Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

À propos de la vie financière à Pouzzoles : Cluvius et Vestorius

Jean Andreau

Texte intégral

1Comme l’indique mon titre, je ne parlerai pas systématiquement de la vie financière à Pouzzoles ; nous ne possédons d’ailleurs, à son sujet, que des indications fragmentaires. Je me limiterai à quelques personnages de la prosopographie cicéronienne, qui jouent un rôle d’intermédiaires dans les opérations de crédit, et avant tout à Cluvius et à Vestorius.

  • 1 Dans Le dernier siècle de la République Romaine et l’époque augustéenne (ouvr. collect). Strasbour (...)
  • 2 A paraître dans Ann. dell’Ist. Ital. di Num., t. 28, 1981.
  • 3 J’entends par oligarchies l’ensemble des ordres privilégiés (Sénat, ordre équestre, oligarchies mu (...)

2Cet exposé est, après “Financiers de l’aristocratie à la fin de la République”1 et “Brèves remarques sur la banque et le crédit au 1er s. av. J.-C.”2, le troisième d’une série que je consacre aux financiers n’appartenant pas aux métiers bancaires. Maintenant que j’ai presque fini de travailler sur ces métiers, mon objectif à moyen terme est de parvenir à une étude générale de ce que j’ai appelé les financiers des oligarchies. C’est-à-dire des financiers réalisant leurs opérations au service des oligarchies et le plus souvent en leur sein. Je définis, dans le présent exposé, la place qu’occupaient Cluvius et Vestorius parmi ces financiers ; et je pose la question du rôle financier des oligarchies municipales et des notabilités proches de ces oligarchies3.

3Il s’est trouvé que F. Coarelli, au cours de son récent séjour à Paris, a abordé des thèmes proches du mien et a fourni une intéressante interprétation nouvelle sur les inscriptions relatives à N. Cluvius. Sur tel ou tel point précis, mon exposé est redevable à ses indications et aux discussions que son séjour a contribué à alimenter à Paris.

***

  • 4 Ad. Att., 6, 2, 3 ; ad Fam., 13, 56.
  • 5 Ad. Att., 6, 2, 3.
  • 6 Ad. Att., 4, 19, 1 ; 14, 12, 3 ; 14, 14, 1 ; 15, 4, 3.
  • 7 Vitr., 7, 11, 1 ; Pline, N.H., 33, 162.
  • 8 A. Tchernia, Premiers résultats des fouilles de juin 1968 sur l’épave III de Planter, Et. class., (...)

4Cluvius et Vestorius étaient indubitablement des hommes d’affaires importants et, quoiqu’ils ne fussent pas des banquiers de métier, ils possédaient une réelle compétence financière. Quant à Cluvius, cette compétence et l’importance de ses affaires sont indiquées par deux lettres de Cicéron, les deux seules où il soit question de lui, alors qu’il était encore en vie4. Je reviendrai plus longuement sur l’une de ces deux lettres, qui date de mai 50 ; elle fait allusion, de façon métaphorique, aux activités financières de Cluvius et Vestorius, et n’a pas, jusqu’ici, été regardée d’assez près5. Quant à Vestorius, Cicéron le présente en outre, à plusieurs reprises, comme un spécialiste du prêt, de l’argent et du gain, qui n’a de culture qu’arithmétique et dont la fréquentation, pour cette raison, ne lui est pas toujours agréable6. Deux passages de Vitruve et de Pline l’Ancien nous informent que Vestorius a le premier fondé à Pouzzoles une fabrique de bleu égyptien et qu’il a élaboré une nouvelle variété de ce bleu, dénommée pour cette raison le vestorianum7. La fouille de l’épave de Planier III, dont les résultats ont été très judicieusement interprétés par A. Tchernia8, suggère qu’il était entrepreneur de commerce et peut-être qu’il possédait des bateaux.

5Quoique Cluvius et Vestorius soient des hommes d’affaires et des financiers spécialisés, la quasi-totalité des lettres de Cicéron où il en est question nous les montrent sous un jour un peu différent et les services que Vestorius rend aux frères Cicéron ou à Atticus ne ressortissent pas à proprement parler à la technique financière.

  • 9 Ad. Att., 6, 2, 3 ; ad Fam., 13, 56.

6Exception faite des deux lettres mentionnées ci-dessus9, toutes celles qui concernent Cluvius (une bonne dizaine de lettres) sont postérieures à sa mort (survenue en 45 av. J.-C., dans les derniers jours de juillet ou dans les premiers jours d’août). Elles s’intéressent avant tout au sort de son patrimoine, puisque Cicéron compte au nombre de ses héritiers. A cette date, le patrimoine de Cluvius est, au moins en partie, foncier, et Cicéron n’hésite pas à garder pour lui les horti cluviani et les boutiques de location dont Cluvius était propriétaire à Pouzzoles.

7En ce qui concerne Vestorius, les lettres de Cicéron attestent qu’il a rendu au sénateur les services suivants :

  1. En 56 ou 55 av. J.-C., Cicéron faisait reconstruire sa maison du Palatin. Vestorius paraît lui avoir prêté de l’argent10. Est-ce de l’acquittement de cette dette que parle Cicéron dans deux lettres de 50 et de 49 av. J.-C. ? La chose est douteuse, mais l’existence du prêt paraît assurée11.
  2. En 45, Vestorius intervient dans deux affaires d’héritage. Presque contemporainement, à un ou deux mois près, Cicéron hérite d’une partie des biens de Brinnius et d’une partie des biens de Cluvius. Dans l’un et l’autre cas, il est question de biens immobiliers, dont une partie au moins est sise à Pouzzoles ou à proximité de Pouzzoles : les boutiques de Cluvius ; les horti Cluviani, qui se trouvent dans le territoire de la cité de Pouzzoles ; le fundus Brinnianus. Vestorius aide activement Cicéron au règlement de ces successions ; il l’aide de trois manières.
  • 12 Ad. Fam., 13, 46.

8Premièrement : au moment de la succession, il est censé l’informer des clauses du testament, de la procédure suivie pour l’acceptation de la succession, des problèmes posés par l’organisation de la vente aux enchères qui, dans l’un et l’autre cas, va avoir lieu pour faciliter le partage des biens entre les héritiers. Et Cicéron s’irrite parce qu’il juge que Vestorius remplit mal son office d’informateur. Lors de la succession de Cluvius, il le remplit moins bien que Plotius, l’informateur de Balbus (qui, lui, suit l’affaire de Rome pour le compte de César)12. Or Plotius est un parfumeur, un unguentarius. C’est dire que les héritiers de Cluvius ne demandent pas à leurs informateurs locaux une très haute spécialisation financière.

