Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Introduction

Texte intégral

  • 1 F. Lenormant, A travers l’Apulie et la Lucanie, tome 2, Paris, 1883, p. 43-149. H. Nissen, Italisc (...)

1Le Val de Diano porte aujourd’hui encore le nom de la ville de Diano, devenue en 1862 Teggiano. C’est une vallée haute, allongée du sud-est au nord-ouest entre deux chaînes de montagnes, et parcourue de bout en bout par le fleuve Tanagro, affluent du Sele. Il prend sa source dans le massif du Mont Sirino et parcourt ensuite la vallée, longue d’une quarantaine de kilomètres, large depuis Montesano de six km. environ ; puis il s’enfonce après Polla entre les collines qui ferment au nord-ouest le Val de Diano, pour ressurgir près de Pertosa, ayant subi une dénivellation brusque de deux cents mètres environ1.

2Le Val de Diano a été souvent qualifié de vallée interne ou vallée fermée. Au sud, en effet, des vallonnements assez escarpés, vides d’habitants, le séparent de la région de Lagonegro. A l’est, une chaîne de montagnes s’étendant du Mont Sirino à la montagne de Polla constitue une barrière entre le Val de Diano et le Val d’Agri. A l’ouest, le massif des Alburni, dont le sommet est le mont Cervati, le sépare de la côte de Paestum, Velia et Palinuro. Au nord, la vallée, rétrécie après Polla, fait place à une descente rapide sur Pertosa, Auletta et la vallée du Sele.

3Des villages ou de petites villes, établis au flanc des montagnes à 600 ou 700 mètres d’altitude, se font vis-à-vis de part et d’autre de la vallée dont l’altitude est d’environ 400 mètres. Casalbuono est la porte sud ; plus au nord, Montesano domine une route menant au Val d’Agri ; Padula regarde Sassano ; Sala Consilina fait face à Teggiano, Atena Lucana à S. Rufo ; Polla est proche de l’extrémité nord.

  • 2 Leandro Alberti, Descrizione di tutta Italia, 1596, p. 199. E. Magaldi, op. cit., p. 28.
  • 3 V. Bracco 3, p. 432.

4Dans le fond de la vallée, l’habitat est encore peu développé et de date récente. Très longtemps la plaine fut considérée comme malsaine du fait de la malaria. Son sol, aujourd’hui si riche, n’était probablement à l’origine que bois et marécages, car l’écoulement des eaux se faisait difficilement à travers la barrière rocheuse la fermant au nord et les inondations étaient fréquentes. Lorsque Leandro Alberti la parcourut au XVIe siècle, il y trouva un lac important près de Polla2. La conjuration définitive de ce fléau ne fut obtenue qu’au XVIIIe siècle lorsqu’un canal assez large fut percé dans la roche pour permettre au fleuve de s’écouler dans son bassin inférieur près de la grotte de Pertosa3.

5Le Val de Diano a été considéré parfois comme une voie naturelle de passage nord-sud. On examinera plus loin si cette opinion est confirmée par des trouvailles archéologiques. Géographiquement toutefois l’on peut observer que, si la circulation est très aisée dans la vallée, en revanche, ses extrémités nord et sud font obstacle aux communications avec les régions avoisinantes. En réalité, on entre plus facilement dans le Val de Diano par l’est ou par l’ouest. A l’est, derrière Montesano, un col peu élevé permet de passer dans la vallée de l’Agri, qui coule vers la mer ionienne ; au nord-est, Atena Lucana est reliée par un chemin aisé à Brienza, c’est-à-dire à la vallée du Pergola tournée vers celle du Bianco et du Sele ; au nord-ouest, S. Rufo commande la route escarpée mais accessible qui culmine près de Roscigno et descend ensuite vers la plaine de Paestum ; enfin au sud-ouest, par Buonabitacolo et Sanza, un itinéraire praticable traverse une série de vallées jusqu’à la côte de Palinuro, Policastro et Sapri.

  • 4 Opinions citées par E. Magaldi, op. cit., p. 96.
  • 5 Liv. VIII, 17, 9 et 10.
  • 6 G. de Sanctis, Storia dei Romani, III, 2, Turin 1917, p. 290 sqq.
  • 7 Liv. XXV, 16.
  • 8 V. Bracco 3, p. 438.

6On ignore à peu près tout des faits historiques qui ont pu intéresser le Val de Diano jusqu’au milieu du IIe siècle av. J. C. D’après certains historiens4 Alexandre le Molosse serait passé par la vallée du Tanagro en 332 pour se rendre de la rive ionienne à Paestum où il remporta une célèbre victoire contre les Lucaniens et les Samnites5. La Lucanie fut le cadre de nombreuses opérations militaires au cours de la seconde guerre punique. C’est par le Val de Diano, d’après G. de Sanctis6 qu’Hannon serait passé du Bruttium en Campanie pour tenter de ravitailler Capoue assiégée par les Romains en 211 av. J. C. G. de Sanctis plaçait également au Val de Diano l’embuscade tendue par le chef lucanien Flavius où le consul romain Ti. Sempronius Gracchus trouva la mort en 212 av. J. C.7. Une telle localisation a été récemment rejetée par V. Bracco8 qui considère la vallée du Tanagro comme une étendue trop ouverte pour avoir pu être le théâtre d’un semblable épisode.

  • 9 CIL I2 638 = X 6950. V. Bracco 1 et 2. Contra A. Degrassi, ILLRP I, 1957, p. 254 sqq.

7A partir du milieu du IIe siècle av. J. C. au contraire des documents permettent de suivre les étapes de la romanisation de la vallée. Le plus célèbre est l’Elogium de Polla, inscription trouvée à S. Pietro di Polla. C’était un milliaire de la voie Capoue-Reggio que l’on a longtemps considéré comme l’œuvre de P. Popilius Laenas, consul en 132 av. J. C. mais que les récents travaux de V. Bracco attribuent à T. Annius Luscus, consul en 153 av. J. C.9. Sur cette inscription, l’auteur des travaux se glorifie d’avoir construit la route, un Forum, et d’avoir restitué à l’agriculture les pâturages de l’Ager Publicus.

  • 10 E. Magaldi, op. cit., p. 218. V. Bracco 3, p. 441.

8L’application aux zones cultivables du Val de Diano de la lex Sempronia agraria par laquelle les terres étaient réparties en centuries a laissé des traces matérielles qui sont les bornes ou termini séparant les différents lots attribués et dont trois exemples ont été trouvés près d’Atena Lucana, à Sala Consilina et à Polla10.

9Le Forum mentionné par l’inscription, qui se trouvait à côté de la route antique là où s’élève actuellement le village de S. Pietro di Polla, fut ravagé par les gladiateurs de Spartacus en 73 av. J. C.

  • 11 Cassiodore, Var., VIII, 33. Dans cette lettre adressée au début du VIe s. ap. J.C. à l’empereur Th (...)

10A partir du Ier siècle av. J. C. plusieurs villes de la vallée devinrent des municipes romains, comme Atina, l’actuelle Atena Lucana et Cosilinum, située au-dessus de Padula ; Tegianum (Teggiano) serait devenue colonie romaine sous Néron. Marcilianum fut le centre le plus connu à l’époque chrétienne grâce au renom de son sanctuaire situé à deux kilomètres au nord-ouest de Padula, et aussi à l’importance de sa foire annuelle11 ; un chemin s’y détachait de la voie Capoue-Reggio et montait vers Cosilinum pour rejoindre Grumentum de l’autre côté des crêtes.

11Du nord au sud de la vallée un grand nombre de découvertes archéologiques ont, depuis la fin du XIXe siècle, enrichi notre connaissance des villages antiques qui l’occupaient.

  • 12 V. Spinazzola, Not. Sc., 1910, p. 73-87. V. Bracco, Arch. Class., XI, 1959, p. 189-203.

12Les ruines d’un monument funéraire qui fut érigé près de Polla sur la colline « du Temple » pour le magistrat C. Utianus Rufus vers le milieu du Ier siècle av. J. C. ont livré une inscription qui prouve l’appartenance du Forum à l’Ager Volceianus, c’est-à-dire au territoire de l’actuelle Buccino, ville dominant la vallée du Bianco au nord du Val de Diano12.

  • 13 Lacava, Istoria di Atena Lucana. Napoli, 1893. G. Patroni, Not. Sc., 1897, p. 112-120.
  • 14 G. Patroni, Not. Sc., 1901, p. 498-505.
  • 15 Not. Sc., 1926, p. 255.
  • 16 G. Β. Curto, Notizie Storiche sulla distrutta città di Atinum Lucana, Sala Consilina, 1901, p. 40. (...)

