Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari

 | 
Madeleine Cavalier

La nécropole de la « contrada Diana »

Texte intégral

1En grandes lignes, nous avons déjà délimité sa position topographique, entre le torrent de Santa Lucia au Nord, le Vallone Ponte au Sud, les murailles de la ville à l’Est et la base de la montée vers les hauts plateaux à l’Ouest.

2Plusieurs groupes de tombes ont été identifiés au Sud, au-delà du Vallone Ponte jusqu’à la plage de Portinente, mais nous savons assez peu de ces groupes isolés.

  • 1 Meligunìs-Lipàra II, op. cit.
  • 2 L. Bernabò-Brea, Menandro e il teatro greco nelle terracotte liparesi, Gênes, 1981. M. Cavalier, Ap (...)

3Des 2000 tombes déjà fouillées les 500 premières ont été publiées dans Meligunìs-Lipàra II1. Des autres, nous avons présenté uniquement les pièces de grand intérêt2, tandis que la publication de tout le complexe est en cours. Les principaux types de sépulture qui intéressent l’époque que nous étudions sont les suivants :
1) Des sarcophages en terre cuite assez lourds faits d’une seule pièce, en forme de baignoire à large bord supérieur, plat. C’est un type qui rappelle de très loin, pour sa forme (certainement pas pour la décoration), ceux de Clazomène. Leur couvercle en forme de skaphe est fait aussi d’une seule pièce.
Plus tard à la fin du VIème, on passe à un type plus économique en forme de petite malle (« bauletto ») formée de deux parties qui s’encastrent l’une dans l’autre, munie de couvercle en demi-cylindre divisé en deux.
2) Des sarcophages lithiques en blocs de latite-andésite rouge provenant des carrières du Monte Rosa, à peine ébauchés à l’extérieur, mais bien travaillés, polis à l’intérieur et sur les bords.
3) Des sarcophages construits en briques crues couverts de blocs en pierre du Monte Rosa identiques à ceux des sarcophages lithiques dont nous venons de parler.
4) Très rarement, mais dès le VIème siècle apparaît le type de la tombe « a cappuccina » formé de 3 ou 4 couples de tuiles, scellés au sommet par des kalypteres, et aux côtés par de l’argile crue.

4Toutes ces tombes ont un mobilier à l’extérieur. Au VIème siècle on se limite à déposer quelques petits vases, sans protection, appuyés à l’angle Sud-Ouest de la sépulture.

5Tout de suite après, déjà au cours du Vème siècle, le mobilier est contenu dans un grand vase toujours déposé dans la même position par rapport au sarcophage.

6Ces grands vases sont souvent de petits pithoi, des stamnoi de fabrique locale, des cratères et des stamnoi importés de fabriques corinthienne ou lakonienne : ces derniers toujours à vernis noir. Quelquefois, un petit vase, un lécythe se trouve alors à l’intérieur, toujours près de la tête.

7Le rite de l’incinération n’est pas très diffusé. Très souvent les cendres étaient contenues dans ces mêmes pithoi de fabrication locale et dans ces stamnoi locaux ou importés que nous trouvons aussi à l’extérieur des sarcophages comme protection du mobilier funéraire.

8Dans beaucoup de cas les cinéraires étaient des vases de qualité bien plus noble comme par exemple des cratères figurés (malheureusement souvent cassés par des sépultures plus récentes). Plus tard, à la fin du Vème et au IVème siècle, nous trouverons des cratères à figures rouges et quelquefois des hydries de bronze.

9Ces vases cinéraires plus nobles étaient presque toujours déposés dans une petite ciste lithique ou en briques crues, en général couverte de blocs à peine ébauchés.

  • 3 Pour de semblables inhumations d'enfants voir les nécropoles siciliennes de Megara Hyblaea et de Ca (...)

10Dans la nécropole de Lipari, les amphores sont en général utilisées pour des inhumations d’enfants, souvent des nouveaux-nés.3

11Pour y introduire le corps, les amphores ont été quelquefois volontairement sciées. Le plus souvent on a détaché la partie inférieure de l’amphore qui a été remise à sa place après l’inhumation pour boucher la lacune.

12Dans d’autres cas l’amphore a été coupée longitudinalement au ciseau et parfois la lacune a été bouchée par le fragment d’un autre vase. Quelquefois on avait pu introduire le petit enfant sans casser l’amphore et c’est le cas de la tombe 2082 et de la tombe 355 qui ont un trou d’écoulement sur la panse.

13Un tout petit nombre d’amphores contenait les restes d’incinérations.

14Deux amphores de type chiote faisaient partie du mobilier funéraire, déposées à l’angle Sud-Ouest des tombes à inhumation 418 et 424. (pl. I)

15Toutes ces amphores qui servaient de tombes à inhumation d’enfants, et quelquefois à incinération, avaient été déposées à un niveau bien plus haut (environ 1 m 20- 1 m 50) par rapport aux sarcophages, qui, eux, étaient toujours à 3 ou 4 mètres de profondeur.

16C’est sans doute la raison pour laquelle elles ont été bien plus exposées aux nombreuses destructions dues soit aux travaux agricoles, soit aux divers remaniements du terrain qui n’ont pas atteint les sarcophages.

17Ces derniers n’ont souffert que des réutilisations à l’époque romaine car souvent, même les plus profonds et les plus anciens ont été violés, vidés et réutilisés pour de nouvelles inhumations.

18Mais de nombreuses amphores du VIème-Vème siècle av. J.-C. ont été détruites par des tombes d’époque plus récente comme par exemples les tombes « a cappuccina » de la fin de l’époque hellénistique ou romaine et les tombes formées de murs en pierre sèche du début de l’empire.

19Les fragments d’amphores que nous trouvons dans le terrain en sont la preuve, bien que nous ayons noté qu’à Lipari, au cours du IVème-IIIème siècle avant J.-C., on avait un certain respect pour les tombes.

20Lorsqu’en creusant une fosse pour y insérer une nouvelle déposition, on rencontrait une amphore funéraire, on ne la détruisait pas, mais on se limitait à la déplacer ou à la remettre plus ou moins en place en ramblayant la fosse.

21Les amphores funéraires de l’époque que nous prenons en considération, ont été trouvées un peu partout dans la nécropole. Mais sur 36 amphores qui nous intéressent, 14 proviennent de la fouille XXI aux marges Sud Ouest de la nécropole (fig. 1).

22Ce groupe d’amphores était concentré dans la moitié Sud de la tranchée, aucune n’a été trouvée dans la partie Nord.

23Elles étaient déposées horizontalement dans le terrain, quelquefois calées ou protégées d’un cercle de pierres et fermées d’une plaque ou d’un fragment de tuile, sans orientation constante.

24Au-dessous de cette première couche d’amphores se trouvaient des tombes à sarcophage ou en briques crues.

25Deux amphores, celle de la t. 360 et celle de la t. 354 datées du Vème siècle se superposaient à des tombes en briques crues datées de la première moitié du IVème siècle.

26Il n’y a pas d’autre explication qu’un déplacement, lors d’inhumations plus récentes, de ces amphores, qui ont été ensuite remises en place.

Les amphores corinthiennes

27Bibliographie :

G. V. Gentili, Megara Hyblaea, Not. Scavi, 1954, p.96, fig. 19, note 1.

G. Vallet, F. Villard, Mégara Hyblaea, 2. La céramique archaïque, Paris, 1964, p. 50, pl. 33, 1-3.

G. Kapitaen, Il relitto corinzio di Stentinello nella baia di S. Panagia (Siracusa). Ricerche 1974 e 1975 e osservazioni sulla formazione del relitto, Sicilia Archeologica, 30, Aprile 1976, p. 87-103, fig. 3-5.

C. G. Koehler, Corinthian A and Β Trasport Amphoras, diss. Princeton University, 1978 ; ead., Corinthian Developments in the study of Trade in the fifth century, Hesperia, vol. L ; fasc. 4 p. 449-458

M. C. Lentini, Camarina VI. Un pozzo tardo arcaico nel quartiere Sud Orientale, Boll. Arte, n 20, Luglio-Agosto 1983, fig. 15, fig. 17 et pag. 22-23

28Près de la tombe 395 Tr. XXII/1955 (Fig. 3a ; pl. IV d)

Cat. 1

Partie supérieure d’une amphore corinthienne détruite par des tombes plus récentes comprenant la bouche, le col et une seule anse.

