que phase, étape et horizon ne sont pas des concepts interchangeables, d’autre part que la pertinence des résultats est directement fonction des catégories retenues à l’intérieur du découpage chronologique36 : la partie suivante nous fournira l’occasion de montrer que la phase 3 définie sur le présent corpus correspond encore, du point de vue des objets en bronze rencontrés, à un horizon IIB, alors que, quant à la céramique, on est déjà en présence d’un vrai Orientalisant ancien37. S’il est sûr que le matériel de bronze permet plus que tout autre de déterminer d’« ampi sincronismi »38, il n’en est pas moins exact que la seule prise en compte d’horizons plutôt que d’étapes amène à des incongruités comme celle annoncée précédemment ou celle soulignée par les éditeurs de Pontecagnano : dans ce dernier site, l’absence de la fibule a sanguisuga à décor couvrant amène les auteurs à envisager que la phase IIA de Tarquinia est parallèle à une phase IB avancée dans le site de l’Agro Picentino, et que la phase IIA de ce dernier site correspond à un moment final de cette phase dans le site d’Etrurie ; les auteurs précisent toutefois, avec quelque malice, que « non si puô neppure escludere che in un momento iniziale del periodo IIA vi siano state due tradizioni artigianali diverse » soit celle de la fibule à arc épaissi au centre dans les sites de Campanie et celle de la fibule a sanguisuga à décor couvrant dans les sites d’Etrurie39. Cette situation est encore plus paradoxale vue depuis le site du Vallo di Diano : les fibules a sanguisuga n’apparaissent pas avant une sous-phase IIB, aussi bien dans les mobiliers étudiés par K. Kilian que dans ceux du présent corpus, et presque aucun exemplaire ne porte un décor couvrant40 ; faudrait-il alors mettre en parallèle la phase IIA finale de Tarquinia, la phase IIA de Pontecagnano et la sous-phase IIB de Sala Consilina ? Nous reviendrons plus loin sur cette question, qui n’est évoquée à cette étape de l’analyse que comme exemple des problèmes méthodologiques rencontrés dans la recherche des corrélations chronologiques.

  • 41 Gastaldi 1979. Sur les problèmes que ce genre de construction pose, voir en dernier lieu Ruby 1993 (...)

62Enfin, il existe des cas où les phases déterminées pour une nécropole correspondent davantage à des horizons : je pense à la sériation proposée pour les nécropoles de la Valle del Sarno, dans laquelle la quasi-totalité des vases a été exclue et où n’ont été conservées que les fibules41. Il est évident que les horizons ainsi créés ne peuvent pas toujours facilement être mis en corrélation avec les phases déterminées à partir de mobiliers funéraires complets. Tournons-nous néanmoins vers ces corrélations.

63Les deux grandes phases que l’on a dégagées à partir des mobiliers du corpus étudié trouvent logiquement une position parallèle avec les deux phases reconnues dans les nécropoles italiennes du Premier Age du fer : globalement donc, les phases 1 et 2 de Sala Consilina correspondent respectivement aux phases I et II du Premier Age du fer italien. Toutefois, le petit nombre d’objets métalliques caractéristiques rend difficile la mise en évidence de corrélations entre les sous-phases et les horizons définis par ailleurs. Mais grâce à la disponibilité des études sur le site de Pontecagnano, il est parfois possible, en utilisant les comparaisons céramiques, de proposer des parallèles encore plus précis entre les sous-phases de Sala Consilina et les phases de cette nécropole.

  • 42 Pontecagnano II. 1, 110.
  • 43 Pour Pontecagnano, il s’agit respectivement des types 8A, 8B1a, 12A et 12B1 (Pontecagnano II. 1, 1 (...)
  • 44 Le rapprochement avec le type 8C1 n’est pas satisfaisant.

64S’il y a une correspondance générique entre la première phase de Sala Consilina et celle du Premier Age du fer italien reconnue par ailleurs, le découpage interne est davantage sujet à des aménagements différents. Les fibules anciennes, voire très anciennes, sont rares à Sala Consilina, et l’incertitude quant à la durée de vie de ces objets ne permet pas d’être affirmatif : le corpus présent est peu significatif à cet égard malgré la présence de la fibule K1111, mais l’examen des mobiliers publiés par K. Kilian montre toutefois que les tombes datées du début de la première phase par la présence de fibules caractéristiques de l’horizon IA sont plus nombreuses. Sur ces bases, on peut reconnaître une contemporanéité entre le début de la première occupation à Sala Consilina et celui de la première phase de Pontecagnano, début qui pourrait intervenir au moment de la transition entre le Protovillanovien et le Villanovien42. Il est également possible de chercher à préciser le patrimoine commun aux deux nécropoles pour cette période. Dans les formes céramiques, on reconnaît la cruche à anse à l’épaule, celle à anse entre l’épaule et le col de petite dimension, les tasses “profondes” et “moyennes” à fond ombiliqué43 ; mais les types des vases cinéraires ne correspondent pas, les écuelles du Vallo di Diano n’ont pas d’anse quadrangulaire et l’askos est inconnu dans ce dernier site ; inversement, une forme très caractéristique de Sala Consilina – la cruche globulaire à col très bref et anse à la lèvre décorée de profondes rainures verticales – ne trouve pas de correspondant dans l’Agro Picentino44. Par ailleurs, plusieurs types de fibules attestés à Pontecagnano sont absents à Sala Consilina (types 32B2, 32B3, 32B9, 32B10, 32B11). Au total, il existe une correspondance assez étroite entre les respectives phases LA de Pontecagnano et de Sala Consilina.

65Il est possible d’être plus bref pour la sous-phase suivante, car un certain nombre de corrélations ont déjà été évoquées dans la partie précédente. Dans le corpus présent, les éléments sont rares qui permettent de proposer d’autres corrélations chronologiques. A Sala Consilina comme dans la plupart des autres nécropoles italiennes, cette sous-phase est caractérisée par la fibule “sicilienne” dans ses variantes les plus anciennes. Les fibules à arc simple et section rectangulaire (K312a et b) sont contemporaines de la phase IB de Pontecagnano (type 32C5).

66Pour la céramique, c’est encore vers Pontecagnano qu’il faut se tourner : on a déjà souligné les rapprochements qu’il est possible d’effectuer entre les cruches à anse à l’épaule (B220, B221, B231) et les types 8B1-8B2 et 8B1a de Pontecagnano, caractéristiques de la phase IB, voire déjà de la phase IA pour le type 8Bla, entre la tasse du type F232 à fond concave et la tasse moyenne à fond ombiliqué de Pontecagnano, entre le type F112 et la forme 12C1 (tasse plate à fond ombiliqué) du même site où son apparition marque le passage à la phase IB.

  • 45 Guidi considère néanmoins que le type est exclusif de la phase IIA (1993, 84).
  • 46 Il me paraît inexact de proposer une corrélation entre la phase IB de Pontecagnano et la seule sou (...)

67On a choisi d’isoler sur le corpus présent le moment final de la première phase qui correspondrait pour certains à une sous-phase IC. Ce moment n’est pas un horizon habituellement reconnu sur d’autres nécropoles italiennes car il ne correspond pas à un changement majeur dans le domaine des fibules de bronze. Pour les nécropoles où une telle phase a été proposée, comme à Veio par J. Toms, les corrélations sont rares avec la séquence de Sala Consilina : on peut toutefois rapprocher les types du vase biconique de petite taille à deux anses horizontales du type de Veio sur pied, daté d’un moment correspondant aux phases ICIIA 45. Les fibules de ce moment sont parfois des types que nous trouvons à une époque avancée de la phase IB de Pontecagnano, telle la variante de la fibule “sicilienne” à décor composite, ou au Préhellénique II de la Valle del Sarno, avec la fibule a sanguisuga et pied à disque provenant de deux mobiliers de Sala Consilina caractérisés par le petit vase biconique. Les types à arc serpentant et pied moyen en bronze et en fer ne fournissent pas de point d’ancrage chronologique précis. C’est par contre l’époque à laquelle apparaissent les types de tasses qu’on a rapprochés de la tasse plate à pied de Pontecagnano (type 12C2) qui marque la transition entre la phase IB et la phase II. Au total, les moments central et final de notre première phase correspondent à la phase IB de Pontecagnano et à la phase Préhellénique I de la Culture des Tombes à Fosse, et sans doute à un moment contemporain de Veio IC-IIA46.

  • 47 Kilian 1970, 318.

68La première sous-phase de la deuxième phase de Sala Consilina est celle qui voit apparaître l’essentiel des fibules à pied symétrique ou bref et à arc épaissi, que cet épaississement soit uniforme ou limité au centre. Bien sûr, on pourra soutenir que ces fibules sont attestées dans des mobiliers plus anciens. Dans le corpus présent, elles ne le sont pas ; quant aux mobiliers publiés par K. Kilian, seules sept tombes de la première phase en posséderaient47 ; en réalité, il faut exclure la tombe A246 au mobilier mélangé (la tasse est d’un type de la sous-phase IIB) et ce sont au total sept fibules (pour six mobiliers) qui peuvent être datées de la première phase. On comprendra donc qu’il n’est pas faux d’avancer que la seconde phase correspond à celle de la diffusion de la fibule à arc épaissi dans le Vallo di Diano. On mesurera aussi combien les interrogations formulées pour d’autres nécropoles à propos d’un horizon de la fibule a sanguisuga à décor couvrant, sont, au regard de la diffusion des fibules dans le site du Vallo di Diano, insolubles. Cette situation précisée pour les bronzes caractéristiques de la sous-phase, il est possible d’envisager d’autres éléments qui permettent de proposer des corrélations chronologiques avec des nécropoles différentes : pour les mêmes raisons qu’avec les sous-phases précédentes, c’est essentiellement la nécropole de Pontecagnano qui sert de point de repère.

  • 48 Par exemple les tombes 149 ou 2145.

69Cependant les choses sont encore plus compliquées, essentiellement parce que nous en sommes encore au stade d’une définition provisoire de la phase IIB dans la nécropole de Pontecagnano. De ce fait, il n’est pas possible de savoir si l’apparition – pas avant la sous-phase IIB à Sala Consilina – de caractères mentionnés pour l’ensemble de la phase II de Pontecagnano correspond ou non à un certain retard du centre du Vallo di Diano par rapport à celui de la plaine du Sele. Ainsi, la forme globulaire qui est une tendance perceptible à Pontecagnano dans la plupart des catégories céramiques est également visible, mais d’une manière beaucoup moins systématique, dans le patrimoine céramique de Sala Consilina. Les jarres, en particulier, sont globulaires ou ovoïdes, et l’on trouve des caractéristiques similaires sur certaines amphores et cruches. Mais comme à Pontecagnano, à ce moment initial de la deuxième phase, de nombreux types vasculaires de Sala Consilina demeurent des évolutions de l’époque précédente. La tasse caractéristique de cette sous-phase est en effet le type F2312 qui correspond à la variante 12C2a2 de Pontecagnano où elle est toutefois attestée dès la fin de la phase IB48.

  • 49 Pontecagnano II. 1, 109.
  • 50 Pontecagnano II. 2, 41.
  • 51 Ibidem, 42.

70On l’a dit, la définition de la phase IIB de Pontecagnano est sommaire, et plus négative (disparition des types liés à la première phase) que réellement positive (apparition de certains types comme la cruche globulaire 8D et de la tasse lenticulaire 12E49, voire de formes étrangères50 ) : de ce point de vue, la seconde publication sur Pontecagnano ne clarifie pas grand-chose, sinon qu’à une nuance introduite entre une phase IIA et une phase II avancée (= IIB) semblent se substituer les nuances entre moment initial de la phase IIA, moment avancé de la phase IIA (= “periodo IIA pieno”) et moment final de la phase II (= IIB)51. Dans le premier cas, la tasse lenticulaire 12E indiquait le début de la phase IIB, dans le second, elle n’est plus que le fossile directeur du “IIA pieno”.

  • 52 Kilian 1970, 122.
  • 53 Tombe 221, Pontecagnano II. 1, 31 et fig. 47, et Pontecagnano II. 2, fig. 130 pour la datation.
  • 54 Pontecagnano II. 1, fig. 48, tombe 227.

71La tasse caractéristique de la sous-phase IIB de Sala Consilina, avec son anse en ruban, est la traduction locale des types globulaires et lenticulaires définis à Pontecagnano. De cette époque date le seul exemplaire de cruche globulaire à fond ombiliqué du présent corpus, alors que cette forme est attestée dès la phase IIA (mais sans doute pas à un moment initial) dans la nécropole de l’Agro Picentino. D’autres types de cruches – que nous avons rapprochés du type 8C2a de Pontecagnano qui apparaît à une époque identique au type précédent – font leur apparition lors de cette sous-phase. Certaines possèdent une anse bifide décorée de petites encoches obliques : les cruches de ce type (B1223) sont beaucoup plus répandues à Sala Consilina que leur faible effectif dans le présent corpus ne le laisserait croire. Il est à noter que le type peut être associé à un type de tasse absent des mobiliers étudiés ici, mais présent en plusieurs exemplaires dans les tombes publiées par K. Kilian : il s’agit du type J4bvarl de l’archéologue allemand52 ; caractérisé par une anse bifide du côté de l’attache sur la lèvre, il est sans aucun doute une imitation d’un type de Capoue (tasse à anse en lyre perforée). Ce type est lui-même attesté par un exemplaire importé à Pontecagnano : le mobilier de Pontecagnano est intéressant, car d’une part il présente lui aussi une association entre cruche à anse bifide et tasse de Capoue, d’autre part il est daté de la phase IIB53 ; l’anse bifide est également attestée sur une tasse plate à pied du type 12C2b54. A Sala Consilina, les plus anciennes imitations de la tasse de Capoue pourraient être datées de la sous-phase IIA mais elles sont surtout représentatives de la sous-phase IIB. Par ailleurs, l’imitation avérée de la tasse de Capoue permet peut-être d’expliquer la mode, relativement répandue dans le site du Vallo di Diano à partir de la sous-phase IIA, de la carène sur les panses des tasses et de quelques autres vases fermés.

  • 55 Ibidem, 21 et 22 fig. C.
  • 56 Par exemple, Veio 1967, 245, fig. 96. Sur la position chronologique, cf. Toms 1986.
  • 57 Baglione et Lucia Brolli 1990, fig. 8, et p. 90-91, la tombe 1.VIII de la nécropole « I Tufi ».
  • 58 Guidi 1980, 56 sq.

72De la même époque datent les deux vases décorés de lamelles métalliques. La tasse du type F1222 est identique à la variante 12E3 définie sur le matériel de Pontecagnano où l’on en compte cinq exemplaires datés de la phase II (A et Β de façon égale)55. On a déjà rappelé la proximité morphologique et décorative avec les petites amphores de Veio datées du milieu du VIIIe siècle56 ainsi que la comparaison la plus précise avec un exemplaire de Narce provenant d’une tombe indirectement datée d’un moment contemporain de la phase Veio IIB-IIC de Toms57. Par ailleurs, le motif du pied de l’écuelle à pied rappelle la métope à spirale typique de Veio58.

  • 59 Type III 12 de Toms (1986, 82).

73Pour les fibules, il faut noter l’apparition à la sous-phase IIB de la fibule à arc serpentant à coude dans sa variante en fer à ardillon bifide non revêtu (K13) : elle est représentée à Pontecagnano dans des mobiliers datés des phases IIA et IIB. Le même phénomène se reproduit, comme on l’a déjà dit, pour la fibule a sanguisuga dont la variante à décor dorsal n’apparaît qu’à la phase IIB alors qu’elle est attestée à la phase IIA dans la nécropole de Pontecagnano. Le type de la fibule “sicilienne” de grande taille à pied allongé (K1113e) permet d’avancer une correspondance avec la phase IIB de Veio59, mais l’exemplaire de Pontecagnano daté de IIA fait penser à un décalage entre les deux.

  • 60 L’étude à laquelle je fais référence est celle de d’Agostino publiée en 1968 ; les tombes d’un « o (...)
  • 61 Pontecagnano II. 2, 43.
  • 62 d’Agostino 1968, 193.

74Il est au total difficile de mettre en parallèle la sous-phase IIB de Sala Consilina et la phase IIB de Pontecagnano à partir de critères objectifs. Cela tient, on l’a dit, à l’étroitesse de la définition de la phase dans la nécropole de l’Agro Picentino et au décalage assez constant qui paraît exister entre les deux sites. Un autre point est à noter : la sous-phase IIB étudiée ici est définie aussi bien par rapport à ce qui la précède (la sous-phase IIA) que par rapport à ce qui la suit (la phase 3 que nous analyserons en détail plus loin). Dans le cas de la nécropole de Pontecagnano, il faut rappeler que l’étude fondamentale de l’Orientalisant ancien, qui a proposé les définitions aujourd’hui encore employées, date d’une époque où les tombes de la phase IIB n’avaient pas été mises au jour 60. Une des difficultés que pose la définition actuelle de la phase IIB de Pontecagnano tient précisément aux rapports non explicités entre ces tombes qui commencent à contenir des formes « che diverranno comuni nel Periodo Orientalizzante »61 et les plus anciennes tombes de l’Orientalisant ancien caractérisées par un mobilier céramique presque entièrement encore d’impasto62.

75Pour les raisons exprimées plus haut, toute corrélation directe entre la sériation de Sala Consilina et celle de la Valle del Sarno est impossible. Avec le site de Veio, la correspondance peut être établie plutôt avec les phases IIB-IIC, en précisant toutefois que les types caractéristiques de Veio IIC semblent absents de Sala Consilina. Quant aux corrélations chronologiques de la sous-phase IIB de Sala Consilina avec l’horizon IIB défini par R. Peroni, la rareté des bronzes et en particulier des fibules et le retard apparent avec lequel ils arrivent dans le Vallo di Diano les rendent très génériques. L’ensemble de ces corrélations permet toutefois de faire des propositions quant à la chronologie absolue des deux premières phases de Sala Consilina.

2.3.2. Éléments de chronologie absolue

  • 63 Peroni 1994, 210-216.

76La chronologie absolue à laquelle on peut se référer ici est la chronologie conventionnelle, et point celle élaborée sur la base des données dendrochronologiques63. Le site de Sala Consilina n’offre aucun élément univoque pouvant contribuer à établir la chronologie absolue des phases du Premier Age du fer, et de ce point de vue également nous dépendons uniquement des systèmes chronologiques proposés par ailleurs, à commencer par la nécropole de Pontecagnano.

77Mais tournons-nous vers le Vallo di Diano. La limite chronologique inférieure pour ces deux premières phases nous sera fournie par la datation de la phase 3, que nous envisagerons dans la partie suivante. On peut donc commencer par la période la plus ancienne, la phase I, et poser la question : cette phase débute-t-elle en même temps, un peu ou nettement après la phase I des nécropoles villanoviennes ?

  • 64 In ultimo d’Agostino 1992b, 55. Pour faire correspondre la coupure ΙΑ/IB de Pontecagnano avec la t (...)
  • 65 En utilisant la céramique a tenda dans les problèmes de datation, ce que nous n’avons pas fait pou (...)
  • 66 Osteria dell’Osa 1992, 536-537.
  • 67 Voir par exemple le bilan récent proposé dans Bartoloni 1989c et 1989a, 97 sq., en particulier 101 (...)

78On a vu que la phase I de Sala Consilina, qu’on accepte ou non la dernière sous-phase, correspond à la même phase dans la nécropole de Pontecagnano. Les plus anciennes fibules des deux nécropoles sont des types qui remontent à la transition entre le Protovillanovien et le Villanovien, et l’on peut adopter la chronologie conventionnelle qui fixe cette transition au passage du Xe au IXe siècle, et la datation de la première sous-phase LA à la première moitié de ce siècle. La limite inférieure de la sous-phase suivante est plus floue. Pour les éditeurs de la nécropole de Pontecagnano, le passage de la phase IB à la phase IIA pourrait être fixé aux années 780-770 av. n.è.64, ce qu’il serait possible de retenir comme date pour la fin de la phase I de Sala Consilina : le fait que l’arrivée de la céramique a tenda sur le site ne soit pour l’essentiel postérieure à cette époque confirme une datation au cours du premier quart du VIIIe siècle65. Mais il demeure impossible de proposer une datation qui ne soit pas arbitraire pour le début de la phase IC : on a précédemment évoqué le vase biconique sur pied de Veio qui pourrait confirmer un parallèle entre Veio IC, mais surtout IIA, et la sous-phase IC de Sala Consilina. Ce schéma, loin d’être particulier aux sites d’Italie méridionale, est également adopté dans ses grandes lignes pour les nécropoles latiales66 et parfois paradoxalement par certains auteurs pour l’ensemble des nécropoles villanoviennes67. Enfin, pour une transition entre les deux sous-phases de la phase II de Sala Consilina, on peut, en fonction de la corrélation chronologique globale soulignée avec la nécropole de Pontecagnano, retenir les dates conventionnelles proposées pour ce dernier site, soit 760-750 : ainsi, en tenant compte du fait que le passage de la première à la seconde sous-phase intervient autour du milieu du siècle et que la fin de cette phase peut être fixée à la fin du troisième quart du VIIIe siècle, on peut proposer une durée d’un quart de siècle pour chaque sous-phase, ce qui correspond de façon assez schématique à une génération.

79Nous disposons à présent d’une grille de corrélations chronologiques qui permet de donner un sens aux rapprochements culturels détaillés lors de l’analyse typologique. Ce sont ces rapprochements culturels pour les deux premières phases de Sala Consilina que nous allons synthétiser à présent.

2.3.3. Position culturelle du patrimoine matériel de Sala Consilina

80La phase 3 de Sala Consilina pose des problèmes particuliers qu’il convient d’aborder de façon autonome. Cela implique qu’à cette étape de l’analyse soit proposé un bilan sur le cadre culturel à propos des deux premières phases de Sala Consilina. On traitera successivement des objets céramiques et des objets de bronze.

a) le matériel céramique

  • 68 Pour la justification des guillemets, voir la partie concernant les tasses dans l’analyse typologi (...)
  • 69 Les rapprochements entre Sala Consilina et Pontecagnano sont rappelés dans Pontecagnano II. 1, 39 (...)

81Comme les analyses précédentes l’ont esquissé, les proximités entre les sites de Pontecagnano et de Sala Consilina sont, sur le plan de la culture matérielle, nombreuses. Pour la céramique, l’essentiel des catégories formelles de base est représenté dans les deux sites, même si certaines évolutions sont perceptibles dès qu’on envisage les problèmes d’un point de vue diachronique. Pour le début du IXe siècle, les cruches à anse à l’épaule ou à la lèvre, les tasses “profondes” puis “moyennes” puis “plates”68, les écuelles grandes et petites sont des éléments communs aux deux sites69. Ces sites partagent également la plupart des formes directement liées à la pratique du rite funéraire crématoire, c’est-à-dire le vase cinéraire biconique doté d’une anse verticale ou de deux anses horizontales, et le couvercle en forme de casque. Des différences se manifestent néanmoins : l’askos est absent du site du Vallo di Diano, de même que l’amphore, mais dans ce dernier cas seulement jusqu’à la fin de la phase I ; inversement, le seau et le petit vase biconique sans usage de cinéraire, qui apparaissent tous deux vers la sous-phase IC à Sala Consilina, sont absents de Pontecagnano.

  • 70 Müller-Karpe 1962, taf. 44 (type 26) ; Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 33-34 ; Ostena dell’Osa 19 (...)
  • 71 Pontecagnano II. 1, 39.

82Cette dernière forme lie plutôt le site du Vallo di Diano à la culture latiale et à la Culture des Tombes à Fosse campanienne et surtout calabraise ; la forme décorée sur pied creux passe d’ailleurs pour typiquement latiale70. Pour le reste, de nombreux “types fondamentaux”71 sont communs avec la culture latiale et la Culture des Tombes à Fosse de Campanie comme avec le site de Pontecagnano : il s’agit, pour la première, de la cruche à anse à l’épaule, pour la seconde, de la cruche à anse à la lèvre, pour les deux de la tasse “profonde” évoluant au cours de la première phase vers la tasse “moyenne”. Vis-à-vis du site de Sala Consilina, les divergences sont identiques puisque askos et amphore sont deux formes communes à ces cultures : lorsqu’elle apparaît dans le Vallo di Diano, l’amphore adopte les traits morphologiques qui soulignent la proximité avec les exemplaires de la Culture des Tombes à Fosse de Campanie et de la culture latiale, soit la panse très haute, cordiforme, sous un col bref, tronconique. Par ailleurs, les différences dans les décors céramiques sont très sensibles : les décors plastiques sont, comme à Pontecagnano, présents sur certains vases, mais il n’en reste pas moins que ce sont la technique décorative de l’incision au peigne et les motifs géométriques qui dominent.

  • 72 Ibidem, 40.

83Du point de vue de la céramique, les rapprochements avec l’Etrurie sont peu nombreux. On peut bien sûr rappeler l’attestation du vase biconique à une anse verticale à Caere. Des formes déjà communes à la culture latiale sont également présentes dans le site d’Etrurie, comme la cruche à anse à l’épaule et la tasse “profonde”. A propos des affinités existant entre Pontecagnano et le site de Caere, les éditeurs du site de l’Agro Picentino évoquaient déjà une convergence commune avec la zone campano-latiale plutôt que des rapports directs entre les deux sites72 : une hypothèse similaire pourrait sans doute être retenue pour les rapports existant entre Sala Consilina et Caere.

84On a parfois insisté sur les parallèles entre Sala Consilina et Tarquinia, en particulier du point de vue de la standardisation marquée des formes de vases cinéraires présents dans les deux sites. Les différences formelles existant entre les vases d’un site et de l’autre ne permettent pas d’expliquer le parallélisme de ce phénomène autrement que comme une convergence supplémentaire. Vase biconique à deux anses horizontales et couvercle-casque sont par ailleurs des formes partagées en Etrurie par Tarquinia et Vulci. La forme du vase cinéraire constitue précisément la principale différence entre le site de Sala Consilina et celui de Capoue.

85Le relatif retard que manifeste la culture matérielle de Sala Consilina par rapport aux principaux phénomènes de modes perceptibles dans les choix morphologiques des classes céramiques trouve une illustration très nette dans la présence exclusive des grandes jarres en impasto rouge à partir de la fin de la première phase.

  • 73 Ibidem, 42.
  • 74 Ibidem.
  • 75 A Tarquinia, les tasses sont à fond plat ou ombiliqué (Müller-Karpe 1959a, taf. 29, Β et 31,3).

86Le retard est encore plus sensible avec la seconde phase lorsque le site de Pontecagnano révèle sur le plan de la culture matérielle « un nuovo e intenso rapport ο con l’ambiente veiente-falisco-capenate »73. On l’a dit, l’apparition de formes globulaires est loin d’être immédiate dans le site du Vallo di Diano. Quoi qu’il en soit, l’évolution des formes de tasses est parallèle avec le passage de la tasse “plate” à pied (au moins sa traduction dans le Vallo di Diano) à la tasse à anse en ruban simple, à panse globulaire et lenticulaire. Cette évolution prend davantage de relief encore si l’on accepte la proposition des éditeurs de Pontecagnano qui suggèrent que la tasse globulaire, absente de la zone étruscolatiale, pourrait être une évolution locale à partir de la forme de l’amphore globulaire74 : il faut toutefois souligner que la tasse globulaire, au moins dans la forme qu’elle présente à Sala Consilina (plus lenticulaire que véritablement globulaire), est proche d’exemplaires en bronze qui pourraient représenter la vraie origine de la forme75.

87C’est à cette époque que le site du Vallo di Diano paraît le plus ouvert aux contacts et aux influences extérieures. En dehors de la céramique a tenda, les importations sont peu nombreuses, mais de même que les vases d’argile fine influencent directement la morphologie des vases d’impasto – en particulier les cruches avec leur anse en arceau si caractéristique – les formes étrangères trouvent parfois un écho inattendu sous le biais d’imitations systématiques comme dans le cas de la tasse de Capoue par exemple. Un dernier type de tasse sera mentionné, celui à anse cornue creuse (F222) dont les rapprochements indiquent une origine de la forme en Etrurie.

88Les deux caractéristiques de la culture matérielle céramique de la deuxième phase – retard relatif et ouverture sur l’extérieur – seront également sensibles à la phase suivante. Nous y reviendrons. Pour l’heure, il convient d’envisager l’encadrement culturel du matériel de bronze.

b) le matériel de bronze

89On est contraint d’être plus bref dans la formulation d’une synthèse à propos de l’encadrement culturel du matériel de bronze : les quantités intéressées sont relativement faibles et il est difficile de faire la part, pour chaque type attesté, de ce qui relève de la proximité culturelle et de ce qui est le résultat d’une importation. On prendra en compte, à cette étape de l’exposé, les mobiliers étudiés par K. Kilian.

90Parmi les objets en bronze, la catégorie la plus représentée et sans doute la plus culturellement significative est celle des fibules. Encore une fois, la situation de Sala Consilina doit être évaluée d’abord à l’aune de celle de Pontecagnano. Dans le Vallo di Diano, la gamme de types de fibules paraît sensiblement moins large que celle qui semble se dessiner dans le site de l’Agro Picentino. Lorsqu’une catégorie est attestée dans les deux sites, très généralement les effectifs sont moins nombreux dans le site que nous étudions.

  • 76 Variante à disque plein de la fibule à lamelles distantes, variantes à disque entaillé, avec ou sa (...)

91Alors qu’elles sont à peu près absentes de notre corpus, les fibules féminines les plus courantes de la première phase sont, comme à Pontecagnano, les types à arc épaissi et pied à disque (types et variantes M2g à M2h de K. Kilian) et les types à arc revêtu de lamelles métalliques, distantes ou décroissantes (types M2i et M6f et variantes de K. Kilian) avec des variantes parfois inconnues dans le site de l’Agro Picentino76 ; l’autre catégorie de fibules dont la matrice culturelle est à rechercher dans la zone tyrrhénienne de l’Etrurie et en Ombrie (les fibules à arc revêtu de perles et pied à disque) semble par contre totalement absente. Un autre type plus spécifique à la région ombrienne est cependant attesté : il s’agit de la fibule à arc à plusieurs boucles et pied à disque (type M4f de K. Kilian). Dans la seconde phase, la fibule “féminine” (nous verrons au chapitre suivant le doute qui existe quant à une connotation purement féminine du type) dominante est le type à arc épaissi et pied symétrique qui est répandu en Italie tant centrale (Latium et Etrurie) que méridionale. Jusqu’à la phase 3, que nous étudierons ensuite, la fibule a sanguisuga, un type lié à la zone centrale d’Italie, demeure rare.

  • 77 Par exemple d’Agostino 1987, 34. Nous reviendrons sur cette question.
  • 78 Un troisième exemplaire est l’objet d’une discussion dans la partie suivante.
  • 79 Gastaldi 1979, 31, type B4 du Préhellénique II ; une hypothèse similaire est avancée à propos de l (...)

92Comme les fibules a sanguisuga, les exemplaires à quatre spirales, ceux à arc écussonné et les fibules “lunettes” sont très probablement des individus importés : par rapport à la fibule a sanguisuga, ces derniers types proviennent cependant d’une zone différente d’Italie, Calabre et sud de la Basilicate pour les deux premiers, Daunie, Basilicate et haute vallée du Sele pour le troisième. Seul ce dernier type est présent à Sala Consilina en nombre consistant (types M5a et M5b de K. Kilian), alors que la fibule à quatre spirales, parfois associée à la céramique a tenda pour définir un groupe humain particulier (les OEnôtres)77, n’est connue qu’en un exemplaire de bronze et un en fer78. La fibule a sanguisuga et pied à disque des tombes A215 et A389 est un type importé de la zone de la Valle del Sarno79. Enfin, les rares exemplaires de la fibule à arc serpentant écussonné orientent vers la Basilicate méridionale ; le type pourrait néanmoins être une élaboration locale.

  • 80 La variante la plus ancienne du type (M4r de K. Kilian), en bronze, n’est attestée qu’en deux exem (...)
  • 81 Pontecagnano II. 1, 80-81.
  • 82 Type désigné comme « fibule à arc serpentant, petit ressort de raccord, ardillon curviligne, racco (...)

93Parmi les types masculins, la fibule à arc serpentant trapézoïdal dans ses variantes anciennes à pied à disque et la fibule à pont (presque exclusivement dans sa variante en fer80) sont représentées en nombre significatif : elles sont toutes deux caractéristiques de la Culture des Tombes à Fosse d’Italie méridionale. Cela pourrait suffire à mettre en évidence un costume masculin plus spécifiquement local, par rapport à un costume féminin davantage lié au milieu centre-italien comme les éditeurs de Pontecagnano le proposent déjà pour le site de l’Agro Picentino81. Les autres types sont présents en effectifs très peu importants et proviennent autant d’Etrurie – fibule en “D” en deux parties (type K22) ou en une seule (type M4e de K. Kilian)82, fibule à arc serpentant, grand ressort de raccord et ardillon courbe (type M4c de K. Kilian) – que d’autres zones d’Italie méridionale, en particulier iapyge, pour la fibule à arc serpentant et pied moyen (types K2121 et K2222).

  • 83 Pontecagnano II. 1, 66.

94Pour terminer avec les éléments de parure, tant vestimentaires que corporels, il faut mentionner les ceinturons féminins, caractéristiques des sites de Pontecagnano et de Sala Consilina mais également présents en Calabre83.

  • 84 Des exemplaires ne sont cependant pas inconnus dans la culture latiale et la Culture des Tombes à (...)
  • 85 Sur les rasoirs de Sala Consilina provenant des fouilles anciennes, voir Bianco Peroni 1979.

95Après les éléments de parure, il convient d’envisager les différents instruments métalliques. Si la catégorie des fuseaux indique une direction unique, celle de l’Etrurie, il faut remarquer que les deux types représentés dans le présent corpus sont propres à Sala Consilina84. L’autre catégorie culturellement marquée est celle des rasoirs. Encore une fois, les effectifs concernés sont assez faibles et assez hétérogènes d’un point de vue chronologique : les exemplaires sont concentrés pour l’essentiel au IXe siècle et leur rareté dans les mobiliers du VIIIe pourrait peut-être s’expliquer par des raisons rituelles. Les types les plus anciens possèdent une lame trapézoïdale large, à double tranchant ; souvent il s’agit de types dont la diffusion est limitée à l’Etrurie, mais d’autres ne sont pas inconnus dans les sites de la Culture des Tombes à Fosse méridionale85. Les rasoirs à lame rectangulaire étroite et double tranchant sont quant à eux caractéristiques de la Culture des Tombes à Fosse méridionale. Selon les critères typologiques de V. Bianco Peroni, un certain nombre d’exemplaires sont regroupés sous l’appellation “type de Sala Consilina” : la production locale de ces produits, si elle était avérée, expliquerait peut-être l’absence totale des rasoirs lunati si caractéristiques des sites villanoviens.

  • 86 Kilian 1974, 70-71. Ce point est d’ailleurs souligné par B. d’Agostino dans Pontecagnano II. 1, 82

96Pour finir, nous devons mentionner les pièces d’armement. Si l’on peut faire l’hypothèse générale d’une origine méridionale (calabraise) pour les armes de fer et en particulier pour les épées, des rapprochements plus précis ont été proposés pour des pièces de bronze. Ainsi, les fourreaux d’épée de Sala Consilina font partie du type “Torre Galli”, mais K. Kilian lui-même a insisté sur le fait que les exemplaires de Sala Consilina comme ceux de Pontecagnano appartiennent à une variante b guère caractéristique du site calabrais86. On n’omettra pas enfin de signaler le casque de bronze proche d’un exemplaire de Tarquinia, découvert à la fin du siècle dernier ou au début de celui-ci.

c) Conclusion

97Au total, cette synthèse sur les caractères culturels dominants des objets présents à Sala Consilina met en évidence des affinités très grandes entre le site du Vallo di Diano et Pontecagnano. Ces affinités ne se manifestent pas seulement par la cooccurrence de certains types mais surtout par des évolutions, parallèles le plus souvent, mais légèrement décalées dans le temps. C’est, entre autres, ce décalage qui permet de soupçonner qu’il ne s’agit pas d’une simple “convergence” mais bien de phénomènes de mode qui se transmettent d’un groupe humain à l’autre. Au-delà de Pontecagnano, les rapports avec l’Italie centrale, en particulier l’Etrurie méridionale, sont évidents et la comparaison des sites villanoviens méridionaux permet d’exclure que Pontecagnano soit l’intermédiaire obligé entre Sala Consilina et cette région d’Italie. D’un autre côté, l’immersion dans un milieu culturel différent – celui de la Culture des Tombes à Fosse – est sensible, mais à des degrés divers : dans les deux sites, des formes dont la matrice culturelle est sans doute à rechercher dans ces autres cultures sont attestées, mais il ne s’agit pas toujours des mêmes formes. Avec l’Etrurie, l’essentiel des convergences provient, outre les formes vasculaires directement liées à la pratique du rite funéraire crématoire, des éléments de parure vestimentaire féminins et de certains autres masculins. Des éléments méridionaux venant de Basilicate et de Calabre sont attestés, sans jamais, toutefois, qu’on puisse évoquer ces présences autrement que comme le résultat d’importations; le cas de la céramique a tenda est un peu à part et sera détaillé plus loin. Surtout, la culture matérielle de Sala Consilina montre, tout au long des deux phases du Premier Age du fer, des originalités qui évoquent des traditions artisanales fortes et autonomes, même si elles sont ouvertes aux courants d’influence extérieure. De ce point de vue aussi, le passage à la phase suivante va être marqué par des changements profonds et une relative perte de cette autonomie qui se traduira par une dépendance accrue à l’égard des modèles en usage dans le site de Pontecagnano. C’est ce que nous allons envisager dans la partie suivante.

3. Les termes d’une rupture : la fin de la première occupation

  • 87 Voir les réserves formulées supra.

98L’emploi de la nécropole de S. Antonio s’interrompt à un moment particulier de l’histoire du site. Cela correspond-il également à un “moment particulier” dans le développement historique de l’Italie du sud ? C’est la question abordée dans cette partie. Il convient dans un premier temps d’étudier en détail les sépultures de notre corpus qui précèdent ce terme. Elles forment, comme nous l’avons déjà souligné plus haut, un groupe homogène, tant du point de vue des mobiliers que de la disposition topographique. Encore faut-il s’assurer que ce groupe a bien la signification chronologique – et pas sexuelle par exemple87 – qu’on lui a attribuée en le qualifiant de “phase 3”. Le fait que ce groupe trouve, dans les mobiliers de Sala Consilina précédemment étudiés, une correspondance en termes chronologiques, peut être un élément de confirmation point décisif toutefois.

99Ces mobiliers, par leurs caractéristiques culturelles et chronologiques, peuvent être considérés comme l’expression locale de l’Orientalisant qui, comme celui de Pontecagnano, présente plusieurs éléments de la culture de Cairano-Oliveto Citra, tandis que paraissent absents les éléments des cultures de la Basilicate. Mais cette attribution culturelle et chronologique modifie les termes de l’articulation qu’on proposait jusque-là entre “Premier” et “Second Age du fer”. En particulier, surgit la question de la rupture ou de la continuité entre les deux époques. Enfin pourrons-nous aborder l’examen de Sala Consilina dans son contexte historique et géographique et replacer les phénomènes mis en évidence sur le site du Vallo di Diano dans le développement historique de l’Italie méridionale. Il sera ainsi possible de mesurer combien Sala Consilina participe, à son échelle, à l’histoire de sa région.

3.1. La phase 3 de Sala Consilina

3.1.1. Les mobiliers de la fin de la première époque

  • 88 Ce sont les tombes n° 166P, 167P, 170P, 171P, 174P, 175P, 178P, 181P, 183P, 186P, 188P, 211P, 212P (...)
  • 89 Sur le terme conventionnel de scudata qui désigne une anse en boudin entre la lèvre et le coude s’ (...)

100A la fin de la période représentée dans notre corpus, seize tombes se distinguent des autres par la composition de leur mobilier céramique88. Un objet en particulier joue d’une certaine façon le rôle de “fossile directeur” : il s’agit de la tasse à anse scudata à fond ombiliqué (types F31 et F32)89. Toutes les tombes retenues possèdent une tasse de ce type. Cependant, les mobiliers de ces tombes présentent une homogénéité qui n’est pas seulement due à la présence de ce vase particulier.

101Il faut d’abord mentionner les “cruchons” du type Cairano-Oliveto Citra, si caractéristiques avec leur anse surmontante, leur ouverture large sur un col court et surtout leur décor de godrons en creux parfois accompagnés de rosettes-soleils et de décor à la roulette (Β1312). Les exemplaires peuvent être des variantes assez éloignées de la forme originale, comme celui de la tombe 167P ou celui de la tombe 188P pour lequel le décor, malhabile, est la nécessaire confirmation de la parenté typologique du vase. D’autres “cruchons” présentent une carène prononcée.

102Les cruches, ensuite, qu’on peut classer en deux formes génériques : une première à col tronconique fermé, haut, à épaule marquée, avec une anse presque scudata dont le sommet porte une légère arête centrale caractéristique, qui forme à cet endroit une section triangulaire (B1222) ; une seconde, moins représentée, caractérisée par un col cylindrique ou tronconique ouvert sur une panse globulaire un peu aplatie et une anse surmontante (B122523). Dans les deux groupes, le décor habituel est encore une fois les godrons en creux parfois complétés par des impressions punctiformes. Souvent, les formes apparentées n’ont pris qu’une de ces caractéristiques : ici, une panse globulaire; là, la crête du sommet de l’anse ; là enfin le décor, voire seulement le motif (types Β122521, B12251, Β 12243).

  • 90 C’est la traduction adoptée ici de l’italien eretta ; pour la définition, voir supra.

103Les écuelles – grandes ou petites, avec ou sans pied creux – ont assez régulièrement une anse “haute”90, sur un bord généralement droit formant une légère carène avec la panse (types G13, H11130 et H11131, H1142). Le décor le plus répandu consiste en des petites languettes verticales sur le bord ; celui-ci peut aussi porter des sillons horizontaux modelés. Les jarres montrent une nette tendance à l’élancement : dominent les formes très ovales, assez petites, au bord bref presque vertical, et qui portent de discrets boutons coniques sur l’épaule (type D31). Des formes nouvelles apparaissent, comme ces coupes sans anse, sur un haut pied creux, au profil plus ou moins articulé (H303). Mais, parallèlement, perdurent des formes plus traditionnelles : classiques écuelles et coupes à anses, cruches ovales et cruches biconiques (qui ont toutefois la particularité de l’anse en boudin), jarres à cordon. D’une façon générale, domine le décor particulier des godrons en creux, en groupes verticaux parfois intercalés de rosettes-soleils et complétés de files de points imprimés. Certains exemplaires sont en impasto très fin, parfois d’un noir dense et brillant comme la plupart des tasses.

104Les 16 tombes considérées contiennent 30 fibules : sur cette quantité, 23 sont des fibules à arc épaissi à pied symétrique ou bref. Les 7 autres sont des variantes de la sanguisuga et de la fibule à arc revêtu. Les deux exemplaires de fibules a sanguisuga et pied symétrique sont, malgré un décor limité à la face dorsale dans les deux cas, différentes l’une de l’autre : la première (type K341c) a une section de l’arc rhomboïdale (186P) ; la seconde (K341d) présente un allongement dissymétrique caractéristique de la partie distale de l’arc (la partie la plus proche du ressort). La fibule de la tombe 252P est à pied moyen ; la section de son arc est rhomboïdale (type K342). Un exemplaire de la tombe 170P, enfin, est une fibule à arc rhomboïdal et pied long (type K35). Les trois exemplaires de fibule à arc revêtu diffèrent par la longueur de leur pied et la forme de leur arc : le pied peut être symétrique (type K41) ou allongé (moyen à long : type K42) ; l’arc, semicirculaire (K421) ou trapézoïdal (K422). Aucune perle n’est attestée avec ces fibules, on ignore donc quelle était la nature précise du revêtement.

105Par ailleurs, on ne connaît que deux fusaïoles très semblables : elles sont toutes deux dissymétriques, à une face convexe et une face concave et de section heptagonale (N2).

106A ces 16 tombes avec céramique, s’ajoutent 2 tombes supplémentaires, sans mobilier céramique, qui ont été rattachées à cette phase : la tombe 199P contient deux spirales S22 (type commun à la tombe 166P) et une variante unique (à pied bref et arc à section rhomboïdale) de fibule a sanguisuga K341e ; le mobilier de la tombe 200P ne comporte que des objets de bronze, dont la fibule à arc revêtu et pied symétrique du type K41 commune aux tombes 170P et 186P. A ces liens typologiques ténus, car reposant sur des objets de bronze, s’ajoute un argument chorologique : les tombes sont en marge d’un groupe rassemblant des tombes de la phase précédente et d’autres de la phase 3. Ces aspects de topochronologie vont être considérés à présent.

3.1.2. Signification du groupe de tombes

107Aucun élément ne permet de penser que ce groupe de tombes puisse avoir d’autre signification que chronologique : les marqueurs sexuels traditionnels sont quasiment absents. Deux fusaïoles pourraient indiquer des tombes féminines. Quant au mobilier métallique, réduit à quelques types de fibules, il ne paraît pas l’expression d’une ségrégation sexuelle. Par ailleurs, la richesse des mobiliers est d’une façon générale assez modeste.

108Topographiquement, ces tombes se situent à des endroits particuliers. Sans entrer dans le détail de la “topochronologie” qu’on envisagera plus loin, il convient de remarquer qu’à l’exception de la tombe 252P de la “Prop. Ventre” qui se trouve au milieu d’un petit groupe de tombes, les autres sépultures considérées ici sont toutes groupées sur la marge nord-ouest de la nécropole correspondant dans notre corpus à la “Prop. Masino”. Elles représentent, avec des incinérations plus anciennes, l’extension maximale du secteur S. Antonio vers l’ouest. On distingue néanmoins deux groupes : d’une part, 11 tombes proches l’une de l’autre, 2 d’entre elles se trouvant un peu plus isolées près de tombes d’un autre groupe ; d’autre part, 4 tombes entourant une cinquième. D’après la typologie du matériel, cette dernière sépulture serait légèrement plus ancienne et n’appartiendrait pas au groupe considéré : le creusement postérieur des quatre tombes 211P, 212P, 213P et 215P apparaît évident puisqu’il est fonction de la déposition préliminaire de la tombe 210P (figure 3.03).

109Ainsi caractérisées par un mobilier original et une situation topographique particulière, les tombes considérées forment un groupe homogène qui peut avoir une signification chronologique : il doit être l’expression d’une phase. Il trouve d’ailleurs, parmi les tombes étudiées par K. Kilian et J. de La Genière, des points de comparaison précis. Ainsi, dans l’ensemble, les tombes datées de la phase IIC par le chercheur allemand et de la phase IIB par J. de La Genière peuvent être ajoutées au groupe tel qu’il a été défini plus haut.

3.1.3. La fin de la phase II chez J. de La Genière et K. Kilian

  • 91 La Genière 1968, 32 ; Kilian 1970, 29.
  • 92 Kilian 1970. Cf. p. 25 pour les tombes à armes, p. 29-30 pour les tombes sans armes, et p. 307 pou (...)
  • 93 On considère ici les tombes citées dans la matrice d’occurrences dans Kilian 1962a. Il s’agit des (...)

110On discutera plus loin de ce que recouvrent les terminologies différentes employées par les deux chercheurs et de la signification réelle des découpages. Pour l’heure, il suffit de remarquer que le groupe de tombes individualisé plus haut est à mettre en parallèle avec la phase IIB de J. de La Genière et la phase IIC de K. Kilian91. Dans la nécropole du sud-est, 16 tombes appartiennent à la phase IIC telle qu’elle a été définie par K. Kilian92. Quant à la nécropole du nord-ouest, elle compterait, d’après la publication de 1962, au moins 27 tombes de cette phase auxquelles il faudrait ajouter celles mises au jour lors des fouilles de S. Antonio n. sc. qui, selon l’archéologue allemand, représenteraient la majorité des 76 tombes93. En fait ces inventaires méritent quelques aménagements, soit dans le sens de l’inclusion d’autres tombes dans le groupe initial, soit au contraire dans le sens de l’exclusion de certains mobiliers par trop ambigus.

  • 94 La Genière 1968, 32, n. 92. L’illustration fournie par K. Kilian ne donne pas cette précision.

111Dans un premier temps, on peut utiliser le “fossile directeur” déjà employé plus haut : la tasse à anse scudata. Seules les tombes L10 et L12 en contiennent une. Le reste du mobilier confirme d’ailleurs cette tendance, car dans les deux cas un autre vase, grande tasse à puiser ou cruchon, présente également une anse scudata. Deux autres tasses, celles des tombes A197 et H13, paraissent proches du type original, mais sur l’illustration l’anse ne semble pas montrer cette caractéristique : cependant les autres vases du mobilier – la jarre à bord subvertical et la petite amphore à décor de godrons en creux et de rosettes-soleils – permettent de confirmer l’attribution chronologique. Il faut également ajouter les tombes H4 et H5 dont les tasses possèdent, selon J. de La Genière, des anses scudata94. La tombe L11 contient un cruchon et la tombe A105 une cruche qui ont tous les deux une anse scudata, ce qui permet de ne pas douter de leur appartenance au groupe considéré. Enfin, le mobilier céramique de la tombe L9 est constitué par une coupe à profil complexe et bord divergent sur un pied tronconique creux.

112Pour d’autres tombes, l’attribution au groupe est plus difficile à déterminer. Les tombes A218, A263, A384 et H2 ne possèdent aucun élément caractéristique : les tasses carénées décorées à la pseudo-cordelette, les cruches à anse bifide ou à décor d’ondulations modelées sont autant d’éléments un peu plus anciens qui, en l’absence de caractères plus récents, jettent un doute sur l’attribution à ce groupe. De plus, si la tombe H14 est datée de la phase IIB de Kilian, alors les tombes A218 et A384 doivent l’être également.

  • 95 La Genière 1968, 136, et pl. 12,2 et 13,5.
  • 96 Kilian 1970, respectivement taf. 81,1 et 90,1.
  • 97 Ibidem, tombes A207, taf. 53, et A201, taf. 50,2.
  • 98 Un dernier argument, pas décisif si c’est le seul retenu, est d’ordre topographique : les tombes l (...)

113Enfin, pour plusieurs sépultures les problèmes ne sont pas du domaine des nuances chronologiques, mais au contraire du domaine de l’intégrité des mobiliers. C’est le cas de la tombe L15 dans laquelle un gros vase à trois anses ne trouve par ailleurs aucune confrontation antérieure à la phase IIIC de J. de La Genière95 : cela daterait le vase du début du VIe siècle. L’autre vase du mobilier est une cruche à panse cordiforme, sur un fond en anneau ou petit pied creux, apparentée aux cruches à panse sphérique et anse rainurée à la lèvre que Kilian attribue à ses types F3c et F3n. Les plus anciens exemplaires – ceux à panse sphérique – sont associés à des fibules à pied à disque en spirale, comme dans les tombes A286 et A30896. Par la suite, la forme évolue vers un étirement de la panse qui devient ainsi cordiforme97. Le vase de la tombe L15 pourrait être l’un des exemplaires les plus évolués : rien n’interdit qu’il soit daté de la fin de la phase II, mais il ne possède aucune caractéristique isolée précédemment. En l’absence de tout autre objet, on doit rejeter la tombeL1598.

  • 99 Kilian 1970, 70.
  • 100 Datation respective des exemplaires de la tombe 129 (d’Agostino 1962a) et de la tombe 4306 (Cerchi (...)
  • 101 Gastaldi 1979, fig. 33,2.
  • 102 Marzullo 1938, 23-24, et fig. 5.

114Le mobilier de la tombe D32 comprend un amphorisque fait au tour99, une forme de l’Orientalisant récent datée à Pontecagnano du dernier quart du VIIe siècle ou des deux premières décennies du siècle suivant100 ; un vase identique est présent dans la Valle del Sarno à un moment compris entre la fin du VIIe siècle et la première moitié du VIe101. Un dernier enfin fait partie du mobilier de la tombe LV d’Arenosola, en association avec des vases corinthiens et une œnochoé de bucchero, mobilier pour lequel une datation au dernier quart du VIIe siècle conviendrait102. Les deux autres vases de la tombe de Sala Consilina – dont une cruche a tenda – trouvent place à un moment quelconque de la seconde phase du Premier Age du fer. La datation de la tombe à une phase IIC de Kilian est donc douteuse.

  • 103 Kilian 1964, bed. 23D. Sur les photos publiées dans le volume de 1964, taf. 10,4 et le volume de 1 (...)
  • 104 La Genière 1960, tav. IX. Sur des exemplaires au Premier Age du fer en Basilicate : cf. Chiartano (...)
  • 105 La Genière 1968, 134.

115La tombe A74 comprend un mobilier céramique constitué de coupes et écuelles, d’une tasse à anse à entrait et d’une cruche a tenda qu’on pourrait dater d’une phase IIA-IIB. Seul l’arc d’une fibule a navicella pousse Kilian à dater ce mobilier d’un moment ultérieur ; mais quant à considérer l’objet le plus récent, pourquoi ne pas prendre en compte le pied long à bouton plat terminal d’une fibule103 qui doit être datée de la fin VIIe ou du début du VIe siècle ? La présence d’une fibule a navicella est, par ailleurs, connue dans la tombe SA119104, au milieu d’un mobilier récent mais qui ne présente pas nécessairement les caractéristiques isolées plus haut. Cela ne rend pas totalement incongrue la place de cette fibule dans la tombe considérée. Le problème se pose de façon identique pour la tombe A325. Il n’y a pas d’argument décisif quant à la datation de ce mobilier : les vases, pas plus que les fusaïoles, ne sont de forme récente et seuls les bronzes – bracelet en tige spiralée plutôt caractéristique des tombes du Géométrique105, fibule a navicella et apophyses latérales, fibule a sanguisuga au pied long mais incomplet – pourraient être attribuées à un moment successif.

  • 106 Voir supra.
  • 107 La Genière 1968, 98.

116Enfin, le mobilier céramique de la tombe A239 est composé de vases qu’on pourrait assigner à deux moments différents : le petit vase biconique à deux anses horizontales – y compris dans sa variante décorée au peigne et à pied creux – est une forme attestée dès la fin de la première phase de Sala Consilina106, comme le sont cruches, tasses et écuelles ; l’écuelle à bord divergent montre un profil déjà attesté sur des coupes à pied sans anse, en moins accentué ; par contre, les exemplaires à plusieurs anses sont caractéristiques du début du Géométrique107.

117Pour résumer, la phase IIC reconnue par Kilian paraît composée de trois types de mobiliers : dans les premiers, on retrouve aisément des individus portant les caractères mis en évidence sur notre corpus ; l’attribution des seconds à cette phase paraît un peu optimiste par rapport à la définition assez restrictive que nous avons retenue ici ; pour les troisièmes enfin, les caractères de modernité proviennent d’objets intrusifs et il faut mettre en doute l’intégrité de ces mobiliers.

  • 108 Kilian 1962a.
  • 109 Kilian 1970, taf. 253,2 et 254,1.

118Les tombes de la nécropole du nord-ouest datées de la phase IIC de Kilian peuvent, bien que la documentation qui les concerne soit lacunaire, compléter l’image que nous avons de cette phase. Vingt-sept tombes sont prises en compte dans la matrice de sériation de la publication de 1962108 auxquelles, comme on l’a rappelé, il faut ajouter plusieurs sépultures des nouvelles fouilles, par exemple la SA029 n. sc.109. Peu d’entre elles sont dessinées, même pour partie. Il n’est pas toujours possible, au moyen des seules photos et descriptions, d’avoir une idée précise des particularités des vases. Parmi les mobiliers publiés in extenso, il semble que les sépultures SA042 et SA048 doivent être intégrées à la phase 3 alors que K. Kilian leur attribuait une datation plus haute.

  • 110 Sur les 76 tombes des nuovi scavi, il conviendrait, s’il fallait suivre K. Kilian, d’en retenir au (...)

119Cet examen des tombes datées par J. de La Genière de la phase IIB et par K. Kilian de sa phase IIC, aboutit à deux résultats : d’une part il confirme l’homogénéité relative des mobiliers de la phase 3 ; d’autre part, il permet d’ajouter quelques éléments caractéristiques à l’inventaire tiré de notre corpus. A partir de ces données, il est possible de passer à l’examen des significations chronologiques et culturelles du groupe reconnu. Au total, c’est au moins une cinquantaine de tombes110, pour l’ensemble des nécropoles de Sala Consilina, qu’on pourrait dater de cette étape.

3.2. Repères chronologiques et culturels

120Les confrontations que l’on peut effectuer à partir du mobilier ne sont pas nécessairement les mêmes selon qu’on considère les objets céramiques ou les objets de bronze. C’est tout naturellement vers les sites de la région environnante qu’il faut d’abord se tourner pour trouver des points de référence.

3.2.1. La céramique

  • 111 La Genière 1968, 32, n. 92.
  • 112 d’Agostino 1968, 119-120.
  • 113 d’Agostino 1964, 53, fig. 12.
  • 114 Pour Pontecagnano, voir d’Agostino 1968, 110 sq., types 41c, 44, 59 ; pour l’Arenosola tombe 6, Vo (...)
  • 115 Gastaldi 1979, 39 type 2b2.

121La petite tasse à anse scudata, si caractéristique des mobiliers qui nous occupent, trouve des confrontations précises en dehors de Sala Consilina. J. de La Genière avait déjà souligné les similitudes entre ces tasses et la forme de l’attingitoio du début de l’Orientalisant à Pontecagnano111. De fait le type “72” de B. d’Agostino, présent dans les plus anciennes tombes de la phase III de Pontecagnano, est tout à fait semblable à nos exemplaires de tasses112. La forme est, par ailleurs, également représentée dans les sites de la haute vallée du Sele. Certains individus sont très proches des piccoli attingitoî d’Oliveto Citra : l’exemplaire n° 4 de la tombe 213P est identique – jusqu’au décor de groupes de fins godrons sur la panse mais à l’exception de l’anse – à celui de la tombe 5 du site de la vallée du Sele113 ; celui de la tombe 181P, à la panse très basse, à l’attingitoio de la tombe 8 de la même nécropole. L’anse scudata n’est pas réservée aux tasses : on la trouve aussi sur les cruches de Pontecagnano datés de l’Orientalisant, sur les amphores de ce site et de l’Arenosola114, ainsi que sur certaines cruches à col a tromba de la Valle del Sarno, provenant de mobiliers datés de l’Orientalisant ancien I par l’auteur115.

  • 116 Toms 1986, type VI 13.
  • 117 A Veio, type V20 de Toms (1986) daté IIC ; type 57 de J. Close-Brooks (1965) ; dans le Latium pour (...)

122L’anse scudata n’est pas typique de Campanie : les petites amphores à panse lenticulaire de Veio présentent cette caractéristique dès la phase de transition à l’Orientalisant datée IIC par J. Toms116. Dans le cas des tasses, l’anse scudata est composée de deux parties : une première, en boudin, marque une nette courbure entre la lèvre et le sommet de l’anse ; la seconde, qui va s’élargissant en ruban, est presque rectiligne. Ces particularités rappellent les anses à crête diffusées en Etrurie méridionale – en particulier Veio – à partir de la fin de la phase II et dans le Latium à la phase III117. Il est cependant difficile de savoir jusqu’à quel point l’anse scudata peut être l’interprétation ou une dérivation locale – dans les sites villanoviens de la région de Salerne – de l’anse à crête d’Etrurie.

  • 118 d’Agostino 1968, 116.
  • 119 Ibidem, 119 sq. et fig. 27.
  • 120 d’Agostino 1964, fig. 8.
  • 121 Communication orale de B. d’Agostino.

123Avec les cruches, les problèmes d’affinités typologiques se posent différemment : en effet les deux formes reconnues ici – une à col tronconique convergent, l’autre à col cylindrique ou divergent et anse surmontante rappellent toutes deux des formes classifiées à Pontecagnano dans les tombes de l’Orientalisant. La première correspond au type “59” de d’Agostino avec sa caractéristique anse scudata à sommet à anse triangulaire118. La seconde fait partie des attingitoî de grande taille, en particulier le type “69” à anse en ruban, surmontante119. Toutefois, les deux types ne sont pas exempts d’affinités avec les vases du groupe Cairano-Oliveto Citra. La seconde forme rappelle en effet, comme le souligne B. d’Agostino lui-même, la ciotola-attingitoio d’Oliveto Citra120. Enfin, les deux formes portent à Sala Consilina des décors qui (jusqu’à un certain point) sont ceux des vases de CairanoOliveto Citra, en particulier les groupes de trois ou quatre godrons en creux, verticaux, et les rosettessoleils. Mais ces décors peuvent être assemblés en des compositions totalement originales par rapport à ce que l’on connaît des vases de Cairano-Oliveto Citra : ainsi le décor de godrons en creux encadré d’une file de points imprimés est une composition inconnue sur les exemplaires de la haute vallée du Sele121.

  • 122 d’Agostino 1964, 43-44.

124Les cruchons de type Cairano-Oliveto Citra reconnus dans notre corpus présentent tous un profil composite avec un col nettement marqué. A Oliveto Citra, B. d’Agostino attribue une signification chronologique aux deux groupes distingués selon le profil : nos exemplaires se rapprocheraient plutôt du type B par la hauteur de leur diamètre maximum, à l’exception du vase de la tombe 213P ressemblant davantage au type A de d’Agostino122. Le type B serait présent dans des mobiliers datés du VIIe siècle.

  • 123 d’Agostino 1968, 111 et fig. 22.
  • 124 Pour la Valle del Sarno, voir d’Agostino 1970a, 593, Gastaldi 1979, 39, et la bibliographie précéd (...)
  • 125 Voza 1962.
  • 126 Par exemple, tombe 2330 pour la première, et tombe 1697 pour les secondes.

125L’amphore à col divergent décorée à la cordelette de la tombe 175P est une représentante locale d’une forme de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano, plus particulièrement la variante “42c”123, elle-même probable évolution des amphorettes à panse lenticulaire du type Culture des Tombes à Fosse tel qu’il a été défini dans la Valle del Sarno et surtout à Pontecagnano124. Quant à elle, l’amphore de la tombe H13 au décor de rosettes-soleils alternant avec des groupes de godrons en creux trouve pour la décoration, son meilleur confronto dans la nécropole de l’Arenosola125 parmi des tombes datées fin de la phase II-début de la phase III. A Pontecagnano, toutefois, ce décor de rosettes-soleils qu’on trouve déjà associé à des fibules a sanguisuga pleine et décor dorsal, est encore attesté, sous des formes évoluées caractérisées par le grand diamètre de la cupule interne, dans des mobiliers datés du dernier quart du VIIe siècle126.

  • 127 Kilian 1962a, abb. 5.
  • 128 d’Agostino 1964, 42.
  • 129 Ibidem, 97.
  • 130 Gastaldi 1979, 44, et fig. 26.
  • 131 d’Agostino 1968, 110-113.

126La tombe SA006 renferme une amphore127 qui est très proche des amphores de type CairanoOliveto Citra, en particulier le type B1 défini par B. d’Agostino128. La ressemblance est considérée comme “vague” par l’auteur’129. Au vu des autres confronti directs proposés avec Oliveto Citra, on peut sans trop de risques retenir cet élément de comparaison. Les sites de la vallée du Sele ne fournissent que peu de données chronologiques. Par contre, Pontecagnano et les nécropoles de la Valle del Sarno offrent de précieux points d’ancrage chronologique. Dans la Valle del Sarno, deux exemplaires de cette amphore sont publiés par P. Gastaldi, dans les tombes 13 et 288 : la tombe 288 est datée, dans la matrice d’association, de l’Orientalisant ancien II, soit le dernier quart du VIIIe siècle ; la tombe 13 est datée de l’Orientalisant par la présence dans son mobilier de vase à cinq cols et d’une cruche avec col a tromba du type 2b2130. A Pontecagnano, l’amphore du type Cairano-Oliveto Citra constitue le type “47”, mais l’auteur souligne les influences que le type original exerce sur le type local “42b”131. L’exemplaire de Sala Consilina n’a pas les languettes verticales caractéristiques au sommet des anses.

  • 132 Types X 12, X 16, X 17 de Toms 1986, fig. 28.
  • 133 Gierow 1966, 258, fig. 80,2.
  • 134 d’Agostino 1968, et Close-Brooks 1965, type 65. Le décor apparaît sur le bord de gobelets hauts en (...)
  • 135 Il s’agit de la nécropole de Vaccareccia.
  • 136 Toms 1986, types X 16 et X 18.
  • 137 Sgubini Moretti 1986, tav. XXXVIII 2 ; sur les caractéristiques morphologiques partagées par plusi (...)

127La forme des écuelles s’est enrichie de particularités morphologiques et décoratives. Le pied des écuelles qui en sont pourvues devient plus haut. Il peut également être profilé, suivant en cela une tendance perceptible dès Veio IIC qui se poursuit à l’Orientalisant132. L’anse haute, parfois presque verticale sur le bord, est un trait récent : à Veio, elle apparaît sur des exemplaires de la phase IIC et à Pontecagnano elle est attestée dès la fin de la phase II ; elle est surtout une des spécificités des écuelles de la phase III qui sont diffusées en Etrurie méridionale, dans la zone falisque, en Campanie, à Capoue et Pontecagnano, mais demeurent rares dans le Latium133. Le décor de sillons modelés horizontaux sur le bord des écuelles des tombes 183P et 211P est caractéristique des mêmes formes de la phase IIIA tant à Pontecagnano qu’à Veio ainsi que dans toute la zone falisco-capenate134. Les exemplaires à anse de l’Agro Picentino sont carénés et, pour la plupart, à bord subvertical. A Veio, J. Close-Brooks les identifie au type 65135. Le récent travail de J. Toms sur la chronologie de Veio a mis cependant en évidence que le décor était représenté, avec celui en petites languettes verticales, sur des écuelles datées de la phase de transition IIC136. Le décor de languettes verticales sur le bord peut entrer dans une composition décorative du bord de certaines écuelles de la phase IIC de Veio, comme on l’a déjà rappelé. Il peut aussi, de façon très similaire aux exemplaires de Sala Consilina, être l’unique élément décoratif de l’écuelle : la tombe du 15/04/1975 de Vulci montre une écuelle de ce type, avec anse haute137.

  • 138 Hencken 1968, par exemple tombe S.S. 127, fig. 151 c.
  • 139 Type 16d de Gastaldi 1979, 43.

128Dans notre corpus, un exemplaire d’écuelle de la tombe 181P possède une anse à tampon. Dans la tombe H13, une écuelle identique mais richement décorée est associée à l’amphore à décor de godrons creux. Cette forme d’anse est assez répandue. On la trouve à Tarquinia en phase IIB138. Dans la Valle del Sarno, le type est daté de l’Orientalisant ancien139. A Sala Consilina, les mobiliers qui la contiennent sont en général légèrement antérieurs à la fin de la phase II.

  • 140 d’Agostino 1968, 106-107.
  • 141 Felletti Maj 1953, tav. 3, n° 13 ; Toms 1986, type X 17.
  • 142 Hall Dohan 1942, X.8. Voir également supra.

129La même tombe contient une coupe à pied au bord divergent concave. Un exemplaire proche mais plus “grossier” est publié par Kilian dans la tombe L9. Un autre enfin, au pied moins profilé, seulement légèrement évasé, provient de la tombe SA042 datée par Kilian de sa phase IC : même si le reste du mobilier n’incite pas à juger la sépulture récente, la forme en question paraît difficilement attribuable à une phase si ancienne. Le profil de ces vases est original. Il faut évoquer à leur égard une inspiration grecque qui se manifeste également dans des formes italo-géométriques proches : les coupes de Pontecagnano en témoignent140. A Veio, deux formes d’impasto – une tout à fait similaire à la nôtre, une autre à deux anses verticales – adoptent le même profil sur un pied plus haut141. Le type fait surtout partie, avec lecuelle à décor de sillons modelés horizontaux, du répertoire falisco-capenate qui est diffusé en Italie méridionale142.

130Si l’on veut résumer les informations que nous fournissent les vases, deux aspects sont à privilégier : d’une part, d’un point de vue chronologique, un faisceau d’évidences converge vers le début de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano, c’est-à-dire les deux premiers groupes distingués par B. d’Agostino, avec néanmoins des réminiscences très précises de la fin de la phase II ; d’autre part, les éléments culturels nous orientent vers la haute vallée du Sele (le groupe de Cairano-Oliveto Citra) et vers le versant tyrrhénien (sites villanoviens d’Etrurie méridionale et de la région de Salerne, en particulier Pontecagnano). Il reste à chercher, avec les bronzes, des confirmations de ces tendances.

3.2.2. Les fibules

131On l’a dit, les fibules du groupe de tombes retenues sont peu nombreuses. En dehors des types anciens de fibules à arc uniformément épaissi, seules des variantes de la fibule a sanguisuga et de la fibule à arc revêtu sont représentées.

  • 143 Gastaldi 1979, 54.
  • 144 Pontecagnano II. 1, 62, il s’agit du type 32F2.
  • 145 Pontecagnano II. 2, 41 et fig. 130.
  • 146 Peroni 1979a.
  • 147 Types 62 de Close-Brooks 1965 et I 33 de Toms 1986.
  • 148 d’Agostino 1964, 44 et 63.
  • 149 C’est, d’après l’inventaire proposé par K. Kilian (1970, 320), le seul autre exemplaire de sanguis (...)

132Les fibules a sanguisuga — au sens large permettent de proposer des comparaisons supplémentaires. La fibule de la tombe 170P présente un allongement de la partie postérieure de l’arc qui est plutôt une caractéristique récente malgré un pied symétrique. La fibule à arc rhomboïdal et pied long de la même tombe était un type reconnu comme l’un des deux “fossiles directeurs”, avec la fibule a drago à ressort, de la fin de la phase II de Pontecagnano, soit la phase IIB143 ; à présent on retient surtout qu’elle est “épisodiquement” représentée dans les mobiliers de l’Orientalisant ancien144 tout en étant attestée par un unicum dans une tombe de la phase IIB145. Les mêmes fibules sont caractéristiques de l’horizon IIB de Peroni146. L’exemplaire de la tombe 252P est proche de ceux de Veio IIB (J. Close-Brooks) ou IIC (J. Toms) bien que ces derniers puissent être a sanguisuga creuse147. Elle est également présente dans la tombe 10 d’Oliveto Citra déjà évoquée à propos de la tasse à anse scudata similaire à celles de la phase III de Pontecagnano148. A Sala Consilina, la fibule a sanguisuga et pied moyen et la fibule à arc rhomboïdal à pied long sont représentées dans un mobilier qui n’appartient pas au présent corpus et que, par la typologie des objets céramiques, on daterait d’un moment antérieur à la phase qui nous intéresse : il s’agit de la tombe SA017 n. sc., déjà mentionnée plus haut149.

  • 150 Guzzo 1982a, 59-60. F. Lo Schiavo date les deux variantes (arc arrondi et arc trapézoïdal) plutôt (...)
  • 151 Gastaldi 1979, 33-34. Sur la présence de cette fibule en Etrurie dès la fin de la phase I, cf. par (...)
  • 152 Type 63 de Close-Brooks 1965, et II 6 de Toms 1986.

133Si l’on fait exception des exemplaires à pied symétrique ou bref, les fibules à arc revêtu sont peu nombreuses. La tombe 170P de notre corpus renferme des fibules à pied pas encore très long, mais dont l’allongement est plus net que sur celles de la tombe SA017 n. sc. Par contre, des objets identiques – une fibule à arc arrondi et une autre à arc trapézoïdal – font partie du mobilier de la tombe A197 déjà mentionnée. Le type n’apporte toutefois pas d’informations chronologiques très précises. P. Guzzo souligne que l’allongement du pied des fibules à arc revêtu date du troisième quart du VIIIe siècle et est un phénomène indigène150. Dans la Valle del Sarno, il apparaît dans un moment daté du troisième quart du VIIIe siècle, mais il est totalement absent auparavant, à la différence des sites villanoviens où il abonde, dans ses variantes à pied symétrique, dès la fin de la première phase151. Les fibules à pied long et dont le revêtement est constitué de nombreuses perles minces sont néanmoins limitées à un moment correspondant à la fin de la phase II à Veio152.

134Pour prendre en compte d’autres types de fibules congruents avec le groupe retenu, il est nécessaire de considérer ceux qu’on trouve seulement dans les mobiliers étudiés par K. Kilian et J. de La Genière.

  • 153 La Genière 1968, pl. 6, n° 1 ; Kilian 1970, taf. 104,I.
  • 154 Kilian 1970, taf. 75 II.

135La fibule a drago à ressort montre deux variantes : celle à deux paires d’apophyses encadrant une paire de bâtonnets (tombes L9, SA048, SA029 n. sc.) ; celle à trois paires de bâtonnets latéraux (tombe A380). Sur ces quatre tombes, une possède une tasse à anse scudata·, une autre, une coupe à pied à bord divergent proche de notre exemplaire de la tombe 181P ; une troisième, des coupes assez proches mais sans pied ; une dernière enfin (A380) contient des éléments de datation plus ancienne : on trouverait une écuelle, une petite cruche à anse rainurée, un scodellone à bord décoré au peigne, un pot à une anse sur l’épaule et une tasse, décorée de fines incisions en deux bandeaux, caractéristique des mobiliers de notre sous-phase IIA ; le mobilier métallique serait, en outre, constitué de la spirale d’une fibule à quatre spirales en fer153. La datation de ce mobilier à la fin de la phase IIB de J. de La Genière paraît un peu basse car elle ne possède aucun élément céramique typique de la phase. Au contraire, la datation de K. Kilian – IIB également, mais dans ce cas la phase est antérieure à l’Orientalisant – tient davantage compte du type de la tasse, alors que le scodellone et le cruchon sont des formes plutôt anciennes, le pot à une anse ne trouvant pas, malgré sa relative rareté, d’attribution chronologique plus précise que le VIIIe siècle dans son ensemble. Enfin, un dernier individu serait présent dans la tombe A256 : il ne subsiste plus qu’un ardillon qui permet toutefois à K. Kilian d’attribuer l’exemplaire à la variante à deux paires d’apophyses et une paire de bâtonnets latéraux : elle est associée à une fibule à arc revêtu de lamelles métalliques et pied à disque plein et à une petite sanguisuga à décor couvrant, soit des types appartenant plutôt à un moment initial de la phase II154.

  • 155 Gastaldi 1979, 54 pour la chronologie du type ; Pontecagnano II. 1, 109, et 61, type 32F1.
  • 156 Delpino 1977a, en particulier 472-473.
  • 157 Close-Brooks 1965, type 45. Malgré l’ajout de la phase de transition IIC entre IIB et III, J. Toms (...)
  • 158 Hencken 1958, 269.
  • 159 Lo Schiavo 1978.
  • 160 Buchner et Ridgway 1993, 547-548, et tav. 164 pour la tombe 550.

136Dans la Valle del Sarno, la fibule a drago avec ressort est le trait distinctif des mobiliers de l’Orientalisant ancien I, soit schématiquement le troisième quart du VIIIe siècle ; à Pontecagnano, on l’a déjà rappelé, elle désigne avec la fibule à arc rhomboïdal les mobiliers de la fin de la phase IIB155. De même à Bisenzio, les deux types sont des traits caractéristiques d’un moment daté IIB2/3 par F. Delpino, moment mis en parallèle avec la séquence de Veio grâce à l’association d’une fibule à arc rhomboïdal et d’une coupe d’imitation cycladique156. A Veio, la fibule a drago à ressort trouve place dans la chronologie de J. Close-Brooks à la phase IIB157. Hencken date le type de la seconde moitié du VIIIe siècle par son association dans le matériel d’Ischia à des aryballes globulaires158. Il est également attesté en Sardaigne à une même époque et dans sa variante d’Italie centrale, à deux paires de bâtonnets159. Un indice de chronologie absolue est fourni par l’association d’un exemplaire en bronze et d’un kotyle corinthien d’imitation du type Aetos 666 dans une tombe de Pithécusses datée du Géométrique récent160.

  • 161 Kilian 1970, 320.
  • 162 Ibidem, taf. 101 et 102.

137La fibule à quatre spirales en fer serait également représentée dans les toutes dernières tombes de la phase IIB de J. de La Genière : à l’appui de cette hypothèse est citée la tombe A380. La fibule à quatre spirales correspond au type M5c de K. Kilian dont l’inventaire mentionne – pour le Premier Age du fer – trois exemplaires, toutes variantes confondues : on ne trouverait la variante en fer que dans les tombes A380, déjà citée, et A372161. La tombe A380 pose les problèmes de datation déjà soulignés. La tombe A372 pose des problèmes de nature différente. Une partie du mobilier est récente et peut aisément être datée du Géométrique : il s’agirait bien évidemment des deux vases d’argile décorés et de la parure en feuille nervurée. Le mobilier céramique d’impasto, quant à lui, ne paraît pas très récent, exception faite de la coupe à deux prises perforées162. Sans qu’il soit absolument nécessaire d’évoquer ici encore la possibilité d’un mélange de deux mobiliers, il faut néanmoins dater cette tombe d’après les éléments les plus récents qu’elle contient, c’est-à-dire du Géométrique.

  • 163 Kilian 1962a.
  • 164 L’exemplaire en fer de la tombe A380 est par ailleurs douteux : la plaque est fixée au centre de l (...)
  • 165 Par exemple Gastaldi 1979, 32. Un seul exemplaire (en bronze) est attesté dans la nécropole de l’A (...)
  • 166 Environ 25 exemplaires : La Genière 1968, 114. Cf. infra.

138Dans la nécropole du nord-ouest, zones de S. Antonio et S. Nicola, on ne paraît pas trouver d’autres fibules à quatre spirales : absente de notre corpus, mais également des travaux précédents de K. Kilian sur le secteur163, la fibule à quatre spirales ne serait représentée pour toute la première époque de Sala Consilina – le Premier Age du fer – que par deux exemplaires, un en bronze l’autre en fer164. Une telle situation est beaucoup plus similaire à celle des autres centres villanoviens – Capoue et Pontecagnano – qu’on ne l’estime généralement165 : à Sala Consilina, il faut attendre l’époque du Géométrique pour voir, selon J. de La Genière, affluer des fibules de ce type166.

  • 167 Sur la navicella comme caractéristique de la phase III en Etrurie, voir par exemple Delpino 1977a, (...)

139Parmi les fibules les plus récentes, on trouverait dans les mobiliers qui nous occupent quelques exemplaires a navicella point encore datés du Géométrique. L’un d’eux vient de la tombe A74, déjà évoquée. Le fait que dans le mobilier de la tombe, aucun vase ne présente les caractéristiques typologiques qu’on a dégagées pour les objets de la phase 3 n’incite pas à envisager l’appartenance de cette fibule au mobilier indiqué sans quelques réticences. Les remarques valent pour la tombe A325, elle aussi déjà évoquée. Incontestable serait la présence d’une fibule a navicella dans le mobilier de la tombe SA119 : le Géométrique étant absent de la zone de sa découverte, le mélange avec un mobilier plus récent paraît exclu ; le mobilier céramique reste toutefois dans la tradition des mobiliers de phase IIB, avec une tasse à anse en ruban simple et une cruche au riche décor à la cordelette. Ce contexte permet peut-être d’envisager la présence des deux précédentes fibules de façon plus favorable : ainsi se situeraient-elles au moment du passage d’une phase à l’autre. Il reste que, par rapport à la situation générale de Sala Consilina où les fibules sont rares, où les types anciens s’attardent beaucoup, la présence d’une fibule typique de la phase III dans des mobiliers qui ne montrent aucun signe “orientalisant” surprend par sa précocité167.

140Des autres fibules caractéristiques d’une phase III – fibule a drago sans ressort, a sanguisuga à pied long et arc creux, fibule “cuspidata” ou à antennes, fibule à arc revêtu de trois morceaux d’os (deux, coniques, aux extrémités, un quadrangulaire au centre) de tradition grecque – seuls sont attestés, dans les mobiliers examinés ici, des exemplaires de fibule a drago sans ressort regroupés par K. Kilian sous son type M4n et variante. La distribution de ces dernières soulève cependant quelques problèmes : on passera sur la composition de la tombe A129 qui associe deux fibules à arc uniformément épaissi et pied à disque, dont un à spirale, qui doivent dater du siècle précédent ; l’exemplaire le plus ancien serait celui de la tombe A222 pour laquelle on ne possède comme élément de datation qu’une écuelle à anse haute, sans doute plus récente que le début de la phase II ; il resterait l’exemplaire conservé dans sa moitié postérieure appartenant à la tombe A101 qui ne peut pas être beaucoup plus récente que la phase IIB proposée par K. Kilian ; quant aux autres individus, leur association à des fibules a navicella (tombe A80), à des fibules à antennes ou a sanguisuga creuse et à pied long (tombe A404), ils témoignent d’associations qui correspondent davantage à ce qu’on connaît en dehors de Sala Consilina.

141Au terme de cette longue discussion, avant de résumer ce que nous apprennent les fibules de Sala Consilina, on soulignera d’abord que les types les plus pertinents d’un point de vue chronologique sont peu représentés. Pour cette raison, c’est davantage une tendance qui apparaît plutôt qu’une chronologie fine et précise. En dehors des types anciens, encore nombreux, l’essentiel des fibules que l’on vient d’examiner pourrait appartenir à une fin de phase II dans la zone villanovienne (IIB ou IIC selon les contextes) et à un Orientalisant ancien I dans la Culture des Tombes à Fosse. Mais cette considération globale doit être affinée. D’abord, des types de cette époque sont déjà attestés dans des mobiliers que l’on pourrait dater à un moment légèrement antérieur à celui qu’on étudie : un exemplaire de fibule a drago à ressort appartiendrait à une tombe encore datée de IIB (A380) ; d’autres, du type à arc en losange et pied allongé, en feraient tout autant (SA017 n. sc.). A l’autre extrémité, des types attestés à une pleine phase III pourraient appartenir à des mobiliers de peu antérieurs, voire contemporains, au groupe considéré.

142Les deux catégories d’objets – céramique et fibules – semblent mener à des conclusions différentes : tandis que la céramique souligne les convergences entre les vases de Sala Consilina et ceux, en milieu villanovien, de l’Orientalisant (phase IIIA), les fibules indiquent plutôt une datation un peu plus haute (la fin de la phase IIB). Cette contradiction n’est qu’apparente. Le groupe de tombes qu’on a isolé ici est à placer à un moment contemporain de l’Orientalisant ancien en ambiance villanovienne. Mais, au vu du faible nombre de sépultures concernées, il faut penser à une durée très brève de cet épisode. Qu’à quelques exceptions près les fibules soient encore des types de la phase précédente, IIB, ne doit alors pas surprendre : la céramique réagit beaucoup plus rapidement aux changements de style que les bronzes, surtout dans un site, comme Sala Consilina, où les types récents sont très rares (quelques exemplaires à chaque fois) et où les types anciens ont tendance à s’attarder assez nettement comme nous l’avions remarqué pour les phases précédentes ; d’autant que l’épisode en question est à positionner au tout début de l’Orientalisant, à une époque où les types caractéristiques de cette phase commencent seulement à être diffusés dans les sites où apparaissent les formes nouvelles. Au total, donc, les mobiliers considérés sont l’expression locale de l’Orientalisant ancien.

3.3. L’Orientalisant de Sala Consilina

3.3.1. Pertinence de l’emploi du terme “Orientalisant”

143Au-delà de sa signification chronologique, le terme d’Orientalisant introduit une nuance culturelle. Pourquoi, en effet, ne pas se contenter de la terminologie jusque-là employée qui fait de ce groupe de tombes une sous-phase terminale de la phase II, un moment final du Premier Age du fer ? Parce que, pourrait-on répondre, le choix terminologique repose le problème du passage du Premier Age du fer à la phase ultérieure. Si l’on décide d’utiliser le terme d’“Orientalisant” ici, c’est d’une part pour insister sur les parallèles décelables entre Sala Consilina et Pontecagnano, d’autre part, corrélativement, pour souligner une continuité de développement entre le début de l’occupation au IXe siècle et à la fin du VIIIe siècle.

  • 168 Delpino 1972, et 1977a, 489.
  • 169 Delpino 1977a, 489 et 1977b, 49.
  • 170 Colonna 1967, 8 sq.
  • 171 Martelli 1981,400-401.
  • 172 Mansuelli 1960, 103. Voir aussi Pallottino 1979, 364 et Morigi Govi 1984, 68.
  • 173 Zuffa 1976, 323. On est cependant en train de nuancer cette image d’une zone de Bologne préservée (...)

144Que les éléments caractéristiques de l’Orientalisant soient peu nombreux à Sala Consilina ne doit pas surprendre si l’on compare sa situation à d’autres sites villanoviens “périphériques”. Ainsi, pour Bisenzio, Delpino rappelle que le site, après avoir reçu une très forte influence depuis l’Etrurie côtière au milieu du VIIIe siècle, reste, à la fin du même siècle, en retrait de l’explosion culturelle que représente l’Orientalisant168. On ne peut percevoir dans l’arrière-pays de l’Etrurie méridionale qu’un “pâle écho de l’Orientalisant” car les cités de l’intérieur restent en dehors des grands courants d’échange qui touchent les sites côtiers169. La crise que connaît l’Etrurie interne entre le milieu du VIIIe et le milieu du VIIe siècle se traduit d’ailleurs par un abandon des habitats de fond de vallée et la création d’habitats perchés170. Y compris pour des sites de l’Etrurie minière comme celui de Populonia, on peut estimer que le développement qui y est perceptible pendant l’Orientalisant n’est pas aussi important que dans les sites d’Etrurie méridionale171. Ce serait également vrai pour les sites du Villanovien septentrional : Bologne, avec le début de l’Orientalisant, “se détache graduellement de la koinè initiale” pour poursuivre de façon autonome son développement172 de même que Verucchio où le “faciès villanovien” perdure jusque dans la phase III173.

  • 174 Voir à ce sujet les analyses beaucoup plus détaillées de I. Strom (1971, 201) : les zones où se di (...)

145En clair, l’Orientalisant initial ne concerne que les sites villanoviens situés sur la côte tyrrhénienne et avant tout ceux d’Etrurie méridionale174. Il n’est, dans ce cas, pas surprenant qu’à Sala Consilina les éléments proprement orientalisants soient si faiblement représentés. On a l’impression que n’arrive dans le Vallo di Diano qu’un vague sous-produit en provenance de l’Agro Picentino, à une époque où cette région est elle-même un peu en retrait par rapport aux manifestations culturelles d’Etrurie méridionale maritime. Cela justifie, à nos yeux, l’emploi du terme “Orientalisant” pour définir les dernières tombes de la première époque de Sala Consilina.

3.3.2. Les rapports avec le groupe culturel de Cairano-Oliveto Citra

146Pour expliquer la présence de vases typiques de Cairano-Oliveto Citra dans les mobiliers funéraires de Sala Consilina, on peut recourir à trois hypothèses :

  • la convergence culturelle ;
  • le déplacement d’individus ;
  • l’intégration des deux zones à un même réseau d’échange.
  • 175 d’Agostino 1970d, 891, et 1974a, 24.
  • 176 Bailo Modesti 1980, 208.

