Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari

 | 
Madeleine Cavalier

Les amphores archaïques et classiques et le commerce en Méditerranée. Chronique du programme et perspectives

Mireille Cébeillac Gervasoni et Paola Pelagatti

Texte intégral

1La publication de ce premier Cahier des Amphores Archaïques et Classiques consacré aux amphores de Lipari est le point d’aboutissement d’un parcours méthodologique. Cependant il ne s’agit que de la première étape du programme élaboré par les chercheurs qui collaborent avec le Centre Jean Bérard sur « Les amphores archaïques et classiques en Méditerranée ».

2Nous souhaiterions retracer les phases qui ont conduit le Centre Jean Bérard à proposer cette recherche. Alors même que le Centre Jean Bérard parrainait, à ses débuts (1977), le programme d’Antoinette Hesnard sur les amphores romaines Dressel 1 et Dressel 2-4, en Sicile P. Pelagatti à Camarina, M. Cébeillac Gervasoni et M. Gras à Megara Hyblaea s’interrogeaient sur les problèmes posés par les amphores commerciales, trouvées dans les nécropoles archaïques. C’est ce jalon sicilien qui a pris, en 1981, le relais du programme d’amphores romaines (devenu R.C.P. 403 du C.N.R.S. sous la direction de A. Tchernia). Une constatation s’imposait : ce type de céramique avait, jusqu’à des temps récents, peu intéressé les fouilleurs ; ce matériel était souvent resté inédit, parfois même non inventorié, et la première difficulté que rencontrait quiconque s’intéressait à ces vases-récipients était celle de la documentation.

3Avant de pouvoir se consacrer aux problèmes de circulation de ce matériel, au contenu, ou à la fabrication même de ces objets, il fallait tenter de déterminer des provenances, d’établir des typologies.

  • 1 Il s’agit de Cl. Albore Livadie, L. Bernabò Brea, M. Cavalier, M. Cébeillac, N. Di Sandro, M. Fourm (...)
  • 2 J.-P. Morel, La céramique campanienne. Les formes, Rome, Ecole Française de Rome, 1981, en particul (...)

4Une première rencontre de travail eut lieu à Naples le 15 décembre 1981. Un groupe de chercheurs qui avaient participé au colloque organisé par le Centre Jean Bérard sur « Vélia et les Phocéens : un bilan dix ans après », adhéra à cette initiative1 ; dès cette première séance de travail, la présence et les conseils d’André Tchernia se révélèrent fort utiles sur un plan méthodologique. On décida qu’il fallait partir d’un vocabulaire commun et établir une fiche qui permette une description précise, objective du matériel et pallier les carences de typologies, trop souvent remplacées par des « étiquettes » parfois fantaisistes. Pour ces problèmes, nous devions toujours avoir présents à l’esprit les propos de J.-P. Morel qui, au delà du problème de la céramique campanienne, sont valables pour toute recherche typologique : « Une typologie est un système de références fixe, sinon définitif... Elle doit être explicative plutôt que figurative... mais elle doit être aussi descriptive plutôt qu’interprétative... elle offre le vocabulaire de base dont se forment... divers langages »2.

  • 3 Cl. Albore Livadie, F. Fouilland, M. Gras, A. Hesnard, J.-P. Morel, P. Pelagatti, P. Rouillard, M. (...)
  • 4 Elle a réuni : Cl. Albore Livadie, G. Bertucchi, M. Cavalier, M. Cébeillac Gervasoni, A. De Caro La (...)