Col haut cylindrique, la bouche est entourée d’un large bord plat à disque, plus épais que celui de l’amphore cat.3, à section légèrement concave.

L’anse est massive, à section ronde.

La pâte, de couleur claire rosée (M.S.C. 5 YR 7/4), contient de gros dégraissants blancs et noirs. La surface est entièrement recouverte d’un engobe couleur jaunâtre d’argile diluée passé au pinceau (M.S.C. 5 YR 7/6).

La paroi est très épaisse : de mm 90 vers la panse à cm. 2 vers le col

H. col cm. 15, 2

D. max. embouchure cm. 22, 8

H. du rebord cm. 3, 2

INV. n° 15031

Ière moitié VI s. av. J.-C.

L’amphore est très proche du type A de C. Koehler ; elle en diffère uniquement pour son rebord un peu plus épais.

Inédite

Tombe 392 Tr. XXII/1955 (Fig. 2b ; pl. II b)

Tombe à incinération dans une amphore corinthienne, déposée horizontalement dans le terrain, calée par plusieurs pierres ; une plus grosse soutenait la bouche.

Tout autour de l’amphore une petite couche de sable.

Cat. 2

L’amphore à panse sphérique, ovoïde, a un col cylindrique moins haut que celui de l’exemplaire t. 356. La bouche est entourée d’un large bord incliné. Les anses sont massives, à section ronde, le fond se termine par un bouton court et large.

La pâte de couleur claire rosée (M.S.C. 7, 5 YR 7/4) est dure, à fracture nette, contient des dégraissants assez gros (mm. 3 à 7) de couleur rouge et blanc. La surface externe est entièrement revêtue d’un engobe d’argile diluée de couleur claire (M.S.C. de 10 YR 7/4 à 7/5 YR) étalé au pinceau.

H. tot. cm. 64, 4

D. max. embouchure cm. 21, 2

D. max. panse cm. 49, 6

H. col cm. 14, 8

H. pied cm. 4

INV. n° 2287

Amphore corinthienne type A de C. Koehler daté du début du Vème siècle av. J.-C.

29Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, p. 129, pl. XLI, 1 ; C. Koehler, Corinthian Developments, p. 456, note 27 ; εad., Corinthian A and Β Transport Amphoras, 1978, p. 104, n° 35, pl.

Tombe 356 Tr. XXI/1954 (fig. 2 a ; pl. II a).

30Tombe à incinération dans une amphore qui faisait partie du groupe compact de la fouille XXI (fig. 1).

31Cat. 3

32Amphore à panse sphérique, col haut cylindrique. La bouche est entourée d’un large bord plat à disque. Les anses sont massives, à section ronde, le fond est à bouton cylindrique. La pâte de couleur claire rosée (M.S.C. 5Y 7/4) est consistante, fine malgré de gros dégraissants blanc et noir.

33La surface est entièrement revêtue d’un engobe d’argile diluée de couleur identique à celle de la pâte, passé au pinceau.

34Sur l’épaule est incisé le signe reproduit à la fig. 2.

35H. tot. cm 66

36D. max. embouchure cm. 22, 4

37D. max. panse cm 46.

38H. col 16, 8

39H. pied cm. 6 8

40INV. n  916

41Amphore corinthienne type A de C. Koehler daté du début du Vème siècle av. J.-C.

42Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, p.129, pl. XLI, 3 ; Corinthian Developments, op.cit., pl. 98, g.

43Tombe 1062 Tr. XXXI/1972 (Fig. 3 b ; pl. IV f)

44Tombe à inhumation dans une amphore corinthienne incomplète, couchée horizontalement dans le terrain, orientée au Sud, fermée d’une plaque lithique (cm. 30x35,2)

45L’amphore était fragmentaire à l’origine et de nombreux fragments d’un gros pithos bouchaient la lacune.

46Sur le fond de l’amphore des traces de l’inhumation.

47Cat. 4

48L’amphore n’a pu être restaurée, mais la partie supérieure comprenant la bouche, le col et le début de l’épaule est bien conservée.

49Col cylindrique, large bord plat à disque, les anses sont massives à section ronde. Argile de couleur claire rosée (M.S.C. 5 YR 7/4), qui contenait de gros dégraissants blancs et noirs, fine, dure, avec quelques vacuoles.

50La surface est entièrement revêtue d’un engobe d’argile diluée de couleur jaunâtre (M.S.C. 7,5 YR 8/4), passé au pinceau.

51H. col cm. 14, 8

52D. max embouchure cm. 21, 4

53H. rebord cm. 1,8

54Epaisseur de la paroi cm. 1, 8

55INV. n  9680

56Datation : environ 450 av. J.-C.

57Inédite

58C’est une amphore du type A de C. Koehler.

59Bibliographie : Corinthian Developments, op.cit., pl. 98, h.

60Tombe 1102 Tr. XXXI Est/1970 (Fig. 4 a ; pl. III a)

61Au Sud de la tombe 1107 en briques crues, très près de son mobilier funéraire qui l’avait écrasée, une amphore corinthienne déposée horizontalement dans le terrain, orientée à l’Ouest, constituait une sépulture à incinération.

62Cat. 5

63L’amphore à panse ovoïde a un col cylindrique haut, peu dégagé. La bouche est entourée d’un large bord incliné, de section triangulaire. Les anses sont massives, à section ronde, le fond se termine par un bouton court et large.

64La pâte, de couleur claire (M.S.C. 10 YR 7/4) qui contient de gros dégraissants (mm. 3x7) grenat, est très consistante.

65La surface externe est recouverte d’un engobe d’argile diluée de couleur rosâtre (M.S.C. 10 YR 7/4 à 7/6 YR) étalé au pinceau.

66H. tot. cm. 70

67D. max. embouchure cm. 18

68H. col cm. 14, 4

69D. max. panse cm. 44

70D. col haut cm. 11,2

71bas cm. 8, 8

72H. pied cm. 4.

73INV. n  10535

74Inédite

75C’est le type A’ de C. Koehler pl. 99, g.

76Le même type se retrouve dans la nécropole de Megara Hyblaea.

77Tombe 353 Tr. XXI/1954 (Fig. 4 b ; pl. III b-c)

78Elle fait partie du groupe d’amphores trouvé dans la fouille XXI. Amphore corinthienne couchée horizontalement dans la terre, incomplète parce que sciée volontairement ; le trou avait été bouché par le fond pointu d’une autre amphore.

79A l’intérieur de l’amphore, où était inhumé un enfant, il y avait deux petits vavases : (Pl. III c)

80une patère apode, d’argile jaunâtre (h. 3, 9 ; D. 11, 1)

81un vase plastique en forme de poisson (1. 11, 8)

82Cat. 6

83L’amphore a une panse ovoïde, un col haut étranglé vers le milieu, l’embouchure est entourée d’un large rebord incliné à section triangulaire.

84Les anses sont massives, à section ronde, le fond est cassé mais devait être identique à celui de l’exemplaire 1102.

85Sur la panse un signe cruciforme incisé (fig. 4).

86La pâte de couleur claire rosée (M.S.C. 10 YR 7/4) est très dure, à fracture nette, contient des dégraissants assez gros de couleur grenat et blanc.

87La surface externe est entièrement recouverte d’un engobe d’argile diluée de couleur M.S.C. 10 YR 7/4 à 7/6 YR étalé au pinceau.

88H. tot. cm. 63, 2

89D. max embouchure cm. 18,4

90D. max. panse cm. 43, 2

91H. col cm. 15, 2

92INV. n  913

93Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p. 128, pl. XLI, 2 ; mobilier funéraire pl. XLI, 5 et pl. XLIII, 2 ; Corinthian Developments, p. 456, note 28.

94Tombe dévastée Tr. XXXV/1973 (Fig. 3 c ; pl. IV c)

95Cat. 7

96Partie supérieure d’une amphore corinthienne comprenant le col, la bouche et une anse, la deuxième étant incomplète.

97La bouche est entourée d’un rebord (ou lèvre) large, facetté, de section triangulaire, qui se déforme légèrement pour épouser l’attache supérieure de l’anse qu’elle recouvre, tombant vers l’extérieur.

98Les anses sont massives, à section ronde, se rétrécissant vers le bas. Col cylindrique haut, bien détaché de l’épaule.

99La pâte de couleur claire, blanc-rosé, (M.S.C. 10 YR 8/2) est dure, consistante, à fracture nette ; elle contient de gros dégraissants blanc, noir et grenat.

100La surface est revêtue d’un engobe d’argile très diluée passé au pinceau de la même couleur que la pâte.

101H. tot. conservée cm. 18, 2

102D. max. embouchure cm. 18

103H. col cm. 16, 6

104H. rebord cm. 3, 4

105INV. n  15032

106Inédite

107Dans les exemplaires de la t. 1410 et de la tombe dévastée inv. 15032, nous notons une évolution bien marquée du bord qui, dans les amphores précédentes, t. 353 et 1102, était de section triangulaire moins large et de ce fait moins tombant.

108Tombe 1410 Tr. XXXIII/1972 (Fig. 3 d et pl. IV b.)

109Cat. 8

110Amphore corinthienne déposée horizontalement dans le terrain, orientée au Nord, protégée par une couronne de pierres.

111Ecrasée, incomplète, elle a été dévastée par une tombe plus récente du type à « cappuccina » qui s’était implantée au-dessus.

112Le fond a été volontairement scié et le trou bouché par des fragments d’un vase différent.

113Tandis que la panse sphérique est mal conservée, la partie supérieure est complète. Haut col cylindrique, la bouche est entourée d’un rebord (ou lèvre) de section triangulaire encore plus large que celui de l’exemplaire précédent, facetté, tombant vers l’extérieur.

114Des deux côtés, en rapport avec les attaches des anses, ce rebord se déforme pour épouser la courbure de l’anse.

115Les anses sont massives, de section ronde et se rétrécissent vers l’épaule.

116La pâte est de couleur claire, rosé (M.S.C. 7, 5 YR 7/6) dure, à fracture nette, contient des dégraissants blanc, noir, grenat.

117La surface est revêtue d’un engobe d’argile très diluée de couleur rosée, passé au pinceau (M.S.C. 7, 5 YR 7/4).

118H. tot. cm. 28

119D. embouchure cm. 19, 2

120H. col cm. 18

121H. rebord cm. 4, 6

122INV. n° 10912

123Inédite

124Bibliographie. Le même type d’amphore a été trouvé en Sicile : G. Kapitaen, Il relitto corinzio di Stentineilo nella baia di S. Panagia (Siracusa), Sicilia Archeologica, 30, IX, Aprile 1976, p. 91, fig. 4, 5.

125Tombe 1267 Tr. XXXI/1971 (Fig. 4 c ; pl. IV a, e)

126Au-dessus du sarcophage lithique en pierre du Monte Rosa bien daté du début du Vème siècle av. J.-C., une amphore corinthienne, très bien conservée, était déposée horizontalement dans le terrain sans protection, calée par de petites pierres et hermétiquement fermée par une plaque lithique (cm. 15x18, 2).

127A l’intérieur de l’amphore les ossements d’un tout petit enfant (nouveau-né).

128Cat. 9

129Amphore à panse ovoïde parfaitement régulière, col très court ; la bouche est entourée d’un bord de section triangulaire ; le fond se termine par un petit bouton.

130Les anses sont de section ovale, appliquées tout de suite au-dessous du bord, elles déforment légèrement la bouche.

131La pâte de couleur claire rosée (M.S.C. 5 YR 7/4) contient des inclusions non visibles à l’œil nu.

132La surface est revêtue d’un engobe à vernis dilué couleur rougeâtre passé délicatement au pinceau (M.S.C. 7/6).

133Une bande irrégulière à vernis dilué marron plus foncé décorait la base du col de l’amphore.

134H. tot. cm. 52, 4

135D. max. embouchure cm. 16

136D. max. panse cm. 35, 6

137H. col cm. 11,6

138D. bouche de cm. 15, 9 à cm. 17, 2

139INV. n° 10757

140Inédite

141Amphore corinthienne Β de C. Koehler datée de la moitié du Vème siècle av. J.-C.

Les amphores de type massaliète

142Bibliographie :

143F. Villard, La céramique grecque de Marseille, VI-IVème siècle, Paris, 1960.

144I. Tamburello, Palermo. - Necropoli : campagna di scavo 1967, Not. Scavi, vol. XXIII, 1969, tomba 3, fig. 7a, p. 310 ; tomba 4 fig. 16, p. 312 ; EAD., Prodotti ceramici di Palermo arcaica, Sicilia Archeologica, 6, 1969, p. 41, fig. 5.

145A. Nickels, Les amphores préromaines, Le courrier archéologique du Languedoc Roussillon, n° 9, 1981, fig. 1 n° 4. Les amphores de type massaliète sont nombreuses en Sicile : à Megara Hyblaea G. V. Gentili, Megara Hyblaea (Siracusa) - Rinvenimenti e reperti sporadici nella prop. della « Rasiom » e tomba arcaica in predio Vinci, Not. Scavi, 1954, p. 97, fig. 21, 1 tombe H ; G. Vallet, F. Villard, Megara Hyblaea 2. - La céramique archaïque, Paris, 1964, p. 89, type III, pl. 77, 3.

146M. Py, Quatre siècles d’amphores massaliètes. Essai de classification des bords, Figlina, 3, 1978, p. 1-23 ;

147G. Bertucchi, Les amphores de Marseille grecque (600-200 avant J. C.). Identification, typologie, chronologie, importance économique. Thèse de 3ème cycle dactylographiée, Aix en Provence, 1979.

148Tombe 357 Tr.XXI/1954 (Fig. 5 b ; pl. V a).

149Elle fait partie avec les six suivantes du petit groupe de tombes trouvé dans la tranchée XXI. (fig. 1).

150Tout près de la tombe 356 (amphore corinthienne), il y avait une autre amphore de type massaliète, orientée au Nord, sans aucune protection.

151Cat. 10

152Amphore en toupie, à large épaule et col plutôt court cylindrique. La pâte est jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/2), caractérisée par un dégraissant micacé, abondant, mélangé à du sable noir. Elle a un rebord à bourrelet obtenu par le repliement de la paroi du col vers l’extérieur. Listel peu marqué.

153H. tot. cm. 52, 5

154D. max embouchure cm. 38

155D. max. cm. 12

156H. col haut cm. 10, 8

157bas cm. 10

158H. pied cm. 1, 2

159INV. n° 917 Reconstruite à partir de nombreux fragments.

160Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p. 129, pl. XLI, 6.

161Tombe 358 Tr. XXI/1954 (Fig. 5a ; pl. V b)

162A l’Ouest de la précédente, une amphore analogue était déposée horizontalement dans le terrain, orientée au Nord, sans aucune protection, écrasée par le poids du terrain.

163Cat. 11

164L’amphore est en forme de toupie à large épaule et à col plutôt cylindrique. La pâte est de couleur jaune blanchâtre (M.S.C. 10YR 8/3) caractérisée par un dégraissant micacé assez abondant et de minuscules particules de sable noir.

165Rebord à bourrelet obtenu par le repliement vers l’extérieur de la paroi du col. La base du rebord est soulignée par un listel bien marqué.

166H. tot. cm. 56, 7

167D. max. embouchure cm. 15, 6

168D. max. panse cm. 40

169H. col cm. 12, 4

170D. col : haut cm. 11,6

171bas cm. 12

172INV. n° 918

173Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p. 129, pl. XLI, 4.

174Tombe 359 Tr. XXI/1954 (Pl. VI a ; fig. 6 c)

175Elle fait encore partie du petit groupe de tombes trouvées dans la tranchée XXI.

176A l’Ouest de ce groupe, déposée horizontalement dans le terrain, orientée au Sud, calée par de nombreuses pierres, une amphore de type massaliète constituait une sépulture à incinération.

177Très abîmée par la pression de la terre et par les travaux agricoles, l’amphore n’est pas entière.

