Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari

 | 
Madeleine Cavalier

Le bothros d’Eole

Texte intégral

1Le bothros d’Eole, mis au jour sur l’acropole par nos fouilles de 1954, est semblable à une grande citerne (fig. 14) en forme de fuseau, avec une profondeur de 7m et un diamètre de 3m. 50 environ.

2Il ne s’agit pas d’une citerne car sa construction est en pierres sèches, donc parfaitement perméable et n’a aucune trace de revêtement ou de crépi.

3Sa partie inférieure est taillée dans le roc et correspond à une faille d’où on entend siffler le vent.

4Nous devons le considérer comme un grand dépôt votif.

5Il est parfaitement conservé jusqu’au niveau du sol d’époque grecque et traverse donc toutes les couches préhistoriques qui se superposent sur l’acropole de Lipari de la fin de l’âge du bronze au néolithique qui est à la base.

6La partie supérieure n’est pas conservée, mais à l’intérieur, nous avons trouvé deux fragments du couvercle rond, surmonté d’un petit lion couché ; sur ses deux côtés s’ouvrent deux orifices par où on devait jeter les offrandes sacrées.

7Le style de cette sculpture permet de l’attribuer à la moitié du VIème siècle av. J.-C. Elle est en pierre volcanique grise locale, certainement sculptée à Lipari, peut-être par un artisan cnidien de la première génération.

8Cette grande cavité était remplie jusqu’à mi-hauteur d’une masse de fragments de poterie, volontairement cassée, qui s’échelonne depuis la moitié du VIème à la deuxième moitié du Vème siècle av. J.-C.

9Il s’agissait évidemment d’un dépôt d’offrandes qui devait être en rapport avec un sanctuaire dont nous n’avons trouvé aucun indice en surface.

10Mais nous savons que la terrible destruction de Lipari par les Romains en 252/51 av. J.-C., n’a laissé pierre sur pierre de la ville grecque.

11Que ce dépôt d’offrandes soit consacré à Eole nous le prouverait une petite olpé achrome, décorée a bandes, de production locale, qui porte sur le col l’inscription incisée AIO [ΛΟΥ], Si c’était ainsi, ce complexe aurait un grand intérêt historique car le culte d’Eole a dû être un des éléments les plus importants de la fusion des colonisateurs cnidiens avec les indigènes.

12Ceux-ci, en effet, nous dit Diodore, se considéraient les descendants d’Eole. D’autre part, pour une raison politique évidente, les notables cnidiens de la famille de Pentathlos qui guidaient l’expédition se présentaient aux indigènes comme les descendants d’Ippotes, le père de l’Eole homérique.

13L’accord parfait entre les indigènes et les colonisateurs cnidiens était indispensable, face à l’inévitable guerre contre les Etrusques qui s’opposaient à la reconstruction de Lipari, que probablement eux-mêmes avaient détruit trois siècles auparavant.

14Je ne m’arrêterai pas sur la description des matériaux trouvés dans le bothros car F. Villard est en train de les étudier et ne m’occuperai que des amphores qui étaient mélangées à ce complexe du VI-Vème siècle av. J.-C.

Les amphores corinthiennes

15Dans le bothros nous n’avons aucune pièce entière. Cela est dû peut-être à l’habitude rituelle de casser les vases que l’on offrait. Donc les amphores étaient, elles aussi, réduites en morceaux d’où la masse de fragments de panses et d’anses.

16Les amphores corinthiennes du type A’de la Koehler (cfr. Koehler, Corinthian, op. cit., fig. 1 c) sont représentées par 8 fragments dont trois cols entiers :

Cat. 45

17Partie supérieure d’une amphore conservant le col haut cylindrique, assez dégagé de l’épaule et une anse.

18La bouche est entourée d’un large bord incliné de section triangulaire. L’anse est massive, de section ronde.

19La pâte, de couleur claire rosée (M.S.C. 7.5 YR 7/4), contient de gros dégraissants blanc et grenat.

20La surface externe est recouverte d’un engobe d’argile diluée de couleur jaunâtre très claire (M.S.C. 10 YR 8/3) étalé au pinceau.