  • 13 Ad. Att., 14, 9, 1 ; 14, 10, 3 ; 14, 11, 2 - Contrairement à ce que dit I. Shatzman, les tabernae (...)

9Deuxième rôle de Vestorius. Quand la succession de Cluvius a été réglée et que Cicéron est devenu propriétaire des boutiques et des horti cluviani, Vestorius participe à l’entretien et à la gestion de ces biens patrimoniaux. Deux des boutiques croulent, les autres menacent ruine et les locataires ne veulent plus rester. C’est Vestorius qui, avec l’aide d’un architecte, Vettius Chrysippus, s’attelle aux plans de reconstruction et qui parviendra à ce qu’une fois reconstruites les dites boutiques fournissent des revenus annuels supérieurs à ce qu’elles fournissaient auparavant13.

10Troisième rôle de Vestorius. Dans la succession de Brinnius, il est question d’un fundus qui a été vendu aux enchères, la vente a eu lieu à Pouzzoles ou dans la région. L’acheteur se nomme Hetereius et les vendeurs sont évidemment les héritiers. Vestorius sert d’intermédiaire juridique entre l’acheteur et ceux des vendeurs qui ne résident pas à proximité et se refusent, tels Cicéron, à se déplacer pour signer l’acte de vente. C’est Vestorius qui leur achète le fundus par l’intermédiaire d’un de ses esclaves, et il le revend à Hetereius (cela suppose donc qu’au moment de l’enchère il se soit présenté comme l’acheteur à la place d’Hetereius, ou qu’Hetereius ait été fictivement mandaté par lui pour acheter le fundus à son intention). Mais Vestorius ne paraît pas intervenir pour prêter de l’argent à Hetereius. Il joue en quelque sorte, à la suite de cette enchère, le rôle inverse de celui d’un argentarius. L’argentarius y est un intermédiaire de paiement, et y fournit un service de crédit ; Vestorius, dans ce cas, joue un rôle d’intermédiaire, mais pour le transfert de propriété.

11Ajoutons à tout cela quelques menus services, par exemple la transmission du courrier.

12Les affaires auxquelles Cicéron et Atticus mêlent Vestorius ont rapport, certes, aux patrimoines et aux questions d’argent. Mais, somme toute, elles sont peu techniques et touchent plus au droit qu’à la finance. Pourquoi ? Je l’expliquerais de deux manières.

  1. La correspondance traite des affaires de Cicéron beaucoup plus que de celles d’Atticus, puisque les lettres d’Atticus ne nous sont pas parvenues et puisqu’Atticus s’était chargé des affaires de Cicéron, alors que l’inverse n’est pas vrai. Sans être parmi les chevaliers les plus rompus aux affaires financières, Atticus en brassait davantage que Cicéron. Il avait en Grèce et en Asie Mineure d’importants intérêts, fonciers et autres. Il s’était chargé des affaires de plusieurs sénateurs et chevaliers. Il entretenait donc avec Vestorius des rapports d’affaires plus réguliers et plus techniques que Cicéron ; dans la correspondance, il apparaît toujours comme plus lié à Vestorius que Cicéron. Si nous possédions la correspondance d’Atticus en plus de celle de Cicéron, la compétence financière de Vestorius nous apparaîtrait davantage.
  2. Les services financiers qu’un sénateur ou un chevalier avait besoin qu’on lui fournisse étaient la plupart du temps assez simples, même s’ils concernaient des sommes importantes. Ce qui intéresse Cicéron en Vestorius, ce n’est pas sa particulière compétence financière. C’est plutôt sa connaissance pratique du droit et des transactions courantes, c’est aussi le fait qu’il vive habituellement à Pouzzoles et y possède beaucoup de relations. Cicéron, à cette époque, passe à Arpinum ou à Tusculum la majeure partie de son temps. Pour accepter ces successions et entrer en leur possession, il a besoin de deux informateurs, l’un à Rome (c’est Atticus) et l’autre à Pouzzoles (Vestorius). De même, les intérêts de César absent sont défendus de Rome par Balbus qui dispose à Pouzzoles de la collaboration du nommé Plotius.

13L’aide apportée par Vestorius était-elle rémunérée ? Vue la façon dont est présenté le personnage et vues les relations (très peu intimes) qu’il entretenait avec Cicéron, je suis convaincu qu’elle l’était. Mais cela ne veut pas forcément dire qu’à chaque service rendu Vestorius ait touché de Cicéron une commission fixe ou proportionnelle aux sommes concernées. Il est impossible de dire de quelle manière il était rémunéré.

***

  • 14 Cic., ad. Att., 6, 2, 3.

14Il me reste à parler des deux lettres qui témoignent de la véritable ampleur des affaires de Cluvius et de Vestorius. L’une de ces deux lettres, la plus importante à mes yeux, est métaphorique14. Cicéron termine le De Republica et en fait lire le texte à Atticus qui lui adresse deux critiques d’ordre géographique. D’une part, Cicéron a appelé Phliontiens les citoyens de Phlionte, alors que le terme correct est Phliasiens ; Cicéron en convient, et assure qu’il s’agit d’un lapsus. D’autre part, il a écrit que toutes les civitates du Péloponnèse avaient accès à la mer. Atticus remarque que c’est faux, car le territoire des Phliasiens ne touche pas à la mer. Cicéron ne le conteste pas, mais invoque l’autorité de l’auteur grec Dicéarque qui l’a induit en erreur. Il n’avait aucune raison de douter de ce qu’affirmait Dicéarque et l’affranchi Denys avait autant de confiance en Dicéarque que Cicéron en Cluvius, ou qu’Atticus en Vestorius. Pourquoi cette étrange allusion aux deux pouzzolans ? On l’explique à juste titre par un jeu de mots entre Dicéarque et Dicaearchia, nom grec de Pouzzoles ; Dicéarque fait penser à Dicaearchia qui, elle-même, évoque Cluvius et Vestorius. Et, comme ce sont des financiers, le passage est parsemé de termes financiers, en assez grand nombre pour qu’on ne puisse manquer de les apercevoir. Tabulae : les relevés ou les cartes de Dicéarque, mais aussi le livre de caisse où l’on note les encaissements et les débours. Credere : faire confiance, mais aussi prêter de l’argent. Probatus, δόkιμος : estimé, digne de confiance, mais aussi contrôlée, de bon aloi, en parlant d’une monnaie. Nomina. Etc.

