Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crépuscule des marges

 | 
Pascal Ruby

Chapitre I. Introduction à l’étude de Sala Consilina

Texte intégral

«The game is a team game
C.F.C. Hawkes, Review of A. Akerström, Der Geometriche Stil in Italien.
JRS, 1949, 142.

1La très juste remarque de C.F.C. Hawkes ne sera jamais aussi exacte que dans le cas de l’archéologie du Vallo di Diano en général et des recherches présentées ici en particulier. Proposer une nouvelle étude à propos d’un site déjà bien connu est en effet plus aisé que devoir tout “inventer”. Comme on s’en apercevra dans la suite de ce travail, j’ai contracté bien des dettes scientifiques à l’égard de mes prédécesseurs, aussi commencerai-je par présenter leurs travaux. L’avantage ne s’arrêtait cependant pas là. Il fut tout aussi décisif de disposer comme point de repère d’une nécropole aussi importante que celle de Pontecagnano et de pouvoir se référer aux recherches qui portent sur ce site. Je rappellerai quelles sont les études récentes menées en protohistoire italienne qui justifient un réexamen de la nécropole du Premier Age du fer de Sala Consilina. Avant tout, cependant, il est nécessaire de préciser les caractères du cadre naturel où s’inscriront mes analyses.

1. Présentation géographique du Vallo di Diano

1.1. Le passé ancien

  • 1 Santangelo 1991, 46-52.

2Le Vallo di Diano est un bassin lacustre de très grandes dimensions, perché au centre de l’Apennin méridional et aujourd’hui occupé par une vallée longitudinale. L’histoire géologique de la région permet en effet de reconnaître dans le val fermé un ancien lac pléistocène apparu à la suite de la transgression marine interne. Cette transgression intervint après la reprise du soulèvement de l’Apennin pendant le Tertiaire et le début du Quaternaire. Plus précisément, le val a été affecté par deux cycles de formation de dépôts lacustres : le premier situé à la fin du Pléistocène inférieur ; le second débutant entre la fin du Pléistocène inférieur et le début du Pléistocène moyen et qui aurait, selon N. Santangelo, perduré jusqu’à l’époque historique, lorsque le val, alors comblé, n’aurait plus été qu’une vaste zone paludéenne1. De ce passé lacustre, le val a conservé un fond rigoureusement plat constitué de différentes classes de matériaux sédimentaires (argiles, travertins, sables) intercalés de bancs tourbeux. Son fond s’étend sur une longueur de 37 km ; sa plus grande largeur est de 5 km. Au total, il forme une surface de plus de 130 km2, légèrement inclinée vers le nord-ouest entre 450 et 400 m d’altitude. Au milieu du Vallo di Diano, coule le Tanagro, affluent du fleuve Sele qu’il rejoint quelques kilomètres après la sortie du val.

3Le val est encadré par deux complexes orographiques calcaires : à l’est, la chaîne des Monti della Maddalena qui trace la ligne de partage des eaux entre les mers ionienne et tyrrhénienne et sépare en particulier le Vallo di Diano du Val d’Agri ; à l’ouest, les monts du Cilento (monts de l’Alburno, de Motola et du Cervati) qui comptent l’un des sommets les plus élevés de la région, à une altitude proche de 1 900 m.

Fig. 1.01. - Structure et formations superficielles du Vallo di Diano. D’après Lippmann Provansal 1987, reproduit dans Santangelo 1991, 24. 1) Série calcaire silico-marneuse en fenêtre tectonique ; 2) dolomie et calcaires dolomidolomitiques; 3) calcaire ; 4) formations terrigènes cénozoïques ; 5) formations détritiques (Quaternaire ancien et moyen) ; 6) dépôts lacustres (Quaternaire moyen) ; 7) brèche de versant (Quaternaire supérieur et Holocène) ; 8) argiles éluviales et karstiques (Holocène) ; 9) courbes de niveau du substrat carbonaté ; 10) gouffres ; 11) grottes ; 12) sources ; 13) failles ; 14) failles masquées ou présumées ; 15) sondages.

Fig. 1.02 - Schéma paléographique du Vallo di Diano — intervalle 3 [= Pleistocène moyen-supérieur-Holocène]. D’après Santangelo 1991, 51, fig. 2.19. 1) Paléosuperficies ; 2) versants établis sur les alignements produits par la première phase néotectonique ; 3) terrasses d’érosion suspendues ; 4) versants établis sur les alignements produits par la seconde phase néotectonique ; 5) escarpements de faille en cours d’exhumation ; 6) dépôts lacustres disloqués (1er cycle) ; 7) cônes de déjection disloqués (1re génération) ; 8) escarpements de faille (3e phase néotectoniques) ; 9) zone intéressée par la sédimentation lacustre (2e cycle) ; 10) cônes de déjection (2e génération) ; 11) ligne de partage des eaux actuelle).

  • 2 Ibidem, 23.
  • 3 Ibidem, 45 sq.

4Ces deux massifs appartiennent à deux unités stratigraphiques structurelles différentes : le Cilento est constitué de roches calcaires carbonatées essentiellement crétacées ; les Monti della Maddalena sont quant à eux formés de dolomies du Trias et de calcaires dolomitiques jurassiques2. Ces précisions ne sont pas anecdotiques : elles permettent de comprendre les différences existant entre les deux versants occidental et oriental du val. Les roches calcaires crétacées du Cilento sont en effet très sensibles aux phénomènes karstiques, c’est-à-dire qu’elles subissent l’action de la dissolution par l’eau. Ce caractère a trois types de conséquences sur le paysage actuel : d’abord, la quasi-totalité des grottes du val sont localisées dans ces formations, sur le versant ouest, et les rares grottes du versant est sont creusées dans les formations limitées du Crétacé (figure 1.01) ; ensuite, les sources sont presque totalement inexistantes sur le versant ouest, alors qu’elles sont très nombreuses à l’est ; enfin, on constate l’absence presque complète, à l’ouest, de productions détritiques de versant, tandis qu’au pied du versant est deux générations de cônes de déjection se superposent3 (figure 1.02).

  • 4 Tortoloni 1979, 27.

5Sans qu’il soit question ici d’un quelconque déterminisme géographique, ces éléments nous sont utiles pour comprendre, non pas pourquoi il y a une installation humaine dans le Vallo di Diano, mais plutôt pourquoi cette installation humaine a pu préférer – comme l’a fait l’implantation du Premier Age du fer – le versant est, plus accueillant du fait de la présence de sources et de l’existence de terrains bien drainés (les conglomérats dont sont constitués les cônes de déjection). Nous aurons l’occasion de revenir sur ces cônes de déjection. Quant au choix du versant est pour l’implantation d’un habitat, les arguments en sa faveur paraissent plus pertinents que la dissymétrie de la pluviométrie, telle qu’elle est mesurée aujourd’hui4 qui défavoriserait le versant ouest, beaucoup plus arrosé.

1.2. Le passé récent

  • 5 L. Alberti, Descrizione di tutta Italia 1596, 199, cité in La Genière 1968, 3.
  • 6 Tortoloni 1979, 35.

6Bien que les géologues considèrent que le second cycle de déposition lacustre a perduré jusqu’à l’époque historique, on ne sait quel était l’aspect du fond du val à l’arrivée des populations villanoviennes au début du IXe siècle. Des recherches en cours sur le quaternaire récent du Vallo di Diano permettront dans un proche avenir d’apporter des éléments de réponse à cette question. Pour l’heure, on estime le plus souvent qu’avant les travaux de drainage effectués au lendemain de la colonisation romaine (IIIe siècle av. n.è.) et avant ceux entrepris à partir de la fin du XVIIIe siècle, le Vallo di Diano était une étendue marécageuse infestée par la malaria. Il est difficile de peindre un tableau uniforme à partir de situations multiples connues par des données si discontinues. Le fond du val peut n’avoir pas été, dans sa totalité, un marais. Au sud, sous une faible épaisseur de fines alluvions, on trouve le substrat constitué de gros galets qui ont dû assurer un drainage naturel sur une grande partie de la zone méridionale du val. Au nord, les surfaces des champs modernes montrent encore ces colorations d’un noir mat caractéristiques des terrains tourbeux asséchés. C’est là qu’au XVIe siècle L. Alberti décrivait un lac autour de Polla5. Il est néanmoins vraisemblable que la zone marécageuse ait, à certaines époques, eu une superficie beaucoup plus importante. La toponymie locale conserve le souvenir de ces temps pas si éloignés où le val devait être paludéen jusque très au sud. A 5 km au sud de Sala Consilina, on connaît le village de Padula, un nom dont l’origine ne fait pas de doute. De même, au moyen âge, il fallait vivre sur les hauteurs pour trouver un milieu sans infection : les villages de Buonabitacolo, Casalbuono, Montesano apparaissent à cette époque à des altitudes significatives6.

