Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur les cultes grecs et l’Occident, 1

Introduction à l’étude du culte d’Héraclès en Sicile

Roland Martin

Texte intégral

1Du simple inventaire des documents relatifs au culte d’Héraclès en Sicile se dégagent tout à la fois le sentiment de son rôle tout particulier et de la complexité de sa fonction, de son rituel et de ses origines.

2La longue notice que lui consacre Diodore (IV, 39 et 80 sq.) constitue, par la diversité des notations, un bon point de départ à l’analyse.

3D’emblée, le problème essentiel est posé par la constatation qu’en Sicile Héraclès est honoré à la fois comme dieu auquel on offre des sacrifices olympiens (Θύειν) et comme héros qui reçoit les holocaustes héroïques (ἐναγίζειν). Il est le vigoureux compagnon des premiers colons dans le Syracusain où il combat et soumet les chefs indigènes, mais où la violence est immédiatement suivie d’une œuvre pacificatrice et bienfaisante; il parcourt les territoires soumis, introduit et installe les cultes et sanctuaires de Déméter et Coré avec leur cortège de bienfaits agraires. Son action se traduit par des alliances efficaces et durables. Le cas de Leucaspis, l’un de ces chefs soumis, dont l’effigie apparaît ensuite sur les monnayages de Syracuse, est particulièrement éloquent.

4On le retrouve aux confins mêmes de la zone grecque, sur l’acropole de Sélinonte et dans le sanctuaire/frontière de Poggioreale, où une inscription archaïque atteste la présence de son sanctuaire. Il pénètre enfin en territoire « barbare », jusqu’à Erix, il introduit le culte d’Aphrodite, s’identifie au dieu phénicien Melkart et se trouve installé dans la plus forte des positions puniques.

5L’épigraphie et l’iconographie confirment les observations de Diodore. A Sélinonte, il est cité au rang des grands dieux, dans l’inscription du temple G, parmi ceux qui ont exercé leur constant appui aux Sélinontins, avec Zeus, Héra, la Malophoros, etc. A Poggioreale, son sanctuaire se dresse aux limites des territoires des deux cités rivales, Sélinonte et Ségeste, et témoigne de l’importance de son appui, si l’on songe au rôle que les dieux jouent dans les rapports de ces cités, conforme à la tradition légendaire dont se réclament les Ségestains. En face de Ségeste qui avait accueilli les Troyens, chassés de leur cité et leur avait offert asile avant qu’ils ne poursuivent leur route vers Rome, les Sélinontins, apparentés aux Argiens, fondateurs de Mégara, ne pouvaient qu’accorder un culte de première importance à Héra, la première sans doute à s’installer dans la zone sacrée de Marinella, sur la colline orientale de Sélinonte. Et dans cette perspective Aphrodite, la protectrice des Troyens, apparaissait comme une rivale, malgré son assimilation à Astarté. Héraclès, ici comme dans le Syracusain, représentait le double aspect de toute politique coloniale: d’abord l’opération conquérante et la défense du territoire conquis, ensuite la pénétration et l’assimilation des populations indigènes ou rivales.

6Ce double rôle explique sans doute la diffusion du culte d’Héraclès dans les cités grecques et indigènes de Sicile attestée par le monnayage de bronze du ive siècle. On en dressera l’inventaire et il conviendra d’examiner chaque cas particulier en fonction de ces perspectives.

7De même il conviendra de faire l’inventaire des sanctuaires d’Héraclès et d’étudier les structures et les édifices de ces lieux de culte pour en dégager tout élément susceptible de nous renseigner sur la nature du culte, sur le rituel et sur la personnalité du personnage, dieu ou héros. Un important travail est déjà réalisé en ce domaine dont les résultats pourront faire l’objet d’un exposé par l’auteur du mémoire.

8A partir de cette documentation, il devient possible de formuler et d’approfondir, dans le cadre de l’histoire des villes grecques de Sicile, les problèmes relatifs à la double personnalité d’Héraclès, dieu et héros, aux origines de l’un et l’autre culte, à son rôle dans les croyances et les cultes grecs de Sicile, en essayant de préciser ses relations avec les autres divinités.

9Et d’abord, en quoi consiste cette dualité? S’agit-il d’une innovation sicilienne? Et à qui en attribuer la paternité?

10On ne peut mettre en doute l’aspect héroïque d’Héraclès en Sicile, bien illustré par les textes comme par l’iconographie. Les métopes de Sélinonte, comparées à celles de l’Héraion du Silaris, à Paestum, reprennent des thèmes identiques; le héros péloponnésien, fils d’Alcmène et de Zeus, accomplit quelques-uns de ses exploits en Occident; la géryonie et le rapt des troupeaux du Soleil se déroulent en pays occidentaux; on en reconnaît les traces laissées au sol, d’après le témoignage des textes anciens, et il y a incontestablement, quel qu’en soit l’auteur, une version occidentale de certains des exploits de notre héros. Comme dans la tradition hellénique, il utilise sa force pour débarrasser les humains de quelques monstres maléfiques. Il est le héros vigoureux, plein de force qui accroît la sécurité des routes, purifie de leurs miasmes les régions malsaines, assure la protection des cités. Il est, dans ses fonctions, un compagnon assidu et fidèle des colons grecs, et c’est sans doute sous les traits du héros traditionnel qu’il est adopté par de nombreuses cités au ive siècle et qu’il accompagne la pénétration de l’hellénisme dans toute l’Italie méridionale. Les statuettes de bronze sont nombreuses qui attestent le caractère héroïque du personnage, présenté avec ses attributs normaux, symboles de sa force, la peau de lion et la massue. La zone d’extension de ce culte s’étend, en Italie, jusqu’aux confins du monde latin où il cède le pas à Arès, plus représentatif de la puissance militaire de Rome.

11Sa nature divine et le culte d’Héraclès/dieu sont moins évidents, et la notice même de Diodore, révèle le caractère exceptionnel de cette autre face du personnage. D’après l’historien sicilien (IV, 39), les Athéniens seraient les premiers à rendre les honneurs divins à Héraclès et c’est à leur exemple que les autres grecs auraient accepté de placer Héraclès au rang des Olympiens. D’après une autre version que rapporte Arrien (Anab., IV, 11, 7), « Héraclès lui-même n’a pas reçu des Hellènes d’honneurs divins de son vivant, ni même une fois mort, avant qu’un oracle du dieu de Delphes n’ait prescrit d’honorer Héraclès comme un dieu ». Et on pourrait trouver confirmation de cette intervention dans le témoignage de Pausanias (V, 4, 6) qui rapporte aussi à une intervention de l’oracle de Delphes la reprise des jeux à Olympie, par Iphitos, et l’instauration dans le grand sanctuaire panhellénique du culte divin d’Héraclès (‘Ηρακλει ϑύειν).

12En réalité, dans l’un et l’autre cas, il s’agit de récupération tardive relevant d’une propagande intéressée; et aucune de ces traditions ne saurait expliquer la présence bien établie du culte divin d’Héraclès en Sicile, à une époque certainement antérieure aux prétentions des Athéniens et des Delphiens. Les Athéniens prennent à leur compte, comme ils l’ont fait en bien d’autres occasions, une tradition ancienne en Attique, enracinée à Marathon: « C’est chez les Marathoniens, les premiers, comme ils l’affirment eux-mêmes, qu’Héraclès fut considéré comme un dieu ». L’Héraclès/dieu de Marathon est apparenté, selon toutes les apparences, à l’Héraclès crétois, un Dactyle de l’Ida, comme celui d’Olympie et aussi de Sicyone, comme nous le verrons plus loin. Quant à l’oracle de Delphes sur la divinité d’Héraclès, il appartient à la série des oracles a posteriori qui, dans la politique hégémonique du sanctuaire delphique, consacrent des situations antérieures et des traditions beaucoup plus anciennes que l’oracle pythique; tels sont aussi de nombreux oracles relatifs à la colonisation.

13Aucune de ces traditions ne peut apporter quelque lumière sur la présence du culte divin d’Héraclès en Sicile.

14Deux autres directions de recherche doivent, en revanche, retenir notre attention, en rapprochant les faits et les traditions de Sicile des témoignages concernant d’autres exemples du même dualisme, Héraclès/dieu et Héraclès/héros, dans quelques cités grecques.

15La première nous entraine vers la Crète et les survivances minoennes. On sait la force des traditions qui plaçaient en Sicile le tombeau de Minos aux confins des territoires de Sélinonte. Héraclea Minoa, fondée par les Sélinontins, en est un témoignage onomastique, et bien des thèmes d’origine crétoise, en particulier l’enlèvement d’Europe, appartiennent au répertoire iconographique sicilien. Or plusieurs des cultes d’Héraclès/dieu se rattachent à l’Héraclès Idéen, à la légende des Dactyles, associé à la naissance et au culte de Zeus sur l’Ida. On sait leur importance à Olympie même, dans le grand sanctuaire de Zeus. L’organisation des concours Olympiques, dans cette tradition, serait, en partie, l’oeuvre d’Hercule Idéen et des Dactyles (Diodore, V, 64, 6 et Strabon, VIII, 3, 30), (cf. R. Vallois, REA, 28, 1926, pp. 305-322). La rivalité des deux cultes, celui du fils d’Alcmène et celui d’Héraclès Idéen, est bien attestée dans le sanctuaire panhellénique. Dans le sanctuaire d’Amphiaraos, en Attique, une triade est particulièrement intéressante pour notre propos, puisqu’elle se retrouve dans l’inscription de Sélinonte, avec l’association de Héraclès-Zeus-Apollon pythien. Les trois cultes associés occupaient une partie du grand autel dont l’autre section était réservée à des cultes héroïques. Nous n’avons malheureusement aucun indice sur l’origine et la date de cette triade.

16Mais à Sicyone où la même dualité se retrouve entre le dieu et le héros, l’origine crétoise est bien attestée. Rappelons le témoignage de Pausanias (II, 10, 7) sur la fondation du rite divin à côté de celui du rite héroïque, bien normal dans une cité voisine d’Argos: « On rapporte que Phaistos venu à Sicyone apprit que les Sicyoniens offraient à Héraclès des sacrifices héroïques (ἐναγίζοντας); il jugea bon de ne pas agir de même, mais de lui offrir des sacrifices comme à un dieu (ὡς ϑέῳ ϑύειν)». Or Phaistos est le héros éponyme de la ville crétoise bien célèbre de la côte méridionale de l’île (Paus., II, 6, 7) et son intervention à Sicyone se situe dans la longue tradition qui, de l’époque minoenne à l’époque archaïque, établit d’étroites relations entre la Crète et le Péloponnèse.

17Ajoutons encore qu’en Béotie, à Mykalessos, l’Héraclès Idéen était connu comme parèdre, au service de Déméter (Paus., IX, 19, 5 et 27, 8), tandis qu’à Thespies il apparaît comme un dieu, avec un culte, dit le Périègète (IX, 27, 6) « plus ancien que celui du fils d’Amphitryon et adressé au Dactyle Idéen »; un relief hellénistique, avec dédicace, représente le couple Héraclès-Déméter, le dieu étant associé directement aux cultes primitifs de la végétation et de la fécondité, ce qui explique certains de ses exploits auprès des quarante-neuf filles de Thespios, son hôte, roi légendaire de Thespies (Paus., IX, 27, 6). La cinquantième qui avait refusé ses hommages fut condamnée à la virginité et à la prêtrise perpétuelle dans le temple d’Héraclès/dieu. On ne saurait oublier ces liens bien attestés, dans la tradition crétoise, entre Héraclès et Déméter, lorsque nous le suivons, avec Diodore, sur les routes intérieures de la Sicile, de la Sicile orientale en particulier, où il implante cultes et sanctuaires de Déméter. Les traditions béotiennes et siciliennes sont, sur ce point, très proches l’une de l’autre. Si nous ajoutons que partout où le culte divin est implanté à côté du culte héroïque, c’est le premier qui est considéré comme le plus ancien, bien que Héraclès/héros, fils d’Alcmène, soit déjà connu d’Homère et commence ses activités dans le monde mycénien, au service du roi d’Argos, Eurysthée, on sera très tenté de faire remonter à une haute epoque les premières manifestations du culte divin d’Héraclès en Sicile, culte rénové et renforcé par son rôle dans la colonisation.