5Au cours de l’année 1982, on élabora une fiche grâce à la collaboration de divers chercheurs3. Une table ronde fut organisée à Valbonne du 4 au 6 novembre 19824. On partit d’exposés de problèmes de méthode par A. Tchernia et A. Hesnard (Expérience de documentation et de typologie à propos des amphores romaines) et d’une présentation par P. Dupont des résultats obtenus par les analyses sur des amphores de Grèce de l’Est. P. Pelagatti fit un historique des douze dernières années de recherches sur les amphores archaïques, soulignant la prudence avec laquelle il faut utiliser les dénominations classiques telles « Samos » ou « Chios » ou « à la brosse ». Suivirent une série de présentations d’amphores, classées soit par sites, soit par types :

  • M. Cavalier, Les amphores de Lipari

  • M. Cébeillac Gervasoni, Les amphores de Mégara Hyblaea (nécropole méridionale)

  • Cl. Albore Livadie, Les amphores de « Chios » connues en Campanie

  • N. Di Sandro, Les amphores d’Ischia

  • G. Bertucchi, Les amphores marseillaises

  • P. Rouillard, Etat de l’étude sur les amphores grecques de la péninsule ibérique.

6P.G. Guzzo rappela les questions qu’implique le transport des amphores (les rapports commerciaux, les problèmes d’usages secondaires, les problèmes de contenus transportés par ces contenants, l’identité des transporteurs).

  • 5 On trouve le modèle de cette fiche en français et en italien à la fin du présent volume.

7L’accord fut total sur l’objectif à long terme : une histoire socio-économique ; mais à court terme la première nécessité qui s’imposait était un inventaire. Un groupe de travail se proposa de réélaborer et d’améliorer la fiche5, avec l’aide de F. Badoni Parise de l’Istituto del Catalogo.

8Sur une suggestion de F. Zevi, on décida de réaliser une bibliographie raisonnée sur chaque type d’amphores, instrument qui permettrait de comprendre la naissance de certaines appellations, en particulier de celles qui sont erronées.

9Au cours de l’année 1983, plusieurs bibliographies raisonnées furent rédigées (H. Tréziny, Amphores attiques SOS ; G. Bertucchi, Amphores marseillaises ; P. Dupont, Amphores de la Mer Noire et bibliographie de langue russe) et distribuées aux collaborateurs de ce programme.

  • 6 Le Centre Jean Bérard s'est chargé de distribuer aux collaborateurs de ce programme un exemplaire d (...)
  • 7 Cl. Albore Livadie, D. Adamesteanu, F. Badoni Parise, I. Berlingò, N. Bookidis, B. Bouloumié, M. Ca (...)

10La recontre de Rome le 8 décembre 1983 en coïncidence avec l’ouverture de l’exposition du Musée de Villa Giulia sur « le anfore da trasporto e il commercio etrusco-arcaico »6 réunit une trentaine de chercheurs7 et permit d’avoir en avantpremière une synthèse par C.G. Koehler sur « an overview of the development for the entire range of types A, A’and B » et une présentation par D. Adamesteanu des amphores trouvées à Métaponte. Le travail réalisé pour l’exposition de Villa Giulia démontra combien il était désormais urgent d’unifier les appellations ; les discussions qui s’engagèrent lors de la réunion de travail et dans les salles d’exposition mirent en évidence les lacunes de la documentation dont nous disposons, la nécessité de revoir les problèmes d’étiquettes et de provenance. Une urgence s’imposait : faire connaître un matériel encore trop souvent inédit.

11C’est ainsi que s’est élaboré le plan de publication des Cahiers des Amphores Archaïques et Classiques dont nous sommes heureux de présenter ici le numéro 1, grâce à la disponibilité et à la promptitude de M. Cavalier.

12Au cours de diverses séances de travail, durant l’année 1984, il fut débattu des critères à suggérer aux collaborateurs de ces Cahiers. Après avoir longtemps oscillé entre l’imposition de normes rigides et une certaine liberté laissée à chaque auteur, c’est enfin cette deuxième hypothèse qui a prévalu. Un cadre minimal a été imposé ; il comprend des instructions sur la présentation photographique et graphique du matériel et le conseil pressant d’éviter pour un matériel encore énigmatique des « étiquettes » qui risquent d’oblitérer son identification réelle ; en revanche, il n’a pas semblé indispensable d’opter pour un schéma unique. Chaque fascicule aura sa personnalité, pourra correspondre à une publication de l’ensemble des amphores archaïques et classiques d’un site (c’est le cas des fascicules consacrés à Lipari ou à la Campanie - Terre ferme) ou à une ou plusieurs catégories d’amphores quand il s’agira de sites prolifiques dans ce type de matériel (c’est le cas des fascicules consacrés à Camarina et à Megara Hyblaea). On ne saurait parler de corpus, et nous sommes encore loin de pouvoir déterminer des typologies. L’amphore sera publiée, dans la mesure du possible, avec son contexte archéologique.

