Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Les producteurs de biens artisanaux en Italie à la fin de la République

Jean-Paul Morel

Texte intégral

1S’il devient relativement aisé de parler des productions artisanales de la fin de la République - malgré tant d’incertitudes qui subsistent encore, il s’agit, tous comptes faits, d’un domaine où l’on commence à disposer de bons points de repère-, il est autrement problématique de parler des producteurs : car nous sommes confrontés alors à des lacunes considérables des sources archéologiques, épigraphiques, littéraires.

    • 1 CIL, X, 8059, 1 : Diane Tifatine sur un signaculum, rapporté avec vraisemblance à une tuilerie par (...)

    Sources archéologiques : par eux-mêmes, les objets, même non périssables, nous renseignent très mal, fussent-ils marqués (ce qui du reste est peu fréquent). Que doit-on déduire par exemple de timbres qui nous apprennent que Diana Tifatina, ou encore Pupillus Agrippa - Agrippa Postumus, alors âgé d’un an - « produisaient » des briques1 ?

    • 2 CIL, X, 1781.

    Sources épigraphiques (autres que les marques) : on peut à peine compter sur l’épigraphie des humiliores, d’une part à cause de sa rareté (surtout pour l’époque que nous considérons), d’autre part parce qu’elle nous laisse ignorer en général la profession, ou le rôle, des personnages impliqués. L’épigraphie plus officielle, même lorsque par extraordinaire elle daigne traiter de questions techniques, est tout aussi décevante. Un document aussi exceptionnel que la lex parieti faciendo de Pouzzoles, qui nous apprend tout sur la façon dont doit être construit un mur, qui cite les magistrats et les garants qui président à cette opération, ne nous apprend rien en revanche sur l’entreprise et les ouvriers qui réaliseront le travail2.

    • 3 Mentionnons à titre d’exemple deux textes de Pline typiques à cet égard : N.H., XXXV, 160, avec l’a (...)

    Sources littéraires : la littérature d’époque romaine se complaît à décrire des curiosités naturelles et éventuellement techniques, ou, surtout, à énumérer les productions qui font la renommée d’une ville, d’une région. Mais elle ne dit mot des producteurs, sauf quelques cas exceptionnels que nous aurons l’occasion de mentionner3.

  • 4 Caton, De agric., 135.
  • 5 Horace, Odes, I, 31, 9.
  • 6 A moins de lui assimiler les Catenae obbae de Varron, Menipp. 114 Bücheler = 116 Cèbe. Mais cela se (...)
  • 7 Un autre exemple de distorsion de nos sources est donné par les vases de bronze de Capoue, attestés (...)

2Informations rares et imprécises, donc. A fortiori nous ne pouvons guère espérer les faire se recouper entre elles, se conforter et s’affiner mutuellement. Lorsque d’aventure cela semblerait possible, il faut déchanter rapidement. Ainsi, nous connaissons, aussi bien par la littérature que par l’archéologie, des productions de Calès à l’époque républicaine. Caton énumère quelques spécialités artisanales de cette ville au IIe s. av. n. è. : ce sont notamment des outils de fer, dont des falces4. Et Horace confirme que les falces étaient bien une spécialité de Calès5. Mais nous n’avons aucune trace archéologique identifiable de ces instruments. En revanche, aucun des textes que nous connaissons ne mentionne la céramique à reliefs calénienne6, dont des trouvailles archéologiques et des marques de fabrique nous garantissent qu’elle a effectivement été fabriquée, au moins en partie, dans cette localité7.

3Ces difficultés d’information, qui grèvent si souvent l’étude de l’économie antique, s’accroissent si l’on veut : 1) s’intéresser spécifiquement à la production artisanale, et non à l’agriculture ou au commerce ; 2) s’intéresser spécifiquement aux IIe et Ier siècles avant notre ère, et non pas à l’époque impériale, voire à la période « médio-républicaine » ; 3) s’intéresser spécifiquement - répétons-le - aux producteurs plutôt qu’aux productions. Un simple coup d’oeil sur les traités habituels d’économie antique révèle pour la fin de la République romaine les lacunes béantes de la documentation habituellement utilisée et de la problématique habituellement adoptée. D’où la nécessité de tenir compte des moindres indices disponibles, dût-on courir le risque de les surinterpréter et de transformer des cas particuliers en règles générales.

***

I. — LA SITUATION AVANT LA DEUXIÈME GUERRE PUNIQUE

4Un rappel préalable de la situation durant la période immédiatement antérieure à celle dont je dois principalement traiter est conseillé par deux considérations qui ne sont opposées qu’en apparence :

  1. il permettra de faire ressortir par contraste une certaine spécificité de l’époque tardo-républicaine ;

  2. d’autre part, grâce aux indices mieux interprétables qu’offre la période médio-républicaine (je pense notamment aux marques), il nous éclairera sur certains modes de production qui très probablement subsistent aussi par la suite, quoique de façon pour ainsi dire souterraine et anonyme, à côté du mode de production esclavagiste qui les bat puissamment en brêche.

  • 8 F. Coarelli, Strigili da Palestrina, dans Roma medio-repubblicana, aspetti culturali di Roma e del (...)
  • 9 Sur ce problème, cf. B. Hoffmann, Essai sur les marques de fabrique à l’époque romaine = Revue inte (...)

5On connaît pour le IIIe siècle (et dans une moindre mesure pour le IVe siècle) un assez grand nombre de marques de fabrique, ou plus généralement de signatures, sur des produits artisanaux : céramique (vernis noir surtout, et accessoirement tuiles, briques et amphores), mais aussi métal (strigiles et autres objets8). Je n’évoquerai ici que pour mémoire le problème - considérable - de la signification d’une marque, dont on peut se demander si elle désigne le propriétaire de l’officine, son gérant, ou un ouvrier (et dans ce dernier cas, quel ouvrier parmi tous ceux qui interviennent dans le processus de fabrication)9. Au-delà de ces inconnues, qui ne seront pas levées de sitôt, il reste possible de raisonner toutes choses égales par ailleurs.

  • 10 A Rome (CIL, X, 6097) ; et à Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit).
  • 11 A Teano (W. Johannowsky, Relazione preliminare sugli scavi di Teano, dans BA, 48, 1963, 1-2, p. 140 (...)
  • 12 A Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit).
  • 13 A Rome, sur un « guttus » (en fait, un askos) d’argile blanchâtre (E. Dressel, La suppellettile del (...)
  • 14 Autres exemples : L. Pakkuiis (en osque), à Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit) ; - L. Marc (...)
  • 15 Exemples, entre autres : Ti.Alb, P.At et N.D à Teano (inédites) ; - L. Tr et L. Eq à Capoue (P. Min (...)

6Quelle que soit, donc, la signification des marques et des signatures des IVe-IIIe siècles (et il faudra toujours garder à l’esprit cette incertitude, cette inquiétude), elles comprennent une grande proportion de noms d’ingenui incontestables. Exemples : C. Paco(nius) C.f.Q.n.10, C. Pact(umeius) C.f.11, C. Coranii12, C. Galoni13, etc.14. Même lorsque les marques sont fortement abrégées ou se réduisent à des initiales - ce qui est le cas le plus fréquent-, les probabilités les plus élevées sont en faveur d’ingenui : ne serait-ce que d’après la nature de la ou des premières initiales, qui peuvent presque toujours se rapporter à un prénom latin. On n’y rencontre en effet que très exceptionnellement les lettres Β, E, F, H, I, O, R, qu’on ne pourrait rapporter à de tels prénoms15.

  • 16 G. Monaco (éd.), Museo Nazionale archeologico di Castiglioncello (Livorno). Visione archeologico-tu (...)
  • 17 CIL, XV, 6086 ; M.-O. Jentel, CVA, France, XXIII, Louvre, XV, Paris, 1968. p. 33.
  • 18 G. Fiorelli, dans NSA, 1885, p. 82.
  • 19 CIL, XI, 6703, 4, b. - P. Mingazzini préfère développer C.s. en cum suis, ce qui me paraît insouten (...)

7Ces ingenui travaillent avec (ou du moins signent avec : insistons encore sur cette nuance) des affranchis et/ou des esclaves. La céramique calénienne à reliefs atteste cette coexistence. Exemples, sur cette céramique, de signatures d’ingenui, qu’on peut suivre parfois sur plusieurs générations : L. Canoleius L.f.T.n.16, C. Gabinio [...] T.n. Caleno17. Exemple de signature mentionnant peut-être un affranchi, encore que cette interprétation soit discutée : K. Serponio Caleb(us) fece(i) veqo Esqelino C.s.18. Exemple de signature mentionnant probablement un esclave : Retus Gabinius C.s. Calebus fecit19.

  • 20 R. Lanciani, Miscellanea Epigrafica, dans BCAR, 6, 1877, p. 182.
  • 21 CIL, I, 466. - Voir aussi R. Lanciani, ibid., avec une interprétation votum solvit, très improbable (...)

8De même, dans une officine de Rome au IIIe siècle, la signature P. Sextio V.f.20 coexiste avec la signature C. Sextio V.s.21.

  • 22 Sur une protomé de Méduse en bronze, de provenance inconnue : CIL. I2, 545.
  • 23 A Teano, sur vernis noir (W. Johannowsky, Relazione preliminare sugli scavi di Teano. art. cité, p. (...)
  • 24 Sur céramique calénienne à reliefs (H. Dessau, ILS, 8565, avec diverses références au CIL ; V. Blav (...)
  • 25 Sur la ciste Ficoroni (CIL. I2, 561=XIV, 4112).
  • 26 Sur un miroir de Préneste (CIL. I2, 552).
  • 27 Voir aussi Med Loucilio feced sur un strigile de Corchiano (CIL. I2, 2437 ; et F. Coarelli, dans Ro (...)

9La plupart du temps, les signataires paraissent fort peu soucieux de se faire connaître avec précision, dans la mesure où ils multiplient les abréviations et les monogrammes. Quand en revanche les marques sont plus développées, elles dénotent fréquemment une certaine fierté de citoyen, d’homme de métier, ou de spécialiste d’une tâche précise. Exemples : C. Ovio Ouf(entina tribu) fecit22, C. Pactumeius C.f. Sues(sanus)23, L. Canoleios L. f. fecit Calenos24, Novios Plautios med Romai fecid25, Vibis Pilipus cailavit26, etc.27.

  • 28 A Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit), à côté d’une autre marque Ti.Alb..., précitée.
  • 29 A Capoue (P Mingazzini, CVA, Italia, XXIX, Capua, Museo Campano, III, op. cit., p. 39).
  • 30 C.L. Woolley, Some Potter’s Marks from Cales, dans JRS, 1, 1911, 2, p. 204. - De même, toutes les m (...)

10S’interroge-t-on sur la façon dont sont organisés les ateliers ? On observe parfois, sous forme de signatures multiples, des indices d’associations de producteurs, au moins à l’échelle familiale. Exemple : Ti. L. Alba(...)28, C. L. Staie29. Mais on ne peut manquer d’être frappé, en même temps et surtout, par l’extrême morcellement de la production, ou tout au moins des signatures. On a trouvé groupés, à Calès, une grande quantité de tessons portant des marques dont 159 sont lisibles : or elles représentent 34 variétés de timbres, donnant à leur tour 17 noms différents30. Contre-épreuve : la plupart des timbres sur céramique à vernis noir que l’on connaît pour cette époque ne sont représentés que sur un seul site, ce qui correspond à une production très fragmentée, à des ateliers à très faible rayon de diffusion. Ainsi, on n’a pu observer à ce jour aucun recoupement, quant aux marques, entre la céramique que l’on a trouvée à Calès et celle que l’on a trouvée à Teano, deux sites pourtant contigus et pour chacun desquels on dispose déjà d’échantillons relativement abondants.

  • 31 G. Fiorelli, Palestrina. dans NSA, 1883, pp. 18-19 ; CIL. XV, 6095.
  • 32 CIL. I2, 2439. Voir aussi R.V.D. Magoffin, A Study of the Topography and Municipal History of Praen (...)

11On aimerait en savoir plus sur les personnages concernés, et ébaucher une prosopographie des producteurs médio-républicains : mais on ne pourrait guère le faire qu’en recourant aussi à l’épigraphie lapidaire, et celle-ci ne nous offre en règle générale que des documents plus tardifs. Comment interpréter par exemple le fait que M. Orcevius, qui produit (qui signe) de la céramique à vernis noir à Préneste, au IIIe siècle31, appartient à une gens qui plus d’un siècle plus tard a donné des magistrats à la même ville32 ? Pour tirer sérieusement parti de données de ce genre, il faudrait pouvoir les mettre en série, et on en est loin.

  • 33 Je ne sais si on peut y voir une illustration de l’affirmation selon laquelle « si raccolse alla fi (...)
  • 34 Pour nous en tenir aux timbres sur vernis noir du IIIe s., on les trouve à Spolète, Todi, Tarquinia (...)

