Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Quatrième partie

Chapitre I. Les bases d’une chronologie absolue

Texte intégral

1On sait les difficultés auxquelles se heurtent les tentatives de datation du matériel indigène de l’Italie du Sud à l’Age du Fer. Entre les dernières importations mycéniennes et les premiers objets grecs, une zone d’ombre de plusieurs siècles entoure les cultures indigènes. A Sala Consilina par exemple, les plus anciens objets datables avec précision sont des vases corinthiens de la fin du Ier quart du VIe siècle. Toute recherche de chronologie absolue pour les périodes antérieures à ces importations doit être fondée sur des analogies avec d’autres facies culturels mieux datés.

  • 1 F. G. Lo Porto, Not. Sc., 1964, p. 188.
  • 2 Fouilles de 1964.

2Or il est rare en Italie méridionale que des objets grecs anciens soient réunis dans un niveau d’habitat ou dans une tombe à des éléments locaux. L’on rappellera cependant la présence d’un fragment d’amphore protogéométrique d’importation grecque associé à des fragments protogéométriques iapyges dans le niveau moyen de la strate 5 de Satyrion et d’une vase protocorinthien géométrique dans un remblai du niveau supérieur de la même strate où furent trouvés des fragments géométriques iapyges1. On signalera en outre l’association dans une tombe de Francavilla Marittima d’un vase grec du dernier tiers du VIIIe siècle avec un matériel indigène comparable à celui des tombes de Torre Mordillo2.

  • 3 Les pages qui suivent sur la nécropole d’Ischia ont été rédigées sur la base des renseignements qu (...)
  • 4 Strab. V, 243 = 4,4 ; V, 247 = 4,9.
  • 5 Liv. VIII, 22, 6. Cf. Vallet, p. 48-52.

3Le caractère exceptionnel de ces rencontres souligne l’importance des tombes de Pithécusses qui réunissent des vases grecs et locaux avec des fibules communément appelées italiques, et permettent ainsi de dater ces dernières avec précision. La connaissance de ces associations doit être désormais le point de départ de toute recherche de chronologie absolue en Italie du Sud3. De la cité de l’antique Pithécusses sur le promontoire de Monte di Vico près de Lacco Ameno, on sait encore peu de chose. La ville, selon Strabon, aurait été fondée par des colons d’Erétrie et de Chalcis d’Eubée ; Cumes l’aurait précédée et serait la plus ancienne colonie grecque d’Italie et de Sicile4. Pour Tite-Live au contraire, l’établissement des Grecs dans l’île d’Ischia serait antérieur à la fondation de Cumes, qui perdrait ainsi son rang de première colonie5.

  • 6 D’après Buchner, on compterait environ un tiers de tombes à crémation.

4Les fouilles systématiques qui ont été menées depuis 1952 par G. Buchner dans la nécropole de Pithécusses, dont 600 tombes environ ont été découvertes dans la vallée de S. Montano, confirment le texte de Tite-Live et donnent la preuve de la plus grande ancienneté d’Ischia. Ce sont, pour la plupart, des tombes du Ville et du début du VIIe siècle, où les deux rites funéraires, crémation et inhumation, sont concurremment pratiqués6.

5L’intérêt majeur de ces tombes, en ce qui concerne notre thème de recherches, est de présenter de nombreux mobiliers funéraires fouillés avec un soin exemplaire, où, en conséquence, les associations de matériel peuvent être prises en considération avec une absolue certitude. Cela est d’autant plus important que cette nécropole renferme le matériel grec le plus ancien que l’on connaisse en Italie, associé à des objets de bronze qui ont été considérés jusqu’à présent comme indigènes ou italiques et qui sont généralement mal datés. En laissant de côté les séries céramiques dont la chronologie n’est pas encore fixée avec une rigueur suffisante, on peut citer, dans presque toutes les tombes d’Ischia qui renferment des fibules, un ou plusieurs vases corinthiens dont la datation ne peut varier que dans d’étroites limites, ce qui, en conséquence, permet de préciser celle des fibules les accompagnant. Bien datées, celles-ci fourniront à leur tour des points fermes, compte tenu des décalages possibles, pour l’établissement d’une chronologie absolue dans les sites italiques qui renferment des types identiques.

  • 7 Cf. Robertson, BSA. XLIII, 1948, Pl. 2, 20 ; cf. S. Benton, BSA. XLVIII, 1953, Pl. 42, 666.
  • 8 G. Buchner in Convegno Taranto 3, p. 263-274.
  • 9 BSA XLVIII, 1953, p. 272 et 279.

6Les plus anciennes tombes sont désignées par la présence, parmi le mobilier funéraire, d’une cotylé protocorinthienne qui ne se trouve pas ailleurs en Italie. C’est un vase connu dans les fouilles d’Ithaque7, et que G. Buchner désigne comme Cotylé Aetos 6668. Ce vase est associé à Ischia dans la tombe 631 à deux fibules de bronze qui comportent, l’une comme l’autre, un pied long. L’une a l’arc mince revêtu de deux sections d’os ; la perle cylindrique d’ambre qui garnissait la partie centrale a disparu (type commun à Sala Consilina pendant la phase III. A) ; l’autre comporte un arc serpentant à bâtonnets latéraux qui se divise vers l’arrière en deux tiges parallèles (type représenté à Sala Consilina dans les tombes les plus récentes de la période II. B, Pl. 31, fig. 16). Plusieurs tombes d’Ischia contiennent des cotylés Aetos 666, normalement associées à des fibules de bronze à pied long, à arc mince revêtu d’ambre et d’os. S. Benton considère ces cotylés à décor de chevrons comme les plus anciennes des séries géométriques corinthiennes9. Elle date les premières d’entre elles dans le deuxième quart du VIIIe siècle.

  • 10 Vallet et Villard, BCH LXXVI II, 1952, p. 338, fig. 11.

7Légèrement plus récente, la tombe 197 associe une coupe géométrique protocorinthienne proche du type de Thapsos10 à une fibule à pied long à arc serpentant à bâtonnets latéraux (connue à Sala Consilina à la période III. A, Sundwall H II α aa2). G. Vallet et F. Villard, dans leur étude chronologique des fondations de Mégara et de Syracuse, reproduisent plusieurs fragments de coupes de Mégara qui sont identiques à la coupe de Thapsos et plus anciennes que les premiers vases protocorinthiens de Syracuse ; elles doivent être datées du début de la colonie des Mégariens, que les auteurs placent vers 750.

  • 11 Buchner, Convegno Taranto 3, p. 272, fig. 6.

8Les tombes qui suivent immédiatement sont celles qui contiennent des aryballes pansus protocorinthiens qui, d’après la chronologie adoptée par Villard et Vallet, débuteraient vers 740. Ils sont fréquemment associés à des vases locaux et à d’autres importés de provenances diverses (d’Eubée, des séries argiennes, etc...) et à des fibules de bronze à pied long ; l’arc peut être à sanguisuga ou à navicella, garni parfois de deux boutons latéraux (T. 555), ou à losange (ces types sont connus à Sala Consilina au cours de la phase III.A). On trouve parfois des fibules à sanguisuga d’argent (T. 235 et T. 233) ; dans la tombe 233, elles voisinent avec une amphore étrusque d’impasto à décor de spirales ainsi qu’avec plusieurs autres vases appartenant au dernier tiers du VIIIe siècle. On rappellera aussi les fragments dauniens trouvés dans une tombe à fosse de cette période11.

  • 12 Type fréquent au cimetière du Fusco, cf. Hencken, Pl. 59, fig. 11 ; Pl. 61, fig. 7-11, etc.

9Les fibules de fer sont peu nombreuses à ce stade ; on citera pour leur caractère exceptionnel deux exemplaires à sanguisuga de la tombe 94, qui accompagnent une fibule de bronze à navicella étroite à décor incisé du type commun à Sala Consilina au cours de la période III.A (Pl. 32, fig. 13) et une paire de fibules à arc en losange à deux boutons latéraux dans une tombe qui peut être datée de la fin du VIIIe siècle. La fibule de fer la moins rare est celle qui comporte un arc mince sur lequel passent des perles d’os et d’ambre12. Encore les exemplaires de fer sont-ils beaucoup moins nombreux que ceux de bronze. On les trouve parfois associés aux aryballes pansus protocorinthiens, mais le type existe encore, en bronze comme en fer, à l’époque des aryballes ovoïdes protocorinthiens (cette fibule est fréquente à Sala Consilina à partir de la phase III. Β et au cours de III. C).

  • 13 Antiquity and Survival 4, 1955, p. 265, fig. 17. Par. del Pass. 54, 1957, p. 218, n. 102.
  • 14 Cf. W. L. Brown, The Etruscan Lion, Oxford, 1960. Cf. fibule au petit lion de Poggio Gallinaro, He (...)
  • 15 On a ainsi une date pour l’askos géométrique, ce qui nous donne en même temps un point ferme pour (...)

10Soulignons l’intérêt de la tombe.102 qui contient un scarabée de Bocchoris13. Elle renferme aussi, parmi d’autres vases, deux aryballes pansus protocorinthiens dont l’un annonce la transition avec les aryballes ovoïdes ; on y remarque aussi un petit askos d’argile beige rosé à motifs géométriques en peinture noirâtre ; le décor est identique à celui d’une série bien caractérisée d’askoi qui ont été découverts récemment (fouilles de 1963-64) dans la nécropole de Francavilla Marittima en Calabre et dont un exemplaire est connu également à Torre Mordillo. Ces vases sont accompagnés dans la tombe 102 de deux fibules à arc mince à pied long et d’un arc de fibule en forme de petit lion dont la tête stylisée évoque les protomés de lion des bronzes étrusques14 de la première période orientalisante. Le scarabée de Bocchoris placé dans cette tombe permet de situer celle-ci avec une certaine précision vers 720-70015.

11Les tombes du VIIe siècle renferment fréquemment des aryballes ovoïdes protocorinthiens. Les fibules y deviennent beaucoup moins nombreuses. Celles qui ont l’arc mince revêtu d’ambre et d’os sont les plus communes, et peuvent être de bronze et de fer. On peut encore citer à ce stade une fibule à arc en forme de navicella étroite et très ouverte, c’est-à-dire presque en ruban, à pied long (T. 381). Vers la fin du VIIe siècle, la tombe 127 réunit un aryballe ovoïde protocorinthien à décor d’écaillés, un aryballe corinthien et une coupe ionienne, à une fibule à arc en navicella (du type connu à Sala Consilina pendant la phase III C, Pl. 34, fig. 2).

12On compte très peu de tombes postérieures à la fin du VIIe siècle et elles sont dépourvues de fibules.

  • 16 G. Bucher, Convegno Taranto 3, p. 267-274.

13Ainsi les récentes fouilles de Pithécusses permettent-elles de situer la date de l’installation des Grecs à Ischia dans le deuxième quart du VIIIe siècle. La composition des mobiliers funéraires nous renseigne sur les intenses rapports commerciaux que Pithécusses entretenait avec l’Egée, la Grèce de l’Est, la Syrie, l’Egypte : vases de fabrication eubéenne, rhodienne. cycladique et phénicienne, sceaux à décor humain ou animalier originaires du Nord de la Syrie ou de Cilicie, scarabées de fabrication égyptienne attestent l’importance du trafic de ce port, bien situé sur le chemin des minerais étrusques16.

  • 17 Hencken, p. 259, Pl. 56-71.
  • 18 Exprimée à nouveau dans le Convegno Taranto 1, p. 256.
  • 19 Sundwall, p. 56, plaçait vers 700 les premières fibules à pied long en se fondant sur leur présenc (...)

14La publication de Pithécusses, en apportant des documents nouveaux, permettra de développer les recherches commencées par H. Henken sur les correspondances entre la chronologie des vases et celles des fibules. Dans son étude des objets de métal du cimetière du Fusco17, l’auteur, en utilisant la chronologie des vases protocorinthiens auxquels ils sont associés dans les tombes, a situé vers le début du VIIe siècle les premières fibules à pied long de Syracuse. Cherchant l’origine de ces types qui interviennent en Etrurie seulement à partir de la période II (Villanovien II), il prend en considération leur présence à Ischia dans le deuxième quart du VIIIe siècle, et accepte l’opinion de Buchner18 selon laquelle les fibules à pied long auraient été introduites par les colons grecs dans leurs premières fondations, et, de là, auraient été diffusées à travers la péninsule italique19. Si l’on adoptait le point de vue inverse, c’est-à-dire l’hypothèse de l’origine italique des fibules à pied long, il faudrait prouver l’existence d’une période intermédiaire entre le Préhellénique I de Cumes et les premières tombes d’Ischia, au cours de laquelle tous les types anciens auraient disparu pendant que se seraient élaborés les nouveaux.

  • 20 Muller-Karpe 1, Pl. 16.
  • 21 R. M. Cook, JHS, 66, 1946, 81. Courbin, La céramique géométrique de l’Argolide, Paris, 1966, p. 57 (...)
  • 22 Klearchos, 19, 1963, p. 69. SE., XXXIII, 1965, p. 690. n. 22.
  • 23 S. Benton, op. cit., p. 271 et 275.
  • 24 Ce décalage a pu être observé à Pontecagnano où les nouvelles fibules apparaissent en même temps q (...)

15Une telle transformation serait concevable dans la perspective de Muller-Karpe, qui distingue, après le Préhellénique I de Cumes s’achevant vers la fin du IXe siècle, le Préhellénique II qui occuperait la première moitié du VIIIe siècle et se terminerait avec le début de la colonisation grecque. Cependant Muller-Karpe range, parmi celles du Préhellénique I, les tombes 3 et 2920 qui renferment, à côté des vases d’impasto et des bronzes caractéristiques de cette période, des coupes géométriques d’importation grecque que la plupart des savants classiques s’accordent maintenant à placer dans la première moitié du VIIIe siècle21. Certes il serait imprudent de faire dépendre de ces objets toute la chronologie des phases préhelléniques de Cumes, d’autant plus que deux d’entre eux seraient, d’après W. Johannowsky, des imitations peut-être exécutées à Capoue de vases grecs importés22. Dans les fouilles d’Aetos des coupes assez proches de celles de Cumes appartiennent au Géométrique moyen23 ; les premières cotylés, par exemple le type Aetos 666 représenté dans plusieurs tombes d’Ischia leur sont étroitement apparentées, comme le prouvent, sur les unes et les autres, les décors de la zone des anses limités à une file de chevrons verticaux. Il ne peut donc pas y avoir d’écart chronologique considérable entre les coupes de Cumes et les premières cotylés d’Ischia. Si l’invention de la cotylé eut lieu au cours du deuxième quart du VIIIe siècle, les coupes géométriques des tombes Osta de Cumes devraient être attribuées à peu près à la même période. En conséquence, la durée du Préhellénique I ne devrait pas être limitée à la fin du IXe ou au début du VIIIe siècle, mais cette phase pourrait se prolonger jusque vers le deuxième quart du VIIIe siècle. Il ne resterait donc plus qu’un court laps de temps avant la colonisation de Cumes (fin du deuxième quart) pour situer chronologiquement le matériel d’aspect plus récent qui, bien que ne faisant pas partie de mobiliers funéraires cohérents, représente d’après Müller-Karpe une phase différente appelée Préhellénique II. Celle-ci doit donc être considérée comme l’ultime étape de la transformation des formes du Préhellénique I avant l’arrivée des colons grecs, et devrait être située dans le deuxième quart du VIIIe siècle. La transformation radicale des fibules et l’élimination complète des types plus anciens ne peut avoir en lieu aussi rapidemment dans le milieu indigène. On adoptera donc le point de vue de G. Buchner, selon qui les nouvelles fibules à pied long ont été introduites en Italie par les Chalcidiens de Cumes. Son hypothèse est du reste confirmée par le retard avec lequel certains centres indigènes les adoptent à leur tour24.

  • 25 S. Benton, op. cit., p. 350.
  • 26 Blinkenberg, p. 197.
  • 27 E. H. Hall, Excavations in Eastern Crete, Vrokastro, University Museum Philadelphie, 1914, fig. 85 (...)
  • 28 S. Benton, op. cit., pl. 66. E. 226. E. 227, E. 225, types à sanguisuga ou navicella ; E. 228, typ (...)
  • 29 Ce dernier type est commun à plusieurs régions balkaniques ; on le trouve en Thessalie, Blinkenber (...)

16De son côté, S. Benton les considère comme grecques25 et souligne le fait qu’elles sont beaucoup plus nombreuses en Grèce que ne le signale Blinkenberg26. Cependant cette observation n’est pas un élément de solution, car les exemplaires trouvés en Grèce, dans la mesure où ils sont datés, sont plus récents que ceux d’Ischia. Il ne semble pas évident non plus que les fibules des tombes à chambre de Vrokastro soient, comme les considère S. Benton, les antécédents directs, à l’époque submycénienne ou protogéométrique27 des types fouillés à Aetos28, analogues à ceux de Syracuse ou d’Ischia, et communément désignés comme italiques. En fait, l’arc renflé des fibules de Vrokastro est plus éloigné des sanguisugas d’Italie que ne l’est celui des fibules du Préhellénique I de Cumes ; leur pied symétrique n’annonce en rien un allongement ultérieur. La fibule de Vrokastro représente plutôt une étape intermédiaire entre le type arqué et légèrement haussé dans sa partie antérieure de l’époque submycénienne qui comporte un pied étroit et court, et les types plus récents dont l’arc gonflé est limité par deux boutons, et dont le pied est transformé par martelage en une plaque triangulaire29.

17La comparaison entre les fibules de Vrokastro et celles d’Ischia ne peut, à notre avis, aider à résoudre le problème de l’origine de ces dernières. Il demeure pourtant évident — et l’étude de l’apparition des fibules à pied long dans les centres indigènes d’Italie confirme cette observation d’une manière irréfutable — qu’Ischia est actuellement le site où l’on connaît ces fibules dans le contexte le plus ancien. C’est pourquoi l’hypothèse de G. Buchner selon laquelle ces fibules seraient l’œuvre des Grecs et non des indigènes paraît la seule admissible. On manque cependant à l’heure actuelle de preuves en Grèce même, puisque, comme on l’a vu plus haut, les fibules proches des types « italiques » demeurent assez rares, et, bien que mal datées, paraissent se référer à une époque plus récente que celles d’Ischia.

Notes

1 F. G. Lo Porto, Not. Sc., 1964, p. 188.

2 Fouilles de 1964.

3 Les pages qui suivent sur la nécropole d’Ischia ont été rédigées sur la base des renseignements que m’a donnés le Dott. G. Buchner avec sa générosité habituelle. Cf. G. Buchner, Scavi nella necropoli di Pithecusa, Atti e Mem. M. G., 1954, p. 11-19.

4 Strab. V, 243 = 4,4 ; V, 247 = 4,9.

5 Liv. VIII, 22, 6. Cf. Vallet, p. 48-52.

6 D’après Buchner, on compterait environ un tiers de tombes à crémation.

7 Cf. Robertson, BSA. XLIII, 1948, Pl. 2, 20 ; cf. S. Benton, BSA. XLVIII, 1953, Pl. 42, 666.

8 G. Buchner in Convegno Taranto 3, p. 263-274.

9 BSA XLVIII, 1953, p. 272 et 279.

10 Vallet et Villard, BCH LXXVI II, 1952, p. 338, fig. 11.

11 Buchner, Convegno Taranto 3, p. 272, fig. 6.

12 Type fréquent au cimetière du Fusco, cf. Hencken, Pl. 59, fig. 11 ; Pl. 61, fig. 7-11, etc.

13 Antiquity and Survival 4, 1955, p. 265, fig. 17. Par. del Pass. 54, 1957, p. 218, n. 102.

14 Cf. W. L. Brown, The Etruscan Lion, Oxford, 1960. Cf. fibule au petit lion de Poggio Gallinaro, Hencken, Pl. 69, fig. 32, 4, d’époque orientalisante.

15 On a ainsi une date pour l’askos géométrique, ce qui nous donne en même temps un point ferme pour l’établissement de la chronologie des tombes de Calabre qui contiennent ce type d’askos.

16 G. Bucher, Convegno Taranto 3, p. 267-274.

17 Hencken, p. 259, Pl. 56-71.

18 Exprimée à nouveau dans le Convegno Taranto 1, p. 256.

19 Sundwall, p. 56, plaçait vers 700 les premières fibules à pied long en se fondant sur leur présence dans la tombe du Guerrier à Tarquinia.

20 Muller-Karpe 1, Pl. 16.

21 R. M. Cook, JHS, 66, 1946, 81. Courbin, La céramique géométrique de l’Argolide, Paris, 1966, p. 57, note 2, p. 59. Buchner, in Atti e Mem. M. G, 1954, p. 18, n’exclut pas la possibilité que les coupes géométriques des tombes 3 et 29 de Cumes aient été introduites chez les indigènes par les Grecs de Pithécusses.

22 Klearchos, 19, 1963, p. 69. SE., XXXIII, 1965, p. 690. n. 22.

23 S. Benton, op. cit., p. 271 et 275.

24 Ce décalage a pu être observé à Pontecagnano où les nouvelles fibules apparaissent en même temps que la céramique du Protocorinthien moyen, cf. D’agostino, SE XXXIII, 1965, p. 678.

25 S. Benton, op. cit., p. 350.

26 Blinkenberg, p. 197.

27 E. H. Hall, Excavations in Eastern Crete, Vrokastro, University Museum Philadelphie, 1914, fig. 85, M. 87 H ; les fibules sont reproduites dans Hencken, Pl. 71, fig. 40 ; Blinkenberg, p. 69, fig. 47.

28 S. Benton, op. cit., pl. 66. E. 226. E. 227, E. 225, types à sanguisuga ou navicella ; E. 228, type à drago.

29 Ce dernier type est commun à plusieurs régions balkaniques ; on le trouve en Thessalie, Blinkenberg, p. 72, fig. 53 ; sur le plateau de Glasinac, il existe plusieurs variantes de cette fibule à arc simple et à pied triangulaire depuis la fin de l’Age du Bronze, Glasinac III C, contemporain de la période protovillanovienne en Italie jusqu’au milieu du VIIe siècle environ ; nombreux exemplaires reproduits dans Glasinac I, 1956 et II, 1957.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540