  • 7 Une recherche sur ce sujet (le paléo-environnement du Vallo di Diano à l’époque pré-romaine) a été (...)

7Ces données historiques et naturelles parfois contradictoires ne nous permettent pas de savoir exactement à quoi pouvait ressembler le val entre le IXe et le VIIIe siècle, voire jusqu’au VIe siècle avant notre ère : pour cette époque, c’est l’importance des nécropoles que les occupations humaines ont laissées qui nous autorise à imaginer des communautés aux proportions respectables et des installations durables7. Par ailleurs, si la raison de l’implantation de populations villanoviennes au IXe siècle av. n.è. fut la recherche de terres agricoles, on peut alors douter qu’à cette époque le Vallo di Diano ait eu l’aspect uniforme d’un marais infesté par des contingents d’anophèles propageant le Plasmodium falciparum.

2. Historique des recherches à Sala Consilina

2.1. Les découvertes de tombes

  • 8 Marinoni 1875.

8Les premières trouvailles effectuées à Sala Consilina remontent à la fin du siècle dernier. C. Marinoni, qui traversait le Val en 1872, assista aux travaux de construction de la “nouvelle route” dans la zone de San Antonio – “la route qui monte au pays”, i.e. l’actuel parcours de la S. S. 19 – quand fut mis au jour un “dépôt” de vases plus ou moins fragmentaires et d’objets en bronze (vraisemblablement une tombe à crémation du Premier Age du fer)8. C. Marinoni fut sans doute le premier à rapprocher cette céramique des vases villanoviens : la comparaison qu’il propose se réfère en effet aux vases de Volterra.

  • 9 Sogliano 1896, 171-172.
  • 10 Mariani 1896 ; Patroni 1897, 1898, 1899.
  • 11 F. von Lipperheide qui a introduit l’objet dans la collection de casques anciens qu’il a rassemblé (...)
  • 12 Maiuri 1914. Je reviendrai plus loin sur ce fuseau.

9La seconde date importante de l’histoire des découvertes archéologiques de Sala Consilina est 1896, année où fut découvert un groupe de tombes archaïques dans le jardin de l’avocat G. Boezio9. A partir de cette date et jusqu’à la fin du siècle, plusieurs articles, à raison d’un par an, vont paraître qui porteront sur certains objets de ces mobiliers funéraires10. On ignore par contre tout des contextes ayant livré un casque villanovien en bronze et une quenouille qui proviennent néanmoins probablement de tombes du Premier Age du fer de Sala Consilina et qui ont achevé leurs périples respectifs en aboutissant l’un au Musée de Berlin11, l’autre dans les réserves du Musée de Naples où, en 1914, A. Maiuri la trouva et la publia12.

  • 13 La Genière 1968, 199 sq.
  • 14 Plaoutine 1941, 2.

10La fouille Boezio avait mis au jour des tombes très spectaculaires. L’une d’elles se distinguait par ses dimensions importantes. Elle est connue aujourd’hui sous le nom de “tombe princière de Sala Consilina”. Le groupe de tombes pouvait être daté de la fin du VIe siècle13. Les objets des mobiliers (lécythes attiques à figure noire, vases italico-corinthiens, etc.) vinrent grossir la collection Hirsch acquise au début du siècle par le Musée du Petit Palais. N. Plaoutine qui publia ces vases dans un volume du Corpus Vasorum Antiquorum paru en 1941 estimait alors qu’« il y avait à Sala Consilina une petite nécropole de plusieurs tombes... »14.