21H. tot. conservée cm. 22

22D. max. embouchure cm. 17, 2

23H. col environ cm. 18 (Pl. XVII a ; fig. 16 a).

Cat. 46

24Partie supérieure d’une amphore conservant le col haut, cylindrique, bien dégagé de la panse et une seule anse cassée à la base du col.

25La bouche est entourée d’un large bord incliné de section triangulaire. L’anse est massive, de section ronde. La pâte est de couleur claire, rosée (M.S.C. 7.5 YR 8/4), très consistante, et contient de gros nodules grenat. La surface externe est recouverte d’un engobe d’argile diluée de même couleur que la pâte, étalé au pinceau.

26Observons encore la présence d’une ligne radiale incisée sur le bord du col entre les deux anses.

27H. tot. cm. 18, 5

28D. max. embouchure cm. 16, 2

29H. col cm. 14 (Pl. XVII b).

Cat. 47

30Partie supérieure d’une amphore conservant le col haut cylindrique, le début de l’épaule et une seule anse. La bouche est entourée d’un large bord incliné de section triangulaire.

31L’anse est massive, de section ronde.

32La pâte est de couleur rosée (M.S.C. 7.5 YR 8/4), à fracture nette, et contient de gros dégraissants blanc et grenat.

33La surface externe est recouverte d’un engobe d’argile diluée couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/3) étalé au pinceau.

34Sur le col un signe incisé avant la cuisson (H. signe cm. 2, 6 ; fig. 14)

35Deux lignes radiales incisées sur le bord du col sont en coïncidence avec l’anse.

36H. tot. conservée cm. 22, 5

37D. max. embouchure cm. 16, 5

38H. col cm. 15 (Pl. XVII, c).

Cat. 48

39Extrémité supérieure d’une amphore conservant la bouche entourée d’un large bord incliné, de section triangulaire, et l’attache supérieure d’une des anses à section ronde.

40La pâte est de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 7/4) à fracture nette, et contient de gros dégraissants blanc et rouge.

41La surface externe est recouverte d’un engobe d’argile diluée de même couleur que la pâte, étalé au pinceau.

42Nous observons la présence d’une ligne radiale incisée sur le bord du col en coïncidence de l’anse, dont il ne reste que l’attache supérieure.

43H. tot. conservée cm. 9, 2

44D. max. embouchure cm. 16, 5 (Pl. XVIII).

Cat. 49

45Fragment de rebord conservant l’attache supérieure de l’anse massive, à section ronde. Large bord incliné de section triangulaire. Observons un certain intervalle entre l’anse (cassée) et le rebord. Ce détail rapproche ce fragment du type plus ancien A, bien que le rebord soit celui des amphores de type A’.

46La pâte est de couleur rosée (M.S.C. 7.5 YR 7/4), très consistante, et contient de gros dégraissants blanc et grenat. La surface externe est recouverte d’un engobe d’argile diluée de couleur jaunâtre très claire (M.S.C. 10 YR 8/3), étalé au pinceau.

47Mes. fragment cm. 7,6x8. (Pl. XVIII).

Cat. 50 et 51

48Deux fragments de rebord large incliné, de section triangulaire ; l’un d’eux (51) conserve les traces de l’attache supérieure de l’anse.

49L’argile est de couleur claire rosée (M.S.C. 7.5 YR 7/4) très consistante, et contient des dégraissants blanc et grenat.

50La surface est recouverte d’un engobe d’argile diluée couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/3), étalé au pinceau.

51Observons encore sur le fragment 51 des traces de peinture rouge.

52Mes. fragments : n° 50 : cm. 11, 2x5, 7 ; n° 51 : cm. 8, 7x12, 5 (Pl. XVIII).

Cat. 52

53Fragment du col d’une amphore de même type, cassée supérieurement à la base du rebord. Argile idem.

54Mes. frag. cm. 7,7x8,2

55Nous avons 7 fragments d’amphores corinthiennes de type B : la partie supérieure d’une amphore bien conservée, une bouche entière, un fragment de col avec rebord, trois fragments de bord, et un fond à petit bouton conique.

Cat. 53

56Partie supérieure d’une amphore corinthienne Β comprenant la bouche, le col, une anse et une partie de l’épaule.

57C’est le type d’amphore à panse ovoïde parfaitement régulière, à col plutôt court, à bouche entourée d’un bord à section triangulaire. Elle est munie d’anses (une seule conservée) à section ovale, appliquées juste au-dessous du bord sans déformer la bouche.

58La pâte est de couleur rose clair (M.S.C. 5 YR 7/4) et contient de minuscules inclusions invisibles à l’œil nu. La surface est revêtue d’un engobe à vernis dilué, de couleur jaune (M.S.C. 10 YR 8/3) très clair, passé au pinceau, mal conservé.

59H. tot. conservée cm. 15, 2

60H. col cm. 11,6

61D. max. bouche cm. 17, 6 (Pl. XVIII ; fig. 17).

Cat. 54

62Large fragment comprenant la bouche entière et une partie du col d’une autre amphore du même type. La bouche est entourée d’un bord à section triangulaire ; sur l’épaisseur du bord sont incisées deux lignes radiales.

63La pâte est de couleur rose clair (M.S.C. 5 YR 8/4) et contient des grains de sable invisibles à l’œil nu.

64La surface externe est revêtue d’un engobe clair (M.S.C. 7.5 YR 7/4) passé délicatement au pinceau.

65H. conservée cm. 4, 8

66D. max. bouche cm. 14, 5 (Pl. XVIII ; fig. 16 b).

Cat. 55

67Plus de la moitié d’un col d’une autre amphore idem.

68Sont conservées une partie du bord à section triangulaire et les deux attaches supérieures des anses à section ovale, appliquées juste au-dessous du bord.

69La partie supérieure du col est décorée de deux sillons faits au tour. Sur le col, des traces de peinture rouge : une barre verticale et le signe de la fig. 14 e.

70La pâte, de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/3) contient des dégraissants invisibles à l’œil nu.

71La surface est revêtue d’un engobe de même couleur que la pâte, passé au pinceau.

72H. conservée cm. 10, 5

73D. bouche int. cm. 13 (Pl. XVIII ; fig. 16 e).

Cat. 57 a-b

74Deux fragments de rebord à section triangulaire : l’un d’eux conserve une partie du col décoré de deux sillons faits au tour. Ils appartiennent à une amphore à bouche déformée identique à l’exemplaire cat. 9, fig. 4 c ; pl. IV a, e.

75La pâte est de couleur rosée avec des taches plus grises, mais la différence de couleur est due uniquement à la cuisson (M.S.C. 7.5 YR 7/4). Elle contient des inclusions invisibles à l’œil nu.

76La surface externe est revêtue d’un engobe jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/3) passé au pinceau.

77Mes. fragments a) cm. 6, 1x14 ; b) cm. 9,6x3,6 (Pl. XVIII).

Cat. 58

78Fragment de la bouche déformée d’une amphore corinthienne Β qui conserve une petite partie du col et les traces de l’attache supérieure de l’anse, appliquée tout de suite au-dessous du bord de façon à déformer la bouche.

79La pâte est de couleur rose (M.S.C. 7.5 YR 7/4) et contient des inclusions invisibles à l’œil nu.

80La surface est revêtue d’un engobe de couleur jaune (M.S.C. 10 YR 8/3) étalé au pinceau.

81H. cm. 6, 1

82D. bouche environ cm. 15, 6 (Pl. XVIII).

Cat. 59

83Fragment de fond à petit bouton conique (cfr. Koehler, fig. 1 a, b).

84L’argile de couleur rose (M.S.C. 7.5 YR 7/4) contient des dégraissants invisibles à l’œil nu.

85La surface externe est revêtue d’un engobe de couleur claire (M.S.C. 10 YR 8/3) étalé au pinceau.

86Mes. frag. cm. 11,7x11,4.

Amphores de type incertain

Cat. 60

87Partie supérieure d’une amphore comprenant plus de la moitié de la bouche et les deux anses incomplètes.

88Le col est à paroi mince, le rebord à profil triangulaire, très net, souligné à la base d’une ligne incisée faite au tour.