147La première hypothèse est celle évoquée par B. d’Agostino qui parle d’affinités culturelles entre les deux populations175. La deuxième est proposée par G. Bailo Modesti pour expliquer la présence de vases appartenant aux types de Cairano-Oliveto Citra dans la nécropole de Pontecagnano : selon l’auteur, les vases importés apparaissent le plus souvent dans des tombes féminines et généralement en plusieurs exemplaires, ce qui justifie l’hypothèse d’une présence d’individus de cette culture sur le site même de Pontecagnano176. Rien n’interdirait, a priori, le recours à une hypothèse identique pour le site du Vallo di Diano. C’est pourtant à la troisième que va notre préférence.

  • 177 Voir la planche typologique in d’Agostino 1964, 43, fig. 3 ; voir également Pescatori Colucci 1971

148Les données sont peu nombreuses sur lesquelles il faut s’appuyer pour valider ou falsifier une hypothèse. Le problème de la céramique de Cairano-Oliveto Citra sera détaillé plus loin. Pour le moment, il suffit de souligner que l’absence dans le Vallo di Diano des bronzes si typiques de ce groupe permet de douter d’une convergence culturelle : pourquoi en effet n’aurait-on pas ces parures corporelles dans les nécropoles du Vallo di Diano ? Pour continuer dans l’inventaire des objets de la culture de Cairano-Oliveto Citra absents ou présents à Sala Consilina, remarquons que seules quelques formes céramiques sont représentées – en original ou en imitation : il s’agit des vases à verser (ou à puiser, selon la terminologie italienne) de différents modules, soit de la tasse à la cruche. Par contre, les autres formes sont presque totalement absentes : l’amphore n’est attestée qu’en un exemplaire (une “vague imitation”) ; les petits vases biconiques aux deux anses horizontales, forme attestée à la fin de la phase I de Sala Consilina, n’existent plus ; absents aussi, les vases à deux cols, les cruches à col en trompette (a tromba), les boccale, les grandes écuelles à anse en peigne à quatre dents ou à trois anses (une grande encadrée de deux petites) qui forment le patrimoine formel du groupe de Cairano-Oliveto Citra177. On reviendra plus loin sur ces problèmes de céramique. On peut toutefois retenir que l’hypothèse des affinités culturelles rend mal compte de ces absences, à moins qu’il ne s’agisse d’affinités sélectives.

149Enfin, on a souligné que plusieurs types de l’Orientalisant de Pontecagnano s’inspiraient de certaines formes céramiques du groupe de Cairano-Oliveto Citra sans que n’ait jamais été formulée l’hypothèse des affinités culturelles. Il s’agit d’un phénomène marginal à Pontecagnano, dira-t-on : le phénomène semble à peine moins marginal dans le site du Vallo di Diano.

150Quant à l’hypothèse de G. Bailo Modesti, aussi intéressante qu’elle soit, aucun élément ne permet de la proposer pour les mobiliers de Sala Consilina. La distribution des caractères du groupe de Cairano-Oliveto Citra ne suit pas de logique sexuelle qui pourrait aller dans le même sens que ce qui a été repéré à Pontecagnano. En l’absence d’autres arguments, il faut chercher une explication alternative.

151La troisième hypothèse ne sera abordée que dans notre dernière partie. Elle s’appuie sur le caractère assez diffus, même en faible quantité, des caractéristiques céramiques du groupe de Cairano-Oliveto Citra dans les productions de Pontecagnano, de Sala Consilina voire de l’Arenosola pour estimer que cette diffusion des particularités morphologiques et décoratives est sans doute le produit de la circulation de quelques vases originaux dans les populations “villanoviennes” d’Italie méridionale. Si l’on ajoute que cette circulation s’accompagne, en retour, de la présence d’éléments de l’Orientalisant de Pontecagnano, alors il semble que l’on puisse parler d’échange. Nous reviendrons sur cet aspect plus longuement.

3.3.3. Conclusion préliminaire

152Avant d’envisager quelles sont les conséquences de la mise en évidence d’une phase de l’Orientalisant à Sala Consilina, il convient de résumer les éléments précédemment soulignés. Les mobiliers de Sala Consilina qui peuvent être datés de cette phase sont peu nombreux : au total une cinquantaine, en comptant les tombes assez mal décrites de S. Antonio provenant des fouilles effectuées par l’Administration provinciale. Ces mobiliers se caractérisent par un certain nombre de vases, dont la tasse à anse scudata, qui trouvent leurs correspondants pour la plupart dans le site de Pontecagnano, et pour quelques autres dans les nécropoles du groupe de Cairano-Oliveto Citra. Les bronzes sont encore, pour la plupart, caractéristiques de la phase précédente, mais déjà des types caractéristiques de l’Orientalisant ancien à Pontecagnano sont apparus. Topographiquement, les tombes sont groupées à l’extrémité de la nécropole. La phase est de courte durée et se situe dans le dernier quart du VIIIe siècle. En fonction de cette position chronologique et des confronti répétés effectués sur le matériel de Pontecagnano daté du début de l’Orientalisant, on peut décider d’appeler cette phase “Orientalisant ancien de Sala Consilina”. Il est à présent nécessaire d’étudier comment elle s’articule avec l’époque suivante.

3.4. De l’Orientalisant au Géométrique

3.4.1. Phase 3 et phase III

153Le fait qu’une phase de l’Orientalisant ancien n’ait pas jusque-là été reconnue (au sens de “attribuée à”) à Sala Consilina tient à plusieurs raisons : avant tout à la coupure beaucoup plus marquée entre les mobiliers jusque-là datés de la phase II et ceux du Géométrique de la phase III ; mais aussi à la faiblesse du nombre de sépultures concernées. Les changements sensibles dans les types d’objets avaient été perçus par les auteurs précédents : Kilian en avait fait sa phase IIC avec une certaine marge d’incertitude ouverte à discussion ; dans les travaux de J. de La Genière, cela correspondait aux mobiliers de phase IIB et les ressemblances entre les tasses à anse scudata de Sala Consilina et celles de l’Orientalisant de Pontecagnano avaient déjà été notées.

154Plutôt, c’est le discours général que tenaient les deux auteurs qui peut expliquer ce gommage. J de La Genière a avant tout insisté sur la rupture entre sa phase II et sa phase III, rupture radicale dans un grand nombre d’éléments : l’originalité d’un Orientalisant ancien, représenté par une vingtaine de mobiliers, perdait tout son relief en comparaison du passage à la phase “géométrique”. Chez Kilian, l’idée générale qui charpente tout le livre est un rejet de l’hypothèse d’une présence “villanovienne” par les populations incinératrices de Sala Consilina, l’archéologue allemand préfèrant celle d’un développement autonome à partir d’un Protovillanovien local : impossible alors d’aller rechercher des évolutions trop parallèles avec la situation rencontrée dans les différents centres villanoviens. D’Orientalisant, point n’était besoin.

155Si l’on veut bien considérer le “Villanovien” de Sala Consilina comme un “Villanovien” à part entière, c’est-à-dire directement apporté par des populations d’Etrurie qui n’ont cessé d’avoir des rapports avec leurs terres d’origines – et il conviendra de revenir sur cette question au chapitre suivant-, il est clair qu’une phase – même représentée par un petit nombre de mobiliers – qui présente une réelle homogénéité autour d’éléments typologiquement caractéristiques de l’Orientalisant dans d’autres nécropoles peut elle-même être qualifiée d’Orientalisant ; cela, quel que soit le développement ultérieur qu’elle connaisse.

  • 178 Kilian 1961, 71-73, et 1962a, 92-97. G. Bailo Modesti (1981, 88-90) semble reprendre l’idée à son (...)

156Pourtant, c’est ce développement ultérieur qui justifie a posteriori le choix de l’appellation “Orientalisant ancien”. En effet, si l’on cherche une continuité dans l’évolution de Sala Consilina entre le Premier et le Second Age du fer, il n’est point de place pour un Orientalisant presque aussi classique que celui qu’on rencontre dans les sites tyrrhéniens : il faut plutôt insister sur la continuité entre la céramique géométrique du Premier Age du fer, la cosiddetta céramique a tenda, et la céramique géométrique du Second Age du fer. C’est ce qu’a fait Kilian178 : on passerait naturellement du Protogéométrique au Géométrique. Au contraire, si l’on s’accorde à considérer le passage à la phase géométrique comme faisant suite à une interruption complète avec ce qui précède, il n’y a plus de précautions à prendre : l’apparition de nouvelles caractéristiques morphologiques dans les objets constituant les mobiliers funéraires est bien une évolution à mettre en parallèle avec la situation des autres centres de la côte tyrrhénienne ; ce qui vient ensuite, c’est simplement autre chose. Insérer une phase orientalisante dans la chronologie de Sala Consilina revient à proposer deux sauts : d’abord entre le Premier Age du fer et l’Orientalisant ; ensuite entre la disparition précoce de l’Orientalisant et le début du Géométrique. Ces deux sauts n’ont absolument pas la même signification historique.

157Encore faut-il démontrer qu’il y a rupture. On gardera présent à l’esprit que sur des mobiliers identiques les chercheurs se divisent entre ceux qui parlent de rupture et ceux qui pensent mettre en évidence une transition suffisamment linéaire pour démontrer qu’il y a continuité. Malgré cela, tous les éléments n’ont pas la même charge d’ambivalence.

158Jusque-là, on s’en est tenu à l’appellation d’une phase 3 pour désigner cet Orientalisant. Le chiffre arabe indique que la phase désignée ne correspond pas à la phase III que J. de La Genière a définie à partir de l’époque géométrique de Sala Consilina : aujourd’hui, les recherches effectuées sur les nécropoles de Basilicate font couramment référence à ce système chronologique et il n’est pas utile de lui en substituer un autre. Cela implique par contre qu’on “joue” davantage sur les termes et les chiffres.

3.4.2. Rupture ou continuité ? Les données de la culture matérielle

159Pour A. de Musset, ce pourrait être un problème aussi simple que celui de la porte – qui doit être ouverte ou fermée- : le passage à la phase géométrique devrait montrer, soit une solution de continuité, soit une évolution sans hiatus. S’il fallait admettre, au terme d’un raisonnement, le hiatus, quelle durée devrait-on lui attribuer ? Plus exactement, quelle durée minimale l’archéologie est-elle capable de mesurer ?

  • 179 Kilian 1970, 33. A. Bottini va dans le même sens : au début du VIIe siècle se serait produite une (...)
  • 180 La Genière 1968, 33-35 et 111. Cette position n’est sans doute pas assez explicite puisque G. Tocc (...)

160Mais la situation de Sala Consilina n’est pas si simple. Au total, on serait en présence de trois hypothèses : celle d’une simple continuité ; celle d’une rupture brève dans un développement continu; celle, enfin, d’une interruption entre deux moments qui n’ont rien à voir entre eux. La première hypothèse est défendue par K. Kilian, qui souligne la continuité apparente entre les deux phases en insistant sur le caractère hallstattien que montre le Premier Age du fer à la différence du Géométrique179. La seconde est proposée par J. de La Genière qui insiste sur la complète rupture entre les deux époques mais souligne la continuité du phénomène de transformation180. La troisième hypothèse est celle qu’on souhaiterait proposer ici.

161La formulation de ces hypothèses repose sur un agencement différent des données archéologiques mais aussi sur les idées que, par ailleurs, on peut avoir sur le sujet. Si la subjectivité des auteurs ne doit pas passer avant l’objectivité des faits, il convient de reconnaître que, dans ce cas, les faits n’ont pas tous la même valeur. En effet, les données de la culture matérielle ont souvent été évoquées pour défendre l’une ou l’autre de ces hypothèses. C’est naturellement par ces données qu’il faut commencer l’examen de la question. Mais comme aucun mobilier du Géométrique ne fait partie du corpus étudié ici, nous reprendrons les données des recherches précédentes et nous déterminerons auparavant les mobiliers dont il est possible de tenir compte pour notre analyse.

a) Les tombes

  • 181 La Genière 1968, 95, et pl. 8, fig. 3 et 4.
  • 182 Kilian 1970, 307.

162Les sépultures qu’il nous faut prendre en considération à cette étape sont celles de la phase IIIA de K. Kilian et de J. de La Genière, sépultures qui nous permettraient d’envisager la continuité ou la rupture avec la phase précédente, c’est-à-dire notre phase 3, de l’Orientalisant ancien. Malheureusement, les mobiliers de Sala Consilina sur lesquels ont travaillé J. de La Genière et K. Kilian n’offrent pas la sécurité qu’on souhaiterait. Ainsi, la tombe A46, datée par J. de La Genière de IIIA et par K. Kilian de IID, est citée par l’archéologue française à l’appui d’une relative transition entre les phases II et III. Il n’est pourtant pas difficile de se rendre compte que le mobilier provient en réalité de deux tombes : à une première datant d’une sous-phase IC voire du début de la sous-phase IIA (soit conventionnellement du début du VIIIe siècle), appartient le mobilier d’impasto qui forme un ensemble chronologiquement homogène avec un petit vase biconique, un seau biconique, une cruche à anse à l’épaule et une tasse “plate” sur pied ; à une seconde, datée d’une phase IIIA comme on a déjà pu le préciser, revient le mobilier d’argile fine et métallique (fibules de bronze, instruments et armes de fer)181. Cela explique peut-être pourquoi J. de La Genière ne fournit aucune liste de tombes de cette phase et qu’il nous faut nous contenter de celle proposée par K. Kilian, dont ce n’était pourtant pas le sujet d’étude182 : il est donc nécessaire de souligner qu’il n’est pas possible de savoir jusqu’à quel point les tombes indiquées par l’archéologue allemand sont représentatives de l’ensemble des tombes de la phase considérée.

  • 183 Ibidem, respectivement taf. 19, 36, 55.
  • 184 Ibidem, taf. 38.
  • 185 Ibidem, taf. 95.
  • 186 Ibidem, taf. 107.

163De la liste de K. Kilian, on doit éliminer plusieurs mobiliers qui, comme la tombe précédente, ont toutes les chances d’être des mélanges effectués soit au moment de la fouille soit après : la tombe A40 dont on ne connaît que deux cruches très caractéristiques d’une fin de phase I ; la tombe A121 dont l’ensemble du mobilier d’impasto (en particulier une tasse sur pied en anneau), ainsi que le rasoir pourraient très bien s’accommoder d’une datation à la fin de la phase I ; la tombe A214 dont les deux cruchons et le vase à une anse horizontale oblique pourraient également être datés d’une fin de phase I ; enfin la tombe B28 qui contient des fibules à pied à bouton terminal (entre autres du type Certosa) caractéristiques de la phase IIIC à Sala Consilina et postérieures d’un siècle à la phase considérée183. La tombe A138 contient une tasse ancienne d’une sous-phase IB-IC qui constitue une datation cohérente avec les deux fibules à arc épaissi et pied symétrique, mais le reste du mobilier peut être daté de la phase IIIA184. La tombe A335 contient, quant à elle, trois vases d’impasto pour lesquels une datation vers le début de la phase IIA conviendrait bien185. De la même époque, pour finir, pourraient dater les bronzes publiés de la tombe A388, une grande fibule “sicilienne” à ressort à section rectangulaire et une pointe de lance186.

  • 187 Ibidem, taf. 52, I et IV.
  • 188 d’Agostino 1968, 119, fig. 27 et 120. Cf. un autre exemplaire dans Pontecagnano II. 2, 83-84 et fi (...)
  • 189 d’Agostino 1968, 80.
  • 190 Ibidem, 81.
  • 191 Ibidem, 192-196.
  • 192 Ibidem, 108 et 165, fig. 59, 29.
  • 193 Cf. Osteria dell’Osa 1980, 90, et 1992, 322-323, où elle correspond à la forme 93 et est datée du (...)
  • 194 Martelli 1987, 255, Canciani 1987, 245. Voir aussi Leach 1986, 305. Egalement les exemplaires prov (...)
  • 195 La Genière 1968, pl. 50. On ignore si l’association des objets publiés par K. Kilian et du cratère (...)
  • 196 Yntema 1990, 186-187, n. 237.

164Mais on ne retrouve pas ce type de mélange de deux ou plusieurs mobiliers pour toutes les tombes. Plusieurs autres sépultures doivent être prises en considération à cette étape de l’analyse, car elles contiennent des mobiliers homogènes et présentent des associations à partir desquelles il est possible de faire certaines observations. Soit pour commencer la tombe A7 : une tasse à anse scudata proche de notre type F31 accompagne des fibules, à arc losangique et pied moyen, et à arc serpentant à coude et ardillon bifide, qui dans d’autres contextes pourraient être caractéristiques de mobiliers de la fin du Premier Age du fer et à Sala Consilina de notre phase 3 ; le reste du mobilier, sans doute en argile fine, n’est pas documenté, et il n’est pas possible de savoir si l’ensemble est cohérent. Deux sépultures renferment un petit cruchon attingitoio à anse scudata en impasto : il s’agit de la tombe A208 qui, comme la A204187, contient un type d’attingitoio correspondant au type “71a” défini par B. d’Agostino pour le site de Pontecagnano188. Dans les deux tombes mentionnées, le vase est associé à la même fibule a sanguisuga creuse et pied long, du type “c” de d’Agostino189. Dans la tombe A208, on trouve également la partie distale d’une fibule en fer, sans doute à arc épaissi, ainsi qu’une fibule de bronze a sanguisuga pleine, à section lenticulaire, qu’on peut identifier, grâce au décor que l’arc porte, au type “m” de d’Agostino190. Sans prendre en compte les autres vases des mobiliers, ces objets forment des ensembles assez homogènes et cohérents pour être datés de l’Orientalisant ancien ainsi qu’il est défini à Pontecagnano191. Le vase globulaire qui accompagne les objets de la tombe A208 est particulièrement intéressant car il s’agit d’une imitation en impasto d’une olla stamnoïde d’argile fine dont un exemplaire est attesté dans un mobilier du premier quart du VIIe siècle à Pontecagnano192 : comme le soulignait déjà B. d’Agostino, la forme de l’olla stamnoïde est commune dans les productions italo-géométriques en Etrurie méridionale (autour de Tarquinia et de Caere), dans le Latium193, et est présente dans les séries de la céramique orientalisante194. L’exemplaire de la tombe A208 de Sala Consilina paraît difficilement antérieur au début du VIIe siècle car il est bien l’imitation d’un vase d’argile : il possède en effet les mêmes caractéristiques morphologiques, en particulier un petit bord vertical avec méplat oblique interne ainsi que deux anses horizontales, dont une est cassée, posées obliquement sur l’épaule. Si l’on date le mobilier d’après ce vase au premier quart du VIIe siècle, la datation convient bien pour le cruchon de la variante Pontecagnano “71a” alors que les bronzes sont plutôt caractéristiques d’une époque antérieure à la fin du VIIIe siècle. La tombe A204, quant à elle, contient également un cratère sur pied en argile fine au décor bichrome195. J. de La Genière associe le vase à sa “série secondaire” ; D. Yntema retient un certain nombre d’individus de ce groupe comme exemples du North-Lucanian matt-painted style qu’il a défini, mais pas le vase de la tombe A204196. Il n’est pas possible de le dater indépendamment du reste du mobilier mais on peut souligner que sa décoration bichrome ne peut être très ancienne. Une datation identique à la tombe précédente (premier quart du VIIe siècle) conviendrait bien.

  • 197 Kilian 1970, taf. 111. L’archéologue allemand la date de sa phase IID.
  • 198 Cette attribution est plus évidente à partir de la photo (cf. La Genière 1968, 95, et pl. 8, 1, 1) (...)
  • 199 d’Agostino 1968, 80-81.

165La sépulture A405 contient dans son mobilier un cruchon-attingitoio du type Cairano-Oliveto Citra en même temps qu’un vase qui pourrait être une imitation – moins réussie que celle étudiée plus haut – d’une olla stamnoïde197. Si l’encadrement chronologique proposé pour la tombe A208 est correct, la présence d’une imitation d’olla stamnoïde pousserait à dater le mobilier du premier quart du VIIe siècle. Une autre tombe (A404) contient le même cruchon-attingitoio du type Cairano-Oliveto Citra198. Le mobilier de bronze nous donne une datation qui converge avec celle des tombes précédentes : la fibule a sanguisuga creuse et pied long correspond au type “c” de d’Agostino, la fibule à antenne au type “q”, la fibule à deux couples d’apophyses latérales au type “r”199. Elles pourraient être datées du dernier quart du VIIIe siècle à Pontecagnano; cependant, si un retard identique aux deux premières tombes s’applique aux fibules de cette tombe, une datation postérieure au début du VIIe siècle demeurerait cohérente avec ce que nous avancions pour la tombe précédente.

  • 200 Kilian 1970, taf. 8 et 25.
  • 201 La Genière 1968, 96-98.
  • 202 Kilian 1970, taf. 25. Il s’agit du type Elevar représenté par un unique exemplaire.
  • 203 d’Agostino 1968, 110-111, types « 41 » et « 42 ».
  • 204 Kilian 1970, taf. 54.
  • 205 Ibidem, taf. 101-102.

166Deux autres tombes datées de la phase IID de Kilian contiennent des vases qui entrent dans la catégorie précédente : la tombe A32 présente un cruchon du type Cairano-Oliveto Citra tandis que la tombe A77 renferme une petite cruche qui s’inspire des cruchons précédents200. Pour deux autres tombes, les vases d’impasto donnent des indications moins précises. La tombe A76 contient un petit vase à deux anses, forme sur laquelle J. de La Genière est longuement intervenue sans pour autant apporter un éclairage déterminant sur son origine201, mais aussi une amphore à large embouchure portant un décor de fines rainures en groupes verticaux parallèles ou en angles202. Pour ce dernier vase, les proximités morphologiques ne sont pas évidentes ; plus intéressant est le décor qui reprend les thèmes décoratifs des amphores de Pontecagnano à l’Orientalisant ancien203. Une fois ce rapprochement effectué, il n’apparaît pas impossible que l’amphore en question soit directement inspirée des types du site de l’Agro Picentino. Une autre amphore, celle de la tombe A213, pourrait elle aussi être une interprétation locale de l’amphore type Pontecagnano204. Par contre, le cratèreamphore sur pied tronconique creux de la tombe A407 présente des caractères qui ne laissent pas de doute sur les références culturelles que le vase manifeste : les petites languettes posées sur le sommet des anses verticales sont typiques des amphores de la culture de Cairano-Oliveto Citra alors que la forme n’appartient pas à son répertoire. Enfin, si l’on décide de rattacher la tombe A372, datée par K. Kilian de sa phase IID, à la phase IIIA sur la base du matériel d’argile fine, on tiendra le seul exemplaire de cruche d’impasto qui ait quelque chose à voir avec les exemplaires de la phase précédente205.

167Il est à présent possible de résumer ce qu’il faut retenir des formes d’impasto des tombes de la phase IIIA.

b) La céramique d’impasto

168Au total, on peut faire plusieurs remarques sur les formes céramiques d’impasto de la phase IIIA par rapport à celle de notre phase 3 :

  • à l’exception des écuelles, le seul type déjà présent à la phase précédente est attesté en un seul exemplaire de tasse à anse scudata·,
  • des proximités existent pour des vases appartenant à la même catégorie fonctionnelle, le cru chon-attingitoio, souvent connoté quant à son origine culturelle, de Pontecagnano pour certains, culture de Cairano-Oliveto Citra pour d’autres ; mais dans tous les cas ces vases sont représentés par des types nouveaux par rapport à la phase précédente ; deux autres exemplaires d’une forme point trop éloignée fonctionnellement sont attestés dans les tombes A42 et A164206 ; enfin, la “tasse” de la tombe A178 rappelle des exemplaires du type “73” de Pontecagnano207 ;
  • les proximités culturelles soulignées pour les cruchons-attingitoî avec, d’une part, l’Agro Picentino, d’autre part, la zone des hautes vallées du Sele et de l’Ofanto est perceptible également dans les vases à deux anses opposées, amphores ou cratères-amphores; il faut d’ailleurs souligner que la petite amphorette qui fait son apparition à cette époque à Sala Consilina n’est pas inconnue dans le site d’Oliveto Citra208 ;
  • la forme de l’écuelle à deux anses oriente également vers la culture de Cairano-Oliveto Citra209.

169Au total, à l’examen de la céramique d’impasto il appert que les seuls caractères typologiques de l’Orientalisant ancien de Sala Consilina encore présents à la phase IIIA sont d’une part culturellement connotés à l’extérieur du Vallo di Diano, que ce soit dans la culture de Cairano-Oliveto Citra ou dans le site de Pontecagnano, d’autre part presque uniquement liés à deux catégories fonctionnelles particulières, tasse ou cruchon-attingitoio et amphore : il ne semble cependant pas y avoir d’évolution entre les deux phases mais plutôt un nouvel apport de modèles originaux qu’il est parfois possible de dater au début du VIIe siècle.

  • 210 Contra, Bailo Modesti 1981, 88-90.
  • 211 Kilian 1970, taf. 27.
  • 212 Ibidem, taf. 34 et 49.
  • 213 Bailo Modesti 1981, 88-90. P. G. Guzzo reprend les mêmes arguments dans Guzzo 1986.
  • 214 Sur cette question, la position de B. d’Agostino s’est modifiée : en 1970, l’auteur défendait l’hy (...)

170J. de La Genière avait déjà souligné que le patrimoine typologique d’impasto changeait assez radicalement avec l’apparition de nouvelles formes, comme les canthares, les écuelles à plusieurs anses, les jarres à anses, mais bien des formes qu’elle cite comme perdurant au début du Géométrique paraissent des éléments intrusifs dans des mobiliers plus récents. Pour le reste, il est difficile d’avoir une idée précise sur les formes qui perdurent, à l’exception de l’écuelle qui, pour être encore présente au VIe siècle, n’apparaît d’aucune valeur, lorsqu’elle ne possède pas une anse relevée, dans le problème qui nous intéresse ici210. Le mobilier de la tombe A84 contient précisément une écuelle à anse relevée semblable à celle de notre phase 3211. D’autres écuelles présentent peu de différences avec celles des phases précédentes. Les principales nouveautés sur cette forme consistent toutefois en des prises horizontales parfois associées à une ou deux anses (tombes A109, A111, A113, A194212). Le renouvellement des formes pourrait cependant ne pas être un argument décisif : il s’agit, comme le note G. Bailo Modesti, d’un phénomène général touchant presque toutes les populations indigènes à la fin du Premier Age du fer213. A ceci près que le phénomène dont on parle a déjà eu lieu à Sala Consilina : c’est ce que l’on désigne sous le terme d’Orientalisant. Il faut bien alors remarquer que le renouvellement des formes perceptible au début du Géométrique succède à un autre mais se manifeste de façon beaucoup plus radicale214. Cette transformation est sans aucune connexion avec la précédente. C’est sur ce point, entre autres, que l’on s’éloigne de J. de La Genière qui fait des deux mutations un seul et même phénomène interrompu en son milieu. Mais voyons à présent si l’image qui transparaît de cette brève analyse de la céramique d’impasto trouve un écho dans l’autre classe céramique.

c) La céramique d’argile fine géométrique

171Pour la céramique d’argile fine “géométrique”, les conclusions risquent d’être sensiblement identiques. J. de La Genière propose des analogies très limitées entre la céramique géométrique de la phase II et celle du Géométrique, bien qu’un certain nombre d’éléments interdisent de nier tout rapport : quelques traits décoratifs (les triangles sur les bords) ou techniques (le choix de l’argile et la réalisation du décor) des formes héritées incitent à proposer une certaine parenté entre ces deux productions. Mais, encore une fois, J. de La Genière souligne un renouvellement presque complet de l’ensemble du répertoire décoratif, tant du point de vue des motifs que de celui du recours très fréquent à la bichromie. Un autre argument tient à la chronologie des productions. Il est apparu qu’aucun vase géométrique ne pouvait être attribué à la phase de l’Orientalisant à Sala Consilina. L’argument n’est pas décisif : le nombre relativement limité (cinquante tombes malgré tout) des mobiliers n’offre pas une base statistique suffisante pour que l’absence soit pleinement démontrée et pour en obtenir une définitive confirmation, il faudrait connaître avec précision le contenu des tombes de S. Antonio n. sc. fouillées en 1962. Pour l’heure, néanmoins, absence il y a. De cette absence découle un hiatus chronologique entre les deux productions qui explique – à lui seul – les profondes modifications qui apparaissent même si une parenté “générique” ne peut être exclue.

  • 215 La Genière 1960 et 1961.
  • 216 Kilian 1970, 31.
  • 217 La Genière 1968, 103.
  • 218 Malnati 1984 ; Yntema 1990, 125. Les fouilles de l’Incoronata montrent une céramique a tenda évolu (...)
  • 219 Cela précise l’hypothèse de J. de La Genière qui situait le centre de production de cette céramiqu (...)

172K. Kilian insiste toutefois sur l’absence de rupture repérée par J. de La Genière dans ses premiers articles215 entre les vases de son Géométrique Ancien et la série secondaire de la production de céramique géométrique du Géométrique216. Sur le même sujet, le texte de 1968 est beaucoup moins radical et seuls quelques rapprochements entre certains motifs sont encore exprimés217. Il reste qu’on connaît un peu mieux aujourd’hui, grâce aux fouilles effectuées sur d’autres sites, les transformations ultérieures de la céramique a tenda qu’on rencontrait à Sala Consilina en phase II. En particulier, le site de S. M. d’Anglona permet de percevoir qu’il manque à Sala Consilina les vases d’argile fine caractéristiques de la fin du VIIIe siècle, et les étapes de l’évolution finale du motif a tenda218. Par ailleurs, la céramique géométrique de la “série secondaire” telle que l’a définie J. de La Genière et qu’on rencontre dans des mobiliers du début du Géométrique, correspond plus ou moins à une production céramique caractéristique d’une zone centrée sur le nord de la Lucanie et la haute vallée de l’Ofanto219.

  • 220 La Genière 1968, pl. 39, 1 et 4.

173Les quelques vases du Géométrique du Vallo di Diano qui continuent de porter un décor a tenda – cratère à pied bichrome de la tombe A23 ou cratère de la tombe A44 où la tenda n’est plus qu’un motif sous les anses220 – semblent avoir sauté l’étape de la céramique a tenda évoluée reconnue par ailleurs. L’argument n’est pas absolument décisif si l’on veut bien considérer que l’articulation chronologique et géographique des productions de la céramique a tenda reste à analyser : rien n’implique, en théorie, que tous les centres producteurs fassent subir à leur production les mêmes étapes de développement. Il reste sans doute que la céramique a tenda est une classe suffisamment homogène pour que, empiriquement, on puisse attendre les mêmes évolutions.

d) Les objets métalliques du Géométrique

174Comme on peut s’y attendre, la situation est moins claire lorsqu’on passe à l’examen des objets métalliques qui, pour l’essentiel, se résument à des fibules : si celles-ci sont de bons marqueurs chronologiques d’amples horizons, elles peuvent difficilement nous permettre de mesurer une brève césure. Les travaux récents sur les nécropoles de Pontecagnano et de la Valle del Sarno offrent néanmoins un cadre chronologique précis dont l’intérêt peut, au minimum, être étendu à toute la région, et grâce auquel les travaux précédents peuvent recevoir de nécessaires précisions. Les typo-chronologies des fibules sont à présent assez clairement établies. Elles permettent de proposer des correspondances et des synchronies entre les différentes nécropoles, soit des horizons chronologiques. Le Géométrique de Sala Consilina n’est pas représenté dans la nécropole du nord-ouest : aussi, c’est l’inventaire des fibules des tombes retenues plus haut, inventaire complété par celui que propose J. de La Genière, qui servira de base à ce réexamen chronologique.

175La classe des fibules à arc serpentant présente le plus de types différents :

  • parmi les fibules a drago avec ressort (con molla) et ardillon bifide, c’est la variante à trois paires de protubérances qui seule perdure au début du Géométrique à Sala Consilina221 ;
  • les fibules a drago sans ressort (senza molla) et ardillon lamellaire ou à section circulaire222 correspondent aux types “r” et “s” de B. d’Agostino, aux types E3b et E3c de P. Gastaldi ; elles sont datées du dernier quart du VIIIe et du premier quart du VIIe siècle à Pontecagnano223 et de l’Orientalisant ancien II dans la Valle del Sarno, soit du dernier quart du VIIIe siècle224 ; on la trouve, avec la fibule a navicella, au VIIe en Daunie225 ;
  • la fibule cuspidata226 constitue le type “u” de B. d’Agostino et E4 de P. Gastaldi227 ; à Pontecagnano, elle est présente dans des contextes datés 730-710 av. n.è.228 et est caractéristique de l’Orientalisant ancien II dans la Valle del Sarno ;
  • la fibule à antennes229 a une chronologie similaire à la fibule précédente, tant à Pontecagnano230 que dans la Valle del Sarno231.
  • 232 La Genière 1968, 113, pl. 32, n° 13.
  • 233 Gastaldi 1979, 38, type E7.
  • 234 La Genière 1968, pl. 33 n° 6 ; Kilian 1970, 111 I.
  • 235 Gastaldi 1979, 38 et fig. 26, type E9.
  • 236 d’Agostino 1968, 81, type v.

176L’autre classe d’importance est formée par les fibules a sanguisuga et pied long qui présentent souvent un décor de l’arc en rainures profondes232. A Pontecagnano, où B. d’Agostino les désigne comme types “b” à “n” selon que l’arc possède ou non une cavité, elles abondent dès les années 730-710 av. n.è., tandis qu’elles sont rares dans la Valle del Sarno233. Viennent ensuite les fibules a navicella234 elles aussi caractéristiques, dans la Valle del Sarno, du dernier quart du VIIIe siècle235, et présentes dans les tombes datées 730-710 av. n.è. à Pontecagnano236. On a discuté plus haut de leur présence en quelques exemplaires dans des mobiliers antérieurs au Géométrique.

  • 237 La Genière 1968, 111-112, pl. 32, n° 1.
  • 238 d’Agostino 1968, 81-82 ; types « x » ou « y » selon que le pied est moyen ou long.

177Enfin, parmi les fibules à arc revêtu, les exemplaires datés du début du Géométrique ont toutes un pied long : l’exemplaire illustré correspond au type E5c de P. Gastaldi daté de la seconde phase de l’Orientalisant ancien237. A Pontecagnano, les fibules à arc revêtu à pied long (certaines ont cependant encore un pied “moyen”238) sont datées, par les mobiliers dont elles font partie, des années 730-710 av. n.è. Certains exemplaires sont en fer.

  • 239 La Genière 1968, 110-111.

178De toutes ces fibules, seuls quelques rares types déjà représentés dans les mobiliers de la phase précédente – deux variantes de la fibule a sanguisuga, une des variantes de la fibule a drago a molla, des fibules a navicella – appartiennent à des tombes des deux phases. D’autres fibules existeraient avant la phase du Géométrique et poursuivraient leur existence au-delà : il s’agit des fibules à arc légèrement épaissi et à arc torsadé239, mais ces persistances peuvent être le résultat des mélanges de mobiliers.

  • 240 Les informations de Alexander ne sont en l’occurrence d’aucun secours : cf. Alexander 1965.
  • 241 Le type est représenté à Pisticci dans des contextes pas plus récents que le VIIIe siècle (Chiarta (...)
  • 242 Gastaldi 1979, 35 ; Tocco 1978, 91 ; également d’Agostino 1970a, 591-592.
  • 243 Gastaldi 1979, 54.

179La présence en quantité de la fibule à quatre spirales et de la fibule lunette, toutes deux dans leur variante en fer, dans les mobiliers du début du Géométrique, ne permet pas de préciser les termes chronologiques de cette phase par rapport à l’Orientalisant240. Les exemplaires de la fibule à quatre spirales de la Valle del Sarno sont de leur côté tous datés de l’Orientalisant ancien I, soit du troisième quart du VIIIe siècle241. On sait cependant que les fibules en bronze les plus anciennes peuvent être datées du IXe siècle242. Mais il ne resterait plus qu’à utiliser, dans un curieux raccourci, la datation de ces fibules afin de dater le début du Géométrique de Sala Consilina pour boucler la boucle, puisque précisément la datation des fibules de la nécropole du Vallo di Diano sert de confirmation aux éléments de datation de la Valle del Sarno243.

  • 244 La Genière 1968, 134.

180Si l’on veut résumer les données chronologiques que nous fournissent les fibules, il convient de remarquer que les types communs aux deux phases de Sala Consilina – phase 3 et IIIA – sont exceptionnels. Néanmoins, si l’on compare la chronologie des fibules de Sala Consilina à celle de la Valle del Sarno, il ne paraît manquer aucun type, ni de l’Orientalisant ancien I ni de l’Orientalisant ancien II sauf, pour cette dernière phase, la fibule à animaux, curieusement absente du Vallo di Diano avant la phase IIIB de J. de La Genière244. Cela met en évidence qu’à l’échelle des horizons chronologiques définis à partir des fibules, la rupture entre les deux époques de Sala Consilina n’existe quasiment pas. Il faut en conclure que cette rupture doit être brève.

  • 245 Ibidem.
  • 246 Ibidem, 112.
  • 247 Cf. supra.

181Le précédent inventaire des fibules du début Géométrique souligne une certaine convergence : les différents types sont datés dans les nécropoles de la Valle del Sarno et de l’Agro Picentino du dernier quart du VIIIe siècle. Pour P. Gastaldi, cependant, la fibule à quatre spirales permet, par des associations avec la fibule a drago à ressort, des confrontations entre le Vallo di Diano et la Valle del Sarno qui aboutiraient à mettre en parallèle le début du géométrique de Sala Consilina avec la première partie de l’Orientalisant ancien de la zone au sud du Vésuve245. Trois objections sont à soulever : d’abord, J. de La Genière a clairement souligné que si des fibules a drago à ressort perduraient jusqu’au début du Géométrique, c’était sous une variante particulière246. On a, ensuite, montré qu’au plus un seul exemplaire de fibule à quatre spirales en fer – si l’attribution au type est exacte – pouvait être daté de la première époque de Sala Consilina, à une phase IIB antérieure à l’Orientalisant : toutes les autres datent du Géométrique247. Enfin, l’analyse de la phase précédente a permis d’insister sur le retard avec lequel semblent arriver les fibules à Sala Consilina, retard que confirme leur réelle rareté. Nous avons vu que lorsque nous disposons d’éléments chronologiques pour des formes céramiques, nous retrouvons un décalage entre les fibules de Sala Consilina et en particulier celles de Pontecagnano. Aussi, plutôt que de faire remonter le début du Géométrique au troisième quart du VIIIe siècle, il paraît préférable d’allonger la durée d’existence des fibules considérées.

  • 248 La Genière 1968, 110.
  • 249 d’Agostino 1968, 84.
  • 250 La Genière 1968, 115-123.

182Pour les autres objets métalliques, le renouvellement est total. Alors que les armes étaient presque complètement absentes des mobiliers postérieurs à la sous-phase IIA, elles font de nouveau leur apparition, en fer cette fois, sous la forme de la pointe de lance et de la longue épée248. Il est à noter que cette dernière arme est inconnue à la même époque à Pontecagnano249. Quant aux parures corporelles, leur gamme est entièrement renouvelée250.

e) Conclusion préliminaire

183En fonction des observations faites à partir de la culture matérielle de la phase IIIA de Sala Consilina, il apparaît que la rupture entre la première occupation (époque “villanovienne”) de Sala Consilina et la seconde (époque “œnôtre”) est brève et se place entre l’extrême fin du VIIIe siècle et le début du siècle suivant. On retiendra qu’au début de la seconde occupation, réapparaissent des contacts avec les groupes distribués au nord, le long du fleuve Sele, soit dans l’Agro Picentino près de la côte, soit vers la haute vallée avec la culture de Cairano-Oliveto Citra. A propos de cette dernière, il faut également remarquer que les contacts qui semblent évidents dans le domaine de la céramique ne sont pas manifestes dans le domaine des productions métalliques : en ce sens, le type de rapports qui se nouent à nouveau paraît sensiblement identique à celui des relations de la phase précédente. A l’avenir, il faudra revenir sur cet aspect.

3.4.3. La phase IID de Kilian

184En fonction de ce qui vient d’être écrit, se pose un nouveau problème : si véritablement la rupture est démontrée, que devient la phase IID – la phase de transition entre les deux âges du fer – de Kilian ?

  • 251 Kilian 1970, 30.

185Pour l’archéologue allemand, l’horizon de transition IID se caractérise par un mobilier d’impasto encore très lié aux formes du Premier Age du fer, aux côtés duquel font leur apparition de nouvelles formes qui seront typiques de la phase du Géométrique. En fonction de cela, il est bien difficile de cerner ce qui caractérise ces mobiliers : la liste des types fournie ne concerne que des types du Géométrique251 ; par ailleurs, si l’on se réfère à la matrice d’association, les types qui ne sont pas représentés à un moment antérieur se réduisent – exception faite des petits objets métalliques comme des anneaux moulés ou des spirales – à deux vases des types A2evar. et A2fvar. Ces deux formes sont des vases biconiques à deux anses horizontales dont la variante n’est attestée, dans la typologie de K. Kilian, qu’en un exemplaire. Au total, les mobiliers de la phase IID ne montrent aucun critère céramique propre ou commun. En l’absence de critère ou d’élément distinctif, on peut soupçonner que ce qui a présidé à l’élaboration de cette phase tient plutôt au mélange de mobiliers qui n’ont rien à voir entre eux. L’examen du contenu des vingt sépultures devrait permettre de mieux cerner la réalité qu’elles exposent.

  • 252 Cette exclusion est basée sur la matériel métallique, alors qu’il n’est pas possible de dire quoi (...)

186De la liste des tombes proposées, il faut d’abord exclure celles qu’on a précédemment rattachées à la phase IIIA (tombes A32, A77, A80252, A372 et A405) puis toutes celles qui contiennent une fibule du VIIe siècle, voire du début du VIe : cela concerne les sépultures A22, D96, A78, F8 dont le reste du mobilier ne montre pratiquement aucun autre caractère récent. L’exception vient de la tombe A78 qui associe à un mobilier d’impasto facilement datable du début de la phase II – tasse carénée à décor d’incision très fines, typique amphore biconique “villanovienne” en particulier – des éléments beaucoup plus récents comme les colliers en perles d’ambre et la cruche d’argile au décor peint (bi(bi-chrome ?).

  • 253 Ibidem, taf. 21 et 22. La Genière 1968, 270, et pl. 8, 3. Voir supra.
  • 254 Kilian 1970, taf. 72.
  • 255 Ibidem, taf. 31.

187A côté de ces mobiliers où l’intrusion d’objets particuliers est manifeste, d’autres posent de réels problèmes d’interprétation : si, pour certains mobiliers, il est évident que l’on est en présence du contenu de deux tombes distinctes, pour d’autres il existe suffisamment de proximité chronologique pour que le doute soit permis. Comme on l’a déjà dit, la tombe A46 que J. de La Genière et K. Kilian retiennent comme matérialisation d’une vraie transition est manifestement composée de deux mobiliers. L’un est constitué par les vases d’impasto (publiés par K. Kilian), l’autre par de la céramique peinte complétée d’objets métalliques : les vases d’impasto pourraient être datés de façon homogène fin de la phase I-début de la phase II, à un moment où se multiplient les petits vases biconiques à deux anses horizontales et les seaux mais où perdurent encore les cruches à col étroit et anse sur l’épaule ; au contraire, l’autre partie du mobilier, dont font partie les vases géométriques à décor bichrome, ne peut être datée à un moment antérieur au début du Géométrique253. Le mobilier de la tombe A247 tel qu’il est publié par K. Kilian est également constitué de deux groupes homogènes qui peuvent également correspondre à des tombes différentes : d’un côté la cruche et la tasse, typique de la sous-phase IIB, les quatre fibules à arc épaissi et pied symétrique et la fibule à arc simple ; de l’autre, les objets métalliques récents, en particulier les fibules a sanguisuga creuse et à pied long254. Pour la tombe A100, le seul élément récent est le petit vase à deux anses qui correspond soit à un exemplaire de notre type B41, soit un représentant intrusif de la forme qui apparaît dans les mobiliers de la phase IIIA ; pour le reste, le mobilier est cohérent et peut être daté d’une phase IIB255.

  • 256 La bichromie n’existe pas, dans les productions céramiques d’argile fine de Basilicate, avant la f (...)
  • 257 La Genière 1968, 128, n.135. Il s’agit du motif n° 9, fig. 110, de Yntema (1990, 136) qui confirme (...)

188Plusieurs tombes ne contiennent qu’un vase géométrique d’une autre catégorie que les vases a tenda, au milieu d’un mobilier céramique exclusivement composé de vases d’impasto. La tombe SA019 montrait déjà une telle association et ce cas ne souffrait d’aucune contestation : l’absence, dans le même secteur, de tombes du Géométrique exclut toute confusion entre deux mobiliers différents ; de plus le carnet de fouilles, bien que peu loquace, fait bien état d’un vase géométrique. Dans le cas des tombes A393, A395, C10, D28 et D101 intervient cependant un autre aspect : le reste du mobilier d’impasto ne présente aucun des caractères qu’on a isolés pour mettre en évidence la phase de l’Orientalisant. Il faudrait donc admettre que du mobilier d’impasto récent puisse montrer des caractères archaïsants, hypothèse qu’il est difficile de retenir par l’aspect systématique qu’elle réclame : aucune sépulture de l’Orientalisant ne contient de vase géométrique de l’époque suivante et la coïncidence inverse – le seul caractère récent de ces mobiliers par ailleurs homogènes se résume à la présence d’un vase géométrique (dont la bichromie atteste la modernité)256 – paraît archéologiquement troublante. D’autant plus troublante que pour deux tombes au moins (A395 et D101) on peut remarquer que le vase géométrique attesté n’est pas typologiquement datable de la phase IIIA mais de la phase IIIB, soit de la fin du VIIe siècle : le décor de la panse est un triangle simple aux côtés concaves et dont la pointe descend très bas, décor reconnu par J. de La Genière comme typique d’un groupe de mobilier de phase IIIB257.

189La situation inverse existe aussi et se manifeste par certains mobiliers de la phase IID. Dans ce cas, à côté d’objets clairement et de façon homogène datables du Géométrique, apparaît un vase plus ancien : une tasse à anse à entrait (tombe D137) ou une urne cinéraire (tombe J21).

  • 258 La Genière 1968, 34.
  • 259 En dehors de la zone A où toutes les phases sont représentées.

190Au total, après l’examen de toutes les tombes datées de la phase IID de K. Kilian, il est clair que ce groupe de tombes est très hétérogène. Un seul critère domine : l’aspect inclassable des tombes. C’est cet aspect qui permet de nier la réalité de la phase de transition. Mais un autre argument est à invoquer : la disposition topographique des tombes. Les tombes du groupe isolé par K. Kilian sont concentrées dans les zones A, D et J à deux exceptions près : les tombes C10 et F8. Ainsi, les tombes de la phase IID suivent la répartition des tombes du début du Géométrique, concentrées, comme le rappelle J. de La Genière, dans les zones A et J258 pour les plus anciennes, dans la zone D pour les plus récentes, et ignorent au contraire les secteurs où l’on trouvait les tombes de l’Orientalisant ancien comme les zones L et H259 : cela explique pourquoi, lorsqu’il y a mélange, les objets “anciens” sont datés d’une époque très lointaine.

191On retiendra donc que la phase IID n’existe pas : les tombes que K. Kilian attribue à cette phase sont des mobiliers mélangés ou datables de l’occupation suivante. La rupture entre la première et la seconde époque de Sala Consilina n’est donc pas infirmée. Mais l’examen de la phase IID m’a mené vers la dimension topographique qu’il convient à présent de parcourir en détail.

3.4.4. Les données de la topographie

192Les problèmes topographiques de Sala Consilina réclament deux échelles distinctes d’analyse :

  • une petite pour envisager le site dans son ensemble ;
  • une grande pour analyser la disposition topographique des tombes selon leur datation.
  • 260 La Genière 1968, 34. Les récentes recherches entreprises par M. Maiello et qui prennent en compte (...)

193Si l’on considère l’ensemble des nécropoles de Sala Consilina, les discontinuités sont évidentes. Pendant toute la première époque, les deux noyaux distincts au nord-ouest et au sud-est sont occupés en parallèle : d’après les comparaisons qu’on peut proposer, il faut fixer une date identique à la création des deux nécropoles. Ces deux zones montrent un développement symétrique – extension vers le nord-ouest pour le noyau du nord-ouest et vers le sud-est pour le noyau du sud-est pendant tout le Premier Age du fer et jusqu’à un moment qu’on peut situer dans l’Orientalisant. Les tombes les plus récentes de la zone S. Antonio sont en effet à dater à un moment point trop avancé de l’Orientalisant. Il n’existe aucune trace archéologique pouvant faire penser à une occupation ultérieure de cette zone, à l’exception du fond de vase à vernis noir de la tombe 203P. Dans l’autre secteur, l’extension maximale est atteinte au même moment et concerne les parcelles L et H. Les sépultures du début du Géométrique sont, après un certain temps, creusées là où les plus anciennes tombes de la première époque l’avaient déjà été, dans les parcelles A et J : les tombes suivantes seront disposées à chaque fois plus au sud, comme l’a déjà souligné J. de La Genière260.

  • 261 Supra.
  • 262 Fouilles de septembre 1989 sur la parcelle située entre la zone A et la zone J, inédites.

194Si l’on s’attarde à présent sur l’examen des données topographiques à une échelle plus grande, on peut remarquer que l’organisation des tombes de la seconde époque est différente de celle de la première. L’extrait de plan de la figure 2.11261 qui concerne les fouilles récentes effectuées dans la parcelle anciennement désignée comme parcelle “L” montrait, outre une différence d’orientation de certaines sépultures de cette seconde époque, un alignement des tombes dans le sens de la longueur formant grossièrement deux rangées, une sorte de “rue” de tombes. Les plans réels des tombes du Géométrique n’ont jamais été relevés lors des fouilles des années cinquante. Ceux que propose K. Kilian sont tirés des croquis effectués par le fouilleur de l’époque sur du papier à petits rectangles où les tombes se trouvent pourvues d’une orientation qui est celle des rectangles de la feuille. Il n’est donc pas possible de savoir si cette organisation est connue sur d’autres parcelles. Cependant, d’après nos fouilles récentes262, il semblerait que cette différence d’orientation et cette organisation en rues ne soient pas une constante des tombes du Géométrique.

195Quoi qu’il en soit, les données topographiques confirment l’existence de discontinuités réelles entre les deux époques reconnues à Sala Consilina. Ces discontinuités traduisent une interruption dans l’occupation du site du Vallo di Diano qui doit avoir lieu peu après le début de la période orientalisante. Il convient de replacer cette interruption dans le contexte général du VIIIe siècle.

3.5. Sala Consilina dans le contexte de la fin du VIIIe siècle

  • 263 Contra, d’Agostino 1974a, 24.

196Résumons la situation : une première époque d’occupation de Sala Consilina par des populations “villanoviennes” s’achève peu après le début de la période de l’Orientalisant ancien, soit au début du quatrième quart du VIIIe siècle ; quelques années plus tard, après le début de l’autre siècle, une autre population investit le site et amorce une seconde occupation qui durera jusqu’au début du Ve siècle263. Le laps de temps qui sépare les deux événements interdit une interprétation en termes de relations de cause à effet : les populations porteuses de la céramique géométrique peuvent s’installer à Sala Consilina parce que la place est libre. Il faut chercher une autre explication à la fin de la première occupation.

197Les changements fondamentaux perceptibles à Sala Consilina au début de la période orientalisante ne trouvent pas de justification interne, tout au moins décelable sur des mobiliers funéraires. Disposerait-on des données sur les habitats, alors peut-être pourrait-on chercher des raisons, internes à la communauté de Sala Consilina, à cet évanouissement. Pour l’heure, les quelques mobiliers ne témoignent pas d’une telle crise : mais encore une fois, pour ce genre de problèmes, les seules sépultures sont assez peu loquaces. L’explication externe est cependant vite trouvée : les Grecs. L’arrivée des Grecs en Italie méridionale à la fin du VIIIe siècle bouleverse aussitôt le monde indigène : ainsi la fin de l’époque villanovienne de Sala Consilina pourrait être la conséquence directe des événements qui touchent les côtes. Il est inutile de préciser qu’une telle affirmation n’apporte aucune explication et qu’elle aurait plutôt pour effet de masquer les processus historiques qui ont pu aboutir à la disparition d’une communauté dans un lieu donné. Les Grecs et ce qu’ils ont apporté sont peut-être, très loin en amont, responsables. Il faut cependant se garder de rassembler des phénomènes voisins dans le temps mais différents dans leur portée historique pour en tirer un modèle quelque peu mécaniste. Et même si au bout du compte il fallait aboutir à ce genre de modèle simpliste, nous ne serions pour l’heure pas plus avancés : entre le Grec de la côte tyrrhénienne ou ionienne et l’indigène du Vallo di Diano, il manque encore tous les rouages. Dès lors, il convient d’envisager les problèmes à différentes échelles, même si, pour finir, la difficulté consiste en l’articulation de ces différentes échelles.

198Quel est donc le contexte historique dans lequel s’insère la disparition de Sala Consilina ? A quelle échelle de phénomènes nous trouvons-nous confrontés ?

3.5.1. La situation dans le Vallo di Diano

  • 264 Johannowsky 1986, 183, et 1980, 444.
  • 265 Yntema 1990, 187 sq. ; cf. Bottini 1986b, 161 ; voir infra.

199Dans l’état de nos connaissances, le Vallo di Diano ne paraît occupé pendant le Premier Age du fer que par les populations installées à Sala Consilina. Par la suite, la situation du Vallo di Diano se modifie profondément. Sala Consilina cesse d’être le seul site habité. Plus au nord apparaît, à Atena Lucana, une occupation indigène dont on ne connaît pour l’heure que la nécropole. Les publications très succinctes laissent entendre que les plus anciennes tombes pourraient remonter à la première moitié du VIIe siècle264. En particulier, dans les tombes les plus anciennes, le fouilleur signale un mobilier comportant une panoplie complète avec des casques gréco-coloniaux semblables aux exemplaires de deux tombes de Sala Consilina (tombes A248 et A410) datées du début du Géométrique. Atena Lucana entre dans l’orbite de la Basilicate septentrionale caractérisée par une céramique de la classe Ruvo-Satriano (dans laquelle est sensible une forte parenté avec la céramique du versant apulien et qui correspondrait plus ou moins à la “série secondaire” de Sala Consilina265) et un rituel funéraire basé sur l’inhumation en position accroupie sur le côté.

  • 266 La Genière 1968, 38, et 208, n. 123.

200Au sud, le site de Padula n’est pas mieux connu aujourd’hui qu’il ne l’était lorsque J. de La Genière entreprit ses recherches sur le Vallo di Diano. L’auteur attribue les tombes les plus anciennes à sa phase IIIC, soit peu après le début du VIe siècle. J. de La Genière mentionne toutefois du matériel sporadique dont feraient partie des fibules datées de la phase IIIA266.

  • 267 d’Agostino 1972 ; Gastaldi 1974, 53-54.
  • 268 Bailo Modesti 1981, 116.

201Par ailleurs, le Second Age du fer voit une réutilisation des grottes situées en périphérie du Val. Ainsi la grotte de Polla a livré dans ses niveaux supérieurs (I à III, avec du mobilier du Bronze final, un fond de coupe ionienne et des fragments de céramique oenotrio-subgéométrique, datés entre le VIIe siècle et le IVe siècle267. On peut également rappeler le matériel trouvé dans la grotte de la Pertosa, correspondant à la phase IIIB de Sala Consilina, soit fin VIIe-début VIe siècle268.

  • 269 Pontrandolfo 1982, 85.

202En dehors de Sala Consilina, les données disponibles sur le Vallo di Diano sont très discrètes. Toutes les transformations dont on ne possède encore que les traces les plus superficielles indiquent des formes de peuplement et d’utilisation de l’espace – la réutilisation des grottes correspond peut-être à une reprise des parcours pastoraux – très différentes de celles attestées au Premier Age du fer269. Les changements interviennent cependant de façon progressive : rien ne semble correspondre à l’interruption de la première époque de Sala Consilina et la nouvelle occupation risque d’être – à l’échelle du Vallo di Diano et pour la fin du VIIIe siècle – un phénomène isolé. Il faut donc chercher à l’extérieur du val les explications aux transformations perceptibles à la fin du VIIIe siècle.

3.5.2. Les changements hors du Vallo di Diano

a) La zone ionienne et l’arrière-pays

  • 270 d’Agostino 1987, 34.

203Il n’est aujourd’hui plus possible de tracer pour la Basilicate un cadre homogène et unitaire. Depuis la fin des années soixante-dix, les travaux se sont multipliés qui, à la suite des recherches débutées par D. Adamesteanu, ont commencé de mieux cerner archéologiquement les réalités historiques que les sources nous faisaient connaître : en particulier les peuples œnôtre et chône. A présent, le refus – justifié comme a priori et pour d’autres contextes – d’assimiler un peuple historiquement connu, une culture matérielle et une culture ethnique à une même réalité n’est plus de mise et il n’est “plus de réserve à l’adoption du nom [Œnôtre] pour définir les peuples qui occupent l’aire caractérisée par la diffusion de la céramique a tenda et les fibules à quatre spirales”270.

  • 271 Bottini 1986b, 158, et 1986a, 154-156.
  • 272 Johannowsky 1986, 183-184. Contra, cf. Bottini 1986b, 196.
  • 273 Yntema 1990, 16.

204A peine reconnue, la zone peut elle-même faire l’objet de découpages plus précis. Le territoire compris entre la Sybaritide et la zone matérane, qui touche la côte tyrrhénienne vers le golfe de Policastro, est occupé par deux groupes culturels que distinguent essentiellement le rite funéraire : au sud-ouest, dans les vallées des fleuves Sinni, Agri et Cavone, il s’agirait d’une émanation de la Fossakultur tyrrhénienne, caractérisée par l’inhumation en position décubitus dorsal·, le reste de la Basilicate montre davantage d’affinités avec le territoire plus oriental des Iapyges et leurs tombes d’inhumés accroupis sous tumulus de pierres271. Une division supplémentaire est parfois proposée pour les sites centrés sur les hautes vallées du Sele et de l’Ofanto, du Bradano et du Basento : pour W. Johannowsky, cette culture de la vallée du Platano serait celle des Peuketiantes de Denys d’Halicarnasse272. On remarquera que ces distinctions recoupent largement celles que D. Yntema propose sur la base de la céramique géométrique, en particulier entre le West-Lucanian Geometric et le Bradano Geometric273.