11Il fallut attendre le milieu des années cinquante pour qu’on prît conscience qu’il y avait beaucoup plus qu’une petite nécropole à Sala Consilina. A cette date, la Direction des Musées provinciaux de Salerne entreprit une campagne de fouilles qui aboutit à la découverte de plus de 250 sépultures. Jusqu’en 1959, les campagnes se succédèrent, et ce sont près de 1500 tombes datées du début du IXe siècle au début du Ve siècle qui furent fouillées. En 1962, quatre-vingt tombes vinrent s’ajouter à ce total. Ce sont les tombes qu’étudièrent J. de La Genière et K. Kilian.

12Dix années passeront avant que les fouilles reprennent à Sala Consilina, mais cette fois à l’occasion de travaux que surveillait la Surintendance archéologique de Salerne. Depuis lors, les fréquents travaux de construction amènent les archéologues de la Surintendance à intervenir sur les différents secteurs de la nécropole. Depuis 1972, plus de 600 tombes – toutes époques confondues – sont venues s’ajouter à celles qu’on connaissait déjà. Au total, la petite nécropole, dont N. Plaoutine supposait l’existence dans les années quarante, s’est révélée être un cimetière composé de deux nécropoles dans lesquelles plus de 2000 tombes ont été officiellement fouillées.

2.2. Les recherches sur Sala Consilina

  • 15 La Genière 1961 et 1962.

13Les travaux de J. de La Genière ont dans un premier temps mis l’accent sur les productions céramiques géométriques qui constituent une part significative des mobiliers funéraires du Premier Age du fer et l’essentiel des objets céramiques indigènes du Second Age du fer. Les deux articles qui résument ces études établirent les principales classes céramiques. Leur succession chronologique était précisée par de constantes références à la chronologie des objets en bronze, en particulier les fibules pour le Premier Age du fer15. Le Second Age du fer fut considéré comme la période du Géométrique, pour lequel un découpage ultérieur en sous-phases fut proposé : ces sous-phases (Géométrique Ancien, Moyen, Récent et Final) pouvaient être chronologiquement encadrées grâce aux éléments de chronologie absolue qu’offrait la céramique grecque. Vers le milieu des années soixante, J. de La Genière aborda également le problème des voies de communication et du rôle du Vallo di Diano. Ces questions furent reprises à l’occasion d’une thèse d’État publiée en 1968, dans laquelle l’auteur put replacer l’histoire du développement de Sala Consilina dans une prise en compte plus générale de l’Age du Fer en Italie méridionale, proposant ainsi une large synthèse qui s’appuyait autant sur les plus récentes découvertes que sur des trouvailles plus anciennes mais inédites. Cette perspective historique de la longue durée permit à l’auteur d’aborder le problème des contacts entre Grecs et indigènes sur un mode qui marque encore aujourd’hui les recherches entreprises depuis lors : la chronologie du Géométrique a été, par exemple, adoptée sur l’ensemble des sites de Basilicate, et les travaux récents se réfèrent constamment aux apports de J. de La Genière sur les relations entre indigènes et Grecs.

  • 16 Kilian 1961.
  • 17 Kilian 1964.
  • 18 Kilian 1970.

14K. Kilian a, de son côté, limité, si l’on peut dire, son champ d’investigation au seul Premier Age du fer de Sala Consilina (IXe-VIIIe siècle). Ses premiers travaux portèrent sur un corpus de tombes que les étudiants de l’Université de Heidelberg avaient fouillées dans la zone M16. La publication définitive de ces fouilles devait constituer l’un des deux volumes essentiels de l’auteur17. Auparavant, K. Kilian avait entrepris l’étude de la nécropole nord-ouest, c’est-à-dire des zones de S. Antonio et de S. Nicola, secteurs où seul le Premier Age du fer est représenté. Dès ses premières recherches, il proposa un découpage chronologique en deux grandes phases et plusieurs sous-phases, découpage qui se référait directement au travail alors tout juste publié de H. Muller-Karpe. La même année que J. de La Genière, soit en 1966, K. Kilian achevait une thèse portant sur le Premier Age du fer de Sala Consilina en accordant une attention particulière aux tombes (près de 480) de la nécropole du sud-est18. L’étude minutieuse des mobiliers lui a permis de proposer pour le matériel une analyse typologique de première importance. Pour toute la période du Premier Age du fer, le cadre chronologique proposé par l’archéologue allemand diffère peu de celui que J. de La Genière a elle-même avancé. Sur les questions sans réponses comme la chronologie absolue et le nombre de sous-phases, on peut à peine noter quelques variations entre les deux auteurs. Celles-ci seront détaillées dans la suite de ce travail, de même que les attributions culturelles divergentes proposées par J. de La Genière et K. Kilian à propos des populations du Premier Age du fer.

15Dans de telles conditions, on pourrait s’interroger sur l’intérêt d’un réexamen du Premier Age du fer d’une nécropole aussi étudiée. Il faut, pour le justifier, évoquer les nombreuses recherches qui se développèrent dans le domaine de la protohistoire italienne après que ces travaux sur Sala Consilina furent achevés.

3. L’archéologie protohistorique italienne depuis 1970 ou les raisons d’un réexamen

  • 19 Pontecagnano II. 1 et Pontecagnano II. 2.

16Il est difficile, sinon impossible, de trouver un seul domaine dans lequel l’archéologie protohistorique italienne n’ait pas opéré une impressionnante avancée. Si l’on considère l’Italie méridionale, on peut mesurer combien les connaissances se sont accrues entre les années soixante et la fin des années quatre-vingt. A cette époque, la nécropole de Pontecagnano commençait à peine à être fouillée : aujourd’hui plus de six mille tombes, du Premier Age du fer à l’époque romaine, ont été mises au jour. Un tel corpus, minutieusement étudié par les chercheurs réunis autour de B. d’Agostino et dont la publication systématique a connu une nette accélération avec l’édition de deux volumes en 1990 et 199219, offre une documentation qui trouve peu d’équivalent dans la protohistoire italienne voire européenne. Le nombre des mobiliers datés du Premier Age du fer, la découverte des plus anciens vases grecs importés au VIIIe siècle en Italie, la mise en évidence d’un Orientalisant florissant au début duquel des personnages dominants – des “princes” – empruntaient aux colons grecs venus d’Eubée leur système de valeurs et de références, ont donné au site de l’Agro Picentino une place équivalente à celle des plus importants sites d’Etrurie.

  • 20 In ultimo, Johannowsky 1984.
  • 21 d’Agostino 1970a, Gastaldi 1979.
  • 22 d’Agostino 1964, Pescatori Colucci 1971, Bailo Modesti 1978 et 1980.
  • 23 Gnoli et Vernant 1982 ; d’Agostino 1982 ; Gastaldi 1982 ; Bailo Modesti 1982.

17Une nouvelle étude de Sala Consilina s’avérait donc nécessaire à mesure que les résultats obtenus sur les mobiliers de Pontecagnano venaient à la lumière et étaient publiés. D’autant plus que les connaissances sur la région ne se limitent pas à l’aspect villanovien – alors même que les recherches menées sur le site de Capoue par W. Johannowsky20 et par G. Tocco complètent le tableau que l’on peut dessiner pour cette culture – mais s’enrichissent également des travaux portant sur deux manifestations distinctes de la Culture des Tombes à Fosse : celle du type Cumes-Torre Galli représentée dans la Valle del Sarno21 et celle du type Cairano-Oliveto Citra22. Parallèlement, une vaste enquête sur l’idéologie funéraire réalisée à l’occasion du colloque d’Ischia de 1977 a montré, en particulier grâce à une étude synthétique sur l’Age du Fer en Campanie, combien pouvait se révéler riche d’enseignements ce type de lecture des documents archéologiques23.

