Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Troisième partie

Chapitre II. Le commerce des vases grecs

Texte intégral

  • 1 Etudes Archéologiques, Paris 1963, p. 205 sqq. ; elle peut être 1) ni importatrice ni exportatrice (...)
  • 2 Commerce « colonial » opposé au commerce « international », G. Vallet, p. 199 sqq.

1Dans leur appréciation de l’utilisation de la céramique grecque pour l’historien de l’économie antique, G. Vallet et F. Villard ont envisagé les quatre attitudes possibles d’une cité par rapport au marché de la céramique1. Le premier cas, entièrement négatif, s’applique surtout à des pays vivant en économie fermée, tout au moins sur le plan du commerce de la poterie ; il concerne aussi bien des régions primitives que des villes parvenues à un type d’économie évoluée, qui fabriquent des vases pour leur propre compte et utilisent d’autres moyens de paiement dans leurs relations commerciales extérieures. La deuxième attitude est celle des cités qui importent des vases sans en fabriquer ni en revendre. Elles peuvent acheter des vases de série ou des vases de luxe2. Les deux autres catégories envisagées ont trait aux cités exportatrices et ne concernent pas le Val de Diano à l’époque qui nous intéresse.

2Notre région a eu d’abord, vis-à-vis du marché des vases grecs, la position négative définie par le premier point ; ensuite leur importation a débuté, sur une échelle modeste d’abord, plus importante ultérieurement.

3On appréciera mieux la nature du commerce des vases grecs au Val de Diano si on définit d’abord ce qu’étaient à nos yeux les conditions générales du marché de la céramique grecque.

I - CONDITIONS GÉNÉRALES DU MARCHÉ DE LA CÉRAMIQUE

4Dans une économie primitive, caractérisée par l’absence de monnaie, les échanges diffèrent considérablement de nos relations commerciales modernes.

  • 3 Hér. I, 163.
  • 4 Hér. I, 70.
  • 5 Rostovtseff, Iranians and Greeks in South Russia, 1922, p. 49 sqq. L’hydrie d’Artand, trouvée dans (...)
  • 6 P. Bosch-Gimpera, ibid., p. 113, Les Grecs et les Ibères.
  • 7 Jacobstahl, JdI. 1929, p. 198, Rhodische Bronzekannen aus Hallstattgräber.
  • 8 Bloesch, Antike Kunst in der Schweiz, p. 92 sqq., Pl. 3-7.

5Au premier stade il s’agit plutôt de dons d’objets auxquels répondent d’autres présents de nature différente. Les cadeaux doivent être à la fois exceptionnels et de grande valeur. Le roi Arganthonios de Tartessos donnant aux Phocéens une quantité d’or suffisante pour bâtir les murailles de leur ville3 ne leur demandait rien en échange. Crésus donnait aux Lacédémoniens de l’or pour la statue d’Apollon sans attendre d’eux une contrepartie immédiate ; en réponse, les Lacédémoniens reconnaissants faisaient exécuter par leurs bronziers une vase colossal pour qu’il soit digne du roi de Lydie4. Il est possible que les objets grecs trouvés dans les tumulus du VIe siècle au Kouban représentent des cadeaux offerts par les cités grecques aux princes scythes dont elles recherchaient la faveur, bien avant l’établissement d’un commerce régulier de vases grecs en Russie Méridionale5. De même la présence de vases de bronze probablement rhodiens de la deuxième moitié du VIIe siècle en Andalousie6, à Vilsingen, à Kappel-am-Rhein7, l’existence à Grächwill d’une hydrie grecque de bronze du début du VIe siècle8 dans un tumulus qui contenait par ailleurs des objets locaux très modestes, sont les indices d’une intense activité de ces sortes d’échanges.

  • 9 Cf. Gaétan Pirou, Traité d’Economie Politique II, La monnaie, Paris, 1945.
  • 10 On trouvera une liste de monnaies primitives, classées en monnaies naturelles (bétail), lingots de (...)