178Cat. 12

179Identique à l’exemplaire de la tombe 357, elle est en forme de toupie à large épaule et à col cylindrique court. Rebord à bourrelet moins massif que celui de l’amphore 358 et listel peu marqué.

180La pâte est jaune blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2) à dégraissant micacé mélangé à de minuscules grains de sable noir.

181H. tot. conservée cm. 59, 5

182D. max. cm. 12

183D. max panse cm. 37, 7

184H. col cm. 12

185INV. n° 919

186Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p. 129.

187Tombe 360 Tr. XXI/1954 (Pl. VI d ; fig. 6 b)

188Un peu plus au Nord du même groupe d’amphores, une autre tombe à incinération dans une amphore de type massaliète, orientée au Nord, calée et bouchée par des petites pierres.

189Cat. 13

190Amphore en forme de toupie à col cylindrique court. Rebord à bourrelet identique à celui de l’exemplaire de la tombe 359 et listel peu marqué (creux moins important).

191La pâte est jaunâtre (M.S.C. 10YR 8/3) à dégraissant micacé abondant mélangé à du sable noir.

192L’amphore, reconstruite à partir de nombreux fragments, est incomplète, mais fournit un profil entier.

193H. tot. conservée cm. 54, 5

194D. max. embouchure cm. 14, 5

195D. max. panse cm. 38

196H. col cm. 12, 2

197INV. n° 920

198Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, p.129, pl. XLI, 7.

199Tombe 361 Tr. XXI/1954 (Pl. VI, b ; fig. 7 b)

200A l’Ouest de la précédente, une amphore identique, calée par de petites pierres, orientée vers l’Ouest.

201Cat. 14

202Amphore en toupie à col cylindrique court. Elle a un rebord à bourrelet obtenu par le repliement vers l’extérieur de la paroi du col qui laisse subsister à l’intérieur du rebord un creux. Listel peu marqué.

203La pâte est de couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/2) et contient de petites écailles de mica et des particules de sable noir.

204Sur le col quelques traces de peinture rouge.

205Restaurée et incomplète.

206H. tot. conservée cm. 53, 5

207D. max. embouchure cm. 13

208D. max. panse cm. 39

209H. col cm. 13

210INV. n° 921

211Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p. 129, pl. XLI, 9.

212Restes d’une tombe dévastée Tr. XXI/1954 (Fig. 5 c ; pl. V d)

213Cat. 15

214Partie supérieure d’une amphore de type massaliète comprenant la bouche, le col, le début de l’épaule et une anse.

215Col cylindrique, le bord est à profil bombé obtenu par le repliement de la paroi du col vers l’extérieur. Ce bourrelet est souligné par un listel arrondi à peine marqué qui s’efface progressivement.

216La pâte est de couleur chamois clair (M.S.C. 7, 5 YR 8/4) caractérisée par de nombreuse paillettes de mica, de minuscules grains de sable noir et de gros nodules rouges.

217Sur le col, près de l’anse conservée, il y a un signe incisé (pl. V e).

218H. tot. conservée cm. 11, 8

219D. max. cm. 14, 4

220D. col : haut cm. 10

221bas cm. 11

222INV. n° 15033

223Inédite

224Restes d’une tombe dévastée Tr. XXI/1954 (Pl. VI c ; fig. 7 c)

225Cat. 16

226Partie supérieure d’une amphore de type massaliète comprenant la bouche, le col, le début de l’épaule et une anse.

227Le col est plutôt court, cylindrique. Le bord à bourrelet est moins massif que celui de l’exemplaire précédent inv. 15033, souligné par un listel bien marqué qui s’interrompt à l’emplacement des deux anses. La paroi est plutôt mince.

228La pâte, de couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/3), contient de nombreuses paillettes de mica et de minuscules grains de sable noir.

229H. tot. conservée cm. 16, 7

230D. max. bouche cm. 15, 2

231D. col cm. 8,5

232INV. n° 15036

233Inédite

234Restes d’une tombe dévastée Tr. XXXI/1971 (Pl. V c ; fig. 6 a)

235Cat. 17

236Amphore incomplète : il manque la moitié du col, du rebord et une petite partie de l’épaule.

237Elle est petite, en forme de toupie, à col cylindrique, court.

238Le rebord à bourrelet a la base soulignée par un listel bien marqué comme dans l’exemplaire de la tombe 358.

239La paroi est plutôt mince et la panse est un peu déformée.

240A cet endroit on note des empreintes très régulières de quelque chose qui a pressé l’amphore.

241La pâte est jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/2), caractérisée par un dégraissant très micacé (toutes petites écailles) mélangé à du sable noir.

242H. tot. conservée cm 54, 4

243D. max. embouchure cm. 14, 4

244D. max. panse cm. 36

245H. pied cm. 4

246INV. n° 15034

247Elle se rapproche du type plus ancien : Bertucchi type I

248Tombe 2089 Tr. XXXVI/K/84 (pl. VI, e ; fig. 7 a)

249Au-dessus du sarcophage lithique construit en blocs du Monte Rosa il y avait une petite amphore déposée horizontalement dans le terrain, orientée au NE, sans aucune protection.

250Cat. 18

251L’amphore est incomplète, de type massaliète, sans rebord, en forme de toupie, à col cylindrique, plutôt court.

252La pâte est jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/2) très micacée et contient de toutes petites particules de sable noir. La paroi est mince, fracture très nette.

253L’amphore, très cassée, a pu être en partie restaurée.

254H. conservée cm. 56

255D. max. panse cm. 38

256INV. n° 15043

257Tombe 1341 Tr. XXX/1970

258Inhumation d’enfant dans une amphore dont la partie supérieure a été volontairement sciée, déposée horizontalement dans le terrain orientée à l’Est, entourée de pierres.

259Cat. 19

260Amphore en forme de toupie à épaule large, cassée à la base du col ; elle conserve d’un seul côté l’attache inférieure d’une des deux anses.

261La pâte jaune clair contient de fines paillettes de mica (M.S.C. 10 YR 7/2) et de minuscules inclusions de sable noir ; elle est fine, très dépurée, à fracture nette.

262H. tot. conservée cm. 40

263D. max. panse cm. 53

264H. pied cm. 2, 2

265INV. n  9139

266Inédite

Les amphores de type chiote

267Bibliographie :

268G. Vallet, F. Villard, Megara Hyblaea 2. La céramique archaïque, Paris, 1964, pl. 71, p. 83, type II.

269V. Tusa, Mozia VII, lo scavo del 1970, Rome, 1972, p. 20, pl. XV.

270R. M. Bonacasa, E. Joly, Himera II, 1976, Isolato II p. 167, pl. XXV, 1.

271G. Purpura, Nuove anfore nell’antiquarium di Terrasini, Sicilia Archeologica n° 35, a. X, 1977, p.54, fig. 1 ; ID., et A. Barbieri, Un giacimento archeologico in acque profonde nel canale di Sicilia, Sicilia Archeologica, a. X, 34, 1977, p. 54, figg. 2-8.

272R. Camerata Scovazzo-G. Castellana, Palermo, Necropoli punica, scavi 1980. Notizie preliminari, Beni Culturali e Ambientali Sicilia, Nr 1-2, 1981, p. 43 ss. ; fig. 18, 19.

273Nous verrons plus loin que cette catégorie d’amphores se divise en deux variantes : la première à pâte de couleur jaune clair sans engobe, la seconde à pâte rouge toujours revêtue d’un engobe.

274Dans la nécropole nous n’avons que des exemplaires de la deuxième variante.

275Tombe 3 Tr. I-IV 1950

276Cat. 20

277Amphore déposée horizontalement dans le terrain, orientée au SE sans aucune protection. Inhumation d’enfant.

278L’amphore est à panse cordiforme, col haut, bombé, peu dégagé de la panse, rebord à bourrelet sans listel à la base.

279La pâte est faite d’une argile dépurée de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3). Engobe externe uniforme sur toute la surface, de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3).

280L’amphore a été cassée volontairement, sciée dans le sens de la longueur. Il en manque plus de la moitié.

281H. tot. conservée cm. 60, 5

282D. max. embouchure cm. 12, 4

283D. max. panse cm. 40 env.

284INV. n° 147.

285Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, fig. 1, p. 5

286Tombe 225 Tr. XII/1952 (Pl. XII, c)

287Amphore déposée horizontalement dans le terrain sans aucune protection, orientée au Nord, bouchée d’une pierre plate.

288Elle constituait l’inhumation d’un enfant tout petit et le col avait été cassé (les coups de ciseau sont très visibles) et bouché par des fragments d’un autre vase.

289Cat. 21

290L’amphore est à panse cordiforme, col renflé, la base du rebord est soulignée par un listel bien marqué.

291On note une remontée tronconique de l’épaule qui donne à l’amphore une allure allongée.

292La pâte est faite d’une argile dépurée qui contient des inclusions invisibles à l’œil nu ; elle est de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/4), dure, à fracture nette. La surface externe est de même couleur que la pâte, revêtue d’un engobe blanc, bien conservé seulement dans la partie supérieure de l’amphore.

293H. tot. conservée cm. 63

294D. max. embouchure cm. 13 environ

295D. max. panse cm. 41

296H. col cm. 22

297INV. n° 337

298Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, p. 75.

299Tombe 398 Tr. XXI/1954 (Fig. 8 c ; pl. VII a, c)

300Un peu différente de toutes les autres tombes de la nécropole de la « contrada Diana », la tombe 398 était double, formée d’un grand sarcophage de pierre provenant des carrières du Monte Rosa, auquel s’en ajoutait un autre, monolithe renversé.

301A la première déposition qui occupait l’intérieur du sarcophage appartenait un groupe de vases : (pl. IX c)

302Une pyxis skyphoïde attique, sans couvercle (H. 10, 4 ; D. 14, 8)

303Un lécythe attique à vernis noir (H. 12, 3)

304Un alabastron d’albâtre mal conservé

305Un strigile en bronze (L. 28, 2).

306A l’extérieur, près du sarcophage il y avait un deinos d’argile à large bord (H. 53, 3 ; Db. 34) qui contenait

307— Une kylix attique à vernis noir (H. 6, 5 ; D. 12, 4)

308En contact avec le deinos se trouvait une amphore qui faisait partie du mobilier funéraire.

309Cat. 22

310— L’amphore à panse cordiforme à haut col renflé. La base du rebord est soulignée par un listel bien marqué.

311La pâte de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3) est consistante, à fracture nette. Les inclusions de sable noir sont à peine visibles. La surface externe est de couleur rougeâtre comme la pâte. L’engobe externe est uniforme, de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) ; mal conservé, il s’étalait sur toute la surface, excepté le fond. L’amphore a été immergée en la tenant par le fond.

312H. tot. conservée cm. 61, 6

313D. max. embouchure cm. 16

314D. max panse cm. 36

315H. col cm. 14

316D. col : haut cm. 11, 2

317bas cm. 12, 8

318H. pied cm. 1, 2

319D. pied cm. 4, 8

320INV. n° 2293

321Le mobilier funéraire associé à l’amphore appartient à la première moitié du Vème siècle av. J.-C.

322Bibliographie : Meligunís-Lipara II, p.140-141 ; pl. LII, 1 ; LIII, 1 et p. 209.

323Tombe 349 Tr. XXI/1954 (Fig. 8 b ; pl. X c, d ; pl. XI a)

324Elle fait partie du groupe concentré dans la moitié Sud de la tranchée à la profondeur de 1m20-1m40 et se superposait à une tombe à « cappuccina » du Vème siècle av. J.-C. du type le plus ancien surmonté par des kalypteres (Pl. XI a ; fig. 1).

325C’est une tombe d’enfant, à inhumation. L’amphore a été volontairement cassée et la lacune comblée par les fragments d’une autre amphore.

326Cat. 23

327L’amphore est à panse cordiforme, col dégagé et bombé. La base du rebord est soulignée par un listel bien marqué.

328La pâte est faite d’une argile rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/4) dure, à fracture nette, dans laquelle on aperçoit quelques minuscules inclusions de sable noir.

329La surface externe est de même couleur que la pâte, bien visible là où l’engobe est tombé.

330Engobe externe uniforme sauf sur le fond, de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) obtenu par immersion en tenant le vase renversé par le bouton.

331Sur le col en haut est incisée la lettre A (Pl. X c)

332H. tot. cm. 69, 5

333D. max. embouchure cm. 16, 5

334D.panse cm. 96

335H. col cm. 17, 2

336D. col : haut cm. 20, 9

337bas cm. 17, 3

338H. pied cm. 2, 2

339INV. n° 909

340Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, pp.127 e 209, pl. XLI, 8.

341Tombe 349 bis Tr. XXI/1954

342Cat. 24

343Immédiatement au-dessous de l’amphore t. 349 se trouvait une amphore identique, très endommagée lors de la déposition de la précédente. Traces d’incinération.

344La restauration ne fut pas possible car trop de lacunes persistent.

345INV. n° 909 bis

346Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p.129.

347Tombe 352 Tr. XX/1954 (Fig. 9 a)

348Elle fait partie du groupe d’amphores de la tranchée XXI, déposée horizontalement dans le terrain, sans protection apparente, bouchée par une plaque lithique et entourée de gravillon (fig. 1).

349Aucun mobilier funéraire, traces d’une inhumation d’enfant.

350Cat. 25

351L’amphore est à panse cordiforme, col dégagé et renflé à la base ; le rebord à profil facetté est massif, l’épaule remonte vers le col et donne à l’amphore une allure plus allongée.

352La pâte de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3) est consistante, à fracture nette qui permet d’individualiser de toutes petites particules de sable noir et rougé.

353La surface externe est de même couleur que la pâte. Aucune trace d’engobe.

354L’amphore a été restaurée, il manque la partie inférieure sciée pour y introduire le nouveau-né.

355H. tot. conservée cm. 68, 8

356D. max. embouchure cm. 15, 8

357D. max. panse cm. 36

358H. col cm. 14, 4

359D. col : haut cm. 9, 6

360bas cm. 10, 8

361INV. n° 312

362Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, p.128 et 209.

363Tombe 354 Tr. XXI/1954 (Pl. XII a)

364Du côte Ouest par rapport à la précédente, au même niveau, une amphore couchée dans le terrain, bouchée par une plaque lithique, contenait un enfant inhumé (fig. 1).

365Cat. 26

366L’amphore est à panse cordiforme, col haut dégagé et enflé. La base du rebord est soulignée par un listel bien marqué.

367La pâte est de couleur rougeâtre, (M.S.C. 5 YR 6/4), très dépurée, contient de minuscules inclusions de sable noir, consistante, à fracture nette.

368La surface externe est de même couleur que la pâte, entièrement revêtue d’un engobe très bien conservé de couleur jaune clair ou blanc sali (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3).

369Toute la partie inférieure a été volontairement sciée pour y introduire le corps. Sur le col, peinte en rouge, assez effacée, il y avait une lettre I.

370H. tot. conservée cm. 55, 5

371D. max. embouchure cm. 16, 2

372D. max. panse cm. 58, 5

373H. col cm. 18

374D. col : haut cm. 27, 5

375bas cm. 27

376INV. n° 914

377Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p.128.

378Tombe 418 Tr. XXII/1955 (Fig. 8 a ; Pl. IX a et XI b)

379Sarcophage construit en gros blocs provenant des carrières du Monte Rosa, dans la baie de Lipari (pl. I).

380A l’intérieur de la tombe, près de la tête il y avait

381— un petit lécythe à vernis noir mal conservé.

382A l’extérieur, à l’angle Sud-Ouest, se trouvait le mobilier funéraire composé de : (pl. XI b).

383— Une amphore de type chiote et près d’elle :

384— Un stamnos d’argile achrome, sur pied conique, muni d’un couvercle (H. 55, 5 ; Db 23,4)

385Le stamnos contenait un petit groupe de vases à vernis noir :

386Une kylix (H. 4, 5 ; D. 12)

387Une autre kylix plus large et basse (H. 4, 5 ; D. 12)

388Un skyphos ovoïde (H. 6, 4 ; D.9)

389Un petit guttus en forme de bouteille (H. 5, 6 ; Db. 5, 5)

390Près du stamnos il y avait :

391Une olpé en argile très dépurée, achrome, munie d’une anse surélevée (H. 17 ; D. 9, 7)

392Minuscule cruche globulaire (H. 5, 4)

393Il s’agit là d’un mobilier appartenant au deuxième quart du Vème siècle av. J.-C.

394Cat. 27

395L’amphore est à panse cordiforme, à col dégagé et bombé. Le rebord à bourrelet est souligné d’un listel bien marqué, les anses sont de section ovale.

396La pâte est faite d’une argile de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3), d’une certaine consistance. Les inclusions de sable noir sont à peine visibles, car de conservation de l’amphore est parfait.

397La surface externe est de même couleur que la pâte, recouverte d’un engobe blanchâtre (10 YR 8/2-8/3) uniforme, bien conservé, obtenu par immersion.

398Le vase a été renversé en le tenant par le bouton final que l’engobe n’a pas peint.

399L’amphore est complète, sa capacité est d’environ 20 litres.

400Sur le col sont peintes en rouge des lettres (pl. IX a et fig. 8 a)

401H. tot. cm. 66

402D. max. embouchure cm. 15, 6

403D. max. panse cm. 38

404H. col cm. 15, 2

405D. col : haut cm. 12, 8

406bas cm. 11, 2

407H. pied cm. 20

408H. pied cm. 4

409INV. n° 2313

410Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p.151 et 209 ; pl. LII, 4 ; LIII, 4 ; LVI, 5.

411Tombe 424 Tr. XXII/1955 (Pl. IX b-c)

412Tombe du type à « bauletto » (petite malle) à couvercle bombé, formée de deux parties identiques, conjointes. Des contremarques incisées se répètent sur le corps et sur le couvercle de la tombe.

413A l’intérieur, sur le fond, côté Est, il y avait un petit groupe de vases :

414Un lécythe à vernis noir (H. 18, 8 ; D. 4)

415Un autre lécythe, plus petit, décoré de trois palmettes dans la technique à figures noires (H. 13 ; Db. 3, 1)

416Un miroir circulaire de bronze (D. 13, 5)

417Aux pieds du corps inhumé il y avait :

418— Une olpé en argile fine, micacée ; bouche et extrémité de l’anse peinte en brun foncé (H. 16, 6)

419A l’extérieur du tombeau :

420Une amphore de type chiote (pl. I).

421Un stamnos à corps globulaire sans couvercle (H. 45, 7) contenait deux petits vases à vernis noir :

422Une boisai (H. 8, 2 ; D. 10, 3)

423Une kylix attique (H. 5 ; D. 12, 5)

424Cat. 28

425L’amphore est à panse cordiforme, col haut bombé. Le rebord à bourrelet massif n’est pas souligné d’un listel.

426La pâte est de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3), dure, consistante et contient des inclusions invisibles à l’œil nu.

427La surface externe est de même couleur que la pâte, revêtue d’un engobe blanchâtre obtenu par immersion (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) le fond excepté.

428H. tot. cm. 66

429D. embouchure cm. 15

430D. max. panse cm. 37

431H. col cm. 14, 8

432D. col : haut cm. 12, 8

433bas cm. 11, 1

434H. pied cm. 2

435D. pied cm. 3, 5

436INV. n° 2318

437Tombe 427 Tr. XXII/1955 (Pl. X a, b)

438Tombe à inhumation d’un enfant à l’intérieur d’une amphore à laquelle on avait volontairement scié le fond et qui avait été remis en place.

439Calée par de petites pierres.

440A l’intérieur de l’amphore quelques traces du corps inhumé et une coupe d’argile achrome, sans anses, deux trous sur le bord, décorée de sillons faits au tour. (H. 4, 2 ; D. 14, 5).

441Cat. 29

442L’amphore est à panse cordiforme avec un col renflé. La pâte est faite d’une argile très dépurée de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3), dure, à fracture nette. Les inclusions sont invisibles.

443La surface externe est de la même couleur que la pâte, recouverte d’un engobe blanc dont il ne reste que quelques traces (10 YR 8/2-8/3). Seul le fond n’était pas peint, ce qui nous démontre que l’amphore avait été immergée dans l’engobe liquide. En haut sur le col, la lettre M est peinte en rouge.

444H. tot. cm. 64

445D. max. embouchure cm. 17

446D. max. panse cm. 35

447H. col cm. 14, 1

448D. col : haut cm. 11, 8

449bas cm. 10,7

450H. pied cm. 2, 1

451D. pied cm. 4

452INV. n° 2321

453Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, p.153, pl. XLVII, 7.

454Tombe 1525 Tr. XXXIV/1973 (Fig. 9 b ; pl. XII, b)

455Cat. 30

456Très abîmée par les fumerolles volcaniques, une amphore était couchée dans le terrain sans protection ni mobilier funéraire.

457De l’amphore il ne reste que la partie supérieure et quelques fragments de la panse.

458Col haut renflé vers le bas, rebord à bourrelet massif souligné par un listel bien

459marqué. Les anses sont de section ovale.

460La pâte est de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3) consistante, à fracture nette, où l’on note de petites inclusions de sable rouge et noir.

461La surface externe est très altérée par l’action des gaz et il n’y a aucune trace d’engobe.

462H. col cm. 14, 4

463D. max. embouchure cm. 14, 2

464D. col cm. 10 e 10, 4

465INV. n° 11083

466Inédite

467Tombe 1889 Tr. XXXVI/G/1981 (Pl. VIII a)

468Une amphore couchée dans le terrain, orientée au Sud, cassée volontairement pour y introduire le corps d’un enfant, était protégée par des pierres.

469A l’intérieur, aucun mobilier funéraire.

470Cat. 31

471L’amphore est à panse cordiforme, col bombé, bien dégagé, munie de deux anses à section ovale. Le rebord est à bourrelet massif.

472La pâte est faite d’une argile dépurée couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/4) d’une certaine consistance. Les inclusions sont minuscules et on peut les individualiser dans la fracture nette.

473La surface externe est de même couleur que la pâte. L’engobe est assez bien conservé, uniforme sur toute la surface externe, le fond excepté, de couleur blanc-jaune (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) obtenu par immersion.

474H. tot. cm. 63

475D. max. embouchure cm. 16, 8

476D. max. panse cm. 76

477H. col cm. 16, 5

478D. col cm. 20, 1 et 20, 4

479H. pied cm. 1

480D. pied cm. 4, 1

481INV. n° 14058

482Inédite

483Tombe 1901 Tr. XXXVI/G/1981 (Pl. VIII b, c)

484Inhumation d’un enfant à l’intérieur d’une amphore déposée horizontalement dans le terrain, orientée au Nord, calée et protégée par des pierres.

485Cat. 32

486Amphore à panse cordiforme allongée, col bien dégagé, renflé, rebord à bourrelet massif sans listel.

487La pâte est faite d’une certaine consistance, à fracture nette, contient des inclusions invisibles à l’œil nu. La surface externe est de même couleur que la pâte.

488L’engobe externe, aujourd’hui mal conservé, de couleur blanchâtre (10 YR 8/2-8/3) est obtenu par immersion.

489L’amphore est complète, mais a été restaurée. Sur la panse un trait de scie vertical fait penser à une première tentative d’ouvrir l’amphore pour y introduire le corps, tandis que l’on a préféré scier seulement le fond.

490Sur l’épaule, juste au-dessous du col deux lettres incisées (pl. VIII c).

491H. tot. cm. 62

492D. max. embouchure cm. 15

493D. max. panse cm. 57

494H. col cm. 14

495D. col : haut cm. 19, 1

496bas cm. 19, 3

497H. pied cm. 2, 5

498D. pied cm. 4

499INV. n° 14079

500Inédite

501Tombe dispersée Tr. XXXVI/J/1984

502Cat. 33

503Fragment de la partie supérieure d’une amphore de type chiote comprenant une anse, la moitié du col et le rebord. Col haut dégagé et bombé. La base du rebord à bourrelet massif est soulignée par un listel bien marqué qui n’a pas été interrompu par l’anse.

504La section du rebord met en évidence un large creux obtenu par le repliement vers l’extérieur de la paroi du col.

505La pâte est de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 5/6) à fracture nette grâce à laquelle on aperçoit de minuscules dégraissants de couleur noir et blanc et quelques paillettes de mica.

506La surface externe était revêtue d’un engobe uniforme de couleur blanchâtrejaunâtre.

507H tot. conservée cm. 24

508H. col cm. 10

509D. embouchure cm. 14, 5-15

510INV. n° 15038

511Inédite

512Restes d’une tombe dans la tranchée IX (Pl. XII d)

513Cat. 34

514Amphore à panse cordiforme, haut col renflé, le rebord à bourrelet est souligné par un listel bien marqué.

515Incomplète, il manque une anse ; une grande partie de la panse est réintégrée. Un petit fragment du rebord permet de restituer le profil complet.

516La pâte, de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/6), contient de minuscules inclusions de sable noir ; elle est dure, à fracture nette.

517La surface externe est de même couleur que la pâte, revêtue d’un engobe de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3) assez bien conservé. L’amphore a été immergée en la tenant par le fond, des bavures sont rentrées à l’intérieur du col.

518H. tot. conservée cm. 65, 5

519D. max. panse cm. 57

520H. col cm. 11

521INV. n° 15037

522Inédite

523Tombe dispersée dans la tr. XXXI/1970 (Pl. VII b)

524Cat. 35

525Amphore incomplète, à corps cordiforme, col plutôt court, dégagé et bombé. La base du rebord à bourrelet massif, est soulignée par un listel bien marqué.

526La pâte est de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/3), dure, à fracture nette, grâce à laquelle on aperçoit de nombreux dégraissants de couleur noir, blanc.

527La surface externe est de même couleur que la pâte et cela est bien visible là où l’engobe est tombé.

528L’engobe est uniforme de couleur blanchâtre (M.S.C. 10 YR 8/2-8/3), obtenu par immersion en tenant le vase, renversé, par le bouton final qui, lui, est épargné, tandis que de nombreuses bavures désordonnées envahissent le col de l’amphore.

529Sur une anse il y a des traces de forte cuisson, ce qui a fait éclater la pâte.

530H. tot. cm. 61, 5

531D. panse cm. 69, 5

532D. max. embouchure cm. 13, 5

533H. col cm. 9, 5

534D. col : haut cm. 16, 8

535bas cm. 17, 5

536H. pied cm. 4, 3

537INV. n° 15035

538Inédite

Les amphores du type de la tombe 469

539Tombe 469 Tr. XXIII/1955 (Fig. 10 ; pl. XIII b)

540Tombe à incinération dans une amphore incomplète à l’origine et dont la lacune a été comblée par des fragments d’une autre amphore.

541A l’intérieur, avec des ossements brûlés il y avait un vase à vernis noir :

542— une petite cruche à panse sphéroïdale trapue ; anse rejoignant le bord à la panse, décorée dans le style de Gnathia (H. 8, 4 ; D. 7).

543C’est un vase daté de la deuxième moitié du IVème siècle av. J.-C.

544Cat. 36

545Partie supérieure d’une amphore à panse ovoïde, col haut qui se raccorde à l’épaule avec souplesse, bord plat à profil saillant, triangulaire.

546La pâte de couleur rose (M.S.C. 5 YR 7/8) contient de minuscules inclusions de mica et des particules de sable noir et blanc.

547L’anse est de section ovoïde, assez courte, peu développée par rapport à l’amphore.

548C’est une forme très proche de celle des amphores corinthiennes B, mais de fabrication plus grossière.

549Nous retrouverons ce type d’amphores dans la décharge du Sanctuaire du « Terre-nono Maggiore » ; décharge qui a recouvert l’autel A (le plus ancien) et qui a servi à niveler le terrain avant la construction de l’autel B.

550H. tot. conservée cm. 40

551D. panse environ cm. 35-37

552D. embouchure cm. 18, 8

553INV. n° 2359

554Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p.169, pl. CXXXIX, 4.

555Tombe 1424 Tr. XXXIII/1972 (Fig. 11 ; pl. XIII a)

556Tombe à inhumation dans une amphore déposée horizontalement dans le terrain, orientée au SO, sans protection ni mobilier funéraire.

557Cat. 37

558Amphore à panse ovoïde qui se rétrécit dans sa partie inférieure, ce qui donne à l’amphore une forme plus allongée. Col haut, dégagé, lèvre à section triangulaire.

559La pâte de couleur rougeâtre (M.S.C. 2. 5 YR 5/8) est dure, consistante, contient de nombreux dégraissants minuscules avec quelques éléments plus gros, noirs. La surface externe est brune (M.S.C. 2. 5 YR 5/2) en partie cachée sous un engobe à vernis dilué de couleur grise (M.S.C. 2.5 YR N5)

560H. tot. cm. 68

561D. max. embouchure cm. 15, 6

562D. max. panse cm. 33, 6

563H. col cm. 12

564D. col cm. 2

565INV. n° 10922

566Inédite

Les amphores étrusques

567Bibliographie :

568L. Bernabò - Brea, M. CAVALIER, Mylai, Novara, 1959, pl. LU, 3, 5-11.

569C. Albore-Livadie, Sur les amphores de type étrusque des nécropoles archaïques de Nuceria : aspects et problèmes de l’étrusquisation de la Campanie, Rivista di Studi Liguri, a. XLIV (Gennaio-Dicembre 1978), n° 1-4, 1983, p.71-135. L’auteur donne une bibliographie complète sur les amphores étrusques.

570P. Pelagatti, Ricerche lungo la costa di Camarina e alla foce dell’Ippari, Sicilia Archeologica, 30, 1976, p.22-23. A p.23 parle de deux amphores étrusques de Megara Hyblaea.

571G. Purpura, Sul rinvenimento di anfore commerciali etrusche in Sicilia, Sicilia Archeologica, 36, 1978, p.43-51 : fig. 2, anfora etrusca da Selinunte ; fig. 3 idem da Imera, necropoli contrada Pestavecchia VI-V sec. a. C. ; fig. 4-6, 8, 9, anfore della necropoli di Mozia.

572Tombe 1212 Tr. XXXI/71 (Fig. 12 a ; pl. XIV a)

573Au-dessous de la tombe en briques crues 1209 datée du V-IVème siècle, une amphore était déposée horizontalement dans le terrain, orientée au Sud, fermée par un fragment de tuile et entourée de gravier fin.

574Sur le fond de l’amphore les restes d’un petit enfant sans mobilier funéraire.

575Cat. 38

576L’amphore est à panse « en obus », à deux anses massives de section ronde et une lèvre à bourrelet légèrement facetté dépourvue de listel. Le col est peu marqué, le fond est plat et la paroi est assez fine.

577La pâte est de couleur brun rougeâtre (M.S.C. 5 YR 4/6), très consistante, contient des dégraissants de sable noir tout petit (mm. 0,1-1).

578La surface externe est cachée par l’engobe bien conservé, d’une argile diluée couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 7/4) de bonne consistance, passé au pinceau.

579H. tot. conservée cm. 58

580D. max. embouchure cm. 18

581D. max. panse cm. 43, 6

582INV. n° 10714

583Inédite

584Tombe 1210 Tr. XXXI/1971 (Pl. XIV c)

585Pas très loin de la tombe précédente. Amphore couchée dans le terrain, orientée vers le Sud, fermée par un petit fragment de tuile (cm. 13x12), calée par plusieurs pierres, dans une couche de gravier.

586Cat. 39

587L’amphore a une panse « en obus » et deux anses massives. La bouche a été volontairement sciée pour y introduire le corps d’un tout petit enfant. Col à peine marqué.

588La pâte est de couleur brunâtre (M.S.C. 5 YR 4/6), très dure, contient des dégraissants de sable noir.

589La surface externe est revêtue d’un engobe d’argile diluée de couleur jaune clair, de bonne qualité, passé au pinceau.

590Elle est identique à l’amphore de la tombe 1212, mais de plus petite dimension.

591H. tot. conservée cm. 48

592D. max. embouchure cm. 18

593D. max panse 53

594INV. n° 10712

595Inédite

596Tombe 2082 Tr. XXXVI/84/J (Fig. 13b ; pl. XV a, b, d).

597Tombe à inhumation d’enfant dans une amphore étrusque déposée horizontalement dans le terrain, fermée d’un fragment de tuile (cm. 20x33,2), orientée au Nord.

598Près d’elle, du côté Ouest, deux petits vases composaient le mobilier funéraire : (Pl. XV a)

599Une kylix, large, apode, à vernis noir, d’imitation attique H. 4,8 ; D. 12,4

600Un petit skyphos à vernis noir. H. 4,8 ; D. 7,6

601Cat. 40

602L’amphore à panse large bombée est très semblable à celle de la tombe 1890. Elle est munie de deux anses massives de section ronde. Autour de la bouche, lèvre en bourrelet de section “en amande”.

603La pâte est assez grossière, contient de nombreux dégraissants blanc, noir et quelques paillettes de mica. Elle est de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/4).

604La surface externe est revêtue d’un engobe de couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 7/6), mais est très corrodée parce que mal cuite. Elle est déformée par sa longue permanence dans la terre ; on ne peut la restaurer complètement. Le fond manque. Sur la panse un trou rond avait été fait pour l’écoulement.

605H. tot. conservée cm. 48,1

606D. Max. embourchure cm. 18

607D. max. panse cm. 50

608Inédite

609Tombe 1890 Tr.XXXVI/1981/G (Fig. 13 a ; pl. XV c, e)

610Orientée au Sud, une amphore étrusque avait été déposée horizontalement dans le terrain, bouchée d’une plaque lithique et calée par de nombreuses pierres.

611A l’intérieur de l’amphore, avec les restes de l’incinération, il y avait un petit groupe de vases : (pl. XV e)

612Un lecythe à vernis noir H. cm. 10,7

613Une petite tasse hémisphérique munie d’une seule anse. H. cm. 2,4 ; D. 6,3

614Un lopadion en terre cuite plutôt grossière muni de son couvercle H. cm. 7,3 ; D. 14,5

615Cat. 41

616Amphore à panse « en obus » munie de deux anses massives de section ronde. La lèvre à bourrelet de section ovale « en amande » est dépourvue de listel. Le col est à peine marqué ; en effet la lèvre prolonge directement l’épaule de l’amphore.

617La pâte est de couleur rougeâtre foncé (M.S.C. 5 YR 4/6), elle contient de nombreux dégraissants : du sable avec éléments plus gros couleur blanc, gris, grenat, noir de petite dimension (mm. 2x2).

618La surface externe est lisse, de couleur jaune foncé (M.S.C. 5 YR 6/6). L’engobe est uniforme sur toute la surface, de couleur jaune clair (M.S.C. 10 YR 8/3), très consistant, étalé à coups de pinceau obliques sur la paroi et horizontaux vers le fond.

619H. tot. cm. 53,2

620D. max. embouchure cm. 18

621D. max. panse cm. 54

622INV. n° 14059

623Inédite

624Tombe 355 Tr. XXI/1954 (Fig. 12 b ; pl. XIV b, d)

625Elle fait partie du groupe compact des amphores de la tranchée XXI (fig. 1) ; couchée dans le terrain, orientée au Nord, calée par de petites pierres.

626L’amphore contenait les restes d’un enfant inhumé et avait comme mobilier funéraire : — Un petit skyphos corinthien décoré à bandes et traits verticaux noirs et rouges. H. 3,8 D. 5,3 (Pl. XIV d).

627Cat. 42

628Amphore à panse « en obus ». Deux anses massives de section ronde et une lèvre à bourrelet tout petit. Le fond est plat, les parois sont assez fines, le col est à peine marqué.

629La pâte contient des dégraissants de sable noir mêlés à des éléments plus gros couleur blanc, gris, grenat, d’environ mm. 2x2, elle est de couleur jaune rougeâtre (M.S.C. 7,5 YR/7,6), consistante, à fracture nette. La surface externe est un peu plus claire que la pâte, onctueuse au toucher, enduite d’un engobe bien conservé d’une argile diluée de couleur M.S.C. 10 YR 8/4 étalé au pinceau.

630H. tot. cm. 59,6

631D. max. embouchure cm. 13,6

632D. max. panse cm. 44

633D. fond. cm. 5,8

634INV. n° 915

635Chronologiquement la plus ancienne.

636Bibliographie : Meligunis-Lipàra II, p.128, pl. XLI, 5.

Les amphores puniques

637Bibliographie :

638G. Purpura, Nuove anfore nell’antiquarium di Terrasini, Sicilia Archeologica 35, a. X, 1977, p.55, fig. 2 A et pl. I a.

639J. M. Maña, Sobre tipologia de anforas punicas, dans Cronica del VI Congresso Arqueologico del Sudeste Espanol, Alcoy, 1950, p.203-209.

640Y. Solier, Céramique punique sur le littoral du Languedoc du VIème au début du Ilème s. av. J.-C., dans Hommages à Benoit, II, Bordighera, 1972, p.127-150.

641Un exemplaire identique à celui de la t. 1106 se trouve dans l’antiquarium de Terrasini provenant du Canal de Sicile.

642Tombe 1106 Tr. XXXI/1970 (Fig. 14 a ; pl. XVI a)

643Amphore déposée horizontalement dans le terrain orientée au Nord, bouchée par un fragment de tuile, protégée de pierres de tous côtés.

644A l’intérieur de l’amphore, le corps inhumé d’un enfant assez mal conservé et deux petits vases :

645Un vase plastique en forme de rat, décoré d’une guirlande de feuilles de lierre (H. 6, 8, L. 11, 1)

646Un petit stamnos achrome décoré de bandes à vernis dilué, assez cassé (H. 7, 5) sans couvercle. (Pl. XVI c).

647Cat. 43

648L’amphore à panse cylindrique incurvée très allongée est à fond convexe, munie de petites anses de section ovale aplaties d’un seul côté. La bouche est entourée d’un ourlet à disque plat peu marqué.

649La pâte de couleur rouge foncé (M.S.C. 2.5 YR 6/6) et plus grisâtre vers le fond (M.S.C. 2.5 YR 6/4) contient des inclusions invisibles à l’oeil nu.

650La partie inférieure de l’amphore s’est déformée pendant la cuisson.

651H. tot. cm. 77, 6

652D. max. embouchure cm. 16, 4

653D. max. panse cm. 28

654INV. n°10539

655Inédite

656Elle est du type Mana A. M. Almagro, dans Las necropolis de Ampurias, Barcelone 1953, I, p.44, doute de l’origine et qualifie de « greco-punico » un exemplaire identique au nôtre.

657Tombe 103 Tr. IX/1950 (Fig. 14 b ; pl. XVI b)

658A la profondeur de 2m30 environ une amphore, écrasée par le poids du terrain, avait été déposée horizontalement dans le terrain sur une couche de gravier, protégée par des pierres ; elle contenait un enfant inhumé.

659Cat. 44

660L’amphore, de forme allongée, ventrue, se rétrécit vers la partie inférieure, elle a un col court, cylindrique, décoré de trois sillons faits au tour. Elle est munie de deux anses de section ovale, aplaties d’un seul côté, pied à bouton à peine dégagé.

661La pâte, dure, bien cuite, de couleur rougeâtre (M.S.C. 5 YR 6/4), avec des tâches plus claires (M.S.C. 7.5 YR 7/4) selon la cuisson, contient des inclusions invisibles à l’oeil nu.

662H. tot. cm. 53, 2

663D. max. embouchure cm. 12, 4

664D. max. panse cm. 30, 8

665INV. n° 237

666Bibliographie : Meligunìs-Lipàra II, p.38, fig. 6.

Notes

1 Meligunìs-Lipàra II, op. cit.

2 L. Bernabò-Brea, Menandro e il teatro greco nelle terracotte liparesi, Gênes, 1981. M. Cavalier, Appendice II. Le terracotte liparesi di argomento teatrale e la ceramica. I dati di rinvenimento e la cronologia, p. 259-309.

3 Pour de semblables inhumations d'enfants voir les nécropoles siciliennes de Megara Hyblaea et de Camarine: M. Cébeillac-Gervasoni, Les nécropoles de Megara Hyblaea, Kokalos, XXI, 1975, p. 35; P. Pelagatti, Nuovi dati sui riti funebri a Camarina, Sicilia Archeologica, IX, 30, 1976, p.37-49.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540