13Enfin, un fascicule sera consacré aux problèmes de méthodologie (A. Tchernia) et aux bibliographies raisonnées. Voici donc le premier stade de ce programme ; il ne saurait être une fin en soi. Il s’agit seulement d’offrir aux chercheurs un matériel inédit.

  • 8 Monsieur M. Picon est directeur du Laboratoire de Céramologie (U.R.A. n. 3 du Centre National de la (...)
  • 9 Voir les recherches de J. Jones, du Fitch Laboratory de la British School at Athens (cf. son étude (...)
  • 10 CF. G. Vallet, L'introduction de l'olivier en Italie Centrale d'après les données de la céramique, (...)

14Cet inventaire a aussi l’ambition de devenir un instrument de travail utile pour le départ, certainement souhaitable et indispensable, d’un programme d’analyses ; elles devraient se rattacher à celles qui ont déjà été élaborées par Maurice Picon pour divers matériels dont celui de la France méridionale8 et par d’autres chercheurs9. D’ici quelques années on pourra passer à un second stade de la recherche, s’interroger sur les ateliers, sur les contenus et les conteneurs, reprenant une définition, devenue classique, de Georges Vallet entre vases-marchandises et vases-récipients10.

  • 11 M.F. Lambrino, Les vases archaïques d’Histria, Bucarest, 1938.
  • 12 F. Benoit, Amphores grecques d'origine ou de provenance marseillaise, Riv. St. Liguri, XXI, 1955, p (...)
  • 13 F. Villard, La céramique grecque de Marseille. Essai d'histoire économique, Paris, 1960.
  • 14 V. Grace, dont la bibliographie complète a été publiée dans Hesperia, 51, 1982, p. 365-367.

15Cette série de publications ne saurait commencer sans que nous rappelions les noms des « pionniers » pour l’étude des amphores archaïques : Marcelle Lambrino pour le matériel d’Histria11, Fernand Benoît pour l’identification des amphores étrusques et marseillaises12, François Villard pour les amphores ioniennes13. Nous sommes de manière particulière redevables à Virginia Grace14 qui a consacré une vie entière à cette recherche et dont l’admirable fichier à l’agora d’Athènes, inventaire de dizaines de milliers d’amphores, reste un instrument de travail irremplaçable.

  • 15 L. Bernabó Brea, Mylai, Novara, 1959.

16Nous souhaitons terminer cette brève chronique en rappelant l’attention que Luigi Bernabò Brea en 1959 a portée aux amphores commerciales lors de la publication des fouilles de Mylai15. C’est pourquoi nous sommes particulièrement heureuses que ce soit aujourd’hui “Les Amphores de Lipari” qui ouvre cette collection des Cahiers des Amphores Archaïques et Classiques, avec une introduction de L. Bernabò Brea.

Notes

1 Il s’agit de Cl. Albore Livadie, L. Bernabò Brea, M. Cavalier, M. Cébeillac, N. Di Sandro, M. Fourmont, M. Gras, J. de La Genière, Ch. Lemoine, J.-P. Morel, G. Nenci, A. Nickels, P. Peiagatti, M. Picon, M. Pierobon, F. Ridgway, P. Rouillard, A. Tchernia, H. Tréziny, F. Zevi.

2 J.-P. Morel, La céramique campanienne. Les formes, Rome, Ecole Française de Rome, 1981, en particulier p. 26 ss., Nature de la typologie.

3 Cl. Albore Livadie, F. Fouilland, M. Gras, A. Hesnard, J.-P. Morel, P. Pelagatti, P. Rouillard, M. Slaska.

4 Elle a réuni : Cl. Albore Livadie, G. Bertucchi, M. Cavalier, M. Cébeillac Gervasoni, A. De Caro Lagi, S. De Caro, N. Di Sandro, G. Di Vita Evrard, P. Dupont, F. Fouilland, M. Fourmont, P. Guzzo, A. Hesnard, J. de La Genière, J.-L. Lamboley, B. Liou, J.-P. Morel, P. Pelagatti, M. Pierobon, P. Rouillard, A. Tchernia, H. Tréziny, G. Vallet, F. Zevi.

5 On trouve le modèle de cette fiche en français et en italien à la fin du présent volume.

6 Le Centre Jean Bérard s'est chargé de distribuer aux collaborateurs de ce programme un exemplaire du répertoire des amphores mis à disposition par le Musée de Villa Giulia, soit 250 amphores exposées. Le catalogue de cette exposition est sous presse et devrait sortir en concomitance avec le premier Cahier des Amphores du Centre Jean Bérard.

7 Cl. Albore Livadie, D. Adamesteanu, F. Badoni Parise, I. Berlingò, N. Bookidis, B. Bouloumié, M. Cavalier, M. Cébeillac Gervasoni, M. Cristofani, N. Di Sandro, G. Di Vita Evrard, P. Dupont, F. Fouilland, M. Gras, P.G. Guzzo, A. Hesnard, C.G. Koehler, J. de La Genière, J.-L. Lamboley, B. Liou, M. Martelli Cristofani, J.-P. Morel, P. Moscati, P. Pelagatti, M. Pierobon, D. et F. Ridgway, P. Rouillard, G. Semeraro, M. Slaska, A. Tchernia, H. Tréziny, G. Tocco Sciarelli, Ch. Williams, F. Zevi.

8 Monsieur M. Picon est directeur du Laboratoire de Céramologie (U.R.A. n. 3 du Centre National de la Recherche Scientifique). Cf. in B. Bouloumié, Les amphores étrusques de Saint-Blaise (fouilles H. Rolland, dans Rev. Arch. Narb., 9, 1976, p. 23-43 ; Id., Essai de classification du bucchero trouvé à Saint-Blaise (fouilles H. Rolland), dans Le bucchero nero étrusque et sa diffusion en Gaule méridionale. Actes de la Table-Ronde d'Aix-en-Provence (21-23 mai 1975) (Coll. Latomus, 160), Bruxelles, 1979, p. 111-123.

9 Voir les recherches de J. Jones, du Fitch Laboratory de la British School at Athens (cf. son étude en collaboration avec A. Johnston dans BSA, 73, 1978, p. 103 sq. pour les amphores SOS et avec H. Tréziny pour le matériel attique importé à Megara Hyblaea dans MEFRA, 91, 1979, p. 7 sq. et en particulier p. 58-62). Voir aussi les recherches de A. Deriu de l'Istituto di Fisica dell'Università di Parma en collaboration avec G. Buchner et D. Ridgway pour le matériel de Pithécusses et avec F. Boitani pour le matériel d'Etrurie Méridionale (cf. catalogue de l'exposition de Villa Giulia, sous presse).

10 CF. G. Vallet, L'introduction de l'olivier en Italie Centrale d'après les données de la céramique, Hommages à Albert Grenier, Latomus, 58, 1962, p. 1555-1562, en particulier voir p. 1556. L'auteur a pour la première fois souligné l'importance de ces « conteneurs » dans le cadre de son étude sur l'introduction de l'olivier en Italie.

11 M.F. Lambrino, Les vases archaïques d’Histria, Bucarest, 1938.

12 F. Benoit, Amphores grecques d'origine ou de provenance marseillaise, Riv. St. Liguri, XXI, 1955, p. 32-43; Id., Relations de Marseille grecque avec le monde Occidental, Riv. St. Liguri, XXII, 1956, p. 19-21.

13 F. Villard, La céramique grecque de Marseille. Essai d'histoire économique, Paris, 1960.

14 V. Grace, dont la bibliographie complète a été publiée dans Hesperia, 51, 1982, p. 365-367.

15 L. Bernabó Brea, Mylai, Novara, 1959.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540