6Ces donations réciproques entraînaient inévitablement des comparaisons entre les objets qui passaient de main en main. Par la suite, des échelles de valeur pouvaient s’instaurer, facilitant les opérations de troc. Enfin un nouveau progrès était accompli lorsque les deux parties adoptaient une même catégorie de biens, extérieure aux éléments du troc, par rapport à laquelle ces derniers étaient évalués9. Nous estimons que la céramique grecque, parmi d’autres objets précieux, a joué pendant plusieurs siècles, tout particulièrement à l’égard de l’Etrurie, puis de la Cyrénaïque et de la Russie Méridionale, ce rôle d’étalon privilégié ou de marchandise-monnaie10. Son excellente qualité lui conférait une valeur stable ; pouvant être troquée ou aisément conservée par la suite, elle constituait à la fois un instrument d’échange et une réserve de valeur. Les éléments qui ont assuré la stabilité de ce type d’échanges sont de deux ordres : les uns se rapportent aux Grecs qui offraient les produits de leur artisanat, les autres ont trait au pays importateur.

LES RAISONS DE L’OFFRE

  • 11 G. D’acchiardi, SE I, 1927, p. 411, Industries minières et métallurgiques en Toscane sous les Etru (...)
  • 12 Buchner, in Convegno Taranto 3, p. 273. Contre ce point de vue voir R. M. Cook, Historia II, 1962, (...)

7Dès l’époque géométrique, les commerçants grecs ont cherché à se procurer en Etrurie les ressources minières qui y abondaient11 ; ainsi s’explique la fondation de Pithécusses peu avant le milieu du VIIIe siècle12. Or les minerais des Etrusques revenaient aux marchands qui réussissaient à leur faire accepter en échange les biens dont ils disposaient. En effet, même lorsque les cités commencèrent à battre monnaie, elles ne pouvaient offrir du numéraire à l’Etrurie dont l’économie demeurait non monétaire. Parmi les objets qui pouvaient tenter les propriétaires des minerais, la céramique grecque décorée tenait une bonne place à cause de son exceptionnelle qualité. Offerte par les marchands, bien accueillie par les Etrusques, elle s’est imposée longtemps comme marchandise-monnaie.

  • 13 La permanence des relations commerciales de Corinthe avec la plupart de ses anciens marchés de cér (...)

8Le besoin de créer et de développer un marché si profitable explique l’extraordinaire dynamisme des potiers grecs depuis la fin du VIIIe siècle. Il rend compte de la fabrication par les Corinthiens de grands cratères à scènes figurées, outre leurs petits vases destinés à la GrandeGrèce ou à la Sicile ; afin de conserver le marché étrusque, les Corinthiens ont modifié leurs techniques dans le deuxième quart du VIe siècle, badigeonnant les vases avec un engobe rosé pour que leur argile trop claire puisse rivaliser avec la terre attique. Le développement de leur économie leur permit cependant d’abandonner la lutte vers le milieu du VIe siècle pour se livrer peut-être à des échanges plus aisés en troquant les céréales ou les matières premières contre le métal précieux13.

  • 14 E. Ardaillon, Les mines du Laurion dans l’Antiquité. C. M. Kraay, The arcaic owls οf Athens, Num. (...)

9La place de la poterie corinthienne sur les marchés d’Occident fut progressivement prise par la céramique attique au cours du deuxième quart du VIe siècle. A cette époque, l’économie attique, bien que déjà florissante, n’a pas encore réalisé les progrès de structure accomplis par Corinthe. Athènes ne disposait pas de métal précieux utilisable dans les transactions commerciales et ses émissions monétaires étaient moins fréquentes à cette époque que celles des « poulains de Corinthe ». Ce n’est qu’au début du Ve siècle que l’exploitation des mines de Laurion devint très fructueuse après la découverte de leur plus riche filon, « le troisième contact »14, et que l’aspect monétaire de l’économie attique prit son véritable essor.

10Le développement rapide des exportations athéniennes vers l’Etrurie n’autorise pas à conclure que les commerçants athéniens ont supplanté les Corinthiens en Etrurie. Bien entendu cette substitution est possible, mais il est tout à fait vraisemblable que, devant le progrès en qualité de la céramique attique, les commerçants d’une quelconque cité (Corinthe ou toute autre) se soient procuré à Athènes, contre des lingots de métal peut-être, des vases de prix qui leur permettaient d’acquérir les matières premières ou les céréales désirées. Ils reconstituaient ensuite leur encaisse en vendant leur cargaison, à Athènes ou dans toute autre cité consommatrice. Il y aurait donc eu quatre parties dans le mécanisme des échanges :

  1. le producteur de vases peints.
  2. le producteur de minerais ou de blé.
  3. le consommateur de minerais ou de blé.
  4. le ou les intermédiaires assurant la liaison entre les parties, le métal ou la monnaie pouvant intervenir à tous les stades de l’échange, sauf à celui du troc de la céramique contre les matières premières.

11Ainsi, loin de croire que ces deux types de commerce, troc et paiement en métal précieux, s’excluaient l’un l’autre, il faut penser au contraire qu’ils pouvaient former des étapes différentes et successives d’un même cycle d’échanges.

12Que les Athéniens à leur tour n’aient négligé aucun effort pour conserver le marché d’Occident, l’histoire de la céramique attique au cours de cette période nous le prouve.

  • 15 Richter et Milne, Shapes and names of Greek vases, New-York 1935, fig. 34. R. M. Cook, Greek paint (...)
  • 16 Tous les exemplaires à figures noires dont on connaît la provenance ont été trouvés en Etrurie, et (...)
  • 17 Cf. p. 211, note 136.

13Les formes produites cherchent à satisfaire les exigences du culte funéraire étrusque qui doit mettre à la disposition du mort les instruments du banquet ; la grande majorité des amphores, des cratères, des coupes de luxe produites au Céramique se dirige vers l’Etrurie, les marchés d’Italie méridionale et de Sicile absorbant relativement peu de vases, et en général de qualité moindre. Vers la fin du troisième quart du VIe siècle, c’est dans le domaine technique que les peintres cherchent à innover ; l’emploi des fonds blancs, la peinture surajoutée rose sur fond noir (technique de Six), le début de la figure rouge sont les résultats de ces efforts. En même temps les potiers renouvellent les formes, traduisent en céramique certains vases de bronze ou de bucchero étrusque ; c’est le cas des amphores de type nicosthénien15 ; le stamnos est aussi une forme créée pour les Etrusques16, peut-être pour remplir les mêmes fonctions que les situles de bronze italiques communes à la Certosa de Bologne et dont le profil est très comparable17.

  • 18 Richter et Milne, op. cit., fig. 130, exemplaire tardif ; Beazley, ARV, 2e éd.. p. 1217 ; Spina, V (...)
  • 19 Jacobstahl, Die Bronzeschnabelkannen, fig. 14, Zannoni, Scavi della Certosa, Pl. LXI, tombe 133 ; (...)
  • 20 Richter et Milne, op. cit., fig. 133, Spina tombe 891.
  • 21 Du type Jacobstahl, op. cit., Pl. 30 a.

14Par la suite, lorsque le commerce grec délaisse l’Etrurie tyrrhénienne pour se développer en Etrurie padane, les artisans athéniens déploient la même activité pour tenter leur clientèle. On remarque, non seulement l’extrême richesse des cratères de Spina, les mesures insolites de certaines coupes, mais encore l’existence de formes nouvelles qui répètent celles de vases en bronze étrusques. C’est le cas de l’oenochoé de type 618, qui est la réplique en céramique d’un vase de bronze très commun en Etrurie padane19, ou encore de l’olpè de forme 5 Β20 qui reproduit en l’allongeant un modèle de bronze également populaire en Etrurie21.

