Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari

 | 
Madeleine Cavalier

La décharge au pied du mur polygonal de Piazza Monfalcone

Texte intégral

1La Lipàra fondée par les Cnidiens s’est très vite développée et au cours du VIème siècle av. J.-C., l’habitat s’est étendu en dehors de l’acropole.

2En 1954, lorsque nous avons fouillé Piazza Monfalcone, située au centre de la ville actuelle, nous avons mis au jour une partie du mur d’enceinte archaïque. Ce mur était très bien conservé, de structure noble, en blocs polygonaux soigneusement dressés et associés de façon à ne pas laisser d’intervalle entre eux. C’est une technique qui résiste aux tassements et aux glissements de terrain et qui présente un ensemble de lignes souples et sinueuses très décoratives. Tous les blocs ont été extraits des carrières du Monte Rosa dans la baie de Lipari et des carrières de Fuardo sur les hauts plateaux de l’île (Pl. XXI).

3La couche V a mis au jour une grosse décharge qui s’était formée, très dense (en quelques points il y avait plus de poteries que de terre), au pied du mur d’enceinte.

4Cette décharge qui enterrait le pied du mur pour une hauteur de 30 à 40 centimètres était évidemment postérieure à la construction du mur (fig. 19).

5La couche VI qui coïncidait avec le niveau des fondations, contenait moins de matériel et correspondait au sol originel à l’extérieur du mur, au moment de sa construction.

6Les matériaux qui y ont été trouvés sont caractéristiques de la fin du VIème siècle av. J.-C.

7Les matériaux recueillis dans la couche V sont très nombreux (plus de cent caisses) et sont bien datés entre la fin du VIème et le début du Vème siècle av. J.-C.

8La céramique de cette couche a été étudiée en Meligunìs-Lipàra I lors de la publication de la fouille.

9La plus grande partie du matériel est formée d’une poterie achrome décorée à bandes ou de poterie peinte à vernis dilué de couleur brune que nous avons attribuée à une production « ionienne » ou à des fabriques siciliennes qui l’ont imitée.

10Après les études de François Villard, la presque-totalité de cette céramique peut être considérée comme étant de fabrication liparote.

11Elle présente une grande variété de formes.

12Mélangée à cette poterie locale il y a un certain nombre de fragments de céramique importée : un fragment de poterie rhodienne, un petit nombre de fragments de poterie corinthienne, surtout des skyphoi, mais un certain nombre de fragments attiques très importants pour la chronologie. Notons en particulier deux fragments de cratère à figures noires du Vlème siècle et deux fragments de vases à figures rouges datés du début du Vème siècle av. J.-C. (Pl. XXII a).

13Plus de la moitié des matériaux de cette décharge consiste en des fragments d’amphores, quelquefois très petits, mais qui nous permettent de reconnaître plusieurs types.

14Bibliographie :
L. Bernabo-Brea, M. Cavalier, Meligunìs-Lipàra I. La stazione preistorica della contrada Diana e la necropoli protostorica di Lipari, Palerme, 1960, p. 97-103, pl. XXIX-XXXI.
id., ead., Il Castello di Lipari e il Museo Archeologico Eoliano, Palermo, 1977, p. 90 et fig. 38
G. Vallet, in Storia della Sicilia, vol. I, 1979, p. 593.

Les amphores corinthiennes

Cat. 94, 95, 96

15Trois fragments de bord sont caractéristiques du type A’de C. Koehler.

16La pâte est claire (M.S.C. 10 YR 7/4) vacuolaire, contient des dégraissants grenat et blanc.

  1. cm. 6, 5x11 (Pl. XXIII et fig. 20 b)
  2. cm. 5, 8x10, 1 (Pl. XXIII et fig. 20 a)
  3. cm 5, 7x11, 8 (Pl. XXIII).

17Vingt-quatre fragments de bords appartiennent à des amphores de type B. Quelques-uns sont très petits ; d’autres conservent le début du col et ces derniers permettent de distinguer deux variantes.

Cat. 97

18La première est caractérisée par un large sillon arrondi qui court à 1 centimètre environ sous le rebord.

19La pâte est dure, bien cuite de couleur jaune rosé (M.S.C. 10 YR 8/3) et contient des inclusions non visibles à l’oeil nu.

20Mes. frag. de cm. 10, 4x6, 9 à cm. 5, 1x7, 3 (Pl. XXIII).

Cat. 98

21La seconde variante est décorée d’une petite bande très nette. La pâte est dure, bien cuite, et contient des dégraissants blanc et grenat, de couleur blanchâtre (M.S.C. 5 YR 8/3) et de couleur rose (M.S.C. 10 YR 8/3) selon le degré de cuisson.

22Mes. frag. de cm. 10x11, 6 à cm. 7, 7x6, 5 (Pl. XXIII).

Cat. 99

23Fragment d’un col décoré de deux sillons au-dessous desquels un trait vertical est peint en rouge.

24Argile fine, lissée de couleur claire (M.S.C. 10 YR 8/2) qui contient des paillettes de mica.

25Mes. frag. cm. 12, 3x8, 4 (Pl. XXIII).

Amphore massaliète

Cat. 101

26Partie supérieure d’une amphore comprenant le col, la bouche, le début de l’épaule et une anse. Le col est assez haut, cylindrique, court, pourvu d’un rebord à bourrelet massif, à profil arrondi. Une partie du rebord s’est detachée et laisse entrevoir le creux à l’intérieur.

27Deux lignes incisées ornent le col sous le listel peu marqué.

28L’argile est extrêmement micacée ; de nombreuses écailles de mica sont mélangées à de gros nodules rouges. Elle est de couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/4).

29H. tot. conservée cm. 16, 9

30D. max. embouchure cm. 15 (Pl. XXII d ; fig. 21,b).

Amphores de type massaliète

31Elles sont représentées par un col entier et par quelques fragments de panse.

Cat. 102

32Partie supérieure d’une amphore comprenant la bouche presque entière, le col, les attaches supérieures des deux anses et le début de l’épaule.

33Le col est assez haut, cylindrique, la bouche est entourée d’un rebord à bourrelet massif obtenu par le reploiement vers l’extérieur de la paroi du col qui laisse subsister à l’intérieur du rebord un large creux. Listel bien marqué.

34La pâte de couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 7/4), micacée, contient de gros nodules rouges.

35H. conservée cm. 18, 7

36D. max. embouchure cm. 14

37H. col cm. 8, 7 (Pl. XXII c ; fig. 21,a).

38Sur le col, d’un seul côté, de légères traces d’un signe peint en rouge.

Les amphores de type chiote

39Comme dans le bothros d’Eole elles sont les plus nombreuses et se divisent aussi en deux variantes.

40De la première variante, celle sans engobe, à pâte jaune clair nous avons 44 fragments plus gros, qui comprennent une partie du rebord et du col, et 81 fragments plus petits de seuls rebords.

41Au total 125 fragments.

Cat. 103

42Fragment du col d’une amphore de la première variante conservant une partie du rebord et le début du col renflé sans anse. La pâte de couleur claire, rosée (M.S.C. 7, 5 YR 8/4) est bien cuite et faite d’une argile micacée.

43Mes. frag. cm. 10, 4x13 (Fig. 20, g ; Pl. XXIII)

44D’autres nombreux fragments de col, avec ou sans listel sont identiques au précédent.

Cat. 104a

45Fragment du col d’un autre exemplaire conservant la partie du rebord qui laisse subsister à l’intérieur un large creux. Pâte idem.

46Mes. fragment cm. 15x7, 5 (Pl. XXIII vu de l’intérieur et de l’extérieur).

Cat. 104b

47Fragment comprenant la partie inférieure de l’anse d’une amphore idem, sous laquelle sont peintes en rouge les deux lettres M. E.

48L’argile est claire, micacée et contient de gros nodules rouges (M.S.C. 7.5 YR 8/4).

49Mes. frag. cm. 10, 3x8, 5 (Pl. XXII b).

50De la deuxième variante à pâte rouge et engobe blanc, nous avons au total 62 fragments qui nous donnent le profil du col sans compter ceux qui appartiennent uniquement à la panse (Pl. XXIII).

Cat. 105

51Fragment du col d’une amphore conservant la moitié du rebord, une partie du col et l’attache supérieure d’une anse de section ovale. Rebord à bourrelet massif à large creux souligné par un listel bien marqué.

52La pâte de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3) contient de petites particules noires et blanches, peu de mica.

53La surface est rugueuse au toucher et est revêtue d’un engobe blanchâtre (M.S.C. YR 8/2-8/3) obtenu par immersion en tenant l’amphore renversée, d’où les bavures d’engobe à l’intérieur du col

54Mes. frag. cm. 10, 8x13, 5 (Pl. XXIII ; Fig. 20 d).

Cat. 106

55Fragment du rebord à bourrelet massif obtenu par le reploiement vers l’extérieur de la paroi du col, sans creux, mais souligné par un listel bien marqué.

56Pâte de couleur idem, engobe idem.

57Mes. frag. cm. 5, 5x10, 8 (Pl. XXIII ; Fig. 20 e).

Cat. 107

58Fragment du rebord à bourrelet massif d’une autre amphore identique à la précédente, conservant l’attache supérieure d’une anse de section ovale. Pâte idem.

59Mes. frag. cm. 8x7, 9 (Pl. XXIII ; Fig. 20 f).

60Deux autres fragments du même type.

Les amphores étrusques

Cat. 100

61Fragment d’un bord à lèvre à bourrelet de section ovale « en amande » dépourvu de listel, col à peine marqué.

62La pâte est rougeâtre à l’extérieur, plus foncée à l’intérieur parce que mal cuite ; elle contient de gros dégraissants.

63La surface externe est revêtue d’un engobe jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/3) étalé au pinceau.

64Mes. frag. cm. 6x14,1 (Pl. XXIII ; fig. 20 c).

© Publications du Centre Jean Bérard, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540