Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Quatrième partie

Chapitre II. Chronologie absolue de Sala Consilina

Texte intégral

1Les éléments nouveaux apportés par les découvertes d’Ischia confirment le cadre général de chronologie absolue que la date traditionnelle de la fondation de Locres avait permis de proposer pour les nécropoles calabraises. En effet l’askos géométrique trouvé dans la tombe 102 d’Ischia datée vers 720-700 existe dans la nécropole de Francavilla Marittima comme dans celle de Torre Mordillo. Or on a déjà souligné que l’homogénéité du matériel de Torre Mordillo suggère une durée assez brève pour cette nécropole que l’on a située vers le milieu et la deuxième moitié du VIIIe siècle.

2Par ailleurs les mobiliers funéraires d’Ischia ont permis de dater précisément des fibules dont les types existent en d’autres sites d’Italie, et notamment à Sala Consilina. Cela ne signifie pas que la chronologie de ces objets à Ischia soit la même qu’à Sala Consilina. On sait en effet que le Val de Diano accueille les formes nouvelles avec retard par rapport aux sites côtiers. Ainsi certains objets, comme les coupes de bronze « en calotte », connues en Calabre depuis la phase Torre Galli I n’apparaissent pas à Sala Consilina avant le début de la phase III ; de même le Val de Diano utilise encore le bronze pour ses armes à l’époque où la majorité de celles de Torre Mordillo sont en fer.

3Il est parfois possible de chiffrer le décalage chronologique des objets de Sala Consilina par rapport à ceux des tombes d’Ischia ; il est sensible pour chacun des types de fibules communs aux deux nécropoles. Nous nous contenterons de signaler deux exemples particulièrement évidents. On constate par exemple que les plus anciennes fibules à pied long de Sala Consilina (Pl. 31, fig. 16) appartiennent aux dernières tombes de la période II. Β datables de la fin du VIIIe siècle si l’on admet la correspondance chronologique établie entre le facies Torre Mordillo et celui de Sala Consilina II. Or ce même type archaïque est associé à Ischia à des cotylés du type Aetos 666 antérieures au milieu du VIIIe siècle. De même, parmi les fibules les plus récentes des deux nécropoles, on remarque un type (Pl. 34, fig. 2) commun à Sala Consilina durant la période III. C au cours de laquelle des vases corinthiens récents sont importés (2ème quart du VIe s.). La même fibule a été trouvée à Ischia dans une tombe qu’un aryballe protocorinthien à décor d’écailles permet de dater dans la deuxième moitié du VIIe siècle.

4Ainsi, bien que la succession typologique des fibules à pied long semble être la même à Ischia et à Sala Consilina, les habitants d’Ischia ont toujours eu une avance considérable sur les indigènes de l’intérieur des terres. Pour les exemples que l’on vient de citer, un écart d’environ un demi-siècle sépare l’introduction du même type dans chacune des deux régions. Rien ne prouve cependant que ce décalage soit constant ; c’est pourquoi il doit être utilisé, non pas comme un élément sur lequel on peut fonder une chronologie du Val de Diano, mais comme une indication qui aidera à situer les étapes de son histoire.

5Au début du premier Age du Fer, plusieurs grandes familles culturelles coexistent dans le Sud de l’Italie.

6La Campanie méridionale présente d’abord un facies proprement villanovien, et subit ensuite une évolution rapide, comparable à celle des centres étrusques à l’époque orientalisante.

7L’Apulie, héritant tout à la fois de souvenirs locaux de l’Age du Bronze, de traditions préhelléniques, et d’autres venues des Balkans ou de Macédoine, élabore à l’aide d’éléments de l’Est égéen une culture originale et des techniques céramiques inconnues aux autres habitants de la péninsule.

8La Calabre, plus reliée à la civilisation sicule, mais qui, par ses sites septentrionaux, est en contact avec l’Apulie et la Basilicate, entretient en outre des relations d’échanges avec plusieurs régions de l’Adriatique.

9Entre ces cultures très différentes, comment se place le Val de Diano ? Il serait impropre de dire que tous ces courants s’y croisent : ce serait faire de cette vallée un carrefour d’influences et admettre qu’elle est une région de passage, idée que l’on a déjà rejetée. Il serait plus juste de considérer qu’elle est le point d’aboutissement de certains rites, de certaines modes artisanales, et que, selon les époques, les influences viennent de l’une ou de l’autre des régions limitrophes.

10Au cours de la phase I, la prédominance de la crémation, les analogies étroites que présentent les éléments du mobilier funéraire avec les objets d’Etrurie méridionale indiquent que ce facies est proprement villanovien. Par ailleurs les efforts faits par les potiers pour reproduire sur des formes locales des décors géométriques prouvent l’existence de contacts avec la Basilicate et l’Apulie, productrices de vases géométriques d’argile claire. En outre quelques fibules, étrangères aux cultures d’Etrurie et de et de Campanie, peuvent être considérées comme des apports calabrais.

11Grâce aux nombreux éléments de comparaison fournis par les objets funéraires, cette phase peut être mise en rapport avec celle de CumesPréhellénique I, Pontecagnano I, Terni II, Tarquinia I, c’est-à-dire avec des cultures qui, d’après les conclusions du chapitre précédent, auraient leur limite inférieure vers le deuxième quart du VIIIe siècle.

12Le début de la phase II est assez nettement marqué par la disparition rapide de la crémation, changement que l’on peut attribuer au renforcement des éléments traditionnellement inhumants de la population primitive du Val de Diano.

13L’introduction d’une céramique géométrique soignée d’argile claire révèle des rapports étroits avec la Basilicate, qui livre les mêmes vases, et sans doute avec l’Apulie où des séries plus anciennes sont connues. Ces liens sont confirmés vers la fin de la Phase II par l’apparition du « canthare », forme tout à fait étrangère aux cultures du versant tyrrhénien mais qui est au contraire fréquente à l’Age du Bronze en Macédoine, d’où elle a pu gagner les Balkans et l’Apulie. Les analogies avec les sites de l’Etrurie méridionale sont moins nombreuses. Quelques formes (fibules en lunettes par exemple) marquent la présence d’un faible courant adriatique. D’autres objets (pyxides sphériques, nombreuses fibules siciliennes fibules à sanguisuga pleine et à disque, etc....) prouvent l’existence de contacts avec le Nord de la Calabre et permettent de conclure que la phase Il est contemporaine de Torre Mordillo, c’est-à-dire qu’elle doit être située vers le milieu et la deuxième moitié VIIIe siècle ; une telle datation est confirmée par la présence à Tarquinia d’un vase à tenda qui souligne les rapports chronologiques entre le Villanovien II de Tarquinia et la phase II de Sala Consilina, et en outre par les données nouvelles d’Ischia.

14Le passage de la phase II à la phase III est marqué par une transformation profonde de la culture indigène. Cependant, contrairement à ce qui se passe en de nombreux sites indigènes d’Italie méridionale au lendemain de la fondation des colonies grecques, la population de Sala Consilina à la phase III occupe le même site qu’à la phase précédente.

15Il semble qu’aucun rapport n’existe pendant la phase III. A entre le Val de Diano et les régions qui présentaient naguère un facies villanovien et qui maintenant reçoivent largement les courants orientalisants. Le développement d’une brillante culture dans l’Agro Picentino si proche est tout à fait ignoré par les habitants de la vallée qui prolongent les traditions du début de l’Age du Fer. Malgré leur relatif isolement, ils utilisent certains types de fibules qui se trouvaient dans les tombes du VIIIe siècle à Ischia ; ils accueillent encore des formes qui ont cours surtout en Calabre, comme l’askos A. 336, les fibules à quatre spirales de fer, les fibules en losange, les boucles d’oreilles à bord dentelé, etc., tandis que d’autres sont un écho lointain des cultures adriatiques (pendentif sphérique, pendentif à double protomé d’oiseau de bronze, perles d’ambre sculpté, etc).

16Les liens les plus forts semblent être ceux qui unissent le Val de Diano aux vallées de la Basilicate, comme l’Agri et le Basento. L’étude de la céramique géométrique permet en effet, malgré l’insuffisance des documents, de déceler la présence d’une culture matérielle commune à ces diverses régions. Si les fouilles à peine commencées en Basilicate confirment cette hypothèse, l’archéologie aura mis à la disposition des historiens une civilisation unique caractérisant une vaste région que les Anciens désignaient du nom d’Oenôtrie.

17On ne peut déduire aucune précision chronologique de l’association de deux casques de forme protocorinthienne avec des mobiliers caractéristiques de III. A. En effet, si des casques analogues peuvent être datés en Grèce de la fin du Ville ou du début du VIIe siècle, il n’est par sûr que leur forme ait eu la même durée en Italie. Un petit nombre de tombes plus anciennes désignées par l’importance des vases d’impasto, la présence de grosses fibules à sanguisuga ou à navicella, ou des types de fer à quatre spirales, précèdent de peu les tombes à casque. Les mobiliers plus richement pourvus de vases géométriques d’une facture de plus en plus raffinée suivent ces dernières.

18La période III.A débute vraisemblablement dans le premier quart du VIIe siècle. L’évolution que l’on peut distinguer entre ses plus anciennes et ses plus récentes tombes suggère une durée assez longue. Il est vraisemblable qu’elle s’achève peu avant la fin du VIIe siècle.

19La période III. B, représentée par un petit nombre de mobiliers funéraires très homogènes, a été, semble-t-il, de courte durée. Des relations s’amorcent avec les centres grecs du Sud-Est, probablement par l’intermédiaire du Val d’Agri d’où parviennent des imitations de céramiques grecques ; avec le Nord-Est, c’est-à-dire la Lucanie Intérieure, les échanges, déjà ébauchés à la période III. A, prennent maintenant un caractère plus régulier marqué par des importations plus fréquentes de vases de série secondaire. Ce facies se termine avant l’arrivée des premiers vases corinthiens. Il occupe, semble-t-il, la fin du VIIe et le début du VIe siècle.

20Les tombes de la période III. C comportent un groupe ancien qui contient, à côté de la céramique locale, des vases vernis attribuables à des ateliers grecs de la côte ionienne, et un autre, plus récent, où les coupes ioniennes se font de plus en plus nombreuses. Outre les céramiques grecques ou d’inspiration grecque, la région reçoit des vases de la série secondaire en assez grand nombre. Elle est toujours étroitement liée aux centres indigènes de Basilicate, mais demeure sans contact avec les sites voisins de l’Agro Picentino ; seuls quelques canthares de bucchero peuvent évoquer la présence d’une culture étrusque à une faible distance.

21Le facies de la période III. C est constitué avant le début du Corinthien Récent, dès le premier quart du VIe siècle, et s’achève peu après le milieu du VIe siècle.

22Au début de la période III.D (vers 540), les relations commerciales du Val de Diano sont orientées presque exclusivement vers les régions exportatrices de vases grecs. Les coupes ioniennes continuent à affluer, fournies en majorité par les centres de la côte ionienne. Des vases de série à vernis noir, attiques ou importés de Grande Grèce, remplacent progressivement les séries ioniennes. Le Val de Diano à cette époque est sorti de son isolement. S’étant détourné des relations avec le Nord de la Lucanie (les vases de la série secondaire sont maintenant très rares), il s’oriente vers les pays côtiers, comme l’illustrent clairement ses étroits rapports avec Palinuro, et reçoit les produits de l’artisanat grec. Quelques lécythes attiques du début du Ve siècle désignent les dernières tombes de Sala Consilina.

23A la même époque les ressources agricoles et pastorales du Val de Diano attirent les habitants de Poseidonia, dont l’importance commerciale semble avoir augmenté à la suite des bouleversements survenus en Grande Grèce à la fin du VIe siècle. Pour acquérir les produits de l’élevage, les Poséidoniates offrent aux indigènes, entre autres objets, des vases grecs de qualité bien supérieure à ce qu’ils avaient auparavant l’occasion d’acquérir, et dont nous trouvons des exemples dans les tombes de Padula de la première moitié du Ve siècle. Les échanges entre les deux régions, par la route du Monte Pruno, s’établissent sur le type du troc qui se pratiquait en Etrurie depuis plus d’un siècle. Ce commerce s’interrompt peu après le milieu du Ve siècle, c’est-à-dire à l’époque de la date traditionnelle des invasions lucaniennes.

24Ainsi le Val de Diano est absorbé au début de l’Age du Fer dans l’orbite des centres villanoviens d’Etrurie méridionale. Il est relié ensuite à la Basilicate et à l’Apulie, et accueille en même temps l’influence de la culture à fossa de Calabre. Puis, ignorant les courants orientalisants, il participe à une civilisation qui semble limitée à la Basilicate. Il s’ouvre alors progressivement au commerce venu de la côte ionienne, puis de la rive tyrrhénienne pour être enfin pris dans la zone d’influence commerciale de Poseidonia.

25Un des intérêts majeurs de cette région réside assurément dans le fait que, isolée dans les terres, assez proche toutefois des limites respectives de plusieurs cultures bien différentes, elle reflète au cours de son histoire la force d’expansion de chacune d’elles.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable