Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Les Italiens en Thessalie au IIe et au Ier s. av. J.-C.

Bruno Helly

Texte intégral

  • 1 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient grec, 1919 : pour la Thessalie, cf. pp. 23-25 e (...)

1La présente étude ne prétend pas apporter beaucoup de nouveauté sur la présence des Italiens en Thessalie au IIe et au Ier s. av. J.-C., ni sur leur mode d’installation dans cette province. Pourtant, depuis les travaux classiques de J. Hatzfeld1, un certain nombre de documents renforcent les lignes du tableau dressé par ce savant, et quelques autres éclairent peut-être d’une manière nouvelle cette présence italienne : des listes de concours locaux, quelques décrets de la Confédération thessalienne ou des cités fournissent des éléments à l’analyse. Mais c’est surtout, je crois, l’examen d’un matériel souvent négligé pour une telle étude, stèles funéraires et actes d’Affranchissement, qui conduit à dresser un tableau aujourd’hui plus intéressant, sinon complet, de l’installation des Italiens dans la province. Enfin, plus que dans une connaissance assurée, l’intérêt de cette information se trouve dans les questions auxquelles elle conduit : quel est le statut exact de ces Italiens ? Quel degré ont-ils atteint dans leur intégration à la vie locale ? Quelle est leur capacité économique dans ce pays thessalien de grands domaines agricoles ? Un des éléments de réponse est sans doute à attendre d’une analyse plus précise des documents qui font connaître ces Italiens, si l’on peut espérer tirer avantage de l’étude des gentilices. Telle est la raison principale de ma participation à ce colloque sur les bourgeoisies municipales italiennes.

  • 2 Cf. S. Accame, Il dominio Romano in Grecia dalla guerra Acaica ad Augusto, Rome, 1946, spécialement (...)
  • 3 Cf. l’édition et le commentaire dans R. K. Sherk, Roman Documents from the Greek East, n° 33.
  • 4 Pour le problème d’ensemble, cf. une fois encore, S. Accame, op. cit., pp. 22-24.

2Pour construire une image de la présence romaine en Thessalie, on ne peut pourtant se dispenser de recenser tout d’Abord le passage ou le séjour dans la région de ceux que l’on peut appeler les « officiels » : consuls, proconsuls, gouverneurs, commissaires du Sénat, magistrats en mission2. Cette partie du dossier, tant soit peu négligée par Hatzfeld, n’est pourtant pas sans importance. Nous constatons en effet que ces officiels ont développé souvent d’étroites liaisons avec les autorités fédérales et municipales thessaliennes, qu’ils sont intervenus dans le domaine non seulement politique, mais aussi économique. Tel est le cas, semble-t-il, de T. Quinctius Flamininus, comme le montre un texte célèbre, sa lettre aux habitants de Chyretiai. Pour l’essentiel, ce document décide de rendre aux citoyens leurs terres, toutes les terres du domaine municipal, qui par droit du vainqueur avaient été confisquées3. Conformément à la coutume, les terres confisquées devaient entrer dans l’ager publicus, et servir soit à l’exploitation par la population, soit à une installation de vétérans ou de colons romains. Rien ne dit qu’Ailleurs en Thessalie, cette règle - si ce n’est pas déjà une politique - n’a pas été appliquée. Certains indices, beaucoup plus tard dans la période hellénistique, semblent orienter nos interprétations en ce sens4.

  • 5 Cf. déjà, à partir des témoignages littéraires surtout, A. Aymard, Premiers rapports..., p. 287 (à (...)
  • 6 Décret présenté par C. Gallis au 2e Congrès des Etudes Thessaliennes à Larisa en septembre 1980. Po (...)

3Mais, pour le IIe s. av. J.-C. en tout cas, il faut aller plus loin dans l’analyse des activités assurées par les personnages officiels en Thessalie : plusieurs d’entre eux ont développé systématiquement leurs relations avec la Thessalie, construisant ainsi sur des liens personnels de véritables traditions familiales que quelques inscriptions ne manquent pas de rappeler5. Un décret récemment découvert illustre cette situation : il s’agit d’un décret de la confédération thessalienne relatif à la réquisition de blé présentée par un Quinctus Caecilius Metellus comme une demande privée, dans les années 145-130 av. J.-C. environ6. Le texte rappelle à deux reprises les bienfaits que les Thessaliens ont déjà reçus des ancêtres de ce Metellus (I. 19-20 et 24-26) :

4ἀνενεώσατο τὰς γεγενη/μένας ευεϱγεσίας ὑπò [τ]ών πϱογόνων αὑτοῦ et μνημονευόντ/ας τῶν γεγενημένων ε[ὐε]ϱγετημάτων είς τò ἔϑνος ὑπò Κοίντου καί τῶν πϱογόνων αὐτοῦ ϰαὶ τῆς συγκλήτου ϰαί τοῦ δημοῦ τ[οῦ][Ῥωμαίων.

5Des inscriptions déjà connues montrent qu’il ne s’agit pas ici de formules sans signification concrète. La famille des Metelli a pendant deux siècles porté intérêt à la Thessalie :

    • 7 A. S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1910, col. 374, n° 22.

    M. Caecilius L. f. Metellus, peut-être déjà comme membre de la commission sénatoriale qui a négocié à Tempé en 196 av. J.-C. les conditions de la paix avec Philippe V, est nommé par une dédicace de la confédération thessalienne à Larisa7.

    • 8 Tite-Live, 39, 24, 13 (avec M. Baebius et T. Claudius).

    Q. Caecilius Metellus, non mentionné par nos inscriptions, a dirigé une ambassade en Macédoine en 186, pour régler les conflits provoqués par Philippe V avec ses voisins, en particulier les Thes-saliens8.

    • 9 IG, IX, 2, 37.

    Q. Caecilius Q. f. Metellus, proconsul de Macédoine en 148-146, a été honoré par la confédération des Ainianes à Hypata9.

    • 10 César, Bell. Civ., III, 82.

    Q. Metellus Pius Scipio, fils de Scipion Nasica entré par adoption dans la famille des Metelli, stationne à Larisa en 48 avec son armée et y fait sa jonction avec Pompée10. Ce sont là, ténus assurément, mais sans doute correctement enchaînés, des éléments qui assurent aux formules du décret évoqué ci-dessus une valeur pertinente, plus forte que celle d’une simple phraséologie appliquée à n’importe quel haut personnage.

6Conservant en mémoire l’exemple des Metelli, il nous paraît donc intéressant de recenser les « officiels » de la République en Thessalie, en insistant sur les documents thessaliens. Une liste certainement non exhaustive, assortie de quelques commentaires, devrait suffire pour faire bref, quand il s’agit de faits et de personnages bien connus.

  • 11 Document encore inédit, découvert il y a déjà plus de dix ans ; j’ai pu l’utiliser dans une étude, (...)
  • 12 Publié par A. S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1910, col. 344, n° 3 ; pour la date, F. Stählin, dans (...)
  • 13 Publiée par E. Mastrokostas, REA, 1964. pp. 309-310.
  • 14 Tite-Live, 39, 33.

7Pour la période de la deuxième guerre de Macédoine, parmi les généraux, consuls et proconsuls, il faut citer en premier lieu T. Quinctius Flamininus, dont nous avons déjà évoqué la lettre à Chyretiai. Une autre lettre, réduite à la formule de salutation malheureusement, a été adressée à la cité de Métropolis11. Il faut citer aussi le décret de proxénie de Larisa, dont le bénéficiaire est, je le crois fermement, T. Quinctius Flamininus, même si la date fait encore question12. Une dédicace de statue enfin, provenant de Scotoussa, montre que Flamininus a eu affaire avec des cités de toutes les régions de la Thessalie13. Le même T. Quinctius Flamininus fait encore partie d’une ambassade en Grèce en 183/214.

  • 15 Tite-Live, 33, 30.

8En 196 encore, une commission sénatoriale a été envoyée en Grèce et à la Conférence de Tempé. La composition de cette commission n’est pas exactement connue : on peut compter parmi ses membres P. Lentulus, L. Stertinius, L. Terentius, C. Cornelius15.

  • 16 Tite-Live, 35, 31, 1-2.

9Pour la période de la guerre contre Antiochos III (192-191 av. J.-C.) on peut retenir les noms de plusieurs magistrats ou militaires romains. Au début du conflit en 192/1, M. Baebius Tamphilus et A. Atilius Serranus sont préteurs en Macédoine ; on retrouvera le premier d’entre eux en Thessalie un peu plus tard, puis pendant la troisième guerre de Macédoine. En 191/0 av. J.-C., une commission sénatoriale a été envoyée en Achaïe, à Athènes, Chalcis, en Thessalie et à Démétrias ; sa composition n’est pas exactement connue16.

  • 17 Cf. mon étude Gonnoi, I, 1973, p. 100, sur cet épisode.
  • 18 Tite-Live, 35, 23, 4-9 et 31, 1-2.

10La guerre, conduite par M’ Acilius Glabrio, donna à un autre personnage l’occasion de se distinguer : Appius Claudius Pulcher, qui avait déjà participé à la guerre contre Philippe, commandait alors en Macédoine. De là, il se rendit à marches forcées jusqu’à Larisa en passant par le Bas-Olympe et Gonnoi17. On retrouve Appius Claudius quelques années plus tard en Thessalie, à la tête de l’ambassade envoyée à Philippe V en 185/4 av. J.-C.18. D’autres chefs importants ont fait campagne en Thessalie pendant cette guerre : L. Scipio Africanus, M. Fulvius Nobilior, T. Sempronius Gracchus, L. Valerius Flaccus.

  • 19 D’autres sources l’appellent Herennius, cf. RE, s.v. n° 1 (Münzer).
  • 20 Tite-Live, 42, 17, 2 hospitioque et duces Romanos omnes et legatos exterarum quoque gentium insigni (...)
  • 21 IG, IX, 2, 858 ; le gentilice Rammius paraît rare ; la lecture du surnom n’est pas assurée : la pie (...)

11Avant la troisième guerre de Macédoine, les relations entre Thessaliens et Romains s’intensifient encore. En 184/3, Perrhèbes et Thessaliens ont adressé une ambassade à Rome pour se plaindre de la conduite du roi de Macédoine, d’Autres ambassades avec le même objet suivirent. Dans ces échanges, il faut peut-être citer ici le nom d’un habitant de Brindisi, L. Rammius Brundisinus, si le nom est exact19. Ce personnage, princeps de sa cité, accueillait de nombreux étrangers, les ambassadeurs grecs débarquant pour se rendre à Rome20 ; cela explique sans doute qu’il ait témoigné contre Persée au moment de la déclaration de guerre décidée à Rome, en 172 av. J.-C. Cela n’est pas sans rappeler l’existence d’une stèle funéraire latine trouvée à Larisa et qui donne le nom de P. Ram(m)ius P. f. Nic(e) p(h)or(u)s21. L’écriture et la formule H(ic) S(itus) ne nous semblent nullement tardives ; la pierre elle-même, avec une épitaphe de la fin du 4e ou de la première moitié du 3e s. av. J.-C., appartient à la typologie d’Atrax au tout début de l’époque hellénistique. Le remploi pour l’épitaphe latine peut assurément se situer assez haut dans la période républicaine.

  • 22 Tite-Live, 42, 4, 5-6 ; cf. mon étude Gonnoi, I, 1973, p. 118.
  • 23 IG, IX, 2, 258.
  • 24 La lecture de la 1. 9 est douteuse ; des corrections ont été proposées par Wilamowitz et Hiller von (...)
  • 25 Cf. H. Kramolisch, Die Strategen des thessalischen Bundes, Demetrias II, 1978, p. 56.

12On retrouve Appius Claudius Pulcher dans la commission sénatoriale qui fut chargée, en 174/3, de régler la situation issue de durs conflits sociaux qui s’étaient développés dans les cités thessaliennes22. Les autres commissaires connus sont M. Popilius Laenas, M. Claudius Marcellus, qui avaient déjà participé eux aussi à la guerre contre Persée. Dans les mêmes années, un décret de Kiérion23 honore de la proxénie plusieurs officiels romains : M. Perpenna L. f., qui fut légat en Illyrie en 168 av. J.-C. ; un M. Popilius C. f., mal identifié, puisque ne se confondant ni avec M. Popilius Laenas, ni avec P. Popilius légat en 174 ; un Q. Pactumeius M. f. ; enfin encore au moins un autre personnage, peut-être un second Pactumeius24 le décret est daté par le stratège thessalien Peissarétos, que l’on situe vers 168 av. J.-C.25.

  • 26 IG, IX, 2, 1, daté d’avant 146 par la mention d’archontes à Héracleia ; la cité destinataire de la (...)
  • 27 Tite-Live, 42, 6, 5 ; Cf. RE, s.v. Cornelius, col. 1406.

13La cité d’Hypata a honoré de la proxénie, dans la première moitié du Ile s. av. J.-C. apparemment, un S. Cornelius M. f. ; le texte du décret est inclus dans une lettre adressée aux autorités d’une autre cité, dont le nom est perdu26. Ce S. Cornelius ne semble pas avoir attiré l’attention des spécialistes de la prosopographie romaine, et n’a pas été identifié à ma connaissance. Peut-être faut-il le rattacher, si l’on considère le prénom de son père, Marcus, à la branche des Cornelii Maluginenses ; peut-être est-il à mettre en relation avec ce M. Cornelius Mammula qui fut envoyé à la cour de Persée en 173 av. J.-C.27.

  • 28 Je ne détaille pas les différents événements bien connus par les sources, et qui ont été souvent ét (...)

14Les officiels romains que nous avons évoqués ci-dessus ont été présents en Thessalie pendant les vingt et quelques années qui ont séparé la guerre contre Antiochos de la troisième guerre de Macédoine, et pendant ce dernier conflit. La guerre contre Persée a conduit en Thessalie un grand nombre de personnages importants. Ce sont tout d’Abord les généraux et commandants chargés des opérations : P. Licinius Crassus, Q. Marcius Philippus, A. Atilius, A. Hostilius Mancinus, L. Aemilius Paullus, Sp. Lucretius, d’Autres encore, parmi lesquels on retrouve M. Popilius28.

  • 29 Décret de Chyretiai, A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1917, n°301 ; cf. Tite-Live, 36, 13, 4 ; sur (...)
  • 30 Tite-Live, 42, 54, 7 ; cf. H. Kramolisch, Die Strategen..., pp. 54-55.
  • 31 IG, IX, 2, 1135 ; pour le texte très mutilé, plusieurs identifications ont été avancées avec des of (...)

15En différentes cités thessaliennes, on a le témoignage du passage ou de l’intervention de certains de ces officiels romains. A Chyretiai, un Sextus Orfidienus, préfet sous les ordres de Baebius, a été honoré de la proxénie29 ; le personnage n’a laissé aucune autre trace dans nos témoignages. On trouve mention, à Gyrton, d’un T. Minucius Rufus, qui en 172/1 commande le siège de la ville en même temps que le stratège thessalien Hippias30. Il serait intéressant de reconnaître un membre de la même famille dans une épigramme datée de la fin du IIe s. av. J.-C. : le personnage honoré a, semble-t-il, combattu et repoussé des incursions galates31. On a pensé à M. Minucius Rufus, le vainqueur des Scordisques et des Triballes, en 106 av. J.-C..