  • 274 La Genière 1970, 1972, 1978a, 1983.
  • 275 Par exemple, Pelosi 1991.
  • 276 La Genière (1970) insistait en particulier sur la rupture que représentait le passage du VIIIe siè (...)
  • 277 Bottini 1986b, 158.
  • 278 D. Adamesteanu semble avoir abandonné cette hypothèse sur la base des résultats de P. Orlandini. C (...)
  • 279 Orlandini 1986a, 50, et 1986b, 29-39 ; Castoldi 1986, et bibliographie précédente. In ultimo, Orla (...)
  • 280 Chiartano 1983.
  • 281 De Siena 1990, 81-84.
  • 282 De Siena 1986a.
  • 283 Ibidem. Voir aussi De Siena 1991, 638-639. A cette hypothèse adhère également A. Pelosi (1991, 58 (...)

205Ces divisions ne nous concerneraient pas ici si elles ne recouvraient des situations et des développements historiques très différents. A plusieurs reprises, J. de La Genière a proposé de vastes synthèses sur l’établissement des premiers rapports entre Grecs et indigènes au passage du VIIIe au VIIe siècle et sur les effets de ces rapports que l’archéologie permet de mesurer274. Avec le développement des études sur ces régions ioniennes, le bilan que l’on peut proposer aujourd’hui275 est sensiblement moins uniforme que celui que l’auteur traçait au début des années soixante-dix276. Les nouveautés les plus notables viennent de Basilicate. A propos de cette région, A. Bottini souligne que seule la zone à inhumation de rannicchiati avec ses grands centres habités – Santa Maria d’Anglona et l’Incoronata – subit de plein fouet la “restructuration” du monde indigène qui suit l’arrivée des Grecs277. A l’Incoronata cependant, les données sont peu claires. Ainsi, à propos de la situation qu’on rencontre sur la colline de l’Incoronata (autrement désignée comme “Incoronata grecque”), deux lectures s’opposent : D. Adamesteanu considère qu’un habitat grec, apparu à la transition du VIIIe au VIIe siècle, aurait pu coexister avec un habitat indigène créé au Premier Age du fer, soit au début du VIIIe siècle278 ; pour P. Orlandini au contraire, l’occupation indigène et l’occupation grecque correspondraient à deux moments successifs, le village indigène étant détruit par la création de l’établissement grec qui sera lui-même anéanti peu après le milieu du VIIe siècle, vers 640 av. n.è. ; cet habitat grec aurait une finalité emporique ou militaire279. Les recherches entreprises sur l’autre terrasse, séparée de la colline de l’Incoronata grecque, ont mis en évidence plusieurs cas de discontinuité : ainsi la nécropole de S. Teodoro qui a livré plus de 430 tombes ne montre pas de mobilier plus récent que le milieu VIIIe ; les autres secteurs de nécropoles semblent connaître une même interruption280. Le matériel provenant des couches archéologiques de certains secteurs de l’habitat indique néanmoins une chronologie plus basse, qui descend jusqu’à la seconde moitié du VIIIe siècle281. En s’appuyant sur ces données, mais aussi sur d’autres comme les vestiges indigènes datés du VIIe siècle découverts à l’intérieur de l’espace urbain de Métaponte282, A. De Siena formule l’hypothèse selon laquelle c’est à une réorganisation de l’habitat qu’on assiste dans la seconde moitié de ce siècle, réorganisation qui s’est manifestée par la relative concentration des précédents noyaux habités en une occupation intensive de la terrasse de “l’Incoronata grecque” (qui ne serait donc pas un comptoir grec), à la suite de l’établissement de contacts systématiques avec des individus grecs ; de nouveaux arrivants, au cours du VIIe siècle, seraient demeurés en position marginale par rapport aux populations indigènes du lieu283.

  • 284 Malnati 1984, 90-95 ; par ailleurs, pour la nécropole de Valle Sorigliano, O. H. Frey a souligné q (...)
  • 285 Tocco Sciarelli 1981, 225.
  • 286 Bianco, à paraître.
  • 287 D’Ambrosio 1992, 274.
  • 288 Adamesteanu 1971b.
  • 289 Adamesteanu 1971b, 648, et Huxley 1981.
  • 290 Par exemple Lombardo 1981, 51, et 1986.
  • 291 Pelosi 1991 et 1992. Voir également les pages qu’E. Greco dédie à ce problème (1992, 40-46).

206Pour le site de S.M. d’Anglona, l’essentiel de l’abondante documentation archéologique est daté du VIIIe siècle. Dans deux des nécropoles utilisées à cette époque, on ne connaît qu’un nombre assez limité de mobiliers funéraires du VIIe : Malnati place la fin de la nécropole de la colline d’Anglona au plus tôt au milieu du VIIe siècle284. La continuité qu’on reconnaît (comme le fait G. Tocco pour le site de S. M. d’Anglona) n’est que momentanée285 : les cimetières encore utilisés au VIIe siècle montrent néanmoins une nette contraction et leur fréquentation semble s’interrompre vers le milieu du siècle286. Même si les connaissances des habitats qui correspondent à ces tombes sont encore très lacunaires, on peut faire l’hypothèse que cette interruption atteste une restructuration du peuplement à la suite de l’arrivée des Grecs sur la côte ionienne287. Précisément, sur le site de Policoro, la présence dans la nécropole occidentale de tombes montrant des rites funéraires très différents – crémation, inhumation en position décubitus dorsal, inhumation en position accroupie – avait suggéré à D. Adamesteanu une certaine coexistence entre éléments grecs et éléments indigènes288 Pour ce site se posent toutefois les problèmes de type et de chronologie des installations grecques. Les chercheurs qui préfèrent s’en tenir aux données archéologiques, comme D. Adamesteanu ou G. Huxley289, datent la fondation de Siris à la fin du VIIIe siècle. La plupart des autres chercheurs s’appuient cependant sur la tradition littéraire de l’émigration des habitants de Colophon et la chronologie du règne de Gygès pour proposer une date postérieure au milieu du VIIe siècle290. Cela laisse donc, comme dans le cas de Métaponte, un laps de temps de plus d’un demi-siècle durant lequel la présence des Grecs est attestée sans s’insérer dans une réalité coloniale. Les travaux récents, dont la synthèse d’A. Pelosi est une bonne illustration, cherchent aujourd’hui à définir plus précisément cette présence que, par commodité, on qualifie de pré-ou proto-coloniale291.

  • 292 De Siena 1986b, 29.
  • 293 Ce qui n’est pas contradictoire avec la présence de céramique archaïque semblable à celle qu’on tr (...)

207Pour conclure sur ce secteur de la zone ionienne, il est nécessaire d’envisager le cas du site de Termitito. Le site de la vallée du Cavone a livré une stratigraphie complète montrant une occupation sans solution de continuité du Bronze récent jusqu’à l’époque coloniale292. Les vestiges grecs, autres que du matériel, n’y semblent pas antérieurs au milieu du VIIe siècle293.

208On peut donc constater pour cette partie de la côte ionienne que le passage du VIIIe au VIIe siècle est l’époque de certaines restructurations dans les formes de peuplement indigène, restructurations à mettre en parallèle avec l’établissement des premières installations grecques qui ne sont toutefois pas coloniales. Ce n’est qu’au moment de la fondation des colonies, après le milieu du VIIe siècle, que les discontinuités sont plus marquées et que disparaissent les sites indigènes les plus proches des colonies grecques. C’est une situation qu’on rencontre également dans la zone de Sybaris, où ce phénomène est bien antérieur.

  • 294 La Genière 1970, et 1978a, 267 sq.
  • 295 In ultimo, La Genière 1988, 157, et 1992, 115-116.
  • 296 La Genière 1984, 177 ; Guzzo 1982c, 31.
  • 297 Zancani Montuoro 1969, 133, et d’Agostino 1982, 62.
  • 298 Guzzo 1982b, 148.
  • 299 La Genière 1970 ; Guzzo 1984, 242.
  • 300 Vallet 1968, 123-124.
  • 301 La Genière 1971a, 1971b, et 1978b, 344-345 ; Guzzo 1984, 241 sq.
  • 302 La Genière 1992, 116.
  • 303 Voir sur ce sujet l’opinion très nuancée de P. G. Guzzo qui n’exclut pas que cette restructuration (...)

209Plus au sud sur la côte ionienne, la plaine de Sybaris commence à être mieux connue d’un point de vue archéologique. La fondation de Sybaris intervient au début du dernier quart du VIIIe, vers les années 730-720 av. n.è. J. de La Genière a souligné la coïncidence entre l’effacement ou la destruction des sites indigènes et la fondation de Sybaris en particulier, alors que même les sites éloignés de la côte ne seraient pas restés à l’écart des effets de la colonisation294. Après la ktisis, plusieurs sites occupés au Premier Age du fer (Francavilla Marittima295, Cozzo Michelicchio et probablement Torre Mordillo) paraissent fréquentés comme sanctuaires de confins296. En termes chronologiques, la présence de céramique grecque permet de situer ces événements dans un cadre assez précis. A Francavilla Marittima, la céramique grecque du VIIIe siècle la plus ancienne consiste en deux vases du Géométrique récent I297. Tout autour et parfois très loin de la colonie, le territoire est déserté pour au moins une génération298 : les sites indigènes localisés le long de la côte comme le long du Crathis ne livrent aucune trace d’occupation relative au dernier quart du VIIIe siècle299. Cette extension des conséquences de la colonisation fait penser, comme le souligne G. Vallet, à l’exploitation des populations indigènes par les Grecs300. Au nord, à Amendolara prend fin l’occupation du Rione-Vecchio et débute, à trois kilomètres à l’est, celle de San Nicola “sans doute par les mêmes personnes mais en nombre très limité”301. J. de La Genière assimile souvent la situation qu’on rencontre dans ce dernier site à la disparition des autres sites majeurs de la Sybaritide : il reste que, s’il ne s’agit pas seulement dans ce cas d’un transfert de populations vers la colline de S. Nicola mais également d’un regroupement de petits noyaux d’habitats épars comme l’auteur le propose302, cette situation ressemble davantage à celle rencontrée à l’Incoronata et S. Maria d’Anglona qu’à celle de Francavilla Marittima ou Torre Mordillo ; auquel cas il pourrait s’agir moins d’une illustration directe de l’effet “traumatisant” de la colonisation dans cette zone que d’une restructuration du peuplement davantage dû à des causes internes303.

  • 304 Lo Porto 1969. De Siena 1987, en particulier 61-62. Voir également la synthèse d’A. Pelosi (1991, (...)
  • 305 Small 1977.
  • 306 Adamesteanu 1971a.
  • 307 Voir aussi l’analyse de Bottini 1986b.
  • 308 Lattanzi 1980, 252 sq.
  • 309 Small 1992, 6.
  • 310 Du Plat Taylor et al. 1977.
  • 311 Tocco 1978, 114.
  • 312 Pour Serra di Vaglio, voir Adamesteanu 1972, 41, et 1974, 148-149 ; Greco 1980, 369-371 et 382 ; B (...)

210A la même époque, les sites indigènes de l’arrière-pays de la zone métapontine paraissent au contraire peu concernés par l’arrivée de populations grecques sur la côte : si de rares produits les atteignent, les formes de peuplement demeurent inchangées. La continuité entre la fin du VIIIe et le début du VIIe siècle semble générale : à Ferrandina304 comme à Monte Irsi305, à Montescaglioso306, le fouilleur n’indique pas de rupture307. Pour le site Timmari, E. Lattanzi ne fait pas état de discontinuité entre le VIIIe et le VIIe siècle308. A propos du site de Gravina, A. Small estime que « there is no sign of Greek influence on the organization of the settlement »309. Beaucoup plus près de la côte, la population du site de Cozzo Presepe, dis tant de douze kilomètres de Métaponte, conserve le même mode de vie jusqu’à la fin du VIIe siècle, alors que la colonie grecque est fondée depuis près de cinquante ans310. On a pu, malgré cela, insister sur la discontinuité dont témoignent les vestiges archéologiques datés du VIIe siècle. Les deux exemples proposés par G. Tocco sont ceux de Serra di Vaglio et Serra del Carpine311. Pour les deux sites, ces discontinuités se traduiraient par la superposition de nécropoles de la fin du VIIe siècle et des habitats antérieurs. Cette discontinuité, qu’il conviendrait d’expliciter, est donc à placer au plus tôt au milieu, voire à la fin, du VIIe siècle312.

  • 313 Par exemple, Tagliente 1983, 18, et 1985, 159-160.
  • 314 Bianco 1990, 8-9, et 1991, 596.
  • 315 Bianco 1988a, 68.
  • 316 Adamesteanu 1970-71 fait état d’un vase biconique a tenda daté par l’auteur de la fin VIIIe.
  • 317 Bianco 1991, 585. Voir également Tocco Sciarelli 1980, Tagliente 1986, Bottini et Tagliente 1984, (...)
  • 318 Bianco 1988a, 70.

211Dans la zone interne de la Basilicate occidentale, les petits habitats ignorés par ces contacts “précoloniaux” des vals de l’Agri, Sinni et Cavone, semblent ressentir différemment l’arrivée de Grecs sur la côte au passage du VIIIe au VIIe siècle. Il est toutefois difficile de proposer une lecture uniforme à partir de données qui ne cessent de se multiplier et dont on ne trouve qu’un écho limité dans les publications. Ainsi, jusqu’à il y a quelques années, cette zone de la Basilicate paraissait vide de tout vestige archéologique datable du VIIe siècle313. Les travaux récents permettent de modifier sensiblement cette image. La petite nécropole de Chiaromonte dont les tombes du Premier Age du fer ne font ostentation d’aucune richesse et qui cesse d’être utilisée à la fin du VIIIe ou au début du VIIe siècle semblait exemplaire : aujourd’hui, on insiste au contraire sur l’importance que paraît avoir le site du VIIe au VIe siècle, et c’est au total plus de 250 tombes qui ont été mises au jour314. Les données publiées sont toutefois peu nombreuses et il faut se contenter de la localisation des nécropoles dans la contrada Sotto-La-Croce pour inférer une relative continuité entre l’occupation du VIIIe et celle du VIIe siècle : on souhaiterait avoir plus de précisions sur l’existence éventuelle d’un hiatus entre un premier moment daté entre le début du IXe et le VIIIe siècle, et un second entre le milieu du VIIe siècle et le début du Ve315. La situation du site d’Aliano diffère quelque peu. Depuis les années soixante-dix, on sait que le site a au moins connu une “fréquentation sporadique” au VIIIe siècle316 ; quant à la période suivante, « dagli inizi del VII e nel corso del VI sec. gruppi indigeni piuttosto consistenti si insediano nel territorio di Aliano, in particolare ad Alianello (contr. Cazzaiola) » précise S. Bianco317. Quant au site de Noepoli, il est difficile de conclure quoi que ce soit des documents très lacunaires dont on dispose, en particulier les quelques fibules provenant de tombes détruites datées du Premier Age du fer318.

  • 319 Bottini 1986b, 159.
  • 320 Bianco 1988b, 79-80.

212Ainsi, malgré l’importance des recherches les plus récentes et malgré la continuité générique du peuplement que l’on rencontre entre le VIIIe et le VIIe siècle, il semble bien qu’au cours de la première moitié du VIIe siècle on assiste à une “redistribution du peuplement” qui pourrait traduire, selon A. Bottini, la position intermédiaire, entre la côte ionienne et la côte tyrrhénienne, de la région319 : rien pour le moment ne paraît en tout cas infirmer le constat d’un « quasi-vuoto nella documentazione nel periodo a cavallo fra i due secoli » suivi par « una progressiva ripresa a partire dal 680 »320.

  • 321 Bottini 1982, et 1986b, 162-163.

213Pour le reste de la Basilicate, la situation est assez mal connue. Dans l’extrémité septentrionale, sur la haute vallée du Bradano et la moyenne vallée de l’Ofanto, les sites de culture daunienne montrent une continuité réelle entre le Premier Age du fer et le VIIe siècle. Plus à l’ouest, dans la zone montagneuse du Melfese où les populations sont davantage liées aux groupes œnôtres, une même continuité est perceptible au moins sur la base assez réduite des données dont on dispose321.

  • 322 Strabon VI, 1, 15.
  • 323 Maddoli 1974, 240 sq. Tocco 1978, 116, et supra.
  • 324 Musti 1981, 22-23. Sur cette question, voir aussi Musti 1988 et Guzzo 1983.

214Si les Grecs sont souvent invoqués comme les principaux responsables des transformations du monde indigène, ils ne sont pas les seuls. Ainsi, la destruction de Métaponte par les Samnites telle que la mentionne Strabon a été diversement interprétée322. Il n’y aurait pas lieu de s’en préoccuper ici si G. Maddoli n’avait proposé de placer cet événement – conséquence d’une incursion samnite – à la fin du VIIIe siècle, et si G. Tocco ne suivait cette hypothèse pour expliquer les changements perceptibles dans la Basilicate interne au siècle suivant323. D. Musti a fait justice de cette interprétation : la disparition de Métaponte telle que Strabon la rapporte fait référence à la cité achéenne archaïque, de la même façon qu’il rappelle pour les autres cités achéennes les raisons de leur déclin historique324. Pour ce qui nous occupe, la “crise” sensible chez les populations indigènes à la fin du VIIIe siècle ne serait pas imputable à un mouvement de Samnites, mouvement qu’on s’accorde à la suite de J. Bérard à dater du IVe voire du Ve siècle.

  • 325 Orlandini 1986a, 102.

215Le panorama ne serait pas complet si l’on ne rappelait la pression culturelle que fait peser le monde iapyge sur les sites indigènes de la zone métapontine, comme à l’Incoronata, à la fin du VIIIe siècle : le phénomène est cependant géographiquement très limité puisqu’il n’est déjà plus perceptible vingt kilomètres plus au sud325.

216Si l’on veut résumer les changements intervenus entre la fin du VIIIe siècle et le début du VIIe, on peut retenir :

  • l’arrivée des Grecs en Sybaritide, en Siritide et dans la plaine métapontine, entre le dernier quart du VIIIe siècle et le début du VIIe, a des conséquences immédiates qui se traduisent au maximum par des restructurations dans les formes de peuplement des habitats indigènes sur le pourtour des plaines concernées et pas au-delà ; dans la Sybaritide, au contraire, les habitats indigènes disparaissent dès cette époque ;
  • au-delà, à l’intérieur des terres, on assiste au plus à des déplacements de populations qui se manifestent par la création de sites de plus grande importance, comme sur les vallées de l’Agri et du Sinni ;
  • ailleurs, il n’y a pas de discontinuité perceptible326.

217En ce qui concerne les événements mis en évidence à Sala Consilina, on peut conclure que la disparition de l’occupation à la fin de la première époque n’est pas à attribuer à des phénomènes identiques se déroulant en Basilicate et en Calabre du Nord, en particulier l’arrivée de populations grecques sur la côte ionienne. Au contraire, l’arrivée de nouvelles populations dans le Vallo di Diano au début du VIIe siècle – les porteurs de la céramique géométrique – est à rapprocher de la restructuration du peuplement qui touche, comme Bottini et Tagliente l’ont souligné, les groupes de Basilicate occidentale installés sur l’Agri et le Sinni. La recréation de Sala Consilina est du même ordre que la création du centre habité d’Alianello et doit être replacée dans le mouvement général de contrôle des relations entre mer Tyrrhénienne et mer Ionienne.

  • 327 Sur les contacts entre le groupe de Cairano-Oliveto Citra et Sala Consilina, voir en particulier B (...)

218Si l’on retient une date assez haute – le premier quart du VIIe siècle – pour la recréation de l’habitat de Sala Consilina de la part des populations venant de la zone du val d’Agri et du val du Sinni – appelons-les “OEnôtres” – il est possible de formuler l’hypothèse selon laquelle le phénomène de restructuration du peuplement de la zone ne prend pas son origine dans une recherche de contacts avec la côte ionienne et les étrangers qui s’y sont installés mais déjà dans la volonté de nouer des relations avec les populations de la façade tyrrhénienne et celles de la moyenne vallée du Sele et de la haute vallée de l’Ofanto (groupe Cairano-Oliveto Citra)327. Il est à cet égard symptomatique que parmi les plus anciens mobiliers de la seconde occupation figurent des objets qui sont très précisément connotés culturellement (soit à titre d’importation soit à titre d’imitation) avec les sites de la culture de Cairano-Oliveto Citra ainsi que les sites de la plaine du Sele. La présence de la céramique de la “série secondaire” dans les mobiliers de Sala Consilina du début du Géométrique va dans ce sens. Sala Consilina (de la deuxième époque) serait la concrétisation de cette attirance vers les régions occidentales et septentrionales de la part des OEnôtres. Ensuite seulement, les nouvelles réalités de la côte ionienne auraient, de leur côté, amplifié le phénomène : cette hypothèse n’est pas incompatible avec une chronologie qui place ces événements dans le courant de la première moitié du VIIe siècle.

219Quoi qu’il en soit de la succession chronologique de ces manifestations – qui pour être clairement établie demanderait des repères beaucoup plus précis que ceux auxquels on se réfère encore – et même s’il fallait ne pas retenir l’antériorité des mouvements vers le nord par rapport à ceux qui ont le sud pour point de mire, cette expansion n’est pas à minimiser dans la réorganisation complète du monde œnôtre.

b) La côte tyrrhénienne d’Italie méridionale et son arrière-pays

220Dans un laps de temps compris entre “un peu avant” et “un peu après” le milieu du VIIIe siècle, les Grecs s’installent d’abord sur l’île d’Ischia, puis sur la côte, à l’emplacement du site indigène de Cumes. Ces événements vont bouleverser profondément la vie des communautés indigènes qui occupent le côte tyrrhénienne. Mais la fréquentation des côtes par des navigateurs étrangers depuis le début du siècle, si ce n’est la fin du siècle précédent, avait déjà eu des effets visibles sur les populations indigènes. Ces conséquences se mesurent-elles jusque dans le Vallo di Diano ? Pour tenter de répondre à cette question, il convient de s’attarder d’abord sur ces communautés indigènes de la côte.

  • 328 In ultimo d’Agostino 1987.

221L’examen des changements intervenus chez les populations indigènes de la côte tyrrhénienne à la fin du VIIIe siècle peut être plus rapide : les situations locales y sont mieux étudiées, sinon plus claires. Deux grandes entités culturelles occupent cette portion de la côte : le monde opique encadré par deux manifestations culturelles différentes du Villanovien, au nord le site de Capoue et au sud la zone de l’Agro Picentino autour de Pontecagnano. Notre intention n’est pas de rouvrir le dossier déjà bien connu du peuplement de la côte tyrrhénienne328. La complexité de la situation y est de plus en plus grande à mesure que progressent les connaissances sur la zone : limiter l’analyse, comme ici, à la recherche des discontinuités dans les formes de peuplement, alors que bien d’autres aspects -économique, idéologique et à présent politique – ont été envisagés, peut sembler inopportun. Mais les autres aspects de la question seront abordés ultérieurement, une fois que l’histoire de la population de Sala Consilina aura été replacée dans son contexte historique.

1) Le monde opique
  • 329 d’Agostino 1987, 25.
  • 330 Ibidem, 38.
  • 331 Ibidem, 27 et n. 10 pour la bibliographie précédente.
  • 332 d’Agostino 1988, 538.
  • 333 d’Agostino 1987, 28.
  • 334 Ibidem, 29.

222Deux entités culturelles, avons-nous dit, et d’abord le monde opique tel que B. d’Agostino l’assimile à « l’aspect culturel indigène qualifié de Cumes-Torre Galli »329. Pour la région, le Premier Age du fer n’est guère représenté que par le site de Cumes et ceux de la Valle del Sarno. La situation change dans la deuxième moitié du VIIIe siècle. La fondation de Cumes marque le « début du processus de déstructuration du monde opique »330. On voit en effet apparaître des sites importants comme Caudium, Saticula, Suessula, Avella, Calatra331, soit sur le pourtour de la plaine campanienne, soit en territoire caudien332. B. d’Agostino place en partie le phénomène en relation avec « l’expropriation des débouchés maritimes » par les Grecs et les proto-Etrusques de Capoue333. Les manifestations dans les formes de peuplement s’accompagnent d’une différenciation sociale plus nettement marquée, « destinée à se transformer rapidement en hiérarchie économique »334.

  • 335 d’Agostino 1970a.
  • 336 d’Agostino 1992a, 73-74.

223Au contraire, l’autre secteur du monde opique – la Valle del Sarno – ne laisse entrevoir aucun changement dans le peuplement toujours marqué au coin du modèle paganico-vicanico avec de nombreuses mais petites installations humaines335. Ce n’est pas le signe toutefois d’une absence de stratification sociale de la société. B. d’Agostino souligne que l’élite sociale se transforme en élite économique entre la fin du VIIIe siècle et le début du VIIe336. La signification politique de ces différences dans les formes de peuplement ne nous concerne pas ici. Pour les populations opiques donc, les changements de forme de peuplement ne se font sentir que dans les zones où la présence étrangère est effective et ne s’étendent pas au-delà d’une certaine limite autour de ces centres : les deux arcs sur lesquels semblent se répartir les nouveaux sites opiques sont à cet égard significatifs.

2) Villanovien méridional et manifestations culturelles affines
  • 337 Pour une synthèse récente sur le sujet, voir Cinquantaquattro 1992.
  • 338 d’Agostino 1988, 540-541 ; Pontecagnano II. 1, 3-9.
  • 339 Cerchiai 1987, 44.

224Dans l’autre sphère culturelle de la zone tyrrhénienne – proto-étrusque – nos données sont limitées par le nombre même de sites connus et plus encore par celui des sites bien étudiés : l’essentiel des références porte ainsi, nécessairement, sur Pontecagnano337. Pour ce site, les éléments topographiques commencent à être systématiquement publiés. B d’Agostino rappelle en particulier que déjà au cours du Premier Age du fer, plusieurs nécropoles disparaissent du territoire, dont la plus importante est celle du Pagliarone ; l’auteur interprète ce phénomène dans le sens d’un exode rural venant grossir la population urbaine de Pontecagnano338. Pour le reste, les deux noyaux des nécropoles “urbaines” connaissent un développement continu du Premier Age du fer au VIIe siècle, développement dont témoigne la stratigraphie horizontale des tombes339.

  • 340 Il n’est pas nécessaire d’évoquer l’alluvionnement que la plaine du Sele a connu — on parle d’un m (...)
  • 341 Voza 1962, 89.
  • 342 Marzullo 1938, 9.

225A deux kilomètres de la mer et à peine plus de la rive droite du Sele340, le site de l’Arenosola apparaît (si l’on s’arrête à la chronologie des plus anciennes tombes découvertes jusqu’à aujourd’hui) à un moment parallèle au passage de la phase II à l’Orientalisant du site de Pontecagnano341. Son occupation durera ensuite jusqu’au VIe siècle et le site connaîtra une nouvelle occupation aux IVe et IIIe siècles342.

  • 343 Cipriani 1985, 249-252 ; 1990, 126-129 ; 1991, 622.
  • 344 Ibidem, 127.

226A la même distance de Pontecagnano que le site de l’Arenosola, le site d’Eboli commence à être mieux connu grâce essentiellement au minutieux travail entrepris par M. Cipriani343. Si le site semble fréquenté par des populations culturellement liées à Pontecagnano dès le IXe siècle, il demeure une lacune pour le début du siècle suivant. Ce n’est que de la seconde moitié du VIIIe siècle que datent les vestiges archéologiques ultérieurs, notamment la tombe 40 de la nécropole du Paterno qui contient en particulier une cruche à anse scudata très caractéristique de l’Orientalisant ancien à Pontecagnano344. Si cette chronologie de la reprise de fréquentation du site par des populations liées au site de Pontecagnano devait être confirmée par la suite des recherches sur le terrain, il faudrait alors souligner qu’elle est contemporaine de la création du site de l’Arenosola.

  • 345 Cinquantaquattro 1992, 250-251.
  • 346 Ibidem, 251-252.

227Dans cette zone de la plaine du Sele, les populations “villanoviennes” ne sont pas les seules en cause. Ainsi, le site de S. Maria a Vico semble fréquenté à partir de la seconde moitié du VIIIe par des populations porteuses de la Culture de Cairano-Oliveto Citra345. Au siècle suivant, c’est le site de Montecorvino Rovella qui montre la même appartenance culturelle346.

228Les changements intervenus dans le milieu villanovien et celui de la culture de Cairano-Oliveto Citra d’Italie méridionale à la fin du VIIIe siècle mettent en évidence l’importance de la façade maritime tyrrhénienne à cette époque. C’est peu surprenant dans la mesure où le principal vecteur de bouleversements sont les Grecs et les Orientaux installés sur la côte et à Pithécusses. Pour la région de Salerne, on a vu que les mouvements de populations ne se résumaient pas à un simple dépeuplement des campagnes autour de Pontecagnano et à l’urbanisation de cette population, mais qu’ils s’accompagnent de la création de petits centres, comme l’Arenosola au milieu de la plaine du Sele et peut-être Eboli, par des populations proto-étrusques et par des groupes humains liés à la culture de Cairano-Oliveto Citra. Ce n’est pas le lieu ici d’envisager l’existence d’une entité – par exemple politique – autre que culturelle qui intègre les différents groupes “villanoviens” dans un même ensemble pour expliquer ces phénomènes.

  • 347 Johannowsky 1965, 1969a, 1969b, 1984.
  • 348 Pallottino 1982, Bartoloni 1989a, et surtout Colonna 1992, 1986, 1991. Sur la question, voir le ch (...)
  • 349 Johannowsky 1969b.
  • 350 Tocco Sciarelli 1986.

229La difficulté de prendre en compte le site de Capoue dans une réflexion portant sur la transformation des formes de peuplement à la fin du VIIIe siècle tient peut-être à l’ambiguïté qui entoure sa caractérisation. En s’appuyant sur le rite funéraire de l’incinération – exclusif au début de la nécropole – et sur des éléments de la culture matérielle montrant des affinités avec l’Etrurie interne, le fouilleur a attaché le site à ces faciès d’Etrurie interne347. Aujourd’hui, certains chercheurs insistent plutôt sur ce qui différencie Capoue des faciès villanoviens “classiques” c’est-à-dire méridional et maritime (en particulier l’absence de l’ossuaire biconique) pour infirmer l’appartenance du site à la culture villanovienne348. Quoi qu’il en soit, on sait peu de choses, en dehors de la culture matérielle, des éventuels changements intervenus vers la fin du VIIIe siècle à Capoue, sinon que, la route côtière ayant acquis une plus grande importance dans le dernier quart du VIIIe siècle, le site montre des relations avec la zone étrusque moins étroites qu’auparavant349. Les rares données topographiques qu’on possède pourraient indiquer qu’une nouvelle nécropole apparaît dans la localité Fornacci dans la seconde moitié du VIIIe siècle, tandis que, plus à l’ouest, s’interrompt, au début du VIIe, la nécropole de la localité Cappuccini qui correspond peut être à un village distinct350. Quelle ampleur ont ces restructurations des espaces funéraires et jusqu’à quel point témoignent-elles de bouleversements dus à une présence étrangère sur la côte, il n’est pas possible de le savoir.

3) Les mouvements annexes
  • 351 Colonna 1984, 269 sq.
  • 352 d’Agostino 1984, 252-253 ; De Juliis 1984b, 155 sq.
  • 353 Gastaldi 1979.
  • 354 d’Agostino 1984.

230Un autre apport culturel intéresse la côte tyrrhénienne dans les décennies encadrant le passage du VIIIe au VIIe siècle : celui des Dauniens. Plus au nord, les populations d’Italie centrale (le Latium et les sites de Capena et Vulci) sont en contact direct, à un moment qui peut être daté entre la deuxième moitié du VIIIe et la première du VIIe siècle, avec les populations dauniennes, comme en témoigne le costume militaire des personnages sur les stèles de cette région351. C’est également l’époque de l’arrivée dans la région des golfes de Naples et de Salerne, des vases dauniens : l’essentiel des contextes peut être daté au passage du VIIIe au VIIe siècle352. Les objets ont-ils voyagé “tout seuls” ou sont-ils arrivés dans les sites de la côte apportés par leurs propriétaires ? Des tombes, comme on en trouve à San Marzano et à Pithécusses, à l’aménagement et l’orientation particuliers, ont parfois été interprétées comme les sépultures d’immigrants dauniens353. B. d’Agostino a déjà mis l’arrivée de ces gens en relation avec le besoin de main-d’œuvre des Eubéens, sans toutefois retenir que ces trafics aient été le fait des Dauniens eux-mêmes354.

  • 355 d’Agostino 1980, et 1984, 258.

231N’y a t-il qu’une coïncidence géographique ? L’arrivée de céramique daunienne emprunte certainement les mêmes chemins (vallée de l’Ofanto puis du Sele) pour arriver dans les sites tyrrhéniens que la céramique de Cairano-Oliveto Citra. D’ailleurs la céramique daunienne est présente à Bisaccia dès la fin du VIIIe siècle. Des arguments interdisent toutefois une confusion entre les deux phénomènes : la céramique daunienne est absente à Sala Consilina (mais ce n’est pas si décisif, car la plus ancienne céramique daunienne – proto-daunienne – arrive sur la côte au moment où intervient la fin de la première époque de Sala Consilina) ; la céramique de Cairano-Oliveto Citra n’est pas représentée à Pithécusses, ce qui semble illustrer deux parcours différents de ces productions céramiques, la céramique daunienne pouvant être considérée comme un bien de prestige comparée au tout-venant qu’est encore la céramique de Cairano-Oliveto Citra355 ; les relations entre le monde villanovien (Pontecagnano, l’Arenosola et Sala Consilina) avec le groupe de Cairano-Oliveto Citra sont plus complexes qu’un rapport unidirectionnel qui suivrait les fleuves de l’occident vers l’orient.

  • 356 Pontrandolfo 1982, 41.

232Les populations de la culture de Cairano-Oliveto Citra ont également été évoquées comme les responsables éventuels du hiatus perceptible dans l’histoire du peuplement du Vallo di Diano : leur prise de possession des hautes vallées du Sele et de l’Ofanto, après leur arrivée depuis la côte adriatique, aurait constitué un “barrage” aux relations entre Sala Consilina et la côte tyrrhénienne356. Cette hypothèse n’est pas à exclure, mais il semble que la cooccurrence de céramiques de type Pontecagnano et de type Cairano-Oliveto Citra tant à Sala Consilina qu’à l’Arenosola dénote plutôt des rapports multilatéraux que des exclusions décisives, d’autant plus que ces cooccurrences réapparaissent au début de la seconde occupation du site.

233Au terme de cet examen de la situation de la côte tyrrhénienne, il nous faut remarquer que les modifications des formes de peuplement apparaissent bien établies, sur une petite échelle. Que ces phénomènes ne soient pas uniformes n’est pas pour nous surprendre : c’est la situation autour de la région de Salerne qui, par la proximité culturelle et géographique avec le Vallo di Diano, est la plus intéressante pour notre propos. Là, on l’a noté, les changements d’organisation du peuplement ne se traduisent pas par un simple exode rural puisque, parallèlement, apparaît une nouvelle occupation “contrôlant” à la fois le seul gué et l’embouchure du Sele, fleuve dont on a déjà esquissé l’importance.

234Rien n’autorise à mettre en relation directe la fin de la première occupation de Sala Consilina avec cette restructuration, encore moins la création de l’Arenosola avec la disparition de Sala Consilina comme s’il s’agissait de simples vases communiquants. Il reste qu’en dehors de toute cause interne (au site de Sala Consilina ou au Vallo di Diano) la réorganisation, la “contraction” du monde villanovien autour d’un axe majeur – la côte tyrrhénienne – a pu impliquer un retrait de la population de Sala Consilina vers la côte, compte tenu de la volonté des nouveaux arrivants – les Grecs et les Orientaux – de se présenter comme les interlocuteurs les plus efficaces. Pour analyser les événements en ces termes, il faut toutefois imaginer que le monde “villanovien” est autre chose qu’une juxtaposition de contextes locaux et qu’il peut exister, sans doute depuis longtemps, une logique de système entre les différents sites. Ce système ne sous-entend pas nécessairement une “entité politique” à l’intérieur de laquelle les solidarités s’exprimeraient de façon significative, mais plutôt une sphère d’échanges. La dernière partie, par une approche de ces échanges, sera consacrée à l’analyse de cette question.

3.5.3. Conclusions sur la fin de la première occupation de Sala Consilina

235Pour l’heure, il faut tenter de répondre à la question qui était posée en tête de cette étude. D’abord rappelons l’essentiel : la fin de la première occupation de Sala Consilina intervient quelques années après le début des manifestations de la “vogue” culturelle de l’Orientalisant. Bien plus qu’une pure manifestation culturelle, l’Orientalisant est un moment d’innovations intenses, d’élaboration de réseaux d’échanges, de bouleversements politiques et économiques qui épargnent rarement les populations indigènes. Sala Consilina, si loin dans ses terres de confins, n’est pas insensible à ces changements comme en témoigne la réception d’éléments caractéristiques de l’Orientalisant de l’Italie étrusco-latiale. L’attrait pour la côte a-t-il été plus fort que le poids des habitudes ? Ou bien n’était-ce que la suite logique d’un recentrage des réseaux d’échange qui avaient déjà, dans un premier temps, mis hors jeu les centres de Basilicate ? La fin de l’occupation villanovienne dans le Vallo di Diano serait le résultat d’une concentration des relations le long d’une ligne de côte. Dans cette optique, la réoccupation rapide du site par des populations œnôtres pourrait difficilement être interprétée comme la volonté d’un rétablissement des réseaux anciens, entre le Sele et la côte ionienne, ou comme la recherche d’une participation à ces nouveaux réseaux qui se mettent en place à cette époque et qui vont aboutir à des relations entre les façades maritimes, tyrrhénienne et ionienne, mais plutôt comme le profit tiré d’une zone vide. Toutefois, l’arrivée de nouvelles populations suffirait pour réactiver certaines relations entre le Vallo di Diano et la zone septentrionale, voire la plaine du Sele elle-même.

4. Conclusions sur les différentes époques de Sala Consilina

4.1. Synthèse sur la chronologie

236Dans cette partie, nous nous étions fixé pour objectif de donner un ordre aux constats de ressemblance et de dissemblance que l’élaboration de la typologie avait mis en évidence. Cet ordre devait être, pour commencer, chronologique. La première étape devait consister en l’ordination des mobiliers funéraires étudiés. Après avoir vérifié que les groupes de tombes distingués correspondaient bien à des phases, il était possible de tester la sériation produite sur d’autres mobiliers afin d’en vérifier la pertinence.

237Ce cadre chronologique fixé, nous avons pu envisager l’ordonnancement des constats de ressemblance dans le temps, afin d’une part de mettre en évidence des points d’ancrage avec d’autres séries chronologiques, et d’autre part de replacer en perspective, pour les synthétiser, les proximités culturelles détaillées dans l’analyse typologique. Ces opérations devaient porter indépendamment sur les trois phases mises en évidence. Cette opération nous a donné l’occasion de souligner les très étroits parallèles qui existent, tout au long des trois phases retenues, entre le site de Sala Consilina et celui de Pontecagnano.

238Parallèlement, la mise en évidence d’une troisième phase qu’il est possible d’interpréter en termes d’Orientalisant ancien, en référence à la situation du site de Pontecagnano, pose des problèmes d’interprétation des modalités du passage de cette phase à la phase géométrique suivante, cette dernière n’ayant été étudiée que lors des travaux précédents. Il nous a fallu nous interroger sur l’existence d’une rupture ou d’une continuité entre les deux périodes. Une critique des hypothèses précédentes complétée par une analyse précise des mobiliers funéraires datés des moments immédiatement antérieur et immédiatement postérieur à la transition a permis de retenir comme la plus satisfaisante l’hypothèse d’une rupture complète entre les deux époques : les caractères culturels soulignés lors de ces analyses, ainsi que la chronologie de ce hiatus, ont permis de penser à un nouvel apport de populations venant de Basilicate occidentale au début du premier quart du VIIe siècle. La fin de cette partie a été l’occasion de replacer la rupture perceptible au niveau local du site du Vallo di Diano dans une perspective historique plus large afin de chercher à expliquer les raisons de la fin de la première occupation ainsi que celles des débuts de la seconde. La raison principale avancée est le dérèglement des réseaux d’échange à la suite de l’arrivée des Grecs, d’abord sur la côte tyrrhénienne puis à partir de la côte ionienne de Basilicate le long des vallées fluviales qui segmentent cette région, et leur réorganisation autour d’autres axes.

239Ainsi tracé le cadre historique et esquissés ce que pourraient être les premiers éléments d’interprétation, il conviendra de repartir vers le site de Sala Consilina pour tenter de percevoir les phénomènes économiques, sociaux et idéologiques dont il est le siège. Auparavant, les résultats de cette construction chronologique seront résumés en un tableau où sont mises en parallèle les différentes séries chronologiques d’Italie avec celle proposée pour le site de Sala Consilina (figure 3.05). On envisagera également la traduction dans l’espace des ultimes précisions chronologiques obtenues.

Fig. 3.05 - Tableau récapitulatif des principaux systèmes chronologiques du Premier Age du fer proposés pour les sites ou les cultures d’Italie centrale et méridionale.

4.2. Derniers éléments de topochronologie

240On a noté, pour l’ensemble de l’espace funéraire de la nécropole du nord-ouest, un développement du sud-est vers le nord-ouest. Les tombes les plus récentes ainsi groupées occupent l’extrémité nord-occidentale du noyau nord-occidental, tandis que la partie plus au sud-est compte un fort pourcentage de tombes anciennes. Cependant, parallèlement à la tendance générale d’un développement linéaire aux pieds du cône de déjection, il existe un développement chronologique davantage localisé par groupe de tombes, ce qui se traduit par la présence, dans certains secteurs de la nécropole, des tombes les plus récentes parmi les plus anciennes.

  • 357 Voir le § 2.2.1 du chapitre 4.

241C’est surtout dans la “Prop. Masino”, la parcelle la plus au nord-ouest du noyau nord-occidental, que la lecture de la topochronologie est la plus significative (figure 3.06). Les phases IC à 3 y sont représentées : les tombes de IC demeurent toutefois rares et situées dans les parties occidentale et centrale de la parcelle. Il faut noter qu’il s’agit plutôt de crémations en puits. Les sépultures de la phase IIA occupent la partie orientale, à l’exception d’une crémation qui prend place à l’ouest, près de crémations antérieures ; les tombes de la phase IIB dessinent une nouvelle bande nord-sud, plus à l’ouest que la précédente, tandis que les tombes de la phase 3 se concentrent surtout dans l’angle nord-occidental de la parcelle ; il en existe quelques autres plus au sud, davantage mêlées aux tombes du groupe précédent mais selon une organisation qui ne paraît pas aléatoire, comme on le verra dans la partie suivante. Ainsi, si le développement général de ce secteur de nécropole suit une direction est-ouest, il convient de souligner d’une part que la tombe la plus à l’ouest demeure l’une des plus anciennes du secteur (phase IC), d’autre part que la direction paraît exactement opposée pour un petit groupe de tombes sur lequel nous reviendrons par la suite357. La figure 3.07 montre ce développement dynamique de la nécropole par la juxtaposition de quatre “instantanés” fixés à la fin des quatres pha ses représentées, respectivement IC, IIA, IIB et 3.

Fig. 3.06 - Topochronologie de la "Prop. Masino".

Fig. 3.07 - Evolution de l’occupation de l’espace de la “Prop. Masino” par les tombes entre la fin de la phase I et la phase 3.

Fig. 3.08 - Topochronologie du secteur de fouilles “Bivio”.

Fig. 3.09 - Topochronologie de la “Prop. Ventre”

242L’image de la topochronologie qui ressort des autres secteurs de nécropole pris en considération ici est moins claire. Il est bien sûr difficile de raisonner sur les tombes mises au jour lors du creusement de la tranchée d’eau : remarquons toutefois que les groupes de tombes traversées par cette canalisation peuvent comprendre des sépultures de toutes les sous-phases, à l’exception de la phase 3, comme par exemple pour les tombes 020P à 025P, 027P et 029P (figure 3.08). Nous avions déjà noté pour le petit groupe de la “Prop. Ventre” la même tendance, qui est confirmée par la prise en compte des sous-phases : sur les 13 tombes, plus précisément sur les 9 datables, toutes les phases et sous-phases sont représentées, y compris cette fois la phase 3 (figure 3.09). La tombe de l’Orientalisant (252P) jouxte deux crémations de la première phase (250P et 253P) : c’est une organisation que nous avons déjà notée dans la “Prop. Masino”. Enfin, bien que la planimétrie de la figure 3.10 soit totalement artificielle, il y apparaît clairement qu’à l’exception d’une tombe du début de la phase II (précisément la sous-phase IIA), toutes les tombes de cette parcelle datent uniquement de la phase I et majoritairement du début de celle-ci.

  • 358 Kilian 1962a, 98.
  • 359 Ibidem, 99.
  • 360 Kilian 1962a, 98-99, et 1964, Beil. 1. Sur ces problèmes de localisation voir également supra.
  • 361 Ibidem.

243Cette lecture confirme et précise celle que K. Kilian avait pu de son côté proposer pour les secteurs S. Antonio et S. Nicola, alors qu’il ne disposait que de planimétries très schématiques. Pour la première de ces zones, l’archéologue allemand soulignait l’existence de sept groupes de tombes de phase I, à propos desquels il s’interrogeait sur leur signification en terme de familles, tandis que « les tombes des phases IIB et C se trouvent majoritairement sur le pourtour du secteur S. Antonio »358. On rappellera également que le secteur des “nouvelles fouilles” situé au nord-est de la zone S. Antonio (c’est-à-dire près de la parcelle de la “Prop. Ventre”) est uniquement occupé par des tombes de la phase II et, d’après l’archéologue allemand, préférentiellement de la phase IIC, soit notre Orientalisant359. L’imprécision quant à la localisation de ce secteur et la composition des mobiliers interdit cependant de décider s’il s’agit d’une autre direction de développement de la nécropole, en l’occurrence vers le nord, qui modifie la direction générale vers le nord-ouest que nous avons reconnue, ou s’il s’agit d’une confirmation de cette direction : selon qu’on retient la localisation avancée dans l’article de 1962 (au nord-est du secteur de S. Antonio à 80 m) ou l’identification probable avec les parcelles indiquées dans la publication de 1964, les conclusions seront différentes360. Pour le secteur de S. Nicola, la distribution des tombes dans l’espace est un peu plus claire car il semble qu’après s’être étendue vers le nord-est entre la phase I et le début de la phase II, la nécropole a connu un mouvement d’extension inverse à la fin de la phase II361. Toutefois, cette absence de logique apparente est peut-être seulement due à la faible surface prise en compte. Au total, il est clair que la distribution des tombes dans l’espace répond en partie à une logique chronologique. Cette logique n’explique pas tout et il conviendra de chercher dans la partie suivante d’autres explications.

Fig. 3.10 - Topochronologie du secteur “Casa Canonica”. absence du document original. La planimétrie de ce secteur est totalement artificielle par absence du document original.

244Les phénomènes que nous avions mis en évidence dans le chapitre 2 ainsi que les constats de ressemblance que la contruction typologique avait permis de proposer ont, dans cette partie, reçu ce cadre chronologique qui replace les uns et les autres dans une perspective diachronique. Cette construction nous a en outre donné l’occasion d’éclairer de façon particulière la fin de la première époque de Sala Consilina. Il convient à présent de caractériser le groupe humain du site du Vallo di Diano sous ses aspects économiques, idéologiques et culturels.

Notes

1 Gallay 1986a, 207 sq.

2 Le terme de “topo-sériation” désigne de son côté une technique particulière mise au point par F. Djindjian, qui combine sériation et classification non-hiérarchique, technique qui n’a pas été employée ici ; sur la question, voir Djindjian 1985b et 1991, 190-191.

3 La Genière et Fernandez de la Vega ; La Genière 1968, 94-95, n. 1.

4 Sur ces questions et sur les problèmes de sériation en général, voir Djindjian 1985a, 1985b, 1991, 169, et Orton 1980, 81 sq.

5 Brun 1986, 55-56.

6 Gardin 1979, 133 sq.

7 Voir les remarques formulées par d’Agostino à propos de la sériation proposée sur des tombes de Daunie par TinèBertocchi (1975, 360) et l’interprétation de la partition effectuée, qui est sexuelle plutôt que chronologique ; de même, dans son compte rendu de l’ouvrage de Hencken sur Tarquinia, J. Close-Brooks estime que la phase IC de l’auteur correspond à un groupe de tombes féminines (1970, 238).

8 Demoule, à paraître.

9 Ruby 1990. Sur l’algorithme, voir aussi Fernandez de La Vega 1977, et Djindjian 1985a et 1991, 176-176 et 186.

10 Ruby 1993a, et la bibliographie précédente.

11 Pour tous ces aspects, il est recommandé de se reporter à l’exposé original de la méthode dans Ihm 1983.

12 Les analyses des correspondances basées pourtant sur des algorithmes qui permettent une pondération des effectifs tendent à produire ce même résultat.

13 Parce qu’on ne peut pas utiliser des individus supplémentaires comme dans les analyses factorielles, la procédure est assez sensible aux individus et aux caractères anormaux : ainsi la tombe 170 du cimetière de Münsingen provoque de fortes modifications d’une sériation à une autre. Sur ces questions, voir Ruby 1993a.

14 Cette question sera réexaminée plus loin pour le troisième groupe.

15 La Genière 1968, 32 ; Kilian 1970, 29 ; voir infra.

16 La reconnaissance était facilitée par la documentation constituée par les photos et les descriptions de certains des mobiliers du secteur de S. Antonio que J. de La Genière avait mise à notre disposition.

17 Pl. 98 et 99 pour la correspondance avec les types de K. Kilian.

18 Qu’il me soit permis de remercier C. Chataîgnier a qui je dois, en plus du passage et du traitement de ces fichiers sur les « grosses machines » du Centre de calcul du CNRS - le CIRCE-, des suggestions qui m’ont été fort utiles dans l’élaboration de la présente analyse.

19 Il y a une logique précise derrière cette constatation : le classement intuitif des tombes en deux groupes, représentant schématiquement les deux principales phases, est l’opération par laquelle tout travail de sériation commence, quel que soit l’outil employé par la suite ; les manipulations ultérieures ne portent le plus souvent que sur des raffinements.

20 Sur cet aspect, voir le développement au § 3.3.

21 Kilian 1970, taf. 257, II, 1a.

22 Ce terme signifie que ces individus, en l’occurrence des types, ne sont pas pris en compte au moment du calcul mais qu’ils sont néanmoins positionnés par rapport à l’ensemble des individus : c’est un moyen de pondérer les écarts importants produits par la présence d’objets hapax ou des tombes qui les contiennent.

23 Voir la table des correspondances entre l’ordre des objets dans la matrice de K. Kilian et cette numérotation proposée dans le but du traitement informatique (pl. 98).

24 Djindjian 1985a, 2021 ; 1991, 182, fig. 9.7.

25 Volle 1985, 157.

26 Kilian 1962a, 91.

27 Il semble d’ailleurs que, dans ses travaux ultérieurs, l’archéologue allemand ne retienne plus ce type caractéristique de la phase IIB : dans Kilian 1970, il s’agit des types J2hvar3 et J2hvar4 déjà attestés en IIA (Kilian 1970, 119).

28 Cette remarque ne vise bien évidemment pas les cas où la partition repose sur des données anthropologiques de qualité, comme dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa (Osteria dell’Osa 1992, 527 sq.).

29 Toms 1986 ; Close-Brooks 1967, 329 ; voir les commentaires de d’Agostino 1989a, 68-69 et dans Pontecagnano II. 1, 113-114.

30 Voir supra la discussion du type.

31 Voir Toms 1986, et supra.

32 Peroni 1979a.

33 Kilian 1970, 147-148.

34 Pontecagnano II. 1, 110.

35 Voir par exemple les horizons définis par R. Peroni (1979a et 1989b).

36 Ce ne sont pas non plus des termes interchangeables : lorsque certains auteurs désignent les horizons de Peroni sous le nom de phases, la confusion est plus grande encore (cf. Pacciarelli 1991b, 133).

37 De ce point de vue, la manière de R. Peroni de distribuer quelques mobiliers, pris dans chaque nécropole, dans des horizons définis sur la base des bronzes laisse déjà sonsongeur; prétendre ensuite déterminer des sous-horizons en employant la même technique rend simplement sceptique quant à la valeur heuristique de la démarche.

38 Pontecagnano II. 1, 110.

39 Ibidem, 92, n. 206.

40 La fibule de la tombe A256 et celle de la tombe M3 portent un décor couvrant ; le doute est permis pour les exemplaires de la tombe M10 (Kilian 1964, Beil. 8 et 14, et 1970, taf. 75).

41 Gastaldi 1979. Sur les problèmes que ce genre de construction pose, voir en dernier lieu Ruby 1993a.

42 Pontecagnano II. 1, 110.

43 Pour Pontecagnano, il s’agit respectivement des types 8A, 8B1a, 12A et 12B1 (Pontecagnano II. 1, 103) ; à Sala Consilina, les vases des exemples cités proviennent des tombes B87, A296, J51 et A285 (Kalian 1970, taf. 123, II, 2 ; taf. 85, Π, 3 et 4 ; taf. 225, II, 2, et taf. 81,1, 4).

44 Le rapprochement avec le type 8C1 n’est pas satisfaisant.

45 Guidi considère néanmoins que le type est exclusif de la phase IIA (1993, 84).

46 Il me paraît inexact de proposer une corrélation entre la phase IB de Pontecagnano et la seule sous-phase IB de Sala Consilina définie par K. Kilian (Pontecagnano II. 1, 111) si l’on ne précise pas ce qu’il advient, dans ce schéma, de la sous-phase IC de l’archéologue allemand.

47 Kilian 1970, 318.

48 Par exemple les tombes 149 ou 2145.

49 Pontecagnano II. 1, 109.

50 Pontecagnano II. 2, 41.

51 Ibidem, 42.

52 Kilian 1970, 122.

53 Tombe 221, Pontecagnano II. 1, 31 et fig. 47, et Pontecagnano II. 2, fig. 130 pour la datation.

54 Pontecagnano II. 1, fig. 48, tombe 227.

55 Ibidem, 21 et 22 fig. C.

56 Par exemple, Veio 1967, 245, fig. 96. Sur la position chronologique, cf. Toms 1986.

57 Baglione et Lucia Brolli 1990, fig. 8, et p. 90-91, la tombe 1.VIII de la nécropole « I Tufi ».

58 Guidi 1980, 56 sq.

59 Type III 12 de Toms (1986, 82).

60 L’étude à laquelle je fais référence est celle de d’Agostino publiée en 1968 ; les tombes d’un « orizzonte cronologico completamente nuovo » ont été fouillées dix années plus tard (cf. Gastaldi 1979, 54).

61 Pontecagnano II. 2, 43.

62 d’Agostino 1968, 193.

63 Peroni 1994, 210-216.

64 In ultimo d’Agostino 1992b, 55. Pour faire correspondre la coupure ΙΑ/IB de Pontecagnano avec la transition IB/IC de Veio (selon J. Toms), M. Pacciarelli est contraint de remonter le passage entre la phase IB et la phase IIA dans le site de l’Agro Picentino dans le dernier quart du IXe siècle ; la conséquence ultime de ce rehaussement général est de faire débuter l’Orientalisant ancien dans les années 760-750 av. n.è., alors qu’il est contemporain du Géométrique récent II ; c’est le résultat le plus paradoxal de la traduction en termes d’horizons des phases proposées à partir d’une sériation (Pacciarelli 1991b, 133).

65 En utilisant la céramique a tenda dans les problèmes de datation, ce que nous n’avons pas fait pour le moment, on risque la circularité du raisonnement car la chronologie de cette catégorie de matériel repose encore en grande partie sur la chronologie des mobiliers de Sala Consilina ; voir toutefois les précisions qu’apporte D. Yntema en utilisant les données provenant d’Otranto (1990, 117).

66 Osteria dell’Osa 1992, 536-537.

67 Voir par exemple le bilan récent proposé dans Bartoloni 1989c et 1989a, 97 sq., en particulier 101. Ce qui est paradoxal, c’est que la datation adoptée pour Pontecagnano tient compte de l’antériorité de la phase IIA de Veio par rapport à la même phase du site de l’Agro Picentino. La datation du début de la phase II à Veio, depuis les premiers travaux de J. Close-Brooks (1967), continue de faire couler beaucoup d’encre : pour un point de vue différent de celui de Bartoloni on consultera, parmi les publications les plus récentes, Guidi 1993.

68 Pour la justification des guillemets, voir la partie concernant les tasses dans l’analyse typologique.

69 Les rapprochements entre Sala Consilina et Pontecagnano sont rappelés dans Pontecagnano II. 1, 39 sq.

70 Müller-Karpe 1962, taf. 44 (type 26) ; Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 33-34 ; Ostena dell’Osa 1992, 256, tav. 16, et 258-260, tav. 10.

71 Pontecagnano II. 1, 39.

72 Ibidem, 40.

73 Ibidem, 42.

74 Ibidem.

75 A Tarquinia, les tasses sont à fond plat ou ombiliqué (Müller-Karpe 1959a, taf. 29, Β et 31,3).

76 Variante à disque plein de la fibule à lamelles distantes, variantes à disque entaillé, avec ou sans ailettes, de la fibule à lamelles décroissantes (Pontecagnano II. 1, 55).

77 Par exemple d’Agostino 1987, 34. Nous reviendrons sur cette question.

78 Un troisième exemplaire est l’objet d’une discussion dans la partie suivante.

79 Gastaldi 1979, 31, type B4 du Préhellénique II ; une hypothèse similaire est avancée à propos de l’exemplaire de Pontecagnano (Pontecagnano II. 1, 57).

