Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Conclusions générales : bilan scientifique du colloque

Claude Nicolet

Texte intégral

1J’ai été le scribe fidèle et j’ai écouté avec passion et profit toutes les excellentes communications que nous avons entendues. Nous devons nous adresser des remerciements à nous-mêmes, car je repars de ce colloque beaucoup plus riche que je n’y suis venu, et je pense que c’est le cas de tous. J’ai appris de tous mes collègues et amis (y compris des orateurs parisiens dont certains sont mes élèves) beaucoup de choses. Ce colloque a été très utile : remercions l’instigatrice, Mireille Cébeillac-Gervasoni, et les institutions française et italienne qui en ont permis la réalisation, ainsi que les institutions qui nous ont offert l’hospitalité.

2Je n’essaierai pas d’esquisser un bilan scientifique : il est prématuré, mais je voudrais suggérer peut-être comme une sorte de cadre de réflexion, dégager quelques-uns de ces enrichissements qui, à mon avis, en ressortent.

  1. J’ai écouté 30 communications, plus les interventions, j’ai eu le plaisir suivant : écoutant des archéologues, des épigraphistes, des professeurs de spécialités différentes, je n’ai jamais entendu que de l’histoire. L’oeuvre commune que nous avons faite, par delà toutes nos formations diverses et les situations concrètes de chacun de nous, c’est d’avoir posé des problèmes d’histoire.
  2. Il y avait aussi un objet de cette histoire : une histoire ancienne qui a sa réalité. C’était l’étude de ces “bourgeoisies” municipales ; donc de l’histoire sociale, puisqu’il s’agissait de parler de groupes sociaux en des endroits divers, et connus sur la courte période.
  3. De ce colloque, sont sortis de grands progrès pour l’étude des classes ou groupes sociaux.

3Le premier progrès est “factuel” : il y a désormais des masses de faits, des mises en place qu’il n’est pas prématuré de vouloir exprimer. On peut citer par exemple d’abord cette diversité des “moments” de développement, avec tous ses aspects, sur laquelle tout le monde est d’accord. Ce qui se marque par des contrastes géographiques, chronologiques et donc sociaux. Pour cette mise en place, il y a un équilibre pour lequel chacun implicitement a plaidé ; même ceux qui ont fait part de découvertes locales ou “micro”-historiques, ont éprouvé le besoin d’élargir leur propos vers une plus grosse histoire, au moins à l’échelle de zones, et même de cette Italie toute entière qui devient formellement romaine au Ier s.av. J.-C.

4Je citerai ensuite cette mise en rapport entre un développement “latial”. d’Italie centrale, et la présence des negotiatores qui sont arrivés en Orient à la suite de la conquête. Peut-être pourrons-nous avoir très vite des chronologies très fines ; mais c’est en tout cas au IIe s. av. J.-C. donc antérieurement à ce que l’on pensait jusqu’ici.

5On pourrait prendre d’autres exemples, par exemple l’utilisation que nous avons faite des aspects culturels de l’histoire (intégration de la religion, de l’art, sous ses diverses formes, les divers types de littérature).

6Pour organiser le débat (car il reste des problèmes ouverts), je suggérais un inventaire de quelques questions implicitement abordées mais auxquelles on n’a pas encore répondu, me semble-t-il, de manière assez précise :

71) la question initiale : celle de la définition de ces groupes sociaux ; au début du colloque on a parlé de guillemets à mettre autour du mot “bourgeoisies”. Mais en fait, quant à moi. à la fin du colloque, je n’en mettrais plus ! Cela ne veut pas dire que le mot “bourgeoisie” soit devenu plus univoque. On a parlé de “notabilités”, de décurions ; aussi de negotiatores — qu’ils sont sans doute aussi. Tous ces mots ont été utilisés, mais ne faudrait-il pas tenter de reprendre la question de méthodologie posée par Lepore à propos de la communication sur les groupes de parenté ? Il est indispensable d’avoir la double typologie : celle chronologiquement pertinente, tirée de typologies vécues par les contemporains, attestées par les textes ; celle de type moderne, que nous avons le devoir d’employer, à condition de le faire de manière consciente, et bien entendu critique et prudente.

8Les deux modes de typologies sont indispensables.

92) Outre ces questions préliminaires, il reste des problèmes nombreux :

10a) La notion de domi nobiles, qui est un quasi-monopole cicéronien, implicite quand on parle de notabilité ; elle n’apparaît jamais dans aucune inscription. Que signifie une telle documentation ? Est-ce opératoire ? Est-ce transposer dans l’Italie des “municipes”, arbitrairement, ce que signifiait à Rome nobilis ? mais nobilis a-t-il une valeur juridique totale ? Il y a certes une réalité de la nobilitas (l’exercice de certains types de fonctions sur plusieurs générations) ; est-ce transposable en milieu municipal ? d’autres exemples sont possibles.

11b) autre problème socialement très important : par exemple ce contraste entre des séries prosopographiques bien au point : une à Tarquinia, une à Cerveteri qui furent présentées ce matin. Dans l’une, il y a continuité, dans l’autre rupture : c’est-à-dire renouvellement à un niveau très précis des fonctions publiques par la disparition de certaines familles. Pourquoi ? Cela reste à expliquer. Mais cette question peut être étendue aux évergètes (quelle que soit l’origine de leur fortune). Ces séries de noms qui apparaissent à la fin du II s. av. J.-C. ont-elles des racines plus lointaines ? s’agit-il d’un milieu déjà dominant qui transforme ses activités ? ou est-ce l’irruption de nouvelles familles enrichies (grâce à la conquête) qui permet l’ascension de gens d’origine plus humble ?

12Par exemple, prenons des cités sans vocation maritime qui ont connu l’apparition de negotiatores ; ces gens sont-ils des descendants de familles aristocratiques déjà là, ou des descendants de soldats qui sont revenus (je pense au texte de Tite-Live à propos des événements de 196, à propos de l’armée de Flamininus en Thessalie ; déjà chaque soldat se transformait en trafiquant, usurier... et on les tuait au coin des chemins pour vider leurs bourses).

13La réponse n’est sans doute pas univoque, selon les lieux et selon les régions, et là nous retrouvons ces villes où il y a une volonté de se replonger dans une tradition gentilice, de “race”, même si ces “races” ont exercé des magistratures ; on parle de races et de lignées dans l’Etrurie, mais aussi ailleurs. Peut-on déceler, pour certaines de ces familles, une tradition qui remonterait au Ve-IVe av. J.C. ? ou bien (pour le cas de Délos cf. Coarelli et Zanker), c’est une adoption provocante ou inconsciente, avec un jeu : si un marchand d’esclaves se fait représenter par un artiste grec comme un roi évergète, est-ce que l’artiste grec ne se moque pas de lui ?

14Donc, est-ce un phénomène récent que cette recherche d’une noblesse ancienne de la part d’une couche parvenue ? Ou bien est-ce que, dans certains cas, il y a effectivement changement d’activités d’antiques lignées locales ?

15Pouvons-nous grâce à la micro-histoire déterminer de tels phénomènes ?

16c) Dernier point : j’ai l’impression que nous sommes tous insconsciemment fascinés par l’Est comme les Romains (le luxe asiatique etc...) ; mais Gabba nous a rappelé qu’il y a un peuplement romain en Narbonnaise : pourquoi ne fait-on pas une étude aussi précise, prosopographique, pour ces régions ? Sans doute faudrait-il revoir ce que Gabba a écrit, il y a longtemps, sur l’Espagne ? N’y aurait-il pas des enquêtes à faire du côté de l’Ouest ? Ce fut fait pour les amphores vinaires (= apport des familles de Cosa), mais pour d’autres aspects ?

17Donc, j’ouvre le débat. Si tous repartent de Naples aussi contents et aussi fatigués que moi, avec autant d’enrichissements, alors nous n’avons perdu ni notre temps ni notre fatigue.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540