Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari

 | 
Madeleine Cavalier

Le sanctuaire de la propriété Maggiore

Texte intégral

1Les fouilles du sanctuaire faites en 1956, et encore inédites, ont mis au jour les traces de deux autels.

2Un plus grand, carré, mesurant 7m x 7m environ, duquel il ne restait que les fondations (autel B) et que nous avons pu dater du IVème siècle av. J.-C. Cette datation est basée sur le matériel recueilli autour de l’autel.

3Cet autel se superposait aux restes d’un deuxième autel (autel A), mieux conservé, de forme plus allongée, bien daté du Vème siècle par un lambeau de terrain en place qui constituait le sol originel au niveau de sa base.

4Pour la construction de l’autel Β on a dû effectuer de gros travaux de remblayage, ensevelissant l’autel A. Ce remblayage ne forme pas une couche parfaitement homogène. En effet nous y trouvons des matériaux qui remontent au début du Vème siècle, mélangés à d’autres qui datent du IVème.

5Tout autour de l’autel B, dans cette couche de remblayage, on a creusé des fosses votives, dont une très grande, qui nous a donné une masse de matériel : terres cuites figurées et poterie.

6Les terres cuites sont nombreuses, de types votif (1) et théâtral (2).

7Ces dépôts ne paraissent pas dépasser la fin du IVème siècle.

8En effet nous n’avons aucune terre cuite de la Comédie Nouvelle ni de fragment de poterie polychrome du Peintre de Lipari et des maîtres, ses contemporains, qui travaillent au cours de la première moitié du IIIème siècle.

9Bibliographie :

10 L. Bernabò-Brea, Lipari nel IV secolo a.C., Kokalos IV, 1958, p. 22, pl. 47 ; L. Bernabò-Brea, M. Cavalier, Il Castello di Lipari e il Museo Archeologico Eoliano, Palerme, 1977, p. 89, fig. 145-151.

11L. Bernabò-Brea, Menandro e il teatro greco nelle terracotte liparesi, Gênes, 1981, con Appendice II : M. Cavalier, Le terracotte liparesi di argomento teatrale e la ceramica. I dati di rinvenimento e la cronologia, p. 298.

12Les amphores que nous étudions proviennent de cette couche de remblayage et sont donc antérieures à la fin du IVème siècle av. J.-C.

Les amphores corinthiennes

Cat. 108

13Extrémité supérieure d’une amphore corinthienne de type A’ qu’on peut dater de la moitié du Vème siècle av. J.-C.

14La bouche, entourée d’un large rebord incliné de section triangulaire, conserve l’attache supérieure d’une des deux anses à section ronde et le début du col.

15La pâte est de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 7/4) à fracture nette, contient des dégraissants invisibles à l’œil nu.

16La surface externe est recouverte d’un engobe de même couleur que la pâte, étalé au pinceau.

17Nous observons encore la présence d’une ligne radiale incisée du côté droit de l’attache supérieure de l’anse.

18H. conservée cm. 4, 8

19D. embouchure : environ cm 13 (Pl. XXIV ; fig. 22 c).

Cat. 109

20Partie supérieure d’une amphore corinthienne A’, comprenant le col, la bouche et le départ des deux anses. La bouche est entourée d’un large rebord facetté, à section triangulaire, rabattu vers l’extérieur qui se déforme pour épouser l’attache supérieure des anses qu’il recouvre complètement sans laisser d’espace. Col cylindrinque plutôt haut, dégagé. Les anses sont massives, à section ronde.

21La pâte de couleur rosée (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) est assez dure et contient beaucoup de dégraissants rouges de toutes dimensions.

22La surface est revêtue d’un engobe d’argile diluée de même couleur que la pâte, passé au pinceau.

23H. conservée cm. 15

24D. embouchure cm. 16, 4 (Pl. XXIV ; fig. 22 a).

Cat. 110

25Grande bouche ovale appartenant à une amphore corinthienne de type Β entourée d’un bord de section triangulaire rabattu vers l’extérieur, qui se déforme pour épouser l’attache supérieure des anses cassées et qu’il recouvre sans laisser d’espace.

26La pâte est bien cuite, à fracture nette, elle contient des dégraissants invisibles à l’œil nu, de couleur M.S.C. 10 YR 8/3.

27La surface est revêtue d’un engobe d’argile diluée de même couleur que la pâte, passé au pinceau.

28H. conservée cm. 3

29D. cm. 14, 4 et 18 (Pl. XXIV).

Cat. 111

30Fragment de la bouche idem, appartenant à une autre amphore corinthienne de type B.

31Pâte et engobe idem. A l’intérieur nous observons les traces d’une substance noire dont était enduite l’amphore.

32H. conservée cm. 6, 4

33Larg. tot. cm. 15, 5 (Pl. XXIV).

Cat. 112, 113

34Deux petits fragments de bouche déformée appartenant à des amphores identiques aux précédentes. La pâte et l’engobe sont identiques malgré une différence de ton due à la cuisson.

35Mes. fragments : cm. 8, 2x4, 6 et 5, 5x3, 5 (Pl. XXIV).

Cat. 114

36Fragment d’une amphore de type corinthien Β à bouche ronde et une petite partie du col.

37La bouche est entourée d’un bord de section triangulaire. La pâte est de couleur claire, rosée (M.S.C. 5 YR 8/4) et contient des inclusions invisibles à l’œil nu.

38La surface externe est revêtue d’un engobe d’argile diluée de même couleur que la pâte, étalé au pinceau.

39Il conserve sur le col une grande M peinte en rouge foncé.

40H. conservée cm. 8

41D. embouchure cm. 15, 4 (Pl. XXIV ; fig. 22 c).

Les amphores de type chiote

42De nombreux fragments appartiennent aux deux variantes.

43La première variante est représentée par 85 fragments de rebord, dont la base est soulignée par un listel plus ou moins marqué.

Cat. 115

44Fragment du rebord massif d’une amphore de cette première variante, obtenu par reploiement vers l’extérieur de la paroi du col qui ne laisse subsister aucun creux et à la base duquel il n’y a pas de listel.

45La pâte est jaune clair (M.S.C. 10 YR 7/6), bien cuite, à fracture nette. L’argile contient des paillettes de mica tandis que les inclusions ajoutées par la suite sont invisibles à l’œil nu.

46H. conservée cm. 6, 6

47D. embouchure cm. 16

48Larg. frag. cm. 12,2 (Pl. XXIV ; fig. 22 h).

Cat. 116

49Un fragment de col se distingue un peu des autres par son argile fortement micacée qui contient de gros nodules rouges. Ce sont deux éléments qui rapprochent cette amphore des massaliètes, bien que la couleur de l’argile et son épaisseur soient différentes.

50Rebord massif souligné par un listel assez bien dégagé. Pâte de couleur M.S.C. 10 YR 8/4. A l’intérieur du col, sillons bien marqués.

51H. conservée cm. 18

52D. embouchure cm. 17, 8

53H. col cm. 12,6 (Pl. XXIV ; fig. 22 i).

54De la deuxième variante à pâte rougeâtre et engobe blanc nous avons une trentaine de fragments.

Cat. 117 et 118

55Deux fragments du rebord et le début de l’épaule appartiennent à la deuxième variante.

56La bouche est entourée d’un rebord massif souligné par un listel bien marqué. La pâte est de couleur rouge (M.S.C. 5 YR 6/3) et plus foncée (M.S.C. 5 YR 8/4). Elle contient de petites particules noires et blanches. Nous notons peu de mica dans l’argile.

57La surface est rugueuse au toucher et est revêtue d’un engobe blanc (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) obtenu par immersion de l’amphore en la tenant renversée par le fond, d’où les bavures d’engobe à l’intérieur du col.

  1. cm. 5,5 X 6,4 (Pl. XXIV et fig. 22 f)
  2. cm. 13,8x5,7 (Pl. XXIV ; fig. 22 g).

Les amphores du type de la tombe 469

58C’est un type nouveau qui apparaît dans ce gisement car nous ne l’avons ni dans le bothros d’Eole ni dans la décharge de Piazza Monfalcone.

59Une tombe dans la nécropole en a donné un exemplaire assez complet et cette amphore est associée à un vase décoré dans le style de Gnathia le plus ancien ; elle n’est donc pas antérieure à la deuxième moitié du IVème siècle av. J.-C.

60Ce nouveau type d’amphore est de loin le plus nombreux dans la couche de remblayage, représenté par plus de 200 fragments de rebord.

61C’est peut-être le type qui a remplacé dans l’usage courant les amphores de type chiote.

62Le nombre même des fragments nous prouve que c’est un type qui a duré longtemps : en effet entre les amphores de type chiote et cette nouvelle classe nous n’avons aucun type intermédiaire.

63Il est difficile jusqu’à présent de préciser le moment où cette substitution a eu lieu. Peut-être au début du IVème siècle car nous en trouvons déjà quelques exemplaires dans la décharge qui s’est formée aux pieds de la nouvelle enceinte de fortification de la ville dans la « contrada Diana ».

64Cette enceinte pourrait être datée entre la fin du Vème et le début du IVème siècle av. J.-C.

65Ce sont des amphores à panse ovoïde, à col court, le profil du bord imite de très loin celui des amphores corinthiennes de type B. L’anse est de section ovale, peu développée par rapport à l’amphore.

66Comme les amphores de type chiote, ce nouveau type se divise en deux variantes bien différentes, basées sur l’argile et sur l’engobe.

67La première variante est faite d’une argile de couleur rose foncé (M.S.C. 5 YR 7/8) tandis que la surface externe est de couleur noisette sans engobe.

68La deuxième variante est caractérisée par une argile rouge brique (M.S.C. 2.5 YR 5/8) et la surface externe est revêtue d’un engobe blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) uniforme, obtenu par immersion. Comme pour les amphores de type chiote, l’amphore était renversée en la tenant par le bouton final comme le prouvent les nombreuses bavures à l’intérieur du col et du rebord.

Cat. 119

69Fragment du rebord d’une amphore qui est encore très proche de la deuxième variante des amphores de type chiote et qui pourrait marquer une transition entre ces dernières et le type de la tombe 469.

70La bouche est entourée d’un rebord moins massif, plus allongé et aplati dans sa partie supérieure, souligné par un listel peu marqué.

71La pâte est de couleur rouge (M.S.C. 5 YR 7/6), la surface externe est revêtue d’un engobe blanc jaunâtre (M.S.C. 10 YR 8/3)

72Mes. fragment cm. 14, 6 de largeur

73H. conservée cm. 4, 8

74D. embouchure cm. 15 (Pl. XXIV ; fig. 22 d).

Cat. 120

75Un exemplaire de la première variante comprend plus de la moitié du col et du rebord. Sur la partie supérieure une lettre peinte en rouge (fig. 19 e) pourrait être une A, ou un Δ ou un Λ. Ce fragment conserve l’attache supérieure d’une des deux anses de section ovale allongée.

76H. conservée cm. 8

77D. cm. 16, 6 (Pl. XXIV ; fig. 22 e).

Cat. 121

78De nombreux fragments d’amphores appartiennent à la deuxième variante ; on n’en a dessiné qu’un, mais il est identique à tous les autres.

79La bouche est entourée d’un rebord à section triangulaire ; elle conserve l’attache supérieure d’une anse ovale allongée.

80La pâte, de couleur rouge brique (M.S.C. 2.5 YR 5/8), est à fracture nette. La surface externe est revêtue d’un engobe blanc (M.S.C. 10 YR 8/3).

81H. conservée cm. 8, 1 et 6, 2

82D. cm. 15 et 15, 8 (Pl. XXIV).

Les amphores étrusques

83Le type classique est représenté par un seul fragment de rebord.

Cat. 122

84Identique au profil de l’exemplaire de la t. 1890 (Fig. 11 a ; pl. XV c, e). La lèvre à bourrelet de section ovale est revêtue d’un engobe jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/3). Mes. fragment cm. 7, 2x8, 5 (Pl. XXIV).

Cat. 123

85Un autre fragment à rebord plus bas et plus arrondi est fait dans la même argile de couleur noirâtre à l’intérieur et noisette foncé en surface. Cette différence est due à la cuisson. Même engobe de couleur jaune clair passé au pinceau.

86Mes. fragment cm. 7, 4x5 (Pl. XXIV).

© Publications du Centre Jean Bérard, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540