Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari

 | 
Madeleine Cavalier

Quelques conclusions

Texte intégral

1Grâce à l’abondance du matériel dont nous disposons nous pouvons faire quelques observations :

2— Les amphores corinthiennes du type A à large bord plat n’apparaissent que dans la nécropole. Le fait qu’elles sont absentes dans le remplissage du bothros d’Eole, qui commence certainement dès la moitié du VIème siècle, pourrait faire penser qu’elles ne vont pas au delà, au point de vue chronologique, des premières décades de la vie de la Lipari cnidienne. Il s’agirait donc dans la nécropole de tombes d’enfants de la première génération des colonisateurs.

3Au contraire les types A’ et B, plus évolués, sont relativement nombreux dans tous les gisements que nous avons considérés.

  • 1 Dans la nécropole de Lipari nous avons d'autres importations corinthiennes. Il s'agit d'un certain (...)

4Les rapports avec Corinthe ont certainement duré de la fondation de Lipari jusqu’au IVème siècle av. J.-C.1

5Des amphores de type massaliète, une seulement (Cat. 101), à cause de la pâte très micacée, peut être sûrement attribuée à une fabrique de Marseille. Les autres qui en imitent la forme peuvent appartenir à d’autres ateliers.

6Elles ne sont pas très nombreuses et n’offrent pas de repère chronologique bien défini.

  • 2 On a récemment soulevé des doutes sur la réelle provenance de Chios des amphores à col renflé trou (...)

7— On constate au contraire une grande diffusion des amphores de type chiote2 qui, dans tous les gisements, forment de beaucoup la masse prédominante.

8Les mobiliers avec lesquels elles sont associées dans la nécropole nous permettent de les dater à partir du milieu du Vème siècle, mais il est probable que leur présence à Lipari avait commencé bien auparavant. Le fait de les trouver au pied du mur d’enceinte de Piazza Monfalcone, daté d’environ 500 av. J.-C., nous confirme cette hypothèse.

9Ces amphores ont dû continuer encore longtemps et arrivent peut-être au début du IVème siècle, cela au moins pour la variante à pâte rouge et engobe.

10En effet dans un sondage contre le mur d’enceinte de la « contrada Diana » (la deuxième enceinte de Lipari), effectué ces jours derniers, nous avons trouvé quelques fragments d’amphores de type chiote à pâte rouge et engobe associés à des fragments d’amphores du type de la tombe 469.

11Les amphores de type chiote ne sont pas abondantes seulement à Lipari, mais aussi dans toute la Sicile où on les trouve dans de très nombreux gisements.

12— Les amphores du type de la tombe 469 trouvées dans le sanctuaire du « terreno Maggiore » et dans la nécropole peuvent être considérées de transition entre les dernières amphores de type chiote et les proto-italiotes qui se développeront à partir du milieu du IVème siècle av. J.-C.

13Il est intéressant d’observer que les amphores de l’épave F de Filicudi, datées de la première moitié du IIIème siècle av. J.-C., sont encore très proches de l’exemplaire de la tombe 469 au moins pour le rebord plat à section triangulaire.

14La date de ce naufrage est donnée par les vases à vernis noir qui sont associés aux amphores, vases qui rappellent ceux qui ont été trouvés avec les poteries polychromes du Peintre de Lipari dans la nécropole de la « contrada Diana ».

15Les amphores de cette épave nous prouvent l’évolution et la continuité des formes jusqu’au IIIème siècle av. J.-C.

  • 3 V. A. Locri Epizefiri. Ricerche archeologiche su un abitato della Magna Grecia, Mostra documentari (...)

16Le même phénomène se reproduit en Calabre à Centocamere et en Sicile, à Tindari et à Gela3.

17— Les amphores étrusques sont peu nombreuses. Cinq dans la nécropole, un seul fragment de rebord dans la décharge de Piazza Monfalcone, deux fragments de rebords dans la couche de remblayage du sanctuaire.

18Dans la nécropole elles s’échelonnent sur un temps assez long : de la deuxième moitié du VIème siècle à la moitié du Vème siècle av. J.-C.

19— Les amphores puniques sont très rares à Lipari.

20Deux exemplaires proviennent de la nécropole et sont chronologiquement très éloignés l’un de l’autre.

Notes

1 Dans la nécropole de Lipari nous avons d'autres importations corinthiennes. Il s'agit d'un certain nombre de gros récipients (H. 55, 5; D. 30, 8) en forme de stamnos, très souvent munis de leur couvercle qui sont identiques aux exemplaires de l'Agora d'Athènes publiés par L. Talcott, The Athenian Agora, vol. XII, Black and plain pottery of the 6th, 5th and 4th century b.C., 1979, pl. 68, n° 1542 et 1546. Cfr. Meligunis-Lipàra II, La necropoli greca e romana della contrada Diana, Palerme, 1965, pl. LIV, 4: t. 369; pl. LIV, 7: t. 419).
Ces importations ont tout de suite donné lieu à des imitations locales (cfr. Meligunis-Lipàra II, pl. LIII, 2: t. 135; LIII, 5: t. 332).

2 On a récemment soulevé des doutes sur la réelle provenance de Chios des amphores à col renflé trouvées en Occident, appelées « chiote ». Cette dénomination introduite par F. Villard dans la publication des céramiques archaïques de Megara Hyblaea, puis par nous-même en Meligunìs-Lipàra II et par de nombreux autres auteurs, est devenue courante.
La dénomination de « pseudo-chiote » à laquelle nous avions pensé, apparaît en réalité trop tranchante (comme nous le fait observer le même F. Villard avec qui nous avons eu la chance de discuter le problème) car elle excluerait radicalement une provenance chiote qui n'a jamais été prouvée et qui n'est pas impossible.
D'autre part nous ne devons pas oublier la large exportation du vin de Chios à l'époque archaïque qui est attestée par les sources littéraires.
Nous avons donc préféré adopter la dénomination « de type chiote » qui n'affirme ni ne nie la possibilité d'une provenance de Chios en espérant que la réelle origine de ces amphores sera un jour connue à travers l'examen des argiles et des dégraissants.

3 V. A. Locri Epizefiri. Ricerche archeologiche su un abitato della Magna Grecia, Mostra documentaria, Locri, Ottobre 1983, Luciana Manzo, Le anfore, III, 4.3, p. 39, pl. XI, 16.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540