18A l’opposé de la côte tyrrhénienne par rapport au val, en Basilicate, les recherches n’ont pas moins progressé grâce en particulier au dynamisme du surintendant D. Adamesteanu. Plus récemment les programmes d’étude se sont multipliés, notamment, ceux menés par l’actuel surintendant A. Bottini et ses collaborateurs A. De Siena, S. Bianco et M. Tagliente, ainsi que les travaux dirigés par P. Orlandini. La richesse archéologique de la région permet néanmoins de penser que beaucoup de choses restent à découvrir. Mais il est incontestable que les données “indigènes” prennent de plus en plus de relief.

19Aux confins des deux régions, le Vallo di Diano ne pouvait demeurer à l’écart des progrès effectués dans la connaissance des IXe et VIIIe siècles. D’autant plus que ces données nouvelles permettaient d’envisager des questions originales, ou simplement de vérifier un certain nombre d’hypothèses proposées alors que la documentation était sensiblement plus lacunaire.

  • 24 Osteria dell’Osa 1992.

20Mais les aspects récents de la protohistoire italienne ne se limitent pas aux recherches effectuées en Italie méridionale. En Italie centrale, les équipes qui travaillent sur l’Etrurie et sur le Latium ont permis de dégager des perspectives historiques et anthropologiques très stimulantes, tant à propos des formes de peuplement et de l’idéologie funéraire qu’en ce qui concerne l’épineuse question de l’évolution des communautés humaines vers les formes étatiques, sans négliger l’étude et la publication de vastes corpus comme celui de la nécropole de l’Osteria dell’Osa, le dernier en date24 Les réflexions d’ensemble proposées par A.M. Bietti Sestieri, G. Colonna, M. Torelli – entre autres – permettent d’envisager les études régionales sur l’Italie méridionale dans une perspective historique plus large.

21La présente étude cherche à insérer l’analyse de Sala Consilina dans cette perspective élargie. C’est de ce point de vue que le Vallo di Diano peut paraître une terre de confins où s’établissent les contacts entre différentes communautés. La prise en compte des données brutes du corpus retenu forme la deuxième partie de cette étude. J’envisagerai dans un premier temps les données relatives à l’implantation des nécropoles dans le paysage puis, passant à chaque fois à une échelle plus grande (c’est-à-dire à un espace plus petit), les caractéristiques des tombes elles-mêmes, et enfin le mobilier pour lequel je proposerai une typologie précise.

  • 25 Sur ces questions, voir Gardin 1979, 158 sq.

22Lorsque l’on formalise les opérations archéologiques, on considère que la construction d’une typologie sert à l’établissement de constats de ressemblance et de dissemblance entre le corpus-objet de la typologie et d’autres ensembles25. Ainsi appréhendées, les données matérielles me permettront de proposer une succession chronologique des tombes du corpus considéré, de confronter les résultats à ceux des recherches précédentes et de chercher des points d’ancrage dans les différentes chronologies régionales. Cela revient à ordonner dans le temps les ressemblances et les dissemblances que la typologie permet d’établir. Cette partie constituera ces “questions d’époque” du troisième chapitre, où je m’attarderai en particulier sur la transition du Premier au Second Age du fer. Ce n’est qu’une fois précisés ces problèmes d’ordonnancement chronologique de ces constats de ressemblance que je pourrai aborder, dans le détail, les questions de l’encadrement culturel de la nécropole. Auparavant, les résultats chronologiques dégagés dans la troisième partie auront soutenu un développement historique selon lequel Sala Consilina apparaîtra comme un site des marges par rapport à l’espace villanovien tyrrhénien tel qu’il se modèle à partir du VIIIe siècle sous l’impact de l’arrivée des Grecs et des Orientaux. La fin de la première époque de Sala Consilina (l’époque villanovienne) sera ainsi analysée en fonction des bouleversements qui touchent l’Italie méridionale et qui annoncent l’aube de la Grande Grèce.

23Au bout du compte, j’espère esquisser une synthèse qui permette de replacer l’histoire de la population villanovienne de Sala Consilina dans la perspective plus générale des populations protohistoriques d’Italie. Il apparaîtra alors que le crépuscule qu’ont connu ces zones de marges à la fin du VIIIe siècle, s’inscrit lui même dans l’évolution historique de la région.

Notes

1 Santangelo 1991, 46-52.

2 Ibidem, 23.

3 Ibidem, 45 sq.

4 Tortoloni 1979, 27.

5 L. Alberti, Descrizione di tutta Italia 1596, 199, cité in La Genière 1968, 3.

6 Tortoloni 1979, 35.

7 Une recherche sur ce sujet (le paléo-environnement du Vallo di Diano à l’époque pré-romaine) a été menée dans le cadre d’un projet d’Action Thématique Programmée déposé à l’occasion d’un appel d’offre du PIREN. Ces travaux conduits par plusieurs chercheurs venant de différentes disciplines feront l’objet d’une publication séparée.

8 Marinoni 1875.

9 Sogliano 1896, 171-172.

10 Mariani 1896 ; Patroni 1897, 1898, 1899.

11 F. von Lipperheide qui a introduit l’objet dans la collection de casques anciens qu’il a rassemblés, précise que le casque de Sala Consilina provient de la ligne de chemin de fer Salerno-Lagonegro (Lipperheide 1902, 30-31 et 70-71, fig. 12-13) : s’il provient bien d’une tombe, il est probable que la sépulture faisait partie de la nécropole du nord-ouest, la seule des deux qui soit à proximité du chemin de fer. Voir aussi Schröder 1905, 25-26 et in ultimo Hase 1988, 448.

12 Maiuri 1914. Je reviendrai plus loin sur ce fuseau.

13 La Genière 1968, 199 sq.

14 Plaoutine 1941, 2.

15 La Genière 1961 et 1962.

16 Kilian 1961.

17 Kilian 1964.

18 Kilian 1970.

19 Pontecagnano II. 1 et Pontecagnano II. 2.

20 In ultimo, Johannowsky 1984.

21 d’Agostino 1970a, Gastaldi 1979.

22 d’Agostino 1964, Pescatori Colucci 1971, Bailo Modesti 1978 et 1980.

23 Gnoli et Vernant 1982 ; d’Agostino 1982 ; Gastaldi 1982 ; Bailo Modesti 1982.

24 Osteria dell’Osa 1992.

25 Sur ces questions, voir Gardin 1979, 158 sq.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.01. - Structure et formations superficielles du Vallo di Diano. D’après Lippmann Provansal 1987, reproduit dans Santangelo 1991, 24. 1) Série calcaire silico-marneuse en fenêtre tectonique ; 2) dolomie et calcaires dolomidolomitiques; 3) calcaire ; 4) formations terrigènes cénozoïques ; 5) formations détritiques (Quaternaire ancien et moyen) ; 6) dépôts lacustres (Quaternaire moyen) ; 7) brèche de versant (Quaternaire supérieur et Holocène) ; 8) argiles éluviales et karstiques (Holocène) ; 9) courbes de niveau du substrat carbonaté ; 10) gouffres ; 11) grottes ; 12) sources ; 13) failles ; 14) failles masquées ou présumées ; 15) sondages.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 1.02 - Schéma paléographique du Vallo di Diano — intervalle 3 [= Pleistocène moyen-supérieur-Holocène]. D’après Santangelo 1991, 51, fig. 2.19. 1) Paléosuperficies ; 2) versants établis sur les alignements produits par la première phase néotectonique ; 3) terrasses d’érosion suspendues ; 4) versants établis sur les alignements produits par la seconde phase néotectonique ; 5) escarpements de faille en cours d’exhumation ; 6) dépôts lacustres disloqués (1er cycle) ; 7) cônes de déjection disloqués (1re génération) ; 8) escarpements de faille (3e phase néotectoniques) ; 9) zone intéressée par la sédimentation lacustre (2e cycle) ; 10) cônes de déjection (2e génération) ; 11) ligne de partage des eaux actuelle).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 393k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540