80 La variante la plus ancienne du type (M4r de K. Kilian), en bronze, n’est attestée qu’en deux exemplaires.

81 Pontecagnano II. 1, 80-81.

82 Type désigné comme « fibule à arc serpentant, petit ressort de raccord, ardillon curviligne, raccord à double pontet, pied à disque entaillé » (32B6) à Pontecagnano. Le type est centré sur l’Etrurie méridionale et le Latium septentrional.

83 Pontecagnano II. 1, 66.

84 Des exemplaires ne sont cependant pas inconnus dans la culture latiale et la Culture des Tombes à Fosse méridionale, à Torre Galli par exemple (Kilian 1970, taf. 275).

85 Sur les rasoirs de Sala Consilina provenant des fouilles anciennes, voir Bianco Peroni 1979.

86 Kilian 1974, 70-71. Ce point est d’ailleurs souligné par B. d’Agostino dans Pontecagnano II. 1, 82.

87 Voir les réserves formulées supra.

88 Ce sont les tombes n° 166P, 167P, 170P, 171P, 174P, 175P, 178P, 181P, 183P, 186P, 188P, 211P, 212P 213P, 215P et 252P.

89 Sur le terme conventionnel de scudata qui désigne une anse en boudin entre la lèvre et le coude s’élargissant ensuite en ruban jusqu’à l’attache inférieure, voir d’Agostino 1968, 110, n. 1.

90 C’est la traduction adoptée ici de l’italien eretta ; pour la définition, voir supra.

91 La Genière 1968, 32 ; Kilian 1970, 29.

92 Kilian 1970. Cf. p. 25 pour les tombes à armes, p. 29-30 pour les tombes sans armes, et p. 307 pour la liste des tombes concernées. Les tombes retenues sont les n° : A74, A105, A197, A218, A239, A263, A325, A384, D32, H2, H13, L9, L10, L11, L12, L15.

93 On considère ici les tombes citées dans la matrice d’occurrences dans Kilian 1962a. Il s’agit des tombes n° SA006, SA007, SA011 B, SA019, SA021, SA023, SA040, SA053, SA062, SA064, SA077, SA101, SA103, SA105, SA109, SA118, SA119, SA122, SA124, SN003, SN006, SN012, SN015, SN016, SN025, SN062, SN076. Voir, au sujet des fouilles de S. Antonio n. sc., Kilian 1962a, 98-99.

94 La Genière 1968, 32, n. 92. L’illustration fournie par K. Kilian ne donne pas cette précision.

95 La Genière 1968, 136, et pl. 12,2 et 13,5.

96 Kilian 1970, respectivement taf. 81,1 et 90,1.

97 Ibidem, tombes A207, taf. 53, et A201, taf. 50,2.

98 Un dernier argument, pas décisif si c’est le seul retenu, est d’ordre topographique : les tombes les plus proches, L13 et L16 sont datées des phases IIIC et IIID.

99 Kilian 1970, 70.

100 Datation respective des exemplaires de la tombe 129 (d’Agostino 1962a) et de la tombe 4306 (Cerchiai 1990a, 9, et fig. 12,1).

101 Gastaldi 1979, fig. 33,2.

102 Marzullo 1938, 23-24, et fig. 5.

103 Kilian 1964, bed. 23D. Sur les photos publiées dans le volume de 1964, taf. 10,4 et le volume de 1970, taf. 10,1, les deux fragments sont réunis pour faire une bizarre fibule à arc trapézoïdal. Le commentaire de Kilian rétablit la réalité (Kilian 1970, 332).

104 La Genière 1960, tav. IX. Sur des exemplaires au Premier Age du fer en Basilicate : cf. Chiartano 1983.

105 La Genière 1968, 134.

106 Voir supra.

107 La Genière 1968, 98.

108 Kilian 1962a.

109 Kilian 1970, taf. 253,2 et 254,1.

110 Sur les 76 tombes des nuovi scavi, il conviendrait, s’il fallait suivre K. Kilian, d’en retenir au moins une quarantaine puisque les tombes datées de sa phase IIC y sont majoritaires (Kilian 1962a, 99).

111 La Genière 1968, 32, n. 92.

112 d’Agostino 1968, 119-120.

113 d’Agostino 1964, 53, fig. 12.

114 Pour Pontecagnano, voir d’Agostino 1968, 110 sq., types 41c, 44, 59 ; pour l’Arenosola tombe 6, Voza 1962, 97, et fig. 27,1.

115 Gastaldi 1979, 39 type 2b2.

116 Toms 1986, type VI 13.

117 A Veio, type V20 de Toms (1986) daté IIC ; type 57 de J. Close-Brooks (1965) ; dans le Latium pour la phase III, voir Bedini et Cordano 1980, 99, et 115, tav. 11.

118 d’Agostino 1968, 116.

119 Ibidem, 119 sq. et fig. 27.

120 d’Agostino 1964, fig. 8.

121 Communication orale de B. d’Agostino.

122 d’Agostino 1964, 43-44.

123 d’Agostino 1968, 111 et fig. 22.

124 Pour la Valle del Sarno, voir d’Agostino 1970a, 593, Gastaldi 1979, 39, et la bibliographie précédente. Pour les exemplaires du Premier Age du fer de Pontecagnano, voir Pontecagnano II. 2, 17.

125 Voza 1962.

126 Par exemple, tombe 2330 pour la première, et tombe 1697 pour les secondes.

127 Kilian 1962a, abb. 5.

128 d’Agostino 1964, 42.

129 Ibidem, 97.

130 Gastaldi 1979, 44, et fig. 26.

131 d’Agostino 1968, 110-113.

132 Types X 12, X 16, X 17 de Toms 1986, fig. 28.

133 Gierow 1966, 258, fig. 80,2.

134 d’Agostino 1968, et Close-Brooks 1965, type 65. Le décor apparaît sur le bord de gobelets hauts en Etrurie méridionale à la fin de la phase II : à Tarquinia, tombe Gallinaro 7 ; cf. Hencken 1968, 182, fig. 168a ; à Veio, cf. Toms 1986, type VII 4.

135 Il s’agit de la nécropole de Vaccareccia.

136 Toms 1986, types X 16 et X 18.

137 Sgubini Moretti 1986, tav. XXXVIII 2 ; sur les caractéristiques morphologiques partagées par plusieurs types, voir supra.

138 Hencken 1968, par exemple tombe S.S. 127, fig. 151 c.

139 Type 16d de Gastaldi 1979, 43.

140 d’Agostino 1968, 106-107.

141 Felletti Maj 1953, tav. 3, n° 13 ; Toms 1986, type X 17.

142 Hall Dohan 1942, X.8. Voir également supra.

143 Gastaldi 1979, 54.

144 Pontecagnano II. 1, 62, il s’agit du type 32F2.

145 Pontecagnano II. 2, 41 et fig. 130.

146 Peroni 1979a.

147 Types 62 de Close-Brooks 1965 et I 33 de Toms 1986.

148 d’Agostino 1964, 44 et 63.

149 C’est, d’après l’inventaire proposé par K. Kilian (1970, 320), le seul autre exemplaire de sanguisuga à pied moyen (type M6d). Une autre fibule à arc en losange est peut-être à découvrir dans la tombe A7, associée à une tasse à anse scudata et une fibule à arc coudé et ardillon bifide, à ressort. La tombe est datée du début du Géométrique par K. Kilian et J. de La Genière 1968, 112-113. Le mobilier publié par Kilian pourrait par contre être daté de cette phase (voir infra).

150 Guzzo 1982a, 59-60. F. Lo Schiavo date les deux variantes (arc arrondi et arc trapézoïdal) plutôt du dernier quart du VIIIe siècle, voire du milieu de ce siècle 1980, 107.

151 Gastaldi 1979, 33-34. Sur la présence de cette fibule en Etrurie dès la fin de la phase I, cf. par exemple Bartoloni et Delpino 1970 pour Tarquinia, type 4D de la tombe S.S. 72, et Close-Brooks 1965, type 4.

152 Type 63 de Close-Brooks 1965, et II 6 de Toms 1986.

153 La Genière 1968, pl. 6, n° 1 ; Kilian 1970, taf. 104,I.

154 Kilian 1970, taf. 75 II.

155 Gastaldi 1979, 54 pour la chronologie du type ; Pontecagnano II. 1, 109, et 61, type 32F1.

156 Delpino 1977a, en particulier 472-473.

157 Close-Brooks 1965, type 45. Malgré l’ajout de la phase de transition IIC entre IIB et III, J. Toms maintient le type dans la phase IIB (1986, 65).

158 Hencken 1958, 269.

159 Lo Schiavo 1978.

160 Buchner et Ridgway 1993, 547-548, et tav. 164 pour la tombe 550.

161 Kilian 1970, 320.

162 Ibidem, taf. 101 et 102.

163 Kilian 1962a.

164 L’exemplaire en fer de la tombe A380 est par ailleurs douteux : la plaque est fixée au centre de la seule spirale conservée.

165 Par exemple Gastaldi 1979, 32. Un seul exemplaire (en bronze) est attesté dans la nécropole de l’Agro Picentino (Pontecagnano II. 1, 59, type 32C11).

166 Environ 25 exemplaires : La Genière 1968, 114. Cf. infra.

167 Sur la navicella comme caractéristique de la phase III en Etrurie, voir par exemple Delpino 1977a, 472. Hencken annonce cependant quelques fibules dès la phase II ; e.g. Monterozzi, “Cassa with a bronze spindle”, (1968, 264). La fibule en question est, cependant, datée de la seconde moitié du VIIIe siècle, et pas avant comme le pense Hencken (1958, 270-271) ; Peroni estime qu’elle est déjà très diffusée dans « la septième décennie [du VIIIe siècle] en Campanie » et serait présente dans son horizon IIB (Peroni 1966 et 1979a). Lo Schiavo retient pour cette variante campanienne (à deux boutons latéraux) une datation au plus tôt du dernier quart du VIIIe siècle (Lo Schiavo 1984a, 149 sq.).

168 Delpino 1972, et 1977a, 489.

169 Delpino 1977a, 489 et 1977b, 49.

170 Colonna 1967, 8 sq.

171 Martelli 1981,400-401.

172 Mansuelli 1960, 103. Voir aussi Pallottino 1979, 364 et Morigi Govi 1984, 68.

173 Zuffa 1976, 323. On est cependant en train de nuancer cette image d’une zone de Bologne préservée des courants orientalisants pendant la période III. Les relations avec l’Etrurie semblent perdurer à la fin du VIIIe et au début du VIIe siècle, tant avec les sites de la basse vallée tibérine qu’avec ceux de l’Etrurie minière (Bartoloni 1986c, 52). En témoignent les « skyphoi indigènes » des tombes Melenzani 22 et Benacci 888 (Morigi Govi et Tovoli 1979, 22 sq.), les anses à chevaux opposés typiques de la zone falisque (Colonna 1973, n. 127) et l’aryballe pansu de fabrication cumano-pithécusaine (Martelli 1981-82, 73-78). Par ailleurs, Colonna postule l’arrivée — comme à Caere et à la même époque — d’artistes orientaux à Bologne pour expliquer la précocité et le style des stèles sculptées datées de l’Orientalisant (Colonna et Hase 1986, 53-54 ; Bisi 1984). Pour Verucchio, on souligne néanmoins la précocité des influences orientalisantes dès la seconde moitié du VIIIe siècle, précocité mise au compte de l’importance que conserve encore à cette époque la voie tibérine (Gentili 1985, 5 sq. ; Morigi Govi 1976, 178). Sur ces questions, voir aussi Pallottino 1984a, 56.

174 Voir à ce sujet les analyses beaucoup plus détaillées de I. Strom (1971, 201) : les zones où se diffusent l’Orientalisant sont largement dépendantes de l’Etrurie méridionale.

175 d’Agostino 1970d, 891, et 1974a, 24.

176 Bailo Modesti 1980, 208.

177 Voir la planche typologique in d’Agostino 1964, 43, fig. 3 ; voir également Pescatori Colucci 1971.

178 Kilian 1961, 71-73, et 1962a, 92-97. G. Bailo Modesti (1981, 88-90) semble reprendre l’idée à son compte.

179 Kilian 1970, 33. A. Bottini va dans le même sens : au début du VIIe siècle se serait produite une « assimilation culturelle des populations incinératrices du Vallo di Diano qui abandonnent l’incinération pour l’inhumation » (Bottini 1986a, 155). Point différent, l’avis de B. d’Agostino (1989c, 216).

180 La Genière 1968, 33-35 et 111. Cette position n’est sans doute pas assez explicite puisque G. Tocco retient que l’auteur établit une continuité (Tocco Sciarelli 1981, 226). Un passage de J. de La Genière explique peut être cette confusion : « Le matériel des plus récentes tombes de la phase II portait en effet l’empreinte d’un changement qui commençait à s’effectuer tant dans les types vasculaires que dans les objets de bronze. De cette révolution on ne voyait que les préludes à la fin de la phase II ; au début de la phase III, elle est déjà pleinement accomplie. En d’autres termes, il manque les tombes qui permettraient d’assister au remplacement progressif des objets désormais périmés. Ainsi se trouve confirmée l’idée d’une rupture entre les phases II et III de Sala Consilina » (1968, 124). Pour l’auteur, cette rupture ne serait donc qu’un accident dans un mouvement linéaire et point une interruption entre deux moments qui n’ont rien à voir entre eux ; pour tout clarifier, J. de La Genière évoquait dix ans plus tard le considérable changement intervenu dans le Vallo di Diano avec l’arrivée de nouvelles populations (1979, 87).

181 La Genière 1968, 95, et pl. 8, fig. 3 et 4.

182 Kilian 1970, 307.

183 Ibidem, respectivement taf. 19, 36, 55.

184 Ibidem, taf. 38.

185 Ibidem, taf. 95.

186 Ibidem, taf. 107.

187 Ibidem, taf. 52, I et IV.

188 d’Agostino 1968, 119, fig. 27 et 120. Cf. un autre exemplaire dans Pontecagnano II. 2, 83-84 et fig. 81, tombe 3243 où le vase est associé à deux petites tasses également à anse scudata.

189 d’Agostino 1968, 80.

190 Ibidem, 81.

191 Ibidem, 192-196.

192 Ibidem, 108 et 165, fig. 59, 29.

193 Cf. Osteria dell’Osa 1980, 90, et 1992, 322-323, où elle correspond à la forme 93 et est datée du VIIe siècle.

194 Martelli 1987, 255, Canciani 1987, 245. Voir aussi Leach 1986, 305. Egalement les exemplaires provenant de la nécropole de Monte Abatone à Cerveteri (Bosio et Pugnetti 1986).

195 La Genière 1968, pl. 50. On ignore si l’association des objets publiés par K. Kilian et du cratère publié par J. de La Genière forme un mobilier complet.

196 Yntema 1990, 186-187, n. 237.

197 Kilian 1970, taf. 111. L’archéologue allemand la date de sa phase IID.

198 Cette attribution est plus évidente à partir de la photo (cf. La Genière 1968, 95, et pl. 8, 1, 1) que du dessin (Kilian 1970, taf. 111).

199 d’Agostino 1968, 80-81.

200 Kilian 1970, taf. 8 et 25.

201 La Genière 1968, 96-98.

202 Kilian 1970, taf. 25. Il s’agit du type Elevar représenté par un unique exemplaire.

203 d’Agostino 1968, 110-111, types « 41 » et « 42 ».

204 Kilian 1970, taf. 54.

205 Ibidem, taf. 101-102.

206 Ibidem, taf. 20 et 42.

207 d’Agostino 1968, 119-120.

208 d’Agostino 1964, 43.

209 Bailo Modesti 1980, 75-76.

210 Contra, Bailo Modesti 1981, 88-90.

211 Kilian 1970, taf. 27.

212 Ibidem, taf. 34 et 49.

213 Bailo Modesti 1981, 88-90. P. G. Guzzo reprend les mêmes arguments dans Guzzo 1986.

214 Sur cette question, la position de B. d’Agostino s’est modifiée : en 1970, l’auteur défendait l’hypothèse de l’absence de « fracture » (1970d, 891) ; au contraire, en 1981, il soulignait plutôt la rupture entre les deux époques (1981, 74).

215 La Genière 1960 et 1961.

216 Kilian 1970, 31.

217 La Genière 1968, 103.

218 Malnati 1984 ; Yntema 1990, 125. Les fouilles de l’Incoronata montrent une céramique a tenda évoluée, datée de la deuxième moitié du VIIIe siècle au début du VIIe siècle, caractérisée par l’usage de la bichromie (Castoldi 1984, 37-38).

219 Cela précise l’hypothèse de J. de La Genière qui situait le centre de production de cette céramique vers la vallée du Bianco : cf. La Genière 1968, 102-103 et 160-161 et à présent Yntema 1990, 186, et 187, n. 238.

220 La Genière 1968, pl. 39, 1 et 4.

221 Ibidem, pl. 32, n° 2 et n° 6.

222 Ibidem, pl. 6, n° 2, et pl. 32, n° 3, 5, 7, 8 ; Kilian 1970, taf. 45 II.

223 d’Agostino 1968, 81.

224 Gastaldi 1979, 37, et fig. 26.

225 De Juliis 1984a, 155.

226 La Genière 1968, pl. 32, n° 10 ; Kilian 1970, taf. 105 I.

227 d’Agostino 1968, 81-82 ; Gastaldi 1979, 37-38.

228 Les dates 730-710 av. n.è. reposent sur la chronologie de la céramique grecque du Géométrique récent II (LG II) ou du Protocorinthien ancien (EPC), principalement de l’aryballe globulaire et de la coupe de Thapsos sans panneau (d’Agostino 1968, 194-195, et d’Agostino 1989a, 69-70).

229 La Genière 1968, pl. 32, n° 12 ; Kilian 1970, 111 I.

230 Type q de B. d’Agostino, 1968, 80-81.

231 Type E10 de P. Gastaldi, 1979, fig. 26.

232 La Genière 1968, 113, pl. 32, n° 13.

233 Gastaldi 1979, 38, type E7.

234 La Genière 1968, pl. 33 n° 6 ; Kilian 1970, 111 I.

235 Gastaldi 1979, 38 et fig. 26, type E9.

236 d’Agostino 1968, 81, type v.

237 La Genière 1968, 111-112, pl. 32, n° 1.

238 d’Agostino 1968, 81-82 ; types « x » ou « y » selon que le pied est moyen ou long.

239 La Genière 1968, 110-111.

240 Les informations de Alexander ne sont en l’occurrence d’aucun secours : cf. Alexander 1965.

241 Le type est représenté à Pisticci dans des contextes pas plus récents que le VIIIe siècle (Chiartano 1983).

242 Gastaldi 1979, 35 ; Tocco 1978, 91 ; également d’Agostino 1970a, 591-592.

243 Gastaldi 1979, 54.

244 La Genière 1968, 134.

245 Ibidem.

246 Ibidem, 112.

247 Cf. supra.

248 La Genière 1968, 110.

249 d’Agostino 1968, 84.

250 La Genière 1968, 115-123.

251 Kilian 1970, 30.

252 Cette exclusion est basée sur la matériel métallique, alors qu’il n’est pas possible de dire quoi que ce soit à propos de la petite coupe à anse (cf. Kilian 1970, taf. 26).

253 Ibidem, taf. 21 et 22. La Genière 1968, 270, et pl. 8, 3. Voir supra.

254 Kilian 1970, taf. 72.

255 Ibidem, taf. 31.

256 La bichromie n’existe pas, dans les productions céramiques d’argile fine de Basilicate, avant la fin du VIIIe siècle : cf. Malnati 1979. Elle apparaît par contre à peu près à la même époque dans le Salento, le Géométrique de Lucanie occidentale et le Géométrique final du Bradano : cf. Yntema 1990, 156.

257 La Genière 1968, 128, n.135. Il s’agit du motif n° 9, fig. 110, de Yntema (1990, 136) qui confirme cette datation basse.

258 La Genière 1968, 34.

259 En dehors de la zone A où toutes les phases sont représentées.

260 La Genière 1968, 34. Les récentes recherches entreprises par M. Maiello et qui prennent en compte les données provenant des fouilles récentes ne remettent pas, de façon significative, en cause ce constat : s’il faut admettre avec l’auteur que « il III A è presente anche nelle zone in cui si trova il IIB (A, J, B, L) » (Maiello 1993, 331) il convient toutefois de souligner que : 1) ce n’est pas le IIB qui est en cause mais notre phase 3, qui n’est pas représentée dans la zone B, de même que dans la zone H ne sont toujours pas attestées de tombes de la phase III A ; 2) s’il est assuré que « dagli scavi più recenti solo due tombe, sulle circa 160 da attribuire alla fase III, si possono datare agli inizi del VII sec. a.C. » (Maiello 1993, 332) il faut alors penser que ces deux tombes seules proviennent de la zone B et de la zone L, qui ne peuvent suffire à falsifier le modèle général proposé par J. de La Genière.

261 Supra.

262 Fouilles de septembre 1989 sur la parcelle située entre la zone A et la zone J, inédites.

263 Contra, d’Agostino 1974a, 24.

264 Johannowsky 1986, 183, et 1980, 444.

265 Yntema 1990, 187 sq. ; cf. Bottini 1986b, 161 ; voir infra.

266 La Genière 1968, 38, et 208, n. 123.

267 d’Agostino 1972 ; Gastaldi 1974, 53-54.

268 Bailo Modesti 1981, 116.

269 Pontrandolfo 1982, 85.

270 d’Agostino 1987, 34.

271 Bottini 1986b, 158, et 1986a, 154-156.

272 Johannowsky 1986, 183-184. Contra, cf. Bottini 1986b, 196.

273 Yntema 1990, 16.

274 La Genière 1970, 1972, 1978a, 1983.

275 Par exemple, Pelosi 1991.

276 La Genière (1970) insistait en particulier sur la rupture que représentait le passage du VIIIe siècle au siècle suivant dans la plupart des sites indigènes de la côte ionienne, en mettant en avant l’absence, alors avérée, d’occupation au VIIe siècle.

277 Bottini 1986b, 158.

278 D. Adamesteanu semble avoir abandonné cette hypothèse sur la base des résultats de P. Orlandini. Cf. Adamesteanu 1986, 26-27, et la bibliographie précédente. Une même interprétation avait été proposée à partir de la nécropole de la propriété Schirone à Policoro (Adamesteanu 1971b).

279 Orlandini 1986a, 50, et 1986b, 29-39 ; Castoldi 1986, et bibliographie précédente. In ultimo, Orlandini 1991 et 1992.

280 Chiartano 1983.

281 De Siena 1990, 81-84.

282 De Siena 1986a.

283 Ibidem. Voir aussi De Siena 1991, 638-639. A cette hypothèse adhère également A. Pelosi (1991, 58 et 71 ; 1992).

284 Malnati 1984, 90-95 ; par ailleurs, pour la nécropole de Valle Sorigliano, O. H. Frey a souligné que les mobiliers les plus récents contiennent des fibules a navicella (Frey 1985, 576).

285 Tocco Sciarelli 1981, 225.

286 Bianco, à paraître.

287 D’Ambrosio 1992, 274.

288 Adamesteanu 1971b.

289 Adamesteanu 1971b, 648, et Huxley 1981.

290 Par exemple Lombardo 1981, 51, et 1986.

291 Pelosi 1991 et 1992. Voir également les pages qu’E. Greco dédie à ce problème (1992, 40-46).

292 De Siena 1986b, 29.

293 Ce qui n’est pas contradictoire avec la présence de céramique archaïque semblable à celle qu’on trouve à Policoro et à l’Incoronata (cf. Adamesteanu 1978, 314).

294 La Genière 1970, et 1978a, 267 sq.

295 In ultimo, La Genière 1988, 157, et 1992, 115-116.

296 La Genière 1984, 177 ; Guzzo 1982c, 31.

297 Zancani Montuoro 1969, 133, et d’Agostino 1982, 62.

298 Guzzo 1982b, 148.

299 La Genière 1970 ; Guzzo 1984, 242.

300 Vallet 1968, 123-124.

301 La Genière 1971a, 1971b, et 1978b, 344-345 ; Guzzo 1984, 241 sq.

302 La Genière 1992, 116.

303 Voir sur ce sujet l’opinion très nuancée de P. G. Guzzo qui n’exclut pas que cette restructuration soit intervenue avant même la fondation de Sybaris (Guzzo 1982c, 34).

304 Lo Porto 1969. De Siena 1987, en particulier 61-62. Voir également la synthèse d’A. Pelosi (1991, 66-68).

305 Small 1977.

306 Adamesteanu 1971a.

307 Voir aussi l’analyse de Bottini 1986b.

308 Lattanzi 1980, 252 sq.

309 Small 1992, 6.

310 Du Plat Taylor et al. 1977.

311 Tocco 1978, 114.

312 Pour Serra di Vaglio, voir Adamesteanu 1972, 41, et 1974, 148-149 ; Greco 1980, 369-371 et 382 ; Bottini 1986b, 162-163 pour la datation basse de la tombe C.

313 Par exemple, Tagliente 1983, 18, et 1985, 159-160.

314 Bianco 1990, 8-9, et 1991, 596.

315 Bianco 1988a, 68.

316 Adamesteanu 1970-71 fait état d’un vase biconique a tenda daté par l’auteur de la fin VIIIe.

317 Bianco 1991, 585. Voir également Tocco Sciarelli 1980, Tagliente 1986, Bottini et Tagliente 1984, Tagliente 1989, Bianco 1990.

318 Bianco 1988a, 70.

319 Bottini 1986b, 159.

320 Bianco 1988b, 79-80.

321 Bottini 1982, et 1986b, 162-163.

322 Strabon VI, 1, 15.

323 Maddoli 1974, 240 sq. Tocco 1978, 116, et supra.

324 Musti 1981, 22-23. Sur cette question, voir aussi Musti 1988 et Guzzo 1983.

325 Orlandini 1986a, 102.

326 Sur le sujet, voir aussi d’Agostino 1987, 39.

327 Sur les contacts entre le groupe de Cairano-Oliveto Citra et Sala Consilina, voir en particulier Bailo Modesti 1980, 209.

328 In ultimo d’Agostino 1987.

329 d’Agostino 1987, 25.

330 Ibidem, 38.

331 Ibidem, 27 et n. 10 pour la bibliographie précédente.

332 d’Agostino 1988, 538.

333 d’Agostino 1987, 28.

334 Ibidem, 29.

335 d’Agostino 1970a.

336 d’Agostino 1992a, 73-74.

337 Pour une synthèse récente sur le sujet, voir Cinquantaquattro 1992.

338 d’Agostino 1988, 540-541 ; Pontecagnano II. 1, 3-9.

339 Cerchiai 1987, 44.

340 Il n’est pas nécessaire d’évoquer l’alluvionnement que la plaine du Sele a connu — on parle d’un mètre par an pour expliquer la présence de nos jours de l’Heraion du Sele à 3 km à l’intérieur des terres (Migliorini 1962, 32) — pour estimer que le site pouvait très bien, à l’époque, se trouver à l’embouchure exacte du fleuve sur la côte ; H. Horsnaes (1991 et 1994) a rappelé l’existence d’une lagune côtière attestée sur les cartes de l’époque moderne ; voir également Horsnaes 1992.

341 Voza 1962, 89.

342 Marzullo 1938, 9.

343 Cipriani 1985, 249-252 ; 1990, 126-129 ; 1991, 622.

344 Ibidem, 127.

345 Cinquantaquattro 1992, 250-251.

346 Ibidem, 251-252.

347 Johannowsky 1965, 1969a, 1969b, 1984.

348 Pallottino 1982, Bartoloni 1989a, et surtout Colonna 1992, 1986, 1991. Sur la question, voir le chapitre suivant.

349 Johannowsky 1969b.

350 Tocco Sciarelli 1986.

351 Colonna 1984, 269 sq.

352 d’Agostino 1984, 252-253 ; De Juliis 1984b, 155 sq.

353 Gastaldi 1979.

354 d’Agostino 1984.

355 d’Agostino 1980, et 1984, 258.

356 Pontrandolfo 1982, 41.

357 Voir le § 2.2.1 du chapitre 4.

358 Kilian 1962a, 98.

359 Ibidem, 99.

360 Kilian 1962a, 98-99, et 1964, Beil. 1. Sur ces problèmes de localisation voir également supra.

361 Ibidem.

Table des illustrations

Légende Fig. 3.01 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Bivio”. Le secteur est représenté par tronçons de tranchée.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 3.02 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Prop. Ventre”.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 3.03 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Prop. Masino”
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 3.04 - Distribution des groupes mis en évidence par la sériation des tombes, secteur “Casa Canonica”. L'organisation des tombes est totalement théorique en l'absence de relevé des tombes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 3.05 - Tableau récapitulatif des principaux systèmes chronologiques du Premier Age du fer proposés pour les sites ou les cultures d’Italie centrale et méridionale.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 3.06 - Topochronologie de la "Prop. Masino".
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 3.07 - Evolution de l’occupation de l’espace de la “Prop. Masino” par les tombes entre la fin de la phase I et la phase 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3.08 - Topochronologie du secteur de fouilles “Bivio”.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3.09 - Topochronologie de la “Prop. Ventre”
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 3.10 - Topochronologie du secteur “Casa Canonica”. absence du document original. La planimétrie de ce secteur est totalement artificielle par absence du document original.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1426/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540