Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

La proscription de 82 et les Italiens

François Hinard

Texte intégral

  • 1 Histoire romaine, livre IV, chap. 60. Mommsen considérait que le chiffre total de victimes, qu’il e (...)

1Depuis Mommsen, il n’est pas, concernant les événements de 82/81, d’opinion plus répandue, d’affirmation plus souvent et plus fermement répétée que celle d’une épuration massive des Italiens à la faveur de la proscription1. Or si on examine avec un peu d’attention l’ensemble des sources dont nous disposons sur ce sujet, force est de constater que les habitants de l’Italie, ceux qui n’appartenaient pas à l’élite sociale romaine, quel que fût leur statut dans leur cité d’origine, sont restés étrangers à la proscription, qu’ils ne pouvaient pas être inscrits sur les listes qui désignaient à l’épuration les deux ordres supérieurs de la cité Romaine.

2Cela ne signifie évidemment pas qu’il ne s’est pas produit, dans ces milieux, des épurations et que des populations entières n’ont pas été anéanties ; simplement la procédure suivie pour cet anéantissement n’a rien à voir avec la proscription, même si les historiens modernes les ont, le plus souvent, amalgamées, comme pour amplifier l’horreur de ce qu’on a appelé, par un passage expressif au pluriel, les proscriptions.

  • 2 C’est l’objet même de notre thèse, qui porte sur les deux proscriptions.

3Notre propos n’est évidemment pas de reprendre ici l’examen détaillé de la procédure de proscription. Nous n’avons pas non plus l’intention d’établir ni de discuter le dossier prosopographique des victimes de cette forme particulière d’épuration2. Nous souhaitons simplement esquisser les arguments qui démontrent que la proscription est une mesure qui n’a frappé que des citoyens Romains avant d’examiner quelles formes a prises la purge ordonnée par les vainqueurs dans les milieux qui leur avaient montré de l’hostilité.

***

  • 3 P. Jal, Remarques sur la cruauté à Rome pendant les guerres civiles (de Sylla à Vespasien), BAGB, 1 (...)

4Au nombre des thèmes qu’a suscités, dans la littérature des anciens, la guerre civile, P. Jal a montré qu’avait une importance particulière celui du cruciatus uirorum illustrium3. Cela tient évidemment à la “nature” de la littérature qui les véhicule ou les développe et qui est, bien sûr, aristocratique. Mais on ne peut manquer d’être frappé par le fait que, lorsqu’il s’agit de la proscription de 82, les textes qui l’évoquent disent ou laissent entendre que ses victimes étaient des citoyens appartenant à l’uterque ordo.

  • 4 Quid enim defendit ? Ex Hispania fugientes se excepisse et supplicio affecisse dicit. (2Verr., 5, 1 (...)

5Il suffit de rappeler rapidement quelques exemples pour se convaincre que la proscription est directement liée à l’idée de citoyenneté : on se souvient sans doute que, dans la cinquième Verrine, lorsqu’il évoque l’exécution par Verrès de citoyens romains, et alors que le préteur devait en principe évoquer pour sa défense qu’il s’agissait de transfuges de l’armée de Sertorius4, Cicéron fait observer que ce système de défense revient à s’accuser d’avoir renouvelé la proscription. Meum enim crimen auaritiae te nimiae coarguit ; tua defensio furoris cuiusdam et immanitatis et inauditae crudelitatis et paene nouae proscriptionis (§ 154). Le fait que la seule occasion où Cicéron se permette d’assimiler Verrès à un proscripteur se trouve dans le texte du de Suppliciis, précisément quand sont rappelés les supplices infligés par le préteur aux C.R. de Sicile, nous paraît très significatif : la proscription est bien un traitement qui leur est réservé.

  • 5 Cluent., 151 : ... pro illo odio quod habuit in equestrem ordinem... Les historiens modernes ont mo (...)

6On constate d’ailleurs que les emplois que fait Cicéron des termes qui désignent la proscription confirment en tous points cette observation. Rappelons simplement que, dans le discours qu’il prononça de domo sua devant les pontifes, le 30 septembre 57, l’orateur définit la proscription comme poenam in ciues Romanos nominatim sine iudicio constitutam (§ 43). Et l’on sait bien, par ailleurs, qu’il associait si étroitement proscription et ordre équestre qu’il avait voulu accréditer l’idée que Sylla avait été animé d’une véritable “haine de classe” contre les chevaliers dont il aurait entrepris d’épurer les rangs5.

7Ces observations et constatations devraient suffire à démontrer le caractère sélectif d’une procédure d’épuration qui, effectivement, ne concernait que les sénateurs et les chevaliers : la prosopographie des proscrits vient étayer cette démonstration. Sur les 75 personnages à propos desquels nous considérons que les textes qui les évoquent permettent de conclure qu’ils avaient été proscrits, il ne nous a, en effet, pas été possible d’en isoler un seul qui pût nous permettre d’affirmer qu’il n’était pas de statut équestre.

  • 6 Flor., II. 9, 25 : ... proposita est ingens illa tabula, et ex ipso equestris ordinis flore ac sena (...)
  • 7 App., B.C., I, 95, 442. Les chiffres d’Appien sont très contestables à la fois parce qu’ils sont en (...)

8Mais surtout, un certain nombre de textes historiques confirment de façon éclatante la limitation aux deux ordres supérieurs de la procédure de proscription. Qu’il suffise ici de citer Florus et Appien. Florus, tout d’abord : “... on afficha l’immense liste et, dans l’élite de l’ordre équestre et sénatorial, on choisit deux mille hommes qui devaient mourir.”6. Appien, ensuite, qui — avec des chiffres qui font difficulté, il est vrai — indique que Sylla, immédiatement après son discours au peuple, “proscrivit 40 sénateurs et environ 1.600 chevaliers”7.

9Au total on ne peut pas s’étonner que seuls des membres des ordres équestre et sénatorial aient été visés par la proscription ; il suffit d’évoquer brièvement sa “procédure” pour comprendre qu’elle ne devait concerner que des membres de l’aristocratie romaine : l’affichage des noms comme pratique en elle-même déshonorante, les exécutions sur le forum, l’exposition des têtes sur les rostres sont les phases essentielles d’une épuration ostentatoire qui ne se comprend que si les personnages auxquels elle s’applique sont eux-mêmes particulièrement “en vue” et dont le caractère “urbain” est trop évidemment marqué pour qu’il soit nécessaire d’y insister. Et, dans le même sens, comment ne pas voir que les conséquences de la proscription — comme la damnatio memoriae ou les atteintes portées au statut des liberi proscriptorum — témoignent de son caractère éminemment “aristocratique” ? On a du mal à imaginer, dans ces conditions, qu’un “personnage de second ou de troisième rang” ait pu être pris dans cette mécanique de l’extermination qui n’avait de sens que si elle avait un caractère exemplaire pour ceux qui en étaient les témoins, c’est-à-dire que s’ils étaient en mesure d’identifier les noms sur les listes ou de reconnaître les têtes sur les rostres.

10Mais on ne peut manquer d’observer, dans le même temps, qu’on n’a aucun exemple d’une proscription municipale qui nous permette de dire qu’il y avait eu une adaptation locale de la procédure d’épuration mise en oeuvre à Rome. Ce qu’on sait de ce qui s’est passé dans les cités italiennes incite au contraire à penser que c’est à des moyens plus expéditifs qu’on a eu recours pour éliminer les adversaires vaincus.

  • 8 Cluent., 24 : Itaque cum A. Aurius is qui antea denuntiarat clamore hominum ac minis insequi coepis (...)

11Toutefois, avant d’examiner quelques exemples précis, il convient de revenir sur le cas de Larinum. On sait que Cicéron, lorsqu’il assura la défense de Cluentius en 66, fit allusion à des faits qui remontaient à Tannée 82, précisément au moment de la victoire : pour charger Oppianicus, il mêle des considérations politiques à son récit. Selon lui, Oppianicus qui se trouvait dans le camp de Q. Metellus, aurait été contraint de quitter Larinum parce que A. Aurius le menaçait de le poursuivre pour le meurtre de M. Aurius8, et son retour à Larinum où il avait fait régner la terreur lui aurait été une occasion de se débarrasser des personnages qui devenaient bien gênants pour sa sécurité.

  • 9 Ibid., 25 : ... per illam L. Sullae uim atque uictoriam Larinum in summo timore omnium cum armatis (...)
  • 10 Ibid.

12C’est une façon de présenter les événements qui tend à accréditer l’idée qu’Oppianicus avait réglé ses comptes personnels à la faveur des violences qu’avait occasionnées la victoire de Sylla9. Mais à y regarder d’un peu plus près, on peut supposer que les choses n’ont pas été si simples : si Oppianicus a dû quitter Larinum, c’est aussi, vraisemblablement, parce que ceux qui assuraient la direction du municipe avaient fait un choix politique différent du sien en embrassant la cause de Marius. Et on ne peut pas ne pas remarquer que son retour semble s’être fait dans des conditions tout à fait officielles : il est revenu avec une troupe (cum armatis) dans un municipe qui avait tout à redouter des vainqueurs (in summo timore omnium), avec une mission précise qui était de punir les IIIIuiri pour installer un nouveau collège dont lui-même faisait partie :... se a Sulla et alios tres praeterea factos esse dixit et ab eodem sibi esse imperatum ut A. Aurium (...) et alterum A. Aurium et eius C. filium et Sex. Vibium (...) proscribendos interficiendosque curaret10.

  • 11 Sur ces personnages uid. notamment C. Nicolet, Ordre Equestre II, s. nn.
  • 12 Cluent., 25 : Atque haec parua sunt...

13Cicéron ne conteste absolument pas le fait qu’Oppianicus ait été chargé d’éliminer les IIIIuiri de Larinum : comment le pourrait-il puisque trois autres personnages — dont il tait le nom — se trouvaient remplir la mission en même temps que lui ; il ne l’accuse pas non plus d’en avoir fait plus qu’il ne lui en avait été demandé par Sylla et cela nous paraît très important : Oppianicus n’a fait exécuter que les quatre personnages qui sont nommément désignés par l’orateur et en qui on est bien contraint de voir les IIIIuiri marianistes, tous chevaliers Romains11. Certes l’avocat de Cluentius affirme qu’Oppianicus avait fait régner la terreur mais comment ne pas voir que s’il avait pu l’accuser d’avoir outrepassé sa mission Cicéron n’aurait pas manqué de le charger sur cette affaire, alors qu’il se contente de conclure : “Et encore ce n’est là que peu de choses”12.

14Ce récit nous renseigne en définitive assez bien sur l’impact de la proscription dans les municipes : seuls devaient être exécutés — et seuls ont été effectivement exécutés, semble-t-il — ceux que Sylla avait désignés et inscrits sur la liste. Cela implique que la proscription est bien une procédure spécifiquement romaine et que, si elle connaît des “applications” municipales, c’est que copie des listes a été transmise pour affichage local. C’est, selon nous, le sens de l’expression dont use Cicéron : proscribendos interficiendosque curaret.

  • 13 Plut., Crass., 6, 8.

15En d’autres termes, la proscription a été entièrement supervisée par Sylla et très strictement circonscrite par lui aux cercles dominants Romains. On ne connaît qu’une seule “bavure” : l’initiative qu’avait prise Crassus, dans son propre intérêt, de proscrire quelques personnages dans le Bruttium et qui lui avait valu de se voir écarté par Sylla de toute charge officielle13.

***

16Mais il ne faut évidemment pas déduire de ce que tous les notables municipaux n’avaient pas été inscrits sur les listes de proscription qu’ils avaient été épargnés au lendemain de la victoire. En réalité le traitement a été différent selon qu’ils appartenaient à des cités qui avaient ou non participé activement à la résistance armée contre Sylla.

  • 14 Les sources anciennes sur cette exécution sont nombreuses et les chiffres de victimes varient consi (...)
  • 15 Sur cette question uid. en particulier E. PAIS. Ricerche sulla storia e sul diritto pubblico di Rom (...)
  • 16 Strab., V, 4, 11.

17Dans le premier cas on constate que l’élimination a été massive et brutale. Nous n’évoquerons que pour mémoire l’exécution des prisonniers dans la uilla publico après la bataille de la porte Colline : il s’agit d’un cas un peu à part et qui n’est évidemment pas représentatif de l’attitude des vainqueurs à l’égard de l’Italie14. Nous ne discuterons pas ici le fait de savoir s’il s’agit véritablement d’un génocide Samnite15 ; observons simplement qu’une telle exécution, survenue trois jours après la bataille décisive16 et pratiquement sur les lieux mêmes où s’étaient livrés les combats, ne peut pas avoir le même sens qu’une épuration à la dimension de l’Italie et probablement prolongée sur plusieurs mois.

18Pour ce qui est du traitement qui fut réservé à un certain nombre de cités italiennes, les indications que fournissent nos sources sont, comme on pouvait s’y attendre, d’importance très inégale ; mais elles nous paraissent plus intéressantes que celles qui concernent les massacres de la uilla publico parce qu’elles ne nous racontent pas l’exécution de prisonniers de guerre, c’est-à-dire d’un groupe hétérogène à la fois pour ce qui concerne l’origine et pour ce qui est du statut, mais qu’elles évoquent le sort qui fut réservé à des communautés civiques.

  • 17 Sur ces opérations militaires uid. R.G. Lewis, A Problem in the Siege of Praeneste, 82 B.C., PBSR, (...)
  • 18 Liu., Per., 88 ; cf. Val. Max., IX, 2, 1.

19L’exemple le plus fréquemment développé (et qui, de ce fait n’est peut-être pas entièrement représentatif du traitement infligé à l’ensemble des cités hostiles à Sylla) est celui de Préneste, bastion marianiste, s’il en fut : c’est là que Marius le Jeune s’était réfugié et c’est là qu’il fut contraint au suicide malgré cinq tentatives faites par les adversaires de Sylla pour dégager le consul17. Or les événements qui suivirent la capitulation nous paraissent tout à fait éclairants sur l’attitude des syllaniens à l’égard des non-Romains. La plupart des sources nous disent, en effet, que Sylla fit désarmer puis exécuter tous les Prénestins : ... omnes Praenestinos inermes concidi iussit...18. Mais pour se faire une idée plus précise de ce qui se passa alors, il convient d’examiner ce qu’écrivent sur ce sujet Orose et — surtout — Appien.

  • 19 Oros., V, 21, 10 : Inde Praeneste profectus omnes Marianae militiae principes, hoc est legatos, qua (...)
  • 20 B.C., I, 94, 436-438.

20Le premier affirme que Sylla “s’étant rendu à Préneste, fit mettre à mort tous les chefs de l’armée de Marius, c’est-à-dire les légats, les questeurs, les préfets et les tribuns”19. Orose ne parle pas, par ailleurs, du sort réservé aux Prénestins et ne s’intéresse donc qu’aux seuls chevaliers et sénateurs Romains. La distinction ainsi opérée est très significative, d’autant qu’elle est confirmée par le récit, assez détaillé, d’Appien20. L’historien grec explique, en effet, que Q. Lucretius Ofella, dès qu’il fut entré dans la ville, fit mettre à mort une partie des membres du sénat qui servaient sous Marius (τν ἀπò τῆς βουλῆς ἐνταϑα Μαϱίῳ στϱατηγούντων τοὺς μὲν ατίϰα ἀνϱει) et qu’il fit emprisonner les autres que Sylla fit égorger quand il arriva. Cette différence entre ceux qui furent tués à l’initiative de Lucretius Ofella et ceux dont l’exécution fut différée jusqu’à la venue de Sylla peut sembler faire difficulté : en réalité, les premiers devaient avoir été inscrits sur la liste de proscription mais pas les seconds.

  • 21 Plutarque affirme qu’il ne s’en trouva qu’un seul. Il faut dire que le biographe de Sylla raconte l (...)
  • 22 B.C., I, 95, 441.
  • 23 Ibid., 93, 433 : Κα οδὲ τῶνδε ϕειδόμενος οἷα Ρωμαίων ἔϰτεινεν ἄμϕω...

21Pour ce qui est des autres personnages qui se trouvaient dans Préneste à ce moment, Sylla les fit sortir sans armes de la ville puis sépara ceux qui avaient fait quoi que ce fût pour son service — et ils n’étaient pas bien nombreux21 ! — avant de partager les autres en trois groupes : celui des Romains, celui des Samnites, celui des Prénestins. Cela fait, il s’adressa aux Romains en leur remontrant que leur conduite mériterait la mort mais conclut en annonçant qu’il leur pardonnait. En revanche il fit passer les deux autres groupes par les armes (τοὺς δὲ ἑτέϱους ϰατηϰόντισεν ἄπαντας). La différence de traitement est tout à fait remarquable et illustre bien la volonté de Sylla d’épargner ceux des Romains qui n’avaient pas exercé des responsabilités de premier plan. Cela va d’ailleurs dans le même sens que la déclaration qu’il avait faite précédemment, lors de la contio qu’il avait tenue avant d’afficher l’edictum de proscription, et selon laquelle il comptait “châtier vigoureusement les chefs militaires, questeurs et tribuns et, d’une façon générale, ceux qui avaient collaboré avec ses adversaires depuis le jour où Scipion avait rompu les accords qu’ils avaient conclus”22. Il ne faut évidemment pas forcer le sens des paroles de Sylla pour lui faire dire qu’il cherchait systématiquement à épargner les Romains de souche ; mais on doit quand même constater que, pour Appien, s’il fit exécuter les prisonniers après la victoire de la porte Colline, c’est parce qu’ils étaient en majorité Samnites et on peut d’ailleurs penser qu’à cette occasion il avait traité différemment les Romains puisque l’historien grec, tout de suite après avoir raconté cette exécution en masse, ajoute que Sylla fit égorger Marcius et Carrinas “sans les épargner comme Romains”23.

  • 24 Ε.Τ. Salmon, Sulla Redux, Athenaeum, 42, 1964, 60-79 ; E.S. Gruen, Roman Politics and Criminal Cour (...)

22Pour en revenir à l’épuration de Préneste, Appien ne dit pas pourquoi Sylla avait fait deux groupes différents, l’un pour les Prénestins, l’autre pour les Samnites ; en apparence le traitement de l’un et de l’autre fut identique. On peut penser, encore que cela ne figure dans aucune source, que le mode d’exécution n’avait pas été le même ; mais surtout on se rappellera que, comme l’ont très opportunément signalé E.T. Salmon et E.S. Gruen24, Sylla avait voulu faire de la guerre civile une croisade contre les plus vieux et les plus redoutables ennemis de l’Etat romain : les Samnites, l’isolement des prisonniers de cette origine confirme bien cet aspect de sa propagande.

  • 25 Il semble bien pourtant que Sulmone. qui a été rasée, a subi un sort identique : Nam Sulmonem (...) (...)
  • 26 Αpp., B.C., I, 94, 439.

23Quoi qu’il en soit, il faut admettre que toutes les cités d’Italie n’ont pas subi le même sort que Préneste qui semble bien présenter un cas limite25. Sans vouloir reprendre chacun des exemples qui nous sont parvenus, nous noterons simplement que pour aucune d’entre elles on n’entend parler d’une exécution massive dans des conditions comparables. Le cas le plus dramatique, après celui de Préneste, est la chute de Norba dont les habitants, surpris par l’irruption des troupes syllaniennes, se suicidèrent collectivement, notamment en allumant des incendies qui se propagèrent et détruisirent la cité toute entière26.

  • 27 Gran. Lic., 32 FI. : Et Volaterrani se Romanis dediderunt (...) et proscriptos ex oppido dimiserunt (...)
  • 28 Ibid. : lam ante [anno superiore] et Samnites qui Nolae erant idem fecerant metu obsidionis.
  • 29 Sur ces problèmes uid. particulièrement Ε. Gabba, Esercito e società nella tarda repubblica romana,(...)
  • 30 Notamment Volaterres et Arretium : Cic., dom., 79. Sur cette question uid. A.N. Sherwin-White, The (...)

24Moins connus mais très révélateurs nous paraissent deux faits par l’examen desquels nous voudrions terminer cet aperçu sur les épurations en Italie. Tout d’abord Granius Licinianus affirme que les habitants de Volaterres, avant de se rendre, avaient fait sortir de la ville les proscrits qui s’étaient réfugiés chez eux et qu’un détachement de cavalerie romaine fut dépêché pour les exécuter27. Déjà l’année précédente Nola avait fait de même28 : cette pratique, qui correspond vraisemblablement à un accord entre assiégeants et assiégés pour limiter les représailles, revient à faire des proscrits les “coupables” privilégiés, ceux sur lesquels il convenait de faire porter le châtiment le plus sévère — ce qui ne veut évidemment pas dire que certains notables locaux n’avaient pas été exécutés et que les cités n’avaient pas subi collectivement les conséquences de leur attitude. On sait assez l’ampleur qu’avaient prise les colonisations et assignations sur leur territoire29 ; on n’ignore pas non plus que certaines d’entre elles avaient subi l’ademptio ciuitatis30.

  • 31 B.C., I, 96, 446 : Κϱίσεις τεσαν ἐπτούτοις ἀνἀ τὴν ταλίαν λην πιϰϱαϰαἐγκλήματα ποίϰιλα...

25Mais on oublie trop souvent, et c’est là le deuxième fait sur lequel nous voulions insister avant de conclure, que les épurations n’ont pas toutes été aussi expéditives que celle de Préneste. Appien affirme en effet, après avoir évoqué la proscription proprement dite, que “des jugements sévères furent rendus, à travers toute l’Italie, sur des accusations hétéroclites”31, accusations dont il donne des exemples qui, en réalité, ne sont pas faits pour nous surprendre si on songe que les Romains avaient une conception de la complicité plus extensive que la nôtre. Ce qui nous paraît important, dans cette affirmation d’Appien, c’est que se trouve attesté le recours à des procédures judiciaires (ϰρίσεις) dans un contexte où l’on imagine, d’ordinaire, des exécutions sommaires ou, en tout cas, collectives.

  • 32 Plut., Pomp., 10.
  • 33 2Verr., 2, 113 : ... quod propter C. Mari familiaritatem et hospitium contra rem publicam sensisse (...)
  • 34 B.C., I, 96. 446.

26On n’a malheureusement pas conservé de traces de ces procès pour l’Italie. En revanche, on ne pourra pas manquer d’évoquer le cas de ce Sicilien, Sthenius, accusé de marianisme et que Pompée “renvoya des fins de la poursuite”32. Il n’y a pas grand risque à penser que le cas de ce Sthenius présente une bonne illustration de ce qui se passait alors en Italie : les chefs d’accusation retenus contre lui (les liens d’intimité et d’hospitalité qu’il avait entretenus avec C. Marius)33 figurent précisément dans la liste de ceux qu’Appien affirme avoir provoqué les procès dont il parle (Ἐγϰλήματα δ’ἦν ϰα ξενία ϰα ϕιλία...)34.

***

  • 35 Liu., 26, 12-16 & 33-34.

27On ne peut évidemment pas établir un bilan à partir d’un aperçu aussi rapide que celui que je vous ai présenté. Il conviendrait, pour ce faire, d’examiner de plus près les procédures d’épuration, notamment les modes d’exécution, chaque fois que cela est possible ; il faudrait aussi envisager le sort réservé aux femmes et aux enfants des Italiens ainsi frappés et définir le statut juridique de leurs biens ; on devrait enfin établir des comparaisons avec d’autres épurations comme, entre autres, celle de Capoue sur laquelle Tite-Live nous fournit des indications précieuses35.

28Nous reviendrons sur tous ces problèmes dans le cadre d’un travail plus vaste ; pour l’heure nous nous contenterons d’observer que la proscription n’a pas été le massacre indifférencié de Romains et d’Italiens de toute origine qu’on imagine parfois. Et si on peut voir en ces pratiques d’épuration au lendemain de la guerre civile un révélateur des mentalités, on doit constater que l’Italie était loin de présenter, quelque dix années après la Guerre Sociale, le visage d’un ensemble bien intégré. Ce qui nous intéresse, en l’occurrence, c’est moins ce qui ressortit à la volonté des vainqueurs d’humilier les vaincus italiens ou de faire porter à certains d’entre eux la responsabilité d’une guerre qui cessait, de ce fait, d’être une guerre civile pour devenir un bellum externum, que le fait même que les syllaniens aient spontanément mis en place une procédure de purge qui ne concernait que les milieux dirigeants romains alors que, dans le même temps, on assistait ou bien à des épurations collectives d’Italiens ou bien à des procès dirigés contre leurs notables (et contre eux seuls, semble-t-il, puisqu’on n’entend parler d’aucun procès de ce type instruit contre un habitant de Rome). Et en définitive certaines cités italiennes, celles qui livrèrent leurs proscrits au massacre pour assurer leur salut, ont “réfléchi”, et donc cautionné, cette image que Rome donnait de son rapport avec le reste de la péninsule.

Notes

1 Histoire romaine, livre IV, chap. 60. Mommsen considérait que le chiffre total de victimes, qu’il estimait à 4.700 (Val. Max, IX, 2, 1), s’expliquait par l’addition au chiffre partiel de ceux qui avaient été tués par Marius et par Sylla de 2.100 “personnages de second ou de troisième rang”. Pour une conception “extensive” de la proscription uid. notamment E. Badian, Lucius Sulla, the Deadly Reformer, The Todd Memorial Lectures, Toronto, 1976, 53 : “Now came the proscriptions - the reign of terror in which hundreds, perhaps thousands, were arbitrarily killed...”.

2 C’est l’objet même de notre thèse, qui porte sur les deux proscriptions.

3 P. Jal, Remarques sur la cruauté à Rome pendant les guerres civiles (de Sylla à Vespasien), BAGB, 1961, 395-414.

4 Quid enim defendit ? Ex Hispania fugientes se excepisse et supplicio affecisse dicit. (2Verr., 5, 151).

5 Cluent., 151 : ... pro illo odio quod habuit in equestrem ordinem... Les historiens modernes ont montré que c’était une charge injustifiée contre Sylla (notamment C. Nicolet, Les Chevaliers victimes de Catilina dans le Commentariolum Petitionis, Mél. SESTON, Paris, 1974, 381-395) et nous avons tenté d’en expliquer l’origine à partir des données prosopographiques que nous avons rassemblées.

6 Flor., II. 9, 25 : ... proposita est ingens illa tabula, et ex ipso equestris ordinis flore ac senatu duo milia electi, qui mori iuberentur...

7 App., B.C., I, 95, 442. Les chiffres d’Appien sont très contestables à la fois parce qu’ils sont en contradiction avec ceux que nous fournissent certaines autres sources plus précises sur la procédure (Orose, par exemple), parce qu’on peut retrouver plus de sénateurs proscrits que n’en indique l’historien grec et parce que cela donne un nombre total de victimes évidemment beaucoup trop élevé.

8 Cluent., 24 : Itaque cum A. Aurius is qui antea denuntiarat clamore hominum ac minis insequi coepisset, Larino profugit et se in castra clarissimi uiri, Q. Metelli, contulit.

9 Ibid., 25 : ... per illam L. Sullae uim atque uictoriam Larinum in summo timore omnium cum armatis aduolauit...

10 Ibid.

11 Sur ces personnages uid. notamment C. Nicolet, Ordre Equestre II, s. nn.

12 Cluent., 25 : Atque haec parua sunt...

13 Plut., Crass., 6, 8.

14 Les sources anciennes sur cette exécution sont nombreuses et les chiffres de victimes varient considérablement : App., B.C., I, 93, 432 (8.000 hommes) ; Plut., Sulla, 30, 2-4 & Oros., V, 21. 1 (3.000) ; Flor., II, 9, 24 (4.000) ; Val. Max., IX, 2, 1 (4 légions) ; Sen., Ben., V, 16, 3 (2 légions) ; uir. ill., 75, 9 (9.000).

15 Sur cette question uid. en particulier E. PAIS. Ricerche sulla storia e sul diritto pubblico di Roma, Roma, 1915-1921 (notamment IV, 295) et E.T. Salmon, Samnium and the Samnites, Cambridge, 1967.

16 Strab., V, 4, 11.

17 Sur ces opérations militaires uid. R.G. Lewis, A Problem in the Siege of Praeneste, 82 B.C., PBSR, 1971, 32-40.

18 Liu., Per., 88 ; cf. Val. Max., IX, 2, 1.

19 Oros., V, 21, 10 : Inde Praeneste profectus omnes Marianae militiae principes, hoc est legatos, quaestores, praefectos et tribunos iussit occidi.

20 B.C., I, 94, 436-438.

21 Plutarque affirme qu’il ne s’en trouva qu’un seul. Il faut dire que le biographe de Sylla raconte les faits (Sulla, 32, 1) de façon un peu différente : “Sylla se rendit à Préneste et commença par juger et punir chaque citoyen en particulier puis comme cette manière de faire exigeait trop de temps, il les rassembla en masse au même endroit et ordonna de les égorger tous, au nombre de 12.000, ne faisant grâce qu’à son hôte”.

22 B.C., I, 95, 441.

23 Ibid., 93, 433 : Κα οδὲ τῶνδε ϕειδόμενος οἷα Ρωμαίων ἔϰτεινεν ἄμϕω...

24 Ε.Τ. Salmon, Sulla Redux, Athenaeum, 42, 1964, 60-79 ; E.S. Gruen, Roman Politics and Criminal Courts, 149-78 B.C., Harvard U.P., 1968, notamment p. 254.

25 Il semble bien pourtant que Sulmone. qui a été rasée, a subi un sort identique : Nam Sulmonem (...) quo modo morte damnati duci iubentur, sic damnatam ciuitatem iussit Sulla deleri (Flor., II, 9, 28).

26 Αpp., B.C., I, 94, 439.

27 Gran. Lic., 32 FI. : Et Volaterrani se Romanis dediderunt (...) et proscriptos ex oppido dimiserunt quos equites a consulibus Claudio et Seruilio missi conciderunt.

28 Ibid. : lam ante [anno superiore] et Samnites qui Nolae erant idem fecerant metu obsidionis.

29 Sur ces problèmes uid. particulièrement Ε. Gabba, Esercito e società nella tarda repubblica romana, Florence, 1973, 172-174.
Floras affirme qu’à côté des châtiments individuels appliqués à Rome, pour ce qui est de l’Italie ce sont les municipes les plus florissants qui furent vendus à l’encan. Et il cite Spolète, Interamnium, Préneste. Florence (II, 9, 27).

30 Notamment Volaterres et Arretium : Cic., dom., 79. Sur cette question uid. A.N. Sherwin-White, The Roman Citizenship, 2ème éd. Oxford, 1973, 102 sqq.

31 B.C., I, 96, 446 : Κϱίσεις τεσαν ἐπτούτοις ἀνἀ τὴν ταλίαν λην πιϰϱαϰαἐγκλήματα ποίϰιλα...

32 Plut., Pomp., 10.

33 2Verr., 2, 113 : ... quod propter C. Mari familiaritatem et hospitium contra rem publicam sensisse eum inimici et accusatores eius dicerent...

34 B.C., I, 96. 446.

35 Liu., 26, 12-16 & 33-34.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540