  • 22 Comment s’explique le déplacement des exportations attiques de l’Etrurie tyrrhénienne vers le fond (...)

15Ces observations soulignent le prix que les Grecs attachaient à leurs relations avec les centres miniers ou commerciaux d’Occident22. Au VIe et au Ve siècles, l’offre de céramique de luxe précède la demande, car ce sont les porteurs de vases grecs qui vont chercher les matières premières dans les pays producteurs. De même l’impossibilité de faire accepter le métal par des économies primitives explique le renouveau, au IVe siècle, de la céramique attique qui, dans les relations commerciales avec les terres à blé de Cyrénaïque ou de Russie Méridionale, retrouve, après une interruption de quelques décennies, son ancien rôle de marchandise-monnaie.

  • 23 Noe, Bibliography of Greek Coin Hoards, Num. Notes and Monogr., n. 78. Trésors du Mont Athos, vers (...)
  • 24 Pourtant ces pays achetaient parfois de la céramique de luxe. L’atelier de Sotadès en est un exemp (...)

16Naturellement ce chapitre qui, dans les relations des cités grecques avec l’Etrurie tyrrhénienne, puis padane, couvre une période de près de deux siècles, n’est qu’un aspect particulier de l’ensemble de l’économie attique. Celle-ci en effet utilise par ailleurs le métal ou la monnaie pour ses transaction avec les pays d’économie évoluée, comme le prouvent les trésors monétaires de la même époque découverts au Mont Athos, en Egypte, en Eubée, etc.23. On constate que les trésors contenant des monnaies attiques proviennent de pays qui importaient relativement peu de céramique24 et qu’inversement les régions importatrices de vases n’ont pas livré jusqu’à présent de monnaies attiques. On pourrait donc distinguer dans le commerce attique de cette époque deux zones géographiques, l’une monétaire et l’autre céramique.

LE POINT DE VUE DES ACHETEURS DE VASES GRECS

17Du côté des Etrusques, le fait que l’importation massive des vases attiques ait été chez eux, non pas une mode se prolongeant pendant quelques années, mais une habitude transformée rapidement en tradition, ne manque pas de surprendre.

18L’une des raisons est à notre avis d’ordre religieux. Les Etrusques croient à la possibilité pour le mort de continuer dans l’au-delà à jouir des plaisirs de la vie terrestre, en particulier des joies du banquet. Ils préparent la mort en se procurant, pour leurs festins d’éternité, des cratères, des oenochoés, des coupes décorées par les meilleurs peintres attiques. Peu leur importe de troquer des matières premières contre des biens plus difficilement échangeables. Le culte des morts allié au goût de l’ostentation funéraire chez les Etrusques comme chez les Barbares (que l’on pense à la taille du cratère de Vix !) stimule leur demande d’objets de luxe, parmi lesquels la céramique décorée occupe une grande place. Le contenu d’une tombe étrusque représente en quelque sorte l’épargne réalisée par le mort au cours de sa vie, qui peut comporter, comme les trésors des Mille et une Nuits, des bronzes, des objets d’or ou d’argent, des vases précieux. On pourrait dire que la somme des mobiliers funéraires étrusques correspond à l’appauvrissement global de l’Etrurie pendant la période où elle troquait les produits de son sol contre des biens destinés à ses tombes.

  • 25 Pour R. M. Cook, la céramique attique n’aurait pas joué dans le commerce extérieur des Athéniens l (...)

19Assurément le fait que l’économie étrusque ne se soit pas monétarisée au VIe siècle a été la cause principale de l’essor considérable du marché des vases grecs de luxe qui, par ailleurs, satisfaisaient les goûts funéraires des Etrusques. Ainsi la céramique, qui peut être une simple marchandise lorsqu’elle est l’objet d’un commerce entre deux pays d’économie monétaire, est devenue entre la Grèce et l’Etrurie une marchandise-monnaie : le négociant qui la transportait provoquait une demande de la part du pays non monétaire dont il convoitait les ressources. Il n’est pas exclu que, lorsque l’habitude de cette marchandise-monnaie se fut installée, elle ait contribué à son tour à retarder la monétarisation de l’économie etrusque25.

II. - NATURE DU COMMERCE DES VASES GRECS AU VAL DE DIANO

20Dans ce cadre général, quel tableau peut-on tracer du commerce des vases grecs au Val de Diano ?

21Nous avons distingué trois catégories de céramique grecque importée au Val de Diano :

  1. les vases de série qui y parviennent au cours du VIe siècle.
  2. les objets de prix de la trouvaille de Sala Consilina conservée au Petit-Palais et de la tombe IX de Padula.
  3. la vaisselle de luxe de la première moitié du Ve siècle.

221. - La présence de petits vases corinthiens ou imitant les modèles grecs, des coupes ioniennes, des coupes et skyphoi à vernis noir attiques ou fabriqués en Grande-Grèce s’explique par le peu de distance qu’il y avait entre le Val de Diano et les cités grecques côtières qui recevaient ou fabriquaient ces objets pour leur propre utilisation. L’excédent de leurs importations ou le reliquat de leur production parvenait à l’intérieur des terres par une série de trocs dus à des intermédiaires successifs. Cette pénétration des surplus dans l’arrière-pays se produit tout à fait indépendamment des deux autres formes d’importation.

232. - De riches ensembles d’objets de luxe sont introduits au Val de Diano à une époque où seuls les petits vases de série représentent normalement les produits grecs. Ils sont la marque de relations directes entre des marchands grecs et des personnages locaux, et correspondent, non pas à un commerce organisé, mais à la « phase des cadeaux » ou d’exploration commerciale qui, nous l’avons vu, précède normalement celle de la marchandise-monnaie. A la même époque les trouvailles de Trebenischte, de Novi Pazar, du Kouban, de Vix témoignent du dynamisme des négociants grecs cherchant à acquérir ou à payer la faveur de chefs barbares.

243. - Enfin un grand nombre de vases attiques datent du premier et surtout du second quart du Ve siècle et s’apparentent aux vases de qualité que l’on trouve dans les nécropoles étrusques. Bien que le volume des importations soit ici infiniment moindre, le mécanisme de ces échanges est probablement le même que pour l’Etrurie, c’est-à-dire que ces vases sont offerts par des négociants en échange de marchandises convoitées. Naturellement il ne peut s’agir ici d’un commerce international intéressant le Val de Diano, mais il est probable qu’une cité grecque voisine payait avec des vases attiques qu’elle recevait de Grèce les produits, aliments, bétail, peaux que cette population indigène à caractère agricole et pastoral pouvait lui fournir. L’offre de ces intermédiaires est bien accueillie par les habitants du Val de Diano pour des raisons identiques à celles qui ont fait le succès des vases grecs en Etrurie : d’une part l’impossibilité pour une économie primitive d’accepter un type de paiement plus commode et plus facilement échangeable, de l’autre l’attraction d’un peuple barbare vers les réalisations artistiques d’une civilisation supérieure qu’il désire acquérir pour sa satisfaction immédiate et conserver pour sa vie d’outre-tombe.

Notes

1 Etudes Archéologiques, Paris 1963, p. 205 sqq. ; elle peut être 1) ni importatrice ni exportatrice, 2) importatrice, mais non exportatrice, 3) importatrice et exportatrice, 4) non importatrice, exportatrice.

2 Commerce « colonial » opposé au commerce « international », G. Vallet, p. 199 sqq.

3 Hér. I, 163.

4 Hér. I, 70.

5 Rostovtseff, Iranians and Greeks in South Russia, 1922, p. 49 sqq. L’hydrie d’Artand, trouvée dans une région d’intense activité métallurgique, pourrait être aussi un don de ce genre ; cf. J. G. Szilagyi, Trouvailles grecques sur le territoire de la Hongrie, 8ème Congrès d’Arch. Class., Paris 1963, p. 386.

6 P. Bosch-Gimpera, ibid., p. 113, Les Grecs et les Ibères.

7 Jacobstahl, JdI. 1929, p. 198, Rhodische Bronzekannen aus Hallstattgräber.

8 Bloesch, Antike Kunst in der Schweiz, p. 92 sqq., Pl. 3-7.

9 Cf. Gaétan Pirou, Traité d’Economie Politique II, La monnaie, Paris, 1945.

10 On trouvera une liste de monnaies primitives, classées en monnaies naturelles (bétail), lingots de métal, et « moneta-utensile » qui correspond à notre « marchandise-monnaie », dans l’ouvrage de L. Breglia, Numismatica Antica, Milan 1964, p. 173 sqq. Dans la dernière catégorie, l’auteur cite les « obeloi », tripodes, lébès, haches, tous objets métalliques.

11 G. D’acchiardi, SE I, 1927, p. 411, Industries minières et métallurgiques en Toscane sous les Etrusques. Les mines, d’après l’auteur, contenaient du fer, du cuivre, du plomb argentifère, de l’étain. W. Witter, Über Metallgewinnung bei den Etruskern, 32 Bericht d. R.G.K., 1942, p. 1-20. Vallet, p. 57, n. 1. J. Heurgon, La vie quotidienne chez les Etrusques, p. 151-158.

12 Buchner, in Convegno Taranto 3, p. 273. Contre ce point de vue voir R. M. Cook, Historia II, 1962, p. 113-114, pour lequel Pithécusses était une colonie à vocation essentiellement agricole.

13 La permanence des relations commerciales de Corinthe avec la plupart de ses anciens marchés de céramique est prouvée par l’influence de la monnaie corinthienne que semble révéler le choix des étalons monétaires de Sicile et d’Italie du Sud (G. K. Jenkins, A note on Corinthian coins in the West, in Centennial Publication of the Amer. Mum. Soc., New-York, 1958, p. 367-379. L. Breglia, p. 16. Contra, C. M. Kraay, Caulonia and South Italian Problems, Num Chron., 1960, p. 53-82). Les cités achéennes de Grande-Grèce ont en effet un étalon de 8,20 gr. env. qui représente une légère diminution par rapport au statère corinthien archaïque de 8,45 gr. env. Ce système pondéral a pu s’installer progressivement au cours du VIe siècle en Grande-Grèce, où Corinthe payait peut-être ses importations en exportant de l’argent sous forme de lingots. Elle disposait à cette époque des mines de Damastion (Strab. VII, 326=7,8, J. M. F. May, The coinage of Damastion, p. VIII) et y trouvait une partie de l’argent nécessaire à ses transactions commerciales. L’existence de ces gisements est une des raisons qui justifient la pénétration corinthienne en Illyrie dans la deuxième moitié du VIIe siècle, les fondations d’Apollonie et d’Epidamme (E. Will, Korinthiaka, 1955, p. 535-538. Beaumont, JHS 1936, p. 138 sqq.) et parallèlement la richesse exceptionnelle des tombes de Trebenischte situées dans le district minier voisin du lac d’Ochrida.
Il semble en tout cas exclu que les cités grecques d’Italie aient pu se procurer sur place tout le métal nécessaire à leurs monnaies. Seules les mines d’argent de Corigliano (Fra Leandro Alberti, Descrizione di tutta l’Italia, 1596, Calabria, p. 220) ou de Longobuco (Sydney P. Noe, Am. Num. Soc. Mus. Notes, VII, 1957, p. 21-24) dans le voisinage de Sybaris, ont pu être exploitées avant le Moyen Age (cf. C. M. Kraay, Num. Chron. XX, 1960, p. 77-78). Sur ce problème, voir Mme P. Zancani, Un peso di bronzo e l’argento di Sibari, à paraître in : Annali dell’Istituto italiano di numismatica.

14 E. Ardaillon, Les mines du Laurion dans l’Antiquité. C. M. Kraay, The arcaic owls οf Athens, Num. Chron. 1956, p. 43-68 et Num. Chron. 1962, p. 417-423. Wallace, Num. Chron., 1962, p. 23. Rickard, L’homme et les métaux, 1938, p. 163.

15 Richter et Milne, Shapes and names of Greek vases, New-York 1935, fig. 34. R. M. Cook, Greek painted Pottery, p. 223, 273.

16 Tous les exemplaires à figures noires dont on connaît la provenance ont été trouvés en Etrurie, et 90 % des stamnoi à figures rouges sortent des tombes étrusques ou campaniennes.

17 Cf. p. 211, note 136.

18 Richter et Milne, op. cit., fig. 130, exemplaire tardif ; Beazley, ARV, 2e éd.. p. 1217 ; Spina, Valle Trebba, T. 422, Aurigemma, Scavi di Spina, I, Pl. 178 a.

19 Jacobstahl, Die Bronzeschnabelkannen, fig. 14, Zannoni, Scavi della Certosa, Pl. LXI, tombe 133 ; Pl. L, tombe 108 ; Pl. XIX, tombe 27.

20 Richter et Milne, op. cit., fig. 133, Spina tombe 891.

21 Du type Jacobstahl, op. cit., Pl. 30 a.

22 Comment s’explique le déplacement des exportations attiques de l’Etrurie tyrrhénienne vers le fond de l’Adriatique ? Le déclin du commerce des vases attiques en Etrurie tyrrhénienne précède la bataille de Cumes (474) et s’amorce au cours du premier quart du Ve siècle à l’apogée de la puissance étrusque et à l’époque où l’activité des ateliers du Céramique atteint son plein essor (Villard, Céramique grecque de Marseille, statistiques p. 124). Il est donc provoqué, non par la décadence étrusque, mais par une baisse de l’intérêt que les trafiquants grecs portaient à cette région. Les efforts déployés pour conquérir le marché de Spina sont dus, non seulement aux ressources en céréales que la plaine du Pô pouvait offrir (Vallet, MEFR., 1950, p. 33-52), mais aussi à l’importance des relations commerciales lointaines qui aboutissaient à Bologne et à son port de Spina. Il est intéressant à cet égard de juxtaposer les résultats obtenus par F. Villard lors de son étude du commerce de Marseille avec ceux de Jacobstahl dans sa publication des Schnabelkannen. La chute brutale des importations attiques après 500, l’arrêt au début du Ve siècle de la vie au Mont Lassois ont permis à F. Villard de conclure qu’une voie commerciale allant le Marseille à Vix, et continuant probablement le long de la Seine vers la côte, aurait brusquement cessé d’être utilisée sous l’effet de bouleversements survenus dans le monde celtique vers la fin du VIe siècle (Villard, op. cit., p. 137 sqq.). Par ailleurs le rapide essor de Spina à la suite de celui de Bologne correspond à l’époque où la vallée de Bellinzona et la région comprise entre le Rhin et la Moselle reçoivent de nombreux vases de bronze étrusques. La route des Schnabelkannen, remontant le Tessin, traversait les Alpes au Saint-Gothard pour rejoindre ensuite la vallée du Rhin. La période durant laquelle elle fut utilisée est indiquée par les objets qui appartiennent pour la plupart à la première moitié du Ve siècle.
Ainsi l’abandon de la route du Mont Lassois coïncide avec l’essor de la voie qui reliait la plaine du Pô au Palatinat. La chute du commerce massaliote en Gaule, le déclin commercial de l’Etrurie tyrrhénienne, interviennent au moment où Spina s’affirme comme un grand port de transit sur l’Adriatique.

23 Noe, Bibliography of Greek Coin Hoards, Num. Notes and Monogr., n. 78. Trésors du Mont Athos, vers 480, n. 104 ; de Benha en Egypte, vers 485, n. 143 ; du Delta, vers 500, n. 362 ; d’Erétrie, vers 490, n.. 399. Voir aussi la liste de C. M. Kraay, JHS. 1964, p. 81 ; pour Kraay, les monnaies primitives ne jouaient aucun rôle dans le commerce international.

24 Pourtant ces pays achetaient parfois de la céramique de luxe. L’atelier de Sotadès en est un exemple. Ses plus belles créations ont été trouvées à Babylone, à Suze, dans le Delta du Nil, et le potier semble avoir flatté le goût de la clientèle jusque dans le choix des sujets (Beazley, ARV, 2e éd., p. 765-768).

25 Pour R. M. Cook, la céramique attique n’aurait pas joué dans le commerce extérieur des Athéniens le rôle important qu’on lui confère souvent (JdI 74, 1959, p. 114 ; Greek Painted Pottery, Londres, 1960, p. 274-5). Il estime que le chiffre de 125 peintres et de 375 ouvriers moins spécialisés qui, à son avis, constituaient l’effectif permanent des ateliers du Céramique, est trop faible pour que leur production puisse avoir exercé la moindre influence dans le commerce international.
A notre avis cette évaluation de la main d’œuvre est inférieure à la réalité. Elle est fondée en effet sur le répertoire des peintres de Beazley (ARV). Or Beazley ne donne le nom d’un peintre que lorsqu’il en connaît plusieurs œuvres sûres, c’est-à-dire qu’une forte proportion de vases attiques ne figurent pas dans ses listes. Le nombre de 125 peintres retenu par R. M. Cook ne correspond donc qu’à une partie des œuvres connues ; et comme les vases non attribués par Beazley appartiennent à des peintres proportionnellement plus nombreux, le chiffre de R. M. Cook est probablement trop faible. En outre, il se réfère seulement à la vaisselle de luxe sans tenir compte de la masse des vases dépourvus ou presque de décor qui a été exportée vers l’Occident (ainsi, parmi la céramique attique découverte dans un dépôt, Grotta Vanella, à Ségeste, les vases décorés représentent à peine 10 % de l’ensemble). Concluant sur ce point, l’on conviendra qu’il n’est pas possible de proposer raisonnablement un chiffre, les données dont on dispose étant trop insuffisantes.
Toutefois, en admettant comme hypothèse de travail le chiffre, peut-être trop bas, de 500 peintres et artisans proposé par R. M. Cook, doit-on vraiment le considérer comme une preuve du rôle négligeable joué par cet artisanat ? Nous ne le croyons pas. En effet les estimations qui ont été faites pour la population de l’Attique au moment des Guerres Médiques, période d’apogée de la céramique, lui attribuent 30.000 citoyens environ, Athènes à elle seule pouvant en réunir un peu moins de la moitié. En ajoutant les métèques et les esclaves on pourrait imaginer que l’ensemble de l’agglomération atteignait alors entre cinquante et cent mille âmes. Ainsi par rapport à la population d’Athènes, l’effectif minimum des artisans du Céramique pourrait représenter un ouvrier pour 150 personnes environ. Dira-t-on qu’une industrie qui emploierait à elle seule plus de cinquante mille Parisiens de 1965 ne joue qu’un rôle marginal dans l’économie de la région parisienne ? Ce serait évidemment un grave contre-sens.
En outre, la majeure partie de la production de ces ateliers étant destinée à l’exportation, le rôle relatif des artisans du Céramique dans le commerce extérieur d’Athènes était nécessairement beaucoup plus important que ne le font ressortir ces chiffres.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540