Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Les collèges et les élites locales à l’époque républicaine d’après l’exemple de Capoue

Jean-Marc Flambard

A la mémoire de Martin Frederiksen

Texte intégral

1L’intérêt des grandes séries épigraphiques républicaines provenant de Capoue, Minturnes et Préneste n’a évidemment pas échappé aux savants. Elles seraient même par certains côtés surchargées de littérature : les centaines de données et surtout de noms qu’elles fournissent en font une véritable mine pour l’histoire sociale qui n’a pas manqué d’être exploitée : parfois à fond. Sur tel ou tel point il ne reste guère à glaner après le passage de Jotham Johnson, de Martin Frederiksen ou d’Attilio Degrassi. Il faut cependant considérer que les 28 inscriptions capouanes dites des magistri campani, les 29 émanant des magistri et magistrae de Minturnes et les 34 dédicaces de collèges à la Fortuna Primigenia de Préneste, soit 91 documents assez précisément datés, constituent une série exceptionnelle qui n’a été que partiellement explorée. Du point de vue précis et limité qui est le mien — l’étude du phénomène associatif à l’époque républicaine — il me semble que ces séries puissent être interrogées en usant d’une grille communément utilisée par les participants de ce colloque : analyser le rapport qu’entretient une donnée sociale particulière — ici le phénomène collégial — avec deux autres données : l’existence d’élites locales dans les communautés civiques ou non civiques et, au delà, le système de gouvernement romain sur la péninsule. En clair, les collèges de Capoue, Minturnes et Préneste appartiennent-ils à la sphère des « bourgeoisies » (municipales ou non) et sinon, quels rapports précis entretiennent-ils avec elles ? Ces collèges, d’autre part, occupent-ils une place quelconque dans l’appareil mis en place par les romains pour contrôler la vie politique et sociale de l’Italie ?

2J’avais primitivement l’ambition de traiter les trois séries pour disséquer leurs ressemblances et dissemblances et avancer ainsi dans l’analyse de la nature, infiniment complexe et mouvante du phénomène associatif. Les trois groupes d’inscriptions me paraissent en effet caractériser trois niveaux fonctionnels différents des collèges romains. Cette étude aurait pris une ampleur telle que je me suis résolu à ne revenir que sur le cas de Capoue. Revenir est le terme adéquat, car j’ai eu bien des prédécesseurs. Ma dette est grande envers trois savants : Jacques Heurgon, Silvio Accame et Martin Frederiksen. Une longue conversation que j’ai eu le privilège d’avoir avec ce dernier peu de temps avant sa disparition prématurée avait contribué à rapprocher nos points de vue sur nombre de données, laissant des zones où nos avis continuaient de diverger. Il n’est pas d’usage de faire parler les morts. Cette étude que je lui dédie, si elle peut, dans ses étroites limites, faire progresser le débat, aura atteint le but que je lui assigne.

  • 1 La bibliographie est dense et j’ai eu l’occasion de la répéter dans plusieurs de mes contributions (...)

3Mommsen et Waltzing connaissaient 13 inscriptions émanant des magistri de Capoue. La documentation disponible a doublé en volume depuis le début du siècle, puisque 13 autres épigraphes ont été découvertes, la dernière en 19561.

  • 2 J Heurgon, art. cit., p. 8-9 et n. 6.
  • 3 Cf. CIL I2, 677 = Fred., 8.
  • 4 J. Heurgon, art. cit., p. 8. Il s’agit, dans ce dernier cas, de ministri Larum.

4Il s’agit d’actes émanant de personnages qui se donnent le titre de magistri ou, dans un cas isolé, de ministri (CIL I2, 681 = ILLRP, 718 = Fred., 13). Ce titre est généralement suivi d’un nom divin au génitif ou au datif2. Les listes de magistri comptent régulièrement 12 noms, plus rarement 13 ou 143. « Ces groupes sont tantôt formés exclusivement d’ingénus, tantôt exclusivement d’affranchis, tantôt d’ingénus et d’affranchis dans des proportions variables : 6 + 6 ; 9 + 3. Dans un cas particulier, on reconnaît un affranchi et 13 esclaves ».4. Quant à l’activité des magistri, elle est précisée par la liste des constructions effectuées et/ou des ludi offerts. La date consulaire clôt l’inscription. On obtient, grâce aux 15 dates conservées, une série homogène de documents échelonnés de 112/111 pour le plus ancien à 71 pour le plus récent.

  • 5 Frederiksen, art. cit., p. 83.
  • 6 Frederiksen, art. cit., p. 85.
  • 7 Schulten, de conventibus..., pp. 44-45, 57-58, 71-77 ; Landgemeinden..., pp. 632 et ss. Cf. aussi P (...)
  • 8 RE IV, s.v. Conventus, coll. 1188-1189.

5L’interprétation de ces inscriptions a suscité, depuis Mommsen, ce que Frederiksen appelait « a brisk though, it must be admitted, somewhat inconclusive discussion »5. Mommsen, dans ses notices du CIL avait interprété les magistri (dont il avait lu personnellement 9 listes) comme des magistri ad fana, templa, delubra analogues à ceux mentionnés dans la lex coloniae Genetiuae Iuliae6. Ces magistri seraient des employés subalternes, aux ordres des autorités du pagus, qui exécuteraient leurs décrets (pagi scita) portés en vertu d’une lex pagana (CIL I2, 682 et 686). Dans le cas où il est fait mention d’un collegium (comme dans CIL I2, 682 = Frederiksen, 17, 11. 2 et 6), le terme désignerait les magistri eux-mêmes, qui seraient les équivalents, toute proportion gardée, des collegia de pontifes romains ou des membres des sodalitates sacrae. A. Schulten7 voyait plutôt en eux les employés d’un conventus ciuium romanorum, rassemblé en un « canton », le pagus Herculaneus, présidé par un magister pagi et appointant divers collèges de magistri pour l’entretien de ses temples. Kornemann après avoir accepté la thèse de Schulten, s’en était éloigné et refusait sur le tard d’identifier le magister pagi campanien au magister (Italicorum) que Schulten supposait à la tête du conuentus ciuium Romanorum de Délos (qui est imaginaire, c’est largement prouvé depuis Hatzfeld). Il concluait en outre qu’on ne pouvait établir de relation entre le pagus Herculaneus et le conuentus de Capoue8.

  • 9 J. Heurgon, art. cit., p. 10.

6Un simple coup d’oeil sur l’onomastique des listes de magistri suffit à disqualifier l’hypothèse de Schulten : des noms comme Baibilius, Biuellius, Blossius, Fisius, Heluius, Maius, Nasennius, Ofellius, Paccius, Seppius, Statius, Vibius etc... sont indigènes. Heurgon, en outre, remarquait justement que la première mention d’un conuentus ciuium romanorum à Capoue se trouve, en 63, dans le passage bien connu du pro Sestio, 26 ans donc après la lex Plotia-Papiria qui dut rétablir les capouans dans leurs droits civiques9.

  • 10 Frederiksen, art. cit. pp. 83-94.

7La thèse de Mommsen, reprise naguère par Frederiksen10 va contre l’évidence de 3 inscriptions de la série.

    • 11 CIL I2, 672 = ILLRP, 705 = Fred., 1.
    • 12 Même date, même gravure, même formulaire.
    • 13 Je ne verrais pas d’inconvénient à les appeler Mercuriales, ignorant les errements récents de B. Co (...)
    • 14 J. Heurgon. art. cit., p. 13.
    • 15 Les magistri collegiorum, c’est-à-dire ceux des collèges professionnels, célébraient, à Rome, les C (...)

    La première est celle du conlegium mercatorum, datée de 112/11111, que Ton ne peut en aucun cas dissocier des autres12. On y voit les magistreis nettement distingués d’un corps plus vaste, le collège professionnel des mercatores, probablement placé sous l’invocation de Mercure13. Heurgon en concluait avec raison « qu’on ne peut parler, dans le cas présent, de collegia magistrorum, mais de magistri collegiorum »14. On ne sera pas surpris de rencontrer un franc collège professionnel voisiner avec d’autres, de type différent (ce qui reste à démonstrer), dans le même contexte15.

    • 16 CIL I2, 682 = ILLRP, 719 = Fred., 17 ; voir le commentaire de J. Heurgon, art. cit., pp. 21-23.
    • 17 Boak, art. cit., p. 30, le comprenait au sens faible, explicatif : « le collège, autrement dit les (...)

    Un second document s’inscrit en faux contre la théorie de Mommsen. Il s’agit du célèbre décret pris par le pagus Herculaneus daté du 14 février 9416. On lit deux fois la formule conlegium seiue magistrei Iouei Compagei seiue, quoi qu’en ait dit Boak17 doit être pris dans son sens fort, alternatif : le collège de Iuppiter Compages ou bien ses magistri (c’est-à-dire ses représentants).

    • 18 Quant à la restitution de la 1. 7, je pense, comme Degrassi, que l’hypothèse de J. Heurgon, accepté (...)

    Une troisième inscription contradictoire avec les vues de Mommsen est celle du CIL I2, 687 = ILLRP, 723 = Fred., 22, où Ton voit des magistri rappeler qu’ils ont gagné un procès (iudicioque uicere, 1.8). Je ne conçois pas à quel titre des employés subalternes comme des curatores fanorum ou des magistri ad fana, templa, delubra, auraient pu engager un procès, le gagner, et commémorer leur victoire par une inscription sans la moindre mention de la communauté (quelle que fût sa nature) qui les employait18.

8L’évidence de ces 3 inscriptions est incontournable et le retour à Mommsen proposé par Frederiksen était d’emblée voué à l’échec. Reste à nous prononcer sur les solutions proposées il y a 40 ans par J. Heurgon et S. Accame.

  • 19 J. Heurgon, art. cit., p. 17.
  • 20 Le tableau de la reconstruction des temples proposé par J. Heurgon vaut encore pour l’essentiel. Il (...)
  • 21 Cela ne prouve pas grand chose. Le pagus n’a pas à être mentionné s’il n’est pas directement concer (...)

9« Au total, ce qui est constant et fondamental, c’est un culte ou un sanctuaire, autour duquel se rassemblent des collèges quelquefois unis par des liens corporatifs, mais dont les adhérents pouvaient être indifféremment de tel ou tel métier, de tel ou tel état et résider en divers points du pays. Tout se passe comme si, à un certain moment, une oeuvre urgente, de caractère religieux, s’était imposée à la population capouane, à laquelle s’étaient consacrées soit des organisations déjà existantes, soit des groupements improvisés pour la circonstance »19. Heurgon interprète donc les collèges comme des associations religieuses (sauf CIL I2, 672 = Fred., 1), de formation le plus souvent circonstancielle, en tout cas absorbées par la reconstruction des sanctuaires capouans. Cette vision peut rendre compte de l’imposante oeuvre édilitaire menée à terme entre 110 et 9020 et fournit une explication séduisante au déclin apparent des collèges entre 90 et 70, une fois la reconstruction achevée. Elle est beaucoup moins satisfaisante pour élucider la nature des relations qu’entretenaient les collegia avec le pagus (ou les pagi). S’il est exact que ces rapports ne sont attestés que tardivement, par trois inscriptions seulement21, il reste qu’ils prouvent toujours une subordination des collèges aux autorités du pagus. Le processus suggéré par Heurgon (déclin progressif des collèges, une fois leur mission accomplie, et contrôle croissant du pagus sur leurs activités) est purement conjectural.

10La solution de S. Accame n’est pas contradictoire avec le système de J. Heurgon dont elle tire toutes les conséquences en donnant un nom aux collèges, qui ne seraient autres que des associations compitalices. Accame, art. cit., pp. 20-21 : « Ora mercè la nostra tesi che identifica i magistri vicorum coi magistri compiti, e cioè coi magistri delle divinità elencate nelle epigrafi di Minturno e di Capua, s’intende di leggieri come in una città ai quartieri ove risiedono prevalentemente ad esempio mercanti ο agricoltori, si che già in antico esistevano il uicus sandalarius, uitrarius ed altri che prendevano nome dai mestieri corrispondenti, si alternino quelli in cui gli abitanti non praticano in prevalenza alcun mestiere e per questo le loro divinità ο sono unicamente i Lares Compitales antichi ο non hanno alcun carattere specifico come Spes, Fides, Fortuna, luno Gaura, divinità queste sostituite ai Lares Campitales ο venerate accanto ad essi per ragioni diverse ».

  • 22 Frederiksen, art. cit., p. 86. Les inscriptions sont de même date ; leur formulaire est équivalent, (...)
  • 23 Frederiksen, art. cit., p. 87.
  • 24 Cf. en dernier lieu G. Bodei Giglioni, Pecunia fanatica, L’incidenza economica dei templi laziali, (...)
  • 25 Ann. Ep., 1974, 301 ; cf. A. La Regina. Atti del convegno di studi sulla città etrusca ed italica p (...)

11Cette analyse présente divers avantages, le principal étant de rendre compte des analogies existant entre les inscriptions de Capoue et celles de Minturnes, qui ne sont pas aussi formelles que le prétendait Frederiksen22. Un des arguments qu’il mettait en avant mérite cependant examen : « The sacred treasuries controlled by the capuan magistri are inconceivably large for compital shrines, the functions of which were as a rule extremely modest »23. II est exact que ce que nous connaissons du niveau économique des associations compitalices ferait de Capoue un cas exceptionnel. La présence de ministri Laribus (CIL I2, 681 = ILLRP, 718 = Fred., 13), certainement analogues aux magistri de Minturnes et aux Kompetaliastai déliens interdit d’assimiler magistri et ministri capouans et même d’imaginer une quelconque subordination des seconds aux premiers : rien, dans la seule inscription mentionnant les ministri n’indique qu’ils soient hiérarchiquement soumis aux magistri des autres collèges. On doit donc admettre que même si, comme nous le verrons, la nature institutionnelle des magistri capouans n’est pas fondamentalement différente de celle des ministri Laribus, les premiers ne sont pas à la tête d’associations compitalices stricto sensu. On doit donc écarter ce volet essentiel de la thèse de S. Accame. Il faut cependant reconnaître que l’importance des fonds maniés mise en avant par Frederiksen vaudrait aussi bien contre la thèse des magistri fanorum de Mommsen. Même si, comme je le crois aussi, il ne s’agit pas de simples aediculae consacrées au culte des Lares, et/ou de divinités associées, ces multiples sanctuaires locaux de Capoue ne sont pas à l’échelle des « Lourdes » de la République qu’étaient les temples de Fortuna Primigenia à Préneste, d’Hercules Victor à Tibur ou de Diana Tifatina à Capoue même. Ces derniers avaient leurs magistrats attitrés, appointés par la cité et choisis parmi ses plus hauts dignitaires. Ces magistri fani ou curatores fanorum maniaient des fonds considérables24. Cependant, l’ampleur des sommes gérées n’est pas un critère qui permette de se prononcer sur la nature des corps de magistri. On doit admettre que Capoue n’était point pauvre à cette époque, moins en tout cas que cette communauté de Supinum (CIL IX, 3857) qui, restaurant son théâtre, dit des magistri : tribunal nouom a solo fecer(unt)/theatrum et proscaenium refecer(unt)... ou que cette autre de Marruvium qui fait construire par ses magistri... pulpitum et gradus de u(ici) s(ententia)25.

  • 26 A la suite de Mommsen et de Waltzing, j’admets la totale liberté du droit d’association à l’époque (...)

12En résumé, il est assuré que les magistri capouans étaient à la tête de collèges, c’est-à-dire d’organismes associatifs de droit privé26. Quelle était la nature de ces collèges ? Pour au moins deux d’entre eux, le doute n’est pas permis : il s’agit du collegium mercatorum (CIL I2, 672 = ILLRP, 705 = Fred., 1), de nature clairement professionnelle, et du collège de ministri Laribus (CIL I2, 681 = ILLRP, 718 = Fred., 13), qui est une association compitalice classique, de même nature que celles de Minturnes et de Délos (j’en ai relevé plusieurs dizaines dans le monde romain pour l’époque républicaine).

13Pour les autres, la réponse sera moins nette, et sera l’occasion de souligner la complexité du phénomène associatif, irréductible, le plus souvent, à nos réflexes taxinomiques modernes. Si l’on excepte les deux inscriptions ci-dessus mentionnées, nous avons plusieurs cas de figure :

    • 27 CIL I2, 673 = Fred., 2 (mutilée) ; CIL I2, 680 = Fred., 12 (mutilée) ; CIL I2, 686 = Fred. 20 ; CIL(...)

    Les collèges indéfinissables, le plus souvent parce que les inscriptions sont mutilées27.

    • 28 CIL I2, 683 = Fred., 18 : offrande d’un lacus à Iuppiter ; Ann. Ep., 1957, 308 = Fred., 19 : offran (...)

    Les collèges ne se définissant pas par un théonyme, mais dédiant une offrande quelconque à une divinité28.

    • 29 Pour l’usage alternatif du génitif et du datif, voir les remarques de J. Heurgon, art. cit., p. 19.(...)

    Les collèges portant explicitement un théonyme29.

14Une lecture superficielle relèverait en priorité l’élément religieux qui semble dominer dans ces collèges. Il faut se libérer d’un tel schématisme, malgré les efforts récents de Combet-Farnoux, par exemple, qui veut ressusciter les manies classificatoires du siècle dernier. L’aspect religieux d’un collège est, de tous ses aspects, le moins signifiant, dans la mesure exacte où il est le mieux partagé. Tout collège se manifeste d’abord par un culte qui ne peut en rien préjuger de sa nature réelle, le plus souvent complexe, plurifonctionnelle. Les collèges capouans n’échappaient certainement pas à cette règle commune.

  • 30 CIL I2, 677 = Fred., 8 : un bal(neator ?), un uestiarius, un pist(or). Dans Epigraphica, 12, 1950 = (...)

15A Capoue, leur nature strictement professionnelle (au sens où ils rassembleraient des gens d’un même métier) est très improbable. Plusieurs listes regroupent des hommes d’activité professionnelle différente30.

16Il ne reste, en fait, qu’une solution plausible : ces groupements placés sous l’invocation d’une divinité devaient avoir un recrutement essentiellement géographique (ce qui va à l’encontre de l’opinion de J. Heurgon qui supposait que les magistri pouvaient « ...résider en divers points du pays »). En clair, les divers théonymes portés par les associations capouanes devaient désigner des secteurs topographiques plus on moins bien délimités de Yager capuanus : il s’agirait d’associations à dominante territoriale, de quartiers (uici), centrés autour d’un lieu de culte, où une certaine fraction de la population — liée peut-être par d’autres intérêts qu’on ne peut préciser — était organisée en collegia et, à côté d’autres activités probables, poursuivait une activité évergétique au sens large, le plus souvent édilitaire.

  • 31 Exception faite des cas où l’on ne peut préjuger de la condition des dédicants, on trouve 5 listes (...)
  • 32 CIL I2, 678 = Fred., 9 : 6 ingénus + 6 affranchis ; CIL I2, 686 = Fred., 20 : 9 ingénus + 3 affranc (...)
  • 33 CIL I2, 683 = Fred., 18 ; CIL I2, 687 = Fred., 22.
  • 34 Fred., 2 : murum et pilas IIII, Fred., 3 : murum ; Fred., 4 (cf. 5) : murum... ped. CCLXX ; Fred., (...)

17Peut-on déterminer le recrutement social de ces collegia ? On a remarqué depuis longtemps (Heurgon et Frederiksen ont été les plus précis sur ce point) que des listes d’ingénus seuls voisinent avec d’autres d’affranchis seuls31. A côté de ces listes homogènes, on en trouve seulement 2 qui soient mixtes32. Il est clair qu’ingénus et affranchis répugnaient à se mêler dans des listes communes. Nous avons dressé plus haut (note 30) un inventaire assez fourni de professions artisanales. Malgré la présence de métiers certainement peu relevés socialement, il est à soupçonner que ces gens n’étaient, dans l’ensemble, point pauvres. L’importance des sommes en jeu en fait foi, ainsi que la mention de pecunia sua, qu’on rencontre au moins 2 fois33. Une analyse précise et une estimation financière des travaux engagés par les collèges de magistri reste à faire. On trouve quelques éléments chez Heurgon, Frederiksen, Johannowsky et Coarelli34. Il est bien sûr désespéré de chercher à chiffrer précisément le coût de telles constructions, comme celui des jeux, mais il est certain que les sommes engagées étaient considérables. Quelles étaient les sources de financement disponibles ?

  • La bourse même des magistri dans deux cas attestés, et probablement dans d’autres non conservés.

    • 35 Fred., 12 et 19.
    • 36 Fred., 18.

    Les stipes des temples capouans, le plus important étant celui de Diana Tifatina, mis à contribution au moins deux fois35. Le lacus dédié à Iuppiter36 est financé par la stips (du dieu lui-même ?) et par les magistri.

    • 37 Fred., 20.

    Dans un cas37, l’esclave offert à Iuno Gaura ex pagei scitu a dû être acheté sur les fonds propres du pagus.

  • Dans le reste des cas, il est vraisemblable que les travaux ont été financés par la cotisation volontaire des adhérents des collèges (ex aere conlato, quoique l’expression, très fréquente sous l’Empire, n’apparaisse nulle part dans les inscriptions capouanes). La gestion des sommes collectées était confiée aux magistri qui étaient évidemment des dignitaires d’une certaine surface financière, responsables, à coup sûr, sur leurs biens propres des sommes qui leur étaient confiées (je suis persuadé qu’ils versaient caution).

18Il me semble donc clair que ces magistri des collèges, malgré la présence parmi eux de gens qui n’étaient pas des Crésus, représentaient la couche sociale qui disposait, à Capoue, des plus hauts revenus, suffisants, en tout cas, pour qu’on leur ait confié l’entreprise de redressement édilitaire de la ville entre 110 et 80 (je mets à part l’inscription 18 de Frederiksen — datée de 74 — comme le faisait déjà Heurgon et, je le constate aussi, F. Coarelli dans une étude à paraître).

  • 38 Cf. Heurgon, art. cit.. p. 17.
  • 39 Il faudrait reprendre de fond en comble le problème des déliens originaires de Campanie et particul (...)

19Il faudrait faire une étude précise, cas par cas, de l’origo de ces gens et des liens qu’ils pouvaient entretenir avec le commerce oriental, particuliérement égéen. Je note parmi eux la présence d’un certain nombre de « déliens »38 et d’autres qui sont liés, d’une manière ou d’une autre, aux negotiatores orientaux39. Peut-être faut-il chercher là l’origine du pactole qui a relevé, en quelques décennies, la Capoue abaissée depuis un siècle.

  • 40 Fred., 6 et 7 (mais ce sont des doublets) ; Fred., 10 : 12 ingénus et 12 affranchis, mais il s’agit (...)

20Il faut souligner, à ce niveau de l’analyse, que seule la fortune semble qualifier pour entrer (par élection) dans les corps de magistri. Si ingénus et liberti se mêlent peu, il y a bien à Capoue, une élite mixte, bicéphale, regroupant les plus riches ingénus et les plus riches affranchis, qui paraissent avoir des chances à peu près égales de parvenir à ces liturgies coûteuses. Heurgon comptait, en 1939, 72 ingénus pour 61 affranchis. Les 6 inscriptions découvertes depuis40 portent le total des ingénus à 120 et celui des affranchis à 77, ce qui relève le poids statistique du premier groupe, sans que les données du problème soient fondamentalement modifiées (rapport approximatif de 7 pour 6 en 1939, de 12 pour 8 à l’heure actuelle).

21L’existence d’une classe sociale semi-homogène (du point de vue des « status groups ») mêlant et/ou en les distinguant des ingénus et des affranchis suffit pour désigner Capoue comme un cas exceptionnel dans la typologie des communautés territoriales tardo-républicaines. Dans toutes les communautés civiques de l’époque, quelle que soit leur définition précise, les affranchis de première génération sont tenus en lisière. On ne les voit nulle part accéder à une quasi-parité avec les ingénus dans la gestion des affaires d’une cité. Il faut donc, à mon sens, chercher du côté du statut de Capoue entre 211 et 59 la clé d’une situation qui échappe aux normes communes.

  • 41 Fred., p. 92.

22On doit supposer que l’activité surtout édilitaire de ces groupements n’intéressait vraisemblablement pas le praefectus Capuam Cumas. Son activité devait se limiter au contrôle de la population, au sens large, à l’administration de la justice (spécialement dans le cas où des résidents romains étaient concernés) et peut-être, selon certaines hypothèses, à la perception de l’impôt. Pour le reste, il est peu probable que le préfet, assisté de quelques fonctionnaires romains (scribae etc...) et de la petite équipe de son consilium, se soit préoccupé de questions qui étaient traditionnellement du ressort des autorités municipales. Or à Capoue, celles-ci n’existaient plus depuis 211, et ne réapparaîtront qu’au 1er siècle : urbs trunca, sine senatu, sine plebe, sine magistratibus (Liv., 31, 29, 11). Frederiksen avait bien vu que « For a century and half, the position of Capua was indeed a strange one, and it is hardly surprising that the machinery of administration was adapted to meet it (...) A certain measure of direct control was maintained by Rome ; the system of juridiction that depended upon annual prefects seems to have continued until 59 BC (...) yet in many other ways management of local affairs shows striking emancipation »41.

  • 42 Fred., p. 93.

23Le problème est que Frederiksen, influencé par l’autorité de Mommsen et par la théorie des curatores fanorum ne tirait pas les conséquences naturelles de sa juste constatation. Il voulait faire des magistri campani des collèges d’employés au service des autorités du pagus : « It is evident that a great number of ordinary magisterial duties has been asssumed by the boards of magistri and that they were subject to the authority of the central assembly, the pagus, which had its own presiding officers in the magistri pagi »42.

24C’est oublier qu’en vertu du règlement de 211, une telle « central assembly », qui ne serait autre qu’un populus, avec ses « presiding officers », c’est-à-dire une curie et des magistrats, n’avait aucun droit à l’existence légale, à moins d’admettre que Rome eût toléré, à côté des praefecti qu’elle nommait, des instances délibératives concurrentes. Or les faits sont têtus : urbs trunca, sine senatu, sine plebe, sine magistratibus. Je conçois mal qu’une assemblée qui ne pouvait en droit exister, à une époque où Rome, raidie dans sa « prepotenza », se préparait aux horreurs de la guerre sociale, ait pu tranquillement être reconnue, se réunir et nommer des collèges annuels d’employés chargés d’exécuter ses pagi scita. Cela est impossible au regard du droit public de l’époque. Il faut complètement renverser les termes du problème et admettre que les seules solutions envisageables pour les capouans se trouvaient dans le champs du droit privé.

  • 43 Heurgon, art. cit.. p. 17.

25Je suis persuadé pour mon compte qu’entre l’autorité, peut-être mal supportée, mais finalement distante du praefectus, et le renoncement à l’organisation et à l’action, il existait une voie moyenne et commode : la voie associative. En bref, plutôt que de collèges de magistri au service d’institutions civiques souterraines, il faut parler de magistri des collèges, c’est-à-dire de dignitaires élus par des organismes associatifs, entités de droit privé qui ont, à Capoue, pallié pendant un siècle et demi l’absence d’institutions civiques autorisées. On pourrait dire, en un sens, que, privées de respublica, les élites capouanes se sont associées à divers niveaux pour poursuivre une oeuvre commune dont l’essentiel était le redressement édilitaire de la ville. Je rejoins sur ce point J. Heurgon, pour m’en écarter aussitôt car je ne crois pas que ces organismes aient pu être, à quelque moment que ce soit, de formation circonstancielle43. A mon avis, pour la gestion quotidienne de ses affaires, la population capouane fonctionnait ainsi depuis 211 : sur le mode associatif.

26Quelle évaluation globale peut-on porter sur ce système ? Les analyses qui précèdent permettent de proposer des solutions à trois problèmes différents :

  1. La nature des institutions de l’ager capuanus.

  2. La nature sociale des élites capouanes et son évolution.

  3. La place du phénomène associatif dans les sociétés italiennes en voie de romanisation.

271. Il me semble qu’il faille reconstituer ainsi l’organigramme des sphères de pouvoirs et de relations sociales à Capoue entre 211 et 59.

28— Au sommet, les praefecti Capuam Cumas qui avaient iurisdictio sur Yager capuanus. Leur compétence était générale, mais ne descendait pas très bas dans les détails de la gestion quotidienne du territoire.

  • 44 CIL I2, 681 = Fred., 17 ; CIL I2, 686 = Fred., 20.

29— Immédiatement au-dessous venaient les pagi, divisions territoriales intermédiaires de Yager, reconnus on non par l’administration romaine. A leur tête se trouvaient les magistri pagorum. A la différence de plusieurs de mes prédécesseurs, (Schulten en particulier), je ne crois pas que le territoire de Capoue ait jamais été rassemblé en un pagus unique. Qu’on trouve un pagus affecté d’un théonyme (pagus Herculaneus) me semble au contraire l’indice qu’ils étaient plusieurs. Le cas de Pompei est une référence pertinente : les pagi y sont des sous-multiples territoriaux d’un ager beaucoup plus vaste (cf. mes remarques, encore inédites, au congrès de Strasbourg en 1979). J’ai l’intuition, que je ne peux encore assurer de façon décisive, que les pagi capouans étaient aussi des organismes associatifs, en bref que le magister pagi (CIL I2, 682 = Fred., 17, 11. 5-6), ou les magistri pagi, s’ils partageaient un pouvoir collégial, étaient élus par tout ou partie de la population du pagus réunie en conventus. On ne sait quelles relations entretenaient, vers le haut, ces magistri pagi avec les praefecti Capuam Cumas, mais on les voit communiquer vers le bas avec les magistri campani44.

30Le système ingénieux et complexe imaginé par Heurgon — indépendance initiale des collegia à l’égard des autorités du pagus, puis soumission progressive, au 1er siècle, des premières aux secondes — me paraît négliger le fait que la 1ère attestation claire d’un rapport de subordination (décret du pagus Herculaneus) se place dans une série (en gros Frederiksen, 12-18) où les collèges sont encore en pleine activité. Je crois que cette subordination a toujours existé dans la mesure où je considère la plupart des collegia comme des sous-multiples des pagi capouans.

  • 45 Dont ils arborent le nom : “ceux de Spes-Fides”, “ceux de Castor et Pollux”, “ceux de Mercure” etc. (...)

31— Venaient ensuite les collegia, coiffés de leurs corps de magistri élus. Collèges professionnels (collegium mercatorum, c’est-à-dire de Mercuriales, d’Hermaïstes, quoi qu’en dise Combet-Farnoux) ; collèges compitalices (celui des ministri Laribus, qui ne devait pas être unique) ; collèges territoriaux, regroupant des voisins, familiers d’un temple45, pratiquant divers métiers (parfois complémentaires. Il n’est pas insignifiant que certains métiers voisinent dans tel quartier. J’ai une étude en cours sur ce point). On aurait donc à Capoue 3 niveaux où se stratifieraient et s’interdéfiniraient les rapports institutionnels et sociaux :

322. Il nous faut examiner attentivement une proposition de Frederiksen (p. 94) « ... The boards of Capuan magistri were enrolled from both the other classes indifferently. Some of these may well have approached the wealth demanded elsewhere of a decurion ; others designate themselves without shame as men of commerce or artisans ; all, however, must have owned means sufficient to meet the annual obligations of the summa honoraria and, in addition, the customary generosity on a significant scale. Among the freedmen the richer ones doubtless were those who later became the decurions and magistrates of Caesar’s colony (Cic., Sest., 9). The liberti among them would find no place at first in the colonial constitution ; but they were to have their position virtually restored in the later religious boards of the Augustales, and to become that « libertina nobilitas » which formed a vigourous element in the lives of Italian municipalities ». Il me semble que Frederiksen était d’un singulier optimisme. D’abord à plus d’une génération de distance, les descendants de ces magistri de Capoue étaient devenus des ingenui. Rien ne s’opposait donc à ce qu’ils entrassent de plein droit dans la classe décurionale de la colonie césarienne et qu’ils accédassent aux magistratures municipales. Le problème est, qu’après 59, malgré la compensation plus tardive d’au moins une génération de l’entrée dans les corps d’Augustales — cette fameuse libertina nobilitas — les affranchis ne retrouveront jamais cette quasi-parité des charges et des devoirs qu’on les voit partager avec les ingénus dans les listes de magistri des années 112-94. Il me semble que malgré le statut inférieur, dûrement ressenti, des communautés non civiques avant la guerre sociale, leur autonomie locale était largement tolérée, et les hiérarchies sociales moins indurées statutairement : les « status groups » des colonies et municipes paraissent beaucoup plus rigidement verrouillées par les mécanismes censitaires (romains et autres) qui assignent à des unités sociales peu mobiles la place précise qu’elles occupent dans l’échelle des charges et des honneurs. Il ne serait peut-être pas paradoxal de soutenir que l’intégration progressive de ces communautés dans la cité romaine a eu pour résultat de figer des situations qui étaient au départ plus ouvertes et plus souples.

  • 46 Il faudrait voir s’il n’existe pas de trace d’un phénomène analogue dans les autres « oppida » de l (...)

333. La place de ce que j’appelle, après de Robertis, le phénomène associatif, me semble centrale, à la fois pour évaluer la nature des institutions capouanes et pour prendre la mesure du fenomeno associativo lui-même. On n’a pas voulu voir, jusqu’ici, que ce mode d’organisation débordait déjà largement, à l’époque républicaine, la sphère des relations privées ou catégorielles (religieuse, professionnelle, funéraire, territoriale etc...) de certains groupes d’hommes. Ce phénomène qui est plurifonctionnel (on ne sait a priori quel aspect domine dans tel collegium, il faut les étudier cas par cas) a pu, dans des situations précises, être utilisé comme instrument substitutif d’institutions qui n’existaient pas en fait, ou ne pouvaient exister en droit (comme dans le cas de Capoue46). Le fait est prouvé (que l’on se reporte à ma communication de Strasbourg en 1979) pour bien d’autres communautés italiques d’époque républicaine (des pagi le plus souvent) et il se perpétuera en se diffusant largement, sous l’empire, dans toutes les provinces occidentales.

Annexes

ANNEXE : LES INSCRIPTIONS DE CAPOUE (La commodité veut qui je reproduise simplement la liste de Martin Frederiksen. Sa présentation typographique n’a pas été systématiquement respectée)

1. CIL I2, 672 = X, 3773 = ILS, 7274.

.............

..... nul....

Cn. Minati C.l.

P. Pomponi M.l.

Magistreis

conlegi

Mercatorum

coeraverunt

.....

... Calpurnio

cos

112 or 111 b. c.

2. CIL I2, 673 = X, 3774.

]cuius P.l. Pilor

]ethius Ser.l.

]cumius M.l.

]rdioni M.l.

]ruius P.l.

]ius P.C.l.

muru]m et pilas ΙΙII

]Calpurnio cos

112 or 111 b. c.

3. CIL I2, 674 = X, 3775 = ILS, 3770

... fe.us M., s.c.

C. Maius N.f.

].V.f.

M. Vibius M.f. Ru.

.. Cornell L.f. Cori

L. Pomponius L.f.F.

... Nerius M.f.

L. Olienus L.f.

He]isc.mag. Spei Fidei Fortunae mur[um faciundu coiravere M. Minu[cio S. Postumio cos

110 b. c.

4. CIL I2, 675 = X, 3776

N. Pumidius Q.f.

M. Raecius Q.f.

M. Cottius M.f.

N. Arrius M.f.

M. Eppilius M.f.

L. Heioleius P.f.

L. Sempronius L.f.

C. Tuccius C.f.

P. Cicereius C.f.

Q. Vibius M.f.

M. Valerius L.f.

Heisce magistreis Venerus Ioviae murum aedificandum coiraverunt ped. CCLXX et loidos fecerunt. Ser. Sulpicio M. Aurelio co[s]

108 b. c.

5. CIL I2, 676 = EE, VIII. 460

Duplicate copy of no. 4

6. A. De Franciscis, Epigraphica, xii. 1950, pp. 124-130 ; Ann. ép., 1952, 55 (where it is not fully reproduced)

L. Quincti L.f. Gela

L. Iuventi I.f. Ruf.

C. Tittius C.f.

C. Helvius N.f.

L. Helvius L.f.

C. Helvius N.f. Gero

P. Plinius M.f.

Q. Matuius Q.f.

C. Paccius Cn.f.

M. Mamius M.f.

C. Satius C.f.

P. Statius P.f. Stag.

Heisce magistrei Iovei Optumo Maxsumo murum coniungendum et peilam faciendam et teatrum terra exaggerandum locavere eidemque luudos fecere. Ser. Sulpicio Ser.f. Galba cos.

108 b. c.

7. A De Franciscis, Studi offerti a A. Calderini e R. Paribeni, vol. iii, p. 353 (A second copy of no. 6, lacking the last four lines)

8. CIL I-, 677 = X, 3779 = ILS, 3340

Ser. Sueti Ser.l.Bal.

.. Babrius L.l.

P. Babrius L.l.

P. Servilius M l.

M. Sexti N.M.I.

Cn. Octavi N.l.ves.

N. Sexti N.M.I.

M. Ocrati M.l.pist.

L. Hordioni L.l.Lab.

P. Statius P.M.1.

C. Lucretius C.l.Apul.

M. Mai M.l.Nic.

A. Gargonius Q.I.

Heisce magistreis Cererus murum et pluteum long, p., L.XXX alt. p. XXI faciund. coiravere eidemq. loid. fec. C. Atilio Q. Servilio cos

106 b. c.

9. CIL I2. 678 = X, 3778 = ILS, 3397

T. Iunius N.f.

D. Rosci Q.l.lintio

C. Numolei Cn.f.

D. Iteius Cn.l.

M. Fisius M.f.

M. Valerius M.l.

M. Fufius L.f.

Q. Fulvius Fulviae 1.

C. Titius C.f.

P. Pactumeius C.l.

Q. Monnius N.f.

L. Pomponius C.l.

Heisce magistrei Castori et Polluci murum et pluteum faciundu coeravere eidemque loedos fecere Q. Servilio C. Atilio cos

106 b. c.

10. A. De Franciscis, Studi offerti a A. Calderini e R. Paribeni, vol. iii, pp. 354-358.

L. Veccius L.f.

P. Baebius N.l.aerari

L. Fulvius Q.f.

C. Cossutius C.I.Gent.

M. Curtius C.f.

A. Fulvius Fulviae 1.

L. Fuficius L.f.

L. Flavius Q.I.

Ν. Arrius A.f.

P. Cipius Cn.l.

N. Spurius D.f.

L. Nerius M.l.

T. Pescennius T.f.

Cn. Pescennius L.l.

M. Annius L.f.

P. Nerius P.l.

Q. Hostius Q.f.

C. Cipius C.l.Pera

C. Lucretius C.f.

C. Nerius M.L

Ti. Asicius Ti.f.

P. Caesius M.l.

P. Suesanus M.f.

P. Servius N.l.purpur.

Mag. Castori et Polluci et Mercu[rio] Felici fornicem et gradus supra fornicem omnis et[…..]as sequndum fornicem faciend. coer. eidemque lud [os fecer.] P. Rutil. Cn. Mal. cos.

105 b. c.

11. CIL I2, 679 = Χ, 3780 = ILS, 3341

]nius L.f.

A. Seppius A.f.

]ius L.f.

C. Pompilius C.f.

]rtionius Cn.f.

N. Rubrius M.f.

]natius P.f.Gla.

Cn. Hortionius Cn.f.

]us Cn.f.E.

L. Annius L.f.E.

]ius M.f.

C. Obinius Cn.f.lanio

Heisce magistreis] Cererus murum et pluteum ? long. p.]XII alt. XXII faciundum coiraver. C. Fl]avio C.f. C. Mario C.f.cos

104 b. c.

12. CIL I2, 680 = X, 3781 = ILS, 5561

(five lines and two half-lines erased)

//////// M. Antonio

//////// A. Postumio cos.

99 b. c.

Heisce mag. murum ab grad

u ad calcidice. et calcidicum

et portic. ante culin. long. p. (vac)

et signa marmor. Cast. et Pol.

et loc. privat, de stipe Dian.

emendum [et f]aciendum coeraver.

13. CIL I2, 681 = X, 3789 = ILS, 3609

Hisce ministris Laribus faciendum coe[raverunt

C. Terenti C.l. Pilomus

Lucrio Terenti[ti s.]

Alexan[

Pilemo Helvi A.s.

Pilotar. Hos[ti s.]

Nestor[

Helenus Hosti Q.s.

Pilomusus Sext. Cn.s

Nae[

Pilotaerus Terenti Q.s.

Pilermo Baloni Balon.

Flac[

Dipilus Sueti Suetiae s.

Niceport[

Haec pondera et pavimentum faciendum et[…..

Q. Caecilio Q.f.Q.n. T. Deidio T.f. co[s…..

98 B. c.

14. CIL I2, 685 = X, 3782 = ILS, 5641

[N.f.faber

M. Fisius C.f.

M. Vibius P.[f.

[sius St.f.

M. Baibillius L.f.

Ti. Hostius[s...

cu[ne]os duos in teatro faciendos coi[raver.

before 94 b. c.

15. CIL I2, 2506 = Not. Scav., 1921. p. 63.

...epic...

Q. Annius Q.I.Fe [

…..pl...

P. Bivellius T.l.

P. Messius Q.I.

C. Lusius C.l.

P. Ovius P l. Plut.

C. Antonius C.l.

Tr]eib. cuniu muliereb]us ludosque fecerun[t

…..Ο cos…..

before 94 b. c.

16. A De Franciscis, Epigraphica, xii, 1950, pp. 124-130 ; Ann. ép., 1952, 54

...]i. L.M.I.

]onius Q.I.

]sutius C.l. Eud.

]onius... 1. Dion.

Heisce mag. hunc cuneum ab [imo ad summum ?

gra[dum aedificarunt viam

...]am straverunt gradusque refecerunt loedos fecerunt cos[...

before 94 b. c.

17. CIL I2, 682 = X, 3772 = ILS, 6302

Pagus Herculaneus scivit a.d. X Termina[lia :

conlegium seive magistrei Iovei Compagei s[unt

utei in porticum paganam reficiendam

pequniam consumerent ex lege pagana

arbitratu Cn. Laetori Cn.f. magistrei

pageiei (sic), uteique ei conlagio seive magistri

sunt Iovei Compagei locus in teatro

esset tarn qua sei lu[d]os fecissent.

L. Aufustius L.l. Strato, C. Antonius M.l.

Nico, Cn. Avius Cn.l. Agathocles, C. Blossi

M.l. Protemus, M. Rammius P l. Diopant.,

T. Sulpicius P.Q.pu.l., Q. Novius Q.I. Protem.,

M. Paccius M.l. Philem., M. Licculeius M.l.

Philin., Cn. Hordeonius Cn.l. Euphemio,

A. Pollius P.l. Alexand., N. Munnius N.l.

Antiocus, C. Coelio C.f. Caldo

L.]Domitio Cn.f. Ahenobarb. cos

94 β. c.

18. CIL I2, 683 = EE, VIII, 473 = ILS, 5734

]s Papiae 1. Stepanus

A. Vibbius A.l. Diogenes

]us M.l. Diogenes

Q. Decirius Q.I. Cleo.

]us Titiniae 1. Antioc.

P. Fufius P.l. Chaeremo

]us L.l. Copio

C. Artorius Artor.l. Dipil.

] L.l. Nicolauos

M. Alfidius M.l. Sota.

] A.l. Demetrius

P. Statius P.l. Philemo

Heisce] mag. lacum Iovei de stipe et de sua pequn.

faciu]nd. coeraver. Cn. Papeirio Carb. iter cos.

84 β. c.

19. A De Franciscis, Archivio Storico Terra di Lavoro, i, 1956, p. 318 ; Ann. ép., 1957, 308. An inscription in the mosaic pavement of the temple of Diana Tifatina. A few letters remain. cf. CIL X, 3935 ; the remainder has been erased by simply replacing the original black tesserae with white ones. The reading is not everywhere clear ; compare the reading of A. Ferrua, Rend Pont. Acc., xxviii, 1955, pp. 55-62 ; Ann. ép., 1956, 37.
L. Manius L.[f — 2
names —] C.f., L. Aufeius C.f., L. [...]ius N.f., C. Corius L.f.
heisce magis[treis pavimentum faciun]dum aedemqu[e] reficiundum
columna [s... ---- ...]mneis in a[..]a de stipe Dianai
faciunda co[eraverunt.
L. Licinio Lucullo] M. Aurelio [Cotta] consolibus.

74 B. c.

20. CIL I2, 686 = X, 3783 = ILS, 6303

...Alfidius C.f. Strab.

Cn....us Cn.f.

M. Pontius M.l.Sal.

M. Pandius M.f.

M.C.[l]oelius C.f.

A. Ocratius M.l. Alex.

P. Octavius P.f.

M. Heidius M.f.

C. Hostius M l. Herm.

C. Cornelius C.f. Sap.

L. Decumius N.f. Stab.

A. Rubrius A.f. praec.

Heisc. magistr. ex. pagei scitu in servom Iunonis Gaurae [co]ntule.

P. Cornelio Lentulo Cn. Aufidio Oreste cos., m[

71 b. c.

21. CIL I2, 684 = EE, VIII, 474

]eiu[

]ag.magis

] magistri [

[ius Seleuc[

]us Antioc[

]utio

]us Stepan[

]uam victr[

]Camp

]d.

22. CIL I2, 687 = Not. Scav., 1893, p. 164 = Egbert, p. 289

Q. Sa[

Q. Min[

L. Opimi[

C. Fabiu[

P. Ofelliu[

M. Fulmon[

Heisce magistrei horto[

iudicioque vicere eidem lu[dos

sucrundam porticusque rec[

iidemque de sua pecunia Herculei[

23. CIL I2, 688 = X, 3785 = ILS, 3064

M. Blossius M.l. Agato

M. Consius M.l. Nicol.

Sex. Allius Q.1. Sextus

M. Atilius M.l. Apol.

A. Nasennius A.l. Prot.

L. Furrius L.l. Dion.

M. Limbricius M.l. Diod.

C. Tiburtius C.l. Fl.

L. Turius L.p. C.l. Sand

A. Pactumeius A.l. Philip.

P. Octavius P l. Antioc.

(on front)

Iovei sacr.

(on back)

Hanc aram

ne quis dealbet.

24. A. De Franciscis, Not. Scav., 1957, p. 369

N. Vesvi N.f.

M. Egnati M.f.

M. Loli Q.f.

M. Opius N.f.

Q. Sexti C.f.

M. Teroni Ov. f.

L. Loli L.f.

C. Vibius O.f.

C. Stati M.f.

M. Nerius Ov.f.

C. Arriu... f.

Cn. Arri Cn.f.

Heisce mag. hoc opus
faciundum couravere
eisdemque probaver.

25. CIL I2, 691 = X, 3788 (cf. Mazocchi, 26. CIL I2, 689 = X, 3784, no. 245)

]sL. f.[

]ntius L.f.

...]erudiei L.f.[

]natius C.f.

...]Magius Cn.f.L.[

]evius M.f.

M. Ragonius M.f.[

M. Lollius M.f. Ale[

M. Grusius M.f.D.[

..]Magius Cn.[

]ei mag[

27. CIL I2, 690 = X, 3791

]d[

Hilarus[

Malcio [

Callico[

Heisce m[

]ndu[

]bec[

28. Mazocchi, n. 192 (Mem. Acc. linc., x, 1903, p. 92)

].f.

P. Sua[

]us M.f.

.. Cla[

]N.f.

Q. Hortio[

]iovi Q.I.

Q.[

]ti C.f.

M.S.[

Of the above inscriptions, nos. 1, 13, 25, 27, 28 are lost and known only from early antiquarian writers. Nos. 2, 3, 5, 8, 11, 18, 21, 22, are at present preserved in the Museo Campano ; nos. 6, 7, 10, 16, 24 are now in the new antiquarium in S. Maria di Capua Vetere ; while nos. 4, 12, 14, 17, 20, 23 and 26 are in the Museo Nazionale in Naples.

Notes

1 La bibliographie est dense et j’ai eu l’occasion de la répéter dans plusieurs de mes contributions antérieures. La présente est donc très sélective. E. Kornemann, De civibus Romanis in provinciis Imperii consistensibus, Berlin, 1891, pp. 50-61 ; A. Schulten, De conventibus civium Romano rum, Leipzig, 1892, pp. 44-45, 57-58 et 71-77 ; du même, Die Landgemeinden im römischen Reiche, Philologus, 53, pp. 632 et ss. ; J. Hatzfeld, Les Italiens résidant à Délos, BCH, 36, 1912. pp. 184-200 (cité désormais : IRD) ; du même. Les trafiquants..., Paris, 1919, pp. 257-264 ; A.E.R. Boak. The magistri of Campania and Delos, Class. Phil., 11, 1916, pp. 25-30 ; J. Heurgon, Les magistri des collèges et le relèvement de Capoue, MEFR, 56, 1939, pp. 5-27 ; S. Accame, La legislazione romana intomo ai collegi..., BMIR, 13, 1942, pp. 13-48 ; A. De Franciscis, Due iscrizioni inedite dei magistri campani, Epigraphica, 12, 1950, pp 124-130 ; du même. Commente a due nuovi tituli magistrorum campanorum, Studi Calderini-Paribeni, III. Rome, 1956, pp. 353-358, M.W. Frederiksen. Republican Capua. A social and economical history, PBSR. 27, 1959, pp. 80-118 ; J.-M. Flambard, Clodius, les collèges, la plèbe et les esclaves, MEFRA, 89, 1977, pp. 117-118 etc. du même. Collegia compitalicia : phénomène associatif, cadres territoriaux et cadres civiques dans le monde romain à l’époque républicaine (juin 1979), à paraître dans Ktèma. 6, 1982. Sur le statut des préfectures campaniennes, voir l’excellente synthèse récente de M. Humbert. Municipium et civitas sine suffragio, Rome. 1978, pp. 366-372 avec la bibl. antérieure, réunie p. 432.

2 J Heurgon, art. cit., p. 8-9 et n. 6.

3 Cf. CIL I2, 677 = Fred., 8.

4 J. Heurgon, art. cit., p. 8. Il s’agit, dans ce dernier cas, de ministri Larum.

5 Frederiksen, art. cit., p. 83.

6 Frederiksen, art. cit., p. 85.

7 Schulten, de conventibus..., pp. 44-45, 57-58, 71-77 ; Landgemeinden..., pp. 632 et ss. Cf. aussi Pernier, dans Diz. Ep., II, 1620-1621.

8 RE IV, s.v. Conventus, coll. 1188-1189.

9 J. Heurgon, art. cit., p. 10.

10 Frederiksen, art. cit. pp. 83-94.

11 CIL I2, 672 = ILLRP, 705 = Fred., 1.

12 Même date, même gravure, même formulaire.

13 Je ne verrais pas d’inconvénient à les appeler Mercuriales, ignorant les errements récents de B. Combet-Farnoux, Mercure Romain, Rome, 1980, passim, en part. pp. 417-424. Pour leur assimilation aux artisans de la liste ILLRP, 712 = Fred., 10, publiée d’abord par A. De Franciscis. Studi Calderini-Paribeni, III, 1956, p. 354, voir de Franciscis lui-même et la notice d’A. Degrassi, ILLRP, II, p. 142, n. 4.

14 J. Heurgon. art. cit., p. 13.

15 Les magistri collegiorum, c’est-à-dire ceux des collèges professionnels, célébraient, à Rome, les Compitalia, en association avec les magistri uicorum (cf. les textes bien connus d’Asconius et mes études récentes).

16 CIL I2, 682 = ILLRP, 719 = Fred., 17 ; voir le commentaire de J. Heurgon, art. cit., pp. 21-23.

17 Boak, art. cit., p. 30, le comprenait au sens faible, explicatif : « le collège, autrement dit les magistri de Iuppiter Compages ». Cette formule redondante n’est attestée nulle part ailleurs.

18 Quant à la restitution de la 1. 7, je pense, comme Degrassi, que l’hypothèse de J. Heurgon, acceptée par Accame, magistreis horto(lanorum) est insolite, même si l’existence d’un collège de maraîchers n’est pas impensable à Capoue. Je suggèrerais plutôt une formule du genre horto[s emere...

19 J. Heurgon, art. cit., p. 17.

20 Le tableau de la reconstruction des temples proposé par J. Heurgon vaut encore pour l’essentiel. Il faut le compléter par W. Johannowsky, Dial. Arch., 4-5, 1970-1971, pp. 460-471 et surtout par les travaux récents de F. Coarelli, connus de tous.

21 Cela ne prouve pas grand chose. Le pagus n’a pas à être mentionné s’il n’est pas directement concerné, comme il l’est dans le cas de CIL I2, 682 = Fred., 17.

22 Frederiksen, art. cit., p. 86. Les inscriptions sont de même date ; leur formulaire est équivalent, quoique un peu plus pauvre dans le cas de Mintumes. La seule différence notable est, si l’on excepte le recrutement social différent des magistri, une présentation épigraphique différente des listes (répartition « quadripartite » des magistri de Minturnes).

23 Frederiksen, art. cit., p. 87.

24 Cf. en dernier lieu G. Bodei Giglioni, Pecunia fanatica, L’incidenza economica dei templi laziali, Studi su Praeneste, F. Coarelli ed., Perugia, 1978, pp. 3-76 (45-48). Il faudrait étoffer et nuancer le § 4 consacré aux administrateurs des temples.

25 Ann. Ep., 1974, 301 ; cf. A. La Regina. Atti del convegno di studi sulla città etrusca ed italica preromana, 1970, p. 206, n° 29, pl. 1-2 ; P. Sabbatini Tumolesi Longo. Rend. Lincei, 29, 1974, p. 290, n. 5 ; C. Letta et S. d’Amato, Epigrafi della regione dei Marsi, Milan, 1975, p. 136, n° 91ter. Les titres qu’ils portent, magistri fanorum le plus souvent, n’en font pas les équivalents de ceux de la lex Coloniae Genetivae Iuliae, qui étaient beaucoup plus modestes.

26 A la suite de Mommsen et de Waltzing, j’admets la totale liberté du droit d’association à l’époque républicaine, à la réserve près que je ne crois pas, en l’absence d’évidence claire, à l’existence d’un droit positif reconnaissant la possibilité de fonder des collèges.

27 CIL I2, 673 = Fred., 2 (mutilée) ; CIL I2, 680 = Fred., 12 (mutilée) ; CIL I2, 686 = Fred. 20 ; CIL I2, 2506 = Fred., 15 ; Ann. Ep., 1952, 54 = Fred., 16 ; CIL I2, 684 = Fred., 21 ; Not. Scav., 1957, p. 369 = Fred., 24 ; CIL I2, 689 = Fred., 26 (mutilée) ; CIL I2, 690 = Fred.. 27 (mutilée) ; Mazzocchi n° 192 = Mem. Lincei, X, 1903, p. 92 = Fred., 28. Je suis dans cette énumération l’ordre chronologique de Frederiksen.

28 CIL I2, 683 = Fred., 18 : offrande d’un lacus à Iuppiter ; Ann. Ep., 1957, 308 = Fred., 19 : offrande de stipe Dianai (mosaïque du temple de Diana Tifatina) ; CIL I2, 686 = Fred., 20 : offrande d’un esclave à Iuno Gaura ex pagei scitu ; CIL I2, 687 = Fred., 22 : offrande à Hercules ; CIL I2, 688 = Fred., 23 : offrande à luppiter.

29 Pour l’usage alternatif du génitif et du datif, voir les remarques de J. Heurgon, art. cit., p. 19. CIL I2, 674 = Fred., 3 : Mag. Spei Fidei Fortunae ; CIL I2, 675 = Fred., 4 : magistreis Venerus Iouiae (cf. le doublet CIL I2, 676 = Fred., 5) ; Ann. Ep., 1952, 55 = Fred., 6 : magistrei Iouei Optumo Maxsumo (cf. la copie Fred., 7 dont les 4 dernières lignes manquent) ; CIL I2, 677 = Fred., 8 : magistrei Cererus ; CIL I2, 678 = Fred., 9 : magistrei Castori et Polluci ; A. De Franciscis, Studi Calderini-Paribeni, III, pp. 354-358 = Fred., 10 : mag. Castori et Polluci et Mercurio Felici ; CIL I2, 679 - Fred., 11 : magistrei Cererus ; CIL I2, 680 = Fred., 12 : mag... Castori et Polluci, ( ?) de stipe Dianai ; CIL I2, 682 = Fred., 17 : magistrei Iouei Compagei.

30 CIL I2, 677 = Fred., 8 : un bal(neator ?), un uestiarius, un pist(or). Dans Epigraphica, 12, 1950 = Fred., 6, on pourrait identifier un P. Statius P.f. stag(nator), étameur, plutôt que de supposer un cognomen Stag(on). On trouve un lintio dans CIL I2, 678 = Fred., 9 ; un aerari(us) et un purpur(arius) dans Fred., 10 ; un lanio dans CIL I2, 679 = Fred., 11 ; je reconnaîtrais sous réserve un plut(earius) dans CIL I-, 2506 = Fred.. 15 (mais on pourrait aussi bien restituer un cognomen comme Plut(on, -o, -os, -us) ou Plut(archos, -us). On rencontre un faber dans CIL I2, 685 = Fred.. 14 et un praeco dans CIL I2, 686 = Fred., 23. Même s’il est attesté, sous l’Empire, que des hommes de métiers différents s’agrégeaient parfois à des collèges professionnels précis (le problème ne se confond pas avec celui des affiliations multiples : cf. Waltzing I, p. 351-353, que l’on peut désormais confirmer et développer), l’éventail des professions est trop ouvert à Capoue pour l’on puisse songer à des associations homogènes de métiers.

31 Exception faite des cas où l’on ne peut préjuger de la condition des dédicants, on trouve 5 listes d’ingénus seuls : Fred., 3, 4, 5, 6, 7, 11 (4 et 5, 6 et 7 étant des doublets). On relève ensuite 6 listes d’affranchis seuls (Fred., 1 - le conlegium mercatorum Fred.. 2,6 liberti, mais la liste est mutilée- ; Fred.. 8, 15. 16 et 17 - magistri Iouei Compagei.

32 CIL I2, 678 = Fred., 9 : 6 ingénus + 6 affranchis ; CIL I2, 686 = Fred., 20 : 9 ingénus + 3 affranchis. Deux cas d’espèce doivent être distingués : Fred., 10 où, si 12 ingénus et 12 affranchis voisinent, ils sont répartis dans 2 listes distinctes réunies pour une entreprise évergétique commune ; CIL I2, 681 = Fred., 13 où un affranchi coiffe une liste de 13 esclaves dans une association compitalice.

33 CIL I2, 683 = Fred., 18 ; CIL I2, 687 = Fred., 22.

34 Fred., 2 : murum et pilas IIII, Fred., 3 : murum ; Fred., 4 (cf. 5) : murum... ped. CCLXX ; Fred., 6 (cf. 7) : murum coniungendum et peilum faciendam et teatrum terra exaggerandum... ; Fred., 8 : murum et pluteum long. p. LXXX alt. p. XXI... ; Fred., 9 : murum et pluteum ; Fred., 10 : fornicem et gradus supra fornicem et () as sequndum fornicem ; Fred.,11 : murum et pluteum (?) long. p. XII alt. XXII ; Fred., 12 : murum ab gradu ad calcidic. et calcidicum et portic. ante culin. I. p. (vacat) et signa marmor. Cast, et Pol. et loc. privat, de stipe Dian. emendum etc... ; Fred., 13 : pondera et pavimentum... ; Fred., 14 : cuneos duos in theatro ; Fred., 15 : cuniu mulieribus ; Fred., 16 : cuneum ab (imo ad summum ?), gradum,... viam (rect ?) am... gradusque. Fred., 17 :... porticum paganam... ; Fred., 18 : lacum lovei ; Fred., 19 : pavimentum... aedem... columnas... ; Fred., 20 : servoum Iunonis Gaurae. Fred., 22 : sucrundam porticusque rectas (?) ; Fred., 23 :... ara (?) ; Fred., 24 : opus non précisé. Ils offraient en outre des jeux (Fred., 4, 6, 8, 9, 10, 15, 16, 17, 22. La présence de ministri Laribus (CIL I2, 681 = Fred., 13) qui devaient être, comme leurs homologues partout ailleurs, spécifiquement chargés du culte des Lares Compitales, donc de l’organisation des ludi compitalicii, me semble interdire, contrairement à l’hypothèse d’Accame, de les assimiler aux magistri des associations théonymes de Capoue, qui offraient eux aussi des ludi.
Il n’est d’ailleurs pas interdit de supposer que l’ensemble des associations capouanes (professionnelles comme celles des mercatores ou territoriales, comme les autres, y concourraient aussi (comme à Rome, nous le savons par des textes très connus d’Asconius). Il est vraisemblable que le férial capouan intégrait ces fêtes locales, au point que le pagus Hercalaneus les comptabilisait et admit, en une occasion au moins, qu’une contribution édilitaire (la réfection de la porticus pagana) pût, sous le contrôle de Cn. Laetorius, magister pagi, les substituer (Fred., 17).

35 Fred., 12 et 19.

36 Fred., 18.

37 Fred., 20.

38 Cf. Heurgon, art. cit.. p. 17.

39 Il faudrait reprendre de fond en comble le problème des déliens originaires de Campanie et particulièrement de Capoue. J’ai entrepris cette étude, indépendamment de Filippo Coarelli, qui refond les IRD de Hatzfeld. Se reporter, provisoirement, à Heurgon, art. cit.. p. 17, qui reprend Hatzfeld, IRD. p. 68 et Trafiquants..., p. 242.

40 Fred., 6 et 7 (mais ce sont des doublets) ; Fred., 10 : 12 ingénus et 12 affranchis, mais il s’agit de 2 collèges réunis circonstanciellement ; Fred., 16, 4 affranchis (l’inscription est mutilée et ils devaient être 6) ; Fred., 19, mosaïque du temple de Diana Tifatina : 12 ingénus ; Fred., 24 : 12 ingénus.

41 Fred., p. 92.

42 Fred., p. 93.

43 Heurgon, art. cit.. p. 17.

44 CIL I2, 681 = Fred., 17 ; CIL I2, 686 = Fred., 20.

45 Dont ils arborent le nom : “ceux de Spes-Fides”, “ceux de Castor et Pollux”, “ceux de Mercure” etc...

46 Il faudrait voir s’il n’existe pas de trace d’un phénomène analogue dans les autres « oppida » de la liste de Festus (p. 338 L2) : Casilinum, Volturnum, Liternum, Puteoli, Acerrae, Suessula, Atella, Calatium...

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540