Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La céramique grecque ou de tradition grecque au VIIIe siècle en Italie centrale et méridionale

 | 
Centre Jean Bérard

Avertissement liminaire

Georges Vallet

Texte intégral

1Les Actes de ce Colloque, qui a eu lieu en mai 1976, paraissent au début de 1983 ! Même si nos discussions ne traitent pas d’actualité ; un tel délai n’apparaît ni raisonnable, ni même convenable.

2C’est vrai. Je ne cherche ici ni excuses ni alibis. Je voudrais simplement souligner les points suivants.

31. Au moment même où se tenait le Colloque, l’importance des communications (matériel présenté, position des problèmes, etc. ...) est apparue aux yeux de tous. Ceci nous a amenés à souhaiter un volume qui fournît un bilan le plus complet possible des questions.

42. Il est apparu aussi à tous que certaines recherches importantes alors présentées étaient en cours. Or, il fallait, il faut du temps pour reprendre convenablement l’étude d’un matériel amassé dans les réserves depuis des années, que dis-je, depuis des décennies. Mais, si ce travail n’avait pas été fait, il aurait manqué, a posteriori, pour apprécier et juger de nos hypothèses, la base solide, et provisoirement définitive, que tous nous souhaitions.

53. Il y a donc du disparate dans ce volume : on trouvera, juxtaposés, des textes de 1976 (et, personnellement, je tiens à présenter toutes mes excuses aux auteurs qui, confiants dans la publication rapide qui avait été prévue et annoncée, nous ont donné alors un rapport, qui date aujourd’hui de plusieurs années), le bilan de recherches terminées dans les années 80, et, à leur suite, des réflexions dont la rédaction est récente. Je ne dis certes pas qu’une telle méthode soit exemplaire ; je dis seulement qu’elle correspond à un état de fait, et, d’une certaine manière, aux exigences de la recherche : les bilans provisoires entraînent des vérifications, et d’autres recherches. C’est cette mise au point progressive des questions, plus longue que prévu, qui est présentée ici.

64. Je n’en regrette que davantage que certaines communications qui ouvraient des perspectives particulièrement importantes n’aient pas été « rédigées » par leurs auteurs. Je le regrette, mais je le sais ; nous comprenons tous la raison de leur décision : s’agissant de matériel non publié, et en cours d’étude, une chose est de le présenter avec des diapositives, des hypothèses de travail, des suggestions, une autre chose est de fournir un rapport écrit quand manquent encore les bases définitives. Dans le fond, plutôt que de formuler à leur endroit le vague reproche de ne pas nous avoir donné un texte avec toutes les données précieuses qu’ils avaient accepté alors de nous présenter, nous devons redire nos remerciements à nos collègues et amis (je pense ici par exemple à Lilly Kahil, à Giuseppe Voza, à Fausto Zevi) qui, lors du Colloque, nous avaient fait bénéficier d’une précieuse vision des matériaux sur lesquels ils travaillent.

74. Ainsi, depuis 1976, le temps a passé : des amis chers nous ont quittés (nous avions alors parmi nous, qui l’oublierait, M. Frederiksen)... Pour rester dans les choses de la vie, il y a eu au cours de ces six années de nombreux va-et-vient de lettres et de textes. Tout cela a contribué à alourdir la tâche de Mireille Cébeillac-Gervasoni qui, comme toujours, a assumé avec la diligence, le sérieux et la gentillesse que l’on sait la publication des actes de notre rencontre napolitaine. De ce retard, je le sais bien, personne ne songe à la rendre responsable. Mais, pour avoir suivi personnellement tous ses efforts, je tiens à lui dire publiquement, plus encore que d’habitude, à elle, et à la fidèle Maria Francesca Buonaiuto l’expression de ma plus amicale gratitude.

8Naples, décembre 1982

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540