18Il est une deuxième orientation de recherches, que les textes et les fouilles invitent à explorer, en utilisant encore des parallélismes éloquents, qui, curieusement, ont échappé à l’attention des historiens du culte d’Héraclès, même les plus récents (Brig. Berquist, Herakles on Thasos, 1973 et E. Van Berchem, Syria, 1974). Ce sont les relations entre le dieu Héraclès et le dieu phénicien Melquart, leur assimilation et leur rôle dans les cités grecques qui se trouvent en contact avec le monde phénicien.

19Deux témoignages, par leur rapprochement et le parallélisme des situations qu’ils évoquent, permettent des conclusions importantes sur la personnalité et les fonctions du dieu Héraclès dans les rapports des cités grecques, en particulier des colonies avec le monde périphérique.

20Le premier et le plus ancien est celui d’Hérodote (II, 44) sur le culte et le sanctuaire d’Héraclès à Thasos (cf. M. Launey, Etudes thasiennes, I, Paris, 1944) et ses origines phéniciennes: « J’arrivai à Thasos et je trouvai un sanctuaire d’Héraclès établi par les Phéniciens qui, naviguant à travers l’Europe, ont fondé également Thasos; et cela cinq générations avant la naissance d’Héraclès, fils d’Amphitrion, en Grèce; ces récits montrent clairement que le culte d’Héraclès/dieu est ancien. Et, à mon avis, ils agissent très raisonnablement ceux des Grecs qui ont institué et pratiquent le double rite pour Héraclès, sacrifiant à l’un, comme à un immortel olympien (ὡς ἀϑανάτῳ ‘Ολυμπίῳ... δύουσι), à l’autre en offrant les holocaustes comme à un héros (ὡς ἣρῳ ἐναγίζουσι) ».

21Et l’historien a poussé son enquête plus loin, puisqu’il se rend à Tyr en Phénicie où il « entendait dire qu’il y avait un sanctuaire vénéré d’Héraclès. Je vis ce sanctuaire, richement garni d’un grand nombre d’offrandes » et la fondation de ce sanctuaire était contemporaine de la fondation de Tyr, habitée, ajoute Hérodote, depuis deux mille trois cents ans. L’identification constante, chez les Grecs, d’Héraclès et de Melkart est bien confirmée par de nombreux autres témoignages, comme aussi l’antériorité du dieu sémitique. Les attributs mêmes confirment cette identification puisque les monnaies tyriennes du ve siècle donnent l’effigie d’un dieu barbu, muni d’un arc et de flèches et chevauchant un hippocampe ailé. Il est possible qu’on ait là une trace des influences réciproques qui se sont exercées entre les deux cultes.

22Si aucun autre témoignage, ni littéraire, ni archéologique, ne confirme la tradition d’une fondation tyrienne à Thasos, la présence des Phéniciens paraît cependant assurée à la fois par le toponyme et par l’ensemble des données sur les périples phéniciens dans l’Egée orientale et septentrionale. A Thasos, une tradition qui paraît bien établie fait remonter aux Phéniciens l’exploitation des mines sur des sites portant des noms sémitiques: « J’ai vu personnellement ces mines et, parmi elles, les plus étonnantes de beaucoup sont celles des Phéniciens... Ces mines phéniciennes sont, à Thasos, entre la région appelée Ainyra et Koinyra, en face de Samothrace. » (Hérodote, VI, 47). Une exploitation minière assurée par un faible contingent de sémites utilisant une main d’œuvre indigène et groupé autour du culte d’Héraclès-Melkart, tel est le mode d’occupation phénicienne, à une date indéterminée, dont Hérodote a recueilli le souvenir.

23Et le cas de Thasos n’est pas isolé; tout au long de la côte orientale de l’Egée et dans les îles voisines, des preuves du double culte d’Héraclès, dieu et héros, peuvent être recueillies, avec référence aux apports phéniciens pour le premier qui partout fut doublé par le culte hellénique du héros. A Erythrées, d’après la tradition rapportée par Pausanias (VII, 5, 6-7), Héraclès était venu de Phénicie; la statue de culte, transportée par un radeau phénicien, s’était échouée au cap Mésatè, sur la côte érythréenne, et il fut impossible aux gens d’Erythrées et de Chios, tous désireux de l’attirer à eux, de l’en détacher jusqu’au jour où le dieu lui-même manifesta ses intentions par un songe inspiré à un vieillard aveugle. Puis le culte héroïque fut implanté à son tour, mais, comme à Thasos, les rituels étaient différents. Une inscription du iie siècle av. J. -C. (Von Wilamovitz, Abhandl. Akad. Berlin, 1909, p. 48 sq.) précise les prescriptions relatives à l’un et à l’autre. Le sacrifice divin est offert à une triade Héraclès, Arétè et Aphrodite Strateia, tandis qu’un autre sacrifice est réservé à un groupe de dieux et héros, dont Héraclès, portant comme à Paros et à Thasos, l’épithète de Kallinikos. Un règlement religieux de Chios (Syll3, 1013) et, plus nettement encore celui de Kos (Leges Sacrae, I, n.° 7), distinguent des sacrifices divins et holocaustiques; à Kos, les sanctuaires étaient sans doute distincts. Enfin l’Héraclès lydien, protecteur de la dynastie royale, vêtu d’une peau de lion, occupe un rang privilégié dans le panthéon lydien; qu’il s’agisse dans tous ces cas d’une divinité ancienne, appartenant à des influences phéniciennes, mais peut-être conjuguées à des survivances anatoliennes, ce n’est pas douteux. Dans tout ce monde ionien, la présence du culte divin, précédant le culte héroïque est caractéristique d’Héraclès, et il importe de signaler son association avec Aphrodite et Déméter, et ses relations avec les cultes et les rites de la fécondité.

24Avec les témoignages de Diodore (IV, 80 sq.), que nous avons résumés ci-dessus, et les données archéologiques, les mêmes traits se retrouvent en Sicile. Particulièrement éloquent est le rôle d’Héraclès dans la propagation du culte de Déméter et de Coré: fondation de sanctuaires en pays indigènes, introduction des rituels de prospérité et de fécondité agraires. Et, tout particulièrement, son action en Sicile occidentale, à partir de Sélinonte, avec l’implantation à Eryx du culte d’Aphrodite, doit être rapprochée de son rôle à Thasos et dans le bassin oriental de l’Egée. Il est, comme à Thasos et à Tyr, assimilé à Melkart et le couple Héraclès-Aphrodite, attesté par plusieurs textes, correspond évidemment au couple Melkart-Astarté. Dans l’un et l’autre cas, les situations sont comparables; la rencontre des Grecs et des Phéniciens, soit directement, soit par l’intermédiaire, à l’Ouest, de la colonie de Tyr, Carthage, se situe dans un complexe colonial et se justifie par les relations d’échanges entre les deux courants. Héraclès, qui était archégète de Tyr (Inscr. de Délos, 1519, 1. 15 et inscription de Malte, dédicace de deux Tyriens à Héraclès archégète, IG, XIV, 600), fut, au témoignage d’Hérodote, confirmé par les inscriptions et les monnayages, très étroitement associé aux mouvements de colonisation grecque de Sicile; il fut, par excellence, le représentant et le répondant des Grecs auprès des populations indigènes dont il assimilait aisément les rites et les croyances. Il était tout à la fois symbole de la puissance et porteur des bienfaits de la culture hellénique.

25Une étude plus approfondie devrait pouvoir préciser les premières manifestations de sa puissance et les origines de l’extension du culte divin en Sicile. La rapidité de cette action et ses caractères laissent supposer qu’il faut, selon les régions, faire appel aux deux sources de ce culte que nous avons formulées antérieurement, les origines crétoises et les apports phéniciens. C’est là tout un domaine de la protohistoire religieuse de la Sicile qu’il convient d’explorer et de préciser.

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable