Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari

 | 
Madeleine Cavalier

La Lipàra Grecque

Texte intégral

  • 1 J. Bérard, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’antiquité, Paris (...)

1La Lipàra grecque a été fondée au cours de la cinquantième Olympiade (580-576 av. J.-C.) par un groupe de Cnidiens auxquels s’ajoutèrent peut-être un certain nombre de Rhodiens.1

2Ils étaient les rescapés de l’expédition conduite par Pentathlos qui avait pour but de fonder une ville grecque sur le site de Lilybée à l’extrémité occidentale de la Sicile. Lilybée se trouvait dans le territoire dominé par les Elymes et faisait partie des intérêts politiques de Carthage.

3L’expédition soutenue par Sélinonte en guerre avec Ségeste élyme échoua et Pentathlos mourut sur le champ de bataille.

4Après ce désastre, les rescapés conduits par Gorgos, Thestor, et Epithersides de la famille de Pentathlos, haute aristocratie dorienne des Héraklides, se dirigèrent vers les Îles Eoliennes et débarquèrent à Lipari.

5C’est bien probable que l’idée de coloniser Lipari faisait déjà partie du programme des Cnidiens comme deuxième but de leur expédition si par hasard le premier avait échoué.

6Diodore nous dit qu’ils trouvèrent bon accueil de la part des indigènes qui les invitèrent à partager avec eux leur île, à s’y établir et à les défendre des incursions des pirates Tyrrhéniens.

7Ces indigènes étaient environ cinq cents et se disaient être les descendants d’Eole.

8Bientôt après, les colons de Lipàra équipèrent une flotte pour combattre les Etrusques qui exerçaient la piraterie dans la mer Thyrrénienne. Ils se divisèrent entre eux le travail : les uns cultivèrent les terres, tandis que les autres combattaient les pirates. Ils gardèrent en commun leurs propriétés et partageant leurs repas, ils établirent pour un certain temps un vrai régime militaire.

9Plus tard à Lipari, ils se divisèrent les terres cultivables mais celles des îles mineures restèrent en société.

10Ils remportèrent enfin de nombreuses victoires sur les Etrusques et consacrèrent à Delphes la dîme de leur butin.

11Les Cnidiens s’établirent sur l’acropole de Lipari, sur cette place forte entourée de hautes falaises qui constituait une vraie forteresse naturelle et qui avait été, pendant des millénaires le siège des habitats préhistoriques, du Néolithique à la fin de l’Âge du Bronze.

12Après la grande destruction qui mit fin à l’Ausonien II et que nous pouvons dater entre la fin du Xème et la moitié du IXème siècle av. J.-C., l’acropole était restée déserte.

13Probablement les rescapés n’étaient pas assez nombreux pour défendre la forteresse et préférèrent habiter sur les hauts plateaux.

14Lors de nos fouilles nous n’avons trouvé aucune trace archéologique de ces deux siècles et demi ou trois, c’est-à-dire entre la grande destruction de l’Ausonien II et l’arrivée des Grecs.

15Nous ne pouvons attribuer à cette période qu’un seul fragment de kotyle protocorinthien daté des premières décennies du VIIème siècle av. J.-C., trouvé par E. Ciabatti au fond de la mer. Il faisait partie de la décharge portuaire de Pignataro di Fuori, dans la baie de Lipari.

16Ce fragment nous prouve que les Grecs naviguaient autour des îles bien qu’elles étaient peu habitées.

17De la ville du VIème siècle nous avons très peu de restes.

  • 2 L. Bernabo-Brea, M. Cavalier, Il Castello di Lipari e il Museo archeologico eoliano, Palermo, 1977 (...)

18Le seul gros témoignage est le grand bothros d’un probable sanctuaire d’Eole que nous avons eu la chance de découvrir sur l’acropole. Ce bothros contient des matériaux qui vont de la première moitié du VIème à la deuxième moitié du Vème siècle av. J.-C.2

19Nous avons aussi sur l’acropole des couches qui contiennent des poteries de cette époque.

20Très vite la ville se développe, la surface de l’acropole devient trop étroite et l’habitat gagne les pentes du rocher vers la plaine.

  • 3 ID, Ead, Meligunìs-Lipàra I. La stazione preistorica della contrada Diana e la necropoli protostor (...)

21Dans nos fouilles de 1954 nous avons trouvé au pied de la pente, au cœur même de la ville moderne, une grande muraille en appareil polygonal qui, selon toute vraisemblance, doit être considérée comme une partie de la première enceinte des murs de la ville.3

22Cette muraille a pu être datée avec assez de précision aux environs de 500 av. J.-C. Nous y reviendrons plus loin.

23Successivement la ville s’est encore développée jusqu’aux limites de la ville moderne (« contrada Diana ») entre la fin du Vème et le début du IVème siècle av. J.-C.

  • 4 M. Cavalier, Mura greche e aggere romano scoperti a Lipari, Magna Graecia, a. VII, n° 7-8, LuglioA (...)

24On a bâti alors une deuxième fortification que nous avons mise au jour en 1970,4 sur une longueur de plus de 50 mètres, tandis que des sondages effectués quelques années après ont permis de retrouver une autre partie du tracé de cette muraille vers le Sud.

25Cette nouvelle enceinte barrait la plaine de Diane, suivait ensuite le cours de deux torrents et rejoignait les deux côtés de l’acropole.

26Ensuite commençait la nécropole qui s’étendait dans toute la plaine de Diane jusqu’au pied de la montée vers les hauts plateaux.

  • 5 L. Bernabò-Brea, M. Cavalier, Meligunìs-Lipàra II. La necropoli greca e romana nella contrada Dian (...)

27De cette nécropole, entre 1948 et 1984, nous avons fouillé plus de 2000 tombeaux qui s’échelonnent chronologiquement de la fondation de la Lipàra cnidienne jusqu’à la fin du monde ancien.5

28Encore hors des murailles, à l’extrémité Sud de la plaine de Diane, en 1956, nous avons mis au jour les traces d’un sanctuaire qui était certainement en rapport avec les cultes funéraires et la nécropole (Terreno Maggiore).

29Il n’y avait pas un temple, mais un autel du IVème siècle qui se superposait aux restes d’un autel plus ancien daté du Vème siècle av. J.-C.

30Les amphores grecques que nous allons étudier proviennent de quatre gisements :

  • La nécropole grecque de la « contrada Diana »
  • Le bothros d’Eole sur l’acropole de Lipari
  • La décharge au pied du mur polygonal de Piazza Monfalcone
  • Le sanctuaire du « Terreno Maggiore », décharge de remblayage pour niveler le sol avant la construction de l’autel du IVème siècle avant J.-C.

31Nous commencerons par les amphores trouvées dans la nécropole car elles sont en meilleur état de conservation, souvent entières.

32Ceci nous permettra ensuite de mieux identifier les fragments des autres gisements pouvant les rapprocher des exemplaires entiers déjà connus.

Notes

1 J. Bérard, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’antiquité, Paris, 1957, p. 257 ss. ; V. Merante, Pentatlo e la fondazione di Lipari, Kokalos, XIII, 1967, p. 88-104.

2 L. Bernabo-Brea, M. Cavalier, Il Castello di Lipari e il Museo archeologico eoliano, Palermo, 1977, p. 90.

3 ID, Ead, Meligunìs-Lipàra I. La stazione preistorica della contrada Diana e la necropoli protostorica di Lipari, Palermo, 1960, p. 100-101, pl. XXIX, 2, 3.

4 M. Cavalier, Mura greche e aggere romano scoperti a Lipari, Magna Graecia, a. VII, n° 7-8, LuglioAgosto 1972, pp. 7-8.

5 L. Bernabò-Brea, M. Cavalier, Meligunìs-Lipàra II. La necropoli greca e romana nella contrada Diana, Palermo, 1965, p. 1-380.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540