  • 32 Arch. Delt., 22, 1967, Chronika, p. 247 ; cf. J. et L. Robert, Bull, 69, p. 329.

16A Echinos, enfin, une base de statue découverte il y a quelques années, donne le nom de Cn. Octavius Cn. f. Cn. nep., préteur commandant la flotte romaine en 168 av. J.-C.32.

  • 33 Publié Arch. Eph., 1934-35, p. 149, et identifié par L. Robert, Etudes épigraphiques et philologiqu (...)
  • 34 IG, IX, 2, 301, cf. R. K. Sherk, Roman Documents, p. 233, n° 45.

17Pour la période qui, de la troisième guerre de Macédoine au Bellum Achaicum, couvre les années 168-146 av. J.-C., apparaissent encore, dans les documents thessaliens, quelques autres personnages. On connaît un Sénatus-Consulte d’un P. Servilius, consul, à propos d’un conflit territorial à Trikka avant le milieu du IIe s. av. J.-C.33. La même ville a été la destinataire d’une lettre adressée par un magistrat romain dont le nom n’a pas été conservé, dans la période suivante, avant la fin du IIe s. av. J.-C.34.

  • 35 Cf. S. Accame, Il dominio Romano,... On peut peut-être compter comme membre de la familia de L. Mum (...)
  • 36 IG, IX, 2, 89.
  • 37 Cf. en dernier lieu H. Kramolisch, Die Strategen..., pp. 68-69 avec renvoi à T.R.S. Broughton. The (...)

18La crise de 146 et les mesures édictées par L. Mummius n’entraînèrent pas, pour la Thessalie, de bouleversement considérable35, même si, comme on peut en avoir le sentiment, le traitement des affaires thessaliennes prend pour Rome de plus en plus d’importance. Ce qui nous intéresse ici une fois encore, est, en rassemblant les noms des officiels romains, de faire apparaître les relations que certaines familles ont entretenues, d’une génération à l’autre, avec les cités thessaliennes. De ce point de vue, on retiendra ici l’importance du Sénatus-Consulte rendu à l’instigation du préteur C. Hostilius, fils du consul A. Hostilius. Celui-ci commandait les opérations militaires contre Persée en Thessalie en 170 av. J.-C. Son fils est intervenu dans le conflit de frontières qui opposait Narthakion et Meliteia36. On a beaucoup discuté sur l’intervalle qu’il faut maintenir entre la préture de C. Hostilius et son consulat, qui se situe en 137 av. J.-C. ; l’accord se fait aujourd’hui pour ne pas dater cette préture après 140. J.-C., ce qui fournit aussi un terminus pour le document de Narthakion37.

  • 38 Diodore, 37, 8, 1 ; cf. S. Accame, Il dominio Romano..., p. 225.
  • 39 IG, IX, 2, 38 (Sylloge3, 743) ; cf. S. Accame, o.l., p. 227.
  • 40 IG, IX, 2, 10, avec un décret de proxénie.
  • 41 IG, IX, 2, 613.

19Dans les inscriptions thessaliennes de la fin du IIe et du Ier s. av. J.-C., on ne trouve plus de témoignages sur les officiels romains avant les guerres mithridatiques. Un texte de Diodore signale la présence de troupes thessaliennes en Sicile pendant la guerre sociale (103 av. J.-C.), dans l’armée de L. Licinius Lucullus38. Le même personnage apparaît dans une dédicace à Hypata, vers 8739. Dans la même période, sans doute, un legatus pro praetore a été honoré à Hypata également, pour avoir rétabli et restauré la cité40. L’activité militaire de ces années 88-80 a conduit plusieurs cités thessaliennes à honorer les officiels romains du moment. Q. Braitius Sura, légat de C. Sentius Saturninus préteur de Macédoine de 89 à 87 av. J.-C. a été honoré à Larisa par les Athamanes41. La présence en Thessalie de L. Cornelius Sylla, des généraux démocrates, s’est également traduite par des interventions dans les affaires thessaliennes, et des relations réciproques dont les Thessaliens n’ont peut-être pas toujours tiré avantage.

  • 42 Cicéron, in Pisonem, 40, 96.
  • 43 IG, IX, 2, 1134.

20Ce ne sont pas non plus des avantages, apparemment, que les Thessaliens ont retirés des activités de certains gouverneurs de Macédoine, dans les années qui ont précédé les guerres civiles. On connaît l’appréciation de Cicéron sur la politique suivie par L. Calpurnius Pison, gouverneur en 57-56 av. J.-C. : omnis erat tibi (scil. Pisoni) Achaia, Thessalia, Athenae, cuncta Graecia42. Mais nous ne possédons aucun document proprement thessalien sur ce point. En revanche, le passage de Pompée, au moment de la guerre des pirates (66-62 av. J.-C.), a été l’occasion d’Au moins une consécration, avec la qualification d’εὐεϱγέτης, à Démétrias43.

  • 44 Arch. Eph., 1916, p. 121 ; Arch. Deltion, 1936, parart., p. 51. Arch. Eph., 1929, p. 142.
  • 45 CIL, III, 588.
  • 46 IG, IX, 2, 39.

21Les guerres civiles ont été, elles aussi, une période ambiguë pour les Thessaliens : il fallait sans aucun doute prendre parti. Quelques témoignages subsistent des interventions attribuables à César lui-même, ou à tel de ses lieutenants : César à Démétrias44, Cassius Longinus qui a réaménagé la route de Tempé en 48 av. J.-C.45. Un peu plus tard, un légat d’Antoine, L. Sempronius Vesta Atratinus a été honoré d’une statue à Hypata, vers 40 av. J.-C.46. Nous ne parlerons pas ici des honneurs accordés par les Thessaliens à Octave-Auguste : les conditions créées par le principat et les aménagements fondamentaux qu’Auguste a apportés à l’organisation de la Thessalie, introduisent une situation très différente dans l’intervention des officiels romains en Thessalie.

22Si nous voulons maintenant considérer, non plus les officiels, militaires et magistrats, mais les citoyens romains qui ont résidé à un titre quelconque en Thessalie, nous devons, à la suite de Hatzfeld, introduire dans la présentation des documents une division chronologique qui aboutit à un classement en deux groupes successifs. Le premier correspond au IIe s. av. J.-C. ou à peu près : il rassemble essentiellement des décrets de proxénie pour des citoyens romains, dont la qualité n’est le plus souvent pas définie. Il semble toutefois qu’il s’agit de simples particuliers, dont les activités sont couvertes par le terme commode employé par Hatzfeld, celui de negotiatores. La liste des inscriptions qui les mentionnent est courte :

    • 47 Pour cet événement, cf. le passage de Tite-Live, 36, 10 : la ville fut sauvée grâce à la marche for (...)

    Le décret de proxénie de Larisa pour T. Quinctius T.f. Flamininus rappelle les τηβεννοϕοϱοῦντες qui ont quitté la ville sous la pression des événements militaires (ϰινδυνευούσης τῆς πόλεως), peut-être la menace représentée par Antiochos III en 191. Le décret a été publié par A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1910, col. 344, n° 347.

  1. Quatre autres citoyens romains ont reçu, au cours de la première moitié du IIe s., la proxénie et d’Autres droits (dont certains sont intéressants du point de vue économique), à Gonnoi, sans que l’on puisse reconnaître en eux des personnages « officiels » :

      • 48 Plusieurs collègues m’ont consulté à ce sujet ou ont cherché à vérifier sur l’original : c’est que (...)

      les noms de deux d’entre eux sont connus : G. Flavius Apollonius et son fils Gaius Flavius Bucco (Gonnoi, II, n° 42). La lecture du gentilice Flavius est assurée48.

      • 49 Cf. A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1912, p. 66, n° 93, puis les observations de J. Hatzfeld, o.l. (...)

      l’état de conservation des pierres n’a pas permis de déchiffrer exactement les noms des deux autres (Gonnoi, II, n° 20 et 47) malgré les tentatives qui ont été faites49.

    • 50 Le décret d’Olosson est connu depuis longtemps (cf. IG, IX, 2, 1292) et a été revu en dernier lieu (...)

    Un autre Italien a été honoré à Olosson : L. Acutius L.f., pour avoir rendu service pendant son séjour, παϱεπιδημία (A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1917, p. 13) ; la date, sûrement avant 146, reste mal établie50.

  2. Un autre enfin, dont le nom est perdu, a été honoré à Démétrias, vers la fin du IIe s. av. J.-C. (IG, IX, 2, 1105). La date est établie grâce à la prosopographie des magistrats locaux.

23Dans cette dernière ville, grand port international, notre information apporte d’Ailleurs matière à quelques réflexions. Les stèles funéraires trouvées par A.S. Arvanitopoulos en 1910, inconnues de J. Hatzfeld par conséquent, livrent les ethniques de quelques Occidentaux :

  • deux Σίιϰελοι, Σύμμαχος / Τιττάλου / Σ. et Ζώπυϱος / Ἀντα.. / Σ ;

  • un ‘Yϱιατεινός ;

  • 51 Les épitaphes des Σικελοί sont inédites ; la première citée par O. Masson, BCH, 1972, p. 388 ; cell (...)

24ce personnage possède un nom illyrien, Δᾶζος Πλαϱια ; il semble pourtant bien porter l’ethnique de la cité d’Hyria, ville d’Apulie ou de Campanie51.

  • 52 Cf. mon étude sur les Ateliers lapidaires de Thessalie, Actes du VIIe Congrès international d’épigr (...)
  • 53 Cf. M. Th. Couilloud, Les monuments funéraires de Rhénée, EAD, XXX, 1974, pp. 328-331, pour les stè (...)
  • 54 Est-ce par respect du statut d’alliés ? On observera que, dans la campagne contre Antiochos en 191, (...)

25Il est intéressant de ne voir figurer dans cette série aucun nom romain, alors que l’ensemble couvre, selon la datation que nous avons désormais établie, la période qui va de la fondation de Démétrias en 294/3 av. J.-C. jusqu’Aux guerres mithridatiques, à la fin de la première décennie du Ier s. av. J.-C.52. On attendrait donc mention des Italiens ou des Romains à Démétrias comme à Délos53. Pourtant, hors IG, IX, 2, 1105, il n’en apparaît aucun. Le corpus des décrets de Démétrias est certes peu fourni, et la série des stèles funéraires, plus de six cents pièces, provient d’une seule des nécropoles de la cité, celle du Sud ; il est assuré qu’il en existait d’Autres, d’où nous sont parvenus apparemment quelques autres monuments funéraires que nous pouvons identifier. Mais nous devons considérer aussi deux faits. D’une part, les décrets de Démétrias que nous connaissons sont tous groupés sur quelques décennies, à la fin du IIe s. av. J.-C. : un seul citoyen romain y figure. D’autre part, dans les stèles funéraires ainsi emmurées d’un coup dans le rempart sud et exhumées de même, les étrangers paraissent en nombre important : ils sont presque sur-représentés, avec près de 40 % d’ethniques étrangers. Une impression se dégage donc de cette situation : avant les guerres mithridatiques, les grands commerçants italiens, Ῥωμαῖοι, si bien installés à Délos, n’étaient probablement pas ou presque pas présents à Démétrias, malgré l’importance que ce port revêtait pour les intérêts militaires et politiques de Rome en mer Egée54.

  • 55 Il s’agit de l’actuelle Pyrasos - Néa Anchialos ; cf. F. Stählin, Hell. Thess., p. 173, n. 9.
  • 56 Le décret indique clairement que dans chaque tétrade les cités utilisent le port qui leur est le pl (...)
  • 57 Il ne faut peut-être d’ailleurs voir dans cette absence des Italiens à Démétrias rien d’autre qu’un (...)

26Une fois encore l’inscription sur le blé éclaire la situation : celle-ci ne paraît pas momentanée, mais générale. « Les Thessaliens n’ont pas de bateaux »,’επεί οὐχ υπάϱχει πλοῖα τοῖς Θεσσαλοῖς dit le décret, ils n’en ont ni à Démétrias, ni au Démétrieion, près de Thèbes de Phthiotide55, ni à Phalara sur le golfe lamiaque. Les autorités thessaliennes demandent à Quinctus Caecilius Metellus d’en trouver et de les envoyer dans ces ports ; s’il n’y parvient pas, les Thessaliens traiteront avec les armateurs qu’ils trouveront sur place. Cela signifie, je crois, qu’ils s’adresseront aux Orientaux ou aux autres Grecs qui résident à Démétrias ou dans les ports qui servent de débouché maritime aux villes de Thessalie56 ; il n’est en tout cas pas question d’Italiens ni d’Occidentaux. On peut en conclure que les Italiens n’avaient aucune installation conséquente à Démétrias, car, dans le cas contraire, ils auraient reçu eux-mêmes la charge d’exécuter cet important contrat de transport57.

  • 58 Documents présentés et commentés par mon ami C. Gallis au 2e congrès international d’Etudes thessal (...)
  • 59 Sur ces deux personnages et leur rôle à Larisa en 171 av. J.-C., cf. mon étude Grands dignitaires a (...)
  • 60 Cf. Tite-Live, 42, 57-60.
  • 61 On doit à J. et L. Robert d’avoir rapproché les deux appellations et ainsi identifié les concours f (...)

27Ainsi les quelques inscriptions du IIe s. av. J.-C. que nous pouvons utiliser ne font pas apparaître une activité intense des Italiens en Thessalie. Il est bien clair que le rôle principal est tenu, pendant cette période, par les officiels, les représentants du pouvoir sénatorial et les militaires. C’est que la Thessalie constitue une Confédération autonome, et qu’elle relève d’un statut d’Alliance. Pourtant, une fois encore, nous parvenons à entrevoir, dans la confrontation entre les documents émanant des autorités locales, l’amorce d’une évolution. Il nous faut revenir ici à deux décrets récemment découverts, et qui sont publiés par C. Gallis, éphore des Antiquités de Thessalie58. Le premier d’entre eux est un décret de Larisa pour deux grands officiers dἘumène, roi de Pergame, honorés pour les services rendus à la ville pendant la 3e guerre de Macédoine, en 171 av. J.-C. Ces deux dignitaires de la cour attalide ont eu affaire, apparemment, avec une commission municipale chargée d’organiser avec eux les rapports entre Lariséens—Thessaliens et les troupes royales59. Une telle commission, on doit le supposer, a eu à traiter aussi avec les représentants du Consul romain : le récit des événements par Tite-Live montre bien qu’il y a eu concertation régulière entre le consul, le roi et le stratège fédéral des Thessaliens. Ces derniers ont été, en ces circonstances, traités comme des alliés de droit. Ce traitement s’est manifesté d’Ailleurs avec éclat, lorsque la cavalerie thessalienne se fit tuer sur place, au cours de la bataille de Callinicos, en juin 171, quelques semaines après le vote du décret précité, pour sauver l’armée romaine en péril60. Honneur fut rendu par les Romains à ces héros après la bataille : un concours funèbre fut institué, et s’est perpétué d’Année en année pour les héros morts à la bataille des Stena, puisque tel est le nom que les Thessaliens lui avaient donné : τοῖς πϱοϰινδυνεύσασιν ἐπὶ των Στενῶν61. Nous reviendrons sur ce concours un peu plus loin. Nous retiendrons ici que les Thessaliens sont alors reconnus comme des alliés.

  • 62 Pour J. Hatzfeld. Trafiquants italiens..., pp. 217-219, la Grèce n’exportait pas de blé vers l’Ital (...)

