Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Troisième partie

Chapitre III. Les voies commerciales

Texte intégral

1Quels ont été les chemins parcourus par les porteurs de céramique étrangère au Val de Diano ?

I - VASES D’INFLUENCE CORINTHIENNE ; COUPES IONIENNES

2On ne peut parler d’une véritable importation de vases grecs à propos de ceux qui constituent le premier groupe. Les petits vases de Sala Consilina, bien qu’inspirés par des modèles grecs, n’ont pas leur équivalent en Grèce. Ils révèlent simplement l’importance du rayonnement commercial d’une ou de plusieurs cités grecques voisines. Leur disparition progressive coïncide avec la popularité croissante des coupes ioniennes. Il n’est donc pas exclu que les mêmes chemins aient été utilisés pour apporter au Val de Diano ces deux séries de vases qui sont associés dans les tombes pendant une courte période.

RAPPORTS AVEC LA CÔTE TYRRHÉNIENNE

  • 1 Convegno Taranto I, p. 201-202.
  • 2 Kilian in Convegno Taranto 3, p. 295.
  • 3 J. De La Genière, Atti e Memorie della Magna Grecia, 1964, p. 129, Alla ricerca di abitati antichi (...)

3Les coupes de tradition grecque, les coupes ioniennes pouvaient-elles venir de la ville voisine de Paestum ? D’après M. Napoli, il n’y avait pas de contact entre les deux régions ni de routes directes de communication qui les aurait reliées l’une à l’autre ; l’absence des vases géométriques caractéristiques du Val de Diano dans la région de Paestum en serait la preuve1. Cette raison ne nous paraît pas suffisante, car on sait qu’en général les Grecs n’utilisaient pas les céramiques indigènes des pays qu’ils occupaient. Contre l’origine de Paestum de ces coupes, l’argument le plus fort est celui des différences de qualité que K. Kilian a constatées2 entre les coupes ioniennes de Paestum et celles du Val de Diano. Il ne faudrait du reste pas exagérer l’importance de cette observation. On se souvient qu’à Sala Consilina il n’y a pas une, mais plusieurs qualités de coupes ioniennes. C’est pourquoi il ne faut pas exclure d’emblée qu’une proportion, faible sans doute, des coupes ioniennes du Val de Diano soit venue de Poseidonia. Cette question, et celle des relations de Poseidonia avec son arrière-pays ne pourra être tranchée que lorsque la ville située sur le Monte Pruno, étape obligatoire sur un itinéraire allant de Paestum au Val de Diano, pourra être explorée systématiquement3.

  • 4 Chronologiquement le commerce de ces vases pourrait avoir son centre à Velia qui a livré un matéri (...)
  • 5 Kilian in Convegno Taranto 3, p. 295.

4Le centre distributeur de ces vases de série pouvait-il se trouver sur la côte tyrrhénienne la plus proche, c’est-à-dire sur le golfe de Policastro ou la côte du Cilento ? On n’y connaît actuellement aucune ville qui aurait pu approvisionner l’arrière-pays en coupes de type grec, Palinuro n’ayant été occupé que vers 5404. En outre, on a pu observer des différences de qualité entre une partie des coupes ioniennes de Palinuro et celles du Val de Diano5. Pourtant les analogies étroites qui existent entre les vases géométriques de Palinuro et ceux du Val de Diano prouvent l’existence de rapports et d’échanges entre les deux régions. Quel chemin les reliait ? Quelle importance avait-il sur le plan des importations ?

  • 6 L’antique Melpes de Pline, NH. III, 10.
  • 7 J. De La Genière, op. cit., p. 137.
  • 8 Les fragments les plus anciens recueillis sur place et conservés à la Surintendance de Salerne pou (...)

5L’itinéraire reliant Palinuro au Val de Diano ne présente pas de difficultés particulières. Il suit la vallée du Mingardo6, passe sur les collines qui bordent sa rive gauche pour descendre vers le Serrapotamo, affluent du Bussento ; remontant cette vallée il arrive dans le couloir de Sanza d’où l’on accède aisément au Val de Diano. La première étape, entre la mer et les croupes prolongeant le relief du Mont Centaurino, était dominée par une ville antique située entre Castelruggero et Roccagloriosa au-dessus de la vallée du Mingardo7. De longs éléments de murs d’enceinte, une zone très vaste couverte de tuiles antiques témoignent de l’importance de ce site8.

  • 9 Les fragments recueillis en surface ne sont pas antérieurs à l’époque hellénistique. J. De La Geni (...)
  • 10 J. De La Genière, ibid., p. 136. Il n’a livré jusqu’à présent que des fragments hellénistiques.

6Ce chemin rejoignait près du confluent du Bussento et du Serrapotamo celui qui provenait du golfe de Policastro, où nous avons pu retrouver, à l’ouest de l’embouchure du Bussento, les traces d’un port antique9. Sur une hauteur entre le cours du Serrapotamo et du Bussento, les vestiges d’un habitat10 donnent un autre jalon de ce chemin qui suivait le cours des fleuves.

  • 11 N.H. III, 15, 17. L’on a attribué à la ville des Sontini une monnaie incuse provenant de Rogliano (...)

7Il faudrait chercher à proximité, ou même sous la ville actuelle de Sanza, lieu de passage obligatoire pour cette route, la cité des Sontini mentionnés par Pline dans la liste des tribus lucaniennes11.

8L’importance de ces routes ne pourra être appréciée que lorsqu’il sera possible de conduire une exploration archéologique dans les habitats qui les jalonnent, en particulier dans la cité proche du Mingardo qui s’y prête particulièrement. Actuellement les éléments dont on dispose ne permettent pas de savoir si les rapports commerciaux entre le Val de Diano et la région de Palinuro se présentent comme de simples trafics locaux ou si l’itinéraire que nous avons décrit était une voie de transit empruntée par des marchands auxquels on devrait une partie des vases importés au Val de Diano. Il est vraisemblable que, même si pour les raisons évoquées plus haut, la plupart des coupes ioniennes qui y parvenaient avaient emprunté d’autres chemins, une faible proportion d’entre elles pouvait également venir de la région de Policastro et de Palinuro, où le commerce des Phocéens de Velia était assurément intense. En outre, certaines coupes à vernis noir de type C, plus communes à Palinuro qu’à Sala Consilina, ont probablement suivi cette voie qui était la plus aisée et la plus rapide pour atteindre le Val de Diano en partant de la mer.

RAPPORTS AVEC LA CÔTE IONIENNE

9Si l’on admet cependant que la plupart des vases d’imitation corinthienne et des coupes ioniennes n’ont pu être envoyés au Val de Diano par l’intermédiaire de Poseidonia ni du golfe de Policastro, il faut alors chercher sur la mer Ionienne le principal centre de distribution et peutêtre de production.

  • 12 Cf. notes 2 et 3, p. 185.

10Bien que malaisées, les liaisons entre la côte ionienne et les régions montagneuses de l’arrière-pays ne présentent pas d’obstacles insurmontables. Cependant on doit résolument écarter des itinéraires possibles celui qui a donné lieu aux hypothèses les plus célèbres, c’est-à-dire le chemin qui aurait relié Sybaris à l’Etrurie par le Val de Diano12.

  • 13 Par ailleurs, l’hypothèse selon laquelle le commerce sybaritain à destination de l’Etrurie passera (...)

11La lecture de la carte nous renseigne en effet sur les difficultés que rencontrerait un voyageur transportant des objets fragiles par un tel chemin. Laissant la plaine largement ouverte de la Sybaritide, il devrait, après avoir remonté le cours du Coscile, franchir à 1.000 m. d’altitude la haute barrière qui du nord-est au sud-ouest prolonge le Mont Pollino. Il aurait ensuite à passer deux autres cols, moins élevés mais assez malaisés, qui séparent le bassin du Laos de celui du Noce, et ce dernier du Val de Diano. Il est peu probable qu’un itinéraire aussi difficile ait été pratiqué pour le transport régulier d’objets vendus vraisemblablement à bas prix comme le prouve leur large diffusion au Val de Diano13.

12Il existe d’autres itinéraires, beaucoup plus aisés, pour atteindre le Val de Diano en partant de la mer Ionienne et réciproquement. Ce sont ceux qui se dirigent d’est en ouest en évitant les alentours du Mont Pollino. L’un consiste à remonter le cours du Sinni et à franchir les passages montagneux au pied du Mont Sirino ; il présente cependant quelques difficultés à partir du rétrécissement de la vallée sous Episcopia.

13L’autre, plus rapide, suppose que l’on suive le cours de l’Agri depuis la mer Ionienne et que l’on passe du Val d’Agri dans le Val de Diano par le col qui surplomble Montesano ; il est dans l’ensemble aisé malgré le resserrement de la vallée après Gallichio.

  • 14 L’on a pu élever quelques doutes quant à l’authenticité du lieu de provenance de ce bronze qui par (...)

14Or les centres indigènes du Val d’Agri (S. Arcangelo, Roccanova, Armento) ont importé de nombreuses coupes de tradition corinthienne et des coupes ioniennes. D’autre part il est sûr que d’autres objets grecs ont circulé dans le Val d’Agri au cours du VIe siècle. On sait en effet que le British Museum conserve une magnifique statuette en bronze d’un cavalier coiffé d’un casque corinthien qui provient de Grumentum14. Par ailleurs, Armento et Roccanova ont livré récemment des casques de type corinthien du début du VIe siècle (Antiquarium de Métaponte). Des vases attiques à figures noires ont été trouvés à Aliano et à S. Arcangelo. Ces indications viennent renforcer l’hypothèse d’une importante voie de pénétration de la culture grecque le long de l’Agri dont on pourra mieux définir les étapes lorsque l’exploration des cités qui en jalonnent le cours pourra être entreprise (Santa M. d’Anglona, Ponte Anice, Roccanova, Gallicchio, Armento, Grumentum).

15En tout état de cause, que l’on opte pour l’un ou l’autre de ces itinéraires, c’est dans la région située près de l’embouchure de l’Agri, c’est-à-dire en Siritide, que l’on pourrait attendre le départ de la voie reliant la côte ionienne au Val d’Agri et au Val de Diano. Siris serait donc le centre le mieux situé pour un tel commerce ; en outre, la prospérité légendaire de la ville des Colophoniens permet de supposer qu’elle eut des ateliers de potiers, et qu’elle développa une production personnelle de vases analogues à ceux qu’elle importait de Corinthe ou qu’elle recevait des centres ioniens de l’Est égéen. Il paraîtrait donc logique d’attribuer à Siris le commerce des vases ioniens vers l’arrière-pays, et même la fabrication d’une partie d’entre eux, si l’on ne se heurtait à des difficultés d’ordre chronologique.

  • 15 Justin XX, 2, 3.
  • 16 La colonisation, le éd., 1941, p. 206.
  • 17 Ibid., 2e éd., 1957, p. 191.
  • 18 Arch. Stor. Cal. Luc., XVIII, 1943, p. 3, note 2.

16En effet, la tradition15 veut que Siris ait été détruite par les cités achéennes voisines, Métaponte, Sybaris, Crotone, jalouses de sa richesse. L’on manque de repères précis pour dater cette destruction : d’après Justin, elle se situe peu avant la bataille de la Sagra entre les Crotoniates et les Locriens qui fut elle-même suivie par l’arrivée à Crotone de Pythagore fuyant la tyrannie de Polycrate de Samos. J. Bérard, dans la première édition de son ouvrage16 avait accepté la date de 550-540 pour la destruction de Siris ; dans la seconde cependant, il ne se prononce plus avec tant de précision, et situe la prise de Siris dans les deux premiers tiers du VIe siècle17. De son côté, Mme P. Zancani Montuoro estimait qu’une trentaine d’années au moins devait s’être écoulée entre la prise de Siris et la venue de Pythagore à Crotone18, ce qui donne pour le premier événement une date proche de 560.

17Dans cette perspective il serait exclu d’emblée que les vases ioniens de Sala Consilina puissent provenir de Siris. En effet leur diffusion au Val de Diano se produit peu avant le milieu du VIe siècle et se prolonge pendant une ou deux décennies, c’est-à-dire qu’elle correspond précisément à la période qui suivrait la destruction de Siris selon Mme P. Zancani Montuoro.

  • 19 Ibid., p. 3, n. 2.

18Toutefois, en analysant l’enchaînement des événements tels que Justin les a rapportés, l’on doit souligner les liens de cause à effet qui existent entre eux et supposent à notre avis une succession rapide : la peste et les révoltes subies par les Crotoniates n’auraient pas été considérées comme une punition envoyée par l’Athéna du sanctuaire violé à Siris si elles ne les avaient pas accablés aussitôt après la prise de la ville. Si ces calamités avaient duré très longtemps, les Crotoniates auraient oublié leur désir de vengeance envers les Locriens qui s’étaient révélés alliés des Ioniens de Siris. C’est pourquoi le laps de temps s’écoulant entre la prise de Siris et la bataille de la Sagra, où les Crotoniates affaiblis par leurs malheurs furent battus par les Locriens, doit être relativement court. On ne peut chiffrer sans arbitraire le nombre d’années que les Crotoniates après cet échec passèrent dans le découragement jusqu’à l’arrivée de Pythagore en 530 env. ; plusieurs années certainement s’écoulèrent, une dizaine peut-être, comme le propose Mme P. Zancani19. L’on ne doit donc pas exclure que la chute de Siris ait pu avoir lieu dix ou quinze ans seulement avant l’unique date relativement ferme dont nous disposions, ce qui la placerait vers 545-540. Dans ce cas c’est à la Siris ionienne que pourrait revenir le commerce des premiers vases ioniens qui parviennent au Val de Diano. Il resterait cependant à expliquer l’origine de ceux qui y parviennent entre 545 et 530-520.

  • 20 JHS LXIX, 1949, p. 23.
  • 21 Iscrizione arcaica della regione di Siri, Atti e Mem. M. G., 1958, p. 51 sqq. ; Siri e Pixunte, Ar (...)

19Les résultats des travaux de L. Jeffery20 et de M. Guarducci21 permettraient de résoudre ce problème dans une perspective différente. D’après ces auteurs en effet, la cité conquise par les Achéens aurait survécu à sa défaite sous le même nom, mais avec un renfort de population achéenne. Ce point de vue rendrait compte de l’utilisation de l’alphabet achéen pour une inscription de la deuxième moitié du VIe siècle trouvée dans la région de Métaponte et dédiant des objets à la déesse d’un sanctuaire proche de Siris ; il expliquerait aussi le type sybaritain et l’alphabet achéen des monnaies de ΣΙΡΙΝΟΣ-ΠΥΞΟΕΣ qui auraient été émises par Siris et Pyxous sous l’égide de Sybaris dans la période intermédiaire entre la défaite de Siris et celle de Sybaris. Dans cette hypothèse, l’histoire de Siris ne s’interromprait pas brutalement lors de l’arrivée des Achéens ; rien ne s’opposerait donc à ce que les nouveaux occupants aient repris les traditions commerciales de la cité ionienne, continuant à faire parvenir dans l’arrière-pays les vases auxquels les populations indigènes étaient habituées.

  • 22 Arch. Stor. Cal. Luc., XVIII, 1943, p. 7-8.

20Ces théories ne résolvent cependant pas la difficulté que représente la grande distance existant entre Siris sur la mer Ionienne et Pyxous sur la Tyrrhénienne. Des villes aussi éloignées, séparées par une région montagneuse ont-elles pu avoir des échanges commerciaux assez intenses pour posséder une monnaie commune ? Cette préoccupation a conduit Mme P. Zancani à refuser l’explication traditionnelle du double monnayage, et à proposer de reconnaître, au revers de la légende de Pyxous, non plus l’ethnique ou l’adjectif se rapportant à la Siris ionienne, mais la désignation du peuple des Sirini que Pline mentionne parmi les peuples lucaniens22 ; leur cité serait celle que Mme P. Zancani découvrit sur une colline (La Città) proche du Mont Sirino et du lac du même nom qui se trouvent à une faible distance du golfe où serait situé Pyxous. Cette hypothèse supprime le problème de l’éloignement des deux ateliers monétaires. Cependant elle suppose que l’hellénisation de la haute vallée du Noce était déjà acquise dans la deuxième moitié du VIe siècle ; or cela ne pourra être vérifié que si les fouilles qui ont été entreprises sur la colline de la « Città » près de Rivello livrent un jour un matériel antérieur à celui qui a été découvert jusqu’à présent, et qui ne remonte pas, semble-t-il, au-delà du début du IVe siècle.

  • 23 Alors que les monnaies datent de la deuxième moitié du VIe siècle, les sources antiques placent la (...)

21Comme on le voit, la recherche archéologique n’est pas assez avancée pour que l’on puisse prendre parti pour l’une ou l’autre de ces hypothèses au sujet du rayonnement commercial de Siris, des rapports qu’elle a pu entretenir avec Pyxous ou du rôle joué par la ville proche du Mont Sirino. De Siris on ne connaît même pas l’emplacement ; il semble que les sondages exécutés à Policastro où, après P. Orsi, on a voulu reconnaître l’antique Pyxous, n’aient donné que du matériel beaucoup plus récent que la série monétaire connue ; enfin l’on n’a pas de preuve archéologique établissant que la cité proche de Rivello a existé au VIe siècle et qu’elle a été le siège des Sirini. Bref nous ne disposons, en dehors des monnaies et de la tradition historique, qui du reste se contredisent dans le cas de Pyxous23, d’aucun élément qui nous permette de proposer des conclusions.

22La recherche des centres distributeurs de coupes ioniennes nous a orienté vers la côte ionienne, et plus particulièrement, vers la Siritide, mais il demeure tout à fait possible qu’un autre centre, à peine plus éloigné, Métaponte, ait contribué à ce commerce. L’abondance des coupes ioniennes analogues à celles du Val de Diano dans son arrière-pays, la présence à Sala Consilina d’un type de pyxis caractéristique de la région de Métaponte (p. 191) rendent cette hypothèse vraisemblable.

  • 24 Villard, Céramique de Marseille, p. 129.
  • 25 Par exemple Al Mina. Cf. G. M. A. Hanfmann, in The Aegean and The Near East, Studies presented to (...)

23Il ne faudrait pas non plus affirmer que les coupes ioniennes du Val de Diano proviennent exclusivement de la côte ionienne. On sait que ces coupes ont été trouvées un peu partout dans le monde antique depuis le Mont Lassois24 jusqu’au Moyen-Orient25, et que presque tous les sites du VIe siècle ont livré en petit ou en grand nombre des exemplaires qui répètent pendant plusieurs décennies les modèles élaborés par les potiers de l’Est égéen. Bien que très peu explorés encore, les habitats antiques de Lucanie en ont fait connaître de nombreux exemples dont l’origine vraisemblable est la cité grecque la plus proche. Il est possible que les indigènes aient utilisé comme éléments de troc dans leurs relations commerciales ces coupes auxquelles la permanence de leur forme et l’uniformité de leur décor conféraient une valeur stable. C’est pourquoi, tout en considérant que la plupart d’entre elles sont venues de la côte ionienne à travers une série d’intermédiaires empruntant le Val d’Agri, nous n’excluons pas qu’une plus faible proportion soit parvenue non seulement des cités grecques plus voisines, Paestum, Velia ainsi que Palinuro mais peut-être même d’autres centres indigènes importateurs.

II - VASES ATTIQUES

24Quant aux vases attiques du Val de Diano, à part les séries communes de la fin du VIe siècle, il s’agit surtout de vases de prix dont le transport au long des sentiers muletiers exigeait beaucoup de soins. Ce commerce ayant pris son essor au lendemain des changements profonds que la chute de Sybaris a entraînés en Italie méridionale, il est hors de question de l’attribuer à la grande cité achéenne : ainsi se trouve définitivement exclue l’idée selon laquelle les marchandises étaient acheminées de Sybaris vers l’Etrurie par le Val de Diano.

  • 26 Heurgon, p. 74-78.
  • 27 Dunbabin, p. 204 ; Maiuri in Convegno Tarante 2, p. 61-70.
  • 28 Cf. note précédente et J. Bérard, p. 147, note 1.
  • 29 Miroir de bronze du Ve siècle dans une tombe de la Contrada Manca, cf. Procopio, FA. IX, 1956, p. (...)

25Que le Val de Diano n’ait aucune place dans les circuits commerciaux sybaritains n’est pas un argument qui autorise à sous-estimer l’importance de ces derniers. J. Heurgon a rappelé l’importance des liens existant entre Milet et Sybaris26, insisté sur le rôle qu’ont pu jouer les étoffes brodées dans les échanges de Sybaris avec Milet d’une part et l’Etrurie d’autre part. Dunbabin puis Maiuri ont rappellé l’existence probable d’une route antique qui aurait remonté la vallée de l’Esaro, franchi l’Apennin au-dessus du village de S. Agata, au Passo della Scalone, pour aboutir sur la mer Tyrrhénienne près de Belvédère, où ils voudraient placer Skidros27. Cet itinéraire est assurément le plus rapide pour aller de Sybaris à la mer Tyrrhénienne. La présence de la hache inscrite de S. Agata28 a été pour la plupart des savants l’argument le plus solide en faveur de la route de S. Agata à Belvédère, bien que ce dernier site n’ait jamais livré d’objets antiques. Pourtant, si bref qu’il soit, ce chemin est malaisé, comme l’a reconnu Dunbabin, car l’étroitesse de la haute vallée de l’Esaro oblige le piéton à marcher dans le lit encaissé du torrent. C’est pourquoi il ne faudrait pas exclure des routes possibles celle qui, venant de Sybaris par la vallée de l’Esaro, s’en écarte ensuite vers le Sud pour monter plus doucement sur la chaîne de montagnes et la franchir au-dessus de Cetraro et d’Acquappesa, où la présence d’objets antiques est attestée par des trouvailles fortuites29. Une autre bifurcation de la route de l’Esaro pourrait avoir existé vers le Nord, reliant S. Agata au col de Palombazo, d’où Ton peut descendre directement dans la vallée du Laos.

26Ces routes ont-elles servi de voies de transit pour acheminer vers les ports de la mer Tyrrhénienne les objets importés d’Ionie et reexportés par Sybaris ? Etaient-elles seulement des voies de pénétration naturelles assurant les liaisons entre la grande ville achéenne et les petits ports tyrrhéniens ? A ces questions souvent discutées, seules la découverte et l’exploration des sites tyrrhéniens pourraient apporter les éléments d’une réponse.

  • 30 J. De La Genière, Convegno Taranto 2, p. 171 ; Atti e Mem. M. G., 1964, p. 129 ; CRAI, 1965, p. 30
  • 31 Mum. Chron., 1958, p. 18 ; Mum. Chron., 1960, p. 30.

27Ainsi les vases grecs du Val de Diano ne peuvent être venus de Sybaris. Il est au contraire probable que ce commerce s’est développé dans la première moitié du Ve siècle sous l’influence de Poseidonia, dont le dynamisme a pu être stimulé par des besoins accrus en denrées agricoles ou en produits de l’élevage ; expansion commerciale qui se justifierait par une augmentation de la population due soit à une évolution démographique normale, soit à l’arrivée de réfugiés sybaritains30. C’est en effet au lendemain de la destruction de Sybaris, au moment où Poseidonia adopte pour ses monnaies l’étalon des cités achéennes de Grande-Grèce, changement que Kraay a interprété comme une preuve de l’arrivée à Poseidonia de réfugiés de Sybaris31, que s’ouvre la période des importations attiques au Val de Diano.

  • 32 Cf. p. 226.
  • 33 Une olpè à décor incisé du Monte Pruno est proche, quoique plus récente de celle de la tombe 18 de (...)

28Cette hypothèse est encouragée par l’existence d’un habitat sur le Monte Pruno qui domine le chemin d’accès le plus direct entre la plaine de Paestum et le Val de Diano et qui constituerait une étape entre les deux régions32. Les fragments attiques découverts sur le site sont datables de la fin du VIe au milieu du Ve siècle, c’est-à-dire qu’ils sont contemporains des vases grecs de Padula. Par ailleurs, la tombe dite du Monte Pruno au Musée de Salerne aurait livré une série importante d’objets de bronze, en particulier des olpès de facture étrusque, dont on connaît d’autres exemples dans le matériel de Padula33.

  • 34 Cf. plus haut, p. 50.

29Si l’on retrouve au Monte Pruno et au Val de Diano les mêmes séries de vases attiques et de bronzes étrusques c’est peut-être parce que ces objets passaient par le Monte Pruno avant d’arriver à Padula. Nous ne serions pas surpris si l’exploration systématique du Monte Pruno révélait un jour l’existence d’un habitat indigène remontant peut-être à la fin du VIIIe siècle34 qui se serait brusquement développé vers la fin du VIe siècle sous l’effet de l’essor rapide de Poseidonia et de sa vigoureuse expansion commerciale vers l’arrière-pays.

Notes

1 Convegno Taranto I, p. 201-202.

2 Kilian in Convegno Taranto 3, p. 295.

3 J. De La Genière, Atti e Memorie della Magna Grecia, 1964, p. 129, Alla ricerca di abitati antichi in Lucania. La zone du Monte Pruno a livré une série d’objets provenant d’une seule tombe très riche conservée au Musée Provincial de Salerne, et qui n’a pas fait l’objet d’une publication systématique. Le matériel couvrirait une grande partie du Ve siècle.

4 Chronologiquement le commerce de ces vases pourrait avoir son centre à Velia qui a livré un matériel antérieur à la fondation officielle de la colonie phocéenne (Vallet et Villard, Les Phocéens et la fondation de Hyélé, Parola del Pass., CVIII-CX, 1966, p. 166-190, notamment p. 181-183). Cependant on a recueilli dans le quartier archaïque de Velia des céramiques qui reflètent une grande activité maritime : fragments d’assiettes rhodiennes, d’amphores à la brosse analogues à celles de Marseille, de vases attiques du deuxième quart du VIe siècle dont il n’y a pas de traces au Val de Diano. Ces découvertes excluent la possibilité qu’un important commerce de vases ait relié le Val de Diano à Velia.

5 Kilian in Convegno Taranto 3, p. 295.

6 L’antique Melpes de Pline, NH. III, 10.

7 J. De La Genière, op. cit., p. 137.

8 Les fragments les plus anciens recueillis sur place et conservés à la Surintendance de Salerne pourraient remonter au début du Ve siècle.

9 Les fragments recueillis en surface ne sont pas antérieurs à l’époque hellénistique. J. De La Genière, ibid., p. 137.

10 J. De La Genière, ibid., p. 136. Il n’a livré jusqu’à présent que des fragments hellénistiques.

11 N.H. III, 15, 17. L’on a attribué à la ville des Sontini une monnaie incuse provenant de Rogliano (Cosenza) et portant le taureau sybaritain surmonté des deux lettres O. M. (cf. Gabrici, Moneta d’argento dei So(ntini) Num. Chron. IVe série, X, 1910, p. 329-332 ; E. J. Seltmann, A propos d’une monnaie récemment attribuée aux Sontini, Rev. Num., IVe série, XV, 1911, p. 161-3. Gabrici, Tecnica e cronologia delle monete greche dal VII al VI sec. a.C., Rome, 1951, p. 37). Pour Seltmann le coin avec lequel on a fabriqué cette monnaie serait un faux antique fait par un graveur lucanien analphabète. Cependant l’examen des monnaies prouve l’existence de deux coins différents, à moins toutefois que l’un d’entre eux n’ait été retouché dans l’Antiquité (L. Breglia, Annali dell’Istituto Italiano di numismatica, I, 1956, p. 11). La monnaie présente toutes les caractéristiques de celles qui ont été frappées sous l’égide de Sybaris, sauf le poids : les exemplaires connus oscillent entre 5,30 gr. et 5,78 gr., c’est-à-dire qu’ils correspondent au pied adopté par les cités chalcidiennes d’Italie méridionale, et en même temps à un didrachme achéen. En effet le statère de Sybaris, qui est divisible en 3 drachmes, pèse 8,25 gr. environ. L. Breglia a expliqué le choix de cet étalon chalcidien pour une monnaie de type sybaritain par les exigences du commerce dans la région des Sontini qui servait d’intermédiaire entre les Sybaritains et les Etrusques, dont, plus tard, les premières séries monétaires auront un poids analogue. Le double convertibilité de la monnaie des Sontini aurait ainsi facilité les opérations de change. Cependant les recherches effectuées depuis 1955 au Val de Diano ne permettent plus de croire à l’existence d’un grand commerce entre Sybaris et l’Etrurie par voie de terre. S’il est vrai que la cité des Sontini se trouvait près de l’actuelle Sanza, elle ne pouvait donc entretenir de relations monétaires qu’avec les cités côtières, la plupart des régions voisines ne connaissant pas encore l’usage de la monnaie. Or les plus proches villes battant monnaie sont Palinuro et Molpa, Pyxous, dont l’étalon est celui de Sybaris (Babelon, Traité II, 1, n. 2100, Pl. LXVII, 14), Velia et Poseidonia dont le statère pèse 7,56 gr. environ et la drachme 3,40 gr. environ (système de poids probablement importé d’Asie Mineure, et que l’on retrouve à Marseille au IVe siècle B.C., cf. Barclay Head, Hist. Numorum, 2e éd. 1911, p. 7 ; L. Breglia, p. 31). Ces arguments nous semblent assez forts pour élever de sérieux doutes sur l’attribution à la région de Sanza de la monnaie discutée. Elle serait plus à sa place dans une région ouverte en même temps au commerce de Sybaris et à celui des cités chalcidiennes, comme la vallée du Savuto où elle a été trouvée.

12 Cf. notes 2 et 3, p. 185.

13 Par ailleurs, l’hypothèse selon laquelle le commerce sybaritain à destination de l’Etrurie passerait par le Val de Diano ne serait nullement renforcée par la présence à Sala Consilina de coupes ioniennes, car celles-ci sont précisément très rares dans les tombes étrusques.

14 L’on a pu élever quelques doutes quant à l’authenticité du lieu de provenance de ce bronze qui paraissait trop isolé dans un contexte indigène mal connu ; aujourd’hui cependant, après les découvertes de Vaglio qui ont révélé l’existence, dans la haute vallée du Basento, de terres cuites architectoniques du milieu du VIe siècle décorées de frises de cavaliers directement influencées par le dessin corinthien, la présence de ce magnifique bronze dans le Val d’Agri n’a plus rien d’étonnant.

15 Justin XX, 2, 3.

16 La colonisation, le éd., 1941, p. 206.

17 Ibid., 2e éd., 1957, p. 191.

18 Arch. Stor. Cal. Luc., XVIII, 1943, p. 3, note 2.

19 Ibid., p. 3, n. 2.

20 JHS LXIX, 1949, p. 23.

21 Iscrizione arcaica della regione di Siri, Atti e Mem. M. G., 1958, p. 51 sqq. ; Siri e Pixunte, Arch. Class., 1963, vol. XV, fasc. I. p. 239.

22 Arch. Stor. Cal. Luc., XVIII, 1943, p. 7-8.

23 Alors que les monnaies datent de la deuxième moitié du VIe siècle, les sources antiques placent la fondation de Pyxous par Mycithos après la mort d’Anaxilas de Rhegion, i.e. vers 476-2 ; Strabon VI, 253=1,1 ; Pline NH III, 72 ; Diod. XI, 59, 4 ; Steph. Byz. S.V. Πυξούς

24 Villard, Céramique de Marseille, p. 129.

25 Par exemple Al Mina. Cf. G. M. A. Hanfmann, in The Aegean and The Near East, Studies presented to H. Goldman, p. 165-184, Eastern Greek Wares at Tarsus.

26 Heurgon, p. 74-78.

27 Dunbabin, p. 204 ; Maiuri in Convegno Tarante 2, p. 61-70.

28 Cf. note précédente et J. Bérard, p. 147, note 1.

29 Miroir de bronze du Ve siècle dans une tombe de la Contrada Manca, cf. Procopio, FA. IX, 1956, p. 130, n. 1953.

30 J. De La Genière, Convegno Taranto 2, p. 171 ; Atti e Mem. M. G., 1964, p. 129 ; CRAI, 1965, p. 30.

31 Mum. Chron., 1958, p. 18 ; Mum. Chron., 1960, p. 30.

32 Cf. p. 226.

33 Une olpè à décor incisé du Monte Pruno est proche, quoique plus récente de celle de la tombe 18 de Padula, Pl. 28, fig. 5, n. 2 ; sur l’exemplaire du Monte Pruno, les motifs incisés sont comparables à ceux des fragments reproduits par Jacobstahl, op. cit., Pl. 32 a, du milieu du Ve siècle. De même une olpè sphérique dont la prise inférieure d’anse comporte une applique en tête de Gorgone est commune à Padula et au Monte Pruno, cf. Pl. 26, fig. 5, n. 1.

34 Cf. plus haut, p. 50.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540