Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La céramique grecque ou de tradition grecque au VIIIe siècle en Italie centrale et méridionale

 | 
Centre Jean Bérard

La céramique géométrique importée de Mégara Hyblaea

(Pl. 62-65)

François Villard

Texte intégral

1Avant de présenter les quelques tessons qui ont été choisis pour figurer dans ce colloque, parmi les pièces géométriques les plus anciennes importées à Mégara, je voudrais rappeler quelques faits d’ordre plus général qui permettront de mieux situer les fragments géométriques de Mégara dans leur contexte colonial.

2Le cas de Mégara, tout d’abord, est relativement simple : comme à Syracuse les importations n’ont pas la variété de celles des colonies eubéennes ; elles sont presque uniquement d’origine corinthienne (nous laisserons de côté une petite série de fragments apuliens géométriques, qui remontent sans doute au VIIIe siècle, mais dont la chronologie reste encore trop imprécise).

3Pour la dernière phase du géométrique, qui correspond au Protocorinthien Ancien, les trouvailles de Mégara, fort abondantes, s’intègrent parfaitement dans l’ensemble colonial. On retrouve là le facies universel de la première phase de la colonisation, partout richement représenté, qui témoigne de la prédominance du commerce corinthien.

4La production corinthienne multiplie les vases de petites dimensions, aryballes pansus, présents à Mégara même dans les habitations ; skyphoi de types variés, avec ou sans files d’oiseaux schématiques et à peinture blanche ; canthares apparentés aux skyphoi.

5Il y a, en proportion, relativement peu de coupes, celles du type de Thapsos sans métopes, à parois fines. Parmi les vases de dimensions moyennes figurent surtout les oenochoés et quelques petits cratères.

6Toutes ces pièces ont en commun une technique bien caractéristique : une très grande finesse des parois et une peinture souvent d’un rouge brillant ; et, comme on le sait, un style linéaire simple, parfois compliqué d’éléments curvilignes ou de rares motifs orientalisants.

7On s’accorde désormais à reconnaître, en se fondant sur des critères absolus (notamment sur la tombe d’Ischia qui renfermait un scarabée de Bocchoris), que le Protocorinthien Ancien occupe en gros le dernier quart du VIIIe siècle, la date de son début oscillant, selon les opinions, entre 725 et 720.

8Or un fait très intéressant est apparu dans ces dernières années, grâce à la multiplication des découvertes sur les sites les plus variés : presque toutes les colonies d’Occident dont la fondation remonte au VIIIe siècle existent dès avant le début du Protocorinthien Ancien, c’est-à-dire dès avant 725/720, puisque presque partout, aussi bien à Sybaris et à Crotone qu’à Syracuse, ont apparu des séries de tessons corinthiens du Géométrique Récent. Plutôt que de dresser la longue liste des centres qui ont déjà fourni du Géométrique Récent de Corinthe rappelons simplement les noms de ceux qui n’en ont pas encore produit jusqu’à présent : Héloros, Mylai, Tarente et surtout Cumes.

9Pour en revenir maintenant à Mégara, si l’on adoptait la date de fondation généralement admise, établie par Antiochos et reproduite par Thucydide, de 728/727, on ne devrait trouver sur le site qu’un petit nombre de fragments appartenant au Géométrique Récent de Corinthe et correspondant à la fin de ce style. Or il ne semble pas qu’il en soit ainsi.

10En effet, le Géométrique Récent de Corinthe est très bien et complètement représenté à Mégara Hyblaea et il semblerait même présent du début jusqu’à la fin si l’on pouvait avec certitude dater du Géométrique Moyen II quelques fragments que je me permettrai de soumettre à l’avis autorisé des spécialistes ici présents.

11Auparavant, je voudrais rappeler et souligner le contraste qui existe, au moins du point de vue de la technique, entre le Géométrique Récent de Corinthe et le Protocorinthien Ancien : jusqu’à la fin du géométrique Récent on trouve des vases aux parois relativement épaisses, à peinture plus ou moins noirâtre, dont les traits n’ont ni la finesse ni la régularité du linéaire protocorinthien.

12Pratiquement toutes les formes et tous les types de décoration du Géométrique Récent de Corinthe sont représentés par de multiples exemplaires à Mégara Hyblaea et non seulement les coupes de Thapsos.

Cratères

13— Fig. 1, 2 : rebord droit d’un très grand cratère (67.1).

14— Fig. 1, 1 : cratère à rebord bas : fausse grecque (1.12).

15— Fig. 1, 4 : cratère de la « classe de Thapsos » : fausse grecque (75.13) ; cf. aussi Mégara Hyblaea II, pl. I, 1 et 5.

16— Fig. 2 : fr. de vasque : groupe de lignes brisées (75.13.213).

17— Fig. 1, 3 : fr. de vasque de dinos ( ?) : personnage assis sur l’extrémité d’un bateau, proche des œuvres de l’atelier du « Maître du Dipylon » (69.1).

Skyphoi

18— Fig. 3, 1, 3 et 4 : fr. du type « Aetos 666 » (1.298, 1.298/bis et 1.299).

19— Fig. 3, 9 : fr. de lèvre avec fausse grecque et ligne ondulée (69.5) : cf. Aigina, pl. 9, 154.

20— Fig. 3, 10 : fr. de lèvre avec grande grecque hachurée (72.2.G).

21— Fig. 3, 2 : fr. de lèvre avec groupe de lignes ondulées (cf. Perachora, I, pl. 12,2) (1.300).

22— Fig. 3, 7 et 8 : fr. de lèvre avec « diabolos » (cf. Coldstream, G.G.P., pl. 19, 2) (68.6 et I.518).

Tasses et canthares

23— Mégara Hyblaea, II, pl. 3, 9 (1.301 ; 1.302 et d’autres exemplaires) :

24— fr. de rebord avec file de lignes brisées verticales à trois branches (cf. Johansen, VS, pl. X,4 ; B.S.A., XLIII, 48-49, pl. 4, canthares d’Aetos) ;

25— fr. de rebord avec file de lignes brisées verticales à 4 branches (69.2 : cf. Johansen, VS, pl. X, 5) ;

26— fr. de rebord avec « diabolo » près de l’anse (68.5).

27— Mégara Hyblaea, II, pl. 11, 5 : fr. de rebord, hérons affrontés Géométrique Récent final (1.617 : cf. Aigina, pl. 9, 142-143).

Pyxides hautes

28— Fig. 4,7 : fr. d’embouchure et du haut de la panse : reste d’un oiseau schématique (1.308 : cf. B.S.A., XLIII, 80, pl. 6, d’Aetos).

29— Mégara Hyblaea, II, pl. 3, 10 : fr. d’embouchure et du haut de la panse, oiseau schématique à corps hachuré et groupe de lignes brisées horizontales (1.307).

Plat

30— Fr. de rebord de grand plat : grecque hachurée (68.3).

Oenochoés

31— Fig. 5 : frs. du col, de l’anse et du haut de l’épaule : groupes de deux et trois lignes brisées horizontales alternant avec des filets (75/13/50-52) : cf. Coldstream, G.G.P., pl. 19, c).

Coupes

32Pour les coupes, qui présentent la série la plus importante des fragments corinthiens de style Géométrique Récent, très peu, comme il est normal, n’appartiennent pas au groupe de Thapsos.

33— Fig. 4, 1 : fr. de lèvre épaisse à rebord court, décoré d’une file de chevrons (1.53 : cf. Corinth, XIII, 20,2, pl. 6 et 18, 7, pl. 8).

34Peut-être transition du Géométrique Moyen II au Géométrique Récent.

35— Fig. 4, 4 et 5 : deux frs. (qui recollent) d’une coupe à rebord évasé, décorée de filets, avec des stries verticales irrégulières sur l’anse (67.2). Travail analogue aux skyphoi du type « Aetos 666 ».

36Il faut noter que les coupes de Thapsos offrent la série la plus complète qui soit pour la variété de leurs motifs : on peut donc supposer qu’elles représentent, à Mégara, une bonne partie de leur évolution, à travers le Géométrique Récent, certains motifs, comme la file de lignes brisées verticales à trois éléments, ayant eu une fortune toute particulière.

37Il est vrai que des types qui sont bien représentés en Grèce, tels que C. Neeft les a définis, font pratiquement défaut à Mégara, comme d’ailleurs sur tous les autres sites coloniaux. On rencontre cependant à Mégara des coupes décorées de motifs « continus », qui semblent les plus anciens (Fig. 4, 3 : 1.69 et Fig. 4, 2 : 1.70). L’un de ces fragments (Fig. 4, 2 : 1.70), comporte un décor de lignes brisées horizontales dont les angles se terminent par des pointes (des apices) : ce type de décor a une tradition fort ancienne à Corinthe (cf. par exemple la coupe Géométrique Moyen de Corinthe, Coldstream, G.G.P. pl. 17, d) mais n’est plus attesté, me semble-t-il, au Géométrique Récent.

38Ajoutons que si certain motif, comme la fausse grecque hachurée (« steppattern »), ne se trouve pas sur les coupes de Thapsos mégariennes mais seulement sur celles trouvées en Grèce, il existe cependant sur les petits cratères de même forme, appartenant à la même « classe » que les coupes de Thapsos, et probablement contemporains de celles-ci (cf. supra, Fig. 1,4) ; il en est de même pour le motif très caractéristique de la frise de spirales continues, qui figurent sur un petit cratère mégarien (Mégara Hyblaea, II, Pl. 4, 3 : 1.316).

39Nous avons déjà fait allusion à des fragments qui présenteraient peut-être un facies qui les rattacherait encore au Géométrique Moyen final ; il s’agirait de :

40— Fig. 1, 6 (renversé = Mégara Hyblaea, II, pl. 2, 4) : fragment de pied de cratère à pied haut (cf. Coldstream, G.G.P., pl. 17, f) (1.50).

41— Fig. 6, 1-2, deux fragments de col cylindrique : triangles à hachures obliques (1.51).

42— Fig. 6, 3 : fr. de panse avec départ d’anse (1.52).

43— Fig. 6, 4 : fr. d’épaule, file de triangles emboîtés (69.6).

44On pourrait aussi mentionner quelques fragments importés appartenant à d’autres séries géométriques que celles de Corinthe.

45— Fig. 7, 5 : fr. d’épaule de grande amphore attique (cf. Kerameikos, (1256), V, pl. 48) : début du Géométrique Récent I (7.1).

46— Fig. 7, 1 et 4 : deux frs. d’un col d’amphoriskos rhodien (?) : embouchure évasée, moulure au milieu du col. Décor : triangles hachurés renversés, fin du Géométrique Moyen (?) (68.1).

47— Fig. 7, 2 : fr. de coupe ou de canthare à parois verticales, avec une légère moulure en saillie sur la lèvre. Fabrique rhodienne (?). Décor : frise de carrés hachurés obliques, en damier. Pour la forme, cf. Coldstream, G.G.P., Pl. 59, d (coupe Géométrique Moyen) et Pl. 62, h (canthare Géométrique Récent) (68.2).

48Quelles conclusions chronologiques peut-on essayer de tirer de ce survol des pièces géométriques importées à Mégara.

49Si tout d’abord l’ensemble du Géométrique Récent de Corinthe est représenté à Mégara Hyblaea de quand faut-il dater l’installation des premiers colons sur le site ? Autrement dit, si la fondation de Mégara Hyblaea se place au moment où débute le Géométrique Récent de Corinthe, de quand date le début de ce style ?

50Le recours à la chronologie du Géométrique attique, sur ce point, s’avère nécessaire ; il n’est plus douteux en effet que, étant donné l’abondance, la richesse de sa production et sa continuité, le Géométrique attique n’ait exercé une sorte de primat sur les autres séries géométriques grecques. Grâce à la date de début du Protocorinthien Ancien, fixée nous le savons par ailleurs, on peut dater, par des synchronismes sûrs, un certain moment de l’évolution de Géométrique Récent d’Athènes. Or avant ce moment prend place à peu près une génération de peintres attiques à scènes figurées, qui sont désormais parfaitement identifiés : au Maître du Dipylon, à ses collaborateurs, à ses rivaux, à ses disciples un peu plus jeunes, il n’est pas déraisonnable d’assigner une génération d’environ 35 ans. Ce qui placerait le début du Géométrique Récent en Attique vers 760 : c’est d’ailleurs la date depuis longtemps proposée et généralement adoptée pour la grande amphore d’Athènes à scène de prothésis.

51Pour cette époque les synchronismes entre Athènes et Corinthe sont encore des plus ténus ; il n’en existe en fait qu’un seul, celui que N. Coldstream signale à Haghios Théodoros (l’antique Crommyon) (G.G.P., p. 95) qui implique un léger décalage entre le début du Géométrique Récent d’Athènes et celui de Corinthe : la primauté incontestable d’Athènes, sur le plan stylistique, incite donc à placer le début du Géométrique Récent de Corinthe (et sans doute de la plupart des autres styles géométriques en dehors d’Athènes) vers 750 ; date approximative, mais qui n’a rien d’arbitraire et qui fait d’ailleurs aujourd’hui le consensus des archéologues.

52Or, si l’on admet que la fondation de Mégara Hyblaea se situe au moment où débute le Géométrique Récent de Corinthe il faudrait la placer, si l’on allait jusqu’au bout des conséquences, en termes archéologiques raisonnables, vers 750.

53Il n’est pas de notre propos d’envisager les conséquences d’une telle chronologie pour les premières colonies grecques d’Italie du Sud et de Sicile. Rappelons simplement que Pithécusses ne semble avoir fourni un matériel Géométrique Corinthien différent et plus ancien que celui de Mégara Hyblaea ; s’il fallait revenir, pour Mégara, à la date de fondation proposée par Thucydide (728/727) il faudrait aussi, semble-t-il, raccourcir à l’extrême la durée du Géométrique Récent de Corinthe et grouper dans un espace de quelques années la plupart des fondations coloniales grecques en Occident, quelle que soit leur origine, puisque presque toutes, on le sait aujourd’hui, comportent des séries significatives de cette céramique. En revanche, on respecterait peut-être mieux la vraisemblance historique et on garderait davantage la possibilité de nuancer l’échelonnement de ces fondations, en se fondant sur de légères différences typologiques, si on les étalait sur la vingtaine d’années qui suit le milieu du VIIIe siècle.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540