89Les anses sont plates et larges. La surface externe est polie. L’argile est fine, compacte, bien cuite, à fracture nette, et contient de minuscules dégraissants blancs. Elle est de couleur rougeâtre (M.S.C. 2.5 YR 6/6) tandis que la surface externe est plus claire, couleur noisette (M.S.C. 5 YR 7/4).

90La forme du bord et les anses permettent de rapprocher ce fragment à l’exemplaire de Vico Equense que N. Di Sandro attribue peut-être à Mende.

91Mes. frag. cm. 13x11 (Fig. 16 c).

Cat. 61

92Un deuxième fragment comprend la moitié du col et le début de l’anse d’une amphore à parois très minces et de petites dimensions. Le col est haut, bombé, décoré de sillons faits au tour à peine marqués. Le rebord est à petit bourrelet concave à l’extérieur et convexe à l’intérieur. L’anse est large à section ovale aplatie. La pâte est claire de couleur rose (M.S.C. 5 YR 8/4) et contient de nombreuses et fines paillettes de mica et de petites particules de sable noir. La surface externe est de couleur un peu plus foncée (M.S.C. 7.5 YR 8/4).

93Des traces de peinture rouge sont à la base du col et sur l’attache supérieure de l’anse.

94Le col bombé nous fait penser à une amphore chiote.

95Mes. frag. cm. 13x11 (Fig. 16 f).

Cat. 56

96Petit fragment de la partie supérieure d’une amphore à col cylindrique, lèvre à petit bourrelet. Sur la paroi du col sont visibles les traces de l’attache supérieure d’une des deux anses. La pâte est très consistante, de couleur brune avec des tâches plus roses (M.S.C. 10 YR 6/3), elle contient de petites particules blanches.

97Mes. fragment : cm. 6, 3x4, 9 (fig. 16 d).

Les amphores de type chiote

98Elles sont de beaucoup les plus nombreuses et se divisent en deux variantes sur la base de la pâte et de la présence ou de l’absence d’un engobe. (Type A et type B).

99La première classe, sans engobe, est très proche des amphores de type massaliète et lorsque nous n’avons que de petits fragments de rebord, il est difficile de les distinguer.

100En effet elles ont un rebord à bourrelet obtenu par le reploiement de la paroi du col vers l’extérieur. De nombreux exemplaires, comme dans les massaliètes, laissent entrevoir un creux à l’intérieur du rebord replié (fig. 18 g).

101La base du rebord est soulignée par un listel plus ou moins marqué, qui est quelquefois interrompu par l’attache supérieure de l’anse.

102De la première variante ou type A, nous avons quatre cols complets de la bouche à la base, neuf fragments de cols qui permettent d’en reconnaître le profil, trois cols renflés sans bord et plus d’une quarantaine de fragments de rebords, avec ou sans partie du col.

103En tout, nous avons donc, de ce type, une soixantaine d’exemplaires, sans compter la grande masse de fragments de panses et d’anses.

Cat. 62

104Col haut renflé avec rebord à bourrelet massif obtenu par le reploiement vers l’extérieur de la paroi du col, sans listel ; il conserve seulement les attaches supérieures des deux anses.

105La pâte, de couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/3) est bien cuite, à fracture nette, elle contient de nombreuses et fines paillettes de mica mélangées à de petites particules de sable noir et blanc (pl. XVII f).

106Traces de signes (ou lettres) peints en rouge : d’une part un grand gamma assez effacé (pl. XVII h), de l’autre un ovale minuscule (D. cm. 2), mais bien conservé (Pl. XVII i). D’autres traces de peinture sont à la base du col.

107H. conservée cm. 18, 3

108D. bouche cm. 16

109H. col cm. 13

Cat. 63

110Col identique au précédent, sans aucune trace de peinture et rétrécissement de la paroi à l’intérieur du col.

111H. conservée cm. 16, 5

112D. bouche cm. 16

113H. col cm. 12 (Pl. XVII e).

Cat. 64

114Col identique au précédent plus cassé. Il conserve une partie du rebord et l’attache supérieure d’une des anses. Aucune trace de peinture. Rétrécissement de la paroi à l’intérieur du col.

115H. conservée cm. 20, 7

116H. col cm. 13

117D. bouche cm. 16 (Pl. XVII d).

Cat. 65

118Grand col bombé identique au précédent, conserve une anse entière, le début de l’épaule et l’attache supérieure de la deuxième anse.

119La pâte est la même, mais contient des dégraissants plus gros.

120Sur le col est incisée une grande L. A l’intérieur du col on note le rétrécissement de la paroi en coïncidence avec les attaches supérieures des anses.

121H. conservée cm. 22, 6

122H. col cm. 13, 4

123D. bouche cm. 16 (Pl. XVII g ; fig. 18 a).

Cat. 66

124Plus de la moitié d’un col identique aux précédents qui conserve l’attache supérieure d’une des deux anses.

125Aucune trace de peinture rouge.

126H. conservée cm. 19, 6

127H. col cm. 12, 5-13

128D. bouche cm. 16 (Pl. XIX).

Cat. 67

129Moitié d’un col identique au précédent qui conserve l’attache supérieure d’une des deux anses. Pâte très micacée. La paroi repliée du col laisse entrevoir un creux à l’intérieur du rebord.

130H. conservée cm. 17, 4

131H. col cm. 12, 5-13

132D. bouche cm. 16 (Pl. XIX).

Cat. 68

133Fragment d’un col identique au précédent, qui conserve l’attache supérieure d’une des anses. La pâte est claire de couleur rose (M.S.C.5 YR 8/4), et contient de nombreuses paillettes de mica et de petites particules de sable noir.

134H. conservée cm. 15

135H. col cm. 10, 8 (Pl. XIX).

Cat. 69

136Fragment d’un col identique au précédent. Pâte idem. Sur un côté on reconnaît encore les traces d’un signe peint en rouge, très effacé. On pourrait y voir un gamma à angle arrondi.

137H. conservée cm. 18, 4

138H. col cm. 12, 5 (Pl. XIX).

Cat. 70

139Fragment de la bouche et partie du col d’un exemplaire identique au précédent, mais plus grand. Rebord à bourrelet tombant obtenu par le reploiement vers l’extérieur de la paroi du col, qui laisse subsister un creux. Il conserve l’attache supérieure de l’anse. Pâte idem.

140H. conservée cm. 11, 5

141D. bouche cm. 14, 5 (Pl. XIX).

Cat. 71

142Fragment du col d’un exemplaire identique au précédent. Sont conservées une partie du rebord et l’attache supérieure de l’anse. Pâte idem, qui contient de gros dégraissants blanc et grenat.

143Un trait vertical peint en rouge, bien conservé, est en contact avec l’anse.

144H. conservée cm. 8, 2

145Larg. conservée cm. 13, 5 (Pl. XIX ; fig. 18 e).

Cat. 72 et 73

146Deux fragments de col identiques au précédent. L’un d’eux conserve l’attache supérieure de l’anse, l’autre des traces d’un signe peint en rouge.

  1. cm. 11x15,8
  2. cm. 13,1x14 (Pl. XIX).

Cat. 74

147Plus de la moitié d’un col d’amphore conservant l’attache supérieure de l’anse. Rebord à bourrelet qui laisse subsister à l’intérieur un large creux. La base du rebord est soulignée par un listel bien marqué. Pâte idem.

148H. conservée cm. 17, 2

149H. col cm. 13, 1

150D. embouchure cm. 16 (Pl. XIX ; fig. 18 g)

151A l’intérieur du col de nombreux sillons faits au tour et des traces de poix noire.

Cat. 75

152Fragment du col d’un exemplaire identique au précédent. La base du rebord est soulignée par un listel bien dégagé. Pâte idem.

153H. conservée cm. 16, 5

154H. col cm. 11, 4 (Pl. XIX ; fig. 18 f).

Cat. 76

155Bouche entière, début du col avec l’attache supérieure d’une des deux anses. Exemplaire comme le précédent, listel moins bien dégagé.

156H. conservée cm. 8, 8

157D. bouche cm. 15, 5 (Pl. XIX).

Cat. 77

158Plus de la moitié d’un col d’amphore identique au précédent, qui conserve l’attache supérieure d’une des anses. Listel peu marqué. Pâte idem.

159H. conservée cm. 13, 5

160D. bouche cm. 15, 5 (Pl. XIX).

Cat. 78

161Petit fragment du rebord qui laisse subsister un creux. La base du rebord est soulignée par un listel bien dégagé, qui devient presque une vraie moulure. A l’intérieur de l’amphore des traces de poix.

162Dimensions du fragment : cm. 6,9x6 (Fig. 18 d ; Pl. XIX).

Cat. 79, 80, 81

163Trois fragments de la partie supérieure d’amphores identiques aux précédentes comprenant partie du col bombé et le début de l’épaule. Pâte idem.

  1. H. conservée cm. 19,5
  2. Mes. frag. cm. 15x10,5
  3. Mes. frag. cm. 14x13,2

164A ce catalogue nous devons ajouter 45 fragments de rebords avec ou sans la partie du col, sans compter la masse de fragments appartenant à la panse et les nombreuses anses des mêmes amphores.

165La deuxième classe est faite d’une pâte tout à fait différente de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3 et 2.5 YR 5/4) plus foncée qui contient de petites particules noires et blanches, peu de mica. La surface est rugueuse au toucher et toujours revêtue d’un engobe blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) obtenu par immersion en tenant l’amphore renversée par le bouton final, d’où les bavures d’engobe à l’intérieur du col.

166La forme est identique à celle de la classe précédente avec un col plus ou moins renflé, le rebord massif arrondi, presque toujours souligné par un listel bien marqué (Pl. XX ; Fig. 18 b-c).

167Nous avons une vingtaine de fragments, aucun d’entre eux ne nous donne la complète hauteur du col, mais c’est le type que nous connaissons bien grâce à de nombreux exemplaires entiers de la nécropole de la « contrada Diana » (Pl. VII-XII).

Cat. 82

168Extrémité supérieure d’une amphore conservant la bouche compléte, une partie du col, les deux attaches supérieures des anses. La bouche est entourée d’un rebord à bourrelet massif, obtenu par le reploiement vers l’extérieur de la paroi du col. La base du rebord est soulignée par un listel bien marqué.

169H. conservée cm. 10

170D. bouche cm. 15, 8-16 (Pl. XVII j ; Pl. XX).

Cat. 83

171Partie supérieure d’un autre exemplaire identique au précédent.

172H. conservée cm. 10, 1

173D. bouche cm. 14, 4 (Pl. XX).

Cat. 84

174Fragment identique au précédent, qui conserve l’attache supérieure d’une seule anse.

175H. conservée cm. 9, 4

176D. bouche cm. 16 (Pl. XX).

Cat. 85

177Fragment identique au précédent, cassé à la hauteur du rebord.

178H. conservée cm. 7, 5

179D. bouche cm. 16, 5.

Cat. 86 à 89

180Groupe de fragments de col conservant une partie du rebord et l’attache supérieure de l’anse (Pl. XX ; fig. 18 c).

Cat. 90

181Fragment du bord et du col d’un exemplaire identique au précédent. L’engobe externe est un peu différent des autres (M.S.C. 5 YR 8/3)

182Mes. frag. cm. 9 ; Diam. environ cm. 16, 6 (Fig. 18, b).

Cat. 91, 92, 93

183Trois fragments de rebord et toute petite partie du col d’exemplaires identiques au précédent.

184Pâte et engobe idem.

  1. cm. 9,5x13 (Pl. XX)
  2. cm. 9,7x15,6 (Pl. XX)
  3. cm. 8,3x12 (Pl. XX)

185A ce catalogue nous devons ajouter une douzaine de fragments de rebords, de petite taille (cm. 15x4,3 à cm. 6,6x4,6).

Bibliographie

Bibliographie

L. Bernabò-Brea, M. Cavalier, Scavi in Sicilia, Lipari. Zona archeologica del Castello, Bollettino d’Arte del Ministero della Pubblica Istruzione, N. III-IV, Luglio-Dicembre 1965, p. 205, fig. 17-18.

id., ead., Il Castello di Lipari e il Museo Archeologico Eoliano, Palerme, 1977, p. 90-91 ; fig. 46-50.

G. Vallet in Storia della Sicilia, vol. I, 1979, p. 592-593 et fig. 119.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540