Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Deuxième partie

Chapitre I. Les étapes ultérieures de l’Age du fer à Sala Consilina

Texte intégral

1En abordant l’étude de la troisième phase de Sala Consilina, on rappellera le caractère exceptionnel pour l’Italie méridionale de la découverte de mobiliers funéraires complets datables d’une période postérieure à la colonisation grecque. On a vu, dans le panorama tracé au chapitre précédent des nécropoles de l’Age du Fer en Italie du Sud, que de nombreux sites avaient livré des tombes donnant un aperçu de la civilisation des populations préhelléniques. La plupart cependant s’arrêtent au moment de la colonisation : Torre Galli vers le milieu du VIIIe siècle, Torre Mordillo près d’un demi-siècle plus tard, Canale-Janchina dans le premier tiers du VIIe siècle.

  • * D. Adamesteanu, Mon. Ant. XLIV, 1958, col. 205-672.

2Au VIIe et VIe siècle en Calabre, seules les nécropoles de Francavilla Marittima, d’Amendolara, de S. Stefano di Grotteria, encore inédites, et celle de Torre Galli II, dans lesquelles l’élément indigène rencontre les importations grecques, peuvent nous renseigner sur cette époque qui correspond aux cultures siciliennes de Finocchito, Butera*, Licodia Eubea. A la même époque, les nécropoles de la rive droite du Sele ont peu d’éléments communs avec les cultures méridionales : Arenosola, Pontecagnano se rattachent au monde campano-étrusque. Pour l’ensemble de la Lucanie, on ne connaît encore, à part le cimetière de Palinuro, de la deuxième moitié du VIe siècle, que des objets isolés provenant de découvertes fortuites. Il en va de même dans la Pouille, où peu de fouilles systématiques ont été pratiquées, ce qui rend hasardeuses les tentatives de classement de l’abondant matériel géométrique des musées.

3Les tombes de Sala Consilina apportent les premiers éléments susceptibles de combler cette lacune de la documentation archéologique. Elles font connaître un style géométrique presque ignoré encore et illustrent l’histoire de son développement. Elles présentent une riche variété de bronzes que l’étude des associations au sein des mobiliers funéraires permet de classer avec une certaine précision. Bref, elles donnent un aperçu d’une civilisation indigène se développant sans interruption à l’écart des centres grecs avant d’en subir, tardivement, l’influence.

4On analysera dans ce chapitre les éléments indigènes qui caractérisent les étapes successives de la phase III. Les objets importés de Grèce ou de Grande-Grèce au cours de cette même phase seront examinés dans le Chapitre I de notre troisième Partie.

PERIODE III. A1

  • 1 La division en quatre périodes de la phase III est le résultat de l’étude des mobiliers funéraires (...)

5Le début de la phase III, ou période III. A, est marqué par un renouvellement presque complet des mobiliers funéraires. On étudiera successivement cette transformation pour les objets de terre cuite et pour ceux de métal.

6Jusqu’alors la céramique d’argile claire avait été peu abondante, la majorité des vases étant d’impasto. C’est le renversement de cette proportion qui marque le début de la nouvelle période.

VASES D’IMPASTO

7La céramique d’impasto ne disparaît pourtant pas totalement.

8Quelques formes de la phase précédente existent encore, mais isolées à leur tour parmi des vases de style nouveau. On désignera cette série du nom d’impasto de prolongation. On peut citer des coupes à bord rentrant, comme A. 32 (Pl. 6, fig. 4 n. 6), des cruches comme A. 46 (Pl. 8, fig. 3 n. 1), Α. 404 (Pl. 8, fig. 1, n. 1), un vase biconique à deux anses comme A. 46 (Pl. 8, fig. 3 n. 3). Ces objets indiquent la permanence d’une tradition artisanale ancienne au Val de Diano malgré la transformation de sa culture.

9A côté de ces objets, dont la faible proportion est en elle-même révélatrice de la profondeur du changement qui s’est effectué, quelques vases d’impasto adoptent les formes nouvelles.

  • 2 On pouvait citer aussi à la fin de la phase II une tasse d’argile beige rosé de forme assez compar (...)

10Les vases permettant de puiser une petite quantité de liquide dans les grands récipients étaient, au cours des deux premières phases de Sala Consilina, de petites tasses à une anse surélevée comme il s’en présente dans toutes les cultures de l’Age du Fer en Italie. La plupart d’entre elles disparaissent entre la fin de la phase II et le début de la phase III, sauf quelques exemplaires attardés, comme la tasse A. 46 (Pl. 8, fig. 3, n. 4)2.

  • 3 Pour la distinction entre les « canthares » géométriques et les canthares classiques, voir Courbin(...)
  • 4 On ne saurait les rapprocher des vases de la première (de la tombe A.302) ou de la seconde phase ( (...)

11Cependant, tandis que cette forme va se raréfiant, des tasses d’impasto munies de deux anses en ruban, qui étaient présentes dès les tombes les plus récentes de la phase II se retrouvent à plusieurs exemplaires au début de la phase III (par exemple D. 137, Pl. 6, fig. 2, n. 2 ; Α. 87, Pl. 9, fig. 1, n. 2). Quelle origine peut-on attribuer à ces vases qui deviennent vite très fréquents au Val de Diano et que l’on désignera du nom de « canthares »3 ? La forme est totalement inconnue au cours des phases précédentes4, et l’on ne dispose d’aucun élément pour prouver qu’elle se soit développée à partir d’un type existant auparavant sur place. Doit-on la considérer comme une innovation spontanée d’un potier local ? L’hypothèse n’est pas invraisemblable, mais il est impossible de la vérifier. Faut-il mettre cette forme en rapport avec la tasse à une anse surélevée de la céramique d’impasto, à laquelle un potier aurait pu, vers la fin de la phase II, ajouter une anse supplémentaire ? L’idée se heurte au fait qu’il ne suffirait pas de supprimer une anse à ces tasses pour qu’elles présentent la silhouette caractéristique de la tasse villanovienne. Leur col n’est pas droit, en effet, mais légèrement conique ; au lieu d’une vasque très basse et large, elles ont une panse arrondie ; à la place d’une anse très haute, deux anses légèrement surélevées. Bref, rien, à part leur fonction et leur petite taille, n’autorise à établir un rapprochement entre ces deux types de tasses.

12Il faut donc admettre que c’est un vase nouveau qui a été adopté à Sala Consilina vers la fin de la Phase II. Sa diffusion au Val de Diano est solidaire de tous les changements qui se produisent à cette époque, et le problème de son origine est probablement lié à celui des influences qui s’exerçaient alors sur la culture de cette région.

  • 5 Puglisi, Le culture dei capannicoli sul promontorio Gargano. Atti dell’Acc. dei Lincei, Memorie, S (...)
  • 6 E. Baumgartel, BSR XIX, 1951, p. 23-38. BSR XXI, 1953, p. 1-31.
  • 7 R. Peroni, Per una definizione dell’aspetto culturale « subappenninico » come jase cronologica a s (...)
  • 8 Puglisi, op. cit., p. 26, fig. 8. La strate moyenne de Punta Manaccore correspond à la strate III (...)
  • 9 F. G. Lo Porto, Gli scavi sull’acropoli di Satyrion, Boll, d’Arte 1964, p. 67-80, fig. 21, et Not. (...)
  • 10 Cf. E. Baumgärtel, op. cit., 1953, Pl. V, 6, 8, Pl. VI.

13Or il se trouve que ce vase, de forme extrêmement simple pourtant, est à peu près inconnu en Italie. On rencontre seulement parmi les céramiques du Borgo Nuovo à Tarente quelques exemplaires assez voisins, d’argile claire, et qui comportent un décor géométrique. Les fouilles de Punta Manaccore au Gargano ont livré plusieurs « canthares » d’impasto comparables aux plus anciens exemplaires de Sala Consilina5. Ils ont été trouvés dans la strate médiane dont la datation n’a pu être définie clairement. La chronologie d’E. Baumgartel fondée sur la présence de fragments géométriques6 a été considérée comme trop basse par R. Peroni7 qui propose d’attribuer cette culture, à cause de ses bronzes, à une époque correspondant à la phase ancienne des Champs d’urnes, c’est-à-dire à la période submycénienne (XIIe-XIe siècle). Cette date, qui est le résultat d’une étude typologique précise et de comparaisons avec des cultures analogues, s’accorde mal cependant avec celle qu’il faut donner aux plus récents fragments géométriques trouvés dans ce niveau. Certains, provenant de la strate moyenne de Punta Manaccore8, présentent des analogies évidentes avec d’autres vases protogéométriques iapyges du niveau moyen de la strate 5 de Satyrion9 que F. G. Lo Porto attribue au Xe siècle. D’altres sont comparables aux vases de Pozzo d’Eredità et annoncent la céramique daunienne plus récente10.

  • 11 Comparer à une coupe trouvée dans une nécropole de la Pouille, J. Szombathy, Mitt. d. Anthropolog. (...)
  • 12 Heurtley, Prehistoric Macedonia, Cambridge, 1939, p. 193 et Pl. XXIII, fig. 1. M. Garasanin, Neoli (...)
  • 13 V. Curéié, Die Gradina and der Ramaquelle im Berzirk Prozor, Bosn. Mitt. 1902, vol. VIII, fig. 26.
  • 14 Merhart I, p. 28-29.
  • 15 Cf. supra, p. 88.

14En tout état de cause, les « canthares » d’impasto de Punta Manaccore sont certainement antérieurs à ceux de Sala Consilina. Leur forme s’est introduite au Val de Diano en même temps que des éléments apuliens comme la coupe de S. Antonio 7 (Pl. 42, fig. 3) au cours de la période II. Β11. A notre connaissance aucun précédent italique ne peut être cité pour ces « canthares ». Cette absence donne plus de valeur au fait que leur forme est très commune dans les Balkans à l’Age du Fer, qu’elle est installée en Macédoine depuis l’Age du Bronze et s’y est perpétuée jusqu’à l’Age du Fer avancé12. A propos des fouilles de Gradina sur la Rama en Bosnie, dans lesquelles plusieurs « canthares » d’impasto analogues ont été découverts13, G. von Merhart a insisté sur l’importance de ce matériel qui comporte, en dehors de notre série de « canthares », plusieurs formes évoquant la culture à fossa, en particulier la cruche à col conique à une anse en anneau. D’après G. von Merhart, aucun de ces objets ne peut être plus tardif que la fin de l’Age du Bronze ; il considère que ces éléments constituent une preuve irréfutable des relations qu’eurent les régions du Nord des Balkans avec l’Italie centrale et méridionale14. Sans vouloir forcer l’intérêt des ressemblances entre deux sites éloignés et de chronologie mal précisée, on soulignera cependant le fait que la comparaison entre ces tasses n’est pas un cas isolé, mais qu’au contraire elle s’inscrit dans la série déjà abondante des rapports typologiques qui ont été relevés entre les Balkans et la façade orientale de l’Italie15.

15On a cité plus haut, parmi les vases d’impasto survivant aux transformations des formes, des coupes à bord rentrant. A côté cependant de la traditionnelle coupe villanovienne à une anse, on rencontre maintenant des coupes à bord rentrant qui présentent, soit plusieurs anses (A. 87, Pl. 9, fig. 1, n. 3 ; A. 194, Pl. 7, fig. 3, n. 3). soit des protubérances allongées sur le bord extérieur de la vasque comme A. 111, A. 113 (Pl. 44, fig. 5, n. 1 et 4). Ces formes ont déjà apparu à la fin de la phase II ; leur présence désigne les plus anciennes tombes de la phase III et démontre en même temps que la coupure constatée entre les phases II et III n’est pas profonde au point qu’on ne puisse, en poussant l’analyse, déceler des éléments de continuité dans la nécropole.

  • 16 Stabie, Musée de Castellamare ; Pontecagnano, tombe 224 (Phase II) cf. B. D’agostino, SE XXXIII, 1 (...)

16L’un des éléments caractéristiques des tombes de la phase Il avait été le grand vase ovale d’impasto grossier, aux parois épaisses, noires à l’intérieur et orangées en surface. La plupart de ces vases portaient sur l’épaule quelques protubérances. Ils sont nombreux dans les plus récentes tombes de la phase II, beaucoup plus rares par contre dans la phase III, le vase grossier étant souvent supplanté par un grand cratère géométrique. On en connaît pourtant plusieurs exemples dont l’argile est plus brunâtre ou plus orangée, et qui, à part une ou deux exceptions, ont des formes assez différentes de celles de la phase précédente : tantôt ils sont plus sphériques (A. 87, Pl. 9, fig. 1, n. 1), avec une lèvre plus importante, tantôt leur embouchure est plus large et évasée ; parfois ils obéissent à une mode, dont on verra les effets sur les vases géométriques, et sont posés sur un pied conique, reproduisant ainsi les profils des cratères géométriques de cette phase ; ou bien ils répètent des formes étrangères à Sala Consilina, comme l’exemplaire sphérique sur pied conique de la tombe A. 355 (Pl. 9, fig. 7, n. 1) qui évoque les cratères géométriques à pied de Bisenzio dont on connaît des exemples d’impasto dans la vallée du Sarno et dans l’Agro Picentino16 ; d’autres encore ont, au-dessus de la panse renflée, un col très court, et parfois des anses plates verticales relient l’embouchure à la panse ; ces derniers exemples annoncent l’évolution ultérieure de ces vases que l’on retrouvera par la suite.

17Ainsi, pour la céramique d’impasto, quelques formes connues à la fin de la phase II subsistent au début de la phase III.

CÉRAMIQUE GÉOMÉTRIQUE

18En revanche les analogies entre les vases géométriques de la phase III et ceux de la phase II sont extrêmement limitées.

I - Série principale

19On désignera du nom de Géométrique Ancien de Sala Consilina les vases appartenant à cette catégorie.

20L’argile utilisée, beige rosé assez clair, n’est pas très différente de celle des vases à tenda. La technique de fabrication est assez proche ; le potier a utilisé un tour un peu moins lent que naguère pour façonner le vase, il a égalisé l’épaisseur des parois avec ses mains, en a poli la surface avec un instrument ; puis il a utilisé le tour, comme auparavant, pour peindre les éléments horizontaux du décor : bandes, filets, etc...

21Quelques formes de vases sont de toute évidence héritées de la période précédente.

  • 17 Cf. supra, p. 39, note 103.

22Ainsi la cruche à une anse, qui avait été parmi les vases à tenda la forme la plus commune, se retrouve, presque identique, au cours de cette nouvelle période. Les parois du vase sont un peu plus fines, mais sa silhouette demeure assez trapue, la largeur de la panse égalant à peu près la hauteur. On a suivi au cours de la phase précédente le développement de cette série, dont les types sont assez peu variés ; l’on a vu que l’anse, d’abord étroite, épaisse, conçue comme une baguette à peine incurvée reliant l’embouchure à la panse, était devenue vers la fin de la phase II un bandeau plat et large, plus courbé qu’auparavant, et décoré, non plus de nombreux groupes de trois traits transversaux, mais de deux groupes de quatre ou cinq traits17. Ces particularités de la forme et du décor des anses qui caractérisent le groupe Barre des vases à tenda (Pl. 37, fig. 2) se retrouvent dans les plus anciennes séries des cruches de la phase III et les relient assez étroitement aux derniers exemplaires de la deuxième phase.

  • 18 Les vases qui complètent le mobilier funéraire de la tombe A.372 sont tous d’impasto, ce qui const (...)

23Un autre lien entre les deux séries de cruches est constitué par les analogies de décor de leurs embouchures. Tandis que, dans la majeure partie des vases à tenda, les motifs noirs triangulaires qui en décoraient la lèvre étaient au nombre de quatre, en sorte que l’ouverture ronde du vase se trouvait inscrite dans un carré (Pl. 38, fig. 1), plusieurs cruches, en particulier dans le groupe Barre, échappaient à cette coutume, ajoutant un motif supplémentaire. Au cours de la phase III. A, l’usage des motifs triangulaires se poursuit, mais ils sont presque toujours au nombre de cinq (Pl. 38, fig. 2), parfois de six. Seule l’olpé A. 372 (Pl. 40, fig. 1) a une embouchure sur laquelle quatre motifs sont disposés en carré, comme le voulait la grammaire décorative de la phase II. Elle conserve en outre sur le col le décor caractéristique des filets ondulés verticaux qui étaient la règle pour la céramique à tenda18.

24Dans l’ensemble cependant, le répertoire décoratif s’est entièrement renouvelé (Pl. 40, figg. 2, 3, 4). Auparavant le décor des cruches était limité vers le bas au niveau du plus grand diamètre de la panse, selon une règle qui ne comporte presque pas d’exception. Maintenant, au contraire, il a tendance à remonter, occupant le col du côté opposé à l’anse, et couvrant l’articulation de l’épaule de zones horizontales ; au-dessous, de minces triangles dont la pointe se prolonge en un filet vertical garnissent la panse devenue trop vide après la disparition des motifs à tenda ; on les trouve sur le devant, les parties latérales, et de chaque côté de la prise inférieure de l’anse. Le motif central du col est presque toujours en forme de losange. Sur ce thème simple, les peintres ont varié à l’infini : le losange peut être réticulé, ou divisé en compartiments quadrillés, ou flanqué de deux triangles, etc... La plupart des cruches sont monochromes ; on peut citer cependant quelques vases sur lesquels l’emploi d’un rouge légèrement violacé contraste avec le gris-noir de l’ensemble du décor (A. 29, Pl. 40, fig. 4).

25Les mêmes motifs, avec quelques variantes ou quelques adjonctions et un usage beaucoup plus fréquent de la deuxième couleur, ont été peints sur des vases dont la forme est tout à fait proche de celle des cratères à tenda à col conique, bien que leurs parois soient souvent moins épaisses. Ces cratères, assez trapus, ont une panse large sous un col conique, et comportent deux anses verticales à section ronde. A l’origine, ils présentent entre le col et l’épaule une articulation nette qui confirme leur lien avec les formes de la phase II (A. 44, Pl. 39, fig. 4, rappelle le forme de F. 26, Pl. 36, fig. 11). Les divisions entre col, épaule et panse s’atténuent progressivement (A. 262, Pl. 6, fig. 3, n. 1), et la silhouette du vase devient plus élancée par la suite.

  • 19 Åkerström p. 60 sqq. Des formes analogues en pierre sont connues dans les Cyclades au cours des II (...)

26A côté de la forme traditionnelle cependant, un nouveau type de cratère est apparu, qui comporte un pied, d’abord cylindrique (A. 23, Pl. 39, fig. 1), puis conique (A. 79, Pl. 39, fig. 2). Dans les plus anciens exemples le profil de la partie supérieure (A. 23) ne présente guère de changement par rapport à la forme ancienne des cratères à col conique de la série à tenda : le col est moins marqué et moins haut, la panse plus sphérique. Progressivement le vase prend un profil biconique (A. 39, Pl. 39, fig. 3 ; A. 46, Pl. 8, fig. 3, n. 2). L’adjonction d’un pied à un vase qui, à l’origine, n’en comportait pas, mérite d’être soulignée, non pas comme un fait isolé ou comme la création spontanée d’un artisan, mais au contraire comme l’obéissance à une mode répandue alors en divers points de la Méditerranée. C’est au cours de la période géométrique que se généralisent en Grèce, et surtout dans les Cyclades, les grands vases à pied, forme haute et monumentale dont Åkerstrom a fait connaître la diffusion rapide dans les différents centres étrusques19. Jusqu’à présent, en Italie, seuls les vases directement inspirés de modèles helléniques comportaient ce pied dont il n’existe pas d’exemple dans les séries géométriques d’Apulie, dans l’ensemble plus récentes du reste. Les vases de Sala Consilina prouvent qu’une céramique indigène tout à fait originale ne peut rester totalement à l’écart des courants d’influences, et participe, très faiblement certes, à l’évolution générale des formes.

27Les mêmes peintres décorant cruches et cratères, ainsi que le prouvent par exemple les analogies entre la cruche A. 29 (Pl. 40, fig. 4) et le cratère A. 44 (Pl. 39, fig. 4), les motifs employés pour les uns et les autres sont à peu près identiques ; on note cependant une variété et une complexité plus grande des décors géométriques présents sur le col des cratères, qui sont soulignés par une bande décorative plus épaisse sur l’épaule. Un souvenir du motif caractéristique de la deuxième phase de Sala Consilina subsiste sous les anses de l’un d’entre eux (A. 44, Pl. 39, fig. 4).

  • 20 Soulignons l’existence dans la tombe I.20 d’une coupe à pied, non restaurée encore, de forme et de (...)

28Comme les cratères, les coupes à bord rentrant comportent parfois un pied conique (Pl. 44, fig. 6), souvent assez élevé. La plupart cependant sont basses. Leur forme est identique à celle des coupes à tenda, qui, elles-mêmes, répétaient le type traditionnel des coupes villanoviennes. Elles présentent parfois un certain nombre de variantes déjà apparues dans la céramique d’impasto vers la fin de la phase II : sur le bord recourbé, trois protubérances qui, sur les vases peints, portent souvent un motif décoré en forme de double crochet (Pl. 44, fig. 5, n. 2 et 3) ; il peut arriver qu’une tombe contienne une coupe d’impasto de prolongation dont la forme est identique (A. 111, Pl. 44, fig. 5, n. 1) à celle de la coupe géométrique qui l’accompagne. La décoration de ces vases est peu variée et presque toujours monochrome : sur l’anse arrondie un filet hachuré ; sur le bord rentrant, quelques filets parallèles (Pl. 8, fig. 3 n. 7). Les coupes comportant un motif à l’intérieur de la vasque demeurent exceptionnelles (A. 32, Pl. 6, fig. 4, n. 4)20. Cette forme, héritée de la phase I, se perpétue jusque dans les tombes les plus récentes de Sala Consilina, et son évolution est à peine sensible, au moins jusqu’à la fin du Géométrique Récent.

29Les exemples les plus anciens de coupes profondes à deux anses datent de cette époque. On les étudiera avec celles, plus nombreuses, de la période suivante.

  • 21 Cf. supra, p. 95-97.

30On a vu plus haut21 la transformation des vases à puiser d’impasto qui s’effectue pendant le passage de la phase II à la phase III de Sala Consilina, c’est-à-dire le remplacement de la tasse à une anse surélevée par le petit vase à deux anses dont on a recherché l’origine. Les potiers façonnant l’argile claire adoptent également la nouvelle forme qui devient rapidement la plus commune à Sala Consilina. Certaines tasses qui ne comportent pas de col, présentent un profil bas : deux anses en ruban s’écartent de la panse sphérique (I. 19, Pl. 42, fig. 7 ; A. 409, Pl. 42, fig. 4, 5) ; le décor est limité à quelques bandes horizontales sous la lèvre. D’autres, que nous désignons du nom de « canthares », sont parfois plus élancées et ont un col légèrement conique (A. 14, Pl. 42, fig. 10 ; A. 248, Pl. 8, fig. 2). Sur d’autres enfin, l’existence d’un col au-dessus de la vasque ronde est suggérée par le système décoratif plutôt que par la main du potier (I.20 ; I.49) ; ces vases, intermédiaires entre les tasses sphériques et les « canthares », montrent qu’ils sont tous les variantes d’une même forme, encore mal fixée.

31Méandres, losanges quadrillés, zigzags ornent habituellement le col et la panse (A. 142, Pl. 42, fig. 6) ; sous le col, des crochets symétriques s’inscrivent parfois dans un triangle courbe dont le prolongement vertical coupe la vasque en deux zones (A. 70, Pl. 42, fig. 8) ; parfois des flèches parallèles, pointées vers le haut, garnissent le milieu de la panse (A. 142, Pl. 42, fig. 6).

32La grande majorité des vases qui composent les mobiliers funéraires de la période III. A s’apparentent à l’un ou l’autre des types décrits plus haut. Leur argile est identique, leurs décors se répètent d’une forme à l’autre ; les couleurs employées sont les mêmes, ils sont constamment associés entre eux. On peut en déduire qu’ils constituent une catégorie de vases fabriqués par un même groupe d’artisans qui avaient le sens de la bonne qualité technique, tant pour l’harmonie des formes que pour la précision du décor.

II - Série secondaire

  • 22 Åkerström, Pl. XI, fig. 8.

33En dehors de cette série dominante, on remarque quelques vases isolés des précédents par leur technique grossière, leurs formes et leurs décors différents. Ils sont les œuvres d’artisans qui n’utilisaient pas le tour ; ainsi s’expliquent l’épaisseur des parois, la lourdeur et l’irrégularité des formes, la maladresse de la décoration. L’argile beige orangé est très micacée. Les premières formes que l’on peut attribuer à ce groupe présentent parfois des analogies avec celles de la série principale : ainsi le cratère à pied à deux anses verticales (A. 204, Pl. 50, fig. 1) semble une imitation très lourde des cratères à pied du Géométrique Ancien. Un autre vase à pied à panse sphérique (Pl. 50, fig. 11), dépourvu d’anse, rappelle le profil des cratères de Bisenzio22, et peut être rapproché d’un grand récipient d’argile grossière (A. 355, Pl. 9, fig. 7, n. 1) sans décor. Le cratère bas A. 194 (Pl. 7, fig. 3, vase n. 1) évoque, malgré l’indécision de son contour, les cratères contemporains de la série principale. D’autres, par contre, sont très éloignés des formes dominantes à Sala Consilina. Sur les cruches, l’absence d’articulation entre le col et la panse, l’irrégularité des proportions ne permettent pas de rapprochements avec les formes nettes et bien construites des vases du Géométrique Ancien (Pl. 50, fig. 2).

34L’originalité de cette série, que l’étude des formes fait pressentir, est mise en valeur par ses décors. Certains motifs du Géométrique Ancien se retrouvent sur la panse de ces vases, mais le peintre ignore les exigences de la composition et de l’équilibre ; dès l’origine le décor est chargé ; ce trait s’accentue progressivement et, vers la fin de la période, la panse des vases est couverte d’un remplissage en noir épais alternant avec un rouge opaque ; des zones garnies de losanges, de chiens courant, de méandres, etc... sont encadrées par des bandes formées d’un filet rouge entre deux noirs. Si la décoration n’occupe pas le bas de la panse, il est fréquent que celle-ci soit garnie de quelques triangles effilés vers le bas, détail qui rappelle les vases géométriques anciens de la série principale.

  • 23 Cf. infra, p. 160.

35Comme il apparaîtra plus clairement après l’étude des périodes suivantes, ce groupe de vases, nettement distinct de la série étudiée précédemment, et numériquement peu important, est l’œuvre d’un atelier en retard sur le plan technique. On verra aussi comment il est possible de déterminer son lieu de production dans un centre indigène de Lucanie extérieur au Val de Diano23. En concurrence avec une série beaucoup plus raffinée, ces vases n’ont pas connu un grand succès, et ce n’est peut-être pas par hasard qu’un bon nombre d’entre eux se trouvent dans des tombes relativement pauvres.

III - Autres séries

36Un vase géométrique appartenant à une tombe de cette période demeure tout à fait à l’écart des deux séries que l’on vient de décrire. C’est un askos d’argile assez maladroitement façonné (A. 336, Pl. 37, fig. 6), décoré d’une peinture grisâtre sur le fond beige. Il est sphérique, presque aussi large que long ; une anse plate relie le bec arrondi à l’arrière de la panse. Une telle forme est inhabituelle à Sala Consilina où de rares exemplaires d’impasto sont connus aux phases I et II (Pl. 36, fig. 1-3).

  • 24 Pl. XXXVII, fig. 5 ; long. = 15,5 ; larg. = 14. Il est à notre avis impossible de déterminer préci (...)
  • 25 Cf. infra, p. 240.

37Or l’askos n’est pas répandu dans les nécropoles de l’Age du Fer au sud de la Campanie ; il est rare dans la Pouille, si l’on en juge par la trouvaille du Borgo Nuovo et le peu de matériel géométrique iapyge connu actuellement. Les askoi d’impasto sont au contraire extrêmement nombreux en Sicile et en Calabre depuis le début de l’Age du Fer. A Torre Galli, à S. Onofrio di Roccella, ils ont souvent un corps sphérique. Par contre, on trouve à Torre Mordillo et Francavilla Marittima deux séries d’askoi : les uns sont d’impasto ; les autres d’argile claire à décor géométrique : leur profil s’allonge légèrement24 ; leurs décors, assez sommaires mais bien caractérisés, sont exécutés en couleur grisâtre sur le fond beige de l’argile ; ils se résument en quelques filets verticaux sous la lèvre, une bande de filets horizontaux dans la partie supérieure de la panse portant des groupes isolés de filets perpendiculaires (Pl. 37, fig. 5). Le décor de l’askos de Sala Consilina présente une composition analogue : sous la bande décorative horizontale, les filets verticaux convergent vers le haut et forment une série d’angles aigus qui évoquent le souvenir des décors à tenda. Il est donc clair que l’askos de Sala Consilina est apparenté à ceux de Torre Mordillo et à celui de la tombe de Bocchoris à Pithécusses qui est associé à des objets datables du dernier quart du VIIIe siècle25. La présence d’un vase dérivé de ce groupe dans une tombe de Sala Consilina III mérite d’être soulignée puisque le matériel de Torre Mordillo correspond dans l’ensemble à Sala Consilina II.

  • 26 Cf. supra, p. 60.
  • 27 Åkerström, Pl. 21, 6-9.
  • 28 Les coupes de bronze de Canale-Janchina, plus larges et plus basses que celles de Torre Galli et d (...)

38On citera aussi un type de coupes, assez fréquent à cette époque et qui se situe en dehors des séries géométriques (comme Pl. 44, fig. 8, n. 2) ; c’est un bol en demi-sphère dépourvu d’anse, façonné dans une argile claire non polie en surface ; il ne comporte aucun décor. C’est la traduction en argile du vase de bronze que P. Orsi a désigné du nom de « coupe en calotte », et dont il existe plusieurs exemplaires pendant cette phase à Sala Consilina (Pl. 66, 1). Or on a rencontré ces bols de bronze en Italie du Sud dès la phase ancienne de Torre Galli26 jusqu’aux dépositions de Canale Janchina. La présence de ces coupes de bronze ou de terre cuite au cours de cette phase de Sala Consilina semble anachronique. En Calabre en effet elles apparaissent associées à des objets qui, dans le cas de Torre Galli, sont contemporains de Sala Consilina I, dans celui de Torre Mordillo, de Sala Consilina II. Elles se trouvent à Tarquinie dans la Tombe du Guerrier27. Or aucune de ces coupes n’a encore été trouvée dans des tombes des deux premières phases de Sala Consilina. Elles n’apparaissent qu’à la troisième phase, et en assez grand nombre. Cette constatation est encore l’indice, semble-t-il, d’un décalage qui se serait produit dans la diffusion de ces objets selon les lieux28.

  • 29 Cf. infra, p. 185.
  • 30 Cf. infra, p. 222-223.

39L’absence complète de vases importés de Grèce mérite d’être signalée. Le Val de Diano est en effet la vallée dans laquelle plusieurs historiens ont voulu voir la grande voie continentale de commerce entre Sybaris et l’Etrurie29. Or les vases du Géométrique Ancien de Sala Consilina ont été fabriqués bien après la fondation de Sybaris, puisqu’ils couvrent, comme on le montrera, une grande partie du VIIe siècle. Le fait qu’aucun vase importé ne les accompagne dans les tombes prouve que le Val de Diano n’a pas servi de voie de passage pour un commerce de céramique grecque vers l’Etrurie à cette époque. On examinera ailleurs le rôle que cette région a pu jouer par la suite dans les relations commerciales, et dans quelles conditions les produits grecs y pénétrèrent30.

40Ce sont des raisons purement typologiques qui ont présidé au groupement des vases cités plus haut en diverses catégories. Celles-ci ont été réunies sous le nom de Géométrique Ancien de Sala Consilina, parce qu’on a trouvé dans les tombes qui les contenaient d’autres objets, en majorité métalliques, qui peuvent être considérés comme les plus anciens de la phase III car ils sont connus ailleurs dans un contexte datable avec précision. Avant d’étudier systématiquement ces objets, il convient d’évoquer brièvement la transformation profonde du marché des métaux, dont Sala Consilina à cette époque reflète l’importance.

BRONZE ET FER

  • 31 Ils font souvent revivre des formes qui n’avaient plus cours en bronze : ce sont les fibules en de (...)

41On remarque en effet que le rapport qui existait entre l’utilisation du bronze et celle du fer au cours des phases I et II se trouve brusquement inversé. Le fer était en effet rare dans les premières tombes de Sala Consilina, où il n’apparaissait que sous forme de bijoux. On pouvait citer pour la phase I. A une fibule à arc serpentant en deux parties et à disque (proche de Sundwall D IV γ c l) ; pour la période I. Β quelques fragments de fibules en deux parties à disque ou à pied court. Plusieurs types étaient connus également à la phase II31.

  • 32 Seule exception, semble-t-il, la pointe de lance en bronze de la Tombe A.388 (Phase III.B).

42A part ces exceptions, la grande majorité des objets métalliques, sauf les épées courtes, étaient en bronze. Or dès le début de la phase III toutes les armes sont en fer32 et le bronze n’est plus utilisé que pour les bijoux et pour quelques vases.

43En Calabre au contraire le remplacement du bronze par le fer s’était opéré progressivement. On a vu, à Torre Galli, le fer utilisé d’abord pour les fibules, pour plusieurs épées à fourreau revêtu de bronze, pour la moitié des couteaux. Les pointes de lance cependant étaient en bronze pour la grande majorité. L’emploi du fer est plus courant à Canale-Janchina où il est utilisé pour deux tiers environ des pointes de lance. La proportion est un peu moins forte à Torre del Mordillo dont l’histoire s’achève probablement plus tôt que celle de Canale-Janchina. Les premières pointes de lance en fer apparaissent à Sala Consilina seulement dans les dernières tombes de la phase II, c’est-à-dire à une époque correspondant à la fin de Torre Mordillo. Ce décalage par rapport à la Calabre s’explique naturellement si l’on considère la position géographique de Sala Consilina, isolée à l’intérieur des montagnes.

  • 33 ΚΩΚΑΛ0Σ, Atti del Primo Congresso internazionale di Studi sulla Sicilia antica, X-XI, 1964-65, p. (...)
  • 34 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 155, fig. 13 et 14.
  • 35 Ibid., p. 155, fig. 7 et 8.

44Est-ce donc aux relations maritimes que l’on peut attribuer l’introduction du fer en Italie du Sud ? On remarque qu’à Torre Galli l’arrivée de ce métal coïncide avec l’importation d’objets qui ont une claire origine orientale (scarabées, coupes de bronze, etc....) et qui sont donc liés au développement du commerce méditerranéen. En Sicile, le nouveau métal est présent, surtout sous la forme de fibules et de bijoux, dans les tombes de Pantalica Sud (III). Cependant les plus anciens objets de fer sont les anneaux trouvés par Bernabò Brea dans une tombe de Mulino della Badia qui correspond au début de la période de Cassibile, c’est-à-dire au Xe siècle.33 Bernabô Brea a déjà souligné les rapports typologiques qui unissaient la Sicile de cette période au Moyen-Orient et à l’Espagne : les fibules à coude de Cassibile ont des analogies étroites avec celles du trésor de Huelva en Espagne34 ; les rasoirs sont presque identiques à ceux de Huerta de Arriba35 Ces éléments ont conduit Bernabô Brea à attribuer aux Phéniciens la diffusion de ces types à travers la Méditerranée à une époque où ils la sillonnent de leur flotte et fondent les comptoirs de Cadix et d’Utique.

  • 36 Le antiche rotte del Mediterraneo documentate da monete e pesi, in Rend. Napoli XXX, 1955, p. 7-12 (...)
  • 37 Strab. XIV, 2, 10.

45Or dans ses recherches sur les routes antiques de la Méditerranée36 L. Breglia a tracé, à l’aide de l’étude des systèmes pondéraux, un tableau des mouvements commerciaux antiques qui confirme par certains aspects l’opinion de Bernabò Brea. L’auteur distingue, pour les colonies de Grande Grèce, outre le pied « achéen » des villes achéennes de la mer Ionienne, le pied « micro-asiatique » qu’utilisent d’abord les cités chalcidiennes et plus tard les Etrusques, et le pied « phénicien » auquel se réfèrent les monnaies de Poseidonia avant le deuxième quart du Ve siècle. L. Breglia attribue l’apport du pied « phénicien » à la colonisation rhodienne sur la Mer Tyrrhénienne vers la fin du IXe siècle (cet étalon a cours à Rhodes aux VIe et Ve siècles av. J.C.) ; les Rhodiens, liés au monde phénicien, auraient repris l’itinéraire ouvert par les Phéniciens de Tartessos37. De son côté, le pied « micro-asiatique » est lié au pied « persan » des côtes d’Asie Mineure Les étalons « phénicien » et « micro-asiatique » ont cours en même temps à Poseidion dans l’île de Karpathos, ainsi qu’à Cumes au début du monnayage ; on les trouve ensemble à Carthage où ils ont une importance égale. C’est pourquoi, quelle que soit leur origine, qu’ils aient été véhiculés par les Rhodiens ou par les Phéniciens eux-mêmes, l’adoption de l’un ou de l’autre par des cités grecques d’Italie du Sud est un indice du rôle important qu’ont pu jouer les échanges maritimes en Méditerranée Occidentale.

  • 38 D. Harden, The Phoenicians, Londres, 1963, p. 64.

46L. Breglia place l’introduction de ces poids au IXe siècle, date qui s’accorde avec l’intense mouvement commercial qui précède ou accompagne la fondation des colonies phéniciennes dans l’Ouest38.

  • 39 Forbes, Metallurgy in Antiquity, Leiden, 1950, p. 388. T. A. Rickard, L’homme et les métaux, 1938, (...)
  • 40 On connaît des bijoux et des amulettes de fer dès la première moitié du IIIe millénaire en Mésopot (...)
  • 41 L’un des plus beaux exemples est une hache d’armes de Ras-Shamra de la fin du XVe - début du XIVe (...)
  • 42 Les outils de bronze de l’Indus au Danube, I, p. 432.

47Vraisemblablement aussi les navigateurs ont pu apporter en Méditerranée occidentale, avec des systèmes pondéraux, les plus anciens objets de fer, et peut-être le secret de leur fabrication. On connaît en effet la difficulté du travail du fer ; la réduction du minerai est une opération délicate. Le moulage et le martelage à froid, techniques utilisées pour le bronze, ne donnent aucun résultat pour le fer qui doit être martelé incandescent ; et pourtant le nouveau métal, ainsi travaillé, ne présente pas d’avantage par rapport au bronze, sa fabrication requérant plus de combustible, et les parties tranchantes s’émoussant plus rapidement. C’est seulement lorsque le fer rouge est plongé dans l’eau froide que le métal acquiert une dureté supérieure à celle du bronze39. Pour Forbes, la complexité de ces procédés est un gage de leur origine unique ; il n’est pas vraisemblable à ses yeux que l’on ait pu mettre au point des techniques aussi compliquées que celle de la carburation en plusieurs centres différents. Or les archéologues et les spécialistes de métallurgie s’accordent sur le fait que les premiers objets de fer trempé apparaissent au Moyen-Orient40. Ces objets, très rares à l’origine, se multiplient entre 1900 et 1400 avant J.C., et des armes d’apparat sont également fabriquées à cette époque41. C’est en effet en Arménie, selon Forbes, ou en Syrie, d’après J. Deshayes42, que ces techniques métallurgiques auraient été inventées et utilisées pour la première fois. La destruction de l’Empire hittite, les invasions subies par l’Asie Mineure vers 1200 auraient accéléré la diffusion des procédés de fabrication vers la fin du IIe millénaire dans une aire plus vaste au Moyen-Orient, puis à Chypre, en Crète, etc...

  • 43 Chronology of the Bronze and Early Iron Age, Greek, Italian, Transalpine, Atti del I°° Congresso I (...)
  • 44 S. Foltiny, A]A LXV, 1961, p. 283, 297, Athens and the East Hallstatt Region, Cultural Interrelati (...)
  • 45 AJA LXVIII, 1964, p. 247-257, Flange-hilted Cutting Swords of Bronze.
  • 46 Antiquity 35, 1961, p. 119.

48Pour C.F.C. Hawkes, l’introduction des procédés de la métallurgie proche-orientale dans les régions alpines aurait eu lieu vers 650 après une longue période de contacts avec l’Italie43. S. Foltiny, tout en souscrivant également à l’idée de l’antériorité du fer au Proche-Orient, pensait, en 1961, que le fer était connu dans les Alpes orientales vers la fin du IXe siècle, et n’excluait pas que les premiers objets de fer trouvés à Athènes dans des tombes de la fin du Protogéométrique, en particulier une épée publiée par Blegen, et de l’époque géométrique, aient été importés des Alpes Orientales et du Nord-Ouest des Balkans44. Cependant Foltiny a modifié son point de vue en 196445, et en se fondant sur l’étude de Catling à propos des épées égéennes46, il estime que cette épée du Céramique appartient à un groupe dont tous les antécédents sont à Chypre et au Moyen-Orient, alors qu’on n’en a pas d’exemple en Europe danubienne. Il pense donc que la connaissance du fer peut être venue de Chypre pendant le Xe siècle, mais qu’à partir du IXe siècle le Nord-Ouest des Balkans et les Alpes Orientales ont pu jouer un grand rôle dans l’approvisionnement d’Athènes en minerai.

  • 47 Richardson, Iron, Preistoric and Ancient, A]A XLI, 1937, p. 447-451.
  • 48 Atti del primo Congresso Intern, di Preistoria e Protostoria Mediterr. 1950, p. 368-390.
  • 49 Merhart 2, p. 128.
  • 50 Merhart, in Festschrift des Rômisch. Z. M. Mainz, 1952, p. 39.

49Ces théories s’opposaient à celle de Richardson, partisan de l’origine européenne de la métallurgie du fer47. Pour G. Kossack48 l’apparition du fer en Italie est due à une influence de l’Europe centrale. G. von Merhart a exclu aussi l’éventualité de l’origine maritime de la métallurgie du fer en Italie Méridionale49 et a donné la priorité aux régions du Nord des Balkans où, d’après lui, le fer était utilisé dès le Xe-IXe siècle. Merhart pensait que, peu avant la chute de Mycènes, des artisans d’Europe danubienne avaient pu aller au Moyen-Orient pour acquérir et rapporter dans leur pays d’origine les techniques métallurgiques50.

  • 51 Die Metallbeigaben der Früheisenzeitlichen Kerameikosgräber, J.d.I., LXXVII, 1962, p. 59-129.
  • 52 Forbes signale l’existence d’un site de fondeur à Coppa Nevigata près de Tarente, qui serait datab (...)

50Les travaux récents de Müller-Karpe sur les tombes du Céramique d’Athènes51 renouvellent les données du problème. Miiller-Karpe a prouvé en effet que les objets de fer existaient à Athènes dès la phase submycénienne, c’est-à-dire dès le XIe siècle, et qu’ils étaient devenus communs pendant la phase protogéométrique (Xe s.) Ainsi se trouve exclue l’idée d’une priorité danubienne, et renforcée celle de courants méditerranéens véhiculant vers la Grèce les objets, puis les techniques originaires du Proche-Orient52.

51En Italie méridionale cependant, où le fer apparaît plus tard et seulement au cours du IXe siècle, il n’est pas actuellement possible d’opter pour la provenance maritime ou l’origine danubienne des premiers objets introduits. Seule une typologie précise des plus anciennes armes de fer de ces régions permettrait d’analyser leurs rapports avec les premiers centres métallurgiques.

ARMES

52La plus commune est la pointe de lance, qui, à part de rares exceptions, est désormais en fer. Il est frappant de constater que la proportion des tombes contenant des armes est beaucoup plus forte à ce stade que précédemment. Au cours des phases I et II, 6 % environ des tombes contenaient des pointes de lance. Ce pourcentage a presque triplé au début de la phase III : sur 96 tombes présentant des traits caractéristiques de la période III. A, une vingtaine contiennent une pointe de lance. Faut-il voir en ce fait une conséquence de la diffusion du fer ? Le métal étant devenu plus commun, l’on n’aurait pas hésité à sacrifier au mort un objet désormais plus facilement remplaçable.

53Ou bien le caractère guerrier de la population se serait affirmé à l’époque qui suit l’établissement des Grecs sur les côtes.

54Les formes des pointes de lance changent en même temps que leur métal : on remarque la petitesse de la douille par rapport à la longueur totale (entre 1/4 et 1/3), l’élargissement des tranchants à la base. Les plus anciennes sont très plates, et ne présentent pas, comme celles de bronze qui les ont précédées, la trace du prolongement de la douille entre les tranchants.

55Quelques épées de fer peuvent être signalées pour cette période. Elles sont toutes fragmentaires (A. 46, Pl. 8, fig. 4) ; très longues, elles ne présentent aucune analogie avec les épées courtes plus anciennes : celle de la tombe I. 19 mesure plus de 0,75 m. de long.

56On mentionnera aussi quelques couteaux, encore assez rares à cette époque, en général trop fragmentaires pour être reproduits. Leur poignée d’os a disparu, laissant parfois quelques traces ; elle était fixée à la lame par l’intermédiaire d’une languette à trois clous (type du « Griffzungenmesser »). Les exemplaires sont peu nombreux et appartiennent à des tombes d’hommes (A. 46, Pl. 8, fig. 4) ou à des tombes indéterminées.

  • 53 Cf. infra, p. 187-188.

57La présence exceptionnelle dans deux tombes (A. 248, Pl. 8, fig. 2 et A. 410, Pl. 7, fig. 2), de casques d’allure purement grecque, du type communément appelé corinthien, doit être soulignée car ils constituent un repère chronologique approximatif53.

FIBULES

58L’abondance et la variété des fibules caractérisent les tombes de la période III. A. Un trait commun aux fibules de cette phase est la présence constante, malgré la diversité des types, d’un pied long à la place du pied court de la phase précédente.

59Parfois cependant on trouve encore dans certaines tombes un exemplaire de la fibule à arc simple légèrement renflé et à pied symétrique qui avait été la plus fréquente au cours de la phase II de la nécropole (comme Pl. 6, fig. 5). Ceci n’est guère étonnant puisque, comme on l’a vu plus haut, on doit supposer qu’un laps de temps très court sépare la fin de la phase II du début de la phase III, et quelques fibules peuvent avoir été conservées malgré les grands changements survenus. On citera également dans la tombe A. 77 un exemplaire très petit d’une fibule à arc simple en fil de bronze tordu apparentée au type A. 259 (Pl. 31, fig. 1). La fibule de la tombe A. 365 (Pl. 33, fig. 3), proche de Sundwall DI γ aaa I a un arc serpentant à un seul ressort et à coude ; l’épingle est courbe, le pied court. Son origine remonte à l’époque de Cassibile, bien que la courbure de l’épingle marque un degré d’évolution très avancé par rapport à ces exemplaires anciens. Cette forme est la plus commune parmi les fibules de fer de Torre Mordillo dont on trouve des spécimens à Sala Consilina à la fin de la phase II. Leur présence à Sala Consilina est un indice de plus des relations qui ont pu exister à cette époque entre le Val de Diano et le Nord de la Calabre.

  • 54 Cf. infra, p. 238-243.

60A part ces exceptions cependant, la mode du pied long est installée dès les plus anciennes tombes de la phase III. Comment s’est opérée cette invasion de nouveaux types, jointe à la disparition de presque tous les types précédents ? C’est un phénomène qui ne concerne pas seulement notre site, mais toute l’Italie et la Sicile et que l’on étudiera plus loin54.

  • 55 Sundwall, fibules à drago, p. 59 sqq.

61On ne peut établir, pour cette phase de Sala Consilina, de distinction précise entre fibules d’hommes et fibules de femmes. Sundwall a constaté que certains types, en particulier la fibule à arc serpentant à bâtonnets latéraux55, sont surtout réservés aux tombes d’hommes. Une telle remarque ne vaut pas pour Sala Consilina ; ces fibules sont fréquentes assurément dans les tombes d’hommes (Tombe A. 46, Pl. 8, fig. 4), mais on les trouve également associées à des bijoux ou ornements féminins (A. 195, Pl. 7, fig. 1) ; par ailleurs, quelques mobiliers funéraires renferment, à côté de pointes de lances, une fibule à l’arc en sanguisuga, considérée par Sundwall comme un ornement exclusivement féminin.

62On dressera donc un inventaire des types représentés dans les tombes de l’un et l’autre sexe, beaucoup plus abondamment toutefois dans les tombes de femmes.

  • 56 Cf. Dall’osso, p. 127 ; Mon. Ant., V, 1895. Pl. IX, 8, 9, 10.
  • 57 Cf. infra, n. 241.

63Certaines fibules, apparues pour la première fois dans les plus récentes tombes de la phase II, se répètent fréquemment dans celles de la période III. A. Ce sont, tout d’abord, celles dont l’arc mince porte des perles d’os cylindriques encadrant une perle centrale d’ambre (Sundwall GI β b). Elles ont été très nombreuses vers la fin de la phase II, mais comportaient un pied court ou un disque, sauf dans une des tombes les plus récentes (A. 197) dont l’exemplaire a un pied long. A la phase III, on ne rencontre plus que ce dernier type, qui est présent dans une douzaine de tombes environ (Pl. 32, fig. 1). Les spécimens atteignent parfois des dimensions colossales (30 cm dans la tombe A. 278) qui rappellent les énormes fibules de Belmonte (Picenum), dont l’arc porte un seul gros noyau d’ambre56. La fibule de bronze est présente à Ischia dès le milieu du VIIIe siècle ; c’est-à-dire plus tôt qu’à Syracuse, où elle est connue au VIIe siècle seulement ; on reviendra plus loin sur l’intérêt de ce décalage, mis en relief par l’étude de Hencken sur les fibules du cimetière du Fusco57.

  • 58 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 267, fig. 189 ; ibid., col. 302, fig. 215.

64Trois types de fibules à arc serpentant à pied long étaient apparus dans les plus récentes tombes de la phase II : le premier a un arc muni de trois paires de boutons latéraux et se divisant en deux tiges parallèles dans sa partie courbée au-dessus du ressort (A. 195, Pl. 32, fig. 2, Sundwall HII α d 6) ; le deuxième est tout proche du précédent, sauf que l’arc ne comporte qu’une paire de boutons latéraux entre deux paires de protubérances (S. Ant. bis tombe 29, Pl. 31, fig. 16) ; un autre spécimen enfin (tombe D. 137, Pl. 6, fig. 2), très proche de types connus à Canale58, a sur l’arc deux paires de boutons latéraux entre deux paires de protubérances ; il n’y a plus de ressorts, l’arc s’achevant en une tige plate non dédoublée qui s’incurve et que prolonge l’épingle. On connaît pendant la période III. A plusieurs exemplaires du premier type. Le deuxième, par contre, n’a plus cours. De nombreuses fibules à arc serpentant à pied long peuvent être considérées comme des variantes du troisième.

65Les plus anciennes conservent l’alternance des boutons et des protubérances de chaque côté de l’arc (A. 144, Pl. 32, fig. 5, rappelant D. 132 de la fin de la phase II) ou portent quatre paires de boutons latéraux (I. 21, Pl. 32, fig. 3). Puis l’arc s’allège, les protubérances disparaissent, les boutons sont plus espacés, moins nombreux parfois et portés par des attaches plus minces ; les fibules des tombes A. 381 (Pl. 32, fig. 6), A. 257, A. 222 reflètent cette évolution ; elles présentent, malgré leurs analogies, d’évidentes différences : ici une paire (A. 222), là deux paires (A. 257) de boutons, ou bien trois paires de bâtonnets latéraux (A. 38.1) ; la fibule A. 154, (Pl. 32, fig. 8) dont l’arc plus court est garni de trois paires d’appendices pointus très resserrés, se rattache au groupe de Sundwall H ΙΙΙα a. Proche de celle-ci, la fibule A. 190 (Pl. 32, fig. 10), portant sur le plat de l’arc un bouton, est voisine de l’exemplaire Sundwall H III β I. Une autre variante, dont un seul type existe à Sala Consilina, est celle de A. 194 (Pl. 7, fig. 4), proche de Sundwall HIVb4. S’apparentant à ce dernier type, une fibule très fréquente à cette époque à Sala Consilina est celle dont l’arc se creuse comme la précédente, mais qui comporte vers l’arrière un ressort, et vers l’avant deux boutons portés par de minces antennes (Pl. 32, fig. 12 ; type Sundwall H II β b 12). A cette liste de fibules à arc serpentant il faut ajouter celle dont l’arc est divisé vers l’arrière en deux tiges parallèles (A. 7, Pl. 32, fig. 11), qui rappelle le type à coude mais à pied court mentionné plus haut (A. 365, Pl. 33, fig. 3).

66Cette énumération suffit à prouver l’extrême variété des formes pour une catégorie donnée pendant la période III. A. Par la suite au contraire les types seront moins élaborés et leur uniformisation s’accomplira progressivement.

67Parallèlement au groupe des fibules à arc serpentant, les fibules à navicella sont apparues à Sala Consilina dès les tombes les plus récentes de la phase II (S. Ant. 119, Pl. 31, fig. 12). Les types les plus courants au cours de la phase III. A sont ceux dont la navicella étroite est décorée de rainures profondes (A. 320, Pl. 32, fig. 13) ou plus fines (A. 87, Pl. 9, fig. 2, A. 404, Pl. 32, fig. 14), ou celles qui comportent un arc à navicella en losange flanqué de deux boutons latéraux (A. 97, Pl. 32, fig. 15, A. 32, Pl. 6, fig. 7, A. 276, Pl. 33, fig. 8) ; on les rencontre dans une très forte proportion des tombes (20 % pour le type A. 320 ; 6 % pour A. 404 ; 25 % pour A. 97).

  • 59 Cf. infra, p. 239.
  • 60 Musée de Reggio de Calabre ; Musée de Cosenza.
  • 61 Musée de Cosenza.

68Les deux types, A. 320 et A. 404, sont associés entre eux dans les tombes étrusques comme dans celles de Sala Consilina et on peut les considérer comme contemporains. Mais la fibule A. 320 est partout la plus commune : on la rencontre à Ischia à partir de la fin du VIIIe siècle59, en Etrurie dans de nombreuses tombes orientalisantes ; elle est répandue jusque dans le Nord de la Calabre où l’on peut en citer des exemplaires à Francavilla Marittima60, comme à Torre del Michelicchio près de Sybaris61.

  • 62 La fibule A.154 (Pl. 33, fig. 2) peut être considérée comme une variante du type A.320. A.250 (Pl. (...)
  • 63 Dépôt du Mendolito au Musée de Syracuse.
  • 64 Hencken Pl. 51, fig. 2 ; dans la tombe 326 du Fusco, un exemplaire analogue est associé à un aryba (...)

69Quelques fibules à large navicella ornée d’un riche décor incisé (A. 2, Pl. 32, fig. 4, A. 87, Pl. 9, fig. 3) évoquent les somptueux exemplaires que l’on trouve dans les tombes étrusques. Elles sont peu nombreuses cependant à Sala Consilina et disparaissent très rapidement. Les tombes qui les contiennent figurent donc parmi les plus anciennes de cette période62. C’est également au début de la phase III que se rattachent quelques fibules à pied long, dont l’arc en losange n’est pas évidé comme celui des précédentes fibules à navicella (A. 56, Pl. 33, fig. 1) ; l’épingle peut être en bronze, ou en fer, liée à l’arc par un clou qui tient lieu de ressort ; toutes les comparaisons que l’on peut faire pour ces spécimens orientent vers la Sicile où des exemplaires analogues ont été trouvés en grand nombre63 et vers la Calabre (S. Stefano di Grotteria) ; dans le cimetière du Fusco, Hencken les a datés de la fin du premier quart du VIIe siècle64.

70Un autre type de fibule, dont il n’existe qu’un exemple à Sala Consilina, a un équivalent en Sicile. Elle comporte un arc plat et mince et un pied mi-long (A. 331, Pl. 33, fig. 4). C’est une forme attardée de la Blattbogenfibel ou fibule en feuille. Dans une tombe de S. Angelo de Muxaro près d’Agrigente, un exemplaire identique est associé à des vases géométriques locaux datables du VIIe siècle (Musée de Syracuse). On citera enfin une fibule (A. 28, Pl. 32, fig. 9) à sanguisuga et à pied assez court et la fibule A. 87 (Pl. 9, fig. 4), dont la forme rappelle le type le plus courant dans les tombes de Canale-Janchina.

71Etant donné l’importance nouvelle prise par la métallurgie du fer, on pourrait s’attendre à ce que la proportion des fibules de fer ait considérablement augmenté par rapport à celles de bronze. Or on constate que l’utilisation du nouveau métal est presque uniquement limitée à la fabrication des armes et des outils. Un très petit nombre de fibules et de bijoux font exception à cette règle.

  • 65 Cf. supra, p. 25 ; 71, note 149.
  • 66 La nécropole de Torre Mordillo renferme, outre de nombreux exemplaires de bronze, quelques autres (...)

72Le seul type assez fréquemment représenté (25 exemplaires environ), surtout dans les tombes les plus anciennes de III. A, était déjà connu dans les toutes dernières tombes de la phase II. Β (A. 380, Pl. 6, fig. 1). C’est la fibule à quatre spirales fixées sur des plaques de fer (type Sundwall ΕII a) et qui comporte en général un petit disque de bronze au milieu destiné à cacher le clou central. On a signalé au cours des phases précédentes l’absence presque complète du type correspondant de bronze au temps où il était au contraire très commun dans plusieurs nécropoles calabraises65. L’arrivée de cette fibule à Sala Consilina se produit à une époque où plusieurs objets de la Calabre y parviennent également ; il est probable que cette région a fourni les antécédents directs des types attardés au Val de Diano au début de la période III. A. Le décalage est évident en effet entre les fibules de Sala Consilina, associées à un matériel qui, en d’autres sites, peut être qualifié d’orientalisant, et les exemplaires calabrais, liés généralement à des objets proches de ceux de Sala Consilina II66.

  • 67 Minto, Marsiliana, Pl. 13, 4, fig. 8 ; Sundwall HIIIαc3.

73On a la trace, dans une dizaine de tombes de cette phase, d’une fibule faite de fer et de bronze. Ce qui en reste est peu de chose : une sorte de tissu en fil de bronze reliant deux baguettes de fer légèrement incurvées (Pl. 6, fig. 6). Il faut probablement reconnaître une fibule à arc serpentant à bâtonnets latéraux proche du type Sundwall H III α c 5. L’arc et l’épingle de la fibule ont toujours disparu : ils étaient donc en fer. L’utilisation de deux métaux différents sur un même bijou est une technique orientalisante très répandue en Etrurie, et tout particulièrement employé pour ce groupe de fibules à arc serpentant. On les trouve à Vetulonia, à Bisenzio (HII α c6), à Marsiliana d’Albegna67, mais il s’agit habituellement de métaux plus précieux : or et argent ; argent et bronze. La combinaison du bronze et du fer, indice d’une moindre richesse, a obligé l’artisan à donner aux fibules de Sala Consilina des proportions plus grandes que celles des élégants modèles étrusques.

  • 68 Cf. supra, p. 111-112.

74Pour compléter la liste des fibules de fer, on mentionnera de rares exemplaires, dont l’arc serpentant à bâtonnets latéraux se divise vers l’arrière en deux baguettes parallèles (A. 79, A. 350, rappelant Sundwall HII α d). Il faut citer enfin une dizaine de fibules à arc mince revêtu de perles d’os et d’ambre, dont les modèles de bronze ont été étudiés plus haut (du type Pl. 32, fig. 1)68. On sait qu’au cimetière du Fusco à Syracuse, les exemplaires de fer sont légèrement plus récents que ceux de bronze : on les rencontre depuis le milieu du VIIe jusqu’au début du VIe siècle. Il en va de même à Sala Consilina. Rares pendant la période III. A. ces fibules connaîtront leur plus grande diffusion au cours de la période III. C, c’est-à-dire, comme on le verra plus loin, dans la première moitié du VIe siècle.

BIJOUX ; AMULETTES

75Les mobiliers funéraires féminins comportent de nombreux bijoux.

  • 69 On les trouve à Torre Mordillo, à Canale (Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 253, fig. 176), à. S. Stefano (...)
  • 70 Cf. note 90, p. 62.

76Les ornements auriculaires aux extrémités ondulées, qui avaient été typiques de la phase II, ont presque disparu ; on n’en connaît que deux exemples. Par contre les anneaux en ruban hachuré sur les bords et creusés d’une rainure médiane sont présents dans une douzaine de tombes de la phase III. A (A. 335, A. 315, Pl. 35, figg. 1 et 2). Certains d’entre eux sont garnis d’ornements supplémentaires, comme la file de petits cercles incisés de l’exemplaire de la tombe A. 278. Ils portent parfois un anneau suspendu, qui peut être de bronze (A. 335, Pl. 35, fig. 3) ou d’ambre (A. 278). Ces types d’anneaux sont caractéristiques des nécropoles calabraises vers la fin du Ville et dans la première moitié du VIIe siècle69. Le pendentif en forme de hachette de la tombe A. 335 peut être également rapproché de petits bronzes connus en Calabre et en Sicile70.

  • 71 Mon. Ant. XVI. 1906. col. 95-6, fig. 111-112.
  • 72 Patroni, BPI XXVII, 1901, Necropoli antichissime della Valle del Sarno, p. 42.
  • 73 Par ex. Noto ; voir Bernabô Brea, La Sicilia, Pl. 78, en bas à droite.
  • 74 Cf. Rodney S. Young, Hesperia XVIII. 1949, p. 288, Pl. 72, n. 25. Elles sont fréquentes dans les t (...)

77C’est probablement à la coiffure de la morte qu’il convient de rapporter les courts cylindres formés d’un fil de bronze enroulé en ressort, dont la mode s’installe à cette époque. Ils sont parfois isolés dans les tombes, mais le plus souvent on les trouve par groupe de 6 ou 7 (A. 278 par exemple). La coutume d’attacher les cheveux avec ces ressorts est attestée, semble-t-il, dès les tombes de Timmari71. On connaît des objets identiques dans plusieurs nécropoles d’Italie72 et de Sicile73. L’habitude semble installée également en Grèce, où des spirales d’or ont été fréquemment recueillies près du crâne des mortes74.

  • 75 Cf. p. 82, disques de Torano.
  • 76 BPI XXXVIII, 1913, Pl. V.
  • 77 Brizio, Necropoli di Novilara, Mon. Ant. V, 1895, p. 278, fig. 74.
  • 78 Par ex. Capena, Stefani, Mon. Ant. XLIV, 1958, p. 131, fig. 33.
  • 79 P. Orsi, Gli scavi intorno a l’Athenaion di Siracusa, Mon. Ant. XXV, 1919, p. 570, fig. 167 ; dépô (...)
  • 80 A S. Onofrio di Roccella par exemple. Musée de Reggio de Calabre.
  • 81 Cf. Dall’osso, p. 117.
  • 82 Das Gräberfeld von Hallstatt. Firenze. 1959, Pl. 10, 10 et Pl. 13, 15.

78Au niveau de la poitrine des morts on a souvent trouvé une série d’anneaux de taille décroissante, qui, une fois groupés, forment un disque de bronze (Pl. 7, fig. 1 ; Pl. 9, fig. 7). On peut supposer que, liés les uns aux autres par des fils de bronze ou d’une autre matière75, ils étaient suspendus au cou. D’autres, comme un exemplaire trouvé à Leprignano76, pouvaient être enfilés autour d’une fibule posée sur la poitrine. On trouve dans la nécropole de Novilara des anneaux semblables en fer qui sont reliés entre eux par une plaquette de fer77. Ce genre de disques formés d’anneaux concentriques emboîtés est très commun en effet dans la plupart des sites de l’Age du Fer depuis l’Etrurie78 jusqu’à la Sicile79. Leur section est normalement ronde, mais certains, notamment plusieurs exemplaires calabrais, ont une section en triangle plat80. De nombreuses variantes de ces cercles existent dans le Picenum. On citera en particulier les cercles de S. Ginesio, de plus grandes dimensions, qui s’emboîtent les uns dans les autres, et ont une section triangulaire81. Enfin, le cimetière de Hallstatt en a livré également plusieurs exemples82.

  • 83 P. Orsi, BPI XLVII, 1927, p. 54. Voir Déchelette, Manuel II, p. 864.
  • 84 Dall’Osso, fig. 117 et 192.
  • 85 Mon. Ant. X, 1900, col. 352, fig. 75 ; autres exemples à Belmonte (Picenum), cf. DALL’OSSO, p. 121
  • 86 Dépôt de S. Cataldo di Caltagirone, Bernabô Brea, La Sicilia, p. 196, fig. 49, g et b.
  • 87 Benaé et Covié, Glasinac I, Tumulus I, tombe I, Pl. XXXIV, 5 ; tumulus XIX, t. 4, Pl. XXXVII et XX (...)

79Aucune explication satisfaisante n’a été proposée jusqu’à présent pour ces objets dont on a fait tout à tour une monnaie, des ornements pour chevaux83, etc... A Sala Consilina, ils ont été trouvés seulement dans des tombes de femmes et l’on peut supposer que leur rôle est à la fois ornemental et apotropaïque. Ces cercles concentriques se rattachent à une grande famille d’objets circulaires que l’on rencontre sur un territoire allant du Danube à la Sicile, dont le rôle au sein des mobiliers funéraires n’a jamais été clairement expliqué, et peut, du reste, être différent selon les lieux et les époques. Le Picenum en présente de nombreuses variantes84. Dans les tombes d’Aufidena en pays samnite, plusieurs morts portaient au niveau de la poitrine de larges disques (20 cms. env.) maintenus en place par un baudrier et allant toujours par paires85, qui étaient réservés à une caste guerrière, comme le prouvent les armes qui les accompagnent régulièrement. En Calabre, sur le site de Francavilla Martittima et celui de Castiglione dei Paludi, on a déjà rencontré, surtout dans des tombes de femmes du VIIIe siècle, un grand nombre de disques formés de deux larges cercles emboîtés dont on trouve des équivalents en Sicile86. Parmi ces objets, certains jouent peut-être le même rôle ornemental que des disques plus anciens trouvés de l’autre côté de l’Adriatique dans les tombes du plateau de Glasinac87.

  • 88 Jahrb. d. R.G.Z.M. Mainz, 3, 1956, p. 28-116, Über blecherne Schildbuckel (Faleren). Cf. note 53, (...)
  • 89 Ces objets circulaires sont pour A. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons, Edimbourg, 1964, p. (...)

80G. von Merhart, dans l’étude qu’il a consacrée à un type particulier de disques (reproduit Pl. 56, 3, 4), ne s’intéresse pas à leur rôle. Il les désigne conventionnellement du nom de Schildbuckel ou de phalères88, bien que plusieurs catégories d’entre eux aient été trouvées indifféremment dans des tombes d’hommes ou de femmes. Leur valeur ornementale est aussi limitée que leur rôle défensif. C’est à la permanence d’une tradition dont le sens nous échappe aujourd’hui que ces objets circulaires doivent assurément leur importance89.

  • 90 Cf. listes établies par G. Kossack, p. 20, Pl. 16, 1-20. Cf. supra, p. 32, 75, 82.
  • 91 Musée de Cosenza, exemplaires provenant de Francavilla et de Torre Mordillo. Musée de Reggio de Ca (...)
  • 92 P. Orsi, BPI XLVII, 1927, p. 56 sqq.
  • 93 Kossack, p. 69-76.
  • 94 E. Sprockhoff, Nordische Bronzezeit und frühes Griechentum, Jahrb. des R.G.Z.M. Mainz, I, 1954, p. (...)
  • 95 Merhart I, p. 1-90.
  • 96 On connaît en Grèce quelques exemples de disques à jour portés comme amulettes : ainsi sur un crat (...)
  • 97 Cf. Bellucci, Parallèles ethnographiques IV, Amulettes, 1915, p. 47.

81Une série très nombreuse de pendentifs de petite taille, appartenant surtout aux tombes de la phase II, mais dont on a encore quelques exemples dans la troisième phase de Sala Consilina, pose des problèmes analogues (Pl. 31, fig. 14). Ce sont des disques à jour qui ont été trouvés dans presque toutes les nécropoles protohistoriques d’Italie90. Ils sont particulièrement nombreux en Calabre, et ceux de Torre Mordillo sont remarquables pour leurs grandes dimensions. Ils portent parfois une file de chaînettes ou d’anneaux91. P. Orsi a souligné leur fréquence en Sicile et établi une liste des principaux sites qui en ont livré92. On les trouve surtout dans les tombes de femmes, et l’on peut supposer qu’ils étaient à la fois des ornements et des amulettes. G. Kossack, dans son étude sur les motifs symboliques des champs d’urnes et de la culture de Hallstatt en Europe Centrale93, met ces pendentifs en rapport avec les roues liées aux croyances solaires qui se trouvaient dans le bassin de la Tisza (entre les Carpathes et le Nord des Balkans) pendant l’Age du Bronze. Il tombe d’accord avec Sprockhoff94, qui rattachait, comme G. von Merhart95, ces symboles de caractère solaire aux plaines du Moyen Danube, d’où ils se sont répandus en Europe Centrale et dans l’Est alpin au cours du Bronze Récent, avant d’être diffusés en Italie et en Grèce. En s’éloignant de leur lieu d’origine, ces formes perdent leur signification et deviennent des ornements, probablement doués d’un pouvoir magique, des porte-bonheur, et non plus des motifs religieux96. On peut imaginer le rôle que pouvaient jouer ces objets durant l’Age du Fer en observant l’usage qu’en font aujourd’hui encore plusieurs groupes nomades en Afrique Centrale. Des disques ajourés, dont certains sont identiques aux plus beaux exemplaires d’Aufidena ou de Torre Mordillo, ornent les chevelures ou sont portés sur la poitrine des femmes, auxquelles ils assurent, semble-t-il, une protection magique compensant l’infériorité physique propre à leur sexe97.

  • 98 Cet objet permet de comprendre la destination d’une grande quantité de bulles semblables qui ont é (...)
  • 99 M. Sestieri-Bertarelli, Il Museo archeologico provinciale di Potenza, p. 52.
  • 100 D’Ascoli, Randall Maciver, Pl. 28 ; 2 ; de Novilara, Mon. Ant., 1895, V, col. 148, fig. 20 ; de Nu (...)
  • 101 Not. Sc. 1910, p. 337. fig. 5 ; BPI XXXVII. 1912, p. 49 sqq. Merhart 1, p. 9, Pl. 6, fig. 2, 1.
  • 102 Batovic, p. 63-64, Pl. VIII, fig. 15.
  • 103 Ruzica Drechsler-Bizić, Nécropole iapode de Kompolje, Vjesnik arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb (...)

82Dans le plus riche mobilier funéraire de la phase III, A. 278, on remarque un pendentif rectangulaire, dont le contour supérieur est découpé selon un dessin géométrique, la partie inférieure étant creusée d’une file de trous. Cet objet est très rare à Sala Consilina, puisqu’une seule tombe de le période III. C en contient un autre exemplaire (Pl. 35, fig. 10). Il est au contraire bien connu dans les sites de Lucanie intérieure ; le Musée de Potenza en conserve un exemplaire inédit de S. Chirico Nuovo (près de la haute vallée du Bradano) proche de celui de Sala Consilina (Pl. 66, 2) mais sur lequel des chaînettes pendent encore aux trous de la partie inférieure et portent de minuscules petites bulles98. Deux pendentifs analogues provenant d’Anzi, sur lesquels on reconnaît clairement de chaque côté une protomé animale, sont exposés au Musée de Potenza99. Ils évoquent l’une des séries de pendentifs qui a connu la plus grande popularité dans le Picenum à l’Age du Fer (Pl. 66, 3). Ce sont des plaques légèrement trapézoïdales, s’achevant à droite et à gauche en protomé animale stylisée (oiseau ou cheval) et portant une file de chaînettes100. Le plus ancien pendentif de cette série, d’après Merhart, serait celui de Colle Cardeto (Ancône)101, qu’il situe au début du premier Age du Fer. Cependant, de l’autre côté de l’Adriatique, on en connaît plusieurs exemplaires provenant de Nin (Musée de Zadar) qui seraient, d’après Batovic, datables des VIIIe-VIIe siècles et antérieurs à ceux du Picenum102. Dans les fouilles de Kompolje, des pendentifs apparentés à ceux-ci ont été découverts. Ils sont attribuables à la période Hallstatt C et D (VIIe-VIe siècles), c’est-à-dire qu’ils sont plus récents que les premiers exemplaires du Picenum et de Nin103.

83En Basilicate, un vase de Ferrandina de la première moitié du du VIIe siècle (Antiquarium de Métaponte) porte sur le col un motif peint qui reproduit le pendentif à double protomé, prouvant ainsi qu’il était alors commun dans la vallée du Basento. Il est connu aussi dans la nécropole d’Agliastroso à Amendolara qui n’a livré par ailleurs que du matériel attribuable au VIIIe siècle.

  • 104 Mayer, Pl. 5, n. 10 ; Deux beaux spécimens de Lavello m’ont été signalés par M. Adamesteanu ; d’au (...)
  • 105 Kossack, p. 43.
  • 106 Ibid., Pl. 11, 10.
  • 107 Ibid., p. 43, fig. 2 ; Pl. 11, 18.
  • 108 Sprockhoff, p. 75, fig. 1 et 2.

84Parmi les variantes de cette série, on citera les pendentifs à double protomé animale de la Pouille ; ici le trapèze initial est allongé vers le bas et on le considère souvent comme la représentation d’une hachette104 ; ce type existe aussi en Epire, à Dodone105. D’autres amulettes à double protomé d’oiseaux ont été trouvées également à Cumes106 ; ces types correspondent à des formes connues au Siebenbürgen et en Hongrie107. On peut mentionner encore d’autres variantes dans le Nord de l’Europe qui présentent, de chaque côté d’une plaque arrondie, une protomé de cheval ou une tête de cygne108.

  • 109 Pendentif trouvé à Charroux (Allier), très proche de celui d’Ancône, cf. Kossack p. 43 sqq.
  • 110 Sprokhoff, fig. 8.
  • 111 Un pendentif du début de la culture des Champs d’Urnes, en forme de bandeau courbe aux extrémités (...)

85Pour Kossack, l’origine de ces pendentifs si largement diffusés doit être cherchée dans les amulettes du Danube moyen du début de la culture des Champs d’Urnes (XIIe-XIe siècle av. J. C. env), bien que, par la suite, ces objets soient beaucoup moins nombreux à l’est des Alpes que dans les régions balkaniques, la côte adriatique, l’Italie, et même la France109. Les deux oiseaux aquatiques qui encadrent le pendentif rappellent ceux qui étaient placés de chaque côté de la roue ou de la barque solaire dans les images nées dans le bassin du Moyen Danube vers la fin de l’Age du Bronze110 ; le motif a évolué alors que sa signification primitive se perdait : l’arrondi initial est devenu linéaire, la bande courbe se transformant ainsi en trapèze111.

  • 112 Une question qui n’a pas encore reçu de réponse satisfaisante est celle que pose dans plusieurs ré (...)

86En résumé, la symbolique solaire est à l’origine des motifs qui s’élaboraient vers la fin de l’Age du Bronze au pied des Carpathes ; elle est adoptée ensuite par les cultures périphériques, même si son contenu religieux n’est plus compris. L’un des derniers stades de cette évolution est illustré par le pendentif de Sala Consilina, dont le curieux découpage a été réalisé par un artisan qui ignore le dessin à reproduire, mais qui respecte cependant une tradition imprécise dont le sens lui échappe112.

  • 113 Mon. Ant., X, 1900. col. 327, fig. 61 ; col. 338, fig. 69 c.
  • 114 Not. Sc. 1900, p. 36, fig. 4.

87Quelques pendentifs en forme de feuille à nervure médiane et portant un décor gravé assez sommaire (Pl. 9, fig. 5) ont été recueillis dans plusieurs tombes, normalement par groupes de 6 ou 7. A notre connaissance, seule la nécropole d’Aufidena permet de connaître la disposition de ces objets dans la tombe : placés les uns à côté des autres au niveau de la poitrine de la morte dans la tombe CCCCXXXIV113, ils formaient un collier arrondi. Un pendentif analogue, isolé, à Anzi, permet d’espérer que l’exploration des nécropoles de Lucanie fournira de nombreux éléments de comparaison pour les bronzes de Sala Consilina114.

  • 115 Müller-Karpe I, Pl. 124 D, 1-2.
  • 116 Ibid., p. 202-203.
  • 117 Hampel, Altertümer der Bonzezeit in Ungarn, Budapest, 1890, Pl. XL ; N. Åberg, Bronzezeitliche und (...)

88Aucun précédent italique n’a pu être cité jusqu’à présent pour ces objets. En Europe Centrale par contre, on connaît des pendentifs assez comparables à Mixnitz près de la vallée de la Drave pendant la phase ancienne des Champs d’Urnes (XIIIe siècle env.)115. D’autre part les monumentales fibules à multiples spirales, dont l’arc dessine une série de 8 (fibules à Achterschleifen, Sundwall AIII) que Müller-Karpe a attribuées à la phase Ha A 2 correspondant chronologiquement à la culture protovillanovienne d’Italie116, portent fréquemment des pendentifs analogues ; certes il ne serait pas prudent d’établir une filiation entre une série d’objets connus vers les XIe-Xe siècles des bords de la Drave jusqu’au Siebenbürgen117 et les exemplaires présents dans les tombes de l’Italie méridionale à l’époque orientalisante. Pour que la comparaison puisse être prise en considération dans l’étude de l’origine de ces pendentifs, il faudrait disposer d’autres spécimens correspondant à la période intermédiaire entre les deux séries actuellement connues.

  • 118 Nécropole de Belmonte et d’Ascoli, cf. Dall’osso p. 303.
  • 119 Kompolje. Cf. R. Drechsler-Bizic, Nécropole iapode de Kompolje, Vjesnik arheoloskog Muzeja u Zagre (...)

89Très caractéristiques sont également les gros pendentifs sphériques portés par une longue tige (Pl. 11, fig. 2), dont on a d’autres exemples à Lavello, au nord de la Basilicate et à Armento. On connaît de nombreux spécimens analogues, mais en général de proportions beaucoup plus ré duites au Picenum118, en Croatie119. On peut se demander, étant donné leur poids considérable, si les pendentifs de Sala Consilina et de Lavello étaient réellement portés (certains pèsent 300 gr. environ).

90A la liste des bronzes destinés à la parure des femmes, on ajoutera quelques petits boutons en demi-sphère (A. 113, A. 138), beaucoup plus rares toutefois que lors de la phase précédente (ces boutons décoratifs ne connaissent jamais en Italie le succès dont ils jouissent dans les régions balkaniques). Plusieurs tombes renferment des petites perles sphériques de bronze presque toujours associées à des perles de même forme en ambre (A. 28, A. 70, etc...) ; les deux séries de perles alternées constituaient les éléments d’un collier dont les plus anciens exemples remontent à la fin de la phase II (A. 105) et qui existent aussi à Armento (Antiquarium de Métaponte). On rencontre également dans quelques tombes de la période III. A des petites perles biconiques en fil de bronze enroulé (1.21, A. 334, etc...).

91Très souvent les mortes portaient, autour des bras, des bracelets formés d’un ruban de bronze enroulé en cylindre qui atteignent parfois une longueur considérable (15 cm. env.). Ils sont communs dans la plupart des sites italiques de l’Age du Fer, (Pl. 9, fig. 7). D’autres ont l’aspect d’un simple cercle, parfois orné d’une file d’oves (Pl. 35, fig. 4).

  • 120 Cf. von Duhn, s.v. Muscheln. Plusieurs tombes du VIe siècle de Roccanova en ont livré également.
  • 121 Exemples de l’époque de Castelluccio, P. Orsi, BPI XVIII. 1892. sep. 19. Pl. III, fig. 28, coquill (...)
  • 122 Randall Maciver, Pl. 28 en haut à droite.
  • 123 BELLUCCI, Parallèles ethnographiques, n. 4, Chap. 4, p. 2.

92Quelques tombes de femmes de notre période contiennent des coquillages connus sous le nom de Cypraea, qui ont servi probablement de pendentifs (Tombe A. 176, Pl. 9, fig. 6). Ce n’est pas une particularité de Sala Consilina, puisqu’on en trouve en Etrurie, dans le Picenum et dans de nombreux sites de l’Age du Fer en Italie120 et en Sicile121. L’importance attachée à ces objets par les populations préhelléniques d’Italie est particulièrement remarquable dans le Picenum. Là, en effet, dans les tombes de Numana et dans la région d’Ascoli Piceno, on trouve de nombreux exemples, non seulement de cypraea naturels, attachés à des pendentifs caractéristiques du Picenum, mais aussi de leurs imitations en bronze122. Que les bronziers aient pris la peine d’imiter ce coquillage est une preuve de l’attachement que les populations locales avaient pour cet objet. L’explication la plus vraisemblable est celle qui donnerait une valeur apotropaïque, un rôle de porte-bonheur à ce coquillage. Cette idée est accréditée par le fait qu’aujourd’hui encore les coquilles de Cypraea sont recherchées en Afrique où elles protègent contre le mauvais œil123.

OS ET IVOIRE

93A Sala Consilina, comme en bien d’autres sites d’Italie, on connaît plusieurs exemples de dents d’animaux percées d’un trou, qui, vraisemblablement, étaient des amulettes suspendues au cou comme on en trouve aujourd’hui en Afrique noire.

  • 124 Les exemplaires de Francavilla sont encore inédits. Pour ceux d’Osovo, cf. Fiala, Bosn. Mitt., Vol (...)

94Par contre, les objets d’ivoire travaillé sont exceptionnels. La tombe A. 278 a livré une série de petits chevaux sculptés sur les deux faces, dont deux seulement sont bien conservés (Pl. 35, fig. 5 et 6). Ces objets faisaient partie d’un grand collier qui comportait aussi des perles d’ambre sculpté en forme de petits oiseaux posés sur une base carrée percée d’un canal. L’application avec laquelle les petits chevaux ont été sculptés contraste avec le traitement rudimentaire des oiseaux d’ambre, dont la silhouette est délimitée par une série, d’angles vifs. Des pendentifs d’ambre identiques en forme d’oiseaux existent dans une tombe de Francavilla Marittima en Calabre et à Osovo en Bosnie124.

  • 125 Cf. supra, p. 33-35.
  • 126 Il demeure toujours possible que le hasard des fouilles soit seul responsable de cette lacune. Deu (...)

95L’étude de la phase III. A de Sala Consilina a permis de vérifier les hypothèses proposées à la fin du premier chapitre125. Le matériel des plus récentes tombes de la phase II portait en effet l’empreinte d’un changement qui commençait à s’effectuer, tant dans les types vasculaires que dans les objets de bronze. De cette révolution on ne voyait que les préludes à la fin de la phase II ; au début de la phase III, elle est déjà pleinement accomplie. En d’autres termes, il manque les tombes qui permettraient d’assister au remplacement progressif des objets désormais périmés126.

  • 127 Cf. infra, p. 246-247.

96Ainsi se trouve confirmée l’idée d’une rupture entre les phases II et III de Sala Consilina. Celle-ci n’a pas nécessairement une longue durée puisqu’on a pu déceler quelques éléments de continuité dans la nécropole. Toutefois la transformation presque complète du matériel funéraire signifie que les articles produits ou importés à Sala Consilina ne sont plus les mêmes, que les relations commerciales se sont modifiées. La fin de la phase II représente donc une date importante pour l’histoire du site, dont malheureusement aucune source antique ne nous explique la signification. Le changement se serait effectué, selon la chronologie que nous proposons pour les deux premières phases, vers la fin du VIIIe siècle127.

  • 128 Cf. supra, p. 44.

97Il semble que Sala Consilina ne soit pas le seul site de l’Italie du Sud qui ait connu alors des transformations profondes. On dispose de peu d’éléments pour juger de cette période en Lucanie intérieure. Cependant le site important de Vaglio, entre les hautes vallées du Bradano et du Basento, a livré un bon nombre de fragments de vases géométriques. Une notable proportion d’entre eux appartiennent à des vases à tenda. D’autres évoquent la céramique géométrique iapyge128. Ces vases sont, grosso modo, datables du VIIIe siècle. En dehors de ces séries monochromes, on remarque d’autres fragments géométriques, bicolores et proches de vases existant à Sala Consilina à partir de la fin de la période III. A. Il y aurait donc deux époques dans les deux catégories de fragments recueillis sur l’acropole de Vaglio, et l’on pourrait voir dans cet écart chronologique la preuve d’une changement de culture qui s’y serait produit en même temps qu’à Sala Consilina. On ne dissimulera pas la fragilité de ce raisonnement fondé seulement sur l’étude d’une série de fragments qui représentent des vases mal connus encore. Il peut arriver que certains types se prolongent, que d’autres apparaissent plus tôt en un site qu’en un autre. Ces réserves faites, il est cependant probable que la céramique recueillie jusqu’à présent appartient à deux périodes distinctes, l’une étant située dans le VIIIe siècle, l’autre couvrant la fin du VIIe et le VIe siècle. Il n’est donc pas exclu que de grands changements se soient produits à Vaglio à la fin du VIIIe siècle.

  • 129 Mayer, RM XII, 1897, 248 ; mayer, p. 17.

98A la rupture constatée à Sala Consilina entre le Géométrique de la IIe et celui de la IIIe phase correspond une interruption analogue soulignée par Mayer129 pour les céramiques apuliennes. Après avoir constaté l’absence des séries qui formeraient la suite du groupe de Borgo Nuovo, il observait l’apparition de nouvelles formes un peu partout en Apulie, du Gargano jusqu’à la pointe du Salento, couvertes de motifs rénovés quoique dérivés des thèmes antérieurs. Le début de cette production se placerait vers 600. Sur le lieu où aurait pu s’accomplir l’évolution du style dans la période intermédiaire entre les vases du Borgo Nuovo et ceux VIe siècle, on ne sait rien. Pour Mayer, c’est l’arrivée des Lacédémoniens à Tarente qui aurait provoqué un exode des Messapiens ; dans les remous occasionnés par ces migrations, les artisans auraient interrompu leur activité productrice.

  • 130 Cf. p. 86.

99Par ailleurs, plusieurs sites calabrais, en particulier Castiglione dei Paludi, Torre Mordillo, Torano, ont livré un matériel qui s’arrête vers la fin du VIIIe siècle130, interruption qui suggère des mouvements de populations à cette époque parmi les indigènes.

  • 131 On rappellera ici une communication de L. Pareti, Convegno Taranto 1, p. 151, qui invoquait deux p (...)

100Ainsi les renseignements dont on dispose pour la Lucanie, la Pouille et la Calabre permettent de constater que les provinces méridionales de l’Italie, sur les rives desquelles eut lieu la colonisation grecque, ont subi de profonds changements de culture vers la fin du VIIIe siècle. Actuellement toutefois il serait prématuré d’attribuer la responsabilité de ces transformations à des facteurs politiques déterminés131.

PERIODE III Β

  • 132 Le Centre de Calcul de la M.S.H. a réalisé un contrôle du groupement de ces tombes. Le fort rappor (...)
  • 133 B. D’agostino, Calai. Mostra, p. 105.

101On a pu réunir en un même groupe les tombes qui, non seulement constituent un passage entre les périodes III A et III C, dont elles renferment parfois des éléments caractéristiques, mais possèdent aussi des traits particuliers que l’on ne retrouve dans aucun autre groupe132. Outre leur valeur chronologique, ces tombes présentent un intérêt particulier, car, par l’association régulière de certaines séries de vases géométriques avec des fibules déterminées, elles permettent de préciser, beaucoup mieux qu’on ne l’a fait jusqu’à présent, les étapes de la transformation des fibules à pied long au cours d’une période qui, en Etrurie ou en Campanie Méridionale, a pu être qualifiée de sub-orientalisante133. On ne note aucun changement profond dans la composition des mobiliers funéraires par rapport au début de la phase III, et il est parfois difficile de décider de l’attribution d’une tombe à l’une ou l’autre période. Dans l’ensemble pourtant, des modes nouvelles ont modifié un peu la technique des céramistes, de nouveaux bronzes (bijoux, fibules) se sont introduits, une série d’objets importés indiquent quelques relations commerciales.

CÉRAMIQUE GÉOMÉTRIQUE

I - Série principale

102On désignera du nom de Géométrique Moyen de Sala Consilina le style qui a cours à cette époque.

  • 134 la Genière 2, Pl. X, fig. 1, n. 2.

103Les vases posés sur un pied conique se transforment avant de disparaître; pour les cratères à pied, l’importance du récipient diminue par rapport à celle de son support ; sur un cratère appartenant à une tombe qui se situe au passage de la période III.A à la période III.Β (A. 183), on remarque déjà l’allongement du support ; il est plus sensible sur le cratère A. 401 (Pl. 10, fig. 6, n. 3), dont le récipient sphérique est plus étroit, le pied plus haut. La forme s’égare parfois loin des types traditionnels : c’est le cas du cratère A. 14134, dont la panse sphérique écrase lourdement un court pied conique ; l’aspect inhabituel de ce vase est encore souligné par deux anses en ruban disposées verticalement. La décoration de ces cratères est de plus en plus sommaire. Aux ornements géométriques précis de la période III. A (A. 79, Pl. 39, fig. 2 ; A. 195, Pl. 7, fig. 1) succèdent des groupes de filets parallèles rouges et noirs qui, en se croisant à angle droit sur la partie supérieure de la panse, déterminent des métopes occupées dans le cas du cratère A. 401 par des svastikas (Pl. 10, fig. 6, n. 3). Le cratère A. 14 n’obéit pas à la tradition décorative particulière à sa forme, mais annonce au contraire les motifs qui s’installent au cours de la période III. Β sur d’autres types de vases : alternance de bandes rouges et noires sout l’embouchure, double crochet entre filets courbes au milieu de la panse ; de chaque côté, jambages rouges. Ces ornements, mal adaptés à la panse large d’un cratère, vont désormais se répandre sur les bouteilles, les « canthares », les cruches.

104Les cratères bas, dont la forme remonte aux céramiques de la Phase II, ont connu, pendant la période II. A, une tendance à l’allongement, à la suppression des divisions entre les différentes parties (col, épaule et panse, qui ne fait que s’accentuer pendant cette période (Pl. 39, fig. 5) à laquelle appartiennent des cratères presque sphériques. De plus en plus rare, ce type de vase attardé porte une décoration appauvrie (comme de simples bandes bicolores sur le cratère A. 300). Si le peintre s’efforce de la renouveler, c’est en empruntant des motifs au répertoire qu’il utilise sur des vases plus populaires à cette époque, les cruches et les « canthares » (Pl. 39, fig. 6).

  • 135 On peut isoler un petit groupe de vases, typiques de cette période, par exemple la cruche A.130, P (...)

105Les différences entre les cruches des périodes III. A et III. Β ne sont pas très sensibles. On remarque surtout l’allongement de la silhouette, le redressement du col qui était plus conique auparavant, l’aplatissement de l’embouchure (Pl. 40, fig. 6). Souvent la hauteur du col diminue par rapport à celle de la panse (A. 249, Pl. 11, fig. 1, n. 3). Des variantes de la cruche traditionnelle sont créées à cette époque, en particulier celles dont le col et l’embouchure sont rétrécis et qui sont plus petites en général que les cruches normales (Pl. 40, fig. 7 et 8). C’est à la fin de cette période qu’apparaît le premier exemple d’embouchure à bec verseur (Pl. 40, fig. 5), peut-être seulement inspiré par la recherche d’une plus grande commodité ou bien imitant déjà les becs trilobés des vases grecs, dont l’influence sera évidente sur la céramique de la période suivante de Sala Consilina. Comme celle des cratères, la grammaire décorative des cruches est moins riche qu’à la période précédente. Peu variés, les motifs sont pourtant exécutés la plupart du temps avec beaucoup de soin, en général avec deux couleurs, un gris noir et un rouge violacé plus clair qu’auparavant135.

106Les petites tasses sphériques de la période III. A ont disparu, sauf un exemplaire unique dans la tombe A. 14, dont le décor toutefois présente les caractéristiques nouvelles du Géométrique moyen.

  • 136 Ce « canthare » n’était pas encore restauré lorsque nous avons achevé de réunir notre documentatio (...)

107Par rapport à ceux de la phase précédente, les nouveaux « canthares » se distinguent par un léger redressement du col, sur une vasque devenue moins large. Comme pour les cruches, la tendance à l’allongement des formes est très nette (Pl. 42, fig. 9, 10, 11). L’innovation d’un potier mérite d’être soulignée : ce sont les anses quadrifides, rouges, du « canthare » A. 292, unique exemple connu à cette époque de ce type d’anse qu’adopteront les potiers à la période suivante pour les « canthares » comme pour les grands cratères. On peut considérer le « canthare » A. 292 comme l’ancêtre de toute la masse des vases à anses trifides ou quadrifides du Géométrique Récent136.

108La décoration des « canthares » est la même que celle des cruches ; un seul motif divise chaque face en deux parties rigoureusement symétriques. Quelques variantes apparaissent cependant : chiens courants, jambages fantaisistes (Pl. 10, fig. 1, n. 3 ; Pl. 42, fig. 11), rosettes, qui annoncent en même temps les motifs qui se répandront par la suite. Ces vases sont régulièrement bicolores.

  • 137 Cf. note 135.

109On remarque une nouvelle forme (Pl. 41, fig. 4 et 5), la bouteille ; les plus anciens exemples peuvent être attribués aux potiers du groupe A. 14137, qui ont façonné la bouteille B. 13 au contour très net et aux parois fines ; le col est étroit et conique, la panse sphérique ; deux petites prises latérales en anneau sont placées au niveau de l’épaule (Pl. 41, fig. 5). La bouteille B. 4 (Pl. 41, fig. 4) présente une silhouette analogue, quoique moins nette. Les décors n’ont aucune originalité ; le col est en général couvert de bandes horizontales rouges et noires, et l’on retrouve sur la panse les motifs habituels des vases contemporains.

110Comme à la phase précédente, l’embouchure de ces vases comporte un bord plat, large d’environ un centimètre, sur lequel les cinq motifs triangulaires habituels sont fréquemment répétés en peinture gris noirâtre. Parfois cependant le peintre borde maintenant le motif noir d’un filet rouge ; ou bien il introduit des triangles rouges en sens inverse (« canthare » A. 366, Pl. 38, fig. 3) ; parfois aussi, le plat de l’embouchure est entièrement rouge, ou bien garni d’une bande rouge entre deux filets noirs (cruche A. 130, Pl. 40, fig. 6).

  • 138 On fabriquait des coupes analogues dans d’autres sites de Basilicate, comme le laisse présumer une (...)

111On a déjà rencontré, au cours des phases II et III.A, des coupes basses à bord rentrant d’argile beige rosé, identiques quant à la forme aux modèles villanoviens. Elles demeurent inchangées, sauf que leur argile est maintenant plus fine et plus claire. Les coupes à pied sont peu nombreuses ; elles sont légèrement plus hautes qu’à la phase précédente, le pied est plus cylindrique (A. 257, Pl. 44, fig. 7)138.

  • 139 Cf. supra, p. 94.

112Les potiers ont continué à fabriquer également des coupes en calotte d’argile beige, dépourvues de décor, mentionnées plus haut139 ; elles sont parfois portées par un pied haut (la tombe A. 35 en renferme deux exemplaires, l’un avec, et l’autre sans pied, Pl. 44, fig. 8) ; les modèles de bronze qui avaient inspiré ces imitations ont désormais disparu.

  • 140 Il a été probablement introduit sur des bronzes gravés, comme l’indiquent les croix incisées sur l (...)

113D’autres vases à boire de formes variées caractérisent la période. Ce sont les bols à vasque ronde légèrement resserrée vers le haut (Pl. 44, fig. 1, n. 1 et 2 ; fig. 2, n. 1 ; Pl. 10, fig. 2 vases 1 et 3) dont on a vu les premiers exemples à la période II.A (Pl. 44, fig. 1, n. 3). Le décor, très simple, se limite à quelques bandes rouges et noires près de la lèvre, et deux paires de filets courbes sur la vasque. Ces bols sont souvent accompagnés de très petites coupelles basses sans anse, ornées seulement de quelques filets rouges et noirs. On peut citer également, en fin de période, une série de coupes basses, dépourvues de décor à l’intérieur de la vasque, et ornées à l’extérieur de rainures concentriques délimitant des zones rouges et noires ; la base est décorée d’un motif en forme de Croix de Malte, qui fait partie du répertoire décoratif utilisé par les peintres de vases géométriques dans la Pouille, après qu’il eut été diffusé dans toute la péninsule italique au temps de la culture villanovienne140.

  • 141 La forme de la coupe A.175 était commune dans les Cyclades au Ville et au VIIe siècle. Cf. Délos X (...)

114A côté de ces coupes, dont l’originalité trahit le caractère local, il en est d’autres qui, bien que fabriquées selon les techniques géométriques, évoquent par leur forme les modèles helléniques dont les premiers exemples parviennent à cette époque au Val de Diano (Pl. 49, fig. 9, A. 175 et B. 23). Ce sont des coupes caractérisées par leur vasque conique resserrée sous la lèvre et leurs anses à section ronde légèrement relevées ; les unes (comme A. 175) ont une lèvre oblique, nettement en retrait par rapport à la vasque141 ; leur décor consiste en bandes parallèles rouges et noires interrompues au niveau de la zone des anses qui est garnie d’un filet ondulé horizontal. Sur d’autres (comme B. 23), l’angle formé entre la lèvre et la vasque est moins accusé et le décor est limité à une série de filets rouges parallèles. Ces décors sans originalité sont connus sur des coupes analogues en d’autres sites d’Italie du Sud, notamment à S. Stefano di Grotteria en Calabre. Ils se réfèrent à des modèles grecs d’époque géométrique et orientalisante qui ont suscité, d’abord dans les centres grecs de la côte, puis dans les milieux indigènes de l’intérieur, de nombreuses imitations.

  • 142 E. Stefani, Mon. Ant. XLIV, 1958, col. 130, fig. 32, amphore de Capena portant sur l’épaule de pet (...)

115Plusieurs bobines ont été trouvées dans des tombes des périodes III. B et III. C. Elles sont décorées de croix de Malte ou de filets rouges et noirs parallèles (Pl. 46, fig. 3) et sont parfois incrustées de petits anneaux de verre coloré, selon une technique connue ailleurs, et tout particulièrement en Etrurie142. Tous les exemples connus à la période III.B ont été trouvés dans des tombes féminines, dont l’une est peut-être celle d’une enfant, si l’on tient compte de la petitesse des vases et des bijoux qu’elle contient.

II - Série secondaire

116Les vases de la série secondaire dont on a pu citer plusieurs exemples à la période III.A. deviennent un peu plus nombreux, surtout vers la fin du Géométrique Moyen (III. B).

117Plusieurs cruches, réalisées sans l’aide du tour, s’apparentent aux précédentes, malgré le rétrécissement marqué du col (Pl. 50, fig. 6 et 7, A. 175, A. 37). Le décor, en couleurs opaques, a évolué aussi peu que la forme ; pourtant les bandes rouges et noires de la partie supérieure ont tendance à se resserrer (comparer Pl. 50, fig. 4 et 5, avec fig. 6 et 7) ; plus bas, des motifs de méandres occupent le devant de la panse entre des filets verticaux, annonçant les compartiments verticaux qui seront garnis de motifs variés au cours de la phase suivante. Tandis que les anses sont encore ornées de filets longitudinaux bicolores (comme la cruche A. 150 d’époque III. A, Pl. 50, fig. 4), l’embouchure (notamment A. 175, Pl. 50, fig. 6) porte déjà le décor typique de la série secondaire à la période III.C (quatre groupes de filets noirs transversaux entre des zones rouges comme Pl. 51, fig. 2 et 3) au lieu des filets courbes plus anciens (Pl. 51, fig. 1). Les cruches A. 175 et A. 37 établissent, entre les rares exemplaires de la période III. A et le groupe plus important des cruches secondaires du Géométrique Récent, un lien sûr qu’aucun autre site d’Italie du Sud ne permettait jusqu’à présent de mettre en lumière.

118On ne peut citer aucun cratère pour cette période qui connaît, par contre, plusieurs formes nouvelles.

  • 143 La Genière 2, Pl. IX, fig. 2, n. 2.
  • 144 Cf. p. 160-161.

119Une vase biconique143 (A. 175) aux anses à demi relevées est entièrement garni de bandes bicolores à motifs géométriques s’élargissant du haut en bas de la panse, et séparées les unes des autres par une bande rouge entre deux noires. On se contentera pour l’instant de signaler les analogies étroites qui existent entre ce vase et celui de Vaglio (qui est reproduit à la Pl. 52, fig. 3 et 5) : même forme, même composition décorative reposant sur l’alternance d’un décor géométrique et d’une bande rouge entre deux noires ; même souci du remplissage jusque sur le dessous du vase qui comporte un décor identique pour tous les deux. On exposera plus loin l’importance de cette comparaison144.

120Un autre vase évoque des modèles plus lointains. C’est l’askos de la tombe A. 400, qui répète presque exactement les proportions d’un askos de Gravina di Puglia du Musée de Tarente. L’allongement de la panse surmontée d’une anse en anneau, l’extrémité en museau pointu d’animal sont les mêmes pour les deux vases, dont le décor seul diffère (comparer Pl. 52, fig. 1 à fig. 2). A Sala Consilina, la forme de l’askos évolue rapidement : la panse devient plus renflée, le museau d’animal plus arrondi.

  • 145 Mayer, Pl. 23, 1. Gervasio, p. 320, fig. 78, à comparer aussi avec Sala Consilina A.123 (non resta (...)

121Les premiers exemples de tasses à deux anses écartées remontent aussi à cette période. Celle de la tombe A. 35 (Pl. 50, fig. 9) est décorée selon le même principe que le vase biconique A. 175, c’est-à-dire l’alternance de décors géométriques (ici méandres) et de bandes rouges entre deux filets noirs. Par la suite, le remplissage devient plus étroit ; de larges zones rouges garnissent les parties non décorées (A. 401, Pl. 10, fig. 6, n. 1 ; Α. 213, Pl. 50, fig. 10). Plus élancées que ces tasses, les petits vases à deux anses verticales lisses ou torsadées évoquent des types apuliens très proches (A. 357, Pl. 50, fig. 8 ; A. 271. Pl. 50, fig. 3)145.

VASES DE BRONZE

  • 146 Hencken p. 264.

122Les coupes « en calotte » ont maintenant disparu, remplacées parfois par des bassins plus larges et plus bas dont le bord est décoré d’une file de bosses rondes (Pl. 10, fig. 2, n. 6). Ces récipients ont une large diffusion puisqu’on les trouve aussi bien en Etrurie à partir du début du VIIe siècle, en Sicile vers 700, en Bosnie et en Allemagne, au cours de la phase de Hallstatt C, en France (Taussac) etc...146. A Sala Consilina, les premiers exemples sont sensiblement plus récents que dans les autres sites.

123Quelques tombes de la période III.Β renferment aussi des coupes basses et larges à bord lisse ; la tombe A. 339 a livré une phiale fragmentaire, entièrement décorée de cercles repoussés et de points qui rappellent les techniques métalliques d’Etrurie à l’époque orientalisante.

ARMES

124La proportion des pointes de lance dans les tombes n’a pas varié par rapport à la période précédente. Leur type cependant s’est transformé. La douille, naguère courte, s’est beaucoup allongée ; la feuille de laurier large est maintenant rétrécie ; au lieu d’une lame plate, les lances ont maintenant une lame à section en losange, renflée au centre et s’amincissant vers les tranchants. La tombe A. 400 par exemple renferme trois pointes de lance, dont l’une évoque les proportions de la phase III. A, tandis que les deux autres marquent, l’une par le rétrécissement des tranchants, l’autre par l’allongement considérable de la douille (qui atteint la moitié de la longueur totale), les différences profondes qui séparent les nouveaux types des anciens.

125On remarque la présence insolite d’une pointe de lance en bronze dans une tombe de cette phase (A. 388), accompagnée d’une fibule de type sicilien qui, elle aussi, surprend dans ce mobilier funéraire : les deux bronzes sont en effet caractéristiques de la fin de la Phase II.

FIBULES

126Les lombes d’hommes identifiées comme telles par la présence d’armes ne contiennent que rarement des fibules. Cependant, lorsque celles-ci existent, on remarque une certaine prédilection pour les fibules à arc serpentant à bâtonnets latéraux, tout particulièrement celles dont l’arc est divisé en deux tiges vers l’arrière, type nouveau, très caractéristique de cette phase (type Pl. 33, fig. 10).

127L’utilisation par les hommes de cette fibule ne signifie pas qu’elle leur soit réservée : on la retrouve en effet dans un grand nombre de tombes de femmes, où elle est associée à d’autres bijoux (Pl. 10, fig. 3 ; Pl. 11, fig. 2 ; Pl. 12, fig. 5, n. 1).

128On remarque dans l’ensemble un certain appauvrissement du mobilier de bronze des tombes, alors qu’au contraire le nombre de vases offerts aux morts n’a fait que croître.

129Quelques fibules caractéristiques de la phase précédente sont toujours utilisées : c’est la fibule à navicella large à deux boutons latéraux (Pl. 32, fig. 15), la fibule à navicella à motifs géométriques gravés (Pl. 32, fig. 13), la fibule à arc serpentant proche de I.49 (Pl. 32, fig. 7) ; parfois encore on rencontre la fibule à arc simple et à pied court, symétrique, qui avait été la plus commune durant la fin de la phase II de Sala Consilina (comme Pl. 31, fig. 3).

  • 147 Cf. Hencken, p. 261, tombe 428, Pl. 60, fig. 13. Cf. infra, p. 235-236. Un type assez proche dans (...)
  • 148 Hencken, Pl. 57, tombe 486. Quelques spécimens comparables portent un décor incisé sommaire (A.289 (...)
  • 149 Pour les fibules en forme d’animaux à Ischia, voir infra, p. 240.

130A côté des types hérités du passé, les habitants du Val de Diano utilisent aussi des fibules nouvelles. La possibilité de préciser le moment où interviennent ces modèles inédits, c’est-à-dire de les dissocier chronologiquement des types existant auparavant, est l’un des résultats importants auxquels conduit l’étude typologique des vases et leurs associations au sein des mobiliers funéraires. Ces précisions ont d’autant plus de valeur qu’aucun autre site n’a permis jusqu’à présent de les établir. En effet, l’étude de la céramique nous ayant amené à considérer comme l’œuvre d’un même atelier un certain nombre de cruches, de canthares ou de bouteilles (groupe de A. 14 ; Pl. 40, fig. 5 et 6 ; Pl. 41, fig. 5 ; Pl. 42, fig. 10), il est vraisemblable que les objets de bronze qui les accompagnent sont contemporains. Or, là où se trouve un vase de groupe A. 14-, on rencontre presque immanquablement, tantôt isolées, le plus souvent associées entre elles, des fibules inconnues auparavant : le type A. 37 (Pl. 33, fig. 9), dont la navicella aplatie et assez étroite porte quelques rainures longitudinales, présent dans 22 tombes de Sala Consilina, est associé 15 fois à des vases du Géométrique Moyen (III. B). La fibule A. 249 (Pl. 33, fig. 11), dont la navicella étroite comporte deux boutons latéraux, rappelle un type connu à Ischia vers la fin du Ville et à Syracuse après le milieu du VIIe siècle147 ; 9 sur 10 des tombes qui la contiennent à Sala Consilina appartiennent à la période III. B. Les fibules à sanguisuga dépouvues de décor (Pl. 33, fig. 12) évoquent des exemplaires d’argent datables à Ischia de la fin du VIIIe siècle et des exemplaires analogues de bronze présents dans les tombes du Fusco dans le deuxième quart ou vers le milieu du VIIe siècle148 ; sur 12 exemplaires trouvés à Sala Consilina, 11 proviennent de tombes contenant des vases du Géométrique moyen. La fibule à arc serpentant A. 249 (Pl. 33, fig. 10), dont on a signalé la présence dans quelques tombes d’hommes de cette phase, est associée 15 fois à un matériel typique de la phase III. B. alors que 18 tombes seulement la contiennent. Enfin, sur trois exemplaires de fibules à arc en petit cheval (Pl. 33, fig. 13), deux appartiennent à une tombe de cette phase149. Ces chiffres prouvent à quel point les fibules apparues au début de la phase III. Β sont caractéristiques de cette période. Inconnues auparavant, elles constituent un petit groupe de variantes tardives des types de la phase III. A. Par la suite, la mode des fibules dont le pied est terminé par un bouton fera disparaître les formes précédentes.

  • 150 Cf. supra, p. 115.

131On trouve à cette époque de nombreuses fibules de fer à l’arc mince revêtu d’os et d’ambre, déjà apparues au cours de la période précédente150. Quelques types à sanguisuga (A. 366), à arc serpentant à bâtonnets latéraux (A. 24), demeurent des essais isolés d’artisans et ne connaissent aucune diffusion.

BIJOUX

132Quelques bijoux complètent le mobilier funéraire, bien que rien ne rappelle la surabondance qui caractérisait certaines tombes de femmes de la période III. A.

133Hérités de la génération précédente, des cercles concentriques (A. 130, Pl. 10, fig. 3), des boucles d’oreilles (A. 130, Pl. 10, fig. 3 et 5), des pendentifs sphériques (A. 249, Pl. 1.1, fig. 2), des bracelets cylindriques en ressort rappellent que le passage de la phase III. A à la phase III. Β s’est effectué sans rupture.

134Plusieurs bronzes très modestes sont typiques de cette période. Des disques à ondulations concentriques, percés au centre, s’apparentent à tous les disques concaves dont on a pu établir la présence au début de l’Age du Fer dans les nécropoles de l’Italie adriatique, de la Sicile et même des régions balkaniques. Ceux de Sala Consilina III. Β rappellent plus précisément des modèles de Torre Mordillo, dont la phase III. A n’a pas laissé d’exemple. On les trouve en général enfilés sur les épingles des fibules.

135On citera aussi des éléments de collier en tube étroit formé d’un fil enroulé en cylindre, des perles allongées en doubles sphères lisses reliées par un tube orné de rainures transversales (Pl. 35, fig. 7).

136Des perles d’ambre concourent le plus souvent à la composition de ces colliers. Leurs proportions varient ; on retrouve la grosse perle en trapèze qui rappelle celle de la phase III. A ; le plus souvent, l’ambre est taillé en perles ovales ou allongées en triangle.

137Le verre est aussi rare qu’à la phase précédente. A part quelques perles isolées, on remarque les pendentifs de la tombe A. 249 : ce sont des perles de verre irisé, bleues, moulées en forme de motif floral, ou de motif humain stylisé (Pl. 11, fig. 2, en bas).

PERIODE III. C

  • 151 Une série de tombes de ce groupe a été soumise au Calcul Automatique. Le fort rapport de similarit (...)

138Aucune modification brutale dans la composition des mobiliers funéraires ne permet de fixer précisément la fin de la période III. Β et le début de la suivante. Pourtant, malgré les éléments nombreux qui servent de lien entre ces deux phases, le contraste entre elles est évident. A la modestie des tombes anciennes, s’oppose la surabondance des objets offerts au mort. En effet, tandis que, sur l’ensemble de la nécropole, les tombes ont livré, en moyenne, une dizaine d’objets chacune, certaines d’entre elles à cette phase en contiennent une cinquantaine. Ceci répond à trois causes diverses. L’une est la tendance générale vers l’enrichissement du mobilier funéraire qui s’est poursuivie sans interruption depuis les plus anciennes tombes de la nécropole. La seconde est la prospérité que connaît vraisemblablement le Val de Diano à cette époque, après une assez longue période de stabilité. Enfin les progrès techniques des artisans leur permettent un rendement beaucoup plus fort qui fait baisser la valeur de chaque objet, et détermine le client à multiplier proportionnellement ses achats. Ainsi, pour la céramique, la quantité succède à la qualité. Pour les bronzes, l’objet de série remplace les types variés de naguère. En outre, des objets importés concurrencent les fabrications locales151.

CÉRAMIQUE GÉOMÉTRIQUE

I - Série principale

139La céramique désignée du nom de Géométrique Récent de Sala Consilina illustre les changements intervenus dans les habitudes artisanales. L’argile des vases est plus foncée et plus cassante qu’auparavant, ce qui est dû à sa nature comme aux particularités de la cuisson, les fours utilisés atteignant des températures plus élevées. L’exécution des formes se fait sur un tour beaucoup plus rapide qui laisse des traces profondes. L’uniformisation des proportions n’est acquise toutefois que pour les vases fabriqués en grand nombre, comme les « canthares » ou les coupes à une anse.

140Un seul exemplaire de cratère à pied (B. 6, Pl. 45, fig. 4), de forme très maladroite, répète les lourdes proportions du cratère A. 14. La zone principale au niveau des anses, qui est divisée en métopes garnies de motifs d’animaux, trahit une lointaine influence hellénique. Il n’a pas sa place dans l’histoire de l’évolution des formes au Val de Diano et présente de vagues analogies, par son profil et par ses thèmes animaliers, avec les vases géométriques de Canale, d’un siècle plus anciens environ. Ce vase est pourtant la création d’un potier local, comme nous l’indiquent l’argile, la forme rudimentaire, les bandes rouges et noires alternées sous la lèvre, les filets courbes au bas de la panse.

141Les cratères bas sont presque aussi rares que les précédents et, par rapport à ceux de la période III. B, ils ne marquent pas plus de renouvellement dans leur forme assez élancée que dans leur décor qui répète celui des canthares (Pl. 39, fig. 5 et 6, cratères datables de la fin de III. Β ou du début de III. C).

142La disparition presque complète des larges récipients géométriques provoque le retour en vogue des grands pots ovales qui faisaient partie de presque tous les mobiliers funéraires de la phase II (Pl. 4, fig. 3 ; Pl. 5, fig. 1), et dont on trouvait encore quelques exemples au début de la phase III (A. 87, Pl. 9, fig. 1). Ces vases, dépourvus de décor, façonnés à la main dans une argile grossière, épaisse, brun-orangé, avaient presque complètement disparu par la suite. On ne pouvait citer que le curieux vase A. 335 (Pl. 9, fig. 7, n. 1), entre les phases III. A et III. B, et quelques exemples isolés dont les profils très différents prouvent que les potiers n’obéissaient pas encore à une routine. L’argile devient de plus en plus orangée. La forme sphérique, avec un col court, une embouchure largement couverte et quatre anses verticales, souvent quadrifides, s’impose pendant la période III. C (Pl. 12, fig. 2). Il existe pourtant de nombreuses variantes pour ces récipients qui peuvent aussi bien être dépourvus de col (Pl. 13, fig. 5) ou d’anses et comportent parfois de petites protubérances au niveau de l’épaule. L’un, dans la tombe A. 20, répète le profil des cratères à col conique et deux anses dressées du Géométrique Ancien. La vogue de ces grands vases correspond, grosso modo, au Géométrique Récent. Elle diminue considérablement à mesure que s’installe la mode des « cratères-canthares » à décor géométrique.

143Les cruches à col conique, dont la tradition s’est maintenue depuis les vases à tenda, deviennent rapidement moins nombreuses. Leur forme est sans changement appréciable (Pl. 40, fig. 9 et 10), et leur décor de plus en plus pauvre (à part la cruche, très décorée, de D. 24, Pl. 41, fig. 1, dont l’attache d’anse soulignée par deux boutons rouges évoque des modèles métalliques). C’est un vase démodé qui n’intéresse plus les artisans et qui disparaît rapidement des tombes. Les potiers qui les fabriquaient les remplacent parfois, pour obéir aux goûts nouveaux, par des oenochoés à bec trilobé, clairement influencées par des formes corinthiennes, mais décorées dans la tradition géométrique locale (Pl. 41, fig. 2, A. 133 ; fig. 3, B. 64).

144Les « canthares », par contre, sont beaucoup plus nombreux qu’à la phase précédente. La forme demeure la même, mais les anses trifides ou quadrifides, dont on ne connaissait qu’un exemple à la période III. B. remplacent très souvent les anses en ruban. Vers la fin de la période, on note leur allure trapue, leur col plus bas et souvent le rétrécissement ou la suppression du bord supérieur. Pour leur décoration, les peintres se contentent de schématiser les motifs créés à la période précédente et ne font qu’exceptionnellement un effort de renouvellement. On remarque pourtant les motifs des « canthares » A. 69 et D. 18 (Pl. 43, fig. 3) : groupes de losanges réticulés au col, losange réticulé au milieu de la panse ; de part et d’autre, rosettes au col, jambages ou rosettes coupées de filets verticaux sur la panse. Ces décors dérivent clairement de ceux du Géométrique Moyen, qui avaient mis en vogue les losanges réticulés, les rosettes, les jambages complexes (Pl. 42, fig. 11). Ils annoncent aussi la composition décorative des nouveaux cratères, ou « cratères-canthares » qui seront créés vers la fin du Géométrique Récent et qui ne feront que répéter, en les adaptant à des proportions plus grandes, les motifs principaux qui ornent les « canthares ».

  • 152 Musée de Métaponte.

145Il convient de citer séparément une série de « canthares » dont on peut suivre l’évolution depuis la fin du Géométrique Moyen. Ils comportent un décor en double L sur la panse ; le plus ancien (A. 265, Pl. 43, fig. 1, n. 1) a le col orné d’un élément de méandre. Par la suite, le col est rouge, la panse régulièrement ornée du motif en double L. On connaît une vingtaine de « canthares » analogues à ceux des tombes A. 26 et A. 89 (Pl. 43, fig. 1 n. 2 et 3) ; ils sont caractéristiques du début du Géométrique Récent. Puis le décor s’amenuise, le double L se transforme en double filet courbe, la forme du vase s’abâtardit, et la série s’achève vers la fin de la période III.C (Pl. 43, fig. 2). Des « canthares » analogues sont très communs dans le Val d’Agri comme l’ont prouvé une série de tombes contemporaines de Roccanova152.

146La tendance au desséchement des formes, à la schématisation hâtive des décors se remarque sur les bouteilles, qui sont en général de petite taille comme auparavant ; les prises latérales en anneau ont maintenant un profil à angles vifs ; les motifs répètent parfois ceux des « canthares » ou se résument en quelques bandes horizontales. Deux bouteilles, exceptionnelles pour leur grande taille et la richesse de leur décor, D. 24 et D. l (Pl. 41, fig. 6 et 7), doivent être placées à la fin de la phase III. C et présentent beaucoup d’éléments de comparaison avec les motifs des premiers cratères-canthares (comparer notamment D. 24, Pl. 41, fig. 6, au cratère de la tombe IV de Sala Consilina au musée de Salerne, Pl. 15, fig. 1).

147Depuis la fin des vases à tenda, les peintres ont abandonné la sévérité traditionnelle du décor des embouchures. Les innovations introduites au cours du Géométrique Moyen demeurent à la phase suivante, interprétées avec une fantaisie plus grande cependant : les triangles noirs et rouges en direction opposée s’amincissent et s’incurvent (Pl. 38, fig. 4 et 6), et rien ne rappelle plus maintenant la figure géométrique initiale du cercle compris dans un carré ou dans un pentagone. Parfois cependant, le peintre réalise, par la combinaison habile des triangles noirs et rouges, un motif floral dont l’embouchure est le cœur (Pl. 38, fig. 5).

148Les tombes de la période III. C sont particulièrement riches en récipients évasés s’apparentant aux coupes. On connaît plusieurs variantes du bol à deux anses des phases III. A et III. B. La vasque est maintenant surmontée d’une lèvre plus ou moins marquée, normalement oblique, parfois verticale et allongée, formant une sorte de col (Pl. 44, fig. 2, A. 69 ; fig. 3, D. 9, I. 8, B. 58). Des bandes horizontales rouges et noires occupent toute la partie supérieure ; des filets courbes en garnissent le bas.

149Les coupes à bord rentrant traditionnelles sont toujours utilisées. Celles qui comportent un pied étaient rares à la période III. B ; elles sont devenues exceptionnelles maintenant : on citera seulement la coupe à pied haute et cylindrique de la tombe IV de Salerne (Pl. 14, fig. 1, vase 11 et Pl. 15, fig. 4), qui comporte sur le bord rentrant deux anses à demi-relevées et deux oreillettes horizontales formant des petits récipients liés à la vasque peu profonde. On en connaît un autre exemple dans la tombe XXVIII de Valle Pupina à Padula, qui correspond chronologiquement aux tombes récentes de la période III. C.

  • 153 SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXXVIII, a, 1, 2.
  • 154 E. Hall Dohan, Italic Tomb-Groups, Pl. XLVII, Vulci 22, n. 10.
  • 155 CVA Gotha 1, Pl. 13, fig. 8.

150Des petites coupes, dépourvues d’anses et ornées de bandes horizontales, sont parfoit montées sur un pied court (Pl. 16, fig. 1, n. 5 et 10). Fréquentes dans le Val d’Agri, elles sont proches des coupes de Pontecagnano III153 et d’exemplaires analogues connus en Etrurie154. D’autres coupes d’argile orangée sont munies d’un pied creusé de sillons comme une vis (exemplaires conservés dans les tombes A. 118 et A. 133, Pl. 43, fig. 7) ; cette forme, dont on peut citer un spécimen à peu près identique au Musée de Gotha155, dérive, à travers plusieurs intermédiaires, de lointains modèles corinthiens.

FORMES NON INDIGÈNES

151Nous avons entamé, avec les oenochoés à bec trilobé et les coupes citées plus haut, le chapitre des séries indigènes créées à l’imitation de vases grecs. D’autres exemples peuvent y être ajoutés.

  • 156 Cf. infra, p. 188-190.

152Les potiers de cette génération fabriquent encore des coupes imitant les exemplaires à vernis brun de forme corinthienne mais originaires de Grande Grèce156. Elles sont plus basses qu’auparavant et leur décor se limite à une bande sur la zone des anses et deux filets courbes sur le devant de la vasque (A. 36, Pl. 49, fig. 10, n. 2). Parfois aussi ils essaient de répéter la forme des coupes ioniennes en ajoutant un pied conique (A. 56, Pl. 49, fig. 10, n. 1). Ces imitations demeurent rares. Elles sont vouées à l’échec à une époque où la production de masse des coupes grecques ne peut que décourager l’artisan local.

153L’adoption d’une forme corinthienne est évidente également pour les assiettes (D. 27, Pl. 45, fig. 2), qui sont décorées de bandes concentriques rouges et noires. Elles demeurent du reste rares par rapport aux plats plus nombreux d’inspiration géométrique qui comportent deux anses analogues à celles des lékanés grecques ; le fond est couvert d’un décor bicolore : roue, fausse grecque encadrée de bandes concentriques rouges et noires (D. 31, Pl. 45, fig. 1), qui rappellent de lointains modèles cycladiques.

154Parallèlement aux vases de forme grecque et de décor indigène, cette période offre aussi des exemples de motifs corinthiens appliqués sur un vase local, comme la curieuse coupe à pied cylindrique (B. 48, Pl. 44, fig. 4), qui est ornée sur le pied et la partie supérieure de la vasque de filets parallèles bicolores, alors que la lèvre porte des files de zigzags entre des groupes de filets verticaux qui rappellent les décors des skyphoi géométriques corinthiens.

155Une forme plus rare, et peut-être d’influence ionienne, est celle du cothon (Pl. 13, fig. 3, n. 5), dont on connaît quelques exemples ; ils sont couverts de bandes rouges et noires.

  • 157 Comme celle de Gela, Mon. Ant. XVII, 1906, fig. 439, ou de Corinthe, Corinth XIII, Pl. 23, o.

156Un vase sphérique dans la tombe A. 171 évoque par son allure trapue, sa courte lèvre oblique et ses deux anses en anneau disposées verticalement sur l’épaule (Pl. 45, fig. 5), le profil de certaines pyxides corinthiennes sphériques à deux prises157. Toutefois, la forme demeure très rare à Sala Consilina, comme l’étaient du reste, parmi les séries corinthiennes, les modèles qui l’ont inspirée.

157Tous les vases cités jusqu’à présent avaient une utilité pratique éviévidente : c’étaient de simples récipients dont le mort s’était servi au cours de son existence, et qui l’accompagnaient dans la tombe au même titre que ses armes ou ses bijoux. Quelques tombes renferment aussi des vases, assez peu nombreux du reste, que leur forme incommode rend moins évidemment utilisables, et qui révèlent probablement l’existence de rites ou de traditions dont on s’efforcera de préciser le sens et l’origine.

  • 158 Åkerström, p. 104.

158Les gourdes ou bouteilles plates dont la panse est ronde (Pl. 41, fig. 8) sont connues par deux exemplaires, l’un de la période III. C (B. 61), l’autre de III. D (D. 171). Les nécropoles étrusques en ont livré de beaux spécimens de bronze (de Vulci, Tarquinia, Bisenzio, etc...), dont Åkerström158 a donné une liste ; les exemplaires connus en Etrurie appartiennent à la période géométrique.

159Comme le bronzier de cette époque, le potier de Sala Consilina a divisé le champ rond de son modeste vase en quartiers garnis de petits cercles. Il ne faudrait du reste pas attacher trop d’importance à cette ressemblance de décor entre deux objets séparés par un siècle et demi, et que leur forme prédisposait à recevoir des motifs de ce genre.

  • 159 Mon. Ant. XV, 1905, col. 684 sqq. fig. 205. Cf. aussi F. Von Bissing, Sitzungsberichte der bayer. (...)
  • 160 Schaeffer, Ugaritica I, fig. 46 a ; II, fig. 57/27.
  • 161 Berytus 12, 1958, Pl. 15-16, n. 23, 24, 26.
  • 162 CVA Chypre 1, Pl. 30, A. 1569 ; Pl. 31, A. 1732, 1933, V/6/6.

160L’origine de ce vase, peu diffusé au demeurant, doit être cherchée dans les importations d’objets orientalisants en Etrurie. Pinza cite des exemplaires en terre cuite vitrifiée trouvés à Palestrina159. Ils se rattachent à une abondante série de vases analogues connus en Egypte depuis l’Ancien Empire et diffusés en Phénicie160, au Liban161 et à Chypre où ils sont très communs depuis le Mycénien III A 2162.

  • 163 Cf. H. Wallis, Egyptian Ceramic Art, p. 40, fig. 86.
  • 164 Her. III, 6.
  • 165 Juvenal, Sat. VI, 526 ; cf. C. Desroches-Noblecourt, Mél. Michalowski, Varsovie, 1966, p. 71-81.

161Les égyptologues ont donné à ces vases le nom de « bouteilles du Jour de l’An » à cause des vœux inscrits sur la surface de plusieurs d’entre eux163. On y transportait probablement de l’eau du Nil, qui avait le privilège de se conserver parfaitement et de pouvoir être ainsi exportée164, selon une tradition qui s’est maintenue jusqu’à l’époque romaine165.

162Les bronziers étrusques ont reproduit assez fidèlement ces modèles qui, à travers des imitations dont nous n’avons pas la trace, ont été à leur tour répétés, avec une lourdeur toute provinciale, par les potiers du Val de Diano.

  • 166 Garaguso, Armento (Musée de Potenza). Un thymiaterion à décor géométrique de Montescaglioso a été (...)
  • 167 Mayer. Pl. 11, 4 ; 20, 1 ; 23, 2 ; 25, 7 ; 31, 11 ; 32, 1, 3, 9, etc.
  • 168 Cet usage, attesté dans de nombreuses tombes mycéniennes, paraît réservé à celles qui contiennent (...)
  • 169 Mon. dell’Istituto, V, pl. XVI.

163Quelques coupes dépourvues d’anses et ornées de bandes horizontales sont portées par un pied cylindrique très haut que des bandes horizontales divisent en étages superposés. Il est peu probable que ces récipients aient servi à un usage quotidien. Leur forme, haute et incommode, semble l’interdire (A. 6, Pl. 19, fig. 3, n. 5 ; Ι. 8, Pl. 45, fig. 3). Un assez grand nombre de vases analogues ont été trouvés en Basilicate166, et dans la Pouille167, mais ils sont dans l’ensemble plus récents que ceux de Sala Consilina et se prolongent jusqu’au IIIe siècle. Ces objets ont servi probablement de brûle-parfums, offerts au mort, soit pour encenser la tombe au moment de l’ensevelissement168, soit plutôt pour répandre des parfums agréables dans ses festins d’éternité. Comment s’est introduite au Val de Diano cette coutume inconnue jusqu’alors ? Elle existe à la même époque en Etrurie, et une fresque de la tombe de la « Scimmia » représente une danseuse qui porte sur la tête un brûle-parfums analogue à celui de Sala Consilina169. Il n’est pas certain pourtant que cet usage ait été emprunté par les habitants de Sala Consilina aux Etrusques, car, ainsi qu’on le démontrera plus loin, les contacts entre les deux populations sont à peu près inexistants à cette époque. C’est peut-être aux Grecs établis sur les côtes de l’Italie méridionale qu’est due la diffusion de l’usage du thymiaterion.

  • 170 Jahn, AM XXIII, 1898, Pl. 6, p. 39.
  • 171 Bonner Jahrbücher, 122, 1912, 1-97, Pl. I-IV.
  • 172 Pour l’utilisation des thymiateria chez les Assyriens, voir Hér. I, 198.

164La forme n’est cependant pas d’origine hellénique, malgré l’existence au Musée d’Athènes d’un thymiaterion provenant d’Erétrie (n. 2399) qui est tout à fait comparable au nôtre. Les plus anciens exemples connus dans le monde grec sont ceux qui ont été peints sur un fragment de Clazomènes reproduisant avec une grande précision un thymiaterion de même forme quoique plus élancé que ceux de Sala Consilina, et muni d’un couvercle170. Wiegand, dans l’étude systématique qu’il a consacrée à cette forme171, souligne les analogies que présentent les thymiateria de Clazomènes et d’Athènes avec des exemplaires assyriens172 et égyptiens du Moyen Empire. Le Moyen Orient est en effet le berceau de cette forme présente en Egypte depuis l’Ancien Empire, attestée en Mésopotamie dès le deuxième millénaire, et qui correspond à l’usage proprement oriental de brûler des parfums. Cette habitude a gagné les Grecs d’Ionie, et, par leurs relations maritimes, a atteint aussi le continent grec, les rives ioniennes et tyrrhéniennes de l’Italie, avant de parvenir aux populations indigènes de l’intérieur.

165D’autres vases, dont on ne connaît que quelques exemplaires à Sala Consilina et à Padula, ne peuvent, pas plus que les précédents, servir à un usage quotidien. Ce sont des anneaux porteurs de trois ou quatre petits récipients dont le fond est percé d’un trou (B. 58, Pl. 46, fig. 2 ; Β. 79, Pl. 13, fig. 1, n. 1). Les plus anciens ont une section ronde et sont surmontés de « canthares » (Période III. C, B. 58, B. 79). Le plus récent, à section carrée, appartient à la phase du Géométrique Tardif, III. D, et comporte trois petites oenochoés à bec trilobé. Ils reposent en général sur un pied cylindrique (sauf l’anneau bas de Valle Pupina, zone B, Tombe I, couronné de trois cruches à une anse).

166Ces sortes de récipients s’apparentent à la série des vases connus sous le nom de kernoi, grâce à la description donnée par Athénée (XI, 476, 478) du vase de terre sur lequel sont appliqués plusieurs kotyliskoi qui, dans le culte éleusinien, étaient destinés à recevoir une petite quantité des principaux produits du sol : miel, huile, etc... Ce type de vase, inconnu à la phase précédente, apparaît à Sala Consilina au moment où toutes sortes d’objets étrangers à la culture indigène commencent à y pénétrer. La forme est donc parvenue au Val de Diano à la faveur de ses nouvelles relations avec l’extérieur.

  • 173 Not. Sc. 1936, p. 448, fig. 12.
  • 174 Je dois ce renseignement à Mme P. Zancani et à Mlle W. Stoop.
  • 175 Scavi a Francavilla Marittima, Atti e Mem. Soc. Magna Grecia, N.S., VI, Roma, 1965, p. 3-17.

167Dans un rayon assez proche de Sala Consilina on peut citer un anneau porteur d’hydries à Métaponte173 et surtout un grand nombre de vases annulaires des VIIe-VIe siècles découverts dans la fouille du sanctuaire situé sur l’acropole de Francavilla Marittima174 ; la plupart de ces anneaux sont dépourvus de pied et couronnés d’hydries miniatures. Le caractère sacré de ces objets, qui constituaient des offrandes dédiées à Athéna, comme le prouve une inscription trouvée au cours de la campagne de juin 1965175 ne fait aucun doute.

  • 176 BCH LXXXIX, 1965, II. Le sanctuaire des dieux Patrooi et le Thesmophorion de Thasos, p. 471-477.

168On trouve dans un récent article de C. Rolley176 une liste des sanctuaires grecs qui ont livré ces vases multiples ; grâce à celle-ci, l’auteur a pu établir que ce vase annulaire est destiné à offrir à des divinités féminines, diverses selon les sites, mais toujours liées à l’idée de fécondité, les échantillons des produits de la terre.

  • 177 A. Furumark, Mycenaean Pottery, p. 67, 197 et p. 69, 618. AM 76, 1961, Pl. 34, I, « kernos » du My (...)
  • 178 Kerameikos V, I, Pl. 157, 4833.
  • 179 F. G. Lo Porto, Ceramica arcaica della necropoli di Taranto, Annuario, 1959-60, p. 66, fig. 48, to (...)

169Pourtant ces vases, dont les plus anciens exemples remontent à l’époque mycénienne177, n’ont pas toujours été trouvés dans un sanctuaire. Certains d’entre eux semblent liés à un culte funéraire. On citera une tombe géométrique du Céramique qui contenait un anneau plat portant des kotyliskoi ne communiquant pas entre eux178 une tombe plus récente de Tarente, où Ton a trouvé un anneau corinthien couronné de cinq cotyles179.

  • 180 Sanctuaire suburbain de Bitalemi, Mon. Ant. XVII, 1906, col. 630, fig. 446.
  • 181 Ε. Militello, Terravecchia di Cuti, Palerme, 1960, Pl. XVIII, 9.

170Il est probable que les anneaux de Sala Consilina se rattachent aux modèles corinthiens parvenus sur la rive ionienne. Plusieurs d’entre eux portent un décor en damier qui rappelle celui d’un spécimen corinthien trouvé à Gela180. Au reste les habitants de Sala Consilina ne sont pas les seuls indigènes qui adoptèrent pour leurs morts une coutume rare en Grèce et dont nous ignorons la signification exacte. Les kernoi corinthiens ont été en effet imités par les potiers siciliens, comme le prouve un exemplaire analogue trouvé dans une tombe de Terravecchia di Cuti181.

  • 182 AM 76, 1961, Pl. 34, I.

171Parmi les anneaux de Sala Consilina cités plus haut, il en est un (B. 58, Pl. 46, fig. 2) qui porte, entre les canthares, des oiseaux d’un modelé maladroit (canards), rappelant par ce détail un lointain modèle mycénien182. L’apparition de ces oiseaux n’a rien d’exceptionnel à cette époque au Val de Diano. Sur une bouteille de Padula un peu plus récente (fin de III. C), un bourrelet en relief sur le bas de la panse sert de ligne de flottaison à une file de canards collée à la paroi du vase (V. Pupina XLVI, Pl. 46, fig. 1). On pourrait croire que ces oiseaux sont purement décoratifs et que leur présence révèle un goût pour les thèmes animaliers de la part des potiers du Géométrique Récent. Un objet unique dans la nécropole permet cependant de penser que ce n’est probablement pas le cas (A. 12, Pl. 46, fig. 6).

172C’est un anneau à section carrée du groupe des vases réticulés qui ressemble aux précédents, mais aucun récipient ne le couronne, et il ne présente aucune ouverture ; une anse torsadée permet de le tenir ; sur le plat de l’anneau, une protomé d’oiseau, aujourd’hui disparue, se trouvait près des prises d’anse ; de chaque côté, une double protomé d’oiseau d’eau est posée sur l’anneau. Un objet de cette forme ne peut avoir aucune utilité pratique ; si un potier a pris la peine de le réaliser, c’est donc qu’il avait une autre valeur à ses yeux.

  • 183 J. De La Genière, Une roue à oiseaux du Cabinet des Médailles, REA, 1958, p. 27-35.
  • 184 Sprockhoff, p. 28 sqq. De son côté, Clark Hopkins (Berytus 1954-55, p. 75, Oriental Evidence for E (...)
  • 185 Bericht d. R.G.K. 30, 1940, p. 35.
  • 186 Musée de Belgrade.

173Or cette roue surmontée d’oiseaux d’eau évoque les roues en terre cuite d’époque géométrique en Grèce, qui portaient une file de canards. Nous avons eu l’occasion de rappeler comment les décors d’oiseaux et de roues, séparés ou associés, étaient populaires dans la Grèce du VIIIe siècle, dans la culture de type villanovien et dans plusieurs autres régions d’Europe183. La liaison de l’oiseau et de la roue existait d’après Sprockhoff184 à l’époque du Bronze Récent dans le bassin moyen du Danube. La région comprise entre les Carpathes et le Nord des Balkans aurait été, selon Merhart185, la « réserve » d’où ces oiseaux aquatiques auraient gagné simultanément le Nord de l’Europe, la Grèce, l’Italie autour de l’an 1000, en même temps que la roue évocatrice du disque solaire. La liaison de l’oiseau d’eau avec le soleil est mise en valeur par un objet de Dupljaja186 qui représente un personnage à la robe couverte de spirales, debout sur un char que traînent des cygnes ; le statuette est amovible ; son emplacement sur le caisson du char est indiqué par un cercle gravé, coupé de quatre rayons. Cet objet prouve que le culte solaire était vivant à la phase ancienne des Champs d’Urnes, à une époque où les représentations humaines n’avaient pas encore complètement disparu.

  • 187 Sprockhoff, p. 40.
  • 188 Kossack, p. 7 sqq.
  • 189 Germania, 41, 1963, p. 9, Vogelkopfmesser.
  • 190 Praktika 56, 1953, p. 235, fig. 19.

174L’opinion de G. von Merhart sur l’origine danubienne des oiseaux d’eau, acceptée par Sprockhoff187 et Kossack188, a fait récemment l’objet de réserves de la part de Müller-Karpe189, lequel, à propos d’un couteau à protomé d’oiseau trouvé dans une tombe mycénienne tardive à Perati (Nord-Est de l’Attique), émet des doutes sur la priorité danubienne dans l’utilisation de ce motif. Il signale les protomés d’oiseaux de la tombe omicron de Mycènes190, et s’interroge sur l’opportunité de renverser le raisonnement de G. von Merhart, et de voir dans la présence de ces motifs en Europe Centrale l’effet d’une influence des thèmes mycéniens sur l’imagerie du Nord des Balkans. Dans cette perspective, les différences entre les types d’oiseaux égéens et danubiens seraient dues seulement à l’esprit naturaliste des Egéens et stylisateur des artisans danubiens. Si l’on acceptait ce point de vue, l’on devrait envisager deux migrations successives de ces oiseaux : la première se situerait à la fin de l’époque mycénienne et donnerait lieu à la reélaboration des motifs en Europe Centrale ; par la suite ces types d’oiseaux, devenus danubiens, se seraient dispersés vers le Nord, les Balkans, l’Italie, la Grèce.

  • 191 Par ex. Müller-Karpe 1, Pl. 38, 1 et 2.
  • 192 Hampe, Frühgrieschiche Sagenbilder, pl. 20. Jacobstahl, Greek Pins, 1956, p. 18 et 19, fig. 61, co (...)

175Quels que soient l’origine de ces motifs et le sens leur a été donné à diverses époques, il est vraisemblable que le bronzier italique qui gravait au début de l’Age du Fer une roue accostée de cygnes ou de canards191, le peintre béotien qui dessinait sur les vases géométriques des oiseaux pris dans les rayons d’une roue192, ne connaissaient plus la valeur symbolique de ces motifs ; mais il est probable qu’une antique tradition conférait à ces thèmes une valeur magique qui a survécu à l’oubli des croyances et des symboles. C’est à une conviction de ce genre que répond, à notre avis, la présence d’un anneau dans la tombe A. 12. Sinon, pourquoi l’artisan aurait-il pris la peine de façonner un objet inutilisable ?

  • 193 A. Minto, Not. Sc., 1923, p. 141, fig. 11.
  • 194 S. Aurigemma, La necropoli di Spina in Valle Trebba I, Pl. 39, détail Pl. 41 b.
  • 195 Voir Sundwall, J II α, J II β. On trouve ces fibules en pays liburne (de Nin au Musée de Zadar), a (...)
  • 196 A. Roes, Greek Geometric Art, p. 15, fig. 5.
  • 197 Par ex. BCH XLV, 1921, p. 367, fig. 20, n. 201, roues du sanctuaire d’Alea Athéna à Tégée.
  • 198 Une roue de l’époque de la Tène, trouvée en Bohème, à Nemejice, cf. Déchelette, Manuel III, p. 378 (...)

176On trouvera peut-être hasardeux de rattacher ce document de la fin de la phase III. C de Sala Consilina à d’autres qui remontent à la fin de l’Age du Bronze ou au début de l’Age du Fer. Ils sont en relation pourtant comme des maillons placés aux deux extrémités d’une même chaîne. La tradition de la roue accostée d’oiseaux est continue en effet et peut être suivie en Italie tout au long de l’Age du Fer : outre les vases métalliques ayant un décor exécuté au repoussé, des bijoux présentent les mêmes motifs : plusieurs canards couronnent une tête d’épingle en forme de roue du début de la période orientalisante à Populonia193. La partie inférieure d’un trépied de Spina répète le même motif194 ; l’arc en demi-cercle de nombreuses fibules porte des protomés d’oiseaux depuis le Ville jusqu’au début du VIe siècle195. Plus près de Sala Consilina, le fond d’un cratère apulien du VIe siècle (de Canosa) présente une image schématisée de la roue accostée d’oiseaux qui répète le motif géométrique des roues « villanoviennes »196, ou des roues géométriques grecques197. La persistance de la tradition à Sala Consilina est d’autant plus vraisemblable que d’autres exemples de la longévité de ces symboles peuvent être cités en Bohème, en Bosnie, en Gaule, etc.198.

II - Série secondaire

  • 199 Si l’on analyse avec plus de rigueur la période au cours de laquelle l’importation de ces vases au (...)

177La phase du Géométrique Récent est celle au cours de laquelle la céramique de la série secondaire devient assez commune, puisque près d’un quart des tombes en contiennent un exemple199.

178La forme la plus répétée est la cruche, dont le col est devenu très étroit (Pl. 50, fig. 13 et 14) ; on peut citer aussi quelques tasses à vasque sphérique comportant deux anses en ruban écartées, qui imitent probablement des prototypes métalliques et dont la forme est également commune à Gravina di Puglia et à Pisticci, c’est-à-dire sur la frange orientale de la Basilicate, quelques askoi plus arrondis et plus courts qu’au Géométrique Moyen, un cratère sphérique dépourvu d’anses sur un pied cylindrique (B. 34, Pl 50, fig. 12), forme dont on connaît déjà un exemple dans une tombe du Géométrique Ancien (A. 196, Pl. 50, fig. 11).

  • 200 Mayer, p. 192, Pl. 22, 11.
  • 201 Par ex. AM 1897, p. 237, fig. 5 ; Kübler, Kerameikos, Pl. 153, Inv. 1370, tombe 51 ; Inv. 362, tom (...)

179La décoration de ces vases est de plus en plus serrée, comme si le peintre avait le souci de dissimuler le travail maladroit du potier par un remplissage systématique. Les couleurs sont plus opaques. Les cruches (Pl. 50, fig. 13 et 14) portent des filets parallèles sur le col et l’épaule ; la panse est divisée en zones verticales coupées de larges bandes rouges ; chacune des zones est occupée par un décor différent : roue à l’intérieur d’un motif étoilé ; fausse grecque ponctuée, losange réticulé prolongé par quatre triangles, croix de Malte, etc... L’embouchure est régulièrement décorée de groupes de filets noirs coupés de zones rouges (Pl. 51, fig. 2) ; l’anse est normalement plate, parfois bombée en son milieu, ornée de filets transversaux groupés ; elle est souvent creusée d’une rainure longitudinale et garnie de deux petits disques rouges en son sommet, imitant des clous de bronze. Sur la cruche Β. I (Pl. 11, fig. 4, n. 1), un serpent plastique fait l’ascension de l’anse, particularité assez rare dans les séries géométriques d’Italie du Sud. Mayer200 cite une cruche de même forme, peut-être trouvée à Brindisi, qui comporte une anse analogue. On remarque l’attribution qu’il a faite de cette cruche à la Peucétie, en même temps que les ressemblances qu’elle présente par sa forme comme par sa composition décorative avec les vases de la série secondaire. La mode des serpents plastiques posés sur les anses avait cours en Grèce vers la fin de la période géométrique201, et l’on peut supposer qu’elle a été adoptée avec plus d’un siècle de retard par les potiers d’Italie du Sud, bien que l’absence de documents intermédiaires entre les exemples grecs du début du VIIe siècle et ceux de l’Apulie au VIe ne permette actuellement aucune certitude.

  • 202 Not. Sc. 1900, p. 501, fig. 3.
  • 203 C. Valente, Not. Sc. 1949, p. 111, fig. 8.

180Des cruches et des tasses provenant des mêmes ateliers et portant des décors rigoureusement analogues à ceux que nous avons évoqués plus haut ont été trouvées en divers points de Lucanie, notamment à Atena Lucana202, à Tito, Brienza, Vaglio, Cancellara, Melfi, Torre di Satriano (Pl. 52, fig. 4)203, Oliveto Citra (Pl. 52, fig. 6), etc... Il n’est presque pas d’acropole du Nord de la Basilicate qui n’ait livré, dès les premiers sondages, quelques fragments répondant à cette phase de la série secondaire. Ces objets nous renseignent sur les contacts commerciaux qu’eurent entre eux pendant cette période les divers sites de Lucanie Intérieure.

III - Autres séries

  • 204 Type proche de Mayer, Pl. 17, 3. Un exemplaire voisin à Nin (Batović Pl. X, 1).

181On peut considérer comme presque inexistants les échanges avec la Pouille, car un seul vase daunien (Pl. 12, fig. 4)204 appartenant à une série qui, par ailleurs, était largement exportée sur les côtes adriatiques, a été trouvé dans une tombe du début de la période III. C (Pl. 12, fig. 1-8).

182Ainsi la phase du Géométrique Récent est la dernière période pendant laquelle les vases géométriques indigènes constituent l’essentiel de la céramique du mobilier funéraire. Par la suite les modèles helléniques, importés ou imités sur les côtes comme à l’intérieur, ruineront progressivement l’activité des potiers locaux.

OBJETS MÉTALLIQUES

183Pour les objets de métal, tandis que les armes de fer se multiplient, les bijoux de bronze disparaissent et les fibules ne se renouvellent plus.

184La période III.C est apparemment celle au cours de laquelle les préoccupations guerrières jouaient le plus grand rôle au Val de Diano. En effet, 30 % environ des tombes de cette phase contiennent des pointes de lance en fer, ce qui signifie que plus d’un homme sur deux était armé. A côté du type utilisé depuis la fin de la période III. B, la pointe de lance à douille allongée et mince, dont la lame est étroite, on remarque plusieurs variantes, en particulier la lance E. 16, dont la douille s’achève en biseau pointu sur la lame plate qui paraît avoir été travaillée séparément et soudée par la suite (dans la tombe de Padula, Valle Pupina XLV, une lance analogue, quoique de lame plus longue), ou la lance B. 18, remarquable pour la longueur démesurée de sa douille par rapport à l’ensemble (31/47 cm.).

185La panoplie guerrière, à laquelle s’ajoutent parfois de longues épées (très fragmentaires), est souvent accompagnée par des instruments de fer, dont plusieurs sont déjà connus depuis le début de la phase III. Les couteaux, assez nombreux, se trouvent en général dans les tombes d’hommes qui peuvent renfermer aussi des haches, des faucilles (B. 79, Pl. 13, fig. 5) des ciseaux, des mors de chevaux.

186Enfin de longues tiges à section carrée dont une extrémité est enroulée en anneau et dont l’autre se termine en pointe, analogues à plusieurs tiges de bronze de la phase II que l’on a désignées du nom de broches, ont été trouvées, toujours fragmentaires, dans plusieurs tombes de cette époque.

FIBULES - BIJOUX

  • 205 Sundwall G IV ; Mon. Ant. XXXI, col. 125, fig. 119.
  • 206 Comparer Sundwall G IV 3.
  • 207 Merhart, Wiener Prähistorische Zeitschrift, 14, 1927, p. 104, fig. XIV, 1-4.
  • 208 Mechel, Campi I.
  • 209 R. Drechsler-Bizić, Vjesnik arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb, 1961, Pl. V, n. 21.
  • 210 Sundwall G IV 3 et p. 65.

187La coupure est plus nette entre les fibules des périodes III. B et III. C, qu’elle ne l’avait été entre celles de III. A et III. B. Sauf exception (Pl. 13, fig. 7), les types utilisés auparavant disparaissent, et, dès le début de la période III. C, une forme nouvelle, très simple, est introduite. Répétée dans 70 % environ des tombes de cette phase, elle comporte un arc simple et un pied long terminé par un bouton relevé (Pl. 34, fig. 1). On la rencontre dans toute la péninsule, de l’Etrurie à la Calabre205. Très comparable à celle-ci, bien qu’un peu plus rare (17 % des tombes), la fibule de type I.3 (Pl. 34, fig. 10, Pl. 13, fig. 6) comporte un arc creusé de rainures longitudinales et un pied long dont l’extrémité se recourbe en arrière. Cette particularité se retrouve sur un grand nombre de tombes du Picenum (Ascoli Piceno par ex.). Il s’agirait de la schématisation extrême d’un tête d’animal regardant vers l’arc, dont on a des exemples en Etrurie206 et au Tyrol207. G. von Merhart attribue la création de ces types aux régions méridionales des Alpes Orientales, reprenant la dénomination que leur avait donnée Mechel de « fibules à têtes d’animaux des Alpes Orientales »208. Une telle opinion est vraisemblable, puisque, de toute l’Italie, c’est le Picenum et le Trentin, c’est-à-dire les régions les plus proches des Alpes Orientales, qui en ont livré les plus nombreux exemplaires ; mais la réciproque est également possible et semble même imposée par des considérations chronologiques. Les premières fibules à bouton d’Italie sont antérieures (fin du VIIe siècle), en effet, à celles de Hallstatt ou des Balkans209 datables du début du VIe siècle. La tête d’animal à l’extrémité du porte-aiguille se serait développée à partir du bouton décoratif existant210 et aurait servi de modèle aux fibules à têtes d’animaux des Alpes Orientales.

  • 211 Grottazolina, Pitino di San Severino, Musée d’Ancône.
  • 212 Chiusi, Mon. Ant. IX, 1899, col. 154, fig. 3.
  • 213 Pitino di Sanseverino, Musée d’Ancône.

188Parmi les types les plus communs, on citera la fibule D. 11 (Pl. 34, fig. 6), dont l’arc est orné de quelques incisions comme le dessus du pied, qui s’achève par un bouton oblique (30 % des tombes la contiennent). Plus rare, la fibule D. 48 (Pl. 34, fig. 5) est assez proche de la précédente. Toutes deux s’apparentent à des séries très répandues au Picenum211. D’autres ont le bouton dans le prolongement du pied (I.3, Pl. 34, fig. 8). Deux fibules ont un pied en antenne recourbée portant un bouton (B. 31, Pl. 34, fig. 14) et sont analogues à des types connus à Montecorvino Rovella (Musée de Salerne), en Etrurie212, dans le Picenum213. Contemporaines des précédentes, plusieurs fibules à navicella munie de deux boutons latéraux ont le pied terminé aussi par un bouton horizontal simple (D. 6, Pl. 34, fig. 9) ou double (B. 47, Pl. 34, fig. 7), souvent oblique (D. 15, Pl. 34, fig. 15) ; un spécimen comportant trois boutons dressés sur le sommet de l’arc a, comme cette dernière, un prolongement oblique à l’extrémité du pied (A. 275, Pl. 34, fig. 3) ; sa popularité au Val de Diano (10 % environ des tombes de III. C en contiennent) n’a rien de commun avec celle dont il jouit au Picenum, où il représente un des types les plus courants, qui atteint souvent de grandes dimensions.

189Ainsi la plupart des fibules à boutons caractéristiques de la phase III. C sont en même temps nombreuses dans le Picenum. La remarque faite pour la fibule A. 275 pourrait s’appliquer à plusieurs d’entre elles ; dans l’ensemble, en effet, les fibules de Sala Consilina paraissent petites en comparaison des exemplaires souvent énormes que fabriquaient les artisans du Picenum, selon une tradition établie depuis le début de la période orientalisante.

  • 214 Cf. infra, p. 240.
  • 215 Palinuro II, p. 74 et fig. 176.
  • 216 Gervasio, Pl. XI, 10 ; XII, 7 ; VII, 8, 9 ; VIII, 7, exemplaires de Valenzano, de Gioia del Colle (...)
  • 217 L. Milani, Mon. Ant. II, 1893, col. 47.

190Quelques fibules ont échappé à la nouvelle mode du pied à bouton terminal. Ainsi le type A. 24 (Pl. 34, fig. 2) apparaît vers le début de la période III. C (B. 21, Pl. 12, fig. 7), alors qu’il était connu à Ischia dans la deuxième moitié du VIIe siècle214. La fibule 1.7 (Pl. 34, fig. 11), dont l’arc présente une double courbure, évoque des exemplaires de Palinuro215, de la Pouille216 ou quelques autres, plus isolés, d’Etrurie. Le type D. 44 (Pl. 34·, fig. 12) est connu à Roccanova. Enfin la fibule dont le pied forme un plateau rectangulaire décoré d’incisions (A. 24, Pl. 34, fig. 13) est unique à Sala Consilina ; un spécimen identique provient de la région de Grossetto (Magliano), où il a été trouvé associé dans une tombe à une amphore de bucchero du VIIe siècle217.

  • 218 De Lucanie, cf. spécimen du Musée de Potenza ; à Glasinac, cf. Glasinac II, Pl. V, fig. 5 et 6, Pl (...)
  • 219 R. M. Dawkins, Artemis Orlhia, BSA Supplementary Paper n. 5. 1929, Pl. CXXXII et CXXXIII, b et c ; (...)

191Quelques tombes ont livré des bijoux en forme de double cercle décoré au repoussé fixé à une barrette de bronze au moyen de deux clous (Pl. 35, fig. 8). On reconnaît la forme et la technique de fixation des fibules à lunettes de la première phase. En effet, le type primitif composé de deux spirales a été remplacé en divers sites218 par des disques en bronze laminé, et, dans le monde grec, ces fibules ont été revêtues de plaques d’ivoire de la même forme219.

192Un autre aspect de l’évolution tardive de ces types anciens est fourni par le bijou de la tombe I.7 (Pl. 35, fig. 9), qui est une version abâtardie de la fibule à quatre spirales.

  • 220 Cf. infra, p. 240.

193La plupart des fibules de fer ont disparu des tombes, sauf celles dont l’arc mince est revêtu d’ambre et d’os, qui sont au contraire très nombreuses à cette époque, puisqu’un tiers environ des mobiliers funéraires en contiennent un exemple au moins. Ces types, on le sait220, n’ont plus cours à Ischia depuis le milieu du VIIe siècle, au Fusco depuis la fin du VIIe siècle. On a ainsi un aspect de plus du retard avec lequel les types s’installent au Val de Diano et s’y prolongent, alors qu’ils ont déjà disparu ailleurs.

DE LA PÉRIODE III. C À LA PÉRIODE III. D

VASES DE LA SÉRIE « RÉTICULÉE »

194Les tombes de la fin de la période III.C et du début de III.D contiennent fréquemment des vases de formes diverses réunis en une même famille à cause de l’uniformité de leur décor géométrique qui consiste surtout en un remplissage réticulé rouge (Pl. 41, fig. 9).

  • 221 Catal. Mostra fig. 49, vase n. 12.
  • 222 Åkerström, Pl. 12, 4.
  • 223 Mayer, Pl. 26, 4, de Manduria, Pl. 41, 4. La forme, exceptionnelle en Apulie, doit être considérée (...)
  • 224 Palinuro II, Tombe XXIII, 11, Pl. 54, 1.
  • 225 Ibid., Pl. 11, 2, vase 3, 38.
  • 226 Ibid., Pl. 12, fig. 1, 7/12, 8/13 ; Pl. 9, fig. 1, 5/9.
  • 227 Cf. p. 143-146.
  • 228 Cf. p. 143.

195Les « canthares » apparaissent les premiers (Pl. 13, fig. 2, vases 1-3) ; ils ressemblent à ceux du Géométrique Récent, avec quelques particularités toutefois : au-dessus de la vasque sphérique ornée dans sa partie supérieure d’un décor réticulé, le col est très bas et couvert d’une bande rouge horizontale ; sur les plus grands d’entre eux, les anses, toujours trifides, comportent souvent à l’attache supérieure une languette carrée (Pl. 14, fig. 2 ; vases n. 1, 4, 10), qui rappelle le même détail sur les amphorettes d’Oliveto Citra au VIIe et au début du VIe siècle221 sans qu’aucun lien du reste puisse être actuellement établi entre eux. Le groupe réticulé comporte en outre toute une série de vases caractérisés par leur petite taille et dont les types sont nouveaux. Une dizaine de tombes contiennent des askoi, forme qui n’était représentée jusqu’alors au Val de Diano que par les askoi de la série secondaire, très différents de ceux du groupe réticulé. Ces derniers ont en effet une panse sphérique, une embouchure trilobée, une anse bifide et une queue en tube étroit à demi-relevée (Pl. 41, fig. 9, n. 2). De nombreuses bouteilles, trouvées dans une trentaine de tombes, diffèrent de celles de la série géométrique principale par la suppression de la lèvre et l’absence des prises latérales remplacées par deux trous dans le col (Pl. 41, fig. 9, n. 1). Un peu plus rares sont les tonnelets trouvés dans sept tombes de Sala Consilina et quelques autres de Padula (Pl. 41, fig. 9, n. 6) ; ils s’apparentent à une forme connue quoique rare en Etrurie au VIIe siècle222 ; on connaît quelques exemples de la même série dans la Pouille223 et à Palinuro224. La forme la plus récente qu’ait élaborée cet atelier est celle des balles sphériques percées d’un trou et couvertes de quatre compartiments réticulés, alternativement rouges et noirs (Pl. 46, fig. 4) ; plusieurs exemples ont été trouvés à Palinuro225. Enfin de nombreuses petites oenochoés et des aryballes existent à Sala Consilina (Pl. 41, fig. 9, n.3 ; Pl. 15, fig. 5, vase n. 2) comme à Palinuro226. Un trait commun à tous ces vases, outre leur décor réticulé, est la prédilection marquée par le potier pour les motifs plastiques en forme d’oiseaux d’eau. Elle est visible sur le tonnelet B. 79 (Pl. 13, fig. 3, n. 4) qui comporte deux protomés de chaque côté du col, sur l’anneau A. 12 (Pl. 46, fig. 6)227, la bouteille de V. Pupina XLVI (Pl. 46, fig. I)228.

  • 229 Mayer, Pl. 41, 2.

196Tous ces petits vases que des analogies de forme ou de décor ont permis de réunir correspondent au travail d’un groupe de potiers qui a réalisé aussi des vases de plus grande taille : la bouteille D. 24, par exemple, avec ses quatre compartiments réticulés sur l’épaule (Pl. 41, fig. 6) peut être ajoutée à ce groupe, comme une autre, très proche, que Mayer a attribuée à la Lucanie229. Plusieurs canthares réticulés d’assez grande taille se rangent, par leur dimension, parmi les cratères-canthares : ils ont encore des languettes à l’attache supérieure des anses ; les compartiments réticulés sont séparés sur le devant de la panse par une file verticale de diabolos ou une plante stylisée (par ex. Pl. 14, fig. 2, vases 1, 4, 10) ; ils sont sortis des mains des mêmes artisans que les premiers cratères-canthares (Pl. 15, fig. 1 et fig. 2). Bref, l’atelier qui fabriquait cette céramique réticulée aisément reconnaissable est probablement celui qui a contribué le plus efficacement à introduire au Val de Diano des formes nouvelles et à installer celle du cratère-canthare.

  • 230 On verra plus loin (infra p. 194-197) les étapes de l’importation au Val de Diano de cette série d (...)
  • 231 Plus de la moitié des vases réticulés sont associés à des coupes ioniennes et, viceversa, plus de (...)
  • 232 Cf. IIIe Partie, Chap. I, note 40.

197Les vases réticulés, constamment associés dans les mobiliers funéraires à des coupes ioniennes (Pl. 18, fig. 1-8)230, définissent un moment précis de la nécropole : le passage des formes du Géométrique Récent à celles du Géométrique Tardif231. L’association de plusieurs vases de ce groupe dans une tombe de Padula avec une statuette de Koré « rhodienne » permet de les situer vers le milieu du VIe siècle232.

PÉRIODE III D

CÉRAMIQUE GÉOMÉTRIQUE

  • 233 Une série de tombes de ce groupe a été soumise au Calcul Automatique (cf. notes 1, 132, 150). Le r (...)

198Ce ne sont pas les œuvres des potiers indigènes qui donnent à la quatrième période de la phase III de Sala Consilina sa physionomie originale. La céramique géométrique en effet laisse place de plus en plus aux vases importés des centres grecs, pourtant modestes et dépourvus de décor, qui parviennent en grande masse au Val de Diano233.

I - Série principale

199Parmi les vases désignés du nom de Géométrique tardif de Sala Consilina, on remarque les cratères-canthares, dont on a vu les premiers exemples à la période III. C, alors que le déclin de la céramique géométrique était déjà sensible. Ce nouveau vase survivra seul à la disparition de toutes les autres formes indigènes et on le trouvera associé à des vases attiques à figures rouges dans des tombes du milieu du Ve siècle à Padula (Pl. 26, fig. 4).

  • 234 Palinuro, Rend. Napoli 1950, p. 16.
  • 235 Palinuro II, p. 135 sqq.
  • 236 Kilian 3, p. 53, accepte l’idée exprimée par Neutsch, Palinuro II, p. 147. fig. 71, selon laquelle (...)

200Pour ce récipient, dont la panse est large, dont le col droit et bien ouvert permet aisément de puiser du liquide, le nom d’amphore proposé par Sestieri234 ne nous paraît pas convenir, s’il est vrai que l’amphore doit être, comme le dit Eschyle (fragm. 107) στενόστομον, c’est-à-dire à embouchure étroite. Nous n’adopterons pas non plus le nom de Palinuro-Krug, choisi par B. Neutsch235 pour préciser son caractère indigène par opposition aux vases importés qu’il désigne de noms grecs. En effet, ce vase n’est connu à Palinuro qu’à un stade déjà avancé de son évolution, dont seule la nécropole de Sala Consilina permet de connaître les étapes précédentes. Nous lui avons donc donné le nom de cratère-canthare, qui tient compte à la fois de la fonction du vase et de son origine236.

  • 237 Le vase de la planche 15, 1 a été déjà rapproché de la bouteille Pl. 41, fig. 6 ; celle-ci est sor (...)

201En effet, plusieurs tombes de la phase III. C illustrent clairement le passage des « canthares » récents aux premiers cratères-canthares. On a déjà évoqué plus haut les liens qui unissent les « canthares » réticulés aux premiers cratères-canthares de la même forme, mais de plus grandes proportions. Le même rapport existe entre les « canthares » à rosettes typiques de III. C et leurs agrandissements (Pl. 14, fig. 3, n. 3). Un vase de taille intermédiaire entre les deux formes présente (Pl. 14, fig. 2, vase n. 7) sur sa panse très large et son col bas les mêmes rosettes et les mêmes losanges réticulés que le « canthare » D. 18 (Pl. 43, fig. 3, n. 2) ; c’est pourquoi il doit être attribué à un atelier qui fabriquait en même temps des « canthares » à triples rosettes sur la panse et des cratères-canthares de type ancien (comme Pl. 15, fig. 1 et 2, Pl. 47, fig. 1)237. Ces ressemblances ne constituent qu’un échantillon des analogies qui existent entre la plupart des vases géométriques fabriqués au moment du passage de la période III. C à la suivante ; elles établissent d’une part la filiation entre les « canthares » et les cratères-canthares, d’autre part l’étroite parenté qui unit l’ensemble des céramiques géométriques fabriquées alors.

202Très vite, le décor modeste du « canthare » cesse de convenir à sa forme agrandie — le cratère-canthare. Les nouvelles proportions requièrent un système décoratif plus adapté. Sur l’embouchure dépourvue de rebord, quelques taches rouges et noires rappellent la tradition des motifs triangulaires bicolores. Le col bas peut être garni de rectangles réticulés ou de rosettes. Le milieu de la panse est presque toujours occupé par trois losanges réticulés encadrés de compartiments garnis de rosettes ; pour limiter avec plus de rigueur cet ensemble, le peintre introduit au bas de la panse une large bande horizontale qui équilibre la composition et remplace les filets courbes des premiers exemplaires. Les anses comportent toujours quatre ou cinq baguettes (Pl. 19, fig. 2 ; Pl. 20, fig. 1).

203Un groupe de cratères-canthares qui se situent au début de la phase III. D est désigné par les analogies qui rapprochent celui de la tombe A. 10 (Pl. 18, fig. 1, vase 1) de celui de A. 52 (Pl. 47, fig. 2) dont on remarque encore la ressemblance avec les cratères-canthares légèrement plus anciens de la tombe IV (Pl. 15, fig. 1). C’est à ce groupe qu’appartiennent les fragments du Musée de Potenza (provenant de Potenza) qui présentent la même composition décorative, un goût analogue pour les silhouettes schématiques d’oiseaux ou de quadrupèdes, pour les décors réticulés, les files de points entre filets (Pl. 47, fig. 5).

  • 238 Les cratères Mayer Pl. 42, 6, 9 sont contemporains de ces derniers vases.

204Un autre groupe, à peine plus récent que le précédent, a l’un de ses exemplaires bien daté dans la tombe A. 6, par l’association avec une coupe à figures noires (540-530 env.) (Pl. 19, fig. 1, n. 3). Or un cratère presque identique, assurément du même atelier, et tout à fait contemporain de celui-ci, a été trouvé dans la tombe 48 de Palinuro (Pl. 47, fig. 6). Bien que l’extrême usure de la surface des vases géométriques de Palinuro ne permette pas d’analyser aisément l’évolution de leur décor, il est hors de doute que ce cratère-canthare est l’un des plus anciens que l’on connaisse actuellement dans la nécropole. Un autre exemplaire du même groupe provenant aussi de Palinuro est conservé au Musée de Salerne (Tombe VIII). Le décor est tout à fait analogue, mais les proportions du vase sont réduites à celles d’un « canthare ». Il est également associé à une coupe à bandes et à des vases réticulés. La chronologie de Palinuro pourra ainsi être précisée. D’un côté, on a un point ferme vers 540-530 à Sala Consilina pour ce groupe de vases géométriques ; les mêmes associations d’objets se répètent à Palinuro, dans les plus anciennes tombes connues actuellement, pour lesquelles on proposera donc une date autour de 540. Par la suite, en remarquera les analogies existant entre le cratère A. 146 (Pl. 20, fig. 4) et celui de la tombe 7 de Palinuro (Musée de Palinuro) qui représente un style plus avancé (occupation du bas de la panse, jusque là sans décor ; modification des rosettes ponctuées, etc....)238.

  • 239 On peut rattacher à ce groupe un fragment, inv. n. 2396, du Musée de Potenza, provenant de Marsico (...)
  • 240 Cf. Haspels, Attic Black-figured Lekythoi, p. 89-94 ; Beazley, ABV p. 487.

205Parmi les vases plus récents, on reconnaît le travail d’un même atelier dans une série de vases caractérisés par l’absence de division du décor sur le col, par leur losange unique, non réticulé, au milieu de la panse, par la prédilection du peintre pour les « crochets » obliques placés fréquemment dans les angles des zones décorées (Pl. 22, fig. 2)239. A côté des cratères bien installés désormais, les potiers fabriquent maintenant des cratères à colonnettes d’inspiration grecque, sur lesquels les peintres appliquent le même décor. Sur les premières œuvres qui caractérisent ce groupe, le motif en losange est conservé (A. 156, Pl. 23, fig. 1, vases 1 et 2). Par la suite, il disparaît, mais les autres traits caractéristiques de la série, en particulier les « crochets », demeurent. Ce stade de l’évolution est bien représenté par deux cratères à colonnettes très proches, provenant, l’un de Sala Consilina, l’autre de Palinuro (A. 134, Pl. 48, fig. 3 ; Palinuro, tombe 44, Pl. 48, fig. 4) et illustrant clairement la parenté des deux sites. La tombe A. 326 de Sala Consilina renferme un cratère-canthare de ce groupe, sur lequel les motifs dégénérés sont réduits à de larges bandes obliques de part et d’autre d’un losange central. Le caractère relativement récent de ces vases est mis en relief par l’association de deux d’entre eux avec des lécythes attiques de la classe d’Athènes 581 (Tombes A. 137, Pl. 22, fig. 6, n. 2 et 4 ; A. 156, Pl. 23, fig. 2, n. 8)240. Enfin l’influence des cratères laconiens est sensible sur le vase reproduit Pl. 48, fig. 1.

  • 241 Une cruche à une anse portant le même décor se trouve dans la tombe XXVIII de Valle Pupina à Padul (...)

206Les cratères-canthares les plus récents de Sala Consilina se distinguent aisément grâce à l’indécision de la composition décorative, et à l’emploi du vernis pour certains décors (Pl. 47, fig. 3 et 4). Au milieu de ces œuvres très médiocres, on remarque la rigoureuse division et la netteté des motifs qui ornent le cratère à colonnettes D. 117, sur la panse duquel sont représentés des cygnes séparés les uns des autres par des groupes de filets verticaux; dans chaque métope ainsi formée, une croix gammée accompagne l’oiseau, évoquant les décors incisés sur les bronzes d’époque villanovienne ou ceux qui garnissaient la panse des vases géométriques grecs (Pl. 48, fig. 2)241. Le nombre des « canthares » diminue considérablement dans des tombes désormais pleines de vases d’inspiration grecque. Lorsqu’apparaissent les coupes et les skyphoi à vernis noir, les potiers indigènes renoncent presque totalement à la fabrication de ces petits vases. Les exemplaires les plus récents qui illustrent les derniers stades de cette décadence, sont reproduits Pl. 43, fig. 4 et 6. Ce sont les peintres des cratères-canthares qui, d’une main hâtive, jettent quelques traits de couleur ou quelques rosettes sur ces vases destinés à une clientèle pauvre et attachée à ses habitudes.

207Les cruches à une anse sont exécutées avec la même négligence. Cette forme, naguère si caractéristique de la nécropole, n’est plus représentée que par quelques exemples abâtardis comme A. 126 et A. 139 (Pl. 40, fig. 11 et 12) ; le col et l’épaule sont en ligne continue, le profil est bas et lourd ; quelques bandes horizontales et des filets verticaux constituent toute la décoration. Les oenochoés, malgré la concurrence des vases grecs, sont plus nombreuses et leur exécution plus soignée. Pour les rosettes ou les bandes décoratives, les peintres remplacent parfois le rouge traditionnel par un vernis brunâtre très mat, qui trahit les essais tentés par les artisans indigènes pour imiter, non seulement les formes, mais aussi les techniques grecques (Pl. 41, fig. 2, A. 151 ; fig. 3, Β. 74).

II - Série secondaire

208Si l’importation massive des vases grecs détourne la clientèle du Val de Diano des ateliers auxquels elle s’adressait traditionnellement, elle compromet d’une manière encore plus nette le commerce des vases de la série secondaire. Cette céramique avait connu un certain succès au cours de la période III. C. La vente s’est subitement ralentie dès la fin de cette phase et elle devient presque nulle par la suite.

209Les profonds changements que l’on remarque, tant dans les formes que dans les décors des quelques exemplaires attribuables à la phase III.D, révèlent qu’une évolution, dont les tombes de Sala Consilina n’illustrent pas clairement les étapes, s’est accomplie. L’atelier producteur de cette série devra donc être cherché en dehors du Val de Diano.

210Ces transformations sont sensibles, qu’il s’agisse de la cruche, dont le col étroit a disparu et dont le profil est maintenant très arrondi (Pl. 21, fig. 4 ; Pl. 51, fig. 6), des vases sphériques à deux anses écartées comportant aux angles supérieurs des sortes de rouelles (Pl. 5.1, fig. 4 et 5), de l’askos, non plus allongé, mais rond (Pl. 51, fig. 7 et 8). Une cruche d’Oliveto Citra (Pl. 52, fig. 6) représente précisément une forme intermédiaire entre les cruches de III. C (comme Torre di Satriano, Pl. 52, fig. 4) et celles de la période III. D (comme A. 62, Pl. 51, fig. 6). Le goût du remplissage est toujours aussi vif chez les peintres qui ont introduit dans leur répertoire les zigzags, les cercles concentriques au cœur réticulé, les bandes verticales réticulées (Pl. 15, fig. 6, n. 1 ; Pl. 51, fig. 4, I.26), inspirés par les céramiques étudiées plus haut. Les embouchures sont garnies de filets et ourlées d’une file de points. Le fond des vases conserve les motifs traditionnels des diabolos ou des filets croisés.

  • 242 Mayer, Pl. 18, 7.

211En dehors du Val de Diano, cette phase tardive de la série secondaire est connue à Potenza (Contrada Rovino), à Atena Lucana, à Pertosa. Un petit vase biconique publié par Mayer242, sans provenance précise, a une réplique exacte dans la tombe A. 134. Par contre, la série secondaire n’est pas représentée à Palinuro.

III - Autres séries

212Le canthare A. 132 (Pl. 43, fig. 5) provient d’une tombe appartenant au début de la période III. D. L’atelier qui l’a fabriqué utilisait à la fois le vernis et la peinture noire. Il faut donc le dissocier des vases de la série géométrique principale de Sala Consilina où l’emploi du vernis n’apparaît qu’à la fin de la même période.

BIJOUX

213Peu de bijoux enrichissent les tombes de femmes. Bracelets et boucles d’oreilles se réduisent à quelques anneaux simples. Les fibules sont rares et appartiennent aux séries typiques de la période III. C.

  • 243 AA 1941, p. 438, fig. 44.
  • 244 Randall Maciver, Pl. 27, en haut, à droite.
  • 245 BPI XXXV, 1909, p. 100, fig. 9.
  • 246 A. Alfonsi, Scoperte archeologiche nella necropoli atestina del Nord, Not. Sc., 1922, p. 52, fig. (...)
  • 247 G. Bellucci, op. cit., IV, Amulettes, 1915, p. 14.

214Un pendentif (Pl. 35, fig. 11) en forme de triangle très étroit terminé par quatre dents s’apparente, semble-t-il, à toute une série de pendentifs analogues comportant normalement cinq dents au lieu de quatre et qui proviennent du Picenum. Un détail confirme le lien entre ces bijoux : c’est la présence, ici comme là, de cercles concentriques incisés sur le triangle. La même particularité est visible sur des pendentifs qui présentent, au lieu d’un triangle terminé vers le bas par cinq pointes, une main avec cinq doigts, qui, plus ou moins stylisée, est peut-être liée aux objets précédents. Ces amulettes en forme de main ont été trouvées en grand nombre près d’Ascoli Piceno, à Gualdo Tadino243, Novilara (Tombe 21), S. Severino, S. Ginesio, etc...244 ; d’autres proviennent de Terni245 (Pl. 66, fig. 5), d’Este, où la présence des fibules à bouton terminal auxquelles elles sont suspendues permet de les dater du début du VIe siècle246. On en trouve à la même époque en Slovénie (Musée de Ljubljana). L’on appréciera mieux le rôle de ces amulettes dans le monde antique, si on le compare à celui que joue encore aujourd’hui, parmi certaines populations d’Afrique, la représentation de la « Khamsa », ou « main de Fathma », dont le pouvoir magique confère au nombre de cinq une signification particulière247. Ces mains, et le triangle à cinq dents qui leur est probablement lié, avaient aux yeux des Picentins une valeur apotropaïque au même titre que les coquilles de « cypraea » ou les figurines humaines suspendues autour du cou des morts. A Sala Consilina, l’artisan a fabriqué l’amulette en ignorant ce qui donnait son pouvoir magique à l’objet qu’il copiait ; c’est pourquoi il a omis l’une des cinq dents ; une déformation plus grande peut être remarquée sur un exemplaire de Palinuro (Tombe 4 au Musée de Salerne) qui ne comporte que trois dents.

  • 248 Kossack, Pl. 10, fig. 3. De Uioara de Suz, Holste, Zur Chronologie der Südeuropäischen Depotfunde (...)

215Ces pendentifs qui connurent une grande vogue au Picenum à l’Age du Fer n’ont pas, à notre connaissance, d’antécédents en Italie à l’époque du Bronze. Par contre des exemples d’amulettes triangulaires s’achevant vers le bas par cinq dents ont été découvertes au début de l’époque des Champs d’Urnes (Ha AI) entre la Hongrie et la Roumanie, dans le bassin de la Tisza (Pl. 66,6)248. Faut-il séparer ces triangles à cinq dents du groupe nombreux des lancettes triangulaires connues au début des Champs d’Urnes dans le Danube moyen et y a-t-il un lien entre cette amulette et les pendentifs en forme de main du Picenum ? Seuls de nouveaux documents permettraient de répondre à ces questions et de mettre en lumière les origines lointaines du modeste bijou recueilli dans la tombe A. 151 de Sala Consilina.

CONCLUSION SUR LES STYLES GÉOMÉTRIQUES

216Parvenus au terme de l’analyse des phases successives au Val de Diano, il convient maintenant de faire le bilan des principaux résultats acquis.

217La plupart des céramiques géométriques présentes dans la nécropole de Sala Consilina peuvent être classées selon deux séries auxquelles nous avons donné le nom de série principale et série secondaire.

I - Série principale

218Origine- Les analogies de forme qui existent entre les vases à tenda et ceux de la série principale (en particulier la coupe à bord rentrant, la cruche à col conique à une anse en ruban, le cratère bas) donnent à penser que certaines traditions de potiers se sont transmises d’une période à l’autre. Pourtant les rapports entre ces deux styles géométriques demeurant exceptionnels, on ne peut croire à un contact direct entre les deux groupes d’artisans qui les fabriquaient. On supposera que les potiers du début de la période III.A ont donné à leurs œuvres des formes inspirées par des vases de la période précédente, dont ils avaient peut-être quelques spécimens sous les yeux ; exemples très peu nombreux sans doute, puisqu’aucune tombe de cette période n’en a livré jusqu’à présent, et que, sur le plan de la décoration, l’héritage de la phase II se limite à quelques détails (embouchure et col de la cruche A. 272, tenda sur le cratère A. 23). Si l’on rappelle le fait que beaucoup de vases funéraires étaient usagés et réparés, que l’on n’achetait donc pas un mobilier neuf pour en doter le mort, on appréciera mieux l’importance de la disparition des vases à tenda au début de la phase III.

  • 249 Cf. infra, p. 175.

219Il n’est pas exclu que l’impulsion à laquelle est due la fabrication des vases géométriques de la phase III. A soit venue de l’Est de la Basilicate où il semble que quelques vases de Ferrandina illustrent, plus clairement que ceux du Val de Diano, le passage des céramiques à tenda aux vases du Géométrique Ancien249.

220On a pu préciser à l’origine quatre formes principales auxquelles d’autres sont venues s’ajouter par la suite. La manière dont ces vases sont exécutés est très différente d’une époque à l’autre. Le progrès technique, qui se manifeste par la rapidité accrue du tour très lent à l’origine, permet une production croissante au détriment de la qualité. Le contraste entre l’objet de qualité et l’objet de série est évident lorsque l’on compare un vase du Géométrique Ancien à un autre du Géométrique Récent.

221On a toujours souligné, pour classer ce matériel et en préciser la chronologie, les différences de forme ou de décoration que ces objets présentaient entre eux. Cette préoccupation nous a conduit à les grouper en catégories diverses. Il ne faudrait pas cependant ignorer le fait que ces groupes de vases ont entre eux des ressemblances évidentes. Sur deux formes différentes d’une même période, on trouve fréquemment des motifs décoratifs analogues ; d’une phase à l’autre, plusieurs objets constituent des passages entre deux autres qui n’ont apparemment aucun point commun. En d’autres termes, les vases de la série principale font tous partie d’une même famille.

222Les liens étroits qui unissent ces vases s’expliquent par le fait qu’ils sont fabriqués par un même groupe d’artisans dont l’activité s’est poursuivie depuis le début de la période III. A jusqu’à la fin de la nécropole, et pour lesquels la phase III.C a été un moment d’intense production.

223Pour localiser géographiquement les ateliers de potiers qui ont fabriqué cette masse de vases, il faudrait connaître mieux leur aire de diffusion. Or on ne dispose que de renseignements sporadiques pour la Basilicate. Il semble pourtant que, malgré les analogies étroites qui relient certains vases de Ferrandina ou d’Amendolara à d’autres de Sala Consilina III. A, malgré la ressemblance entre la céramique du Val d’Agri et celle de Sala Consilina III.C, on ne puisse considérer que ces vases ont été produits par les mêmes ateliers.

224Vers la mer, par contre, Palinuro a livré de nombreux vases du Géométrique Tardif qui proviennent du même groupe d’artisans. Vers le Nord et le Sud, aucun exemple ne peut guider notre recherche. Sala Consilina est le seul site qui nous permette de connaître la phase moyenne de cette série.

225Or le Val de Diano se situe entre les points extrêmes qui ont livré quelques-uns de ces vases, et sur la route qui mène des uns aux autres. Par ailleurs, plusieurs sites autour de Sala Consilina possèdent une argile excellente pour la fabrication de la céramique (Buonabitacolo, Sanza, etc...). Enfin le grand nombre des vases de la série principale par rapport à l’ensemble des céramiques utilisées pendant les trois premières périodes de la phase III (plus de 95 %), montre que les ateliers qui les produisaient jouissaient d’un quasi-monopole à Sala Consilina. On conclura que ces potiers travaillaient au Val de Diano, et sans doute, près de Sala Consilina, si ce n’est à Sala Consilina même.

II - Série secondaire

226Tout autre est le panorama offert par la céramique de la série secondaire. On a pu remarquer les exemples les plus anciens dans quelques tombes de la phase III, et préciser au cours des périodes suivantes son évolution typologique.

227Les analogies que présentent les premiers d’entre eux avec un vase biconique de Vaglio et avec quelques autres vases géométriques de Peucétie, en particulier ceux qui viennent de Gravina di Puglia, de Gioia del Colle et d’Irsina (Musées de Reggio de Calabre et de Matera), à la limite orientale de la Basilicate, suggèrent l’existence d’un lien entre l’atelier qui les fabriquait et les artisans de Peucétie.

228Vers la fin de la période III. Β et au cours de la période III. C, les vases de la série secondaire, plus nombreux au Val de Diano, sont très communs en divers sites du Nord de la Lucanie (Melfi, Vaglio, Cancellara, Torre di Satriano, Brienza etc...) ; par la suite, vers la fin de III.C et le début III. D, alors qu’ils se raréfient à Sala Consilina, on les trouve à Potenza, Pertosa, Oliveto Citra, Atena Lucana, etc...

229Le Val de Diano peut-il être considéré comme un centre possible pour ces artisans ? Une telle éventualité doit être exclue pour deux raisons. D’une part, la proportion très modeste des céramiques de la série secondaire par rapport aux autres vases géométriques dans les tombes de Sala Consilina est un argument contraire à l’hypothèse de leur fabrication sur place. Par ailleurs, la différence de qualité technique entre les œuvres de la série principale et celles de la série secondaire est frappante. Or une coexistence de longue durée entre deux ateliers si inégaux, sans que l’influence de l’un provoque d’imitation chez l’autre, paraît impossible, et oblige à conclure qu’ils étaient fixés en deux sites relativement éloignés l’un de l’autre.

230Ces observations, jointes à la connaissance de la distribution de cette céramique secondaire, incitent à placer l’atelier ou le groupe d’artisans qui la fabriquaient en un site d’accès relativement facile, d’où ces produits pouvaient être aisément acheminés vers le Nord de la Basilicate et vers le Val de Diano. Il semble que la haute vallée du Bianco, affluent du Sele, soit un cadre vraisemblable pour leur activité.

231Cette hypothèse est renforcée par le fait que, parmi les céramiques recueillies occasionnellement dans la région d’Atena Lucana, la proportion des vases de la série secondaire est très forte. Or Atena Lucana est la porte d’entrée du Val de Diano pour un voyageur venant de Lucanie intérieure ou de la vallée du Bianco. Un col peu élevé séparant deux vallées aux pentes douces unit la région d’Atena à celle de Brienza, ville située sur le cours du Platano, affluent du Bianco. Cet itinéraire est probablement celui qu’empruntèrent, dès le VIIe et tout au long du VIe siècle, les marchands qui apportaient à Sala Consilina les poteries bariolées de la série secondaire.

232On a signalé plus haut quelques trouvailles de vases proches de la série principale en Lucanie, surtout à partir de la fin de la phase III. C. Ainsi se sont diffusés certains motifs, en particulier les décors réticulés par bandes alternativement rouges et noires que l’on trouve parfois sur les vases de la série secondaire du début de la phase III. D (Pl. 51, fig. 4). Cependant, alors que la région de Pertosa a livré un grand nombre de vases de la série secondaire à décor réticulé, ils sont inconnus à Palinuro et leur importation au Val de Diano s’arrête pendant la période III. D, c’est-à-dire au moment où les vases à vernis noir y pénètrent en masse.

Notes

1 La division en quatre périodes de la phase III est le résultat de l’étude des mobiliers funéraires.
Le problème posé était de déterminer, parmi 500 tombes environ contenant au total plusieurs milliers d’objets, pour la plupart inédits et non datés, des groupes qui puissent constituer les éléments d’un classement chronologique.
Le point de départ d’une telle classification a consisté à faire une étude typologique des objets qui a permis de les répartir en séries différentes. Ainsi les vases d’une qualité déterminée, comportant un décor bien caractérisé, constituent une catégorie. Il en va de même pour les bijoux d’une forme donnée, les fibules d’un certain type, etc... Pour la nécropole de Sala Consilina, nous avons distingué environ 250 catégories différentes. Ce classement n’est possible naturellement que lorsque les objets ne présentent pas de caractères exceptionnels qui excluraient leur appartenance à une série.
Ensuite l’inventaire de la nécropole a été dressé en notant pour chaque tombe la liste des séries qu’elle contient.
Disposant de cet inventaire, il fallait alors grouper les tombes par analogie. Deux tombes également riches dont tous les objets appartiennent aux même séries peuvent constituer le premier noyau d’un groupe. Le cas est du reste exceptionnel, et le noyau initial d’un groupe est généralement formé par des tombes qui ont seulement plusieurs objets en commun.
L’étude des associations d’objets au sein des mobiliers funéraires permet d’accroître le nombre des tombes d’un groupe. Ainsi rien n’autorise au départ à réunir des tombes contenant les objets x, y, z avec d’autres qui renferment les séries a, b ou c. Pourtant si l’on découvre un grand nombre de tombes qui associent a, b ou c avec x, y ou z, l’on pourra dire que le groupe formé autour des objets x, y ou z ne fait qu’un avec celui qui est caractérisé par la présence de a, b ou c. C’est ainsi que, par une série d’analyses tombe par tombe, on constitue des groupes de plus en plus larges à partir du noyau très homogène qui a été remarqué à l’origine. Toutefois l’existence d’un groupe n’est réelle que lorsqu’il y a de nombreuses analogies entre les tombes qui le composent, et que, par ailleurs, ces tombes ne présentent que peu de ressemblance avec celles des autres groupes. D’autre part, une fois déterminés les groupes principaux, si une tombe Τ a des objets en commun avec les tombes d’un groupe G, mais aussi avec d’autres d’un groupe G’, elle fera probablement partie d’un groupe intermédiaire entre G et G’.
Etant donné le grand nombre des tombes de la nécropole et le chiffre élevé des objets qu’elles contiennent, il nous a semblé que cette distinction en groupes, nécessairement très lente à établir par la méthode archéologique, pouvait être considérablement simplifiée par l’emploi de méthodes automatiques de classement. M. W. Fernandez de la Vega, du Centre de Calcul de la Maison des Sciences de l’Homme, s’est attaché à cette recherche dont les résultats ont fait l’objet d’un Rapport interne du Centre de Calcul de la Maison des Sciences de l’Homme : Méthodes de Classification utilisant un indice de ressemblance, Paris, février 1965 ; voir aussi J. de La Genière et W. Fernandez de La Vega, A propos de la Classification, juillet 1966.
Le Centre de Calcul a également réalisé un contrôle des groupements de tombes établis par l’analyse archéologique. Pour la période III.A, il a confirmé la cohésion du groupe de 68 tombes que nous avons considérées comme particulièrement caractéristiques de cette étape (indiquant un rapport de similarité moyen entre les tombes de 19 %).

2 On pouvait citer aussi à la fin de la phase II une tasse d’argile beige rosé de forme assez comparable, caractérisée par une anse en ruban élevée, une courte lèvre sur une vasque arrondie qui portait dans sa partie supérieure un décor à tenda soigné (D. 151, Pl. 37, fig. 1). Quelques tasses comparables apparaissent aussi au début de la phase III ; elles sont façonnées dans une argile claire et dépourvues de décor (comme A. 154, Pl. 42, fig. 2).

3 Pour la distinction entre les « canthares » géométriques et les canthares classiques, voir Courbin, BCH LXXVII, 1953, p. 322-345.

4 On ne saurait les rapprocher des vases de la première (de la tombe A.302) ou de la seconde phase (de la tombe A.224), de silhouette trapue, et qui comportent deux anses reliant l’embouchure à la panse ; ceux-ci, en effet, se rattachent à des vases analogues au profd bas et aux anses latérales courtes existant à Cumes (Préhellénique I) ou à Rome (Phase II), cf. Müller-Karpe I, Pl. 16, A.2. B.9 ; Pl. 24, A.6.

5 Puglisi, Le culture dei capannicoli sul promontorio Gargano. Atti dell’Acc. dei Lincei, Memorie, Série VIII. vol. II, 1948, Pl. I, n. 2, p. 24.

6 E. Baumgartel, BSR XIX, 1951, p. 23-38. BSR XXI, 1953, p. 1-31.

7 R. Peroni, Per una definizione dell’aspetto culturale « subappenninico » come jase cronologica a sè stante, Atti dell’Acc. Lincei, Memorie, Série VIII, Vol. IX, fasc. I, 1959, p. 223.

8 Puglisi, op. cit., p. 26, fig. 8. La strate moyenne de Punta Manaccore correspond à la strate III de Grotta Manaccore.

9 F. G. Lo Porto, Gli scavi sull’acropoli di Satyrion, Boll, d’Arte 1964, p. 67-80, fig. 21, et Not. Sc. 1964, p. 177-279.

10 Cf. E. Baumgärtel, op. cit., 1953, Pl. V, 6, 8, Pl. VI.

11 Comparer à une coupe trouvée dans une nécropole de la Pouille, J. Szombathy, Mitt. d. Anthropolog. Gesellsch. Wien, 1917, p. 131-143.

12 Heurtley, Prehistoric Macedonia, Cambridge, 1939, p. 193 et Pl. XXIII, fig. 1. M. Garasanin, Neolithikum und Bronzezeit in Serbien und Makedonien, in 39 Bericht der Römisch-Germ. Kommission, 1958, p. 1-130, cite ce vase comme caractéristique du Bronze Récent, surtout dans la région d’Ohrid. Il aurait son origine près de Bitolj (Monastir).

13 V. Curéié, Die Gradina and der Ramaquelle im Berzirk Prozor, Bosn. Mitt. 1902, vol. VIII, fig. 26.

14 Merhart I, p. 28-29.

15 Cf. supra, p. 88.

16 Stabie, Musée de Castellamare ; Pontecagnano, tombe 224 (Phase II) cf. B. D’agostino, SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXVII, b et p. 677.

17 Cf. supra, p. 39, note 103.

18 Les vases qui complètent le mobilier funéraire de la tombe A.372 sont tous d’impasto, ce qui constitue une présomption de plus en faveur de l’antériorité de cette cruche par rapport à la plupart de celles de la période III.A. Un fragment de boucle d’oreille rappelle un type de la période II.B.

19 Åkerström p. 60 sqq. Des formes analogues en pierre sont connues dans les Cyclades au cours des IIIe-IIe millénaires (Zervos, L’Art des Cyclades, Paris, 1957, p. 57, fig. 10).

20 Soulignons l’existence dans la tombe I.20 d’une coupe à pied, non restaurée encore, de forme et de décoration très originales : l’anse à section ronde est parallèle au bord de la coupe qu’elle rejoint en formant deux angles droits ; à chacun de ces angles se trouve un motif plastique en demi-cercle ; sur le bord de la coupe, un zigzag continu ; trois protubérances entre deux motifs d’angles.

21 Cf. supra, p. 95-97.

22 Åkerström, Pl. XI, fig. 8.

23 Cf. infra, p. 160.

24 Pl. XXXVII, fig. 5 ; long. = 15,5 ; larg. = 14. Il est à notre avis impossible de déterminer précisément l’origine des askoi. Certes ils existaient déjà dans la céramique mycénienne (Furumark, Mycenaean Pottery, p. 67, type 194), mais il est probable que cette forme, qui rappelle le corps d’un animal, ne fait que répéter celle des peaux de boucs ou d’autres animaux dans lesquelles on conserve au frais les liquides dans les pays méditerranéens comme dans les zones tropicales. Elle peut avoir été inventée à plusieurs reprises, et son existence dans des régions différentes ne constitue nullement une preuve de contacts entre elles.

25 Cf. infra, p. 240.

26 Cf. supra, p. 60.

27 Åkerström, Pl. 21, 6-9.

28 Les coupes de bronze de Canale-Janchina, plus larges et plus basses que celles de Torre Galli et de Torre Mordillo, doivent être distinguées des coupes en calotte primitives, caractérisées par leur profil en demi-sphère ; cf. Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 254, fig. 177.

29 Cf. infra, p. 185.

30 Cf. infra, p. 222-223.

31 Ils font souvent revivre des formes qui n’avaient plus cours en bronze : ce sont les fibules en deux parties à disque (A.122, S. Nic. 29) dont l’épingle porte à l’extrémité une perle de calcaire (S. Ant. 105) ou d’ambre (B.3). L’arc seul peut être en fer, l’épingle étant en bronze (C.6) ; il peut être divisé en deux branches parallèles (S. Ant. 73, A.244, S. Nic. 44, cf. Sundwall DIVαd), ou légèrement incurvé et divisé en trois branches (D.65, S. Ant. 108, S. Nic. 47). Parfois la forme est « sicilienne », le pied court (S. Nic. 24), l’arc à section rectangulaire. Parmi les variantes, nombreuses au cours de la deuxième phase, et souvent difficiles à reconstituer, on remarque quelques fibules à coude et à pied court (Sundwall DIγaaa ; A.82 ; D.113 ; D.118), dont de nombreux exemplaires existent à Torre Mordillo.

32 Seule exception, semble-t-il, la pointe de lance en bronze de la Tombe A.388 (Phase III.B).

33 ΚΩΚΑΛ0Σ, Atti del Primo Congresso internazionale di Studi sulla Sicilia antica, X-XI, 1964-65, p. 22-23.

34 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 155, fig. 13 et 14.

35 Ibid., p. 155, fig. 7 et 8.

36 Le antiche rotte del Mediterraneo documentate da monete e pesi, in Rend. Napoli XXX, 1955, p. 7-122.

37 Strab. XIV, 2, 10.

38 D. Harden, The Phoenicians, Londres, 1963, p. 64.

39 Forbes, Metallurgy in Antiquity, Leiden, 1950, p. 388. T. A. Rickard, L’homme et les métaux, 1938, p. 334 sqq.

40 On connaît des bijoux et des amulettes de fer dès la première moitié du IIIe millénaire en Mésopotamie, à Mari, Tell Asmar, etc... et en Asie Mineure (Alcala Hiiyuk), cf. Forbes, op. cit., p. 417.

41 L’un des plus beaux exemples est une hache d’armes de Ras-Shamra de la fin du XVe - début du XIVe siècle ; la douille de bronze présente une protomé de sanglier d’un côté et deux têtes de lion de l’autre dont la gueule ouverte semble cracher la lame de fer. Les particularités de la décoration permettent d’attribuer cet objet à la civilisation mitanienne dont le territoire confine aux régions métallifères d’Arménie. L’objet est une preuve de l’avance prise sur le plan de la technique métallurgique par les populations occupant la haute vallée de l’Euphrate et les zones avoisinantes (C. F. A. Schaeffer, Ugaritica I, p. 107-125, Pl. XXII).

42 Les outils de bronze de l’Indus au Danube, I, p. 432.

43 Chronology of the Bronze and Early Iron Age, Greek, Italian, Transalpine, Atti del I°° Congresso Intern, di Preistoria e Protostoria Mediterr., 1950, Firenze, p. 256-264. 650 est la date proposée par Åberg pour le début de l’Age du Fer à Hallstatt (Bronzezeitliche und Fruheisenzeitliche Chronologie, Teil II, Hallstattzeit, p. 10).

44 S. Foltiny, A]A LXV, 1961, p. 283, 297, Athens and the East Hallstatt Region, Cultural Interrelations at the Dawn of the Iron Age. Pour les tombes d’Athènes, voir Blegen, Two Athenian Grave Groups of about 900 B.C., Hesperia XXI, 1952, p. 279-294.

45 AJA LXVIII, 1964, p. 247-257, Flange-hilted Cutting Swords of Bronze.

46 Antiquity 35, 1961, p. 119.

47 Richardson, Iron, Preistoric and Ancient, A]A XLI, 1937, p. 447-451.

48 Atti del primo Congresso Intern, di Preistoria e Protostoria Mediterr. 1950, p. 368-390.

49 Merhart 2, p. 128.

50 Merhart, in Festschrift des Rômisch. Z. M. Mainz, 1952, p. 39.

51 Die Metallbeigaben der Früheisenzeitlichen Kerameikosgräber, J.d.I., LXXVII, 1962, p. 59-129.

52 Forbes signale l’existence d’un site de fondeur à Coppa Nevigata près de Tarente, qui serait datable de 1200 env., en invoquant la publication par A. Mosso de fours pour la fusion du fer (Stazione preistorica di Coppa Nevigata presso Manfredonia, la prima apparizione del ferro in Italia, Mon. Ant., XIX, 1911, col. 311). En fait ces fours proviennent de la couche supérieure de la station, où l’on a trouvé des fragments de céramique mycénienne tardive avec du Géométrique local (Taylour, p. 159 sqq.). M. Lo Porto a bien voulu me confirmer qu’il était impossible que ces fours soient plus anciens que les fragments géométriques datables, selon lui, du Xe ou du IXe siècle.

53 Cf. infra, p. 187-188.

54 Cf. infra, p. 238-243.

55 Sundwall, fibules à drago, p. 59 sqq.

56 Cf. Dall’osso, p. 127 ; Mon. Ant., V, 1895. Pl. IX, 8, 9, 10.

57 Cf. infra, n. 241.

58 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 267, fig. 189 ; ibid., col. 302, fig. 215.

59 Cf. infra, p. 239.

60 Musée de Reggio de Calabre ; Musée de Cosenza.

61 Musée de Cosenza.

62 La fibule A.154 (Pl. 33, fig. 2) peut être considérée comme une variante du type A.320. A.250 (Pl. 33, fig. 6) est un type voisin, à deux boutons latéraux.

63 Dépôt du Mendolito au Musée de Syracuse.

64 Hencken Pl. 51, fig. 2 ; dans la tombe 326 du Fusco, un exemplaire analogue est associé à un aryballe corinthien, une pyxis fragmentaire, des perles en pâte de verre, une fibule à arc serpentant à bâtonnets latéraux.

65 Cf. supra, p. 25 ; 71, note 149.

66 La nécropole de Torre Mordillo renferme, outre de nombreux exemplaires de bronze, quelques autres de fer ; leur petit nombre est peut-être dû à la mauvaise conservation du métal ; en effet aucun exemplaire de Sala Consilina n’a été retrouvé intact.

67 Minto, Marsiliana, Pl. 13, 4, fig. 8 ; Sundwall HIIIαc3.

68 Cf. supra, p. 111-112.

69 On les trouve à Torre Mordillo, à Canale (Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 253, fig. 176), à. S. Stefano di Grotteria.

70 Cf. note 90, p. 62.

71 Mon. Ant. XVI. 1906. col. 95-6, fig. 111-112.

72 Patroni, BPI XXVII, 1901, Necropoli antichissime della Valle del Sarno, p. 42.

73 Par ex. Noto ; voir Bernabô Brea, La Sicilia, Pl. 78, en bas à droite.

74 Cf. Rodney S. Young, Hesperia XVIII. 1949, p. 288, Pl. 72, n. 25. Elles sont fréquentes dans les tombes grecques depuis le Submycénien jusqu’au Géométrique. Sur leur présence en d’autres sites européens, voir S. Foltiny, A]A LXV, 1961, p. 294, note 211.

75 Cf. p. 82, disques de Torano.

76 BPI XXXVIII, 1913, Pl. V.

77 Brizio, Necropoli di Novilara, Mon. Ant. V, 1895, p. 278, fig. 74.

78 Par ex. Capena, Stefani, Mon. Ant. XLIV, 1958, p. 131, fig. 33.

79 P. Orsi, Gli scavi intorno a l’Athenaion di Siracusa, Mon. Ant. XXV, 1919, p. 570, fig. 167 ; dépôt de S. Cataldo de Caltagirone, P. Orsi, Nuovi ripostigli di bronzi siculi, BPI XLVII, 1927, p. 54 et Pl. III, 10. Voir aussi les cercles concentriques en ruban plat de la colline de Noto en Sicile, Bernabô Brea, La Sicilia, Pl. 78.

80 A S. Onofrio di Roccella par exemple. Musée de Reggio de Calabre.

81 Cf. Dall’osso, p. 117.

82 Das Gräberfeld von Hallstatt. Firenze. 1959, Pl. 10, 10 et Pl. 13, 15.

83 P. Orsi, BPI XLVII, 1927, p. 54. Voir Déchelette, Manuel II, p. 864.

84 Dall’Osso, fig. 117 et 192.

85 Mon. Ant. X, 1900, col. 352, fig. 75 ; autres exemples à Belmonte (Picenum), cf. DALL’OSSO, p. 121.

86 Dépôt de S. Cataldo di Caltagirone, Bernabô Brea, La Sicilia, p. 196, fig. 49, g et b.

87 Benaé et Covié, Glasinac I, Tumulus I, tombe I, Pl. XXXIV, 5 ; tumulus XIX, t. 4, Pl. XXXVII et XXXVIII ; Fiala, Bosn. Mitt. Vol. V, p. 10, fig. 14, disque de Planje, et ibid. p. 14 fig. 23. Ils sont d’une seule pièce, d’un diamètre légèrement inférieur à ceux de Francavilla (15 cm. env.), leur surface est ornée de motifs géométriques incisés ; ils sont bombés et présentent, en section, deux décrochements qui rappellent le profil des cercles de Francavilla, fixés par un disque central. Associés dans les tumuli à des disques en double spirale, à des torques, qui sont également fréquents sur la côte italienne de l’Adriatique, ils ont été attibués par Benac et Covic à la période III. C. de Glasinac, qui correspond à la phase Hallstatt Β pour l’Europe Centrale (IXe siècle). Ces disques de Glasinac peuvent être mis en rapport avec ceux, beaucoup plus récents, de Donja Dolina dans la vallée de la Save, qui sont de plus grandes dimensions (36 à 38 cm.) et sont parfois surmontés d’un bouton cubique. Ils ont été publiés comme boucliers par Truhelka, Bosn. Mitt. Vol. IX, 1904, p. 98, fig. 71 ; p. 99, fig. 72 ; p. 199, fig. 74. Voir Zdravko Marić, Donja Dolina, Serajevo, 1964, Pl. XI, 14.

88 Jahrb. d. R.G.Z.M. Mainz, 3, 1956, p. 28-116, Über blecherne Schildbuckel (Faleren). Cf. note 53, p. 24.

89 Ces objets circulaires sont pour A. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons, Edimbourg, 1964, p. 38-51, des shieldbosses ou ombons de boucliers. Tenant compte des diverses explications données pour ces disques qui peuvent aussi se trouver dans des tombes de femmes (à Vergina par exemple), Snodgrass estime qu’ils ne jouent probablement pas le même rôle dans tous les sites.

90 Cf. listes établies par G. Kossack, p. 20, Pl. 16, 1-20. Cf. supra, p. 32, 75, 82.

91 Musée de Cosenza, exemplaires provenant de Francavilla et de Torre Mordillo. Musée de Reggio de Calabre, fouilles inédites de Torano.

92 P. Orsi, BPI XLVII, 1927, p. 56 sqq.

93 Kossack, p. 69-76.

94 E. Sprockhoff, Nordische Bronzezeit und frühes Griechentum, Jahrb. des R.G.Z.M. Mainz, I, 1954, p. 24-110.

95 Merhart I, p. 1-90.

96 On connaît en Grèce quelques exemples de disques à jour portés comme amulettes : ainsi sur un cratère à figures rouges de Spina du milieu du Ve siècle, Néoptolème, dans une scène d’Ilioupersis, porte sur la poitrine une roue apotropaïque suspendue à un cordon, cf. Arias-Alfieri, Spina, Pl. 38.

97 Cf. Bellucci, Parallèles ethnographiques IV, Amulettes, 1915, p. 47.

98 Cet objet permet de comprendre la destination d’une grande quantité de bulles semblables qui ont été trouvées dans la tombe A.278.

99 M. Sestieri-Bertarelli, Il Museo archeologico provinciale di Potenza, p. 52.

100 D’Ascoli, Randall Maciver, Pl. 28 ; 2 ; de Novilara, Mon. Ant., 1895, V, col. 148, fig. 20 ; de Numana, cf. Messerschmidt, Italische Gräberkunde II, p. 188, 226, 257, Pl. 33, c.

101 Not. Sc. 1910, p. 337. fig. 5 ; BPI XXXVII. 1912, p. 49 sqq. Merhart 1, p. 9, Pl. 6, fig. 2, 1.

102 Batovic, p. 63-64, Pl. VIII, fig. 15.

103 Ruzica Drechsler-Bizić, Nécropole iapode de Kompolje, Vjesnik arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb, 1961, Pl. XI, 7 ; l’un, presque parfaitement rectangulaire, comporte un anneau central de suspension entre deux oiseaux qui garnissent les extrémités latérales ; un autre a une forme nettement trapézoïdale et deux protomés de chevaux en garnissent les côtés.

104 Mayer, Pl. 5, n. 10 ; Deux beaux spécimens de Lavello m’ont été signalés par M. Adamesteanu ; d’autres exemplaires analogues, inédits, à double protomé d’oiseaux d’eau, sont exposés au Musée de Salerne ; ils proviendraient du Monte Pruno (Roscigno). Cf. aussi Kossack, Pl. 11, 7.

105 Kossack, p. 43.

106 Ibid., Pl. 11, 10.

107 Ibid., p. 43, fig. 2 ; Pl. 11, 18.

108 Sprockhoff, p. 75, fig. 1 et 2.

109 Pendentif trouvé à Charroux (Allier), très proche de celui d’Ancône, cf. Kossack p. 43 sqq.

110 Sprokhoff, fig. 8.

111 Un pendentif du début de la culture des Champs d’Urnes, en forme de bandeau courbe aux extrémités relevées, porteur d’une série de chaînettes (Kossack p. 16, fig 1) pourrait représenter une forme primitive de nos bijoux de l’Age du Fer. Or ce pendentif, qui provient de Gay (Banat) a été mis en rapport par Kossack avec une statuette d’idole de Klicevac (Banat) qui date de l’Age du Bronze et qui porte dans le dos une amulette de cette forme attachée à ses cheveux. Ce rapprochement établirait une parenté entre l’imagerie religieuse du Banat à l’Age du Bronze et des objets de l’Age du Fer trouvés en Europe du Nord, de l’Ouest, en Bosnie, en Italie. Il supposerait en outre une origine commune pour les amulettes à double protomé d’animaux et les pendentifs trouvés en Calabre qui comportent une spirale aux extrémités (comme Pl. 59, 4).

112 Une question qui n’a pas encore reçu de réponse satisfaisante est celle que pose dans plusieurs régions, et surtout dans l’Europe du Nord et les Balkans, le remplacement progressif des traditionnelles protomés d’oiseaux d’eau par des protomés de cheval. Le retour du cheval dans les thèmes décoratifs de l’Europe danubienne se produit au cours de la période récente des Champs d’Urnes (Xe-IXe siècle), en même temps que l’introduction du cavalier et des premières images anthropomorphes ; il faudrait peut-être attribuer la nouvelle popularité des images de chevaux à la venue en Hongrie de cavaliers orientaux que l’on peut rapprocher des Cimmériens (Altheim, Rom. Geschichte, Chap. I, 5. Sur l’importance de l’élément « thraco-cimmérien », voir aussi Holste, Wiener Prähist. Zeitschr. XXVII, 1940, p. 7-32, qui signale dans les Balkans, en Macédoine et même dans les sanctuaires grecs des objets « thraco-cimmériens »). La fréquence des représentations de cheval ou de cavalier marquerait le passage des superstitions populaires traditionnelles aux modes de penser de la caste guerrière de la culture hallstattienne à l’est des Alpes (cf. Kossack, p. 55). Le remplacement des oiseaux par des chevaux sur un grand nombre de ces pendentifs n’a rien enlevé à la valeur magique traditionnelle de l’objet sur la signification duquel les bronziers auraient été probablement bien embarrassés pour se prononcer.
A cette tradition d’origine danubienne on doit probablement rattacher quelques objets de provenance grecque, comme un pendentif de bronze à double protomé de cheval trouvé à Olympie (Athènes, Musée National, n. 6144), un petit bronze de Tégée combinant des protomés d’oiseau avec d’autres moins caractérisées (BCH LV, 1931, p. 230, fig. 1, n. 1). Le sanctuaire d’Artémis Orthia a livré des pendentifs de plomb formés d’un bandeau rectangulaire qui se termine de chaque côté par une protomé de cheval et qui comportent parfois une figure, normalement féminine, au centre de la composition (R. M. Dawkins, Supplementary Paper n. 5 du BSA, 1929, p. 266, fig. 123). Un schéma comparable, celui d’un homme agenouillé de face entre deux protomés de cheval, existe sur une pièce latérale d’un mors de cheval trouvée fortuitement à Chandrinou près de Pylia au Péloponèse (début du VIe s., Musée National d’Athènes ; je dois ce renseignement à M. N. Yalouris).
Toutefois, bien que l’existence d’un lien entre les objets grecs et ceux du type Colle Cardeto-Nin soit vraisemblable, il ne faudrait pas rejeter toute autre possibilité d’expliquer l’origine des premiers. Si l’on se tourne en effet vers le Moyen Orient, on remarque, parmi les objets attribués à la culture du Luristan et datés, grosso modo, du Ville-Vile siècle, des petits bronzes présentant un groupement analogue : l’un figure un personnage féminin assis sur deux protomés de chevaux et tenant de chaque main l’une des têtes (un exemplaire dans Catal. Expos. Petit-Palais oct. 1961-janvier 1962, 7.000 ans d’art en Iran, n. 428, p. 72 et Pl. XXIV, 4 ; un autre, très voisin, Ghirshman, Perse, Proto-Iraniens, Mèdes, Achéménides, p. 298, fig. 358, est, semble-t-il, le même objet que celui cité par Rostovtseff, Dieux et chevaux, Syria XII, 1931, p. 48 sqq., qui l’attribuait au IIe millénaire av. J.-C.). A la même culture du Luristan appartient aussi la partie latérale d’un mors qui représente un homme debout entre deux protomés de cheval dont il tient également les têtes, voir Ars Asiatica 17, 1931, pl. 45 ; Berytus 1954-55, pl. XIV, I. L’attitude est assez voisine de celle des πότνιαι ίππων des bronzes grecs et il n’est donc pas exclu que le schéma grec de l’être humain entre deux protomés de cheval soit venu de l’Est de la Méditerranée (contra J. Charbonneaux, Préhistoire I, p. 229, note 2).
On peut se demander si ce motif primitif n’est pas à l’origine de la présentation du char de face au Péloponèse. A des symboles magiques qu’il ne comprenait plus, l’esprit grec aurait donné un sens nouveau adapté à ses propres tendances. Cette hypothèse ne ferait que compléter celle de Deonna qui a déjà établi un lien entre les figurines de Sparte et l’image frontale du char dont les premier exemples en plastique comme en peinture sont péloponésiens (W. Deonna, A propos d’une pendeloque archaïque de Tégée, BCH LV, 1931, p. 229-239, fig. 1-3 et 4 ; P. LA Costemesselière, AU Musée de Delphes, p. 180). La tige verticale et les tiges obliques qui servaient à la suspension de l’amulette formeraient le corps d’un aurige ou d’une divinité aux deux bras écartés pour tenir les rênes. Une telle élaboration pour ce motif classique qui apparaît déjà formé au Péloponèse à l’époque géométrique (Hafner, Viergespann in Vorderansicht, Berlin, 1938, p. 37) n’est pas invraisemblable, que les doubles protomés grecques se rattachent, comme celles d’Italie, à des prototypes formés dans le Nord des Balkans, ou qu’elles s’apparentent aux antécédents des petits bronzes du Luristan présentant une femme assise entre deux protomés de cheval.

113 Mon. Ant., X, 1900. col. 327, fig. 61 ; col. 338, fig. 69 c.

114 Not. Sc. 1900, p. 36, fig. 4.

115 Müller-Karpe I, Pl. 124 D, 1-2.

116 Ibid., p. 202-203.

117 Hampel, Altertümer der Bonzezeit in Ungarn, Budapest, 1890, Pl. XL ; N. Åberg, Bronzezeitliche und Früheisenzeitliche Chronologie, Teil V, Mitteleuropaische Hochbronzezeit, p. 54, fig. 97 ; p. 55, fig. 98 ; p. 56, fig. 99 ; p. 57, fig. 100.

118 Nécropole de Belmonte et d’Ascoli, cf. Dall’osso p. 303.

119 Kompolje. Cf. R. Drechsler-Bizic, Nécropole iapode de Kompolje, Vjesnik arheoloskog Muzeja u Zagrebu, 1961, Pl. XI, fig. 7 ; ici, comme au Picenum, les boules de bronze sont portées par un pendentif rectangulaire.

120 Cf. von Duhn, s.v. Muscheln. Plusieurs tombes du VIe siècle de Roccanova en ont livré également.

121 Exemples de l’époque de Castelluccio, P. Orsi, BPI XVIII. 1892. sep. 19. Pl. III, fig. 28, coquillage associé à des couteaux en pierre taillée.

122 Randall Maciver, Pl. 28 en haut à droite.

123 BELLUCCI, Parallèles ethnographiques, n. 4, Chap. 4, p. 2.

124 Les exemplaires de Francavilla sont encore inédits. Pour ceux d’Osovo, cf. Fiala, Bosn. Mitt., Vol. VI, 1899, p. 39, fig. 11-12.

125 Cf. supra, p. 33-35.

126 Il demeure toujours possible que le hasard des fouilles soit seul responsable de cette lacune. Deux champs assez vastes doivent être encore explorés près des zones A et I qui ont livré des tombes des phases I, II et IIIA (cf. carte Pl. 55). Il serait surprenant cependant que les tombes caractérisant une période intermédiaire entre deux phases abondamment représentées dans ces deux zones soient toutes réunies dans un autre secteur. Il est probable qu’une fouille nouvelle à cet endroit, tout en nous apportant de précieux renseignements, ne changerait pas sensiblement les résultats acquis sur le passage de la phase II à la phase III.

127 Cf. infra, p. 246-247.

128 Cf. supra, p. 44.

129 Mayer, RM XII, 1897, 248 ; mayer, p. 17.

130 Cf. p. 86.

131 On rappellera ici une communication de L. Pareti, Convegno Taranto 1, p. 151, qui invoquait deux passages de Strabon (VI, 253 et VI, 264) pour prouver qu’une première vague de populations sabelliques pouvait avoir occupé la Lucanie et gagné la Mer Ionienne bien avant la date généralement admise pour les invasions lucaniennes. Au cours de cette incursion, les Samnites auraient détruit la ville qui avait été fondée par les Pyliens sur le site de la future Métaponte.

132 Le Centre de Calcul de la M.S.H. a réalisé un contrôle du groupement de ces tombes. Le fort rapport de similarité moyen existant entre elles (25 %) confirme la cohésion du groupe. Cf. p. 94, note 1.

133 B. D’agostino, Calai. Mostra, p. 105.

134 la Genière 2, Pl. X, fig. 1, n. 2.

135 On peut isoler un petit groupe de vases, typiques de cette période, par exemple la cruche A.130, Pl. 40, fig. 6, le « canthare » A.14, Pl. 42, fig. 10, qui sont caractérisés par la teinte très claire et la finesse de l’argile, l’exécution très précise du décor géométrique ; ils forment le groupe A.14 (La Genière 2, p. 31). Le motif le plus courant sur le col des vases consiste en deux losanges réticulés superposés flanqués de crochets sur les côtés (comme Pl. 39, fig. 6), inscrits dans un plus grand losange uni. Ce décor figure d’habitude sur le devant du col, il est parfois répété de chaque côté. Les bandes rouges et noires séparant le col de la panse sont moins larges. Au lieu des triangles étroits prolongés par un filet vertical qui garnissaient l’épaule et le bas de la panse des cruches de la période III.A, le motif caractéristique est maintenant le double crochet dans un triangle incurvé se prolongeant en un filet vertical du côté opposé à l’anse (Pl. 40, fig. 5-8 ; Pl. 42, fig. 10). Ce filet vertical, plus long qu’à la phase précédente, et qui se répète normalement de chaque côté, partage la panse du vase en quatre secteurs répondant à la division du col en quatre métopes. Les anses en ruban sont plus étroites qu’auparavant ; le filet noir qui les bordait naguère décore maintenant sa tranche ; deux ou trois petits groupes de filets horizontaux rappellent les groupes plus larges qui ornaient le plat des anses de la période précédente.

136 Ce « canthare » n’était pas encore restauré lorsque nous avons achevé de réunir notre documentation. Cf. infra, l’origine du cratère-canthare, p. 153.

137 Cf. note 135.

138 On fabriquait des coupes analogues dans d’autres sites de Basilicate, comme le laisse présumer une tombe de Francavilla Marittima qui en renfermait une associée à un skyphos corinthien moyen.

139 Cf. supra, p. 94.

140 Il a été probablement introduit sur des bronzes gravés, comme l’indiquent les croix incisées sur les ceinturons du Premier Age du Fer en Etrurie, par ex. celui de Tarquinia, Müller-Karpe I, Pl. 29, C, 9, ou de Bosnie, par ex. celui de Kosovo-Rogatica, Glasinac I, Pl. XI, 8.

141 La forme de la coupe A.175 était commune dans les Cyclades au Ville et au VIIe siècle. Cf. Délos XV, Pl. XXVII-XXVIII ; Délos XVII. Pl. XXXVII, 16-18.

142 E. Stefani, Mon. Ant. XLIV, 1958, col. 130, fig. 32, amphore de Capena portant sur l’épaule de petits cercles en pâte de verre.

143 La Genière 2, Pl. IX, fig. 2, n. 2.

144 Cf. p. 160-161.

145 Mayer, Pl. 23, 1. Gervasio, p. 320, fig. 78, à comparer aussi avec Sala Consilina A.123 (non restauré).

146 Hencken p. 264.

147 Cf. Hencken, p. 261, tombe 428, Pl. 60, fig. 13. Cf. infra, p. 235-236. Un type assez proche dans la T. A 130, Pl. 10, fig. 4.

148 Hencken, Pl. 57, tombe 486. Quelques spécimens comparables portent un décor incisé sommaire (A.289, Pl. 33, fig. 7).

149 Pour les fibules en forme d’animaux à Ischia, voir infra, p. 240.

150 Cf. supra, p. 115.

151 Une série de tombes de ce groupe a été soumise au Calcul Automatique. Le fort rapport de similarité moyen existant entre elles (29 %) confirme la cohésion du groupe (cf. notes 1 et 132).

152 Musée de Métaponte.

153 SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXXVIII, a, 1, 2.

154 E. Hall Dohan, Italic Tomb-Groups, Pl. XLVII, Vulci 22, n. 10.

155 CVA Gotha 1, Pl. 13, fig. 8.

156 Cf. infra, p. 188-190.

157 Comme celle de Gela, Mon. Ant. XVII, 1906, fig. 439, ou de Corinthe, Corinth XIII, Pl. 23, o.

158 Åkerström, p. 104.

159 Mon. Ant. XV, 1905, col. 684 sqq. fig. 205. Cf. aussi F. Von Bissing, Sitzungsberichte der bayer. Akad. der Wissenschaften, 1941.

160 Schaeffer, Ugaritica I, fig. 46 a ; II, fig. 57/27.

161 Berytus 12, 1958, Pl. 15-16, n. 23, 24, 26.

162 CVA Chypre 1, Pl. 30, A. 1569 ; Pl. 31, A. 1732, 1933, V/6/6.

163 Cf. H. Wallis, Egyptian Ceramic Art, p. 40, fig. 86.

164 Her. III, 6.

165 Juvenal, Sat. VI, 526 ; cf. C. Desroches-Noblecourt, Mél. Michalowski, Varsovie, 1966, p. 71-81.

166 Garaguso, Armento (Musée de Potenza). Un thymiaterion à décor géométrique de Montescaglioso a été trouvé dans une tombe de la fin du VIIe siècle (Musée de Matera).

167 Mayer. Pl. 11, 4 ; 20, 1 ; 23, 2 ; 25, 7 ; 31, 11 ; 32, 1, 3, 9, etc.

168 Cet usage, attesté dans de nombreuses tombes mycéniennes, paraît réservé à celles qui contiennent plusieurs dépositions successives ; il est lié à la nécessité de purifier la tombe avant l’introduction d’un nouveau cadavre ; Mylonas, The Cult of the Dead in Helladic Times, Studies presented to D.M. Robinson, 1951, p. 90 sqq.

169 Mon. dell’Istituto, V, pl. XVI.

170 Jahn, AM XXIII, 1898, Pl. 6, p. 39.

171 Bonner Jahrbücher, 122, 1912, 1-97, Pl. I-IV.

172 Pour l’utilisation des thymiateria chez les Assyriens, voir Hér. I, 198.

173 Not. Sc. 1936, p. 448, fig. 12.

174 Je dois ce renseignement à Mme P. Zancani et à Mlle W. Stoop.

175 Scavi a Francavilla Marittima, Atti e Mem. Soc. Magna Grecia, N.S., VI, Roma, 1965, p. 3-17.

176 BCH LXXXIX, 1965, II. Le sanctuaire des dieux Patrooi et le Thesmophorion de Thasos, p. 471-477.

177 A. Furumark, Mycenaean Pottery, p. 67, 197 et p. 69, 618. AM 76, 1961, Pl. 34, I, « kernos » du Mycénien III.C I ; ces vases présentent la forme simple de l’anneau bas coiffé de trois ou quatre kotyliskoi ; parfois une anse permet de les soulever ; des oiseaux, des serpents ou des protomés de taureaux les décorent, soulignant leur caractère sacré.

178 Kerameikos V, I, Pl. 157, 4833.

179 F. G. Lo Porto, Ceramica arcaica della necropoli di Taranto, Annuario, 1959-60, p. 66, fig. 48, tombe 34.

180 Sanctuaire suburbain de Bitalemi, Mon. Ant. XVII, 1906, col. 630, fig. 446.

181 Ε. Militello, Terravecchia di Cuti, Palerme, 1960, Pl. XVIII, 9.

182 AM 76, 1961, Pl. 34, I.

183 J. De La Genière, Une roue à oiseaux du Cabinet des Médailles, REA, 1958, p. 27-35.

184 Sprockhoff, p. 28 sqq. De son côté, Clark Hopkins (Berytus 1954-55, p. 75, Oriental Evidence for Early Etruscan Chronology), se fondant sur des analogies de forme et de composition décorative entre les mors de chevaux d’Etrurie et d’autres du Luristan, a voulu attribuer une origine méditerranéenne orientale, non seulement aux chevaux représentés sur les bronzes villanoviens, mais aussi aux images de cercles et d’oiseaux qui en sont les décors les plus courants. Les documents cités à l’appui de cette thèse nous paraissent insuffisants à la démontrer, et beaucoup moins convaincants que ceux de Sprockhoff, lorsque ce dernier rattache les thèmes villanoviens combinant l’oiseau et la roue au mythe de la barque solaire en Europe Centrale.
Les rapports soulignés par Hopkins entre les mors d’Etrurie et ceux du Luristan pourraient s’expliquer différemment. G. Kossack, après Holste (Wiener Prähist. Zeitschr. XXVII, 1940, p. 7-32), a souligné la communauté des formes dans les harnachements du Caucase et des pays danubiens au VIIIe siècle, qui reflète pour lui d’importants événements historiques dans lesquels des éléments cimmériens connus aussi en Urartu on pu jouer un rôle considérable (Pferdegeschirr aus Gräbern der älteren Hallstattzeit Bayerns, Jahrb. d. R.G.Z.M. Mainz I, 1954, p. 111-118). C’est de l’Europe danubienne que la culture villanovienne tiendrait la forme de ses mors comme beaucoup de ses thèmes décoratifs. Pour les influences préscythiques (thracocimmériennes) sur l’Italie du Nord au VIIIe siècle, voir aussi S. Foltiny, Mitt. d. Anthr. Gesell. Wien, 92, 1962, p. 112.

185 Bericht d. R.G.K. 30, 1940, p. 35.

186 Musée de Belgrade.

187 Sprockhoff, p. 40.

188 Kossack, p. 7 sqq.

189 Germania, 41, 1963, p. 9, Vogelkopfmesser.

190 Praktika 56, 1953, p. 235, fig. 19.

191 Par ex. Müller-Karpe 1, Pl. 38, 1 et 2.

192 Hampe, Frühgrieschiche Sagenbilder, pl. 20. Jacobstahl, Greek Pins, 1956, p. 18 et 19, fig. 61, compare à ce vase un pendentif de Kaniala Teke (Crète) provenant d’une tombe à tholos. Il est circulaire et divisé en quatre secteurs occupés chacun par un cygne. Jacobstahl rattache cette image au dessin gravé sur la cnémide de Riniaszentkirály (Hongrie) qui s’apparente aux cnémides ovales de Glasinac ou de Torre Galli, cf. p. 56.

193 A. Minto, Not. Sc., 1923, p. 141, fig. 11.

194 S. Aurigemma, La necropoli di Spina in Valle Trebba I, Pl. 39, détail Pl. 41 b.

195 Voir Sundwall, J II α, J II β. On trouve ces fibules en pays liburne (de Nin au Musée de Zadar), au Picenum (Musée d’Ancône, Randall Maciver, Pl. 26, 4), en Campanie (Oliveto Citra, Musée de Salerne), tandis que des types voisins sont connus à Rhodes (Blinkenberg, IV, 5, fig. 95-96).

196 A. Roes, Greek Geometric Art, p. 15, fig. 5.

197 Par ex. BCH XLV, 1921, p. 367, fig. 20, n. 201, roues du sanctuaire d’Alea Athéna à Tégée.

198 Une roue de l’époque de la Tène, trouvée en Bohème, à Nemejice, cf. Déchelette, Manuel III, p. 378 et fig. 377, répète les motifs présents en Europe centrale depuis la fin du deuxième millénaire. En Bosnie, les protomés de cygnes sur un mors de cheval de Donja Dolina, vers 250-50 av. J.C. se rattachent à la même tradition, cf. Z. Marić, Germania 42, 1964, p. 257 sqq. Plus tard, on retrouve le motif solaire accosté de deux oiseaux d’eau sur les monnaies des Redones, cf. Fabre et Mainjonet, Zodiaque 32, Pl. X, n. 22. L’on pourrait multiplier les exemples de la survivance de ces thèmes plus d’un millénaire après leur apparition.

199 Si l’on analyse avec plus de rigueur la période au cours de laquelle l’importation de ces vases au Val de Diano est la plus grande, on peut préciser qu’ils se trouvent dans 40 % environ des tombes du Géométrique Récent qui sont antérieures à l’apparition des coupes ioniennes.

200 Mayer, p. 192, Pl. 22, 11.

201 Par ex. AM 1897, p. 237, fig. 5 ; Kübler, Kerameikos, Pl. 153, Inv. 1370, tombe 51 ; Inv. 362, tombe 58 ; Artemis Orthia, BSA Supplementary Paper n. 5, 1929, p. 62, fig. 36.

202 Not. Sc. 1900, p. 501, fig. 3.

203 C. Valente, Not. Sc. 1949, p. 111, fig. 8.

204 Type proche de Mayer, Pl. 17, 3. Un exemplaire voisin à Nin (Batović Pl. X, 1).

205 Sundwall G IV ; Mon. Ant. XXXI, col. 125, fig. 119.

206 Comparer Sundwall G IV 3.

207 Merhart, Wiener Prähistorische Zeitschrift, 14, 1927, p. 104, fig. XIV, 1-4.

208 Mechel, Campi I.

209 R. Drechsler-Bizić, Vjesnik arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb, 1961, Pl. V, n. 21.

210 Sundwall G IV 3 et p. 65.

211 Grottazolina, Pitino di San Severino, Musée d’Ancône.

212 Chiusi, Mon. Ant. IX, 1899, col. 154, fig. 3.

213 Pitino di Sanseverino, Musée d’Ancône.

214 Cf. infra, p. 240.

215 Palinuro II, p. 74 et fig. 176.

216 Gervasio, Pl. XI, 10 ; XII, 7 ; VII, 8, 9 ; VIII, 7, exemplaires de Valenzano, de Gioia del Colle et de Turi.

217 L. Milani, Mon. Ant. II, 1893, col. 47.

218 De Lucanie, cf. spécimen du Musée de Potenza ; à Glasinac, cf. Glasinac II, Pl. V, fig. 5 et 6, Pl. X, fig. 4, etc.

219 R. M. Dawkins, Artemis Orlhia, BSA Supplementary Paper n. 5. 1929, Pl. CXXXII et CXXXIII, b et c ; ibid., exemplaires en bronze, Pl. CXXXII, CXXXIII, a. Les fibules d’ivoire ont été trouvées un peu partout dans le monde grec, par exemple à Ephèse (Hogarth, Ephèse, Pl. XXXVI), Thasos (Musée), ou Syracuse (Mon. Ant. XXV, 1919, col. 499, fig. 90 ; col. 591, fig. 181). Un spécimen analogue, mais de forme maladroite, existe dans la tombe 110 de Sala Consilina.

220 Cf. infra, p. 240.

221 Catal. Mostra fig. 49, vase n. 12.

222 Åkerström, Pl. 12, 4.

223 Mayer, Pl. 26, 4, de Manduria, Pl. 41, 4. La forme, exceptionnelle en Apulie, doit être considérée comme une importation de Lucanie occidentale.

224 Palinuro II, Tombe XXIII, 11, Pl. 54, 1.

225 Ibid., Pl. 11, 2, vase 3, 38.

226 Ibid., Pl. 12, fig. 1, 7/12, 8/13 ; Pl. 9, fig. 1, 5/9.

227 Cf. p. 143-146.

228 Cf. p. 143.

229 Mayer, Pl. 41, 2.

230 On verra plus loin (infra p. 194-197) les étapes de l’importation au Val de Diano de cette série de vases.

231 Plus de la moitié des vases réticulés sont associés à des coupes ioniennes et, viceversa, plus de la moitié des tombes contenant des coupes ioniennes renferment aussi des vases réticulés. Même si l’étude des coupes ioniennes (cf. infra, p. 194-197) prouve qu’elles se prolongent au-delà de la disparition des vases réticulés, l’on doit déduire de la fréquence de leur association que l’apogée de la fabrication des vases réticulés est contemporaine de l’importation massive des coupes ioniennes.

232 Cf. IIIe Partie, Chap. I, note 40.

233 Une série de tombes de ce groupe a été soumise au Calcul Automatique (cf. notes 1, 132, 150). Le rapport de similarité moyen entre les tombes (20,5 %) confirme leur groupement.

234 Palinuro, Rend. Napoli 1950, p. 16.

235 Palinuro II, p. 135 sqq.

236 Kilian 3, p. 53, accepte l’idée exprimée par Neutsch, Palinuro II, p. 147. fig. 71, selon laquelle les cratères-canthares (Palinurokriige) auraient un antécédent dans un vase d’impasto à deux anses de la tombe M. 17 (n. 2) de la Phase II (Kilian 3, Beil. 19, B.2). Malgré les ressemblances entre ces formes, on ne peut établir un lien entre elles : en effet, alors que les cratères-canthares sont toujours dépourvus de rebord supérieur, l’embouchure du cratère M.17 est légèrement évasée ; ce détail permet de rattacher ce dernier vase au groupe des vases d’impasto à col conique et à deux anses, dont la culture à fossa comporte selon les lieux plusieurs variantes (l’une d’elle, assez proche de M. 17, 2 dans la tombe S. Antonio 90). K. Kilian cite également le vase d’impasto de la tombe A.176 (ibid., Pl. 4, 3 ; notre Pl. 9, fig. 6), dont la forme est tout à fait analogue à celle des cratères-canthares, et considère que le potier a pu s’inspirer de modèles géométriques. Or ce vase appartient à la période III.A et les cratères-canthares n’apparaissent qu’au début de la phase III.D. En d’autres termes, une durée de plus d’un siècle sépare les deux éléments de la comparaison, et l’existence d’un lien entre eux paraît d’autant moins probable que, par ailleurs, il a été possible d’établir toutes les étapes d’une évolution ininterrompue qui conduit des premiers « canthares » d’impasto attribuable aux tombes récentes de la phase II jusqu’aux cratère-canthares tardifs (Pl. 42, 43, 47) Les petits vases, qui sont à l’origine des cratères-canthares, présentent du reste beaucoup moins d’analogies avec ces derniers que le vase A.176. Cependant, tant qu’aucun exemple ne comblera le hiatus chronologique qui le sépare des vases tardifs dont on a voulu le rapprocher, il sera prudent de considérer ces ressemblances comme fortuites.

237 Le vase de la planche 15, 1 a été déjà rapproché de la bouteille Pl. 41, fig. 6 ; celle-ci est sortie du même atelier que la série « réticulée ».

238 Les cratères Mayer Pl. 42, 6, 9 sont contemporains de ces derniers vases.

239 On peut rattacher à ce groupe un fragment, inv. n. 2396, du Musée de Potenza, provenant de Marsico Nuovo.

240 Cf. Haspels, Attic Black-figured Lekythoi, p. 89-94 ; Beazley, ABV p. 487.

241 Une cruche à une anse portant le même décor se trouve dans la tombe XXVIII de Valle Pupina à Padula.

242 Mayer, Pl. 18, 7.

243 AA 1941, p. 438, fig. 44.

244 Randall Maciver, Pl. 27, en haut, à droite.

245 BPI XXXV, 1909, p. 100, fig. 9.

246 A. Alfonsi, Scoperte archeologiche nella necropoli atestina del Nord, Not. Sc., 1922, p. 52, fig. 45.

247 G. Bellucci, op. cit., IV, Amulettes, 1915, p. 14.

248 Kossack, Pl. 10, fig. 3. De Uioara de Suz, Holste, Zur Chronologie der Südeuropäischen Depotfunde der Urnenfelderzeit, Marburg, 1962, Pl. 9 et n. 45, p. 19.

249 Cf. infra, p. 175.

Notes de fin

* D. Adamesteanu, Mon. Ant. XLIV, 1958, col. 205-672.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540