28Trente ou quarante ans plus tard, c’est d’une tout autre manière que sont traités les Thessaliens. Le décret fédéral pour le transport d’environ 3.500 tonnes de blé nécessaire à l’approvisionnement de Rome le montre bien. Qui en effet notifie aux Thessaliens la répartition de ce précieux froment ? Ce Q. Caecilius Metellus déjà nommé, un personnage dont la famille, comme on peut le dire à partir des témoignages évoqués ci-dessus, a fait entrer la Thessalie dans sa clientèle. Le décret montre que le personnage n’est pas encore un magistrat de haut rang : il est ἀγοϱἄνομος Ῥωμαίων ἀποδεδειγμένος, édile désigné de Rome, et à ce titre chargé de l’annone. Il s’est présenté en personne à l’assemblée féderale, avant sa prise de charge. Il a demandé aux Thessaliens une livraison de blé. Mais les termes du décret font ressortir les exigences de la réquisition, auxquelles les cités ne peuvent se soustraire, les pleins pouvoirs donnés au stratège et aux magistrats fédéraux, les amendes encourues en cas de non livraison ou de retard, la répartition des quantités par tétrades dans la province. Tout cela conduit à supposer une contribution de la Thessalie fondée sur une connaissance précise de ses ressources et de son économie, une certaine organisation des moyens de production, de stockage, de transport. C’est assurément l’intérêt de ce document de nous montrer, ce dont Hatzfeld doutait faute de preuves62, que la production du blé thessalien était déjà à disposition des autorités romaines, qui pouvaient y recourir sans pour autant passer par des negotiatores. Mais il nous faut retenir aussi, et c’est ce qui nous intéresse ici, qu’en cette affaire, les Thessaliens ne paraissent plus comme des alliés, même s’ils le demeurent en droit : ils sont plutôt traités comme des assujettis, dans un pays qui semble bien systématiquement exploité.

  • 63 Elles ont sans doute été rendues à leurs propriétaires, comme en témoigne la lettre de Flamininus a (...)
  • 64 Cf. Gonnoi, II, n° 98 (lettre de Philippe V) et commentaire ; on doit évoquer aussi, dans cette per (...)

29Cette exploitation, pour autant qu’il y paraît, laisse intacte dans sa structure l’organisation politique et économique de la Thessalie du IIe s., avec ses cités et leurs territoires. Peut-être y a-t-il eu, dès cette époque, dans cette vaste province, des terres confisquées — mais si tel fut le cas, il a dû s’agir non de terres civiques63, mais de domaines royaux macédoniens, ces βασιλικὰ ἔγγαια dont il semble exister trace dans notre documentation épigraphique64. Quoi qu’il en soit, c’est plus souvent à un mode d’Administration et de contrôle économique que renvoient les documents très officiels que nous avons cités dans les pages qui précèdent.

***

30Avec un tout autre caractère nous apparaît la présence des Italiens à la période suivante, qui couvre approximativement — car il est difficile de préciser trop pour l’instant, le Ier s. av. J.-C. et le tout début du principat d’Auguste. Que nous apprennent donc les documents épigraphiques de cette période ? Ils nous montrent tout d’Abord que les Italiens résidents existent et paraissent même en assez grand nombre. Les inscriptions qui les désignent proviennent pour la plupart de la région de Larisa. Mais, faut-il le dire, cette provenance n’est pas totalement significative : Larisa est la capitale de la Thessalie, le siège des autorités fédérales. De Larisa, en réalité, on rayonne sur toute la province ; résider à Larisa n’exclut donc pas, au contraire, pour les Italiens d’Avoir eu affaire dans toute la région.

31Un recensement de tous les noms italiens dans les inscriptions thessaliennes correspondant au dernier siècle de l’époque républicaine porte sur différentes catégories de documents, sur la nature desquels nous devons d’Abord dire quelques mots. Il s’agit en effet :

  • de stèles funéraires ;

  • de listes d’Affranchis ;

  • de listes de consécrations ;

  • de catalogues de vainqueurs à des concours.

  • 65 Cf. ci-dessus, note 61.

32Cette dernière série de documents a déjà été utilisée par Hatzfeld, mais sans qu’il ait pu introduire la distinction, établie clairement depuis par J. et L. Robert65, entre les catalogues agonistiques des Eleutheria, concours internationaux, et les listes de vainqueurs à des concours locaux, auxquels prenaient part les citoyens et ceux qui résidaient en permanence dans la province. Aux concours de la première catégorie participaient des étrangers, les spécialistes des différentes épreuves constituant le concours, qui ne séjournaient à Larisa que pour cela, le temps de la fête, avant de reprendre la route pour un autre concours, dans un sanctuaire célèbre ou une autre grande ville. Quelques Italiens ou Occidentaux faisant partie de ces spécialistes ont remporté des épreuves aux Eleutheria de Larisa. Leur origine est précisée par leur ethnique :

  • un Napolitain portant un nom grec, bien évidemment, — ης ’Ισιδώϱου, vainqueur au concours de cithare (IG, IX, 2, 528, I. 15, entre 116 et 80 av. J.-C.) ;

  • un Italien, qualifié de Ῥωμαῖος, au nom incomplètement déchiffré, a remporté un peu plus tard la même couronne (IG, IX, 2, 534, 1. 8, vers le milieu du 1er s. av. J.-C.).

33Mais les autres Italiens recensés par Hatzfeld, nous le savons désormais, sont des vainqueurs aux concours locaux, ces concours mêmes qui furent établis en l’honneur des morts aux Stena (ou Callinicos), et auxquels participaient les gens du pays. Ces Italiens qui y sont mentionnés, et y figurent sans ethnique, avec leurs seuls tria nomina, sont donc des résidents.

  • 66 Sur cette institution, cf. Gonnoi, I, 1973, pp. 145-146.

34De la même façon, des listes de consécrations à certaines divinités par des personnages d’origine évidemment locale, contiennent aussi des noms romains. Ce sont des consécrations collectives du taureau par les vainqueurs à des concours, sans doute les mêmes que nous avons évoqués ci-dessus, ou des offrandes présentées par les ϕϱουϱοί et leur responsable, l’ἀϱχίϕϱουϱος, groupe de jeunes gens enrôlés dans un système d’éducation militaire qui doit être, pour les cités thessaliennes, ce que l’éphébie était à Athènes et ailleurs66.

  • 67 Je reviens plus bas sur la chronologie et le contenu de ces diverses inscriptions. La datation des (...)

35Nous comptons ainsi comme résidents des personnages qui sont présentés, dans toutes ces inscriptions, avec les tria nomina67 :

361 - Liste de vainqueurs aux concours locaux, inédite [Code 3366] datée par l’écriture du début ou de la première moitié du 1er s. av. J.-C. ; on ne peut pas reconstruire à coup sûr la liste des épreuves, mais on trouve :

371. 1 : mention d’un Άλϕήιος

381. 10 : Πόπλιος Τίνιος Ποπλ[ίου ύιός]

391. 12 : Λεύκιος ‘ʹAτίνιος Γα[ίου ύιός].

402 - Liste de vainqueurs aux concours locaux publiée par D.R. Théocharis, Arch. Deltion, 16, 1960, p. 185, datée par le stratège Monimos, probablement vers le milieu du 1er s. av. J.-C. [code 3177] :

411. 1 : Πόπλιος Οὐέττιος Σέξτου ύιός, tage du premier district et agonothète.

421. 8 : Γάιος Ὂϰϰιος Φϱόντωνος ύιός, vainqueur à la course des jeunes chevaux.

431. 18 : Πόπλιος Τίτιος Ποπλίου ύιός, vainqueur à la course du stade des enfants.

443 - Liste de vainqueurs aux concours locaux IG, IX, 2, 531, datée par le stratège Hégésias du début du règne d’Auguste [code 3087] :

451. 11 et 18 : Μᾶϱϰος Άϱϱόντιος, vainqueur à la course de taureaux et à la course aux flambeaux

461. 21 : Γάιος Κλώδιος Γαίου ύιός, vainqueur au stade des enfants

471. 44 : Κόιντος Ὂϰϰιος Κοίντου ύιος, vainqueur à l’éloge funèbre en prose.

484 - Liste de vainqueurs aux concours locaux IG, IX 2, 532, datée par le stratège Kyllos du début du règne d’Auguste [code 3088] :

491. 30 : - - ος Σεμ[πϱώνιος - - - ύιός], (restitution de Hatzfeld), vainqueur du diaule des hommes.

  • 68 Pour la date, on note l’usage du dialecte, et la mention d’un Amométos fils de Philoxénidas, person (...)

505 - Consécration du taureau, liste de dédicants IG, IX 2, 535, datée par la prosopographie de la 2e moitié du Ier s. av. J.-C.68 [code 3091] :

511. 32 : Κόιντος Ἀττιος [- - Σέ] ξτου ύιός.

  • 69 Le texte peut être considérablement amélioré par rapport à l’édition de O. Kern ; je lis et restitu (...)

526 - Consécration dédiée par les ϕϱουϱοί à Zeus Perphérétas, IG, IX 2, 1057, datée de la 2e moitié du Ier s. av. J.-C.69 [code 4162] :

531. 14 : [Γ]νάιος Ποπίλ[ιος].

541. 15 : Λούϰιος Αὐϕών[ιος].

55cf. 1. 8 : aussi un Πϱῖμος - - -

  • 70 Sur la législation fédérale thessalienne de l’affranchissement, cf. mon article Phenix, 1976, pp. 1 (...)

56Il faut ajouter à ces noms ceux des maîtres qui ont affranchi des esclaves. Selon la législation fédérale thessalienne, l’affranchi indique, dans le libellé de sa nouvelle identité, le nom de son maître ou patron, au génitif, suivi de la mention ἀπελεύϑεϱος70. C’est là un usage propre à la Thessalie, tout à fait parallèle à l’usage romain — et cela non sans raison : les lois régissant l’affranchissement en Thessalie, selon un mode civil et par déclaration aux autorités civiques, et non par consécration religieuse, relèvent, je pense pouvoir le montrer dans une étude en préparation, d’une inspiration romaine.

57Pourtant, dans les catalogues de déclarations des affranchis, on ne relève, à ma connaissance, aucun Occidental, parmi plusieurs autres étrangers qui possédaient, par droit de résidence ou pour d’Autres raisons, la capacité d’Affranchir selon la législation thessalienne. Mais d’Autres documents apportent des compléments utiles : les stèles funéraires mentionnent elles aussi des patrons et des affranchis portant des noms latins. Ainsi :

    • 71 L’indication ΜΕΔ - qui figure dans le texte à la suite est restée sans interprétation jusqu’ici : p (...)

    IG, IX 2, 853 [code 1787] : Λεύκιος Δέκμιος Λευκίου ύιòς Οὐελίνα Βάσσος et son affranchi Λεύκιος Δέκμιος Λευκίου ὑιòς Οὐελίνα ἀπελεύϑεϱος ΜΕΔ - - -71.

    • 72 La forme du gentilice est bien Ἀλϕιηνή sur la pierre, pour Ἀλϕηνίη apparemment (pour le gentilice A (...)

    IG, IX 2, 854 [code 1604] : Ἑλενὴ Ἀλϕιηνὴ Βάσσου ἀπελευϑέϱα72

58Il faut consacrer encore davantage d’Attention aux stèles funéraires thessaliennes, pour le sujet qui nous occupe ici. De fait, cette catégorie de documents a été peu utilisée ; Hatzfeld n’en a cité que quelques-unes. Il est vrai que la plupart d’entre elles sont mal datées, mal étudiées, mal interprétées dans les publications. L’étude systématique que j’ai entreprise depuis 1970, en collaboration avec C. Wolters et V. von Graeve, a permis de mieux définir les différentes typologies des monuments funéraires thessaliens, et de mieux les classer dans le temps. En nous tenant aux stèles funéraires de la fin du IIe et du 1er s. av. J.-C. — avec un terme qui correspondrait à peu près à la fin du règne d’Auguste — nous pouvons considérer qu’un nombre relativement intéressant de monuments peut être ici retenu.

  • 73 Sur tout cela, cf. C. Wolters, Recherches sur les stèles funéraires hellénistiques de Thessalie, La (...)
  • 74 Cf. pour les portraits sur les stèles de Macédoine, les études d’A. Alexandrescu ; pour le portrait (...)
  • 75 Ce motif n’est pas nouveau dans la province et figure déjà sur les grands naiskoi funéraires du IIe (...)

59Quels sont donc les critères typologiques sur lesquels peuvent se fonder nos classements ? Nous trouvons tout d’Abord des stèles à couronnement de type hellénistique traditionnel, un anthémion portant feuilles d’Acanthe, volutes et palmettes : ce type de monument cesse, selon notre interprétation, d’être utilisé — sinon en remploi — vers la fin du 1er s. av. J.-C. ou au début du 1er s. ap. J.-C.73. Vers le début ou au cours de la première moitié du 1er s. av. J.-C., on voit apparaître en revanche un autre type de stèle, avec un couronnement ogival, sans mouluration, qui porte pour ornement soit une simple rosette, soit un portrait peint ou sculpté. Il s’agit dans ce dernier cas d’un type qui semble bien relever d’une tradition romaine et qui se trouve répandu dans la province, comme aussi ailleurs, à partir de cette époque74. Ce type ne se maintiendra en Thessalie qu’Assez peu de temps à vrai dire, puisque le portrait cédera de plus en plus la place, reflétant en cela l’évolution des mentalités, à la représentation du cavalier à pied près de sa monture ou à cheval, près d’un autel et d’un arbre autour duquel s’enroule un serpent75. Quelques autres monuments funéraires suivent d’Autre part un type encore plus nettement votif, hellénistique lui aussi, celui du naiskos à épistyle horizontal ou à fronton triangulaire, petit temple dont la façade, entre les deux colonnes extrêmes seules représentées, sert de champ à une représentation le plus souvent peinte, mais parfois aussi sculptée. On y rencontre assez souvent des figures debout, alignées comme en famille, dans de longs vêtements drapés : représentations, parfois très naïves ou maladroites, de togati ou d’Herculanaises selon un schéma gréco-romain qui se répand de plus en plus.

60Dans tous les cas, en plus de la typologie et du style des figures, deux critères chronologiques interviennent pour faire la décision. On se fonde sur le style de l’écriture, tout d’Abord, que l’on peut dater avec assez d’exactitude lorsque les inscriptions comportent quelques formes de lettres significatives, par exemple le rhô à boucle carrée, caractéristique des inscriptions de la fin de l’époque républicaine et du tout début de lἘmpire. Tout aussi indicatif reste l’emploi de la formule funéraire ἤϱως χϱηστὲ χαῖϱε, surtout lorsque le nom du défunt est lui-même transcrit au vocatif. L’usage de cette formule, caractéristique de la période hellénistique, tend à se restreindre en Thessalie à partir du milieu du 1er s. ap. J.-C. et dans les premiers temps de l’époque impériale. D’autres formules entrent alors en usage, plus détaillées, notamment dans l’expression des liens de parenté, et dans le rappel du souvenir, μνήμης’ χάϱιν. On peut encore ajouter à ces éléments l’altération ou la disparition de la" représentation d’Hermès Chthonios, si caractéristique des stèles funéraires thessaliennes d’époque hellénistique. Cette figure prend, vers la fin de la période — environ au 1er s. av. J.-C. — un aspect de plus en plus ornemental, que l’on voit s’affirmer, pourrait-on dire, dans la mesure même où sa signification religieuse s’altère ou se perd. Très rapidement, sur les stèles de l’époque impériale, la figure d’Hermès disparaît, ainsi que l’inscription votive par laquelle on l’invoquait ; seules les stèles en remploi le conservent encore, quand cela était indifférent à l’utilisateur ; sinon, la figure et la dédicace étaient oblitérées ou supprimées. Tous ces éléments, écriture, formules et symboles funéraires, reflètent, comme les changements des figures et la dissolution de toute règle typologique cohérente dans le choix des monuments funéraires, le changement qui s’est produit à partir du 1er s. ap. J.-C. dans les mentalités et les représentations religieuses.

  • 76 On a pu noter à plusieurs reprises, dans les inscriptions de la fin du Ier s. av. J.-C. ou du début (...)

61Sur ces critères, nous pouvons établir une liste des épitaphes qui fournissent des noms italiens représentatifs pour la fin de l’époque républicaine en Thessalie, même si les tria nomina n’y figurent pas toujours : mais tel nom de femme, tel nom d’Affranchi faisant mention de son patronus paraît à cette époque renvoyer à une origine italienne beaucoup plutôt qu’à un simple phénomène de diffusion des noms latins en pays grec76. Pour mettre en évidence cette difficulté d’interprétation, je classe ici les documents en quelques catégories, des cas les plus significatifs aux plus douteux.

  • 77 Cf. les observations présentées au cours du colloque de Naples par H. Solin.
  • 78 Je donne ici la concordance entre les numéros d’archives notés [code XXXX] et les publications, qua (...)

62a) les citoyens libres : plusieurs d’entre eux portent un troisième nom grec, ce qui ne saurait nous étonner, si l’on considère ce nom grec comme un surnom, comme cela se rencontre en Italie même à la fin de l’époque républicaine77 ; les éléments d’Assimilation que nous mettons en évidence ci-dessous, éducation et culture en milieu grec, en rendent bien compte. La liste est la suivante78 :

Γνάιος Δομέτιος Δέϰμος [1260]
Δούκιος Ῥούσϰιος Πϱεῖμος [1277]
Λεύκιος Κοϱνήλιος Λευκίου ύιός [1710]
Λεύκιος Άϰού(τ)ιος Ἳλαϱός [1576]
Δούκιος Δουϰίλιος Εὔτυχος [1081]
Γάιος Ποπέλλ(ι)ος Θεογένης [3575]
Γάειος Σωλϕίϰιος [2627]
Τίτος Πούπιος Πϱωτογένης [2400]

  • 79 Je donne, dans l’ordre, les noms complets, incomplets, soit avec gentilice, soit avec patronyme ;
    [2 (...)

63b) les femmes, dont les noms ne sont pas toujours complets79 :

Κλωδία Κλωδίου ϑυγατὴϱ Πϱείμα [2999]
Κοίντα Στατία Έπιγονή [1506]
Κοϰϰηία Ἀϱιστονείϰη γυνή δέ Ἀϕϱοδείτου [2399]
Οὐεσσία Ἑλενή [4727]
Οὐεττία Πϱείμα [1254]
Σαϰόνδα Δαιλία γυνή δὲ Ἀντιγόνου [1473]
Κοιντία Οὐενόστα [1086]
Οὐεννία Γαίου [1489]
Σεϰόνδα Ποπλίου [928]
Σεϰόνδα Ποπιλίου [1856]
Σολϕιϰία Σολϕιϰίου [1662]
Ἀλεξάνδϱα Σέξστου [1351]
Ἀθηνὼ Φήλικος [424]
Γαεία Μετώπου [1222]

  • 80 La plupart, sauf un, ont des maîtres portant des noms latins :
    [1787] IG, IX, 2, (Larisa)
    [1550] IG, (...)

64c) les affranchis, dont nous avons déjà parlé ci-dessus80

Λεύκιος Δέκμιος Βάσσου ἀπελεύϑεϱος [1787]
Νίϰη Φήλιϰος άπελευϑέϱα [1550]
Μαϱϰία Λουϰία Ζωσίμη Ἀϕϱοδεισίου ἀπελευθέϱα [1436]
Ἑλενὴ Ἀλϕιηνὴ Βάσσου ἀπελευϑέϱα [1473]

  • 81 [1736] IG, IX, 2, 750 (Larisa).

65d) certains personnages dont le nom est grec, et le patronyme est latin81 :

Σύμμαχος Ποπιλίου [1736]
Ἀλεξάνδϱα Σέξστου [1351]

  • 82 [1409] Inédit au musée de Larisa.
    [1576] IG, IX, 2, 845 (Larisa) : le nom de l’esclave Acutus est bi (...)

66e) quelques cas plus douteux, spécialement si le nom est latin et le patronyme grec82 :

Πϱεῖμος Ἀσιδήμου [1409]
Ἄϰουτος Λυϰίσκου ἀπελεύϑεϱος ξενικῇ [1576]
Ῥεπεντινòς πϱομισϑωτής [1588]
Γάιος Ἀνϰείλιος Ἀμύντας [932]
Πϱεῖμος Κϱατεύα [2062]

  • 83 Cf. par exemple dans la liste récemment publiée par C. Gallis, Analekta Arch. Athens, 13, 1981, pp. (...)

67Je ne retiendrai pas ici les noms d’esclaves, Ῥούϕα, Ῥώμη, Σαλβία, etc., qui apparaissent dans les listes d’Affranchissement à la fin du IIe et au Ier s. av. J.-C.83. Mais l’emploi de ces noms dans les familiae témoigne sans doute aussi du mélange des populations qui s’est produit en Thessalie au cours de cette période.

  • 84 On peut noter aussi une différence, dans leur nature et leur nombre, entre ces noms latins de la fi (...)

68Nous retenons ainsi au total une quarantaine de noms des documents thessaliens, alors qu’Hatzfeld n’en recensait qu’une dizaine. C’est à la fois peu et beaucoup. Peu en chiffres absolus, et nous nous garderons d’utiliser ces éléments pour construire des statistiques démographiques. Beaucoup si l’on songe à la relative concentration de ces témoignages sur une seule période de l’histoire thessalienne84.

69Laissant de côté la démographie statistique, essayons de porter attention à la prosopographie, en considérant principalement la liste des gentilices.

Gentilice

Documents thessaliens

Observations sur le gentilice

Acutius

IG, 1292 [1576]

pas attesté avant 100 ap. J.-C.

Alfeius (pour Alfius)

Liste agonistique inédite de Larisa [3366], l. 1

Alfenius

[1604]

forme Ἀλϕιηνή dans l’inscription

Ancilius (ou Accilius,

[932]

Acilius ?)

cf. note 82

Arruntius

IG, 531 [3087], l. 11, 18

peut-être gentilice ?

Atinius

[3366], l. 12

gens plébéienne (d’Aricia)

Attius, Atius

IG, 535, l. 12 [Code 3091]

gens plébéienne (d’Aricia)

Aufonius (ou

IG, 1057, l. 12

Offonius, Ofonius)

Cassius

[1443]

Clodius

IG, 531 [3087], l. 21 [2999]

Cocceius

[2399]

Cornelius

[1643] [1856]

Decimius

[1787]

gens originaire du Latium

Domitius

[1260]

Flavius

Gonnoi, II, n° 42

gens plébéienne, Italie du Sud

Laelius

[1473]

gens plébéienne, émerge vers l’époque des Scipions.

Lucilius

[1081]

gens d’origine italienne, déjà bien connue à l’époque républicaine

Occius

IG, 531 [3087], l. 44 Deltion, 16, 1960, [3177], l. 8

Octavius

[1710]

gens plébéienne

Popilius

[1710] [928] IG, 1057, l. 14

Pupius

[2400]

gens plébéienne, Rome

Roscius

[1277]

gens qui émerge vers la fin de la République

Sempronius

IG, 532 [3088], l. 30

Statius

[1506]

gens italienne (Campanie)

Sulpicius

[1662]

Tinius (ou Tineius)

liste agonistique inédite de Larisa [3366], l. 10

gens italienne, fin de l’époque républicaine

Titius

Deltion, 16, 1960, [3177], l. 18

gens italienne, fin de l’époque républicaine

Velleius

[2541]

Vennius

[1489]

Vettius

Deltion, 16, 1960 [3177], l. 1 [1254]

gens italienne (Picenum) à partir de la 2e moitié du 2e s. av. J.-C.

Vibius

gens d’origine osque, époque républicaine

70Cette liste amène à deux constatations. Une fois encore, il est peu probable qu’il s’agisse de Grecs portant des noms romains. Cela paraît d’Autant moins vraisemblable que la chronologie et la géographie des gentilices rencontrés, pour autant que l’on peut les reconstruire, avec prudence, semble être le reflet d’une distribution cohérente. Pour la plupart des gentes en question, les témoignages se placent seulement à la fin de l’époque républicaine et ces familles n’arrivent au rang sénatorial qu’à l’époque suivante, au cours du premier siècle de lἘmpire. Pour la plupart enfin, ces familles italiennes se localisent au Sud de Rome, dans l’Italie « centrale-méridionale », ou, pour reprendre la conclusion des spécialistes présents au colloque de Naples, entre Picenum et Campanie du Sud.

71Le recensement de ces noms italiens conduit à d’Autres observations. De fait, les inscriptions thessaliennes ne nous apprennent pas seulement l’existence des Italiens. Nous pouvons en tirer aussi des indications sur la manière dont ils étaient intégrés aux communautés helléniques au milieu desquelles ils vivaient.

  • 85 Cf. par exemple les observations de D. Knoepfler, BCH, 1979, Contributions à l’épigraphie de Chalci (...)

72Nous les voyons tout d’Abord participer aux concours et aux fêtes religieuses. Le fait est bien attesté85. Mais cela est d’Autant plus intéressant lorsqu’il s’agit particulièrement de ces concours locaux célébrés pour les héros des Stena : Thessaliens et Romains y avaient combattu ensemble, et célébraient ensemble le souvenir de cette bataille. Mais il paraît aussi intéressant de souligner les titres des épreuves remportées par les Italiens résidents :

  • course du stade des enfants, παίδων στάδιον, IG, 531 [3087], l. 21.

  • course à cheval (poulains ou yearling), ϰέλητι πωλιϰῷ, Deltion 16, 1960 [3177], l. 8.

  • course de taureau, ταυϱοϑηϱία, IG, 531 [3087], 1. 11.

  • course au flambeau ἀϕιππολάμπας, IG, 531 [3087], 1. 18.

  • diaule des hommes δίαυλον, IG, 532 [3088], 1. 30.

  • éloge funèbre en prose, en grec bien sûr : ἐγκώμιον λογιόϰν, IG, 531 [3087], 1. 44.

  • 86 Cf. IG, IX, 2, 1057 et la série mentionnée ci-dessus, note 69.

73Rien d’étonnant, par conséquent, à rencontrer aussi des Italiens dans les listes de ceux qui, peut-être après telle de ces épreuves, ont consacré, à la mode thessalienne, le taureau, οῖ τòν ταῦϱον πεϕειϱακότες (IG, IX, 2, 535). Rien d’étonnant non plus à les rencontrer dans les listes de ϕϱουϱοί, sous ce terme usuel en Thessalie pour désigner les éphèbes (ou peripoloi) qui, au cours de leurs tournées aux limites du territoire, consacraient des stèles dans tel ou tel sanctuaire86.

74Mais il y a plus. Quelques épitaphes de femmes ou d’hommes montrent qu’il existait ce que nous appelons des mariages mixtes : ainsi cette femme de Gonnoi Σαϰóνδα Λαιλία γυνὴ δὲ Ἀντιγόνου [code 1473]. On s’explique bien, dans ces conditions, le mélange d’onomastique que révèlent dès cette époque certains documents :

  • Γαεία Μετώπου

  • Ἀλεξάνδϱα Σέξστου

  • Σύμμαχος Ποπιλίου.

  • 87 Cf. B.C., III, 35, 2 et Cicéron, Phil., XIII, 33, mes observations dans Rev. Num., 1966, p. 11 et c (...)

75Il en est de même avec l’utilisation des cognomina grecs pour des personnages dont le prénom et le nom sont latins. Autrefois, au vu de ces cognomina, on aurait supposé d’Abord que la citoyenneté romaine a été donnée à tel ou tel personnage d’origine grecque. Mais est-ce possible dès le 1er s. av. J.-C. en Thessalie ? Cela ne semble pas s’être rencontré fréquemment : nous connaissons l’exemple de ce Petraios, partisan de César, qui reçut la qualité de civis Romanus87. Mais, dans les inscriptions, aucun magistrat fédéral, aucun des membres des grandes familles que nous pouvons identifier à Larisa, à Gonnoi, ailleurs encore, n’est mentionné avec la citoyenneté romaine, encore moins avec des noms latins.

76Pour cette époque, 1er s. av. J.-C. et tout début de lἘmpire, il me paraît probable de considérer, d’Après notre documentation, que la plupart, sinon la totalité, de ceux qui portent un nom latin sont des Italiens vivant en pays grec, et dont certains ont pris ou reçu un surnom grec. Tel est le cas, je crois, pour :

  • Μᾶϱϰος Ὀϰτάβιος Φιλάδελϕος [code 1710]

  • Λούϰιος Λουϰίλιος Εὔτυχος [code 1081]

  • Λεύϰιος Ἀϰούτιος Ἳλαϱoς [code 1576]

  • Λεύϰιος Κοϱνήλιος Ἐλευϑέϱιος [code 1463]

  • Κοίντα Στατία Ἐπιγονή [code 1506]

  • 88 On pourrait croire que ces affranchissements ont été accomplis selon un statut spécial, par exemple (...)

77Les listes de concours et les affranchissements éclairent aussi quelque peu la situation juridique de ces Italiens en Thessalie. L’un des catalogues des Stena révèle qu’un Italien fut agonothète du concours. Il s’agit là d’une magistrature officielle, marquée d’évergétisme, et qui montre quelle pouvait être la capacité financière personnelle de certains membres de la communauté italienne. Parallèlement, les documents qui se rapportent aux affranchis montrent que les Italiens usaient, selon les règles de la législation thessalienne, des droits des propriétaires d’esclaves, comme les autres propriétaires d’esclaves d’origine grecque installés en Thessalie88.

  • 89 Stèles code 1506 (Κοίντα Στατία Έπιγονή) et 1605 (Ἄϰούτε Λυϰίσϰου απελεύθεϱε ξενιϰῇ) avec, dans les (...)
  • 90 Cf. L. Widmann, Sylloge inscriptionum religionis Isiacae et Sarapiacae, 1969, n° 91-106 (nos deux s (...)
  • 91 Cf. M. Malaise, o.l., p. 259 : « les commerçants romains ont ramené dans leur pays les dieux égypti (...)
  • 92 Sur ce « marbre vert », en réalité une brèche à inclusions, cf. J E. Papageorgakis. Praktika Akad. (...)
  • 93 Une de ces stèles porte d’ailleurs des noms latins,Ῥεπεντεινòς Ῥεπεντεινοῦ.

78Les stèles funéraires, une fois encore, sont d’excellents témoins de certains traits de mentalité, pour les Italiens qui nous intéressent comme pour les Thessaliens eux-mêmes. C’est ainsi que deux stèles appartenant à la série à couronnement ogival avec rosaces portent aussi la représentation du sistre isiaque, symbole de la dévotion exprimée par le défunt89. Les cultes égyptiens ont connu une certaine diffusion en Thessalie90, et donc aussi chez les Italiens résidents91 : les deux stèles évoquées ici marquent certaines convergences. Dans une autre direction, il ne semble pas relever du hasard de voir apparaître à ce point d’évolution dans la tradition des stèles à anthemion, déjà signalée ci-dessus avec des épitaphes d’Italiens, un matériau inattendu et apparemment inusité dans les périodes antérieures : le « marbre » vert provenant des carrières de Chasambali, proches de Larisa92. Il me paraît que la mise en exploitation et l’utilisation de cette pierre colorée relève bien davantage du goût italien, que de celui des Thessaliens93.

  • 94 Arch. Eph., 1910, col. 370-371, n° 16 ; cf. Th. A. Arvanitopoulos, Polemon, 2, 19, parartema, p. 9.

79Les épitaphes, quant à elles, disent peu sur la situation personnelle des Italiens : on se limite, dans la rédaction, à la formule ἤϱως χϱηστὲ χαῖϱε. Hors la précision obligatoire sur la condition d’esclave ou d’Affranchi, une seule indication se rencontre dans la série, mais elle est très intéressante. Une stèle publiée par A. S. Arvanitopoulos94 porte l’épitaphe suivante :

Σπένδοντι
ὀϱχηστῇ
Ῥεπεντινός
πϱομισϑωτής

  • 95 L. Robert, Hermes, 1930, pp. 106-122, Pantomimen in griechischen Orient (= OMS 1, pp. 654-670) ; RE (...)
  • 96 Le terme est attesté à Philippe dans une épitaphe latine, promisthota pour un archimimus, T. Uttied (...)

80Speudon, qualifié d’ὀϱχηστής est un pantomime : il entre dans une série bien mise en lumière par les études de L. Robert depuis longtemps95. L’épitaphe et la stèle ont été préparées pour lui par un personnage qui porte un nom latin, Repentinus, et dont la qualité est clairement exprimée : πϱομισϑωτής, l’équivalent de locator scaenicorum96. Il me paraît qu’il s’agit bien d’un Italien, homme libre plutôt qu’affranchi ou esclave, chargé de recruter des acteurs pour des ludi scaenici qui se déroulaient sans doute à Larisa, peut-être aussi pour ceux d’Italie et de Rome même.

  • 97 Ci-dessus, pp. 366-367.
  • 98 I. v. Priene, 113, cf. L. Robert, ibid., pp. 662-665.
  • 99 Cf. RE, s.v. Ludi (scaenici).

81La date de la stèle est établie à partir de l’écriture, mais surtout de la typologie : elle appartient à la série des stèles à couronnement ogival, avec rosette et représentation d’Hermès Chthonios. Cette série de monuments est caractéristique du 1er s. av. J.-C. et du début de l’époque impériale ; je ne pense pas qu’on puisse la voir se prolonger au delà des règnes d’Auguste ou de Tibère97. L. Robert, dans ses études sur les pantomimes, a insisté sur l’origine grecque de ces spectacles, et leur développement dès l’époque hellénistique : un des témoignages les plus anciens, sinon le plus ancien, vient d’un décret de Priène, daté des années 80, peu après les guerres mithridatiques98. Sans vouloir presser absolument la chronologie de l’épitaphe trouvée à Larisa, il me paraît que le document thessalien se place à la suite de ce témoignage, dans le courant du 1er s. av. J.-C. Il atteste que les spectacles de pantomimes existaient en Thessalie à cette époque, et que les Italiens résidents s’y intéressaient de près, à l’époque même où ils se développaient à Rome99.

  • 100 C’est le cas d’environ 50 % des stèles recensées ici avec des noms italiens : dans le groupe des st (...)

82Pour tout le reste, cependant, la série des stèles qui portent des noms romains ne se distingue nullement par la typologie, le style, le caractère religieux ou personnel, des autres monuments de la série, utilisés par les Thessaliens eux-mêmes. Bien plus, on peut être frappé du caractère « banal », parfois même très modeste de la plupart de ces stèles funéraires. Certes plusieurs d’entre elles sont illustrées d’un portrait, dont la réalisation n’était sans doute pas à la portée de toutes les bourses ; mais pour la plupart, les stèles ne sont ornées que d’une simple rosace et ne comportaient peut-être même pas de représentation peinte, certains types de stèles, certaines préparations de la surface ne s’y prêtant manifestement pas100. Il me semble ainsi que, dans beaucoup de cas, nous avons affaire à une population très modeste, à de petites gens installées en Thessalie pour de petites affaires et que l’on doit se représenter avec une image bien différente de celle que l’on a d’ordinaire des Romains negotiatores, grands commerçants de Délos, de Chalcis et de Grèce centrale que les inscriptions et les fouilles, à Délos tout au moins, nous font connaître.

83Ce regroupement d’observations sur l’activité des Italiens en Thessalie, participation aux concours, utilisation des droits prévus par la loi pour le mariage, les rites funéraires et l’accès aux nécropoles, l’affranchissement, l’accès même à certaines magistratures, montre à quel point les Italiens étaient insérés dans la communauté des Grecs. En quelques mots, la capacité juridique, l’éducation grecque, les habitudes des éleveurs thessaliens, les us et coutumes en matière de sépulture, les Italiens résidant en Thessalie les ont reçus et adoptés, mais les ont en retour influencés également, dans leur mode de vie quotidien.

  • 101 Cf. pour Chalcis, les observations de D. Knoepfler, citées ci-dessus ; pour Thespies, cf. P Roesch, (...)

84Est-il pour autant question d’une intégration des Italiens à la polis grecque ? Cela est apparu comme peu probable. On peut penser, avec Hatzfeld, que les Italiens de Thessalie étaient organisés en conventus. C’est ce que ce savant a déduit de l’inscription de Larisa qui mentionne des τηβεννοϕοϱοῦντες, en supposant que cette organisation a existé aussi au 1er s. av. J.-C. Mais nous n’en avons aucune preuve. A la suite de J. Hatzfeld, on considère en tout cas que les Italiens attestés dans les cités grecques, à Délos, à Chalcis et en Grèce Centrale, dans les îles ou en Asie Mineure, possèdent le statut de ξένοι παϱοιϰοῦντες101, lesquels avaient accès, comme les citoyens, à certaines fêtes ou concours, au gymnase, à beaucoup d’Autres manifestations de la vie sociale. En était-il de même en Thessalie ?

85Pour répondre avec assez de précision à cette question, il faut revenir, à mon sens, à la distinction chronologique qui est apparue dans le classement des documents : une première période correspond au IIe s., une autre au 1er s. av. J.-C.. Considérant la définition rappelée ci-dessus du statut des Italiens dans les états grecs, il m’apparaît que seuls peuvent y répondre les témoignages du IIe s. av. J.-C., les décrets de proxénie par exemple.

86Pour la période suivante, le 1er s., les inscriptions font apparaître une situation plus complexe. A s’en tenir aux témoignages sur les concours et les consécrations des phrouroi, la situation des Romains résidents paraît identique à celle que l’on constate ailleurs, dans les cités de Grèce Centrale par exemple. Pourtant les stèles funéraires, et certaines autres inscriptions, nous poussent à considérer que l’intégration à la cité des Italiens résidents en Thessalie était déjà bien avancée, et qu’elle a trouvé pleine réalisation, si elle n’était déjà acquise, dès le début du règne d’Auguste.

87C’est encore une fois l’examen des catalogues agonistiques et des listes d’Affranchissements qui autorise cette conclusion. On connaît la série des inscriptions se rapportant aux vainqueurs des concours thessaliens - non-panhelléniques - organisés en l’honneur des héros morts à la bataille des Stena en 171 av. J.-C. pour sauver l’armée romaine en déroute. Plusieurs citoyens romains ont participé à ces concours et y ont remporté des victoires, nous l’avons vu. S’il convient pourtant d’examiner les listes des vainqueurs, la mention d’un agonothète italien, il faut aussi contrôler l’intitulé qui définit la nature du concours.

  • 102 Cf. la discussion d’H. Kramolisch, Die Strategen, 1978, Annexe I, pp. 135-136.

88Le concours est organisé par la cité de Larisa, et c’est par un décret de la cité qu’il a été transformé, renouvelé, sans doute, comme il est normal dans un tel cas, après une certaine interruption ou décadence. On a distingué en effet deux « types » dans l’organisation du concours102, mais c’est en réalité trois périodes qui constituent les étapes de son histoire. Pour la première période, la définition du concours est la suivante :

IG, IX, 2, 533 Δημητϱίου τοῦ Αίσχίνου
τίϑεντος τòν ἀγώνα τοῖς
π[ϱοϰιν]δυνεύσασιν επί
[τῶν στε]ν[ῶν] ὅν τίϑησιv ν ή
[πόλις ή Λαϱισαί]ω[ν οϊ νενιϰη]ϰότες.

89On constate que le concours est organisé par la cité de Larisa, la charge en revenant comme il est normal à un agonothète. Mais il n’est pas fait mention des tages de Larisa dans cet intitulé.

90C’est un deuxième moment dans l’histoire du concours que représente l’intitulé d’une autre liste, plus tardive, et comportant des noms italiens :

Arch. Deltion, 16, 1960, p. 360
Π(όπλιος) Οὐέττιος Σέξ
του ύιός ταγεύοντος τήν
πϱώτην χώϱαν ϰαι τίϑεντoς
τòν ἀγῶνα τοις πϱοϰινδυνεύσα
σιν ἐπί τῶν στενῶν ὅν τίϑησι ή πό-
λις ή Λαϱεισαίων στϱατηγοῦντος
Μονίμου οί νενιϰηϰότες.

  • 103 C’est l’interprétation de E. Preuner, Griechischen Siegerliste, AM, 3, 1903, pp. 370-382 et W. Kroo (...)

91Il s’agit bien d’une définition du concours différente de la première. Certes la ville reste responsable, mais l’organisateur, l’agonothète, un Italien, possède une qualification principale, il est appelé ταγεύων τὴν πϱώτην χώϱαν. On a pensé à interpréter cette expression comme s’il y avait τοῦ πϱώτου τόπου, et à identifier le personnage comme magistrat de Larisa103. C’est impossible, je pense : d’une part χώϱα n’a pas en grec un emploi caractérisé comme abstrait signifiant « rang », place dans une série, τάξις, mais un sens exclusivement local, géographique, celui de territoire. C’est le terme ordinairement employé pour désigner le territoire d’une cité grecque, mais tel n’est pas le cas ici, à cause de l’ordinal : on pense plutôt au sens de district (regio, ager peut-être), partie d’un territoire plus petit ou plus vaste que celui de la cité.

  • 104 Cf. H. Kramolisch, ibid.

92De fait, on a constaté que le concours, même s’il était organisé par la cité de Larisa, avait en réalité une clientèle plus large que celle des citoyens de cette seule ville. Les héros qu’il célébrait n’étaient pas seulement des Lariséens : c’étaient les cavaliers thessaliens, les troupes de la confédération thessalienne. La participation au concours était donc ouverte de droit aux habitants des cités, en tant que Thessaliens104. D’après cette définition, on comprendra aussi du même coup la participation des Italiens résidents : ils sont présents aux concours non tant parce qu’ils résident en Thessalie que par droit, celui de représenter les combattants romains à la bataille des Stena.

93Le troisième moment important de l’histoire du concours se caractérise par l’ἀνανέωσις. Deux inscriptions en témoignent :

IG, IX, 2, 531 Φίλωνος τοῦ Φίλωνος
τοῦ ταγεύοντος τὴν
πϱώτην χώϱαν ἐν στϱα-
τηγῷ Ήγησίἁ τίθεντος
τòν ἀγῶνα τοϊς πϱοϰε-
ϰινδυνευϰόσιν κατά τò
γενόμενον ύπò τοῦ δή-
μου ψήϕ[ισμα] πεϱί τῆς
ἀνανεω[σέω]ς τοῦ ἀγῶ
νος, οι νενιϰηϰότες.

  • 105 Pour le sens d’ἀνανέωσις, cf. L. Robert, Etudes anatoliennes, pp. 426-429.

94Le même texte est utilisé pour la liste IG, 532 ; seuls les noms changent. On constate que le concours est toujours sous la même responsabilité ; celle de la cité de Larisa, celle de l’agonothète, tage de la πϱώτη χώϱα. L’organisation du concours n’a donc pas été modifiée par l’άνανέωσις, qui ne correspond, selon la définition classique, qu’à une restauration après une période d’interruption plus ou moins longue105.

  • 106 H. Kramolisch. Die Strategen, p. 84.
  • 107 Le premier éditeur de IG, 531, F. Durrbach. proposait l’époque d’Hadrien.
  • 108 E. Preuner. ibid. ; H. Kramolisch, o.l., Annexe I et II (pp. 137-138).

95Il reste à dater, si faire se peut, les trois étapes de cette histoire du concours. Pour la première liste, IG, 533, il n’y a pas de difficultés : on s’accordera avec H. Kramolisch à dater cette inscription de la fin du IIe s. av. J.-C.106. Pour les autres listes, il y a flottement. On ne reprendra pas les datations proposées par les éditeurs des textes des IG, qui sont assurément trop tardives107. Dans une étude consacrée aux listes agonistiques thessaliennes, E. Preuner proposait pour date de nos inscriptions le début de l’époque impériale. Il a été suivi par H. Kramolisch, pour les listes Deltion, 16, 1960, IG, 531 et 532. Les trois listes sont ainsi datées des débuts du règne d’Auguste, et l’on pense en trouver confirmation dans l’identification que l’on propose pour les stratèges Monimos, Hégésias et Kyllos108. Mais on n’a tenu compte que de deux étapes dans la transformation du concours : parmi les trois que nous avons distinguées, les deux premières ont été confondues en une seule, d’une part, et la liste Deltion, 16, 1960, qui atteste une modification dans l’organisation du concours, a été raccrochée aux inscriptions témoignant de l’άνανέωσις, d’Autre part.

  • 109 L’inscription Deltion, 16, 1960 mentionne l’épreuve par l’expression ἄλλην (πϱοοδϱομὴν ἴππων) ‘Hγησ (...)
  • 110 Sur ces personnages, cf. H Kramolisch. Die Strategen, pp. 100-102.
  • 111 César. B.C., III. 35, 2.
  • 112 Cicéron, ad. fam., XIII, 25.

96Il y a là une contradiction, que soulignent encore deux éléments. Premièrement, l’άνανέωσις suppose une interruption dans la célébration du concours, interruption brève ou longue, mais réelle, explicable, comme souvent, par des désordres politiques, une période de trouble ou de guerre. Deuxièmement, on n’a pas porté assez d’Attention à une modification du nombre des épreuves, qui a accompagné l’άνανέωσις : la course à cheval courue en l’honneur d’Hégésarétos, qui est mentionnée dans la liste Deltion, 16, et dans un fragment inédit de Larisa (code 3366)109, avant la rénovation du concours, a disparu dans IG, 531, après cette rénovation. On peut accepter, je crois, l’identification de cet Hégésarétos comme le commandant des cavaliers qui ont combattu aux Stena, et le vainqueur de l’épreuve, Hégésarétos, fils de Képhalos, comme un de ses descendants110. Mais on les rattache aussi l’un et l’autre à la famille d’un Lariséen éminent, cet Hégésarétos qui prit parti pour Pompée contre César111. Il est attesté aussi par Cicéron, qui l’a connu dès son consulat, en 63 av. J.-C., et le recommande encore en 46 au nouveau gouverneur de la province d’Achaïe, Servius Sulpicius Rufus112. Cet Hégésarétos a pu poursuivre sa carrière peut-être encore jusqu’en 44 av. J.-C., à l’époque où M. Brutus a rassemblé autour de lui les anciens adversaires de César, comme le propose H. Kramolisch.

  • 113 Cf. H. Kramolisch, pp. 107-110 et 137-138, qui oppose une objection principale aux propositions que (...)
  • 114 Statères fédéraux avec le nom Monimos : cf. Sylloge Num. Kopenhagen, n° 283.
  • 115 Dans une étude à paraître, je détaille ces rapprochements (cf. H. Kramolisch, o.l., p. 109) en tena (...)

97Peut-être tenons-nous du même coup, avec l’histoire de ce personnage, un élément qui explique la disparition de l’épreuve « familiale » que comportait le concours de Larisa. Un choix politique malheureux, dans une période troublée, celle des guerres civiles jusqu’à l’avènement du principat, justifierait convenablement et la sorte de damnatio memoriae touchant l’épreuve en l’honneur d’Hégésarétos, et l’interruption du concours. Dans cette hypothèse, la chronologie de la liste Deltion, 16, 1960, serait plus nette, plus conforme à sa situation dans la série des inscriptions. Elle n’aurait contre elle qu’un argument prosopographique, l’identification du stratège Monimos de la liste avec un stratège Monimos connu au début du règne d’Auguste113. Mais cet argument n’en est sans doute pas un, car il peut reposer sur une simple homonymie, à partir d’un nom banal et répandu. On sait d’Ailleurs par l’étude des statères fédéraux, qu’un magistrat Monimos a signé une émission monétaire vers le milieu du 1er s. av. J.-C.114. Cela donne au moins une possibilité de l’identifier comme le stratège de la liste Deltion, 16, 1960. Mais, comme l’indique aussi la prosopographie des vainqueurs nommés dans la liste, que l’on retrouve pour partie dans IG, 531115, l’intervalle de temps — correspondant à l’interruption du concours — entre les deux étapes distinguées ci-dessus ne peut pas être considérable. Pour conclure, je dirais que cette liste agonistique se place dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., antérieurement au principat d’Auguste, et sans doute entre 46 et 31 av. J.-C.

98Cette longue discussion était nécessaire, avant de revenir à la question des Italiens. De fait, parmi les trois ταγεύοντες τὴν πϱώτην χώϱαν, figure un Italien P. Vettius Sexti f., dans la liste Deltion, 16, 1960 précisément. Grecs et Italiens se retrouvaient donc à égalité, non seulement pour l’agonothésie, mais plus encore pour la charge de cette πϱώτη χώϱα.

  • 116 Cf. les observations de H. Kramolisch. o.l., pp. 135-136 : les rapprochements prosographiques se fo (...)
  • 117 Sur les merides de Macédoine et les monnaies marquées Μαϰεδονίας πϱώτης, etc., cf. Gabier. Z. f. Nu (...)
  • 118 Cf. mon étude parue en grec dans Historia tou Hellenikou Ethnous, vol. 12, p. 179 et en français da (...)

99Il ne peut s’agir, nous l’avons dit, d’une charge municipale, dans la cité de Larisa. L’expression renvoie au contraire à une division territoriale. On peut avancer à ce sujet une hypothèse. Il faut tenir compte en effet de la nature propre du concours pour les héros des Stena, ouvert aux membres du Κοινόν fédéral, et à partir au moins de la liste Deltion 16, 1960, aux citoyens romains, honorant les uns et les autres, Thessaliens et Romains, qui avaient combattu aux Stena. Effectivement, la participation thessalienne est attestée, par des arguments prosopographiques, pour des cités de Pélasgiotide et d’Hestiaiotide116. Dans tous les cas, le concours est organisé dans un cadre qui dépasse celui de la seule cité de Larisa. Il paraît donc normal d’Accepter l’idée qu’une autorité territoriale plus vaste que celle de la cité ait pris le relais dans l’organisation du concours. Mais nous ne pouvons définir exactement ce qu’a été cette πϱώτη χώϱα, ni à quelle date précise elle a été dotée de magistrats. Deux hypothèses sont possibles. Ou bien la χώϱα est un district, dans le cadre de la confédération thessalienne : elle pourrait correspondre à une tétrade, la première, c’est-à-dire en ce cas la Pélasgiotide. On a l’exemple d’un tel découpage en Macédoine, avec certainement des institutions chargées de l’administration de chaque district117. Ou bien cette χώϱα est une circonscription territoriale où Grecs et Italiens, au moins en ce qui concerne l’institution agonistique, avaient mêmes capacités et mêmes droits : une regio, ou peut-être un ager, si l’on peut accepter que cette circonscription suppose un état de droit influencé par l’administration romaine. On reconnaîtrait alors dans cette χώϱα un territoire dont l’exploitation est partagée entre Grecs et Italiens : on a quelques preuves de l’existence de domaines impériaux en Thessalie118, dont peut-être cette χώϱα est la dénomination ou la préfiguration. Dans l’une et l’autre hypothèse, la coexistence des Italiens et des Grecs dans l’administration de cette χώϱα est certaine, et l’accès des uns et des autres aux mêmes magistratures ne fait aucun doute.

100Il en va de même pour la chronologie. Il importe peu, pour l’étude que nous développons ici, que telle ou telle liste agonistique soit antérieure ou postérieure de quelques années à l’avènement d’Auguste. J’ai soutenu dans des publications précédentes une chronologie haute pour les listes Deltion, 16, 1960, IG, 531 et 532. Je me rallie aujourd’hui volontiers à la chronologie proposée par H. Kramolisch pour IG, 531 et 532. Pour la liste Deltion, 16, 1960, il me paraît plus convenable de soutenir une datation qui la place, comme je l’ai dit ci-dessus, dans la période antérieure à l’avènement d’Auguste et à la réorganisation que celui-ci a provoquée en Thessalie.

  • 119 Texte déjà utilisé par H. Kramolisch, Die Strategen, p. 128-129, avec une discussion sur la date (l (...)

101Les documents ci-dessus n’apportent cependant pas de réponse à une autre question : celle de la participation des Italiens aux charges dans les cités. Une inscription inédite au Musée de Larisa fournit à ce sujet du nouveau119. Il s’agit de l’intitulé d’une liste d’Affranchissements, dont la date est capitale : l’année même où Auguste fut désigné comme stratège fédéral des Thessaliens. Le texte se présente comme suit :

102Musée de Larisa. Stèle de marbre blanc brisée en haut et en bas :

103Inédit.

[- - - - - - -]-
[τοῦ Ἀϱ]ισστοϰλέου[ς]
[τ]αμιεύοντος τῆς πόλε
[ω]ς τὴν δευτέϱαν έξά-
4 μηνον τὴν επί ἔτους
Καίσαϱος, ταγευόντων
δέ Ἀσσϰληπιοδώϱου
[τ]οῦ Μεγαλοϰλέους, Ε[ὐ]-
8 ϱυλόχου τοῦ Δικαίου, Γν-
[α]ίου ’Oϰϰίου τοῦ Γναίου,
Διονυσίου τοῦ Ἀνδϱο-
μάχου, Εὐδήμου τοῦ
12 Τειμασιϑέου vac. Οί ἀπε
λεύϑεϱωμένοι ἐπ ’αὐτῶν
ϰαι δεδωϰότες τἀ γεινο-vac.
μένα τῇ πóλει δινάϱια εἴϰο[σι]
16 [δύο ϰαι ἤμισυ]-
- - - - - -

  • 120 IG, IX, 2, 349 = A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1917, p. 118, n° 331 et 332 ; sur les stratèges d (...)
  • 121 Cf. ci-dessus note 113.

104La date de l’inscription, selon H. Kramolisch, ne peut pas être fixée avec certitude : elle est, si l’on suit ses arguments, quelque peu postérieure à 27 av. J.-C., postérieure en tout cas au diorthoma qui fixe la conversion de la monnaie, en remplaçant les statères fédéraux par les deniers. Je considère cependant, en opposition avec H. Kramolisch sur ce point, que le diorthoma d’Auguste ne peut se situer qu’Au tout début du règne, et qu’en tout cas la mesure est déjà prise lorsque sont publiées à Chyretiai les listes d’Affranchissement de l’année 26/5 et des années suivantes120 : la mention de la seule monnaie qui a cours légal à cette date est bien celle du denier. Cette mesure de conversion n’exclut nullement que les statères fédéraux aient continué à circuler — un retrait progressif est plus vraisemblable qu’une soustraction immédiate de tout le numéraire en circulation. Mais elle exclut formellement la poursuite de frappe de ces statères, sous quelque forme que ce soit121. Ainsi la date de 27 reste, à mon sens, la plus vraisemblable, comme date-pivot, à la fois du diorthoma sur la monnaie et de la stratégie confiée par les Thessaliens à Auguste.

  • 122 La première stratégie de Cocceius Lycos est datée de 131/2 par la liste d’affranchissements IG, 546 (...)

105La nouvelle inscription de Larisa lève en tout cas toute ambiguïté sur la participation des Italiens aux magistratures municipales : parmi les cinq tages dénommés, figure un Cn. Occius Cn. f. Le personnage se rattache presque certainement à la famille des Occii déjà connue par les listes agonistiques : Γάιος ’ʹΟϰϰιος Φϱόντωνος ύιός de la liste Deltion, 16, 1960, 8 (vainqueur à la course des jeunes chevaux). Un autre membre de cette famille est encore attesté comme trésorier dans une autre liste d’Affranchissements inédite de Larisa, [- - -] ’ʹΟϰϰιος Κοίντου Όϰϰίου Πείου ύιός, peu après 131/2 sous la 2e stratégie de L. Cocceius Lycos122. L’histoire de ces citoyens romains de Larisa pendant l’époque impériale sort du cadre de cette étude et reste à faire. Mais, sur ce rapprochement, nous pouvons constater que l’installation de ces familles remonte assez loin, dès la fin de la période républicaine en tout cas.

106A partir de ce constat, bien d’Autres questions doivent être développées. En effet, tel qu’il nous apparaît désormais, le recensement des noms latins dans les inscriptions thessaliennes permet de dresser un tableau de la présence des Italiens qui paraît digne d’Attention. Mais on souhaiterait mieux déterminer la provenance de toutes ces familles, les circonstances de leur installation : avons-nous vraiment affaire à des gentes riches et d’origine latine, ou plus souvent à des familles pauvres et obscures des provinces méridionales ? Ces gens sont-ils des résidents civils ou des vétérans dotés de terre ? Des agriculteurs plutôt que des commerçants ? Devons-nous penser à des arrivées individuelles et successives ou à une installation collective et instantanée ? Pour ma part, me référant à la relative dispersion géographique et sociale des gentilices, à l’étalement chronologique des documents — les listes de concours, même si elles sont légèrement postérieures à la période qui nous intéresse ici le plus, montrent que les participants italiens représentent au moins deux générations hellénisées —, j’inclinerai à définir ces Italiens comme des résidents civils, arrivés progressivement, installés sur les terres cultivables, pour exploiter, conformément à une constante de la géographie thessalienne, un riche domaine agricole dont les productions, comme celles de tant d’Autres régions, devenaient de plus en plus nécessaires à Rome. Mais tout ceci n’est qu’une impression de « provincial ». Peut-être une étude plus poussée, en particulier dans le domaine prosopographique, sur les contextes italiens eux-mêmes, pourrait-elle, au moins pour quelques questions ou quelques cas, mieux éclairer ce que les seules inscriptions thessaliennes font apercevoir comme une situation historique intéressante.

Notes

1 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient grec, 1919 : pour la Thessalie, cf. pp. 23-25 et 65-66 ; il n’y a rien de plus, pour la Thessalie, dans l’ouvrage de A. J. N. Wilson, Emigration from Italy in the Republican Age of Rome, 1966.

2 Cf. S. Accame, Il dominio Romano in Grecia dalla guerra Acaica ad Augusto, Rome, 1946, spécialement les passages où est analysée la situation des cités thessaliennes.

3 Cf. l’édition et le commentaire dans R. K. Sherk, Roman Documents from the Greek East, n° 33.

4 Pour le problème d’ensemble, cf. une fois encore, S. Accame, op. cit., pp. 22-24.

5 Cf. déjà, à partir des témoignages littéraires surtout, A. Aymard, Premiers rapports..., p. 287 (à propos. de Flamininus), et E. Badian, Foreign Clientelae.

6 Décret présenté par C. Gallis au 2e Congrès des Etudes Thessaliennes à Larisa en septembre 1980. Pour la date, quelques hésitations peuvent subsister : le personnage n’est pas identifié avec certitude, car, comme il arrive souvent, la date de l’édilité n’est pas exactement connue pour de nombreux magistrats romains (cf. T.R.S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, à ces noms).

7 A. S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1910, col. 374, n° 22.

8 Tite-Live, 39, 24, 13 (avec M. Baebius et T. Claudius).

9 IG, IX, 2, 37.

10 César, Bell. Civ., III, 82.

11 Document encore inédit, découvert il y a déjà plus de dix ans ; j’ai pu l’utiliser dans une étude, encore inédite, sur la sympolitie entre Gomphoi et Ithomé, et sur l’importance de Métropolis aux yeux des responsables militaires et politiques romains à partir de la défaite de Philippe V.

12 Publié par A. S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1910, col. 344, n° 3 ; pour la date, F. Stählin, dans RE, s.v. Larisa, a proposé les environs de 186 av. J.-C..

13 Publiée par E. Mastrokostas, REA, 1964. pp. 309-310.

14 Tite-Live, 39, 33.

15 Tite-Live, 33, 30.

16 Tite-Live, 35, 31, 1-2.

17 Cf. mon étude Gonnoi, I, 1973, p. 100, sur cet épisode.

18 Tite-Live, 35, 23, 4-9 et 31, 1-2.

19 D’autres sources l’appellent Herennius, cf. RE, s.v. n° 1 (Münzer).

20 Tite-Live, 42, 17, 2 hospitioque et duces Romanos omnes et legatos exterarum quoque gentium insignis, praecipue regios, accipiebat.

21 IG, IX, 2, 858 ; le gentilice Rammius paraît rare ; la lecture du surnom n’est pas assurée : la pierre donne les lettres NICPORS.

22 Tite-Live, 42, 4, 5-6 ; cf. mon étude Gonnoi, I, 1973, p. 118.

23 IG, IX, 2, 258.

24 La lecture de la 1. 9 est douteuse ; des corrections ont été proposées par Wilamowitz et Hiller von Gaertringen pour l’édition des IG, IX, 2 ; mais elles ne sont pas satisfaisantes ; la pierre paraît perdue, et l’on est réduit à des conjectures.

25 Cf. H. Kramolisch, Die Strategen des thessalischen Bundes, Demetrias II, 1978, p. 56.

26 IG, IX, 2, 1, daté d’avant 146 par la mention d’archontes à Héracleia ; la cité destinataire de la lettre serait, d’après Hiller von Gaertringen, Démétrias ; mais on ne voit guère le rapport qui peut s’établir entre Héracleia et Démétrias en cette affaire. Ne pourrait-il s’agir de Rome même ?

27 Tite-Live, 42, 6, 5 ; Cf. RE, s.v. Cornelius, col. 1406.

28 Je ne détaille pas les différents événements bien connus par les sources, et qui ont été souvent étudiés ; pour les actions sur le terrain, on peut se reporter à la présentation que j’ai donnée d’un point de vue « local » à propos de Gonnoi, cf. Gonnoi, I, p. 102-104. On doit citer encore, pour la connaissance approfondie des affaires thessaliennes chez des officiels romains à cette époque, l’inscription de Delphes, réétudiée par J. Bousquet, Le roi Persée et les Romains, BCH, 105, 1081, pp. 410-416.

29 Décret de Chyretiai, A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1917, n°301 ; cf. Tite-Live, 36, 13, 4 ; sur le personnage on ne sait à peu près rien. cf. T.R.S. Broughton. The Magistrates..., I. p. 355.

30 Tite-Live, 42, 54, 7 ; cf. H. Kramolisch, Die Strategen..., pp. 54-55.

31 IG, IX, 2, 1135 ; pour le texte très mutilé, plusieurs identifications ont été avancées avec des officiels romains entre la fin du IIe s. av. et le milieu du 1er s. ap. J.-C. ; J. et L. Robert, Bull., 54, p. 152, ont songé à M. Minucius Rufus ; pour les autres essais d’identification, cf. Bull., 66. 231 et 68, 313.

32 Arch. Delt., 22, 1967, Chronika, p. 247 ; cf. J. et L. Robert, Bull, 69, p. 329.

33 Publié Arch. Eph., 1934-35, p. 149, et identifié par L. Robert, Etudes épigraphiques et philologiques, pp. 287-288, n. 1 ; pour la date, cf. T.R.S. Broughton, Magistrates..., II, p. 465 (App. II).

34 IG, IX, 2, 301, cf. R. K. Sherk, Roman Documents, p. 233, n° 45.

35 Cf. S. Accame, Il dominio Romano,... On peut peut-être compter comme membre de la familia de L. Mummius le Λεύϰιος Μόμμιος qui apparaît à une date postérieure (non déterminée) à Méthoné (IG, IX, 2, 1200) ; cf. RE, XVI, Nachträge, col. 1203, s.v. L. Mummius.

36 IG, IX, 2, 89.

37 Cf. en dernier lieu H. Kramolisch, Die Strategen..., pp. 68-69 avec renvoi à T.R.S. Broughton. The Magistrates..., I, p. 480.

38 Diodore, 37, 8, 1 ; cf. S. Accame, Il dominio Romano..., p. 225.

39 IG, IX, 2, 38 (Sylloge3, 743) ; cf. S. Accame, o.l., p. 227.

40 IG, IX, 2, 10, avec un décret de proxénie.

41 IG, IX, 2, 613.

42 Cicéron, in Pisonem, 40, 96.

43 IG, IX, 2, 1134.

44 Arch. Eph., 1916, p. 121 ; Arch. Deltion, 1936, parart., p. 51. Arch. Eph., 1929, p. 142.

45 CIL, III, 588.

46 IG, IX, 2, 39.

47 Pour cet événement, cf. le passage de Tite-Live, 36, 10 : la ville fut sauvée grâce à la marche forcée qu’Appius Claudius Pulcher entreprit de Macédoine à Larisa à travers le Bas-Olympe (cf. mon étude de ce passage dans Gonnoi, I, 1973, p. 100). A la différence de Hatzfeld (o.l., p. 24 et n. 1) je considère — avec l’éditeur, A.S. Arvanitopoulos et plusieurs autres historiens — que le personnage honoré est bien le vainqueur de la 2e guerre de Macédoine, T. Quinctius Flamininus. En revanche, il me semble, comme à Hatzfeld, que le terme de τηβεννοϕοϱοῦντες désigne non des militaires (hypothèse de M. Holleaux), mais plutôt des civils, des negotiatores précisément.

48 Plusieurs collègues m’ont consulté à ce sujet ou ont cherché à vérifier sur l’original : c’est que le gentilice Flavius, à cette époque, semblé faire problème. La solution de la difficulté est à chercher non dans une erreur du graveur, à Gonnoi, mais dans ce que nous pouvons savoir de l’histoire de ce gentilice lui-même.

49 Cf. A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1912, p. 66, n° 93, puis les observations de J. Hatzfeld, o.l., p. 24, n. 6 sur une lecture ΑΤΑΛΗΙΟΣ, et mes propres lectures, Gonnoi, II, n° 20 et 47.

50 Le décret d’Olosson est connu depuis longtemps (cf. IG, IX, 2, 1292) et a été revu en dernier lieu par A.S. Arvanitopoulos ; pour la date, cf. H. Kramolisch, Zur Strategen des perrhäbischen Bundes, La Thessalie, Actes de la Table Ronde, de Lyon, 1975, Coll. Maison de l’Orient, 1979.

51 Les épitaphes des Σικελοί sont inédites ; la première citée par O. Masson, BCH, 1972, p. 388 ; celle de l’Italiote ( ?) d’Hyria a été publié par A.S. Arvanitopoulos, Polemon, 4, 1949-50, n° 300 [308] ; pour Hyria, cf. RE, s.v. qui. d’après les sources, distingue une ville de ce nom en Apulie, une autre en Campanie, à moins qu’il faille se rallier à l’indication de Pline, qui fait de ce toponyme un autre nom de Zakynthos.

52 Cf. mon étude sur les Ateliers lapidaires de Thessalie, Actes du VIIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine, Constantza, 1977, pp. 63-90, ainsi que les études de C. Wolters et V. von Graeve in La Thessalie, Actes de la Table Ronde de Lyon, 1975, Coll. Maison de l’Orient, 1979, pp. 81-110.

53 Cf. M. Th. Couilloud, Les monuments funéraires de Rhénée, EAD, XXX, 1974, pp. 328-331, pour les stèles funéraires, directement en parallèle avec la série de Démétrias.

54 Est-ce par respect du statut d’alliés ? On observera que, dans la campagne contre Antiochos en 191, et par la suite encore, c’est Skiathos qui est utilisée comme base par la flotte romaine. Un stratégos Marcus Statius Modius dans le décret IG, IX, 2, 1107, pour un prêtre d’Isis est à mentionner, cf. ci-dessous.

55 Il s’agit de l’actuelle Pyrasos - Néa Anchialos ; cf. F. Stählin, Hell. Thess., p. 173, n. 9.

56 Le décret indique clairement que dans chaque tétrade les cités utilisent le port qui leur est le plus proche.

57 Il ne faut peut-être d’ailleurs voir dans cette absence des Italiens à Démétrias rien d’autre qu’une conséquence de la situation géographique de ces ports sur la côte orientale de la mer Egée ; le trafic y est certainement davantage orienté vers l’Orient que vers l’Occident : pour aller en Italie depuis Démétrias, il faut contourner toute la péninsule hellénique. Pour le transport du blé thessalien, c’est néanmoins une route maritime qui est prévue par le décret et non un itinéraire continental, l’un de ceux que les armées romaines ont suivis depuis le début du IIe s. : les marchandises ont toujours dû circuler dans d’autres conditions que les hommes.

58 Documents présentés et commentés par mon ami C. Gallis au 2e congrès international d’Etudes thessaliennes, à Larisa, septembre 1980 ; c’est à cette présentation que j’emprunte l’essentiel des observations faites ici.

59 Sur ces deux personnages et leur rôle à Larisa en 171 av. J.-C., cf. mon étude Grands dignitaires attalides en Thessalie pendant la 3e guerre de Macédoine, Ath. Ann. Arch., 1981, pp. 296-301.

60 Cf. Tite-Live, 42, 57-60.

61 On doit à J. et L. Robert d’avoir rapproché les deux appellations et ainsi identifié les concours funèbres, concours locaux, distincts des Eleutheria, concours panhelléniques, cf. Bull. Epigr., 1964, 227, p. 177.

62 Pour J. Hatzfeld. Trafiquants italiens..., pp. 217-219, la Grèce n’exportait pas de blé vers l’Italie ; de toute façon, son commerce en Orient échappait aux negotiatores : il était entre les mains des publicains (en Asie par exemple) ou des spéculateurs orientaux (en Egypte, etc.).

63 Elles ont sans doute été rendues à leurs propriétaires, comme en témoigne la lettre de Flamininus aux citoyens de Chyretiai, cf. ci-dessus, p. 355.

64 Cf. Gonnoi, II, n° 98 (lettre de Philippe V) et commentaire ; on doit évoquer aussi, dans cette perspective, les recensements cadastraux connus à Larisa à la fin du IIIe ou au début du IIe s. av. J.-C. : terres civiques, domaines sacrés (ou royaux ?), terres communes, de tels recensements ont évidemment pour objet de délimiter les uns et les autres.

65 Cf. ci-dessus, note 61.

66 Sur cette institution, cf. Gonnoi, I, 1973, pp. 145-146.

67 Je reviens plus bas sur la chronologie et le contenu de ces diverses inscriptions. La datation des listes de vainqueurs aux concours des Stena a donné lieu à beaucoup de flottement, depuis les observations des premiers éditeurs (E. Miller, pour IG, IX, 2, 531 et F. Durrbach pour IG, IX, 2, 532) en passant par l’étude de E. Preuner, Griechischen Siegerliste, AM, 1903, pp. 370-382, jusqu’à celles de J. et L. Robert, Bull., 64, et l’étude de H. Kramolisch, Die Strategen, pp. 135-136.

68 Pour la date, on note l’usage du dialecte, et la mention d’un Amométos fils de Philoxénidas, personnage bien connu, et qui réapparaît dans la liste IG, IX, 2, 532 : cf. ci-dessous, p. 376.

69 Le texte peut être considérablement amélioré par rapport à l’édition de O. Kern ; je lis et restitue l’intitulé de la manière suivante :
Διί Φεϱϕεϱέτα Ἀϱισ-
τοϰ[ϱά]της Μελίννο[υ]
ἀϱχ[[ιΦ] ϱου[ϱήσας ϰαὶ οί]
[σ]ύν[ϕϱ]ου[ϱοι στϱατηγοῦ]
ντος Ε- - - - - -
A la 1. 14, Kern transcrit ΝΑΙΟΣ, qui me semble être plutôt un [Γ]νάιος qu’un [Γ]άιος. Les mêmes restitutions dans H. Kramolisch, Die Strategen, p. 119, n. 99, pour le début. Ce document entre dans une série de consécrations, attribuées par les éditeurs à la cité de Mopsion (cf. O. Kern, IG, IX, 2, 10571064) à cause du lieu de trouvaille (Megalo-ou Mikrokeserli, c’est-à-dire les villages modernes d’Elateia et Sykourion). Dans une étude consacrée à cette série, je propose d’y voir plutôt des consécrations des groupes d’éphèbes (ϕϱουϱοί) de Larisa et des cités de la région, toutes datées de la seconde moitié ou de la fin du 1er s. av. J.-C. ; on note dans IG, 1057 la gravure des rhô avec boucle carrée, caractéristique des dernières années de la République et du début du règne d’Auguste.

70 Sur la législation fédérale thessalienne de l’affranchissement, cf. mon article Phenix, 1976, pp. 143-158.

71 L’indication ΜΕΔ - qui figure dans le texte à la suite est restée sans interprétation jusqu’ici : peut-être un ethnique (par exemple Μεδ[ιολαν]έ puisque la forme est ici au vocatif). Dans tous les cas, il semble que l’affranchi vienne lui aussi d’Italie, et ait été affranchi avant son arrivée en Thessalie, selon le droit romain (avec inscription dans la tribu de son patronus) et non selon le droit thessalien.

72 La forme du gentilice est bien Ἀλϕιηνή sur la pierre, pour Ἀλϕηνίη apparemment (pour le gentilice Alfenius, cf. RE, s.v.).

73 Sur tout cela, cf. C. Wolters, Recherches sur les stèles funéraires hellénistiques de Thessalie, La Thessalie, Actes de la Table Ronde de Lyon, 1975, cf. pp. 91-95.

74 Cf. pour les portraits sur les stèles de Macédoine, les études d’A. Alexandrescu ; pour le portrait romain de la fin de l’époque républicaine, cf. l’étude de P. Zanker, présentée au même colloque de Naples.

75 Ce motif n’est pas nouveau dans la province et figure déjà sur les grands naiskoi funéraires du IIer s. av. J.-C. (cf. par exemple Gonnoi, II, n° 278, du 3e ou 2e s. av. J.-C.), mais il tend à devenir, à partir du milieu du 1er s. ap. J.-C., le motif dominant, qui occulte tous les autres : c’est alors que l’on enregistre la disparition — l’oblitération dans les remplois — quasi complète de l’anthémion hellénistique, sauf quelques reconstructions de style « naturaliste » (cf. C. Wolters, o.l., p. 93).

76 On a pu noter à plusieurs reprises, dans les inscriptions de la fin du Ier s. av. J.-C. ou du début du règne d’Auguste, le caractère très stable de l’onomastique thessalienne traditionnelle, cf. par exemple dans l’inscription de Kiérion que j’ai publiée Rev. Arch., 1977, pp. 27-28.

77 Cf. les observations présentées au cours du colloque de Naples par H. Solin.

78 Je donne ici la concordance entre les numéros d’archives notés [code XXXX] et les publications, quand elles existent, ainsi que quelques observations sur le texte, le cas échéant :
[1260] inscription inédite, au musée de Larisa. Elle a été mentionnée par C. Wolters, Stèles funéraires de Thessalie, La Thessalie, Actes de la Table Ronde de Lyon, 1975, Coll. Maison de l’Orient, 1979, p. 92 (avec illustration pl. 7, 1).
[1277] la lecture Δούκιος est sûre ; il n’y a pas. me semble-t-il, à la corriger en (Λ)ούϰιος (cf. J. et L. Robert, Bull., 68, 311), car on peut sans doute l’identifier comme le nom Docius ou Doccius (cf. CIL, II, 2633 ; RE. Suppl. VII, s.v.).
[1263] stèle inédite au musée de Larisa.
[1576] IG, IX, 2, 845 ; la pierre porte bien AKOYIE, à corriger, à mon sens, en ‘ʹAϰού[τ]ιε plutôt que ‘ʹAϰου[τ]ε, pour le gentilice Acutius.
[1081] Stèle inédite provenant d’Elatia, près de Tempé ; au musée de Volos (inv. E. 1262).
[3575] IG, IX, 2, 841 ; le nom, Ποϱέλλει ( ?) pour O. Kern, est à lire comme Ποπελλεί (vocatif ?), renvoyant à un Popellius (déformation de Popillius) ? Une interprétation du nom comme diminutif du déterminatif porrum, « poireau » me paraît plus douteuse (on attendrait Ποϱϱ-), bien que dans l’onomastique ce type de sobriquet soit très normal (cf. pour les noms grecs tirés de πϱάσιον, L. Robert, Noms indigènes, p. 171).
[2400] IG, IX, 2, 835, retenue ici à cause de la formule funéraire.
[2627] A.S. Arvanitopoulos, AE, 1910, col. 371, n° 17, datée 2e-1er s. av. J.-C.
[2410] IG, IX, 2, 855.
[1416] Stèle inédite au musée de Larisa, en brèche verte de Chasambali (cf. ci-après).
[2353] IG, IX, 2, 749.
On doit faire quelques observations sur les transcriptions des noms latins en grec, dans ces épitaphes. Sur deux points au moins, des difficultés d’adaptation phonétiques ont entraîné des flottements : pour les sons avec yod (i) et pour les sons [ou] et [o]. En voici des exemples pris dans les inscriptions citées ici :
- flottement entre : Ἄϰουτος et Ἀϰούτιος (Ἄϰουιος ?)
Κόιντος Κοίντιος
(Κοίντα) (Κοιντία)
Δέκμος Δέϰιμος, Δεϰίμιος
Πόπλιος Ποπίλιος
Τίτος Τιτίος
- avec souvent des problèmes de déplacement du -i- et marque de iotacisme :
Ἀλϕιηνή pour ἈλΦηνίη
Τίνιος pour Τινήιος (Tineius)
mais Γάειος, Γαεία pour Γάιος, Γαία
- transcription flottante de ο et u latins :
Ῥούϕος pour Rufus
mais Βόϰϰων pour Bucco
Δούκιος Doccius
Ῥούσϰιος Roscius
et flottements :
Λούϰιος / Λεύκιος
Σεκούνδα / Σακόνδα
(dans la plupart des cas, le flottement repose aussi sur des homonymies).

79 Je donne, dans l’ordre, les noms complets, incomplets, soit avec gentilice, soit avec patronyme ;
[2999] Inédit au musée de Larisa, provient de l’église Agioi Saranda.
[1506]/G, IX, 2, 837 (Larisa).
[2399]/G, IX, 2, 829 (Larisa).
[4727] C. Gallis, Arch. Dell., 27, 1972, Chronika. p. 419 (Bull., 78, 320 ; BCH, 101, 1977, Chron., p. 598 ; SEG, 27, 206) ; le lemme des publications pour ce petit autel s’est accru déraisonnablement des Notes de lecture répétées de G. Daux (BCH, 102, 1978, p. 622 ; AJPhil, 100, 1979, pp. 14-15 ; BCH, 105, 1981, pp. 588-589). Date : le stratège Epicratès, au début du règne d’Auguste (cf. H. Kramolisch, Die Strategen, s.v.).Provenance : Larisa.
[1254] IG, IX, 2, 833 (Larisa).
[1473] IG, IX, 2, 1054 = Gonnoi, II. n° 283.
[1086] Inédit au musée de Volos.
[1489] IG, IX, 2, 832 (Larisa).
[982] Inédit au musée de Volos, deux épitaphes, dont celle qui comporte les noms romains sur un martelage.
[1856] Inédit au musée de Volos ; cette inscription ne se confond pas avec la précédente. Pour l’hésitation entre le gentilice et le patronyme (Πόπλιος/Ποπίλιος) cf. les observations de la note précédente.
[1662] IG, IX, 2, 836 (Larisa).
[1351] Y. Béquignon, BCH, 1964. p. 396, n° 1 (d’Elasson).
[424] BCH, 1953, Chronique,p. 220.
[1222] Inédit au musée d’Halmyros ; provient de la région de l’aéroport, c’est-à-dire Thèbes de Phthiotide. Le nom au génitif me paraît être celui du père. La forme Γαεία avec iotacisme ne fait pas de difficulté.

80 La plupart, sauf un, ont des maîtres portant des noms latins :
[1787] IG, IX, 2, (Larisa)
[1550] IG, IX, 2, 856 (Larisa)
[1436] C. Gallis, Arch. Delt., 20, 1965, Chronika, p. 317 (Larisa)
[1743] IG, IX, 2, (Larisa)

81 [1736] IG, IX, 2, 750 (Larisa).

82 [1409] Inédit au musée de Larisa.
[1576] IG, IX, 2, 845 (Larisa) : le nom de l’esclave Acutus est bien latin ; mais on ne peut conclure, comme Hatzfeld et d’autres après lui, que la mention ξενιϰῇ atteste de son origine étrangère ; cette interprétation de l’adverbe ne correspond à aucune réalité, cf. ci-dessous, note 88.
[1588] Arch. Eph., 1910, col. 371, n° 16 ; je reviens ci-dessous sur cette inscription et ce personnage.
[932] Inédit au musée de Volos ; l’épitaphe est gravée sur un fragment de naiskos remployé tel quel pour cet usage, sans aucun souci d’assurer à la stèle une forme ou une intégrité. La forme Ἀγϰείλιος n’est peut-être pas un gentilice.
[2062] IG, IX, 2, 353 ; Arch. Eph., 1913, p. 154 = Arch. Eph., 1917, p. 132, n° 349 ; H. Biesantz, Thessalische Grabreliefs, 1965, Catalogue, n° 1 ; de Chyretiai. La stèle est un relief classique remployé à une époque plus récente (1er s. av. - 1er s. ap. J.-C.)

83 Cf. par exemple dans la liste récemment publiée par C. Gallis, Analekta Arch. Athens, 13, 1981, pp. 260-261 (milieu du 1er s. av. J.-C.) : Σαλουιά (l. 3) Ῥούϕα (l. 18) Μαϱϰία (l. 23) ; les maîtres portent des noms grecs.

84 On peut noter aussi une différence, dans leur nature et leur nombre, entre ces noms latins de la fin de l’époque républicaine et ceux de l’époque impériale : cf. les noms de magistrats de cette période, dans les listes d’affranchissements, et ceux des défunts dans les épitaphes (voir IG, IX, 2, Index). Cette différence — ou cette évolution — mériterait une étude plus développée.

85 Cf. par exemple les observations de D. Knoepfler, BCH, 1979, Contributions à l’épigraphie de Chalcis, pp. 179-180 : participation de Ῥωμαῖοι aux concours locaux. Selon D. Knoepfler, il s’agit de negotiatores installés à Chalcis depuis le milieu ou la fin du IIe s. av. J.-C..

86 Cf. IG, IX, 2, 1057 et la série mentionnée ci-dessus, note 69.

87 Cf. B.C., III, 35, 2 et Cicéron, Phil., XIII, 33, mes observations dans Rev. Num., 1966, p. 11 et celles de H. Kramolisch, Die Strategen... ; 1978, pp. 115-116. On doit mentionner aussi, pour les relations des Thessaliens à Rome, deux personnages : Hégésarétos de Larisa (sur lequel je reviens ci-dessous, p. 376) et Philon de Larisa.

88 On pourrait croire que ces affranchissements ont été accomplis selon un statut spécial, par exemple, si l’on suit certaines interprétations du terme ξενικῇ, selon le droit des étrangers. Mais il est remarquable que presque tous ces affranchis de patrons romains ne bénéficient pas de la mention ξενικῇ. Celle-ci, selon une interprétation que je crois pouvoir défendre avec de bons arguments, ne renvoie nullement au statut du propriétaire (étranger résident, non Thessalien), mais au statut de l’esclave, qui n’est pas astreint à résidence, à une paramoné de quelque durée que ce soit.

89 Stèles code 1506 (Κοίντα Στατία Έπιγονή) et 1605 (Ἄϰούτε Λυϰίσϰου απελεύθεϱε ξενιϰῇ) avec, dans les deux cas une représentation accompagnant le symbole isiaque : un portrait de femme tête voilée pour la première, sculptée directement sur la face, un artisan assis et travaillant avec un instrument (herminette ? ascia ?) une pièce allongée (de bois), sculptée dans un champ réservé. Pour la représentation du sistre, cf. M. Malaise, Les conditions de pénétration et de diffusion des cultes égyptiens en Italie, 1972, p. 123 ; pour la Thessalie, ibid., p. 266-267, où nos deux stèles funéraires du 1er s. av. J.-C. ne sont pas utilisées.

90 Cf. L. Widmann, Sylloge inscriptionum religionis Isiacae et Sarapiacae, 1969, n° 91-106 (nos deux stèles sous les n° 97 et 98, datées de l’époque impériale, trop vaguement à mon sens). Cf. aussi Apulée, Métamorphoses, II 28 : propheta primarius (à Larisa) ; cf. F. Dunand, Le culte d’Isis dans le bassin oriental de la Méditerranée, tome II, EPRO, 26, 1973, pp. 46 sq.

91 Cf. M. Malaise, o.l., p. 259 : « les commerçants romains ont ramené dans leur pays les dieux égyptiens rencontrés dans la sphère grecque ».

92 Sur ce « marbre vert », en réalité une brèche à inclusions, cf. J E. Papageorgakis. Praktika Akad. Ath., 1963. pp. 564-572.

93 Une de ces stèles porte d’ailleurs des noms latins,Ῥεπεντεινòς Ῥεπεντεινοῦ.

94 Arch. Eph., 1910, col. 370-371, n° 16 ; cf. Th. A. Arvanitopoulos, Polemon, 2, 19, parartema, p. 9.

95 L. Robert, Hermes, 1930, pp. 106-122, Pantomimen in griechischen Orient (= OMS 1, pp. 654-670) ; REG, 1936, pp. 235-254, Archaiologos (= OMS, 1, pp. 671-690 ; REG, 1966, pp. 756-759).

96 Le terme est attesté à Philippe dans une épitaphe latine, promisthota pour un archimimus, T. Uttiedius Venerianus (ép. impériale) Dessau, 5208. Le rapprochement et l’explication déjà chez A S. Arvanitopoulos qui a publié l’inscription de Larisa. Une étude plus récente a été faite par M. Bonaria qui a rédigé la notice correspondante dans RE, Suppl. X, col. 670, s.v. (1965), où l’on trouvera la bibliographie complète. Il convient de rapprocher le mot des expressions citées et étudiées par L. Robert dans les articles mentionnés ci-dessus, avec le verbe μισϑώοασαι, etc., cf. OMS, 1, pp. 663-664 et 678, 684.

97 Ci-dessus, pp. 366-367.

98 I. v. Priene, 113, cf. L. Robert, ibid., pp. 662-665.

99 Cf. RE, s.v. Ludi (scaenici).

100 C’est le cas d’environ 50 % des stèles recensées ici avec des noms italiens : dans le groupe des stèles ogivales avec rosette et hermès, il n’y a pas de moulure sous le couronnement et le champ disponible est entièrement occupé par l’inscription ; dans le petit lot des stèles en brèche verte, la surface à inclusions ne permet probablement pas une représentation peinte.

101 Cf. pour Chalcis, les observations de D. Knoepfler, citées ci-dessus ; pour Thespies, cf. P Roesch, Etudes béotiennes, 1982, p. 171 ; pour Amorgos, Ph. Gautier, BCH, 104, 1980, pp. 218-219.

102 Cf. la discussion d’H. Kramolisch, Die Strategen, 1978, Annexe I, pp. 135-136.

103 C’est l’interprétation de E. Preuner, Griechischen Siegerliste, AM, 3, 1903, pp. 370-382 et W. Kroog, De foederis Thessalorum praetoribus, 1908, p. 12. On assimile l’expression à celle qu’atteste un décret de Larisa, πϱωτοστάτου ταγοῦ, cf. A. Axenidis, Pelasgis Larisa, 1949, vol. II. p. 103.

104 Cf. H. Kramolisch, ibid.

105 Pour le sens d’ἀνανέωσις, cf. L. Robert, Etudes anatoliennes, pp. 426-429.

106 H. Kramolisch. Die Strategen, p. 84.

107 Le premier éditeur de IG, 531, F. Durrbach. proposait l’époque d’Hadrien.

108 E. Preuner. ibid. ; H. Kramolisch, o.l., Annexe I et II (pp. 137-138).

109 L’inscription Deltion, 16, 1960 mentionne l’épreuve par l’expression ἄλλην (πϱοοδϱομὴν ἴππων) ‘Hγησαϱέῳ ‘Hγησάϱετος Κεϕάλου ; l’inédit de Larisa (code 3366) reprend par : [ἄλλην πϱ]òς ‘Hγηαάϱετον Κϱατήσιππος | [Γλαυ]ϰέτου.

110 Sur ces personnages, cf. H Kramolisch. Die Strategen, pp. 100-102.

111 César. B.C., III. 35, 2.

112 Cicéron, ad. fam., XIII, 25.

113 Cf. H. Kramolisch, pp. 107-110 et 137-138, qui oppose une objection principale aux propositions que j’ai faites à partir des monnaies. Rev. Num., 1966, pp. 7-32 : selon lui ces propositions aboutissent à un grand nombre de magistrats homonymes pour un intervalle de temps réduit, ce nombre d’homonyme paraît inhabituel, et par conséquent inadmissible (pp. 109-110). Pour Kramolisch, une solution peut éliminer ces doublets : admettre que les statères fédéraux ont été frappés pendant une plus longue période et encore sous le principat d’Auguste (p. 109). Une telle supposition n’est en aucun cas acceptable, car la conversion des monnaies par Auguste en 27 l’exclut formellement (cf. ci-dessous). Hors ce fait, on retiendra que les homonymies possibles sont au nombre de sept (Kyllos, Monimos, Alexandras, Ménécratès, Python, Eubiotos) pour une période de 18 ans (49-31 av. J.-C.) pour laquelle on connaîtrait en tout 13 noms, ceux-ci compris. Mais il existe une autre solution, déjà indiquée par H. Kramolisch et que, dans une étude inédite, je développe plus nettement : l’identification des noms figurant sur les monnaies comme ceux des stratèges n’est pas tenable. La conclusion de H. Kramolisch (p. 108) est ici pertinente : « pour nous il suffit ici de constater que les noms au nominatif ou au génitif sur ces monnaies peuvent être rattachés à des familles thessaliennes éminentes, qui ont fourni des stratèges (à la confédération) ».

114 Statères fédéraux avec le nom Monimos : cf. Sylloge Num. Kopenhagen, n° 283.

115 Dans une étude à paraître, je détaille ces rapprochements (cf. H. Kramolisch, o.l., p. 109) en tenant compte des fragments de liste inédits ; il est certain que les listes Deltion, 16, 1960, IG, 531, 527 et 532 sont proches dans le temps.

116 Cf. les observations de H. Kramolisch. o.l., pp. 135-136 : les rapprochements prosographiques se font avec des personnages de Gyrton, Gomphoi, Crannon.

117 Sur les merides de Macédoine et les monnaies marquées Μαϰεδονίας πϱώτης, etc., cf. Gabier. Z. f. Num., 23, 1902, pp. 141-143.

118 Cf. mon étude parue en grec dans Historia tou Hellenikou Ethnous, vol. 12, p. 179 et en français dans Mémoires du Centre Jean-Palerne, vol. II, 1980, pp. 41-42.

119 Texte déjà utilisé par H. Kramolisch, Die Strategen, p. 128-129, avec une discussion sur la date (la stratégie d’Auguste ne peut qu’être postérieure à 27 et au diorthoma) que je réfute ci-dessous parce qu’elle ne peut, à mon sens, emporter l’adhésion.

120 IG, IX, 2, 349 = A.S. Arvanitopoulos, Arch. Eph., 1917, p. 118, n° 331 et 332 ; sur les stratèges de ces listes, cf. H. Kramolisch, p. 132.

121 Cf. ci-dessus note 113.

122 La première stratégie de Cocceius Lycos est datée de 131/2 par la liste d’affranchissements IG, 546 (7e année d’Hadrien).

Auteur

C.N.R.S. - C.R.A.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540