12Notons enfin - quoique les implications de cette remarque soient encore peu claires33 - que les timbres de cette période, surtout sur la céramique à vernis noir, sont concentrés presque exclusivement dans la région du bas et moyen Tibre et dans la région tyrrhénienne centrale34 : c’est-à-dire dans la zone même qui au IIe siècle verra se développer, dans les villae rurales produisant pour la vente, dans quelques grandes manufactures, et dans certaines techniques architecturales (opus incertum, et plus tard opus reticulatum), le mode de production esclavagiste.

***

II. — À PARTIR DE LA DEUXIÈME GUERRE PUNIQUE

  • 35 Opinions diverses dans H. Willers, Neue Untersuchungen über die römische Bronzeindustrie von Capua (...)

13En ce qui concerne les producteurs de biens artisanaux, ou la connaissance que nous en avons, un changement considérable intervient à partir des dernières années du IIIe siècle : les marques disparaissent, notamment sur les productions « fines » ou « demi-fines » comme la céramique à vernis noir. Cette disparition est presque totale. Les exceptions concernent, outre l’opus doliare (dont la problématique, on le verra, est différente) : 1) peut-être certains bronzes capouans (mais leur chronologie n’est pas sûre)35 ; 2) des poteries, en nombre dérisoire, que je signalerai ultérieurement.

14Une étude des producteurs de cette époque doit distinguer nettement la main d’oeuvre des propriétaires d’officines.

A. — LA MAIN D’OEUVRE

15Elle pose des problèmes de statut, de quantité, de qualification.

1. — Statut

  • 36 G. Molisani, Lucius Catulus Quinti Catuli architectus, dans RAL, s.8, 26, 1971, p. 41-49. M. Freder (...)
  • 37 Essais de statistiques : H. Gummerus, Industrie und Handel, art. cité, col. 1501 ; J. Hatzfeld, Les (...)

16Les choses semblent claires : pour ce qui est des ouvriers et des agents de maîtrise, presque tous ceux que nous connaissons alors - c’est-à-dire ceux qui ont les moyens de laisser un témoignage épigraphique - sont des esclaves ou, surtout, des affranchis, et cela est vrai même pour les architectes36. Au-delà de toutes les statistiques qu’on a tenté d’établir pour cette époque ou pour la période immédiatement postérieure quant à la proportion entre libres, affranchis et esclaves dans le monde du travail - avec les incertitudes que cet exercice implique-, tel est assurément le fait dominant37.

  • 38 Aulu-Gelle, N.A., III, 3, 14. Attitude très sceptique de H. Gummerus, Industrie und Handel, art. ci (...)
  • 39 Vita vergiliana donatiana. 1 ; Vitae Vergilii Focae, noricensis, gudiana, monacensis ; et le commen (...)
  • 40 Cf. M. Frederiksen, Republican Capua..., art. cité : à Capoue, on relève un...]natius P.f. gla(...)(...)
  • 41 Caton, De agric., 135.
  • 42 Malgré une certaine propension des Capouans de la République à indiquer leur métier dans les inscri (...)

17J’ai tempéré d’un « presque » mon affirmation précédente. On connaît en effet, par des sources d’inégale valeur, quelques artisans ou petits producteurs libres : depuis Plaute tournant la meule dans une boulangerie38 jusqu’au père de Virgile, peut-être un potier39 ; depuis un ou deux ingenui attestés à Capoue de source épigraphique pour l’époque considérée40 jusqu’aux fabricants de cables de pressoir L. Tunnius et C. Mennius41. C’est tout à fait dérisoire quantitativement. On peut, certes, expliquer en partie cette rareté par le désir qu’éprouvaient les ingenui de se démarquer de leur métier. En somme, nous ne savons pas trop si nous devons dire que les ingenui ont disparu des inscriptions relatives aux métiers, ou (plutôt ?) que l’artisanat a disparu des inscriptions relatives aux ingenui42.

  • 43 Pour reprendre une formule de A. Carandini lors du débat qui s’est tenu le 27 novembre 1981 au Coll (...)
  • 44 Cf. A Carandini, L’anatomia della scimmia, op. cit., p. 216.

18Cette distinction entre ingenui d’une part, esclaves ou affranchis de l’autre, nous devons la maintenir, et en chercher les manifestations, autant que faire se peut. Mais il faut bien voir qu’elle perd alors une grande partie de sa signification et de sa raison d’être. Dans le système esclavagiste qui tend à prédominer à la fin de la République, « le travail de l’esclave dissout celui de l’homme libre »43. Inversement le même mot d’« esclave » peut recouvrir des modes d’utilisation très différents, depuis le responsable de fait d’une petite entreprise jusqu’à l’« instrument doté de la parole »44.

19Soulignons aussi en passant - mais il faudrait évidemment s’attarder davantage sur une observation qui est capitale, et qui en dit long sur nos incertitudes -, qu’on ignore ici encore le rôle des « artisans » que nous font connaître les inscriptions ou les textes : manoeuvres, ouvriers spécialisés, « agents de maîtrise », gérants, voire propriétaires ? Nous ne le savons pas, non plus que nous ne le savions à propos des marques de la période précédente.

2. — Données quantitatives

  • 45 R. Rémondon, Le monde romain, dans Histoire générale du travail (L.H. Parias, éd.), I, Préhistoire (...)
  • 46 Tite-Live, XXVI, 47 (où le chiffre total de la population de Carthagène est loin d’être clair) ; vo (...)

20La main d’oeuvre artisanale est très minoritaire dans la société romaine, et en général dans les sociétés qui à la même époque ont atteint un degré de développement comparable. Nous savons que dans tel bourg de l’Egypte romaine, les artisans représentent 9,5 % de la population45. A Carthagène, en 210 av. n. è., Scipion compte 2.000 artisans pour une population d’hommes libres de 10.000 habitants, auxquels il faut ajouter les esclaves non artisans et peut-être les incolae : ce qui ne devrait pas nous conduire très loin de ces quelque 10 % pour ce que nous appellerions, mutatis mutandis, le secteur secondaire. Scipion fait de ces artisans la propriété du peuple romain en leur promettant la liberté à brève échéance, tant leurs capacités les rendent précieux pour l’énorme effort de guerre qu’il faut accomplir alors46.

  • 47 Diodore de Sicile, V, 13, 2 :... τεχνιτν χαλϰέων πλϑος ἀϑϱοίζοντες.
  • 48 Plutarque, Crassus, II, 5.
  • 49 Tite-Live, XXVI, 16, 7 : les opifices ne sont qu’une partie (laquelle ?) d’une multitudo incolarum (...)

21Il est rare, il est difficile de pouvoir réunir ou de trouver concentrée une main d’oeuvre abondante, aussi bien dans l’artisanat proprement dit que dans le bâtiment. Et lorsque cela se produit, on le signale comme un fait digne d’être noté. Les producteurs d’outils en fer de Pouzzoles regroupent, nous dit Diodore, « une foule de forgerons »47. Crassus rassemble, pour ses opérations de spéculation immobilière, plus de cinq cents architectes et maçons48. La multitudo opificum qui peuple Capoue en 211 semble frapper les Romains, qui évitent de la disperser et s’emploient à la retenir sur place (encore ignorons-nous en réalité quelle proportion des habitants de la ville représentent ces opifices)49. Autant de cas rares - probablement exceptionnels -, et signalés en tant que tels. 211, 210 avant notre ère : ceux de ces épisodes qui sont datés avec précision confirment quel fut le rôle de la deuxième guerre punique dans le naissance en Italie du mode de production esclavagiste.

  • 50 G. Pucci, La produzione della ceramica aretina. Note sull’« industria » nella prima età imperiale, (...)

22Nous ignorons généralement comment sont regroupés et répartis ces ouvriers (grandes officines à main d’oeuvre nombreuse ? simple concentration géographique n’empêchant pas un éparpillement entre de multiples officines ?). Nous l’ignorons, pour reprendre les exemples précités, pour notre bourg égyptien comme pour Carthagène, pour Pouzzoles comme pour Capoue, la seule exception étant constituée par l’équipe de Crassus : plus d’un demi-millier de spécialistes d’une branche d’activité donnée au service d’un seul « employeur ». Mais Crassus n’est-il pas, justement, un personnage hors du commun ? Quand par hasard nous sommes mieux informés (c’est-à-dire essentiellement pour une période plus tardive), nous constatons que le morcellement est la règle. Il est rare que les fabriques de céramique sigillée de Pouzzoles, ou d’Arezzo, regroupent plus de dix esclaves connus de nous50.

3. — Qualification

23Il faut distinguer ici deux aspects : la « culture générale » et la qualification professionnelle.

  • 51 Remarque de E. Rodriguez lors d’une rencontre sur la production artisanale romaine, Rome, Ecole Fra (...)
  • 52 A. La Regina, dans Rivista di epigrafia italica, dans SE, 44, 1976, pp. 284-288 ; M. Lejeune, ibid. (...)

24Quant au degré de culture et d’instruction, rappelons que l’alphabétisation des ouvriers liés au commerce des amphores de Bétique sous l’Empire a frappé E. Rodriguez au point de lui faire tenir pour peu probable que ce fussent des esclaves51. Pour la période que je considère, c’est aussi d’une alphabétisation, d’un esprit, voire d’une érudition juridique très remarquables que témoigne une tuile trouvée à Pietrabbondante : vers l’époque de la guerre sociale, deux femmes esclaves y ont gravé avant la cuisson, en osque et en latin, des parodies de procès-verbaux officiels52. Il est vrai que, par définition, les analphabètes nous échappent selon ces critères.

  • 53 Tite-Live, XLII, 3. M. I. Finley aurait pu citer cette anecdote pour appuyer sa remarque sur « le m (...)
  • 54 Varron, R.R., I, 16, 4.
  • 55 Plutarque, Crassus, II, 7. Voir aussi le souci de former ses esclaves que manifeste Atticus : neque (...)

25Venons-en à la qualification professionnelle. La main d’oeuvre qualifiée est rare, et donc chère. Cela n’est pas vrai seulement pour les techniques dans lesquelles l’Antiquité en général a connu une certaine pénurie de spécialistes, comme le travail du marbre (on connaît à cet égard l’anecdote significative des tuiles de marbre du sanctuaire de Héra Lacinia à Crotone, que personne ne fut capable de remettre en place une fois qu’elles eurent été indûment enlevées, en 173, par le censeur Q. Fulvius Flaccus53). Cela est vrai aussi pour toutes les branches d’activité qui requièrent des compétences un tant soit peu particulières. La formation de spécialistes est un investissement à long terme, coûteux, aléatoire, qui risque d’être réduit à néant par la mort prématurée de l’esclave. C’est ce que redoute Varron, qui, de ce fait, conseille de prendre plutôt en location les spécialistes dont on n’a pas un besoin constant54. Inversement, pour qui le pratique en grand, cet investissement est des plus lucratifs, comme pour Crassus qui forme des techniciens - en l’occurrence, essentiellement des domestiques - et les donne en location, tirant de cette activité des revenus très supérieurs même à ceux de ses mines d’argent et de ses considérables domaines55.

  • 56 S. Treggiari, Urban Labour in Rome..., art. cité, p. 56 (pour l’ensemble de l’Occident romain, le n (...)
  • 57 Opus caementicium : F. Coarelli, Public Buildings in Rome Between the Second Punic War and Sulla, d (...)

26La rareté et le coût de la main d’oeuvre très qualifiée contraignent sans aucun doute à parcelliser les tâches, afin de pouvoir les confier à des ouvriers non qualifiés. Faisant l’inventaire des métiers artisanaux attestés à Rome, S. Treggiari est stupéfaite d’arriver à un total de 160 « jobs » : « extravagant subdivision of labour », qui dépasse de beaucoup celle que l’on connaît dans ces hauts lieux de l’artisanat que furent le Paris du XIIIe siècle ou la Florence du XVe siècle56. Lorsque les produits se laissent interpréter dans cette optique, ils confirment du reste que la parcellisation des tâches fut un des traits dominants du « centre » du monde romain à son apogée, en particulier à la fin de la République : c’est le cas de l’opus caementicium et de la campanienne A57.

Β. — LES EMPLOYEURS, LES PROPRIÉTAIRES D’OFFICINES

27Qui s’étonnera qu’ils soient mieux connus de nous que les ouvriers - de façon du reste toute relative ?

1. — Les « personnes morales » et les collectivités

28L’importance des collectivités civiles, militaires et religieuses en tant que producteurs fut certainement considérable.

    • 58 Diane : Diane Tifatine sur un signaculum (CIL X, 8059, 1 ; voir aussi supra, note 1). - Hercule : u (...)
    • 59 M. Steinby, La produzione laterizia, art. cité, p. 271 : Cerer. sac. sur des briques commercialisée (...)
    • 60 Sur les propriétés des sanctuaires, voir G. Bodei Giglioni, Pecunia fanatica. L’incidenza economica (...)

    Productions des sanctuaires : Diana Tifatina et Hercule à Capoue58, Cérès à Pompéi59, sont « propriétaires » d’ateliers de briques60.

    • 61 Monte Iato : cf. par exemple H.P. Isler, Scavi della missione archeologica dell’Università di Zurig (...)
    • 62 F. Costabile observe qu’à l’époque romaine la production privée prend le pas sur celle des cités et (...)

    Productions des cités : elles sont probablement attestées (encore que cette interprétation ne soit pas la seule possible) par des timbres comme IAITOY sur des briques de Monte lato au IIe siècle, comme ΔΗ(ΜΟΣΙΟΝ) sur des briques de Velia surtout, mais aussi de Rhegium, Messine, Taormina, Ischia à l’époque hellénistique tardive61. Bref, ce type de production paraît limité (comme peut-être du reste la production des sanctuaires) à la Sicile, à la Grande Grèce et aux franges immédiates de cette dernière, régions où la conquête romaine aura pour effet, semble-t-il, de la résorber62.

    • 63 Tite-Live, XXVI, 47, 2 ; cf. aussi Polybe, X, 17, 9.

    Productions de l’Etat Centralisé : rappelons le sort que, lors de la prise de Carthagène en 210, Scipion réserve aux 2000 opifices qu’il capture : eos publicos fore populi Romani edixit cum spe propinqua libertatis, si ad ministeria belli enixe operam navassent63.

    • 64 Voir un témoignage beaucoup plus tardif dans Végèce, II, 11.

    Productions de l’armée enfin, dont notre période n’offre pas d’indices sûrs mais dont la simple vraisemblance garantit la possibilité64.

2. — Les particuliers

  • 65 Cf. V.A. Sirago, La personalità di C. Vestorio, dans Puteoli, Studi di Storia Antica, 3, 1979, pp. (...)
  • 66 Voir V.A. Sirago, art. cité, pp. 4 et 10-11 ; J.H. D’Arms, ibid.
  • 67 Vitruve, VII, 11, 1 ; Pline, N.H., XXXIII, 162. Le Vestorius producteur de colorants serait un affr (...)
  • 68 A. Tchernia, Direction des recherches archéologiques sous-marines (Informations archéologiques), da (...)

29Viennent d’abord à l’esprit les noms de quelques ténors, qui tous appartiennent à l’aristocratie ou à cette bourgeoisie municipale à laquelle s’intéresse notre colloque. Le plus connu (je n’ose dire le plus significatif) est C. Vestorius, de Pouzzoles, sur lequel l’intérêt s’est concentré récemment65 par suite de la conjonction extraordinaire de trois types de données : 1) C’est un familiaris de Cicéron, qui le mentionne à plusieurs reprises66 ; 2) Pline et Vitruve parlent de sa production industrielle - si leur Vestorius est le même que le C. Vestorius de Cicéron, ou tout au moins l’un de ses affranchis67 : ce que rend très vraisemblable la donnée suivante ; 3) On a découvert dans l’épave 3 de Planier du caeruleum provenant probablement de Pouzzoles - et, dans ce cas, probablement de l’officine de Vestorius-, et qui a été exporté à grande distance vers 50 av. n. è.68.

  • 69 Caton, De agric., 135. Voir dans le même sens R. Martin, édition de Palladius, Traité d’agriculture(...)
  • 70 Vitruve, VII, 11, 1. Même cela admis, la notoriété de C. Vestorius contraste avec l’anonymat qui en (...)
  • 71 Cicéron, Ad Att., XIV, 12, 3.

30« Conjonction extraordinaire », disais-je. Ce qui en fait est extraordinaire, voire peut-être unique, c’est que Vitruve et Pline citent le nom d’un producteur de biens artisanaux (le cas des fabricants mentionnés par Caton est différent, puisqu’il s’agit en l’occurrence d’une sorte de liste de fournisseurs à usage local et presque familial69). Qu’est-ce qui vaut à Vestorius ce sort exceptionnel ? C’est peut-être que sa production représente pour l’Italie une innovation commerciale et technique dans une branche d’activité qui, écrit Vitruve, satis habet admirationis70. Ce que confirme involontairement Cicéron lorsqu’il décrit C. Vestorius, ironiquement sans doute, mais au fond non sans quelque admiration envieuse, comme hominem remotum a dialecticis, in arithmeticis satis exercitatum71. D’une façon générale cet art d’adopter, d’adapter et de promouvoir industriellement et commercialement des techniques venues d’autres régions - en fait, de l’Orient méditerranéen - était le propre de Pouzzoles, celle des villes d’Italie qui à cette époque entretenait avec le bassin oriental de la Méditerranée les relations les plus suivies : voir la sigillée, le verre, les colorants. Mais il reste que, même pour Pouzzoles, on ne connaît aucun autre producteur que les textes nous fassent connaître comme ils nous font connaître C. Vestorius.

  • 72 Plutarque, Crassus, II, 5 ; Strabon, V, 3, 7. Voir aussi le commentaire de P. Gros, Architecture et (...)
  • 73 M. Torelli, Industria estrattiva, lavoro artigianale, interessi economici : qualche appunto, dans T (...)
  • 74 Cicéron, Ad Att., XVI, 4, 4. Et D. Manacorda, Produzione agricola, produzione ceramica e proprietar (...)

31Considérons maintenant des personnages ou des situations moins atypiques. Nous rencontrons d’abord quelques grands noms qui sont des exemples caractéristiques. Crassus : déjà mentionné précédemment pour avoir su exploiter le filon de la formation professionnelle, il fait aussi fortune, entre autres, grâce à son activité de promoteur-charognard, s’enrichissant en proportion des malheurs d’autrui (mais un passage de Strabon suggère que ce n’était pas à Rome un cas exceptionnel)72. Les Cossutii : M. Torelli a tiré au clair leur activité mixte d’architectes et d’exploitants de carrières de marbre, pour l’extraction comme pour le transport, à travers toute la Méditerranée, pendant plus d’un siècle73. Les Sestii enfin, qui concilient l’exploitation de vastes vignobles, une production de terre cuite (qui très significativement comporte d’une part des amphores, faites près de Cosa et servant d’emballages à un vin largement exporté vers des destinations lointaines, et d’autre part des briques faites à Rome et qui ne sont diffusées que localement), et une activité d’armateurs dont Cicéron vante les luculenta navigia74 : bel exemple d’intégration verticale d’affaires interdépendantes dont ils ont la maîtrise d’un bout à l’autre du processus de production et de commercialisation.

32Quand nous connaissons d’autres personnages de cette classe sociale liés à la production industrielle ou artisanale, nous constatons qu’ils sont impliqués dans tout ou partie des activités suivantes :

  • 75 Auxquels il faut sans doute ajouter celui de C. Vestorius lui-même : cf. V.A. Sirago, La personalit (...)

a) Le bâtiment (nous venons d’en citer des exemples)75.

  • 76 R. Etienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 168 (et 173) ; A. Tchemia et F. Zevi, Amph (...)
  • 77 A. Tchernia, Premiers résultats des fouilles de juin 1968..., art. cité, pp. 60-64 et 72-74.
  • 78 G. Buchner et A. Rittmann, Origine e passato dell’isola d’Ischia, op. cit., p. 58 ; E. Lepore, Per (...)
  • 79 Sur l’exportation de la campanienne A à Délos, voir quelques indications dans J.-P. Morel, Céramiqu (...)

b) La production d’amphores ou de dolia. Mentionnons les Eumachii de Pompéi76 ; ou M. Tuccius Galeo, dont Cicéron accepte l’héritage en 47 av. n. è.77 ; ou Trebius Loisius, qui timbre des amphores à Ischia, et dont nous savons qu’il a un compte courant à Délos en 16278 (il serait d’ailleurs tentant d’y voir, sinon un des producteurs de la campanienne A, du moins un des exportateurs de cette céramique vers l’emporium des Cyclades79).

  • 80 A. Tchernia et F. Zevi, Amphores vinaires de Campanie et de Tarraconaise..., art. cité, p. 40 ; M. (...)
  • 81 Asinius Pollion : CIL, XIV, 4090, 4 à 9 ; - Domitius Calvinus : M. Steinby, La produzione laterizia (...)
  • 82 A. Andrén et E. Berggren, Blera (località Selvasecca). Villa rustica romana con manifattura di terr (...)

c) La production de briques et de tuiles. C’est le cas des Eumachii encore80 ; d’Asinius Pollion, consul en 40, de l’autre consul de la même année, Cn. Domitius Calvinus, et selon toute probabilité de Cicéron81 ; des Licinii, dont deux clients, autour de 200, portent respectivement les surnoms d’Imbrex et de Tegula, et dont on a peut-être retrouvé, dans une villa près de Blera, un atelier où, à une époque indéterminée entre le IIIe siècle et le Ier siècle, des tuiles étaient marquées d’un « L »82.

  • 83 CIL, X, 813 ; E. Lepore. Orientamenti per la storia sociale di Pompei, dans Pompeiana (raccolta di (...)
  • 84 Q. Remnius Palaemo : cf. Suétone, De grammaticis, XXIII. - Sur la coexistence dans l’industrie vest (...)

d) L’industrie lainière : comme les Eumachii une fois de plus83, ou comme, un peu plus tard, Q. Remnius Palaemo, qui tire d’énormes revenus de son enseignement, de ses vignes, et de ses officinae promercalium vestium, de ses fabriques de vêtements conçus pour la vente - aux antipodes, par conséquent, d’une production domestique de textiles sur laquelle l’attention se concentre généralement, mais qui était loin d’être la règle84.

33Si nous tentons une première récapitulation en considérant l’ensemble des cas mentionnés, et notamment les personnages que nous ne connaissons pas seulement par des inscriptions sur pierre ou sur objets fabriqués, mais aussi par des textes (c’est-à-dire les personnages qui sont dignes que les textes parlent d’eux), alors nous constatons que les seules productions artisanales ou assimilées - non agricoles - qui leur soient rapportées sont (mis à part le cas, toujours isolé, de C. Vestorius) les suivantes :

  • 85 Le « imprese edilizie » sont classées, avec les « officine che fabbricano le merci più varie destin (...)

a) D’une part l’architecture et la construction. C’est là un domaine où les commandes publiques, les recommandations, les garanties offertes ou sollicitées, jouent un tel rôle qu’on y est à la limite du politique, que ce soit à l’échelle de l’Etat ou de la ville (c’est pourquoi je ne peux me résoudre, contrairement à ce qui a été récemment proposé, à voir dans les productions architecturales des produits comme les autres du « système de la manufacture urbaine esclavagiste »85).

  • 86 P. Setälä, Private Domini in Roman Brick Stamps of the Empire. A Historical and Prosopographical St (...)
  • 87 Voir par exemple Ε. Lepore, Orientamenti per la storia sociale di Pompei, art. cité, p. 165 ; J. An (...)
  • 88 Varron, R.R., I, 2, 21. Digeste, VIII, 3, 6 ; XVIII, 1, 65 ; XXXIII, 7, 1, 25 ; 7, 12. - Les agri r (...)

b) D’autre part, les fabrications d’amphores, de tuiles et de briques, ainsi que l’industrie lainière : c’est-à-dire des activités en liaison étroite avec la propriété foncière, soit parce qu’elles fournissent à l’agriculture des emballages qui sont les compléments indispensables de sa production ; soit parce qu’elles en tirent leurs matières premières. Mais elles ne sont pas les seules dans ce cas (il faut de l’argile pour faire de la céramique « fine » comme il en faut pour faire des briques et des tuiles), et les raisons profondes de la prééminence, du prestige dont jouissent ces activités précises mériteraient sans doute d’être mieux cernées. Il est de fait en tout cas que ces deux activités - opus doliare et industrie lainière - sont si liées à la terre que P. Setälä a pu étudier les praedia des environs de Rome à travers la production de briques86, et que l’on s’accorde à reconnaître que le secteur lainier est aux mains des propriétaires fonciers-éleveurs87. Du reste, les figlinae et les textrinae sont à plusieurs reprises évoquées par Varron et par le Digeste en liaison avec les fundi ou les villae88.

34Seulement, on se doute bien que ces activités ne sont qu’un aspect très partiel de la production artisanale. Si nous nous interrogeons sur tout le reste, qui est considérable - métaux, bois, poterie autre que l’opus doliare, industries alimentaires, colorants... -, force est de constater que nous sommes fort incapables de citer, d’après les textes, des personnages de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie (à l’exception, toujours, de C. Vestorius) et que, d’une façon générale, nos connaissances s’amenuisent singulièrement.

  • 89 Auxquelles il faut peut-être ajouter les derniers vases caléniens à reliefs, si, comme il est possi (...)

35Considérons d’abord la poterie, puisque c’est elle qui, pour cette époque, fournit l’essentiel de notre documentation. Nous connaissons une grande quantité de productions : mais elles sont à peu près totalement dépourvues de marques. Je ne trouve guère à signaler que les exceptions suivantes89 :

  • 90 La bibliographie concernant ces vases est abondante, depuis A. Baudrillart, Coupes de Popilius, dan (...)
  • 91 Sur les contrastes entre ces bols et les produits céramiques habituellement utilisés dans l’Italie (...)

a) Les bols à reliefs ombriens. Ce sont des vases qui se singularisent dans l’Italie de cette époque, à tous égards - forme, type de décors, technique de fabrication -, et qui au demeurant sont très rares d’une façon absolue. Ces vases sont en quelque sorte de véritables survivances, et il en est de même de leurs marques, relativement développées et clairement interprétables, et qui vont parfois jusqu’à indiquer le lieu de production : Mevania, ou Ocriclo. Dans ces signatures voisinent des hommes libres (C. Popilius, C. Lappius, C. Sextius, L. Quinctius, etc.) et des esclaves (Heracleides, Cilo C. Popili)90. En somme, on retrouve ici le type même de caractéristiques que j’avais déjà signalées pour les vases marqués de la période précédente91.

  • 92 J’en connais des exemplaires, en grande partie inédits : 1) à Rome, Chiusi et Cerveteri, et aux mus (...)
  • 93 Les noms entiers ou abrégés des esclaves sont Dama. Fl-, Glaucus, Lucrio, Lusimacus, Rufio. Sel-, S (...)

b) Une série de petits gobelets très profonds, à base étroite, à pâte noirâtre, portant une marque sur leur fond externe. Malgré les incertitudes qui subsistent à leur égard, ils est probable qu’ils ont été produits en Italie centrale au Ier siècle av. n. è., et qu’ils ont été l’objet d’une exportation privilégiée en direction des rivages du golfe du Lion92. Cet atelier comprenait au moins trois patrons (terme dont je reconnais qu’il est vague à souhait) ingenui, C. et St. Rullius et L. Asinius ; et nous connaissons les noms de neuf ou dix de leurs esclaves pour à peine plus de trente exemplaires recueillis93. Association familiale, faible production, grande variété des marques pour un nombre restreint d’ouvriers : encore des caractéristiques que j’ai mentionnées à propos de l’Italie centrale des IVe-IIIe siècles.

  • 94 M.T. Marabini Moevs, Aco in Northern Etruria. The Workshop of Cusonius at Cosa, dans MAAR, 34, 1980 (...)

c) L’atelier de gobelets de M. Cusonius, établi à Cosa. Sa production n’est pas diffusée hors de cette ville, où en revanche, malgré sa faiblesse quantitative, elle jouit d’un quasi-monopole94. Cette consommation sur place des produits des petites officines est aussi un des traits marquants de la période précédente.

  • 95 Caton, De agric., 135.
  • 96 CIL, VI, 1958. Sur Eurysaces, voir en dernier lieu P. Ciancio Rossetto, Il sepolcro del fornaio Mar (...)
  • 97 CIL, X, 3821. - De la même façon, Haterius, tout en « avouant », par la présence d’une grue sur sa (...)

36Ce sont des caractéristiques assez analogues à celles de ces fabriques céramiques modestes qu’il faut vraisemblablement imaginer pour les fournisseurs de funes torculi de Caton, L. Tunnius de Casinum et C. Mennius L.f. de Venafrum95. Il n’en va pas autrement, sans doute, pour la foule des producteurs de l’industrie alimentaire au niveau du village ou du quartier, même si nous ne connaissons pour cette branche d’activité au même titre que pour les autres, comme il est hélas naturel, que les cas exceptionnels. Citons parmi ces derniers un Umbricius Scaurus pour le garum, un M. Vergilius Eurysaces pour la boulange. Eurysaces, du reste, ne se vante peut-être de son métier que parce qu’il est aussi redemptor96, et qu’à ce titre il participe - comme les entrepreneurs du bâtiment, toutes proportions gardées - de la considération toute relative qui peut s’attacher au service de l’Etat ou des collectivités : de même qu’à Capoue Lucceius Peculiaris ne se dit pas entrepreneur de maçonnerie, mais redemptor prosceni97.

37Tout cela permet de supposer que pour les innombrables « petites et moyennes entreprises » qui constituent le véritable tissu industriel ou artisanal de l’Italie, rien n’est fondamentalement changé depuis le IIIe siècle, si ce n’est la disparition presque totale des marques, sur laquelle je reviendrai. C’est sur ce fond presque inchangé (mais souvent négligé par les historiens), c’est sur cette basse continue que se détachent les quelques ténors que sont les grandes entreprises « industrielles » toujours citées en exemple quand on parle du mode de production esclavagiste, à commencer par la campanienne A.

  • 98 Ces marques se trouvent sur la céramique arétine à vernis noir tardive et de transition vers le ver (...)

38Quelques-uns des exemples précédemment allégués sont postérieurs au milieu du Ier siècle av. n. è., et je les ai cités avec les autres en raison des facteurs de continuité qui persistent du IIIe siècle jusqu’à l’époque augustéenne. Toutefois, à certains égards, les années 50 avant notre ère représentent un tournant, que révèlent en particulier deux phénomènes : la réapparition des marques sur la céramique à vernis noir, après un siècle et demi d’anonymat rigoureux98, et la naissance, avec la sigillée arétine, d’un nouveau produit que tout oppose à ceux de la période précédente : caractéristiques techniques, formes et décors des vases ; type de commerce (diffusion à longue distance, en grande partie vers l’intérieur des terres ; fondation de succursales, à Pise, à Lyon...) ; emploi assez systématique des marques de fabrique.

  • 99 G. Pucci, La produzione della ceramica aretina..., art. cité.
  • 100 T.P. Wiseman, The Potteries of Vibienus and Rufrenus at Arretium, art. cité, p. 280.
  • 101 T.P. Wiseman, art. cité, p. 276, a raison d’observer que les figlinae qui produisaient des briques (...)

39Le problème qui consiste à inférer des produits aux producteurs ne disparaît pas pour autant ; mais il a été suffisamment mis en lumière par G. Pucci pour me dispenser d’y revenir99. Tout au plus rappellerai-je l’opinion de T. P. Wiseman selon laquelle C. Vibienus et T. Rufrenus d’Arezzo seraient des membres de familles sénatoriales100. Contrairement à notre collègue, je ne crois pas qu’on puisse y voir la preuve que la céramique « fine » doit être mise sur le même plan que l’opus doliare. Que cette céramique ait pu alors être signée par des membres de la nobilitas me semble relever d’une tout autre problématique : il y a une période, à partir du deuxième triumvirat, où l’on marque (où l’on peut marquer) tout - donc la céramique « fine » aussi-, et une autre, auparavant, où l’on ne marque aucune céramique sauf l’opus doliare101. Je reviendrai plus loin sur les implications de cette dernière observation.

C. — QUELQUES PROBLÈMES GÉNÉRAUX

1. — Organisation de la production

40Les indices dont nous disposons - ils ne sont jamais très nombreux - suggèrent que la production est fréquemment organisée sous le double signe de l’association et de la déconcentration.

a) Association

  • 102 F. Benoit, L’épave du Grand Congloué à Marseille (XIVe suppl. à Gallia), Paris, 1965, p. 38.
  • 103 V. Righini, Lineamenti di storia economica della Gallia Cisalpina : la produttività fittile in età (...)
  • 104 CIL, X, 3995. - Pour les Cossutii, cf. M. Torelli, Industria estrattiva, lavoro artigianale, intere (...)
  • 105 Cf. A. Tchernia, Premiers résultats des fouilles de juin 1968 sur l’épave 3 de Planier, art. cité. (...)

41Les phénomènes d’association couvrent un spectre étendu de possibilités. A un pôle, de petites sociétés parfois familiales, comme celles que forment T. et Q. Iuventius, qui signent ensemble des amphores gréco-italiques102, ou L. Numisius et C. Comicius, qui signent ensemble des briques103. A l’autre pôle, de grandes familiae de fabricants ou de spécialistes, aux nombreuses ramifications - les Cossutii en sont un exemple typique-, et qui peuvent se former au gré des liens de parenté, ou regrouper les affranchis et peut-être les esclaves d’un personnage influent (on a conservé à Capoue une inscription libertorum et familiae aerariae Popilianae104); ou encore des societates dont nous cernons mal les contours, mais que nous laisse entrevoir, dans tel cas privilégié, la combinaison de plusieurs sources dont aucune, prise séparément, ne serait très éclairante (par exemple l’épave de Planier 3, les trouvailles d’amphores apuliennes et la correspondance de Cicéron105).

b) Déconcentration

  • 106 Sur ces problèmes, et sur l’artisanat groupé, voir notamment G. Pucci, La produzione aretina..., ar (...)

42Les grandes firmes semblent généralement subdivisées en une nébuleuse d’officines à « dimensions humaines », le(s) maître(s) et des affranchis de confiance dirigeant chacun une petite équipe. On connaît, ou on devine, cette situation pour la firme de garum d’Umbricius Scaurus, pour la production des outils de fer à Pouzzoles, pour certains ateliers d’architecture en Campanie, pour des officines de sigillée du début de l’Empire, etc. Tout cela traduit la volonté de partager les risques, ainsi que l’importance des problèmes de coercition et de surveillance que ne manqueraient pas de poser des entreprises de grande taille : bref, la volonté d’optimiser la production en unités qui ne soient ni trop petites, ni trop grandes106.

2. — Investissements

  • 107 E. Lepore, Per una storia economico-sociale di Neapolis, art. cité, p. 313.
  • 108 R. Rémondon, Le monde romain, dans Histoire générale du travail, op. cit., I, p. 345.
  • 109 Chr. Goudineau, La céramique dans l’économie de la Gaule, dans Les potiers gaulois (Les dossiers de (...)
  • 110 A. Brongniart, Traité des arts céramiques, ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pra (...)

43Dans les activités artisanales qui dépassent nettement la moyenne représentée par les petites officines de village ou de quartier, les investissements sont-ils aussi lourds qu’on l’affirme parfois107 ? Pour le négoce au long cours, peut-être. Pour la production, rien n’est moins sûr. Comme l’observe R. Rémondon, si le travail est vil, l’argent est cher, et les investissements qui viseraient à augmenter la productivité ne seraient guère rentables108. De fait, la grande majorité des activités artisanales que nous avons évoquées n’exigent ni ouvriers très qualifiés, ni équipements particulièrement élaborés : c’est en particulier le cas de la céramique109. Et l’on pouvait certainement compter sur le bon sens des propriétaires d’officines pour éviter les mises de fonds lourdes et d’une rentabilité incertaine. En plein XIXe siècle, Alexandre Brongniart déconseille encore, pour faire des briques, l’emploi d’une machine (mue par un cheval), car outre son coût d’achat, d’installation et d’entretien, elle entraîne des investissements supplémentaires (aires de séchage, de stockage, etc.) et des risques de chômage ; il préconise plutôt les petites équipes à base familiale, qui n’exigent qu’une faible mise de fonds et évitent les risques de surproduction110.

3. — Liens entre l’agriculture et l’artisanat

44J’ai déjà évoqué certaines facettes de ce problème particulièrement discuté ; d’autres aspects peuvent maintenant être envisagés.

45a) Topographiquement, je constate que, pour la période républicaine à partir de la deuxième guerre punique :

    • 111 Apani : B. Sciarra, Alcuni bolli anforari brindisini, dans Epigraphica, 28, 1966, p. 122 ; Ead., Ri (...)
    • 112 Par exemple, des ateliers de tuiles et de briques ont été trouvés dans deux des trois villae fouill (...)

    Les productions qu’un personnage de haut rang peut se permettre de revendiquer (en y apposant sa marque) sont localisées hors des agglomérations, même lorsqu’il s’agit de grandes officines dont nous savons que les produits ont été exportés. C’est le cas des ateliers d’amphores d’Apani, d’Ischia, et des environs de Sinuessa, de Terracine et de Cosa111, et d’une infinité d’ateliers de tuiles et de briques112.

    • 113 J.-P. Morel, ibid., p. 320.

    Les autres productions en revanche - celles qu’on n’avoue pas, et qui sont dépourvues de marques même lorsqu’elles auraient pu en porter et arriver jusqu’à nous (comme la céramique « fine ») - sont localisées, quand il s’agit de grandes officines dont nous savons que les produits ont été exportés, dans des agglomérations : campanienne A à Naples, campanienne B-oïde à Calés, fer à Pouzzoles, colorants à Pouzzoles encore113.

  • 114 Liaison production de vin-production doliaire : M. Steinby, La produzione laterizia, art. cité, p. (...)

46b) Plus généralement, une sorte de vulgate que presque personne ne discute veut que la production artisanale, ou industrielle, soit pour l’époque considérée un sous-produit de l’agriculture, qu’elle dépende totalement de la propriété foncière, qu’elle repose toujours sur les surplus de l’activité agricole, et qu’enfin la seule « activité principale » que l’on puisse prêter aux membres des oligarchies soit celle de propriétaire foncier114. C’est sûrement presque toujours vrai ; mais l’est-ce absolument toujours ? Et ne peut-on supposer qu’il y a une bourgeoisie « industrielle », c’est-à-dire des « bourgeois » investissant dans la production artisanale et en tirant le plus clair de leurs revenus ?

  • 115 A. Carandini, L’anatomia della scimmia.... op. cit., p. 236.
  • 116 G. Pucci, La produzione della ceramica aretina.... art. cité, p. 293. Si J.E. Skydsgaard estime que (...)
  • 117 S’il est vrai, comme l’observe J. Andreau (Les affaires de Monsieur Jucundus, op. cit., p. 298), qu (...)
  • 118 Sur l’importance considérable de la consommation - et donc de la production - du verre, voir J.-P. (...)

47Si on reconnaît parfois cette possibilité pour une bourgeoisie mercantile115, on la nie généralement quant à une bourgeoisie « industrielle »116. Mais je ne suis pas éloigné de penser que cette possibilité a pu exister, et que Vestorius (dont nous ignorons les éventuels revenus agricoles), et peut-être Umbricius Scaurus117, ou Vergilius Eurysaces, ont pu être les représentants d’une telle bourgeoisie, et avec eux beaucoup d’autres dont nous ne saurons jamais les noms pour les raisons que j’ai dites : qu’on pense par exemple, toujours à Pouzzoles, mais pour une période immédiatement postérieure à la nôtre, à l’importante production du verre118.

48c) Psychologiquement, enfin, nous observons qu’une production n’est reconnue, et éventuellement signée, qu’en tant qu’elle entretient avec la propriété foncière quelque rapport, fût-il assez factice, comme dans le cas des briqueteries.

4. — Problèmes éthiques et mauvaise conscience

  • 119 Tite-Live, XXI, 63, 4. - Sur cette loi, voir en dernier lieu J. Andreau, Economie, société et polit (...)
  • 120 Cicéron, De off., I, 150.
  • 121 Voir aussi, plus tard, l’expression caractéristique qu’emploie Pline (N.H., XXXV, 197) lorsqu’il év (...)
  • 122 Plutarque, Crassus, II, 7.

49Les considérations éthiques sont importantes non seulement en elles-mêmes, mais aussi en ce qu’elles expliquent le filtrage des traces que l’activité exercée peut laisser, et dont l’archéologie s’empare (ou est obligée de se passer). Entre le quaestus omnis patribus indecorus visus par lequel Tite-Live motive la Lex Claudia de 219/218119 et le nec quicquam ingenuum habere potest officina du De Officiis120 - c’est-à-dire précisément tout au long de la période qui nous intéresse ici-, il est évident que le problème s’est souvent posé121, et que bien des arrangements sont intervenus. Ces problèmes, ces arrangements, se traduisent entre autres par la savante gradation établie par Cicéron entre les diverses sources de profit, ou par la maxime de Crassus selon laquelle « tout doit être pris en main par les esclaves, et ces derniers par le maître »122 : quelle meilleure définition antique que celle-ci pourrait-on d’ailleurs trouver pour le mode de production esclavagiste ?.

  • 123 Molière, Le bourgeois gentilhomme, acte III, scène 12, et acte IV, scène 3.
  • 124 Très significative à cet égard est l’affirmation de J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, (...)

50Monsieur Jourdain n’aimait pas qu’on rappelât que son père avait été drapier : il préférait qu’on dît qu’il rendait service à ses amis pour de l’argent123 (ce qui, soit dit en passant, se pratiquait constamment dans l’entourage de Cicéron). Mutatis mutandis, nos bourgeois gentilshommes des deux derniers siècles de la République font de même, en ce qui concerne la production artisanale, et notamment la leur propre124.

***

51En approfondissant ce sujet, j’ai été de plus en plus sensible à l’existence d’un double secteur dans l’activité artisanale de la période considérée.

  • 125 Cicéron, De off., I, 150. Voir déjà en ce sens T. Frank, Vergil, a Biography, New York, 1922, pp. 9 (...)

52Le premier est celui des productions avouables, même par les gens de la très haute société. Celles, par exemple, où ils apposaient leur nom, comme l’opus doliare. En un mot, celles qui étaient proches de l’agriculture, ou plus exactement de la propriété foncière - ou considérées comme telles, par un mécanisme mental qui, certes, mériterait d’être plus clairement défini. Celles, en somme, qui se trouvaient être, pour reprendre l’expression précitée de Cicéron, « dignes d’un homme libre »125.

53L’autre secteur est celui des productions artisanales - très importantes, les plus importantes peut-être - qu’avouaient, éventuellement et rarement, quelques petits bourgeois, et que pratiquaient, ou plutôt faisaient pratiquer sans doute, bien d’autres personnages de haut rang, mais d’une façon si anonyme, si voilée, que nous aurons à leur sujet toutes les peines du monde à remonter des productions aux producteurs.

Notes

1 CIL, X, 8059, 1 : Diane Tifatine sur un signaculum, rapporté avec vraisemblance à une tuilerie par J. Heurgon, Capoue préromaine, Paris, 1942, p. 300, et par A. De Franciscis, Templum Dianae Tifatinae, Caserte, 1956, p. 44. - Agrippa Postumus : cf. M. Steinby, La produzione laterizia, dans Pompei 79 (F. Zevi, éd.), 1ère édition hors-commerce, Naples, 1979, p. 270 ; l’inscription est datée de 11 av. n. è. ; Agrippa Postumus est né en 12.

2 CIL, X, 1781.

3 Mentionnons à titre d’exemple deux textes de Pline typiques à cet égard : N.H., XXXV, 160, avec l’accent mis sur la notoriété apportée aux villes par certaines spécialités artisanales (nobilitatem, nobilitantur) ; et N.H., XXXVI, 193, où la technique de fabrication du verre à Pouzzoles est indiquée de façon assez minutieuse, tandis que l’emploi systématique de formes passives ou impersonnelles (teritur, miscetur, fit...) rend l’opération rigoureusement anonyme. - L’exception la plus notable en ce domaine est celle de C. Vestorius (voir infra).

4 Caton, De agric., 135.

5 Horace, Odes, I, 31, 9.

6 A moins de lui assimiler les Catenae obbae de Varron, Menipp. 114 Bücheler = 116 Cèbe. Mais cela semble chronologiquement impossible.

7 Un autre exemple de distorsion de nos sources est donné par les vases de bronze de Capoue, attestés par des textes et des marques, ignorés de l’épigraphie lapidaire. Cf. J.-P. Morel, Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine, dans La Magna Grecia nell’età romana (Atti del XV Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 1975), Naples, 1976 (1979), pp. 290-291.

8 F. Coarelli, Strigili da Palestrina, dans Roma medio-repubblicana, aspetti culturali di Roma e del Lazio nei secoli IV e III a.C., Rome. 1973, pp. 282-285. Voir aussi les divers exemples de cistes, de miroirs, d’ornements mentionnés ci-dessous.

9 Sur ce problème, cf. B. Hoffmann, Essai sur les marques de fabrique à l’époque romaine = Revue internationale de la propriété industrielle et artistique. Paris, mars 1965 ; G. Pucci, La produzione della ceramica aretina. Note sull’« industria » nella prima età imperiale romana, dans DdA, 7, 1973, 2-3, pp. 266 et 287-288 ; C. Bémont. Le décor des vases sigillés, dans Les potiers gaulois (Les dossiers de l’Archéologie, 6, sept.-oct. 1974), p. 75 ; F. Favory, Le monde des potiers gallo-romains, ibid., p. 95 ; C. Pavolini, Una produzione italica di lucerne : le Vogelkopflampen ad ansa trasversale, dans BCAR, 85, 1976-77 (1980), pp. 54 et 71 ; A. Carandini, Alcune forme bronzee conservate a Pompei e nel Museo Nazionale di Napoli, dans L’instrumentum domesticum di Ercolano e Pompei nella prima età imperiale (= Quaderni di Cultura Materiale, 1), Rome, 1977, p. 168 ; Chr. Goudineau, La céramique arétine, dans Céramiques hellénistiques et romaines (P. Lévêque et J.-P. Morel, éd.). Paris, 1980. p. 129 ; J.-P. Morel, dans Latomus, 39, 1980, 2, pp. 506-507.

10 A Rome (CIL, X, 6097) ; et à Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit).

11 A Teano (W. Johannowsky, Relazione preliminare sugli scavi di Teano, dans BA, 48, 1963, 1-2, p. 140).

12 A Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit).

13 A Rome, sur un « guttus » (en fait, un askos) d’argile blanchâtre (E. Dressel, La suppellettile dell’antichissima necropoli esquilina. Parte seconda : le stoviglie letterate, dans AnnInst, 1880, p. 290, n° 75 ; réimprimé dans H. Dressel, Saggi sull’instrumentum romano, Pérouse, 1978, p. 75).

14 Autres exemples : L. Pakkuiis (en osque), à Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit) ; - L. Marci, à Capoue (P. Mingazzini, CVA, Italia, XXIX, Capua, Museo Campano, III, Rome, 1958, p. 39) ; - L. Piano à Alba Fucens (F. De Visscher, J. Mertens et J.-Ch. Balty, dans MonAnt, 46, 1963, col. 370) ; - Eco C. Antonios, à Rome (I.S. Ryberg, An Archaeological Record of Rome from the VIIth Century to the Second Century B.C., Londres-Philadelphie, 1940, p. 120) ; - Πόπλιος έπόησε, à Velia (inédit). - Voir aussi, infra, les signatures sur céramique calénienne.

15 Exemples, entre autres : Ti.Alb, P.At et N.D à Teano (inédites) ; - L. Tr et L. Eq à Capoue (P. Mingazzini, CVA, Italia, XXIX..., op. cit., p. 39) ; - L.Op et Cn. E à Spolète (G. Sordini, dans NSA, 1903, p. 197) ; - C. Lou à Alba Fucens (F. De Visscher, J. Mertens et J.-Ch. Balty, dans MonAnt, 46, 1963, col. 370) ; - L.H, P.Lo et L.Se au sanctuaire de l’embouchure du Garigliano (P. Mingazzini, dans MonAnt, 37, 1938, col. 898-899) ; - Sex.Mu, L.L.L et C.P.H à Calès (C.L. Woolley, dans JRS, 1, 1911, 2, p. 203) ; M.Set ou M.Set à Lanuvium (CIL, XV, 6107) ; - M.Ca, C.Ca, Q.Pup et S.A à Interamna Lirenas (inédits) ; - D.Pu à Casinum (inédit).

16 G. Monaco (éd.), Museo Nazionale archeologico di Castiglioncello (Livorno). Visione archeologico-turistica, Castiglioncello, 1958. p. 6.

17 CIL, XV, 6086 ; M.-O. Jentel, CVA, France, XXIII, Louvre, XV, Paris, 1968. p. 33.

18 G. Fiorelli, dans NSA, 1885, p. 82.

19 CIL, XI, 6703, 4, b. - P. Mingazzini préfère développer C.s. en cum suis, ce qui me paraît insoutenable (Tre brevi note di ceramica ellenistica, dans ArchClass, 10, 1958, p. 226, note 1). - Sur les problèmes posés par l’interprétation de ces marques, voir A. Oxé, Zur älteren Nomenklatur der römischen Sklaven, dans RhM, n. F., 59, 1904, pp. 117-119 ; H. Gummerus. Industrie und Handel, dans PWRE, IX, 2 (Stuttgart, 1916), col. 1449. - Autres exemples de marques analogues : Nicolavu[s] Fulvi M. Se[r(vus)], sur une brique, à Ostie (A. Degrassi, ILLRP, II, Florence, 1963, n° 1175) ; Barnaeus Octavi Cn. s., sur une lampe, à Rome (ibid., n° 1195).

20 R. Lanciani, Miscellanea Epigrafica, dans BCAR, 6, 1877, p. 182.

21 CIL, I, 466. - Voir aussi R. Lanciani, ibid., avec une interprétation votum solvit, très improbable ; E. Dressel, La suppellettile... art. cité, p. 297 (= réimpr., p. 82) ; Th. Mommsen, Libertini servi, dans Eph.Epigr., IV, 1881, pp. 246-247, pour qui il s’agit d’un affranchi.

22 Sur une protomé de Méduse en bronze, de provenance inconnue : CIL. I2, 545.

23 A Teano, sur vernis noir (W. Johannowsky, Relazione preliminare sugli scavi di Teano. art. cité, p. 140).

24 Sur céramique calénienne à reliefs (H. Dessau, ILS, 8565, avec diverses références au CIL ; V. Blavatsky, Istoria antitchnoï raspissnoï kieramiki, Moscou, 1953, p. 248 ; M.T. Falconi Amorelli, Patera mesomphalica fittile proveniente da Vulci firmata da L. Canoleio Caleno, dans ArchClass, 17, 1965, 1, pp. 130-131).

25 Sur la ciste Ficoroni (CIL. I2, 561=XIV, 4112).

26 Sur un miroir de Préneste (CIL. I2, 552).

27 Voir aussi Med Loucilio feced sur un strigile de Corchiano (CIL. I2, 2437 ; et F. Coarelli, dans Roma medio-repubblicana..., op. cit.. p. 311) ; diverses inscriptions sur céramique calénienne à reliefs, mentionnant que le vase a été fait à Calès, Calebus ou par un Calénien, Calenus ; ou divers graffiti-signatures en osque sur céramique de Teano, tels que Beriiumen : anei : upsatuh : sent : Tiianei : (= Beriorum in (officina)... facti sunt Teani) : voir en dernier lieu I. Sgobbo, Gli ultimi Etruschi della Campania, dans RAAN, 52, 1977 (1978), p. 15.

28 A Teano, dépôt votif du Fondo Ruozzo (inédit), à côté d’une autre marque Ti.Alb..., précitée.

29 A Capoue (P Mingazzini, CVA, Italia, XXIX, Capua, Museo Campano, III, op. cit., p. 39).

30 C.L. Woolley, Some Potter’s Marks from Cales, dans JRS, 1, 1911, 2, p. 204. - De même, toutes les marques sur vernis noir trouvées dans le sanctuaire de l’embouchure du Garigliano y figurent en un seul exemplaire, à l’exception de deux d’entre elles qui sont représentées respectivement par deux et trois exemplaires (P. Mingazzini. Il santuario della dea Marica alle foci del Garigliano, dans MonAnt. 37, 1938, col. 899 et pl. XXXIX).

31 G. Fiorelli, Palestrina. dans NSA, 1883, pp. 18-19 ; CIL. XV, 6095.

32 CIL. I2, 2439. Voir aussi R.V.D. Magoffin, A Study of the Topography and Municipal History of Praeneste. Baltimore, 1908, pp. 97 et 99 (réimprimé dans Studi su Praeneste. Pérouse, 1978, pp. 139 et 141).

33 Je ne sais si on peut y voir une illustration de l’affirmation selon laquelle « si raccolse alla fine della seconda guerra punica quanto si era cominciato a seminare fin dalla seconda metà del IV secolo » (A. Carandini. L’anatomia della scimmia. La formazione economica della società prima del capitale, Turin, 1979, p. 188).

34 Pour nous en tenir aux timbres sur vernis noir du IIIe s., on les trouve à Spolète, Todi, Tarquinia, Alba Fucens, Rome, Préneste, Lavinium, Artena, Aquinum. Casinum, Interamna Lirenas, Minturnes, au sanctuaire de l’embouchure du Garigliano, à Teano. Calès, Capoue, Sant’Angelo in Formis. Sur ce problème, voir déjà J.-P. Morel, Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine, art. cité, p. 476.

35 Opinions diverses dans H. Willers, Neue Untersuchungen über die römische Bronzeindustrie von Capua und von Niedergermanien, Hanovre-Leipzig, 1907, p. 69 (dès 150/100 av. n. è.) et p. 85-91 (avec un recueil de 218 estampilles) ; M. Frederiksen. Republican Capua : a Social and Economic Study, dans PBSR, 27 (n.s., 14), 1959, p. 109 (date haute) ; A. Carandini, Alcune forme bronzee..., art. cité, p. 167 (la diffusion à grande distance commence sous Auguste). Voir aussi Caton, De agric., 135 ; et A. De Franciscis, Commento a due nuovi « tituli magistrorum Campanorum », dans Studi offerti a A. Calderini e R. Paribeni, Milan. 1956, III, pp. 354-358 (un P. Baebius N.l. aerarius à Capoue en 105 av. n. è.).

36 G. Molisani, Lucius Catulus Quinti Catuli architectus, dans RAL, s.8, 26, 1971, p. 41-49. M. Frederiksen, dans Incontro di Studi su « Roma e l’Italia fra i Gracchi e Silla » (= DdA, 4-5, 1970-71, 2-3), pp. 326-327.

37 Essais de statistiques : H. Gummerus, Industrie und Handel, art. cité, col. 1501 ; J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris, 1919, pp. 247-248 ; P. Garnsey, Non-Slave Labour in the Roman World, dans Non-Slave Labour in the Greco-Roman World (P. Garnsey, éd.) (=Cambridge Philological Society, Supplementary Volume 6), Cambridge, 1980, pp. 43-45. L’accent est mis sur l’importance considérable du travail servile dans les deux derniers siècles de la République par W.L. Westermann, The Slave Systems of Greek and Roman Antiquity, Philadephie, 1955, pp. 80 et 90. Pour les ateliers d’Arezzo. cf. Chr. Delplace, Les potiers dans la société et l’économie de l’Italie et de la Gaule au Ier siècle av. et au Ier siècle ap. J.-C., dans Ktema, 3, 1978, p. 57-62.

38 Aulu-Gelle, N.A., III, 3, 14. Attitude très sceptique de H. Gummerus, Industrie und Handel, art. cité, col. 1452.

39 Vita vergiliana donatiana. 1 ; Vitae Vergilii Focae, noricensis, gudiana, monacensis ; et le commentaire de T. Frank, Vergil, A Biography, New York, 1922, p. 9 (qui s’illusionne sans doute sur l’« enormous output » des fabriques céramiques d’Italie du Nord vers 70 av. n. è., et par conséquent sur la situation d’un figulus de cette région à cette époque).

40 Cf. M. Frederiksen, Republican Capua..., art. cité : à Capoue, on relève un...]natius P.f. gla(...) (s’agit-il d’un gladiarius ? cf. Frederiksen, p. 127, n° 11 ; 104 av. n. è.) et un...] N.f. faber (p. 128, n° 14). C. Obinius Cn. f. lanio (ibid., p. 127, n° 11) n’est pas à proprement parler un artisan. - Les ingenui de Capoue mentionnant un métier artisanal sur une inscription lapidaire sont encore moins nombreux sous l’Empire : je ne vois guère à signaler que Q. Cornelius P.f. Rufus vestiarius (CIL, X, 3963) : encore peut-il s’agir d’un marchand plutôt que d’un fabricant. - Pour Rome (sous l’Empire surtout), voir S. Treggiari, Urban Labour in Rome : « mercennarii » and « tabernarii », dans P. Garnsey (éd.), Non-Slave Labour in the Greco-Roman World, op. cit., p. 56.

41 Caton, De agric., 135.

42 Malgré une certaine propension des Capouans de la République à indiquer leur métier dans les inscriptions (H. Gummerus, Darstellungen ans dem Handwerk auf römischen Grab-und Votivsteinen in Italien, dans JDAI, 28, 1913, p. 84), M. Frederiksen observe que la mention du métier est tout à fait exceptionnelle dans les listes des magistri Campani (Republican Capua..., art. cité, p. 127). C’est ce qui rend un peu problématique l’affirmation de A.J. Toynbee selon laquelle les inscriptions de Capoue montrent qu’en 112-71 encore le travail libre résistait au travail servile (Hannibal’s Legacy, II, Londres, 1965, p. 339). - Sur les incertitudes en ce domaine à propos de Capoue, cf. J. Heurgon, Les « magistri » des collèges et le relèvement de Capoue de III à 71 avant J.-C., dans MEFR, 56, 1939, p. 17.

43 Pour reprendre une formule de A. Carandini lors du débat qui s’est tenu le 27 novembre 1981 au Collège de France autour du recueil Società romana e produzione schiavistica (Rome-Bari, 1981). - De même, P. Garnsey observe que « the classification of some groups of workers is by no means a straightforward procedure », et que les sources anciennes tendent à assimiler les mercennarii aux esclaves (Non-Slave Labour in the Roman World, art. cité, p. 34).

44 Cf. A Carandini, L’anatomia della scimmia, op. cit., p. 216.

45 R. Rémondon, Le monde romain, dans Histoire générale du travail (L.H. Parias, éd.), I, Préhistoire et Antiquité, Paris, s.d. (1959), p. 334.

46 Tite-Live, XXVI, 47 (où le chiffre total de la population de Carthagène est loin d’être clair) ; voir aussi Polybe, X, 17, 6 et 10. - En revanche je ne saurais comment interpréter dans cette optique le nombre de 450 esclaves crucifiés en 133 avant n. è. à Minturnes (Orose, Historiae, V, 9, 4). Il me paraît aventureux d’y voir les ouvriers qui produisaient les outils de fer de Mintumes dont parle Caton (De agric., 135), comme le voudrait W.L. Westermann, Industrial Slavery in Roman Italy, dans The Journal of Economie History, 2, 1942, p. 154. Du reste, ce n’est là que le plus petit des groupes d’esclaves tués ou suppliciés en Sicile, en Italie du Sud ou en Grèce lors de ce bellum servile (Orose, Historiae, V, 9, 4-7).

47 Diodore de Sicile, V, 13, 2 :... τεχνιτν χαλϰέων πλϑος ἀϑϱοίζοντες.

48 Plutarque, Crassus, II, 5.

49 Tite-Live, XXVI, 16, 7 : les opifices ne sont qu’une partie (laquelle ?) d’une multitudo incolarum libertinorumque et institorum opificumque.

50 G. Pucci, La produzione della ceramica aretina. Note sull’« industria » nella prima età imperiale, dans DdA, 7, 1973, p. 267.

51 Remarque de E. Rodriguez lors d’une rencontre sur la production artisanale romaine, Rome, Ecole Française de Rome, 24 avril 1980.

52 A. La Regina, dans Rivista di epigrafia italica, dans SE, 44, 1976, pp. 284-288 ; M. Lejeune, ibid., p. 290. Un document analogue vient d’être trouvé à Pellaro, près de Reggio de Calabre.

53 Tite-Live, XLII, 3. M. I. Finley aurait pu citer cette anecdote pour appuyer sa remarque sur « le manque absolu de spécialistes » du travail du marbre (L’économie antique, trad, française, Paris, 1975, p. 96).

54 Varron, R.R., I, 16, 4.

55 Plutarque, Crassus, II, 7. Voir aussi le souci de former ses esclaves que manifeste Atticus : neque horum [artificum] quemquam nisi domi natum domique factum habuit (Corn. Nepos, XXV, Atticus, 13, 3-4).

56 S. Treggiari, Urban Labour in Rome..., art. cité, p. 56 (pour l’ensemble de l’Occident romain, le nombre des métiers connus se monte à 225). - La spécialisation considérable des métiers du métal (et notamment du bronze) à Capoue à la fin de la République est soulignée par M. Frederiksen, Republican Capua..., art. cité, p. 110.

57 Opus caementicium : F. Coarelli, Public Buildings in Rome Between the Second Punic War and Sulla, dans PBSR. 45 (n.s., 32), 1977, p. 18. - Campanienne A : J.-P. Morel, Céramique campanienne : les formes, Rome, 1981, pp. 489-490.

58 Diane : Diane Tifatine sur un signaculum (CIL X, 8059, 1 ; voir aussi supra, note 1). - Hercule : un timbre sur tuile Hercul. sacr. trouvé à S. Prisco, à côté de S. Maria Capua Vetere, a été signalé par Giuliana Tocco lors du XVIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Tarente, 1978).

59 M. Steinby, La produzione laterizia, art. cité, p. 271 : Cerer. sac. sur des briques commercialisées.

60 Sur les propriétés des sanctuaires, voir G. Bodei Giglioni, Pecunia fanatica. L’incidenza economica dei templi laziali, dans Rivista Storica Italiana, 89. 1977, pp. 33-76 (réimprimé dans Studi su Praeneste, Pérouse, 1978, pp. 3-46).

61 Monte Iato : cf. par exemple H.P. Isler, Scavi della missione archeologica dell’Università di Zurigo sul Monte Iato, dans Atti del III Congr. Internazionale di Studi sulla Sicilia Antica (= Kokalos, 18-19, 1972-73), p. 420. - Velia : Les timbres δη(μόσιον) sur briques datent essentiellement des IIe-Ier siècles av. n. è. selon U. Kahrstedt, Ager publicus und Selbstverwaltung in Lukanien und Bruttium, dans Historia, 8, 1959, p. 182 ; et Die wirtschaftliche Lage Grossgriechenlands in der Kaiserzeit (Historia, Einzelschriften, Heft 4), Wiesbaden, 1960, pp. 16-17. - Rhegium, Messine, Taormina : alors que P. Mingazzini date les timbres en question essentiellement du IIIe siècle (Velia. Scavi 1927. Fornace di mattoni ed antichità varie, dans ASMG, n.s., 1, 1954, pp. 46 et 55-56), F. Costabile estime qu’ils descendent jusqu’à la guerre sociale (dans La Magna Grecia in età romana, Atti del XV Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Tarante, 1975), Naples, 1976 (1979), p. 465) ; pour Rhegion, U. Kahrstedt, Die wirtschaftliche Lage Grossgriechenlands..., op. cit., p. 51, signale des indices « rares » d’une fabrication d’Etat. - Ischia : G. Buchner et A. Rittmann, Origine e passato dell’isola d’Ischia, Naples, 1948, p. 59 ; E. Lepore pense plutôt à des commandes publiques, à « un tipo di assorbimento » (Per una storia economico-sociale di Neapolis, dans Napoli antica (= PP. fasc. 25-27), Naples, 1952. p. 313) ; notons toutefois (voir supra) que cette supposition semble devoir être écartée pour les briques marquées par les sanctuaires, dont la problématique n’est sans doute guère différente. - Enfin, F. Costabile, loc. cit., signale aussi une production publique de briques dans la zone de Petelia ou de Crotone, vers le IIe s. av. n. è.

62 F. Costabile observe qu’à l’époque romaine la production privée prend le pas sur celle des cités et des sanctuaires : par exemple à Locres vers le IIe siècle (ibid., pp. 465-466).

63 Tite-Live, XXVI, 47, 2 ; cf. aussi Polybe, X, 17, 9.

64 Voir un témoignage beaucoup plus tardif dans Végèce, II, 11.

65 Cf. V.A. Sirago, La personalità di C. Vestorio, dans Puteoli, Studi di Storia Antica, 3, 1979, pp. 3-16 ; J.H. D’Arms, Republican Senators’Involvment in Commerce in the Late Republic : Some Ciceronian Evidence, dans The Seaborne Commerce of Ancient Rome : Studies in Archaeology and History (J.H. D’Arms et E.C. Kopff, éd.) (MAAR, 36, 1980), pp. 78-80. Voir aussi les études de A. Tchernia citées infra, note 68 ; et, dans le présent volume, l’article de J. Andreau.

66 Voir V.A. Sirago, art. cité, pp. 4 et 10-11 ; J.H. D’Arms, ibid.

67 Vitruve, VII, 11, 1 ; Pline, N.H., XXXIII, 162. Le Vestorius producteur de colorants serait un affranchi de C. Vestorius selon H. Gummerus, Industrie und Handel, art. cité, col. 1505.

68 A. Tchernia, Direction des recherches archéologiques sous-marines (Informations archéologiques), dans Gallia, 27, 1969, 2, p. 489 ; Id., Les fouilles sous-marines de Planier (Bouches-du-Rhône), dans CRAI, 1969, pp. 302-303 ; Id., Premiers résultats des fouilles de juin 1969 sur l’épave 3 de Planier, dans Etudes Classiques, 3, 1968-70, pp. 67 et 72. Voir déjà Ch. Dubois, Pouzzoles antique, Paris, 1907, pp. 127-128.

69 Caton, De agric., 135. Voir dans le même sens R. Martin, édition de Palladius, Traité d’agriculture (Coll. des Universités de France), Paris, 1976, p. 176.

70 Vitruve, VII, 11, 1. Même cela admis, la notoriété de C. Vestorius contraste avec l’anonymat qui entoure dans les textes, toujours à Pouzzoles, la fabrication du verre, qui elle aussi ressortit à une technique élaborée (voir Pline, N.H., XXXVI, 193, et notre note 3, supra).

71 Cicéron, Ad Att., XIV, 12, 3.

72 Plutarque, Crassus, II, 5 ; Strabon, V, 3, 7. Voir aussi le commentaire de P. Gros, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République (coll. Latomus, vol. 156), Bruxelles, 1978, p. 64.

73 M. Torelli, Industria estrattiva, lavoro artigianale, interessi economici : qualche appunto, dans The Seaborne Commerce of Ancient Rome..., op. cit., pp. 313-323.

74 Cicéron, Ad Att., XVI, 4, 4. Et D. Manacorda, Produzione agricola, produzione ceramica e proprietari nell’ager Cosanus nel I a.C., dans Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo (Società romana e produzione schiavistica, vol. II), Rome-Bari, 1981, pp. 28-36.

75 Auxquels il faut sans doute ajouter celui de C. Vestorius lui-même : cf. V.A. Sirago, La personalità di C. Vestorio, art. cité, p. 15.

76 R. Etienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 168 (et 173) ; A. Tchemia et F. Zevi, Amphores vinaires de Campanie et de Tarraconaise à Ostie, dans Recherches sur les amphores romaines (Coll. de l’Ecole Française de Rome, 10), Rome, 1972, pp. 37-40 (les Eumachii produisent des amphores dès la seconde moitié du Ier s. av. n. è) ; P. Castrén, Ordo populusque Pompeianus (Acta Instituti Romani Finlandiae, vol. VIII), Rome, 1975, pp. 41, 95 et 164 ; M. Steinby, La produzione laterizia, art. cité, p. 268. Ces auteurs citent divers exemples de grandes familles pompéiennes productrices d’amphores.

77 A. Tchernia, Premiers résultats des fouilles de juin 1968..., art. cité, pp. 60-64 et 72-74.

78 G. Buchner et A. Rittmann, Origine e passato dell’isola d’Ischia, op. cit., p. 58 ; E. Lepore, Per una storia economico-sociale di Neapolis, art. cité, p. 313.

79 Sur l’exportation de la campanienne A à Délos, voir quelques indications dans J.-P. Morel, Céramiques d’Italie et céramiques hellénistiques, dans Hellenismus in Mittelitalien, Göttingen, 1976, II, p. 491 ; Id., La produzione della ceramica campana : aspetti economici e sociali, dans Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, op. cit., p. 93.

80 A. Tchernia et F. Zevi, Amphores vinaires de Campanie et de Tarraconaise..., art. cité, p. 40 ; M. Steinby, La produzione laterizia, art. cité, p. 268.

81 Asinius Pollion : CIL, XIV, 4090, 4 à 9 ; - Domitius Calvinus : M. Steinby, La produzione laterizia, art. cité, p. 267 ; Cicéron : CIL, XIV, 4090, 66. - Voir aussi T.P. Wiseman, The Potteries of Vibienus and Rufrenus at Arretium, dans Mnemosyne, s. IV, 16, 1963, 3, p. 275-276.

82 A. Andrén et E. Berggren, Blera (località Selvasecca). Villa rustica romana con manifattura di terrecotte architettoniche, dans NSA, 1969, pp. 51-71. - Faut-il rapporter aux mêmes propriétaires d’officine certains timbres sur vernis noir trouvés à Caere (A.L. Lici : R. Mengarelli, Caere..., dans NSA, 1937, p. 436, n° 18) et au Magdalensberg (C. Lic : M. Schindler, Die « schwarze Sigillata » des Magdalensberges, Kärnter Museumsschriften, XLIII, Klagenfurt, 1967, p. 34 et pl. 2) ? - Licinius Imbrex : Aulu-Gelle, N.A., XIII, 23, 16 ; P. Licinius Tegula : Tite-Live, XXXI, 12, 10.

83 CIL, X, 813 ; E. Lepore. Orientamenti per la storia sociale di Pompei, dans Pompeiana (raccolta di studi per il secondo centenario degli scavi di Pompei), Naples, 1950, p. 165 ; P. Castrén, Ordo populusque Pompeianus, op. cit., p. 95, qui cite d’autres familles de Pompéi ayant des intérêts dans l’industrie lainière.

84 Q. Remnius Palaemo : cf. Suétone, De grammaticis, XXIII. - Sur la coexistence dans l’industrie vestimentaire de la production domestique et de la production manufacturière, cf. J-P. Morel, Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine, art. cité, p. 299.

85 Le « imprese edilizie » sont classées, avec les « officine che fabbricano le merci più varie destinate a mercati lontani », dans le « sistema della manifattura urbana schiavistica » par A. Carandini, Sviluppo e crisi delle manifatture rurali e urbane, dans Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, op. cit., pp. 255-256.

86 P. Setälä, Private Domini in Roman Brick Stamps of the Empire. A Historical and Prosopographical Study of Landowners in the District of Rome, Helsinki, 1977.

87 Voir par exemple Ε. Lepore, Orientamenti per la storia sociale di Pompei, art. cité, p. 165 ; J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus (Coll. de l’Ecole Française de Rome, 19). Rome, 1974, pp. 291-292.

88 Varron, R.R., I, 2, 21. Digeste, VIII, 3, 6 ; XVIII, 1, 65 ; XXXIII, 7, 1, 25 ; 7, 12. - Les agri restitués en 83 par Sylla au sanctuaire de Diana Tifatina (Velleius Paterculus, II, 25, 4) expliquent parfaitement que ce sanctuaire, comme nous l’avons indiqué, ait pu produire des briques.

89 Auxquelles il faut peut-être ajouter les derniers vases caléniens à reliefs, si, comme il est possible, ils sont postérieurs à la seconde guerre punique. - Il n’est pas exclu qu’un timbre de Rimini, L. Minucius Karus fecit, daté du IIe siècle par G. Riccioni (L’arte dell’Emilia romana. Rimini, dans Arte e civiltà romana nell’Italia settentrionale, II, Catalogo, Bologna, 1965, p. 117, nos 158 et 159), remonte en fait au IIIe s. - Quant aux timbres sur vernis noir des Licinii mentionnés supra, note 82 ils sont probablement à classer parmi les marques de la seconde moitié du Ier s. av. n. è. que nous évoquons ci-après.

90 La bibliographie concernant ces vases est abondante, depuis A. Baudrillart, Coupes de Popilius, dans MEFR, 9. 1889, p. 288-298, jusqu’à M.T. Marabini Moevs, Italo-Megarian Wares at Cosa, dans MAAR, 34, 1980, pp. 161-227, passim.

91 Sur les contrastes entre ces bols et les produits céramiques habituellement utilisés dans l’Italie de la même époque, cf. J.-P. Morel, Céramiques d’Italie et céramiques hellénistiques, art. cité, p. 486-487 et 500. - Peut-être faut-il dater aussi du IIe s. quelques bols à reliefs portant des marques qui furent fabriqués à Ischia (J.P. Morel, Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine, art. cité, p. 281, note 26).

92 J’en connais des exemplaires, en grande partie inédits : 1) à Rome, Chiusi et Cerveteri, et aux musées de Capoue et de Naples ; 2) à Ensérune (surtout), Magalas, Béziers, Montlaurès, Narbonne, Ruscino, Peyriac-de-Mer, Ampurias.

93 Les noms entiers ou abrégés des esclaves sont Dama. Fl-, Glaucus, Lucrio, Lusimacus, Rufio. Sel-, Ser-, Tauriscus et peut-être Licinius (cf. pour ce dernier CIL, XV, 6104). Exemples de marques : Dama Rulli ; Ser. Ruli C.s. : Fl. C. Rulli ; Lusimacus Rulli St. s. ; Ser. L. Asini. Je passe ici sur les restitutions possibles pour les noms d’esclaves, telles que Seleucus ou Serapion.

94 M.T. Marabini Moevs, Aco in Northern Etruria. The Workshop of Cusonius at Cosa, dans MAAR, 34, 1980, en particulier p. 257.

95 Caton, De agric., 135.

96 CIL, VI, 1958. Sur Eurysaces, voir en dernier lieu P. Ciancio Rossetto, Il sepolcro del fornaio Marco Virgilio Eurisace a Porta Maggiore, Rome, 1973.

97 CIL, X, 3821. - De la même façon, Haterius, tout en « avouant », par la présence d’une grue sur sa tombe, son métier d’entrepreneur de maçonnerie, prend bien soin d’y faire figurer aussi des bâtiments publics, comme le Colisée, qui le caractérisent comme un adjudicataire recueillant des commandes de l’Etat.

98 Ces marques se trouvent sur la céramique arétine à vernis noir tardive et de transition vers le vernis rouge (ainsi peut-être que sur la campanienne Β tardive). Exemples : Q.Af, C.V., A.V., S.Pe, C.Sef (voir aussi les marques A. L. Lici et C. Lic mentionnées supra, note 82). - A Bolsena, des 12 timbres sur préarétine publiés par Chr. Goudineau, 4 comportent des lettres (Fouilles de l’Ecole Française de Rome à Bolsena (Poggio Moscini), 1962-1967. IV. La céramique arétine lisse (Ecole Française de Rome, Suppléments, 6, IV), Paris, 1968, p. 332). Voir aussi R. Lequément et B. Liou, Céramique étrusco-campanienne et céramique arétine, à propos d’une nouvelle épave de Marseille, dans L’Italie préromaine et la Rome républicaine, Mélanges offerts à Jacques Heurgon (Coll. de l’Ecole Française de Rome, 27), Rome, 1976, II, pp. 589-595. De même, l’usage de signer les lampes connaît une première akmé à la fin de la République et au début de l’Empire : cf. C. Pavolini, Una produzione italica di lucerne : le Vogelkopflampen..., art. cité, p. 48.

99 G. Pucci, La produzione della ceramica aretina..., art. cité.

100 T.P. Wiseman, The Potteries of Vibienus and Rufrenus at Arretium, art. cité, p. 280.

101 T.P. Wiseman, art. cité, p. 276, a raison d’observer que les figlinae qui produisaient des briques ont souvent dû produire aussi des poteries. Mais il a tort d’ajouter « and these vessels would no doubt be stamped in the same way as bricks » : car justement, aux deux derniers siècles de la République, les vases n’étaient pas marqués « in the same way ».

102 F. Benoit, L’épave du Grand Congloué à Marseille (XIVe suppl. à Gallia), Paris, 1965, p. 38.

103 V. Righini, Lineamenti di storia economica della Gallia Cisalpina : la produttività fittile in età repubblicana (Coll. Latomus, vol. 119), Bruxelles, 1970, pp. 42-43 (date : IIe-Ier s. av. n. è.). - On peut comparer ces exemples : 1) pour l’époque antérieure (IIIe s. av. n. è.) à des timbres comme Ti. L. Alba, ou C.L. Staie, que nous avons précédemment signalés ; - 2) pour le Ier s. de n. è., à des timbres sur mortiers tels que Cn. Cn. Domit. Luc. et Tul., Apolloni et Ismari Cn. Cn. Domitiorum, ou Lygdi duo[r(um)] Domitior(um) (CIL, X, 8048, 6, 7, et 15) ; - 3) pour l’époque que nous considérons, mais dans l’industrie alimentaire, à l’association familiale des Lassii de Pompéi pour la production et l’exportation du vin, sur laquelle cf. J. Heurgon, Les Lassii pompéiens et l’importation des vins italiens en Gaule, dans PP, fasc. 23, 1952, p. 114.

104 CIL, X, 3995. - Pour les Cossutii, cf. M. Torelli, Industria estrattiva, lavoro artigianale, interessi economici..., art. cité. - Autres exemples : A. Umbricius Scaurus et les diverses officines de garum dirigées par lui-même et ses affranchis (E. Lepore, Orientamentiper la storia sociale di Pompei, art. cité, p. 164 ; J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, op. cit., p. 296) ; le « bureau d’architectes » formé en Campanie per Postumius Pollio et ses affranchis (M. Frederiksen, dans Incontro di studi su « Roma e l’Italia fra i Gracchi e Silla », op. cit., p. 326-327) ; et pour des fabriques de lampes, C. Pavolini, Una produzione italica di lucerne..., art. cité, pp. 124-125.

105 Cf. A. Tchernia, Premiers résultats des fouilles de juin 1968 sur l’épave 3 de Planier, art. cité. p. 73, à propos d’une probable association entre M. Tuccius Galeo et Vestorius.

106 Sur ces problèmes, et sur l’artisanat groupé, voir notamment G. Pucci, La produzione aretina..., art. cité, p. 274 ; J.E. Skydsgaard, The Desintegration of the Roman Labour Market and the Clientela Theory, dans Studia Romana in honorem Petri Krarup septuagenarii, Odense, 1976, p. 48, note 9 ; J.-P. Jacob et H. Leredde, Un aspect de l’organisation des centres de production céramique : le mythe du « cartel· :, dans Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, 21-22, 1982, pp. 93-94 (voir un exemple d’artisanat groupé au Moyen Age, avec des chiffres précis d’ateliers et de production, dans M. Perrin, Une curieuse coutume du bas Moyen Age : les « tupins » emmurés, dans Bull, de la Soc. des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, 73, 1975, pp. 19-26). Pour la métallurgie du fer à Pouzzoles, cf. J.-P. Morel, Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine, art. cité, p. 292. Nous renvoyons également à divers exemples précédemment mentionnés, comme les ateliers de garum de A. Umbricius Scaurus. - Sur les problèmes de coercition, essentiels dans la société esclavagiste, voir A. Carandini, L’anatomia della scimmia..., op. cit.. pp. 148 et 169.

107 E. Lepore, Per una storia economico-sociale di Neapolis, art. cité, p. 313.

108 R. Rémondon, Le monde romain, dans Histoire générale du travail, op. cit., I, p. 345.

109 Chr. Goudineau, La céramique dans l’économie de la Gaule, dans Les potiers gaulois (Les dossiers de l’archéologie, 6, sept.-oct. 1974), p. 106 ; J.-P. Morel, Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine, art. cité, p. 275 ; J.-P. Jacob et H. Leredde, Un aspect de l’organisation des centres de production céramique..., art. cité, pp. 89-90.

110 A. Brongniart, Traité des arts céramiques, ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, 3e éd., Paris, 1877, pp. 324-325 et 331 (« il faut une réunion rare de circonstances favorables pour qu’une briqueterie fondée sur l’emploi d’une grande et bonne machine applicable en même temps à la fabrication des tuiles et des carreaux soutienne la concurrence d’un briquetier qui, sans presqu’aucun frais, avec sa femme, ses enfants et le secours de quelques ouvriers ambulants qui viennent lui offrir leurs bras dans le temps convenable, peut faire, dans la saison, près de 2.000.000 de briques »).

111 Apani : B. Sciarra, Alcuni bolli anforari brindisini, dans Epigraphica, 28, 1966, p. 122 ; Ead., Ricerche in contrada Apani, agro di Brindisi, dans Recherches sur les amphores romaines (Coll. de l’Ecole Française de Rome, 10), Rome, 1970, p. 29-34 ; P. Baldacci, Importazioni cisalpine e produzione apula, ibid., p. 25. Ischia : G. Buchner et A. Rittmann, Origine e passato dell’isola d’Ischia, op. cit., pp. 58-59. - Environs de Sinuessa et de Terracina : A. Hesnard, Note sur un atelier d’amphores Dr. I et Dr. 2-4 près de Terracine, dans MEFRA, 89, 1977, 1, pp. 157-168 ; Ead. et Ch. Lemoine, Les amphores du Cécube et du Falerne. Prospections, typologie, analyses, dans MEFRA, 93, 1981, 1, pp. 243-295. - Environs de Cosa : D. Manacorda, Produzione agricola, produzione ceramica e proprietari nell’ager Cosanus nel I a.C., art. cité, pp. 13-22. - A. Tchernia observe qu’en Tarraconaise chaque four d’amphores semble dépendre d’une villa (Les amphores vinaires de Tarraconaise et leur exportation au début de l’Empire, dans AEA, 44, 1971, p. 75) ; pour la localisation extra-urbaine des fours des amphores à huile de Bétique, voir M. Ponsich, Nouvelles perspectives sur l’olivier du Bas-Guadalquivir dans l’Antiquité, dans Producción y comercio del aceite en la antigüedad, Madrid. 1981, carte de la p. 52.

112 Par exemple, des ateliers de tuiles et de briques ont été trouvés dans deux des trois villae fouillées près de Blera par E. Berggren (A New Approach to the Closing Century of Etruscan History : a Team-Work Project, dans Arctos. Acta Philologica Fennica, n.s., 5, 1967. pp. 29-43). - Sur la déconcentration des ateliers de tuiles et de briques, cf. J.-P. Morel, Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine, art. cité, pp. 283-284.

113 J.-P. Morel, ibid., p. 320.

114 Liaison production de vin-production doliaire : M. Steinby, La produzione laterizia, art. cité, p. 271. - Dépendance de l’industrie par rapport à la propriété foncière : cf. K. Marx, cité par A. Carandini, L’anatomia della scimmia..., op. cit., p. 42 : « L’industria è completamente dipendente dalla proprietà fondiaria, come presso i Romani più antichi » (cette dernière restriction, il est vrai, n’est pas sans importance dans la perspective de la période que nous considérons : voir du reste A. Carandini. ibid., p. 154) ; cf. aussi les propos de Quesnay cités ibid., p. 183. - Industrie reposant sur les surplus ou les capitaux de l’agriculture : G. Pucci, La produzione della ceramica aretina..., art. cité, p. 292 (pour qui la base économique des grands producteurs de céramique arétine « non può essere stata all’origine che una sola : la terra » ; mais ce « à l’origine » pose implicitement, sans le développer, le problème, réel, de savoir si en définitive la manufacture n’a pas pu en certains cas devenir aussi une « base économique ») ; E. Lepore, dans La Magna Grecia nell’età romana, Atti del XV Convegno di Studi sulla Magna Grecia, op. cit., p. 373 ; Id., dans L’instrumentum domesticum di Ercolano e Pompei..., op. cit., p. 181 ; C. Pavolini, Una produzione italica di lucerne..., art. cité, p. 110 (mais peut-on penser que la production des lampes est « sempre basata su un surplus dérivante dall’attività agricola » ?). - Agriculture comme « activité principale » des oligarques : J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, op. cit., p. 298.

115 A. Carandini, L’anatomia della scimmia.... op. cit., p. 236.

116 G. Pucci, La produzione della ceramica aretina.... art. cité, p. 293. Si J.E. Skydsgaard estime que « many of the well-to-do » investissaient dans l’industrie (The Desintegration of the Roman Labour Market..., art. cité, p. 45), il ne va pas jusqu’à supposer que certains d’entre eux en tiraient l’essentiel de leurs revenus. - Notons que P. Baldacci, pour qui les timbres amphoriques se rapportent, plutôt qu’à des fabricants, aux propriétaires des fundi auxquels étaient annexées les figlinae, se demande cependant « se non fosse sviluppata [en Apulie] una tradizione artigianale in una certa misura indipendente dalla produzione agricola » (Importazioni cisalpine e produzione apula, art. cité, p. 16). C’est là l’hypothèse extrême jusqu’à laquelle la science actuelle s’aventure dans ce domaine.

117 S’il est vrai, comme l’observe J. Andreau (Les affaires de Monsieur Jucundus, op. cit., p. 298), que « rien ne permet de voir en lui le représentant d’une oligarchie industrielle qui puisse être séparée de l’oligarchie foncière », il est vrai que rien non plus, jusqu’à plus ample informé, ne l’interdit. Le garum, dont s’occupait Umbricius, est un produit indépendant de l’agriculture.

118 Sur l’importance considérable de la consommation - et donc de la production - du verre, voir J.-P. Morel, La ceramica e il vetro, dans Pompei 79 (F. Zevi, éd.), 1ère éd. hors commerce, Naples, 1979, pp. 255-261. Comme le garum, le verre est, quant à ses matières premières (sur lesquelles cf. Pline, N.H., XXXVI, 193), indépendant de l’activité agricole.

119 Tite-Live, XXI, 63, 4. - Sur cette loi, voir en dernier lieu J. Andreau, Economie, société et politique aux deux derniers siècles de la République romaine. Réponse à Yvon Thébert, dans Annales E.S.C., 35, 1980, 5, p. 914.

120 Cicéron, De off., I, 150.

121 Voir aussi, plus tard, l’expression caractéristique qu’emploie Pline (N.H., XXXV, 197) lorsqu’il évoque les techniques de la teinturerie : neque enim pigebit hanc quoque partem attingere. Et s’il se résout, toute honte bue, à aborder ce sujet, c’est bien parce qu’il peut se retrancher derrière le précédent de la lex Metilia de fullonibus !

122 Plutarque, Crassus, II, 7.

123 Molière, Le bourgeois gentilhomme, acte III, scène 12, et acte IV, scène 3.

124 Très significative à cet égard est l’affirmation de J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, op. cit., p. 298, à propos de A. Umbricius Scaurus : « ce n’est pas un “fabricant de garum”, c’est un membre de l’aristocratie municipale qui s’occupe aussi de diriger une fabrique de garum ». A comparer avec Molière, Le bourgeois gentilhomme, acte IV, scène 3 : [Covielle, parlant du père de Monsieur Jourdain] : « Luy marchand ! C’est pure médisance, il ne l’a jamais esté. Tout ce qu’il faisoit, c’est qu’il estait fort obligeant, fort officieux ; et comme il se connoissoit fort bien en étoffes, il en alloit choisir de tous les costez, les faisoit aporter chez luy, et en donnait à ses amis pour de l’argent ». [Monsieur Jourdain] : « Je suis ravy de vous connoistre, afin que vous rendiez ce témoignage-là que mon père estait gentilhomme ».

125 Cicéron, De off., I, 150. Voir déjà en ce sens T. Frank, Vergil, a Biography, New York, 1922, pp. 9-10 ; M.I. Finley. L’économie antique, op. cit., p. 73.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540