15Cette interprétation du passage n’est pas contestable, mais elle est insuffisante. Si elle explique la présence des termes financiers, elle ne rend pas compte de leur choix ; or tel de ces mots à sens financier convient mal au thème géographique qui fait l’objet de la lettre ; c’est le cas de nomina. Il faut donc chercher si l’ensemble du texte, outre sa signification géographique, n’en présente pas une seconde, financière celle-là.

  • 15 Plusieurs textes latins insistent sur le fait que le prêteur doit mener une enquête, pour s’assure (...)
  • 16 L’indivision peut résulter de la volonté des parties, qui ont mis quelque chose en commun. Elle a, (...)
  • 17 Dig., 32, 38 pr. (Scaev. lib. XIX digg.) ; 15, 3, 20, 1 (Scaev., lib. I respp.) ; 26, 7, 58, 4 (Sc (...)

16La réponse est affirmative. Cette seconde signification se discerne à partir du verbe credere : la question, pour Cicéron, était de savoir s’il pouvait, aux deux sens de l’expression, “faire crédit” à Dicéarque. Ajouter foi à ce qu’écrivait Dicéarque - ou lui prêter de l’argent. Dicéarque avait de nombreuses créances sur les Grecs (multa nomina) et il prêtait son argent à bon escient, car il avait vécu dans le Péloponnèse et faisait des enquêtes sur ses futurs débiteurs avant de leur accorder un prêt (ίστοϱιkώτατος)15. Malgré cela, Cicéron avait peine à se décider à prêter, il s’est mis en indivision avec Denys (communicavi)16. Denys fut d’avis que Cicéron et lui pouvaient conclure le prêt, car il avait autant de confiance en Dicéarque que Cicéron en avait en Cluvius et Atticus en Vestorius. La dernière phrase du passage confirme la justesse de mon interprétation, car elle aussi présente un double sens. Itaque istum ego locum totidem verbis a Dicaearcho transtuli. La phrase signifie évidemment : “aussi ai-je traduit mot pour mot tout ce passage de Dicéarque”. Mais transferre désigne à plusieurs reprises dans le Digeste un transfert d’argent, de créance ou de gage17. Si le créancier change, une nouvelle créance est rédigée. Un nouveau contrat verbal, une nouvelle stipulation est conclue ; or le mot verbis, employé par Cicéron, est précisément une des façons de désigner le contrat verbal. Quant à la construction a Dicaearcho, elle s’emploie couramment à propos du tiers qui acquitte une dette en lieu et place du débiteur originel, ou à propos du créancier dont la créance est transférée à quelqu’un d’autre. Cette dernière phrase illustre donc la technique juridique et financière employée pour prêter de l’argent à Dicéarque. Dicéarque a en main des créances sur des Grecs. Denys et Cicéron lui versent de l’argent, en échange duquel il leur cède certaines de ses créances. Denys et Cicéron deviennent créanciers des Grecs ; ce sont eux, désormais, qui supporteront le risque financier de l’opération. Dicéarque a été un intermédiaire de crédit, il leur a fourni des débiteurs qu’eux auraient eu du mal à découvrir par eux-mêmes ; il les assiste peut-être de ses conseils. Mais il cesse d’être créancier. Il était donc important qu’ils eussent confiance, non seulement en sa bonne foi, mais encore en son jugement et en sa compétence.

17La conclusion s’impose : Cicéron et Atticus pratiquent, ou ont pratiqué, l’un avec Cluvius, l’autre avec Vestorius, l’opération qui est suggérée métaphoriquement à propos de Dicéarque. Il est évidemment très difficile de savoir s’ils ont constamment de l’argent placé par l’intermédiaire de ces pouzzolans, ou si la chose ne s’est produite qu’à certaines époques bien précises. Pour Cicéron, on parviendrait à des présomptions si l’on étudiait de manière strictement chronologique, année par année, l’état de sa fortune et le développement de ses affaires privées ; à ma connaissance, cela n’a jamais été fait de façon assez méthodique. D’ailleurs, je ne suis pas sûr que les sommes ainsi placées étaient nécessairement très importantes. Mais qu’en savons-nous ? Ce qui reste de la correspondance d’Atticus et de Cicéron porterait à penser que les sommes placées par Atticus selon ce procédé étaient plus importantes que celles de Cicéron. Les créances qu’avait Atticus sur les Sicyoniens, dans les années 61 à 59, ou les intérêts qu’il possédait à Ephèse en 51 lui étaient-ils venus par l’entremise de Vestorius ?

18Autre corollaire de mon interprétation de la lettre ad Att., 6, 2 : si Cluvius et Vestorius y sont mis en parallèle (et c’est le seul texte dans lequel ils soient ainsi mis en parallèle), c’est parce qu’ils jouent l’un et l’autre ce rôle d’intermédiaires de crédit. Cela n’implique ni qu’ils aient pratiqué par ailleurs toutes les mêmes activités, ni qu’ils aient occupé la même place dans la hiérarchie des groupes et ordres sociaux. Mais cela implique qu’ils aient eu l’un et l’autre une forte compétence financière, qu’ils aient mené l’un et l’autre une activité financière spécialisée, auxquelles restaient étrangers un Cicéron ou même un Atticus. De tels indices, je conclus qu’Atticus ne faisait pas partie de la minorité la plus financière de l’ordre équestre. Comme à tout sénateur et tout chevalier responsable, il lui arrive de prêter de l’argent. Il prête une attention soutenue à son patrimoine, aux taux d’intérêt, aux paiements, etc. Il dispose de plus de temps qu’un sénateur pour le faire et cela le conduit à se charger en outre des affaires d’un Cicéron et de celles d’un certain nombre d’autres sénateurs et chevaliers. Mais son mode de vie et sa façon de gérer son patrimoine diffèrent de ceux des financiers de haut vol, un C. Rabirius Postumus ou même, probablement, un L. Egnatius Rufus. L’une des opérations qui révèle une spécialisation financière assez poussée est précisément l’entremise de crédit dont témoigne la lettre ad Att., 6, 2.

19Au moment même où il écrit cette lettre, Cicéron en écrit une autre au propréteur de la province d’Asie, Quintus Minucius Thermus, en faveur des intérêts qu’y possède Cluvius. Le pouzzolan avait prêté de l’argent à cinq cités d’Asie et au dénommé Philoclès d’Alabanda. Ce genre de prêts était pratiqué aussi par des sénateurs qui ne jouissaient et ne jouissent d’aucune réputation de financiers spécialisés, tels que Brutus. S’il révèle un certain sens de l’argent et de la gestion du patrimoine, ou même, dans certains cas, un désir forcené d’accroître son patrimoine, il ne suffit pas à montrer que le bailleur de fonds avait une particulière compétence financière. Mais la fin de la lettre fait allusion à Pompée, de façon telle qu’il est évident que les fonds prêtés par Cluvius lui appartiennent au moins en partie. Comme le passage métaphorique de ad Att., 6, 2, cette fin de lettre révèle l’originalité du rôle d’un Cluvius (ou d’un Vestorius) par rapport à celui du sénateur ou du chevalier moyen.

20Quand j’ai découvert la signification métaphorique de ad Att., 6, 2, j’ai d’abord conclu à l’hypocrisie de Cicéron, qui se garde bien, dans la lettre à Quintus Minucius Thermus, de signaler que l’argent prêté par Cluvius était aussi le sien. Une telle hypocrisie n’eût eu, en soi, rien d’étonnant, car il était plus honorable et plus facile de recommander les intérêts de ses amis que les siens propres. Brutus ne dissimulait-il pas qu’il était le véritable créancier des Salaminiens de Chypre ? Mais Brutus avait d’autres motifs précis de ne pas se dévoiler. Les intérêts qui étaient exigés des Salaminiens étaient usuraires. Sa réputation d’intransigeance et d’austérité était en jeu. En outre, ayant accompagné son oncle Caton à Chypre en 58 av. J.-C., il était devenu avec lui le patron de la cité de Salamine.

21A la réflexion, je suis sûr que dans le cas de Cicéron, il ne s’agit pas d’hypocrisie. Car si l’on tient à la procédure évoquée par ad Att., 6, 2, les sommes prêtées par l’intermédiaire de Cluvius ne sont pas celles dont il est question dans la lettre de recommandation. Sinon, il y aurait eu transfert de créance et Cicéron serait officiellement devenu le créancier des débiteurs de Cluvius.

22Arrivait-il que les latins, et en particulier Cicéron, fussent coupables d’hypocrisie ? Oui, bien sûr. Mais expliquer par l’hypocrisie une apparente contradiction entre le discours tenu et l’action accomplie, entre la norme et la pratique, est le plus souvent une solution de facilité. C’est aussi une façon de ne pas tenir compte d’une partie de la documentation disponible, de faire fi de normes et de discours qui embarrassent parce qu’ils dépaysent, et d’expliquer la conduite des anciens à partir d’une logique qu’à tort ou à raison nous pensons être celle des sociétés modernes.

  • 18 Cic., pro Rab. Post., 2, 4.

23L’entremise de crédit peut prendre plusieurs formes. Dans la lettre ad Att., 6, 2, l’intermédiaire cesse d’être créancier et ne court plus de risque financier. D’après les termes qu’emploie Cicéron, je supposerais que C. Rabirius Postumus procédait de la même manière quand il faisait participer ses amis à ses affaires18.

  • 19 Suét., Aug., 3, 1 : Ps. Cic., ad Octav., 9.

24L’intermédiaire, s’il consent que le bailleur ne supporte pas seul le risque financier, peut se porter créancier accessoire, adstipulator, à côté du bailleur. Il a ainsi sur la créance les mêmes droits que le créancier principal et court les mêmes risques que lui. C’est peut-être ce que faisait le père d’Auguste, au moins au début de sa carrière, avant qu’il n’entrât au Sénat. Ce n’était pas un argentarius, un banquier de métier. Mais il est possible qu’il ait eu des activités financières assez poussées, comme l’en accusaient les détracteurs de son fils. En tout cas, le mot divisor, qu’emploie Suétone à son propos, désigne une certaine catégorie d’intermédiaires de parements et le mot adstipulator, qu’on trouve dans la lettre à Octavien du Pseudo-Cicéron, désigne cet intermédiaire de crédit qui se porte créancier accessoire à côté du créancier principal, le bailleur de fonds19.

  • 20 Cic., ad Att., 5, 21, 10-13 ; 6, 1, 3-8 ; 6, 2, 7-9 ; 6. 3, 5-6. Je remercie vivement M. Humbert p (...)

25Dans d’autres cas, le bailleur de fonds conclut avec le ou les intermédiaires un contrat de mandat, si bien qu’ils sont officiellement les créanciers, bien que l’argent continue à appartenir au bailleur. Pour que les intermédiaires ne risquent pas de subir la perte financière d’une somme qui n’est pas à eux, une clause peut prévoir qu’ils fassent tous leurs efforts pour récupérer l’argent, mais que s’ils n’y parviennent pas, il n’en résultera pour eux aucune perte (sinon peut-être celle de la rétribution que devait leur verser le bailleur). Ainsi procède Brutus quand il prête aux Salaminiens de Chypre par l’entremise de Marcus Scaptius et Publius Matinius. Les seuls créanciers officiels sont Scaptius et Matinius et, jusqu’à ce que Brutus se dévoile, les Salaminiens et Cicéron ignorent que les sommes prêtées lui appartiennent, mais s’il intervient aussi violemment pour obtenir que les Salaminiens s’acquittent de leur dette et versent toute la somme qu’il désire leur voir verser, c’est parce que l’affaire est periculo suo20.

26Les liens qui unissaient Pompée à Cluvius étaient identiques à ceux qui unissaient Brutus à Scaptius et Matinius. Car Cluvius est le seul créancier connu des cités de Mylasa, d’Alabanda, de Bargylia, d’Héraclée, de Caunos et de Philoclès d’Alabanda. Sinon, Cicéron n’aurait pas besoin d’attendre la fin de la lettre pour y ajouter discrètement que Pompée était intéressé par les créances en question. Mais, si Pompée se sentait tellement concerné, s’il s’inquiétait encore plus que Cluvius, c’est qu’il était prévu qu’il supportât le risque financier, le periculum.

  • 21 Ad. Att., 7, 18, 4 ; 10, 11, 2 ; 10, 15, 4.
  • 22 Ad Fam., 13, 43 ; 44 ; 45 ; 47 ; 73 ; 74.
  • 23 Ad Att., 10, 11, 2 ; 10, 15, 4. Voir Financiers de l’aristocratie..., pp. 57-58, où je parle brièv (...)

27Enfin, il peut arriver que le bailleur prête tout simplement à l’intermédiaire une certaine somme d’argent, à charge pour lui de la placer à sa guise et de verser des intérêts. J’interprèterais ainsi les trois lettres de Cicéron où il est question des dettes de son frère Quintus en 49 av. J.-C.21. Pour rembourser à Atticus ce qu’il lui doit, Quintus Cicéron cherche à encaisser de l’argent de Lucius Egnatius Rufus (exigere) et, d’autre part, à faire un emprunt (versura). Les deux opérations sont nettement distinguées dans la lettre de février 49, puisque les deux verbes sont reliés par la conjonction aut. Il est d’ailleurs difficile de conclure, comme on l’a fait pour confondre les deux opérations, qu’exigere veut dire ici “emprunter”. Quintus a donc prêté de l’argent à Egnatius Rufus qui, lui aussi, joue un rôle d’intermédiaire de crédit et dont Cicéron recommande les intérêts asiatiques dans plusieurs lettres ad Familiares22. Egnatius Rufus n’est pas en mesure de le lui reverser (quoiqu’il se soit peut-être engagé à rendre cet argent sur demande). Dans les deux autres lettres où il fait allusion à cette affaire, lettres qui datent de mai 49, Cicéron, pour une raison que nous ignorons, ne parle plus que d’emprunt23.

  • 24 Cic., 2 Verr. 1, 100 et 102.

28Cluvius, Vestorius, L. Egnatius Rufus, C. Rabirius Postumus, éventuellement C. Octavius, son père ou un homonyme. Ces intermédiaires de crédit vivent en Italie. Ils sont souvent relayés à leur tour par d’autres intermédiaires résidant dans les provinces. Ces seconds intermédiaires, en règle générale, sont socialement moins importants que ceux d’Italie et leurs affaires, dans la majorité des cas, à l’époque cicéronienne, doivent se concentrer dans une région ou dans une province. L’argent des sénateurs pour se placer descend le long de l’échelle sociale. S’ils en ont l’occasion, les sénateurs s’adressent directement à ces intermédiaires des provinces ; c’est ce qu’a fait Brutus et c’est ce qu’a fait aussi Caius Verres, qui a versé à Publius Tadius à Athènes et à Cnaeus et Quintus Curtius Postumus certaines des sommes qu’il avait extorquées aux provinciaux24. Certains de ces intermédiaires provinciaux étaient-ils des banquiers de métier, argentarii ? Ce n’est pas exclu, mais on ne peut jamais l’affirmer. Ainsi les deux Curtii étaient liés à Verres par une ratio ; mais le mot désigne-t-il ici un véritable compte en banque, ou simplement une comptabilité, un ensemble d’opérations extérieures à la pratique du métier bancaire ? Le texte ne permet pas d’en décider.

29Certains de ces intermédiaires provinciaux empruntent de l’argent pour le placer et en toucher les intérêts. D’autres sont officiellement créanciers, mais sans que l’argent leur appartienne. D’autres encore ne sont que des procuratores, chargés des affaires du créancier qui réside en Italie. Certains sont les affranchis du créancier. Mais considérons les noms que fournit Cicéron dans la correspondance et notamment dans les lettres de recommandation. En Cilicie, Brutus passe par l’intermédiaire de Marcus Scaptius et Publius Matinius ; en Cappadoce, de Lucius Gavius et d’un autre Marcus Scaptius. Verres s’adresse à P. Tadius et aux Curtii Postumi. Lucius Oppius s’occupe dans la province d’Asie des affaires de L. Egnatius Rufus. Seius s’occupe de celles d’Atticus. Quand celui qui réside dans la province n’est pas un affranchi du bailleur ou de l’intermédiaire italien, il est rare qu’il porte le même gentilice que lui. On voit combien il est discutable, à l’époque cicéronienne, de postuler que ceux qui portent le même gentilice ont toute chance d’entretenir des rapports d’affaires.

30L’étude de ces intermédiaires de crédit, et avant tout de ceux d’Italie, montre comment se constituent, au sein des oligarchies et pour les oligarchies (c’est-à-dire pour les sénateurs, les chevaliers et les oligarchies municipales), des spécialités financières plus ou moins floues, des opérations plus ou moins codifiées qui, du point de vue de leurs fonctions financières et économiques, sont la réplique des services bancaires proprement dits : du service de caisse, de l’acceptation de dépôts et de l’octroi de crédits. Mais les techniques ne sont pas les mêmes, les formes juridiques non plus, la clientèle non plus. L’opérateur n’a ni le même rang social, ni le même patrimoine, ni le même style de vie qu’un banquier de métier.

  • 25 Voir ad Att., 13, 37 ; 13, 47 ; 16, 2, 1-2 et 16, 6, 3.

31On ne connaît aucun argentarius qui ait travaillé à Pouzzoles à la fin de la République. Il y en avait pourtant, sans aucun doute possible ; car, vers les mêmes années, un argentarius est attesté à Pompéi, L. Ceius Serapio. En cette fin de l’époque cicéronienne, les argentarii intervenaient couramment dans les ventes aux enchères, si couramment qu’on se demande si des enchères pouvaient désormais avoir lieu sans intervention de ces banquiers de métier. Après la mort de Brinnius et celle de Cluvius, des ventes aux enchères d’au moins une partie de leurs héritages ont eu lieu. Celle de la succession Brinnius a eu lieu à Pouzzoles, ou non loin de Pouzzoles. Gageons (en vertu de l’usage général) que des argentarii s’y trouvaient présents et fournissaient aux acheteurs un service de crédit. Cicéron achète à ses cohéritiers une partie des biens de Cluvius et notamment de ses horti (il paraît avoir obtenu, il est vrai, qu’ils soient exclus de la vente aux enchères). Un an plus tard, il doit encore de l’argent à son cohéritier T. Hordeonius. Mais il n’a pas été question d’emprunter de l’argent à l’argentarius. Les sommes eussent peut-être été trop importantes pour les disponibilités du banquier de métier et l’habitude sociale ne portait pas Cicéron à avoir recours à ses services25.

***

  • 26 J.H. D’Arms, Romans on the bay of Naples. Cambridge, Mass., Harvard Univ. Press, 1970, pp. 54 et 1 (...)
  • 27 Ad Fam., 8. 8, 1 ; ad Att., 5, 2, 2 ; 6, 2, 10 et 14, 14, 2.
  • 28 Voir J.H. D’Arms, Senators’involvement in commerce..., M.A.A.R., t. 36, 1980, pp. 77-89.
  • 29 Caton, De Agr., Praef., 1.