13Sur la commune d’Atena Lucana d’importants restes de murs en appareil cyclopéen rendent compte d’une occupation du sol antérieure à la période romaine13 et leur présence a incité G. Patroni à faire quelques sondages en 1900 à la recherche d’une nécropole. Faute d’éléments de comparaison, le matériel livré par ces fouilles n’a pu être daté avec précision dans la publication de 190114 et seules les récentes découvertes de Sala Consilina permettent de situer les plus anciens objets dans le VIe siècle av. J. C. L’époque romaine a laissé de nombreux vestiges à Atena Lucana qui fut le municipe d’Atina. Une inscription concerne le dallage du Forum d’Atina15 un amphithéâtre a été mis au jour puis à nouveau recouvert sous l’habitat actuel ; enfin l’existence d’un temple de la Magna Mater est attestée par une inscription16.

  • 17 V. Bracco 3, p. 473-476.
  • 18 B. Neutsch, Apollo, II, 1962. Neufunde römischer Sepulkralporträts aus dem Vallo di Diano in Padul (...)

14Les monuments médiévaux de Teggiano ont recouvert presque tous les vestiges d’époque romaine de cette ville qui, d’après une inscription peinte sur la Casa dei Vettii à Pompéi, serait devenue colonie romaine sous Néron17. Des remplois de blocs antiques dans ces édifices, de nombreux reliefs funéraires18 attestent cependant la présence de la cité romaine sous l’habitat actuel.

  • 19 A. Sogliano, Not. Sc., 18 %, p. 171-174. L. Mariani, Not. Sc., 1896, p. 383. G. Patroni, Not. Sc.,(...)
  • 20 V. Panebianco, FA X, 1955, n. 2621. fig. 74-75 ; XI, 1956, n. 2822, Pl. 23, fig. 67 ; XII, 1957, n (...)

15Aucune trouvaille n’avait révélé l’intérêt archéologique de Sala Consilina avant l’année 1896 au cours de laquelle un groupe d’objets d’une exceptionnelle richesse, parmi lesquels de beaux vases de bronze, des céramiques attiques, des ambres sculptés du VIe siècle furent découverts dans un jardin de la ville19. Depuis lors, des recherches furent entreprises dans divers secteurs de la commune ; les importantes fouilles qui ont eu lieu entre 1955 et 196020 ont fait connaître des nécropoles d’une grande extension.

  • 21 E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekte, I Heidelberg, 1953, Pl. 123, n. 185.
  • 22 V. Bracco, Marcellianum e il suo battistero, Riv. di Arch. Cristiana, XXXIV, 1958. p. 193-207. Cf. (...)

16Une inscription osque du IVe-IIIe siècle av. J. C. aurait été trouvée en 1792 près de la source de S. Giovanni à deux km. environ au n-o. de Padula21. On peut encore voir à S. Giovanni in Fonte les ruines d’un baptistère remontant au IVe ou Ve siècle av. J. C. L’étude consacrée par V. Bracco à cet édifice22 lui a permis de conclure qu’il s’agissait bien là du baptistère établi sur la source très pure dont Cassiodore soulignait le caractère sacré et auprès de laquelle avait lieu la foire annuelle appelée Leucothea ; c’est donc auprès des ruines de S. Giovanni in Fonte que se trouvait la ville antique de Marcilianum dépendant de Cosilinum.

  • 23 Cf. Not. Sc., 1879, p. 49. F. Lenormant, op. cit., p. 114-120. F. Lenormant rappelle (ibid., p. 87 (...)
  • 24 G. Patroni, Not. Sc., mars 1900, p. 110 ; oct. 1900, p. 503. CIL X, 2. p. 961, n. XIV.

17Quant à l’emplacement de la ville de Cosilinum, il était encore hypothétique lorsque F. Lenormand, Barnabei et Lacava firent en 1882 l’ascension de la colline de la Cività qui surplombe Padula au sud-est de l’autre côté d’un profond ravin23. En 1900 cependant G. Patroni trouvait au même endroit un fragment d’inscription ; la restitution qu’il proposa lui permit de conclure que l’antique Cosilinum avait occupé la colline de la Cività ; peu après le fragment manquant de l’inscription était retrouvé, confirmant en même temps le raisonnement de G. Patroni et l’emplacement de la ville24.

  • 25 G. Patroni, Not. Sc., 1897, p. 173-174.
  • 26 G. Patroni, Not. Sc., 1902, p. 26-32. D’après V. Bracco, 3, p. 477, n. 192, il s’agirait d’une vil (...)

18Dans la vallée, au pied de Padula, mais au s.-o., à peu de distance de la Chartreuse de S. Lorenzo, des éléments architecturaux antiques avaient retenu l’attention de G. Patroni25 qui y entreprit une fouille en 1899. Il put conclure que l’ensemble des fragments récupérés n’étaient pas in situ et qu’ils avaient appartenu à un édifice italique antérieur à la romanisation de la vallée qui pouvait être un sanctuaire dépendant de Cosilinum26.

  • 27 Heurgon, p. 39. A. de Franciscis, O. Parlangéli, Gli Italici del Bruzio nei documenti epigrafici, (...)

19La population soumise par les Romains en 298 av. J. C. était lucanienne et appartenait donc à la grande famille des tribus sabelliques qui, parties de l’Apennin central, avaient gagné la Campanie, la Basilicate (Lucanie) et la Calabre (Bruttium). Les peuples samnites, lucaniens, brettiens étaient liés, non seulement par leur commune origine, mais par l’emploi d’une même langue, que les Grecs et les Romains avaient appelée osque parce qu’ils l’avaient d’abord rencontrée en Campanie chez les Osques27. L’inscription de la source de S. Giovanni citée plus haut prouve que l’osque était encore la langue commune au Val de Diano vers les IVe-IIIe siècles av. J. C.

  • 28 Dion. Hal., R.A., I, 11, 12 (Antioch., F.H.G., I, p. 181, fr. 3). Strab., VI, 254-255 = 1,4. Bérar (...)

20Les informations dont on dispose sur le peuplement de la région avant l’arrivée des Lucaniens sont très limitées. Les sources antiques désignent cette partie de l’Italie du Sud du nom d’Oenôtrie et ses habitants comme les Oenôtres, sans toutefois nous donner de renseignements sur la nature de ce peuple ni son histoire28.

  • 29 Heurgon, p. 39-42.

21L’origine des Oenôtres, leurs parentés ethniques ont fait l’objet d’hypothèses diverses. J. Heurgon, faisant le point en 1942 des théories concernant le peuplement de l’Italie méridionale avant l’arrivée des Etrusques et des Samnites, avait écarté la thèse de Sogliano pour lequel ces populations présamnites auraient été autochtones et non italiques. Se fondant sur les résultats de l’étude linguistique, il prouvait le caractère italique des occupants de ces régions, les Ausoniens, Oenôtres, Itales, Morgètes, qui parlaient un dialecte préosque qualifié d’ausonien29. La plupart des historiens admettent en effet l’idée selon laquelle la pénétration indo-européenne en Italie du Sud se serait effectuée en deux vagues successives ; la première aurait introduit le groupe latino-sicule, c’est-à-dire les Latins, Opiques, Ausones, Sicules ; la deuxième le groupe ombro-samnite, c’est-à-dire les Samnites, Lucaniens, Brettiens, qui, entre le Ville et le IVe siècle av. J. C., ont gagné progressivement toute l’Italie méridionale. Cependant les opinions diffèrent lorqu’il s’agit de préciser la liste des peuples qui composent la première vague indo-européenne et de déterminer leur origine et l’époque de leur pénétration en Italie.

  • 30 L. Pareti, Storia di Roma, Turin, 1952, Chap. 2, 8.
  • 31 G. Devoto, Gli antichi Italici, Florence, 1951, Chap. 3. Historia Mundi, Vol. III, 1954, Der Aufst (...)
  • 32 F. Altheim, Römische Geschichte I, Die Grundlagen, Francfort, 1951, Chap. I et II.
  • 33 Pour M. Durante au contraire (Il Siculo e la sua documentazione, in ΚΩΚΑΛΟΣ, X-XI, 1964-65, p. 417 (...)
  • 34 Xe Congrès de Sciences historiques, Rome, 4-11 Sept. 1955, Vol. II, Relazioni, Le origini storiche (...)
  • 35 Dion. Hal., R.A., I, 11, 2.

22Selon plusieurs auteurs les Oenôtres feraient partie du groupe latinosicule ou proto-latin. S’agit-il d’une migration massive qui aurait eu lieu vers 2500 av. J.C., comme le supposait L. Pareti30 ? Ou bien d’une pénétration progressive d’Indo-Européens tout au long du IIe millénaire et pendant les deux premiers siècles du Ier millénaire, comme le suggère G. Devoto31 ? Pour F. Altheim32 la pression illyrienne dans les Balkans a eu une importance décisive dans l’histoire des migrations indo-européennes : elle est à l’origine de la poussée des Doriens sur la Grèce comme de la pénétration des Latins, Falisques, Euganéens en Italie, qui doit être située vers 1200 av. J. C. et a été précédée d’environ un millénaire par celle des Sicules descendus jusqu’en Sicile orientale33 ; l’arrivée des Vénètes et des Messapiens marquerait la fin des mouvements illyriens. De son côté M. Pallottino estime que la progression des langues indo-européennes se serait effectuée d’est en ouest sous l’effet d’un série de contacts entre populations de l’une et l’autre rive de l’Adriatique et de migrations successives venues des Balkans34 La légende d’Oenôtros rapportée par Denys d’Halicarnasse35 s’inscrirait dans le cadre de la pénétration par mer de groupes humains ou de héros isolés ; Oenôtros serait venu d’Arcadie vers les XVIIIe-XVIIe siècles av. J. C. et aurait occupé le pays peu peuplé, régnant sur une grande partie de l’Italie méridionale. L’arrivée des Iapyges vers le Xe siècle aurait mis fin à cette unité.

23Si divergentes que soient parfois les opinions dont nous avons fait état, elles s’accordent en général pour conclure que le peuplement de l’Italie méridionale avant l’arrivée des peuples sabelliques était déjà italique et correspondait à la première vague d’immigration indo-européenne parvenue dans la péninsule. Vouloir préciser davantage serait donner trop d’importance à des informations légendaires et peu sûres. C’est pourquoi le témoignage de l’archéologie prend ici tant d’importance.

  • 36 Cf. supra, note 28.

24Or les recherches poursuivies au cours des dernières années nous ont mis en présence, au cœur même de la région attribuée aux Oenôtres par Antiochos de Syracuse36 d’un vaste ensemble de nécropoles qui correspondent à une occupation du Val de Diano depuis le début de l’Age du Fer jusqu’au Ve siècle.

25Les cimetières découverts sur la commune de Sala Consilina occupent des secteurs distants de deux kilomètres environ. Au nord les zones de S. Antonio et de S. Nicolà ont livré des tombes du début de l’Age du Fer ; vers le sud les zones A à M contiennent des tombes datables depuis le début de l’Age du Fer jusqu’au début du Ve siècle av. J. C. (Pl. 55).

  • 37 V. Panebianco, FA, X, 1955, n. 2520, fig. 57 ; XI, 1956, n. 2701 ; XIII, 1958, n. 2283 ; XIV, 1959 (...)

26A dix kilomètres au sud de Sala Consilina l’on a mis au jour, dans la commune de Padula, des tombes comparables, mais dans l’ensemble plus récentes que celles du secteur sud de Sala Consilina37. Les données actuelles de la fouille correspondent à une occupation remontant à la première moitié du VIe siècle, et se prolongeant jusqu’au troisième quart du Ve siècle av. J. C.

27La plupart des tombes découvertes au Val de Diano contiennent un abondant mobilier funéraire dont l’étude offrira une documentation très riche sur la civilisation matérielle de ses habitants ; ce seront ainsi les premiers éléments d’un tableau qui pourra porter à des conclusions historiques lorsque l’exploration systématique de la Basilicate, commencée au cours des dernières années, permettra une vision d’ensemble.

Notes

1 F. Lenormant, A travers l’Apulie et la Lucanie, tome 2, Paris, 1883, p. 43-149. H. Nissen, Italische Landeskunde, Berlin, 1902, II, p. 903-905. E. Magaldi, Lucania Romana, Rome, 1947, p. 27 sqq.

2 Leandro Alberti, Descrizione di tutta Italia, 1596, p. 199. E. Magaldi, op. cit., p. 28.

3 V. Bracco 3, p. 432.

4 Opinions citées par E. Magaldi, op. cit., p. 96.

5 Liv. VIII, 17, 9 et 10.

6 G. de Sanctis, Storia dei Romani, III, 2, Turin 1917, p. 290 sqq.

7 Liv. XXV, 16.

8 V. Bracco 3, p. 438.

9 CIL I2 638 = X 6950. V. Bracco 1 et 2. Contra A. Degrassi, ILLRP I, 1957, p. 254 sqq.

10 E. Magaldi, op. cit., p. 218. V. Bracco 3, p. 441.

11 Cassiodore, Var., VIII, 33. Dans cette lettre adressée au début du VIe s. ap. J.C. à l’empereur Théodoric, Cassiodore demande que l’autorité impériale rétablisse l’ordre troublé par des voleurs à la foire de la St-Cyprien à Marcilianum. Il invoque l’importance de ce marché où l’on venait de toutes les régions d’Italie du Sud, le caractère sacré de la source voisine qui alimentait un baptistère où avait lieu un miracle annuel.

12 V. Spinazzola, Not. Sc., 1910, p. 73-87. V. Bracco, Arch. Class., XI, 1959, p. 189-203.

13 Lacava, Istoria di Atena Lucana. Napoli, 1893. G. Patroni, Not. Sc., 1897, p. 112-120.

14 G. Patroni, Not. Sc., 1901, p. 498-505.

15 Not. Sc., 1926, p. 255.

16 G. Β. Curto, Notizie Storiche sulla distrutta città di Atinum Lucana, Sala Consilina, 1901, p. 40. V. Bracco 3. p. 469-473.

17 V. Bracco 3, p. 473-476.

18 B. Neutsch, Apollo, II, 1962. Neufunde römischer Sepulkralporträts aus dem Vallo di Diano in Padula, p. 107, fig. 1.

19 A. Sogliano, Not. Sc., 18 %, p. 171-174. L. Mariani, Not. Sc., 1896, p. 383. G. Patroni, Not. Sc., 1897, p. 163-173. CVA Petit Palais, p. 1-6 ; pl. 1-5. Les objets découverts en 18 % ont appartenu à la Collection Hirsch (Catal. Coll. Hirsch, 1ère vente, 30 Juin - 1er et 2 Juillet 1921, n. 231-248) avant d’être achetés par la Ville de Paris grâce aux arrérages des sommes léguées par Auguste Dutuit. Ils font aujourd’hui partie des Collections du Musée du Petit-Palais.

20 V. Panebianco, FA X, 1955, n. 2621. fig. 74-75 ; XI, 1956, n. 2822, Pl. 23, fig. 67 ; XII, 1957, n. 2916, fig. 80-83 ; XIII, 1958, n. 2399 ; XIV. 1959, n. 2571. V. Panebianco, Rassegna Storica Salernitana, 1957, p. 206-207. La provincia di Salerno nel 1956-60, p. 18-20. A. W. Van Buren, AJ A, 60, 1956. p. 393, pl. 130. fig. 11-12 ; 61, 1957, p. 377-378, Pl. 108, fig. 14 ; 62, 1958, p. 417, Pl. 112, fig. 1-2 ; 63, 1959, p. 387 ; 64, 1960, p. 360, Pl. 103, fig. 4 ; 68, 1964, p. 372, Pl. 115, fig. 1. Arch. Reports, 1957, p. 40, fig. 16. A. D. Trendall, Arch. Reports, 1960-61, p. 44, fig. 10.

21 E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekte, I Heidelberg, 1953, Pl. 123, n. 185.

22 V. Bracco, Marcellianum e il suo battistero, Riv. di Arch. Cristiana, XXXIV, 1958. p. 193-207. Cf. supra n. 11.

23 Cf. Not. Sc., 1879, p. 49. F. Lenormant, op. cit., p. 114-120. F. Lenormant rappelle (ibid., p. 87) que c’est par décision de son Conseil Municipal que la ville de Sala s’est appelée Sala Consilina, bien qu’aucune donnée historique ou archéologique n’ait permis de supposer que l’antique Cosilinum se soit trouvée près de Sala.

24 G. Patroni, Not. Sc., mars 1900, p. 110 ; oct. 1900, p. 503. CIL X, 2. p. 961, n. XIV.

25 G. Patroni, Not. Sc., 1897, p. 173-174.

26 G. Patroni, Not. Sc., 1902, p. 26-32. D’après V. Bracco, 3, p. 477, n. 192, il s’agirait d’une villa rustique.

27 Heurgon, p. 39. A. de Franciscis, O. Parlangéli, Gli Italici del Bruzio nei documenti epigrafici, Napoli, 1960, p. 9-12.

28 Dion. Hal., R.A., I, 11, 12 (Antioch., F.H.G., I, p. 181, fr. 3). Strab., VI, 254-255 = 1,4. Bérard, p. 439-444.

29 Heurgon, p. 39-42.

30 L. Pareti, Storia di Roma, Turin, 1952, Chap. 2, 8.

31 G. Devoto, Gli antichi Italici, Florence, 1951, Chap. 3. Historia Mundi, Vol. III, 1954, Der Aufstieg Europas, G. Devoto, Altitalien, p. 357 sqq.

Ce point de vue est assez proche de celui de L. Homo (L’Italie primitive et les débuts de l’impérialisme romain. Nlle éd., Paris, 1953, p. 56-57) pour lequel la marche des Indo-Européens vers le Sud se serait déroulée à partir du IIe millénaire av. J.C. ; il y aurait eu des vagues successives d’immigrants détachés d’un noyau italo-celtique centré sur le Moyen Danube ; parmi les premiers groupes, les constructeurs de palafittes auraient gagné l’Italie par les cols alpins ; les Ombriens parvenus dans l’Apennin vers l’an 1000 av. J.C. seraient les derniers Italiques venus par ce chemin. Cette théorie est inspirée par les travaux de Pigorini, Helbig, von Duhn, contre lesquels Kaschnitz-Weinberg (Handbuch der Archaologie, Vierte Lieferung, 1950, p. 343-344) a invoqué l’absence de toute preuve en faveur d’invasions indo-européennes au début de l’Age du Bronze ; en revanche, pour ce savant, la culture des terramares, plus récente, a pu recevoir des apports de population en provenance de l’Europe de l’Est (Hongrie).

32 F. Altheim, Römische Geschichte I, Die Grundlagen, Francfort, 1951, Chap. I et II.

33 Pour M. Durante au contraire (Il Siculo e la sua documentazione, in ΚΩΚΑΛΟΣ, X-XI, 1964-65, p. 417-443), l’arrivée des Sicules en Sicile n’est qu’un aspect particulier des vastes mouvements de populations qui eurent lieu dans les derniers siècles du IIe Millénaire dans l’Europe danubienne et sur les rives de la Méditerranée. Ce point de vue semble confirmé par l’analyse des documents archéologiques faite par Bernabò Brea (Leggenda e Archeologia nella protostoria siciliana, ibid., p. 1-34) qui met en relief les grands changements de culture intervenus après Thapsos et conclut que le passage des Sicules en Sicile a dû s’effectuer au cours du XIIIe siècle.

34 Xe Congrès de Sciences historiques, Rome, 4-11 Sept. 1955, Vol. II, Relazioni, Le origini storiche dei popoli italici, p. 3-60. L’auteur n’exclut pas la possibilité d’une pénétration de quelques éléments indo-européens par les Alpes, mais il met en garde contre la surestimation de l’influence de l’Europe Centrale sur la formation des peuples méditerranéens ; d’autre part il signale les risques que comporte l’attribution systématique de tout facteur linguistique à une cause ethnique. Cf. aussi M. Pallottino, Popolazioni storiche dell’Italia antica, in Guida allo studio della Civiltà romana antica, Vol. I, p. 3-19 ; Etruscologia, 5e éd., 1963, Chap. I.

35 Dion. Hal., R.A., I, 11, 2.

36 Cf. supra, note 28.

37 V. Panebianco, FA, X, 1955, n. 2520, fig. 57 ; XI, 1956, n. 2701 ; XIII, 1958, n. 2283 ; XIV, 1959, n. 2456, fig. 36. Α. W. Van Buren, AJA 60, 1956, p.393 ; Pl. 129, fig. 10 ; 61, 1957, p. 378 ; 62, 1958, p. 417 ; 63, 1959, p. 387 ; 64, 1960. p. 360, Pl. 104, fig. 5 ; 68, 1964, p. 372.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable