Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Le notable local dans l’épigraphie et les sources littéraires latines : problèmes et équivoques

Mireille Cébeillac-Gervasoni

Texte intégral

  • 1 Mes remerciements et ma reconnaissance vont à Monsieur Claude Nicolet qui m’a aidée de ses conseil (...)

1Il est indispensable, au cours d’une recherche sur les notables des cités italiennes, de s’interroger sur la manière dont les Anciens les désignaient. Nous avons en effet créé une terminologie, devenue canonique, en utilisant des termes latins, tel domi nobilis, qui n’étaient pas nécessairement ceux dont se servaient les contemporains dans le langage courant. En définitive, selon moi, les expressions “bourgeoisie” et “bourgeois”, pourvues de guillemets, sont sans doute moins dangereuses, car elles sont un emprunt déclaré au monde moderne, certes anachronique, mais qui prête moins à équivoque. En réalité, on ignore s’il existait des dénominations spécifiques qui, dans l’Antiquité, permettaient de désigner les notables non urbains. Une autopsie de la documentation à disposition n’a jamais été faite de manière systématique, du moins à ma connaissance. A partir de l’examen minutieux des inscriptions qui concernent des magistrats et des décurions, et des textes littéraires, de Cicéron en particulier, je voudrais savoir comment dans la vie de tous les jours, les Romains, à la fin de la République, exprimaient la prééminence des premiers citoyens des cités “municipales” de l’Italie1. Les deux types de données à disposition requièrent des traitements différents, aussi vais-je m’intéresser d’abord aux inscriptions, puis aux textes.

1. LA DOCUMENTATION ÉPIGRAPHIQUE

  • 2 Cf. CIL I2, 1545 = X, 5203 = ILLRP, 564 : N. Savonio N.f./pr./Apsennia Q.f. Paulla/uxor posuit.
  • 3 Cf. CIL I2, 2634 = ILLRP, 588 : A. Salvius A.f./A.n. Crispinus/anorum (sic) LI hi <c> / conditus e (...)
  • 4 Cf. CIL I2, 1748= IX, 2240 = ILLRP, 676 : [-] Visellius L.f. / Fal. Flaccus / Beneventan. / heic s (...)
  • 5 Cf. CIL I2, 1829 = IX, 4132= ILLRP, 525 : T. Statius T.f. St.n. / aed. q. / Annia An.f. uxo(r).
    Mal (...)

2Il faut envisager plusieurs cas qui dépendent du type de document mais surtout de l’état de conservation de la pierre. Lorsqu’un document épigraphique, sans lacune, mentionne un magistrat ou un décurion d’une cité que, par commodité, nous appellerons génériquement “municipale”, il ne se pose aucun problème. Les personnages ainsi connus sont insérés avec une totale sécurité dans les listes des notabilités et autorités locales. Ces documents peuvent être de types variés ; s’il s’agit d’inscriptions funéraires, la dédicace est souvent offerte par des membres de la famille du magistrat ou par ses concitoyens ; on peut mentionner entre autres exemples N. Savonius N.F., pr., honoré à Casinum par son épouse Apsennia2, A. Salvius A.F.A.N. Crispinus, IIIIvir quater à Ferentium, mort à cinquante et un ans3 ou [-] Visellius L.F.Fal. Flaccus Beneventanus, IIvir à Telesia et praetor à Bénévent4. Parfois nous ignorons en quelle occasion ces dédicaces ont été offertes ; le magistrat est cité avec son (ou ses) titre(s) ; sont aussi mentionnés un ou des membres de sa famille. Il peut s’agir de plaques qui accompagnaient un tombeau de famille ou un don quelconque, statue, autel, édifices de taille variée. On peut aussi penser au cas de T. Statius T.F. ST.N., aed., q., et de son épouse Annia5.

  • 6 Cf. CIL I2, 1497= XIV. 3685 = I.I., IV, 1, n. 14 = D. 6229 = ILLRP, 682 : Tul. Tullius Tul.f. P. S (...)
  • 7 Cf. CIL I2, 1442 = XIV, 2638 = D. 6206 = ILLRP, 689 : C. Volcacius C.f. Labeo / M. Plaetorius L.f. (...)
  • 8 C’est-à-dire de sua pecunia, de sententia senatus, ex decreto decurionum, ex senatus consulta, ex (...)

3La dédicace pouvait aussi être apposée sur un édifice public et elle commémorait un acte officiel accompli par le ou les magistrats en fonction et ce sont eux dont les noms sont gravés sur la plaque. Le plus souvent le texte reste laconique et on ignore la raison de la dédicace ; il ne nous est parvenu qu’une liste de noms et de magistratures : ainsi Tul. Tullius Tul.F. et P. Sertorius P.F. ont été censores6 ; C. Volcacius C.F. Labeo et M. Plaetorius L.F.M.N., aidiles7. En général cependant, le texte des inscriptions à caractère public est beaucoup plus loquace ; outre les noms et titulatures des magistrats en charge, sont mentionnés, parfois avec force détails, les travaux ou les oeuvres accomplis sous leur égide. Une quinzaine de verbes, associés par groupes de deux ou trois, caractérisent les missions exécutées par ces magistrats ou décurions dans l’exercice de leur ministère public ; il s’agit de adjungere (en général, à l’époque républicaine, on trouve adouxet), curare (en général = coirav.), dare, emere, faciundum curare, facere, locare, probare, reficere, restituere, sacrare, vias sternere, terminare. Une précision complète, le plus souvent, notre information : DPS, DSS, ex DD, ex SC ou plus rarement ex CS8. Les magistratures et les prêtrises sont celles propres, bien entendu, à la cité dans laquelle ils ont revêtu ces honneurs : aed., aed.proq., augur, censor, cur.aer., IIvir, IIvir quinq., marones, praet., quaest., IIIIvir, IIIIvir i.d., tr.pl.

  • 9 Les inscriptions prises en examen proviennent essentiellement des deux volumes de Inscriptiones La (...)

4Ces inscriptions peuvent être définies comme “publiques” ; quand elles sont sans lacune, elles ne posent aucun problème, on insère dans les listes des magistrats locaux les personnages qu’elles mentionnent. Elles représentent en outre des documents d’une valeur inestimable qui permettent de mieux connaître ou de moins mal connaître les activités officielles de ces magistrats. Les inscriptions saines de ce type étant relativement assez nombreuses (173), il était tentant d’essayer d’en extraire davantage ! On pouvait en effet espérer que le vocabulaire utilisé dans ces textes était spécifique de certaines charges ; c’est-à-dire qu’à un certain type de fonction correspondait un certain type d’activités publiques et aussi un certain vocabulaire. C’est pourquoi j’ai pris en examen ces cent soixante-treize inscriptions, datées entre le IIe siècle avant J.-C. et le début du règne d’Auguste, sans lacune, qui donnaient mention de noms de magistrats, de leurs titres et des travaux et entreprises supervisés dans l’exercice de leurs fonctions9. J’ai mis en listes systématiques les résultats obtenus à partir de cette enquête et je n’en livre ici que les conclusions.

  • 10 Le même vocabulaire sert, que ces travaux aient été exécutés avec les deniers publics ou à leurs f (...)
  • 11 Cf. pour cet usage les inscriptions provenant de Rome, mais aussi les textes, par exemple : Tite L (...)
  • 12 Cf. ILLRP, 705-723b : ces magistri peuvent être soit des hommes libres, soit des affranchis ; en o (...)
  • 13 Cf. les textes regroupés dans ILLRP, section XV, II, p. 129 sq., n. 696-779. On trouve le même voc (...)
  • 14 Cf. entre autres exemples ILLRP, 607 et 608.

5On doit constater qu’il est impossible de faire l’équation entre certaines magistratures et certaines tâches qui auraient été spécifiques de ces fonctions. Pire, quel que soit le magistrat cité dans le texte épigraphique, c’est toujours le même vocabulaire qui sert, et ceci y compris à l’intérieur d’une même cité. Il peut aussi bien s’agir de travaux menés à bien pour le compte de la communauté que de ceux que ces magistrats eux-mêmes ont offerts à leurs concitoyens10. On retrouve les mêmes expressions qui servent à Rome pour célébrer les oeuvres accomplies par les magistrats urbains11, mais aussi par les magistri campani12 ou par les représentants de pagi ou de collèges13. Les dons offerts à la cité peuvent être le fait de l’évergétisme des édiles14 comme de n’importe quel autre magistrat ou personne privée sans titre officiel. On note cependant que les “cadeaux” les plus conséquents sont plus fréquents de la part des magistrats les plus importants, les duoviri et quattuorviri.

  • 15 Cf. CIL I2, 1688 = X, 292 = D. 5430 = ILLRP, 574 (In oppido Padula agri).

6On aurait pu espérer que les expressions de sententia senatus ou ex decreto decurionum ou encore ex senatus consulto signifiaient qu’un magistrat en fonction avait agi à titre officiel, comme mandataire du sénat local et de la collectivité ; certes, le plus souvent, ces précisions sont faites à propos de magistrats qui ont surveillé des travaux ou les ont menés à terme ou les ont fait entreprendre, mais ce n’est pas toujours vrai. Un cas est extrêmement significatif : une femme est autorisée par le sénat à entreprendre des travaux que, d’ailleurs, elle finance elle-même : Ansia Tarvi f./Rufa ex d.d. circ./lucum macer./et murum et ianu./d.s.p.f.c.15.

7Les mentions de pecunia sua (DPS) ou de pecunia publico (DPP) n’apportent pas davantage de certitudes, car un privé peut construire avec des fonds publics et un magistrat, très souvent, finance lui-même des travaux publics. Il est clair qu’Ansia Rufa a agi à titre privé mais elle a eu cependant besoin de l’autorisation du sénat pour entreprendre des travaux qui avaient un caractère public. Si cette inscription nous était parvenue lacunaire et que la lacune corresponde au nom et au titre du dédicant, il aurait été tentant de supposer un magistrat ! Cet exemple est symptomatique des dangers qu’il y aurait à pratiquer des intégrations hasardeuses car le texte épigraphique n’a pas, du moins à cette époque, une logique interne qui permette ces opérations.

  • 16 Coeraverunt / Sex. Aelius Sex.f. Sex. Fufidius C.f. / C.Egnatius Q.f. L. Coelius H(eri) f.

8Nous devons constater avec regret qu’il ne semble pas exister de “recettes” qui permettent de compléter des inscriptions lacunaires, même dans le cas de textes à caractère, en apparence, officiel. Si une lacune correspond au titre supposé d’un magistrat, rien n’autorise à interpoler, sinon l’existence d’une autre inscription ou d’un texte littéraire qui apportent la preuve de cette magistrature. Il est donc indispensable d’adopter face aux inscriptions une attitude d’une rigidité totale. On ne peut admettre comme magistrats ou décurions connus par la documentation épigraphique que les individus cités sans équivoques, dans des inscriptions saines ou dont les lacunes sont comblées avec certitude. Si on choisissait une solution laxiste, certes le nombre des magistrats connus augmenterait beaucoup, mais certains d’entre eux pourraient avoir été de simples citoyens sans aucune fonction officielle, des affranchis ou même des esclaves, membres de collèges, mandatés par leurs pairs pour surveiller, pour le collège, des travaux. C’est pourquoi, par exemple, je ne classerais pas, comme le fit A. Degrassi16, parmi les “Magistrates et sacerdotes” les quatre hommes libres de l’inscription ILLRP, 562 ; le texte est sans lacune, semble-t-il, et on peut se demander pourquoi on aurait omis volontairement le titre de ces personnages s’ils en avaient eu un. Degrassi suggère en note qu’ils ont pu être quattuorviri Carsulani, mais, en vérité, nous n’avons aucune preuve tangible qu’ils fussent magistrats. La mention coeraverunt ne suffit absolument pas pour envisager cette hypothèse. Prudence et rigueur me semblent des règles immuables face à la documentation épigraphique.

2. LA DOCUMENTATION LITTÉRAIRE

9Il ne saurait être question d’user envers les textes de la même rigueur que j’ai préconisée comme règle absolue envers les inscriptions. J’espère arriver à démontrer pourquoi il est indispensable, sans être laxiste, d’adopter une attitude souple et de ne pas avoir une doctrine unique. Il faut, pour chaque cas, réviser son jugement en fonction du contexte dans lequel s’insère l’information ; il faut déterminer avec le maximum de sécurité si le personnage dont il est question est ou n’est pas un notable local, décurion ou magistrat. Cet examen doit être circonspect car la documentation littéraire a l’avantage de présenter les individus dans un contexte socio-économique qui permet de mieux saisir la réalité profonde du groupe social auquel ils appartiennent.

  • 17 Cf. BC, 17,4 : ad hoc multi (= conjurés) ex coloniis et municipiis domi nobiles. Cf. à propos de c (...)
  • 18 Cf. Oth., 1.
  • 19 Ne sont cités que quelques exemples, il ne s’agit pas d’un relevé exhaustif.
  • 20 Cf. à propos de L. Bantius de Nola : nobilissimus eques sociorum (XXIII, 15,8) ; Vibius et Paccius (...)
  • 21 Les personnages les plus éminents de Nola en 215/214 sont primores et principes (XXIII, 14 ; 15 ; (...)
  • 22 Cf. Trebius de Compsa (XXIII, 14) ; sont aussi nobiles les transfuges italiens qui prirent le part (...)
  • 23 A une époque qui, elle aussi, est antérieure à celle prise en examen dans cette étude, cf. M. Anic (...)
  • 24 Arpinatibus honoribus indicatus inferior quaesturam Romae petere ausus est (VI, 9, 14).
  • 25 Cf. Odes, III, 17, 6. Suétone (Cal., 23) affirme que le grand-père maternel de Livie aurait été dé (...)

10a) Les auteurs latins autres que Cicéron : Cicéron requiert un traitement à part car il est le témoin précieux, indispensable, de cette vie “municipale” ; les notables de ces cités sont pour lui des contemporains, amis ou ennemis suivant les époques, parents, alliés politiques ; il leur écrit, il les mentionne dans ses lettres, il les interpelle dans ses causes judiciaires ; ils sont ensemble les protagonistes d’une histoire qui s’écrit : les dernières décennies de la République. En revanche, la plupart des auteurs latins, même s’il s’agit de contemporains, tels César ou Salluste, se posent en historiens et les informations qui peuvent nous intéresser entrent dans la logique d’un discours historique dont l’objet est Rome ; l’optique est donc différente et les mentions de notabilités municipales sont sporadiques. Si le titre exact de ces notables est utile au déroulement du récit, il est précisé ; cependant un terme générique suffit en général. Il est probable que les auteurs qui écrivaient plusieurs décennies après les événements qu’ils rappellent ignoraient la titulature des magistrats locaux qu’ils mentionnaient, d’autant que, souvent, entre temps, ces cités avaient changé de statut et donc de type de magistratures. Salluste regroupe sous le terme vague de “domi nobiles17 les notables issus de colonies et municipes qui participèrent à la conjuration de Catilina. Suétone se contente de signaler que les ancêtres de l’empereur Othon18 étaient une familia vetus et honorata. Ignorance ou inutilité de la précision du titre ? De toutes façons, en général, l’emporte le terme générique, emphatique, qui se contente de souligner l’importance de la position locale de certains personnages. Il s’agit d’une constante chez tous les auteurs, à l’époque qui nous intéresse mais aussi lorsqu’il s’agit de relater des événements antérieurs ; ainsi19 Tite Live préfère-t-il parler de nobilissimus20, de primores, principes21 ou de nobiies22. Le titre précis est rarement mentionné23. Valère Maxime ignorait peut-être à quelle magistrature Marius n’avait pas été élu à Arpinum, aussi parlait-il d’honores24. Horace définit d’un mot vague, princeps, l’éminente position des ancêtres d’Aelius Lama à Formia : A. Lamo qui Formiarum moenia dicitur princeps tenuisse25.

  • 26 Fundos Aufidio Lusco praetore libenter linquimus, insani videntes praemia scribae, praetextam et l (...)
  • 27 J’arrive à une conclusion proche de celle de G. Achard qui a étudié le vocabulaire de Cicéron, mai (...)

11Si par hasard l’indication est en apparence précise, on ne doit l’accepter qu’avec une certaine méfiance ; par exemple Horace prétend qu’Aufidius Luscus a été praetor à Fundi26, or cette magistrature n’y existe pas. En réalité de toutes façons, il est indispensable de considérer le contexte pour comprendre la signification d’un mot, les nuances, qui, seules, permettent de saisir la position locale, réelle, d’un personnage qui semble appartenir aux élites “municipales”27.

  • 28 Quod erat dictator Lanuvi Milo (Pro Mil., X, 27).
  • 29 Cf. Ad Att., XV, 17,1 et 15,1.
  • 30 Cf. Ad Fam., XIII, 11,3.

12b) Le cas de Cicéron : L’orateur-homme politique reste la source la plus précieuse pour connaître en profondeur le milieu municipal italien à la fin de la république, mais l’utilisation de cette information pose aussi de gros problèmes. Une fois encore, tout dépend du contexte. Si, dans un discours, il juge profitable à la cause qu’il défend de préciser la magistrature d’un notable “municipal”, alors il le fait ; par exemple, il a tenu à mettre en valeur la magistrature revêtue par Milon à Lanuvium : quod erat dictator Lanuvi Milo28. Dans sa Correspondance, de même, il donne le terme technique et précis de la magistrature si ce fait entre dans la logique de sa pensée et s’il est nécessaire ; par exemple, dans des lettres à Atticus dans lesquelles il est question de L. Fadius, édile à Arpinum :... si L. Fadius aedilis petet ou encore sed nondum acceperas litteras, ne cuiquam nisi L. Faedio aedili29, car il fallait sans doute différencier ce L. Fadius, édile, d’un autre qui ne l’était pas. Il peut s’agir parfois d’une nouvelle qu’il a fort envie de diffuser ; il veut faire savoir que son fils et son neveu ont revêtu, tous les deux, l’édilité à Arpinum : Non constituendi municipi causa hoc anno aedilem filium meum fieri voluit et fratris filium et M. Caesium, hominem mihi maxime necessarium30. Il est très important que l’on sache que les Tullii Cicerones conservent cet attachement à la patrie de leurs ancêtres. Voici quelques exemples symptomatiques, mais aussi privilégiés, car, malheureusement, la plupart du temps, ces précisions de type juridique ne sont pas utiles à son propos et il se contente de périphrases, emphatiques, laudatives ou autres, suivant les occasions et les nécessités de son discours. Il était, sans doute, souvent plus convaincant de démontrer par des périphrases l’importance locale d’un individu que de donner son titre qui pouvait paraître peu conséquent à des Romains de Rome ; dans les lettres, la précision n’était pas toujours indispensable si le correspondant connaissait lui-même le magistrat local dont il était question.

13Si on voulait s’en tenir à la rigueur que l’on a érigée en règle absolue à propos des inscriptions, il ne faudrait accepter dans la liste des magistrats “municipaux” que les hommes mentionnés, avec leurs titres, en tant que tels. Cette attitude serait absurde et je voudrais le démontrer à l’aide d’un exemple qui ne relève pas directement de notre sujet, puisqu’il s’agit d’un Sicilien, donc d’un habitant d’une province ; c’est, en effet, un cas exemplaire pour permettre de comprendre les équivalences qui existaient entre le vocabulaire et la pensée de Cicéron. Sthenius, originaire de la cité de Thermes en Sicile, est cité à plusieurs reprises dans les Verrines, et chaque fois avec des épithètes et des titres divers qui sont, en réalité, strictement équivalents.

  • 31 Cf. Pomp., 17 : “Sthénis, l’un des gouverneurs de la ville, lui ayant demandé audience, lui dit qu (...)
  • 32 2 Verr., II, 112.
  • 33 2 Verr., II, 88.
  • 34 2 Verr., II, 83.
  • 35 2 Verr., II, 91.

14Ce notable est connu par d’autres sources ; Plutarque le dit “chef de la cité” dans son récit de la prise de Thermes par Pompée31. Il fait lui aussi partie des victimes de Verrès et Cicéron définit en maintes occasions sa position sociale et politique. Il avait en effet revêtu tous les honneurs possibles dans la cité dont il est évergète : Estne Stenius is qui, omnes honores domi suae facillime cum adeptus esset... ut omnes huius honores inter suos et amplitudinem possent cognoscere32 ; ceci, sans équivoque, signifie que Sthenius a été le magistrat suprême de la ville. Toutes les autres fois que Cicéron mentionne Sthenius, il n’est jamais aussi explicite pour définir sa position locale et utilise des périphrases laudatives ; il souhaite surtout mettre en relief l’éminente personnalité de Sthenius afin de faire paraître plus infamante l’attitude de Verrès envers lui : Sthenius est... Thermitanus antea multis propter summam virtutem summamque nobilitatem33 ; cum esset Sthenius civitatis suae nobilissimus... cum praeterea tota Sicilia multum auctoritate et gratia posset34 ; homini nobili35. Dans le vocabulaire de Cicéron, les équivalences sont claires ; cet ex-magistrat de Thermes est aussi défini comme un homme noble, doté de la summa nobilitas, civitatis suae nobilissimus. Peu importait le titre précis, l’emphase devait porter sur la noblesse et l’importance de Sthenius.

  • 36 2 Verr., I, 44-45 : il s’agit d’un magistrat de Sicyone en Achaïe dont il exigea de l’argent, y co (...)

15Cet exemple est précieux car il est la preuve qu’il serait absurde d’adopter envers les textes la même attitude rigide que les inscriptions nécessitent. Le cas de Sthenius n’est pas unique, Cicéron fait d’autres fois cette équation sans équivoque entre magistrats locaux et périphrases laudatives ou génériques ; ainsi, toujours dans les Verrines36, entre magistrat et domi nobilis à propos d’un magistrat de Sicyone. Il est donc indispensable d’examiner cas par cas les individus cités par Cicéron et, en fonction du contexte, d’évaluer la valeur réelle des épithètes qui les désignent. Il ne saurait être question de refuser d’inscrire dans les listes des magistrats et décurions locaux les notables dits nobiles ou domi nobiles ou principes suae civitatis, sous prétexte qu’on ne connaît pas le titre précis de la magistrature qu’ils ont revêtue.

  • 37 Cf. à propos d’analyse de vocabulaire J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des (...)
  • 38 AMPLIUS : Cf. pour les références dans les discours de Cicéron : H. Merguet, Lexikon zu den Reden (...)
  • 39 CLARUS : Cf. les exemples dans Merguet, op.cit., I ; pp. 544-547. Hellegouarc’h, op.cit., p. 227, (...)
  • 40 DOMI (...) : Cf. Merguet. op.cit., II, pp. 159-161 ; aussi les commentaires de Sir R. Syme, op.cit (...)
  • 41 GRATIOSUS : Cf. Merguet, op.cit., II, p. 425. C’est un terme moins utilisé et qui apparaît peu dan (...)
  • 42 HONESTUS (HONESTISSIMUS) : Cf. Merguet, op.cit., pp. 500-502 ; cf. Hellegouarc’h, op.cit., p. 462 (...)
  • 43 ILLUSTRIS : cet adjectif est beaucoup moins utilisé pour définir les notables locaux ; selon Helle (...)
  • 44 NOBILI (NOBILISSIMUS) : Cf. Merguet, op.cit., III, pp. 313-315, en particulier les rubriques adule (...)
  • 45 OBSCURUS : Cf. Merguet, op.cit., pp. 415-416 (et la forme laudative est bien entendu non obscurus)
  • 46 PRAEDITUS : Cf. Merguet, III, p. 729-730, complété par diverses précisions, en particulier par auc (...)
  • 47 PRIMARIUS : Cf. Merguet, op.cit., III, p. 762-763. En général, il s’agit de vir primarius. Hellego (...)
  • 48 PRIMUS : Cf. Merguet, op.cit.. p. 767-769. Fréquent dans les 2 Verrines (XXVIII, 68 et XXXVI, 89).
  • 49 PRINCEPS : Cf. Merguet, op.cit., III, pp. 769-771, en particulier avec dicit et sum. Hellegouarc’h (...)
  • 50 SUMMUS : Selon Hellegouarc’h, op.cit., p. 231, ce mot désigne celui qui atteint le plus haut degré (...)

16Une analyse systématique du vocabulaire de Cicéron montre qu’une quinzaine d’adjectifs ou d’expressions composées servent à définir la position sociale et politique des notables locaux qui apparaissent dans ses écrits37. En voici la liste : amplius (amplissimum)38, clarus39, domi, complété par nobilis, ou domi suae illustris ou autre adjectif40, gratiosus41, honestus (honestissimus)42, illustris43, nobilis (nobilissimus)44, (homo non) obscurus45, optimus (vir), praeditus (...)46, primarius47, primus48, princeps (civitatis suae)49, summo loco natus, et toutes les autres formules possibles avec l’épithète summus50, telle summa nobilitas. Il n’est pas rare que Cicéron associe deux ou plus de ces adjectifs, comme s’il eût voulu mieux convaincre son auditoire ou son correspondant de l’importance du personnage cité.

  • 51 Cf. art. cit., Les qualifications laudatives..., p. 144.
  • 52 Cf. art. cit., Les qualifications laudatives..., p. 145.

17La règle primordiale à observer face aux textes littéraires, et singulièrement face aux écrits de Cicéron, n’est donc pas la rigidité, mais, au contraire, la plus grande souplesse possible, associée à la méfiance. On devrait réussir ainsi à tenir compte du contexte et de ses nuances afin de mesurer pour chacun le poids des mots. Le problème est, qu’à la fin de la République, comme l’ont bien montré J. Hellegouarc’h pour le vocabulaire des partis politiques et Cl. Nicolet pour les titulatures des chevaliers, les titres ne sont ni juridiquement très précis, ni spécifiques d’une seule catégorie sociale. Le même vocabulaire sert pour caractériser l’aristocratie urbaine et les aristocraties “municipale” et provinciale. G. Achard fait la même remarque à propos des étrangers : “D’emblée une conclusion s’est imposée : les Romains usent pour les étrangers les mêmes mots emphatiques que pour leurs concitoyens”51 ; cet auteur aurait souhaité discerner des régies d’application de ces éloges mais il doit reconnaître que “une certaine confusion semble règner dans l’usage qui en est fait”52.

***

18Pour conclure, j’aimerais apporter à ma cause un argument supplémentaire ; je voudrais rappeler ce que Sir R. Syme a déjà souligné dans The Roman Revolution. On ne doit jamais oublier qu’on ignorerait tout des carrières et attaches locales des Marii ou des Tullii Cicerones à Arpinum ou des Porcii Catones à Tusculum si on avait dû se contenter des témoignages épigraphiques. De manière étrange — et on pourrait multiplier les exemples — il n’existe pas une seule inscription de membres de ces familles dans la région qui a été le berceau de la gens. Ceci même suffirait à justifier la position qui a été adoptée envers ces deux types de sources : la plus totale rigidité face à l’inscription, sans aucune possibilité d’interpolation, et, en revanche, la plus grande souplesse et un dialogue, contrôlé, avec le texte littéraire.

Notes

1 Mes remerciements et ma reconnaissance vont à Monsieur Claude Nicolet qui m’a aidée de ses conseils et dont les critiques furent salutaires pour continuer une recherche plus en profondeur. Ma gratitude est très vive envers J.-C. Ferrary qui a bien voulu relire ce texte et me faire part de ses remarques dont j’ai, je l’espère, fait bon usage.

2 Cf. CIL I2, 1545 = X, 5203 = ILLRP, 564 : N. Savonio N.f./pr./Apsennia Q.f. Paulla/uxor posuit.

3 Cf. CIL I2, 2634 = ILLRP, 588 : A. Salvius A.f./A.n. Crispinus/anorum (sic) LI hi <c> / conditus est. / Gessit Ferentei / IIIIvir(atum) quater. / Sumo (sic) supremo/die oena ei vixit a / municipalibus (conclamatum est). Cf. aussi deux autres inscriptions du même sarcophage de la gens Salvia : CIL I2, 2511 = ILLRP, 589 dédiée à un Salvius [.... hono] res omneis functus (datée de 67 av. J.-C.) et CIL I2, 2635 = ILLRP, 590 : Sex. Salvius A.f. / vix. annos XXCIIX Illlvir ter.

4 Cf. CIL I2, 1748= IX, 2240 = ILLRP, 676 : [-] Visellius L.f. / Fal. Flaccus / Beneventan. / heic sepultus e(st) / duovir Tele[s(iae)] / [p] r. Benev[enti].

5 Cf. CIL I2, 1829 = IX, 4132= ILLRP, 525 : T. Statius T.f. St.n. / aed. q. / Annia An.f. uxo(r).
Malheureusement la plupart de ces inscriptions ont été arrachées à leur contexte archéologique et on ignore sur quel type d’édifice elles pouvaient se trouver.

6 Cf. CIL I2, 1497= XIV. 3685 = I.I., IV, 1, n. 14 = D. 6229 = ILLRP, 682 : Tul. Tullius Tul.f. P. Sertorius P.f. censores.

7 Cf. CIL I2, 1442 = XIV, 2638 = D. 6206 = ILLRP, 689 : C. Volcacius C.f. Labeo / M. Plaetorius L.f.M.n. aid.

8 C’est-à-dire de sua pecunia, de sententia senatus, ex decreto decurionum, ex senatus consulta, ex conscriptorum sententia.

9 Les inscriptions prises en examen proviennent essentiellement des deux volumes de Inscriptiones Latinae Liberae Rei Publicae de A. Degrassi, Florence, 1957 et 1963, complétés par des textes des Corpora Inscriptionum Latinarum (CIL) de l’Italie péninsulaire de la fin de la république ou des débuts d’Auguste non insérés dans ILLRP. On a aussi tenu compte d’inscriptions plus récemment publiées (et qui n’ont pas toujours été reprises dans L’Année Epigraphique), publiées dans des revues italiennes, parfois d’audience locale, ainsi que des inscriptions de Paestum, d’époque républicaine, publiées par M. Mello et G. Voza, Le iscrizioni latine di Paestum, 2 vol., Naples, 1968-1969. Ont été volontairement omis dans cet examen les magistri campani qui requièrent un traitement spécifique (cf. dans ce même volume la communication de J.-M. Flambard, pp. 75 sq.).

10 Le même vocabulaire sert, que ces travaux aient été exécutés avec les deniers publics ou à leurs frais. De toutes façons, il semble que des travaux à caractère public devaient être autorisés par le sénat local, quel que soit le type de financement.

11 Cf. pour cet usage les inscriptions provenant de Rome, mais aussi les textes, par exemple : Tite Live, IV, 22, 7 : censores villam publicam in Campo Martio probaverunt.

12 Cf. ILLRP, 705-723b : ces magistri peuvent être soit des hommes libres, soit des affranchis ; en outre supra J.-M. Flambard et aussi infra la discussion pp. 386 sq.

13 Cf. les textes regroupés dans ILLRP, section XV, II, p. 129 sq., n. 696-779. On trouve le même vocabulaire, ce qui est, en fait, logique, qu’il s’agisse de travaux entrepris par des magistrats (urbains ou “municipaux”) ou par des magistri pagi ou vici ou de collèges professionnels.

14 Cf. entre autres exemples ILLRP, 607 et 608.

15 Cf. CIL I2, 1688 = X, 292 = D. 5430 = ILLRP, 574 (In oppido Padula agri).

16 Coeraverunt / Sex. Aelius Sex.f. Sex. Fufidius C.f. / C.Egnatius Q.f. L. Coelius H(eri) f.

17 Cf. BC, 17,4 : ad hoc multi (= conjurés) ex coloniis et municipiis domi nobiles. Cf. à propos de cette expression que, depuis Syme (The Roman Revolution. Oxford, 1939, p. 82, n. 3), on utilise volontiers comme un équivalent de magistrats “municipaux” les pages de Cl. Nicolet. L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), T.I, Paris, 1966, et en particulier les pages 397-400. Cl. Nicolet analyse tous les cas d’emploi de cette expression, qui reste, en fait, le privilège presque exclusif de Cicéron, et il estime, avec raison semble-t-il, que domi nobilis ne saurait avoir un sens technique, précis, alors que le mot nobilis, appliqué à des Romains, n’a pas non plus lui-même un sens juridique rigoureux.

18 Cf. Oth., 1.

19 Ne sont cités que quelques exemples, il ne s’agit pas d’un relevé exhaustif.

20 Cf. à propos de L. Bantius de Nola : nobilissimus eques sociorum (XXIII, 15,8) ; Vibius et Paccius du Bruttium, qui prirent parti pour Rome contre Carthage sont longe nobilissimi gentis (XXVII, 15,3).

21 Les personnages les plus éminents de Nola en 215/214 sont primores et principes (XXIII, 14 ; 15 ; 39 ; XXIV, 13).

22 Cf. Trebius de Compsa (XXIII, 14) ; sont aussi nobiles les transfuges italiens qui prirent le parti de Rome (XXIV, 47).

23 A une époque qui, elle aussi, est antérieure à celle prise en examen dans cette étude, cf. M. Anicius, praetor Praenestinorum (Tite Live, XXIII, 19).

24 Arpinatibus honoribus indicatus inferior quaesturam Romae petere ausus est (VI, 9, 14).

25 Cf. Odes, III, 17, 6. Suétone (Cal., 23) affirme que le grand-père maternel de Livie aurait été décunon de Fundi.

26 Fundos Aufidio Lusco praetore libenter linquimus, insani videntes praemia scribae, praetextam et latum clavum prunaeque vatillum, Sat., I, 5, 34.

27 J’arrive à une conclusion proche de celle de G. Achard qui a étudié le vocabulaire de Cicéron, mais avec une autre optique ; il s’intéressait aux qualifications laudatives ou aux emplois de boni, dans deux articles : Les qualifications laudatives des étrangers à l’époque républicaine, REL, 56, 1978 (1979), pp. 141-158 et L’emploi de boni, boni viri, boni cives et leurs formes superlatives dans l’action politique de Cicéron, Et.Cl., XLI, 1973, pp. 207-221.

28 Quod erat dictator Lanuvi Milo (Pro Mil., X, 27).

29 Cf. Ad Att., XV, 17,1 et 15,1.

30 Cf. Ad Fam., XIII, 11,3.

31 Cf. Pomp., 17 : “Sthénis, l’un des gouverneurs de la ville, lui ayant demandé audience, lui dit qu’il ne ferait pas justement, si, pardonnant à celui qui était auteur de toute la faute, il détruisait ceux qui n’avaient point failli. Pompée à donc lui demanda qui était celui qu’il voulait dire être auteur de tout le mal, et Sthénis répondit que c’était lui-même qui avait persuadé ses amis, et contraint par la force ses ennemis, de faire tout ce qu’ils avaient fait. Pompée, ayant pris plaisir à ouïr parler aussi franchement et magnanimement cet homme, lui pardonna, remettant le crime à lui en premier, et conséquemment à tous les autres Himériens” (Traduction Jacques Amiot).

32 2 Verr., II, 112.

33 2 Verr., II, 88.

34 2 Verr., II, 83.

35 2 Verr., II, 91.

36 2 Verr., I, 44-45 : il s’agit d’un magistrat de Sicyone en Achaïe dont il exigea de l’argent, y compris par la torture : (44) — In Achaia.... videretur incredibile — magistratum Sicyonum nummos poposcit... (45) ibi hominem ingenuum, domi nobilem, populi Romani socium atque amicum, fumo excruciatum semivivum reliquit.

37 Cf. à propos d’analyse de vocabulaire J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1963, en particulier pp. 224 sq. sur la notion de nobilitas et les références infra dans les notes à cet ouvrage. Aussi Cl. Nicolet, op.cit., et particulièrement à propos de domi nobiles, pp. 397 sq.

38 AMPLIUS : Cf. pour les références dans les discours de Cicéron : H. Merguet, Lexikon zu den Reden des Cicero, I, pp. 216-219, en particulier aux rubriques homo (p. 217) et vir (p. 218). Hellegouarc’h, op. cit., p. 229 le considère comme synonyme de nobilis, mais avec une nuance de grandeur qui est souvent accentuée par d’autres termes laudatifs ; ce mot est lui aussi lié, comme nobilis, à l’exercice du cursus honorum, mais à titre personnel. Il ne concerne pas la famille dans son ensemble, comme le suppose l’emploi de nobilis.
Ces remarques, certes, ont été faites par Hellegouarc’h à propos du cursus sénatorial et des sénateurs de Rome ; cependant, c’est sans difficulté qu’on peut les transposer dans le milieu municipal ou provincial. Qu’il s’agisse de Cicéron ou d’autres auteurs de langue latine, il est évident que le vocabulaire à leur disposition reste le même ; qu’ils doivent caractériser les élites politiques ou sociales de Rome ou les milieux des magistrats ou des décurions des cités en dehors de Rome, ils ont recours aux concepts de grandeur, d’important, de noble, d’illustre, et donc aux mêmes mots, à charge du lecteur ou de l’auditoire de comprendre la transposition.

39 CLARUS : Cf. les exemples dans Merguet, op.cit., I ; pp. 544-547. Hellegouarc’h, op.cit., p. 227, le considère comme un terme très proche de nobilis, mais doté d’un sens plus large qui permettait de l’attribuer à un homme qui n’était pas nécessairement un sénateur ou un chevalier.

40 DOMI (...) : Cf. Merguet. op.cit., II, pp. 159-161 ; aussi les commentaires de Sir R. Syme, op.cit., p. 82 et n. 3, et les pages de Cl. Nicolet, op.cit., p. 397. Cf. infra note 17 à propos de nobilis et de domi nobilis. On trouve beaucoup plus fréquemment la formule domi clarus ou princeps. Alors que, comme le fait remarquer Cl. Nicolet, cette formule est toujours utilisée à propos de provinciaux ou d’étrangers, c’est cependant la définition qui a eu le plus de succès dans l’historiographie moderne pour désigner les élites municipales.

41 GRATIOSUS : Cf. Merguet, op.cit., II, p. 425. C’est un terme moins utilisé et qui apparaît peu dans le vocabulaire politique de Rome ; il est présent dans ce qu’on peut appeler les “discours municipaux” et dans les Verrines, et il caractérise une certaine élite locale. Il est peu souvent associé à d’autres épithètes.

42 HONESTUS (HONESTISSIMUS) : Cf. Merguet, op.cit., pp. 500-502 ; cf. Hellegouarc’h, op.cit., p. 462 remarque qu’il est parfois associé à gratiosus : à l’origine il désignait celui qui a exercé une charge publique, puis il a pris une valeur très générale ; ce terme s’applique certes aux classes dirigeantes, mais qui peuvent être sénatoriales, équestres mais aussi municipales et provinciales. Il reste cependant (cf. Cl. Nicolet, op.cit., pp. 235-236) le terme le plus usité pour qualifier les equites.

43 ILLUSTRIS : cet adjectif est beaucoup moins utilisé pour définir les notables locaux ; selon Hellegouarc’h. op.cit., p. 461, il qualifie surtout des equites à la fin de la république, mais non exclusivement, car il peut désigner d’autres groupes sociaux. Cf. les pages de CI. Nicolet, op.cit., pp. 225-230, prouvent qu’en réalité seulement une fois sur dix il s’agit de chevaliers. Ce mot sert davantage pour caractériser un objet ou une abstraction.

44 NOBILI (NOBILISSIMUS) : Cf. Merguet, op.cit., III, pp. 313-315, en particulier les rubriques adulescens et homo ; selon Hellegouarc’h, op.cit., p. 224, ce mot exprime une prééminence de la personne qui a acquis une particulière importance dans le domaine politique, mais sans pour autant correspondre à une définition précise, au moins pour l’époque qui nous intéresse. C’est une des épithètes les plus courantes pour définir les notables locaux, particulièrement fréquente dans le Pro Cluentio et dans les Verrines, et. en général, dans ce que nous pouvons appeler les “discours municipaux”. Cf. l’analyse approfondie que fait Cl. Nicolet de l’expression “domi nobiles”, op.cit., pp. 397 sq. Il montre que cette expression reste le privilège de Cicéron (outre un exemple dans Salluste, Cat., 17,4 et un autre dans Quinte Curce, III, 13,15) ; on est frappé par la constatation que nobilis ou nobilissimus s’appliquent toujours à des étrangers. Cl. Nicolet reconnaît qu’il est tentant de donner à l’expression domi nobilis un sens technique, c’est-à-dire d’en faire le titre de ceux qui ont exercé des magistratures locales, mais il ne pense pas que ce soit juste. Cf. texte supra p. 54. En fait, ces termes ont un sens plus social que juridique. Ce n’est pas par hasard que Cicéron les utilise dans ses “discours municipaux” ; selon Nicolet, ces Italiens que l’orateur mentionne (tels ceux qui apparaissent dans le Pro Cluentio) viennent à peine de s’intégrer dans la citoyenneté romaine et Cicéron souhaite mettre en relief leur importance et leur noblesse sur le plan local.

45 OBSCURUS : Cf. Merguet, op.cit., pp. 415-416 (et la forme laudative est bien entendu non obscurus).

46 PRAEDITUS : Cf. Merguet, III, p. 729-730, complété par diverses précisions, en particulier par auctoritate ou summa auctoritate ou summo splendore etc.

47 PRIMARIUS : Cf. Merguet, op.cit., III, p. 762-763. En général, il s’agit de vir primarius. Hellegouarc’h, op.cit., p. 465, rappelle que sa valeur est très incertaine ; il peut désigner des chevaliers mais aussi, comme dans les Verrines, des nobles de province (2 Verr., I, 67,157 ; II, 20 ; 149 ; III, 122 ; 200 ; V, 120). Les primarii peuvent appartenir à toutes les catégories sociales, sénateurs, chevaliers ou non.

48 PRIMUS : Cf. Merguet, op.cit.. p. 767-769. Fréquent dans les 2 Verrines (XXVIII, 68 et XXXVI, 89).

49 PRINCEPS : Cf. Merguet, op.cit., III, pp. 769-771, en particulier avec dicit et sum. Hellegouarc’h, étant donné l’optique du thème qu’il traite (les partis politiques à Rome) ne considère cette expression que dans le contexte de l’Urbs avec le sens des plus importants des nobiles, et en fait un équivalent de nobilissimi ; il ne prend pas en compte les cas dans lesquels il s’agit de princeps civitatis, la civitas étant une ville municipale ou provinciale.

50 SUMMUS : Selon Hellegouarc’h, op.cit., p. 231, ce mot désigne celui qui atteint le plus haut degré des honneurs. Il sert d’adjectif à d’autres termes tels que nobilitas, auctoritas ou summo loco natus entre autres.

51 Cf. art. cit., Les qualifications laudatives..., p. 144.

52 Cf. art. cit., Les qualifications laudatives..., p. 145.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540