32Que je revienne à Cluvius et Vestorius. L’argent de Pompée que Cluvius a placé a surtout été prêté à des cités de Carie. Ne sachant rien de Philoclès d’Alabanda, nous ignorons quel usage il a fait de la somme empruntée par lui. Faut-il conclure que les prêts accordés par les sénateurs et chevaliers sont toujours improductifs, qu’ils vont la plupart du temps à des cités, aux dettes fiscales desquelles ils remédient passagèrement ? Je ne le crois pas. Certains indices montrent qu’une partie de ces fonds étaient placés dans des entreprises commerciales ou de fabrication. Hortensius entretenait des relations avec C. Avianius Flaccus, qui était engagé dans l’armement de navires, dans le commerce du blé ou dans les deux à la fois26. Comme Atticus, le sénateur C. Sempronius Rufus en entretenait avec Vestorius et, quand il était à Pouzzoles, on ne pouvait traverser l’emporium Puteolanorum sans le voir27. Etait-il lui-même commerçant ou armateur ? A mon avis, non. Les preuves font défaut et je me sépare nettement, sur ce point, de mon ami J.H. D’Arms28. Il est dangereux d’aller au-delà des textes, pour supposer que beaucoup de sénateurs étaient armateurs ou commerçants. Je ne vois pas pourquoi les sénateurs, qui ne cachaient guère leurs opérations de prêt, pourtant jugées immorales par le vieux Caton, eussent si attentivement dissimulé des opérations commerciales qu’un Caton ne tenait que pour très aléatoires29. Mais je suis convaincu que C. Sempronius Rufus prêtait de l’argent à des commerçants, comme le fait, près d’un siècle plus tard, dans les tablettes d’Agro Murécine, l’affranchi impérial Tiberius Julius Evenus.

  • 30 Cic., 2 Verr., 5, 154.

33En plus de sa fabrique de bleu, Vestorius était certainement engagé dans des entreprises commerciales, ou possédait des bateaux. La fouille de l’épave III de Planier le suggère. La lettre ad Att., 6, 2 aussi, puisqu’à propos des nomina qu’avait en mains Dicéarque, elle fait allusion au goût qu’éprouvent les Grecs pour la mer. Enfin, les vraisemblances vont dans le même sens que les précédents indices. Des intermédiaires de crédit tels que Cluvius et Vestorius n’avaient d’intérêt pour des sénateurs ou des chevaliers que parce qu’ils disposaient de tout un réseau d’informations, qui débordait largement du cadre de l’Italie. Or, qui disposait de ce réseau d’informations, sinon ceux qui étaient mêlés d’assez près au commerce maritime ? Un passage des Verrines évoque ces mercatores, homines locupletes atque honesti de Pouzzoles, qui, par leurs associés ou leurs affranchis, étaient informés de ce qui se passait en Sicile - en étaient d’autant mieux informés que leurs associés ou leurs affranchis comptaient, eux aussi, au nombre des victimes de Verres30.

***

34En dehors des services locaux que, dans leur cité ou dans les alentours immédiats, ils pouvaient rendre aux sénateurs et chevaliers qui y avaient des biens ou des intérêts, les membres des oligarchies municipales jouaient-ils un rôle financier notable et spécifique en rapports plus ou moins étroits avec les sénateurs et chevaliers ? La question concerne au premier chef le thème du congrès. La réponse qu’on lui apporte dépend en partie de l’idée qu’on se fait du rang social de Cluvius et Vestorius. Nous sommes nombreux à nous pencher sur leur cas, puisque F. Coarelli et D. Musti s’y intéressent et que J. D’Arms en eût parlé aussi s’il avait pu participer à ce colloque. Il y a plus de chasseurs que de gibier ! Les certitudes sont rares ; j’aimerais cependant faire les remarques suivantes.

  • 31 Cic., ad. Fam., 13, 7.

35Au moment de sa mort, en 45 av. J.-C., la valeur du patrimoine de Cluvius dépassait nettement le cens équestre, si l’on en juge par le revenu de ce dont Cicéron a hérité de lui (80.000 à 100.000 sesterces par an). Mais il n’était pas chevalier. S’il l’avait été, Cicéron n’eût pas manqué de le dire dans sa lettre de recommandation à Q. Minucius Thermus. Il ne peut donc être confondu avec le Cluvius auquel Cicéron écrit une lettre en 46 ou en 45, et qui était chargé d’assignations de terres en Gaule Cisalpine31.

36A sa mort, le patrimoine de Cluvius, tel que l’évoque Cicéron, est tout à fait semblable à ceux des membres des oligarchies, sénateurs, chevaliers, riches oligarques municipaux d’Italie : des terres et des résidences de campagne ; une maison de ville à Pouzzoles ; de l’argent liquide ; de l’argent non-monnayé (probablement de l’argenterie) ; des immeubles de location (dans le cas de Cluvius, il s’agit de boutiques). Il ne manque que les créances, mais en admettant qu’il n’en ait plus eu en 45, on a vu qu’en 51 ou 50 elles ne lui faisaient pas défaut. Deux incertitudes demeurent. Quel était le dosage de ces diverses composantes ? Quelle était l’importance des terres dans son patrimoine ? Et, deuxième incertitude : Cicéron n’énumère pas tous les éléments de son patrimoine puisque, par exemple, il n’est pas question d’esclaves ; qu’y avait-il parmi ce dont il ne parle pas ? En 45, Cluvius possédait-il des bateaux, des entrepôts, des marchandises ? ou non ?

  • 32 CIL X, 1572 et 1573.
  • 33 Cic., ad Att., 6, 2, 3.

37Deux inscriptions attestent qu’un pouzzolan nommé Numerius Cluvius Mani filius était, vers cette même époque, magistrat municipal à Caudium et à Nola32. F. Munzer proposait de reconnaître en lui un parent et un associé en affaires de l’ami de Cicéron ; F. Coarelli, qui fournit de ces inscriptions une séduisante interprétation nouvelle, n’exclut pas qu’il se confonde avec l’ami de Cicéron. Et en effet cette identification invérifiable n’est pas exclue, car le prénom de l’ami de Cicéron n’est indiqué qu’une fois dans la correspondance et de façon telle qu’il faut le tenir pour incertain33.

38En fonction de tous ces indices, j’aboutirais aux conclusions suivantes ;

  1. Cluvius n’a jamais été ni un argentarius ni un nummularius ;
  2. à une certaine époque de sa vie, il s’est consacré, en tant qu’entrepreneur, au commerce, ou à l’armement, ou aux deux à la fois ;
  3. en 45, au moment de sa mort, il fait partie de la dernière des trois catégories de négociants que distingue Cicéron dans le De officiis34 : ses gains commerciaux se sont transformés en possessions foncières. La manière même dont s’exprime Cicéron montre, en effet, que n’importe qui ne possédait pas n’importe quel type de patrimoine ; le passage à la propriété foncière représentait, pour un homme de métier ou un négociant, un seuil social important ;
  4. dans les dernières années de sa vie, il continuait à prêter de l’argent à des commerçants (et à d’autres). Continuait-il aussi à se consacrer à des entreprises d’armement ou de négoce ? Nous l’ignorons ;
  5. a-t-il jamais été membre de l’oligarchie municipale de Pouzzoles ? Nous l’ignorons. Mais en 45, avec le patrimoine, le rang social et les relations que nous lui voyons, c’était certainement un notable important de Pouzzoles, très proche par son style de vie de l’oligarchie municipale.
  • 35 Voir Brèves remarques sur la banque et le crédit au 1er s. av. J.-C., à paraître dans Ann. dell’Is (...)

39Caius Vestorius, lui, n’est sûrement pas un chevalier et rien n’indique qu’il ait fait partie de l’oligarchie municipale de Pouzzoles. La façon dont Cicéron en parle le place, dans la hiérarchie des valeurs sociales, au-dessous de Cluvius — mais au-dessus de Vettienus, autre homme d’affaires de la prosopographie cicéronienne dans lequel je tendrais à reconnaître un argentarius. Homme d’affaires important, Vestorius ne se définit pas par une spécialité, par une branche d’activité — mais par le gain, le calcul, le désir de faire de tout un bénéfice. Cette fièvre des affaires peut s’appliquer à n’importe quoi : le prêt d’argent, la fabrication d’un colorant, l’immobilier, le grand commerce. La diversité des affaires qu’il mène le place aux antipodes des argentarii qui sont spécialisés dans le maniement de l’argent (sauf à pratiquer d’autres métiers en même temps que celui-là). Si, comme je le crois, il a des intérêts commerciaux, il fait partie de la seconde des trois catégories distinguées par Cicéron. Il est de ceux dont les affaires se sont transférées au port. Je le rangerais volontiers au nombre de ceux que j’ai appelés ailleurs, faute d’un mot plus satisfaisant, les “affairistes”35. Il s’agit d’hommes qui auraient déjà assez de capitaux pour acheter des terres et mener une vie de propriétaire foncier, ne serait-ce que de second rang, mais qui préfèrent se lancer dans diverses affaires non-foncières, pour augmenter leur richesse. Ils sont aux portes de la propriété foncière et des oligarchies et ils guettent l’occasion, pour eux ou pour leurs enfants, de s’intégrer au monde des propriétaires fonciers, à un niveau de richesse qui réponde à leurs désirs.

***

40Ces remarques sur les intermédiaires de crédit nous apprennent-elles quelque chose sur le rôle financier de l’ensemble des oligarchies municipales italiennes ? Oui. Elles nous apprennent que si les membres de ces oligarchies, parfois très riches, prêtaient de l’argent, en plaçaient, localement ou ailleurs, ils ne comptaient guère au nombre des grands financiers spécialisés, à moins d’accéder à l’ordre équestre (et de faire partie de cette minorité de chevaliers qui se consacraient tout particulièrement à la finance publique ou privée) ou à moins de quitter leur cité pour se lancer dans des affaires aventureuses, par exemple dans une province. Pouzzoles constitue une exception. Dans les autres colonies et municipes, quelles que soient la prospérité et la circulation monétaire, le prêt d’argent fleurit probablement, mais sous ses formes les plus banales. Les affaires financières les plus élaborées du point de vue technique y sont pratiquées par des banquiers de métier.

41Quand les sénateurs et chevaliers n’investissent pas dans l’exploitation agricole et ses activités annexes, ce n’est pas à ces banquiers de métier qu’ils ont recours, ni aux membres des oligarchies municipales. C’est à Rome ou à Pouzzoles que leur argent trouve preneur, pour se diriger ensuite vers les provinces.

Annexes

Appendice - Deux articles récents sur Cluvius et Vestorius

V. Sirago a consacré deux articles récents à Cluvius et à Vestorius36. Ce qu’il écrit ne me paraît pas toujours juste ; j’indique brièvement les principaux points avec lesquels je me trouve en désaccord.

  1. Selon V. Sirago, Cluvius et Vestorius sont des banquiers. S’il veut dire par là qu’il s’agissait d’argentarii, c’est une erreur — qu’avait déjà commise R. Annecchino37. S’il veut dire qu’ils avaient une activité financière, il a raison. Mais la conception qu’il se fait des entreprises bancaires de Cluvius et Vestorius est anachronique ; elle ne correspond ni aux argentariae des banquiers de métier, ni aux conditions de travail et d’activité des financiers des oligarchies. Il pense par exemple que Cluvius a accepté Pompée comme associé dans le capital de sa banque ; que les sénateurs étaient souvent les propriétaires occultes et les plus grands actionnaires des grosses banques de Pouzzoles ; que la banque de Cluvius avait son siège, ou au moins une succursale, à Rome. Rien de tout cela n’est soutenable.
  2. Je ne crois pas que Vestorius ait été un ami intime de Cicéron, comme l’écrit Sirago.
  3. L’interprétation que donne Sirago des diverses lettres relatives à Cluvius et Vestorius est souvent déconcertante.

Dans le différend qui a opposé C. Vestorius à C. Sempronius Rufus, Sirago pense que M. Caelius Rufus, le correspondant de Cicéron, était du côté de Sempronius ; ce n’est pas l’interprétation habituellement admise ; même si le texte est confus, elle mériterait d’être argumentée38. A propos des boutiques de Cluvius, Cicéron avance le chiffre de 80.000 sesterces39. Selon Sirago, il s’agirait du montant des réparations faites ; d’autres, par exemple D.R. Shackleton Bailey, y voient (avec raison, selon moi) le revenu que l’héritage de Cluvius a rapporté à Cicéron au cours de la première année. L’interprétation de Sirago mériterait d’être justifiée.

Sirago confond ces boutiques avec la villa de Cluvius, c’est-à-dire avec les horti cluviani et en conclut que cette villa était surtout une maison de rapport, avec des locataires. Aussi Octavien n’est-il peut-être pas venu voir Cicéron dans cette maison. Rien de tout cela n’est soutenable. Si les horti étaient une maison de rapport, ils ne porteraient pas ce nom, Cicéron n’y séjournerait pas et il n’en vanterait pas les charmes. César n’y aurait pas rendu visite à Cicéron à la fin de 45 av. J.-C. D’ailleurs, les boutiques de location ne se trouvaient probablement pas au même endroit que les horti : celles-là se trouvaient probablement dans le centre urbain de Pouzzoles, ceux-ci en dehors du centre urbain.

Commentant la Vie d’Atticus de Cornélius Népos, Sirago écrit qu’Atticus a reçu de son père un héritage de 2.000.000 sesterces, et qu’il a en outre amassé 10.000.000 sesterces par les affaires qu’il a menées. C’est faux : Cornélius Népos attribue l’accroissement du patrimoine d’Atticus à l’héritage de son oncle, qui a atteint 10.000.000 sesterces40.

Dans la lettre qui concerne la vente du fundus Brinnianus, Sirago ne comprend pas le sens de l’expression mancipio dare ; il confond à tort Hetereius avec l’esclave de Vestorius et prend cet esclave pour l’acheteur du fundus, alors qu’il ne jouait qu’un rôle d’intermédiaire41.

Notes

1 Dans Le dernier siècle de la République Romaine et l’époque augustéenne (ouvr. collect). Strasbourg, éd. A.E.C.R., 1978, pp. 47-62.

2 A paraître dans Ann. dell’Ist. Ital. di Num., t. 28, 1981.

3 J’entends par oligarchies l’ensemble des ordres privilégiés (Sénat, ordre équestre, oligarchies municipales) et par notabilités tous ceux qui, sans appartenir à ces ordres, en sont proches par les sources de revenus et le style de vie.

4 Ad. Att., 6, 2, 3 ; ad Fam., 13, 56.

5 Ad. Att., 6, 2, 3.

6 Ad. Att., 4, 19, 1 ; 14, 12, 3 ; 14, 14, 1 ; 15, 4, 3.

7 Vitr., 7, 11, 1 ; Pline, N.H., 33, 162.

8 A. Tchernia, Premiers résultats des fouilles de juin 1968 sur l’épave III de Planter, Et. class., t. 3, 1968-1970, pp. 51-82 ; J. Andreau, Financiers de l’aristocratie à la fin de la République, pp. 58-59 ; et J.H. D’Arms, Senator’s involvement in commerce in the late Republic, M.A.A.R., t. 36, 1980, pp. 77-89.

9 Ad. Att., 6, 2, 3 ; ad Fam., 13, 56.

10 Ad. Att., 4, 6, 4.

11 Ad. Att., 6, 8, 5 et 10, 13, 2.

12 Ad. Fam., 13, 46.

13 Ad. Att., 14, 9, 1 ; 14, 10, 3 ; 14, 11, 2 - Contrairement à ce que dit I. Shatzman, les tabernae sont des boutiques et non pas des immeubles à appartements. Même si des pauvres logent dans des tabernae, il est tout à fait injustifié de confondre tabernae et insulae.

14 Cic., ad. Att., 6, 2, 3.

15 Plusieurs textes latins insistent sur le fait que le prêteur doit mener une enquête, pour s’assurer de l’honnêteté et de la solvabilité de son futur débiteur. Voir par exemple Sén., De Ben., 1, 1, 2, qui emploie le verbe inquirere.

16 L’indivision peut résulter de la volonté des parties, qui ont mis quelque chose en commun. Elle a, du point de vue des affaires, des effets voisins de ceux de la société mais en diffère du point de vue juridique. Voir M. Kaser, Das römische Privatrecht, I, 2, Munich, éd. C.H. Beck, 1971, pp. 590-592.

17 Dig., 32, 38 pr. (Scaev. lib. XIX digg.) ; 15, 3, 20, 1 (Scaev., lib. I respp.) ; 26, 7, 58, 4 (Scaev., lib. XI digg.) ; 44, 7, 44, 6 (Paul, lib. LXXIV ad ed. praet.) ; et surtout 46, 2, 14, 1 (Ulp., lib. VII disput.).

18 Cic., pro Rab. Post., 2, 4.

19 Suét., Aug., 3, 1 : Ps. Cic., ad Octav., 9.

20 Cic., ad Att., 5, 21, 10-13 ; 6, 1, 3-8 ; 6, 2, 7-9 ; 6. 3, 5-6. Je remercie vivement M. Humbert pour les informations qu’il m’a fournies sur les aspects juridiques de cette affaire.

21 Ad. Att., 7, 18, 4 ; 10, 11, 2 ; 10, 15, 4.

22 Ad Fam., 13, 43 ; 44 ; 45 ; 47 ; 73 ; 74.

23 Ad Att., 10, 11, 2 ; 10, 15, 4. Voir Financiers de l’aristocratie..., pp. 57-58, où je parle brièvement du rôle d’intermédiaire financier joué par L. Egnatius Rufus. mais sans défendre explicitement cette interprétation (à mon sens, la plus rigoureuse, la moins contestable) du verbe exigere et de la conjonction aut. Je m’arrête davantage, dans Financiers de l’aristocratie..., sur les sommes qu’en 48 av. J.-C. Cicéron paraît avoir déposées chez Egnatius ; je n’y reviens donc pas ici.

24 Cic., 2 Verr. 1, 100 et 102.

25 Voir ad Att., 13, 37 ; 13, 47 ; 16, 2, 1-2 et 16, 6, 3.

26 J.H. D’Arms, Romans on the bay of Naples. Cambridge, Mass., Harvard Univ. Press, 1970, pp. 54 et 182.

27 Ad Fam., 8. 8, 1 ; ad Att., 5, 2, 2 ; 6, 2, 10 et 14, 14, 2.

28 Voir J.H. D’Arms, Senators’involvement in commerce..., M.A.A.R., t. 36, 1980, pp. 77-89.

29 Caton, De Agr., Praef., 1.

30 Cic., 2 Verr., 5, 154.

31 Cic., ad. Fam., 13, 7.

32 CIL X, 1572 et 1573.

33 Cic., ad Att., 6, 2, 3.

34 Cic., De off., 1, 42.

35 Voir Brèves remarques sur la banque et le crédit au 1er s. av. J.-C., à paraître dans Ann. dell’Ist. Ital. di Num., t. 28, 1981.

36 V A. Sirago, La banca di Cluvio Puteolano, dans Puteoli, t. 1, 1977, pp. 50-61 ; et La personalitá di Caio Vestorio, dans Puteoli, 3, 1979, pp. 3-16.

37 R. Annecchino, Un antico banchiere puteolano, C. Vestorius, Boll. Flegreo di Storia e di Arte, 1909, pp. 3-7. L’article de R. Annecchino est très mauvais ; il ne mérite pas d’être lu.

38 Ad Fam., 8, 8, 1.

39 Ad Att., 14, 11, 2.

40 Corn. Nep., Att., 5. 2 et 14. 2.

41 Ad Att., 13, 52, 2.

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable